SlideShare une entreprise Scribd logo
Information
Priorite
Économie PAR
FEDERAL FINANCE,
août 2016
économie
investissement
PATRIMOINE
Les marchés actions ont repris le chemin de la hausse en juillet
après avoir fortement chuté sur l’annonce du résultat du référendum
anglais le 24 juin. Si la situation britannique reste complexe, la raison
du rebond des marchés tient à la conjonction de plusieurs autres
facteurs : l’anticipation d’assouplissements monétaires dans
de nombreux pays, la publication de chiffres économiques
globalement rassurants et la mise en place d’un plan de
soutien budgétaire au Japon. Dans les mois qui viennent,
de nombreuses échéances politiques sont attendues
(référendum en Italie, élections américaines,
négociations du Brexit…). Si l’embellie récente
des marchés est la bienvenue, ces derniers ne
doivent pas pour autant devenir euphoriques.
La croissance mondiale reste modérée
Aux Etats-Unis, la croissance du PIB au deuxième trimestre
estrestéefaibleà+1,2%.Laconsommationesttoutefoisrestée
dynamique. Les dernières créations d’emplois du mois de juin et
juillet ont rassuré après le trou d’air de mai et les salaires accélèrent
progressivement. Cependant, l’investissement des entreprises est
de nouveau en baisse au deuxième trimestre, et ce malgré des
indices de confiance ISM mieux orientés. L’inflation reste stable et se
situe à +1 % et l’inflation hors prix de l’énergie à +2,3 % en juin.
En Zone Euro, la croissance du PIB a ralenti au deuxième trimestre à
+1,2 %. En France, la croissance a été nulle. La consommation des
ménages a stagné et l’investissement des entreprises a légèrement
reculé. Au-delà d’un contrecoup après un premier trimestre très
dynamique, les inondations et les nombreuses grèves en mai et juin
ont impacté l’activité. L’inflation en Zone Euro se situe à + 0,2 % en
juillet et à +0,8 % pour l’inflation hors prix du pétrole.
Au Royaume-Uni, la croissance du PIB a été plus forte qu’attendu
au deuxième trimestre à +2,4 %, avant le résultat du vote du Brexit
fin juin. Depuis juillet, les indices de confiance ont chuté dans
l’industrie et les services. Afin d’éviter un ralentissement trop
significatif de l’activité, la Banque Centrale Anglaise (BoE) a annoncé
le 4 août une série de mesures d’assouplissement.
Les banques centrales rassurent les marchés
Sur le marché monétaire, les taux ont de nouveau baissé : -0,30 %
pour l’Euribor 3 mois et -0,33 % pour l’Eonia. Le choc initial du Brexit
partiellement digéré, les taux US sont remontés depuis avec de
meilleurs chiffres économiques, notamment ceux de l’emploi. En
Europe, les attentes d’assouplissement monétaire ont maintenu
les taux souverains sur de faibles niveaux. L’indice CAC 40 est
remonté en juillet, clôturant le mois à 4439 points. Malgré le vote du
Brexit fin juin, les investisseurs ont été rassurés par de meilleurs
chiffres économiques, notamment aux États-Unis, et par
l’anticipation de futures actions des Banques Centrales.
L’Euro est resté relativement stable face au Dollar
depuis début juillet, oscillant autour de 1,11 €/$. Les
cours du pétrole ont baissé jusqu’à 43 $ le baril
fin juillet. La remontée des stocks d’essence aux USA
a pesé sur les cours.
Les risques politiques et l’inflation
devraient marquer la fin 2016
À l’automne, aux nombreuses sources d’incertitudes
politiques viendront se rajouter la remontée significative des
chiffres d’inflation liée au rebond de la composante énergie
(effet de base lié au pétrole). Cela devrait modifier significativement
la perception des agents économiques et des marchés, renforcer les
perspectives de hausses salariales et réduire les craintes de déflation
récurrentes. Le pilotage des taux directeurs américains se fera à vue.
Une remontée en fin d’année à 0,75 % reste possible. Le contexte
économique pourrait permettre aux taux longs de poursuivre leur
hausse d’ici la fin de l’année mais de façon très modérée. En Zone
Euro, la progression du taux à 10 ans allemand (0,20 % attendu) devrait
être limitée par la faible hausse des taux longs US et le renforcement
possible de l’action de la BCE. Depuis le Brexit, les marchés actions
se sont redressés grâce à la perspective de politiques monétaires
accommodantes de la part des principales banques centrales
mondiales et à la publication de chiffres économiques mondiaux plutôt
rassurants. Cependant, l’incertitude politique (référendum italien,
élections US, renégociations commerciales avec la Chine…) vient
rappeler les nombreux risques qui pourraient se matérialiser d’ici la
fin de l’année et limiter le potentiel de hausse des marchés actions.
N° 32 septembre 2016
1
Repiquage logo
(ce bloc est juste
à effacer si il n’y a pas
de repiquage
Investissement
La gestion pilotée
La gestion pilotée est un mode de gestion proposé
au souscripteur dans le cadre de certains Plans
d’Epargne Retraite Populaire (PERP) et certains contrats
d’assurance-vie. En optant pour ce mode de gestion,
le souscripteur accepte une gestion automatisée de la
répartition des supports d’investissement de son contrat,
et notamment les arbitrages qui en résultent. Le capital est
alors réparti entre plusieurs supports d’investissement
prédéterminés, dans des proportions dépendant de
la durée restant à courir jusqu’à une date d’échéance
précisée au départ. Dans le cadre d’un PERP, cette
date d’échéance correspond généralement à la date de
départ à la retraite de l’adhérent, c’est-à-dire au moment
où le contrat est dénoué. Dans le cas d’un contrat
d’assurance-vie, la date d’échéance est fixée librement
par l’adhérent, en fonction de son projet et de son
horizon d’investissement.
Les contrats proposant ce mode de gestion laissent
généralement au souscripteur le choix entre plusieurs
orientations de gestion pilotée, afin de coller au mieux
à sa stratégie d’investissement et à son degré d’aversion
aux risques liés aux marchés financiers. Ainsi, par
exemple, deux orientations de gestion, l’une partiellement
sécurisée et l’autre plus dynamique, peuvent être
proposées au souscripteur. La première, qui convient
davantage à une optique retraite, assurera au
souscripteur une sécurisation progressive de son capital
jusqu’à la date d’échéance. Comment ? En augmentant
au fil du temps sa fraction investie sur le fonds en
euros à capital garanti du contrat et en diminuant celle
investie sur les unités de compte, présentant un risque de
perte en capital. La seconde, au contraire, maintiendra
ses investissements en unités de compte jusqu’à la date
d’échéance, exposant l’investissement du souscripteur,
sur toute sa durée, aux variations - positives ou
négatives - des marchés financiers. Les supports
composant chacune des orientations de gestion, ainsi
que leur répartition en fonction de la durée qui sépare
le souscripteur de la date d’échéance, sont détaillés au
sein des conditions contractuelles.
Une fois que l’orientation de gestion pilotée a été choisie,
les versements du souscripteur sont automatiquement
répartis selon celle-ci et le souscripteur ne peut effectuer
d’arbitrages autres que ceux prévus par ce mode de gestion.
Un arbitrage automatique est ainsi effectué périodiquement
(chaque trimestre généralement) pour répartir le capital
dans les proportions dépendant de la durée séparant la
date de l’arbitrage de la date d’échéance.
Metzler WS90 est
un fonds diversifié
flexible international
à o b j e c t i f d e
préservation du capital. Il s’adresse aux épargnants
ayant une aversion aux risques et recherchant une
valorisation du capital à long terme supérieure à celles
des fonds euros traditionnels.
Création de valeur et objectif de préservation du
capital
Le fonds Metzler WS90 a pour objectif une appréciation à
long terme du capital (5 % par an avec 5 % de volatilité)
tout en préservant chaque année civile 90 % du capital
atteint en fin d’année précédente. La seule solution
pour atteindre régulièrement et de manière fiable ces
objectifs est d’adopter une approche systématique
d’allocation d’actifs soumise à des règles, exempte de
jugements subjectifs et de convictions personnelles.
Chaque jour la combinaison optimale de placements
en actions (indices internationaux) et en obligations
(souveraines internationales) est déterminée selon la
situation du marché et l’attrait des différentes classes
d’actifs. Ainsi les investisseurs peuvent profiter de
manière flexible des opportunités changeantes sur
les marchés actions et obligataires mondiaux, tout en
bénéficiant d´un risque de perte limité grâce à l´objectif de
préservation du capital.
Un gérant prestigieux, indépendant et innovant
Metzler Asset Management fait partie de la
prestigieuse banque francfortoise 100 % familiale
Metzler fondée en 1674. Elle est considérée depuis
15 ans comme leader et pilote de l’innovation dans la
gestion de stratégies diversifiées à objectif de
préservation du capital, avec près de 10 milliards
d´euros gérés pour des clients institutionnels et
