SlideShare une entreprise Scribd logo
ÉDITOS
INGRID
KANDELMAN
Le futur du travail est un thème à la mode. Des
séminaires professionnels aux cabinets de conseil
en transformation en passant par les évènements et
médias qui lui sont consacrés, impossible d’échapper
au phénomène « Future of work ».
Pourtant, le futur du travail est resté jusqu’ici une
idée assez décevante.
Souventparcequenouscherchonsàfaireautrement
en mobilisant les « façons de faire » d’hier, créant
autant d’injonctions paradoxales. Comment penser,
en effet, les nouveaux collectifs de travail ouverts
alors que notre culture est marquée par les limites
juridiques de l’entreprise ? Comment décréter
la créativité et l’innovation par les collaborateurs
après les avoir poussés à l’exécution sans remise en
question ? Comment penser le travail collaboratif
Responsable de l’exploration Futur(s) du travail thecamp
Ingrid est une de ces personnes avec qui je me suis
tout de suite sentie des atomes crochus. Son envie
d’emmener chacun vers cette destination encore
inconnue qu’est le futur du travail m’a beaucoup
parlé. Le travail qu’elle fait au quotidien à The Camp,
en emmenant les grands groupes sur les sentiers
inexplorés du travail de demain, est d’utilité publique.
19
alors que les réflexes de protection (notamment la
rétention d’information) sont toujours aussi forts ?
Difficile de ne pas comprendre, dans ce contexte,
le désengagement grandissant des salariés, un
désengagement dont les répercussions sont bien
réelles puisque selon l’Institut Sapiens, le coût caché
de l’absentéisme au travail en France serait de 107
Milliards d’euros en France, soit presque 5% du PIB.
Ensuite,parcequedesidéesreçuescomme«demain
tous automatisés », « demain tous indépendants »,
« demain, le tout collaboratif » deviennent tellement
répandues que les organisations cherchent plus à
s’adapter à ces tendances qu’à dessiner leur propre
trajectoire de besoin.
Enfin, parce que paradoxalement, le futur du travail
semble être victime de son succès. Plus on en
parle et moins il semble évident d’y voir clair. Le
sujet a été tellement abordé que certains discours
nous viennent directement à l’esprit au moment
de questionner la manière dont nous travaillerons
demain. Ainsi, nourrie par les grands récits radicaux
du tout automatisation, de la singularité ou de la
société du loisir, notre vision du futur du travail est
bloquée, obstruée par des projections certes très
sensationnelles mais largement inopérantes.
Comment inverserla logique à l’heure où l’entreprise
fait face au besoin urgent de se réinventer ?
Comment rendre le futur du travail souhaitable ?
Une piste pourrait être de développer et diffuser
une nouvelle culture du travail.
Aujourd’hui, personne n’apprend vraiment à
travailler, dans ce que cela engage avec « les
autres » (et c’est d’ailleurs bien ce dont chacun se
plaintauquotidien !).Onseformeàdescompétences
techniques, éventuellement cognitives.
20
Mais la question de savoir comment on pourrait
travailler, et comment on voudrait travailler, restent
des points aveugles de nos cursus.Travaillerdemain,
cela passera sans doute par une capacité de chacun
à pouvoir s’adapter à différents environnements,
différentes cultures du travail.
On passera de la startup au grand groupe, on
cumulera de plus en plus un statut de salarié avec
celui de freelance. Il faudra maîtriser les codes et
les cultures de ces différents cadres. Voire même
être capable de proposer de nouvelles pratiques de
travail en collectif à son employeur quand le besoin
s’en fera ressentir.
Et surtout, il faudra que l’on soit capable de savoir ce
dont on a envie et comment y parvenir. Il y a donc
un enjeu majeur à ce que chacun développe une
capacité à se saisir et à agir sur ses pratiques de
travail, à les faire évoluer, à inventer et décider des
modalités adaptées à ses objectifs et au contexte.
Il est primordial que chaque travailleur sache que
l’organisation pyramidale est loin d’être le seul
modèle organisationnel existant, qu’il est possible
de s’organiser en tribus, en cercles, de manière
horizontale ou en réseau. Et que chaque modèle a
ses avantages, et ses inconvénients.
Il est primordial qu’ils sachent que les décisions
peuvent être prises de différentes façons et qu’ils
aient conscience de leurs biais cognitifs ; qu’ils soient
conscients que la manière dont nous organisons
aujourd’hui le travailentre nous, dont nous l’évaluons,
le reconnaissons, n’est qu’un possible parmi un infini
de systèmes.
Et ces logiques ne doivent pas concerner que
les managers ! Bien au contraire ! Elles doivent
concerner tous ceux qui travaillent. Ensemble.
21
Porter un nouveau regard sur son travail, et sur le
« travailler ensemble » est un facteur fondamental
dans l’équilibre de nos sociétés, pour ne pas subir les
transformations que nous connaissons aujourd’hui,
et pour ne laisser personne sur la route.
Tous les acteurs de l’emploi – les entreprises, les
collaborateurs, les pouvoirs publics…- y ont un rôle
à jouer.
22
Les moeurs nous ont inculqué la distinction entre
notre “vie pro” et notre “vie perso”, pointant du doigt
les acharnés qui traînent du boulot chez eux le soir,
le week-end, en vacances, multipliant les conseils
pour trouver l’équilibre entre ces deux vies.
Il semblerait aujourd’hui que nous soyons en train
de découvrir avec stupeur qu’en réalité nous
n’avons qu’une seule et même vie avec un seul
et même set de paramètres d’entrée : nous, notre
personnalité, nos valeurs, nos envies, nos besoins,
etc. La recherche de sens qui contamine le monde
professionnel est le premier pas vers cette réalité
