SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  63
Télécharger pour lire hors ligne
PRISE EN CHARGE INFIRMIÈRE
DES PLAIES
U.E. 2.4 processus traumatiques
Doris Orlut
PLAN
 Objectifs
 Définitions et classification des plaies
 Soins de plaie aigue
 Soins de plaie chronique
 Cadre légal
 Synthèse
 Exercices d’observation
OBJECTIFS
 Énoncer les étapes de la cicatrisation
 Définir plaie, plaie aiguë, plaie chronique, parage
chirurgical de la plaie
 Énoncer les facteurs favorisants / les complications des
plaies chroniques
 Situer la prise en charge des plaies au plan légal
 Expliquer la prise en charge d’une plaie aigue et
chronique
DÉFINITIONS ET
CLASSIFICATION DES PLAIES
DÉFINITION
 Plaie (lat. plaga, « blessure ») = effraction
cutanée
 Différent de :
 Contusion (lat. contundere, meurtrir) = lésion produite
par un choc brutal, sans déchirure : Contusion de la
peau, du foie, de la rate
 objet contendant qui blesse sans couper ni percer :
un bâton, batte de baseball
PLAIE AIGUË? OU CHRONIQUE?
 Plaie aigue = plaie liée à un traumatisme
extérieur accidentel ou « thérapeutique »
 Plaie chronique = plaie dont le délai de
cicatrisation* est allongé à cause d’une
défaillance ou d’une entrave des mécanismes de
cicatrisation
* LA CICATRISATION
 Cicatrisation caractéristique fondamentale des
êtres vivants (cf. ostéogénèse de réparation)
 Système de protection de l’espèce (cf. réponse
inflammatoire)
 Processus s’effectuant en plusieurs phases*
 Cicatrisation = ensemble des événements
biologiques qui aboutissent à la réparation
d’une plaie
 Importance de la profondeur, de l’étendue
 cicatrisation ad integrum ou non
LA CICATRISATION UN PHÉNOMÈNE
PHYSIOLOGIQUE
 L'évolution se fait en trois phases :
 une phase initiale de détersion suppurée,
vasculaire et inflammatoire
 une phase de bourgeonnement avec formation
du tissu de granulation réparation des tissus
 une phase d'épithélialisation maturation-
remodelage
 En pratique clinique, le stade de la cicatrisation
guide le choix du pansement
Phase vasc et inflam. Phase de réparation Maturation et remodelage
2-4 j des tissus 10-15 j 3-6 semaines
 1: vaisseau sanguin; 2: érythrocyte; 3: PN Neutrophile; 4 : macrophage; 5 : tissu
de granulation avec prolifération de fibroblastes; 6: néovascularisation; 7 :
mitoses dans la couche basale; 8 : union fibreuse.
La cicatrisation
C ad integrum
PEC DES PLAIES = AIDE À LA CICATRISATION
NATURELLE
 4 techniques de couverture de perte de
substance cutanée :
Les sutures * Plaie aigue
uniquement
La cicatrisation dirigée ** Plaie aigue et
chronique
Les greffes
Plaie aigue et
chronique quand C
naturelle impossible
Les lambeaux
SOINS DE PLAIE AIGUË
PEC D’UNE PLAIE SUTURÉE :
 EVALUATION
 STATUT VACCINAL gammaglobulines
antitétaniques
 SURVEILLANCE :
 L’examen clinique est surtout orienté sur :
 L’aspect des berges de la plaie
 Qualité de la suture
 Peau péri-lésionnelle
 COMPARER
 REALISATION DU PANSEMENT*
 Protection de la plaie
PEC PLAIE AIGUE TRAUMATIQUE
1- ÉVALUATION :
BILAN CIRCONSTANCIEL, BILAN FONCTIONNEL ET
ASPECT DE DE LA PLAIE : LÉSION VASC.:
ARTÉRIELLE ET/OU VEINEUSE? NERVEUSE?
TENDON/LIGAMENT? OSSEUSE? 1/2
PEC PLAIE AIGUE TRAUMATIQUE
1- ÉVALUATION : ASPECT DE LA PLAIE 2/2
 Localisation
 Superficie
 Profondeur
 Présence ou non d’un écoulement
 Présence ou non de corps étranger(s)
 Odeur
 Douleur
 Aspect de la peau péri-lésionnelle
RÉPARATION SI BESOIN
PRÉPARATION ET RÉALISATION DES SUTURES
 3 conditions initiales nécessaires à la cicatrisation
d’une plaie suturée :
1. Absence de contamination bactériologique
virulente (type morsure)  nettoyage et asepsie
2. Parage chirurgical parfait (= ablation des tissus
dévitalisés, contus, voués à la nécrose, ablation
des corps étrangers et des caillots)
3. Affrontement bord à bord des berges de la
plaie par une technique de suture correcte : sans
espace mort, sans ischémie et sans hématome
(hémostase suffisante et au besoin système de
drainage)
LES SUTURES
 Sutures :
 par simples points, points particuliers : Blair Donati, en U
 Par surjets simples ou surjets intradermiques
 Les fils résorbables ou non résorbables / agrafes
 Quand une solidité mécanique suffisante est obtenue, les fils
sont retirés. Le délai est variable selon le siège : de trois jours
au niveau des paupières à trois semaines au niveau du dos.
 La cicatrice poursuit alors une évolution stéréotypée pendant
plusieurs mois :
 Belle après l'ablation des fils elle traverse une phase
d'hyperplasie qui est maximale à deux ou trois mois  Puis au fil
des mois, elle s'assouplit, blanchit, pour devenir stable vers 1 à 2
ans d'évolution.
PANSEMENT : RÈGLES À RESPECTER
 Préalables aux soins
 Utilisation ou non d’antiseptique / à l’air ou
pst/gants stériles ou uu
 Le pansement est réalisé dans un endroit
propre
 Si difficulté d’ablation imbiber de sérum
physiologique stérile
 Du plus propre vers le plus sale
 Dans le cas de plusieurs pansements, débuter
par le plus propre
 Utiliser 1 set de pansement pour 1 pansement
 1 passage 1 compresse
PANSEMENT : RÈGLES À RESPECTER
 Tamponnement ou effleurage pour ne pas gêner la
cicatrisation
 L’antiseptique est appliqué sur une plaie toujours
nettoyée au préalable
 Le choix de l’antiseptique est fait en fonction du siège, de
la nature de la plaie et suivant les indications
 Se faire aider si nécessaire
PANSEMENT : MATÉRIEL
 Solution Hydro Alcoolique (hôpital) ou savon doux
(domicile)
 Gants jetables uu
 Compresses stériles
 Pinces (métal ou plastique uu) ou gants stériles
 Savon antiseptique
 Sérum physiologique 0,9%
 Antiseptique de même gamme que le savon
 Pansement occlusif
 Sac à déchets ou haricot
 Protection si besoin
 Détergent pré-désinfectant, bac de trempage si matériel
stérilisable
PANSEMENT : RÉALISATION 1/5