particuliers. L’équipe de gestion est composée de
9 gérants et 10 ingénieurs en recherche appliquée
chargés de vérifier le bon sens de l´allocation, de passer
les ordres sur les marchés et d’optimiser la gestion.
La performance* du fonds depuis le début de l’année 2016
est de 2,40 % à fin juillet, avec une volatilité de 2,84 %.
* Le capital n’est pas garanti. Performance brute des frais liés au
cadre d’investissement. Les performances passées ne préjugent
pas des performances futures.
CODE ISIN : IE00BVYPMN44
Unité de compte présentant
un risque de perte en capital
Metzler
WS90
2
SICAV d’allocation
flexible, l’exposition
de R Valor aux actions
internationales et
aux taux peut varier de 0 % à 100 % en fonction des
convictions des gérants, afin de rechercher à accroître le
capital à long terme. Sans biais sur les classes d’actifs et
les zones géographiques, sa gestion combine analyses
macroéconomique et fondamentale.
Un historique de performance solide
Créée en avril 1994, la SICAV R Valor a connu 19 années
positives sur ses 21 années pleines*.
Une gestion de conviction
À fin juillet 2016, le portefeuille est concentré sur une
sélection d’entreprises innovantes, aux bilans financiers
solides et conservant un fort « pouvoir de fixation des prix ».
Activement gérée, la SICAV R Valor possède actuellement
34 lignes de titres en portefeuille.
Investi à 93 % en actions, le portefeuille est majoritairement
exposé à l’Amérique du Nord, avec une prédominance pour
les valeurs industrielles, technologiques et financières. En
effet, les trois plus gros secteurs représentent 69 % du
fonds.
Yoann Ignatiew et Xavier de Laforcade, respectivement
présents dans la société depuis 2008 et 2010, forment un
véritable binôme dans la prise de décisions.
* Performances brutes des frais liés au cadre d’investissement. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.
Source : Morningstar.
PERFORMANCES* AU 19 AOûT 2016
Depuis le 1er
janvier 2016 2015 2014 2013
3 ans
(annualisée)
5 ans
(annualisée)
10 ans
(annualisée)
+5,94 % +3,92 % +14,98 % +23,59 % +11,30 % +12,86 % +6,79 %
L e f o n d s d e
multigestion CBT
Action Eurovol 20
a pour objectif de
capter la performance des actions de la zone euro. Sa
flexibilité, de 60 % à 100 %, lui permet en période de
crise d’avoir une exposition moindre aux baisses des
marchés boursiers. L’autre objectif est de maîtriser la
volatilité à un maximum de 20 % en moyenne sur un
an glissant.
Une nouvelle approche de la gestion de portefeuilles
En période de crise comme pendant l’année 2011, le fonds
a été l’un des moins volatils de sa catégorie. Dans cette
optique, nous analysons la volatilité implicite des options,
le VIX, qui nous incite à modifier l’allocation du portefeuille
lorsque les marchés entrent en période dite « de stress»
telle qu’en 2011. À l’inverse, lorsque la volatilité est basse,
signifiant une période plutôt calme sur les marchés, le
fonds sera entièrement investi et exposé aux marchés afin
de profiter de la hausse. Cette approche de l’allocation
d’actifs a valu à CBT Gestion le prix de l’Innovation décerné
par l’AGEFI en 2011.
Le processus d’investissement
La gestion du portefeuille de CBT Action Eurovol 20 suit
un processus d’investissement discipliné et appliqué
de façon rigoureuse, avec en fil rouge la maîtrise de la
volatilité combinée à une recherche permanente de
performance. Une buy-list* est déterminée suite à une
analyse quantitative et qualitative, une due diligence**
et de nombreuses rencontres avec les sociétés. L’étape
suivante est la réalisation d’un portefeuille « cœur », en
fonction du risque global de marché, du style de gestion
souhaité ou des éventuels biais, et de la recherche d’une
combinaison efficiente entre tous ces éléments. Les
gérants utilisent également des fonds de « pur béta » ou
des fonds monétaires afin de réguler l’exposition globale
du portefeuille via une approche propriétaire systématique.
Le fonds CBT Action Eurovol 20 est également éligible
au PEA.
* Liste d’achats.
** Une due diligence ou diligence raisonnable est l’ensemble des
vérifications qu’un éventuel acquéreur ou investisseur va réaliser
avant une transaction, afin de se faire une idée précise de la situation
d’une entreprise.
CODE ISIN : FR0010953794 (part R)
Unité de compte présentant
un risque de perte en capital
CODE ISIN : FR0011261197
Unité de compte présentant
un risque de perte en capital
CBT Action
Eurovol 20
RValorFEUR
3
Patrimoine
De l’intérêt de la clause
bénéficiaire démembrée
Documentcommercialdépourvudevaleurcontractuelle.Créditphotos:iStock
Par DAMIEN CORNU
INGENIEUR PATRIMONIAL
ET FINANCIER,
VIE PLUS
Démembrer la clause bénéficiaire
d’un contrat d’assurance-vie
revie nt à dé signe r
s i m u l t a n é m e n t
plusieurs personnes en leur octroyant des droits
différents sur les capitaux décès du contrat.
Sur un plan civil, qu’ils soient désignés en
tant qu’usufruitiers ou nus-propriétaires,
tous ont bien la qualité de bénéficiaires du
contrat. Sur un plan fiscal, les choses ont évolué
avec le temps...
Démembrement portant sur une
somme d’argent
Le démembrement des capitaux décès portant sur une
somme d’argent, bien consomptible par nature, est soumis,
sauf dispositions contraires du stipulant, au régime particulier
du quasi-usufruit.
Se fondant sur la logique même de ce régime, dans lequel
l’usufruitier dispose des fonds à sa convenance « comme un
quasi-propriétaire », les compagnies d’assurance versent donc
par défaut l’intégralité des capitaux au seul quasi-usufruitier.
Au plan fiscal, l'administration y voyait alors un bénéficiaire
exclusif : l’usufruitier. À ce titre, lui seul était redevable, le cas
échéant, de la fiscalité. De manière surprenante, l’administration
fiscale n’appliquait néanmoins ce principe que dans le cadre des
dispositions de l’article 990 I du CGI (primes versées avant le 70e
anniversaire de l’assuré), mais pas dans celles de l’article 757 B
du CGI (primes versées après le 70e
anniversaire de l’assuré).
Cette position, particulièrement intéressante dans le
cadre d’un démembrement entre le conjoint et les enfants,
permettait une transmission progressive en l’absence totale
de fiscalité, le conjoint étant exonéré de la fiscalité relative
à l’article 990 I du CGI.
Depuis 2011, l’administration fiscale s’est alignée sur le
civil et reconnait désormais la qualité de bénéficiaire au(x)
nu(s)-propriétaire(s). Ce dernier supportant du même coup
la fiscalité relative à l’assurance-vie et ce, quel que soit le
régime applicable (757 B ou 990 I du CGI).
Le démembrement garde son intérêt
Malgré ce régime fiscal moins favorable de l’article 990 I du
CGI, le démembrement de la clause bénéficiaire conserve un
réel intérêt dans une optique de transmission successorale
efficace, tout en diminuant, dans certains cas, la facture fiscale
(cf. exemple). L’intérêt fiscal s’ajoute donc, dans certains cas,
à l’intérêt civil du démembrement.
Éviter certains écueils
Afin que la stratégie produise les effets escomptés,
un soin particulier devra cependant être apporté
à la rédaction de la clause. Principaux points
d’attention :
• indiquer de manière explicite le régime auquel
seront soumis les capitaux décès ;
• utiliser à bon escient la dispense de l’obligation
de remploi ou de fournir caution. Une telle dispense
constitue un risque plus important pour les nus-
propriétaires de ne pas recouvrer leur créance ;
• prévoir dès le départ la façon dont sera acquittée la fiscalité ;
• une fois les capitaux payés, formaliser, par acte sous seing
privé ou auprès d’un notaire, le quasi-usufruit. Avec la mise
en place du fichier FICOVIE, l’information est désormais
automatiquement délivrée. Néanmoins, un tel acte permet de
donner à la créance une date certaine. Une telle formalisation
pourrait en outre permettre au quasi-usufruitier de déduire sa
dette de restitution de son assiette ISF (Cass. com., 24 mai
2016, n˚ 15-17.788).
Exemple : volonté de transmission au conjoint puis à un enfant
commun. Au décès : assuré âgé de 65 ans et capitaux de
200 000 € après prélèvements sociaux.
Clause-type :
« Mon conjoint,
à défaut
mes enfants… »
Clause démembrée :
« Mon conjoint en
usufruit, mes enfants
en nue-propriété »
Assiette fiscale
990 I conjoint
200 000 € 80 000 €
Assiette fiscale
990 I enfant
Néant 120 000 €
Fiscalité
990 I conjoint
Néant Néant
Fiscalité 990 I enfant Néant 5 700 €
Capitaux versés
au conjoint
200 000 € 194 300 €
Capitaux versés
à l’enfant
Néant Néant
Situation en cas de décès du conjoint survivant
(hypothèse : conservation des capitaux transmis)
Capital transmis avant
impôt
200 000 € 194 300 €
Fiscalité 18 194 € Néant (art. 1133 CGI)
Capital net transmis 181 806 € 194 300 €
4
Ce document vous est offert par :
FIDUCIA ASSURANCES ET PATRIMOINE
SARL à associé unique au capital de 2 000 €
5, allée des Grillons - 77 310 SAINT-FARGEAU PONTHIERRY
Siren 789 617 149 RCS Melun – Orias 13001076

