SlideShare une entreprise Scribd logo
portfolio
Adam Perrin
ENSA Nantes
2023
PERRIN Adam
Date de naissance
Adresse
Téléphone
Email
01.05.1999
27 rue de la Tour d’Auvergne
Appt 8, Etage 3
44200 - Nantes
+33 6 44 31 80 58
adam.antoninperrin@gmail.com
Linkedin Adam Perrin
FORMATIONS
Master 2 en Architecture
Ensa Nantes
3*(RUSRUDWHƓQDQFH (QWUHSUHQHXULDW
Audencia Business School
Licence bi-cursus, Architecture et management
Ensa Nantes et Audencia Business School
Master 1 en Architecture
6 mois à la KU Leuven, Campus de Gand (Belgique)
2017
2021
2021
2021
2024
2022
2025
COMPÉTENCES
LANGUES
Français
Anglais : TOEIC 900
EXPÉRIENCES
Assistant chef de projet, Atelier Georges, Nantes
6WDJHGHƓQGō«WXGHVPDVWHUHQVDQDQWHV
Responsable de programme adjoint, Groupe Galia, Paris
Stage analyse des pratiques, master audencia
HOBBIES/ACTIVITÉS
LOGICIELS
AutoCAD
ArchiCAD
Vectorworks
Sketchup
Artlantis et Twinmotion
iWork
0LFURVRIW2IƓFH
Adobe Photoshop
Adobe Illustrator
Adobe Indesign
Adobe Lightroom
2022
2023
2020
2018
2015
Assistant Superviseur de travaux, Agence Paume, Nantes
Stage suivi de chantier, licence 3
Assistant chef de chantier, Entreprise Jacquet, Lyon
Stage ouvrier, licence 1
Olivier Compère, Fort-de-France
6WDJHGHG«FRXYHUWHOF«H
Photographie, Président de l’association Photon, 2019
Voile, Secrétaire de l’association Archivoile, 2018
Piano, 18 ans de pratique
Danse rock, 3 ans de pratique
4
2
PROJETS
1
ARCHITECTURE ET URBANISME
P.M.S 6
RQŴXHQW 16
Serre = Serre 26
Rencontre 42
Les marchés de Pirmil 34
Trois pour trente 50
PROJETS
EXPÉRIMENTALS
La maison des récits
Architecture expérimental - Fly
Brut de décoffrage 58
Ma maison à Tokyo 64
I SOMMAIRE
5
3 4
ARTS
Atelier photo 76
Photographie
Transformations silencieuses 74
AUTRES TRAVAUX
Stage de chantier 78
Horizon 2030 : CAUE Martinique 82
/ōDXWRVXIƓVDQFHGHVYLOOHV
bibliographie critique 84
Online
Architecture portfolio complet : cliquez ici
Photographie portfolio : cliquez ici
SELECTED PROJECTS I
Exposition Cônnexion 70
ARCHITECTURE PORTFOLIO
P.M.S
L A M E R A U X B R E S T O I S
Juin 2021
Lieu
Port de commerce de Brest
Enseignement
REAAC : Recherches Économiques
Appliquées à l’Architecture
Contemporaine
Enseignants
Carlo Grispello, Yvan Loizeau,
Jérôme Sautarel, Benjamin Bore
Team
Binôme : Clara Quillien
Type
Programme mixe
Logements et équipements
Quai Armand Considere
R
u
e
d
e
M
ad
ag
as
ca
r
Rue de l’Elorn
R
u
e
d
e
s
co
lo
n
ie
s
Vue aérienne du site
I P.M.S
Notre projet a pour ambition de
venir concurrencer le mode de vie
périurbain dont l’attrait génère un
exode urbain des ménages Brestois
et met en péril les équipements
publiques de la ville. Pour se faire,
nous nous sommes emparés de
la dernière parcelle libre du port
de commerce et y avons implanté
une ZAC de 5 ha. Cette dernière
a pour objectif d’accompagner et
de terminer la mutation du port de
commerce en port de plaisance.
D’offrir un cadre de vie qui associe
habitat,espaces naturels,commerces
de proximité et équipements
culturels. Et de démocratiser
l’accès et la vue sur mer qui était
jusqu’à présent en proie à une
forte spéculation. Cette gestion de
l’économie de la ZAC se fera d’une
part, sur la négociation du prix du
foncier qui représente jusqu’à 30%
GX SUL[ ƓQDO GōXQ SURMHW LPPRELOLHU
(les terrains appartiennent à une
structure publique), d’autre part,
sur un aménagement simple et peu
onéreux des espaces. Le parc sera
construitetentretenuparlamétropole
%UHVWRLVH (QƓQ OHV LPPHXEOHV
étant souvent dimensionnés par le
parking, l’externaliser et le grouper
à l’échelle de la ZAC nous a permis
d’en faire un atout économique,
tout en permettant de réaliser des
bâtiments plus compacts avec des
logements traversants.
Le projet architectural en lui-même
se compose de trois bâtiments
identiques qui s’inscrivent dans une
économie de moyens, de plans et de
mise en oeuvre. En effet, la structure
se compose à chaque étage de trois
dalles qui reposent sur une façade
et deux murs porteurs. Ce plan, peu
entravant, permet d’accueillir trois
programmes relativement différents,
en rez-de-chaussée, que sont : une
maison de quartier, une crèche et
un café lecture. Les logements sont
de deux types. Des T4 évolutifs
disposant d’une loggia et d’une
SLªFH HQ SOXV DƓQ GH VōDGDSWHU DX[
étapes de la vie et à l’imprévu ;
télétravail, nouvel enfant. Les deux
derniers étages sont occupés par des
T5 surdimensionnés qui viennent
contrebalancer les T4 abordables
dans l’économie du projet.
La structure porteuse est en Pierre
Massive Structurelle qui provient
de la carrière Lucas située à 90 km
de Brest. La mise en oeuvre de ce
matériau est proche de celui de
la préfabrication. Il permet donc
une économie sur le temps de
chantier mais s’inscrit aussi dans une
économie de long terme puisqu’il
présente une résistance au temps et
un besoin d’entretien limité.
8
Duplex T5
T4 évolutifs
Equipements
Crèche
Café lecture
Maison de quartier
REALISE
A
L'AIDE
D'UN
PRODUIT
AUTODESK
VERSION
ETUDIANT
LA
ME
R AU
X
BR
ES
TO
IS
MANQUE DE LOGEMENTS FAMILIAUX
 ACCÈS À LA MER
1.
L’exode urbain des familles
Attrait pour le pavillon avec jardin
RÉPONSE
Acquisition d’un espace résiduel de 5 ha sur le
port de commerce, face à la mer pour y créer une
ZAC
CONCURRENCER
LES PAVILLONS
2.
PROPOSER
Un programme utile
Des logements de qualité
RÉPONSES
Une nouvelle séquence urbaine qui vient renforcer
et compléter le programme du port
Surfaces de logements au dessus des standards
Traversants et/ou avec vue sur mer
Une circulation automobile atténuée pour une
déambulation pietonne libre des habitants
ÉCONOMIE
DU SITE
3.
Négociation des parcelles
Programme urbain simple, mais effectif
Traitement des espaces publics économique
Coût d’entretien de voieries amoindri
Raccordement au réseau de chauffage urbain
ÉCONOMIE DU PROJET
PMS
4.
ÉCONOMIE DE MOYENS
ÉCONOMIE DE MISE EN OEUVRE
Pierre Massive Structurelle
Plans simple et tramé
Principe de pré-fabrication
Optimisation du chantier
ÉCONOMIE DE PLANS
Un plan pour trois immeubles
Modularité et évolution des appartements
PROGRAMME DU PROJET
PMS
5.
Quai Armand Considere aménagées
Rue de l’Elorn
Rue
de
M
adagascar
Rue de
l’Amiral Nielly
Rue de
l’Amiral Nielly
Rue
des Colo
nie
s
Rue
des Colo
nie
s P
P
ZAC DE L’AMIRAL NIELLY
PORT DE COMMERCE DE BREST
Acteurs
Maîtrise d’ouvrage
Brest Métropole Aménagement
Maître d’oeuvre
QuillienPerrin Architectes
Programmation
Hauteurs des
Rez-de-chaussés
5 m - Quai Armand Consi-
dere
Libre sur le reste du site
Hauteurs des
constructions
24 m maximum
R+6 ou R+7
Espace entre chaque
batiments
8 m minimum
Qualités de logements
50% ont vu sur mer
50% sont traversant
avec vue sur espace
vert
Surface de logements
T3 = 70 m2
T4 = 90 m2
T5 = 110 m2
La voiture
Stationnement groupé
Circulation douce sur la
ZAC (piéton, vélo)
Invariants
Axes de vue à conserver
21 587 m2
Logements
7 100 m2
ERP
5.25 ha
ZAC
7 400 m2
Espaces vert
P
P
Entrée parking privée
Parking
Relais
chauffage urbain
Distribution
alimentaire
P
Musée du port de
commerce
de Brest
Crèche
Parking silo
Publique
Maison de
quartier
Appartements
Senior
250 places
parking privée
Equipement
sportif
Café lecture
Equipements privée
Equipements publiques
Projet
LÉGENDE
ZAC
de l’Amiral Neilly
Port de commerce
Zone tertiaire
Port de plaisance : animé avec bars,
restaurant, musée
Zone en projet : agrandissement du
port de plaisance
Zone tertiaire : Bureaux et boutique
spécialisés
Base militaire et port de commerce :
industrie
Légende
Mer d’Iroise
Base militaire
Port de plaisance
En projet
ZAC
de l’Amiral Neilly
Port de commerce
Zone tertiaire
Port de plaisance : animé avec bars,
restaurant, musée
Zone en projet : agrandissement du
port de plaisance
Zone tertiaire : Bureaux et boutique
spécialisés
Base militaire et port de commerce :
industrie
Légende
Mer d’Iroise
Base militaire
Port de plaisance
En projet
ZAC de l’Amiral Nielly
Logique d’implantation
Expension du port de plaisance
PROJETS ARCHITECTURE  URBANISME I 9
ARCHITECTURE PORTFOLIO
0 5
Plans masse de la Zac de l’Amiral Nielly et projet PMS
0 5
A A’
Plans équipements R+1
Café lecture Crèche Maison de quartier
Plans équipements RDC - Contextualisés
Coupe AA’
12
0 5
Coupe
BB’
Appartement
approprié
T4
évolutif
:
94
m
4
Duplex
T5
:
160
m
2
B B’
13
Détail façade Est
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
0.3
2.6
15
5‹$/,6‹‚/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21‹78',$17
1 Gravier
2 Étanchéité
3 Chape béton
4 Dalle alvéolée ep. 120 mm
5 Béton de chanvre projeté ep. 100 mm
6 Plaque de plâtre
7 Garde corps
8 Baie vitrée coulissante
9 Rupteur thermique
10 Volet
11 Revêtement de sol
12 Chape béton
13 Tube PER 16 mm
14 Ravoirage
15 Pierre massive structurelle ep 230 mm
Origine : Carrière Lucas
14
Salon du duplex
Façade Sud
Vue sur la loggia depuis la chambre parentale
Façade Sud Façade Est
Axonométrie du Batiment
15
ARCHITECTURE PORTFOLIO
CONFLUENT
MOULIN DE CLOYES-SUR-LE-LOIR
Juin 2020
Lieu
Cloyes les Trois Rivière, Cloyes Sur-le-Loir
Enseignement
Mille Lieux, urbanité campagnarde
Enseignants
Elise Roy, Boris Noleau, Mathieu Chaumet
Team
Binôme : Ludivine Chiffoleau
Type
Urbanisme, équipements publiques
Vue aérienne du site
D35
Parc Emile Zola
D35
D8
Centre ville
L
e
lo
ir
e
M
oulin
Im
p
a
ss
e
d
u
T
o
rr
e
n
t
I CONFLUENT
À Cloyes-sur-le-Loir, s’érige depuis
le XVIe siècle un moulin qui n’est
plus en activité aujourd’hui. Il
reste cependant dans l’imaginaire
collectif des habitants et demeure
un symbole pour la commune. Le
présent programme vise donc à une
U«DFWLYDWLRQ GH Oō«GLƓFH HW VōLQVFULW
dans les principes et directives de la
carte-charte (voir page 24).
Trois enjeux urbains se dégagent
du site : les entrées, sa traversée
SKVLTXH HW YLVXHOOH HW HQƓQ OD
mise en scène du moulin et de sa
presqu’île. On compose donc avec la
dualité du site : il fait partie du tissu
urbain et dense du centre-ville. Mais
il a de forts liens avec le Loir et la
nature environnante.
3U«DODEOHPHQWQRXVDYRQVU«Ŵ«FKL¢
l’organisation d’ensemble comme un
dialogue entre bâtis et circulations.
Un parcours se dégage,commençant
au sud par un parvis. 2QUHTXDOLƓH
le carrefour en place publique et on
adoucit les modes de circulations.
Des parcours se distinguent par leurs
matérialitésenboisetenardoise.Une
nef encadrée du village associatif et
du musée lie l’impasse du torrent
au parvis. Le parcours central du
VLWH SU«VHQWH SOXVLHXUV UDPLƓFDWLRQV
correspondant au parcours vers la
presqu’île du moulin, mais aussi vers
le “nouveau Lavoir“ qui constitue un
point de pause et un point de vue.
Le musée s’empare du sujet qui
constitue l’activité historique
de la commune : l’agriculture.
Outre sa dimension didactique
et pédagogique, il participe
à l’expérimentation sociale et
écologique de nouveaux modèles
agricoles établis selon la carte charte.
Ce, à travers des espaces tels que
le jardin botanique et les différents
espaces de plantation sur les berges
du Loir.
Une Guinguette vient appuyer
la dimension sociale des lieux
en proposant des activités inter-
générationnelles manquantes à
Cloyes. Elle renforce par ailleurs le
rapport au Loir et au parc Emile Zola.
L’extension du moulin est dans la
même continuité programmatique.
La terrasse offre un espace de
restauration lié au gîte qu’accueille
désormais le moulin, permettant
de fait, la création de point de vue
supplémentaire.
18
GÎTE 300 m²
PARKING
500 m²
600 m²
POTAGER
700 m²
MUSÉE DE L’AGRICULTURE 500 m²
ORGANIGRAMME
240 m²
GUINGUETTE
Espace de danse/scène
Bar
15 m²
50 m²
vr-1; 7; u;v|-†u-ࢢom
et de jeux
120 m²
o1-†Š
techniques
15 m²
Sanitaires
15 m²
Cuisine
25 m²
|o1h-];7†l-|ߗub;Ѵ
7;f-u7bm-];Ƴ;-†
EXTENSION DU MOULIN
INTÉRIEUR
INTÉRIEUR
/
EXTÉRIEUR
TOIT
TERRASSE
!
,҄
҄
CHAUSSÉE
150 m²
-ѴѴ;7;v;uˆb1;
du restaurant
150 m²
MAISON DES ASSOCIATIONS
PÔLE
ANIMATION
SERRE
-u7bm0o|-mbt†;
130 m²
15 m²
Bureau
15 m²
10 m²
vr-1;7Ľ;Šrovbࢢom
220 m²
Sanitaires
25 m²
11†;bѴ;|ˆ;m|;v
50 m²
PÔLE
HISTOIRE
PÔLE
ART
-ѴѴ;7;f;†Š
40 m²
-ѴѴ;7;
ruof;1ࢢom
100 m²
-ѴѴ;
7;uߗ†mbom
25 m²
-ѴѴ;
7Ľ-u1_bˆ;v
20 m²
-ѴѴ;
de musique
40 m²
|;Ѵb;u
40 m²
|o1h-];
15 m²
-ѴѴ;
7;7ߗ|;m|;
35 m²
Bureaux (2)
25 m²
Sanitaires
15 m²
o1-Ѵ
ro†0;ѴѴ;v
5 m²
-ѴѴ7Ľ-11†;bѴ
20 m²
o1-†Š
techniques
10 m²
-ѴѴ;7;uߗ†mbom
60 m²
|o1h-];
o1-†Š
techniques
10 m²
POINT DE VUE
SUR LE MOULIN
« Lavoir »
Axonométrie d’ensemble
Structurer l’espace Interconnecter le site 0DJQLƓHUOōHQYLURQQHPHQW
Le
Loir
Le
Loir
Le
Loir
Le
Loir
Le
Loir
Le
Loir
Le
Loir
Le
Loir
Le
Loir
Vers
le
prieuré
d’Yron
Vers
Montign
y
Ver
s le cen
tre-ville
Vers Droué
PROJETS ARCHITECTURE  URBANISME I 19
1.5
1.5
ASC
ASC
0 5
Coupe du musée









































Coupe du site
Coupe de la guinguette Coupe du nouveau lavoir
1 _ Musée
2 _ Serre du Musée
3 _ Salle de projection, scène
4 _Toilette
5 _ Pôle histoire / Archives
3
2
1
Axonométrie Musée (gauche),
maison des associations (droite)
6 _ Stockage / Technique
7 _ Salle d’Art
8 _ Salles du pôle animation
9 _ Salle de réunion mutualisée
10 _ Salle de musique
1
4
5
6
7
8
9
10
3
8
21
0.37
0.45
Terre compactée
Drain
Hérisson en cailloux lavés
Film de protection
Isolant en liège
Dalle en terre crue
Finition dalle en terre crue
Brique terre cuite
Pierres
Planché bois
Pierre
de
taille
Mur
rideau
sur
Ossature
bois
Drainage
Revêtement extérieur
Fenêtre en tunnel
5‹$/,6‹‚/ $,'(' 81352'8
5‹$/,6‹‚/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21‹78',$17
'(6.9(56,21‹78',$17
0.36
Panne 25*10
Faux plafond Liteau 3*3
Ardoise 42*2
Gouttière
4.3 * 10
Contre lattage ep : 3
0.37
0.45
Terre compactée
Drain
Hérisson en cailloux lavés
Film de protection
Isolant en liège
Dalle en terre crue
Finition dalle en terre crue
Parement intérieur
Par vapeur Voile de contreventement
Par pluie
Bac acier
Mortier à la chau
Pierre de silex
5‹$/,6‹‚/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21‹78',$17
5‹$/,6‹‚/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21‹78',$17
0.37
0.45
e
n
s
n
e
e
e
Parement intérieur
Par vapeur Voile de contreventement
Par pluie
Bac acier
Mortier à la chau
Pierre de silex
Revêtement extérieur
7
5
5‹$/,6‹‚/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21‹78',$17
0.37
0.45
Terre compactée
Drain
Hérisson en cailloux lavés
Film de protection
Isolant en liège
Dalle en terre crue
Finition dalle en terre crue
Parement intérieur
Par vapeur Voile de contreventement
Par pluie
Bac acier
Mortier à la chau
Pierre de silex
Revêtement extérieur
56,21‹78',$17
5‹$/,6‹‚/
$,'(
5‹$/,6‹‚/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21‹78',$17
vêtement extérieur
0.36
Panne 25*10
Faux plafond Liteau 3*3
Ardoise 42*2
Gouttière
4.3 * 10
Contre lattage ep : 3
Tuile faîtière
0.37
0.45
Terre compactée
Drain
Hérisson en cailloux lavés
Film de protection
Isolant en liège
Dalle en terre crue
Finition dalle en terre crue
5‹$/,6‹‚/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21‹78',$17
5‹$/,6‹‚/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21‹78',$17
Elevation sud _ Musée et maison associative Elevation ouest _ Extension du moulin
Elevation est _ Maison associative
Détails
3
2
1
4
1 _ Toiture en Ardoise
2 _ Murs en pierre de Silex
3 _ Façade type
4 _Fenêtre oscillo battante
22
Elevation nord _ Extension du moulin
Elevation est _ Musée et Maison associative
Elevation est _ La guinguette
Maison associative
Salle de projection _ maison associative
Serre _ Musée
Salle d’exposition _ Musée
Le Lavoir
23
@MRBDOK@MSDQQHSNQH@K~K“dS@KDLDMSTQA@HMR“@QQeSDONTQK@HRRDQOK@BD[TMDBDQS@HMDHMSDMRHEHB@SHNMCDK@UHKKD[SQ@UDQR~C“@ANQCK@
QdDWOKNHS@SHNMCDRA]SHLDMSRCdK@HRRdR~OTHRC@MRTMRDBNMCSDLOR@UDBK“@LdM@FDLDMSCDRCDMSRBQDTRDRDS~C@MRTMETSTQOKTR
KNHMS@HM~@UDBK@CDMRHEHB@SHNMONRRHAKDRTQCDRO@QBDKKDRMNMA]SHDRDMOdQHOGdQHDCDK@UHKKD~MNS@LLDMSRTQK“@WDKNXDR§NMSHFMX
DCdUDKNOODLDMSR“@BBNLO@FMD~[FQ@MCDdBGDKKD~C“TMMNTUD@TQdRD@TCDLNAHKHSdR
CNTBDRUDM@MSRDQ@LHEHDQ[K“DWHRS@MSDSPTHRDCdOKNHDRTQK“DMRDLAKDCTSDQQHSNHQD
DRUNHDROQHMBHO@KDR~SDKKDPTDK@CdO@QSDLDMS@KDKH@MSKNXDR[NMSHFMX~RDUNHDMS
@FQ@MCHDRDSQd@LdM@FdDR@EHMC“@BBTDHKKHQCDROHRSDRBXBK@AKDRDSOHdSNMMDR~dK@QFHRR@MS
 '%#''#%%)' %'%('(%$#%')'# %1 $#(%#'
CDQdCTHQDK“TSHKHR@SHNMCDK@UNHSTQDDS~O@QBNMRdPTDMS~K“HLO@BSB@QANMDCDRQdRHCDMSR
 #+1
D BD E@HS~ BDQS@HMR O@QJHMFR RNMS LTST@KHRdR @EHM CD CdF@FDQ CD MNTUD@TW DRO@BDR
Qd@OOQNOQH@AKDRO@QK@L@HQHDDSRDRG@AHS@MSR
TQKDRANQCRCTNHQ~CDRBGDLHMRCDQ@MCNMMdDRDSCDRONMSNMRRNMS@LdM@FdR@EHM
PTDKDRG@AHS@MSROTHRRDMSOQNEHSDQCDK@QHUHcQD
MUTDCDK“DWO@MRHNMCdLNFQ@OGHPTD~TMDCDTWHcLDUNHDEDQQNQH@HQDR“@INTSD[BDKKD
DWHRS@MSD@EHMCDQdONMCQD@TWADRNHMRCDRQHUDQ@HMRDS~[OKTRKNMFSDQLD~CdRDMBK@UDQ
 #+6 6%#6)-%1
$%#!/  #( #%
#()  '%
: 8: 97
%'!'
)#$%$ 









