SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  7
Télécharger pour lire hors ligne
1
LANGUES ET LITTÉRATURES EUROPÉENNES
D’UNE PÉRIODE MOUVEMENTÉE
Langues et identités culturelles dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles.
Marie-Sol Ortola & Marie Miranda Roig (éds.), Université de Nancy, 2005, p. 91-102.
ISBN: 978-2-9515883-6-3.
Les flux et les reflux entre les différentes zones linguistiques de l’Europe méridionale sont
relativement peu remarquables jusqu’au XIVe siècle. Le latin cohabite avec les langues vernaculaires
selon des modèles connus: depuis le VIIe siècle les divergences apparues dans le latin selon les régions
s’agrandissent; entre les VIIIe et IXe siècles le latin classique et le latin vulgaire sont entièrement
distingués et, parallèlement, la réforme carolingienne accélère le divorce entre le latin littéraire et la
langue parlée. La langue latine demeurant pendant longtemps le moyen de communication des
savants, les langues romanes se répandront, grâce aux clercs et aux jongleurs, jusqu’à devenir des
langues de culture. Cependant, à proprement parler, à l’époque elles n’existaient pas encore telles que
nous les connaissons aujourd’hui: les contemporains semblent avoir eu longtemps le sentiment qu’il
n’y avait qu’une seule langue romane et que toutes les variations étaient dialectales. Face à cette force
centrifuge la langue en oppose une centripète: soit qu’un dialecte l’emporte sur les autres, soit qu’elle
efface ou combine les marques dialectales dans un souci globalisateur. C’est ce dernier qui est à la
naissance des langues romanes: l’italien, la langue d’oïl, la langue d’oc, l’espagnol ou castillan, le
portugais, le catalan, le galicien ou le roumain. Plus tard, au XVIe siècle, on assiste à l’émancipation de
ces langues par rapport au latin, tantôt grâce à des érudits qui veulent, en nombre, tirer leur “vulgaire”
de l’obscurité, tantôt grâce à l’influence favorable de la monarchie (vid. Brunot, t. II: 1-32, Cohen:
159-163 et Zink: 10-19).
Aux XVe et XVIe siècles, les échanges linguistiques connaissent, et c’est donc une nouveauté,
une accélération du fait, surtout, de l’amélioration des communications et des contacts résultant des
guerres, notamment dans l’Europe méridionale. Ainsi, les onze guerres d’Italie (1494-1559) ont
confronté de manière intermittente plusieurs nations (la France, l’Espagne, l’Angleterre) qui se sont
battues avec l’aide de mercenaires (Allemands et Suisses) et des habitants mêmes de la péninsule
italienne (Vénitiens, Milanais, Génois, Napolitains, sans oublier les soldats du pape). Ces
affrontements, entraînant des déplacements de soldats sur des milliers de kilomètres, rappellent ceux
des légionnaires romains contre les tribus peuplant les marches de l’Europe: tout comme les
combattants antiques et leurs accompagnateurs, les armées victorieuses en Italie fixaient les nouvelles
démarcations territoriales, instauraient leur système administratif et parfois imposaient leur modèle
socio-économique. Il existe cependant une différence importante dans le domaine linguistique entre
les époques: les Romains apportaient un latin parlé qui, inévitablement déformé par les gosiers
autochtones, deviendrait un jour ou l’autre la langue des futures configurations nationales; les armées
victorieuses du XVIe siècle, en revanche, n’ont entraîné la naissance d’aucune langue. Il y eut à cela
plusieurs raisons: outre la résistance des langues autochtones, le peu de durée des occupations et les
motifs ultimes de celles-ci. Il n’empêche que ces glissements humains n’ont pas été sans conséquence
dans les domaines linguistique et littéraire, selon les pays. C’est cela que nous voudrions montrer dans
les lignes qui suivent.
Venons premièrement aux rapports franco-italiens. La Ligue de Cambrai (1508), créée sur
l’initiative de Jules II, réunit la France, l’Empire, l’Aragon, Ferrare et Mantoue contre Venise; mais le
tournant de 1511 modifie considérablement les données: la Sainte-Ligue (le Pape, Milan, Venise,
2
l’Aragon, dont Naples, l’Angleterre et la Suisse) s’allie contre Louis XII sur le sol italien. Apparaît alors
La Concorde des deux langages (1511), prosimètre où Jean Lemaire entend réconcilier le français et l’italien
(plus précisément le toscan) et, à travers eux, la France et l’Italie. C’est le sens du pèlerinage allégorique
de l’“Acteur”, qui prend le chemin du temple de Minerve où ces deux langages vivent dans l’union et
la paix. Plus important encore, lors d’un détour par le temple de Vénus, situé à Lyon, cette pastorale
rend hommage à Pétrarque et à Jean de Meung, et mêle aux dieux et demi-dieux de Boccace plusieurs
personnages du Roman de la Rose; inutile de rappeler que Lyon était alors la porte de l’Italie et la
passerelle entre les deux cultures (Lestringant: 58). Une lecture superficielle de ce récit idyllique
induirait en erreur: en réalité la Concorde cherche à gommer les différends entre Italiens et Français au
sujet de leurs langues. On sait que le Trésor de Brunetto Latini (1220-95), hommage à la langue
française, était resté sans lendemain et que les hommes de Louis XI et de Charles VIII se sont vus
traiter de “barbares”, injure qui, concernant la langue, deviendra courante aussi bien dans la poésie
que dans la prose des humanistes. Le temps aidant, Claude de Seyssel atteste dans le Proème de sa
traduction de Justin (1509), que les Italiens se sont mis à parler français avec leurs dominateurs, mais
les Illustrations de Gaule, histoire poétisée de la monarchie française (1511-13), protestent contre cette
épithète infamante qui reste vivante pendant plusieurs décennies, au point de motiver deux chapitres
de la Défense de Joachim du Bellay: “Que la langue française ne doit être nommée barbare” et “Réponse à quelques
objections”.
À partir de la seconde moitié du XVIe siècle, les choses changent de manière importante:
l’engouement de la nouvelle mode d’outre-Alpes explique l’invasion –pacifique– du français par
l’italien. Cette contamination déclenchera un patriotisme belliqueux, très marqué notamment chez
Henri Estienne, dont les ouvrages cherchent à prouver, par le recours à la philologie et à la grammaire,
la supériorité de la langue française. Qu’on songe aux Dialogues du nouveau français italianisé (1578) et
notamment à leur complément, la Précellence du langage français (1579; vid. François, I: 122).
Mais deux nouvelles puissances font irruption dans le paysage de ces rapports linguistiques,
avec la poussée internationale du Portugal et de l’Espagne, aux XVe-XVIe siècles. Par ses expéditions
coloniales au-delà de l’Équateur (jusqu’au Cap en 1486, aux Indes en 1497, au Japon en 1543), le
Portugal a montré, non seulement la supériorité de ses marins, mais aussi le caractère illimité de ses
ambitions. Des relations de voyage portugaises sont publiées en Italie, dont voici trois exemples: les
Navigazioni e Viaggi, où Giovanni Battista Ramusio insère le Libro de Odoardo Barbosa (rédigé vers
1517-18), première description systématique des terres connues par les Portugais sur l’Océan Indien,
deux lettres d’Andrea Corsali adressées à Jules et à Laurent de Médicis (rédigées en 1517 et vers 1518-
19 respectivement) lors de son voyage en Inde dans un vaisseau portugais, et la Verdadeira Informaçam
das terras do Preste Joam das Indias de Francisco Álvares (publiée à Lisbonne en 1540 et que Ramusio
traduit sous le titre Viaggio in Etiopia). L’impact lexicologique des termes portugais à cette occasion
est une preuve du poids universel de ce pays à l’époque où les États européens étaient en train de se
configurer. Ainsi, dès 1432 des termes maritimes sont attestés dans les relations vénitiennes de voyage
(sorgere dans le sens d’ancrer, “ancorare”; vid. Lanciani: 180). Cette expansion linguistique est doublée
d’une floraison des études humanistes au Portugal; les langues classiques et bibliques sont
attentivement étudiées aux universités d’Évora et de Coïmbre sous l’impulsion des rois (João III
surtout); des professeurs espagnols, français et italiens y vont faire des cours, et de jeunes Portugais
apprennent dans des universités étrangères prestigieuses, Salamanque ou Paris. Inversement, ce pays
de navigateurs ne manqua pas d’érudits qui se firent connaître en Europe: ainsi le Père Manuel Álvares
(mort en 1583), professeur de latin, grec et hébreu, qui publia sa célèbre De institutione grammatica libri
tres, reproduite au moins une centaine de fois dans plusieurs pays européens (dont Espagne, France,
Italie, Pologne et Pays-Bas; vid. Almeida: 633-653).
3
D’autres puissances de la péninsule ibérique prennent à la même époque une importance
croissante. Très tôt les Catalans maîtrisent la navigation méditerranéenne et font sentir le poids de
leurs lois politiques, militaires et commerciales sur la péninsule italienne, sur les îles de la Méditerranée
et même sur le Portugal, qui lui impose à son tour son lexique maritime (en l’occurrence, le surgidero
italien de Vespuccio vient du portugais surgidoiro à travers le catalan sorgidor; Lanciani: 181). Il en va de
même avec les Castillans, dont la poussée ne connaîtra pas de limites jusqu’au milieu du XVIIe siècle.