Contenu connexe

Tendances

Commentaires au sujet du séisme au Japon et des conditions actuelles du marché
Commentaires au sujet du séisme au Japon et des conditions actuelles du marchéCommentaires au sujet du séisme au Japon et des conditions actuelles du marché
Commentaires au sujet du séisme au Japon et des conditions actuelles du marchéMartin Leduc
 
Lettre économique Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande n36 (mai 2012)
Lettre économique Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande n36 (mai 2012)Lettre économique Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande n36 (mai 2012)
Lettre économique Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande n36 (mai 2012)
CCEF Australie
 
Environnement économique & stratégie d’investissement - La gestion flexible ...
Environnement économique & stratégie d’investissement -  La gestion flexible ...Environnement économique & stratégie d’investissement -  La gestion flexible ...
Environnement économique & stratégie d’investissement - La gestion flexible ...
Forums financiers de Wallonie
 
I week nantes-2019-tarneaud
I week nantes-2019-tarneaudI week nantes-2019-tarneaud
I week nantes-2019-tarneaud
CCI Nantes St-Nazaire
 
Evaluation economique mondiale intermediaire de l'ocde
Evaluation economique mondiale intermediaire de l'ocdeEvaluation economique mondiale intermediaire de l'ocde
Evaluation economique mondiale intermediaire de l'ocdeOECD, Economics Department
 
Politique monétaire
Politique monétairePolitique monétaire
Politique monétaire
Jérémy Morvan
 
Séance8 pratique de la politique monétaire
Séance8   pratique de la politique monétaireSéance8   pratique de la politique monétaire
Séance8 pratique de la politique monétaire
Paul Angles
 
Dix ans après, vers une nouvelle crise économique et financière ? Mythe ou ré...
Dix ans après, vers une nouvelle crise économique et financière ? Mythe ou ré...Dix ans après, vers une nouvelle crise économique et financière ? Mythe ou ré...
Dix ans après, vers une nouvelle crise économique et financière ? Mythe ou ré...
Forums financiers de Wallonie
 
Les indicateurs de croissance économique
Les indicateurs de croissance économiqueLes indicateurs de croissance économique
Les indicateurs de croissance économique
Manon Cuylits
 
Weekly actions 05 novembre 2010
Weekly actions 05 novembre 2010Weekly actions 05 novembre 2010
Weekly actions 05 novembre 2010Cherradi -
 
LF 2017 Dr. Aram Belhadj
LF 2017 Dr. Aram BelhadjLF 2017 Dr. Aram Belhadj
LF 2017 Dr. Aram Belhadj
Aram Belhadj
 
Rapport annuel 2017 Convertir le redressement conjoncturel en une croissance ...
Rapport annuel 2017 Convertir le redressement conjoncturel en une croissance ...Rapport annuel 2017 Convertir le redressement conjoncturel en une croissance ...
Rapport annuel 2017 Convertir le redressement conjoncturel en une croissance ...
Forums financiers de Wallonie
 
Séance 3 politique budgétaire et endettement
Séance 3   politique budgétaire et endettementSéance 3   politique budgétaire et endettement
Séance 3 politique budgétaire et endettement
Rayan Nezzar
 
Flash marches du 15/10/14 OFI AM
Flash marches du 15/10/14 OFI AMFlash marches du 15/10/14 OFI AM
Flash marches du 15/10/14 OFI AM
OFI Asset Management
 
Mécanismes de transmission de la politique monétaire.
Mécanismes de transmission de la politique monétaire.Mécanismes de transmission de la politique monétaire.
Mécanismes de transmission de la politique monétaire.
bouchra elabbadi
 
Revue mensuelle de novembre 2010
Revue mensuelle de novembre 2010Revue mensuelle de novembre 2010
Revue mensuelle de novembre 2010Martin Leduc
 
Les fondements économiques d'une tragédie grecque
Les fondements économiques d'une tragédie grecqueLes fondements économiques d'une tragédie grecque
Les fondements économiques d'une tragédie grecque
Roger Claessens
 
Point conjoncture et marchés de Raymond James AM
Point conjoncture et marchés de Raymond James AMPoint conjoncture et marchés de Raymond James AM
Point conjoncture et marchés de Raymond James AM
Marina Ubeda
 
2015 prévisions de moyen terme trimestre 2
2015 prévisions de moyen terme trimestre 22015 prévisions de moyen terme trimestre 2
2015 prévisions de moyen terme trimestre 2
aurelien malecki
 
Perspectives economiques- Hiver 2015
Perspectives economiques- Hiver 2015Perspectives economiques- Hiver 2015
Perspectives economiques- Hiver 2015
Banque Nationale
 

Tendances (20)

Commentaires au sujet du séisme au Japon et des conditions actuelles du marché
Commentaires au sujet du séisme au Japon et des conditions actuelles du marchéCommentaires au sujet du séisme au Japon et des conditions actuelles du marché
Commentaires au sujet du séisme au Japon et des conditions actuelles du marché
 
Lettre économique Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande n36 (mai 2012)
Lettre économique Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande n36 (mai 2012)Lettre économique Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande n36 (mai 2012)
Lettre économique Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande n36 (mai 2012)
 
Environnement économique & stratégie d’investissement - La gestion flexible ...
Environnement économique & stratégie d’investissement -  La gestion flexible ...Environnement économique & stratégie d’investissement -  La gestion flexible ...
Environnement économique & stratégie d’investissement - La gestion flexible ...
 