 Etablir une communication adaptée avec le patient
pendant tout le soin
 Lavage des mains
 Organisation du matériel
 Installation confortable du patient, du soignant
 Mise en place de la protection si besoin
 Ablation du pansement souillé à l’aide de gants uu
PANSEMENT : RÉALISATION 2/5
 Lavage des mains
 Gants stériles ou pinces stériles : principe 1 main
ou 1 pince plateau / 1 main ou 1 pince patient
 Conserver l’emballage du plateau
 Nettoyage par effleurage ou tamponnement d’abord
en périphérie de la plaie puis la plaie elle-même
 Terminer par la médiane
PANSEMENT : RÉALISATION 3/5
 4 temps :
 Déterger (laver)
 Rincer
 Sécher la plaie et le pourtour afin de garantir
l’adhésion du pansement de recouvrement
 Appliquer l’antiseptique
 Recouvrir la plaie à l’aide de compresses stériles
puis appliquer le pansement occlusif
 Fixer le pansement
 Celui-ci doit recouvrir l’ensemble de la plaie, être
non compressif et esthétique
PANSEMENT : RÉALISATION 4/5
 Placer le plateau et les pinces souillées dans
l’emballage que vous avez conservé en début de
soin
 Fermer le sac de déchets septiques avant de
quitter la chambre
 Nettoyage du chariot
 Décontamination des pinces si nécessaire
 Lavage simple des mains
 Réinstallation du patient et de son environnement
 Transmission des données observées
/ fiche pansement dans le dossier de soins
PANSEMENT : LES CONSEILS
AUX PATIENTS 5/5
 La cicatrice doit être protégée du soleil pendant tout
le temps que dure son évolution, c’est à dire tant
qu’elle est rouge ou rose (6 mois minimum à plus
selon les cas)  une cicatrice bronze et sa
pigmentation est définitive
 écran total / 2h, vêtement protecteur
COMPLICATIONS DES PLAIES SUTURÉES :
INFECTION
HÉMATOME
DÉSUNION DE LA CICATRICE
CHÉLOÏDE
SOINS DE PLAIE CHRONIQUE :
cicatrisation dirigée
PEC D’UNE PLAIE CHRONIQUE :
 RESPECT DES PRINCIPES DE PRISE EN
CHARGE DES PLAIES CHRONIQUES
 EVALUATION de la plaie et de la cause/facteurs
favorisants :
 Escarre, ulcères veineux et/ou artériels, diabète;
 Déficits immunitaires, maladies hématologiques,…
 Malnutrition, infection
 SURVEILLANCE de la plaie et de la cause/facteurs
favorisants
 REALISATION DU PANSEMENT
PRINCIPES DE PRISE EN CHARGE
DES PLAIES CHRONIQUES 1/2
 Règles actuelles de PEC :
 pas d’antibiotiques locaux ou généraux / pas
d’antiseptiques
 Lavage au sérum physiologique stérile (hôpital) ou à
l’eau du robinet, douchette (domicile, lieu de vie)
 Équilibre entre flore commensale résidente et notre organisme 
Manteau microbien qui compte environ 70 000 milliards de
bactéries pour un organisme humain de 1000 milliards de cellules
 Effraction cutanée  colonisation de la plaie par des germes
commensaux
 TTT de la cause, exemples :
 Insuffisance veineuse  bas de contention
 Diabète  équilibre glycémique
PRINCIPES DE PRISE EN CHARGE
DES PLAIES CHRONIQUES
 Conditions optimales de cicatrisation :
 Cicatrisation en milieu humide
 Respecter l’écosystème bactérien
 Contrôler les exsudats
 Choix du pansement :
 Phase de cicatrisation* de la plaie :
 Détersion
 Bourgeonnement
 Épidermisation
 L’importance des exsudats
ÉVALUATION LA PLAIE CHRONIQUE
 Localisation
 Superficie
 Profondeur
 Présence ou non d’un écoulement
 Aspect des tissus stade de la cicatrisation
 Échelle colorielle :
- noir : nécrose
- jaune : fibrine
- rouge : bourgeons ou tissu de granulation
- rose : épidermisation
 Odeur
 Douleur
 Aspect de la peau péri-lésionnelle
PHASES DE CICATRISATION :
1ère phase : la détersion suppurée 1/2
 But : éliminer tous les tissus nécrosés et tout ce qui
pourrait gêner le bourgeonnement ultérieur
 Deux moyens : la détersion chimique ou la détersion
mécanique
 la détersion chimique
 ex : Les pansements vaselinés (favorisent réaction inflammatoire
gras)
 la détersion mécanique
 ex :L’excision chirurgicale de tous les tissus morts au bistouri
/ciseaux /curette après ACCORD MEDICAL
excision indolore au lit du patient en l’absence de
troubles de l’hémostase et de la vascularisation
2ÈME PHASE : LE BOURGEONNEMENT
 Une fois la plaie détergée en partie ou en totalité, son
fond bourgeonne s’il est correctement vascularisé
 Contraction centripète des berges (perte de surface: pli
de flexion brides; orifices déformation)
 But contrôler le bourgeonnement :
 Sain  aspect rouge vif, solide, surface plane, non
hémorragique, peu suintant;
 Atrophique  rouge foncé, violet, déprimé;
 Hypertrophique  mou, œdémateux, hémorragique.
3ÈME PHASE : ÉPIDERMISATION
 But obtenir la fermeture cutanée
 Survient quand tissu de granulation a comblé la
perte de substance
 Marginale : se fait de façon centripète par glissement
des cellules déjà existantes
 Forme un liseré épithélial mince et bleuté
 Quand le liséré recouvre le bourgeon : début de la
cicatrice
 TRES FRAGILE
COMPLICATIONS DES P C
 1- L’infection
 Diagnostic purement clinique
 Au plan local :
 Ralentissement ou arrêt de la cicatrisation
 Au plan régional :
 Lymphangite, adénopathie
 Au plan général :
 Fièvre importante, localisations secondaires de l’infection
 Complétée par prélèvement bactériologique local et
hémoculture (bactériémie, septicémie)
 2- Eczématisation de la peau péri lésionnelle
 3- La cancérisation
 Pour les plaies chroniques d’évolution particulièrement
longues (> 10-15 ans)
1
2
3
CADRE LÉGAL
CADRE LÉGAL
 Rôle propre : R4311-5 du CSP pour
 « réalisation, surveillance et renouvellement des
pansements non médicamenteux,
 Prévention et soins d’escarres
 Soins et surveillance d’ulcères cutanés chroniques .»
 Rôle prescrit : art. R4311-7 du CSP pour :
 « renouvellement du matériel de pansement
médicamenteux,
 réalisation et surveillance de pansements
spécifiques,
 Ablation du matériel de réparation cutanée. »
SYNTHÈSE
CLASSIFICATION DES PLAIES
PLAIE
Aigue
Accidentelle
« Thérapeutique »