Contrairement à ce qui arrive généralement entre nations voisines, les rapports hispano-portugais
sont alors assez bons (à l’exception de batailles ponctuelles). En fait, ces deux pays sont devenus
largement interdépendants. Les commerçants portugais servent souvent d’intermédiaires entre
l’Espagne et d’autres parts de l’Europe, tandis que les Espagnols contrôlent une bonne partie du trafic
portugais. Les uns et les autres ont des ennemis communs: la combinaison de leurs flottes se montre
utile contre les pirates anglais, français ou hollandais et contre la menace mauresque et turque. Sur le
plan culturel, la pratique de la langue castillane devient une véritable mode à la cour portugaise (qui,
dès 1491, gravite presque sans interruption autour d’un pôle castillan représenté par une reine), au
point que les plus grands écrivains du pays –comme Gil Vicente et Luis de Camõens– rédigent une
partie considérable de leur production en espagnol (Oliveira: 308-09).
Cette influence hispanique s’étend aux autres langues. À l’Est d’abord, où les monarques
aragonais parviennent à maîtriser, non sans un mélange d’heurs et malheurs, de grands territoires de
la péninsule italique et de ses îles: Pedro III est acclamé roi en Sicile (1282), Jaime II conquiert la
Sardaigne (1324) et Alfonso V reçoit la couronne de Naples (1442). Ces événements, auxquels on doit
ajouter l’ascension de deux Espagnols (Calisto III et Alexandre VI) au trône de Pierre, expliquent la
présence d’écrivains espagnols en Italie tout au long du XIVe siècle (Juan de Mena, Alfonso de
Palencia, Juan de Lucena, Rodrigo Sánchez de Arévalo, Juan de Torquemada et Nuño Guzmán, parmi
d’autres). Le XVIe siècle connaît, comme conséquence de l’autorité des Rois Catholiques, une large
diffusion de la langue et de la littérature espagnoles (pour la langue, on lira avec profit le travail de
Beccaria). C’est à Rome que paraît la première traduction de La Célestine hors des frontières ibériques
(1506), et c’est aussi dans la ville papale que les deux pionniers les plus représentatifs du théâtre
espagnol de la Renaissance (Juan del Encina et Bartolomé de Torres Naharro) font jouer leurs pièces.
On peut en dire autant d’autres villes italiennes: Ferrare, où Lucrèce Borgia, admiratrice de la poésie
des cancioneros, attire un grand nombre d’Espagnols; Mantoue, où Isabelle d’Este Gonzaga, entichée
du roman catalan Tirant lo Blanc, se met à la recherche d’un exemplaire de la Cárcel de amor de Diego
de San Pedro; Urbino encore, dont Il Cortegiano témoigne la familiarité de ses courtisans avec les
personnages d’Amadis.
Ce rayonnement de la culture espagnole n’est pas synonyme d’assimilation totale, et l’on
perçoit à son égard, en Italie, une réaction de mépris similaire à celle qu’éprouvent les écrivains italiens
à l’égard du français. Vincenzo Querini, ambassadeur vénitien auprès des Rois Catholiques, écrit en
1506 dans son rapport au Sénat que les Espagnols “ont du génie naturel, mais ne l’appliquent ni dans
leurs doctrines ni dans leurs études” (“hanno naturalmente ingegno, ma non l’adoperano né in
dottrina né in studio alcuno”; et Francesco Guicciardini, ambassadeur florentin auprès des mêmes
rois, dit qu’ils “ne sont pas voués aux lettres, et [qu’] on ne trouve ni dans la noblesse ni chez les
autres aucune trace, ni grande ni petite, de la langue latine” (“non sono volti alle lettere, e non si trova
né nella nobiltà né negli altri notizia alcuna, o molto piccola ed in pochi, di lingua latina”; cité par
Meregalli: 15). L’admiration agit plutôt dans l’autre sens, ce que confirme le style italianisant de l’élite
des écrivains espagnols pendant la première moitié du XVIe siècle: Juan Boscán (surtout après sa
rencontre avec Andrea Navagero en 1526), Garcilaso de la Vega (ami de Luigi Tansillo à Naples),
4
Juan de Valdés (courtisan de Charles V à Rome et longtemps archiviste à Naples), Diego Hurtado de
Mendoza (ambassadeur de l’empereur à Venise et à Rome, puis gouverneur à Sienne) et tant d’autres.
Les années passant, les influences évoluent et l’Italie connaît un foisonnement spectaculaire de
la culture espagnole, laquelle entraîne la culture portugaise dans son sillage. Quoique l’espagnol
n’apparaisse pas dès la première édition du Vochabuolista ou Introductio quœdam utilissima sive Vocabularius
quattuor linguarum latinœ, italicœ, gallicœ et alamanicœ (Rome, 1510), il y est inclus dès la deuxième édition
(Venise, 1513) et demeure présent dans la plupart des éditions (57 fois sur 74 jusqu’à 1652; vid. Bingen,
1987: 249-264). Suivent les ouvrages destinés à l’apprentissage de la langue, comme par exemple Il
paragone della lingua toscana e castigliana, de Giovanni Mario Alessandri (1560), les célèbres Osservazioni
della lingua castigliana de Juan Miranda (Venise, 1566, 4 rééditions) et le vocabulaire bilingue italo-
espagnol de Cristóbal de las Casas (Séville, 1570, puis Venise où il connut jusqu’à douze rééditions).
Cet intérêt pour la culture espagnole s’élargit à d’autres domaines, ce qui explique une affluence dont
les chiffres suffisent à donner l’idée: 795 éditions au total entre 1551 et 1600, dont 71 en espagnol et
724 traductions (vid. Meregalli: 17). Parmi les facteurs de cet important développement, il faut
mentionner la vogue des romans de chevalerie (avivée par l’Amadigi de Bernardo Tasso, 1560), les
titres célèbres de Fernando de Rojas (La Celestina) et d’Antonio de Guevara (Rejox de príncipes, dont
les traces sont visibles dans Il mondo savio e pazzo de Doni et dans La città felice de Patrizi) et toute la
littérature moraliste espagnole (Examen de ingenios de Huarte de San Juan, Venise, 1582; le Giardino di
fiori curiosi d’Antonio de Torquemada, Venise 1590; les traductions de Silva de varia lección et de Vidas
de los emperadores de Pedro de Mexía, en 1544 et 1561 respectivement). De nombreux écrivains italiens
et de Sardaigne se mettent à écrire en espagnol: Francesco Balbi da Correggio (Historia de los amores de
Abinde Araez), Antonio Lofrasso (Diez libros de Fortuna de amor), Gerolamo Araolla (Rimas diversas
espirituales). On pourrait multiplier les noms témoignant, dans la littérature spirituelle comme dans les
récits de voyages, de l’influence des lettres espagnoles en Italie au XVIe siècle (vid. Meregalli: 26-28);
l’important ici est de constater un accueil très favorable, qui correspondait à la position politique et
sociale que l’Espagne prenait au fil des années.
Or, tôt ou tard, l’Espagne devait rencontrer la France. Depuis la Ligue de Venise (1495) et
jusqu’au traité de Cateau-Cambrésis (1559), tous les rois français (Charles VIII, Louis XII, François Ier,
Henri II) se sont battus contre elle. Suivent les guerres de Religion (1562-98); ces temps mouvementés
ne sont pas propices aux rapports culturels hispano-français. De fait, on sait qu’il y avait peu
d’Espagnols à la cour des Valois, surtout si on les compare avec les Italiens.
Cependant la langue espagnole parvient à se frayer un passage en France, d’abord à travers
l’italien précisément: qu’on songe au mot “cantonade”, ce côté de la scène du théâtre qu’on réservait
pour les spectateurs privilégiés: vient-il de l’italien cantonata ou plutôt de l’espagnol cantonada? Qu’on
songe encore à “corridor”, vient-il de l’italien corridore (forme rare, normalement corridoio) ou mieux
de l’espagnol corredor? (Cioranescu: 152-153). Le commerce avec l’Amérique est l’occasion de
nombreux emprunts: il suffit de mentionner le “hamac”, le “tabac” et le “chocolat”. La proximité des
Pays-Bas (plus que celle de l’Espagne) jouait également son rôle. On se souviendra qu’en 1477, lors
du mariage de Marie (fille de Charles le Téméraire et d’Isabelle) avec Maximilien Ier d’Autriche, les
Pays-Bas sont séparés de la Bourgogne et devront passer par héritage à la maison de Habsbourg;
quand, en 1496, Philippe Ier le Beau (fils de Marie), épouse Jeanne la Folle (fille des Rois Catholiques),
il ouvre la porte à l’annexion espagnole des Pays-Bas, devenue une réalité sous Charles V entre 1523
et 1528.
Cette présence espagnole explique l’engouement pour le castillan. Le plus ancien outil pour
apprendre la langue espagnole qui nous soit connu est publié à Anvers en 1520; il s’agit d’un manuel
de vocabulaire qui met côte à côte, sur des colonnes, les mots français, flamands et espagnols. Suivent
5
le Vocabulaire en quatre langues de Noël de Berlaimont, dont la première édition comprenant l’espagnol
(avec le flamand, le français et le latin) date de 1551 (Nicole Bingen en a répertorié jusqu’à 81 éditions
jusqu’à 1692), et le Dictionnaire des huit langages: c’est à savoir grec, latin, flamand, français, espagnol, italien,
anglais et allemand (1552); le succès de l’ouvrage de Berlaimont est seulement comparable à celui des
calepini ou lexiques polyglottes confectionnés par Ambrogio da Caleppio depuis 1502 et dont la
première édition, où figurent le latin, le grec, l’italien et l’espagnol, fut publiée à Lyon en 1559 (N.
Bingen recense 83 éditions jusqu’à 1700). Quoique destiné plutôt à l’enseignement des sciences
naturelles, on doit noter aussi le catalogue du célèbre médecin Hadrien Junius (Nomenclator, omnium