I week nantes-2019-tarneaud
I week nantes-2019-tarneaudI week nantes-2019-tarneaud
I week nantes-2019-tarneaud
 
Evaluation economique mondiale intermediaire de l'ocde
Evaluation economique mondiale intermediaire de l'ocdeEvaluation economique mondiale intermediaire de l'ocde
Evaluation economique mondiale intermediaire de l'ocde
 
Politique monétaire
Politique monétairePolitique monétaire
Politique monétaire
 
Séance8 pratique de la politique monétaire
Séance8   pratique de la politique monétaireSéance8   pratique de la politique monétaire
Séance8 pratique de la politique monétaire
 
Dix ans après, vers une nouvelle crise économique et financière ? Mythe ou ré...
Dix ans après, vers une nouvelle crise économique et financière ? Mythe ou ré...Dix ans après, vers une nouvelle crise économique et financière ? Mythe ou ré...
Dix ans après, vers une nouvelle crise économique et financière ? Mythe ou ré...
 
Les indicateurs de croissance économique
Les indicateurs de croissance économiqueLes indicateurs de croissance économique
Les indicateurs de croissance économique
 
Weekly actions 05 novembre 2010
Weekly actions 05 novembre 2010Weekly actions 05 novembre 2010
Weekly actions 05 novembre 2010
 
LF 2017 Dr. Aram Belhadj
LF 2017 Dr. Aram BelhadjLF 2017 Dr. Aram Belhadj
LF 2017 Dr. Aram Belhadj
 
Rapport annuel 2017 Convertir le redressement conjoncturel en une croissance ...
Rapport annuel 2017 Convertir le redressement conjoncturel en une croissance ...Rapport annuel 2017 Convertir le redressement conjoncturel en une croissance ...
Rapport annuel 2017 Convertir le redressement conjoncturel en une croissance ...
 
Séance 3 politique budgétaire et endettement
Séance 3   politique budgétaire et endettementSéance 3   politique budgétaire et endettement
Séance 3 politique budgétaire et endettement
 
Flash marches du 15/10/14 OFI AM
Flash marches du 15/10/14 OFI AMFlash marches du 15/10/14 OFI AM
Flash marches du 15/10/14 OFI AM
 
Mécanismes de transmission de la politique monétaire.
Mécanismes de transmission de la politique monétaire.Mécanismes de transmission de la politique monétaire.
Mécanismes de transmission de la politique monétaire.
 
Revue mensuelle de novembre 2010
Revue mensuelle de novembre 2010Revue mensuelle de novembre 2010
Revue mensuelle de novembre 2010
 
Les fondements économiques d'une tragédie grecque
Les fondements économiques d'une tragédie grecqueLes fondements économiques d'une tragédie grecque
Les fondements économiques d'une tragédie grecque
 
Point conjoncture et marchés de Raymond James AM
Point conjoncture et marchés de Raymond James AMPoint conjoncture et marchés de Raymond James AM
Point conjoncture et marchés de Raymond James AM
 
2015 prévisions de moyen terme trimestre 2
2015 prévisions de moyen terme trimestre 22015 prévisions de moyen terme trimestre 2
2015 prévisions de moyen terme trimestre 2
 
Perspectives economiques- Hiver 2015
Perspectives economiques- Hiver 2015Perspectives economiques- Hiver 2015
Perspectives economiques- Hiver 2015
 

En vedette

InfoPath 2010 Scaling up 1 to 100
InfoPath 2010 Scaling up 1 to 100InfoPath 2010 Scaling up 1 to 100
InfoPath 2010 Scaling up 1 to 100
Chris Grist
 
Photo album muhammed e. kayaalp
Photo album muhammed e. kayaalpPhoto album muhammed e. kayaalp
Photo album muhammed e. kayaalp
aver21
 
1258269
12582691258269
1258269
rc355128
 
5 or more things learned from early adoption of SharePoint 2013
5 or more things learned from early adoption of SharePoint 20135 or more things learned from early adoption of SharePoint 2013
5 or more things learned from early adoption of SharePoint 2013
Chris Grist
 
Aim For Nonprofits
Aim For NonprofitsAim For Nonprofits
Aim For Nonprofits
mikedockum
 
Energy consumption travelinsurance
Energy consumption travelinsuranceEnergy consumption travelinsurance
Energy consumption travelinsurance
anaprofessoressa
 
Christmas magazine joanne izaguirre
Christmas magazine joanne izaguirreChristmas magazine joanne izaguirre
Christmas magazine joanne izaguirre
JoanneIzaguirre
 
Whats New in Branding
Whats New in BrandingWhats New in Branding
Whats New in Branding
Chris Grist
 
Le PERP
Le PERPLe PERP
Auditer les garanties de prévoyance
Auditer les garanties de prévoyanceAuditer les garanties de prévoyance
Auditer les garanties de prévoyance
Frédéric Apollonio
 
Research paper power point - the correct one(:
Research paper power point - the correct one(:Research paper power point - the correct one(:
Research paper power point - the correct one(:
Katymarie33
 
Guide investissement
Guide investissementGuide investissement
Guide investissement
Frédéric Apollonio
 
Residential Studio 1 Furniture
Residential Studio 1 FurnitureResidential Studio 1 Furniture
Residential Studio 1 Furniture
icicle7e
 
Res 1 Finishes Powerpoint
Res 1 Finishes PowerpointRes 1 Finishes Powerpoint
Res 1 Finishes Powerpoint
icicle7e
 
La pubblicità
La pubblicitàLa pubblicità
La pubblicità
Vito Rizzo
 
Lighting Powerpoint
Lighting PowerpointLighting Powerpoint
Lighting Powerpoint
icicle7e
 
Research paper power point
Research paper power pointResearch paper power point
Research paper power point
Katymarie33
 

En vedette (17)

InfoPath 2010 Scaling up 1 to 100
InfoPath 2010 Scaling up 1 to 100InfoPath 2010 Scaling up 1 to 100
InfoPath 2010 Scaling up 1 to 100
 
Photo album muhammed e. kayaalp
Photo album muhammed e. kayaalpPhoto album muhammed e. kayaalp
Photo album muhammed e. kayaalp
 
1258269
12582691258269
1258269
 
5 or more things learned from early adoption of SharePoint 2013
5 or more things learned from early adoption of SharePoint 20135 or more things learned from early adoption of SharePoint 2013
5 or more things learned from early adoption of SharePoint 2013
 
Aim For Nonprofits
Aim For NonprofitsAim For Nonprofits
Aim For Nonprofits
 
Energy consumption travelinsurance
Energy consumption travelinsuranceEnergy consumption travelinsurance
Energy consumption travelinsurance
 
Christmas magazine joanne izaguirre
Christmas magazine joanne izaguirreChristmas magazine joanne izaguirre
Christmas magazine joanne izaguirre
 
Whats New in Branding
Whats New in BrandingWhats New in Branding
Whats New in Branding
 
