SlideShare une entreprise Scribd logo
 
                                                                                             23 SEPTEMBRE 2011 



Récente volatilité des marchés
    Les marchés ont été malmenés cette semaine, réagissant au fait que les investisseurs ont évité les éléments
    d’actif qu’ils jugeaient risqués, notamment les actions et les marchandises. En regardant le tableau d’ensemble, il
    n’y a rien eu de vraiment très nouveau depuis le milieu de l’été. La plus récente volatilité des marchés découle
    essentiellement des mêmes problèmes, soit la dette européenne et les craintes d’un affaiblissement de la
    croissance mondiale. Une grande partie du dégagement actuel que connaissent les marchés est attribuable à un
    manque de confiance des consommateurs et des entreprises, qui sont d’autant plus exacerbés par le fait que les
    politiques adoptées relativement aux problèmes financiers de la zone euro n’ont pas reçu la réponse escomptée.

    Comme nous l'avons mentionné au cours des deux derniers mois, nous prévoyons qu’une volatilité plus grande
    que prévu persistera, car les deux enjeux précités ne pourront pas être réglés rapidement ou aisément. C'est
    clairement ce que nous vivons actuellement, et nous nous attendons à ce que cette situation perdure.




    OÙ NOUS EN SOMMES AUJOURD’HUI
    Le risque d'une récession aux États-Unis a augmenté, mais nous continuons de penser que ce pays évitera une
    récession généralisée ou sévère. Notre avis repose sur le fait que nous ne vivons pas les mêmes conditions
    économiques que pendant la crise financière. Les récentes données de certains grands indicateurs économiques
    placent les chiffres actuels à des niveaux nettement plus hauts que ceux du début de 2009, mais tout de même
    inférieurs, c’est vrai, à ceux affichés l’année dernière. Il n’en demeure pas moins que la conjoncture économique
    s’est grandement améliorée depuis les creux du marché baissier de mars 2009 (voir le tableau ci-dessous).


                   Indicateur économique                                Mars 2009            Août 2011 

                   ISM É.-U.                                               36,6                 50,6

                   ISM non manufacturier É.-U.                             41,2                 53,3             Plus de 50 est 
                                                                                                                 signe 
                   ISM zone Euro                                           33,9                 49,0             d’expansion 
                   ISM des services zone Euro                              40,9                53,7*

                   LEI É.-U. (sur douze mois)                              -4,9                  6,5

                   Dette des ménages É.-U. (% du PIB)                      13,4                11,1*

                          *en juin 2011. Source : Bloomberg

    Par ailleurs, pendant la semaine du 19 septembre, nous avons vu les principaux indicateurs économiques
    américains afficher des données meilleures que prévu. Les résultats annoncés par l’Institut américain de la gestion
    des approvisionnements (ISM) continuent d'être supérieurs à 50, ce qui signale une expansion économique. Ces
    deux facteurs sont en contraste avec les conditions économiques que nous avons connues en 2008 et 2009. Les
    entreprises et les consommateurs sont en meilleure position qu'il y a deux ans, les entreprises disposant de plus
    de liquidités et les consommateurs ayant sensiblement réduit leurs dettes depuis la crise du crédit. Pour ce qui est
    de la situation à l’étranger, il est important de noter que les pays européens ne sont pas tous dans le même
    bateau que la Grèce. Bien qu'ayant été l'une des têtes d’affiche des problèmes de dette souveraine européenne,
Groupe de gestion d’actifs GLC                                1 de 2                                      Septembre 2011
www.groupeglc.com
 
 
 




    l'Irlande a récemment affiché une croissance de son produit intérieur brut (PIB) meilleure que prévu, après que son
    gouvernement eut imposé des mesures d'austérité difficiles mais nécessaires pour ramener le pays sur la voie
    d’une santé économique améliorée. Et enfin, les décideurs n'ont pas fermé les yeux. Bien qu’ils n'aient pas agi
    avec toute la conviction que nous souhaiterions, ils prennent certaines mesures pour mettre de l’ordre dans les
    affaires financières.

