SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  42
LES
PANSEMENTS
TABLE DE CONTENU
DEFINITION DE
PANSEMENT
01
TYPE DE
PANSEMENT
02
04
05
MATERIEL POUR LE
CHANGEMENT
LA TECHNIQUE POUR
CHANGEMENT
LES NORMES DE
CHANGEMENT
PANSEMENT
03 06
BON A SAVOIR
La plaie infectée est
Souvent malodorane
,exsudative, douloureue
etinflammatoire.
Types de plaies
La plaie fibineuse
Ressemble à des
filaments, blancs ou
jaunes, durs ou mous.
La plaie cavitaire est
Creusée et peut atteindre
l'os ( Une ulcération profonde
La plaie bourgeonnante
est en phase de guérison,
De couleur rouge, ce qui
signifie qu'elle est Bien
vascularisée.
La plaie nécrotique est Facilement
reconnaissable, car elle est noire. La nécrose
Est caractérisée par la mort des tissus, qui
peut se présenter sous forme de tissus mous
ou durs
Types de plaies
La plaie en voie d'épidermisation
est caractérisée par
le Rapprochement des berges de
La cicatrice. Cette étape fait suite
à l'étape du bourgeonnement.
Quelle est la différence entre une plaie aiguë etune plaie chronique?
• On peut différencier les plaies en fonction de leur délai de cicatrisation.
• .Les plaies aiguës ont un délai de cicatrisation normal
• Les plaies chroniques, en revanche, ont un délai de cicatrisation prolongé.Une plaie
est considérée comme chronique après 4 à 6 Semaines d'évolution.
• Le délai de cicatrisation peut être prolongé si le patient souffre de diabètedéséquilibré,
d'une insuffisance rénale, d'obésité, de dénutrition, s'il fume, s'il est âgé ou même en
cas de stress important
DEFINITION DE
PANSEMENT 01
DEFINITION DU PANSEMENT
Un pansement est l'application sur une
plaie de tissu stérile et éventuellement de
substances médicamenteuses, destinés
à protéger la plaie, arrêter l'hémorragie,
absorber les sécrétions et
éventuellement la traiter.
Intérêts des pansements :
• Protéger la plaie des agents extérieurs tels que les bactéries, le soleil et
les frottements des vêtements...
• Absorber les exsudats.
• Favoriser la cicatrisation en maintenant un milieu humide, sans faire
macérer la plaie.
• Toutes les plaies ne nécessitent pas de pansement. Par exemple, les
plaies recousues ou petites et sèches peuvent ne pas être couvertes.
TYPES DE
PANSEMENTS
02
PANSEMENT
HYDROCELLULAIRES
• Les hydrocellulaires ont un pouvoir absorbant de longue durée
• La couche interne (mousse centrale) se gorge d’exsudats
• Pas de désintégration dans la plaie
• Pas ou peu d’adhésion à la plaie
• Pas d’action sur l’hémostase
• => Environnement chaud et humide favorable à la
cicatrisation
• EX : Biatin silicone® / Mepilex Border®
 Mecanisme d'Actions :
• Plaies chroniques : stade de
bourgeonnement
• Plaies d'ébidermisation
• Plaies aigües : tous stades de
plaies
INDICATIONS
RISQUES ET/OU
CONTRE INDICATIONS
• Allergie connue à l’un des constituants
(adhésif)
• Plaie infectée sauf si traitée par
antibiothérapie par voie générale
• Contre-indiqués également avec des
agentsoxydants (eau oxygénée,Dakin...).
MODALITES D'UTILISATIONS
• Nettoyage de la plaie à l’eau, à l’eau savonneuse ou au sérum
physiologique
• Déborder de 2 cm autour de la plaie
• Enlever d’un seul tenant (retrait indolore)
• Changer le pansement tous les 3 à 5 jours
• Formes anatomiques: zones mobiles soumises aux frottements
• Formes cavitaires: ulcérations profondes
PANSEMENT
HYDROFIBRES
• Les hydrofibres se transforment en gel au contact des
exsudats. Fort pouvoir absorbant
• Absence de macération latérale sur les berges car
absorption verticale
• Environnement chaud et humide favorable à la
cicatrisation => Détersion en milieu humide
• EX : Aquacel®
 Mecanisme d'Actions :
• Plaies exsudatives à très exsudatives
sans distinction de phase mais surtout
phase de détersion
• Plaies Fibrineuse
• Plaies Bourgeonnante
• Plaies d'épidermisation
INDICATIONS RISQUES ET/OU
CONTRE INDICATIONS
• Plaies non exsudatives
• Escarres au stade de la nécrose
sèche
• Brulures au troisième degré
MODALITES D'UTILISATIONS
• Nettoyage de la plaie à l’eau, à l’eau savonneuse ou au sérum physiologique
• Choisir les compresses aux dimensions de la plaie (mèche pour les plaies cavitaires)
• Déborder la plaie d’au moins 1 cm sur la peau saine environnante
• Recouvrir d’un pansement de recouvrement (film en polyuréthane ou hydrocolloïde fin)
• Changer le pansement à saturation (max 3 à 4 jours)
• En cas de méchage, ne pas trop combler pour éviter la compression des parois
• Lors du retrait, vérifier que la totalité de la mèche a été récupérée.
PANSEMENT
HYDROCOLLOÏDES
• La couche interne du pansement :
• absorbe les exsudats, se transforme en un gel ± cohérent
• adhère à la peau saine et non à la plaie
• assure une hypoxie locale qui stimule la croissance des capillaires
dermiques
• Environnement chaud et humide favorable à la cicatrisation =>
détersion en milieu humide
• EX : Duoderm® / Comfeel® /Hydrocoll®
 Mecanisme d'Actions :
• Hydrocolloïdes épais : tous stades de
plaies
• Hydrocolloïdes fins : érythème,
dermabrasion, bourgeonnement
• Plaies Nécrotique, Fibrineuse
INDICATIONS RISQUES ET/OU
CONTRE INDICATIONS
• Plaies infectées en raison de leur
caractère occlusif – plaie du pied
diabétique
• Allergie, eczéma, sensibilité connue
à l’un des composants
MODALITES D'UTILISATIONS
• Nettoyage de la plaie à l’eau, à l’eau savonneuse ou au sérum physiologique
• Sécher la plaie en tamponnant sur les berges
• Appliquer sans étirer en lissant à partir du centre
• Déborder de 2 à 3 cm sur la peau périphérique
• Renouveler le pansement quand il se décolle (max 7 jours)
• Surveiller quotidiennement
PANSEMENT
ALGINATES
• Les alginates se transforment en gel au contact du sang et
des exsudats.
• Absorption des exsudats
• Environnement chaud et humide favorable à la
cicatrisation => Détersion en milieu humide
• EX : Algostéril® / Urgosorb®
 Mecanisme d'Actions :
• Plaies exsudatives et/ou
hémorragiques
• Plaies infectées si antibiothérapie et
pas de pansement occlusif
• Plaies Fibrineuse
INDICATIONS RISQUES ET/OU
CONTRE INDICATIONS
