SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  7
Télécharger pour lire hors ligne
Le broc' des Clapas.
        La lecture de nombreux récits relatant la chasse à l'approche du chevreuil m'a
décidé de m'y mettre également. Le seul hic, étant que dans ma région, cette chasse
est souvent ressentie comme du braconnage autorisé. Tout pratiquant de cette
discipline est soupçonné de tirer tout ce qui se présente à lui, et, circonstance
aggravante, en plus pendant la fermeture générale de la chasse.
        Il se trouve que sur le territoire privé où je chasse le sanglier en battue et au
chien courant, nous avons interdit le tir du chevreuil, pour préserver la créance des
chiens. Le corolaire étant que désormais, le petit diable roux a tendance à se
multiplier, et donc à titiller trop souvent le nez de nos chiens.
        Dans le courant du mois de mars, le propriétaire du territoire me dit:
« j'ai envie de demander l'attribution de 4 bracelets pour faire du tir à l'approche ».
        A ces mots, j'ouvre un large bec et dit: « je prends! ». La vente des trois autres
bagues ne fut qu'une formalité.
        Donc, le 1 juillet, muni du précieux sésame, et équipé de pied en cape,
j'entamais à l'aube ma première sortie qui se solda par: « rien vu, rien entendu ».
Qu'a cela ne tienne faisant mienne la maxime « cent fois sur le métier... » je me
rendais matin et soir, deux fois par semaine, sur plusieurs lieux susceptibles
d'héberger un chevreuil. Toutes ces tentatives s'avérèrent vaines. A plusieurs reprises,
je me suis trouvé en présence des animaux, mais à chaque fois, la déception était au
bout. Chevrette, chevrillard figuraient au menu, mais jamais de brocard.
        Mon inexpérience de l'approche, mais aussi le biotope de ce territoire ne
jouaient pas en ma faveur. La marche sur des milliers de petites pignes de pin,
occasionnant un concert bruyant que vient conclure les aboiements moqueurs du
gibier convoité.
        Toutefois, ces nombreuses approches ponctuées d'arrêt pour jumeler, m'ont
permis d'observer des scènes de la vie de la nature qui m'ont enchanté. Voir la
nombreuse progéniture des sangliers, s'ébattre, se courser, se défier dans de folles
joutes guerrières a bien souvent occupé mon temps. En effet, que faire d'autre
qu'observer, sous peine de provoquer le « Waoof » de la laie meneuse, synonyme de
fuite éperdue et bruyante.
        Un soir, pourtant, alors que je fais une halte pour jumeler, bien dissimulé dans
une pointe de bois, en lisière d'un champ de lavande, je décide de tester la grande
focale de mon appareil photographique.
Une compagnie de sanglier avait décidé de ne pas attendre le crépuscule pour venir
dans la culture à gibier située au bout des lavandes. Concentré sur les réglages de
mon appareil, je ne prête pas cas au bruit que je viens d'entendre derrière moi. Encore
des sangliers qui vont surement sortir sur ma gauche. Un nouveau bruit me décide
alors à tourner la tête: et là, mon cœur vacille.
A vingt mètres tout au
                                                                  plus, un brocard,
                                                                  magnifique, progresse
                                                                  dans ma direction. J'ai
                                                                  vraiment l'air fin avec
                                                                  mon « bridge » à la
                                                                  main et ma carabine
                                                                  appuyée contre le fût du
                                                                  pin sensé me dissimuler
                                                                  à la vue du gibier.
                                                                    Du coin de l’œil, je
                                                                  continue à épier mon
                                                                  brocard, pendant que
                                                                  subrepticement, j'essaye
                                                                  de laisser glisser l'apn
                                                                  sur le sac et de le
remplacer par la carabine. Mes mouvements lents, masqués par mon corps, n'ont pas
l'air d'inquiéter outre mesure le brocard qui continue d'avancer lentement. Il ne faut
tout de même pas exagérer; arrivé à dix mètres, il commence à se retourner et à
repartir d'où il vient, mais toujours avec son train de sénateur. Inutile de vous parler
de mon rythme cardiaque à ce moment. Un ponte en cardiologie ne me donnerait à ce
moment là que quelques secondes à vivre.
        Profitant de la volte face de l'animal, je me retourne lentement et le cadre dans
la lunette. Évidemment, j'ai comme cible le fameux haricot amplement décrit dans
tous les bons écrits cynégétiques. Grr, grr, grr et encore grr!
        J'aurais pu conclure, si, au bout du « courradou » qu'il suivait, il avait tourné à
gauche vers un petit dégagement permettant un tir plein profil, hélas, « mossieur »
était de droite et provocateur. En effet, comme pour me narguer, il s'arrêta derrière un
gros pin, ne m'offrant à la vue que sa croupe.

