SlideShare une entreprise Scribd logo
Escuela Oficial de Idiomas
TRES CANTOS
Escuela Oficial de Idiomas
TRES CANTOS
Cristina Escribano Martín NA1
	 Il était une fois une princesse nommée Coraline qui habitait dans un petit village in-
connu en France. L’histoire que je vais vous raconter eut lieu dans ce village appelé ‘La tour
de France’. Le nom faisait référence à une tour qui était dans le centre du village pour survei-
ller la frontière entre la France et l’Espagne.
	 La nuit d’avant Noël, il faisait très froid et la cheminée ne marchait pas. Bien que
Coraline soit peureuse, elle était très têtue et par conséquent, elle fut courageuse alors et
s’introduisit dans la cheminée pour la fixer. Mais elle ne savait pas ce qui se passait et appela
donc son domestique qui apparut pour l’aider.
	 Tout d’abord, il prit une lanterne pour bien voir à l’intérieur et en allumant, il remar-
qua qu’il y avait des briques mal placées qui empêchaient la sortie de l’air chaud. Alors, il
essaya de bien les placer mais il trébucha et tomba. Autrement dit, après cette tentative, il
faisait plus froid qu’avant et en outre, ils n’avaient pas pu fixer les briques.
	 Coraline, qui était très gentille, contrairement aux autres princesses, l’aida de nou-
veau et tous les deux se mirent à bien les attacher. Après avoir passé une heure à l’intérieur
de la cheminée, ils en sortirent un peu tristes et désespérés.
	 Tout à coup, le père Noël apparut dans la cheminée parce qu’il était déjà Noel et qu’il
devait laisser les cadeaux au-dessous du sapin. Il aperçut que la chambre était très froide à
cause de la cheminée et donna à Coraline une pièce qui s’était détachée pour la fixer. Corali-
ne se montra reconnaissante et donna au Père Nöel un morceau de fromage, des croissants
et du jus d’orange, tout à emporter, puisqu’elle savait que le Père Nöel devait conduire le
traîneau toute la nuit et qu’il serait fatigué.
LA PRINCESSE ET LA CHEMINÉE
Escuela Oficial de Idiomas
TRES CANTOS
Cristina Fulgencio Delgado NA1
LA MONTRE MAGIQUE
	 Après un long hiver, la neige du chemin commençait à fondre.
Fabian se leva tôt comme chaque jour, déjeuna quelques toasts et
un café comme chaque jour et se habilla pour aller travailler comme
chaque jour. Ce qu'il ne savait pas c'était que ce jour-là allait changer
le reste de sa vie.
Il habitait dans un petit village aux environs de Paris avec son chat
Friederich, un énorme chat qui man- geait plus qu'il ne dormait. Fabian
était un jeune allemand qui avait déménagé en France il y avait déjà
5 ans par amour. Cependant, 5 ans après, sans fiancée et avec le chat,
Fabian s'était rendu compte qu'il n'aurait jamais dû déménager,
mais il était trop tard. Il sortit de son petit appartement et prit son vélo pour aller travailler, comme chaque jour.
Le village dormait encore, le soleil était sorti à peine et quelques oiseaux commençaient déjà à voler dans le ciel.
	 Comme chaque jour, Fabian traversa le parc de l'église et se dirigea vers la boulangerie de son ami Olivier.
Tout en pédalant, Fabian imaginait comment aurait été sa vie s'il n'avait pas connu cette fille. Il se demandait s'il
continuerait encore d'habiter à Berlin, s'il continuerait de sortir avec ses amis, s'il aurait adopté un chat... Il allait
si concentré qu'il ne vit pas le trou du sol et il tomba. Endolori, Fabian réussit à s'asseoir dans la rue et se rendit
compte qu'à l'intérieur du trou il y avait quelque chose de brillant. Étourdi, il mit la main et tira une montre an-
tique qui ne fonctionnait pas. C'était une montre dorée, grande et avec quelques lettres sur le couvercle : F.H.
C'étaient ses initiales ! Sous le couvercle on pouvait lire : "Que l'amitié de ton présent emporte ton avenir pour
que ton passé puisse être ton présent". Qu'est-ce qui pourrait signifier cela? Fabian se leva du sol et tandis qu'il
arrivait à la boulangerie de son ami, il téléphona à son chef pour l'avertir de son accident. Quand il arriva, il racon-
ta tout à son ami qui, après avoir examiné la montre, lui suggéra de la mettre en service et voir ce qui se passait.
Ils cherchèrent une pile dans les tiroirs de la boulangerie tandis qu'ils discutaient:
	 - De quelle amitié la montre parle-t-elle?
	 - Je suppose qu'elle parle de mon meilleur ami, et celui-là est toi, Olivier.
	 - Ne dis pas de sottises ! Une montre n'a pas de personnalité et beaucoup moins d'intelligence ! Comment
va-t-elle se rapporter à nous ?
	 - Il ne peut pas être dû au hasard que les initiales soient égales aux miennes ! Cette montre est pour moi,
je le pressens.
	 - Bon, et si c'était vrai ; comment s'active-t-elle ? Qu'est-ce qu'elle fait ?
	 - Je crois que nous devrions presser le bouton ensemble et on verra ce qu'il se passe.
	 Olivier, encore sans être convaincu, accepta. Ils pressèrent ensemble le bouton et... rien. Il ne se passa
rien. C'était possible que la montre ne fonctionnât pas avec la nouvelle pile. Olivier, allégé, ordonna à Fabian de
rentrer chez lui mais Fabian n' abandonna pas. Une fois à la maison, il s'allongea sur le lit avec la vieille montre
entre ses mains et Friederich à ses pieds. "Que l'amitié de ton présent emporte ton avenir pour que ton passé
puisse être ton présent"... tout à coup Fabian le comprit. Olivier était son ami mais Friederich était son meilleur
ami ! Il l'avait adopté parce qu'il était célibataire et il avait été un appui constant. En prenant Friederich dans ses
bras, il pressa le bouton et, tout à coup, il n'était ni sur son lit ni en France. C'était un jour d'été, à côté du mur de
Berlin et il était assis dans un bar avec ses amis mais sans Friederich.
Il regarda son téléphone et vérifia qu'il y était revenu il y a 5 ans... la montre était magique ! Elle lui permettait
d'effacer ces 5 dernières années de sa vie mais il y avait un prix : l'existence de Friederich. Il ne pouvait pas le
permettre, son chat l'avait accompagné dans les moments les plus difficiles et il ne pouvait pas l'abandonner
maintenant. Fabian pressa le bouton de la montre de nouveau et, dans un clin d'œil, il était couché dans son lit
avec la vieille montre entre ses mains et Friederich à ses pieds. À ce moment-là, Fabian se rendit compte que tou-
te expérience vécue était nécessaire et qu'il ne devait pas effacer une partie de sa vie. À ce moment-là, il décida
de revenir à Berlin...à sa vie antérieure, mais avec Friederich.
Escuela Oficial de Idiomas
TRES CANTOS
Natividad de la Fuente Velasco NA1
LE LIVRE
	 Quand j’étais petite, mon grand-père me lut un conte d’un garçon qui s’appelait
Juan. Il avait 6 ans, mais il était très triste et sans amis ; en plus, il n’aimait pas lire.
	 Ses parents ne savaient plus que faire, parce qu’il avait déjà beaucoup de jouets.
	 En été, Juan allait passer ses vacances avec ses grands-parents, qui habitaient dans
une grande maison, avec un bon chien appelé Tobia, dans un petit village.
	 	 Le premier jour, son grand-père qui s’appelait Pedro le
laissa un livre de contes et lui dit, très sérieux, qu’il devait
lire chaque nuit un conte. Juan se mit à pleurer, parce qu’il
ne voulait pas le faire : il n’aimait pas lire. Mais Pedro lui dit
qu’il devait lui faire confiance et qu’ils le liraient ensemble.
	 	 La première nuit, ils lurent ensemble un conte sur les
animaux. Le lendemain, Juan alla avec son grand-père au po-
tager et il commença à jouer avec Tobia, presque sans le sa-
voir, et à regarder d’une autre manière le reste des animaux
autour de lui.
	 Quand la nuit tomba, avant de se coucher, Juan et Pedro lurent un conte de la
famille et un autre jour, des amis, et ainsi, après quelques semaines, Juan était heureux
avec Tobia, ses grands-parents et il avait un tas d’amis qui, comme lui, allaient au village
en vacances.
	 Juan finit de lire ce livre et en demanda un autre à Pedro, et celui-ci le conduisit
jusqu’à l’étagère où il y en avait beaucoup pour qu’il puisse choisir.
	 Quand Juan rentra chez ses parents à la fin de l’été, il demanda de retirer quelques
jouets et il les remplaça par les livres que son grand-père lui avait prêtés. 	
Grand-père
Grand-père dit un conte,
Un conte du vieux temps,
Grand-père est amusant
Lorsqu'il nous conte un conte.
Il n'a plus que deux dents
Qu'il découvre en grognant
Pour imiter le loup méchant.
Et tout le monde rit à la ronde
Lorsque grand-père conte
Un conte du vieux temps.
Maurice Carême
Escuela Oficial de Idiomas
TRES CANTOS
Sofía Alonso Cabrero NA2
LA CLÉ D’OR - PARTIE FINALE
	 Dès qu’il ouvrit le coffret, un éclair aveuglant sortit illuminant tout le bois.
Aussitôt que le pauvre garçon put ouvrir ses yeux, il se rendit compte qu’une
pièce de monnaie aussi grande qu’un petit chien et aussi scintillante qu’une
étoile était à l’intérieur entourée de pétales de coquelicot. Avec un énorme
sourire, le garçon la prit et commença à sauter de joie : « Je suis si heureux ! Les
mauvais jours sont finis et je pourrais acheter tous les jouets dont j’ai toujours
rêvé ! ».
	 Mais tout à coup, une pauvre fille surgit du noir du bois, portant des
vêtements négligés et déchirés. « Excuse-moi, garçon, est-ce que tu as vu mon
petit coffret ? J’y gardais la chose la plus importante pour ma famille et... ». La
petite fille commença à pleurer. Le garçon regarda la petite fille très tristement
: il s’était fait tant d’illusions avec sa découverte qu’il ne voulait pas la rendre
à sa propriétaire. Mais il savait bien ce qui était juste. « Oui... j’ai trouvé ton
coffret et je l’ai bien gardé pour que personne ne puisse le prendre. Voilà ta clé
et ton coffret ! ». « Oh merci beaucoup, petit garçon ! Tu es si gentil ! Viens avec
moi, je vais t’inviter à un brunch chez ma famille ».
	 Et voilà le début d’une grande amitié qui durera jusqu’à nos jours.
Escuela Oficial de Idiomas
TRES CANTOS
LA BARBE DU PÈRE NOËL
	 Ce 24 décembre, com- me tous les 24 décembre, tous
les lutins qui habitaient au Pôle Nord étaient très occupés
à finir les cadeaux que le Père Noël devrait distribuer. Tous
les rennes étaient très affairés à la revission du traîneau dans