Chronique
Défaillance ou entrave
des mécanismes de
cicatrisation
PRISE EN CHARGE DES PLAIES
AIGUE CHRONIQUE
Aide à la cicatrisation naturelle
Observation , évaluation et surveillance de la plaie
Évaluation des circonstances de
survenue et bilan fonctionnel
Évaluation et surveillance de la
cause et/ ou des facteurs
favorisants
Choix du pansement en fonction
du stade de cicatrisation et des
exsudats
Utilisation de dispositifs médicaux
Soin aseptique Soin propre
Pas d’utilisation d’antiseptique
À VOUS DE DÉCRIRE LES
PLAIES SUIVANTES …
BIBLIOGRAPHIE
 Cours DU Plaies, cicatrisation, brûlures et nécroses
Paris VII
 Société Nationale des Plaies et Cicatrisation
RAPPEL PHYSIOLOGIQUE SUR LA
PEAU
ÉPIDERME
 Rend la peau étanche à l’eau, aux micro-organismes, aux
substances chimiques,…
 Cellules constitutives :
 kératinocytes 80% (kératine protéine fibreuse et insoluble)
 mélanocytes
 cellules de Langerhans
 cellules de Merckel
 Couche germinative ou basale  renouvellement de
l’épiderme
 L’épiderme ne contient ni vaisseau sanguin ni vaisseau
lymphatique
LES ANNEXES ÉPIDERMIQUES
 Les follicules pileux
 Les glandes sébacées annexées aux follicules
pileux, sécrètent le sébum
 Les glandes sudorales de 2 types :
 Eccrines réparties sur toute la surface corporelle 
sueur
 Apocrines s’abouchent dans les follicules pileux des
aisselles et de la région génitale  phéromones
DERME
 Support nourricier de l’épiderme, lequel ne contient
ni vaisseau sanguin ni vaisseau lymphatique
 Régulation thermique
 Régulation métabolique
 Élasticité, trophicité de la peau
 Fibroblastes fabriquent les protéines constitutives
du tissu conjonctif : collagène, élastine, …
HYPODERME
 Tissu conjonctif lâche richement vascularisé qui,
selon l’âge, les conditions de nutrition et les régions
de la peau, contient plus ou moins de tissu adipeux.
 Réserve énergétique de l’organisme
 Peau de la face interne des mains et des pieds plus
épaisse
 Protection et barrière contre les agressions
environnementales
 Maintien de l’homéothermie :
 micro‐circulation cutanée et sécrétions sudorales
 Régulation métabolique : sécrétion de vitamine D, de
mélanine et de kératine…
 Immunité : cellules de Langerhans (monocytes)
 Participe à la définition du schéma corporel
Kératinocytes  cellules souches
Les dispositifs médicaux
HYDROCOLLOÏDES
 Composition
 Carboxy-Methyl-Cellulose
 Couche externe : film et/ou mousse (semi-occlusif à
occlusif)
 Propriétés
 Gélification de la couche interne du pst
 Indications :
 Tous les stades de la Cicatrisation
 CI :
 plaies infectées (oclusivité), très exsudatives, brûlures
3ème degré, eczéma, allergie
 Dakin et eau oxygénée font fondre la mousse
HYDROCELLULAIRES
 Propriétés :
 Haut pouvoir absorbant (10 fois son poids)
 Opaques, ne se délitent pas au contact des exsudats
 Inodores
 Indications :
 Plaies exsudatives à peu exsudatives
 Formes adhésives à réserver aux plaies dont la peau péri-
lésionnelle est saine
 Contre-Indications :
 Plaies infectées, antiseptiques oxydants (Dakin ®)
ALGINATES 1/2
 Composition :
 extraits d’algues marines
 Associée ou non à de la CMC en très faible
proportion
 Propriétés
 Hémostatique
 Plus absorbant que les hydrocolloïdes ou les
hydrocellulaires (10 à 15 fois le poids de la
compresse)
 Absorption verticale
 Conformable
ALGINATES 2/2
 Indications :
 Plaies moyennement à très exsudatives, phase de
détersion (humidifier la compresse sur plaie peu
exsudative)
 Plaies hémorragiques
 Contre-indications :
 Pas de CI sur plaies infectées ni eczématisées mais CI
sur plaies sèches
 Détruit par le dakin
 Utilisation :
 Laisser déborder largement de la plaie, nécessité d’un
pst 2daire , retrait si nécessaire au sérum physiologique
HYDROGELS
 Propriétés :
 Hydratation des plaies sèches, nécrotiques
 Désincrustation des débris nécrotiques ou fibrineux
 Maintien de l’humidité
 Nécessité d’un pst 2daire
 Indications :
 Ramollissement des zones de nécrose
 Détersion des plaies nécrotiques et/ou fibrineuses
 Contre-indications :
 Plaies fortement exsudatives, plaies infectées, ne pas
appliquer sur peau saine protection peau péri-lésionnelle
HYDROFIBRES
 Composition :
 Fibres de Carboxy-méthyl-cellulose pure
 Propriétés :
 Très haut pouvoir d’absorption (30 fois le poids
de la compresse)
 Absorption verticale
 Transformation en gel humide cohésif au niveau
des exsudats
 Indications :
 Plaies très exsudatives
 Utilisation : Laisser dépasser d’au moins 1 cm afin
de favoriser le retrait/Maintenir avec un pst 2daire
PANSEMENTS AU CHARBON
 Composition :
 Charbon actif dans une enveloppe de non tissé, non
adhérente, +/- absorbante
 +/ argent
 Indications :
 Plaies malodorantes (plaies cancéreuses) et infectées
mais faible niveau de preuve
 Utilisation :
 Découpage interdit
 Utiliser plutôt en pst 2daire
 Possibilité d’humidifier si exsudat insuffisant
 Changement quand exsudat passe à travers couche
externe ou si réapparition d’odeur
TULLES NEUTRES
 Composition :
 Compresses à larges mailles
 Imprégnation de vaseline, antibiotiques, corticoïdes,
sulfadiazine argentique …
 Propriétés :
 Respect des bourgeons nouvellement formés
 Protection de la plaie
 En principe non adhérent à la plaie
 Utilisation :
 Recouvrir d’un pst 2daire, taille des mailles
INTERFACES
 Composition :
 Tulles à petites mailles imprégné de
vaseline/hydrocolloïde, silicone
 Propriétés :
 Respect des bourgeons nouvellement formés
 Protection de la plaie
 En principe non adhérent à la plaie
Détersion Granulation Épidermisation
Hydrocolloïdes X X X
Hydrocellulaires X X
Hydrogels X Plaie sèche
Alginates X X exsudatives
hémorragiques
Prise de greffe
Hydrofibres X X très exsud.
Charbon X
malodorante
X malodorante
Films X
Tulles gras X X X
Interfaces X X
C PAR PRESSION NÉGATIVE : VAC THÉRAPIE