                                  Je t'aurai brocard, je t'aurai.

       Une autre de nos rencontres se termina par des aboiements rageurs ou
provocateurs qui renforcèrent mon désir d'aboutir à la récolte de cet animal à
l'approche ou à l'affut.
       Plus que jamais déterminé à tirer ce brocard, je décidais de multiplier mes
chances en pratiquant l'approche le matin et le soir. Habitant à une heure trente de
route de mon terrain de jeu préféré, je décidais de passer la nuit sous la tente.
Direction Décathlon, achat de la tente magique qui se déplie en deux secondes et qui
se replie en.... beaucoup plus de temps. Ma première nuit fut fort agitée en raison des
aboiements continuels des chiens de mon éleveur de copain. Il faut dire que les
sangliers pullulent, au point de venir vérifier la marque de ma tente. Plusieurs nuits
d'inconfort ainsi que des approches et des affuts infructueux me dissuaderont de
continuer dans cette voie. J'ai même essayé le « butolo » et appliqué à la lettre les
leçons de l'ami Hallaou. Je n'ai surement pas utilisé le bon mode d'emploi, car ma
seule tentative avec cet appeau se solda par la fuite effrénée d'une chevrette et de son
faon. Je crois que leur effroi les pousse à courir encore.
       Le temps des battues au sanglier étant arrivé, je mis fin temporairement à mes
approches « brocard ».

                                     13 octobre 2011

       La date de la première grande battue au sanglier sur notre territoire privé
approche à grands pas. Je décide donc de passer en revue les lignes de poste et de
vérifier une dernière fois le balisage des sentiers d'accès. Joignant l'utile à l'agréable,
je décide de prendre ma carabine, qui pour l'occasion sera la Sauer 303 en 300 WM
équipée de sa lunette Z6i 1-6x24. Je sais, ce n'est pas l'idéal pour ce genre de chasse,
mais j'apprécie de pouvoir me déplacer avec la carabine chargée, mais non armée. De
plus, le réticule lumineux me sera d'un grand secours si je fais l'affut.
       Ma tournée des postes s'étant terminée vers 17 heures, je décide de prolonger
ma journée sur un mirador de ma construction.




Lentement, le temps s'égrène. 18 heures, dix neuf heures, vingt heures...aucun animal
n'est sorti du bois. Les battues pratiquées aux alentours ont vraisemblablement
aiguisé la vigilance des animaux.
       Toutefois, vers les vingt et une heure, un sanglier d'une quarantaine de kilos
daigne sortir du bois sur ma gauche et se met à retourner le sol à environ cinquante
mètres de moi. Je teste mon optique et mon réticule sur lui et reste surpris de la clarté
de cette lunette non utilisée dans sa vocation d'origine. Tout à coup, le sanglier lève la
tète, pointe son groin vers le ciel, redresse sa queue; un souffle d'air a dû lui porter
mon odeur. Inquiet, il rentre au bois, mais sans hâte et surtout en silence. Je reprend
mon observation silencieuse.
       Il est vingt et une heure quinze, et pour la dernière fois, mon regard balaie le
champ qui est devant moi. Je me dis qu'il commence à faire aussi clair que...et que je
vais plier mes gaules; quand soudain, je le vois. C'est lui, j'en suis sur. Un brocard est
là, sur ma droite, à environ soixante mètres. Dans cette faible lumière il me semble
qu'il porte un beau trophée. Lentement les jumelles montent à mes yeux et là, il n'y a
plus de doute; c'est lui, celui qui m'a si souvent ridiculisé.
       En silence, la carabine monte à l'épaule, le réticule se stabilise sur l'animal.
Boum! Aveuglé par la flamme de bouche et assourdi par la détonation, je perds un
instant la vision de ma proie, qui au lieu de s'écrouler sur place, gravit le petit talus
qui me fait face. Quel c.. j'ai manqué! Pourtant, rapidement je reprends mes esprits et
tente de me persuader qu'il n'est pas possible d'avoir manqué à cette distance, en tir
appuyé. Dix longues minutes se sont écoulées et je me rends enfin sur le lieu du
« crime ».
       J'avais raison; à la lueur de ma frontale, je distingue une large flaque rouge
foncé et des débris mous entourant l'impact de la balle sur le sol. Il est touché et
vraisemblablement mortellement. Je suis la piste de sang jusqu'au haut du talus, et ne
voyant pas le corps du brocard, je décide d'abandonner la recherche et d'appeler un
conducteur de recherche au sang.
       Ma nuit sera courte et agitée; peuplée d'interrogations concernant le succès de
la recherche, le placement de la balle, la beauté du trophée...
       Sept heures quinze, Claude est pile au rendez-vous fixé. Après les salutations
d'usage le conducteur me redemande les circonstances de ce tir.