Le PERP
Le PERPLe PERP
Le PERP
 
Auditer les garanties de prévoyance
Auditer les garanties de prévoyanceAuditer les garanties de prévoyance
Auditer les garanties de prévoyance
 
Research paper power point - the correct one(:
Research paper power point - the correct one(:Research paper power point - the correct one(:
Research paper power point - the correct one(:
 
Guide investissement
Guide investissementGuide investissement
Guide investissement
 
Residential Studio 1 Furniture
Residential Studio 1 FurnitureResidential Studio 1 Furniture
Residential Studio 1 Furniture
 
Res 1 Finishes Powerpoint
Res 1 Finishes PowerpointRes 1 Finishes Powerpoint
Res 1 Finishes Powerpoint
 
La pubblicità
La pubblicitàLa pubblicità
La pubblicità
 
Lighting Powerpoint
Lighting PowerpointLighting Powerpoint
Lighting Powerpoint
 
Research paper power point
Research paper power pointResearch paper power point
Research paper power point
 

Similaire à Priorité information n°32

Newsletter - Mars 2015 - Federal Finance
Newsletter - Mars 2015 - Federal FinanceNewsletter - Mars 2015 - Federal Finance
Newsletter - Mars 2015 - Federal Finance
FederalFinance
 
Newsletter "Marchés" Février 2016 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Février 2016 - Federal FinanceNewsletter "Marchés" Février 2016 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Février 2016 - Federal Finance
FederalFinance
 
[FR] To be or not to be invested - Fixed-Income Market Intelligence
[FR] To be or not to be invested - Fixed-Income Market Intelligence[FR] To be or not to be invested - Fixed-Income Market Intelligence
[FR] To be or not to be invested - Fixed-Income Market Intelligence
NN Investment Partners
 
Newsletter - Mai 2015 - Federal Finance
Newsletter - Mai 2015 - Federal FinanceNewsletter - Mai 2015 - Federal Finance
Newsletter - Mai 2015 - Federal Finance
FederalFinance
 
Commentaires sur la volatilité des marchés
Commentaires sur la volatilité des marchésCommentaires sur la volatilité des marchés
Commentaires sur la volatilité des marchésMartin Leduc
 
Flash Allocation d'Actifs : le « Bull Market » est challengé sur ses 3 pilier...
Flash Allocation d'Actifs : le « Bull Market » est challengé sur ses 3 pilier...Flash Allocation d'Actifs : le « Bull Market » est challengé sur ses 3 pilier...
Flash Allocation d'Actifs : le « Bull Market » est challengé sur ses 3 pilier...
OFI Asset Management
 
Les Echos - La remontée des taux mettra du temps à soulager les banques europ...
Les Echos - La remontée des taux mettra du temps à soulager les banques europ...Les Echos - La remontée des taux mettra du temps à soulager les banques europ...
Les Echos - La remontée des taux mettra du temps à soulager les banques europ...
Emilie Scalla
 
Rétrospective de l'année 2019 en dessins par David Martin
Rétrospective de l'année 2019 en dessins par David MartinRétrospective de l'année 2019 en dessins par David Martin
Rétrospective de l'année 2019 en dessins par David Martin
La Française
 
[FR] Column on Multi-Asset
[FR] Column on Multi-Asset[FR] Column on Multi-Asset
[FR] Column on Multi-Asset
NN Investment Partners
 
Note de conjoncture "Marchés" de Federal Finance
Note de conjoncture "Marchés" de Federal FinanceNote de conjoncture "Marchés" de Federal Finance
Note de conjoncture "Marchés" de Federal Finance
FederalFinance
 
OCDE : rapport sur la croissance française
OCDE : rapport sur la croissance françaiseOCDE : rapport sur la croissance française
OCDE : rapport sur la croissance française
Société Tripalio
 
Newsletter "Marchés" Octobre 2015 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Octobre 2015 - Federal Finance Newsletter "Marchés" Octobre 2015 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Octobre 2015 - Federal Finance
FederalFinance
 
Bulletin du fmi 27 07-11
Bulletin du fmi 27 07-11Bulletin du fmi 27 07-11
immobilier international, Le Temps, Jérôme Chevallerau 02.02.15
immobilier international, Le Temps, Jérôme Chevallerau 02.02.15immobilier international, Le Temps, Jérôme Chevallerau 02.02.15
immobilier international, Le Temps, Jérôme Chevallerau 02.02.15
Jérôme Chevallerau
 
Lettre nationale août 2017
Lettre nationale août 2017Lettre nationale août 2017
Lettre nationale août 2017
Empruntis
 
Le rapport 2014 du secteur bancaire établi par maxula bourse
Le rapport 2014 du secteur bancaire établi par maxula bourseLe rapport 2014 du secteur bancaire établi par maxula bourse
Le rapport 2014 du secteur bancaire établi par maxula bourse
JOURNAL EL FEJR
 
Réduisez vos risques de marché et optimisez votre SCR
Réduisez vos risques de marché et optimisez votre SCRRéduisez vos risques de marché et optimisez votre SCR
Réduisez vos risques de marché et optimisez votre SCR
Claude Mombo Baros
 
Le pouvoir-de-la- finance
Le pouvoir-de-la- financeLe pouvoir-de-la- finance
Le pouvoir-de-la- finance
Dalvin TCHOUBET 👨‍🎓✔
 

Similaire à Priorité information n°32 (20)

Newsletter - Mars 2015 - Federal Finance
Newsletter - Mars 2015 - Federal FinanceNewsletter - Mars 2015 - Federal Finance
Newsletter - Mars 2015 - Federal Finance
 
Cp sinval-23012012
Cp sinval-23012012Cp sinval-23012012
Cp sinval-23012012
 
Newsletter "Marchés" Février 2016 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Février 2016 - Federal FinanceNewsletter "Marchés" Février 2016 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Février 2016 - Federal Finance
 
[FR] To be or not to be invested - Fixed-Income Market Intelligence
[FR] To be or not to be invested - Fixed-Income Market Intelligence[FR] To be or not to be invested - Fixed-Income Market Intelligence
[FR] To be or not to be invested - Fixed-Income Market Intelligence
 
Newsletter - Mai 2015 - Federal Finance
Newsletter - Mai 2015 - Federal FinanceNewsletter - Mai 2015 - Federal Finance
Newsletter - Mai 2015 - Federal Finance
 
Commentaires sur la volatilité des marchés
Commentaires sur la volatilité des marchésCommentaires sur la volatilité des marchés
Commentaires sur la volatilité des marchés
 
Flash Allocation d'Actifs : le « Bull Market » est challengé sur ses 3 pilier...
Flash Allocation d'Actifs : le « Bull Market » est challengé sur ses 3 pilier...Flash Allocation d'Actifs : le « Bull Market » est challengé sur ses 3 pilier...
Flash Allocation d'Actifs : le « Bull Market » est challengé sur ses 3 pilier...
 
Les Echos - La remontée des taux mettra du temps à soulager les banques europ...
Les Echos - La remontée des taux mettra du temps à soulager les banques europ...Les Echos - La remontée des taux mettra du temps à soulager les banques europ...
Les Echos - La remontée des taux mettra du temps à soulager les banques europ...
 