Contenu connexe

Tendances

techniques de suture en chirurgie
techniques de suture en chirurgietechniques de suture en chirurgie
techniques de suture en chirurgie
Hana Merad
 
Cours polytraumatisé & rachis
Cours polytraumatisé & rachisCours polytraumatisé & rachis
Cours polytraumatisé & rachis
killua zoldyck
 
Les dermatoses chez l’enfant
Les dermatoses chez l’enfantLes dermatoses chez l’enfant
Les dermatoses chez l’enfant
killua zoldyck
 
Liste des 200 qcm hygiene hospitaliere
Liste des  200 qcm hygiene hospitaliereListe des  200 qcm hygiene hospitaliere
Liste des 200 qcm hygiene hospitaliere
AminaDaoudi4
 
traumatismes thoraciques
traumatismes thoraciquestraumatismes thoraciques
traumatismes thoraciques
Madani Bouzid
 
Conduite a tenir devant un traumatisme cranien
Conduite a tenir devant un traumatisme cranienConduite a tenir devant un traumatisme cranien
Conduite a tenir devant un traumatisme cranien
Asma Semsouma
 
Recueil des techniques de bandages et immobilisations
Recueil des techniques de bandages et immobilisationsRecueil des techniques de bandages et immobilisations
Recueil des techniques de bandages et immobilisations
Eugène NJEBARIKANUYE
 
lésions elementaires en dermatologie
lésions elementaires en dermatologielésions elementaires en dermatologie
lésions elementaires en dermatologie
laamlove
 
Dg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysieDg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysie
Dr. Kerfah Soumia
 
Les chocs
Les chocsLes chocs
Les chocs
esf3
 
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA) Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Dr. Kerfah Soumia
 

Tendances (20)

Chariot d'urgence
Chariot d'urgenceChariot d'urgence
Chariot d'urgence
 
Les brûlures
Les brûlures Les brûlures
Les brûlures
 
En savoir plus sur les brulures
En savoir plus sur les bruluresEn savoir plus sur les brulures
En savoir plus sur les brulures
 
techniques de suture en chirurgie
techniques de suture en chirurgietechniques de suture en chirurgie
techniques de suture en chirurgie
 
Cours polytraumatisé & rachis
Cours polytraumatisé & rachisCours polytraumatisé & rachis
Cours polytraumatisé & rachis
 
Les dermatoses chez l’enfant
Les dermatoses chez l’enfantLes dermatoses chez l’enfant
Les dermatoses chez l’enfant
 
cat devant une brulure
cat devant une brulurecat devant une brulure
cat devant une brulure
 
Liste des 200 qcm hygiene hospitaliere
Liste des  200 qcm hygiene hospitaliereListe des  200 qcm hygiene hospitaliere
Liste des 200 qcm hygiene hospitaliere
 
traumatismes thoraciques
traumatismes thoraciquestraumatismes thoraciques
traumatismes thoraciques
 
Conduite a tenir devant un traumatisme cranien
Conduite a tenir devant un traumatisme cranienConduite a tenir devant un traumatisme cranien
Conduite a tenir devant un traumatisme cranien
 
Infections-cutanées.pptX.ppt
Infections-cutanées.pptX.pptInfections-cutanées.pptX.ppt
Infections-cutanées.pptX.ppt
 
Recueil des techniques de bandages et immobilisations
Recueil des techniques de bandages et immobilisationsRecueil des techniques de bandages et immobilisations
Recueil des techniques de bandages et immobilisations
 
lésions elementaires en dermatologie
lésions elementaires en dermatologielésions elementaires en dermatologie
lésions elementaires en dermatologie
 
Dg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysieDg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysie
 
Les chocs
Les chocsLes chocs
Les chocs
 
Le polytraumatisé cours externe
Le polytraumatisé cours externeLe polytraumatisé cours externe
Le polytraumatisé cours externe
 
Les etats de choc
Les etats de chocLes etats de choc
Les etats de choc
 
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA) Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
 
Pancréatite aigue
Pancréatite aiguePancréatite aigue
Pancréatite aigue
 
Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaire Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaire
 