      Nous nous rendons sur les lieux et « Douglas » le teckel est « mis à la botte ».
Un deuxième chien « forceur » m'est confié avec consigne de ne le lâcher que
sur ordre express.

                                                                  Arrivés à l'anchuss,
                                                                Claude me confirme
                                                                que comme je l'avais
                                                                pressenti, il semble bien
                                                                que la matière
                                                                sanguinolente que j'ai
                                                                trouvée soit du foie.

                                                                    Immédiatement,
                                                                  « Doug » empaume la
                                                                  voie et tire son
                                                                  conducteur vers le haut
                                                                  du talus.
                                                                    Comme convenu, je
                                                                  reste en arrière avec la
                                                                  « bombe jagd » qui tire
                                                                  comme un damné sur la
                                                                  longe. Il s'agite
                                                                  tellement, que j'aurais
                                                                  de grandes difficultés
                                                                  pour prendre des
                                                                  photos. Au fur et à
                                                                  mesure de la
                                                                  progression de
                                                                  « Doug », le conducteur
vérifie la piste et m'annonce les indices (fort ténus) qui la jalonnent.
Après plusieurs crochets
                                                                et environ 200 mètres
                                                                parcourus, c'est la
                                                                délivrance.
                                                                   Claude m'annonce; il
                                                                est là et c'est un
                                                                magnifique trophée pour
                                                                notre région. Très ému,
                                                                je le rejoins et découvre
                                                                le »spectacle ».

      Dans la nuit, les sangliers ont littéralement curé et dévoré mon brocard.
                                                                          Qu'importe,
                                                                          l'acte de
                                                                          chasse se
                                                                          termine de la
                                                                          meilleure des
                                                                          façons.

                                                                            La chasse,
                                                                            acte de
                                                                            partage, n'en
                                                                            déplaise aux
                                                                            détracteurs,
                                                                            aura ici
                                                                            trouvé tout
                                                                            son sens. La
nature m'a offert cet animal, cet animal m'a offert son trophée, Douglas et son
conducteur ont pu faire montre de leur savoir et de leur talent, et enfin les sangliers
ont eu leur part de venaison. Que dire de plus!
PS:
       Au travers de ce récit, je voudrais remercier plus particulièrement Gardavou,
Cerf30 et Vulcain qui m'ont fait découvrir la recherche au sang du gibier blessé à
l'occasion des journées de formation au BCGG, Claude conducteur agréé et son
partenaire Doug, ainsi que Gaoulin et Hallaou (même si celui ci m'a donné une
mauvaise bande son pour l'utilisation du butolo), qui par leurs récits m'ont initié à
cette passionnante forme de chasse.

Contenu connexe

Tendances

Kikrounchlars revue p3
Kikrounchlars revue p3Kikrounchlars revue p3
Kikrounchlars revue p3bakoon
 
Chapitre31 brouillard
Chapitre31 brouillardChapitre31 brouillard
Chapitre31 brouillardNezumy
 
Prises de tête et hésitation
Prises de tête et hésitationPrises de tête et hésitation
Prises de tête et hésitationNezumy
 
Quand tombent les_masques
Quand tombent les_masquesQuand tombent les_masques
Quand tombent les_masquesNezumy
 
Quand tombent les_masques
Quand tombent les_masquesQuand tombent les_masques
Quand tombent les_masquesNezumy
 
Quand tombent les_masques
Quand tombent les_masquesQuand tombent les_masques
Quand tombent les_masquesNezumy
 
Invitation au tea time blog
Invitation au tea time blogInvitation au tea time blog
Invitation au tea time blogBabouin Truong
 
Perceval louis lm
Perceval  louis  lmPerceval  louis  lm
Perceval louis lmEN
 
Jean de la fontaine fables 2
Jean de la fontaine fables 2Jean de la fontaine fables 2
Jean de la fontaine fables 2JCE31
 
