SlideShare une entreprise Scribd logo
Chapitre I Généralités sur les pipelines 
3 
I.1 Définition : 
Un pipeline est une canalisation enterrée ou aérienne transportant des biens, qu’ils soient sous forme liquide ou gazeuse. Les pipelines sont le plus souvent construits à partir de tubes d’acier soudés bout à bout, revêtus extérieurement voire intérieurement et généralement enfouis dans le sol. Ces pipelines s’avèrent coûteux et parfois difficiles à mettre en oeuvre selon les caractéristiques des terrains traversés, en zone de risque sismique ou instable. De part leur investissement initial, leur utilisation est relativement peu coûteuse par rapport à d’autres formes de transport concurrentes, au moins sur de petites et moyennes distances [1]. 
I.1.1 Types de canalisation : 
Le type et le nom d’un pipeline dépendent des caractéristiques physiques et des conditions du transport du produit. 
 Pour le gaz naturel, on parle de gazoduc. 
 Pour le pétrole, on parle d'oléoduc. 
 Pour l'eau industrielle, il s'agit de conduite . Le terme d'aqueduc est plutôt réservé aux ouvrages maçonnés, avec écoulement libre de l'eau. 
 Pour l'eau salée, on utilise le terme de saumoduc. 
 Pour l'oxygène, on utilise le terme d'oxygénoduc ou d'oxyduc. 
 Pour l'hydrogène, on utilise le terme d'hydrogénoduc. 
De manière générale, le suffixe d'origine latine "ductus", dérivé de "ducere" qui veut dire "conduire", permet ainsi de définir le nom français d'une canalisation spécialisée pour l'acheminement d'un type de produit particulier. 
I.2 Les gazoducs : 
La majorité des gazoducs acheminent du gaz naturel entre les zones d’extractions et les zones de consommation ou d’exportation. On estime la longueur totale des gazoducs dans le monde à un million de kilomètres, soit plus de 25 fois la circonférence terrestre. Les gazoducs sont en majorité terrestre, soit enfouis à environ un mètre de profondeur dans les zones habitées, soit posés à même le sol en zone désertique, ou en zone à sol dur. Leur diamètre varie entre 50 mm (2 pouces) et 1400 mm (56 pouces) pour les plus importants. 
Toutefois, le tarissement des sources de proximité et l’éloignement croissant des zones d’exploitation ont conduit à l’établissement de gazoducs sous-marins. Selon leur nature d’usage, les gazoducs peuvent être classés en trois familles principales [1].
Chapitre I Généralités sur les pipelines 
4 
 Gazoducs de collecte : 
Ramenant le gaz sorti des gisements ou des stockages souterrains vers les sites de traitement. 
 Gazoducs de transport ou de transit : 
Acheminant sous haute pression le gaz traité (déshydraté, désulfuré …) aux portes des zones urbaines ou des sites industrielles de consommation. 
 Gazoducs de distribution : 
Répartissant le gaz à basse pression au plus près des consommateurs domestiques ou des petites industries. 
I.3 Construction et exploitation des gazoducs : 
Les gazoducs sont constitués de tubes d’acier soudés bout à bout, recouverts d’un matériau isolant (polyéthylène, polypropylène, ..) contribuant à leur protection contre la corrosion. Ils peuvent être également revêtus intérieurement pour améliorer l’écoulement du fluide transporté ou pour prévenir la corrosion interne si le gaz transporté est corrosif. 
Selon leur nature d’usage, les gazoducs sont exploités par des industriels de l’exploration et de production, du transport ou de la distribution. L’exploitation d’un gazoduc consiste à maintenir l’ouvrage en bon état de service dans les conditions optimales de sécurité et de coût. 
Aujourd'hui, des millions de kilomètres de pipelines sont largement utilisés pour transporter de l'eau, du gaz et du pétrole sous ou au-dessus du sol ou sous mer, depuis les sources d’extraction jusqu’aux usines de traitement des liquides (filtration, raffinage, liquéfaction,…) (Figure I.1). Figure I.1 : Pipelines.
Chapitre I Généralités sur les pipelines 
5 
I.4 Contexte industriel : 
I.4.1 Procédé de fabrication des tubes de pipelines : 
La multiplicité des diamètres et des épaisseurs des tubes et le développement avec le temps de 
leurs techniques de fabrication [2], constituent les raisons de la diversité du réseau de 
transport gazier algérien. On retrouve : 
 Les tubes soudés sous la forme spirale 
 Les tubes soudés sous forme longitudinale 
 Les tubes formés sans soudure 
On se limitera dans le cadre de cette étude à la présentation du mode de fabricat ion des tubes 
dits de grands diamètres et utilisés dans le transport. Cette appellation est réservée aux tubes 
de diamètres extérieurs supérieurs à 406 mm (16''). Ils sont obtenus par formage suivi de 
l’opération de soudage en long ou en spirale de tôles laminées à chaud. 
I.4.2 Tubes soudés en spirale : 
La fabrication des tubes soudés en spirale est réalisée en continu sur des machines à souder. 
Après déroulement de la bobine en bande par un train d’entrainement, la tôle est poussée dans 
la cage de formage ou elle subit une déformation de cintrage sous l’action d’un vérin. 
L’obtention du formage en spirale est réalisée par l’inclinaison d’un angle α entre l’axe initial 
de la bande et l’axe de sortie du tube (Figure I.2). 
L’enroulement des tubes en spirale permet d’obtenir des tubes calibrés sans avoir besoin de 
recourir à des étapes de fabrication supplémentaires telles que l’expansion ou le calibrage. De 
ce fait, le tube précontraint lors de la phase de pliage le reste par la suite. 
Pour des épaisseurs de paroi au dessus de 20 mm, on utilise habituellement des tôles fortes. 
Ce procédé permet une exploitation économique optimale de la largeur de bande disponible, 
par le rapport largeur de bande-diamètre. 
Figure I.2 : Technique de fabrication des tubes soudés en spirale.
Chapitre I Généralités sur les pipelines 
6 
Le processus de formage ou de cintrage du tube est conditionné par l’angle d’introduction de la bande selon la relation : 
Sin α = 
Dans laquelle : 
B, est la largeur de bande ; 
D, est le diamètre extérieur ; 
α, est l’angle d’introduction de la bande par rapport à la tête de formage. 
Les limites théoriques d’angle ne peuvent, en pratique, pas être exploitées. Si l’angle est trop aigu, il s’en suit une instabilité du processus de cintrage. Les valeurs limites pour la fabrication, sont comprises entre 15° et 50°. 
La gamme des diamètres, dans laquelle les tubes spirale sont fabriqués, s’étale de 400 à 3000 mm environ, avec des épaisseurs allant jusqu’à 30 mm. 
La fabrication des tubes spirale peut être subdivisée suivant les opérations principales suivantes : 
- La préparation de la bande 
- La bande de raboutage 
- Le cintrage 
- Le soudage 
- La parachèvement 
- La réception et l’inspection 
La préparation de la bande et des rives de la bande ainsi que des soudures de raboutage influent directement sur la qualité du tube qui nécessite une attention particulière. 
A l’entrée de la machine pour tubes spirale, on effectue les opérations suivantes : 
- Déroulage de la bande 
- Dressage de la bande de cisaillage 
- Chanfreinage des rives de la bande 
- Cambrage des rives pour éliminer l’effet de toit. 
A l’entrée de la cage de formage, on effectue la passe intérieure de soudure alors que la passe extérieure est effectuée sur le tube formé. 
Les procédés usuels pour la coupe sont : 
- L’oxycoupage 
- Le découpage au plasma
Chapitre I Généralités sur les pipelines 
7 
II.4.3 Tubes soudés longitudinalement : 
Les tubes de grand diamètre soudés longitudinalement sont fabriqués selon le procédé "UOE", désignation qui reprend la variation de la forme au cours de la fabrication. Le procédé comporte trois étapes principales: formage, soudage, expansion et calibrage. De plus, la première étape est divisée en trois sous étapes: croquage, formage en U et formage en O. 