Similaire à Définition et classification des plaies

Plaies et pansements en chirurgie général.pptx
Plaies et pansements en chirurgie général.pptxPlaies et pansements en chirurgie général.pptx
Plaies et pansements en chirurgie général.pptx
nocentguerson199
 
Pleurotomie à minima (Drainage pleural)
Pleurotomie à minima (Drainage pleural)Pleurotomie à minima (Drainage pleural)
Pleurotomie à minima (Drainage pleural)
Dr. Kerfah Soumia
 
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.pptorthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
BadrAbouAlia
 
Sémiologie cutanée
Sémiologie cutanéeSémiologie cutanée
Sémiologie cutanée
dastane
 

Similaire à Définition et classification des plaies (20)

Plaies et pansements en chirurgie général.pptx
Plaies et pansements en chirurgie général.pptxPlaies et pansements en chirurgie général.pptx
Plaies et pansements en chirurgie général.pptx
 
la surveillance du pansement.pptx
la surveillance du pansement.pptxla surveillance du pansement.pptx
la surveillance du pansement.pptx
 
CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptx
CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptxCHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptx
CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptx
 
Les carcinomes cutanés
Les carcinomes cutanésLes carcinomes cutanés
Les carcinomes cutanés
 
Ponction biopsie medullaire
Ponction biopsie medullairePonction biopsie medullaire
Ponction biopsie medullaire
 
Prevention infection standards et complementaires 2017
Prevention  infection standards et complementaires 2017Prevention  infection standards et complementaires 2017
Prevention infection standards et complementaires 2017
 
Pleurotomie à minima (Drainage pleural)
Pleurotomie à minima (Drainage pleural)Pleurotomie à minima (Drainage pleural)
Pleurotomie à minima (Drainage pleural)
 
Drainage Thoracique PowerPoint Mr Glapiack.pdf
Drainage Thoracique PowerPoint Mr Glapiack.pdfDrainage Thoracique PowerPoint Mr Glapiack.pdf
Drainage Thoracique PowerPoint Mr Glapiack.pdf
 
Limites des skin expanders
Limites des skin expandersLimites des skin expanders
Limites des skin expanders
 
Exercise Francais Musanze council préparation-1.doc
Exercise Francais Musanze council préparation-1.docExercise Francais Musanze council préparation-1.doc
Exercise Francais Musanze council préparation-1.doc
 
Rwanda National council Ncnm 3📝.doc
Rwanda National council Ncnm 3📝.docRwanda National council Ncnm 3📝.doc
Rwanda National council Ncnm 3📝.doc
 
Ponction medullaire
Ponction medullairePonction medullaire
Ponction medullaire
 
Exercise Francais-NURSING CHIRURGICALE.doc
Exercise Francais-NURSING CHIRURGICALE.docExercise Francais-NURSING CHIRURGICALE.doc
Exercise Francais-NURSING CHIRURGICALE.doc
 
INFECTIONS-DE-LA-MAIN (1).pptx
INFECTIONS-DE-LA-MAIN (1).pptxINFECTIONS-DE-LA-MAIN (1).pptx
INFECTIONS-DE-LA-MAIN (1).pptx
 
Ethmoidectomie par voie endonasale
Ethmoidectomie par voie endonasaleEthmoidectomie par voie endonasale
Ethmoidectomie par voie endonasale
 
Prise en charge de la mucite induite par la chimiothérapie cytotoxique
Prise en charge de la mucite induite par la chimiothérapie cytotoxiquePrise en charge de la mucite induite par la chimiothérapie cytotoxique
Prise en charge de la mucite induite par la chimiothérapie cytotoxique
 
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.pptorthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
 
Webinaire 1: Dix barrières à l'hygiène des mains
Webinaire 1: Dix barrières à l'hygiène des mainsWebinaire 1: Dix barrières à l'hygiène des mains
Webinaire 1: Dix barrières à l'hygiène des mains
 
Sémiologie cutanée
Sémiologie cutanéeSémiologie cutanée
Sémiologie cutanée
 
Impétigo chez l'enfant: Signes-Diagnostic-Traitement ppt
Impétigo  chez l'enfant: Signes-Diagnostic-Traitement pptImpétigo  chez l'enfant: Signes-Diagnostic-Traitement ppt
Impétigo chez l'enfant: Signes-Diagnostic-Traitement ppt
 

Dernier (6)

LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
LES TECHNIQUES ET METHODES  EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdfLES TECHNIQUES ET METHODES  EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
 
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdfCours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
 
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
 
Artificial intelligence and medicine by SILINI.pptx
Artificial intelligence and medicine by SILINI.pptxArtificial intelligence and medicine by SILINI.pptx
Artificial intelligence and medicine by SILINI.pptx
 
La radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapie
La radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapieLa radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapie
La radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapie
 
Biochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdf
Biochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdfBiochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdf
Biochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdf
 