Guerre, captivité & evasion de jb v3
Guerre, captivité & evasion de jb   v3Guerre, captivité & evasion de jb   v3
Guerre, captivité & evasion de jb v3Michel Bruley
 
world war two : capacites de résistance et de resilience
world war two : capacites de résistance et de resilienceworld war two : capacites de résistance et de resilience
world war two : capacites de résistance et de resilienceClaude GINDREY
 
Le récit incroyable de la création d'une poterie au Sénégal
Le récit incroyable de la création d'une poterie au SénégalLe récit incroyable de la création d'une poterie au Sénégal
Le récit incroyable de la création d'une poterie au Sénégalmanu34800
 

Tendances (16)

Kikrounchlars revue p3
Kikrounchlars revue p3Kikrounchlars revue p3
Kikrounchlars revue p3
 
Chapitre31 brouillard
Chapitre31 brouillardChapitre31 brouillard
Chapitre31 brouillard
 
Prises de tête et hésitation
Prises de tête et hésitationPrises de tête et hésitation
Prises de tête et hésitation
 
Quand tombent les_masques
Quand tombent les_masquesQuand tombent les_masques
Quand tombent les_masques
 
Quand tombent les_masques
Quand tombent les_masquesQuand tombent les_masques
Quand tombent les_masques
 
Quand tombent les_masques
Quand tombent les_masquesQuand tombent les_masques
Quand tombent les_masques
 
Invitation au tea time blog
Invitation au tea time blogInvitation au tea time blog
Invitation au tea time blog
 
Perceval louis lm
Perceval  louis  lmPerceval  louis  lm
Perceval louis lm
 
Jean de la fontaine fables 2
Jean de la fontaine fables 2Jean de la fontaine fables 2
Jean de la fontaine fables 2
 
Perceval d'aiglemont
Perceval d'aiglemontPerceval d'aiglemont
Perceval d'aiglemont
 
Final
FinalFinal
Final
 
Anthianne et gonzagues
Anthianne et gonzaguesAnthianne et gonzagues
Anthianne et gonzagues
 
Guerre, captivité & evasion de jb v3
Guerre, captivité & evasion de jb   v3Guerre, captivité & evasion de jb   v3
Guerre, captivité & evasion de jb v3
 
world war two : capacites de résistance et de resilience
world war two : capacites de résistance et de resilienceworld war two : capacites de résistance et de resilience
world war two : capacites de résistance et de resilience
 
Jacques Prévert, Paroles
Jacques Prévert, Paroles  Jacques Prévert, Paroles
Jacques Prévert, Paroles
 
Le récit incroyable de la création d'une poterie au Sénégal
Le récit incroyable de la création d'une poterie au SénégalLe récit incroyable de la création d'une poterie au Sénégal
Le récit incroyable de la création d'une poterie au Sénégal
 

En vedette

Le deficit des regimes de retraite tunisiens ezzeddine mbarek
Le  deficit des regimes  de retraite tunisiens  ezzeddine mbarekLe  deficit des regimes  de retraite tunisiens  ezzeddine mbarek
Le deficit des regimes de retraite tunisiens ezzeddine mbarekezzeddine mbarek
 
Le deficit des regimes de retraite tunisiens ezzeddine mbarek
Le  deficit des regimes  de retraite tunisiens  ezzeddine mbarekLe  deficit des regimes  de retraite tunisiens  ezzeddine mbarek
Le deficit des regimes de retraite tunisiens ezzeddine mbarekezzeddine mbarek
 
La protection sociale et la realisation des omd en tunisie…
La protection sociale et la realisation des omd en tunisie…La protection sociale et la realisation des omd en tunisie…
La protection sociale et la realisation des omd en tunisie…ezzeddine mbarek
 
Impacts des sondages d'opinion sur les elections ezzeddine mbarek
Impacts des sondages d'opinion sur les elections ezzeddine mbarekImpacts des sondages d'opinion sur les elections ezzeddine mbarek
Impacts des sondages d'opinion sur les elections ezzeddine mbarekezzeddine mbarek
 
La protection sociale et la realisation des omd en tunisie…
La protection sociale et la realisation des omd en tunisie…La protection sociale et la realisation des omd en tunisie…
La protection sociale et la realisation des omd en tunisie…ezzeddine mbarek
 