• Plaies non exsudatives
• Escarres au stade de la
nécrose sèche
MODALITES D'UTILISATIONS
• Nettoyage de la plaie à l’eau, à l’eau savonneuse ou au sérum physiologique
• Choisir les compresses aux dimensions de la plaie (mèche pour les plaies cavitaires)
• Recouvrir d’un pansement de recouvrement (film en polyuréthane)
• Changer le pansement tous les 2 à 3 jours en moyenne
• Humidifier la compresse ou la mèche pour un retrait indolore et conservateur
• Vérifier que la totalité de la mèche a été récupérée.
• En cas de méchage, ne pas trop combler pour éviter la compression des parois
PANSEMENT HYDROGELS
• L’eau hydrate la plaie, dissout les tissus nécrotiques secs
ce qui facilite la détersion mécanique. Les hydrogels sont
des « donneurs d’eau »
• Environnement chaud et humide favorable à la
cicatrisation => Détersion en milieu humide
• EX : . Alginate de Ca (Purilon®) ouNa (NuGel®) /
Pectine (Duoderm ® Hydrogel) / Propylène glycol
(Intrasite®) / Tube Purilon.
 Mecanisme d'Actions :
• Ramollissement des zones de nécrose
• Détersion des plaies sèches, peu exsudatives
fibrineuses ou nécrotiques
• Aide à la cicatrisation des plaies peu
exsudatives : plaies atones
INDICATIONS RISQUES ET/OU
CONTRE INDICATIONS
• Plaies infectées
• Plaies exsudatives
• En l’absence de revascularisation
associée (momification ++)
• Plaie fibrineuse , Nécrotique
MODALITES D'UTILISATIONS
• Nettoyage de la plaie à l’eau, à l’eau savonneuse ou au sérum physiologique
• Sécher la plaie en insistant sur les berges, protéger celles-ci avec une pâte à l’eau
• ou un pansement hydrocolloïde
• Appliquer le gel sur la plaie (5mm) sans déborder sur la peau saine
• Recouvrir d’un pansement de recouvrement (film polyuréthane)
• Renouveler le gel en moyenne tous les 2 à 3 jours
• Eliminer le gel se fait par rinçage à l’eau ou au sérum physiologique
PANSEMENT A L'ARGENT
• Liaison de l’ion argent à l’ADN bactérien => arrêt de
l’activité bactérienne
• Efficacité d’autant plus importante que l’inoculum infectieux
serait faible
• Spectre d’action large (cocci et bacilles, mycobactéries,
BMR)
•EX : Argent pur : Acticoat®
• Argent combiné : Aquacel® Ag (hydrofibre) / Acticoat
absorbent ® / (Alginate de calcium) /
Biatain ® Ag (Hydrocellulaire)
 Mecanisme d'Actions :
•Ulcères de jambe à caractère inflammatoire (4
semaines) avec au moins 3 des 5 signes cliniques
• douleur entre 2 changements de pansement
• érythème péri-lésionnel
• oedème
 plaie malodorante
 exsudat abondant
INDICATIONS RISQUES ET/OU
CONTRE INDICATIONS
• Sensibilité connue à l’un des
composants ou au pansement
• Plaies non exsudatives
• Utilisation au long cours
MODALITES D'UTILISATIONS
• Nettoyage de la plaie à l’eau, à l’eau savonneuse ou au sérum physiologique
• Respecter les recommandations d’utilisation propres à chaque support
PASEMENT AU CHARBON
• Le charbon actif absorbe les molécules responsables
des odeurs des plaies
•EX : Carbonet® Souple / Carboflex® ( Hydrofibre +
Charbon ) / Actisorb ® PLUS (+Arg)
 Mecanisme d'Actions :
• Plaies plus ou moins exsudatives , plus
ou moins malodorantes
• Plaies cancéreuses (ORL, peau et sein
principalement)
INDICATIONS RISQUES ET/OU
CONTRE INDICATIONS
• Sensibilité à l’un des composants
• Plaies non exsudatives et non
malodorantes
MODALITES D'UTILISATIONS
• Nettoyage de la plaie à l’eau, à l’eau savonneuse ou au sérum physiologique
• Peut être utilisé comme pansement secondaire
• Changement tous les 2 à 3 jours si pas d’infection, tous les jours si infection
PANSEMENT BÉTADINÉES
• Médicament (donc sur prescription) contenant un
antiseptique local qui contientde l'iode
• Nettoyage préalable puisapplication du tulle
recouvertd'une compresse puis d'unbandage.
• EX : Bétadine Tulle 10 % ®
 Mecanisme d'Actions :
RISQUES ET/OU CONTRE INDICATIONS
•antécêdent d'allergie à la polyvidone iodée,nouveau-né(de moins de 1
mois),grossesse (à partir du 4mois, en cas d'utilisation prolongée),allaltement,
en casde traitement prolong
LES NORMES DE
CHANGEMENT DU
PANSEMENT
03
LES NORMES
• Fenêtre fermée.
• Après la toilette du patient.
• Après le menage de la chambre.
• Après vérification de la date de péremption du matériel et de l'intégrité des emballages.
• Dates d'ouverture notée sur les flacons.
• Installation confortable pour le patient et le soignant.
• Respect de l'intimite pendant le soin (par exemple: pour les pansements au niveau du pli
de l'aine cacher les parties intimes.)
• Informations données et consentement recueilli.
• .Gaspillage évité.
LES NORMES ( 2 )
• Respect des prescriptions ou des consignes chirurgicales. (Pour les plaleschirurgicales,
vous devez savoir sil existe un protocole particulier. Tous leschirurgiens ne suivent pas les
mêmes protocoles.)
• Organisation de lespace respectée.
• Administration d'une prémédication sur protocole ou prescription sil y a risque de douleur.
• Respect des règles d'hygiène et d'asepsie, cest-à-dire respect du tri des déchets, lavage
des mains à bon escient...
• Port de lunettes et blouse de protection s'il existe un risque de projection.
• Transmissions écrites et orales.
MATERIEL
DE CHANGEMENT
PANSEMENTS
04
Gants steriles /
non
Chariot
Materiels
Set Pansement
1. Compresse en non tissé
2. Tampons de Gaz
3. Champs de soins
4. Pince anatomique verte en plystyrène
5. Pince Kocher Blue en polystyrène
6. Blister Rigide
Sérum
physiologique
Antiseptique
Pansement Selon Plaie
Bétadine Scrub
Materiels
Bétadine Dermique Sparadrap
TECHNIQUES
POUR
CHANGEMENT
PANSEMENTS
05
Installation
1. Prévenir le patient du soin, lui expliquer le processus
2. Installer confortablement le patient. Si besoin, prévoir une aide pour l'installation et le maintien du
patient dans une position correcte compatible avec le respect des règles d’asepsie ;
3. Veiller à protéger l’intimité du patient en exposant uniquement la zone où doit être réalisé le
pansement.
Ablation du pansement précédent
1. Placer le sac à déchets à proximité et à l’extérieur du champ de travail afin d’éviter de passer au-