    Selon Dave Gill, vice-président principal, Actions (Gestion des capitaux London), lorsque les marchés capitulent,
    c’est souvent à la suite d’une réaction émotive des investisseurs, qui réagissent de manière excessive et font
    qu’on se trouve à jeter le bébé avec l’eau du bain. C’est pourtant à ce moment que vous voyez se présenter les
    grandes occasions d’achat. Cela étant dit, il nous prévient que les évaluations attrayantes (prix) à elles seules ne
    suffisent pas. M. Gill tient à préciser : « Vous devez faire vos devoirs, et cela doit faire partie de votre quotidien, et
    pas seulement les jours de grande volatilité. Nous commençons chaque journée en sachant quelles sont les
    entreprises à surveiller, de sorte que, quand les occasions se présentent, nos devoirs sont faits, notre recherche
    est au point et nous sommes prêts à agir. »


    POUR L’INSTANT
    Comme Patricia Nesbitt, vice-présidente principale, Actions (GIGWL), le mentionne : « Les retombées des pertes
    subies par les marchés font qu’il faudra voir les décideurs forcés d’agir pour que les investisseurs croient que
    l'économie est prête à amorcer sa relance, et cela n’est pas encore arrivé. » Nous croyons que les
    consommateurs et les entreprises devront avoir retrouvé leur confiance avant que l’attitude des investisseurs
    change et que le rendement des marchés se redresse. Nous allons surveiller cela de près, car cette condition
    demeure le pivot de la reprise économique.

    Nous sommes conscients du fait que de nombreux investisseurs ont des questions et qu’ils seront peut-être tentés
    de délaisser les actions et rester sur la touche pendant quelques mois afin d’éviter la volatilité des marchés. Nous
    déconseillons ce genre de synchronisation du marché. Les marchés sont de nature prospective et ils ont déjà
    anticipé une baisse significative des bénéfices futurs des entreprises. On estime actuellement qu’une baisse de 20
    à 25 pour cent des bénéfices des entreprises américaines a déjà été prise en compte. C'est la nature prospective
    des marchés boursiers qui rend les creux difficiles à prévoir. Votre meilleure chance de profiter des marchés une
    fois la reprise amorcée, c'est de rester dans les marchés.

    La volatilité des marchés n'est jamais facile à digérer, mais garder son sang-froid est la clé du succès. Les
    gestionnaires de portefeuille professionnels de GLC n’abandonnent pas une stratégie d'investissement bien
    pensée devant une volatilité des marchés de courte durée. En fait, une partie de la stratégie d'investissement
    consiste à avoir des processus bien définis qui nous permettent de profiter de la volatilité. Pour les investisseurs,
    nous soulignons également l'importance de ne pas abandonner les stratégies d'investissement à long terme qui,
    pour la plupart d’entre eux, comprendront une combinaison diversifiée d’actions (du pays et de l’étranger) et de
    placements à revenu fixe.




GCL, tous droits réservés. Vous ne pouvez ni reproduire, ni distribuer, ni utiliser autrement toute partie du présent article sans l’autorisation écrite préalable du Groupe de
gestion d’actifs GLC.

Les opinions exprimées dans le présent commentaire n’engagent que le Groupe de gestion d’actifs GLC ltée (« GLC ») à la date de leur publication et
peuvent changer sans préavis. Ce commentaire n’est présenté qu’à titre d’information et n’a pas pour but d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre
des produits de placement précis, ni de fournir des conseils juridiques ou fiscaux. Tout investisseur potentiel devrait étudier avec soin les documents
de placement avant de prendre la décision d’investir et s’adresser à son conseiller pour obtenir des conseils en fonction de sa situation particulière.

Groupe de gestion d’actifs GLC                                                     2 de 2                                                              Septembre 2011
www.groupeglc.com
 
 

Contenu connexe

Tendances

I week nantes-2019-tarneaud
I week nantes-2019-tarneaudI week nantes-2019-tarneaud
I week nantes-2019-tarneaud
CCI Nantes St-Nazaire
 
Quotidienne des marches_financiers_12_mars_2012
Quotidienne des marches_financiers_12_mars_2012Quotidienne des marches_financiers_12_mars_2012
Quotidienne des marches_financiers_12_mars_2012haakoo
 
La Crise De 2008
La Crise De 2008La Crise De 2008
La Crise De 2008
Régis Vansnick
 
Flash marches du 15/10/14 OFI AM
Flash marches du 15/10/14 OFI AMFlash marches du 15/10/14 OFI AM
Flash marches du 15/10/14 OFI AM
OFI Asset Management
 
Quantitative Easing (Why and How)
Quantitative Easing (Why and How)Quantitative Easing (Why and How)
Quantitative Easing (Why and How)Laurent Samuel
 
Syz & co syz asset management - point de vue 8 février 2013
Syz & co   syz asset management - point de vue 8 février 2013Syz & co   syz asset management - point de vue 8 février 2013
Syz & co syz asset management - point de vue 8 février 2013
Banque_SYZ
 
Balises n°8 - Spécial Paiments Innovants
Balises n°8 - Spécial Paiments InnovantsBalises n°8 - Spécial Paiments Innovants
Balises n°8 - Spécial Paiments Innovants
Jules Pourchon
 