Le formage des gros tubes soudés longitudinalement s'effectue à partir de tôles dont la largeur est voisine du périmètre du tube fabriqué et l'épaisseur égale à celle du tube. La mise en forme de la tôle est réalisée de façon unitaire par croquage des rives (C-forming) et formage à la presse. 
Plus précisément, la tôle est cisaillée en largeur et chanfreinée. Les rives sont croquées au rayon du tube, soit à la presse, soit par des galets. La tôle est ensuite formée en "U" et "O" par des presses extrêmement puissantes (2000 à 20000 tonnes). 
Croqueuse Presse en « U » Presse en « O » 
Soudage Expansion Mécanique 
Figure I.3 : Les étapes de fabrication de tubes soudés longitudinalement. 
Pour obtenir des produits de haute qualité, il est nécessaire de comprendre parfaitement chaque étape de la mise en forme. L'effet de chaque opération de formage: croquage, U- formage et O-formage a été étudie par [3] en utilisant la méthode des éléments finis. 
Ces opérations successives sont directement liées et influencent la forme finale ainsi que les caractéristiques mécaniques du tube. 
La fabrication des tubes soudés longitudinalement comporte trois étapes :
Chapitre I Généralités sur les pipelines 
8 
a) Formage : 
Après croquage des rives de la tôle, celle-ci est pliée en deux étapes en utilisant deux presses de forme différente. La première confère au tube une forme en 'U', tandis que la seconde lui donne une forme circulaire (Figure I.4). 
b) Soudage : 
Le soudage est effectué intérieurement et extérieurement à l'aide de têtes soudeuses automatiques en utilisant la technique de soudage à l'arc sous flux. Le cordon intérieur est généralement réalisé en premier lieu. 
c) Expansion et calibrage : 
Dans le but d’obtenir des tubes de section parfaitement circulaire, ceux-ci sont soumis à une expansion mécanique qui leur fait subir une augmentation de diamètre de 1 à 1.5 % (Figure I.5) Cette opération a pour conséquence de relaxer les contraintes résiduelles. 
L’opération d’expansion induit des déformations qui sont uniformes dans l’épaisseur et assez importantes pour éliminer presque totalement les contraintes résiduelles résultant des différentes étapes de formage du tube. Cependant, pour la zone affectée thermiquement, cela est loin d’être le cas. En raison de la géométrie du cordon de soudure, les déformations induites dans l’épaisseur du tube lors de l’expansion ne sont pas uniformes. Ainsi, en plus des contraintes thermiques, l’expansion laisse des contraintes résiduelles de compression au pied du cordon de soudure aussi bien en paroi interne qu’en paroi externe. 
Les mesures aux rayons X des contraintes résiduelles réalisées sur la partie courante du tube, c'est-à-dire loin de la soudure montrent que celles-ci sont pratiquement nulles et confirment les résultats des calculs analytiques [3]. 
Le principe du calibrage est très simple, la machine d'expansion est équipée d'un expanseur mécanique dont la forme extérieure est circulaire. Il peut se déplacer radialement, donc tirer le tube suivant la direction circonférentielle et la section du tube devient circulaire. La tête de la machine d'expansion est assemblée à une longue poutre qui peut se déplacer suivant la direction longitudinale. Un vérin hydraulique est utilisé pour maintenir la parfaite rectitude du tube. Comme le tube est très long (12 à 14 m), deux machines d'expansion symétriques sont utilisées pour le calibrage. Chaque machine agit sur une moitié du tube. De plus, comme l'expanseur est d'environ 800 mm de long, la phase de calibrage est divisée en plusieurs étapes successives. Les travaux de sur la modélisation 3D par éléments finis ont montré un rôle important du calibrage sur la forme finale et l'inflexion longitudinale du tube [3].
Chapitre I Généralités sur les pipelines 
9 
La mise en forme du tube est complexe. Les paramètres de fabrication influencent considérablement les caractéristiques du produit final. Il est ainsi intéressant de comparer les caractéristiques mécaniques de la tôle servant à fabriquer un tube et celles du tube fini. 
En supposant une utilisation dans les règles de l’art et un contrôle soigneux, on peut affirmer que les procédés mentionnés sont qualitativement équivalents. 
Une pré-déformation a des effets sur les propriétés de traction et sur la ténacité du matériau. Pour les propriétés de traction, l'effet immédiat d'une pré-déformation est d'augmenter la limite d'élasticité par écrouissage. L'effet sur les autres propriétés de traction est moins évident. Pour l'acier A533B, seule la limite d'élasticité varie [3]. 
Figure I.4 : Formage en U (a), formage en O (b) et soudage (c). 
Figure I.5 : Machine d'expansion. 
I.4.4 Tubes sans soudure : 
Les tubes formés sans soudure, sont généralement de petits diamètres et de longueurs inferieures à 450 mm, la méthode principale de fabrication de ce type de tube consiste à extruder le métal entre la filière et l'aiguille. On obtient un tube monobloc sans soudure. Il existe une variante dite filage sur nez d'aiguille où l'aiguille est fixe.
Chapitre I Généralités sur les pipelines 
10 
Figure I.6 : Fabrication de pipes sans soudure « schéma du filage sur aiguille permettant d'obtenir un tube sans soudure ». 
I.5 Revêtement des tubes : 
On utilise généralement la technique classique des trois couches et de Fusion-Bonded Epoxy (FBE) pour l'isolation extérieure. La polyoléfine est souvent utilisée aussi bien que du polyéthylène (PE) et du polypropylène (PP). L'objectif principal est de protéger le tube par le revêtement contre le processus de la corrosion interne et externe. 
I.5.1 Revêtements extérieurs : 
I.5.1.1 Revêtement Fusion Bonded Epoxy : 
Les revêtements FBE constituent des couches de résine durcissant thermoplastique, qui sont apposées par un procédé thermostatique sur les tubes d'acier et les protègent de la corrosion. 
Le procédé FBE peut être utilisé à des températures d'exploitation allant jusqu'à 110o C, l'épaisseur typique du revêtement est généralement comprise entre 350 et 450 micromètres. Une deuxième couche entraîne une excellente résistance aux détériorations du pipeline, même dans les conditions environnementales les plus difficiles (Figure I.7.a).
Chapitre I Généralités sur les pipelines 
11 
Figure I.7: Revêtement FBE. 
I.5.1.2 Revêtement extérieur polyoléfine 3 couches : 
Le revêtement polyoléfine 3 couches est une combinaison de résine thermoplastique durcissant, de couche d'adhérence copolymère et de thermoplastique apposée sur les tubes d'acier afin de garantir leur protection contre la corrosion et les détériorations mécaniques (Figure I.7.b). 
Figure I.7 : Revêtement extérieur. 
I.5.2 Revêtements intérieurs : 
I.5.2.1 Revêtements pour l'amélioration du débit : 
Une résine époxy liquide est pulvérisée sur la paroi interne des tubes sur une épaisseur typique de 60 à 100 micromètres. Il en résulte une amélioration de la capacité de transport du gaz, une minimisation les résistances de friction et donc une réduction des stations de compressions. La simplification du nettoyage et la protection temporaire contre la corrosion
Chapitre I Généralités sur les pipelines 
12 
font du revêtement Flow Coating une solution unique et économique pour le transport du gaz 
(Figure I.8). 
Figure I.8 : Revêtements en résine époxy liquide pour les pipelines. 
Une résine époxy liquide est pulvérisée sur la paroi interne des tubes sur une épaisseur de 400 
à 500 micromètres. Pour ce faire, on utilise une nouvelle génération de résines époxy sans 
solvant. Un objectif permanent de l’exploitation des pipelines est d’assurer des transports 
massifs d’hydrocarbures dans le respect de l’environnement et de la sécurité. Cet objectif est 
atteint par la mise en oeuvre de plan de surveillance et de maintenance qui est destiné à 
maintenir l’intégrité des lignes.