dessus de celui-ci ;
2. Se laver les mains ;
3. Mettre les gants non stériles à usage unique ;
4. Placer une protection sur le drap afin d’éviter de le souiller ;
5. Ôter le matériel de contention du pansement : bandes, sparadrap ;
Ablation du pansement précédent
1. Enlever les compresses du pansement en utilisant une pince de Kocher Agir avec douceur pour
ne pas arracher l'épiderme en voie de cicatrisation ;
2. Observer l'état du pansement : présence d’un écoulement, quantité, couleur, aspect, odeur ;
3. Jeter le pansement et les gants dans le sac d'élimination des déchets contaminés ;
4. Ôter, s’il y a lieu, les résidus d’adhésif avec une compresse non stérile imbibée de dissolvant ;
5. Si adhérence des compresses à la plaie : verser du sérum physiologique et retirer le pansement ;
6. Observer l’état de la plaie : présence de rougeur, l’existence d’un suintement, l’apparition d’un
hématome, d’une infection, état de la cicatrisation ;
7. Après l'ablation des compresses sales, il est bon de changer de pince de Kocher.
Détersion de la plaie
1. Hygiène des mains ;
2. Durant ce temps, il faut éviter les fautes d’asepsie :
3. Ne pas passer les mains et les bras au-dessus d’une boîte stérile ouverte ;
4. Ne pas toucher à l’intérieur des couvercles. Les poser sur le chariot en les retournant ;
5. Ne pas toucher l’extrémité des pinces avec un objet non stérile (chariot, doigts, etc.)
6. Si on se sert d’un plateau, déposer quelques compresses dans le fond. Pour poser les pinces, placer la
partie tenue par la main sur le bord du plateau, l’extrémité reposant sur une compresse
7. Procéder à la réfection du pansement en utilisant la technique d'une pince "propre" et d'une pince "sale" :
8. Avec la pince "propre", saisir une compresse stérile avec une pince et faire un tampon en la pliant en quatre
;
9. Avec la pince "sale", saisir la compresse sans rentrer en contact avec l'autre pince ;
10. Lorsque chacune des pinces est attribuée à un rôle, il ne faut pas les mélanger.
Détersion de la plaie
1. Pratiquer une antisepsie de la plaie :
2. Selon la forme de la plaie :
3. Cicatrice : nettoyer avec une compresse imbibée d’un antiseptique en passant sur la plaie de
haut en bas, puis de chaque côté de la plaie avec une nouvelle compresse à chaque fois.
Continuer ensuite de la même manière en allant de plus en plus vers l’extérieur de la plaie.
4. Orifice ou point de suture unique : désinfecter en "escargot" : mouvement circulaire en partant
du centre vers l'extérieur afin de tuer et d'éloigner les germes du point de ponction = du centre
vers la périphérie de la plaie.
5. Ne jamais repasser à un même endroit ;
6. Utiliser une compresse par passage puis la jeter dans le sac à déchets contaminés.
Protection de la plaie
1. Couvrir la plaie :
2. Déposer des compresses stériles en commençant par le centre et en allant vers l’extérieur, en faisant se
chevaucher les compresses. Les faire dépasser d’environ 2 cm au-delà de la plaie ;
3. Ôter les gants et les jeter dans le sac à déchets à haut risque ;
4. Fixer le pansement avec une bande ou un ruban adhésif en recouvrant entièrement les compresses ;
5. Réinstaller le patient et le couvrir ;
6. Informer le patient de l’état de la plaie ;
7. Éliminer les déchets contaminés ;
8. Nettoyer le chariot et ranger le matériel ;
9. Immerger les pinces dans un bain contenant une solution décontaminante pendant au minimum 15 à 20 minutes
selon le produit utilisé. Rincer. Nettoyer avec un produit nettoyant. Rincer soigneusement et sécher. Vérifier
l’intégrité des pinces et leur bon fonctionnement avant de les envoyer au service de stérilisation ;
10. Hygiène des mains ;
11. Noter le soin dans le dossier en précisant l’état du pansement et de la plaie ;
12. Signaler au médecin toute modification de la plaie et de l’état cutané environnant
Avant de procéder à la réfection d'un pansement
• il est important d'examiner attentivement la plaie et de se poser plusieurs questions.
• Tout d'abord, quel est le stade de cicatrisation de la plaie?
• Ensuite, il convient de vérifier la quantité d'exsudat présent, ainsi que son aspect
(hémorragique, purulent ou sero-sanglant).
• Il est également important de vérifier l'état de la peau périlésionnelle.
• De déterminer si une odeur désagréable se dégage de la plaie.l'emplacement de la plaie. Par
exemple, si Il faut aussi prendre en compteelle est située dans un pli de l'aine, elle peut
entrainer une macération importante. Si la plaie est situee sous le talon, elle peut provoquer
une douleur qui rend l'appui et la cicatrisation difficiles.
ANALYSE DE LA PLAIE
Visuelle
01
Localisation, la Pronfondeur
La superficie
L'aspect
L'exsudat
Les berges
La peau avoisinante
Les indications d'infection
Odeur <<d'amande »:
infection
à Pseudomonas
aeruginosa
Odeur putride:
infections par bacilles
Gram négatif
Décollements,
Trajets
Fistuleux
Saillies
osseuses.
Oflactive Tactile
02 03
BON
A
SAVOIR
06
Bon à Savoir
 Sil y a plusieurs plales as: commencer
par la plus < propre ».
 Plaie propree: du centre vers les berges.
 Plaie avec ecoulements: des berges vers
le centre.
 Lorsqu'il y a deux plaies situées dans la même
zone, il faut faire deux pansements séparés.
Nettoyage du plus «propre » au plus
« sale »
Bon à Savoir
Importance des transmissions pour le suivi despansements
Maintenant que vous avez évalué et nettoyé la plaie et que vous avez appliqué
lepansement approprié, il est important de surveiller l'efficacité du
traitement.Cependant, avec la rotation constante de l'équipe infirmière, il est crucial
decommuniquer de manière précise pour assurer le suivi efficace de la plaie etévaluer
l'efficacité du pansement. En utilisant un vocabulaire spécifique pourdécrire l'état de la
plaie, par exemple « pansement saturé et plaie étendued'environ 15 cm », nous
pouvons determiner si l'evolution est favorable oudéfavorable. En suivant ces
principes, la plaie Sera
correctement traitee et surveillée.
MERCI
A VOTRE
ATTENTION