Flash Allocation d'Actifs : le « Bull Market » est challengé sur ses 3 pilier...
Flash Allocation d'Actifs : le « Bull Market » est challengé sur ses 3 pilier...Flash Allocation d'Actifs : le « Bull Market » est challengé sur ses 3 pilier...
Flash Allocation d'Actifs : le « Bull Market » est challengé sur ses 3 pilier...
OFI Asset Management
 
Analyse crise
Analyse criseAnalyse crise
Analyse crise
Xavier Van Becelaere
 
Crise economique-de-2008-2009
Crise economique-de-2008-2009Crise economique-de-2008-2009
Crise economique-de-2008-2009hassan1488
 
100705 mj moins_d'impôts_lt
100705 mj moins_d'impôts_lt100705 mj moins_d'impôts_lt
100705 mj moins_d'impôts_ltBordier & Cie
 
PRIGEST US en 2012
PRIGEST US en 2012PRIGEST US en 2012
PRIGEST US en 2012
Matthieu Rolin, CIIA
 
Syz & co syz asset management - point de vue 27 février 2013
Syz & co   syz asset management - point de vue 27 février 2013Syz & co   syz asset management - point de vue 27 février 2013
Syz & co syz asset management - point de vue 27 février 2013Banque_SYZ
 
solutions systémiques à la Crise 2008, présentation Bernard Lietaer
solutions systémiques à la Crise 2008, présentation Bernard Lietaersolutions systémiques à la Crise 2008, présentation Bernard Lietaer
solutions systémiques à la Crise 2008, présentation Bernard Lietaer
Marc Tirel
 

Tendances (17)

I week nantes-2019-tarneaud
I week nantes-2019-tarneaudI week nantes-2019-tarneaud
I week nantes-2019-tarneaud
 
Quotidienne des marches_financiers_12_mars_2012
Quotidienne des marches_financiers_12_mars_2012Quotidienne des marches_financiers_12_mars_2012
Quotidienne des marches_financiers_12_mars_2012
 
La Crise De 2008
La Crise De 2008La Crise De 2008
La Crise De 2008
 
Flash marches du 15/10/14 OFI AM
Flash marches du 15/10/14 OFI AMFlash marches du 15/10/14 OFI AM
Flash marches du 15/10/14 OFI AM
 
Quantitative Easing (Why and How)
Quantitative Easing (Why and How)Quantitative Easing (Why and How)
Quantitative Easing (Why and How)
 
Syz & co syz asset management - point de vue 8 février 2013
Syz & co   syz asset management - point de vue 8 février 2013Syz & co   syz asset management - point de vue 8 février 2013
Syz & co syz asset management - point de vue 8 février 2013
 
Balises n°8 - Spécial Paiments Innovants
Balises n°8 - Spécial Paiments InnovantsBalises n°8 - Spécial Paiments Innovants
Balises n°8 - Spécial Paiments Innovants
 
"Comprendre enfin la crise"
"Comprendre enfin la crise""Comprendre enfin la crise"
"Comprendre enfin la crise"
 
Crise des subprimes
Crise des subprimesCrise des subprimes
Crise des subprimes
 
Flash Allocation d'Actifs : le « Bull Market » est challengé sur ses 3 pilier...
Flash Allocation d'Actifs : le « Bull Market » est challengé sur ses 3 pilier...Flash Allocation d'Actifs : le « Bull Market » est challengé sur ses 3 pilier...
Flash Allocation d'Actifs : le « Bull Market » est challengé sur ses 3 pilier...
 
Septembre 2010
Septembre 2010Septembre 2010
Septembre 2010
 
Analyse crise
Analyse criseAnalyse crise
Analyse crise
 
Crise economique-de-2008-2009
Crise economique-de-2008-2009Crise economique-de-2008-2009
Crise economique-de-2008-2009
 
100705 mj moins_d'impôts_lt
100705 mj moins_d'impôts_lt100705 mj moins_d'impôts_lt
100705 mj moins_d'impôts_lt
 
PRIGEST US en 2012
PRIGEST US en 2012PRIGEST US en 2012
PRIGEST US en 2012
 
Syz & co syz asset management - point de vue 27 février 2013
Syz & co   syz asset management - point de vue 27 février 2013Syz & co   syz asset management - point de vue 27 février 2013
Syz & co syz asset management - point de vue 27 février 2013
 
solutions systémiques à la Crise 2008, présentation Bernard Lietaer
solutions systémiques à la Crise 2008, présentation Bernard Lietaersolutions systémiques à la Crise 2008, présentation Bernard Lietaer
solutions systémiques à la Crise 2008, présentation Bernard Lietaer
 

En vedette

Candide sommaire dossier
Candide   sommaire dossierCandide   sommaire dossier
Candide sommaire dossierBac Français
 