Contenu connexe

Tendances

Logistique Internationale
Logistique InternationaleLogistique Internationale
Logistique Internationale
Hanae Guenouni
 
Recherche et Exploration Pétrolière (Un livre en cours de finition)
Recherche et Exploration Pétrolière (Un livre en cours de finition)Recherche et Exploration Pétrolière (Un livre en cours de finition)
Recherche et Exploration Pétrolière (Un livre en cours de finition)
LS-Elearning
 
Le cout du transport
Le cout du transportLe cout du transport
Le cout du transport
Aboubakr Moubarak
 
S 1 introduction au cours et à la logistique internationale
S 1   introduction au cours et à la logistique internationaleS 1   introduction au cours et à la logistique internationale
S 1 introduction au cours et à la logistique internationale
BobDurelle
 
Rapport de visite de l'entreprise
Rapport de visite de l'entrepriseRapport de visite de l'entreprise
Rapport de visite de l'entreprise
Abdul Karim Jaber
 
Soudage
Soudage Soudage
Soudage
Rafael Nadal
 
chapitre-1er-la-fonction-approvisionnement.pptx
chapitre-1er-la-fonction-approvisionnement.pptxchapitre-1er-la-fonction-approvisionnement.pptx
chapitre-1er-la-fonction-approvisionnement.pptx
ssuser96a7321
 
1.1 l'entrepôt dans la chaine logistique
1.1  l'entrepôt dans la chaine logistique1.1  l'entrepôt dans la chaine logistique
1.1 l'entrepôt dans la chaine logistique
Yousra Sekkat
 
Les méthodes de forage
Les méthodes de forageLes méthodes de forage
Les méthodes de forage
Laetitia Yte
 
1 gestion des approvisionnements et des stocks niss-gue
1 gestion des approvisionnements et des stocks niss-gue1 gestion des approvisionnements et des stocks niss-gue
1 gestion des approvisionnements et des stocks niss-gue
Nissrine GUELFOUT
 
Génie civil
Génie civilGénie civil
Génie civil
Hicham Nawrass
 
Caractéristiques géométriques des routes
Caractéristiques géométriques des routesCaractéristiques géométriques des routes
Caractéristiques géométriques des routes
Adel Nehaoua
 
PROCESSUS DE DESSALAGE DU PETROLE BRUT A LA SOCIETE DE RAFFINERIE DE ZINDER
 PROCESSUS DE DESSALAGE DU PETROLE BRUT A LA SOCIETE DE RAFFINERIE DE ZINDER PROCESSUS DE DESSALAGE DU PETROLE BRUT A LA SOCIETE DE RAFFINERIE DE ZINDER
PROCESSUS DE DESSALAGE DU PETROLE BRUT A LA SOCIETE DE RAFFINERIE DE ZINDER
Mamane Bachir
 
Organisation des chantiers 01
Organisation des chantiers 01Organisation des chantiers 01
Organisation des chantiers 01
Sami Sahli
 
Rapport de stage PFE a l'ocp benguerir 2019
Rapport de stage PFE a l'ocp benguerir 2019Rapport de stage PFE a l'ocp benguerir 2019
Rapport de stage PFE a l'ocp benguerir 2019
Mohammed Amine ARAHHAL
 
Modèle lettre de demande de stage professionnel pdf
Modèle lettre de demande de stage professionnel pdfModèle lettre de demande de stage professionnel pdf
Modèle lettre de demande de stage professionnel pdf
Hani sami joga
 
Le transport maritime (Exposé)
Le transport maritime (Exposé)Le transport maritime (Exposé)
Le transport maritime (Exposé)
RAMZI EL IDRISSI
 
projet fin d'etude : ouvrage d'art
projet fin d'etude : ouvrage d'artprojet fin d'etude : ouvrage d'art
projet fin d'etude : ouvrage d'art
Mohamed Elhedi Ben Saad
 
Le processus d'achat et approvisionnement
Le processus d'achat et approvisionnement Le processus d'achat et approvisionnement
Le processus d'achat et approvisionnement
Aboubakr Moubarak
 

Tendances (20)

Logistique Internationale
Logistique InternationaleLogistique Internationale
Logistique Internationale
 
Recherche et Exploration Pétrolière (Un livre en cours de finition)
Recherche et Exploration Pétrolière (Un livre en cours de finition)Recherche et Exploration Pétrolière (Un livre en cours de finition)
Recherche et Exploration Pétrolière (Un livre en cours de finition)
 
Le cout du transport
Le cout du transportLe cout du transport
Le cout du transport
 
S 1 introduction au cours et à la logistique internationale
S 1   introduction au cours et à la logistique internationaleS 1   introduction au cours et à la logistique internationale
S 1 introduction au cours et à la logistique internationale
 
la gestion de stocks
la gestion de stocks la gestion de stocks
la gestion de stocks
 
Rapport de visite de l'entreprise
Rapport de visite de l'entrepriseRapport de visite de l'entreprise
Rapport de visite de l'entreprise
 
Soudage
Soudage Soudage
Soudage
 
chapitre-1er-la-fonction-approvisionnement.pptx
chapitre-1er-la-fonction-approvisionnement.pptxchapitre-1er-la-fonction-approvisionnement.pptx
chapitre-1er-la-fonction-approvisionnement.pptx
 
1.1 l'entrepôt dans la chaine logistique
1.1  l'entrepôt dans la chaine logistique1.1  l'entrepôt dans la chaine logistique
1.1 l'entrepôt dans la chaine logistique
 
Les méthodes de forage
Les méthodes de forageLes méthodes de forage
Les méthodes de forage
 
1 gestion des approvisionnements et des stocks niss-gue
1 gestion des approvisionnements et des stocks niss-gue1 gestion des approvisionnements et des stocks niss-gue
1 gestion des approvisionnements et des stocks niss-gue
 