Contenu connexe

Tendances

V A H E D I Lesions
V A H E D I  LesionsV A H E D I  Lesions
V A H E D I LesionsSalima Ali
 
Role de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.pptRole de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.pptSandro Zorzi
 
Les abcès-hépatiques-2012
Les abcès-hépatiques-2012Les abcès-hépatiques-2012
Les abcès-hépatiques-2012Hassan HAMALA
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguëdrchamadi
 
Plaies et pansements en chirurgie général.pptx
Plaies et pansements en chirurgie général.pptxPlaies et pansements en chirurgie général.pptx
Plaies et pansements en chirurgie général.pptxnocentguerson199
 
Angiocholite aiguë
Angiocholite aiguë Angiocholite aiguë
Angiocholite aiguë CHU Tlemcen
 
Cancers cutanées hm 14 01 14
Cancers cutanées hm 14 01 14Cancers cutanées hm 14 01 14
Cancers cutanées hm 14 01 14raymondteyrouz
 
Le kyste hydatique
Le kyste hydatiqueLe kyste hydatique
Le kyste hydatiqueS/Abdessemed
 
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- pptCour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- pptkillua zoldyck
 
La cholécystite
La cholécystiteLa cholécystite
La cholécystiteIdris Ahmed
 
Les technique de protozoaires
Les technique de protozoairesLes technique de protozoaires
Les technique de protozoairesabir
 
1cours virologie généralités (1)
1cours virologie généralités (1)1cours virologie généralités (1)
1cours virologie généralités (1)imlen gan
 
soins en chirurgie
soins en chirurgiesoins en chirurgie
soins en chirurgiesalmamahzoul
 
Le manuel du généraliste 2 dermatologie
Le manuel du généraliste 2 dermatologieLe manuel du généraliste 2 dermatologie
Le manuel du généraliste 2 dermatologiedrmouheb
 
Définition et classification des plaies
Définition et classification des plaiesDéfinition et classification des plaies
Définition et classification des plaiesSafaaMed1
 
5- exposé mollusques 2
5- exposé mollusques 25- exposé mollusques 2
5- exposé mollusques 2Ipeis
 
Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2killua zoldyck
 

Tendances (20)

V A H E D I Lesions
V A H E D I  LesionsV A H E D I  Lesions
V A H E D I Lesions
 
Role de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.pptRole de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.ppt
 
Brulures
BruluresBrulures
Brulures
 
Les abcès-hépatiques-2012
Les abcès-hépatiques-2012Les abcès-hépatiques-2012
Les abcès-hépatiques-2012
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguë
 
Incoterms
IncotermsIncoterms
Incoterms
 
Plaies et pansements en chirurgie général.pptx
Plaies et pansements en chirurgie général.pptxPlaies et pansements en chirurgie général.pptx
Plaies et pansements en chirurgie général.pptx
 
Angiocholite aiguë
Angiocholite aiguë Angiocholite aiguë
Angiocholite aiguë
 
Cancers cutanées hm 14 01 14
Cancers cutanées hm 14 01 14Cancers cutanées hm 14 01 14
Cancers cutanées hm 14 01 14
 
Le kyste hydatique
Le kyste hydatiqueLe kyste hydatique
Le kyste hydatique
 
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- pptCour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
 
La cholécystite
La cholécystiteLa cholécystite
La cholécystite
 
Les technique de protozoaires
Les technique de protozoairesLes technique de protozoaires
Les technique de protozoaires
 
1cours virologie généralités (1)
1cours virologie généralités (1)1cours virologie généralités (1)
1cours virologie généralités (1)
 
soins en chirurgie
soins en chirurgiesoins en chirurgie
soins en chirurgie
 
Le manuel du généraliste 2 dermatologie
Le manuel du généraliste 2 dermatologieLe manuel du généraliste 2 dermatologie
Le manuel du généraliste 2 dermatologie
 
Leishmanioses
LeishmaniosesLeishmanioses
Leishmanioses
 
Définition et classification des plaies
Définition et classification des plaiesDéfinition et classification des plaies
Définition et classification des plaies
 
5- exposé mollusques 2
5- exposé mollusques 25- exposé mollusques 2
5- exposé mollusques 2
 
Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2
 

Similaire à CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptx

Infectiologie antiseptiques bonnes pratiques
Infectiologie antiseptiques bonnes pratiquesInfectiologie antiseptiques bonnes pratiques
Infectiologie antiseptiques bonnes pratiquesPatou Conrath
 
Lambeau de Dufourmntel ou LLL dans le traitement des kystes pilonidaux.
Lambeau de Dufourmntel ou LLL dans le traitement des kystes pilonidaux.Lambeau de Dufourmntel ou LLL dans le traitement des kystes pilonidaux.
Lambeau de Dufourmntel ou LLL dans le traitement des kystes pilonidaux.DrMadjoudj
 