dont les slasher.euse.s, freelances, entrepreneurs,
remote workers sont les pionniers.
Une réalité où l’équilibre vie pro/vie perso est
caduque et où “gérer sa carrière” commence par
découvrir et assumer son set de paramètres pour
plutôt gérer sa vie.
AGATHE
MARTINOT
Co-fondatrice ERNESTE
Lorsque j’ai rencontré Agathe pour la première fois,
on a tout de suite accroché sur une vision commune
de la carrière. J’ai beaucoup aimé l’écouter parler de
la manière dont on peut ramener plus de sens dans
nos vies professionnelles. C’est ce qu’elle s’attèle à
faire auprès de la communauté Erneste, qu’elle a co-
fondée pour accompagner les jeunes professionnels
dans leurs choix de carrière.
23
Lieux radieux pour travail libre
Parmi les tendances lourdes qui dessinent un futur
du travail, la montée du travail indépendant fait
couler beaucoup d’encre. D’un côté, la flexibilité et
l’horizontalité, si attirantes. De l’autre, l’ubérisation
et ses dérives, de nouvelles protections sociales
encore largement inexistantes. Les avis sont mitigés,
le doute plane. Pourtant, la perspective d’un travail
libéré de la relation de subordination gravée dans le
marbre du contrat de travail est enthousiasmante.
Ne dessine-t-elle pas une sorte d’ge adulte du
travail, de transition démocratique ultime de
l’entreprise, d’affirmation de travailleurs-personnes
dont la force de travail épouserait la singularité et
non une entité corporate désincarnée ? Elle extrait
l’arbitraire de l’un de ses meilleurs refuges, avec à
la clé les dégâts de souffrance humaine que l’on
connaît. Elle évite l’écueil de substituer à la tyrannie
du chef celle du groupe, bien connu de ceux qui ont
pu tester l’entreprise libérée. Elle est la clé d’un
1- Comme le rappelle Alain Supiot à l’occasion de la sortie de son ouvrage
consacré au travail du 21e
siècle et publié pour le centenaire de l’OIT, la
subordination à l’origine du salariat trouve sa racine juridique dans le droit
romain en filiation directe avec l’esclavage...
CAMILLE
RABINEAU
Fondatrice COMME ON TRAVAILLE
Camille repense les lieux de travail pour en faire des
incarnations de nos nouvelles façons de travailler. A
la croisée de l’architecture et du futur du travail, son
travail m’a interpellée : enfin un levier d’action concret
et palpable pour transformer de manière efficace notre
rapport au travail. Voici sa vision des choses.
24
avènement réel d’une « entreprise à mission »
puisque, indépendants, chacun a la main pour
faire advenir ce qu’il estime être sa mission dans la
société.
Le boom des travailleurs indépendants pour
futur du travail : consécration de l’individualisme
? Renoncement au collectif et ses intelligences ?
Abandon du souci du bien commun ?
Au contraire. C’est vrai, la vision de « l’indépendant
» comme ce loup un peu esseulé est tenace. Je
ne compte plus les fois où, depuis que je me suis
lancée à la tête de mon activité, on me demande
comment va ma vie sociale, si je ne souffre pas
trop de la solitude. Pourtant, jamais je ne me suis
sentie plus entourée, nourrie de l’énergie des
autres, autant en quête de rencontres qu’à l’écoute
des rencontres qui viennent à moi. Autant avide
d’apprendre de nouvelles compétences, sans
autre agenda que celui de me développer là où
je m’épanouis (et non pas là où l’autorité de mon
manager s’épanouit.) Les sociabilités choisies ont
remplacé les sociabilités subies. L’interdépendance
a remplacé la coexistence. Le faire ensemble a
remplacé les process qui « ferrent » ensemble. En
somme, une expérience bienfaitrice de l’entraide et
del’émulationàl’heureoùtoutn’estqu’effondrement
et dérèglements...
La montée en puissance de l’indépendance peut
aussi rebattre profondément les cartes pour les
salariés et, pourquoi pas, augurer d’un « salariat
sans subordination », comme le plaide la sociologue
Danièle Linhardt. Car qui peut croire que celui qui
retourne dans l’entreprise après avoir été l’inventeur
de ses propres conditions de travail y retourne «
comme avant » ? Plus autonome, plus conquérant,
plus inventif aussi, plus débrouille : ces générations
de travailleurs-entrepreneurs sont ultimement plus
libres : on a moins peur de perdre son job quand on
25
a été capable de créer le sien à partir de rien.
Reste à inventer les régulations et les cadres
protecteurs pour empêcher le scénario d’une
indépendance prédatrice, rendre ce mode de
travail accessible à tous ceux qui le souhaitent, peu
importent leur métier ou leur niveau de diplôme, et
permettre cette fluidité de passage d’un statut à
l’autre de manière choisie.
Enfin, moi qui ai fait de travailler sur la force des
lieux mon métier, je me demande quels seront les
lieux de ces nouvelles communautés de travailleurs
libres ? Il en faudra, des lieux de rencontre, des lieux
de vie, des lieux de création partagée. Débarrassés
des oripeaux corporate et du systématisme du
siège social forteresse, je les imagine s’ouvrant
sur l’extérieur, faisant corps avec leur quartier
et accueillant le monde du non-travail : enfants,
retraités, activités bénévoles. Grâce à eux, les
frontières du travail se floutent pour embrasser d’un
même geste ce qui rémunère matériellement et ce
qui élève spirituellement.
Il existe quelques (tiers)-lieux bien cachés qui
laissent entrevoir que ce futur peut éclore.
Allez-y : ils sont radieux.
1- Comme le rappelle Alain Supiot à l’occasion de la sortie de son ouvrage
consacré au travail du 21e
siècle et publié pour le centenaire de l’OIT, la
subordination à l’origine du salariat trouve sa racine juridique dans le droit
romain en filiation directe avec l’esclavage...26