Génie civil
Génie civilGénie civil
Génie civil
 
Caractéristiques géométriques des routes
Caractéristiques géométriques des routesCaractéristiques géométriques des routes
Caractéristiques géométriques des routes
 
PROCESSUS DE DESSALAGE DU PETROLE BRUT A LA SOCIETE DE RAFFINERIE DE ZINDER
 PROCESSUS DE DESSALAGE DU PETROLE BRUT A LA SOCIETE DE RAFFINERIE DE ZINDER PROCESSUS DE DESSALAGE DU PETROLE BRUT A LA SOCIETE DE RAFFINERIE DE ZINDER
PROCESSUS DE DESSALAGE DU PETROLE BRUT A LA SOCIETE DE RAFFINERIE DE ZINDER
 
Organisation des chantiers 01
Organisation des chantiers 01Organisation des chantiers 01
Organisation des chantiers 01
 
Rapport de stage PFE a l'ocp benguerir 2019
Rapport de stage PFE a l'ocp benguerir 2019Rapport de stage PFE a l'ocp benguerir 2019
Rapport de stage PFE a l'ocp benguerir 2019
 
Modèle lettre de demande de stage professionnel pdf
Modèle lettre de demande de stage professionnel pdfModèle lettre de demande de stage professionnel pdf
Modèle lettre de demande de stage professionnel pdf
 
Le transport maritime (Exposé)
Le transport maritime (Exposé)Le transport maritime (Exposé)
Le transport maritime (Exposé)
 
projet fin d'etude : ouvrage d'art
projet fin d'etude : ouvrage d'artprojet fin d'etude : ouvrage d'art
projet fin d'etude : ouvrage d'art
 
Le processus d'achat et approvisionnement
Le processus d'achat et approvisionnement Le processus d'achat et approvisionnement
Le processus d'achat et approvisionnement
 

En vedette

Cours corrosion part 1
Cours corrosion part 1Cours corrosion part 1
Cours corrosion part 1
Khalil HIBA
 
Corrosion métaux ferreux
Corrosion métaux ferreuxCorrosion métaux ferreux
Corrosion métaux ferreux
mohamedwac
 
Ibrahim HAJDARI, Ir. DEA, Universite de Liege, Faculte des Sciences, departem...
Ibrahim HAJDARI, Ir. DEA, Universite de Liege, Faculte des Sciences, departem...Ibrahim HAJDARI, Ir. DEA, Universite de Liege, Faculte des Sciences, departem...
Ibrahim HAJDARI, Ir. DEA, Universite de Liege, Faculte des Sciences, departem...
Ibrahim Hajdari
 
Cours Dynamique
Cours DynamiqueCours Dynamique
Cours Dynamique
atire
 
Traitement des eaux industrielles
Traitement des eaux industriellesTraitement des eaux industrielles
Traitement des eaux industrielles
Aqua Traitements
 
Pjcci rapport annuel 2014-2015 fr
Pjcci rapport annuel 2014-2015 frPjcci rapport annuel 2014-2015 fr
Pjcci rapport annuel 2014-2015 fr
Ponts Jacques Cartier + Champlain Bridges
 
CONF. 202 - Équipes interdisciplinaires : faites rimer complémentarités avec ...
CONF. 202 - Équipes interdisciplinaires : faites rimer complémentarités avec ...CONF. 202 - Équipes interdisciplinaires : faites rimer complémentarités avec ...
CONF. 202 - Équipes interdisciplinaires : faites rimer complémentarités avec ...
PMI-Montréal
 
Ce extra 14 janvier2013 vfinale
Ce extra 14 janvier2013 vfinaleCe extra 14 janvier2013 vfinale
Ce extra 14 janvier2013 vfinale
denis
 
arcelormittal Tract cce 23 janvier final 2013
arcelormittal Tract cce 23 janvier final  2013arcelormittal Tract cce 23 janvier final  2013
arcelormittal Tract cce 23 janvier final 2013
denis
 
Traitement des eaux par unité physico-chimique
Traitement des eaux par unité physico-chimiqueTraitement des eaux par unité physico-chimique
Traitement des eaux par unité physico-chimique
Aqua Traitements
 
Cours catalyse et chimie des surfaces
Cours catalyse et chimie des surfacesCours catalyse et chimie des surfaces
Cours catalyse et chimie des surfaces
Mina Bk
 
Cours corrosion part 2
Cours corrosion part 2Cours corrosion part 2
Cours corrosion part 2
Khalil HIBA
 
Gamme Operatoire Go3
Gamme Operatoire Go3Gamme Operatoire Go3
Gamme Operatoire Go3
youri59490
 
Découverte d'une station d'épuration
Découverte d'une station d'épurationDécouverte d'une station d'épuration
Découverte d'une station d'épuration
mistergreenplanet
 
La réutilisation des eaux usées épurées
La réutilisation des eaux usées épuréesLa réutilisation des eaux usées épurées
La réutilisation des eaux usées épurées
Kawtar SALIK
 
Fiches Milieux De Culture
Fiches Milieux De CultureFiches Milieux De Culture
Fiches Milieux De Culture
guest0dc0a6
 
différents types de traitement des eaux usées ( ishedd)
différents types de traitement des eaux usées ( ishedd)différents types de traitement des eaux usées ( ishedd)
différents types de traitement des eaux usées ( ishedd)
Baldwin Davies
 

En vedette (20)

Chapitre 1(1)
Chapitre 1(1)Chapitre 1(1)
Chapitre 1(1)
 
Cours corrosion part 1
Cours corrosion part 1Cours corrosion part 1
Cours corrosion part 1
 
Corrosion métaux ferreux
Corrosion métaux ferreuxCorrosion métaux ferreux
Corrosion métaux ferreux
 
Gérer une équipe sportive
Gérer une équipe sportiveGérer une équipe sportive
Gérer une équipe sportive
 
Ibrahim HAJDARI, Ir. DEA, Universite de Liege, Faculte des Sciences, departem...
Ibrahim HAJDARI, Ir. DEA, Universite de Liege, Faculte des Sciences, departem...Ibrahim HAJDARI, Ir. DEA, Universite de Liege, Faculte des Sciences, departem...
Ibrahim HAJDARI, Ir. DEA, Universite de Liege, Faculte des Sciences, departem...
 
Cours Dynamique
Cours DynamiqueCours Dynamique
Cours Dynamique
 
Traitement des eaux industrielles
Traitement des eaux industriellesTraitement des eaux industrielles
Traitement des eaux industrielles
 
Pjcci rapport annuel 2014-2015 fr
Pjcci rapport annuel 2014-2015 frPjcci rapport annuel 2014-2015 fr
Pjcci rapport annuel 2014-2015 fr
 
CONF. 202 - Équipes interdisciplinaires : faites rimer complémentarités avec ...
CONF. 202 - Équipes interdisciplinaires : faites rimer complémentarités avec ...CONF. 202 - Équipes interdisciplinaires : faites rimer complémentarités avec ...
CONF. 202 - Équipes interdisciplinaires : faites rimer complémentarités avec ...
 