rerum propria nomina variis linguis explicata dicans, Anvers, 1567; N. Bingen, 1987: 136-145).
Un bref traité anonyme (Útil y breve institución para aprender los principios y fundamentos de la lengua
española, Louvain, 1555) représente un pas considérable en avant. Trilingue (latin, français et
espagnol), il offre des indications phoniques, syntaxiques, morphologiques et même lexicales, car ses
“Règles générales pour connaître quelques noms étranges” (“Reglas generales para conocer algunos
nombres peregrinos”) réunissent un groupe de mots espagnols d’origine étrangère, notamment arabe.
Toujours à propos de cette évolution de l’apprentissage, on retiendra les ouvrages rédigés par
les linguistes français, espagnols et flamands qui ont collaboré à l’apprentissage de la langue espagnole
en France. Juan Martín Cordero, probablement flamand d’adoption, est connu pour ses Quejas de
llanto de Pompeyo (Anvers, 1556), dont un chapitre aborde la prononciation et l’orthographe de
l’espagnol. Gabriel Meurier, professeur de cette langue en Flandres, publie une vingtaine de livres
consacrés à l’enseignement des langues étrangères, dont cinq ont un rapport plus ou moins direct
avec l’espagnol; tous offrent une approche pratique plus que théorique: Conjugaisons, règles et instructions
[…] pour ceux qui désirent apprendre français, italien, espagnol et flamand, suivi de Brève instruction contenant la
manière de bien prononcer et lire le français, italien, espagnol et flamand (Anvers, 1558), Recueil de sentences notables
(Anvers, 1568; vid. N. Bingen, 1987: 177-178), Coloquios familiares (Anvers, 1568) et Trésor de sentences
dorées (Lyon, 1568). Jacques Bourgoing, érudit français versé dans les langues classiques, s’adonne à
l’étude comparée des langues et à la recherche étymologique; on citera son ouvrage comparatif De
Origine, usu et ratione vulgarium vocum linguæ gallicæ, italicæ et hispanicæ (Paris, 1583). Antonio de Corro,
précepteur d’Henri IV pendant deux ans, est l’auteur d’un ouvrage essentiel pour la reconstitution de
l’ancienne prononciation de l’espagnol: Reglas gramaticales para aprender la lengua española y francesa
confiriendo la una con la otra según el orden de las partes de la oración latina (Oxford, 1586). N. Charpentier,
l’un des premiers hispanistes français, rédige un livre méthodique où il a recours aux maximes figurant
dans les chefs-d’œuvre du patrimoine littéraire espagnol pour mieux comprendre la structure et le
fonctionnement de la langue: La Parfaite méthode pour entendre, escrire et parler la langue espagnole (Paris,
1596). Enfin, l’année suivante, César Oudin publie, également à Paris, sa Grammaire et observations de la
langue espagnole (S. Collet Sedola: passim).
Cette fièvre pour l’espagnol explique le foisonnement d’œuvres littéraires traduites en français
tout au long du XVIe siècle. Parmi les romans de chevalerie, les livres d’Amadís occupent une place
privilégiée. Le succès d’Amadís en France fut immense, au point de pouvoir affirmer qu’aucun autre
ouvrage espagnol n’a connu une telle fortune. La première traduction française d’Amadís de Gaula est
celle de Nicolas d’Herberay, seigneur des Essarts, de 1540 à 1548, qui traduisit les huit premiers livres;
suivent celles de G. Boileau, J. Gohory, A. Tyron et celles de G. Chappuys (du 16e au 21e livres); les
22e-24e livres paraîtront au XVIIe siècle.
Dans le domaine des livres de civilité on trouve Du Mépris de la cour et de la louange de la vie rustique
(1542, vingt-quatre éditions au XVIe siècle), traduction à grand succès par Antoine Allègre du
Menosprecio de corte y alabanza de aldea, d’Antonio de Guevara (1539). Dans celui des livres d’érudition
didactique, Les Diverses Leçons de Pierre Messie (1552, quinze éditions au XVIe siècle), traduction par
6
Claude Gruget de la Silva de varia lección de Pedro Mexía (1540). Dans celui de la vulgarisation médicale
l’Anacrise, ou Parfait Jugement et examen des esprits propres et nés aux sciences (Lyon, 1580, quatre éditions au
XVIe siècle), traduction due à Gabriel Chappuys de l’Examen de ingenios para las ciencias, de Huarte de
San Juan (1575).
Les romans développant les “questions d’amour” connaissent une diffusion inouïe en France
au XVIe siècle. Voici, brièvement développé, l’exemple d’un ouvrage dont vingt éditions françaises
quadruplèrent l’original espagnol qui, lui, ne connut que cinq éditions dans son pays d’origine. Le
Jugement d’amour (Paris, sans date), mieux connu comme Histoire d’Aurélio et Isabelle, traduction que
Gilles Corrozet fit d’un anonyme italien (Lelio de Manfredi?), Aurelio e Isabella (1521) ou Amorosa
historia de Isabella et Aurelio (1526), qui était quant à lui une traduction du Tratado où Juan de Flores
raconte el triste fin de los amores de Grisel y Mirabella (1495?). Quoique la version française prétende
presque toujours être “translatée d’espagnol en français”, elle a été faite sur l’italienne (sauf les éditions
de 1560 et 1596, qui présentent le texte français en regard). On compte jusqu’à douze rééditions où
les versions française et italienne apparaissent côte à côte.
Les traductions des principaux romans pastoraux espagnols sont habituellement réunies dans
un livre intitulé La Diane qui contient à lui seul La Diana de Jorge de Montemayor (ca 1559), la Segunda
parte de la Diana d’Alonso Pérez (1563) et La Diana enamorada de Gaspar Gil Polo (1564). Les
responsables des versions sont Nicolas Colin pour le texte de Montemayor et Gabriel Chappuys pour
ceux de Pérez et Polo. Sylvie Cantrelle attire l’attention sur cette fusion des trois sources: “Il est
étonnant de les trouver réunies sous le même titre et dans le même livre en France alors qu’en
Espagne elles n’ont été publiées ensemble qu’une seule fois (jusqu’en 1610) sous l’intitulé suivant:
Adición de los siete libros de la Diana de Georg. de Montemayor, Pamplona, T. Porralis, 1578” (t. I: 182). Les
cinq réimpressions de la traduction de Colin donnent une idée suffisante du succès de la pastorale
espagnole en France au XVIe siècle.
On peut en dire autant du roman picaresque: le Lazarillo espagnol (1554), qui ne fut pas bien
accueilli dans la première traduction de 1560, trouva en revanche un énorme succès dans celle de
Lambert 1561, avec huit réimpressions jusqu’à 1598.
On pourrait continuer cette revue avec les voyages en Espagne, et les récits qu’en tirèrent
Laurent Vital, 1517, et Brantôme, 1564; ou encore avec les traités d’histoire de l’Espagne (comme
celui de Louis Turquet, sieur de Mayerne, en 1587). Elle pourrait être largement complétée, et
augmentée d’exemples concernant les échanges avec d’autres langues romanes (le sarde, l’occitan et
le roumain); il n’en est pas besoin pour montrer que les tensions politiques et militaires ne sont jamais
parvenues, dans ce XVIe siècle pourtant si mouvementé, à éviter les déplacements linguistiques et
littéraires en Europe méridionale.
Bibliographie
ALMEIDA, Fortunato de, História de Portugal, Coimbra: Fortunato de Almeida, 1922-1929, t. III.
BECCARIA, Gian Luigi, Spagnolo e spagnoli in Italia. Riflessi ispanici sulla lingua italiana del cinque et del seicento, Torino:
Giappichelli, 1986.
BENNASSAR, Bartolomé et Lucile éds, Le Voyage en Espagne. Anthologie des voyageurs français et francophones du XVIe
siècle au XIXe
siècle, Paris: Robert Laffont, “Bouquins”, 1998.
BINGEN, Nicole, Le Maître italien (1510-1660). Bibliographie des ouvrages d’enseignement de la langue italienne destinés au
public de langue française, Bruxelles: Émile Van Balberghe, 1987.
BRUNOT, Histoire de la langue française des origines à 1900, Paris: Armand Colin, 1906-1953, t. II.
CANTRELLE, Sylvie, Essai de bibliographie analytique et raisonnée des livres espagnols traduits en français de 1477 à 1610,
(thèse de doctorat), Université de Strasbourg, 1992, 2 vol.).
7
CIORANESCU, Alexandre, Le Masque et le visage. Du baroque espagnol au classicisme français, Genève: Droz, 1983.
COHEN, Marcel, Histoire d’une langue: le français (des lointaines origines à nos jours), Paris: Les Éditeurs Français Réunis,
1950.
COLLET SEDOLA, Sabina, “Orígenes de la difusión de la lengua española en Francia (2ª parte del siglo XVI)”, in
Actas del II Congreso internacional de historia de la lengua española, éds M. Ariza, R. Cano, J.Mª Mendoza, A.
Narbona, Madrid: Asociación de historia de la lengua española, 1992, t. II: 609-616.
FRANÇOIS, Alexis, Histoire de la langue française cultivée des origines à nos jours, Genève: Alexandre Jullien, 1959, 2
vols.
LANCIANI, Giulia, “Lusismi nelle traduzioni italiane di cronache portoghesi”, in L’Étà delle scoperte geografiche nei
suoi riffessi linguistici in Italia, Atti del convegno di studio, Firenze 21-21 ottobre 1992, Firenze: Accademia della
Crusca, 1994: 179-190.
LESTRINGANT, Frank, Josiane RIEU & Alexandre TARRÊTE, Littérature française du XVIe
siècle, Paris: PUF, 2000.
MEREGALLI, Franco, Presenza della letteratura spagnola in Italia, Firenze: Sansoni, 1974.
OLIVEIRA, A.H. de, History of Portugal, New York & London: Columbia University Press, 1972, vol. I.
ZINK, Michel, Littérature française du Moyen Âge, Paris: PUF, 2001.