lequel le Père Noël devrait vo- yager. Et le Père Noël était chez
le coiffeur pour entretenir sa barbe et ses cheveux.
	 Mais ce jour-là, tou- tes les choses ne se sont pas
déroulées comme tous les au- tres 24 décembre. En effet,
les lutins et es rennes étaient en train de travailler comme
d´habitude, quand ils ont tous entendu un cri redoutable.
Surpris parce que le bruit ve- nait de chez le coiffeur, ils y
sont tous allés rapidement. Mais, au moment où ils sont tous arrivés, un autre cri redoutable, et plus fort
celui-là, a été entendu au Pôle Nord. Les lutins et les rennes ont crié en voyant le Père Noël.
	 Dix minutes plus tard, tous les habitants de cette froide région ne parlaient pas d´autre chose : le
Père Noël était chauve parce que le coiffeur s´était trompé de produit colorant ; de plus, le Père Noël ne
pouvait arrêter de pleurer et le coiffeur, terrifié, avait quitté le Pôle Nord sans mot dire.
	 Personne ne savait quoi faire du Père Noël. Tous étaient d´accord qu´il ne pouvait pas faire la dis-
tribution de cadeaux sans sa traditionnelle barbe blanche et ses chers cheveux bouclés.
	 - Nous pourrions faire une perruque poilue pour le Père Noël. Aucun enfant ne pourra distinguer
des cheveux naturels de ceux d´une perruque, a proposé un lutin.
	 - Mais non ! Ce n´est pas une bonne idée. Le traîneau doit glisser très rapidement, et il y a beau-
coup de vent dans le ciel. Aucune perruque ne pourrait tenir en place ! a répondu savamment le renne
Rudolph.	
	 Ils étaient tous en train de se disputer quand quelqu´un a frappé à la porte. C´était un petit rouge-
gorge qui était entré en volant allégrement.
	 - Bonjour à tous. Ne vous inquiétez pas et soyez contents, a-t-il dit en souriant.
	 Les lutins et les rennes l´ont regardé très surpris et se sont sentis soulagés quand il a eu fini de
s´expliquer.
	 - Pensez-vous réellement que ce soit impossible de trouver une barbe blanche et des cheveux
blancs et bouclés ? Vous pensez de cette manière parce que vous habitez ici et ne voyez pas d´autre
homme que le Père Noël. Mais moi, comme j´habite en ville, je sais qu´aujourd´hui il y a beaucoup de
hipsters qui seraient enchantés d´aider le Père Noël. Il ne faudra qu´en trouver un qui ait un cœur d´or et
qui puisse aider le Père Noël.
	 Tous ont trouvé que l´idée était très bonne. Même le Père Noël s´est senti soulagé et a pris immé-
diatement sa boule magique pour trouver un hipster au cœur d´or. Il en a trouvé un qui avait, en plus, une
barbe très blonde, presque blanche.
	 Et ce 24 décembre-là, le Père Noël a voyagé comme d´habitude sur son traîneau. Mais cette fois-
ci, il était accompagné d´un hipster déguisé comme lui avec qui il a pu distribuer tous les cadeaux. Même
s´il y a eu des enfants qui ont affirmé que le Père Noël n´était pas seul cette nuit-là, aucun enfant n´a
jamais soupçonné que l´homme barbé qu´ils ont vu cette nuit-là n´était pas le Père Noël.
Ana María Barat González NA2
Escuela Oficial de Idiomas
TRES CANTOS
LE TRISTE ROYAUME
	 II était un fois un prince. Son royaume était triste, gris et y regnait un hiver éternel. Le prince
ne voulait jamais sortir du palais. Il était tout le temps déprimé et affligé parce qu’il se sentait seul.
Ses parents, le Roi et la Reine, ne savaient pas ce qu’ils pouvaient faire ni quelle était la cause de la
tristesse du prince.
	 Un jour, un vieux savant qui était ami du Roi arriva au palais. Quand le savant eut connais-
sance de ce qui arrivait au jeune prince, il s’inquiéta. Comme il voulait aider son ami le Roi, il passa
beaucoup de temps avec le prince. Un jour, il découvrit la cause de cette tristesse : le prince était prêt
à partager sa vie avec l’amour de sa vie mais il ne l’avait pas encore trouvé.
	 Le savant communiqua au Roi le problème et lui dit : “La cause pour laquelle votre royaume
est gris et sans splendeur est la tristesse du futur Roi, votre fils. Le royaume sent sa tristesse. C’est
pour cela que les arbres n’ont pas de feuilles, que le soleil a disparu et que la population n’a pas d’es-
poir. Quand votre fils trouvera le véritable amour, tout changera”.
	 Décidé, le Roi convoqua toutes les jeunes filles et princesses sauf celles du royaume voisin
qui était très prospère et qui était devenu son ennemi. Le prince fit la connaissance de toutes les
princesses mais il ne trouva pas son âme sœur : toutes les jeunes filles voulaient devenir reines et
convoitaient le pouvoir et la richesse mais elles n’aimaient pas le prince. Fatigué, le jeune prince
s’échappa très loin du palais parce qu’il avait besoin de s’éloigner de tout et de toutes.
	 Mais il ne connaissait pas la forêt et il se perdit rapidement entre la neige et les arbres me-
naçants. Tout à coup, il écouta la douce voix d’une femme. Il suivit cette voix et déboucha sur un pré
vert. Le prince était allé sans s’en rendre compte dans le royaume voisin qui avait l’air très différent
de son propre royaume. Le soleil illuminait le ciel, les arbres étaient luxuriants, le pré était plein de
fleurs et l’eau coulait dans une petite rivière. Une jeune femme dessinait le magnifique paysage.
Eva Delgado Yagüe NA2
Elle découvrit le prince et ils se regardèrent. Elle dit :
	 -	 Bonjour ! Comment vous appelez-vous ?
	 II ne pouvait pas croire qu’une jeune femme aussi belle puisse exister.
	 -	 Léopold. Et vous ?
	 -	 Moi, je m’appelle Julianne, dit-elle en souriant. Vous êtes le prince de ce triste royau-
me-là ?
	 -	 Oui... Et vous êtes la princesse de ce royaume-ci ?
	 Oui, elle l’était. Ils commencèrent à parler. Le temps passa si rapidement que la nuit arriva et
Léopold dut rentrer.
	 Chaque jour, Léopold visitait Julianne dans le pré et ils découvraient les divers paysages de
chacun des royaumes. Peu à peu, le royaume du prince commença à changer. La neige fondait, les
arbres avaient de petits boutons qui annonçaient de nouvelles feuilles et la population était plus
contente.
	 Étonné, le Roi suivit un jour le prince et il découvrit son fils avec Julianne. Ils riaient et parais-
saient très heureux. Contrarié, le Roi ne savait pas ce qu’il pouvait faire parce que Julianne était la
fille de son pire ennemi.
	 Un jour le prince lui confessa son amour pour Julianne et le Roi se mit à pleurer. Le fils lui
demanda quel était le problème. Le Roi lui répondit : “Je suis fier de toi, mon fils. Tu as trouvé défini-
tivement l’amour de ta vie. Je sais que tu es heureux, le royaume est plus riche que jamais mais tu es
amoureux de la fille de mon ennemi... Qu’est-ce que je dois faire ? Dois-je renoncer à mon pouvoir
ou lutter pour le bonheur de mon fils unique ?”. Après un moment de réflexion, le père lui dit : “Mon
fils, tu es plus important que tout, je suis sûr que tu vas devenir un grand Roi. Je te bénis, mon fils, je
bénis ton amour avec Julianne”.
	 Léopold le serra dans ses bras, surpris que son père déteste le père de Julianne. Alors, le soleil
apparut pour la première fois dans le royaume : tout avait changé.
	 Dans les jours qui suivirent, Julianne fit la connaissance du Roi qui leur donna son consente-
ment pour être ensemble. Le Roi et le père de Julianne finirent leur dispute et finalement, les deux
royaumes s’unirent. Le royaume changea : tout était très différent, la population était très positive et
optimiste, les récoltes étaient plus productives et le soleil illuminait les deux royaumes, maintenant,
unis pour l’éternité grâce au véritable amour, celui de Léopold et de Julianne.
Escuela Oficial de Idiomas
TRES CANTOS
María Dolores Fandila Enrique NA2
LE RÊVE DE LA JEUNE BERGÈRE
	 Dans un petit village, perdu dans les montagnes d’un
petit pays, vivait une jeune bergère avec ses brebis et
son chien Veilleur. Elle soignait bien ses moutons car ils
lui donnaient du lait et de la laine.
	 Dans l’après midi d’un chaleureux jour d’été, la jeune
bergère s’endormit soudainement lorsqu’elle veillait
sur son troupeau sous l’ombre d’un vieil arbre. La jeu-
ne bergère eut encore le même rêve des jours précé-
dents et après s’être réveillée et avoir réfléchi un peu,
elle décida de rendre visite à la plus sage du village.
	 Chez la plus sage du village, la jeune bergère lui raconta son rêve de tous les jours sur
un pays lointain, très différent du sien, dans lequel les arbres n’étaient pas ordinaires car de
leurs branches pendaient de petites pierres très lumineuses. Alors, la sage qui l’écoutait avec
un grand intérêt, réfléchit un peu et, en lui donnant une carte des pays lointains, lui conseilla
d’aller chercher ces arbres si extraordinaires. Mais aussi, elle lui demanda d’emporter autant
de petites pierres lumineuses qu’elle pourrait.
	 Après cela, la jeune bergère devint confuse et inquiète car elle aimait sa vie dans le
petit village, à côté de ses brebis et de son chien Veilleur. Cependant, elle voulait connaître le
pays lointain où se trouvaient ces arbres si extraordinaires d’où pendaient de petites pierres
lumineuses. Enfin, la jeune bergère décida de quitter son petit village et avec son fidèle chien
Veilleur, elle alla chercher le pays de son rêve.
	 À travers les différents pays qu’elle visita, la jeune bergère connut beaucoup de per-
sonnes très différentes et découvrit de nouvelles émotions. Pendant le voyage, elle croisa le
désert aidée par des gens qui se déplaçaient en caravane de chameaux, se baigna dans la mer
à côté de dauphins et de tortues marines et dormit sous
les éclats de couleurs des lumières du Nord.
	 Cependant, elle ne trouva pas le pays des arbres
dont de petites pierres lumineuses pendaient des bran-
ches. Alors, après plusieurs années de recherches, la jeune
bergère rentra chez elle. Elle était désireuse de raconter
son merveilleux voyage à la sage du village et décida de lui
rendre visite. La sage du village écouta attentivement le
récit du voyage aux pays lointains de la jeune bergère et à
la fin, un doux sourire aux lèvres, la sage du village lui dit -
voilà les petites pierres brillantes de ton rêve – et alors, la
jeune bergère étonnée la remercia.
Escuela Oficial de Idiomas
TRES CANTOS
Antonio Fernández Rocha NA2
LA COUPE
	