Contenu connexe

Tendances

L'Oeil de Merino - Comment Transformer La Connaissance En Energie
L'Oeil de Merino - Comment Transformer La Connaissance En EnergieL'Oeil de Merino - Comment Transformer La Connaissance En Energie
L'Oeil de Merino - Comment Transformer La Connaissance En Energie
Seuils Labs
 
ENTREPRENEUR RESPONSABLE, POURQUOI PAS MOI ? - GUIDE DU CREPI
ENTREPRENEUR RESPONSABLE, POURQUOI PAS MOI ?  - GUIDE DU CREPIENTREPRENEUR RESPONSABLE, POURQUOI PAS MOI ?  - GUIDE DU CREPI
ENTREPRENEUR RESPONSABLE, POURQUOI PAS MOI ? - GUIDE DU CREPI
Le Mouvement Associatif Occitanie
 
Une nouvelle gauche moderne ouverte au monde de l\'\'entreprise
Une nouvelle gauche moderne ouverte au monde de l\'\'entrepriseUne nouvelle gauche moderne ouverte au monde de l\'\'entreprise
Une nouvelle gauche moderne ouverte au monde de l\'\'entreprise
Axel Thimonier
 
Introduction au mgt30
Introduction au mgt30Introduction au mgt30
Introduction au mgt30
Raouf Abrougui
 
Comment rester attractif face aux nouvelles aspirations des collaborateurs ?
Comment rester attractif face aux nouvelles aspirations des collaborateurs ?Comment rester attractif face aux nouvelles aspirations des collaborateurs ?
Comment rester attractif face aux nouvelles aspirations des collaborateurs ?
Leonard
 
L'ubérisation est une opportunité !
L'ubérisation est une opportunité !L'ubérisation est une opportunité !
L'ubérisation est une opportunité !
Gérald Karsenti
 
Colligencelivreblancic 150520044743-lva1-app6892
Colligencelivreblancic 150520044743-lva1-app6892Colligencelivreblancic 150520044743-lva1-app6892
Colligencelivreblancic 150520044743-lva1-app6892
Eric POCHER
 
Management excellence
Management excellenceManagement excellence
Management excellence
Alexandre Cuva
 
La vague du siècle s'amplifie - Institut Esprit Service - Juin 2016
La vague du siècle s'amplifie  -  Institut Esprit Service - Juin 2016La vague du siècle s'amplifie  -  Institut Esprit Service - Juin 2016
La vague du siècle s'amplifie - Institut Esprit Service - Juin 2016
Christian THIOUDELLET ► MONKEY TIE, ∈ Le Lab RH
 
Les Rouages Profonds de la Coopération
Les Rouages Profonds de la CoopérationLes Rouages Profonds de la Coopération
Les Rouages Profonds de la Coopération
Patrick Beauvillard
 
30 ans d'agilité : bilan et perspectives
30 ans d'agilité : bilan et perspectives30 ans d'agilité : bilan et perspectives
30 ans d'agilité : bilan et perspectives
Christophe Keromen
 
Com et Medias 2011 Community
Com et Medias 2011 CommunityCom et Medias 2011 Community
Com et Medias 2011 Community
marieberny
 
Veille 0 - Où en est on de la relation
Veille 0 - Où en est on de la relationVeille 0 - Où en est on de la relation
Veille 0 - Où en est on de la relation
Signlighter
 
Sébastien Bourguignon - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - Les sta...
Sébastien Bourguignon - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - Les sta...Sébastien Bourguignon - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - Les sta...
Sébastien Bourguignon - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - Les sta...
Sébastien Bourguignon
 
Intelligence collective au service de l'innovation
Intelligence collective au service de l'innovationIntelligence collective au service de l'innovation
Intelligence collective au service de l'innovation
Mourad ZEROUKHI
 
Boîte à outils à l'usage des managers
Boîte à outils à l'usage des managersBoîte à outils à l'usage des managers
Boîte à outils à l'usage des managers
Frédéric GASNIER
 
Sociocratie, Holacracy, Entreprise libérée... la redistribution des jeux de p...
Sociocratie, Holacracy, Entreprise libérée... la redistribution des jeux de p...Sociocratie, Holacracy, Entreprise libérée... la redistribution des jeux de p...
Sociocratie, Holacracy, Entreprise libérée... la redistribution des jeux de p...
Damien Thouvenin
 
Pascal Buffard - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - La réussite du...
Pascal Buffard - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - La réussite du...Pascal Buffard - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - La réussite du...
Pascal Buffard - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - La réussite du...
Sébastien Bourguignon
 