 #!!(   #+6(%6 6 #% ' #'+6
6 # $#-' ( $'%!# %''(% 
HLONQS@MS T§CDK[ CDR dCHEHBDR DLAKdL@SHPTDR~ SDKR
KD BG]SD@T CD NMSHFMX NT KD FiSD CT QHDTQd~ KDR
!#)( / #!'# '','!'
BNLLDQBH@TWENMSO@QSHDCDK“GdQHS@FDKNB@K
DODMC@MS K“DMSQDSHDM CD MNLAQDTRDR E@b@CDR M“DRS
O@RE@HSRTQSNTRBDRdCHEHBDRNTQS@MS~BDK@ODQLDSSQ@HS
C“@BBQNiSQDK“@SSQ@BSHUHSdCDK@UHKKD@HMRHPTDK@PT@KHSdCT
B@CQDCDUHDCDRDRG@AHS@MSREEDBSTDQQdFTKHcQDLDMS~
BDSDMSQDSHDMODQLDSdF@KDLDMSC“dUHSDQCDRSQ@U@TWCD
QDRS@TQ@SHNMBNMRdPTDMSRDSBNvSDTW
DQS@HMDR QTDR CT BDMSQD§UHKKD ENMS K“NAIDS C“TMD
OQDRBQHOSHNM C“TM Q@U@KDLDMS NAKHF@SNHQD CDR E@b@CDR
DR OQNOQHdS@HQDR DS BNOQNOQHdS@HQDR C“dS@AKHRRDLDMSR
%)'($( 2 0#!!%/%)$( /
GnSDKRDSFiSDR~DSBˆRNMSSDMTRC“DEEDBSTDQCDRQ@U@KDLDMSR
CD E@b@CDR SNTR KDR PTHMYD @MR DR OQNOQHdS@HQDR DS
BNOQNOQHdS@HQDRCDA]SHLDMSRC“G@AHS@SHNMRRHSTdRC@MR
KDRQTDRLHRDRDMU@KDTQRTQK@B@QSDBH§BNMSQD~@HMRHPTD
C@MR KDR QTDR DS HLO@RRDR CdANTBG@MS RTQ KDR QNTSDR
OQHMBHO@KDR~ RNMS DMBNTQ@FdR [ Qd@KHRDQ CDR SQ@U@TW
C“DMSQDSHDMCDE@b@CDR
KTRCDK@LNHSHdCDRSNTQHRSDRUDM@MSDM Q@MBDRNMSLNSHUdR~
DMOQDLHDQKHDT~O@QKDRUHRHSDRO@SQHLNMH@KDR“DRSTMDMIDT
L@IDTQ ONTQ K“dBNMNLHD~ K“DLOKNH DS K“@LdM@FDLDMS CDR
) ('%%'#%1
$ (/ '%%'#% #+/$%'#$#%$/#(
HMUHSD[K@BQd@SHNMC“TMDFQ@MCDANTBKDOdCDRSQD@LdM@FdD~
$' $% #'+6 6 # '  #+6(%6 6 #%/
PTHOQNONRDCDRONHMSRCDUTDU@QHdRODQLDSS@MSCDONQSDQ
K“@SSDMSHNMRTQKDO@SQHLNHMDM@STQDKKNB@K
MEHM~DMBNLOKdLDMSCDK“@SSQ@BSHUHSdO@SQHLNMH@KDCDRCDTW
#!!(/%-%$%#$#'(#!%!$#%''
C“@BSHUHSdR OdCDRSQDR~ M@TSHPTDR DS CD OeBGD  @HMRH PT“TMD
NEEQDC“GdADQFDLDMSBNMRdPTDMSD
dQHRRNHQDRRTQK“DQQDR‡¬³²²ˆ TRS@UD@HKKDANSSD NQS@HSR[K@B@LO@FMD‡¬³²±ˆ TRS@UD@HKKDANSSD
 #%)(( %! #  #+ @HRNMRANQC@MSKDNHQ[NMSHFMX #(4('5 #'+
DRBNLLTMDRCDKNXDR§RTQ§KD§NHQDSNMSHFMX§KD§ @MMDKNMOQNONRDMSTMD@LAH@MBDTMHPTD~
@RRNBH@AKD [ K@ QDOQdRDMS@SHNM BNLLTMD CD K@ UHKKdFH@STQD DSSD @LAH@MBD CD UHKKdFH@STQD RD
B@Q@BSdQHRDO@QKDRDMSHLDMSC“NHRHUDSd~CDSDLORPTHR“dBNTKDKDMSDLDMS
DSSD@SLNROGcQDRHMFTKHcQDDSRNMCdUDKNOODLDMS@OO@Q@HRRDMSBNLLDTMDMIDTL@IDTQRTQKD
'%%'#% #+6 6%#6)-%1
#!!%'!#(!'!(%
($%$ 
(#%
,'!' #' %($%$ 
$%$#
RTQK@OQDRPT“iKD
BSHUHSdRM@TSHPTDR dADQFDLDMSR BSHUHSdRCDOeBGD






#$#%$('%%'#%('#(% #+' #'+
((#%%' #+/#'%'(
TDCTNQQDMSCDKNXDR~@OQcRQ@U@KDLDMSCDRE@b@CDR
EHMCDCdUDKNOODQBDSSD@LAH@MBDCDUHKKdFH@STQD~
K@ OQdRDQU@SHNM C“dKdLDMSR O@SQHLNMH@TW
B@Q@BSdQHRSHPTDR DRS MdBDRR@HQD ‡DMSQDSHDM CT
O@SQHLNHMDA]SH~BQd@SHNMCDYNMDRCDOQdRDQU@SHNM
CDK@AHNCHUDQRHSdˆ
MEHM KDR LNAHKHSdR CNTBDR~ OHdSNMMDR DS BXBK@AKDR~
UNMS eSQD @BBNLO@FMdDR šC“DRO@BDR CD QDONR DS
C“@SSDMSD›OQNOQDR[K“NHRHUDSdCDK@UHKKdFH@STQD
'%('#$%#('
!%% #(*
##!!'#
 !'% # 
#()(* (*)#%' 
BNLLDQBDCDOQNWHLHSd
%'%'%#($# %3 %%
ONTQRDMRHAHKHRDQ[L@MFDQKNB@K
#('#() 
'%$%!%-%
WO@MRHNMCTL@QBGdFQ]BD[K@BNTQCDK“dBNKD
!'( '(%(%('%%%# 
@SQ@MRHSHNMdBNKNFHPTDCDK@BNLLTMD@TQ@TMBDQS@HMHLO@BSRTQ
RNMO@XR@FDTRDHMCDRYNMDRTQA@HMDR~NMUDQQ@M@iSQDCDRI@QCHMR
O@QS@FdR DM BrTQ C“iKNS DTW§BH QdONMCDMS [ TM CNTAKD NAIDBSHE
“TMDO@QS~DMUTDCDK@CDMRHEHB@SHNMTQA@HMDETSTQD~BDK@ODQLDSSQ@
[BG@PTDG@AHS@MSC“@UNHQ@BBcR[TMI@QCHMOQNBGDCDRNMCNLHBHKD
“@TSQDO@QS~KDRI@QCHMRO@QS@FdR@TQNMSTMDUHRdDOdC@FNFHPTD@EHM
CDCdUDKNOODQK“@FQHBTKSTQDDWOdQHLDMS@KD~C“HMSdFQDQK@QDU@KNQHR@SHNM
CDRCdBGDSRNQF@MHPTDRFQ]BD[CDRA@BR[BNLONRSDSC“@BBQNiSQDKDR
LHBQN§RNBH@AHKHSdRTSQDLDRTQD~KDRBG@LOR@FQHBNKDRCDK@BNLLTMD
UDQQNMRM@iSQDCDMNTUDKKDRBTKSTQDRCDEQTHSR~CDBGNTW~CDKdFTLDR~
CD STADQBTKDR~ CD KdFTLHMDTRDR DM OKTR CDR BTKSTQDR BdQd@KHcQDR DS
NKd@FHMDTRDRDWHRS@MSDR“@FQHBTKSTQDCDUHDMCQ@AHNKNFHPTDDSQDRSDQ@
LdB@MHRdD DM FQ@MD O@QSHD DODMC@MS~ K“HMSDQUDMSHNM CD K“ NLLD
RDQ@MdBDRR@HQDRTQKDRO@QBDKKDRCDONKXBTKSTQDL@Q@iBGcQD
EHMCDOQdRDQUDQKDRSDQQDR@FQHBNKDRDSKDRRTQE@BDRANHRdR~HK@dSd
CdEHMHTMDKHLHSDCDK@UHKKD@TCDK[CDK@PTDKKD~K“DWO@MRHNMTQA@HMDMD
RDQ@OKTRONRRHAKDDRCNL@HMDRENQDRSHDQRRNMSCNMB@HMRHOQNSdFdR~
L@HR@TRRHCHUDQRANRPTDSR~KDNHQDSRDR@EEKTDMSR #(%%'(%(* !' ) 







@ SQ@MRHSHNM dBNKNFHPTD [ KNXDR§KDR§
QNHR§HUHcQDR~ DRS TM BNMBDOS PTH UHRD
[ CdUDKNOODQ [ CHEEdQDMSDR dBGDKKDR K@
QdRHKHDMBD KNB@KD~ K“dBNMNLHD DM ANTBKD
DSK@QdCTBSHNMCDRF@Y[DEEDSCDRDQQD
DSSD@LAHSHNMR“@SS@PTDDMOQDLHDQKHDT
[K@PTDRSHNMdMDQFdSHPTDBSTDKKDLDMS~
 '%6 66 #% $%#('
DRRDMSHDKKDLDMSCDK“dKDBSQHBHSdMTBKd@HQD
 BNTQS SDQLD~ MNTR UNTKNMR dQHFDQ
MNSQDBNLLTMDC“dSTCDDMLNCcKDCD
SQ@MRHSHNMdMDQFdSHPTDDMXCdUDKNOO@MS
CDR QDRRNTQBDR C“dMDQFHDR @KSDQM@SHUDR
PTDRNMSK@AHNL@RRD~K“GXCQ@TKHPTDDSKD
# %1
 #! )  #'%('#
C“TMD BG@TEEDQHD AHNL@RRD PTH RDQ@
@KHLDMSdDKNB@KDLDMSO@QK@OQNCTBSHNM
ENQDRSHcQDDKKD§BH@KHLDMSDQ@DMQdRD@T
  (%  #!'  '%6
TQA@HMR XCQ@TKHPTD~DMQd§HMUDRSHRR@MS
KDR@MBHDMRLNTKHMR[AKdPTHRNMSR@MR
@BSHUHSd @TINTQC“GTH DK@ ODQLDSSQ@
 #('%  %) #%%  $'%!#1
MEHM~ KD RNK@HQD QdONMCQ@ [ K@ ENHR @TW
ADRNHMRdKDBSQHPTDRDSSGDQLHPTDR@UDB
(*$ #''#(%'#'(%
!$#%''()((+!/(
BNKKcFD~CDK“TRHMDNQVDQJ~DSB‚
M RDBNMC KHDT~ K“@LAHSHNM RD ONQSD
RTQ K“@TSNRTEEHR@MBD @KHLDMS@HQD CD K@
#!!(1  '%!/  #+6 6%#6
HUHcQDRCDUQ@C“DKKD§LeLDQdONMCQD@TW
# !'%$#$( '#
@RRTQ@MS R@ OQNOQD OQNCTBSHNM [ O@QSHQ
  $%#$% %#(%1   $
O@Q TMD Qd§NQHDMS@SHNM CDR OQNCTBSHNMR
%# ('% *'')%(
OQNCTBSHNM L@Q@HBGcQD NTQ @BBdCDQ [
K“@TSNRTEEHR@MBD@KHLDMS@HQD~NMS@AKDRTQ
¬°««LcSQDRB@QQdRO@QG@AHS@MSRCDSDQQD
!%-%/#':77'%$#(%9977
QdRHCDMSR
/  ( '%#-! %'%/ #(
CdUDKNOODQNMRKDRSHDQRKHDTW~[R@UNHQ~KDR
DMUHQNMMDLDMSR RNBH@TW K R“@FHS C“TMD
QdONMRD @TW PTDRSHNMR CD O@SQHLNHMD
[ QDLDSSQD DM U@KDTQ DS C“@BSHUHSdR
CD OQNWHLHSd DS CD QDMBNMSQDR DMSQD
CHEEdQDMSR@BSDTQRCTSDQQHSNHQD[QDMENQBDQ
NTR @UNMR CNMB QDBDMRd K“DMRDLAKD
CDR dCHEHBDR QdONMC@MS [ BDR ADRNHMR~ HK
R“@FHS MNS@LLDMS C“dBNKDR~ CD LNTKHMR~
CDEDQLDRMK“NBBTQQDMBD~K“dBNKDOQHUdD
NSQD @LD C“QNM~ @BBNKdD [ K@ OK@BD
G@MYX~@BBTDHKKDQ@TML@QBGdODQL@MDMS
PTH CHRSQHATDQ@ KDR CDMQdDR @KHLDMS@HQDR
(( '(%!%.-%!
OK@BDC@MRK@CdL@QBGDC“@TSNRTEEHR@MBD
 !'%1
'# %
 + %6%#(%%
dADQFDLDMSSNTQHRSHPTD
@QBGdDWSdQHDTQ
BNKDMNSQD@LDC“QNMDSOK@BDG@MYX
MSdFQ@SHNMC“TM
RXRScLDGXCQ@TKHPTD
C@MRK“@MBHDMLNTKHMCDKNXDR
BNKDCDLTRHPTD
DMSQDC“@QSHR@M@SANHR
@KKDC“DWONRHSHNM
(%( %
HAKHNSGcPTD
N§VNQJHMF
dRHCDMBD@QSHRSDR
# #'#
.'
 $# +) '
#!'
((''
#'%
K@BDCDK“FKHRD[NMSHFMX
!#( (#(% #+
  
   
  