Rétrospective de l'année 2019 en dessins par David Martin
Rétrospective de l'année 2019 en dessins par David MartinRétrospective de l'année 2019 en dessins par David Martin
Rétrospective de l'année 2019 en dessins par David Martin
 
[FR] Column on Multi-Asset
[FR] Column on Multi-Asset[FR] Column on Multi-Asset
[FR] Column on Multi-Asset
 
Note de conjoncture "Marchés" de Federal Finance
Note de conjoncture "Marchés" de Federal FinanceNote de conjoncture "Marchés" de Federal Finance
Note de conjoncture "Marchés" de Federal Finance
 
OCDE : rapport sur la croissance française
OCDE : rapport sur la croissance françaiseOCDE : rapport sur la croissance française
OCDE : rapport sur la croissance française
 
Newsletter "Marchés" Octobre 2015 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Octobre 2015 - Federal Finance Newsletter "Marchés" Octobre 2015 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Octobre 2015 - Federal Finance
 
.credit-suisse Quarterly Report Q1/2003
 .credit-suisse Quarterly Report Q1/2003 .credit-suisse Quarterly Report Q1/2003
.credit-suisse Quarterly Report Q1/2003
 
Bulletin du fmi 27 07-11
Bulletin du fmi 27 07-11Bulletin du fmi 27 07-11
Bulletin du fmi 27 07-11
 
immobilier international, Le Temps, Jérôme Chevallerau 02.02.15
immobilier international, Le Temps, Jérôme Chevallerau 02.02.15immobilier international, Le Temps, Jérôme Chevallerau 02.02.15
immobilier international, Le Temps, Jérôme Chevallerau 02.02.15
 
Lettre nationale août 2017
Lettre nationale août 2017Lettre nationale août 2017
Lettre nationale août 2017
 
Le rapport 2014 du secteur bancaire établi par maxula bourse
Le rapport 2014 du secteur bancaire établi par maxula bourseLe rapport 2014 du secteur bancaire établi par maxula bourse
Le rapport 2014 du secteur bancaire établi par maxula bourse
 
Réduisez vos risques de marché et optimisez votre SCR
Réduisez vos risques de marché et optimisez votre SCRRéduisez vos risques de marché et optimisez votre SCR
Réduisez vos risques de marché et optimisez votre SCR
 
Le pouvoir-de-la- finance
Le pouvoir-de-la- financeLe pouvoir-de-la- finance
Le pouvoir-de-la- finance
 

Plus de Frédéric Apollonio

La protection de vos comptes en cas de défaillance de votre banque
La protection de vos comptes en cas de défaillance de votre banqueLa protection de vos comptes en cas de défaillance de votre banque
La protection de vos comptes en cas de défaillance de votre banque
Frédéric Apollonio
 
Les compagnies d’assurances luxembourgeoises sont les seules à offrir une gar...
Les compagnies d’assurances luxembourgeoises sont les seules à offrir une gar...Les compagnies d’assurances luxembourgeoises sont les seules à offrir une gar...
Les compagnies d’assurances luxembourgeoises sont les seules à offrir une gar...
Frédéric Apollonio
 
Professions de Santé SEL
Professions de Santé SELProfessions de Santé SEL
Professions de Santé SEL
Frédéric Apollonio
 
Bdl rempart europe investisseurs privés
Bdl rempart europe   investisseurs privésBdl rempart europe   investisseurs privés
Bdl rempart europe investisseurs privés
Frédéric Apollonio
 
Gestion de fortune - Prévoyance
Gestion de fortune - PrévoyanceGestion de fortune - Prévoyance
Gestion de fortune - Prévoyance
Frédéric Apollonio
 
Trouver le bon équilibre
Trouver le bon équilibreTrouver le bon équilibre
Trouver le bon équilibre
Frédéric Apollonio
 
Newsletter mai 2015 - Quel avenir pour votre patrimoine financier ?
Newsletter mai 2015 - Quel avenir pour votre patrimoine financier ?Newsletter mai 2015 - Quel avenir pour votre patrimoine financier ?
Newsletter mai 2015 - Quel avenir pour votre patrimoine financier ?
Frédéric Apollonio
 
Les etapes-pour-reussir-son-investissement
Les etapes-pour-reussir-son-investissementLes etapes-pour-reussir-son-investissement
Les etapes-pour-reussir-son-investissementFrédéric Apollonio
 

Plus de Frédéric Apollonio (8)

La protection de vos comptes en cas de défaillance de votre banque
La protection de vos comptes en cas de défaillance de votre banqueLa protection de vos comptes en cas de défaillance de votre banque
La protection de vos comptes en cas de défaillance de votre banque
 
Les compagnies d’assurances luxembourgeoises sont les seules à offrir une gar...
Les compagnies d’assurances luxembourgeoises sont les seules à offrir une gar...Les compagnies d’assurances luxembourgeoises sont les seules à offrir une gar...
Les compagnies d’assurances luxembourgeoises sont les seules à offrir une gar...
 
Professions de Santé SEL
Professions de Santé SELProfessions de Santé SEL
Professions de Santé SEL
 
Bdl rempart europe investisseurs privés
Bdl rempart europe   investisseurs privésBdl rempart europe   investisseurs privés
Bdl rempart europe investisseurs privés
 
Gestion de fortune - Prévoyance
Gestion de fortune - PrévoyanceGestion de fortune - Prévoyance
Gestion de fortune - Prévoyance
 
Trouver le bon équilibre
Trouver le bon équilibreTrouver le bon équilibre
Trouver le bon équilibre
 
Newsletter mai 2015 - Quel avenir pour votre patrimoine financier ?
Newsletter mai 2015 - Quel avenir pour votre patrimoine financier ?Newsletter mai 2015 - Quel avenir pour votre patrimoine financier ?
Newsletter mai 2015 - Quel avenir pour votre patrimoine financier ?
 
Les etapes-pour-reussir-son-investissement
Les etapes-pour-reussir-son-investissementLes etapes-pour-reussir-son-investissement
Les etapes-pour-reussir-son-investissement
 