Contenu connexe

Similaire à Langues européennes d’une période mouvementée.pdf

Presentation histoire
Presentation histoirePresentation histoire
Presentation histoiremercheguillen
 
Pejalan2 prancis di jawa
Pejalan2 prancis di jawaPejalan2 prancis di jawa
Pejalan2 prancis di jawaPewarta Yogya
 
Rois de France 2023
Rois de France 2023Rois de France 2023
Rois de France 2023NadineHG
 
Pr Mohammed Abbassa-Les sources de l’amour courtois des Troubadours.pdf
Pr Mohammed Abbassa-Les sources de l’amour courtois des Troubadours.pdfPr Mohammed Abbassa-Les sources de l’amour courtois des Troubadours.pdf
Pr Mohammed Abbassa-Les sources de l’amour courtois des Troubadours.pdfAnnales du patrimoine
 
العصر الوسيط
العصر الوسيطالعصر الوسيط
العصر الوسيطmetlaoui2
 
La renaissance en italie gastesi andino
La renaissance en italie gastesi andinoLa renaissance en italie gastesi andino
La renaissance en italie gastesi andinoluberrifrantsesa
 
Livret Repères chronologiques pour les 3e
Livret Repères chronologiques pour les 3eLivret Repères chronologiques pour les 3e
Livret Repères chronologiques pour les 3eChristine FIASSON
 
La tour de babel, le sac de troie et la recherche des origines des langues ...
La tour de babel, le sac de troie et la recherche des origines des langues   ...La tour de babel, le sac de troie et la recherche des origines des langues   ...
La tour de babel, le sac de troie et la recherche des origines des langues ...Sais Abdelkrim
 
Histoire de la Côte d’Azur
Histoire de la Côte d’AzurHistoire de la Côte d’Azur
Histoire de la Côte d’AzurNicolae Sfetcu
 
Europe: born of an idea timeline. French version
Europe: born of an idea timeline. French versionEurope: born of an idea timeline. French version
Europe: born of an idea timeline. French versionAndrea Sepiacci
 
Constantiinople à istanbul
Constantiinople à istanbulConstantiinople à istanbul
Constantiinople à istanbulpilou06
 
Nouveaux horizons géographiques et culturels des Européens a
Nouveaux horizons géographiques et culturels des Européens aNouveaux horizons géographiques et culturels des Européens a
Nouveaux horizons géographiques et culturels des Européens aXavier Monty
 
François 1er ane olazabal sara azurza
François 1er ane olazabal sara azurzaFrançois 1er ane olazabal sara azurza
François 1er ane olazabal sara azurzaluberrifrantsesa
 

Similaire à Langues européennes d’une période mouvementée.pdf (20)

Presentation histoire
Presentation histoirePresentation histoire
Presentation histoire
 
Pejalan2 prancis di jawa
Pejalan2 prancis di jawaPejalan2 prancis di jawa
Pejalan2 prancis di jawa
 
Rois de France 2023
Rois de France 2023Rois de France 2023
Rois de France 2023
 
Pr Mohammed Abbassa-Les sources de l’amour courtois des Troubadours.pdf
Pr Mohammed Abbassa-Les sources de l’amour courtois des Troubadours.pdfPr Mohammed Abbassa-Les sources de l’amour courtois des Troubadours.pdf
Pr Mohammed Abbassa-Les sources de l’amour courtois des Troubadours.pdf
 
Morisco - Mauresque - Moorish.pdf
Morisco - Mauresque - Moorish.pdfMorisco - Mauresque - Moorish.pdf
Morisco - Mauresque - Moorish.pdf
 
العصر الوسيط
العصر الوسيطالعصر الوسيط
العصر الوسيط
 
La renaissance en italie gastesi andino
La renaissance en italie gastesi andinoLa renaissance en italie gastesi andino
La renaissance en italie gastesi andino
 
Livret Repères chronologiques pour les 3e
Livret Repères chronologiques pour les 3eLivret Repères chronologiques pour les 3e
Livret Repères chronologiques pour les 3e
 
Le Portugal en symboles
Le Portugal en symbolesLe Portugal en symboles
Le Portugal en symboles
 
Moyen franais
Moyen franaisMoyen franais
Moyen franais
 
L’Europe en dates et en figures. — 01. De l’Antiquité à 1945
L’Europe en dates et en figures. — 01. De l’Antiquité à 1945L’Europe en dates et en figures. — 01. De l’Antiquité à 1945
L’Europe en dates et en figures. — 01. De l’Antiquité à 1945
 
La tour de babel, le sac de troie et la recherche des origines des langues ...
La tour de babel, le sac de troie et la recherche des origines des langues   ...La tour de babel, le sac de troie et la recherche des origines des langues   ...
La tour de babel, le sac de troie et la recherche des origines des langues ...
 
Histoire de la Côte d’Azur
Histoire de la Côte d’AzurHistoire de la Côte d’Azur
Histoire de la Côte d’Azur
 
cours
courscours
cours
 
COURS
COURSCOURS
COURS
 
Europe: born of an idea timeline. French version
Europe: born of an idea timeline. French versionEurope: born of an idea timeline. French version
Europe: born of an idea timeline. French version
 
Constantiinople à istanbul
Constantiinople à istanbulConstantiinople à istanbul
Constantiinople à istanbul
 
Nouveaux horizons géographiques et culturels des Européens a
Nouveaux horizons géographiques et culturels des Européens aNouveaux horizons géographiques et culturels des Européens a
Nouveaux horizons géographiques et culturels des Européens a
 
Texto y Sociedad en las letras francesas y francófonas
Texto y Sociedad en las letras francesas y francófonasTexto y Sociedad en las letras francesas y francófonas
Texto y Sociedad en las letras francesas y francófonas
 
François 1er ane olazabal sara azurza
François 1er ane olazabal sara azurzaFrançois 1er ane olazabal sara azurza
François 1er ane olazabal sara azurza
 

Plus de Universidad Complutense de Madrid

CompLit - Journal of European Literature, Arts and Society - n. 7 - Table of ...
CompLit - Journal of European Literature, Arts and Society - n. 7 - Table of ...CompLit - Journal of European Literature, Arts and Society - n. 7 - Table of ...
CompLit - Journal of European Literature, Arts and Society - n. 7 - Table of ...Universidad Complutense de Madrid
 
Introduction - Mythical Narratives in Comparative European Literature - CompL...
Introduction - Mythical Narratives in Comparative European Literature - CompL...Introduction - Mythical Narratives in Comparative European Literature - CompL...
Introduction - Mythical Narratives in Comparative European Literature - CompL...Universidad Complutense de Madrid
 
Mito - Teorías de un concepto controvertido - Introducción - Introduction.pdf
Mito - Teorías de un concepto controvertido - Introducción - Introduction.pdfMito - Teorías de un concepto controvertido - Introducción - Introduction.pdf
Mito - Teorías de un concepto controvertido - Introducción - Introduction.pdfUniversidad Complutense de Madrid
 
La vejez inmortal. Consideraciones sobre el mitema de la inmortalidad.pdf
La vejez inmortal. Consideraciones sobre el mitema de la inmortalidad.pdfLa vejez inmortal. Consideraciones sobre el mitema de la inmortalidad.pdf
La vejez inmortal. Consideraciones sobre el mitema de la inmortalidad.pdfUniversidad Complutense de Madrid
 
L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...
L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...
L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...Universidad Complutense de Madrid
 
Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...
Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...
Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...Universidad Complutense de Madrid
 
Mito y antropogonía en la literatura hispanoamericana - Hombres de maíz, de M...
Mito y antropogonía en la literatura hispanoamericana - Hombres de maíz, de M...Mito y antropogonía en la literatura hispanoamericana - Hombres de maíz, de M...
Mito y antropogonía en la literatura hispanoamericana - Hombres de maíz, de M...Universidad Complutense de Madrid
 
Cultural Myth Criticism and Today’s Challenges to Myth - Brill.pdf
Cultural Myth Criticism and Today’s Challenges to Myth - Brill.pdfCultural Myth Criticism and Today’s Challenges to Myth - Brill.pdf
Cultural Myth Criticism and Today’s Challenges to Myth - Brill.pdfUniversidad Complutense de Madrid
 
Révolution de l’image à l’avènement de la Modernité.pdf
Révolution de l’image à l’avènement de la Modernité.pdfRévolution de l’image à l’avènement de la Modernité.pdf
Révolution de l’image à l’avènement de la Modernité.pdfUniversidad Complutense de Madrid
 
La littérature comparée et l’interculturel. L’exemple franco-espagnol.pdf
La littérature comparée et l’interculturel. L’exemple franco-espagnol.pdfLa littérature comparée et l’interculturel. L’exemple franco-espagnol.pdf
La littérature comparée et l’interculturel. L’exemple franco-espagnol.pdfUniversidad Complutense de Madrid
 

Plus de Universidad Complutense de Madrid (20)

CompLit - Journal of European Literature, Arts and Society - n. 7 - Table of ...
CompLit - Journal of European Literature, Arts and Society - n. 7 - Table of ...CompLit - Journal of European Literature, Arts and Society - n. 7 - Table of ...
CompLit - Journal of European Literature, Arts and Society - n. 7 - Table of ...
 