 
''#(%('% MSDMRHEHB@SHNMCDK@YNMDQdRHCDMSHDKKD
DMSQDHMSDMRHEHd
MSDMRHEHB@SHNMCDK@YNMDC“dPTHODLDMSR
@QBDKK@HQDQdRHCDMSHDKHMSDMRHEHd
DMSQDHMSDMRHEHd
0 100 200 mètres
0 100 200 mètres
N
N
4. Nouveaux paysages et alimentation
Forêts
Champs
  HDTC“dKDU@FD
Le Loir et ses affluents
  @QCHMRO@QS@FdR
¬NTUDKKDTQA@MHSd
  GDLHMROdCDRSQDRdWHRS@MSR
  NTUD@TWBGDLHMROdCDRSQDR
Nouvelles pistes cyclables
  dRD@TEDQQNUHcQD
Dents creuses
Bâtiments vacants
Parcelles non bâties
  BSHUHSdRdBNMNLHPTDR
Limites bâtis
­HKKDCDK@UHKKdFH@STQD
Loisirs
Randonneurs / cyclistes
Patrimoine
Tiers-lieux
  iSDRDSGdADQFDLDMSR
®DQQHSNHQDDMSQ@MRHSHNMdBNKNFHPTD
LHDTWCDOQNCTBSHNC“dMDQFHD
  FQHBTKSTQDAHNKNFHPTD
  @QBGd
Points de livraison
Tiers-lieux:
1 - Le moulin
2 - ÉBNKDOQHUdDŽK@BDG@MYX
3 - Place de Montigny
4 - ÉBNKDSdOG@MDHS@QC
5 - Salle communale Montigny
6 - Silos / gare
   ²§NMDC“dPTHODLDMSR
8 - Ferme de Montigny
9 - Château de Cloyes
   ¬«§@OQDRPT“,KD
0 100 200 mètres
N
QNTODKNXDR¬€ACHQ@BGHCLQ@MŽQDKKHR@ŽK@HRDGNL@RŽGHEENKD@TTCHUHMDŽ@LBYXJF@S@ŽDQQHMC@L QNTODKNXDR­€@BGHLNMS TKHDŽ@UHCTB@RŽ DQQ@MCdNONKCHMDŽTBDS@QHDŽDSHS@LHKKDŽNTKK@NTDB§ NMHCDBGNL@R
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Échelle : 1 / 7000
Échelle : 1 / 3000 Échelle : 1 / 3000
Centre de Cloyes-sur-le-Loir Centre de Montigny-le-Gannelon
@QSDCDK“DMRDLAKDCTSDQQHSNHQDdSTCHd
ARCHITECTURE PORTFOLIO
SERRES = SERRES
P L A C E E M I L E Z O L A
Décembre 2019
Lieu
Place Emile-Zola, Nantes, France
Enseignement
Studio de projet : Under construction
Enseignants
Matthieu Germond,
Ignacio Requena-Ruiz
Team
Analyse et implantation :
M-E Lavaur, M Leborgne
Programme
Logements
R
u
e
D
a
n
t
o
n
Rue des Renardières
Bo
ul
ev
ar
d
de
l’é
ga
lit
é
Place Emile Zola
Marché de zola
Parking de Zola
Vue aérienne du site
I SERRES = SERRES
m/ōKDELWDWFROOHFWLI^`LQŴXHQFHVRQ
HQYLURQQHPHQWHQ«WDQWXQHSHWLWH
YLOOHGDQVODYLOOH}
)XWXUH/LYLQJODXGLD+LOGQHU
Au regard de cette citation,
j’ai présenté une opération
architecturale qui propose à la fois
une morphologie à taille humaine,
des espaces aérés et propices à
la déambulation et à la sociabilité,
comme un nouveau faubourg dans
le faubourg existant de Zola.
Dans ses grandes lignes, le projet
s’organise en quatre îlots dont la
disposition spatiale a permis de
dégager deux places à destination
public ; un jeux de pétanque à l’ouest
et un square à l’est s’organisant
autour de ce qui pourrait être un
poulailler. Les quatre îlots offrent en
totalité dix-neuf logements ; Studios,
T3, T4, T5 avec des aménagements
internes variés qui permettent
l’accueil d’artistes, de familles,
de collocations et d’habitants en
péril (SDF et migrant). Outre un
espace commerciale au nord-est,
Serres=Serres propose un espace
libre aux habitants qui pourront
l’utiliser et l’aménager selon leurs
désirs, ensemble.
Pour une intégration optimale
dans le quartier, le projet reprend
certaines des matérialités des
constructions alentours ; la pierre,
le bois et la végétation que l’on
viendra intégrer à la parcelle. Cette
végétation est surtout délimitée par
ce qui fait le coeur du projet : les
serres. Serres=Serres, palindrome
évoquant le rapport à ce dispositif
en tout lieux, extérieur et intérieur.
Outre ses qualités thermiques forts
appréciables en hivers, les serres
ont permis de diviser les différents
°ORWV E¤WLV DƓQ GōRIIULU GH PHLOOHXUHV
orientations aux logements (trois à
quatre), mais aussi de proposer un
rapport à la rue moins direct. Dans
son usage quotidien, c’est un espace
de convivialité pour les résidents qui
pourront tous y déjeuner, jardiner,
Ŵ¤QHUHWMRXHU
28
Potager
Jardin
Jardin
Jardin
Jardin
Jardin
Jardin
Hall
Studio T3
Logement
Familiale
Logement
Familiale
Logement
Familiale
Square
Poulailler
Square
Pétanque
Espace
Libre
Logement
Familiale
Réserve
Garage
Vélo
Acceuil
Local poubelle
Subdivison des îlots Circulation dans le projet
Volumétrie et typologie de faubourg Circulation et arrêts sur le site global
Schéma organigramme_Plans RDC
PROJETS ARCHITECTURE  URBANISME I 29
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
A
A’
B’
B
Plans_fragment
Plans RDC élargie
Coupe_fragment
Les appartements de l’îlot 3
RIIUHQWGHX[VS«FLƓFLW«V/D
chambre parentale joue avec
l’intimité du couple, qui est
séparé de l’espace publique
que par une double vitre.
Celle de la serre, transparente,
et celle de la chambre,
opaque. À l’opposé, la
chambre des enfants propose
trois espaces personnels et
un grand espace commun
qui s’ouvre dans la serre
vers la chambre partagé de
l’appartement d’en face.
Ilot 1
Ilot 2
Ilot 3
Ilot 4
0 5
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
A
A’
B’
B
A
A’
B’
B
Plans R+2
Plans R+1
31
A
B
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
$872'(6.9(56,21(78',$17
2'(6.9(56,21‹78',$17
32
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5‹$/,6‹‚/
$,'('
81352'8,7$8
A’
B’
33
ARCHITECTURE PORTFOLIO
LA PLACE DES MARCHÉS DE PIRMIL
LE MARCHÉ DES INVENDUS, LE MARCHÉ DU MERCREDI ET
LE MARCHÉ QUI SE CHERCHE
Décembre 2020
Lieu
Place de Pirmil, Nantes, France
Enseignement
Mais qu’est-ce donc qu’un espace public ?
Enseignants
Pascal Amphoux, Bruno Plisson, Delphine Coriou
Team
Analyse de site et projet urbain
Jeanne Scouarnec, Walae Belmostafa
Type
Urbanisme, équipement publique
La Sèvre
Nanta
ise
+RSLWDOGXFRQŴXHQW
Hopital St Jacques
Loire
Usine Beghin-Say
-DUGLQRQŴXHQW
Quartier Mangin
Loire
Parc Sellier-Goudy
Gare
TAN
Marché
Vue aérienne du site
I LA PLACE DES MARCHÉS DE PIRMIL
Le site de Pirmil est aujourd’hui un
espace majeur de circulation où
l’homme piéton peine à trouver sa
place. Cependant, une atténuation
TXHOōRQDQWLFLSHVHSURƓOHMoins de
véhicule, davantage de transports
en commun.
On agrandit donc la place avec la
suppression d’axes routiers de la rue
Dos d’Âne.On piétonnise la rue Saint-
Jacques et on crée une continuité
commerçante vers ce qui s’appelle
désormais la place du Faubourg
Saint-Jacques. Cette continuité
prend la forme de petits kiosques
triangulaires dont les toitures sont
accessibles.
(QƓQOōXQGHVHQMHX[GHQRWUHSURMHW
est de mettre en valeur le jardin des
FRQŴXHQWV en le reconnectant à la
place de Pirmil et par conséquent à
la promenade de la Sèvre Nantaise.
Notre réponse se découvre dans un
objet architectural : le Tripode.
Il permet d’interconnecter
l’ensemble du site, accentue son
caractère multimodale et participe à
une nouvelle attractivité : celle d’une
centralité pour Nantes Sud.
Chaque pied du Tripode comporte
un projet. La place des marchés de
Pirmil correspond au pied nord.
Il joue le paradoxe en atterrissant
avec une certaine souplesse sur la
nouvelle place Saint-Jacques. Mais
en y imposant aussi une certaine
monumentalité. Ses deux grandes
ailes totalement accessibles au
public, viennent couvrir les besoins
programmatiques d’une place
métropolitaine contemporaine.
Un marché des invendues, dit
également, marché permanent.
Une banque solidaire. Un forum
d’échangeIDLVDQWRIƓFHGHPDUFK«
le mercredi. Cet espace publique
de rencontre, de débats, de jeux et
de café permet de construire une
vie citoyenne et une vie de place
publique à Pirmil. L’ensemble est
coordonné par le laboratoire de
recherche qui cherche des modes
de production et de fonctionnement
pour nourrir les millions de futurs
citadins.
36
Laboratoire de recherche
Marché du
Mercredi
Banque Marché des
invendues
Alimentation
urbaine
E
s
p
a
c
e
c
o
u
v
e
r
t
4
4
0
0
m
2
Marché du mercredi
Divertissement
Marché
des Invendus
Circulation libre
Place St Jacques La cour de la TAN
Marché permanent
700 m2
Espace extérieur
boisé
800 m2
Marché -
divertissement
Cuisine Réserve
Banque
116 m2
205 m2
430 m2
Circulation vers la
gare
Centre de
recherche
WC
Espace de restauration
mutualisé avec le bar du R+1
358 m2
E
s
p
a
c
e
c
o
u
v
e
r
t
4
4
0
0
m
2
Marché du mercredi
Divertissement
Marché
des Invendus
Circulation libre
Place St Jacques La cour de la TAN
Marché permanent
700 m2
Espace extérieur
boisé
800 m2
Marché -
divertissement
Cuisine Réserve
Banque
116 m2
205 m2
430 m2
Circulation vers la
gare
Centre de
recherche
WC
Espace de restauration
mutualisé avec le bar du R+1
358 m2
Révéler la place de Pirmil Le nouvel épicentre de Pirmil Les mobilités de demain
3DWLHQFHDXPLOLHXGHVŴX[ Cohabitation des mobilitéss Fracture
Problématiser et solutionner les enjeux urbains
Organigrammes et schéma du projet programmatique
PROJETS ARCHITECTURE  URBANISME I 37
X
P
H
Point de vue
Lieux à projet
Périmètre de pertinence
Circulation piétone
Circulation automobile
Circulation cycliste
Parking
Ecole
Hopital
Monuments
St Jacques de Compostelle
Franchissement piéton
Apaisement des circulations
Périmètre de la Place Pirmil
X
P
H
Point de vue
Lieux à projet
Périmètre de pertinence
Circulation piétone
Circulation automobile
Circulation cycliste
Parking
Ecole
Hopital
Monuments
St Jacques de Compostelle
Franchissement piéton
Apaisement des circulations
Périmètre de la Place Pirmil
Plans masse _ Stratégie urbaine
Coupe AA’ _ Coupe du site
3 m
0
10 m
E A
A
A’
H
Projet de P+R
Sur la toiture, les équipements sportifs
du collège, mais aussi du quartier.
Ouverture de l’hopital
Réaliser une enceinte intérieur sécurisé
à destination des patients aujourd’hui
isolé en intérieur.
Commerces
Construction de petits abrits pour de
petit commerçants, artisants, etc ...
faisant continuiter à la rue St Jacques.
Revitalisation
des sols
1/1 000
Petit breton
Renaissance de la marque de vélo
Nantais sur la place St Jacques (Ate-
liers, bureaux, vente) -acompagne le
caractère multimodale des lieux
12 pt
Les débarcadères
sont de retour
La Place des
marchés de Pirmil
Transport en
commun
0 20 70
0 20
La cour de
la TAN
Place St
Jacques
Fa
ub
ou
rg
St
Ja
cq
ue
s
Ru
e
D
os
d’
Ân
es
Bu
s
R
u
e
G
a
b
ri
e
l
G
o
u
d
y
Parc
G.GOUDY
Jardin des
Confluents
La Sèvre
La Loire
A
A
’
Plans masse _ La porte de Pirmil
La grande Halle des rives, des marchés et des mobilités
0 5
39
Elevation sud _ Musée et maison associative
Elevation sud _ Musée et maison associative
Référence_Pavillon Savill, Angleterre Référence_Place Sky Forest, Japon
Zoom
sur la
réalisation
technique
3 m
0
10 m
3 m
0
10 m
A
Laboratoire de recherche Réserve
Restauration
40
A’
Place du Faubourg St Jacques Boutiques de la place St Jacques Rue St Jacques
Fragment _ Structure des marchés de Pirmil
Schéma du double éclairage
Sous les
arbres,
côté nord
1 - Base des piliers en acier
2 - Piliers en acier
3 - Tube de rive (Acier)
4 - Garde corps
5 - Puit de lumière
6 - Puit de lumière tamisé
1/50
2
3
4
5
6
1
41
ARCHITECTURE PORTFOLIO
RENCONTRE
Î L E D E N A N T E S
Juin 2019
Lieu
Site du nouveau CHU, île de Nantes, France
Enseignement
Le logement étudiant à travers la fenêtre
Enseignants
Louis Paillard, Catherine Malleret,
Yvan Loizeau, Anne-Sophie Coué
Team
Binôme : Léonie Hubert
Type
Logements
B
o
u
l
e
v
a
r
d
G
u
s
t
a
v
e
R
o
c
h
Loire
Quai Président Wilson
Usine Beghin Say
Vue aérienne du site
I RENCONTRE
Sur l’île de Nantes, le Quai Wilson
accueille désormais un nouveau
quartier destiné à loger près de
20 000 étudiants.
Sur les berges de la Loire, on
retrouve la résidence Rencontre ;
aboutissement d’un travail sur la
verticalité et la volumétrie. En effet,
nous sommes partie d’un simple
module de chambre étudiant de
18 m2
. Avec ce dernier, nous avons
façonné différents appartements
de collocations et de couples.
Cela a abouti à la création de deux
couples de typologie qui assurent
en façade un jeux de pleins et de
vides. Les modules qui composent
ces typologies sont positionnés en
UHWUDLW HQ SRUWH ¢ IDX[ RX ¢ ŴDQF
de façade. L’esthétisme donné est
accentué par la matérialité en trespa,
couleur bois dans les vides et qui
contraste avec le reste couleur blanc.
Le bâtiment s’élève en s’estompant
peu à peu, comme grignoté.
Disparaissent ici et là un ou deux
modules, jusqu’à ne laisser en son
point culminant qu’une portion
de dalle venant recouvrir un vaste
rooftop.
Ce fourmillement de modules,
solitaires ou fusionnés est à l’image
du dynamisme apporté par les
jeunes dans un même lieu. Rencontre
se destine à un vécu social. La
multiplication des espaces communs
amène chaque résident à rencontrer
l’autre :
A plusieurs étages, nous retrouvons
des espace végétalisés et intimistes.
Au rez-de-chaussée, un espace de
musique et de travail.
Sur le rooftop, on retrouve des
espaces de détente, de jeux, de
cuisines partagés et de discussions
en intérieur comme en extérieur. Et
FH DƓQ GH SURƓWHU GōXQ SDQRUDPD
exceptionnel sur Nantes et les berges
de la Loire.
44
Maquette et insertion dans la maquette de site
PROJETS ARCHITECTURE  URBANISME I
Envolé des modules Rythme des percements Rythme des jardins
45
B
B'
A A'
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
B
B'
A A'
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
B
B'
A A'
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
B
B'
A A'
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
SCHÉMA DES NIVEAUX
Plans de toiture
R+16 _ Espace commun
RDC _ Espace commun
R+17 _ Espace commun
R+1 _ Espace commun
46
B
B'
A'
B
B'
A A'
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
B
B'
A A'
A
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
B
B'
A A'
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
B
B'
A A'
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
Typo
1
niveau
1
Typo
1
niveau
2
Typo
2
niveau
1
Typo
2
niveau
2
0 5
47
Trespa
Plaque
de verre
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
Trespa
Isolation
Par-vapeur
Couvertine
Fenêtre
guillotine
Plaque
de verre
Isolation
Trespa
Plaque
de verre
Store
Trespa
Gargouille
garde corps
verre sur raille
Dedans
Dedans Dehors
Dedans
Dedans Dehors
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
Trespa
Gargouille
garde corps
verre sur raille
Dedans
Dedans Dehors
2'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'(
STRUCTURE
Fenêtres

balcon
simple
Véranda
et
terasse
Trespa
Isolation
Par-vapeur
Couvertine
Fenêtre
guillotine
Plaque
de verre
Isolation
Trespa
Plaque
de verre
Béton
Membrane
EPDM
Rail
Verre 0,02m
0.20
0.15
0.15
Store
Dedans
Dedans
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
,$17
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
Loggia
et
terasse Trespa
Plaque
de verre
Dedans
Dedans
5(
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
17
Trespa
Isolation
Par-vapeur
Couvertine
Fenêtre
guillotine
Plaque
de verre
Isolation
Trespa
Plaque
de verre
Store
Trespa
Gargouille
garde corps
verre sur raille
Dedans
Dedans Dehors
Dedans
Dedans Dehors
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
Trespa
Gargouille
garde corps
verre sur raille
Dedans
Dedans Dehors
2'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
STRUCTURE
Fenêtres