Prise en charge des plaies en structure d’urgence Résumé
Prise en charge des plaies en structure d’urgence RésuméPrise en charge des plaies en structure d’urgence Résumé
Prise en charge des plaies en structure d’urgence RésuméArnaud Depil-Duval
 
Les dermatoses chez l’enfant
Les dermatoses chez l’enfantLes dermatoses chez l’enfant
Les dermatoses chez l’enfantkillua zoldyck
 
Les indications des antiseptiques et les antiseptiques falsifiés.
Les indications des antiseptiques et les antiseptiques falsifiés.Les indications des antiseptiques et les antiseptiques falsifiés.
Les indications des antiseptiques et les antiseptiques falsifiés.harry12341
 
Limites des skin expanders
Limites des skin expandersLimites des skin expanders
Limites des skin expandersmadjoudj ahcene
 
Fermeture cutanée des grandes spina bifida myelomeningoceles : nouvelle approche
Fermeture cutanée des grandes spina bifida myelomeningoceles : nouvelle approcheFermeture cutanée des grandes spina bifida myelomeningoceles : nouvelle approche
Fermeture cutanée des grandes spina bifida myelomeningoceles : nouvelle approchemadjoudj ahcene
 
Injections d'héparine par Nadia
Injections d'héparine par NadiaInjections d'héparine par Nadia
Injections d'héparine par NadiaPanora Mix
 
techniques de suture en chirurgie
techniques de suture en chirurgietechniques de suture en chirurgie
techniques de suture en chirurgieHana Merad
 
Le lipofilling dans les pathologies faciales
Le lipofilling dans les pathologies facialesLe lipofilling dans les pathologies faciales
Le lipofilling dans les pathologies facialesmadjoudj ahcene
 
Infections-cutanées.pptX.ppt
Infections-cutanées.pptX.pptInfections-cutanées.pptX.ppt
Infections-cutanées.pptX.pptBadrAbouAlia
 
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.pptorthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.pptBadrAbouAlia
 
Impétigo chez l'enfant: Signes-Diagnostic-Traitement ppt
Impétigo  chez l'enfant: Signes-Diagnostic-Traitement pptImpétigo  chez l'enfant: Signes-Diagnostic-Traitement ppt
Impétigo chez l'enfant: Signes-Diagnostic-Traitement pptNouhoum L Traore
 
Peut on traiter les ulcères de jambes en afrique
Peut on traiter les ulcères de jambes en afriquePeut on traiter les ulcères de jambes en afrique
Peut on traiter les ulcères de jambes en afriquesfa_angeiologie
 

Similaire à CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptx (18)

Infectiologie antiseptiques bonnes pratiques
Infectiologie antiseptiques bonnes pratiquesInfectiologie antiseptiques bonnes pratiques
Infectiologie antiseptiques bonnes pratiques
 
Lambeau de Dufourmntel ou LLL dans le traitement des kystes pilonidaux.
Lambeau de Dufourmntel ou LLL dans le traitement des kystes pilonidaux.Lambeau de Dufourmntel ou LLL dans le traitement des kystes pilonidaux.
Lambeau de Dufourmntel ou LLL dans le traitement des kystes pilonidaux.
 
Prise en charge des plaies en structure d’urgence Résumé
Prise en charge des plaies en structure d’urgence RésuméPrise en charge des plaies en structure d’urgence Résumé
Prise en charge des plaies en structure d’urgence Résumé
 
Les dermatoses chez l’enfant
Les dermatoses chez l’enfantLes dermatoses chez l’enfant
Les dermatoses chez l’enfant
 
Les indications des antiseptiques et les antiseptiques falsifiés.
Les indications des antiseptiques et les antiseptiques falsifiés.Les indications des antiseptiques et les antiseptiques falsifiés.
Les indications des antiseptiques et les antiseptiques falsifiés.
 
Limites des skin expanders
Limites des skin expandersLimites des skin expanders
Limites des skin expanders
 
Fermeture cutanée des grandes spina bifida myelomeningoceles : nouvelle approche
Fermeture cutanée des grandes spina bifida myelomeningoceles : nouvelle approcheFermeture cutanée des grandes spina bifida myelomeningoceles : nouvelle approche
Fermeture cutanée des grandes spina bifida myelomeningoceles : nouvelle approche
 
Injections d'héparine par Nadia
Injections d'héparine par NadiaInjections d'héparine par Nadia
Injections d'héparine par Nadia
 
techniques de suture en chirurgie
techniques de suture en chirurgietechniques de suture en chirurgie
techniques de suture en chirurgie
 
Le lipofilling dans les pathologies faciales
Le lipofilling dans les pathologies facialesLe lipofilling dans les pathologies faciales
Le lipofilling dans les pathologies faciales
 
2 curetage parodontal
2  curetage parodontal2  curetage parodontal
2 curetage parodontal
 
Infections-cutanées.pptX.ppt
Infections-cutanées.pptX.pptInfections-cutanées.pptX.ppt
Infections-cutanées.pptX.ppt
 
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.pptorthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
 
P
PP
P
 
ououo
ououoououo
ououo
 
Impétigo chez l'enfant: Signes-Diagnostic-Traitement ppt
Impétigo  chez l'enfant: Signes-Diagnostic-Traitement pptImpétigo  chez l'enfant: Signes-Diagnostic-Traitement ppt
Impétigo chez l'enfant: Signes-Diagnostic-Traitement ppt
 
Pityriasis
PityriasisPityriasis
Pityriasis
 
Peut on traiter les ulcères de jambes en afrique
Peut on traiter les ulcères de jambes en afriquePeut on traiter les ulcères de jambes en afrique
Peut on traiter les ulcères de jambes en afrique
 

CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptx

  • 2. TABLE DE CONTENU DEFINITION DE PANSEMENT 01 TYPE DE PANSEMENT 02 04 05 MATERIEL POUR LE CHANGEMENT LA TECHNIQUE POUR CHANGEMENT LES NORMES DE CHANGEMENT PANSEMENT 03 06 BON A SAVOIR
  • 3. La plaie infectée est Souvent malodorane ,exsudative, douloureue etinflammatoire. Types de plaies La plaie fibineuse Ressemble à des filaments, blancs ou jaunes, durs ou mous. La plaie cavitaire est Creusée et peut atteindre l'os ( Une ulcération profonde La plaie bourgeonnante est en phase de guérison, De couleur rouge, ce qui signifie qu'elle est Bien vascularisée.
  • 4. La plaie nécrotique est Facilement reconnaissable, car elle est noire. La nécrose Est caractérisée par la mort des tissus, qui peut se présenter sous forme de tissus mous ou durs Types de plaies La plaie en voie d'épidermisation est caractérisée par le Rapprochement des berges de La cicatrice. Cette étape fait suite à l'étape du bourgeonnement.
  • 5. Quelle est la différence entre une plaie aiguë etune plaie chronique? • On peut différencier les plaies en fonction de leur délai de cicatrisation. • .Les plaies aiguës ont un délai de cicatrisation normal • Les plaies chroniques, en revanche, ont un délai de cicatrisation prolongé.Une plaie est considérée comme chronique après 4 à 6 Semaines d'évolution. • Le délai de cicatrisation peut être prolongé si le patient souffre de diabètedéséquilibré, d'une insuffisance rénale, d'obésité, de dénutrition, s'il fume, s'il est âgé ou même en cas de stress important
  • 7. DEFINITION DU PANSEMENT Un pansement est l'application sur une plaie de tissu stérile et éventuellement de substances médicamenteuses, destinés à protéger la plaie, arrêter l'hémorragie, absorber les sécrétions et éventuellement la traiter.
  • 8. Intérêts des pansements : • Protéger la plaie des agents extérieurs tels que les bactéries, le soleil et les frottements des vêtements... • Absorber les exsudats. • Favoriser la cicatrisation en maintenant un milieu humide, sans faire macérer la plaie. • Toutes les plaies ne nécessitent pas de pansement. Par exemple, les plaies recousues ou petites et sèches peuvent ne pas être couvertes.
  • 10. PANSEMENT HYDROCELLULAIRES • Les hydrocellulaires ont un pouvoir absorbant de longue durée • La couche interne (mousse centrale) se gorge d’exsudats • Pas de désintégration dans la plaie • Pas ou peu d’adhésion à la plaie • Pas d’action sur l’hémostase • => Environnement chaud et humide favorable à la cicatrisation • EX : Biatin silicone® / Mepilex Border®  Mecanisme d'Actions :
  • 11. • Plaies chroniques : stade de bourgeonnement • Plaies d'ébidermisation • Plaies aigües : tous stades de plaies INDICATIONS RISQUES ET/OU CONTRE INDICATIONS • Allergie connue à l’un des constituants (adhésif) • Plaie infectée sauf si traitée par antibiothérapie par voie générale • Contre-indiqués également avec des agentsoxydants (eau oxygénée,Dakin...). MODALITES D'UTILISATIONS • Nettoyage de la plaie à l’eau, à l’eau savonneuse ou au sérum physiologique • Déborder de 2 cm autour de la plaie • Enlever d’un seul tenant (retrait indolore) • Changer le pansement tous les 3 à 5 jours • Formes anatomiques: zones mobiles soumises aux frottements • Formes cavitaires: ulcérations profondes
  • 12. PANSEMENT HYDROFIBRES • Les hydrofibres se transforment en gel au contact des exsudats. Fort pouvoir absorbant • Absence de macération latérale sur les berges car absorption verticale • Environnement chaud et humide favorable à la cicatrisation => Détersion en milieu humide • EX : Aquacel®  Mecanisme d'Actions :
  • 13. • Plaies exsudatives à très exsudatives sans distinction de phase mais surtout phase de détersion • Plaies Fibrineuse • Plaies Bourgeonnante • Plaies d'épidermisation INDICATIONS RISQUES ET/OU CONTRE INDICATIONS • Plaies non exsudatives • Escarres au stade de la nécrose sèche • Brulures au troisième degré MODALITES D'UTILISATIONS • Nettoyage de la plaie à l’eau, à l’eau savonneuse ou au sérum physiologique • Choisir les compresses aux dimensions de la plaie (mèche pour les plaies cavitaires) • Déborder la plaie d’au moins 1 cm sur la peau saine environnante • Recouvrir d’un pansement de recouvrement (film en polyuréthane ou hydrocolloïde fin) • Changer le pansement à saturation (max 3 à 4 jours) • En cas de méchage, ne pas trop combler pour éviter la compression des parois • Lors du retrait, vérifier que la totalité de la mèche a été récupérée.
  • 14. PANSEMENT HYDROCOLLOÏDES • La couche interne du pansement : • absorbe les exsudats, se transforme en un gel ± cohérent • adhère à la peau saine et non à la plaie • assure une hypoxie locale qui stimule la croissance des capillaires dermiques • Environnement chaud et humide favorable à la cicatrisation => détersion en milieu humide • EX : Duoderm® / Comfeel® /Hydrocoll®  Mecanisme d'Actions :
  • 15. • Hydrocolloïdes épais : tous stades de plaies • Hydrocolloïdes fins : érythème, dermabrasion, bourgeonnement • Plaies Nécrotique, Fibrineuse INDICATIONS RISQUES ET/OU CONTRE INDICATIONS • Plaies infectées en raison de leur caractère occlusif – plaie du pied diabétique • Allergie, eczéma, sensibilité connue à l’un des composants MODALITES D'UTILISATIONS • Nettoyage de la plaie à l’eau, à l’eau savonneuse ou au sérum physiologique • Sécher la plaie en tamponnant sur les berges • Appliquer sans étirer en lissant à partir du centre • Déborder de 2 à 3 cm sur la peau périphérique • Renouveler le pansement quand il se décolle (max 7 jours) • Surveiller quotidiennement
  • 16. PANSEMENT ALGINATES • Les alginates se transforment en gel au contact du sang et des exsudats. • Absorption des exsudats • Environnement chaud et humide favorable à la cicatrisation => Détersion en milieu humide • EX : Algostéril® / Urgosorb®  Mecanisme d'Actions :