Agilité & culture d’entreprise
Agilité & culture d’entrepriseAgilité & culture d’entreprise
Agilité & culture d’entreprise
Christophe Keromen
 

Tendances (20)

L'Oeil de Merino - Comment Transformer La Connaissance En Energie
L'Oeil de Merino - Comment Transformer La Connaissance En EnergieL'Oeil de Merino - Comment Transformer La Connaissance En Energie
L'Oeil de Merino - Comment Transformer La Connaissance En Energie
 
ENTREPRENEUR RESPONSABLE, POURQUOI PAS MOI ? - GUIDE DU CREPI
ENTREPRENEUR RESPONSABLE, POURQUOI PAS MOI ?  - GUIDE DU CREPIENTREPRENEUR RESPONSABLE, POURQUOI PAS MOI ?  - GUIDE DU CREPI
ENTREPRENEUR RESPONSABLE, POURQUOI PAS MOI ? - GUIDE DU CREPI
 
Une nouvelle gauche moderne ouverte au monde de l\'\'entreprise
Une nouvelle gauche moderne ouverte au monde de l\'\'entrepriseUne nouvelle gauche moderne ouverte au monde de l\'\'entreprise
Une nouvelle gauche moderne ouverte au monde de l\'\'entreprise
 
Introduction au mgt30
Introduction au mgt30Introduction au mgt30
Introduction au mgt30
 
Comment rester attractif face aux nouvelles aspirations des collaborateurs ?
Comment rester attractif face aux nouvelles aspirations des collaborateurs ?Comment rester attractif face aux nouvelles aspirations des collaborateurs ?
Comment rester attractif face aux nouvelles aspirations des collaborateurs ?
 
L'ubérisation est une opportunité !
L'ubérisation est une opportunité !L'ubérisation est une opportunité !
L'ubérisation est une opportunité !
 
Colligencelivreblancic 150520044743-lva1-app6892
Colligencelivreblancic 150520044743-lva1-app6892Colligencelivreblancic 150520044743-lva1-app6892
Colligencelivreblancic 150520044743-lva1-app6892
 
Management excellence
Management excellenceManagement excellence
Management excellence
 
La vague du siècle s'amplifie - Institut Esprit Service - Juin 2016
La vague du siècle s'amplifie  -  Institut Esprit Service - Juin 2016La vague du siècle s'amplifie  -  Institut Esprit Service - Juin 2016
La vague du siècle s'amplifie - Institut Esprit Service - Juin 2016
 
Les Rouages Profonds de la Coopération
Les Rouages Profonds de la CoopérationLes Rouages Profonds de la Coopération
Les Rouages Profonds de la Coopération
 
30 ans d'agilité : bilan et perspectives
30 ans d'agilité : bilan et perspectives30 ans d'agilité : bilan et perspectives
30 ans d'agilité : bilan et perspectives
 
Com et Medias 2011 Community
Com et Medias 2011 CommunityCom et Medias 2011 Community
Com et Medias 2011 Community
 
Culture Code (version française)
Culture Code (version française)Culture Code (version française)
Culture Code (version française)
 
Veille 0 - Où en est on de la relation
Veille 0 - Où en est on de la relationVeille 0 - Où en est on de la relation
Veille 0 - Où en est on de la relation
 
Sébastien Bourguignon - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - Les sta...
Sébastien Bourguignon - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - Les sta...Sébastien Bourguignon - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - Les sta...
Sébastien Bourguignon - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - Les sta...
 
Intelligence collective au service de l'innovation
Intelligence collective au service de l'innovationIntelligence collective au service de l'innovation
Intelligence collective au service de l'innovation
 
Boîte à outils à l'usage des managers
Boîte à outils à l'usage des managersBoîte à outils à l'usage des managers
Boîte à outils à l'usage des managers
 
Sociocratie, Holacracy, Entreprise libérée... la redistribution des jeux de p...
Sociocratie, Holacracy, Entreprise libérée... la redistribution des jeux de p...Sociocratie, Holacracy, Entreprise libérée... la redistribution des jeux de p...
Sociocratie, Holacracy, Entreprise libérée... la redistribution des jeux de p...
 
Pascal Buffard - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - La réussite du...
Pascal Buffard - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - La réussite du...Pascal Buffard - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - La réussite du...
Pascal Buffard - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - La réussite du...
 
Agilité & culture d’entreprise
Agilité & culture d’entrepriseAgilité & culture d’entreprise
Agilité & culture d’entreprise
 

Similaire à Edito Lundis Radieux

LIVRE BLANC DE L'IC ( Une forme d'intelligence collective orientée sur la bie...
LIVRE BLANC DE L'IC ( Une forme d'intelligence collective orientée sur la bie...LIVRE BLANC DE L'IC ( Une forme d'intelligence collective orientée sur la bie...
LIVRE BLANC DE L'IC ( Une forme d'intelligence collective orientée sur la bie...
OPPORTUNITES ET STRUCTURE PORTEUSE
 
Intelligence collective livre_blanc_ic
Intelligence collective livre_blanc_icIntelligence collective livre_blanc_ic
Intelligence collective livre_blanc_ic
OPPORTUNITES ET STRUCTURE PORTEUSE
 
Salarié sans patron
Salarié sans patronSalarié sans patron
Salarié sans patron
Beatrice Poncin
 