balcon
simple
Véranda
et
terasse
Fenêtre et balcon simple Loggia et terasse
Véranda et terasse
48
A A'
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
COUPE AA’- 1/100
00
0
0
e 1/100
ÉLÉVATION SUD - 1/100
Echelle 1/500
Echelle 1/400
Echelle 1/200
Echelle 1/100
A A'
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
B B'
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
COUPE AA’- 1/100
COUPE BB’- 1/100
Echelle 1/500
Echelle 1/400
Echelle 1/200
Echelle 1/100
Echelle 1/50
AX
ÉLÉVATION SUD - 1/100
ÉLÉVATION EST - 1/100
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
B B'
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
COUPE BB’- 1/100
chelle 1/100
elle 1/50
ÉLÉVATION EST - 1/100
Echelle 1/100
Echelle 1/50
AXONOMÉTRIE
AXONOMÉTRIE RDC 1/200
Coupe AA’
Elevation Sud
Coupe BB’
Elevation Est
49
ARCHITECTURE PORTFOLIO
TROIS POUR TRENTE
H A U T S P A V É S
S A I N T F E L I X
Juin 2019
Lieu
Angle de la rue de Bel Air et Russeil,
quartier Hauts Pavés, Saint Felix à Nantes
Enseignement
Le logement étudiant à travers la fenêtre
Projet intensif
Enseignants
Louis Paillard, Catherine Malleret,
Yvan Loizeau, Anne-Sophie Coué
Type
Logements
Rue
de
Bel
Air
Rue Haute Roche
R
u
e
P
a
u
l
B
e
ll
a
m
y
Rue Russeil
Rue
de
Bel
Air
Vue aérienne du site
I TROIS POUR TRENTE
Le projet Trois pour Trente constitue
un début de U«ŴH[LRQ DXWRXU GH OD
taille des logements et la manière
d’habiter en ville au XXIe siècle. En
effet, le nombre croissant de citadins
mène aux problématiques de plus en
plus prégnantes d’étalement urbain
et de pollution. Par conséquent, on
peut légitimement se demander
si la norme du grand, et donc,
supposément bon et beau logement
n’est pas à remettre en question. Est-
ce qu’un petit logement, pensé et
conçu dans un esprit de compacité
et de minimalisme ne peut être
un avenir viable pour l’immobilier
citadin ?
Dans la même mouvance que les
courants comme Never too small ou
Life edited, le challenge de ce projet
D «W« GH PLQLPLVHU OōHVSDFH DƓQ GH
créer deux appartements de 30 m2
qui logeront trois personnes.
Pour se faire, cette surélévation
de 8 mètres s’est fait sur un rez-
de-chaussée existant. Jeux de
dalles et de demi-niveaux, chaque
appartement offre deux chambres,
une salle de bain, un salon, une
cuisine et un espace de bureau.
Hormis la salle de bain, l’ensemble
des espaces sont modulables grâce à
du mobilier fait sur mesure, ainsi que
des lits et des tables escamotables.
3RXUƓQLUle toit terrasse est commun
aux deux logements. La surélévation
prend une forme de feuille qui
permet une meilleure capture de
la lumière naturelle venant du sud.
Ce qui permet en outre d’offrir à
l’angle de la rue Bel Air et Russeil un
monument lumineux, la nuit tombée.
52
PROJETS ARCHITECTURE  URBANISME I
Photos du site
Bardage
Ecran pare-pluie
Ossature bois
Lisses horizontales
Voile de
contreventement
Plâtre
Bois
Isolant
Pare-vapeur
Bardage
Fibro ciment
Ecran pare-pluie
Ossature bois
Lisses horizontales
Voile de
contreventement
Plâtre
Bois
Isolant
Pare-vapeur
Membrane EPDM
Revêtement béton
Dalle béton
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
Bardage
Ecran pare-pluie
Ossature bois
Lisses horizontales
Voile de
contreventement
Plâtre
Bois
Isolant
Pare-vapeur
Bardage
Fibro ciment
Ecran pare-pluie
Ossature bois
Lisses horizontales
Voile de
contreventement
Plâtre
Bois
Isolant
Pare-vapeur
Membrane EPDM
Revêtement béton
Dalle béton
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
Détails, mur et toiture
53
Chambre
SDB
Chambre 
bureau
SDB
Chambre
#cabane
Chambre
#cabane
($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
Cuisine
Salle à manger
Cuisine
Salle à manger
Salon
Salon 
Bureau
Espace
intermédiaire
Toit-terasse
partagé
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
Cuisine
Salle à manger
Cuisine
Salle à manger
Salon
Salon 
Bureau
Espace
intermédiaire
Toit-terasse
partagé
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
Chambre
SDB
Chambre 
bureau
SDB
Chambre
#cabane
Chambre
#cabane
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/
$,'('
81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17
Toit
Terasse
R+2
Demie
niveau
R+1
0 5
54
Coupe
55
Façade de la rue de Bel Air
56
Façade de la rue Russeil
57
58
BRUT DE DÉCOFFRAGE
LA STRUCTURE COULÉE, MÉLANGE À BASE
DE MATÉRIAUX EXTRAITS DU SOL
Janvier 2020
Lieu
Square de l’île Mabon
Île de Nantes
Enseignement
Under construction
Projet intensif
Enseignants
Ignacio Requena, Sébastien Magrez,
Matthieu Germond,
Débora Domingo (ETSA-UPV)
Team
Adao Ferreira, Dagault Tina, Dorothée Maïa,
Lauvergne Clarisse, Many Marie,
Moon Joonil, Pichot Yanna,
Presse Fanny, Prevost Margaux
Type
Monolithe de Terre
59
Rue La Noue Bras de Fer
Quai François Mitterand
Ru
e
de
l’îl
e
M
ab
on
Loire
Square de
l’île Mabon
Vue aérienne du site
I BRUT DE DÉCOFFRAGE
La matière “terre“ a été la source
de notre projet expérimental
et de recherche. Ce matériau
historiquement utilisé dans les
constructions humaines revient sur le
devant de la scène pour ses qualités
écologiques et économiques. En
effet, celle-ci est systématiquement
locale et sa mise en oeuvre est peu
couteuse. Nous avons, entre autre,
exploré la technique du pisé qui
FRQVLVWH¢mbGDPHUb}ODWHUUHFRQWHQXH
dans un coffrage couche après
FRXFKHDYHFXQmbSLVRLUb}
Le projet s’est formalisé à travers
différentes expériences que
nous avons menées. Notamment
la décantation des terres pour
comprendre leurs compositions et
mesurer leur degré de friabilité.Nous
avons ainsi pu sélectionner les terres
que nous utiliserons dans un but
structurel. La seconde expérience
D SHUPLV GH FRQƓUPHU OD SUHPLªUH
Il s’agissait de compacter les terres
GDQVXQFRIIUDJHDƓQGHY«ULƓHUOHXUV
caractères structurels.
/H SURMHW ƓQDO SUHQG OD IRUPH GōXQ
monolithe massif de 50x70x125 cm.
Ilsecomposedestratesdedifférentes
terres récoltées et retranscrit ainsi
l’ensemble de nos expérimentations.
Ce seul coulage regroupe donc
différentes textures de terre, friable
et solide. Le centre de la structure
est percé. Cette cavité permet de
récupérer l’eau de pluie de laquelle
naitra tout un écosystème.
Le monolithe accueille comme
programme un “hôtel à insectes“.
,OD«W«SODF«¢FHWWHƓQ¢SUR[LPLW«
du square de l’île Mabon, une zone
de l’île de Nantes laissée en friche.
Des percements ont été effectués
VXU OD ID©DGH GX PRQROLWKH DƓQ GH
faciliter l’appropriation des insectes
que nous avons répertorié sur le
site : Hyménoptères, Coléoptère,
Dermaptères et Papillons. Cela dit,
l’occupation de notre installation
demeure une supposition car en
tenant compte des aléas naturels
et de d’autres éléments que nous
n’aurions pas pris en compte, notre
structure pourrait être inintéressante
pour les habitants visés.
60
PROJETS EXPÉRIMENTALS I
7
Papillon Vulcain Papillon Flambé
Paon du jour Sphinx Liseron
Scarabée
Cétoine Dorée
Longicorne Carabe
Insectes nantais Étapes de construction
du monolithe
Résumé du projet
61
39
Croquis du monolithe en
réaction avec la pluie
Plans schématique
Coupe à 5 cm de la palette
Plans schématique
Coupe à 60 cm de la palette
Coupe et écoulement de l’eau de pluie
62
55
0RQROLWKHƓQDOLV«
63
64
ISHI
MA MAISON À TOKYO
Décembre 2019
Lieu
Tokyo, Japon
Enseignement
Under Construction
Enseignants
Ignacio Requena, Matthieu Germond
Type
Espace publique, passage
65
Rue La Noue Bras de Fer
Quai François Mitterand
Ru
e
de
l’îl
e
M
ab
on
Loire
Square de
l’île Mabon
Vue aérienne du site
I ISHI
Ce projet avait pour but
l’expérimentation physique d’un
matériau GH QRWUH FKRL[ DƓQ GH
produire une architecture. La seule
contrainte qui nous était imposée
était la taille de notre parcelle située
à Tokyo.
Orienté par une double volonté
d’ordre écologique et patrimoniale,
j’ai choisi la pierre, “ishi“ en
japonais. Ce matériau m’a permis
d’expérimenter des méthodes
basiques de taille de pierre.
Le prélèvement de la ressource
s’est opéré le long des berges de la
Loire, offrant ainsi une pluralité de
nature de pierre allant du Grès au
Granite. Ce qui induit des résultats
et des procédés de mise en oeuvre
différents. On en comptera deux
principaux : l’utilisation de ciseaux
et d’une masse et une méthode plus
contemporaine, la disqueuse et son
disque à diamant.
Ces deux méthodes de taille de
pierre permettent l’obtention de
IDFHV PXOWLSOHV OLVVHV VWUDWLƓ«HV
ou rugueuses ; En somme, nous
expérimentons la pierre sous toutes
ses formes.
Le projet en lui-même prend la forme
de deux blocs de pierre travaillés,
superposés et dimensionnés à la
taille de la parcelle nippone. L’idée
étant de mettre en tension les deux
éléments rocheux. Cette idée de
tension est accentuée par l’élément
structurel central (minéral lui aussi),
ici l’ardoise, qui vient aussi spatialiser
l’espace. Il en découle ainsi une
expérience architecturale sensible
pour qui traverse les lieux.
On joue également sur le rapport
au sol et au ciel en ré-investissant
un élément fréquent dans la maison
japonaise : le patio. Puit de lumière
et puit de végétation, le patio est
un élément central avec lequel les
japonais aiment interagir.
66
Schéma de principe, circulations
MIDDLE EAST MODERN ART SPACE by Ammar Khammash
Évolution de l’expérimentation
PROJETS EXPÉRIMENTALS I 67
Plans
Coupe
Vue du ciel
0 5
68
Photo du prototype n°2
Photo du prototype n°2
Photo du prototype n°1 (droite) et n°2 (gauche)
Coupe schématique
Notion d’emboitement
69
70
CÔNNEXION
M O R P H O G É N È S E
2018-2019
Lieu
Maison régionale de
l’architecture des Pays-de-la-Loire
Enseignement
Morphologie
Enseignants
Francis Miguet, Alain Chassagnoux, François
Chesnot, Cyrcil-Emmanuel Issan-Chou, Jérémie
Koempgen, Remi Lelievre, Claude Puaud,
Timothée Raison
Team
Léonie Hubert, Erwan Lorant,
Lucie Mazier
Type
Petite fabrique d’architecture
71
I CÔNNEXION
Exposition à la MAPdL - Mai 2019
72
/D PRUSKRORJLH SHXW ¬WUH G«ƓQLH
FRPPH Oō«WXGH GHV IRUPHV
/RUVTXH QRXV QRXV LQW«UHVVRQV
QRQ SDV XQLTXHPHQW ¢ OD IRUPH
PDLV DX SURFHVVXV GH IRUPDWLRQ
TXLHVW¢OōRULJLQHGHODIRUPHFōHVW
¢GLUH¢ODJHQªVHGHODIRUPHQRXV
SDUORQVDORUVGHPRUSKRJHQªVH
Lorsqu’une explosion rencontre
une spirale. Les cônes facettés
tournent sur eux-mêmes,
implosent puis explosent, formant
un tourbillon.
La structure est inspirée du
modèle du banc de poisson,
exemple naturel d’un mouvement
en spirale, se déformant lors de
l’approche d’un prédateur.
La forme de la structure est créée
à partir d’un schéma méthodique,
qui pourrait être à l’origine de la
forme si particulière des bancs de
poisson : les uns se placent par
rapport aux autres de manière à
toujours avoir le même individu
dans leur champ de vision.
Ici, les poissons sont résumés à
leur cône de champ de vision.
Chaque cône est disposé de la
même manière par rapport à
son prédécesseur, dégageant la
dynamique de la structure.
ARTS I
Article de l’exposition
MAPdL, Mai 2019
Film Cônnexion
Mai 2019
73
I TRANSFORMATIONS SILENCIEUSES
74
ARTS I
TRANSFORMATIONS SILENCIEUSES
É D I T I O N M U T A T I O N
Mars 2021
Lieu
Exposition à l’ECV Nantes
Enseignement
Edition Mutation
pour un atlans des transformations silenscieuses
Workshop ECV  ENSA NANTES
Enseignants
Stefan Shankland,
Sophie Northam,
Romain Baro
Team
Justine Meot
Yasmina Echair
Type
Création graphique  éditorials
ECVNantes x ENSA: la collaboration
du graphisme et l’architecture
Article de l’ECV
m*UDQGLUYLHLOOLUPDLV«JDOHPHQW
OōLQGLII«UHQFH TXL VH FUHXVH MRXU
DSUªV MRXU HQWUH OHV DQFLHQV
DPDQWV VDQV P¬PH TXōLOV VōHQ
DSHU©RLYHQW  FRPPH DXVVL OHV
5«YROXWLRQV VH UHQYHUVDQW VDQV
FULHUJDUHHQSULYLOªJHVRXELHQOH
U«FKDXIIHPHQWGHODSODQªWHDXWDQW
GHPRGLƓFDWLRQVTXLQHFHVVHQWGH
VH SURGXLUH RXYHUWHPHQW GHYDQW
QRXV PDLV VL FRQWLQ½PHQW HW GH
ID©RQ JOREDOH GH VRUWH TXōRQ QH
OHVSHU©RLWSDVb})UDQ©RLV-XOOLHQ
SKLORVRSKHHWVLQRORJXHDXVXMHW
GHV7UDQVIRUPDWLRQVVLOHQFLHXVHV
Ce sous-thème de la mutation
a été le centre des recherches-
créations graphique et éditoriale
qui ont réuni des étudiants en
architecture et en communication
visuelle. Il s’agissait de concevoir
et de réaliser ensemble un projet
éditorial de A à Z en 5 jours.
Mon trio a fait le choix de travailler
sur le sujet du changement
climatique à Nantes. Il s’agissait,
à travers la thématique de la
dystopie de représenter un
imaginaire dans lequel Nantes
serait sous l’eau en 2100.
1RWUH DIƓFKH ƓQDOH HVW XQH
superposition de trois éléments.
En fond, une photographie en
contre-plongé d’immeubles de
l’ensemble urbain Euronantes.
On y a ensuite apposé une carte
retravaillée de la ville de Nantes sur
laquelle les cours d’eau ont repris
leurs cheminements historiques.
(QƓQ XQH HDX WXPXOWXHXVH HW
boueuse recouvre l’ensemble.
/DSHUVSHFWLYHGHFHWWHDIƓFKHHVW
double. Au premier abord, elle
exprime avant tout l’eau.Àla fois sa
beauté, mais aussi sa dangerosité,
mortelle pour l’Homme. Mais en y
regardant de plus près , c’est avec
effroi qu’on se rend compte que le
point de vue qui nous est donné
est celui d’un Homme, submergé
par les eaux à Nantes, qui regarde
vers le ciel alors qu’il se noie.
75
I L’HISTOIRE DANS LA VILLE
76
John Davies
Westgate, England 2001
ARTS I
L’HISTOIRE DANS LA VILLE
A T E L I E R P H O T O
Mars 2021
Lieu
Exposition à l’ENSA Nantes
Enseignement
Outils - Média : représentation des spatialités
Enseignant
Camille Hervouet
Type
Production artistique cadré et exposition
Gabriele Basilico
Bord de mer 1984
L’histoire est présente dans la ville,
généralement, sous la forme de
PRQXPHQWVHWGō«GLƓFHV'HVVXMHWV
Ɠ[HVHWmGXUDEOHV}TXLUHQGHQWOD
capture photographique simple
et à la portée de tous. Cependant,
cette simplicité manifeste de
la photographie architecturale
revoit ses exigences à la hausse
lorsqu’elle est exercée par
un individu engagé dans une
démarche artistique. En effet,
comment se démarquer du simple
SDVVDQW TXL FDSWXUH XQ «GLƓFH
avec son smartphone ?
En me promenant dans la ville, je
souhaite transmettre au travers
de chaque cliché les tensions
ressenties et générées par les
contrastes des âges au sein de la
ville de Nantes et de ses alentours.
« Opposition de deux choses
GRQW OōXQH IDLW UHVVRUWLU OōDXWUH }
nous dit le Larousse à propos
du contraste. Qui est l’une, qui
est l’autre dans la ville ? Parfois il
pourra s’agir de l’ancien. Parfois
du contemporain. Dans mes
clichés, tout n’est que question
de perspective, de couleur et de
composition. L’objectif étant qu’à
travers les photographies, on
regarde la ville de Nantes avec
un prisme historique qui met en
exergue le travail des urbanistes et
des architectes dont le rendu est
autant volontaire qu’involontaire.
Pour m’aider dans mon travail,
je me suis inspiré de deux
photographes. John Davies qui
est reconnu comme le leader
britannique de la photographie de
paysage. Son sujet rejoint le mien
puisqu’il est fréquemment perçu
dans ses photos un rapport entre
le passé et le futur grâce à des
éléments informatifs qui rendent
l’évolution temporel visible. Le
second, Gabriele Basilico est un
photographe italien, architecte
GH SURIHVVLRQ mb ,O VōHVW UHQGX
célèbre par son obsession de la
ville moderne, avec ses couches
de passé empilées avec plus ou
PRLQVGHFKDUPHHWGHVRLQb} /H
photographe Gabriele Basilico est
mort, Le Monde, 13/02/2013)
77
I STAGE DE CHANTIER
Coupe de l’escalier du 6 rue de l’ancienne Préfecture
78
AUTRES I
EXPÉRIENCE CHEZ JACQUET LYON
6 R U E D E L ’ A N C I E N N E P R É F E C T U R E
Juillet 2018
Lieu
6 rue de l’anciennce préfecture
Lyon II
Enseignement
Stage de chantier
Licence 1
Entreprises
-DFTXHWƓOLDOHGXJURXSH$XULJH
AMR Architecte
Type
Restauration d’un escalier en pierre
du IXè siècle
mb /H SDWULPRLQH HVW XQ MRDX
HVVHQWLHO TXH QRXV GHYRQV
WUDQVPHWWUH DX[ J«Q«UDWLRQV
VXLYDQWHVb}
Cette déclaration de Stephane
Bern fait grand échos à ma volonté
d’oeuvrer dans la préservation
de notre patrimoine national,
mais aussi de promouvoir les
techniques de construction
ancestrales qui sont aujourd’hui
remis au goût du jour. J’entend
part là surtout le travail de la terre,
du bois, de la paille et de la pierre.
Pour ces raisons, je me suis
tourné vers les entreprises de
gros oeuvre, spécialisées dans ce
domaine et j’ai été accepté dans
l’agence Jacquet de Lyon. Il s’agit
d’une entreprise nationale, née
à Bourges et qui est active dans
le secteur de la restauration et
de la sauvegarde du patrimoine
Français. Elle maîtrise surtout les
travaux de taille de pierre et de
maçonnerie traditionnelle.
Durant trois semaines, j’ai été
affecté sur le chantier du 6 rue
de l’Ancienne Préfecture, dans
le IIè arrondissement de la
capitale des Gaules. Il s’agissait
de la restauration d’un escalier en
pierre à double révolution datant
du IXe siècle. Celui-ci avait fait face
à divers défauts de fabrication
TXLOōDYDLWFRQGXLW¢mbSUHQGUHGX
YHQWUHb}DXFRXUVGHVVLªFOHV8QH
restructuration de la construction
était donc urgente pour la sécurité
des habitants de l’immeuble
de cinq étages. L’escalier étant
l’unique accès aux logements de
l’immeuble, la sécurité était de fait,
une contrainte particulièrement
prégnante.
Bien que la durée de stage ait été
courte, on m’a donné l’opportunité
de prendre graduellement des
responsabilités. J’ai débuté par
des tâches simples de sécurisation
du chantier, de nettoyage et d’aide
aux ouvriers dans leurs tâches.
J’ai pu intégrer les différents
protocoles du chantier tel que la
restauration des clavetages et des
fractures, le remplacement des
limons, la gestion du ventre du
limon et la dépose des anciens
poteaux de soutènement qui
avaient été posés en 1960. Ces
apprentissages m’ont permis de
faire un peu de management
d’équipe, la dernière semaine de
stage.
En somme, le stage de chantier a
été pour moi le théâtre d’une réelle
prise de conscience du paradoxe
des chantiers ; entre pénibilité
et passion. Cette expérience a
été au delà de mes attentes, car
loin de me limiter à observer, j’ai
pu véritablement pratiquer le
métier d’ouvrier. Cela m’a permis
de développer mes capacités
d’écoute et d’attention, de travail
en équipe et de leadership, de
persévérance et d’effort physique.
79
Rue de l’ancienne Préfecture
et le mobil-home de Jacquet
80
Place des Jacobins
81
I HORIZON 2030
82
En juillet 2020, j’ai été contacté
par Thibaud Duval (un conseillé
et chargé d’étude du CAUE de
0DUWLQLTXH DƓQGō«FULUHTXHOTXHV
paragraphes pour un article qui
serait publié sur le site du dit
CAUE. Le sujet : comment est-ce
que j’imaginais la martinique à
l’horizon 2030 d’un point de vue
architectural et urbanistique ?
Lademandeaétéposéeàplusieurs
étudiants et jeunes diplômés en
architecture ayant grandi à la
Martinique. Pour ma part, c’est
avant tout les maisons coloniales
de cette île qui m’ont donné envie
de faire de l’architecture mon
domaine d’activité. C’est donc
avec un certain enthousiasme et
une certaine émotion que j’ai saisi
cette chance de participer aux
discours en cours dans la société
martiniquaise.
Horizon 2030 est un ensemble de
trois articles débutés en mai 2020,
dont les deux premiers donnent
la parole aux jeunes tandis que le
dernier constitue une réponse des
architectes expérimentés de l’île.
HORIZON 2030
C A U E M A R T I N I Q U E
Août 2020
Type
Article
Horizon 2030 : 1ère partie
Horizon 2030 : 2ème partie
Horizon 2030 : 3ème partie
AUTRES I 83
I L’AUTO-SUFFISANCE DES VILLES
84
AUTRES I
L’AUTO-SUFFISANCE DES VILLES
B I B L I O G R A P H I E C R I T I Q U E
Janvier 2019
Enseignement
Bibliographie critique
Sociologie urbaine, science de la ville
Enseignant
Jérôme Sautarel
Bettina Horsch
Type
Dossier critique sur le thème de la ville
/ōDXWRVXIƓVDQFHGHVYLOOHVSGI
Ce travail de licence 2 s’inscrit
dans les prémisses de l’écriture
de notre mémoire de master et
présente deux objectifs ; celui de
prendre conscience des méthodes
et des systèmes de fabrication
d’un savoir et d’approfondir nos
connaissances dans les domaines
proposés par les professeurs. En
l’occurence l’écoville.
Outre le domaine
d’approfondissement à choisir,
QRXV GHYLRQV G«ƓQLU QRWUH
sujet en lien avec celui-ci.
Une bibliographie devait être
constituée et de laquelle étaient
tirés trois ouvrages majeurs
qui seraient les piliers de notre
travail de bibliographie croisée et
raisonnée.
Pour ma part, j’ai choisi pour
VXMHW OōDXWRVXIƓVDQFH GHV YLOOHV
Autrement dit la capacité de
celles-ci à subvenir à leurs
propres besoins. Que ce soit leurs
besoins énergétique, alimentaire
HWƓQDQFLHU-ōDLSHQV«TXHFō«WDLW
un sujet qui s’inscrivait bien
dans notre époque, à l’heure
des nombreuses revendications
sociales, des circuits cours et
de la menace du changement
climatique.
Pour se faire, je me suis appuyé,
principalement, sur trois
documents que sont le livre
Demain, un nouveau monde en
marche de l’auteur mais aussi,
réalisateur et activiste Cyril
Dion. Du rapport de Thierry de
Larochelambertpourlescahiersde
Global chance intitulé La transition
énergétique du Danemark :
XQ PRGªOH GH SODQLƓFDWLRQ
démocratique européen(WHQƓQ
d’un article de la revue Urbanisme
n°64, Les nouveaux paysages de
la transition énergétique.
85
ARCHITECTURE PORTFOLIO

Contenu connexe

Tendances

Habitat collectif et semi collectif entre divergences et convergences
Habitat collectif et semi collectif entre divergences et convergencesHabitat collectif et semi collectif entre divergences et convergences
Habitat collectif et semi collectif entre divergences et convergences
ghafour abdou
 
Structure métallique
Structure métalliqueStructure métallique
Structure métallique
Sami Sahli
 
Exposée sur le Mouvement moderne en architecture
Exposée sur le Mouvement moderne en architectureExposée sur le Mouvement moderne en architecture
Exposée sur le Mouvement moderne en architecture
Archi Guelma
 
Henri Petit
Henri PetitHenri Petit
Henri Petit
Asma LAOUEDJ
 
Systèmes constructifs
Systèmes constructifsSystèmes constructifs
Systèmes constructifs
Sami Sahli
 
Diaporama contreventement
Diaporama contreventementDiaporama contreventement
Diaporama contreventement
maeangld
 
Habitat Chaoui à Ghoufi
Habitat Chaoui à Ghoufi Habitat Chaoui à Ghoufi
Habitat Chaoui à Ghoufi
Sarra Achoura
 
L’architecture mozabites
L’architecture mozabitesL’architecture mozabites
L’architecture mozabites
hafouu
 
Fleur de seine.pptnn
Fleur de seine.pptnnFleur de seine.pptnn
Fleur de seine.pptnn
Mohamed Ziane
 
l'habitat individuel à jijel
l'habitat individuel à jijel l'habitat individuel à jijel
l'habitat individuel à jijel
Nina Lee
 
habitat collectif et intermédiaire(historique et analyse d'exemples)
habitat collectif et intermédiaire(historique et analyse d'exemples)habitat collectif et intermédiaire(historique et analyse d'exemples)
habitat collectif et intermédiaire(historique et analyse d'exemples)
sara ould ali
 
La rénovation urbaine
La rénovation urbaineLa rénovation urbaine
La rénovation urbaine
Yazid B
 
Structure metallique amar1
Structure metallique amar1Structure metallique amar1
Structure metallique amar1
Hiba Architecte
 
Murs rideaux et menuiserie
Murs rideaux et menuiserieMurs rideaux et menuiserie
Murs rideaux et menuiserie
Sami Sahli
 
PORTFOLIO KYA.pdf
PORTFOLIO KYA.pdfPORTFOLIO KYA.pdf
PORTFOLIO KYA.pdf
khemissayoucef
 
Charpente métallique
Charpente métallique Charpente métallique
Charpente métallique
Sami Sahli
 
Habitat traditionnel chaoui
Habitat traditionnel chaouiHabitat traditionnel chaoui
Habitat traditionnel chaoui
Hiba Architecte
 
Analyse d habitats semi collectif
Analyse d habitats semi collectifAnalyse d habitats semi collectif
Analyse d habitats semi collectif
Archi UHBBC
 

Tendances (20)

Habitat collectif et semi collectif entre divergences et convergences
Habitat collectif et semi collectif entre divergences et convergencesHabitat collectif et semi collectif entre divergences et convergences
Habitat collectif et semi collectif entre divergences et convergences
 
Structure métallique
Structure métalliqueStructure métallique
Structure métallique
 
Exposée sur le Mouvement moderne en architecture
Exposée sur le Mouvement moderne en architectureExposée sur le Mouvement moderne en architecture
Exposée sur le Mouvement moderne en architecture
 