	 Il était une fois un petit garçon qui avait trouvé une coupe d’or.
C’était la coupe du monde de foot. Cette coupe avait été gagnée en 2010
par l’équipe d’Espagne, grâce au but d’Iniesta, il y a déjà quatre siècles.
C’était quand l’homme habitait sur la Terre.
	 Aujourd’hui, la Terre est une petite planète peu habitée où l’hom-
me va passer ses vacances d’hiver. C’est à cause de la dernière glaciation,
dans l’année 2222, qu’elle a un climat polaire. Alors, le gens furent obli-
gés de partir dans toutes les autres planètes de l’univers.
	 Ce pauvre garçon qui se prénommait Andrés aimait jouer au foot
et comme il avait trouvé la coupe, il gagna une grosse récompense : par-
ce qu’il y avait longtemps que cette coupe avait disparu !
Escuela Oficial de Idiomas
TRES CANTOS
Sonsoles Obesso Blázquez NA2
LA ROSE ROUGE
	 Il était une fois le jardin le plus
beau du pays. Il appartenait au sul-
tan le plus riche et le plus puissant de
la région.
	 L’épouse du sultan s’appelait
Zara. C’était une femme très douce
qui aimait les ar- bres, les fleurs et
les animaux. Zara se réveillait très
tôt le matin pour s’occuper person-
nellement du jar- din. Elle arrosait les
fleurs, taillait les arbustes et après le
petit déjeuner, elle se promenait avec
plaisir en regardant les plantes. Zara et
son mari s’aimaient beaucoup, mais
après deux ans de mariage, ils n’avaient pas eu d’enfant. C’est pour cela que Zara était un peu triste.
Elle voulait devenir mère et avoir une famille heureuse.
	 Un soir d’été, elle était en train de lire un livre à l’ombre d’un arbre et sans le vouloir, elle com-
mença à pleurer. Soudain, elle entendit une voix susurrante… C’était une fleur qui lui disait qu’elle
l’aiderait. C’était une rose rouge, la plus grande du rosier. Il s’agissait d’une rose magique, qui lui
offrirait un enfant si la femme promettait d’y aller tous les matins. Pendant neuf mois, elle devrait lui
raconter une histoire différente chaque jour parce que la fleur se nourrissait de contes. Zara répondit
étonnée qu’elle le ferait. Elle avait encore de l’espoir.
	 C’est ainsi que, tous les matins, après la promenade, Zara s’asseyait près du rosier et com-
mençait à lire un nouveau conte. Elle s’apercevait que quelque chose grandissait dans son intérieur.
	 C’est ainsi que Zara tomba enceinte. Tout le monde était heureux dans le palais. Le sultan
soignait son épouse amoureusement et lui offrait tout ce qu’elle désirait.
	 Enfin, un jour du neuvième mois, Zara était prête à accoucher. Elle avait préparé une cham-
bre à l’aide du personnel de sa confiance. Elle était très nerveuse parce qu’elle n’était pas sûre de ce
qui arriverait. Et c’est alors qu’elle décida de tout raconter à son mari qui, étonné, vit comment son
épouse accouchait d’un petit bouton rouge. Zara se mit à pleurer son bouton à la main. Son mari
qui comprenait sa peine, l’embrassa et commença aussi à pleurer. Ils regardaient tous les deux leur
bouton pendant que leurs larmes coulaient sur la petite fleur qui peu a peu s’ouvrait en laissant voir
à l’intérieur une belle fille très petite.
	 Cette petite bébé fut la fille la plus aimée du royaume et elle grandit grâce aux contes que sa
mère lui racontait tous les jours dans leur jardin.
Escuela Oficial de Idiomas
TRES CANTOS
Julen Elorriaga Vaquero
Inmaculada Ángel Vega 									NA2
María Aurelia Pimentel Lorente
L’ÉTOILE DE NOËL DISPARUE
	 Il était une fois un petit village dans
la région des Alpes, où habitait une chère
grand-mère avec son chien nommé Broui-
llard. Cette dame était bien aimée de tout le
monde. Tous les jours, elle se promenait
avec son chien dans les rues de la ville alpine
et bavardait avec tous.
	 C’était un grand jour dans la ville…
C’était le jour où on de- vait décorer le sapin
de Noël. A cet égard le maire avait apporté les objets décoratifs: les boules, les guirlandes, les
bougies et la plus belle étoile dorée qu’on n’ait jamais vue.
	 Ce jour-là, Brouillard est entré chez le boucher comme d’habitude et quand le boucher
était en train de lui donner un grand os, le toit s’est effondré et est tombé sur le boucher et
Brouillard lui-même… En moins de deux, tous les voisins du village, les enfants, les hommes,
les femmes, le maire et la grand-mère aussi ont aidé à les sauver. Ils ont fait une chaîne hu-
maine pour enlever les décombres. Brouillard et le boucher pensaient qu’ils allaient mourir,
mais juste au moment où la grand-mère a commencé à ôter les dernières pierres, le boucher
et Brouillard ont compris qu’ils étaient sauvés et sans blessures graves…
	 Et les riverains se sont finalement réunis autour du sapin de Noël. Peu à peu les objets
décoratifs ont été places sur le sapin. La gaieté semblait être revenue à la ville, mais quand le
moment de placer la belle étoile est arrivé, on s’est rendu compte qu’elle n’était pas là. Elle
avait disparu, apparemment, sans laisser aucune trace !
	 Tout le monde se posait des questions ! Tout le monde la cherchait partout ! Tout le
monde désirait la trouver… ! La journée avançait mais l’étoile n’apparaissait nulle part et
quand la nuit est tombée sur la ville… c’est le chien Brouillard, blessé mais vivant, qui la por-
tait dans sa gueule… Il l’avait récupérée sous les décombres où le maire l’avait oubliée...
Escuela Oficial de Idiomas
TRES CANTOS
Alicia Cortijo Sánchez
Antonio Fernández Rocha 									NA2
Rosario Rodríguez García
LA TEMPÊTE DE NEIGE
	