Le deficit des regimes de retraite tunisiens ezzeddine mbarek
Le  deficit des regimes  de retraite tunisiens  ezzeddine mbarekLe  deficit des regimes  de retraite tunisiens  ezzeddine mbarek
Le deficit des regimes de retraite tunisiens ezzeddine mbarekezzeddine mbarek
 
Randonnées n°2
Randonnées n°2 Randonnées n°2
Randonnées n°2 will77
 
Carte sud
Carte sudCarte sud
Carte sudwill77
 
TECHNIQUES POUR LA PREPARATION D'UN PFE ezzeddine MBAREK
TECHNIQUES POUR LA PREPARATION D'UN PFE ezzeddine MBAREKTECHNIQUES POUR LA PREPARATION D'UN PFE ezzeddine MBAREK
TECHNIQUES POUR LA PREPARATION D'UN PFE ezzeddine MBAREKezzeddine mbarek
 
La theorie de la motivation des ressources humaines ezzeddine mbarek 2011
La theorie de la motivation des ressources humaines ezzeddine mbarek 2011La theorie de la motivation des ressources humaines ezzeddine mbarek 2011
La theorie de la motivation des ressources humaines ezzeddine mbarek 2011ezzeddine mbarek
 
Sujets de pfe pour etudiants en grh
Sujets de  pfe pour etudiants en  grhSujets de  pfe pour etudiants en  grh
Sujets de pfe pour etudiants en grhezzeddine mbarek
 

En vedette (15)

Le deficit des regimes de retraite tunisiens ezzeddine mbarek
Le  deficit des regimes  de retraite tunisiens  ezzeddine mbarekLe  deficit des regimes  de retraite tunisiens  ezzeddine mbarek
Le deficit des regimes de retraite tunisiens ezzeddine mbarek
 
Doublé au petit mas
Doublé au petit masDoublé au petit mas
Doublé au petit mas
 
Le deficit des regimes de retraite tunisiens ezzeddine mbarek
Le  deficit des regimes  de retraite tunisiens  ezzeddine mbarekLe  deficit des regimes  de retraite tunisiens  ezzeddine mbarek
Le deficit des regimes de retraite tunisiens ezzeddine mbarek
 
Angers Relation Client
Angers Relation ClientAngers Relation Client
Angers Relation Client
 
La protection sociale et la realisation des omd en tunisie…
La protection sociale et la realisation des omd en tunisie…La protection sociale et la realisation des omd en tunisie…
La protection sociale et la realisation des omd en tunisie…
 
Impacts des sondages d'opinion sur les elections ezzeddine mbarek
Impacts des sondages d'opinion sur les elections ezzeddine mbarekImpacts des sondages d'opinion sur les elections ezzeddine mbarek
Impacts des sondages d'opinion sur les elections ezzeddine mbarek
 
La protection sociale et la realisation des omd en tunisie…
La protection sociale et la realisation des omd en tunisie…La protection sociale et la realisation des omd en tunisie…
La protection sociale et la realisation des omd en tunisie…
 
Le deficit des regimes de retraite tunisiens ezzeddine mbarek
Le  deficit des regimes  de retraite tunisiens  ezzeddine mbarekLe  deficit des regimes  de retraite tunisiens  ezzeddine mbarek
Le deficit des regimes de retraite tunisiens ezzeddine mbarek
 
Randonnées n°2
Randonnées n°2 Randonnées n°2
Randonnées n°2
 
Carte sud
Carte sudCarte sud
Carte sud
 
TECHNIQUES POUR LA PREPARATION D'UN PFE ezzeddine MBAREK
TECHNIQUES POUR LA PREPARATION D'UN PFE ezzeddine MBAREKTECHNIQUES POUR LA PREPARATION D'UN PFE ezzeddine MBAREK
TECHNIQUES POUR LA PREPARATION D'UN PFE ezzeddine MBAREK
 
La theorie de la motivation des ressources humaines ezzeddine mbarek 2011
La theorie de la motivation des ressources humaines ezzeddine mbarek 2011La theorie de la motivation des ressources humaines ezzeddine mbarek 2011
La theorie de la motivation des ressources humaines ezzeddine mbarek 2011
 
Sujets de pfe pour etudiants en grh
Sujets de  pfe pour etudiants en  grhSujets de  pfe pour etudiants en  grh
Sujets de pfe pour etudiants en grh
 