Priorité information n°32

  • 1. Information Priorite Économie PAR FEDERAL FINANCE, août 2016 économie investissement PATRIMOINE Les marchés actions ont repris le chemin de la hausse en juillet après avoir fortement chuté sur l’annonce du résultat du référendum anglais le 24 juin. Si la situation britannique reste complexe, la raison du rebond des marchés tient à la conjonction de plusieurs autres facteurs : l’anticipation d’assouplissements monétaires dans de nombreux pays, la publication de chiffres économiques globalement rassurants et la mise en place d’un plan de soutien budgétaire au Japon. Dans les mois qui viennent, de nombreuses échéances politiques sont attendues (référendum en Italie, élections américaines, négociations du Brexit…). Si l’embellie récente des marchés est la bienvenue, ces derniers ne doivent pas pour autant devenir euphoriques. La croissance mondiale reste modérée Aux Etats-Unis, la croissance du PIB au deuxième trimestre estrestéefaibleà+1,2%.Laconsommationesttoutefoisrestée dynamique. Les dernières créations d’emplois du mois de juin et juillet ont rassuré après le trou d’air de mai et les salaires accélèrent progressivement. Cependant, l’investissement des entreprises est de nouveau en baisse au deuxième trimestre, et ce malgré des indices de confiance ISM mieux orientés. L’inflation reste stable et se situe à +1 % et l’inflation hors prix de l’énergie à +2,3 % en juin. En Zone Euro, la croissance du PIB a ralenti au deuxième trimestre à +1,2 %. En France, la croissance a été nulle. La consommation des ménages a stagné et l’investissement des entreprises a légèrement reculé. Au-delà d’un contrecoup après un premier trimestre très dynamique, les inondations et les nombreuses grèves en mai et juin ont impacté l’activité. L’inflation en Zone Euro se situe à + 0,2 % en juillet et à +0,8 % pour l’inflation hors prix du pétrole. Au Royaume-Uni, la croissance du PIB a été plus forte qu’attendu au deuxième trimestre à +2,4 %, avant le résultat du vote du Brexit fin juin. Depuis juillet, les indices de confiance ont chuté dans l’industrie et les services. Afin d’éviter un ralentissement trop significatif de l’activité, la Banque Centrale Anglaise (BoE) a annoncé le 4 août une série de mesures d’assouplissement. Les banques centrales rassurent les marchés Sur le marché monétaire, les taux ont de nouveau baissé : -0,30 % pour l’Euribor 3 mois et -0,33 % pour l’Eonia. Le choc initial du Brexit partiellement digéré, les taux US sont remontés depuis avec de meilleurs chiffres économiques, notamment ceux de l’emploi. En Europe, les attentes d’assouplissement monétaire ont maintenu les taux souverains sur de faibles niveaux. L’indice CAC 40 est remonté en juillet, clôturant le mois à 4439 points. Malgré le vote du Brexit fin juin, les investisseurs ont été rassurés par de meilleurs chiffres économiques, notamment aux États-Unis, et par l’anticipation de futures actions des Banques Centrales. L’Euro est resté relativement stable face au Dollar depuis début juillet, oscillant autour de 1,11 €/$. Les cours du pétrole ont baissé jusqu’à 43 $ le baril fin juillet. La remontée des stocks d’essence aux USA a pesé sur les cours. Les risques politiques et l’inflation devraient marquer la fin 2016 À l’automne, aux nombreuses sources d’incertitudes politiques viendront se rajouter la remontée significative des chiffres d’inflation liée au rebond de la composante énergie (effet de base lié au pétrole). Cela devrait modifier significativement la perception des agents économiques et des marchés, renforcer les perspectives de hausses salariales et réduire les craintes de déflation récurrentes. Le pilotage des taux directeurs américains se fera à vue. Une remontée en fin d’année à 0,75 % reste possible. Le contexte économique pourrait permettre aux taux longs de poursuivre leur hausse d’ici la fin de l’année mais de façon très modérée. En Zone Euro, la progression du taux à 10 ans allemand (0,20 % attendu) devrait être limitée par la faible hausse des taux longs US et le renforcement possible de l’action de la BCE. Depuis le Brexit, les marchés actions se sont redressés grâce à la perspective de politiques monétaires accommodantes de la part des principales banques centrales mondiales et à la publication de chiffres économiques mondiaux plutôt rassurants. Cependant, l’incertitude politique (référendum italien, élections US, renégociations commerciales avec la Chine…) vient rappeler les nombreux risques qui pourraient se matérialiser d’ici la fin de l’année et limiter le potentiel de hausse des marchés actions. N° 32 septembre 2016 1 Repiquage logo (ce bloc est juste à effacer si il n’y a pas de repiquage
  • 2. Investissement La gestion pilotée La gestion pilotée est un mode de gestion proposé au souscripteur dans le cadre de certains Plans d’Epargne Retraite Populaire (PERP) et certains contrats d’assurance-vie. En optant pour ce mode de gestion, le souscripteur accepte une gestion automatisée de la répartition des supports d’investissement de son contrat, et notamment les arbitrages qui en résultent. Le capital est alors réparti entre plusieurs supports d’investissement prédéterminés, dans des proportions dépendant de la durée restant à courir jusqu’à une date d’échéance précisée au départ. Dans le cadre d’un PERP, cette date d’échéance correspond généralement à la date de départ à la retraite de l’adhérent, c’est-à-dire au moment où le contrat est dénoué. Dans le cas d’un contrat d’assurance-vie, la date d’échéance est fixée librement par l’adhérent, en fonction de son projet et de son horizon d’investissement. Les contrats proposant ce mode de gestion laissent généralement au souscripteur le choix entre plusieurs orientations de gestion pilotée, afin de coller au mieux à sa stratégie d’investissement et à son degré d’aversion aux risques liés aux marchés financiers. Ainsi, par exemple, deux orientations de gestion, l’une partiellement sécurisée et l’autre plus dynamique, peuvent être proposées au souscripteur. La première, qui convient davantage à une optique retraite, assurera au souscripteur une sécurisation progressive de son capital jusqu’à la date d’échéance. Comment ? En augmentant au fil du temps sa fraction investie sur le fonds en euros à capital garanti du contrat et en diminuant celle investie sur les unités de compte, présentant un risque de perte en capital. La seconde, au contraire, maintiendra ses investissements en unités de compte jusqu’à la date d’échéance, exposant l’investissement du souscripteur, sur toute sa durée, aux variations - positives ou négatives - des marchés financiers. Les supports composant chacune des orientations de gestion, ainsi que leur répartition en fonction de la durée qui sépare le souscripteur de la date d’échéance, sont détaillés au sein des conditions contractuelles. Une fois que l’orientation de gestion pilotée a été choisie, les versements du souscripteur sont automatiquement répartis selon celle-ci et le souscripteur ne peut effectuer d’arbitrages autres que ceux prévus par ce mode de gestion. Un arbitrage automatique est ainsi effectué périodiquement (chaque trimestre généralement) pour répartir le capital dans les proportions dépendant de la durée séparant la date de l’arbitrage de la date d’échéance. Metzler WS90 est un fonds diversifié flexible international à o b j e c t i f d e préservation du capital. Il s’adresse aux épargnants ayant une aversion aux risques et recherchant une valorisation du capital à long terme supérieure à celles des fonds euros traditionnels. Création de valeur et objectif de préservation du capital Le fonds Metzler WS90 a pour objectif une appréciation à long terme du capital (5 % par an avec 5 % de volatilité) tout en préservant chaque année civile 90 % du capital atteint en fin d’année précédente. La seule solution pour atteindre régulièrement et de manière fiable ces objectifs est d’adopter une approche systématique d’allocation d’actifs soumise à des règles, exempte de jugements subjectifs et de convictions personnelles. Chaque jour la combinaison optimale de placements en actions (indices internationaux) et en obligations (souveraines internationales) est déterminée selon la situation du marché et l’attrait des différentes classes d’actifs. Ainsi les investisseurs peuvent profiter de manière flexible des opportunités changeantes sur les marchés actions et obligataires mondiaux, tout en bénéficiant d´un risque de perte limité grâce à l´objectif de préservation du capital. Un gérant prestigieux, indépendant et innovant Metzler Asset Management fait partie de la prestigieuse banque francfortoise 100 % familiale Metzler fondée en 1674. Elle est considérée depuis 15 ans comme leader et pilote de l’innovation dans la gestion de stratégies diversifiées à objectif de préservation du capital, avec près de 10 milliards d´euros gérés pour des clients institutionnels et particuliers. L’équipe de gestion est composée de 9 gérants et 10 ingénieurs en recherche appliquée chargés de vérifier le bon sens de l´allocation, de passer les ordres sur les marchés et d’optimiser la gestion. La performance* du fonds depuis le début de l’année 2016 est de 2,40 % à fin juillet, avec une volatilité de 2,84 %. * Le capital n’est pas garanti. Performance brute des frais liés au cadre d’investissement. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. CODE ISIN : IE00BVYPMN44 Unité de compte présentant un risque de perte en capital Metzler WS90 2