#PortraitDeStartuper #21 - OurCo - Stéphane Bourbier & Élodie Brisset
#PortraitDeStartuper #21 - OurCo - Stéphane Bourbier & Élodie Brisset#PortraitDeStartuper #21 - OurCo - Stéphane Bourbier & Élodie Brisset
#PortraitDeStartuper #21 - OurCo - Stéphane Bourbier & Élodie Brisset
Sébastien Bourguignon
 
#PortraitDeStartuper #52 - Wibulle - Charlotte Lasou
#PortraitDeStartuper #52 - Wibulle - Charlotte Lasou#PortraitDeStartuper #52 - Wibulle - Charlotte Lasou
#PortraitDeStartuper #52 - Wibulle - Charlotte Lasou
Sébastien Bourguignon
 
Youmeo lab n°4
Youmeo lab n°4 Youmeo lab n°4
Youmeo lab n°4
YouMeO
 
Smonee
Smonee Smonee
Smonee
George-Bailey
 
#PortraitDeStartuper #75 - Hipip IN - Liliya Reshetnyak
#PortraitDeStartuper #75 - Hipip IN - Liliya Reshetnyak#PortraitDeStartuper #75 - Hipip IN - Liliya Reshetnyak
#PortraitDeStartuper #75 - Hipip IN - Liliya Reshetnyak
Sébastien Bourguignon
 
Crise de l’engagement et « Grande Démission » dans une société en « archipel » ?
Crise de l’engagement et « Grande Démission » dans une société en « archipel » ?Crise de l’engagement et « Grande Démission » dans une société en « archipel » ?
Crise de l’engagement et « Grande Démission » dans une société en « archipel » ?
PierrePhilippe18
 
Article "Un an de télétravail et de COVID" dans le magazine Start
Article "Un an de télétravail et de COVID" dans le magazine StartArticle "Un an de télétravail et de COVID" dans le magazine Start
Article "Un an de télétravail et de COVID" dans le magazine Start
Pascal Flamand
 
Livre blanc bienveillance et performance c.lerate
Livre blanc bienveillance et performance c.lerateLivre blanc bienveillance et performance c.lerate
Livre blanc bienveillance et performance c.lerate
Carol Lerate
 
#PortraitDeStartuper #25 - Art Impulse - Isabelle Dao
#PortraitDeStartuper #25 - Art Impulse - Isabelle Dao#PortraitDeStartuper #25 - Art Impulse - Isabelle Dao
#PortraitDeStartuper #25 - Art Impulse - Isabelle Dao
Sébastien Bourguignon
 
Portrait de startuper #40 - DraftQuest - David Meulemans
Portrait de startuper #40 - DraftQuest - David MeulemansPortrait de startuper #40 - DraftQuest - David Meulemans
Portrait de startuper #40 - DraftQuest - David Meulemans
Sébastien Bourguignon
 
#PortraitDeStartuper #38 - WorkUp - Anissa Bennai & Charlotte Cady
#PortraitDeStartuper #38 - WorkUp - Anissa Bennai & Charlotte Cady#PortraitDeStartuper #38 - WorkUp - Anissa Bennai & Charlotte Cady
#PortraitDeStartuper #38 - WorkUp - Anissa Bennai & Charlotte Cady
Sébastien Bourguignon
 
Cerner son métier, créer son réseau et partager ses pratiques
Cerner son métier, créer son réseau et partager ses pratiquesCerner son métier, créer son réseau et partager ses pratiques
Cerner son métier, créer son réseau et partager ses pratiques
Patrick Ducher
 
A quoi ressemblera le travail de demain ?
A quoi ressemblera le travail de demain ?A quoi ressemblera le travail de demain ?
A quoi ressemblera le travail de demain ?
Chris Delepierre
 
Conférence-atelier : Transformer les modèles mentaux pour mobiliser le collectif
Conférence-atelier : Transformer les modèles mentaux pour mobiliser le collectifConférence-atelier : Transformer les modèles mentaux pour mobiliser le collectif
Conférence-atelier : Transformer les modèles mentaux pour mobiliser le collectif
nous sommes vivants
 
#PortraitDeStartuper #24 - Singulart - Véra Kempf
#PortraitDeStartuper #24 - Singulart - Véra Kempf#PortraitDeStartuper #24 - Singulart - Véra Kempf
#PortraitDeStartuper #24 - Singulart - Véra Kempf
Sébastien Bourguignon
 
#PortraitDeStartuper #92 - Wantmore.Work - David Melki
#PortraitDeStartuper #92 - Wantmore.Work - David Melki#PortraitDeStartuper #92 - Wantmore.Work - David Melki
#PortraitDeStartuper #92 - Wantmore.Work - David Melki
Sébastien Bourguignon
 
Portrait de startuper #27 - MyCookr - Guillaume Sauvage Combat
Portrait de startuper #27 - MyCookr - Guillaume Sauvage CombatPortrait de startuper #27 - MyCookr - Guillaume Sauvage Combat
Portrait de startuper #27 - MyCookr - Guillaume Sauvage Combat
Sébastien Bourguignon
 

Similaire à Edito Lundis Radieux (20)

LIVRE BLANC DE L'IC ( Une forme d'intelligence collective orientée sur la bie...
LIVRE BLANC DE L'IC ( Une forme d'intelligence collective orientée sur la bie...LIVRE BLANC DE L'IC ( Une forme d'intelligence collective orientée sur la bie...
LIVRE BLANC DE L'IC ( Une forme d'intelligence collective orientée sur la bie...
 