дома
домадома
дома
 
Photos curieuses
Photos curieusesPhotos curieuses
Photos curieuses
 

Similaire à Le broc' des clapas

Poemes radins
Poemes radinsPoemes radins
Poemes radinsarvorig
 
Extrait du roman " Et Dieu créa le sillon interfessier " de Sandie Khougassian
Extrait du roman " Et Dieu créa le sillon interfessier " de Sandie KhougassianExtrait du roman " Et Dieu créa le sillon interfessier " de Sandie Khougassian
Extrait du roman " Et Dieu créa le sillon interfessier " de Sandie KhougassianJohn Doz
 
Onitopie
OnitopieOnitopie
OnitopieNezumy
 
22 pages extraites du livre Plus que Vainqueur de Y.C.SAMBA DEBRASA
22 pages extraites du livre Plus que Vainqueur de Y.C.SAMBA DEBRASA22 pages extraites du livre Plus que Vainqueur de Y.C.SAMBA DEBRASA
22 pages extraites du livre Plus que Vainqueur de Y.C.SAMBA DEBRASACoach'R
 
Histoire chevalière de jeanne et joseph.
Histoire chevalière de jeanne et joseph.Histoire chevalière de jeanne et joseph.
Histoire chevalière de jeanne et joseph.EN
 
Les Aventures de Many
Les Aventures de ManyLes Aventures de Many
Les Aventures de ManyNanatic
 
"Et la ville devient fantastique", (Recueil de Nouvelles, Texte intégral).
"Et la ville devient fantastique", (Recueil de Nouvelles, Texte intégral)."Et la ville devient fantastique", (Recueil de Nouvelles, Texte intégral).
"Et la ville devient fantastique", (Recueil de Nouvelles, Texte intégral).PO-2
 
Ruptures
RupturesRuptures
Rupturesyann14
 
L'éveil des renardeaux
L'éveil des renardeauxL'éveil des renardeaux
L'éveil des renardeauxUngava Louise
 
Quand tombent les_masques
Quand tombent les_masquesQuand tombent les_masques
Quand tombent les_masquesNezumy
 
Quand tombent les_masques
Quand tombent les_masquesQuand tombent les_masques
Quand tombent les_masquesNezumy
 
Atout carpe magazine numero 1
Atout carpe magazine numero 1Atout carpe magazine numero 1
Atout carpe magazine numero 1Atout Carpe
 
Tèrra aventura saison 4 - bilan&remisedesprix
Tèrra aventura saison 4 - bilan&remisedesprixTèrra aventura saison 4 - bilan&remisedesprix
Tèrra aventura saison 4 - bilan&remisedesprixSophie MARNIER
 
Gabians et goélands de Francis Frey d'Avignon
Gabians et goélands de Francis Frey d'AvignonGabians et goélands de Francis Frey d'Avignon
Gabians et goélands de Francis Frey d'AvignonBMConcarneau
 
Le papillon de 3 nuits par stan
Le papillon de 3 nuits par stanLe papillon de 3 nuits par stan
Le papillon de 3 nuits par stanlfiduras
 

Similaire à Le broc' des clapas (20)

Burness
BurnessBurness
Burness
 
Poemes radins
Poemes radinsPoemes radins
Poemes radins
 
Extrait du roman " Et Dieu créa le sillon interfessier " de Sandie Khougassian
Extrait du roman " Et Dieu créa le sillon interfessier " de Sandie KhougassianExtrait du roman " Et Dieu créa le sillon interfessier " de Sandie Khougassian
Extrait du roman " Et Dieu créa le sillon interfessier " de Sandie Khougassian
 
Onitopie
OnitopieOnitopie
Onitopie
 
22 pages extraites du livre Plus que Vainqueur de Y.C.SAMBA DEBRASA
22 pages extraites du livre Plus que Vainqueur de Y.C.SAMBA DEBRASA22 pages extraites du livre Plus que Vainqueur de Y.C.SAMBA DEBRASA
22 pages extraites du livre Plus que Vainqueur de Y.C.SAMBA DEBRASA
 
Histoire chevalière de jeanne et joseph.
Histoire chevalière de jeanne et joseph.Histoire chevalière de jeanne et joseph.
Histoire chevalière de jeanne et joseph.
 
La malédiction des pillards
La malédiction des pillardsLa malédiction des pillards
La malédiction des pillards
 
Les Aventures de Many
Les Aventures de ManyLes Aventures de Many
Les Aventures de Many
 
"Et la ville devient fantastique", (Recueil de Nouvelles, Texte intégral).
"Et la ville devient fantastique", (Recueil de Nouvelles, Texte intégral)."Et la ville devient fantastique", (Recueil de Nouvelles, Texte intégral).
"Et la ville devient fantastique", (Recueil de Nouvelles, Texte intégral).
 