PréSentation Volatilité 2009 SéMinaire Bloomberg
PréSentation  Volatilité 2009 SéMinaire BloombergPréSentation  Volatilité 2009 SéMinaire Bloomberg
PréSentation Volatilité 2009 SéMinaire Bloomberg
fahdfido
 
BMCE CAPITAL - Le marché financier Marocain
BMCE CAPITAL - Le marché financier Marocain BMCE CAPITAL - Le marché financier Marocain
BMCE CAPITAL - Le marché financier Marocain
BMCECapital
 
Gestion de portefeuille d'action
Gestion de portefeuille d'actionGestion de portefeuille d'action
Gestion de portefeuille d'action
Hicham Talbi
 
Exercices d analyse financière
Exercices d analyse financièreExercices d analyse financière
Exercices d analyse financière
Abde LLatif
 
Comment investir en bourse (l'analyse technique)
Comment investir en bourse (l'analyse technique)Comment investir en bourse (l'analyse technique)
Comment investir en bourse (l'analyse technique)Zakaria Naim
 

En vedette (7)

Candide sommaire dossier
Candide   sommaire dossierCandide   sommaire dossier
Candide sommaire dossier
 
PréSentation Volatilité 2009 SéMinaire Bloomberg
PréSentation  Volatilité 2009 SéMinaire BloombergPréSentation  Volatilité 2009 SéMinaire Bloomberg
PréSentation Volatilité 2009 SéMinaire Bloomberg
 
AT browser211111
AT browser211111AT browser211111
AT browser211111
 
BMCE CAPITAL - Le marché financier Marocain
BMCE CAPITAL - Le marché financier Marocain BMCE CAPITAL - Le marché financier Marocain
BMCE CAPITAL - Le marché financier Marocain
 
Gestion de portefeuille d'action
Gestion de portefeuille d'actionGestion de portefeuille d'action
Gestion de portefeuille d'action
 
Exercices d analyse financière
Exercices d analyse financièreExercices d analyse financière
Exercices d analyse financière
 
Comment investir en bourse (l'analyse technique)
Comment investir en bourse (l'analyse technique)Comment investir en bourse (l'analyse technique)
Comment investir en bourse (l'analyse technique)
 

Similaire à Commentaires sur la volatilité des marchés

Wat zijn de gevolgen voor uw vastgoedinvesteringen door 'Quantitative Easing'?
Wat zijn de gevolgen voor uw vastgoedinvesteringen door 'Quantitative Easing'?Wat zijn de gevolgen voor uw vastgoedinvesteringen door 'Quantitative Easing'?
Wat zijn de gevolgen voor uw vastgoedinvesteringen door 'Quantitative Easing'?
RedStones Real Estate
 
[FR] To be or not to be invested - Fixed-Income Market Intelligence
[FR] To be or not to be invested - Fixed-Income Market Intelligence[FR] To be or not to be invested - Fixed-Income Market Intelligence
[FR] To be or not to be invested - Fixed-Income Market Intelligence
NN Investment Partners
 
Valorisation des entreprises que regardent les marchés financiers ( avril 2014 )
Valorisation des entreprises que regardent les marchés financiers ( avril 2014 )Valorisation des entreprises que regardent les marchés financiers ( avril 2014 )
Valorisation des entreprises que regardent les marchés financiers ( avril 2014 )www.bourse-maroc.org
 
Perspectives macro 131_fr
Perspectives macro 131_frPerspectives macro 131_fr
Perspectives macro 131_frCherradi -
 
Formation bourse zoom ppt
Formation bourse zoom pptFormation bourse zoom ppt
Formation bourse zoom ppt
Sosthene Lasm , MBA
 
Revue mensuelle de novembre 2010
Revue mensuelle de novembre 2010Revue mensuelle de novembre 2010
Revue mensuelle de novembre 2010Martin Leduc
 
Commentaires de novembre 2010
Commentaires de novembre 2010Commentaires de novembre 2010
Commentaires de novembre 2010Martin Leduc
 
ViveLaCrise.pdf
ViveLaCrise.pdfViveLaCrise.pdf
ViveLaCrise.pdf
ACCBelgium1
 
4 ème rentrée économique - CCI Nîmes & Banque de France
4 ème rentrée économique - CCI Nîmes & Banque de France4 ème rentrée économique - CCI Nîmes & Banque de France
4 ème rentrée économique - CCI Nîmes & Banque de France
CCI de Nîmes
 
Revue Octobre 2010
Revue Octobre 2010Revue Octobre 2010
Revue Octobre 2010Martin Leduc
 