	
	 Il était une fois un enfant qui habitait dans un petit village de montagne. Un jour d’hi-
ver, quand il jouait dans la forêt entre les sapins, une grosse tempête de neige a éclaté et il
s’est tout se suite rendu compte qu’il s’était perdu. Il n’arrivait pas à retrouver le chemin de
retour. Il pleurait et pleurait et au moment où ses larmes atteignaient la neige, la Fée de la
Neige est apparue. Elle a calmé l’enfant et lui a dit qu’elle allait l’aider à retrouver le chemin
de retour à la maison. La fée essayait de voler mais elle ne pouvait pas à cause du brouillard
qui était très dense. Alors, elle a appelé une étoile avec sa baguette magique. Une fois l’étoi-
le apparue au-dessus de leurs têtes, tout autour d’eux s’est illuminé. Puis, elle est descendue
lentement droit devant l’enfant afin de pouvoir lui montrer le chemin.
	 Heureusement, l’enfant a retrouvé son chemin et est arrivé chez lui juste la nuit de
Noël. À partir de cette nuit-là, l’étoile apparaît chaque nuit au-dessus de la maison et l’enfant
s’approche de la fenêtre pour la saluer.
FIN

Contenu connexe

Tendances

Lectures b2+
Lectures b2+Lectures b2+
Lectures b2+
Panora Mix
 
Les crêpes froides
Les crêpes froidesLes crêpes froides
Les crêpes froides
Luís Rovira
 
Compilation d'autres textes de famille
Compilation d'autres textes de familleCompilation d'autres textes de famille
Compilation d'autres textes de famille
Michel Bruley
 
STRIX VAMPIRAE
STRIX VAMPIRAESTRIX VAMPIRAE
STRIX VAMPIRAE
Séverine Fasnacht
 
Les amoreux
Les amoreuxLes amoreux
Les amoreux
Luís Rovira
 
comment t'as pu
comment t'as pucomment t'as pu
comment t'as pu
valentino20
 
Ne tue pas celui qui t\'aime
Ne tue pas celui qui t\'aimeNe tue pas celui qui t\'aime
Ne tue pas celui qui t\'aime
Antoinette Ferro
 
Premières pages la peur dans l'ombre
Premières pages la peur dans l'ombrePremières pages la peur dans l'ombre
Premières pages la peur dans l'ombrecorinneheronmimouni
 
Projet de scénario original : L’Exilé malgré lui / Loin des murs du front
Projet de scénario original : L’Exilé malgré lui / Loin des murs du front Projet de scénario original : L’Exilé malgré lui / Loin des murs du front
Projet de scénario original : L’Exilé malgré lui / Loin des murs du front
Cédric Mouats
 
Le sang d'une nuit d'été
Le sang d'une nuit d'étéLe sang d'une nuit d'été
Le sang d'une nuit d'été
Luc Mandret
 
Comment t'as pu ?
Comment t'as pu ?Comment t'as pu ?
Comment t'as pu ?Chrisbd
 
Comment T As Pu Bv2878 B3 1 .7
Comment T As Pu Bv2878 B3 1 .7Comment T As Pu Bv2878 B3 1 .7
Comment T As Pu Bv2878 B3 1 .7guest37ef06
 
Les chroniques de l'académie von einzbern test
Les chroniques de l'académie von einzbern testLes chroniques de l'académie von einzbern test
Les chroniques de l'académie von einzbern testAlabrena9272
 
Bibliographie Regards croisés sur le Japon
Bibliographie Regards croisés sur le JaponBibliographie Regards croisés sur le Japon
Bibliographie Regards croisés sur le Japon
BMConcarneau
 
Adélaïde, de Philippe Rosenberger
Adélaïde, de Philippe RosenbergerAdélaïde, de Philippe Rosenberger
Adélaïde, de Philippe Rosenberger
Philippe Rosenberger
 
Isabelle eberhardt
Isabelle eberhardtIsabelle eberhardt
Isabelle eberhardtrabahrabah
 

Tendances (20)

Lectures b2+
Lectures b2+Lectures b2+
Lectures b2+
 
Les crêpes froides
Les crêpes froidesLes crêpes froides
Les crêpes froides
 
Compilation d'autres textes de famille
Compilation d'autres textes de familleCompilation d'autres textes de famille
Compilation d'autres textes de famille
 
Lectures
Lectures Lectures
Lectures
 
Episode 1
Episode 1Episode 1
Episode 1
 
STRIX VAMPIRAE
STRIX VAMPIRAESTRIX VAMPIRAE
STRIX VAMPIRAE
 
Les amoreux
Les amoreuxLes amoreux
Les amoreux
 
Comment as tu-pu_!
Comment as tu-pu_!Comment as tu-pu_!
Comment as tu-pu_!
 
comment t'as pu
comment t'as pucomment t'as pu
comment t'as pu
 
Ne tue pas celui qui t\'aime
Ne tue pas celui qui t\'aimeNe tue pas celui qui t\'aime
Ne tue pas celui qui t\'aime
 
COMMENT T'AS PU
COMMENT T'AS PUCOMMENT T'AS PU
COMMENT T'AS PU
 
Premières pages la peur dans l'ombre
Premières pages la peur dans l'ombrePremières pages la peur dans l'ombre
Premières pages la peur dans l'ombre
 
Projet de scénario original : L’Exilé malgré lui / Loin des murs du front
Projet de scénario original : L’Exilé malgré lui / Loin des murs du front Projet de scénario original : L’Exilé malgré lui / Loin des murs du front
Projet de scénario original : L’Exilé malgré lui / Loin des murs du front
 
Le sang d'une nuit d'été
Le sang d'une nuit d'étéLe sang d'une nuit d'été
Le sang d'une nuit d'été
 
Comment t'as pu ?
Comment t'as pu ?Comment t'as pu ?
Comment t'as pu ?
 
Comment T As Pu Bv2878 B3 1 .7
Comment T As Pu Bv2878 B3 1 .7Comment T As Pu Bv2878 B3 1 .7
Comment T As Pu Bv2878 B3 1 .7
 
Les chroniques de l'académie von einzbern test
Les chroniques de l'académie von einzbern testLes chroniques de l'académie von einzbern test
Les chroniques de l'académie von einzbern test
 
Bibliographie Regards croisés sur le Japon
Bibliographie Regards croisés sur le JaponBibliographie Regards croisés sur le Japon
Bibliographie Regards croisés sur le Japon
 
Adélaïde, de Philippe Rosenberger
Adélaïde, de Philippe RosenbergerAdélaïde, de Philippe Rosenberger
Adélaïde, de Philippe Rosenberger
 
Isabelle eberhardt
Isabelle eberhardtIsabelle eberhardt
Isabelle eberhardt
 

Similaire à Contes Na1-Na2- Français

Le mensonge de Léonie
Le mensonge de LéonieLe mensonge de Léonie
Le mensonge de Léonie
Freekidstories
 
Le petit chaperon
Le petit chaperonLe petit chaperon
Le petit chaperon
Isabel Rieiro
 
Sempe et-goscinny-le-petit-nicolas-a-des-ennuis-denoel-1964
Sempe et-goscinny-le-petit-nicolas-a-des-ennuis-denoel-1964Sempe et-goscinny-le-petit-nicolas-a-des-ennuis-denoel-1964
Sempe et-goscinny-le-petit-nicolas-a-des-ennuis-denoel-1964
Barbara Roales Valladares
 
Adultere coelho paulo (1)
Adultere   coelho paulo (1)Adultere   coelho paulo (1)
Adultere coelho paulo (1)
Hajar EL YADARI
 
Adultere paulo-coelho
Adultere paulo-coelhoAdultere paulo-coelho
Adultere paulo-coelho
Daniel Patrigeon
 
Lacigaleetlafourmimcb 0 01
Lacigaleetlafourmimcb 0 01Lacigaleetlafourmimcb 0 01
Lacigaleetlafourmimcb 0 01tilapin
 
La Cigale Et La Fourmi
La Cigale Et La FourmiLa Cigale Et La Fourmi
La Cigale Et La Fourmiguestc5baeb
 
La Cigale Et La Fourmi
La Cigale Et La FourmiLa Cigale Et La Fourmi
La Cigale Et La Fourmiguestfaa252
 
Vous connaissez cette fable ?
Vous connaissez cette fable ?Vous connaissez cette fable ?
Vous connaissez cette fable ?odelclos
 