Ruptures
RupturesRuptures
Ruptures
 
Folie 2
Folie 2Folie 2
Folie 2
 
L'éveil des renardeaux
L'éveil des renardeauxL'éveil des renardeaux
L'éveil des renardeaux
 
L'Insolent Ciel
L'Insolent CielL'Insolent Ciel
L'Insolent Ciel
 
Quand tombent les_masques
Quand tombent les_masquesQuand tombent les_masques
Quand tombent les_masques
 
Quand tombent les_masques
Quand tombent les_masquesQuand tombent les_masques
Quand tombent les_masques
 
Atout carpe magazine numero 1
Atout carpe magazine numero 1Atout carpe magazine numero 1
Atout carpe magazine numero 1
 
Monz un bas de chez crim
Monz un bas de chez crimMonz un bas de chez crim
Monz un bas de chez crim
 
Tèrra aventura saison 4 - bilan&remisedesprix
Tèrra aventura saison 4 - bilan&remisedesprixTèrra aventura saison 4 - bilan&remisedesprix
Tèrra aventura saison 4 - bilan&remisedesprix
 
Gabians et goélands de Francis Frey d'Avignon
Gabians et goélands de Francis Frey d'AvignonGabians et goélands de Francis Frey d'Avignon
Gabians et goélands de Francis Frey d'Avignon
 
Le papillon de 3 nuits par stan
Le papillon de 3 nuits par stanLe papillon de 3 nuits par stan
Le papillon de 3 nuits par stan
 

