Art nouveau belge
Une réponse artistique à la crise industrielle du 19ème siècle.
La révolution industrielle
L’époque industrielle sur le continent européen commence en Belgique.
Depuis longtemps, le pays...
Art nouveau belge
L'Art nouveau est un mouvement
artistique de la fin du XIXe siècle et du
début du XXe siècle qui nait d'...
Art nouveau namurois
 Un peu à l'ombre de ses voisines wallonnes
(Liège et Charleroi) et surtout bruxelloise,
l'Art nouve...
Art nouveau
Une réponse à la crise industrielle
 Dès la fin du XVIIIe puis tout au long du XIXe siècle, le secteur décora...
Quelques réalisations des élèves de 3ème
activité dessin
 "Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne.
Cette publication (communication) n'engage que son...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Crise Comenius - Art Nouveau Belge et Crise Industrielle

344 vues

Publié le

Crise Comenius - Art Nouveau Belge et Crise Industrielle
Ecole de Floreffe

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
344
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
18
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Crise Comenius - Art Nouveau Belge et Crise Industrielle

  1. 1. Art nouveau belge Une réponse artistique à la crise industrielle du 19ème siècle.
  2. 2. La révolution industrielle L’époque industrielle sur le continent européen commence en Belgique. Depuis longtemps, le pays s’était distingué par la vivacité de son commerce : pendant que la fabrication du textile prospérait en Flandre, la sidérurgie de transformation se développait en Wallonie, et au sud et à l’est du pays on trouvait de grands gisements de charbon.
  3. 3. Art nouveau belge L'Art nouveau est un mouvement artistique de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle qui nait d'une réaction contre l‘art académique européen du XIXe siècle. Il s'appuie sur l'esthétique des lignes courbes, inspirée par des formes et des structures naturelles.
  4. 4. Art nouveau namurois  Un peu à l'ombre de ses voisines wallonnes (Liège et Charleroi) et surtout bruxelloise, l'Art nouveau s'est pourtant bien développé dans la capitale de Wallonie.  Un trio d'architectes en a été la cause : Jules Lalière, Adolphe Ledoux et Léonce Lebrun bâtirent plusieurs constructions remarquables de style art nouveau dans la cité mosane. Les deux premiers effectuèrent leurs études à l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles et leur style fut donc influencé par l'Art nouveau bruxellois. La plupart de leurs réalisations se retrouvent dans les quartiers de Saint-Servais, Salzinnes, La Plante, Bomel et surtout Jambes mais le centre-ville n'a pas été oublié.  En Province de Namur, on peut aussi noter quelques constructions intéressantes à Andenne et Dinant.
  5. 5. Art nouveau Une réponse à la crise industrielle  Dès la fin du XVIIIe puis tout au long du XIXe siècle, le secteur décoratif connaît une mutation profonde sous l’impulsion de la Révolution industrielle. La production décorative, jusqu’alors issue d’un artisanat de longue tradition, se développe désormais également dans le registre industriel (production et diffusion à grande échelle). Cette nouvelle situation est la source d’un renouvellement important quant à la nature des disciplines décoratives, aux missions qui leur sont assignées ainsi qu’à l’organisation générale du secteur.  L’impact de ce bouleversement sur le secteur industriel belge durant le XIXe siècle, depuis la fondation du pays en 1830 jusqu’au moment d’éclosion de l’Art Nouveau en 1893, amorçant une nouvelle lecture de l’évolution décorative belge de cette période. Au-delà des manifestations stylistiques, majoritairement passéistes tout au long du siècle, le secteur connaît une mutation profonde s’opérant autour de nombreuses interrogations quant à ses nouvelles orientations et ses nouveaux objectifs. La question de l’équilibre délicat entre la nouvelle nature industrielle et le caractère artistique de la production décorative en constitue le point central. Nous décelons deux phases clefs dans l’évolution de cette problématique. Dans un premier temps (durant la première moitié du XIXe siècle) deux catégories distinctes – l’une nouvelle, l’autre ancienne – cohabitent désormais au sein du seul secteur décoratif : d’une part un « art industriel » moderne aux missions sociales, d’autre part un « art décoratif » traditionnel et généralement luxueux. Si les objets produits dans les deux registres répondent communément à une destination utilitaire, leur rapport au « Beau » s’oppose. L’alliance de l’art et de l’industrie constituera effectivement l’objectif principal d’une large partie du secteur décoratif belge de l’époque. Deux chantiers principaux viseront à l’accomplissement de cet objectif : d’une part, la réforme de l’enseignement décoratif et d’autre part, la création d’un musée d’arts décoratifs et industriels. DES ARTS DECORATIFS AUX ARTS INDUSTRIELS (1830-1893). CONTRIBUTION A LA GENESE DE L’ART NOUVEAU EN Belgique, LEBLANC Claire, UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES, Faculté de Philosophie et Lettres, 2005
  6. 6. Quelques réalisations des élèves de 3ème activité dessin
  7. 7.  "Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. Cette publication (communication) n'engage que son auteur et la Commission n'est pas responsable de l'usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues."

×