Ce extra 14 janvier2013 vfinale
Ce extra 14 janvier2013 vfinaleCe extra 14 janvier2013 vfinale
Ce extra 14 janvier2013 vfinale
 
arcelormittal Tract cce 23 janvier final 2013
arcelormittal Tract cce 23 janvier final  2013arcelormittal Tract cce 23 janvier final  2013
arcelormittal Tract cce 23 janvier final 2013
 
Traitement des eaux par unité physico-chimique
Traitement des eaux par unité physico-chimiqueTraitement des eaux par unité physico-chimique
Traitement des eaux par unité physico-chimique
 
Cours catalyse et chimie des surfaces
Cours catalyse et chimie des surfacesCours catalyse et chimie des surfaces
Cours catalyse et chimie des surfaces
 
Corrosion+td
Corrosion+tdCorrosion+td
Corrosion+td
 
Cours corrosion part 2
Cours corrosion part 2Cours corrosion part 2
Cours corrosion part 2
 
Gamme Operatoire Go3
Gamme Operatoire Go3Gamme Operatoire Go3
Gamme Operatoire Go3
 
Découverte d'une station d'épuration
Découverte d'une station d'épurationDécouverte d'une station d'épuration
Découverte d'une station d'épuration
 
La réutilisation des eaux usées épurées
La réutilisation des eaux usées épuréesLa réutilisation des eaux usées épurées
La réutilisation des eaux usées épurées
 
Fiches Milieux De Culture
Fiches Milieux De CultureFiches Milieux De Culture
Fiches Milieux De Culture
 
différents types de traitement des eaux usées ( ishedd)
différents types de traitement des eaux usées ( ishedd)différents types de traitement des eaux usées ( ishedd)
différents types de traitement des eaux usées ( ishedd)
 

Similaire à généralités sur les pipelines

Boa 42
Boa 42Boa 42
chap-1-1-OA-master-pro.pdf
chap-1-1-OA-master-pro.pdfchap-1-1-OA-master-pro.pdf
chap-1-1-OA-master-pro.pdf
WiemHosni
 
Réparation et renforcement des fondations fin-1 (1).pptx
Réparation et renforcement des fondations fin-1 (1).pptxRéparation et renforcement des fondations fin-1 (1).pptx
Réparation et renforcement des fondations fin-1 (1).pptx
arijnininounou91
 
Pont de Saint-Nazaire : la fin d’un chantier exceptionnel au-dessus de la Loire
Pont de Saint-Nazaire : la fin d’un chantier exceptionnel au-dessus de la LoirePont de Saint-Nazaire : la fin d’un chantier exceptionnel au-dessus de la Loire
Pont de Saint-Nazaire : la fin d’un chantier exceptionnel au-dessus de la Loire
Département Loire-Atlantique
 
TECHNIQUE DE PRODUCTION COURS KHEIREDDINE1 (1).pdf
TECHNIQUE DE PRODUCTION COURS KHEIREDDINE1 (1).pdfTECHNIQUE DE PRODUCTION COURS KHEIREDDINE1 (1).pdf
TECHNIQUE DE PRODUCTION COURS KHEIREDDINE1 (1).pdf
PromisePhones
 
Cours d'ouvrages d'art t1 2008
Cours d'ouvrages d'art t1 2008Cours d'ouvrages d'art t1 2008
Cours d'ouvrages d'art t1 2008
Ministère des Infrastructures du BURKINA FASO
 
Assainissement 02
Assainissement 02Assainissement 02
Assainissement 02
Sami Sahli
 
Plaquette pose-gazoduc
Plaquette pose-gazoducPlaquette pose-gazoduc
Plaquette pose-gazoduc
narr255
 
heat exchanger
heat exchangerheat exchanger
heat exchanger
Abdou Diga
 
heat exchanger
heat exchangerheat exchanger
heat exchanger
Abdou Diga
 
Systèmes constructifs
Systèmes constructifsSystèmes constructifs
Systèmes constructifs
Sami Sahli
 
amineexposterrassementetvrd-130512040505-phpapp01.ppt
amineexposterrassementetvrd-130512040505-phpapp01.pptamineexposterrassementetvrd-130512040505-phpapp01.ppt
amineexposterrassementetvrd-130512040505-phpapp01.ppt
MariemHAMOUDA2
 
Santiago CALATRAVA
Santiago CALATRAVA  Santiago CALATRAVA
Santiago CALATRAVA
archi Mouna
 
ECHANTILLON.pdf
ECHANTILLON.pdfECHANTILLON.pdf
ECHANTILLON.pdf
Khalil Idrissi Gartoumi
 
1 bm9 19-yt--ic-iicem-0005 00
1 bm9 19-yt--ic-iicem-0005 001 bm9 19-yt--ic-iicem-0005 00
1 bm9 19-yt--ic-iicem-0005 00
Jesús Octavio Zap Pérez
 
les réservoirs et chateaux deau + les coupole (1).pdf
les réservoirs et chateaux deau + les coupole (1).pdfles réservoirs et chateaux deau + les coupole (1).pdf
les réservoirs et chateaux deau + les coupole (1).pdf
romaJaman
 
Dimensionnement ouvrages du reseau
Dimensionnement ouvrages du reseauDimensionnement ouvrages du reseau
Dimensionnement ouvrages du reseau
jumeaux
 
voiriefdsvdfsvcdfsqvczdfsqvdzfesezdscdfvsdcvgbfvdcvfzgbetgrvfecrtby'nun-'ybtv...
voiriefdsvdfsvcdfsqvczdfsqvdzfesezdscdfvsdcvgbfvdcvfzgbetgrvfecrtby'nun-'ybtv...voiriefdsvdfsvcdfsqvczdfsqvdzfesezdscdfvsdcvgbfvdcvfzgbetgrvfecrtby'nun-'ybtv...
voiriefdsvdfsvcdfsqvczdfsqvdzfesezdscdfvsdcvgbfvdcvfzgbetgrvfecrtby'nun-'ybtv...
IyedKhoudi
 
Cours_de_construction_metallique_I.pdf
Cours_de_construction_metallique_I.pdfCours_de_construction_metallique_I.pdf
Cours_de_construction_metallique_I.pdf
Khalil Idrissi Gartoumi
 

Similaire à généralités sur les pipelines (20)

Boa 42
Boa 42Boa 42
Boa 42
 
chap-1-1-OA-master-pro.pdf
chap-1-1-OA-master-pro.pdfchap-1-1-OA-master-pro.pdf
chap-1-1-OA-master-pro.pdf
 
Réparation et renforcement des fondations fin-1 (1).pptx
Réparation et renforcement des fondations fin-1 (1).pptxRéparation et renforcement des fondations fin-1 (1).pptx
Réparation et renforcement des fondations fin-1 (1).pptx
 
Pont de Saint-Nazaire : la fin d’un chantier exceptionnel au-dessus de la Loire
Pont de Saint-Nazaire : la fin d’un chantier exceptionnel au-dessus de la LoirePont de Saint-Nazaire : la fin d’un chantier exceptionnel au-dessus de la Loire
Pont de Saint-Nazaire : la fin d’un chantier exceptionnel au-dessus de la Loire
 