Analyse urbaine
Analyse urbaineAnalyse urbaine
Analyse urbaine
 
Bois 01
Bois 01Bois 01
Bois 01
 
Henri Petit
Henri PetitHenri Petit
Henri Petit
 
Systèmes constructifs
Systèmes constructifsSystèmes constructifs
Systèmes constructifs
 
Diaporama contreventement
Diaporama contreventementDiaporama contreventement
Diaporama contreventement
 
Habitat Chaoui à Ghoufi
Habitat Chaoui à Ghoufi Habitat Chaoui à Ghoufi
Habitat Chaoui à Ghoufi
 
L’architecture mozabites
L’architecture mozabitesL’architecture mozabites
L’architecture mozabites
 
Fleur de seine.pptnn
Fleur de seine.pptnnFleur de seine.pptnn
Fleur de seine.pptnn
 
l'habitat individuel à jijel
l'habitat individuel à jijel l'habitat individuel à jijel
l'habitat individuel à jijel
 
habitat collectif et intermédiaire(historique et analyse d'exemples)
habitat collectif et intermédiaire(historique et analyse d'exemples)habitat collectif et intermédiaire(historique et analyse d'exemples)
habitat collectif et intermédiaire(historique et analyse d'exemples)
 
La rénovation urbaine
La rénovation urbaineLa rénovation urbaine
La rénovation urbaine
 
Structure metallique amar1
Structure metallique amar1Structure metallique amar1
Structure metallique amar1
 
Murs rideaux et menuiserie
Murs rideaux et menuiserieMurs rideaux et menuiserie
Murs rideaux et menuiserie
 
PORTFOLIO KYA.pdf
PORTFOLIO KYA.pdfPORTFOLIO KYA.pdf
PORTFOLIO KYA.pdf
 
Charpente métallique
Charpente métallique Charpente métallique
Charpente métallique
 
Habitat traditionnel chaoui
Habitat traditionnel chaouiHabitat traditionnel chaoui
Habitat traditionnel chaoui
 
Analyse d habitats semi collectif
Analyse d habitats semi collectifAnalyse d habitats semi collectif
Analyse d habitats semi collectif
 

Similaire à ARCHITECTURE PORTFOLIO

Portfolio
PortfolioPortfolio
Portfolio
Elise Mathieu
 
Rémi ARNAUD Portfolio
Rémi ARNAUD PortfolioRémi ARNAUD Portfolio
Rémi ARNAUD Portfolio
ARNAUD Remi
 
Présentation du projet de quartier durable de Saint-Egrève
Présentation du projet de quartier durable de Saint-EgrèvePrésentation du projet de quartier durable de Saint-Egrève
Présentation du projet de quartier durable de Saint-Egrève
Agenda21stegreve
 
PORTFOLIO
PORTFOLIOPORTFOLIO
Fiche de lot Jaurès Ampère
Fiche de lot Jaurès AmpèreFiche de lot Jaurès Ampère
Fiche de lot Jaurès Ampère
Association Villes Internet
 
Portfolio Pierre Allal - Freelance
Portfolio Pierre Allal - FreelancePortfolio Pierre Allal - Freelance
Portfolio Pierre Allal - Freelance
pierre allal
 
Diaporama - Réunion secteur E du 14 octobre 2010
Diaporama - Réunion secteur E du 14 octobre 2010Diaporama - Réunion secteur E du 14 octobre 2010
Diaporama - Réunion secteur E du 14 octobre 2010
Guérande
 
Book
BookBook
Christiaan Weiler ir. MSc. cab42 architecture, strategy and design
Christiaan Weiler ir. MSc. cab42 architecture, strategy and designChristiaan Weiler ir. MSc. cab42 architecture, strategy and design
Christiaan Weiler ir. MSc. cab42 architecture, strategy and design
Christiaan Weiler
 
Portfolio_Justine_Rosset
Portfolio_Justine_RossetPortfolio_Justine_Rosset
Portfolio_Justine_Rosset
JustineRosset1
 
Micro quartier gare
Micro quartier gare Micro quartier gare
Micro quartier gare
Association Villes Internet
 
Cv patrice pasturel juillet 2016
Cv patrice pasturel juillet 2016Cv patrice pasturel juillet 2016
Cv patrice pasturel juillet 2016
patrice pasturel
 
Book d'Architecture Lorena Cubo Casillas
Book d'Architecture Lorena Cubo CasillasBook d'Architecture Lorena Cubo Casillas
Book d'Architecture Lorena Cubo Casillas
LorenaCuboCasillas
 
PORTFOLIO - VICTOR DELERUE
PORTFOLIO - VICTOR DELERUEPORTFOLIO - VICTOR DELERUE
PORTFOLIO - VICTOR DELERUE
VictorDelerue
 
Zac chêne Morand - dossier de réalisation
Zac chêne Morand  -  dossier de réalisationZac chêne Morand  -  dossier de réalisation
Zac chêne Morand - dossier de réalisation
rennesmetropole
 
Portfolio Sirine Cohou
Portfolio Sirine CohouPortfolio Sirine Cohou
Portfolio Sirine Cohou
Sirine Cohou
 
Fiche de lot angle Rigaud Couderchet
Fiche de lot angle Rigaud CouderchetFiche de lot angle Rigaud Couderchet
Fiche de lot angle Rigaud Couderchet
Association Villes Internet
 
PPU Boulevard René-Lévesque O._Consultation publique.pdf
PPU Boulevard René-Lévesque O._Consultation publique.pdfPPU Boulevard René-Lévesque O._Consultation publique.pdf
PPU Boulevard René-Lévesque O._Consultation publique.pdf
Ville de Châteauguay
 
Book Sara Guilbert
Book Sara GuilbertBook Sara Guilbert
Book Sara Guilbert
saraguilbert
 

Similaire à ARCHITECTURE PORTFOLIO (20)

Portfolio
PortfolioPortfolio
Portfolio
 
Rémi ARNAUD Portfolio
Rémi ARNAUD PortfolioRémi ARNAUD Portfolio
Rémi ARNAUD Portfolio
 
Présentation du projet de quartier durable de Saint-Egrève
Présentation du projet de quartier durable de Saint-EgrèvePrésentation du projet de quartier durable de Saint-Egrève
Présentation du projet de quartier durable de Saint-Egrève
 
PORTFOLIO
PORTFOLIOPORTFOLIO
PORTFOLIO
 
Fiche de lot Jaurès Ampère
Fiche de lot Jaurès AmpèreFiche de lot Jaurès Ampère
Fiche de lot Jaurès Ampère
 
Portfolio Pierre Allal - Freelance
Portfolio Pierre Allal - FreelancePortfolio Pierre Allal - Freelance
Portfolio Pierre Allal - Freelance
 
Diaporama - Réunion secteur E du 14 octobre 2010
Diaporama - Réunion secteur E du 14 octobre 2010Diaporama - Réunion secteur E du 14 octobre 2010
Diaporama - Réunion secteur E du 14 octobre 2010
 
Book
BookBook
Book
 
Porfolio
PorfolioPorfolio
Porfolio
 
Christiaan Weiler ir. MSc. cab42 architecture, strategy and design
Christiaan Weiler ir. MSc. cab42 architecture, strategy and designChristiaan Weiler ir. MSc. cab42 architecture, strategy and design
Christiaan Weiler ir. MSc. cab42 architecture, strategy and design
 
Portfolio_Justine_Rosset
Portfolio_Justine_RossetPortfolio_Justine_Rosset
Portfolio_Justine_Rosset
 
Micro quartier gare
Micro quartier gare Micro quartier gare
Micro quartier gare
 
Cv patrice pasturel juillet 2016
Cv patrice pasturel juillet 2016Cv patrice pasturel juillet 2016
Cv patrice pasturel juillet 2016
 
Book d'Architecture Lorena Cubo Casillas
Book d'Architecture Lorena Cubo CasillasBook d'Architecture Lorena Cubo Casillas
Book d'Architecture Lorena Cubo Casillas
 
PORTFOLIO - VICTOR DELERUE
PORTFOLIO - VICTOR DELERUEPORTFOLIO - VICTOR DELERUE
PORTFOLIO - VICTOR DELERUE
 
Zac chêne Morand - dossier de réalisation
Zac chêne Morand  -  dossier de réalisationZac chêne Morand  -  dossier de réalisation
Zac chêne Morand - dossier de réalisation
 
Portfolio Sirine Cohou
Portfolio Sirine CohouPortfolio Sirine Cohou
Portfolio Sirine Cohou
 
Fiche de lot angle Rigaud Couderchet
Fiche de lot angle Rigaud CouderchetFiche de lot angle Rigaud Couderchet
Fiche de lot angle Rigaud Couderchet
 
PPU Boulevard René-Lévesque O._Consultation publique.pdf
PPU Boulevard René-Lévesque O._Consultation publique.pdfPPU Boulevard René-Lévesque O._Consultation publique.pdf
PPU Boulevard René-Lévesque O._Consultation publique.pdf
 