La Cigale Et La Fourmi Cc
La Cigale Et La Fourmi CcLa Cigale Et La Fourmi Cc
La Cigale Et La Fourmi Ccguest09ef7b
 
La cigale et_la_fourmi_s2
La cigale et_la_fourmi_s2La cigale et_la_fourmi_s2
La cigale et_la_fourmi_s2Dominique Pongi
 
La nouvelle cigale et l'ancienne fourmi
La nouvelle cigale et l'ancienne fourmiLa nouvelle cigale et l'ancienne fourmi
La nouvelle cigale et l'ancienne fourmiguestfb715b
 
Un zoo particulier fr (1)
Un zoo particulier fr (1)Un zoo particulier fr (1)
Un zoo particulier fr (1)
Didacticolite
 
Conte de Mélissa
Conte de MélissaConte de Mélissa
Conte de Mélissa
CDI du Lycée Jules Fil
 
« Alan Lambin et l'esprit qui pleurait » de Jean-Marc Dhainaut
« Alan Lambin et l'esprit qui pleurait » de Jean-Marc Dhainaut« Alan Lambin et l'esprit qui pleurait » de Jean-Marc Dhainaut
« Alan Lambin et l'esprit qui pleurait » de Jean-Marc Dhainaut
Taurnada
 
Le Couple Mythique Katharine Hepburn Et Spencer Tracy
Le Couple Mythique    Katharine  Hepburn Et  Spencer  TracyLe Couple Mythique    Katharine  Hepburn Et  Spencer  Tracy
Le Couple Mythique Katharine Hepburn Et Spencer Tracyadam eva
 

Similaire à Contes Na1-Na2- Français (20)

Léon et Marie.
Léon et Marie.Léon et Marie.
Léon et Marie.
 
Un cafard pas possible
Un cafard pas possibleUn cafard pas possible
Un cafard pas possible
 
Le mensonge de Léonie
Le mensonge de LéonieLe mensonge de Léonie
Le mensonge de Léonie
 
Le petit chaperon
Le petit chaperonLe petit chaperon
Le petit chaperon
 
Sempe et-goscinny-le-petit-nicolas-a-des-ennuis-denoel-1964
Sempe et-goscinny-le-petit-nicolas-a-des-ennuis-denoel-1964Sempe et-goscinny-le-petit-nicolas-a-des-ennuis-denoel-1964
Sempe et-goscinny-le-petit-nicolas-a-des-ennuis-denoel-1964
 
Adultere coelho paulo (1)
Adultere   coelho paulo (1)Adultere   coelho paulo (1)
Adultere coelho paulo (1)
 
Adultere paulo-coelho
Adultere paulo-coelhoAdultere paulo-coelho
Adultere paulo-coelho
 
Lacigaleetlafourmimcb 0 01
Lacigaleetlafourmimcb 0 01Lacigaleetlafourmimcb 0 01
Lacigaleetlafourmimcb 0 01
 
La Cigale Et La Fourmi
La Cigale Et La FourmiLa Cigale Et La Fourmi
La Cigale Et La Fourmi
 
La Cigale Et La Fourmi
La Cigale Et La FourmiLa Cigale Et La Fourmi
La Cigale Et La Fourmi
 
La cigale et la fourmi
La cigale et la fourmiLa cigale et la fourmi
La cigale et la fourmi
 
Vous connaissez cette fable ?
Vous connaissez cette fable ?Vous connaissez cette fable ?
Vous connaissez cette fable ?
 
La Cigale Et La Fourmi Cc
La Cigale Et La Fourmi CcLa Cigale Et La Fourmi Cc
La Cigale Et La Fourmi Cc
 
La cigale et_la_fourmi_s2
La cigale et_la_fourmi_s2La cigale et_la_fourmi_s2
La cigale et_la_fourmi_s2
 
La nouvelle cigale et l'ancienne fourmi
La nouvelle cigale et l'ancienne fourmiLa nouvelle cigale et l'ancienne fourmi
La nouvelle cigale et l'ancienne fourmi
 
La Fourmie
La FourmieLa Fourmie
La Fourmie
 
Un zoo particulier fr (1)
Un zoo particulier fr (1)Un zoo particulier fr (1)
Un zoo particulier fr (1)
 
Conte de Mélissa
Conte de MélissaConte de Mélissa
Conte de Mélissa
 
« Alan Lambin et l'esprit qui pleurait » de Jean-Marc Dhainaut
« Alan Lambin et l'esprit qui pleurait » de Jean-Marc Dhainaut« Alan Lambin et l'esprit qui pleurait » de Jean-Marc Dhainaut
« Alan Lambin et l'esprit qui pleurait » de Jean-Marc Dhainaut
 
Le Couple Mythique Katharine Hepburn Et Spencer Tracy
Le Couple Mythique    Katharine  Hepburn Et  Spencer  TracyLe Couple Mythique    Katharine  Hepburn Et  Spencer  Tracy
Le Couple Mythique Katharine Hepburn Et Spencer Tracy
 

Plus de EOITC

EOI Tres Cantos presentación
EOI Tres Cantos presentaciónEOI Tres Cantos presentación
EOI Tres Cantos presentación
EOITC
 
EOI Tres Cantos PowerPoint Presentation in English
EOI Tres Cantos PowerPoint Presentation in EnglishEOI Tres Cantos PowerPoint Presentation in English
EOI Tres Cantos PowerPoint Presentation in English
EOITC
 
EOITC presentación para Jornada de Puertas Abiertas
EOITC presentación para Jornada de Puertas AbiertasEOITC presentación para Jornada de Puertas Abiertas
EOITC presentación para Jornada de Puertas Abiertas
EOITC
 
Deutsch EOI Concurso Mi EOI, tu EOI
Deutsch EOI Concurso Mi EOI, tu EOIDeutsch EOI Concurso Mi EOI, tu EOI
Deutsch EOI Concurso Mi EOI, tu EOI
EOITC
 
Escuela Oficial de Idiomas de Tres Cantos
Escuela Oficial de Idiomas de Tres CantosEscuela Oficial de Idiomas de Tres Cantos
Escuela Oficial de Idiomas de Tres Cantos
EOITC
 
Rafa gloria open_day
Rafa gloria open_dayRafa gloria open_day
Rafa gloria open_day
EOITC
 

Plus de EOITC (6)

EOI Tres Cantos presentación
EOI Tres Cantos presentaciónEOI Tres Cantos presentación
EOI Tres Cantos presentación
 
EOI Tres Cantos PowerPoint Presentation in English
EOI Tres Cantos PowerPoint Presentation in EnglishEOI Tres Cantos PowerPoint Presentation in English
EOI Tres Cantos PowerPoint Presentation in English
 
EOITC presentación para Jornada de Puertas Abiertas
EOITC presentación para Jornada de Puertas AbiertasEOITC presentación para Jornada de Puertas Abiertas
EOITC presentación para Jornada de Puertas Abiertas
 
Deutsch EOI Concurso Mi EOI, tu EOI
Deutsch EOI Concurso Mi EOI, tu EOIDeutsch EOI Concurso Mi EOI, tu EOI
Deutsch EOI Concurso Mi EOI, tu EOI
 
Escuela Oficial de Idiomas de Tres Cantos
Escuela Oficial de Idiomas de Tres CantosEscuela Oficial de Idiomas de Tres Cantos
Escuela Oficial de Idiomas de Tres Cantos
 
Rafa gloria open_day
Rafa gloria open_dayRafa gloria open_day
Rafa gloria open_day
 

Dernier

Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdfVeille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
frizzole
 
cours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptx
cours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptxcours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptx
cours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptx
AbdessamadAmimi1
 
Presentation powerpoint sur la filiere electrotechnique
Presentation powerpoint sur la filiere electrotechniquePresentation powerpoint sur la filiere electrotechnique
Presentation powerpoint sur la filiere electrotechnique
mohammadaminejouini
 
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdfTextes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
Michel Bruley
 
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union
 
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de pazProyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Morzadec Cécile
 
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en FranceBATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
Txaruka
 

Dernier (7)

Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdfVeille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
 
cours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptx
cours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptxcours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptx
cours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptx
 
Presentation powerpoint sur la filiere electrotechnique
Presentation powerpoint sur la filiere electrotechniquePresentation powerpoint sur la filiere electrotechnique
Presentation powerpoint sur la filiere electrotechnique
 
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdfTextes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
 
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
 
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de pazProyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
 
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en FranceBATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
 