The Referential Function of Myth - Excerpt.pdf
The Referential Function of Myth - Excerpt.pdfThe Referential Function of Myth - Excerpt.pdf
The Referential Function of Myth - Excerpt.pdf
 
Introduction - Mythical Narratives in Comparative European Literature - CompL...
Introduction - Mythical Narratives in Comparative European Literature - CompL...Introduction - Mythical Narratives in Comparative European Literature - CompL...
Introduction - Mythical Narratives in Comparative European Literature - CompL...
 
Mito y mitocrítica cultural, un itinerario personal.pdf
Mito y mitocrítica cultural, un itinerario personal.pdfMito y mitocrítica cultural, un itinerario personal.pdf
Mito y mitocrítica cultural, un itinerario personal.pdf
 
Mito - Teorías de un concepto controvertido - Introducción - Introduction.pdf
Mito - Teorías de un concepto controvertido - Introducción - Introduction.pdfMito - Teorías de un concepto controvertido - Introducción - Introduction.pdf
Mito - Teorías de un concepto controvertido - Introducción - Introduction.pdf
 
Mito - Teorías de un concepto controvertido.pdf
Mito - Teorías de un concepto controvertido.pdfMito - Teorías de un concepto controvertido.pdf
Mito - Teorías de un concepto controvertido.pdf
 
La vejez inmortal. Consideraciones sobre el mitema de la inmortalidad.pdf
La vejez inmortal. Consideraciones sobre el mitema de la inmortalidad.pdfLa vejez inmortal. Consideraciones sobre el mitema de la inmortalidad.pdf
La vejez inmortal. Consideraciones sobre el mitema de la inmortalidad.pdf
 
L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...
L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...
L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...
 
Mito y símbolo.pdf
Mito y símbolo.pdfMito y símbolo.pdf
Mito y símbolo.pdf
 
Mito y clasificación social.pdf
Mito y clasificación social.pdfMito y clasificación social.pdf
Mito y clasificación social.pdf
 
Hacia una mitocrítica de las emociones.pdf
Hacia una mitocrítica de las emociones.pdfHacia una mitocrítica de las emociones.pdf
Hacia una mitocrítica de las emociones.pdf
 
Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...
Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...
Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...
 
El mito y la era digital.pdf
El mito y la era digital.pdfEl mito y la era digital.pdf
El mito y la era digital.pdf
 
Mito y antropogonía en la literatura hispanoamericana - Hombres de maíz, de M...
Mito y antropogonía en la literatura hispanoamericana - Hombres de maíz, de M...Mito y antropogonía en la literatura hispanoamericana - Hombres de maíz, de M...
Mito y antropogonía en la literatura hispanoamericana - Hombres de maíz, de M...
 
Cultural Myth Criticism and Today’s Challenges to Myth - Brill.pdf
Cultural Myth Criticism and Today’s Challenges to Myth - Brill.pdfCultural Myth Criticism and Today’s Challenges to Myth - Brill.pdf
Cultural Myth Criticism and Today’s Challenges to Myth - Brill.pdf
 
Révolution de l’image à l’avènement de la Modernité.pdf
Révolution de l’image à l’avènement de la Modernité.pdfRévolution de l’image à l’avènement de la Modernité.pdf
Révolution de l’image à l’avènement de la Modernité.pdf
 
La trascendencia de la ciencia ficción.pdf
La trascendencia de la ciencia ficción.pdfLa trascendencia de la ciencia ficción.pdf
La trascendencia de la ciencia ficción.pdf
 
Calderón de la Barca. 'El laurel de Apolo'.pdf
Calderón de la Barca. 'El laurel de Apolo'.pdfCalderón de la Barca. 'El laurel de Apolo'.pdf
Calderón de la Barca. 'El laurel de Apolo'.pdf
 
La littérature comparée et l’interculturel. L’exemple franco-espagnol.pdf
La littérature comparée et l’interculturel. L’exemple franco-espagnol.pdfLa littérature comparée et l’interculturel. L’exemple franco-espagnol.pdf
La littérature comparée et l’interculturel. L’exemple franco-espagnol.pdf
 
Péché et punition dans 'L’Abuseur de Séville'.pdf
Péché et punition dans 'L’Abuseur de Séville'.pdfPéché et punition dans 'L’Abuseur de Séville'.pdf
Péché et punition dans 'L’Abuseur de Séville'.pdf
 

Dernier

Comment enseigner la langue française en Colombie?
Comment enseigner la langue française en Colombie?Comment enseigner la langue française en Colombie?
Comment enseigner la langue française en Colombie?sashaflor182
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter        la             nuit.   pptxQuitter        la             nuit.   pptx
Quitter la nuit. pptxTxaruka
 
Gestion des flux de trésorerie dans les entreprises
Gestion des flux de trésorerie dans les entreprisesGestion des flux de trésorerie dans les entreprises
Gestion des flux de trésorerie dans les entreprisesHamdConseil
 
MARTYRS DE TURQUIE – une histoire de persécution chrétienne en Anatolie.pptx
MARTYRS DE TURQUIE – une histoire de persécution chrétienne en Anatolie.pptxMARTYRS DE TURQUIE – une histoire de persécution chrétienne en Anatolie.pptx
MARTYRS DE TURQUIE – une histoire de persécution chrétienne en Anatolie.pptxMartin M Flynn
 
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...Pedago Lu
 
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...Technologia Formation
 
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"tachakourtzineb
 
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctionsWebinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctionsTechnologia Formation
 
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024frizzole
 
Decret-n°19-10-du-23-janvier-2019-reglementant-lexportation-des-déchets-spéci...
Decret-n°19-10-du-23-janvier-2019-reglementant-lexportation-des-déchets-spéci...Decret-n°19-10-du-23-janvier-2019-reglementant-lexportation-des-déchets-spéci...
Decret-n°19-10-du-23-janvier-2019-reglementant-lexportation-des-déchets-spéci...zidani2
 
EL KATRY Reem: Proposition de Programme Artistique et Exposition pour les Écoles
EL KATRY Reem: Proposition de Programme Artistique et Exposition pour les ÉcolesEL KATRY Reem: Proposition de Programme Artistique et Exposition pour les Écoles
EL KATRY Reem: Proposition de Programme Artistique et Exposition pour les ÉcolesSOLIANAEvelyne
 
Présentation sur les Risques Électriques et Leur Prévention en Algérie
Présentation sur les Risques Électriques et Leur Prévention en AlgériePrésentation sur les Risques Électriques et Leur Prévention en Algérie
Présentation sur les Risques Électriques et Leur Prévention en AlgérieSeifTech
 

Dernier (12)

Comment enseigner la langue française en Colombie?
Comment enseigner la langue française en Colombie?Comment enseigner la langue française en Colombie?
Comment enseigner la langue française en Colombie?
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter        la             nuit.   pptxQuitter        la             nuit.   pptx
Quitter la nuit. pptx
 
Gestion des flux de trésorerie dans les entreprises
Gestion des flux de trésorerie dans les entreprisesGestion des flux de trésorerie dans les entreprises
Gestion des flux de trésorerie dans les entreprises
 
MARTYRS DE TURQUIE – une histoire de persécution chrétienne en Anatolie.pptx
MARTYRS DE TURQUIE – une histoire de persécution chrétienne en Anatolie.pptxMARTYRS DE TURQUIE – une histoire de persécution chrétienne en Anatolie.pptx
MARTYRS DE TURQUIE – une histoire de persécution chrétienne en Anatolie.pptx
 
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
 
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
 
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
 
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctionsWebinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
 
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
 
Decret-n°19-10-du-23-janvier-2019-reglementant-lexportation-des-déchets-spéci...
Decret-n°19-10-du-23-janvier-2019-reglementant-lexportation-des-déchets-spéci...Decret-n°19-10-du-23-janvier-2019-reglementant-lexportation-des-déchets-spéci...
Decret-n°19-10-du-23-janvier-2019-reglementant-lexportation-des-déchets-spéci...
 