Book Sara Guilbert
Book Sara GuilbertBook Sara Guilbert
Book Sara Guilbert
 

ARCHITECTURE PORTFOLIO

  • 2. PERRIN Adam Date de naissance Adresse Téléphone Email 01.05.1999 27 rue de la Tour d’Auvergne Appt 8, Etage 3 44200 - Nantes +33 6 44 31 80 58 adam.antoninperrin@gmail.com Linkedin Adam Perrin
  • 3. FORMATIONS Master 2 en Architecture Ensa Nantes 3*(RUSRUDWHƓQDQFH (QWUHSUHQHXULDW Audencia Business School Licence bi-cursus, Architecture et management Ensa Nantes et Audencia Business School Master 1 en Architecture 6 mois à la KU Leuven, Campus de Gand (Belgique) 2017 2021 2021 2021 2024 2022 2025 COMPÉTENCES LANGUES Français Anglais : TOEIC 900 EXPÉRIENCES Assistant chef de projet, Atelier Georges, Nantes 6WDJHGHƓQGō«WXGHVPDVWHUHQVDQDQWHV Responsable de programme adjoint, Groupe Galia, Paris Stage analyse des pratiques, master audencia HOBBIES/ACTIVITÉS LOGICIELS AutoCAD ArchiCAD Vectorworks Sketchup Artlantis et Twinmotion iWork 0LFURVRIW2IƓFH Adobe Photoshop Adobe Illustrator Adobe Indesign Adobe Lightroom 2022 2023 2020 2018 2015 Assistant Superviseur de travaux, Agence Paume, Nantes Stage suivi de chantier, licence 3 Assistant chef de chantier, Entreprise Jacquet, Lyon Stage ouvrier, licence 1 Olivier Compère, Fort-de-France 6WDJHGHG«FRXYHUWHOF«H Photographie, Président de l’association Photon, 2019 Voile, Secrétaire de l’association Archivoile, 2018 Piano, 18 ans de pratique Danse rock, 3 ans de pratique
  • 4. 4 2 PROJETS 1 ARCHITECTURE ET URBANISME P.M.S 6 RQŴXHQW 16 Serre = Serre 26 Rencontre 42 Les marchés de Pirmil 34 Trois pour trente 50 PROJETS EXPÉRIMENTALS La maison des récits Architecture expérimental - Fly Brut de décoffrage 58 Ma maison à Tokyo 64 I SOMMAIRE
  • 5. 5 3 4 ARTS Atelier photo 76 Photographie Transformations silencieuses 74 AUTRES TRAVAUX Stage de chantier 78 Horizon 2030 : CAUE Martinique 82 /ōDXWRVXIƓVDQFHGHVYLOOHV bibliographie critique 84 Online Architecture portfolio complet : cliquez ici Photographie portfolio : cliquez ici SELECTED PROJECTS I Exposition Cônnexion 70
  • 7. P.M.S L A M E R A U X B R E S T O I S Juin 2021 Lieu Port de commerce de Brest Enseignement REAAC : Recherches Économiques Appliquées à l’Architecture Contemporaine Enseignants Carlo Grispello, Yvan Loizeau, Jérôme Sautarel, Benjamin Bore Team Binôme : Clara Quillien Type Programme mixe Logements et équipements
  • 8. Quai Armand Considere R u e d e M ad ag as ca r Rue de l’Elorn R u e d e s co lo n ie s Vue aérienne du site I P.M.S Notre projet a pour ambition de venir concurrencer le mode de vie périurbain dont l’attrait génère un exode urbain des ménages Brestois et met en péril les équipements publiques de la ville. Pour se faire, nous nous sommes emparés de la dernière parcelle libre du port de commerce et y avons implanté une ZAC de 5 ha. Cette dernière a pour objectif d’accompagner et de terminer la mutation du port de commerce en port de plaisance. D’offrir un cadre de vie qui associe habitat,espaces naturels,commerces de proximité et équipements culturels. Et de démocratiser l’accès et la vue sur mer qui était jusqu’à présent en proie à une forte spéculation. Cette gestion de l’économie de la ZAC se fera d’une part, sur la négociation du prix du foncier qui représente jusqu’à 30% GX SUL[ ƓQDO GōXQ SURMHW LPPRELOLHU (les terrains appartiennent à une structure publique), d’autre part, sur un aménagement simple et peu onéreux des espaces. Le parc sera construitetentretenuparlamétropole %UHVWRLVH (QƓQ OHV LPPHXEOHV étant souvent dimensionnés par le parking, l’externaliser et le grouper à l’échelle de la ZAC nous a permis d’en faire un atout économique, tout en permettant de réaliser des bâtiments plus compacts avec des logements traversants. Le projet architectural en lui-même se compose de trois bâtiments identiques qui s’inscrivent dans une économie de moyens, de plans et de mise en oeuvre. En effet, la structure se compose à chaque étage de trois dalles qui reposent sur une façade et deux murs porteurs. Ce plan, peu entravant, permet d’accueillir trois programmes relativement différents, en rez-de-chaussée, que sont : une maison de quartier, une crèche et un café lecture. Les logements sont de deux types. Des T4 évolutifs disposant d’une loggia et d’une SLªFH HQ SOXV DƓQ GH VōDGDSWHU DX[ étapes de la vie et à l’imprévu ; télétravail, nouvel enfant. Les deux derniers étages sont occupés par des T5 surdimensionnés qui viennent contrebalancer les T4 abordables dans l’économie du projet. La structure porteuse est en Pierre Massive Structurelle qui provient de la carrière Lucas située à 90 km de Brest. La mise en oeuvre de ce matériau est proche de celui de la préfabrication. Il permet donc une économie sur le temps de chantier mais s’inscrit aussi dans une économie de long terme puisqu’il présente une résistance au temps et un besoin d’entretien limité. 8
  • 9. Duplex T5 T4 évolutifs Equipements Crèche Café lecture Maison de quartier REALISE A L'AIDE D'UN PRODUIT AUTODESK VERSION ETUDIANT LA ME R AU X BR ES TO IS MANQUE DE LOGEMENTS FAMILIAUX ACCÈS À LA MER 1. L’exode urbain des familles Attrait pour le pavillon avec jardin RÉPONSE Acquisition d’un espace résiduel de 5 ha sur le port de commerce, face à la mer pour y créer une ZAC CONCURRENCER LES PAVILLONS 2. PROPOSER Un programme utile Des logements de qualité RÉPONSES Une nouvelle séquence urbaine qui vient renforcer et compléter le programme du port Surfaces de logements au dessus des standards Traversants et/ou avec vue sur mer Une circulation automobile atténuée pour une déambulation pietonne libre des habitants ÉCONOMIE DU SITE 3. Négociation des parcelles Programme urbain simple, mais effectif Traitement des espaces publics économique Coût d’entretien de voieries amoindri Raccordement au réseau de chauffage urbain ÉCONOMIE DU PROJET PMS 4. ÉCONOMIE DE MOYENS ÉCONOMIE DE MISE EN OEUVRE Pierre Massive Structurelle Plans simple et tramé Principe de pré-fabrication Optimisation du chantier ÉCONOMIE DE PLANS Un plan pour trois immeubles Modularité et évolution des appartements PROGRAMME DU PROJET PMS 5. Quai Armand Considere aménagées Rue de l’Elorn Rue de M adagascar Rue de l’Amiral Nielly Rue de l’Amiral Nielly Rue des Colo nie s Rue des Colo nie s P P ZAC DE L’AMIRAL NIELLY PORT DE COMMERCE DE BREST Acteurs Maîtrise d’ouvrage Brest Métropole Aménagement Maître d’oeuvre QuillienPerrin Architectes Programmation Hauteurs des Rez-de-chaussés 5 m - Quai Armand Consi- dere Libre sur le reste du site Hauteurs des constructions 24 m maximum R+6 ou R+7 Espace entre chaque batiments 8 m minimum Qualités de logements 50% ont vu sur mer 50% sont traversant avec vue sur espace vert Surface de logements T3 = 70 m2 T4 = 90 m2 T5 = 110 m2 La voiture Stationnement groupé Circulation douce sur la ZAC (piéton, vélo) Invariants Axes de vue à conserver 21 587 m2 Logements 7 100 m2 ERP 5.25 ha ZAC 7 400 m2 Espaces vert P P Entrée parking privée Parking Relais chauffage urbain Distribution alimentaire P Musée du port de commerce de Brest Crèche Parking silo Publique Maison de quartier Appartements Senior 250 places parking privée Equipement sportif Café lecture Equipements privée Equipements publiques Projet LÉGENDE ZAC de l’Amiral Neilly Port de commerce Zone tertiaire Port de plaisance : animé avec bars, restaurant, musée Zone en projet : agrandissement du port de plaisance Zone tertiaire : Bureaux et boutique spécialisés Base militaire et port de commerce : industrie Légende Mer d’Iroise Base militaire Port de plaisance En projet ZAC de l’Amiral Neilly Port de commerce Zone tertiaire Port de plaisance : animé avec bars, restaurant, musée Zone en projet : agrandissement du port de plaisance Zone tertiaire : Bureaux et boutique spécialisés Base militaire et port de commerce : industrie Légende Mer d’Iroise Base militaire Port de plaisance En projet ZAC de l’Amiral Nielly Logique d’implantation Expension du port de plaisance PROJETS ARCHITECTURE URBANISME I 9
  • 11. 0 5 Plans masse de la Zac de l’Amiral Nielly et projet PMS
  • 12. 0 5 A A’ Plans équipements R+1 Café lecture Crèche Maison de quartier Plans équipements RDC - Contextualisés Coupe AA’ 12
  • 14. Détail façade Est 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 0.3 2.6 15 5‹$/,6‹‚/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21‹78',$17 1 Gravier 2 Étanchéité 3 Chape béton 4 Dalle alvéolée ep. 120 mm 5 Béton de chanvre projeté ep. 100 mm 6 Plaque de plâtre 7 Garde corps 8 Baie vitrée coulissante 9 Rupteur thermique 10 Volet 11 Revêtement de sol 12 Chape béton 13 Tube PER 16 mm 14 Ravoirage 15 Pierre massive structurelle ep 230 mm Origine : Carrière Lucas 14
  • 15. Salon du duplex Façade Sud Vue sur la loggia depuis la chambre parentale Façade Sud Façade Est Axonométrie du Batiment 15
  • 17. CONFLUENT MOULIN DE CLOYES-SUR-LE-LOIR Juin 2020 Lieu Cloyes les Trois Rivière, Cloyes Sur-le-Loir Enseignement Mille Lieux, urbanité campagnarde Enseignants Elise Roy, Boris Noleau, Mathieu Chaumet Team Binôme : Ludivine Chiffoleau Type Urbanisme, équipements publiques
  • 18. Vue aérienne du site D35 Parc Emile Zola D35 D8 Centre ville L e lo ir e M oulin Im p a ss e d u T o rr e n t I CONFLUENT À Cloyes-sur-le-Loir, s’érige depuis le XVIe siècle un moulin qui n’est plus en activité aujourd’hui. Il reste cependant dans l’imaginaire collectif des habitants et demeure un symbole pour la commune. Le présent programme vise donc à une U«DFWLYDWLRQ GH Oō«GLƓFH HW VōLQVFULW dans les principes et directives de la carte-charte (voir page 24). Trois enjeux urbains se dégagent du site : les entrées, sa traversée SKVLTXH HW YLVXHOOH HW HQƓQ OD mise en scène du moulin et de sa presqu’île. On compose donc avec la dualité du site : il fait partie du tissu urbain et dense du centre-ville. Mais il a de forts liens avec le Loir et la nature environnante. 3U«DODEOHPHQWQRXVDYRQVU«Ŵ«FKL¢ l’organisation d’ensemble comme un dialogue entre bâtis et circulations. Un parcours se dégage,commençant au sud par un parvis. 2QUHTXDOLƓH le carrefour en place publique et on adoucit les modes de circulations. Des parcours se distinguent par leurs matérialitésenboisetenardoise.Une nef encadrée du village associatif et du musée lie l’impasse du torrent au parvis. Le parcours central du VLWH SU«VHQWH SOXVLHXUV UDPLƓFDWLRQV correspondant au parcours vers la presqu’île du moulin, mais aussi vers le “nouveau Lavoir“ qui constitue un point de pause et un point de vue. Le musée s’empare du sujet qui constitue l’activité historique de la commune : l’agriculture. Outre sa dimension didactique et pédagogique, il participe à l’expérimentation sociale et écologique de nouveaux modèles agricoles établis selon la carte charte. Ce, à travers des espaces tels que le jardin botanique et les différents espaces de plantation sur les berges du Loir. Une Guinguette vient appuyer la dimension sociale des lieux en proposant des activités inter- générationnelles manquantes à Cloyes. Elle renforce par ailleurs le rapport au Loir et au parc Emile Zola. L’extension du moulin est dans la même continuité programmatique. La terrasse offre un espace de restauration lié au gîte qu’accueille désormais le moulin, permettant de fait, la création de point de vue supplémentaire. 18
  • 19. GÎTE 300 m² PARKING 500 m² 600 m² POTAGER 700 m² MUSÉE DE L’AGRICULTURE 500 m² ORGANIGRAMME 240 m² GUINGUETTE Espace de danse/scène Bar 15 m² 50 m² vr-1; 7; u;v|-†u-ࢢom et de jeux 120 m² o1-†Š techniques 15 m² Sanitaires 15 m² Cuisine 25 m² |o1h-];7†l-|ߗub;Ѵ 7;f-u7bm-];Ƴ;-† EXTENSION DU MOULIN INTÉRIEUR INTÉRIEUR / EXTÉRIEUR TOIT TERRASSE ! ,҄ ҄ CHAUSSÉE 150 m² -ѴѴ;7;v;uˆb1; du restaurant 150 m² MAISON DES ASSOCIATIONS PÔLE ANIMATION SERRE -u7bm0o|-mbt†; 130 m² 15 m² Bureau 15 m² 10 m² vr-1;7Ľ;Šrovbࢢom 220 m² Sanitaires 25 m² 11†;bѴ;|ˆ;m|;v 50 m² PÔLE HISTOIRE PÔLE ART -ѴѴ;7;f;†Š 40 m² -ѴѴ;7; ruof;1ࢢom 100 m² -ѴѴ; 7;uߗ†mbom 25 m² -ѴѴ; 7Ľ-u1_bˆ;v 20 m² -ѴѴ; de musique 40 m² |;Ѵb;u 40 m² |o1h-]; 15 m² -ѴѴ; 7;7ߗ|;m|; 35 m² Bureaux (2) 25 m² Sanitaires 15 m² o1-Ѵ ro†0;ѴѴ;v 5 m² -ѴѴ7Ľ-11†;bѴ 20 m² o1-†Š techniques 10 m² -ѴѴ;7;uߗ†mbom 60 m² |o1h-]; o1-†Š techniques 10 m² POINT DE VUE SUR LE MOULIN « Lavoir » Axonométrie d’ensemble Structurer l’espace Interconnecter le site 0DJQLƓHUOōHQYLURQQHPHQW Le Loir Le Loir Le Loir Le Loir Le Loir Le Loir Le Loir Le Loir Le Loir Vers le prieuré d’Yron Vers Montign y Ver s le cen tre-ville Vers Droué PROJETS ARCHITECTURE URBANISME I 19
  • 21. Coupe du musée Coupe du site Coupe de la guinguette Coupe du nouveau lavoir 1 _ Musée 2 _ Serre du Musée 3 _ Salle de projection, scène 4 _Toilette 5 _ Pôle histoire / Archives 3 2 1 Axonométrie Musée (gauche), maison des associations (droite) 6 _ Stockage / Technique 7 _ Salle d’Art 8 _ Salles du pôle animation 9 _ Salle de réunion mutualisée 10 _ Salle de musique 1 4 5 6 7 8 9 10 3 8 21
  • 22. 0.37 0.45 Terre compactée Drain Hérisson en cailloux lavés Film de protection Isolant en liège Dalle en terre crue Finition dalle en terre crue Brique terre cuite Pierres Planché bois Pierre de taille Mur rideau sur Ossature bois Drainage Revêtement extérieur Fenêtre en tunnel 5‹$/,6‹‚/ $,'(' 81352'8 5‹$/,6‹‚/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21‹78',$17 '(6.9(56,21‹78',$17 0.36 Panne 25*10 Faux plafond Liteau 3*3 Ardoise 42*2 Gouttière 4.3 * 10 Contre lattage ep : 3 0.37 0.45 Terre compactée Drain Hérisson en cailloux lavés Film de protection Isolant en liège Dalle en terre crue Finition dalle en terre crue Parement intérieur Par vapeur Voile de contreventement Par pluie Bac acier Mortier à la chau Pierre de silex 5‹$/,6‹‚/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21‹78',$17 5‹$/,6‹‚/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21‹78',$17 0.37 0.45 e n s n e e e Parement intérieur Par vapeur Voile de contreventement Par pluie Bac acier Mortier à la chau Pierre de silex Revêtement extérieur 7 5 5‹$/,6‹‚/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21‹78',$17 0.37 0.45 Terre compactée Drain Hérisson en cailloux lavés Film de protection Isolant en liège Dalle en terre crue Finition dalle en terre crue Parement intérieur Par vapeur Voile de contreventement Par pluie Bac acier Mortier à la chau Pierre de silex Revêtement extérieur 56,21‹78',$17 5‹$/,6‹‚/ $,'( 5‹$/,6‹‚/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21‹78',$17 vêtement extérieur 0.36 Panne 25*10 Faux plafond Liteau 3*3 Ardoise 42*2 Gouttière 4.3 * 10 Contre lattage ep : 3 Tuile faîtière 0.37 0.45 Terre compactée Drain Hérisson en cailloux lavés Film de protection Isolant en liège Dalle en terre crue Finition dalle en terre crue 5‹$/,6‹‚/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21‹78',$17 5‹$/,6‹‚/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21‹78',$17 Elevation sud _ Musée et maison associative Elevation ouest _ Extension du moulin Elevation est _ Maison associative Détails 3 2 1 4 1 _ Toiture en Ardoise 2 _ Murs en pierre de Silex 3 _ Façade type 4 _Fenêtre oscillo battante 22
  • 23. Elevation nord _ Extension du moulin Elevation est _ Musée et Maison associative Elevation est _ La guinguette Maison associative Salle de projection _ maison associative Serre _ Musée Salle d’exposition _ Musée Le Lavoir 23
  • 24. @MRBDOK@MSDQQHSNQH@K~K“dS@KDLDMSTQA@HMR“@QQeSDONTQK@HRRDQOK@BD[TMDBDQS@HMDHMSDMRHEHB@SHNMCDK@UHKKD[SQ@UDQR~C“@ANQCK@ QdDWOKNHS@SHNMCDRA]SHLDMSRCdK@HRRdR~OTHRC@MRTMRDBNMCSDLOR@UDBK“@LdM@FDLDMSCDRCDMSRBQDTRDRDS~C@MRTMETSTQOKTR KNHMS@HM~@UDBK@CDMRHEHB@SHNMONRRHAKDRTQCDRO@QBDKKDRMNMA]SHDRDMOdQHOGdQHDCDK@UHKKD~MNS@LLDMSRTQK“@WDKNXDR§NMSHFMX DCdUDKNOODLDMSR“@BBNLO@FMD~[FQ@MCDdBGDKKD~C“TMMNTUD@TQdRD@TCDLNAHKHSdR CNTBDRUDM@MSRDQ@LHEHDQ[K“DWHRS@MSDSPTHRDCdOKNHDRTQK“DMRDLAKDCTSDQQHSNHQD DRUNHDROQHMBHO@KDR~SDKKDPTDK@CdO@QSDLDMS@KDKH@MSKNXDR[NMSHFMX~RDUNHDMS @FQ@MCHDRDSQd@LdM@FdDR@EHMC“@BBTDHKKHQCDROHRSDRBXBK@AKDRDSOHdSNMMDR~dK@QFHRR@MS '%#''#%%)' %'%('(%$#%')'# %1 $#(%#' CDQdCTHQDK“TSHKHR@SHNMCDK@UNHSTQDDS~O@QBNMRdPTDMS~K“HLO@BSB@QANMDCDRQdRHCDMSR #+1 D BD E@HS~ BDQS@HMR O@QJHMFR RNMS LTST@KHRdR @EHM CD CdF@FDQ CD MNTUD@TW DRO@BDR Qd@OOQNOQH@AKDRO@QK@L@HQHDDSRDRG@AHS@MSR TQKDRANQCRCTNHQ~CDRBGDLHMRCDQ@MCNMMdDRDSCDRONMSNMRRNMS@LdM@FdR@EHM PTDKDRG@AHS@MSROTHRRDMSOQNEHSDQCDK@QHUHcQD MUTDCDK“DWO@MRHNMCdLNFQ@OGHPTD~TMDCDTWHcLDUNHDEDQQNQH@HQDR“@INTSD[BDKKD DWHRS@MSD@EHMCDQdONMCQD@TWADRNHMRCDRQHUDQ@HMRDS~[OKTRKNMFSDQLD~CdRDMBK@UDQ #+6 6%#6)-%1 $%#!/ #( #% #() '% : 8: 97 %'!' )#$%$ #!!( #+6(%6 6 #% ' #'+6 6 # $#-' ( $'%!# %''(% HLONQS@MS T§CDK[ CDR dCHEHBDR DLAKdL@SHPTDR~ SDKR KD BG]SD@T CD NMSHFMX NT KD FiSD CT QHDTQd~ KDR !#)( / #!'# '','!' BNLLDQBH@TWENMSO@QSHDCDK“GdQHS@FDKNB@K DODMC@MS K“DMSQDSHDM CD MNLAQDTRDR E@b@CDR M“DRS O@RE@HSRTQSNTRBDRdCHEHBDRNTQS@MS~BDK@ODQLDSSQ@HS C“@BBQNiSQDK“@SSQ@BSHUHSdCDK@UHKKD@HMRHPTDK@PT@KHSdCT B@CQDCDUHDCDRDRG@AHS@MSREEDBSTDQQdFTKHcQDLDMS~ BDSDMSQDSHDMODQLDSdF@KDLDMSC“dUHSDQCDRSQ@U@TWCD QDRS@TQ@SHNMBNMRdPTDMSRDSBNvSDTW DQS@HMDR QTDR CT BDMSQD§UHKKD ENMS K“NAIDS C“TMD OQDRBQHOSHNM C“TM Q@U@KDLDMS NAKHF@SNHQD CDR E@b@CDR DR OQNOQHdS@HQDR DS BNOQNOQHdS@HQDR C“dS@AKHRRDLDMSR %)'($( 2 0#!!%/%)$( / GnSDKRDSFiSDR~DSBˆRNMSSDMTRC“DEEDBSTDQCDRQ@U@KDLDMSR CD E@b@CDR SNTR KDR PTHMYD @MR DR OQNOQHdS@HQDR DS BNOQNOQHdS@HQDRCDA]SHLDMSRC“G@AHS@SHNMRRHSTdRC@MR KDRQTDRLHRDRDMU@KDTQRTQK@B@QSDBH§BNMSQD~@HMRHPTD C@MR KDR QTDR DS HLO@RRDR CdANTBG@MS RTQ KDR QNTSDR OQHMBHO@KDR~ RNMS DMBNTQ@FdR [ Qd@KHRDQ CDR SQ@U@TW C“DMSQDSHDMCDE@b@CDR KTRCDK@LNHSHdCDRSNTQHRSDRUDM@MSDM Q@MBDRNMSLNSHUdR~ DMOQDLHDQKHDT~O@QKDRUHRHSDRO@SQHLNMH@KDR“DRSTMDMIDT L@IDTQ ONTQ K“dBNMNLHD~ K“DLOKNH DS K“@LdM@FDLDMS CDR ) ('%%'#%1 $ (/ '%%'#% #+/$%'#$#%$/#( HMUHSD[K@BQd@SHNMC“TMDFQ@MCDANTBKDOdCDRSQD@LdM@FdD~ $' $% #'+6 6 # ' #+6(%6 6 #%/ PTHOQNONRDCDRONHMSRCDUTDU@QHdRODQLDSS@MSCDONQSDQ K“@SSDMSHNMRTQKDO@SQHLNHMDM@STQDKKNB@K MEHM~DMBNLOKdLDMSCDK“@SSQ@BSHUHSdO@SQHLNMH@KDCDRCDTW #!!(/%-%$%#$#'(#!%!$#%'' C“@BSHUHSdR OdCDRSQDR~ M@TSHPTDR DS CD OeBGD @HMRH PT“TMD NEEQDC“GdADQFDLDMSBNMRdPTDMSD dQHRRNHQDRRTQK“DQQDR‡¬³²²ˆ TRS@UD@HKKDANSSD NQS@HSR[K@B@LO@FMD‡¬³²±ˆ TRS@UD@HKKDANSSD #%)(( %! # #+ @HRNMRANQC@MSKDNHQ[NMSHFMX #(4('5 #'+ DRBNLLTMDRCDKNXDR§RTQ§KD§NHQDSNMSHFMX§KD§ @MMDKNMOQNONRDMSTMD@LAH@MBDTMHPTD~ @RRNBH@AKD [ K@ QDOQdRDMS@SHNM BNLLTMD CD K@ UHKKdFH@STQD DSSD @LAH@MBD CD UHKKdFH@STQD RD B@Q@BSdQHRDO@QKDRDMSHLDMSC“NHRHUDSd~CDSDLORPTHR“dBNTKDKDMSDLDMS DSSD@SLNROGcQDRHMFTKHcQDDSRNMCdUDKNOODLDMS@OO@Q@HRRDMSBNLLDTMDMIDTL@IDTQRTQKD '%%'#% #+6 6%#6)-%1 #!!%'!#(!'!(% ($%$ (#% ,'!' #' %($%$ $%$# RTQK@OQDRPT“iKD BSHUHSdRM@TSHPTDR dADQFDLDMSR BSHUHSdRCDOeBGD #$#%$('%%'#%('#(% #+' #'+ ((#%%' #+/#'%'( TDCTNQQDMSCDKNXDR~@OQcRQ@U@KDLDMSCDRE@b@CDR EHMCDCdUDKNOODQBDSSD@LAH@MBDCDUHKKdFH@STQD~ K@ OQdRDQU@SHNM C“dKdLDMSR O@SQHLNMH@TW B@Q@BSdQHRSHPTDR DRS MdBDRR@HQD ‡DMSQDSHDM CT O@SQHLNHMDA]SH~BQd@SHNMCDYNMDRCDOQdRDQU@SHNM CDK@AHNCHUDQRHSdˆ MEHM KDR LNAHKHSdR CNTBDR~ OHdSNMMDR DS BXBK@AKDR~ UNMS eSQD @BBNLO@FMdDR šC“DRO@BDR CD QDONR DS C“@SSDMSD›OQNOQDR[K“NHRHUDSdCDK@UHKKdFH@STQD '%('#$%#(' !%% #(* ##!!'# !'% # #()(* (*)#%' BNLLDQBDCDOQNWHLHSd %'%'%#($# %3 %% ONTQRDMRHAHKHRDQ[L@MFDQKNB@K #('#() '%$%!%-% WO@MRHNMCTL@QBGdFQ]BD[K@BNTQCDK“dBNKD !'