Contes Na1-Na2- Français

  • 1. Escuela Oficial de Idiomas TRES CANTOS
  • 2. Escuela Oficial de Idiomas TRES CANTOS Cristina Escribano Martín NA1 Il était une fois une princesse nommée Coraline qui habitait dans un petit village in- connu en France. L’histoire que je vais vous raconter eut lieu dans ce village appelé ‘La tour de France’. Le nom faisait référence à une tour qui était dans le centre du village pour survei- ller la frontière entre la France et l’Espagne. La nuit d’avant Noël, il faisait très froid et la cheminée ne marchait pas. Bien que Coraline soit peureuse, elle était très têtue et par conséquent, elle fut courageuse alors et s’introduisit dans la cheminée pour la fixer. Mais elle ne savait pas ce qui se passait et appela donc son domestique qui apparut pour l’aider. Tout d’abord, il prit une lanterne pour bien voir à l’intérieur et en allumant, il remar- qua qu’il y avait des briques mal placées qui empêchaient la sortie de l’air chaud. Alors, il essaya de bien les placer mais il trébucha et tomba. Autrement dit, après cette tentative, il faisait plus froid qu’avant et en outre, ils n’avaient pas pu fixer les briques. Coraline, qui était très gentille, contrairement aux autres princesses, l’aida de nou- veau et tous les deux se mirent à bien les attacher. Après avoir passé une heure à l’intérieur de la cheminée, ils en sortirent un peu tristes et désespérés. Tout à coup, le père Noël apparut dans la cheminée parce qu’il était déjà Noel et qu’il devait laisser les cadeaux au-dessous du sapin. Il aperçut que la chambre était très froide à cause de la cheminée et donna à Coraline une pièce qui s’était détachée pour la fixer. Corali- ne se montra reconnaissante et donna au Père Nöel un morceau de fromage, des croissants et du jus d’orange, tout à emporter, puisqu’elle savait que le Père Nöel devait conduire le traîneau toute la nuit et qu’il serait fatigué. LA PRINCESSE ET LA CHEMINÉE
  • 3. Escuela Oficial de Idiomas TRES CANTOS Cristina Fulgencio Delgado NA1 LA MONTRE MAGIQUE Après un long hiver, la neige du chemin commençait à fondre. Fabian se leva tôt comme chaque jour, déjeuna quelques toasts et un café comme chaque jour et se habilla pour aller travailler comme chaque jour. Ce qu'il ne savait pas c'était que ce jour-là allait changer le reste de sa vie. Il habitait dans un petit village aux environs de Paris avec son chat Friederich, un énorme chat qui man- geait plus qu'il ne dormait. Fabian était un jeune allemand qui avait déménagé en France il y avait déjà 5 ans par amour. Cependant, 5 ans après, sans fiancée et avec le chat, Fabian s'était rendu compte qu'il n'aurait jamais dû déménager, mais il était trop tard. Il sortit de son petit appartement et prit son vélo pour aller travailler, comme chaque jour. Le village dormait encore, le soleil était sorti à peine et quelques oiseaux commençaient déjà à voler dans le ciel. Comme chaque jour, Fabian traversa le parc de l'église et se dirigea vers la boulangerie de son ami Olivier. Tout en pédalant, Fabian imaginait comment aurait été sa vie s'il n'avait pas connu cette fille. Il se demandait s'il continuerait encore d'habiter à Berlin, s'il continuerait de sortir avec ses amis, s'il aurait adopté un chat... Il allait si concentré qu'il ne vit pas le trou du sol et il tomba. Endolori, Fabian réussit à s'asseoir dans la rue et se rendit compte qu'à l'intérieur du trou il y avait quelque chose de brillant. Étourdi, il mit la main et tira une montre an- tique qui ne fonctionnait pas. C'était une montre dorée, grande et avec quelques lettres sur le couvercle : F.H. C'étaient ses initiales ! Sous le couvercle on pouvait lire : "Que l'amitié de ton présent emporte ton avenir pour que ton passé puisse être ton présent". Qu'est-ce qui pourrait signifier cela? Fabian se leva du sol et tandis qu'il arrivait à la boulangerie de son ami, il téléphona à son chef pour l'avertir de son accident. Quand il arriva, il racon- ta tout à son ami qui, après avoir examiné la montre, lui suggéra de la mettre en service et voir ce qui se passait. Ils cherchèrent une pile dans les tiroirs de la boulangerie tandis qu'ils discutaient: - De quelle amitié la montre parle-t-elle? - Je suppose qu'elle parle de mon meilleur ami, et celui-là est toi, Olivier. - Ne dis pas de sottises ! Une montre n'a pas de personnalité et beaucoup moins d'intelligence ! Comment va-t-elle se rapporter à nous ? - Il ne peut pas être dû au hasard que les initiales soient égales aux miennes ! Cette montre est pour moi, je le pressens. - Bon, et si c'était vrai ; comment s'active-t-elle ? Qu'est-ce qu'elle fait ? - Je crois que nous devrions presser le bouton ensemble et on verra ce qu'il se passe. Olivier, encore sans être convaincu, accepta. Ils pressèrent ensemble le bouton et... rien. Il ne se passa rien. C'était possible que la montre ne fonctionnât pas avec la nouvelle pile. Olivier, allégé, ordonna à Fabian de rentrer chez lui mais Fabian n' abandonna pas. Une fois à la maison, il s'allongea sur le lit avec la vieille montre entre ses mains et Friederich à ses pieds. "Que l'amitié de ton présent emporte ton avenir pour que ton passé puisse être ton présent"... tout à coup Fabian le comprit. Olivier était son ami mais Friederich était son meilleur ami ! Il l'avait adopté parce qu'il était célibataire et il avait été un appui constant. En prenant Friederich dans ses bras, il pressa le bouton et, tout à coup, il n'était ni sur son lit ni en France. C'était un jour d'été, à côté du mur de Berlin et il était assis dans un bar avec ses amis mais sans Friederich. Il regarda son téléphone et vérifia qu'il y était revenu il y a 5 ans... la montre était magique ! Elle lui permettait d'effacer ces 5 dernières années de sa vie mais il y avait un prix : l'existence de Friederich. Il ne pouvait pas le permettre, son chat l'avait accompagné dans les moments les plus difficiles et il ne pouvait pas l'abandonner maintenant. Fabian pressa le bouton de la montre de nouveau et, dans un clin d'œil, il était couché dans son lit avec la vieille montre entre ses mains et Friederich à ses pieds. À ce moment-là, Fabian se rendit compte que tou- te expérience vécue était nécessaire et qu'il ne devait pas effacer une partie de sa vie. À ce moment-là, il décida de revenir à Berlin...à sa vie antérieure, mais avec Friederich.
  • 4. Escuela Oficial de Idiomas TRES CANTOS Natividad de la Fuente Velasco NA1 LE LIVRE Quand j’étais petite, mon grand-père me lut un conte d’un garçon qui s’appelait Juan. Il avait 6 ans, mais il était très triste et sans amis ; en plus, il n’aimait pas lire. Ses parents ne savaient plus que faire, parce qu’il avait déjà beaucoup de jouets. En été, Juan allait passer ses vacances avec ses grands-parents, qui habitaient dans une grande maison, avec un bon chien appelé Tobia, dans un petit village. Le premier jour, son grand-père qui s’appelait Pedro le laissa un livre de contes et lui dit, très sérieux, qu’il devait lire chaque nuit un conte. Juan se mit à pleurer, parce qu’il ne voulait pas le faire : il n’aimait pas lire. Mais Pedro lui dit qu’il devait lui faire confiance et qu’ils le liraient ensemble. La première nuit, ils lurent ensemble un conte sur les animaux. Le lendemain, Juan alla avec son grand-père au po- tager et il commença à jouer avec Tobia, presque sans le sa- voir, et à regarder d’une autre manière le reste des animaux autour de lui. Quand la nuit tomba, avant de se coucher, Juan et Pedro lurent un conte de la famille et un autre jour, des amis, et ainsi, après quelques semaines, Juan était heureux avec Tobia, ses grands-parents et il avait un tas d’amis qui, comme lui, allaient au village en vacances. Juan finit de lire ce livre et en demanda un autre à Pedro, et celui-ci le conduisit jusqu’à l’étagère où il y en avait beaucoup pour qu’il puisse choisir. Quand Juan rentra chez ses parents à la fin de l’été, il demanda de retirer quelques jouets et il les remplaça par les livres que son grand-père lui avait prêtés. Grand-père Grand-père dit un conte, Un conte du vieux temps, Grand-père est amusant Lorsqu'il nous conte un conte. Il n'a plus que deux dents Qu'il découvre en grognant Pour imiter le loup méchant. Et tout le monde rit à la ronde Lorsque grand-père conte Un conte du vieux temps. Maurice Carême