Intelligence collective livre_blanc_ic
Intelligence collective livre_blanc_icIntelligence collective livre_blanc_ic
Intelligence collective livre_blanc_ic
 
Salarié sans patron
Salarié sans patronSalarié sans patron
Salarié sans patron
 
#PortraitDeStartuper #21 - OurCo - Stéphane Bourbier & Élodie Brisset
#PortraitDeStartuper #21 - OurCo - Stéphane Bourbier & Élodie Brisset#PortraitDeStartuper #21 - OurCo - Stéphane Bourbier & Élodie Brisset
#PortraitDeStartuper #21 - OurCo - Stéphane Bourbier & Élodie Brisset
 
#PortraitDeStartuper #52 - Wibulle - Charlotte Lasou
#PortraitDeStartuper #52 - Wibulle - Charlotte Lasou#PortraitDeStartuper #52 - Wibulle - Charlotte Lasou
#PortraitDeStartuper #52 - Wibulle - Charlotte Lasou
 
Youmeo lab n°4
Youmeo lab n°4 Youmeo lab n°4
Youmeo lab n°4
 
Smonee
Smonee Smonee
Smonee
 
#PortraitDeStartuper #75 - Hipip IN - Liliya Reshetnyak
#PortraitDeStartuper #75 - Hipip IN - Liliya Reshetnyak#PortraitDeStartuper #75 - Hipip IN - Liliya Reshetnyak
#PortraitDeStartuper #75 - Hipip IN - Liliya Reshetnyak
 
Crise de l’engagement et « Grande Démission » dans une société en « archipel » ?
Crise de l’engagement et « Grande Démission » dans une société en « archipel » ?Crise de l’engagement et « Grande Démission » dans une société en « archipel » ?
Crise de l’engagement et « Grande Démission » dans une société en « archipel » ?
 
Article "Un an de télétravail et de COVID" dans le magazine Start
Article "Un an de télétravail et de COVID" dans le magazine StartArticle "Un an de télétravail et de COVID" dans le magazine Start
Article "Un an de télétravail et de COVID" dans le magazine Start
 
Livre blanc bienveillance et performance c.lerate
Livre blanc bienveillance et performance c.lerateLivre blanc bienveillance et performance c.lerate
Livre blanc bienveillance et performance c.lerate
 
#PortraitDeStartuper #25 - Art Impulse - Isabelle Dao
#PortraitDeStartuper #25 - Art Impulse - Isabelle Dao#PortraitDeStartuper #25 - Art Impulse - Isabelle Dao
#PortraitDeStartuper #25 - Art Impulse - Isabelle Dao
 
Portrait de startuper #40 - DraftQuest - David Meulemans
Portrait de startuper #40 - DraftQuest - David MeulemansPortrait de startuper #40 - DraftQuest - David Meulemans
Portrait de startuper #40 - DraftQuest - David Meulemans
 
#PortraitDeStartuper #38 - WorkUp - Anissa Bennai & Charlotte Cady
#PortraitDeStartuper #38 - WorkUp - Anissa Bennai & Charlotte Cady#PortraitDeStartuper #38 - WorkUp - Anissa Bennai & Charlotte Cady
#PortraitDeStartuper #38 - WorkUp - Anissa Bennai & Charlotte Cady
 
Cerner son métier, créer son réseau et partager ses pratiques
Cerner son métier, créer son réseau et partager ses pratiquesCerner son métier, créer son réseau et partager ses pratiques
Cerner son métier, créer son réseau et partager ses pratiques
 
A quoi ressemblera le travail de demain ?
A quoi ressemblera le travail de demain ?A quoi ressemblera le travail de demain ?
A quoi ressemblera le travail de demain ?
 
Conférence-atelier : Transformer les modèles mentaux pour mobiliser le collectif
Conférence-atelier : Transformer les modèles mentaux pour mobiliser le collectifConférence-atelier : Transformer les modèles mentaux pour mobiliser le collectif
Conférence-atelier : Transformer les modèles mentaux pour mobiliser le collectif
 
#PortraitDeStartuper #24 - Singulart - Véra Kempf
#PortraitDeStartuper #24 - Singulart - Véra Kempf#PortraitDeStartuper #24 - Singulart - Véra Kempf
#PortraitDeStartuper #24 - Singulart - Véra Kempf
 
#PortraitDeStartuper #92 - Wantmore.Work - David Melki
#PortraitDeStartuper #92 - Wantmore.Work - David Melki#PortraitDeStartuper #92 - Wantmore.Work - David Melki
#PortraitDeStartuper #92 - Wantmore.Work - David Melki
 
Portrait de startuper #27 - MyCookr - Guillaume Sauvage Combat
Portrait de startuper #27 - MyCookr - Guillaume Sauvage CombatPortrait de startuper #27 - MyCookr - Guillaume Sauvage Combat
Portrait de startuper #27 - MyCookr - Guillaume Sauvage Combat
 