EL KATRY Reem: Proposition de Programme Artistique et Exposition pour les Écoles
EL KATRY Reem: Proposition de Programme Artistique et Exposition pour les ÉcolesEL KATRY Reem: Proposition de Programme Artistique et Exposition pour les Écoles
EL KATRY Reem: Proposition de Programme Artistique et Exposition pour les Écoles
 
Présentation sur les Risques Électriques et Leur Prévention en Algérie
Présentation sur les Risques Électriques et Leur Prévention en AlgériePrésentation sur les Risques Électriques et Leur Prévention en Algérie
Présentation sur les Risques Électriques et Leur Prévention en Algérie
 

Langues européennes d’une période mouvementée.pdf

  • 1. 1 LANGUES ET LITTÉRATURES EUROPÉENNES D’UNE PÉRIODE MOUVEMENTÉE Langues et identités culturelles dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles. Marie-Sol Ortola & Marie Miranda Roig (éds.), Université de Nancy, 2005, p. 91-102. ISBN: 978-2-9515883-6-3. Les flux et les reflux entre les différentes zones linguistiques de l’Europe méridionale sont relativement peu remarquables jusqu’au XIVe siècle. Le latin cohabite avec les langues vernaculaires selon des modèles connus: depuis le VIIe siècle les divergences apparues dans le latin selon les régions s’agrandissent; entre les VIIIe et IXe siècles le latin classique et le latin vulgaire sont entièrement distingués et, parallèlement, la réforme carolingienne accélère le divorce entre le latin littéraire et la langue parlée. La langue latine demeurant pendant longtemps le moyen de communication des savants, les langues romanes se répandront, grâce aux clercs et aux jongleurs, jusqu’à devenir des langues de culture. Cependant, à proprement parler, à l’époque elles n’existaient pas encore telles que nous les connaissons aujourd’hui: les contemporains semblent avoir eu longtemps le sentiment qu’il n’y avait qu’une seule langue romane et que toutes les variations étaient dialectales. Face à cette force centrifuge la langue en oppose une centripète: soit qu’un dialecte l’emporte sur les autres, soit qu’elle efface ou combine les marques dialectales dans un souci globalisateur. C’est ce dernier qui est à la naissance des langues romanes: l’italien, la langue d’oïl, la langue d’oc, l’espagnol ou castillan, le portugais, le catalan, le galicien ou le roumain. Plus tard, au XVIe siècle, on assiste à l’émancipation de ces langues par rapport au latin, tantôt grâce à des érudits qui veulent, en nombre, tirer leur “vulgaire” de l’obscurité, tantôt grâce à l’influence favorable de la monarchie (vid. Brunot, t. II: 1-32, Cohen: 159-163 et Zink: 10-19). Aux XVe et XVIe siècles, les échanges linguistiques connaissent, et c’est donc une nouveauté, une accélération du fait, surtout, de l’amélioration des communications et des contacts résultant des guerres, notamment dans l’Europe méridionale. Ainsi, les onze guerres d’Italie (1494-1559) ont confronté de manière intermittente plusieurs nations (la France, l’Espagne, l’Angleterre) qui se sont battues avec l’aide de mercenaires (Allemands et Suisses) et des habitants mêmes de la péninsule italienne (Vénitiens, Milanais, Génois, Napolitains, sans oublier les soldats du pape). Ces affrontements, entraînant des déplacements de soldats sur des milliers de kilomètres, rappellent ceux des légionnaires romains contre les tribus peuplant les marches de l’Europe: tout comme les combattants antiques et leurs accompagnateurs, les armées victorieuses en Italie fixaient les nouvelles démarcations territoriales, instauraient leur système administratif et parfois imposaient leur modèle socio-économique. Il existe cependant une différence importante dans le domaine linguistique entre les époques: les Romains apportaient un latin parlé qui, inévitablement déformé par les gosiers autochtones, deviendrait un jour ou l’autre la langue des futures configurations nationales; les armées victorieuses du XVIe siècle, en revanche, n’ont entraîné la naissance d’aucune langue. Il y eut à cela plusieurs raisons: outre la résistance des langues autochtones, le peu de durée des occupations et les motifs ultimes de celles-ci. Il n’empêche que ces glissements humains n’ont pas été sans conséquence dans les domaines linguistique et littéraire, selon les pays. C’est cela que nous voudrions montrer dans les lignes qui suivent. Venons premièrement aux rapports franco-italiens. La Ligue de Cambrai (1508), créée sur l’initiative de Jules II, réunit la France, l’Empire, l’Aragon, Ferrare et Mantoue contre Venise; mais le tournant de 1511 modifie considérablement les données: la Sainte-Ligue (le Pape, Milan, Venise,
  • 2. 2 l’Aragon, dont Naples, l’Angleterre et la Suisse) s’allie contre Louis XII sur le sol italien. Apparaît alors La Concorde des deux langages (1511), prosimètre où Jean Lemaire entend réconcilier le français et l’italien (plus précisément le toscan) et, à travers eux, la France et l’Italie. C’est le sens du pèlerinage allégorique de l’“Acteur”, qui prend le chemin du temple de Minerve où ces deux langages vivent dans l’union et la paix. Plus important encore, lors d’un détour par le temple de Vénus, situé à Lyon, cette pastorale rend hommage à Pétrarque et à Jean de Meung, et mêle aux dieux et demi-dieux de Boccace plusieurs personnages du Roman de la Rose; inutile de rappeler que Lyon était alors la porte de l’Italie et la passerelle entre les deux cultures (Lestringant: 58). Une lecture superficielle de ce récit idyllique induirait en erreur: en réalité la Concorde cherche à gommer les différends entre Italiens et Français au sujet de leurs langues. On sait que le Trésor de Brunetto Latini (1220-95), hommage à la langue française, était resté sans lendemain et que les hommes de Louis XI et de Charles VIII se sont vus traiter de “barbares”, injure qui, concernant la langue, deviendra courante aussi bien dans la poésie que dans la prose des humanistes. Le temps aidant, Claude de Seyssel atteste dans le Proème de sa traduction de Justin (1509), que les Italiens se sont mis à parler français avec leurs dominateurs, mais les Illustrations de Gaule, histoire poétisée de la monarchie française (1511-13), protestent contre cette épithète infamante qui reste vivante pendant plusieurs décennies, au point de motiver deux chapitres de la Défense de Joachim du Bellay: “Que la langue française ne doit être nommée barbare” et “Réponse à quelques objections”. À partir de la seconde moitié du XVIe siècle, les choses changent de manière importante: l’engouement de la nouvelle mode d’outre-Alpes explique l’invasion –pacifique– du français par l’italien. Cette contamination déclenchera un patriotisme belliqueux, très marqué notamment chez Henri Estienne, dont les ouvrages cherchent à prouver, par le recours à la philologie et à la grammaire, la supériorité de la langue française. Qu’on songe aux Dialogues du nouveau français italianisé (1578) et notamment à leur complément, la Précellence du langage français (1579; vid. François, I: 122). Mais deux nouvelles puissances font irruption dans le paysage de ces rapports linguistiques, avec la poussée internationale du Portugal et de l’Espagne, aux XVe-XVIe siècles. Par ses expéditions coloniales au-delà de l’Équateur (jusqu’au Cap en 1486, aux Indes en 1497, au Japon en 1543), le Portugal a montré, non seulement la supériorité de ses marins, mais aussi le caractère illimité de ses ambitions. Des relations de voyage portugaises sont publiées en Italie, dont voici trois exemples: les Navigazioni e Viaggi, où Giovanni Battista Ramusio insère le Libro de Odoardo Barbosa (rédigé vers 1517-18), première description systématique des terres connues par les Portugais sur l’Océan Indien, deux lettres d’Andrea Corsali adressées à Jules et à Laurent de Médicis (rédigées en 1517 et vers 1518- 19 respectivement) lors de son voyage en Inde dans un vaisseau portugais, et la Verdadeira Informaçam das terras do Preste Joam das Indias de Francisco Álvares (publiée à Lisbonne en 1540 et que Ramusio traduit sous le titre Viaggio in Etiopia). L’impact lexicologique des termes portugais à cette occasion est une preuve du poids universel de ce pays à l’époque où les États européens étaient en train de se configurer. Ainsi, dès 1432 des termes maritimes sont attestés dans les relations vénitiennes de voyage (sorgere dans le sens d’ancrer, “ancorare”; vid. Lanciani: 180). Cette expansion linguistique est doublée d’une floraison des études humanistes au Portugal; les langues classiques et bibliques sont attentivement étudiées aux universités d’Évora et de Coïmbre sous l’impulsion des rois (João III surtout); des professeurs espagnols, français et italiens y vont faire des cours, et de jeunes Portugais apprennent dans des universités étrangères prestigieuses, Salamanque ou Paris. Inversement, ce pays de navigateurs ne manqua pas d’érudits qui se firent connaître en Europe: ainsi le Père Manuel Álvares (mort en 1583), professeur de latin, grec et hébreu, qui publia sa célèbre De institutione grammatica libri tres, reproduite au moins une centaine de fois dans plusieurs pays européens (dont Espagne, France, Italie, Pologne et Pays-Bas; vid. Almeida: 633-653).