  • 5. Escuela Oficial de Idiomas TRES CANTOS Sofía Alonso Cabrero NA2 LA CLÉ D’OR - PARTIE FINALE Dès qu’il ouvrit le coffret, un éclair aveuglant sortit illuminant tout le bois. Aussitôt que le pauvre garçon put ouvrir ses yeux, il se rendit compte qu’une pièce de monnaie aussi grande qu’un petit chien et aussi scintillante qu’une étoile était à l’intérieur entourée de pétales de coquelicot. Avec un énorme sourire, le garçon la prit et commença à sauter de joie : « Je suis si heureux ! Les mauvais jours sont finis et je pourrais acheter tous les jouets dont j’ai toujours rêvé ! ». Mais tout à coup, une pauvre fille surgit du noir du bois, portant des vêtements négligés et déchirés. « Excuse-moi, garçon, est-ce que tu as vu mon petit coffret ? J’y gardais la chose la plus importante pour ma famille et... ». La petite fille commença à pleurer. Le garçon regarda la petite fille très tristement : il s’était fait tant d’illusions avec sa découverte qu’il ne voulait pas la rendre à sa propriétaire. Mais il savait bien ce qui était juste. « Oui... j’ai trouvé ton coffret et je l’ai bien gardé pour que personne ne puisse le prendre. Voilà ta clé et ton coffret ! ». « Oh merci beaucoup, petit garçon ! Tu es si gentil ! Viens avec moi, je vais t’inviter à un brunch chez ma famille ». Et voilà le début d’une grande amitié qui durera jusqu’à nos jours.
  • 6. Escuela Oficial de Idiomas TRES CANTOS LA BARBE DU PÈRE NOËL Ce 24 décembre, com- me tous les 24 décembre, tous les lutins qui habitaient au Pôle Nord étaient très occupés à finir les cadeaux que le Père Noël devrait distribuer. Tous les rennes étaient très affairés à la revission du traîneau dans lequel le Père Noël devrait vo- yager. Et le Père Noël était chez le coiffeur pour entretenir sa barbe et ses cheveux. Mais ce jour-là, tou- tes les choses ne se sont pas déroulées comme tous les au- tres 24 décembre. En effet, les lutins et es rennes étaient en train de travailler comme d´habitude, quand ils ont tous entendu un cri redoutable. Surpris parce que le bruit ve- nait de chez le coiffeur, ils y sont tous allés rapidement. Mais, au moment où ils sont tous arrivés, un autre cri redoutable, et plus fort celui-là, a été entendu au Pôle Nord. Les lutins et les rennes ont crié en voyant le Père Noël. Dix minutes plus tard, tous les habitants de cette froide région ne parlaient pas d´autre chose : le Père Noël était chauve parce que le coiffeur s´était trompé de produit colorant ; de plus, le Père Noël ne pouvait arrêter de pleurer et le coiffeur, terrifié, avait quitté le Pôle Nord sans mot dire. Personne ne savait quoi faire du Père Noël. Tous étaient d´accord qu´il ne pouvait pas faire la dis- tribution de cadeaux sans sa traditionnelle barbe blanche et ses chers cheveux bouclés. - Nous pourrions faire une perruque poilue pour le Père Noël. Aucun enfant ne pourra distinguer des cheveux naturels de ceux d´une perruque, a proposé un lutin. - Mais non ! Ce n´est pas une bonne idée. Le traîneau doit glisser très rapidement, et il y a beau- coup de vent dans le ciel. Aucune perruque ne pourrait tenir en place ! a répondu savamment le renne Rudolph. Ils étaient tous en train de se disputer quand quelqu´un a frappé à la porte. C´était un petit rouge- gorge qui était entré en volant allégrement. - Bonjour à tous. Ne vous inquiétez pas et soyez contents, a-t-il dit en souriant. Les lutins et les rennes l´ont regardé très surpris et se sont sentis soulagés quand il a eu fini de s´expliquer. - Pensez-vous réellement que ce soit impossible de trouver une barbe blanche et des cheveux blancs et bouclés ? Vous pensez de cette manière parce que vous habitez ici et ne voyez pas d´autre homme que le Père Noël. Mais moi, comme j´habite en ville, je sais qu´aujourd´hui il y a beaucoup de hipsters qui seraient enchantés d´aider le Père Noël. Il ne faudra qu´en trouver un qui ait un cœur d´or et qui puisse aider le Père Noël. Tous ont trouvé que l´idée était très bonne. Même le Père Noël s´est senti soulagé et a pris immé- diatement sa boule magique pour trouver un hipster au cœur d´or. Il en a trouvé un qui avait, en plus, une barbe très blonde, presque blanche. Et ce 24 décembre-là, le Père Noël a voyagé comme d´habitude sur son traîneau. Mais cette fois- ci, il était accompagné d´un hipster déguisé comme lui avec qui il a pu distribuer tous les cadeaux. Même s´il y a eu des enfants qui ont affirmé que le Père Noël n´était pas seul cette nuit-là, aucun enfant n´a jamais soupçonné que l´homme barbé qu´ils ont vu cette nuit-là n´était pas le Père Noël. Ana María Barat González NA2
  • 7. Escuela Oficial de Idiomas TRES CANTOS LE TRISTE ROYAUME II était un fois un prince. Son royaume était triste, gris et y regnait un hiver éternel. Le prince ne voulait jamais sortir du palais. Il était tout le temps déprimé et affligé parce qu’il se sentait seul. Ses parents, le Roi et la Reine, ne savaient pas ce qu’ils pouvaient faire ni quelle était la cause de la tristesse du prince. Un jour, un vieux savant qui était ami du Roi arriva au palais. Quand le savant eut connais- sance de ce qui arrivait au jeune prince, il s’inquiéta. Comme il voulait aider son ami le Roi, il passa beaucoup de temps avec le prince. Un jour, il découvrit la cause de cette tristesse : le prince était prêt à partager sa vie avec l’amour de sa vie mais il ne l’avait pas encore trouvé. Le savant communiqua au Roi le problème et lui dit : “La cause pour laquelle votre royaume est gris et sans splendeur est la tristesse du futur Roi, votre fils. Le royaume sent sa tristesse. C’est pour cela que les arbres n’ont pas de feuilles, que le soleil a disparu et que la population n’a pas d’es- poir. Quand votre fils trouvera le véritable amour, tout changera”. Décidé, le Roi convoqua toutes les jeunes filles et princesses sauf celles du royaume voisin qui était très prospère et qui était devenu son ennemi. Le prince fit la connaissance de toutes les princesses mais il ne trouva pas son âme sœur : toutes les jeunes filles voulaient devenir reines et convoitaient le pouvoir et la richesse mais elles n’aimaient pas le prince. Fatigué, le jeune prince s’échappa très loin du palais parce qu’il avait besoin de s’éloigner de tout et de toutes. Mais il ne connaissait pas la forêt et il se perdit rapidement entre la neige et les arbres me- naçants. Tout à coup, il écouta la douce voix d’une femme. Il suivit cette voix et déboucha sur un pré vert. Le prince était allé sans s’en rendre compte dans le royaume voisin qui avait l’air très différent de son propre royaume. Le soleil illuminait le ciel, les arbres étaient luxuriants, le pré était plein de fleurs et l’eau coulait dans une petite rivière. Une jeune femme dessinait le magnifique paysage. Eva Delgado Yagüe NA2
  • 8. Elle découvrit le prince et ils se regardèrent. Elle dit : - Bonjour ! Comment vous appelez-vous ? II ne pouvait pas croire qu’une jeune femme aussi belle puisse exister. - Léopold. Et vous ? - Moi, je m’appelle Julianne, dit-elle en souriant. Vous êtes le prince de ce triste royau- me-là ? - Oui... Et vous êtes la princesse de ce royaume-ci ? Oui, elle l’était. Ils commencèrent à parler. Le temps passa si rapidement que la nuit arriva et Léopold dut rentrer. Chaque jour, Léopold visitait Julianne dans le pré et ils découvraient les divers paysages de chacun des royaumes. Peu à peu, le royaume du prince commença à changer. La neige fondait, les arbres avaient de petits boutons qui annonçaient de nouvelles feuilles et la population était plus contente. Étonné, le Roi suivit un jour le prince et il découvrit son fils avec Julianne. Ils riaient et parais- saient très heureux. Contrarié, le Roi ne savait pas ce qu’il pouvait faire parce que Julianne était la fille de son pire ennemi. Un jour le prince lui confessa son amour pour Julianne et le Roi se mit à pleurer. Le fils lui demanda quel était le problème. Le Roi lui répondit : “Je suis fier de toi, mon fils. Tu as trouvé défini- tivement l’amour de ta vie. Je sais que tu es heureux, le royaume est plus riche que jamais mais tu es amoureux de la fille de mon ennemi... Qu’est-ce que je dois faire ? Dois-je renoncer à mon pouvoir ou lutter pour le bonheur de mon fils unique ?”. Après un moment de réflexion, le père lui dit : “Mon fils, tu es plus important que tout, je suis sûr que tu vas devenir un grand Roi. Je te bénis, mon fils, je bénis ton amour avec Julianne”. Léopold le serra dans ses bras, surpris que son père déteste le père de Julianne. Alors, le soleil apparut pour la première fois dans le royaume : tout avait changé. Dans les jours qui suivirent, Julianne fit la connaissance du Roi qui leur donna son consente- ment pour être ensemble. Le Roi et le père de Julianne finirent leur dispute et finalement, les deux royaumes s’unirent. Le royaume changea : tout était très différent, la population était très positive et optimiste, les récoltes étaient plus productives et le soleil illuminait les deux royaumes, maintenant, unis pour l’éternité grâce au véritable amour, celui de Léopold et de Julianne.