Edito Lundis Radieux

  • 1. ÉDITOS INGRID KANDELMAN Le futur du travail est un thème à la mode. Des séminaires professionnels aux cabinets de conseil en transformation en passant par les évènements et médias qui lui sont consacrés, impossible d’échapper au phénomène « Future of work ». Pourtant, le futur du travail est resté jusqu’ici une idée assez décevante. Souventparcequenouscherchonsàfaireautrement en mobilisant les « façons de faire » d’hier, créant autant d’injonctions paradoxales. Comment penser, en effet, les nouveaux collectifs de travail ouverts alors que notre culture est marquée par les limites juridiques de l’entreprise ? Comment décréter la créativité et l’innovation par les collaborateurs après les avoir poussés à l’exécution sans remise en question ? Comment penser le travail collaboratif Responsable de l’exploration Futur(s) du travail thecamp Ingrid est une de ces personnes avec qui je me suis tout de suite sentie des atomes crochus. Son envie d’emmener chacun vers cette destination encore inconnue qu’est le futur du travail m’a beaucoup parlé. Le travail qu’elle fait au quotidien à The Camp, en emmenant les grands groupes sur les sentiers inexplorés du travail de demain, est d’utilité publique. 19
  • 2. alors que les réflexes de protection (notamment la rétention d’information) sont toujours aussi forts ? Difficile de ne pas comprendre, dans ce contexte, le désengagement grandissant des salariés, un désengagement dont les répercussions sont bien réelles puisque selon l’Institut Sapiens, le coût caché de l’absentéisme au travail en France serait de 107 Milliards d’euros en France, soit presque 5% du PIB. Ensuite,parcequedesidéesreçuescomme«demain tous automatisés », « demain tous indépendants », « demain, le tout collaboratif » deviennent tellement répandues que les organisations cherchent plus à s’adapter à ces tendances qu’à dessiner leur propre trajectoire de besoin. Enfin, parce que paradoxalement, le futur du travail semble être victime de son succès. Plus on en parle et moins il semble évident d’y voir clair. Le sujet a été tellement abordé que certains discours nous viennent directement à l’esprit au moment de questionner la manière dont nous travaillerons demain. Ainsi, nourrie par les grands récits radicaux du tout automatisation, de la singularité ou de la société du loisir, notre vision du futur du travail est bloquée, obstruée par des projections certes très sensationnelles mais largement inopérantes. Comment inverserla logique à l’heure où l’entreprise fait face au besoin urgent de se réinventer ? Comment rendre le futur du travail souhaitable ? Une piste pourrait être de développer et diffuser une nouvelle culture du travail. Aujourd’hui, personne n’apprend vraiment à travailler, dans ce que cela engage avec « les autres » (et c’est d’ailleurs bien ce dont chacun se plaintauquotidien !).Onseformeàdescompétences techniques, éventuellement cognitives. 20
  • 3. Mais la question de savoir comment on pourrait travailler, et comment on voudrait travailler, restent des points aveugles de nos cursus.Travaillerdemain, cela passera sans doute par une capacité de chacun à pouvoir s’adapter à différents environnements, différentes cultures du travail. On passera de la startup au grand groupe, on cumulera de plus en plus un statut de salarié avec celui de freelance. Il faudra maîtriser les codes et les cultures de ces différents cadres. Voire même être capable de proposer de nouvelles pratiques de travail en collectif à son employeur quand le besoin s’en fera ressentir. Et surtout, il faudra que l’on soit capable de savoir ce dont on a envie et comment y parvenir. Il y a donc un enjeu majeur à ce que chacun développe une capacité à se saisir et à agir sur ses pratiques de travail, à les faire évoluer, à inventer et décider des modalités adaptées à ses objectifs et au contexte. Il est primordial que chaque travailleur sache que l’organisation pyramidale est loin d’être le seul modèle organisationnel existant, qu’il est possible de s’organiser en tribus, en cercles, de manière horizontale ou en réseau. Et que chaque modèle a ses avantages, et ses inconvénients. Il est primordial qu’ils sachent que les décisions peuvent être prises de différentes façons et qu’ils aient conscience de leurs biais cognitifs ; qu’ils soient conscients que la manière dont nous organisons aujourd’hui le travailentre nous, dont nous l’évaluons, le reconnaissons, n’est qu’un possible parmi un infini de systèmes. Et ces logiques ne doivent pas concerner que les managers ! Bien au contraire ! Elles doivent concerner tous ceux qui travaillent. Ensemble. 21
  • 4. Porter un nouveau regard sur son travail, et sur le « travailler ensemble » est un facteur fondamental dans l’équilibre de nos sociétés, pour ne pas subir les transformations que nous connaissons aujourd’hui, et pour ne laisser personne sur la route. Tous les acteurs de l’emploi – les entreprises, les collaborateurs, les pouvoirs publics…- y ont un rôle à jouer. 22