( '(%(%('%%%# @SQ@MRHSHNMdBNKNFHPTDCDK@BNLLTMD@TQ@TMBDQS@HMHLO@BSRTQ RNMO@XR@FDTRDHMCDRYNMDRTQA@HMDR~NMUDQQ@M@iSQDCDRI@QCHMR O@QS@FdR DM BrTQ C“iKNS DTW§BH QdONMCDMS [ TM CNTAKD NAIDBSHE “TMDO@QS~DMUTDCDK@CDMRHEHB@SHNMTQA@HMDETSTQD~BDK@ODQLDSSQ@ [BG@PTDG@AHS@MSC“@UNHQ@BBcR[TMI@QCHMOQNBGDCDRNMCNLHBHKD “@TSQDO@QS~KDRI@QCHMRO@QS@FdR@TQNMSTMDUHRdDOdC@FNFHPTD@EHM CDCdUDKNOODQK“@FQHBTKSTQDDWOdQHLDMS@KD~C“HMSdFQDQK@QDU@KNQHR@SHNM CDRCdBGDSRNQF@MHPTDRFQ]BD[CDRA@BR[BNLONRSDSC“@BBQNiSQDKDR LHBQN§RNBH@AHKHSdRTSQDLDRTQD~KDRBG@LOR@FQHBNKDRCDK@BNLLTMD UDQQNMRM@iSQDCDMNTUDKKDRBTKSTQDRCDEQTHSR~CDBGNTW~CDKdFTLDR~ CD STADQBTKDR~ CD KdFTLHMDTRDR DM OKTR CDR BTKSTQDR BdQd@KHcQDR DS NKd@FHMDTRDRDWHRS@MSDR“@FQHBTKSTQDCDUHDMCQ@AHNKNFHPTDDSQDRSDQ@ LdB@MHRdD DM FQ@MD O@QSHD DODMC@MS~ K“HMSDQUDMSHNM CD K“ NLLD RDQ@MdBDRR@HQDRTQKDRO@QBDKKDRCDONKXBTKSTQDL@Q@iBGcQD EHMCDOQdRDQUDQKDRSDQQDR@FQHBNKDRDSKDRRTQE@BDRANHRdR~HK@dSd CdEHMHTMDKHLHSDCDK@UHKKD@TCDK[CDK@PTDKKD~K“DWO@MRHNMTQA@HMDMD RDQ@OKTRONRRHAKDDRCNL@HMDRENQDRSHDQRRNMSCNMB@HMRHOQNSdFdR~ L@HR@TRRHCHUDQRANRPTDSR~KDNHQDSRDR@EEKTDMSR #(%%'(%(* !' ) @ SQ@MRHSHNM dBNKNFHPTD [ KNXDR§KDR§ QNHR§HUHcQDR~ DRS TM BNMBDOS PTH UHRD [ CdUDKNOODQ [ CHEEdQDMSDR dBGDKKDR K@ QdRHKHDMBD KNB@KD~ K“dBNMNLHD DM ANTBKD DSK@QdCTBSHNMCDRF@Y[DEEDSCDRDQQD DSSD@LAHSHNMR“@SS@PTDDMOQDLHDQKHDT [K@PTDRSHNMdMDQFdSHPTDBSTDKKDLDMS~ '%6 66 #% $%#(' DRRDMSHDKKDLDMSCDK“dKDBSQHBHSdMTBKd@HQD BNTQS SDQLD~ MNTR UNTKNMR dQHFDQ MNSQDBNLLTMDC“dSTCDDMLNCcKDCD SQ@MRHSHNMdMDQFdSHPTDDMXCdUDKNOO@MS CDR QDRRNTQBDR C“dMDQFHDR @KSDQM@SHUDR PTDRNMSK@AHNL@RRD~K“GXCQ@TKHPTDDSKD # %1 #! ) #'%('# C“TMD BG@TEEDQHD AHNL@RRD PTH RDQ@ @KHLDMSdDKNB@KDLDMSO@QK@OQNCTBSHNM ENQDRSHcQDDKKD§BH@KHLDMSDQ@DMQdRD@T (% #!' '%6 TQA@HMR XCQ@TKHPTD~DMQd§HMUDRSHRR@MS KDR@MBHDMRLNTKHMR[AKdPTHRNMSR@MR @BSHUHSd @TINTQC“GTH DK@ ODQLDSSQ@ #('% %) #%% $'%!#1 MEHM~ KD RNK@HQD QdONMCQ@ [ K@ ENHR @TW ADRNHMRdKDBSQHPTDRDSSGDQLHPTDR@UDB (*$ #''#(%'#'(% !$#%''()((+!/( BNKKcFD~CDK“TRHMDNQVDQJ~DSB‚ M RDBNMC KHDT~ K“@LAHSHNM RD ONQSD RTQ K“@TSNRTEEHR@MBD @KHLDMS@HQD CD K@ #!!(1 '%!/ #+6 6%#6 HUHcQDRCDUQ@C“DKKD§LeLDQdONMCQD@TW # !'%$#$( '# @RRTQ@MS R@ OQNOQD OQNCTBSHNM [ O@QSHQ $%#$% %#(%1 $ O@Q TMD Qd§NQHDMS@SHNM CDR OQNCTBSHNMR %# ('% *'')%( OQNCTBSHNM L@Q@HBGcQD NTQ @BBdCDQ [ K“@TSNRTEEHR@MBD@KHLDMS@HQD~NMS@AKDRTQ ¬°««LcSQDRB@QQdRO@QG@AHS@MSRCDSDQQD !%-%/#':77'%$#(%9977 QdRHCDMSR / ( '%#-! %'%/ #( CdUDKNOODQNMRKDRSHDQRKHDTW~[R@UNHQ~KDR DMUHQNMMDLDMSR RNBH@TW K R“@FHS C“TMD QdONMRD @TW PTDRSHNMR CD O@SQHLNHMD [ QDLDSSQD DM U@KDTQ DS C“@BSHUHSdR CD OQNWHLHSd DS CD QDMBNMSQDR DMSQD CHEEdQDMSR@BSDTQRCTSDQQHSNHQD[QDMENQBDQ NTR @UNMR CNMB QDBDMRd K“DMRDLAKD CDR dCHEHBDR QdONMC@MS [ BDR ADRNHMR~ HK R“@FHS MNS@LLDMS C“dBNKDR~ CD LNTKHMR~ CDEDQLDRMK“NBBTQQDMBD~K“dBNKDOQHUdD NSQD @LD C“QNM~ @BBNKdD [ K@ OK@BD G@MYX~@BBTDHKKDQ@TML@QBGdODQL@MDMS PTH CHRSQHATDQ@ KDR CDMQdDR @KHLDMS@HQDR (( '(%!%.-%! OK@BDC@MRK@CdL@QBGDC“@TSNRTEEHR@MBD !'%1 '# % + %6%#(%% dADQFDLDMSSNTQHRSHPTD @QBGdDWSdQHDTQ BNKDMNSQD@LDC“QNMDSOK@BDG@MYX MSdFQ@SHNMC“TM RXRScLDGXCQ@TKHPTD C@MRK“@MBHDMLNTKHMCDKNXDR BNKDCDLTRHPTD DMSQDC“@QSHR@M@SANHR @KKDC“DWONRHSHNM (%( % HAKHNSGcPTD N§VNQJHMF dRHCDMBD@QSHRSDR # #'# .' $# +) ' #!' (('' #'% K@BDCDK“FKHRD[NMSHFMX !#( (#(% #+ ''#(%('% MSDMRHEHB@SHNMCDK@YNMDQdRHCDMSHDKKD DMSQDHMSDMRHEHd MSDMRHEHB@SHNMCDK@YNMDC“dPTHODLDMSR @QBDKK@HQDQdRHCDMSHDKHMSDMRHEHd DMSQDHMSDMRHEHd
  • 25. 0 100 200 mètres 0 100 200 mètres N N 4. Nouveaux paysages et alimentation Forêts Champs HDTC“dKDU@FD Le Loir et ses affluents @QCHMRO@QS@FdR ¬NTUDKKDTQA@MHSd GDLHMROdCDRSQDRdWHRS@MSR NTUD@TWBGDLHMROdCDRSQDR Nouvelles pistes cyclables dRD@TEDQQNUHcQD Dents creuses Bâtiments vacants Parcelles non bâties BSHUHSdRdBNMNLHPTDR Limites bâtis ­HKKDCDK@UHKKdFH@STQD Loisirs Randonneurs / cyclistes Patrimoine Tiers-lieux iSDRDSGdADQFDLDMSR ®DQQHSNHQDDMSQ@MRHSHNMdBNKNFHPTD LHDTWCDOQNCTBSHNC“dMDQFHD FQHBTKSTQDAHNKNFHPTD @QBGd Points de livraison Tiers-lieux: 1 - Le moulin 2 - ÉBNKDOQHUdDŽK@BDG@MYX 3 - Place de Montigny 4 - ÉBNKDSdOG@MDHS@QC 5 - Salle communale Montigny 6 - Silos / gare ²§NMDC“dPTHODLDMSR 8 - Ferme de Montigny 9 - Château de Cloyes ¬«§@OQDRPT“,KD 0 100 200 mètres N QNTODKNXDR¬€ACHQ@BGHCLQ@MŽQDKKHR@ŽK@HRDGNL@RŽGHEENKD@TTCHUHMDŽ@LBYXJF@S@ŽDQQHMC@L QNTODKNXDR­€@BGHLNMS TKHDŽ@UHCTB@RŽ DQQ@MCdNONKCHMDŽTBDS@QHDŽDSHS@LHKKDŽNTKK@NTDB§ NMHCDBGNL@R 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Échelle : 1 / 7000 Échelle : 1 / 3000 Échelle : 1 / 3000 Centre de Cloyes-sur-le-Loir Centre de Montigny-le-Gannelon @QSDCDK“DMRDLAKDCTSDQQHSNHQDdSTCHd
  • 27. SERRES = SERRES P L A C E E M I L E Z O L A Décembre 2019 Lieu Place Emile-Zola, Nantes, France Enseignement Studio de projet : Under construction Enseignants Matthieu Germond, Ignacio Requena-Ruiz Team Analyse et implantation : M-E Lavaur, M Leborgne Programme Logements
  • 28. R u e D a n t o n Rue des Renardières Bo ul ev ar d de l’é ga lit é Place Emile Zola Marché de zola Parking de Zola Vue aérienne du site I SERRES = SERRES m/ōKDELWDWFROOHFWLI^`LQŴXHQFHVRQ HQYLURQQHPHQWHQ«WDQWXQHSHWLWH YLOOHGDQVODYLOOH} )XWXUH/LYLQJODXGLD+LOGQHU Au regard de cette citation, j’ai présenté une opération architecturale qui propose à la fois une morphologie à taille humaine, des espaces aérés et propices à la déambulation et à la sociabilité, comme un nouveau faubourg dans le faubourg existant de Zola. Dans ses grandes lignes, le projet s’organise en quatre îlots dont la disposition spatiale a permis de dégager deux places à destination public ; un jeux de pétanque à l’ouest et un square à l’est s’organisant autour de ce qui pourrait être un poulailler. Les quatre îlots offrent en totalité dix-neuf logements ; Studios, T3, T4, T5 avec des aménagements internes variés qui permettent l’accueil d’artistes, de familles, de collocations et d’habitants en péril (SDF et migrant). Outre un espace commerciale au nord-est, Serres=Serres propose un espace libre aux habitants qui pourront l’utiliser et l’aménager selon leurs désirs, ensemble. Pour une intégration optimale dans le quartier, le projet reprend certaines des matérialités des constructions alentours ; la pierre, le bois et la végétation que l’on viendra intégrer à la parcelle. Cette végétation est surtout délimitée par ce qui fait le coeur du projet : les serres. Serres=Serres, palindrome évoquant le rapport à ce dispositif en tout lieux, extérieur et intérieur. Outre ses qualités thermiques forts appréciables en hivers, les serres ont permis de diviser les différents °ORWV E¤WLV DƓQ GōRIIULU GH PHLOOHXUHV orientations aux logements (trois à quatre), mais aussi de proposer un rapport à la rue moins direct. Dans son usage quotidien, c’est un espace de convivialité pour les résidents qui pourront tous y déjeuner, jardiner, Ŵ¤QHUHWMRXHU 28
  • 29. Potager Jardin Jardin Jardin Jardin Jardin Jardin Hall Studio T3 Logement Familiale Logement Familiale Logement Familiale Square Poulailler Square Pétanque Espace Libre Logement Familiale Réserve Garage Vélo Acceuil Local poubelle Subdivison des îlots Circulation dans le projet Volumétrie et typologie de faubourg Circulation et arrêts sur le site global Schéma organigramme_Plans RDC PROJETS ARCHITECTURE URBANISME I 29
  • 30. 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 A A’ B’ B Plans_fragment Plans RDC élargie Coupe_fragment Les appartements de l’îlot 3 RIIUHQWGHX[VS«FLƓFLW«V/D chambre parentale joue avec l’intimité du couple, qui est séparé de l’espace publique que par une double vitre. Celle de la serre, transparente, et celle de la chambre, opaque. À l’opposé, la chambre des enfants propose trois espaces personnels et un grand espace commun qui s’ouvre dans la serre vers la chambre partagé de l’appartement d’en face. Ilot 1 Ilot 2 Ilot 3 Ilot 4 0 5
  • 31. 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 A A’ B’ B A A’ B’ B Plans R+2 Plans R+1 31
  • 35. LA PLACE DES MARCHÉS DE PIRMIL LE MARCHÉ DES INVENDUS, LE MARCHÉ DU MERCREDI ET LE MARCHÉ QUI SE CHERCHE Décembre 2020 Lieu Place de Pirmil, Nantes, France Enseignement Mais qu’est-ce donc qu’un espace public ? Enseignants Pascal Amphoux, Bruno Plisson, Delphine Coriou Team Analyse de site et projet urbain Jeanne Scouarnec, Walae Belmostafa Type Urbanisme, équipement publique
  • 36. La Sèvre Nanta ise +RSLWDOGXFRQŴXHQW Hopital St Jacques Loire Usine Beghin-Say -DUGLQRQŴXHQW Quartier Mangin Loire Parc Sellier-Goudy Gare TAN Marché Vue aérienne du site I LA PLACE DES MARCHÉS DE PIRMIL Le site de Pirmil est aujourd’hui un espace majeur de circulation où l’homme piéton peine à trouver sa place. Cependant, une atténuation TXHOōRQDQWLFLSHVHSURƓOHMoins de véhicule, davantage de transports en commun. On agrandit donc la place avec la suppression d’axes routiers de la rue Dos d’Âne.On piétonnise la rue Saint- Jacques et on crée une continuité commerçante vers ce qui s’appelle désormais la place du Faubourg Saint-Jacques. Cette continuité prend la forme de petits kiosques triangulaires dont les toitures sont accessibles. (QƓQOōXQGHVHQMHX[GHQRWUHSURMHW est de mettre en valeur le jardin des FRQŴXHQWV en le reconnectant à la place de Pirmil et par conséquent à la promenade de la Sèvre Nantaise. Notre réponse se découvre dans un objet architectural : le Tripode. Il permet d’interconnecter l’ensemble du site, accentue son caractère multimodale et participe à une nouvelle attractivité : celle d’une centralité pour Nantes Sud. Chaque pied du Tripode comporte un projet. La place des marchés de Pirmil correspond au pied nord. Il joue le paradoxe en atterrissant avec une certaine souplesse sur la nouvelle place Saint-Jacques. Mais en y imposant aussi une certaine monumentalité. Ses deux grandes ailes totalement accessibles au public, viennent couvrir les besoins programmatiques d’une place métropolitaine contemporaine. Un marché des invendues, dit également, marché permanent. Une banque solidaire. Un forum d’échangeIDLVDQWRIƓFHGHPDUFK« le mercredi. Cet espace publique de rencontre, de débats, de jeux et de café permet de construire une vie citoyenne et une vie de place publique à Pirmil. L’ensemble est coordonné par le laboratoire de recherche qui cherche des modes de production et de fonctionnement pour nourrir les millions de futurs citadins. 36
  • 37. Laboratoire de recherche Marché du Mercredi Banque Marché des invendues Alimentation urbaine E s p a c e c o u v e r t 4 4 0 0 m 2 Marché du mercredi Divertissement Marché des Invendus Circulation libre Place St Jacques La cour de la TAN Marché permanent 700 m2 Espace extérieur boisé 800 m2 Marché - divertissement Cuisine Réserve Banque 116 m2 205 m2 430 m2 Circulation vers la gare Centre de recherche WC Espace de restauration mutualisé avec le bar du R+1 358 m2 E s p a c e c o u v e r t 4 4 0 0 m 2 Marché du mercredi Divertissement Marché des Invendus Circulation libre Place St Jacques La cour de la TAN Marché permanent 700 m2 Espace extérieur boisé 800 m2 Marché - divertissement Cuisine Réserve Banque 116 m2 205 m2 430 m2 Circulation vers la gare Centre de recherche WC Espace de restauration mutualisé avec le bar du R+1 358 m2 Révéler la place de Pirmil Le nouvel épicentre de Pirmil Les mobilités de demain 3DWLHQFHDXPLOLHXGHVŴX[ Cohabitation des mobilitéss Fracture Problématiser et solutionner les enjeux urbains Organigrammes et schéma du projet programmatique PROJETS ARCHITECTURE URBANISME I 37
  • 38. X P H Point de vue Lieux à projet Périmètre de pertinence Circulation piétone Circulation automobile Circulation cycliste Parking Ecole Hopital Monuments St Jacques de Compostelle Franchissement piéton Apaisement des circulations Périmètre de la Place Pirmil X P H Point de vue Lieux à projet Périmètre de pertinence Circulation piétone Circulation automobile Circulation cycliste Parking Ecole Hopital Monuments St Jacques de Compostelle Franchissement piéton Apaisement des circulations Périmètre de la Place Pirmil Plans masse _ Stratégie urbaine Coupe AA’ _ Coupe du site 3 m 0 10 m E A A
  • 39. A’ H Projet de P+R Sur la toiture, les équipements sportifs du collège, mais aussi du quartier. Ouverture de l’hopital Réaliser une enceinte intérieur sécurisé à destination des patients aujourd’hui isolé en intérieur. Commerces Construction de petits abrits pour de petit commerçants, artisants, etc ... faisant continuiter à la rue St Jacques. Revitalisation des sols 1/1 000 Petit breton Renaissance de la marque de vélo Nantais sur la place St Jacques (Ate- liers, bureaux, vente) -acompagne le caractère multimodale des lieux 12 pt Les débarcadères sont de retour La Place des marchés de Pirmil Transport en commun 0 20 70 0 20 La cour de la TAN Place St Jacques Fa ub ou rg St Ja cq ue s Ru e D os d’ Ân es Bu s R u e G a b ri e l G o u d y Parc G.GOUDY Jardin des Confluents La Sèvre La Loire A A ’ Plans masse _ La porte de Pirmil La grande Halle des rives, des marchés et des mobilités 0 5 39
  • 40. Elevation sud _ Musée et maison associative Elevation sud _ Musée et maison associative Référence_Pavillon Savill, Angleterre Référence_Place Sky Forest, Japon Zoom sur la réalisation technique 3 m 0 10 m 3 m 0 10 m A Laboratoire de recherche Réserve Restauration 40
  • 41. A’ Place du Faubourg St Jacques Boutiques de la place St Jacques Rue St Jacques Fragment _ Structure des marchés de Pirmil Schéma du double éclairage Sous les arbres, côté nord 1 - Base des piliers en acier 2 - Piliers en acier 3 - Tube de rive (Acier) 4 - Garde corps 5 - Puit de lumière 6 - Puit de lumière tamisé 1/50 2 3 4 5 6 1 41
  • 43. RENCONTRE Î L E D E N A N T E S Juin 2019 Lieu Site du nouveau CHU, île de Nantes, France Enseignement Le logement étudiant à travers la fenêtre Enseignants Louis Paillard, Catherine Malleret, Yvan Loizeau, Anne-Sophie Coué Team Binôme : Léonie Hubert Type Logements
  • 44. B o u l e v a r d G u s t a v e R o c h Loire Quai Président Wilson Usine Beghin Say Vue aérienne du site I RENCONTRE Sur l’île de Nantes, le Quai Wilson accueille désormais un nouveau quartier destiné à loger près de 20 000 étudiants. Sur les berges de la Loire, on retrouve la résidence Rencontre ; aboutissement d’un travail sur la verticalité et la volumétrie. En effet, nous sommes partie d’un simple module de chambre étudiant de 18 m2 . Avec ce dernier, nous avons façonné différents appartements de collocations et de couples. Cela a abouti à la création de deux couples de typologie qui assurent en façade un jeux de pleins et de vides. Les modules qui composent ces typologies sont positionnés en UHWUDLW HQ SRUWH ¢ IDX[ RX ¢ ŴDQF de façade. L’esthétisme donné est accentué par la matérialité en trespa, couleur bois dans les vides et qui contraste avec le reste couleur blanc. Le bâtiment s’élève en s’estompant peu à peu, comme grignoté. Disparaissent ici et là un ou deux modules, jusqu’à ne laisser en son point culminant qu’une portion de dalle venant recouvrir un vaste rooftop. Ce fourmillement de modules, solitaires ou fusionnés est à l’image du dynamisme apporté par les jeunes dans un même lieu. Rencontre se destine à un vécu social. La multiplication des espaces communs amène chaque résident à rencontrer l’autre : A plusieurs étages, nous retrouvons des espace végétalisés et intimistes. Au rez-de-chaussée, un espace de musique et de travail. Sur le rooftop, on retrouve des espaces de détente, de jeux, de cuisines partagés et de discussions en intérieur comme en extérieur. Et FH DƓQ GH SURƓWHU GōXQ SDQRUDPD exceptionnel sur Nantes et les berges de la Loire. 44
  • 45. Maquette et insertion dans la maquette de site PROJETS ARCHITECTURE URBANISME I Envolé des modules Rythme des percements Rythme des jardins 45
  • 46. B B' A A' 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 B B' A A' 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 B B' A A' 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 B B' A A' 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 SCHÉMA DES NIVEAUX Plans de toiture R+16 _ Espace commun RDC _ Espace commun R+17 _ Espace commun R+1 _ Espace commun 46
  • 47. B B' A' B B' A A' 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 B B' A A' A 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 B B' A A' 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 B B' A A' 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 Typo 1 niveau 1 Typo 1 niveau 2 Typo 2 niveau 1 Typo 2 niveau 2 0 5 47
  • 48. Trespa Plaque de verre 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 Trespa Isolation Par-vapeur Couvertine Fenêtre guillotine Plaque de verre Isolation Trespa Plaque de verre Store Trespa Gargouille garde corps verre sur raille Dedans Dedans Dehors Dedans Dedans Dehors 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 Trespa Gargouille garde corps verre sur raille Dedans Dedans Dehors 2'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'( STRUCTURE Fenêtres balcon simple Véranda et terasse Trespa Isolation Par-vapeur Couvertine Fenêtre guillotine Plaque de verre Isolation Trespa Plaque de verre Béton Membrane EPDM Rail Verre 0,02m 0.20 0.15 0.15 Store Dedans Dedans 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 ,$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 Loggia et terasse Trespa Plaque de verre Dedans Dedans 5( 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 17 Trespa Isolation Par-vapeur Couvertine Fenêtre guillotine Plaque de verre Isolation Trespa Plaque de verre Store Trespa Gargouille garde corps verre sur raille Dedans Dedans Dehors Dedans Dedans Dehors 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 Trespa Gargouille garde corps verre sur raille Dedans Dedans Dehors 2'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 STRUCTURE Fenêtres balcon simple Véranda et terasse Fenêtre et balcon simple Loggia et terasse Véranda et terasse 48
  • 49. A A' 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 COUPE AA’- 1/100 00 0 0 e 1/100 ÉLÉVATION SUD - 1/100 Echelle 1/500 Echelle 1/400 Echelle 1/200 Echelle 1/100 A A' 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 B B' 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 COUPE AA’- 1/100 COUPE BB’- 1/100 Echelle 1/500 Echelle 1/400 Echelle 1/200 Echelle 1/100 Echelle 1/50 AX ÉLÉVATION SUD - 1/100 ÉLÉVATION EST - 1/100 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 B B' 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 COUPE BB’- 1/100 chelle 1/100 elle 1/50 ÉLÉVATION EST - 1/100 Echelle 1/100 Echelle 1/50 AXONOMÉTRIE AXONOMÉTRIE RDC 1/200 Coupe AA’ Elevation Sud Coupe BB’ Elevation Est 49
  • 51. TROIS POUR TRENTE H A U T S P A V É S S A I N T F E L I X Juin 2019 Lieu Angle de la rue de Bel Air et Russeil, quartier Hauts Pavés, Saint Felix à Nantes Enseignement Le logement étudiant à travers la fenêtre Projet intensif Enseignants Louis Paillard, Catherine Malleret, Yvan Loizeau, Anne-Sophie Coué Type Logements