TECHNIQUE DE PRODUCTION COURS KHEIREDDINE1 (1).pdf
TECHNIQUE DE PRODUCTION COURS KHEIREDDINE1 (1).pdfTECHNIQUE DE PRODUCTION COURS KHEIREDDINE1 (1).pdf
TECHNIQUE DE PRODUCTION COURS KHEIREDDINE1 (1).pdf
 
Cours d'ouvrages d'art t1 2008
Cours d'ouvrages d'art t1 2008Cours d'ouvrages d'art t1 2008
Cours d'ouvrages d'art t1 2008
 
Assainissement
AssainissementAssainissement
Assainissement
 
Assainissement 02
Assainissement 02Assainissement 02
Assainissement 02
 
Plaquette pose-gazoduc
Plaquette pose-gazoducPlaquette pose-gazoduc
Plaquette pose-gazoduc
 
heat exchanger
heat exchangerheat exchanger
heat exchanger
 
heat exchanger
heat exchangerheat exchanger
heat exchanger
 
Systèmes constructifs
Systèmes constructifsSystèmes constructifs
Systèmes constructifs
 
amineexposterrassementetvrd-130512040505-phpapp01.ppt
amineexposterrassementetvrd-130512040505-phpapp01.pptamineexposterrassementetvrd-130512040505-phpapp01.ppt
amineexposterrassementetvrd-130512040505-phpapp01.ppt
 
Santiago CALATRAVA
Santiago CALATRAVA  Santiago CALATRAVA
Santiago CALATRAVA
 
ECHANTILLON.pdf
ECHANTILLON.pdfECHANTILLON.pdf
ECHANTILLON.pdf
 
1 bm9 19-yt--ic-iicem-0005 00
1 bm9 19-yt--ic-iicem-0005 001 bm9 19-yt--ic-iicem-0005 00
1 bm9 19-yt--ic-iicem-0005 00
 
les réservoirs et chateaux deau + les coupole (1).pdf
les réservoirs et chateaux deau + les coupole (1).pdfles réservoirs et chateaux deau + les coupole (1).pdf
les réservoirs et chateaux deau + les coupole (1).pdf
 
Dimensionnement ouvrages du reseau
Dimensionnement ouvrages du reseauDimensionnement ouvrages du reseau
Dimensionnement ouvrages du reseau
 
voiriefdsvdfsvcdfsqvczdfsqvdzfesezdscdfvsdcvgbfvdcvfzgbetgrvfecrtby'nun-'ybtv...
voiriefdsvdfsvcdfsqvczdfsqvdzfesezdscdfvsdcvgbfvdcvfzgbetgrvfecrtby'nun-'ybtv...voiriefdsvdfsvcdfsqvczdfsqvdzfesezdscdfvsdcvgbfvdcvfzgbetgrvfecrtby'nun-'ybtv...
voiriefdsvdfsvcdfsqvczdfsqvdzfesezdscdfvsdcvgbfvdcvfzgbetgrvfecrtby'nun-'ybtv...
 
Cours_de_construction_metallique_I.pdf
Cours_de_construction_metallique_I.pdfCours_de_construction_metallique_I.pdf
Cours_de_construction_metallique_I.pdf
 

Dernier

Webinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdf
Webinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdfWebinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdf
Webinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdf
Institut de l'Elevage - Idele
 
cours tres important d'hydraulique urbain.pdf
cours tres important d'hydraulique urbain.pdfcours tres important d'hydraulique urbain.pdf
cours tres important d'hydraulique urbain.pdf
cheikhmoussandiaye1
 
Webinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdf
Webinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdfWebinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdf
Webinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdf
Institut de l'Elevage - Idele
 
Etude de la faisabilité de la climatisation solaire pour l’habitat individuel...
Etude de la faisabilité de la climatisation solaire pour l’habitat individuel...Etude de la faisabilité de la climatisation solaire pour l’habitat individuel...
Etude de la faisabilité de la climatisation solaire pour l’habitat individuel...
iheberry
 
Theorie du trafic on telecommunication network
Theorie du trafic on telecommunication networkTheorie du trafic on telecommunication network
Theorie du trafic on telecommunication network
MahamaneAliSalatou
 
Webinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdf
Webinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdfWebinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdf
Webinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdf
Institut de l'Elevage - Idele
 
cours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdf
cours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdfcours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdf
cours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdf
afigloria194
 
Note agro-climatique et prairies n°5 - Juillet 2024
Note agro-climatique et prairies n°5 - Juillet 2024Note agro-climatique et prairies n°5 - Juillet 2024
Note agro-climatique et prairies n°5 - Juillet 2024
idelewebmestre
 
analyse des risques professionnelles .pptx
analyse des risques professionnelles .pptxanalyse des risques professionnelles .pptx
analyse des risques professionnelles .pptx
MhmM47
 

Dernier (9)

Webinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdf
Webinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdfWebinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdf
Webinaire BL 28_06_03_Transmissibilité.pdf
 
cours tres important d'hydraulique urbain.pdf
cours tres important d'hydraulique urbain.pdfcours tres important d'hydraulique urbain.pdf
cours tres important d'hydraulique urbain.pdf
 
Webinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdf
Webinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdfWebinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdf
Webinaire BL 28_06_02_Consommation Energie.pdf
 
Etude de la faisabilité de la climatisation solaire pour l’habitat individuel...
Etude de la faisabilité de la climatisation solaire pour l’habitat individuel...Etude de la faisabilité de la climatisation solaire pour l’habitat individuel...
Etude de la faisabilité de la climatisation solaire pour l’habitat individuel...
 
Theorie du trafic on telecommunication network
Theorie du trafic on telecommunication networkTheorie du trafic on telecommunication network
Theorie du trafic on telecommunication network
 
Webinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdf
Webinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdfWebinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdf
Webinaire BL 28_06_01_robots de traite.pdf
 
cours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdf
cours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdfcours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdf
cours-sur-les-stations-de-pompageen génie civil.pdf
 
Note agro-climatique et prairies n°5 - Juillet 2024
Note agro-climatique et prairies n°5 - Juillet 2024Note agro-climatique et prairies n°5 - Juillet 2024
Note agro-climatique et prairies n°5 - Juillet 2024
 
analyse des risques professionnelles .pptx
analyse des risques professionnelles .pptxanalyse des risques professionnelles .pptx
analyse des risques professionnelles .pptx
 