  • 17. • Plaies exsudatives et/ou hémorragiques • Plaies infectées si antibiothérapie et pas de pansement occlusif • Plaies Fibrineuse INDICATIONS RISQUES ET/OU CONTRE INDICATIONS • Plaies non exsudatives • Escarres au stade de la nécrose sèche MODALITES D'UTILISATIONS • Nettoyage de la plaie à l’eau, à l’eau savonneuse ou au sérum physiologique • Choisir les compresses aux dimensions de la plaie (mèche pour les plaies cavitaires) • Recouvrir d’un pansement de recouvrement (film en polyuréthane) • Changer le pansement tous les 2 à 3 jours en moyenne • Humidifier la compresse ou la mèche pour un retrait indolore et conservateur • Vérifier que la totalité de la mèche a été récupérée. • En cas de méchage, ne pas trop combler pour éviter la compression des parois
  • 18. PANSEMENT HYDROGELS • L’eau hydrate la plaie, dissout les tissus nécrotiques secs ce qui facilite la détersion mécanique. Les hydrogels sont des « donneurs d’eau » • Environnement chaud et humide favorable à la cicatrisation => Détersion en milieu humide • EX : . Alginate de Ca (Purilon®) ouNa (NuGel®) / Pectine (Duoderm ® Hydrogel) / Propylène glycol (Intrasite®) / Tube Purilon.  Mecanisme d'Actions :
  • 19. • Ramollissement des zones de nécrose • Détersion des plaies sèches, peu exsudatives fibrineuses ou nécrotiques • Aide à la cicatrisation des plaies peu exsudatives : plaies atones INDICATIONS RISQUES ET/OU CONTRE INDICATIONS • Plaies infectées • Plaies exsudatives • En l’absence de revascularisation associée (momification ++) • Plaie fibrineuse , Nécrotique MODALITES D'UTILISATIONS • Nettoyage de la plaie à l’eau, à l’eau savonneuse ou au sérum physiologique • Sécher la plaie en insistant sur les berges, protéger celles-ci avec une pâte à l’eau • ou un pansement hydrocolloïde • Appliquer le gel sur la plaie (5mm) sans déborder sur la peau saine • Recouvrir d’un pansement de recouvrement (film polyuréthane) • Renouveler le gel en moyenne tous les 2 à 3 jours • Eliminer le gel se fait par rinçage à l’eau ou au sérum physiologique
  • 20. PANSEMENT A L'ARGENT • Liaison de l’ion argent à l’ADN bactérien => arrêt de l’activité bactérienne • Efficacité d’autant plus importante que l’inoculum infectieux serait faible • Spectre d’action large (cocci et bacilles, mycobactéries, BMR) •EX : Argent pur : Acticoat® • Argent combiné : Aquacel® Ag (hydrofibre) / Acticoat absorbent ® / (Alginate de calcium) / Biatain ® Ag (Hydrocellulaire)  Mecanisme d'Actions :
  • 21. •Ulcères de jambe à caractère inflammatoire (4 semaines) avec au moins 3 des 5 signes cliniques • douleur entre 2 changements de pansement • érythème péri-lésionnel • oedème  plaie malodorante  exsudat abondant INDICATIONS RISQUES ET/OU CONTRE INDICATIONS • Sensibilité connue à l’un des composants ou au pansement • Plaies non exsudatives • Utilisation au long cours MODALITES D'UTILISATIONS • Nettoyage de la plaie à l’eau, à l’eau savonneuse ou au sérum physiologique • Respecter les recommandations d’utilisation propres à chaque support
  • 22. PASEMENT AU CHARBON • Le charbon actif absorbe les molécules responsables des odeurs des plaies •EX : Carbonet® Souple / Carboflex® ( Hydrofibre + Charbon ) / Actisorb ® PLUS (+Arg)  Mecanisme d'Actions :
  • 23. • Plaies plus ou moins exsudatives , plus ou moins malodorantes • Plaies cancéreuses (ORL, peau et sein principalement) INDICATIONS RISQUES ET/OU CONTRE INDICATIONS • Sensibilité à l’un des composants • Plaies non exsudatives et non malodorantes MODALITES D'UTILISATIONS • Nettoyage de la plaie à l’eau, à l’eau savonneuse ou au sérum physiologique • Peut être utilisé comme pansement secondaire • Changement tous les 2 à 3 jours si pas d’infection, tous les jours si infection
  • 24. PANSEMENT BÉTADINÉES • Médicament (donc sur prescription) contenant un antiseptique local qui contientde l'iode • Nettoyage préalable puisapplication du tulle recouvertd'une compresse puis d'unbandage. • EX : Bétadine Tulle 10 % ®  Mecanisme d'Actions : RISQUES ET/OU CONTRE INDICATIONS •antécêdent d'allergie à la polyvidone iodée,nouveau-né(de moins de 1 mois),grossesse (à partir du 4mois, en cas d'utilisation prolongée),allaltement, en casde traitement prolong
  • 25. LES NORMES DE CHANGEMENT DU PANSEMENT 03
  • 26. LES NORMES • Fenêtre fermée. • Après la toilette du patient. • Après le menage de la chambre. • Après vérification de la date de péremption du matériel et de l'intégrité des emballages. • Dates d'ouverture notée sur les flacons. • Installation confortable pour le patient et le soignant. • Respect de l'intimite pendant le soin (par exemple: pour les pansements au niveau du pli de l'aine cacher les parties intimes.) • Informations données et consentement recueilli. • .Gaspillage évité.
  • 27. LES NORMES ( 2 ) • Respect des prescriptions ou des consignes chirurgicales. (Pour les plaleschirurgicales, vous devez savoir sil existe un protocole particulier. Tous leschirurgiens ne suivent pas les mêmes protocoles.) • Organisation de lespace respectée. • Administration d'une prémédication sur protocole ou prescription sil y a risque de douleur. • Respect des règles d'hygiène et d'asepsie, cest-à-dire respect du tri des déchets, lavage des mains à bon escient... • Port de lunettes et blouse de protection s'il existe un risque de projection. • Transmissions écrites et orales.
  • 29. Gants steriles / non Chariot Materiels Set Pansement 1. Compresse en non tissé 2. Tampons de Gaz 3. Champs de soins 4. Pince anatomique verte en plystyrène 5. Pince Kocher Blue en polystyrène 6. Blister Rigide Sérum physiologique Antiseptique
  • 30. Pansement Selon Plaie Bétadine Scrub Materiels Bétadine Dermique Sparadrap
  • 32. Installation 1. Prévenir le patient du soin, lui expliquer le processus 2. Installer confortablement le patient. Si besoin, prévoir une aide pour l'installation et le maintien du patient dans une position correcte compatible avec le respect des règles d’asepsie ; 3. Veiller à protéger l’intimité du patient en exposant uniquement la zone où doit être réalisé le pansement. Ablation du pansement précédent 1. Placer le sac à déchets à proximité et à l’extérieur du champ de travail afin d’éviter de passer au- dessus de celui-ci ; 2. Se laver les mains ; 3. Mettre les gants non stériles à usage unique ; 4. Placer une protection sur le drap afin d’éviter de le souiller ; 5. Ôter le matériel de contention du pansement : bandes, sparadrap ;