Définition et classification des plaies

  • 1. PRISE EN CHARGE INFIRMIÈRE DES PLAIES U.E. 2.4 processus traumatiques Doris Orlut
  • 2. PLAN  Objectifs  Définitions et classification des plaies  Soins de plaie aigue  Soins de plaie chronique  Cadre légal  Synthèse  Exercices d’observation
  • 3. OBJECTIFS  Énoncer les étapes de la cicatrisation  Définir plaie, plaie aiguë, plaie chronique, parage chirurgical de la plaie  Énoncer les facteurs favorisants / les complications des plaies chroniques  Situer la prise en charge des plaies au plan légal  Expliquer la prise en charge d’une plaie aigue et chronique
  • 5. DÉFINITION  Plaie (lat. plaga, « blessure ») = effraction cutanée  Différent de :  Contusion (lat. contundere, meurtrir) = lésion produite par un choc brutal, sans déchirure : Contusion de la peau, du foie, de la rate  objet contendant qui blesse sans couper ni percer : un bâton, batte de baseball
  • 6. PLAIE AIGUË? OU CHRONIQUE?  Plaie aigue = plaie liée à un traumatisme extérieur accidentel ou « thérapeutique »  Plaie chronique = plaie dont le délai de cicatrisation* est allongé à cause d’une défaillance ou d’une entrave des mécanismes de cicatrisation
  • 7. * LA CICATRISATION  Cicatrisation caractéristique fondamentale des êtres vivants (cf. ostéogénèse de réparation)  Système de protection de l’espèce (cf. réponse inflammatoire)  Processus s’effectuant en plusieurs phases*  Cicatrisation = ensemble des événements biologiques qui aboutissent à la réparation d’une plaie  Importance de la profondeur, de l’étendue  cicatrisation ad integrum ou non
  • 8. LA CICATRISATION UN PHÉNOMÈNE PHYSIOLOGIQUE  L'évolution se fait en trois phases :  une phase initiale de détersion suppurée, vasculaire et inflammatoire  une phase de bourgeonnement avec formation du tissu de granulation réparation des tissus  une phase d'épithélialisation maturation- remodelage  En pratique clinique, le stade de la cicatrisation guide le choix du pansement
  • 9. Phase vasc et inflam. Phase de réparation Maturation et remodelage 2-4 j des tissus 10-15 j 3-6 semaines  1: vaisseau sanguin; 2: érythrocyte; 3: PN Neutrophile; 4 : macrophage; 5 : tissu de granulation avec prolifération de fibroblastes; 6: néovascularisation; 7 : mitoses dans la couche basale; 8 : union fibreuse. La cicatrisation C ad integrum
  • 10. PEC DES PLAIES = AIDE À LA CICATRISATION NATURELLE  4 techniques de couverture de perte de substance cutanée : Les sutures * Plaie aigue uniquement La cicatrisation dirigée ** Plaie aigue et chronique Les greffes Plaie aigue et chronique quand C naturelle impossible Les lambeaux
  • 11. SOINS DE PLAIE AIGUË
  • 12. PEC D’UNE PLAIE SUTURÉE :  EVALUATION  STATUT VACCINAL gammaglobulines antitétaniques  SURVEILLANCE :  L’examen clinique est surtout orienté sur :  L’aspect des berges de la plaie  Qualité de la suture  Peau péri-lésionnelle  COMPARER  REALISATION DU PANSEMENT*  Protection de la plaie
  • 13. PEC PLAIE AIGUE TRAUMATIQUE 1- ÉVALUATION : BILAN CIRCONSTANCIEL, BILAN FONCTIONNEL ET ASPECT DE DE LA PLAIE : LÉSION VASC.: ARTÉRIELLE ET/OU VEINEUSE? NERVEUSE? TENDON/LIGAMENT? OSSEUSE? 1/2
  • 14. PEC PLAIE AIGUE TRAUMATIQUE 1- ÉVALUATION : ASPECT DE LA PLAIE 2/2  Localisation  Superficie  Profondeur  Présence ou non d’un écoulement  Présence ou non de corps étranger(s)  Odeur  Douleur  Aspect de la peau péri-lésionnelle
  • 15. RÉPARATION SI BESOIN PRÉPARATION ET RÉALISATION DES SUTURES  3 conditions initiales nécessaires à la cicatrisation d’une plaie suturée : 1. Absence de contamination bactériologique virulente (type morsure)  nettoyage et asepsie 2. Parage chirurgical parfait (= ablation des tissus dévitalisés, contus, voués à la nécrose, ablation des corps étrangers et des caillots) 3. Affrontement bord à bord des berges de la plaie par une technique de suture correcte : sans espace mort, sans ischémie et sans hématome (hémostase suffisante et au besoin système de drainage)
  • 16. LES SUTURES  Sutures :  par simples points, points particuliers : Blair Donati, en U  Par surjets simples ou surjets intradermiques  Les fils résorbables ou non résorbables / agrafes  Quand une solidité mécanique suffisante est obtenue, les fils sont retirés. Le délai est variable selon le siège : de trois jours au niveau des paupières à trois semaines au niveau du dos.  La cicatrice poursuit alors une évolution stéréotypée pendant plusieurs mois :  Belle après l'ablation des fils elle traverse une phase d'hyperplasie qui est maximale à deux ou trois mois  Puis au fil des mois, elle s'assouplit, blanchit, pour devenir stable vers 1 à 2 ans d'évolution.
  • 17.
  • 18. PANSEMENT : RÈGLES À RESPECTER  Préalables aux soins  Utilisation ou non d’antiseptique / à l’air ou pst/gants stériles ou uu  Le pansement est réalisé dans un endroit propre  Si difficulté d’ablation imbiber de sérum physiologique stérile  Du plus propre vers le plus sale  Dans le cas de plusieurs pansements, débuter par le plus propre  Utiliser 1 set de pansement pour 1 pansement  1 passage 1 compresse
  • 19. PANSEMENT : RÈGLES À RESPECTER  Tamponnement ou effleurage pour ne pas gêner la cicatrisation  L’antiseptique est appliqué sur une plaie toujours nettoyée au préalable  Le choix de l’antiseptique est fait en fonction du siège, de la nature de la plaie et suivant les indications  Se faire aider si nécessaire
  • 20. PANSEMENT : MATÉRIEL  Solution Hydro Alcoolique (hôpital) ou savon doux (domicile)  Gants jetables uu  Compresses stériles  Pinces (métal ou plastique uu) ou gants stériles  Savon antiseptique  Sérum physiologique 0,9%  Antiseptique de même gamme que le savon  Pansement occlusif  Sac à déchets ou haricot  Protection si besoin  Détergent pré-désinfectant, bac de trempage si matériel stérilisable