  • 52. Rue de Bel Air Rue Haute Roche R u e P a u l B e ll a m y Rue Russeil Rue de Bel Air Vue aérienne du site I TROIS POUR TRENTE Le projet Trois pour Trente constitue un début de U«ŴH[LRQ DXWRXU GH OD taille des logements et la manière d’habiter en ville au XXIe siècle. En effet, le nombre croissant de citadins mène aux problématiques de plus en plus prégnantes d’étalement urbain et de pollution. Par conséquent, on peut légitimement se demander si la norme du grand, et donc, supposément bon et beau logement n’est pas à remettre en question. Est- ce qu’un petit logement, pensé et conçu dans un esprit de compacité et de minimalisme ne peut être un avenir viable pour l’immobilier citadin ? Dans la même mouvance que les courants comme Never too small ou Life edited, le challenge de ce projet D «W« GH PLQLPLVHU OōHVSDFH DƓQ GH créer deux appartements de 30 m2 qui logeront trois personnes. Pour se faire, cette surélévation de 8 mètres s’est fait sur un rez- de-chaussée existant. Jeux de dalles et de demi-niveaux, chaque appartement offre deux chambres, une salle de bain, un salon, une cuisine et un espace de bureau. Hormis la salle de bain, l’ensemble des espaces sont modulables grâce à du mobilier fait sur mesure, ainsi que des lits et des tables escamotables. 3RXUƓQLUle toit terrasse est commun aux deux logements. La surélévation prend une forme de feuille qui permet une meilleure capture de la lumière naturelle venant du sud. Ce qui permet en outre d’offrir à l’angle de la rue Bel Air et Russeil un monument lumineux, la nuit tombée. 52
  • 53. PROJETS ARCHITECTURE URBANISME I Photos du site Bardage Ecran pare-pluie Ossature bois Lisses horizontales Voile de contreventement Plâtre Bois Isolant Pare-vapeur Bardage Fibro ciment Ecran pare-pluie Ossature bois Lisses horizontales Voile de contreventement Plâtre Bois Isolant Pare-vapeur Membrane EPDM Revêtement béton Dalle béton 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 Bardage Ecran pare-pluie Ossature bois Lisses horizontales Voile de contreventement Plâtre Bois Isolant Pare-vapeur Bardage Fibro ciment Ecran pare-pluie Ossature bois Lisses horizontales Voile de contreventement Plâtre Bois Isolant Pare-vapeur Membrane EPDM Revêtement béton Dalle béton 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 Détails, mur et toiture 53
  • 54. Chambre SDB Chambre bureau SDB Chambre #cabane Chambre #cabane ($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 Cuisine Salle à manger Cuisine Salle à manger Salon Salon Bureau Espace intermédiaire Toit-terasse partagé 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 Cuisine Salle à manger Cuisine Salle à manger Salon Salon Bureau Espace intermédiaire Toit-terasse partagé 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 Chambre SDB Chambre bureau SDB Chambre #cabane Chambre #cabane 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 5($/,6($/ $,'(' 81352'8,7$872'(6.9(56,21(78',$17 Toit Terasse R+2 Demie niveau R+1 0 5 54
  • 56. Façade de la rue de Bel Air 56
  • 57. Façade de la rue Russeil 57
  • 58. 58
  • 59. BRUT DE DÉCOFFRAGE LA STRUCTURE COULÉE, MÉLANGE À BASE DE MATÉRIAUX EXTRAITS DU SOL Janvier 2020 Lieu Square de l’île Mabon Île de Nantes Enseignement Under construction Projet intensif Enseignants Ignacio Requena, Sébastien Magrez, Matthieu Germond, Débora Domingo (ETSA-UPV) Team Adao Ferreira, Dagault Tina, Dorothée Maïa, Lauvergne Clarisse, Many Marie, Moon Joonil, Pichot Yanna, Presse Fanny, Prevost Margaux Type Monolithe de Terre 59
  • 60. Rue La Noue Bras de Fer Quai François Mitterand Ru e de l’îl e M ab on Loire Square de l’île Mabon Vue aérienne du site I BRUT DE DÉCOFFRAGE La matière “terre“ a été la source de notre projet expérimental et de recherche. Ce matériau historiquement utilisé dans les constructions humaines revient sur le devant de la scène pour ses qualités écologiques et économiques. En effet, celle-ci est systématiquement locale et sa mise en oeuvre est peu couteuse. Nous avons, entre autre, exploré la technique du pisé qui FRQVLVWH¢mbGDPHUb}ODWHUUHFRQWHQXH dans un coffrage couche après FRXFKHDYHFXQmbSLVRLUb} Le projet s’est formalisé à travers différentes expériences que nous avons menées. Notamment la décantation des terres pour comprendre leurs compositions et mesurer leur degré de friabilité.Nous avons ainsi pu sélectionner les terres que nous utiliserons dans un but structurel. La seconde expérience D SHUPLV GH FRQƓUPHU OD SUHPLªUH Il s’agissait de compacter les terres GDQVXQFRIIUDJHDƓQGHY«ULƓHUOHXUV caractères structurels. /H SURMHW ƓQDO SUHQG OD IRUPH GōXQ monolithe massif de 50x70x125 cm. Ilsecomposedestratesdedifférentes terres récoltées et retranscrit ainsi l’ensemble de nos expérimentations. Ce seul coulage regroupe donc différentes textures de terre, friable et solide. Le centre de la structure est percé. Cette cavité permet de récupérer l’eau de pluie de laquelle naitra tout un écosystème. Le monolithe accueille comme programme un “hôtel à insectes“. ,OD«W«SODF«¢FHWWHƓQ¢SUR[LPLW« du square de l’île Mabon, une zone de l’île de Nantes laissée en friche. Des percements ont été effectués VXU OD ID©DGH GX PRQROLWKH DƓQ GH faciliter l’appropriation des insectes que nous avons répertorié sur le site : Hyménoptères, Coléoptère, Dermaptères et Papillons. Cela dit, l’occupation de notre installation demeure une supposition car en tenant compte des aléas naturels et de d’autres éléments que nous n’aurions pas pris en compte, notre structure pourrait être inintéressante pour les habitants visés. 60
  • 61. PROJETS EXPÉRIMENTALS I 7 Papillon Vulcain Papillon Flambé Paon du jour Sphinx Liseron Scarabée Cétoine Dorée Longicorne Carabe Insectes nantais Étapes de construction du monolithe Résumé du projet 61
  • 62. 39 Croquis du monolithe en réaction avec la pluie Plans schématique Coupe à 5 cm de la palette Plans schématique Coupe à 60 cm de la palette Coupe et écoulement de l’eau de pluie 62
  • 64. 64
  • 65. ISHI MA MAISON À TOKYO Décembre 2019 Lieu Tokyo, Japon Enseignement Under Construction Enseignants Ignacio Requena, Matthieu Germond Type Espace publique, passage 65
  • 66. Rue La Noue Bras de Fer Quai François Mitterand Ru e de l’îl e M ab on Loire Square de l’île Mabon Vue aérienne du site I ISHI Ce projet avait pour but l’expérimentation physique d’un matériau GH QRWUH FKRL[ DƓQ GH produire une architecture. La seule contrainte qui nous était imposée était la taille de notre parcelle située à Tokyo. Orienté par une double volonté d’ordre écologique et patrimoniale, j’ai choisi la pierre, “ishi“ en japonais. Ce matériau m’a permis d’expérimenter des méthodes basiques de taille de pierre. Le prélèvement de la ressource s’est opéré le long des berges de la Loire, offrant ainsi une pluralité de nature de pierre allant du Grès au Granite. Ce qui induit des résultats et des procédés de mise en oeuvre différents. On en comptera deux principaux : l’utilisation de ciseaux et d’une masse et une méthode plus contemporaine, la disqueuse et son disque à diamant. Ces deux méthodes de taille de pierre permettent l’obtention de IDFHV PXOWLSOHV OLVVHV VWUDWLƓ«HV ou rugueuses ; En somme, nous expérimentons la pierre sous toutes ses formes. Le projet en lui-même prend la forme de deux blocs de pierre travaillés, superposés et dimensionnés à la taille de la parcelle nippone. L’idée étant de mettre en tension les deux éléments rocheux. Cette idée de tension est accentuée par l’élément structurel central (minéral lui aussi), ici l’ardoise, qui vient aussi spatialiser l’espace. Il en découle ainsi une expérience architecturale sensible pour qui traverse les lieux. On joue également sur le rapport au sol et au ciel en ré-investissant un élément fréquent dans la maison japonaise : le patio. Puit de lumière et puit de végétation, le patio est un élément central avec lequel les japonais aiment interagir. 66
  • 67. Schéma de principe, circulations MIDDLE EAST MODERN ART SPACE by Ammar Khammash Évolution de l’expérimentation PROJETS EXPÉRIMENTALS I 67
  • 69. Photo du prototype n°2 Photo du prototype n°2 Photo du prototype n°1 (droite) et n°2 (gauche) Coupe schématique Notion d’emboitement 69
  • 70. 70
  • 71. CÔNNEXION M O R P H O G É N È S E 2018-2019 Lieu Maison régionale de l’architecture des Pays-de-la-Loire Enseignement Morphologie Enseignants Francis Miguet, Alain Chassagnoux, François Chesnot, Cyrcil-Emmanuel Issan-Chou, Jérémie Koempgen, Remi Lelievre, Claude Puaud, Timothée Raison Team Léonie Hubert, Erwan Lorant, Lucie Mazier Type Petite fabrique d’architecture 71
  • 72. I CÔNNEXION Exposition à la MAPdL - Mai 2019 72
  • 73. /D PRUSKRORJLH SHXW ¬WUH G«ƓQLH FRPPH Oō«WXGH GHV IRUPHV /RUVTXH QRXV QRXV LQW«UHVVRQV QRQ SDV XQLTXHPHQW ¢ OD IRUPH PDLV DX SURFHVVXV GH IRUPDWLRQ TXLHVW¢OōRULJLQHGHODIRUPHFōHVW ¢GLUH¢ODJHQªVHGHODIRUPHQRXV SDUORQVDORUVGHPRUSKRJHQªVH Lorsqu’une explosion rencontre une spirale. Les cônes facettés tournent sur eux-mêmes, implosent puis explosent, formant un tourbillon. La structure est inspirée du modèle du banc de poisson, exemple naturel d’un mouvement en spirale, se déformant lors de l’approche d’un prédateur. La forme de la structure est créée à partir d’un schéma méthodique, qui pourrait être à l’origine de la forme si particulière des bancs de poisson : les uns se placent par rapport aux autres de manière à toujours avoir le même individu dans leur champ de vision. Ici, les poissons sont résumés à leur cône de champ de vision. Chaque cône est disposé de la même manière par rapport à son prédécesseur, dégageant la dynamique de la structure. ARTS I Article de l’exposition MAPdL, Mai 2019 Film Cônnexion Mai 2019 73
  • 75. ARTS I TRANSFORMATIONS SILENCIEUSES É D I T I O N M U T A T I O N Mars 2021 Lieu Exposition à l’ECV Nantes Enseignement Edition Mutation pour un atlans des transformations silenscieuses Workshop ECV ENSA NANTES Enseignants Stefan Shankland, Sophie Northam, Romain Baro Team Justine Meot Yasmina Echair Type Création graphique éditorials ECVNantes x ENSA: la collaboration du graphisme et l’architecture Article de l’ECV m*UDQGLUYLHLOOLUPDLV«JDOHPHQW OōLQGLII«UHQFH TXL VH FUHXVH MRXU DSUªV MRXU HQWUH OHV DQFLHQV DPDQWV VDQV P¬PH TXōLOV VōHQ DSHU©RLYHQW FRPPH DXVVL OHV 5«YROXWLRQV VH UHQYHUVDQW VDQV FULHUJDUHHQSULYLOªJHVRXELHQOH U«FKDXIIHPHQWGHODSODQªWHDXWDQW GHPRGLƓFDWLRQVTXLQHFHVVHQWGH VH SURGXLUH RXYHUWHPHQW GHYDQW QRXV PDLV VL FRQWLQ½PHQW HW GH ID©RQ JOREDOH GH VRUWH TXōRQ QH OHVSHU©RLWSDVb})UDQ©RLV-XOOLHQ SKLORVRSKHHWVLQRORJXHDXVXMHW GHV7UDQVIRUPDWLRQVVLOHQFLHXVHV Ce sous-thème de la mutation a été le centre des recherches- créations graphique et éditoriale qui ont réuni des étudiants en architecture et en communication visuelle. Il s’agissait de concevoir et de réaliser ensemble un projet éditorial de A à Z en 5 jours. Mon trio a fait le choix de travailler sur le sujet du changement climatique à Nantes. Il s’agissait, à travers la thématique de la dystopie de représenter un imaginaire dans lequel Nantes serait sous l’eau en 2100. 1RWUH DIƓFKH ƓQDOH HVW XQH superposition de trois éléments. En fond, une photographie en contre-plongé d’immeubles de l’ensemble urbain Euronantes. On y a ensuite apposé une carte retravaillée de la ville de Nantes sur laquelle les cours d’eau ont repris leurs cheminements historiques. (QƓQ XQH HDX WXPXOWXHXVH HW boueuse recouvre l’ensemble. /DSHUVSHFWLYHGHFHWWHDIƓFKHHVW double. Au premier abord, elle exprime avant tout l’eau.Àla fois sa beauté, mais aussi sa dangerosité, mortelle pour l’Homme. Mais en y regardant de plus près , c’est avec effroi qu’on se rend compte que le point de vue qui nous est donné est celui d’un Homme, submergé par les eaux à Nantes, qui regarde vers le ciel alors qu’il se noie. 75
  • 76. I L’HISTOIRE DANS LA VILLE 76
  • 77. John Davies Westgate, England 2001 ARTS I L’HISTOIRE DANS LA VILLE A T E L I E R P H O T O Mars 2021 Lieu Exposition à l’ENSA Nantes Enseignement Outils - Média : représentation des spatialités Enseignant Camille Hervouet Type Production artistique cadré et exposition Gabriele Basilico Bord de mer 1984 L’histoire est présente dans la ville, généralement, sous la forme de PRQXPHQWVHWGō«GLƓFHV'HVVXMHWV Ɠ[HVHWmGXUDEOHV}TXLUHQGHQWOD capture photographique simple et à la portée de tous. Cependant, cette simplicité manifeste de la photographie architecturale revoit ses exigences à la hausse lorsqu’elle est exercée par un individu engagé dans une démarche artistique. En effet, comment se démarquer du simple SDVVDQW TXL FDSWXUH XQ «GLƓFH avec son smartphone ? En me promenant dans la ville, je souhaite transmettre au travers de chaque cliché les tensions ressenties et générées par les contrastes des âges au sein de la ville de Nantes et de ses alentours. « Opposition de deux choses GRQW OōXQH IDLW UHVVRUWLU OōDXWUH } nous dit le Larousse à propos du contraste. Qui est l’une, qui est l’autre dans la ville ? Parfois il pourra s’agir de l’ancien. Parfois du contemporain. Dans mes clichés, tout n’est que question de perspective, de couleur et de composition. L’objectif étant qu’à travers les photographies, on regarde la ville de Nantes avec un prisme historique qui met en exergue le travail des urbanistes et des architectes dont le rendu est autant volontaire qu’involontaire. Pour m’aider dans mon travail, je me suis inspiré de deux photographes. John Davies qui est reconnu comme le leader britannique de la photographie de paysage. Son sujet rejoint le mien puisqu’il est fréquemment perçu dans ses photos un rapport entre le passé et le futur grâce à des éléments informatifs qui rendent l’évolution temporel visible. Le second, Gabriele Basilico est un photographe italien, architecte GH SURIHVVLRQ mb ,O VōHVW UHQGX célèbre par son obsession de la ville moderne, avec ses couches de passé empilées avec plus ou PRLQVGHFKDUPHHWGHVRLQb} /H photographe Gabriele Basilico est mort, Le Monde, 13/02/2013) 77
  • 78. I STAGE DE CHANTIER Coupe de l’escalier du 6 rue de l’ancienne Préfecture 78
  • 79. AUTRES I EXPÉRIENCE CHEZ JACQUET LYON 6 R U E D E L ’ A N C I E N N E P R É F E C T U R E Juillet 2018 Lieu 6 rue de l’anciennce préfecture Lyon II Enseignement Stage de chantier Licence 1 Entreprises -DFTXHWƓOLDOHGXJURXSH$XULJH AMR Architecte Type Restauration d’un escalier en pierre du IXè siècle mb /H SDWULPRLQH HVW XQ MRDX HVVHQWLHO TXH QRXV GHYRQV WUDQVPHWWUH DX[ J«Q«UDWLRQV VXLYDQWHVb} Cette déclaration de Stephane Bern fait grand échos à ma volonté d’oeuvrer dans la préservation de notre patrimoine national, mais aussi de promouvoir les techniques de construction ancestrales qui sont aujourd’hui remis au goût du jour. J’entend part là surtout le travail de la terre, du bois, de la paille et de la pierre. Pour ces raisons, je me suis tourné vers les entreprises de gros oeuvre, spécialisées dans ce domaine et j’ai été accepté dans l’agence Jacquet de Lyon. Il s’agit d’une entreprise nationale, née à Bourges et qui est active dans le secteur de la restauration et de la sauvegarde du patrimoine Français. Elle maîtrise surtout les travaux de taille de pierre et de maçonnerie traditionnelle. Durant trois semaines, j’ai été affecté sur le chantier du 6 rue de l’Ancienne Préfecture, dans le IIè arrondissement de la capitale des Gaules. Il s’agissait de la restauration d’un escalier en pierre à double révolution datant du IXe siècle. Celui-ci avait fait face à divers défauts de fabrication TXLOōDYDLWFRQGXLW¢mbSUHQGUHGX YHQWUHb}DXFRXUVGHVVLªFOHV8QH restructuration de la construction était donc urgente pour la sécurité des habitants de l’immeuble de cinq étages. L’escalier étant l’unique accès aux logements de l’immeuble, la sécurité était de fait, une contrainte particulièrement prégnante. Bien que la durée de stage ait été courte, on m’a donné l’opportunité de prendre graduellement des responsabilités. J’ai débuté par des tâches simples de sécurisation du chantier, de nettoyage et d’aide aux ouvriers dans leurs tâches. J’ai pu intégrer les différents protocoles du chantier tel que la restauration des clavetages et des fractures, le remplacement des limons, la gestion du ventre du limon et la dépose des anciens poteaux de soutènement qui avaient été posés en 1960. Ces apprentissages m’ont permis de faire un peu de management d’équipe, la dernière semaine de stage. En somme, le stage de chantier a été pour moi le théâtre d’une réelle prise de conscience du paradoxe des chantiers ; entre pénibilité et passion. Cette expérience a été au delà de mes attentes, car loin de me limiter à observer, j’ai pu véritablement pratiquer le métier d’ouvrier. Cela m’a permis de développer mes capacités d’écoute et d’attention, de travail en équipe et de leadership, de persévérance et d’effort physique. 79
  • 80. Rue de l’ancienne Préfecture et le mobil-home de Jacquet 80
  • 83. En juillet 2020, j’ai été contacté par Thibaud Duval (un conseillé et chargé d’étude du CAUE de 0DUWLQLTXH DƓQGō«FULUHTXHOTXHV paragraphes pour un article qui serait publié sur le site du dit CAUE. Le sujet : comment est-ce que j’imaginais la martinique à l’horizon 2030 d’un point de vue architectural et urbanistique ? Lademandeaétéposéeàplusieurs étudiants et jeunes diplômés en architecture ayant grandi à la Martinique. Pour ma part, c’est avant tout les maisons coloniales de cette île qui m’ont donné envie de faire de l’architecture mon domaine d’activité. C’est donc avec un certain enthousiasme et une certaine émotion que j’ai saisi cette chance de participer aux discours en cours dans la société martiniquaise. Horizon 2030 est un ensemble de trois articles débutés en mai 2020, dont les deux premiers donnent la parole aux jeunes tandis que le dernier constitue une réponse des architectes expérimentés de l’île. HORIZON 2030 C A U E M A R T I N I Q U E Août 2020 Type Article Horizon 2030 : 1ère partie Horizon 2030 : 2ème partie Horizon 2030 : 3ème partie AUTRES I 83
  • 85. AUTRES I L’AUTO-SUFFISANCE DES VILLES B I B L I O G R A P H I E C R I T I Q U E Janvier 2019 Enseignement Bibliographie critique Sociologie urbaine, science de la ville Enseignant Jérôme Sautarel Bettina Horsch Type Dossier critique sur le thème de la ville /ōDXWRVXIƓVDQFHGHVYLOOHVSGI Ce travail de licence 2 s’inscrit dans les prémisses de l’écriture de notre mémoire de master et présente deux objectifs ; celui de prendre conscience des méthodes et des systèmes de fabrication d’un savoir et d’approfondir nos connaissances dans les domaines proposés par les professeurs. En l’occurence l’écoville. Outre le domaine d’approfondissement à choisir, QRXV GHYLRQV G«ƓQLU QRWUH sujet en lien avec celui-ci. Une bibliographie devait être constituée et de laquelle étaient tirés trois ouvrages majeurs qui seraient les piliers de notre travail de bibliographie croisée et raisonnée. Pour ma part, j’ai choisi pour VXMHW OōDXWRVXIƓVDQFH GHV YLOOHV Autrement dit la capacité de celles-ci à subvenir à leurs propres besoins. Que ce soit leurs besoins énergétique, alimentaire HWƓQDQFLHU-ōDLSHQV«TXHFō«WDLW un sujet qui s’inscrivait bien dans notre époque, à l’heure des nombreuses revendications sociales, des circuits cours et de la menace du changement climatique. Pour se faire, je me suis appuyé, principalement, sur trois documents que sont le livre Demain, un nouveau monde en marche de l’auteur mais aussi, réalisateur et activiste Cyril Dion. Du rapport de Thierry de Larochelambertpourlescahiersde Global chance intitulé La transition énergétique du Danemark : XQ PRGªOH GH SODQLƓFDWLRQ démocratique européen(WHQƓQ d’un article de la revue Urbanisme n°64, Les nouveaux paysages de la transition énergétique. 85