  • 33. Ablation du pansement précédent 1. Enlever les compresses du pansement en utilisant une pince de Kocher Agir avec douceur pour ne pas arracher l'épiderme en voie de cicatrisation ; 2. Observer l'état du pansement : présence d’un écoulement, quantité, couleur, aspect, odeur ; 3. Jeter le pansement et les gants dans le sac d'élimination des déchets contaminés ; 4. Ôter, s’il y a lieu, les résidus d’adhésif avec une compresse non stérile imbibée de dissolvant ; 5. Si adhérence des compresses à la plaie : verser du sérum physiologique et retirer le pansement ; 6. Observer l’état de la plaie : présence de rougeur, l’existence d’un suintement, l’apparition d’un hématome, d’une infection, état de la cicatrisation ; 7. Après l'ablation des compresses sales, il est bon de changer de pince de Kocher.
  • 34. Détersion de la plaie 1. Hygiène des mains ; 2. Durant ce temps, il faut éviter les fautes d’asepsie : 3. Ne pas passer les mains et les bras au-dessus d’une boîte stérile ouverte ; 4. Ne pas toucher à l’intérieur des couvercles. Les poser sur le chariot en les retournant ; 5. Ne pas toucher l’extrémité des pinces avec un objet non stérile (chariot, doigts, etc.) 6. Si on se sert d’un plateau, déposer quelques compresses dans le fond. Pour poser les pinces, placer la partie tenue par la main sur le bord du plateau, l’extrémité reposant sur une compresse 7. Procéder à la réfection du pansement en utilisant la technique d'une pince "propre" et d'une pince "sale" : 8. Avec la pince "propre", saisir une compresse stérile avec une pince et faire un tampon en la pliant en quatre ; 9. Avec la pince "sale", saisir la compresse sans rentrer en contact avec l'autre pince ; 10. Lorsque chacune des pinces est attribuée à un rôle, il ne faut pas les mélanger.
  • 35. Détersion de la plaie 1. Pratiquer une antisepsie de la plaie : 2. Selon la forme de la plaie : 3. Cicatrice : nettoyer avec une compresse imbibée d’un antiseptique en passant sur la plaie de haut en bas, puis de chaque côté de la plaie avec une nouvelle compresse à chaque fois. Continuer ensuite de la même manière en allant de plus en plus vers l’extérieur de la plaie. 4. Orifice ou point de suture unique : désinfecter en "escargot" : mouvement circulaire en partant du centre vers l'extérieur afin de tuer et d'éloigner les germes du point de ponction = du centre vers la périphérie de la plaie. 5. Ne jamais repasser à un même endroit ; 6. Utiliser une compresse par passage puis la jeter dans le sac à déchets contaminés.
  • 36. Protection de la plaie 1. Couvrir la plaie : 2. Déposer des compresses stériles en commençant par le centre et en allant vers l’extérieur, en faisant se chevaucher les compresses. Les faire dépasser d’environ 2 cm au-delà de la plaie ; 3. Ôter les gants et les jeter dans le sac à déchets à haut risque ; 4. Fixer le pansement avec une bande ou un ruban adhésif en recouvrant entièrement les compresses ; 5. Réinstaller le patient et le couvrir ; 6. Informer le patient de l’état de la plaie ; 7. Éliminer les déchets contaminés ; 8. Nettoyer le chariot et ranger le matériel ; 9. Immerger les pinces dans un bain contenant une solution décontaminante pendant au minimum 15 à 20 minutes selon le produit utilisé. Rincer. Nettoyer avec un produit nettoyant. Rincer soigneusement et sécher. Vérifier l’intégrité des pinces et leur bon fonctionnement avant de les envoyer au service de stérilisation ; 10. Hygiène des mains ; 11. Noter le soin dans le dossier en précisant l’état du pansement et de la plaie ; 12. Signaler au médecin toute modification de la plaie et de l’état cutané environnant
  • 37. Avant de procéder à la réfection d'un pansement • il est important d'examiner attentivement la plaie et de se poser plusieurs questions. • Tout d'abord, quel est le stade de cicatrisation de la plaie? • Ensuite, il convient de vérifier la quantité d'exsudat présent, ainsi que son aspect (hémorragique, purulent ou sero-sanglant). • Il est également important de vérifier l'état de la peau périlésionnelle. • De déterminer si une odeur désagréable se dégage de la plaie.l'emplacement de la plaie. Par exemple, si Il faut aussi prendre en compteelle est située dans un pli de l'aine, elle peut entrainer une macération importante. Si la plaie est situee sous le talon, elle peut provoquer une douleur qui rend l'appui et la cicatrisation difficiles.
  • 38. ANALYSE DE LA PLAIE Visuelle 01 Localisation, la Pronfondeur La superficie L'aspect L'exsudat Les berges La peau avoisinante Les indications d'infection Odeur <<d'amande »: infection à Pseudomonas aeruginosa Odeur putride: infections par bacilles Gram négatif Décollements, Trajets Fistuleux Saillies osseuses. Oflactive Tactile 02 03
  • 40. Bon à Savoir  Sil y a plusieurs plales as: commencer par la plus < propre ».  Plaie propree: du centre vers les berges.  Plaie avec ecoulements: des berges vers le centre.  Lorsqu'il y a deux plaies situées dans la même zone, il faut faire deux pansements séparés. Nettoyage du plus «propre » au plus « sale »
  • 41. Bon à Savoir Importance des transmissions pour le suivi despansements Maintenant que vous avez évalué et nettoyé la plaie et que vous avez appliqué lepansement approprié, il est important de surveiller l'efficacité du traitement.Cependant, avec la rotation constante de l'équipe infirmière, il est crucial decommuniquer de manière précise pour assurer le suivi efficace de la plaie etévaluer l'efficacité du pansement. En utilisant un vocabulaire spécifique pourdécrire l'état de la plaie, par exemple « pansement saturé et plaie étendued'environ 15 cm », nous pouvons determiner si l'evolution est favorable oudéfavorable. En suivant ces principes, la plaie Sera correctement traitee et surveillée.