  • 3. SICAV d’allocation flexible, l’exposition de R Valor aux actions internationales et aux taux peut varier de 0 % à 100 % en fonction des convictions des gérants, afin de rechercher à accroître le capital à long terme. Sans biais sur les classes d’actifs et les zones géographiques, sa gestion combine analyses macroéconomique et fondamentale. Un historique de performance solide Créée en avril 1994, la SICAV R Valor a connu 19 années positives sur ses 21 années pleines*. Une gestion de conviction À fin juillet 2016, le portefeuille est concentré sur une sélection d’entreprises innovantes, aux bilans financiers solides et conservant un fort « pouvoir de fixation des prix ». Activement gérée, la SICAV R Valor possède actuellement 34 lignes de titres en portefeuille. Investi à 93 % en actions, le portefeuille est majoritairement exposé à l’Amérique du Nord, avec une prédominance pour les valeurs industrielles, technologiques et financières. En effet, les trois plus gros secteurs représentent 69 % du fonds. Yoann Ignatiew et Xavier de Laforcade, respectivement présents dans la société depuis 2008 et 2010, forment un véritable binôme dans la prise de décisions. * Performances brutes des frais liés au cadre d’investissement. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Source : Morningstar. PERFORMANCES* AU 19 AOûT 2016 Depuis le 1er janvier 2016 2015 2014 2013 3 ans (annualisée) 5 ans (annualisée) 10 ans (annualisée) +5,94 % +3,92 % +14,98 % +23,59 % +11,30 % +12,86 % +6,79 % L e f o n d s d e multigestion CBT Action Eurovol 20 a pour objectif de capter la performance des actions de la zone euro. Sa flexibilité, de 60 % à 100 %, lui permet en période de crise d’avoir une exposition moindre aux baisses des marchés boursiers. L’autre objectif est de maîtriser la volatilité à un maximum de 20 % en moyenne sur un an glissant. Une nouvelle approche de la gestion de portefeuilles En période de crise comme pendant l’année 2011, le fonds a été l’un des moins volatils de sa catégorie. Dans cette optique, nous analysons la volatilité implicite des options, le VIX, qui nous incite à modifier l’allocation du portefeuille lorsque les marchés entrent en période dite « de stress» telle qu’en 2011. À l’inverse, lorsque la volatilité est basse, signifiant une période plutôt calme sur les marchés, le fonds sera entièrement investi et exposé aux marchés afin de profiter de la hausse. Cette approche de l’allocation d’actifs a valu à CBT Gestion le prix de l’Innovation décerné par l’AGEFI en 2011. Le processus d’investissement La gestion du portefeuille de CBT Action Eurovol 20 suit un processus d’investissement discipliné et appliqué de façon rigoureuse, avec en fil rouge la maîtrise de la volatilité combinée à une recherche permanente de performance. Une buy-list* est déterminée suite à une analyse quantitative et qualitative, une due diligence** et de nombreuses rencontres avec les sociétés. L’étape suivante est la réalisation d’un portefeuille « cœur », en fonction du risque global de marché, du style de gestion souhaité ou des éventuels biais, et de la recherche d’une combinaison efficiente entre tous ces éléments. Les gérants utilisent également des fonds de « pur béta » ou des fonds monétaires afin de réguler l’exposition globale du portefeuille via une approche propriétaire systématique. Le fonds CBT Action Eurovol 20 est également éligible au PEA. * Liste d’achats. ** Une due diligence ou diligence raisonnable est l’ensemble des vérifications qu’un éventuel acquéreur ou investisseur va réaliser avant une transaction, afin de se faire une idée précise de la situation d’une entreprise. CODE ISIN : FR0010953794 (part R) Unité de compte présentant un risque de perte en capital CODE ISIN : FR0011261197 Unité de compte présentant un risque de perte en capital CBT Action Eurovol 20 RValorFEUR 3
  • 4. Patrimoine De l’intérêt de la clause bénéficiaire démembrée Documentcommercialdépourvudevaleurcontractuelle.Créditphotos:iStock Par DAMIEN CORNU INGENIEUR PATRIMONIAL ET FINANCIER, VIE PLUS Démembrer la clause bénéficiaire d’un contrat d’assurance-vie revie nt à dé signe r s i m u l t a n é m e n t plusieurs personnes en leur octroyant des droits différents sur les capitaux décès du contrat. Sur un plan civil, qu’ils soient désignés en tant qu’usufruitiers ou nus-propriétaires, tous ont bien la qualité de bénéficiaires du contrat. Sur un plan fiscal, les choses ont évolué avec le temps... Démembrement portant sur une somme d’argent Le démembrement des capitaux décès portant sur une somme d’argent, bien consomptible par nature, est soumis, sauf dispositions contraires du stipulant, au régime particulier du quasi-usufruit. Se fondant sur la logique même de ce régime, dans lequel l’usufruitier dispose des fonds à sa convenance « comme un quasi-propriétaire », les compagnies d’assurance versent donc par défaut l’intégralité des capitaux au seul quasi-usufruitier. Au plan fiscal, l'administration y voyait alors un bénéficiaire exclusif : l’usufruitier. À ce titre, lui seul était redevable, le cas échéant, de la fiscalité. De manière surprenante, l’administration fiscale n’appliquait néanmoins ce principe que dans le cadre des dispositions de l’article 990 I du CGI (primes versées avant le 70e anniversaire de l’assuré), mais pas dans celles de l’article 757 B du CGI (primes versées après le 70e anniversaire de l’assuré). Cette position, particulièrement intéressante dans le cadre d’un démembrement entre le conjoint et les enfants, permettait une transmission progressive en l’absence totale de fiscalité, le conjoint étant exonéré de la fiscalité relative à l’article 990 I du CGI. Depuis 2011, l’administration fiscale s’est alignée sur le civil et reconnait désormais la qualité de bénéficiaire au(x) nu(s)-propriétaire(s). Ce dernier supportant du même coup la fiscalité relative à l’assurance-vie et ce, quel que soit le régime applicable (757 B ou 990 I du CGI). Le démembrement garde son intérêt Malgré ce régime fiscal moins favorable de l’article 990 I du CGI, le démembrement de la clause bénéficiaire conserve un réel intérêt dans une optique de transmission successorale efficace, tout en diminuant, dans certains cas, la facture fiscale (cf. exemple). L’intérêt fiscal s’ajoute donc, dans certains cas, à l’intérêt civil du démembrement. Éviter certains écueils Afin que la stratégie produise les effets escomptés, un soin particulier devra cependant être apporté à la rédaction de la clause. Principaux points d’attention : • indiquer de manière explicite le régime auquel seront soumis les capitaux décès ; • utiliser à bon escient la dispense de l’obligation de remploi ou de fournir caution. Une telle dispense constitue un risque plus important pour les nus- propriétaires de ne pas recouvrer leur créance ; • prévoir dès le départ la façon dont sera acquittée la fiscalité ; • une fois les capitaux payés, formaliser, par acte sous seing privé ou auprès d’un notaire, le quasi-usufruit. Avec la mise en place du fichier FICOVIE, l’information est désormais automatiquement délivrée. Néanmoins, un tel acte permet de donner à la créance une date certaine. Une telle formalisation pourrait en outre permettre au quasi-usufruitier de déduire sa dette de restitution de son assiette ISF (Cass. com., 24 mai 2016, n˚ 15-17.788). Exemple : volonté de transmission au conjoint puis à un enfant commun. Au décès : assuré âgé de 65 ans et capitaux de 200 000 € après prélèvements sociaux. Clause-type : « Mon conjoint, à défaut mes enfants… » Clause démembrée : « Mon conjoint en usufruit, mes enfants en nue-propriété » Assiette fiscale 990 I conjoint 200 000 € 80 000 € Assiette fiscale 990 I enfant Néant 120 000 € Fiscalité 990 I conjoint Néant Néant Fiscalité 990 I enfant Néant 5 700 € Capitaux versés au conjoint 200 000 € 194 300 € Capitaux versés à l’enfant Néant Néant Situation en cas de décès du conjoint survivant (hypothèse : conservation des capitaux transmis) Capital transmis avant impôt 200 000 € 194 300 € Fiscalité 18 194 € Néant (art. 1133 CGI) Capital net transmis 181 806 € 194 300 € 4 Ce document vous est offert par : FIDUCIA ASSURANCES ET PATRIMOINE SARL à associé unique au capital de 2 000 € 5, allée des Grillons - 77 310 SAINT-FARGEAU PONTHIERRY Siren 789 617 149 RCS Melun – Orias 13001076