Rétrospective de l'année 2019 en dessins par David Martin
Rétrospective de l'année 2019 en dessins par David MartinRétrospective de l'année 2019 en dessins par David Martin
Rétrospective de l'année 2019 en dessins par David Martin
La Française
 
Livret Macroéconomique OFP - 2eme edition Juillet 2014 (Extraits)
Livret Macroéconomique OFP - 2eme edition Juillet 2014 (Extraits)Livret Macroéconomique OFP - 2eme edition Juillet 2014 (Extraits)
Livret Macroéconomique OFP - 2eme edition Juillet 2014 (Extraits)
Theodore Stanton
 
Les indicateurs de croissance économique
Les indicateurs de croissance économiqueLes indicateurs de croissance économique
Les indicateurs de croissance économique
Manon Cuylits
 
The_me_monnaie.ppt
The_me_monnaie.pptThe_me_monnaie.ppt
The_me_monnaie.ppt
HarizakaRAKOTO
 
Lettre économique Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande n36 (mai 2012)
Lettre économique Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande n36 (mai 2012)Lettre économique Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande n36 (mai 2012)
Lettre économique Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande n36 (mai 2012)
CCEF Australie
 
Le marché des bureaux en région lyonnaise - Bilan & Perspectives 2013
Le marché des bureaux en région lyonnaise - Bilan & Perspectives 2013Le marché des bureaux en région lyonnaise - Bilan & Perspectives 2013
Le marché des bureaux en région lyonnaise - Bilan & Perspectives 2013
JLL France
 
Enquête de Deloitte auprès des CFO en Suisse – Premier semestre 2022
Enquête de Deloitte auprès des CFO en Suisse – Premier semestre 2022Enquête de Deloitte auprès des CFO en Suisse – Premier semestre 2022
Enquête de Deloitte auprès des CFO en Suisse – Premier semestre 2022
Deloitte Switzerland
 

Similaire à Commentaires sur la volatilité des marchés (20)

Wat zijn de gevolgen voor uw vastgoedinvesteringen door 'Quantitative Easing'?
Wat zijn de gevolgen voor uw vastgoedinvesteringen door 'Quantitative Easing'?Wat zijn de gevolgen voor uw vastgoedinvesteringen door 'Quantitative Easing'?
Wat zijn de gevolgen voor uw vastgoedinvesteringen door 'Quantitative Easing'?
 
[FR] To be or not to be invested - Fixed-Income Market Intelligence
[FR] To be or not to be invested - Fixed-Income Market Intelligence[FR] To be or not to be invested - Fixed-Income Market Intelligence
[FR] To be or not to be invested - Fixed-Income Market Intelligence
 
Valorisation des entreprises que regardent les marchés financiers ( avril 2014 )
Valorisation des entreprises que regardent les marchés financiers ( avril 2014 )Valorisation des entreprises que regardent les marchés financiers ( avril 2014 )
Valorisation des entreprises que regardent les marchés financiers ( avril 2014 )
 
Perspectives macro 131_fr
Perspectives macro 131_frPerspectives macro 131_fr
Perspectives macro 131_fr
 
Formation bourse zoom ppt
Formation bourse zoom pptFormation bourse zoom ppt
Formation bourse zoom ppt
 
Only God Knows
Only God KnowsOnly God Knows
Only God Knows
 
Revue mensuelle de novembre 2010
Revue mensuelle de novembre 2010Revue mensuelle de novembre 2010
Revue mensuelle de novembre 2010
 
Commentaires de novembre 2010
Commentaires de novembre 2010Commentaires de novembre 2010
Commentaires de novembre 2010
 
.credit-suisse Quarterly Report Q1/2003
 .credit-suisse Quarterly Report Q1/2003 .credit-suisse Quarterly Report Q1/2003
.credit-suisse Quarterly Report Q1/2003
 
Octobre 2010
Octobre 2010Octobre 2010
Octobre 2010
 
ViveLaCrise.pdf
ViveLaCrise.pdfViveLaCrise.pdf
ViveLaCrise.pdf
 
4 ème rentrée économique - CCI Nîmes & Banque de France
4 ème rentrée économique - CCI Nîmes & Banque de France4 ème rentrée économique - CCI Nîmes & Banque de France
4 ème rentrée économique - CCI Nîmes & Banque de France
 
Revue Octobre 2010
Revue Octobre 2010Revue Octobre 2010
Revue Octobre 2010
 
Rétrospective de l'année 2019 en dessins par David Martin
Rétrospective de l'année 2019 en dessins par David MartinRétrospective de l'année 2019 en dessins par David Martin
Rétrospective de l'année 2019 en dessins par David Martin
 