  • 9. Escuela Oficial de Idiomas TRES CANTOS María Dolores Fandila Enrique NA2 LE RÊVE DE LA JEUNE BERGÈRE Dans un petit village, perdu dans les montagnes d’un petit pays, vivait une jeune bergère avec ses brebis et son chien Veilleur. Elle soignait bien ses moutons car ils lui donnaient du lait et de la laine. Dans l’après midi d’un chaleureux jour d’été, la jeune bergère s’endormit soudainement lorsqu’elle veillait sur son troupeau sous l’ombre d’un vieil arbre. La jeu- ne bergère eut encore le même rêve des jours précé- dents et après s’être réveillée et avoir réfléchi un peu, elle décida de rendre visite à la plus sage du village. Chez la plus sage du village, la jeune bergère lui raconta son rêve de tous les jours sur un pays lointain, très différent du sien, dans lequel les arbres n’étaient pas ordinaires car de leurs branches pendaient de petites pierres très lumineuses. Alors, la sage qui l’écoutait avec un grand intérêt, réfléchit un peu et, en lui donnant une carte des pays lointains, lui conseilla d’aller chercher ces arbres si extraordinaires. Mais aussi, elle lui demanda d’emporter autant de petites pierres lumineuses qu’elle pourrait. Après cela, la jeune bergère devint confuse et inquiète car elle aimait sa vie dans le petit village, à côté de ses brebis et de son chien Veilleur. Cependant, elle voulait connaître le pays lointain où se trouvaient ces arbres si extraordinaires d’où pendaient de petites pierres lumineuses. Enfin, la jeune bergère décida de quitter son petit village et avec son fidèle chien Veilleur, elle alla chercher le pays de son rêve. À travers les différents pays qu’elle visita, la jeune bergère connut beaucoup de per- sonnes très différentes et découvrit de nouvelles émotions. Pendant le voyage, elle croisa le désert aidée par des gens qui se déplaçaient en caravane de chameaux, se baigna dans la mer à côté de dauphins et de tortues marines et dormit sous les éclats de couleurs des lumières du Nord. Cependant, elle ne trouva pas le pays des arbres dont de petites pierres lumineuses pendaient des bran- ches. Alors, après plusieurs années de recherches, la jeune bergère rentra chez elle. Elle était désireuse de raconter son merveilleux voyage à la sage du village et décida de lui rendre visite. La sage du village écouta attentivement le récit du voyage aux pays lointains de la jeune bergère et à la fin, un doux sourire aux lèvres, la sage du village lui dit - voilà les petites pierres brillantes de ton rêve – et alors, la jeune bergère étonnée la remercia.
  • 10. Escuela Oficial de Idiomas TRES CANTOS Antonio Fernández Rocha NA2 LA COUPE Il était une fois un petit garçon qui avait trouvé une coupe d’or. C’était la coupe du monde de foot. Cette coupe avait été gagnée en 2010 par l’équipe d’Espagne, grâce au but d’Iniesta, il y a déjà quatre siècles. C’était quand l’homme habitait sur la Terre. Aujourd’hui, la Terre est une petite planète peu habitée où l’hom- me va passer ses vacances d’hiver. C’est à cause de la dernière glaciation, dans l’année 2222, qu’elle a un climat polaire. Alors, le gens furent obli- gés de partir dans toutes les autres planètes de l’univers. Ce pauvre garçon qui se prénommait Andrés aimait jouer au foot et comme il avait trouvé la coupe, il gagna une grosse récompense : par- ce qu’il y avait longtemps que cette coupe avait disparu !
  • 11. Escuela Oficial de Idiomas TRES CANTOS Sonsoles Obesso Blázquez NA2 LA ROSE ROUGE Il était une fois le jardin le plus beau du pays. Il appartenait au sul- tan le plus riche et le plus puissant de la région. L’épouse du sultan s’appelait Zara. C’était une femme très douce qui aimait les ar- bres, les fleurs et les animaux. Zara se réveillait très tôt le matin pour s’occuper person- nellement du jar- din. Elle arrosait les fleurs, taillait les arbustes et après le petit déjeuner, elle se promenait avec plaisir en regardant les plantes. Zara et son mari s’aimaient beaucoup, mais après deux ans de mariage, ils n’avaient pas eu d’enfant. C’est pour cela que Zara était un peu triste. Elle voulait devenir mère et avoir une famille heureuse. Un soir d’été, elle était en train de lire un livre à l’ombre d’un arbre et sans le vouloir, elle com- mença à pleurer. Soudain, elle entendit une voix susurrante… C’était une fleur qui lui disait qu’elle l’aiderait. C’était une rose rouge, la plus grande du rosier. Il s’agissait d’une rose magique, qui lui offrirait un enfant si la femme promettait d’y aller tous les matins. Pendant neuf mois, elle devrait lui raconter une histoire différente chaque jour parce que la fleur se nourrissait de contes. Zara répondit étonnée qu’elle le ferait. Elle avait encore de l’espoir. C’est ainsi que, tous les matins, après la promenade, Zara s’asseyait près du rosier et com- mençait à lire un nouveau conte. Elle s’apercevait que quelque chose grandissait dans son intérieur. C’est ainsi que Zara tomba enceinte. Tout le monde était heureux dans le palais. Le sultan soignait son épouse amoureusement et lui offrait tout ce qu’elle désirait. Enfin, un jour du neuvième mois, Zara était prête à accoucher. Elle avait préparé une cham- bre à l’aide du personnel de sa confiance. Elle était très nerveuse parce qu’elle n’était pas sûre de ce qui arriverait. Et c’est alors qu’elle décida de tout raconter à son mari qui, étonné, vit comment son épouse accouchait d’un petit bouton rouge. Zara se mit à pleurer son bouton à la main. Son mari qui comprenait sa peine, l’embrassa et commença aussi à pleurer. Ils regardaient tous les deux leur bouton pendant que leurs larmes coulaient sur la petite fleur qui peu a peu s’ouvrait en laissant voir à l’intérieur une belle fille très petite. Cette petite bébé fut la fille la plus aimée du royaume et elle grandit grâce aux contes que sa mère lui racontait tous les jours dans leur jardin.
  • 12. Escuela Oficial de Idiomas TRES CANTOS Julen Elorriaga Vaquero Inmaculada Ángel Vega NA2 María Aurelia Pimentel Lorente L’ÉTOILE DE NOËL DISPARUE Il était une fois un petit village dans la région des Alpes, où habitait une chère grand-mère avec son chien nommé Broui- llard. Cette dame était bien aimée de tout le monde. Tous les jours, elle se promenait avec son chien dans les rues de la ville alpine et bavardait avec tous. C’était un grand jour dans la ville… C’était le jour où on de- vait décorer le sapin de Noël. A cet égard le maire avait apporté les objets décoratifs: les boules, les guirlandes, les bougies et la plus belle étoile dorée qu’on n’ait jamais vue. Ce jour-là, Brouillard est entré chez le boucher comme d’habitude et quand le boucher était en train de lui donner un grand os, le toit s’est effondré et est tombé sur le boucher et Brouillard lui-même… En moins de deux, tous les voisins du village, les enfants, les hommes, les femmes, le maire et la grand-mère aussi ont aidé à les sauver. Ils ont fait une chaîne hu- maine pour enlever les décombres. Brouillard et le boucher pensaient qu’ils allaient mourir, mais juste au moment où la grand-mère a commencé à ôter les dernières pierres, le boucher et Brouillard ont compris qu’ils étaient sauvés et sans blessures graves… Et les riverains se sont finalement réunis autour du sapin de Noël. Peu à peu les objets décoratifs ont été places sur le sapin. La gaieté semblait être revenue à la ville, mais quand le moment de placer la belle étoile est arrivé, on s’est rendu compte qu’elle n’était pas là. Elle avait disparu, apparemment, sans laisser aucune trace ! Tout le monde se posait des questions ! Tout le monde la cherchait partout ! Tout le monde désirait la trouver… ! La journée avançait mais l’étoile n’apparaissait nulle part et quand la nuit est tombée sur la ville… c’est le chien Brouillard, blessé mais vivant, qui la por- tait dans sa gueule… Il l’avait récupérée sous les décombres où le maire l’avait oubliée...
  • 13. Escuela Oficial de Idiomas TRES CANTOS Alicia Cortijo Sánchez Antonio Fernández Rocha NA2 Rosario Rodríguez García LA TEMPÊTE DE NEIGE Il était une fois un enfant qui habitait dans un petit village de montagne. Un jour d’hi- ver, quand il jouait dans la forêt entre les sapins, une grosse tempête de neige a éclaté et il s’est tout se suite rendu compte qu’il s’était perdu. Il n’arrivait pas à retrouver le chemin de retour. Il pleurait et pleurait et au moment où ses larmes atteignaient la neige, la Fée de la Neige est apparue. Elle a calmé l’enfant et lui a dit qu’elle allait l’aider à retrouver le chemin de retour à la maison. La fée essayait de voler mais elle ne pouvait pas à cause du brouillard qui était très dense. Alors, elle a appelé une étoile avec sa baguette magique. Une fois l’étoi- le apparue au-dessus de leurs têtes, tout autour d’eux s’est illuminé. Puis, elle est descendue lentement droit devant l’enfant afin de pouvoir lui montrer le chemin. Heureusement, l’enfant a retrouvé son chemin et est arrivé chez lui juste la nuit de Noël. À partir de cette nuit-là, l’étoile apparaît chaque nuit au-dessus de la maison et l’enfant s’approche de la fenêtre pour la saluer.
  • 14. FIN