  • 5. Les moeurs nous ont inculqué la distinction entre notre “vie pro” et notre “vie perso”, pointant du doigt les acharnés qui traînent du boulot chez eux le soir, le week-end, en vacances, multipliant les conseils pour trouver l’équilibre entre ces deux vies. Il semblerait aujourd’hui que nous soyons en train de découvrir avec stupeur qu’en réalité nous n’avons qu’une seule et même vie avec un seul et même set de paramètres d’entrée : nous, notre personnalité, nos valeurs, nos envies, nos besoins, etc. La recherche de sens qui contamine le monde professionnel est le premier pas vers cette réalité dont les slasher.euse.s, freelances, entrepreneurs, remote workers sont les pionniers. Une réalité où l’équilibre vie pro/vie perso est caduque et où “gérer sa carrière” commence par découvrir et assumer son set de paramètres pour plutôt gérer sa vie. AGATHE MARTINOT Co-fondatrice ERNESTE Lorsque j’ai rencontré Agathe pour la première fois, on a tout de suite accroché sur une vision commune de la carrière. J’ai beaucoup aimé l’écouter parler de la manière dont on peut ramener plus de sens dans nos vies professionnelles. C’est ce qu’elle s’attèle à faire auprès de la communauté Erneste, qu’elle a co- fondée pour accompagner les jeunes professionnels dans leurs choix de carrière. 23
  • 6. Lieux radieux pour travail libre Parmi les tendances lourdes qui dessinent un futur du travail, la montée du travail indépendant fait couler beaucoup d’encre. D’un côté, la flexibilité et l’horizontalité, si attirantes. De l’autre, l’ubérisation et ses dérives, de nouvelles protections sociales encore largement inexistantes. Les avis sont mitigés, le doute plane. Pourtant, la perspective d’un travail libéré de la relation de subordination gravée dans le marbre du contrat de travail est enthousiasmante. Ne dessine-t-elle pas une sorte d’ge adulte du travail, de transition démocratique ultime de l’entreprise, d’affirmation de travailleurs-personnes dont la force de travail épouserait la singularité et non une entité corporate désincarnée ? Elle extrait l’arbitraire de l’un de ses meilleurs refuges, avec à la clé les dégâts de souffrance humaine que l’on connaît. Elle évite l’écueil de substituer à la tyrannie du chef celle du groupe, bien connu de ceux qui ont pu tester l’entreprise libérée. Elle est la clé d’un 1- Comme le rappelle Alain Supiot à l’occasion de la sortie de son ouvrage consacré au travail du 21e siècle et publié pour le centenaire de l’OIT, la subordination à l’origine du salariat trouve sa racine juridique dans le droit romain en filiation directe avec l’esclavage... CAMILLE RABINEAU Fondatrice COMME ON TRAVAILLE Camille repense les lieux de travail pour en faire des incarnations de nos nouvelles façons de travailler. A la croisée de l’architecture et du futur du travail, son travail m’a interpellée : enfin un levier d’action concret et palpable pour transformer de manière efficace notre rapport au travail. Voici sa vision des choses. 24
  • 7. avènement réel d’une « entreprise à mission » puisque, indépendants, chacun a la main pour faire advenir ce qu’il estime être sa mission dans la société. Le boom des travailleurs indépendants pour futur du travail : consécration de l’individualisme ? Renoncement au collectif et ses intelligences ? Abandon du souci du bien commun ? Au contraire. C’est vrai, la vision de « l’indépendant » comme ce loup un peu esseulé est tenace. Je ne compte plus les fois où, depuis que je me suis lancée à la tête de mon activité, on me demande comment va ma vie sociale, si je ne souffre pas trop de la solitude. Pourtant, jamais je ne me suis sentie plus entourée, nourrie de l’énergie des autres, autant en quête de rencontres qu’à l’écoute des rencontres qui viennent à moi. Autant avide d’apprendre de nouvelles compétences, sans autre agenda que celui de me développer là où je m’épanouis (et non pas là où l’autorité de mon manager s’épanouit.) Les sociabilités choisies ont remplacé les sociabilités subies. L’interdépendance a remplacé la coexistence. Le faire ensemble a remplacé les process qui « ferrent » ensemble. En somme, une expérience bienfaitrice de l’entraide et del’émulationàl’heureoùtoutn’estqu’effondrement et dérèglements... La montée en puissance de l’indépendance peut aussi rebattre profondément les cartes pour les salariés et, pourquoi pas, augurer d’un « salariat sans subordination », comme le plaide la sociologue Danièle Linhardt. Car qui peut croire que celui qui retourne dans l’entreprise après avoir été l’inventeur de ses propres conditions de travail y retourne « comme avant » ? Plus autonome, plus conquérant, plus inventif aussi, plus débrouille : ces générations de travailleurs-entrepreneurs sont ultimement plus libres : on a moins peur de perdre son job quand on 25
  • 8. a été capable de créer le sien à partir de rien. Reste à inventer les régulations et les cadres protecteurs pour empêcher le scénario d’une indépendance prédatrice, rendre ce mode de travail accessible à tous ceux qui le souhaitent, peu importent leur métier ou leur niveau de diplôme, et permettre cette fluidité de passage d’un statut à l’autre de manière choisie. Enfin, moi qui ai fait de travailler sur la force des lieux mon métier, je me demande quels seront les lieux de ces nouvelles communautés de travailleurs libres ? Il en faudra, des lieux de rencontre, des lieux de vie, des lieux de création partagée. Débarrassés des oripeaux corporate et du systématisme du siège social forteresse, je les imagine s’ouvrant sur l’extérieur, faisant corps avec leur quartier et accueillant le monde du non-travail : enfants, retraités, activités bénévoles. Grâce à eux, les frontières du travail se floutent pour embrasser d’un même geste ce qui rémunère matériellement et ce qui élève spirituellement. Il existe quelques (tiers)-lieux bien cachés qui laissent entrevoir que ce futur peut éclore. Allez-y : ils sont radieux. 1- Comme le rappelle Alain Supiot à l’occasion de la sortie de son ouvrage consacré au travail du 21e siècle et publié pour le centenaire de l’OIT, la subordination à l’origine du salariat trouve sa racine juridique dans le droit romain en filiation directe avec l’esclavage...26