Livret Macroéconomique OFP - 2eme edition Juillet 2014 (Extraits)
Livret Macroéconomique OFP - 2eme edition Juillet 2014 (Extraits)Livret Macroéconomique OFP - 2eme edition Juillet 2014 (Extraits)
Livret Macroéconomique OFP - 2eme edition Juillet 2014 (Extraits)
 
Les indicateurs de croissance économique
Les indicateurs de croissance économiqueLes indicateurs de croissance économique
Les indicateurs de croissance économique
 
The_me_monnaie.ppt
The_me_monnaie.pptThe_me_monnaie.ppt
The_me_monnaie.ppt
 
Lettre économique Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande n36 (mai 2012)
Lettre économique Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande n36 (mai 2012)Lettre économique Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande n36 (mai 2012)
Lettre économique Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande n36 (mai 2012)
 
Le marché des bureaux en région lyonnaise - Bilan & Perspectives 2013
Le marché des bureaux en région lyonnaise - Bilan & Perspectives 2013Le marché des bureaux en région lyonnaise - Bilan & Perspectives 2013
Le marché des bureaux en région lyonnaise - Bilan & Perspectives 2013
 
Enquête de Deloitte auprès des CFO en Suisse – Premier semestre 2022
Enquête de Deloitte auprès des CFO en Suisse – Premier semestre 2022Enquête de Deloitte auprès des CFO en Suisse – Premier semestre 2022
Enquête de Deloitte auprès des CFO en Suisse – Premier semestre 2022
 

Plus de Martin Leduc

December 2012 Commentary
December 2012 CommentaryDecember 2012 Commentary
December 2012 Commentary
Martin Leduc
 
Commentaires de décembre 2012
Commentaires de décembre 2012Commentaires de décembre 2012
Commentaires de décembre 2012Martin Leduc
 
November 2012 Commentary
November 2012 CommentaryNovember 2012 Commentary
November 2012 Commentary
Martin Leduc
 
Commentaires de novembre 2012
Commentaires de novembre 2012Commentaires de novembre 2012
Commentaires de novembre 2012Martin Leduc
 
October 2012 Commentary
October 2012 CommentaryOctober 2012 Commentary
October 2012 Commentary
Martin Leduc
 
Commentaires d\'octobre 2012
Commentaires d\'octobre 2012Commentaires d\'octobre 2012
Commentaires d\'octobre 2012Martin Leduc
 
September 2012 Commentary
September 2012 CommentarySeptember 2012 Commentary
September 2012 Commentary
Martin Leduc
 
Commentaires de septembre 2012
Commentaires de septembre 2012Commentaires de septembre 2012
Commentaires de septembre 2012Martin Leduc
 
August 2012 Commentary
August 2012 CommentaryAugust 2012 Commentary
August 2012 Commentary
Martin Leduc
 
Commentaires août 2012
Commentaires août 2012Commentaires août 2012
Commentaires août 2012Martin Leduc
 
July 2012 Commentary
July 2012 CommentaryJuly 2012 Commentary
July 2012 Commentary
Martin Leduc
 
Commentaires de juillet 2012
Commentaires de juillet 2012Commentaires de juillet 2012
Commentaires de juillet 2012Martin Leduc
 
June 2012 Commentary
June 2012 CommentaryJune 2012 Commentary
June 2012 Commentary
Martin Leduc
 
Commentaires de Juin 2012
Commentaires de Juin 2012Commentaires de Juin 2012
Commentaires de Juin 2012Martin Leduc
 
May 2012 Commentary
May 2012 CommentaryMay 2012 Commentary
May 2012 Commentary
Martin Leduc
 
Commentaires de mai 2012
Commentaires de mai 2012Commentaires de mai 2012
Commentaires de mai 2012Martin Leduc
 
Commentaires d\'avril 2012
Commentaires d\'avril 2012Commentaires d\'avril 2012
Commentaires d\'avril 2012Martin Leduc
 
March 2012 Commentary
March 2012 CommentaryMarch 2012 Commentary
March 2012 Commentary
Martin Leduc
 
Commentaires de mars 2012
Commentaires de mars 2012Commentaires de mars 2012
Commentaires de mars 2012Martin Leduc
 
January 2012 Commentary
January 2012 CommentaryJanuary 2012 Commentary
January 2012 Commentary
Martin Leduc
 

Plus de Martin Leduc (20)

December 2012 Commentary
December 2012 CommentaryDecember 2012 Commentary
December 2012 Commentary
 
Commentaires de décembre 2012
Commentaires de décembre 2012Commentaires de décembre 2012
Commentaires de décembre 2012
 
November 2012 Commentary
November 2012 CommentaryNovember 2012 Commentary
November 2012 Commentary
 