  • 3. 3 D’autres puissances de la péninsule ibérique prennent à la même époque une importance croissante. Très tôt les Catalans maîtrisent la navigation méditerranéenne et font sentir le poids de leurs lois politiques, militaires et commerciales sur la péninsule italienne, sur les îles de la Méditerranée et même sur le Portugal, qui lui impose à son tour son lexique maritime (en l’occurrence, le surgidero italien de Vespuccio vient du portugais surgidoiro à travers le catalan sorgidor; Lanciani: 181). Il en va de même avec les Castillans, dont la poussée ne connaîtra pas de limites jusqu’au milieu du XVIIe siècle. Contrairement à ce qui arrive généralement entre nations voisines, les rapports hispano-portugais sont alors assez bons (à l’exception de batailles ponctuelles). En fait, ces deux pays sont devenus largement interdépendants. Les commerçants portugais servent souvent d’intermédiaires entre l’Espagne et d’autres parts de l’Europe, tandis que les Espagnols contrôlent une bonne partie du trafic portugais. Les uns et les autres ont des ennemis communs: la combinaison de leurs flottes se montre utile contre les pirates anglais, français ou hollandais et contre la menace mauresque et turque. Sur le plan culturel, la pratique de la langue castillane devient une véritable mode à la cour portugaise (qui, dès 1491, gravite presque sans interruption autour d’un pôle castillan représenté par une reine), au point que les plus grands écrivains du pays –comme Gil Vicente et Luis de Camõens– rédigent une partie considérable de leur production en espagnol (Oliveira: 308-09). Cette influence hispanique s’étend aux autres langues. À l’Est d’abord, où les monarques aragonais parviennent à maîtriser, non sans un mélange d’heurs et malheurs, de grands territoires de la péninsule italique et de ses îles: Pedro III est acclamé roi en Sicile (1282), Jaime II conquiert la Sardaigne (1324) et Alfonso V reçoit la couronne de Naples (1442). Ces événements, auxquels on doit ajouter l’ascension de deux Espagnols (Calisto III et Alexandre VI) au trône de Pierre, expliquent la présence d’écrivains espagnols en Italie tout au long du XIVe siècle (Juan de Mena, Alfonso de Palencia, Juan de Lucena, Rodrigo Sánchez de Arévalo, Juan de Torquemada et Nuño Guzmán, parmi d’autres). Le XVIe siècle connaît, comme conséquence de l’autorité des Rois Catholiques, une large diffusion de la langue et de la littérature espagnoles (pour la langue, on lira avec profit le travail de Beccaria). C’est à Rome que paraît la première traduction de La Célestine hors des frontières ibériques (1506), et c’est aussi dans la ville papale que les deux pionniers les plus représentatifs du théâtre espagnol de la Renaissance (Juan del Encina et Bartolomé de Torres Naharro) font jouer leurs pièces. On peut en dire autant d’autres villes italiennes: Ferrare, où Lucrèce Borgia, admiratrice de la poésie des cancioneros, attire un grand nombre d’Espagnols; Mantoue, où Isabelle d’Este Gonzaga, entichée du roman catalan Tirant lo Blanc, se met à la recherche d’un exemplaire de la Cárcel de amor de Diego de San Pedro; Urbino encore, dont Il Cortegiano témoigne la familiarité de ses courtisans avec les personnages d’Amadis. Ce rayonnement de la culture espagnole n’est pas synonyme d’assimilation totale, et l’on perçoit à son égard, en Italie, une réaction de mépris similaire à celle qu’éprouvent les écrivains italiens à l’égard du français. Vincenzo Querini, ambassadeur vénitien auprès des Rois Catholiques, écrit en 1506 dans son rapport au Sénat que les Espagnols “ont du génie naturel, mais ne l’appliquent ni dans leurs doctrines ni dans leurs études” (“hanno naturalmente ingegno, ma non l’adoperano né in dottrina né in studio alcuno”; et Francesco Guicciardini, ambassadeur florentin auprès des mêmes rois, dit qu’ils “ne sont pas voués aux lettres, et [qu’] on ne trouve ni dans la noblesse ni chez les autres aucune trace, ni grande ni petite, de la langue latine” (“non sono volti alle lettere, e non si trova né nella nobiltà né negli altri notizia alcuna, o molto piccola ed in pochi, di lingua latina”; cité par Meregalli: 15). L’admiration agit plutôt dans l’autre sens, ce que confirme le style italianisant de l’élite des écrivains espagnols pendant la première moitié du XVIe siècle: Juan Boscán (surtout après sa rencontre avec Andrea Navagero en 1526), Garcilaso de la Vega (ami de Luigi Tansillo à Naples),
  • 4. 4 Juan de Valdés (courtisan de Charles V à Rome et longtemps archiviste à Naples), Diego Hurtado de Mendoza (ambassadeur de l’empereur à Venise et à Rome, puis gouverneur à Sienne) et tant d’autres. Les années passant, les influences évoluent et l’Italie connaît un foisonnement spectaculaire de la culture espagnole, laquelle entraîne la culture portugaise dans son sillage. Quoique l’espagnol n’apparaisse pas dès la première édition du Vochabuolista ou Introductio quœdam utilissima sive Vocabularius quattuor linguarum latinœ, italicœ, gallicœ et alamanicœ (Rome, 1510), il y est inclus dès la deuxième édition (Venise, 1513) et demeure présent dans la plupart des éditions (57 fois sur 74 jusqu’à 1652; vid. Bingen, 1987: 249-264). Suivent les ouvrages destinés à l’apprentissage de la langue, comme par exemple Il paragone della lingua toscana e castigliana, de Giovanni Mario Alessandri (1560), les célèbres Osservazioni della lingua castigliana de Juan Miranda (Venise, 1566, 4 rééditions) et le vocabulaire bilingue italo- espagnol de Cristóbal de las Casas (Séville, 1570, puis Venise où il connut jusqu’à douze rééditions). Cet intérêt pour la culture espagnole s’élargit à d’autres domaines, ce qui explique une affluence dont les chiffres suffisent à donner l’idée: 795 éditions au total entre 1551 et 1600, dont 71 en espagnol et 724 traductions (vid. Meregalli: 17). Parmi les facteurs de cet important développement, il faut mentionner la vogue des romans de chevalerie (avivée par l’Amadigi de Bernardo Tasso, 1560), les titres célèbres de Fernando de Rojas (La Celestina) et d’Antonio de Guevara (Rejox de príncipes, dont les traces sont visibles dans Il mondo savio e pazzo de Doni et dans La città felice de Patrizi) et toute la littérature moraliste espagnole (Examen de ingenios de Huarte de San Juan, Venise, 1582; le Giardino di fiori curiosi d’Antonio de Torquemada, Venise 1590; les traductions de Silva de varia lección et de Vidas de los emperadores de Pedro de Mexía, en 1544 et 1561 respectivement). De nombreux écrivains italiens et de Sardaigne se mettent à écrire en espagnol: Francesco Balbi da Correggio (Historia de los amores de Abinde Araez), Antonio Lofrasso (Diez libros de Fortuna de amor), Gerolamo Araolla (Rimas diversas espirituales). On pourrait multiplier les noms témoignant, dans la littérature spirituelle comme dans les récits de voyages, de l’influence des lettres espagnoles en Italie au XVIe siècle (vid. Meregalli: 26-28); l’important ici est de constater un accueil très favorable, qui correspondait à la position politique et sociale que l’Espagne prenait au fil des années. Or, tôt ou tard, l’Espagne devait rencontrer la France. Depuis la Ligue de Venise (1495) et jusqu’au traité de Cateau-Cambrésis (1559), tous les rois français (Charles VIII, Louis XII, François Ier, Henri II) se sont battus contre elle. Suivent les guerres de Religion (1562-98); ces temps mouvementés ne sont pas propices aux rapports culturels hispano-français. De fait, on sait qu’il y avait peu d’Espagnols à la cour des Valois, surtout si on les compare avec les Italiens. Cependant la langue espagnole parvient à se frayer un passage en France, d’abord à travers l’italien précisément: qu’on songe au mot “cantonade”, ce côté de la scène du théâtre qu’on réservait pour les spectateurs privilégiés: vient-il de l’italien cantonata ou plutôt de l’espagnol cantonada? Qu’on songe encore à “corridor”, vient-il de l’italien corridore (forme rare, normalement corridoio) ou mieux de l’espagnol corredor? (Cioranescu: 152-153). Le commerce avec l’Amérique est l’occasion de nombreux emprunts: il suffit de mentionner le “hamac”, le “tabac” et le “chocolat”. La proximité des Pays-Bas (plus que celle de l’Espagne) jouait également son rôle. On se souviendra qu’en 1477, lors du mariage de Marie (fille de Charles le Téméraire et d’Isabelle) avec Maximilien Ier d’Autriche, les Pays-Bas sont séparés de la Bourgogne et devront passer par héritage à la maison de Habsbourg; quand, en 1496, Philippe Ier le Beau (fils de Marie), épouse Jeanne la Folle (fille des Rois Catholiques), il ouvre la porte à l’annexion espagnole des Pays-Bas, devenue une réalité sous Charles V entre 1523 et 1528. Cette présence espagnole explique l’engouement pour le castillan. Le plus ancien outil pour apprendre la langue espagnole qui nous soit connu est publié à Anvers en 1520; il s’agit d’un manuel de vocabulaire qui met côte à côte, sur des colonnes, les mots français, flamands et espagnols. Suivent