  • 21. PANSEMENT : RÉALISATION 1/5  Etablir une communication adaptée avec le patient pendant tout le soin  Lavage des mains  Organisation du matériel  Installation confortable du patient, du soignant  Mise en place de la protection si besoin  Ablation du pansement souillé à l’aide de gants uu
  • 22. PANSEMENT : RÉALISATION 2/5  Lavage des mains  Gants stériles ou pinces stériles : principe 1 main ou 1 pince plateau / 1 main ou 1 pince patient  Conserver l’emballage du plateau  Nettoyage par effleurage ou tamponnement d’abord en périphérie de la plaie puis la plaie elle-même  Terminer par la médiane
  • 23. PANSEMENT : RÉALISATION 3/5  4 temps :  Déterger (laver)  Rincer  Sécher la plaie et le pourtour afin de garantir l’adhésion du pansement de recouvrement  Appliquer l’antiseptique  Recouvrir la plaie à l’aide de compresses stériles puis appliquer le pansement occlusif  Fixer le pansement  Celui-ci doit recouvrir l’ensemble de la plaie, être non compressif et esthétique
  • 24. PANSEMENT : RÉALISATION 4/5  Placer le plateau et les pinces souillées dans l’emballage que vous avez conservé en début de soin  Fermer le sac de déchets septiques avant de quitter la chambre  Nettoyage du chariot  Décontamination des pinces si nécessaire  Lavage simple des mains  Réinstallation du patient et de son environnement  Transmission des données observées / fiche pansement dans le dossier de soins
  • 25. PANSEMENT : LES CONSEILS AUX PATIENTS 5/5  La cicatrice doit être protégée du soleil pendant tout le temps que dure son évolution, c’est à dire tant qu’elle est rouge ou rose (6 mois minimum à plus selon les cas)  une cicatrice bronze et sa pigmentation est définitive  écran total / 2h, vêtement protecteur
  • 26. COMPLICATIONS DES PLAIES SUTURÉES : INFECTION HÉMATOME DÉSUNION DE LA CICATRICE CHÉLOÏDE
  • 27. SOINS DE PLAIE CHRONIQUE : cicatrisation dirigée
  • 28. PEC D’UNE PLAIE CHRONIQUE :  RESPECT DES PRINCIPES DE PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHRONIQUES  EVALUATION de la plaie et de la cause/facteurs favorisants :  Escarre, ulcères veineux et/ou artériels, diabète;  Déficits immunitaires, maladies hématologiques,…  Malnutrition, infection  SURVEILLANCE de la plaie et de la cause/facteurs favorisants  REALISATION DU PANSEMENT
  • 29.
  • 30. PRINCIPES DE PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHRONIQUES 1/2  Règles actuelles de PEC :  pas d’antibiotiques locaux ou généraux / pas d’antiseptiques  Lavage au sérum physiologique stérile (hôpital) ou à l’eau du robinet, douchette (domicile, lieu de vie)  Équilibre entre flore commensale résidente et notre organisme  Manteau microbien qui compte environ 70 000 milliards de bactéries pour un organisme humain de 1000 milliards de cellules  Effraction cutanée  colonisation de la plaie par des germes commensaux  TTT de la cause, exemples :  Insuffisance veineuse  bas de contention  Diabète  équilibre glycémique
  • 31. PRINCIPES DE PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHRONIQUES  Conditions optimales de cicatrisation :  Cicatrisation en milieu humide  Respecter l’écosystème bactérien  Contrôler les exsudats  Choix du pansement :  Phase de cicatrisation* de la plaie :  Détersion  Bourgeonnement  Épidermisation  L’importance des exsudats
  • 32. ÉVALUATION LA PLAIE CHRONIQUE  Localisation  Superficie  Profondeur  Présence ou non d’un écoulement  Aspect des tissus stade de la cicatrisation  Échelle colorielle : - noir : nécrose - jaune : fibrine - rouge : bourgeons ou tissu de granulation - rose : épidermisation  Odeur  Douleur  Aspect de la peau péri-lésionnelle
  • 33. PHASES DE CICATRISATION : 1ère phase : la détersion suppurée 1/2  But : éliminer tous les tissus nécrosés et tout ce qui pourrait gêner le bourgeonnement ultérieur  Deux moyens : la détersion chimique ou la détersion mécanique  la détersion chimique  ex : Les pansements vaselinés (favorisent réaction inflammatoire gras)  la détersion mécanique  ex :L’excision chirurgicale de tous les tissus morts au bistouri /ciseaux /curette après ACCORD MEDICAL excision indolore au lit du patient en l’absence de troubles de l’hémostase et de la vascularisation
  • 34. 2ÈME PHASE : LE BOURGEONNEMENT  Une fois la plaie détergée en partie ou en totalité, son fond bourgeonne s’il est correctement vascularisé  Contraction centripète des berges (perte de surface: pli de flexion brides; orifices déformation)  But contrôler le bourgeonnement :  Sain  aspect rouge vif, solide, surface plane, non hémorragique, peu suintant;  Atrophique  rouge foncé, violet, déprimé;  Hypertrophique  mou, œdémateux, hémorragique.
  • 35. 3ÈME PHASE : ÉPIDERMISATION  But obtenir la fermeture cutanée  Survient quand tissu de granulation a comblé la perte de substance  Marginale : se fait de façon centripète par glissement des cellules déjà existantes  Forme un liseré épithélial mince et bleuté  Quand le liséré recouvre le bourgeon : début de la cicatrice  TRES FRAGILE
  • 36. COMPLICATIONS DES P C  1- L’infection  Diagnostic purement clinique  Au plan local :  Ralentissement ou arrêt de la cicatrisation  Au plan régional :  Lymphangite, adénopathie  Au plan général :  Fièvre importante, localisations secondaires de l’infection  Complétée par prélèvement bactériologique local et hémoculture (bactériémie, septicémie)  2- Eczématisation de la peau péri lésionnelle  3- La cancérisation  Pour les plaies chroniques d’évolution particulièrement longues (> 10-15 ans) 1 2 3
  • 38. CADRE LÉGAL  Rôle propre : R4311-5 du CSP pour  « réalisation, surveillance et renouvellement des pansements non médicamenteux,  Prévention et soins d’escarres  Soins et surveillance d’ulcères cutanés chroniques .»  Rôle prescrit : art. R4311-7 du CSP pour :  « renouvellement du matériel de pansement médicamenteux,  réalisation et surveillance de pansements spécifiques,  Ablation du matériel de réparation cutanée. »