Commentaires de novembre 2012
Commentaires de novembre 2012Commentaires de novembre 2012
Commentaires de novembre 2012
 
October 2012 Commentary
October 2012 CommentaryOctober 2012 Commentary
October 2012 Commentary
 
Commentaires d\'octobre 2012
Commentaires d\'octobre 2012Commentaires d\'octobre 2012
Commentaires d\'octobre 2012
 
September 2012 Commentary
September 2012 CommentarySeptember 2012 Commentary
September 2012 Commentary
 
Commentaires de septembre 2012
Commentaires de septembre 2012Commentaires de septembre 2012
Commentaires de septembre 2012
 
August 2012 Commentary
August 2012 CommentaryAugust 2012 Commentary
August 2012 Commentary
 
Commentaires août 2012
Commentaires août 2012Commentaires août 2012
Commentaires août 2012
 
July 2012 Commentary
July 2012 CommentaryJuly 2012 Commentary
July 2012 Commentary
 
Commentaires de juillet 2012
Commentaires de juillet 2012Commentaires de juillet 2012
Commentaires de juillet 2012
 
June 2012 Commentary
June 2012 CommentaryJune 2012 Commentary
June 2012 Commentary
 
Commentaires de Juin 2012
Commentaires de Juin 2012Commentaires de Juin 2012
Commentaires de Juin 2012
 
May 2012 Commentary
May 2012 CommentaryMay 2012 Commentary
May 2012 Commentary
 
Commentaires de mai 2012
Commentaires de mai 2012Commentaires de mai 2012
Commentaires de mai 2012
 
Commentaires d\'avril 2012
Commentaires d\'avril 2012Commentaires d\'avril 2012
Commentaires d\'avril 2012
 
March 2012 Commentary
March 2012 CommentaryMarch 2012 Commentary
March 2012 Commentary
 
Commentaires de mars 2012
Commentaires de mars 2012Commentaires de mars 2012
Commentaires de mars 2012
 
January 2012 Commentary
January 2012 CommentaryJanuary 2012 Commentary
January 2012 Commentary
 