  • 5. 5 le Vocabulaire en quatre langues de Noël de Berlaimont, dont la première édition comprenant l’espagnol (avec le flamand, le français et le latin) date de 1551 (Nicole Bingen en a répertorié jusqu’à 81 éditions jusqu’à 1692), et le Dictionnaire des huit langages: c’est à savoir grec, latin, flamand, français, espagnol, italien, anglais et allemand (1552); le succès de l’ouvrage de Berlaimont est seulement comparable à celui des calepini ou lexiques polyglottes confectionnés par Ambrogio da Caleppio depuis 1502 et dont la première édition, où figurent le latin, le grec, l’italien et l’espagnol, fut publiée à Lyon en 1559 (N. Bingen recense 83 éditions jusqu’à 1700). Quoique destiné plutôt à l’enseignement des sciences naturelles, on doit noter aussi le catalogue du célèbre médecin Hadrien Junius (Nomenclator, omnium rerum propria nomina variis linguis explicata dicans, Anvers, 1567; N. Bingen, 1987: 136-145). Un bref traité anonyme (Útil y breve institución para aprender los principios y fundamentos de la lengua española, Louvain, 1555) représente un pas considérable en avant. Trilingue (latin, français et espagnol), il offre des indications phoniques, syntaxiques, morphologiques et même lexicales, car ses “Règles générales pour connaître quelques noms étranges” (“Reglas generales para conocer algunos nombres peregrinos”) réunissent un groupe de mots espagnols d’origine étrangère, notamment arabe. Toujours à propos de cette évolution de l’apprentissage, on retiendra les ouvrages rédigés par les linguistes français, espagnols et flamands qui ont collaboré à l’apprentissage de la langue espagnole en France. Juan Martín Cordero, probablement flamand d’adoption, est connu pour ses Quejas de llanto de Pompeyo (Anvers, 1556), dont un chapitre aborde la prononciation et l’orthographe de l’espagnol. Gabriel Meurier, professeur de cette langue en Flandres, publie une vingtaine de livres consacrés à l’enseignement des langues étrangères, dont cinq ont un rapport plus ou moins direct avec l’espagnol; tous offrent une approche pratique plus que théorique: Conjugaisons, règles et instructions […] pour ceux qui désirent apprendre français, italien, espagnol et flamand, suivi de Brève instruction contenant la manière de bien prononcer et lire le français, italien, espagnol et flamand (Anvers, 1558), Recueil de sentences notables (Anvers, 1568; vid. N. Bingen, 1987: 177-178), Coloquios familiares (Anvers, 1568) et Trésor de sentences dorées (Lyon, 1568). Jacques Bourgoing, érudit français versé dans les langues classiques, s’adonne à l’étude comparée des langues et à la recherche étymologique; on citera son ouvrage comparatif De Origine, usu et ratione vulgarium vocum linguæ gallicæ, italicæ et hispanicæ (Paris, 1583). Antonio de Corro, précepteur d’Henri IV pendant deux ans, est l’auteur d’un ouvrage essentiel pour la reconstitution de l’ancienne prononciation de l’espagnol: Reglas gramaticales para aprender la lengua española y francesa confiriendo la una con la otra según el orden de las partes de la oración latina (Oxford, 1586). N. Charpentier, l’un des premiers hispanistes français, rédige un livre méthodique où il a recours aux maximes figurant dans les chefs-d’œuvre du patrimoine littéraire espagnol pour mieux comprendre la structure et le fonctionnement de la langue: La Parfaite méthode pour entendre, escrire et parler la langue espagnole (Paris, 1596). Enfin, l’année suivante, César Oudin publie, également à Paris, sa Grammaire et observations de la langue espagnole (S. Collet Sedola: passim). Cette fièvre pour l’espagnol explique le foisonnement d’œuvres littéraires traduites en français tout au long du XVIe siècle. Parmi les romans de chevalerie, les livres d’Amadís occupent une place privilégiée. Le succès d’Amadís en France fut immense, au point de pouvoir affirmer qu’aucun autre ouvrage espagnol n’a connu une telle fortune. La première traduction française d’Amadís de Gaula est celle de Nicolas d’Herberay, seigneur des Essarts, de 1540 à 1548, qui traduisit les huit premiers livres; suivent celles de G. Boileau, J. Gohory, A. Tyron et celles de G. Chappuys (du 16e au 21e livres); les 22e-24e livres paraîtront au XVIIe siècle. Dans le domaine des livres de civilité on trouve Du Mépris de la cour et de la louange de la vie rustique (1542, vingt-quatre éditions au XVIe siècle), traduction à grand succès par Antoine Allègre du Menosprecio de corte y alabanza de aldea, d’Antonio de Guevara (1539). Dans celui des livres d’érudition didactique, Les Diverses Leçons de Pierre Messie (1552, quinze éditions au XVIe siècle), traduction par
  • 6. 6 Claude Gruget de la Silva de varia lección de Pedro Mexía (1540). Dans celui de la vulgarisation médicale l’Anacrise, ou Parfait Jugement et examen des esprits propres et nés aux sciences (Lyon, 1580, quatre éditions au XVIe siècle), traduction due à Gabriel Chappuys de l’Examen de ingenios para las ciencias, de Huarte de San Juan (1575). Les romans développant les “questions d’amour” connaissent une diffusion inouïe en France au XVIe siècle. Voici, brièvement développé, l’exemple d’un ouvrage dont vingt éditions françaises quadruplèrent l’original espagnol qui, lui, ne connut que cinq éditions dans son pays d’origine. Le Jugement d’amour (Paris, sans date), mieux connu comme Histoire d’Aurélio et Isabelle, traduction que Gilles Corrozet fit d’un anonyme italien (Lelio de Manfredi?), Aurelio e Isabella (1521) ou Amorosa historia de Isabella et Aurelio (1526), qui était quant à lui une traduction du Tratado où Juan de Flores raconte el triste fin de los amores de Grisel y Mirabella (1495?). Quoique la version française prétende presque toujours être “translatée d’espagnol en français”, elle a été faite sur l’italienne (sauf les éditions de 1560 et 1596, qui présentent le texte français en regard). On compte jusqu’à douze rééditions où les versions française et italienne apparaissent côte à côte. Les traductions des principaux romans pastoraux espagnols sont habituellement réunies dans un livre intitulé La Diane qui contient à lui seul La Diana de Jorge de Montemayor (ca 1559), la Segunda parte de la Diana d’Alonso Pérez (1563) et La Diana enamorada de Gaspar Gil Polo (1564). Les responsables des versions sont Nicolas Colin pour le texte de Montemayor et Gabriel Chappuys pour ceux de Pérez et Polo. Sylvie Cantrelle attire l’attention sur cette fusion des trois sources: “Il est étonnant de les trouver réunies sous le même titre et dans le même livre en France alors qu’en Espagne elles n’ont été publiées ensemble qu’une seule fois (jusqu’en 1610) sous l’intitulé suivant: Adición de los siete libros de la Diana de Georg. de Montemayor, Pamplona, T. Porralis, 1578” (t. I: 182). Les cinq réimpressions de la traduction de Colin donnent une idée suffisante du succès de la pastorale espagnole en France au XVIe siècle. On peut en dire autant du roman picaresque: le Lazarillo espagnol (1554), qui ne fut pas bien accueilli dans la première traduction de 1560, trouva en revanche un énorme succès dans celle de Lambert 1561, avec huit réimpressions jusqu’à 1598. On pourrait continuer cette revue avec les voyages en Espagne, et les récits qu’en tirèrent Laurent Vital, 1517, et Brantôme, 1564; ou encore avec les traités d’histoire de l’Espagne (comme celui de Louis Turquet, sieur de Mayerne, en 1587). Elle pourrait être largement complétée, et augmentée d’exemples concernant les échanges avec d’autres langues romanes (le sarde, l’occitan et le roumain); il n’en est pas besoin pour montrer que les tensions politiques et militaires ne sont jamais parvenues, dans ce XVIe siècle pourtant si mouvementé, à éviter les déplacements linguistiques et littéraires en Europe méridionale. Bibliographie ALMEIDA, Fortunato de, História de Portugal, Coimbra: Fortunato de Almeida, 1922-1929, t. III. BECCARIA, Gian Luigi, Spagnolo e spagnoli in Italia. Riflessi ispanici sulla lingua italiana del cinque et del seicento, Torino: Giappichelli, 1986. BENNASSAR, Bartolomé et Lucile éds, Le Voyage en Espagne. Anthologie des voyageurs français et francophones du XVIe siècle au XIXe siècle, Paris: Robert Laffont, “Bouquins”, 1998. BINGEN, Nicole, Le Maître italien (1510-1660). Bibliographie des ouvrages d’enseignement de la langue italienne destinés au public de langue française, Bruxelles: Émile Van Balberghe, 1987. BRUNOT, Histoire de la langue française des origines à 1900, Paris: Armand Colin, 1906-1953, t. II. CANTRELLE, Sylvie, Essai de bibliographie analytique et raisonnée des livres espagnols traduits en français de 1477 à 1610, (thèse de doctorat), Université de Strasbourg, 1992, 2 vol.).
  • 7. 7 CIORANESCU, Alexandre, Le Masque et le visage. Du baroque espagnol au classicisme français, Genève: Droz, 1983. COHEN, Marcel, Histoire d’une langue: le français (des lointaines origines à nos jours), Paris: Les Éditeurs Français Réunis, 1950. COLLET SEDOLA, Sabina, “Orígenes de la difusión de la lengua española en Francia (2ª parte del siglo XVI)”, in Actas del II Congreso internacional de historia de la lengua española, éds M. Ariza, R. Cano, J.Mª Mendoza, A. Narbona, Madrid: Asociación de historia de la lengua española, 1992, t. II: 609-616. FRANÇOIS, Alexis, Histoire de la langue française cultivée des origines à nos jours, Genève: Alexandre Jullien, 1959, 2 vols. LANCIANI, Giulia, “Lusismi nelle traduzioni italiane di cronache portoghesi”, in L’Étà delle scoperte geografiche nei suoi riffessi linguistici in Italia, Atti del convegno di studio, Firenze 21-21 ottobre 1992, Firenze: Accademia della Crusca, 1994: 179-190. LESTRINGANT, Frank, Josiane RIEU & Alexandre TARRÊTE, Littérature française du XVIe siècle, Paris: PUF, 2000. MEREGALLI, Franco, Presenza della letteratura spagnola in Italia, Firenze: Sansoni, 1974. OLIVEIRA, A.H. de, History of Portugal, New York & London: Columbia University Press, 1972, vol. I. ZINK, Michel, Littérature française du Moyen Âge, Paris: PUF, 2001.