  • 40. CLASSIFICATION DES PLAIES PLAIE Aigue Accidentelle « Thérapeutique » Chronique Défaillance ou entrave des mécanismes de cicatrisation
  • 41. PRISE EN CHARGE DES PLAIES AIGUE CHRONIQUE Aide à la cicatrisation naturelle Observation , évaluation et surveillance de la plaie Évaluation des circonstances de survenue et bilan fonctionnel Évaluation et surveillance de la cause et/ ou des facteurs favorisants Choix du pansement en fonction du stade de cicatrisation et des exsudats Utilisation de dispositifs médicaux Soin aseptique Soin propre Pas d’utilisation d’antiseptique
  • 42. À VOUS DE DÉCRIRE LES PLAIES SUIVANTES …
  • 43.
  • 44.
  • 45. BIBLIOGRAPHIE  Cours DU Plaies, cicatrisation, brûlures et nécroses Paris VII  Société Nationale des Plaies et Cicatrisation
  • 47. ÉPIDERME  Rend la peau étanche à l’eau, aux micro-organismes, aux substances chimiques,…  Cellules constitutives :  kératinocytes 80% (kératine protéine fibreuse et insoluble)  mélanocytes  cellules de Langerhans  cellules de Merckel  Couche germinative ou basale  renouvellement de l’épiderme  L’épiderme ne contient ni vaisseau sanguin ni vaisseau lymphatique
  • 48. LES ANNEXES ÉPIDERMIQUES  Les follicules pileux  Les glandes sébacées annexées aux follicules pileux, sécrètent le sébum  Les glandes sudorales de 2 types :  Eccrines réparties sur toute la surface corporelle  sueur  Apocrines s’abouchent dans les follicules pileux des aisselles et de la région génitale  phéromones
  • 49. DERME  Support nourricier de l’épiderme, lequel ne contient ni vaisseau sanguin ni vaisseau lymphatique  Régulation thermique  Régulation métabolique  Élasticité, trophicité de la peau  Fibroblastes fabriquent les protéines constitutives du tissu conjonctif : collagène, élastine, …
  • 50. HYPODERME  Tissu conjonctif lâche richement vascularisé qui, selon l’âge, les conditions de nutrition et les régions de la peau, contient plus ou moins de tissu adipeux.  Réserve énergétique de l’organisme  Peau de la face interne des mains et des pieds plus épaisse
  • 51.  Protection et barrière contre les agressions environnementales  Maintien de l’homéothermie :  micro‐circulation cutanée et sécrétions sudorales  Régulation métabolique : sécrétion de vitamine D, de mélanine et de kératine…  Immunité : cellules de Langerhans (monocytes)  Participe à la définition du schéma corporel Kératinocytes  cellules souches
  • 53. HYDROCOLLOÏDES  Composition  Carboxy-Methyl-Cellulose  Couche externe : film et/ou mousse (semi-occlusif à occlusif)  Propriétés  Gélification de la couche interne du pst  Indications :  Tous les stades de la Cicatrisation  CI :  plaies infectées (oclusivité), très exsudatives, brûlures 3ème degré, eczéma, allergie  Dakin et eau oxygénée font fondre la mousse
  • 54. HYDROCELLULAIRES  Propriétés :  Haut pouvoir absorbant (10 fois son poids)  Opaques, ne se délitent pas au contact des exsudats  Inodores  Indications :  Plaies exsudatives à peu exsudatives  Formes adhésives à réserver aux plaies dont la peau péri- lésionnelle est saine  Contre-Indications :  Plaies infectées, antiseptiques oxydants (Dakin ®)
  • 55. ALGINATES 1/2  Composition :  extraits d’algues marines  Associée ou non à de la CMC en très faible proportion  Propriétés  Hémostatique  Plus absorbant que les hydrocolloïdes ou les hydrocellulaires (10 à 15 fois le poids de la compresse)  Absorption verticale  Conformable
  • 56. ALGINATES 2/2  Indications :  Plaies moyennement à très exsudatives, phase de détersion (humidifier la compresse sur plaie peu exsudative)  Plaies hémorragiques  Contre-indications :  Pas de CI sur plaies infectées ni eczématisées mais CI sur plaies sèches  Détruit par le dakin  Utilisation :  Laisser déborder largement de la plaie, nécessité d’un pst 2daire , retrait si nécessaire au sérum physiologique
  • 57. HYDROGELS  Propriétés :  Hydratation des plaies sèches, nécrotiques  Désincrustation des débris nécrotiques ou fibrineux  Maintien de l’humidité  Nécessité d’un pst 2daire  Indications :  Ramollissement des zones de nécrose  Détersion des plaies nécrotiques et/ou fibrineuses  Contre-indications :  Plaies fortement exsudatives, plaies infectées, ne pas appliquer sur peau saine protection peau péri-lésionnelle
  • 58. HYDROFIBRES  Composition :  Fibres de Carboxy-méthyl-cellulose pure  Propriétés :  Très haut pouvoir d’absorption (30 fois le poids de la compresse)  Absorption verticale  Transformation en gel humide cohésif au niveau des exsudats  Indications :  Plaies très exsudatives  Utilisation : Laisser dépasser d’au moins 1 cm afin de favoriser le retrait/Maintenir avec un pst 2daire
  • 59. PANSEMENTS AU CHARBON  Composition :  Charbon actif dans une enveloppe de non tissé, non adhérente, +/- absorbante  +/ argent  Indications :  Plaies malodorantes (plaies cancéreuses) et infectées mais faible niveau de preuve  Utilisation :  Découpage interdit  Utiliser plutôt en pst 2daire  Possibilité d’humidifier si exsudat insuffisant  Changement quand exsudat passe à travers couche externe ou si réapparition d’odeur
  • 60. TULLES NEUTRES  Composition :  Compresses à larges mailles  Imprégnation de vaseline, antibiotiques, corticoïdes, sulfadiazine argentique …  Propriétés :  Respect des bourgeons nouvellement formés  Protection de la plaie  En principe non adhérent à la plaie  Utilisation :  Recouvrir d’un pst 2daire, taille des mailles
  • 61. INTERFACES  Composition :  Tulles à petites mailles imprégné de vaseline/hydrocolloïde, silicone  Propriétés :  Respect des bourgeons nouvellement formés  Protection de la plaie  En principe non adhérent à la plaie
  • 62. Détersion Granulation Épidermisation Hydrocolloïdes X X X Hydrocellulaires X X Hydrogels X Plaie sèche Alginates X X exsudatives hémorragiques Prise de greffe Hydrofibres X X très exsud. Charbon X malodorante X malodorante Films X Tulles gras X X X Interfaces X X
  • 63. C PAR PRESSION NÉGATIVE : VAC THÉRAPIE