Commentaires sur la volatilité des marchés

  • 1.   23 SEPTEMBRE 2011  Récente volatilité des marchés Les marchés ont été malmenés cette semaine, réagissant au fait que les investisseurs ont évité les éléments d’actif qu’ils jugeaient risqués, notamment les actions et les marchandises. En regardant le tableau d’ensemble, il n’y a rien eu de vraiment très nouveau depuis le milieu de l’été. La plus récente volatilité des marchés découle essentiellement des mêmes problèmes, soit la dette européenne et les craintes d’un affaiblissement de la croissance mondiale. Une grande partie du dégagement actuel que connaissent les marchés est attribuable à un manque de confiance des consommateurs et des entreprises, qui sont d’autant plus exacerbés par le fait que les politiques adoptées relativement aux problèmes financiers de la zone euro n’ont pas reçu la réponse escomptée. Comme nous l'avons mentionné au cours des deux derniers mois, nous prévoyons qu’une volatilité plus grande que prévu persistera, car les deux enjeux précités ne pourront pas être réglés rapidement ou aisément. C'est clairement ce que nous vivons actuellement, et nous nous attendons à ce que cette situation perdure. OÙ NOUS EN SOMMES AUJOURD’HUI Le risque d'une récession aux États-Unis a augmenté, mais nous continuons de penser que ce pays évitera une récession généralisée ou sévère. Notre avis repose sur le fait que nous ne vivons pas les mêmes conditions économiques que pendant la crise financière. Les récentes données de certains grands indicateurs économiques placent les chiffres actuels à des niveaux nettement plus hauts que ceux du début de 2009, mais tout de même inférieurs, c’est vrai, à ceux affichés l’année dernière. Il n’en demeure pas moins que la conjoncture économique s’est grandement améliorée depuis les creux du marché baissier de mars 2009 (voir le tableau ci-dessous). Indicateur économique  Mars 2009  Août 2011  ISM É.-U. 36,6 50,6 ISM non manufacturier É.-U. 41,2 53,3 Plus de 50 est  signe  ISM zone Euro 33,9 49,0 d’expansion  ISM des services zone Euro 40,9 53,7* LEI É.-U. (sur douze mois) -4,9 6,5 Dette des ménages É.-U. (% du PIB) 13,4 11,1* *en juin 2011. Source : Bloomberg Par ailleurs, pendant la semaine du 19 septembre, nous avons vu les principaux indicateurs économiques américains afficher des données meilleures que prévu. Les résultats annoncés par l’Institut américain de la gestion des approvisionnements (ISM) continuent d'être supérieurs à 50, ce qui signale une expansion économique. Ces deux facteurs sont en contraste avec les conditions économiques que nous avons connues en 2008 et 2009. Les entreprises et les consommateurs sont en meilleure position qu'il y a deux ans, les entreprises disposant de plus de liquidités et les consommateurs ayant sensiblement réduit leurs dettes depuis la crise du crédit. Pour ce qui est de la situation à l’étranger, il est important de noter que les pays européens ne sont pas tous dans le même bateau que la Grèce. Bien qu'ayant été l'une des têtes d’affiche des problèmes de dette souveraine européenne, Groupe de gestion d’actifs GLC 1 de 2 Septembre 2011 www.groupeglc.com    
  • 2.   l'Irlande a récemment affiché une croissance de son produit intérieur brut (PIB) meilleure que prévu, après que son gouvernement eut imposé des mesures d'austérité difficiles mais nécessaires pour ramener le pays sur la voie d’une santé économique améliorée. Et enfin, les décideurs n'ont pas fermé les yeux. Bien qu’ils n'aient pas agi avec toute la conviction que nous souhaiterions, ils prennent certaines mesures pour mettre de l’ordre dans les affaires financières. Selon Dave Gill, vice-président principal, Actions (Gestion des capitaux London), lorsque les marchés capitulent, c’est souvent à la suite d’une réaction émotive des investisseurs, qui réagissent de manière excessive et font qu’on se trouve à jeter le bébé avec l’eau du bain. C’est pourtant à ce moment que vous voyez se présenter les grandes occasions d’achat. Cela étant dit, il nous prévient que les évaluations attrayantes (prix) à elles seules ne suffisent pas. M. Gill tient à préciser : « Vous devez faire vos devoirs, et cela doit faire partie de votre quotidien, et pas seulement les jours de grande volatilité. Nous commençons chaque journée en sachant quelles sont les entreprises à surveiller, de sorte que, quand les occasions se présentent, nos devoirs sont faits, notre recherche est au point et nous sommes prêts à agir. » POUR L’INSTANT Comme Patricia Nesbitt, vice-présidente principale, Actions (GIGWL), le mentionne : « Les retombées des pertes subies par les marchés font qu’il faudra voir les décideurs forcés d’agir pour que les investisseurs croient que l'économie est prête à amorcer sa relance, et cela n’est pas encore arrivé. » Nous croyons que les consommateurs et les entreprises devront avoir retrouvé leur confiance avant que l’attitude des investisseurs change et que le rendement des marchés se redresse. Nous allons surveiller cela de près, car cette condition demeure le pivot de la reprise économique. Nous sommes conscients du fait que de nombreux investisseurs ont des questions et qu’ils seront peut-être tentés de délaisser les actions et rester sur la touche pendant quelques mois afin d’éviter la volatilité des marchés. Nous déconseillons ce genre de synchronisation du marché. Les marchés sont de nature prospective et ils ont déjà anticipé une baisse significative des bénéfices futurs des entreprises. On estime actuellement qu’une baisse de 20 à 25 pour cent des bénéfices des entreprises américaines a déjà été prise en compte. C'est la nature prospective des marchés boursiers qui rend les creux difficiles à prévoir. Votre meilleure chance de profiter des marchés une fois la reprise amorcée, c'est de rester dans les marchés. La volatilité des marchés n'est jamais facile à digérer, mais garder son sang-froid est la clé du succès. Les gestionnaires de portefeuille professionnels de GLC n’abandonnent pas une stratégie d'investissement bien pensée devant une volatilité des marchés de courte durée. En fait, une partie de la stratégie d'investissement consiste à avoir des processus bien définis qui nous permettent de profiter de la volatilité. Pour les investisseurs, nous soulignons également l'importance de ne pas abandonner les stratégies d'investissement à long terme qui, pour la plupart d’entre eux, comprendront une combinaison diversifiée d’actions (du pays et de l’étranger) et de placements à revenu fixe. GCL, tous droits réservés. Vous ne pouvez ni reproduire, ni distribuer, ni utiliser autrement toute partie du présent article sans l’autorisation écrite préalable du Groupe de gestion d’actifs GLC. Les opinions exprimées dans le présent commentaire n’engagent que le Groupe de gestion d’actifs GLC ltée (« GLC ») à la date de leur publication et peuvent changer sans préavis. Ce commentaire n’est présenté qu’à titre d’information et n’a pas pour but d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement précis, ni de fournir des conseils juridiques ou fiscaux. Tout investisseur potentiel devrait étudier avec soin les documents de placement avant de prendre la décision d’investir et s’adresser à son conseiller pour obtenir des conseils en fonction de sa situation particulière. Groupe de gestion d’actifs GLC 2 de 2 Septembre 2011 www.groupeglc.com