généralités sur les pipelines

  • 1. Chapitre I Généralités sur les pipelines 3 I.1 Définition : Un pipeline est une canalisation enterrée ou aérienne transportant des biens, qu’ils soient sous forme liquide ou gazeuse. Les pipelines sont le plus souvent construits à partir de tubes d’acier soudés bout à bout, revêtus extérieurement voire intérieurement et généralement enfouis dans le sol. Ces pipelines s’avèrent coûteux et parfois difficiles à mettre en oeuvre selon les caractéristiques des terrains traversés, en zone de risque sismique ou instable. De part leur investissement initial, leur utilisation est relativement peu coûteuse par rapport à d’autres formes de transport concurrentes, au moins sur de petites et moyennes distances [1]. I.1.1 Types de canalisation : Le type et le nom d’un pipeline dépendent des caractéristiques physiques et des conditions du transport du produit.  Pour le gaz naturel, on parle de gazoduc.  Pour le pétrole, on parle d'oléoduc.  Pour l'eau industrielle, il s'agit de conduite . Le terme d'aqueduc est plutôt réservé aux ouvrages maçonnés, avec écoulement libre de l'eau.  Pour l'eau salée, on utilise le terme de saumoduc.  Pour l'oxygène, on utilise le terme d'oxygénoduc ou d'oxyduc.  Pour l'hydrogène, on utilise le terme d'hydrogénoduc. De manière générale, le suffixe d'origine latine "ductus", dérivé de "ducere" qui veut dire "conduire", permet ainsi de définir le nom français d'une canalisation spécialisée pour l'acheminement d'un type de produit particulier. I.2 Les gazoducs : La majorité des gazoducs acheminent du gaz naturel entre les zones d’extractions et les zones de consommation ou d’exportation. On estime la longueur totale des gazoducs dans le monde à un million de kilomètres, soit plus de 25 fois la circonférence terrestre. Les gazoducs sont en majorité terrestre, soit enfouis à environ un mètre de profondeur dans les zones habitées, soit posés à même le sol en zone désertique, ou en zone à sol dur. Leur diamètre varie entre 50 mm (2 pouces) et 1400 mm (56 pouces) pour les plus importants. Toutefois, le tarissement des sources de proximité et l’éloignement croissant des zones d’exploitation ont conduit à l’établissement de gazoducs sous-marins. Selon leur nature d’usage, les gazoducs peuvent être classés en trois familles principales [1].
  • 2. Chapitre I Généralités sur les pipelines 4  Gazoducs de collecte : Ramenant le gaz sorti des gisements ou des stockages souterrains vers les sites de traitement.  Gazoducs de transport ou de transit : Acheminant sous haute pression le gaz traité (déshydraté, désulfuré …) aux portes des zones urbaines ou des sites industrielles de consommation.  Gazoducs de distribution : Répartissant le gaz à basse pression au plus près des consommateurs domestiques ou des petites industries. I.3 Construction et exploitation des gazoducs : Les gazoducs sont constitués de tubes d’acier soudés bout à bout, recouverts d’un matériau isolant (polyéthylène, polypropylène, ..) contribuant à leur protection contre la corrosion. Ils peuvent être également revêtus intérieurement pour améliorer l’écoulement du fluide transporté ou pour prévenir la corrosion interne si le gaz transporté est corrosif. Selon leur nature d’usage, les gazoducs sont exploités par des industriels de l’exploration et de production, du transport ou de la distribution. L’exploitation d’un gazoduc consiste à maintenir l’ouvrage en bon état de service dans les conditions optimales de sécurité et de coût. Aujourd'hui, des millions de kilomètres de pipelines sont largement utilisés pour transporter de l'eau, du gaz et du pétrole sous ou au-dessus du sol ou sous mer, depuis les sources d’extraction jusqu’aux usines de traitement des liquides (filtration, raffinage, liquéfaction,…) (Figure I.1). Figure I.1 : Pipelines.
  • 3. Chapitre I Généralités sur les pipelines 5 I.4 Contexte industriel : I.4.1 Procédé de fabrication des tubes de pipelines : La multiplicité des diamètres et des épaisseurs des tubes et le développement avec le temps de leurs techniques de fabrication [2], constituent les raisons de la diversité du réseau de transport gazier algérien. On retrouve :  Les tubes soudés sous la forme spirale  Les tubes soudés sous forme longitudinale  Les tubes formés sans soudure On se limitera dans le cadre de cette étude à la présentation du mode de fabricat ion des tubes dits de grands diamètres et utilisés dans le transport. Cette appellation est réservée aux tubes de diamètres extérieurs supérieurs à 406 mm (16''). Ils sont obtenus par formage suivi de l’opération de soudage en long ou en spirale de tôles laminées à chaud. I.4.2 Tubes soudés en spirale : La fabrication des tubes soudés en spirale est réalisée en continu sur des machines à souder. Après déroulement de la bobine en bande par un train d’entrainement, la tôle est poussée dans la cage de formage ou elle subit une déformation de cintrage sous l’action d’un vérin. L’obtention du formage en spirale est réalisée par l’inclinaison d’un angle α entre l’axe initial de la bande et l’axe de sortie du tube (Figure I.2). L’enroulement des tubes en spirale permet d’obtenir des tubes calibrés sans avoir besoin de recourir à des étapes de fabrication supplémentaires telles que l’expansion ou le calibrage. De ce fait, le tube précontraint lors de la phase de pliage le reste par la suite. Pour des épaisseurs de paroi au dessus de 20 mm, on utilise habituellement des tôles fortes. Ce procédé permet une exploitation économique optimale de la largeur de bande disponible, par le rapport largeur de bande-diamètre. Figure I.2 : Technique de fabrication des tubes soudés en spirale.
  • 4. Chapitre I Généralités sur les pipelines 6 Le processus de formage ou de cintrage du tube est conditionné par l’angle d’introduction de la bande selon la relation : Sin α = Dans laquelle : B, est la largeur de bande ; D, est le diamètre extérieur ; α, est l’angle d’introduction de la bande par rapport à la tête de formage. Les limites théoriques d’angle ne peuvent, en pratique, pas être exploitées. Si l’angle est trop aigu, il s’en suit une instabilité du processus de cintrage. Les valeurs limites pour la fabrication, sont comprises entre 15° et 50°. La gamme des diamètres, dans laquelle les tubes spirale sont fabriqués, s’étale de 400 à 3000 mm environ, avec des épaisseurs allant jusqu’à 30 mm. La fabrication des tubes spirale peut être subdivisée suivant les opérations principales suivantes : - La préparation de la bande - La bande de raboutage - Le cintrage - Le soudage - La parachèvement - La réception et l’inspection La préparation de la bande et des rives de la bande ainsi que des soudures de raboutage influent directement sur la qualité du tube qui nécessite une attention particulière. A l’entrée de la machine pour tubes spirale, on effectue les opérations suivantes : - Déroulage de la bande - Dressage de la bande de cisaillage - Chanfreinage des rives de la bande - Cambrage des rives pour éliminer l’effet de toit. A l’entrée de la cage de formage, on effectue la passe intérieure de soudure alors que la passe extérieure est effectuée sur le tube formé. Les procédés usuels pour la coupe sont : - L’oxycoupage - Le découpage au plasma
  • 5. Chapitre I Généralités sur les pipelines 7 II.4.3 Tubes soudés longitudinalement : Les tubes de grand diamètre soudés longitudinalement sont fabriqués selon le procédé "UOE", désignation qui reprend la variation de la forme au cours de la fabrication. Le procédé comporte trois étapes principales: formage, soudage, expansion et calibrage. De plus, la première étape est divisée en trois sous étapes: croquage, formage en U et formage en O. Le formage des gros tubes soudés longitudinalement s'effectue à partir de tôles dont la largeur est voisine du périmètre du tube fabriqué et l'épaisseur égale à celle du tube. La mise en forme de la tôle est réalisée de façon unitaire par croquage des rives (C-forming) et formage à la presse. Plus précisément, la tôle est cisaillée en largeur et chanfreinée. Les rives sont croquées au rayon du tube, soit à la presse, soit par des galets. La tôle est ensuite formée en "U" et "O" par des presses extrêmement puissantes (2000 à 20000 tonnes). Croqueuse Presse en « U » Presse en « O » Soudage Expansion Mécanique Figure I.3 : Les étapes de fabrication de tubes soudés longitudinalement. Pour obtenir des produits de haute qualité, il est nécessaire de comprendre parfaitement chaque étape de la mise en forme. L'effet de chaque opération de formage: croquage, U- formage et O-formage a été étudie par [3] en utilisant la méthode des éléments finis. Ces opérations successives sont directement liées et influencent la forme finale ainsi que les caractéristiques mécaniques du tube. La fabrication des tubes soudés longitudinalement comporte trois étapes :
  • 6. Chapitre I Généralités sur les pipelines 8 a) Formage : Après croquage des rives de la tôle, celle-ci est pliée en deux étapes en utilisant deux presses de forme différente. La première confère au tube une forme en 'U', tandis que la seconde lui donne une forme circulaire (Figure I.4). b) Soudage : Le soudage est effectué intérieurement et extérieurement à l'aide de têtes soudeuses automatiques en utilisant la technique de soudage à l'arc sous flux. Le cordon intérieur est généralement réalisé en premier lieu. c) Expansion et calibrage : Dans le but d’obtenir des tubes de section parfaitement circulaire, ceux-ci sont soumis à une expansion mécanique qui leur fait subir une augmentation de diamètre de 1 à 1.5 % (Figure I.5) Cette opération a pour conséquence de relaxer les contraintes résiduelles. L’opération d’expansion induit des déformations qui sont uniformes dans l’épaisseur et assez importantes pour éliminer presque totalement les contraintes résiduelles résultant des différentes étapes de formage du tube. Cependant, pour la zone affectée thermiquement, cela est loin d’être le cas. En raison de la géométrie du cordon de soudure, les déformations induites dans l’épaisseur du tube lors de l’expansion ne sont pas uniformes. Ainsi, en plus des contraintes thermiques, l’expansion laisse des contraintes résiduelles de compression au pied du cordon de soudure aussi bien en paroi interne qu’en paroi externe. Les mesures aux rayons X des contraintes résiduelles réalisées sur la partie courante du tube, c'est-à-dire loin de la soudure montrent que celles-ci sont pratiquement nulles et confirment les résultats des calculs analytiques [3]. Le principe du calibrage est très simple, la machine d'expansion est équipée d'un expanseur mécanique dont la forme extérieure est circulaire. Il peut se déplacer radialement, donc tirer le tube suivant la direction circonférentielle et la section du tube devient circulaire. La tête de la machine d'expansion est assemblée à une longue poutre qui peut se déplacer suivant la direction longitudinale. Un vérin hydraulique est utilisé pour maintenir la parfaite rectitude du tube. Comme le tube est très long (12 à 14 m), deux machines d'expansion symétriques sont utilisées pour le calibrage. Chaque machine agit sur une moitié du tube. De plus, comme l'expanseur est d'environ 800 mm de long, la phase de calibrage est divisée en plusieurs étapes successives. Les travaux de sur la modélisation 3D par éléments finis ont montré un rôle important du calibrage sur la forme finale et l'inflexion longitudinale du tube [3].
  • 7. Chapitre I Généralités sur les pipelines 9 La mise en forme du tube est complexe. Les paramètres de fabrication influencent considérablement les caractéristiques du produit final. Il est ainsi intéressant de comparer les caractéristiques mécaniques de la tôle servant à fabriquer un tube et celles du tube fini. En supposant une utilisation dans les règles de l’art et un contrôle soigneux, on peut affirmer que les procédés mentionnés sont qualitativement équivalents. Une pré-déformation a des effets sur les propriétés de traction et sur la ténacité du matériau. Pour les propriétés de traction, l'effet immédiat d'une pré-déformation est d'augmenter la limite d'élasticité par écrouissage. L'effet sur les autres propriétés de traction est moins évident. Pour l'acier A533B, seule la limite d'élasticité varie [3]. Figure I.4 : Formage en U (a), formage en O (b) et soudage (c). Figure I.5 : Machine d'expansion. I.4.4 Tubes sans soudure : Les tubes formés sans soudure, sont généralement de petits diamètres et de longueurs inferieures à 450 mm, la méthode principale de fabrication de ce type de tube consiste à extruder le métal entre la filière et l'aiguille. On obtient un tube monobloc sans soudure. Il existe une variante dite filage sur nez d'aiguille où l'aiguille est fixe.
  • 8. Chapitre I Généralités sur les pipelines 10 Figure I.6 : Fabrication de pipes sans soudure « schéma du filage sur aiguille permettant d'obtenir un tube sans soudure ». I.5 Revêtement des tubes : On utilise généralement la technique classique des trois couches et de Fusion-Bonded Epoxy (FBE) pour l'isolation extérieure. La polyoléfine est souvent utilisée aussi bien que du polyéthylène (PE) et du polypropylène (PP). L'objectif principal est de protéger le tube par le revêtement contre le processus de la corrosion interne et externe. I.5.1 Revêtements extérieurs : I.5.1.1 Revêtement Fusion Bonded Epoxy : Les revêtements FBE constituent des couches de résine durcissant thermoplastique, qui sont apposées par un procédé thermostatique sur les tubes d'acier et les protègent de la corrosion. Le procédé FBE peut être utilisé à des températures d'exploitation allant jusqu'à 110o C, l'épaisseur typique du revêtement est généralement comprise entre 350 et 450 micromètres. Une deuxième couche entraîne une excellente résistance aux détériorations du pipeline, même dans les conditions environnementales les plus difficiles (Figure I.7.a).
  • 9. Chapitre I Généralités sur les pipelines 11 Figure I.7: Revêtement FBE. I.5.1.2 Revêtement extérieur polyoléfine 3 couches : Le revêtement polyoléfine 3 couches est une combinaison de résine thermoplastique durcissant, de couche d'adhérence copolymère et de thermoplastique apposée sur les tubes d'acier afin de garantir leur protection contre la corrosion et les détériorations mécaniques (Figure I.7.b). Figure I.7 : Revêtement extérieur. I.5.2 Revêtements intérieurs : I.5.2.1 Revêtements pour l'amélioration du débit : Une résine époxy liquide est pulvérisée sur la paroi interne des tubes sur une épaisseur typique de 60 à 100 micromètres. Il en résulte une amélioration de la capacité de transport du gaz, une minimisation les résistances de friction et donc une réduction des stations de compressions. La simplification du nettoyage et la protection temporaire contre la corrosion
  • 10. Chapitre I Généralités sur les pipelines 12 font du revêtement Flow Coating une solution unique et économique pour le transport du gaz (Figure I.8). Figure I.8 : Revêtements en résine époxy liquide pour les pipelines. Une résine époxy liquide est pulvérisée sur la paroi interne des tubes sur une épaisseur de 400 à 500 micromètres. Pour ce faire, on utilise une nouvelle génération de résines époxy sans solvant. Un objectif permanent de l’exploitation des pipelines est d’assurer des transports massifs d’hydrocarbures dans le respect de l’environnement et de la sécurité. Cet objectif est atteint par la mise en oeuvre de plan de surveillance et de maintenance qui est destiné à maintenir l’intégrité des lignes.