Le broc' des clapas

  • 1. Le broc' des Clapas. La lecture de nombreux récits relatant la chasse à l'approche du chevreuil m'a décidé de m'y mettre également. Le seul hic, étant que dans ma région, cette chasse est souvent ressentie comme du braconnage autorisé. Tout pratiquant de cette discipline est soupçonné de tirer tout ce qui se présente à lui, et, circonstance aggravante, en plus pendant la fermeture générale de la chasse. Il se trouve que sur le territoire privé où je chasse le sanglier en battue et au chien courant, nous avons interdit le tir du chevreuil, pour préserver la créance des chiens. Le corolaire étant que désormais, le petit diable roux a tendance à se multiplier, et donc à titiller trop souvent le nez de nos chiens. Dans le courant du mois de mars, le propriétaire du territoire me dit: « j'ai envie de demander l'attribution de 4 bracelets pour faire du tir à l'approche ». A ces mots, j'ouvre un large bec et dit: « je prends! ». La vente des trois autres bagues ne fut qu'une formalité. Donc, le 1 juillet, muni du précieux sésame, et équipé de pied en cape, j'entamais à l'aube ma première sortie qui se solda par: « rien vu, rien entendu ». Qu'a cela ne tienne faisant mienne la maxime « cent fois sur le métier... » je me rendais matin et soir, deux fois par semaine, sur plusieurs lieux susceptibles d'héberger un chevreuil. Toutes ces tentatives s'avérèrent vaines. A plusieurs reprises, je me suis trouvé en présence des animaux, mais à chaque fois, la déception était au bout. Chevrette, chevrillard figuraient au menu, mais jamais de brocard. Mon inexpérience de l'approche, mais aussi le biotope de ce territoire ne jouaient pas en ma faveur. La marche sur des milliers de petites pignes de pin, occasionnant un concert bruyant que vient conclure les aboiements moqueurs du gibier convoité. Toutefois, ces nombreuses approches ponctuées d'arrêt pour jumeler, m'ont permis d'observer des scènes de la vie de la nature qui m'ont enchanté. Voir la nombreuse progéniture des sangliers, s'ébattre, se courser, se défier dans de folles joutes guerrières a bien souvent occupé mon temps. En effet, que faire d'autre qu'observer, sous peine de provoquer le « Waoof » de la laie meneuse, synonyme de fuite éperdue et bruyante. Un soir, pourtant, alors que je fais une halte pour jumeler, bien dissimulé dans une pointe de bois, en lisière d'un champ de lavande, je décide de tester la grande focale de mon appareil photographique. Une compagnie de sanglier avait décidé de ne pas attendre le crépuscule pour venir dans la culture à gibier située au bout des lavandes. Concentré sur les réglages de mon appareil, je ne prête pas cas au bruit que je viens d'entendre derrière moi. Encore des sangliers qui vont surement sortir sur ma gauche. Un nouveau bruit me décide alors à tourner la tête: et là, mon cœur vacille.
  • 2. A vingt mètres tout au plus, un brocard, magnifique, progresse dans ma direction. J'ai vraiment l'air fin avec mon « bridge » à la main et ma carabine appuyée contre le fût du pin sensé me dissimuler à la vue du gibier. Du coin de l’œil, je continue à épier mon brocard, pendant que subrepticement, j'essaye de laisser glisser l'apn sur le sac et de le remplacer par la carabine. Mes mouvements lents, masqués par mon corps, n'ont pas l'air d'inquiéter outre mesure le brocard qui continue d'avancer lentement. Il ne faut tout de même pas exagérer; arrivé à dix mètres, il commence à se retourner et à repartir d'où il vient, mais toujours avec son train de sénateur. Inutile de vous parler de mon rythme cardiaque à ce moment. Un ponte en cardiologie ne me donnerait à ce moment là que quelques secondes à vivre. Profitant de la volte face de l'animal, je me retourne lentement et le cadre dans la lunette. Évidemment, j'ai comme cible le fameux haricot amplement décrit dans tous les bons écrits cynégétiques. Grr, grr, grr et encore grr! J'aurais pu conclure, si, au bout du « courradou » qu'il suivait, il avait tourné à gauche vers un petit dégagement permettant un tir plein profil, hélas, « mossieur » était de droite et provocateur. En effet, comme pour me narguer, il s'arrêta derrière un gros pin, ne m'offrant à la vue que sa croupe. Je t'aurai brocard, je t'aurai. Une autre de nos rencontres se termina par des aboiements rageurs ou provocateurs qui renforcèrent mon désir d'aboutir à la récolte de cet animal à l'approche ou à l'affut. Plus que jamais déterminé à tirer ce brocard, je décidais de multiplier mes chances en pratiquant l'approche le matin et le soir. Habitant à une heure trente de route de mon terrain de jeu préféré, je décidais de passer la nuit sous la tente. Direction Décathlon, achat de la tente magique qui se déplie en deux secondes et qui se replie en.... beaucoup plus de temps. Ma première nuit fut fort agitée en raison des aboiements continuels des chiens de mon éleveur de copain. Il faut dire que les sangliers pullulent, au point de venir vérifier la marque de ma tente. Plusieurs nuits d'inconfort ainsi que des approches et des affuts infructueux me dissuaderont de continuer dans cette voie. J'ai même essayé le « butolo » et appliqué à la lettre les leçons de l'ami Hallaou. Je n'ai surement pas utilisé le bon mode d'emploi, car ma
  • 3. seule tentative avec cet appeau se solda par la fuite effrénée d'une chevrette et de son faon. Je crois que leur effroi les pousse à courir encore. Le temps des battues au sanglier étant arrivé, je mis fin temporairement à mes approches « brocard ». 13 octobre 2011 La date de la première grande battue au sanglier sur notre territoire privé approche à grands pas. Je décide donc de passer en revue les lignes de poste et de vérifier une dernière fois le balisage des sentiers d'accès. Joignant l'utile à l'agréable, je décide de prendre ma carabine, qui pour l'occasion sera la Sauer 303 en 300 WM équipée de sa lunette Z6i 1-6x24. Je sais, ce n'est pas l'idéal pour ce genre de chasse, mais j'apprécie de pouvoir me déplacer avec la carabine chargée, mais non armée. De plus, le réticule lumineux me sera d'un grand secours si je fais l'affut. Ma tournée des postes s'étant terminée vers 17 heures, je décide de prolonger ma journée sur un mirador de ma construction. Lentement, le temps s'égrène. 18 heures, dix neuf heures, vingt heures...aucun animal n'est sorti du bois. Les battues pratiquées aux alentours ont vraisemblablement aiguisé la vigilance des animaux. Toutefois, vers les vingt et une heure, un sanglier d'une quarantaine de kilos daigne sortir du bois sur ma gauche et se met à retourner le sol à environ cinquante mètres de moi. Je teste mon optique et mon réticule sur lui et reste surpris de la clarté de cette lunette non utilisée dans sa vocation d'origine. Tout à coup, le sanglier lève la
  • 4. tète, pointe son groin vers le ciel, redresse sa queue; un souffle d'air a dû lui porter mon odeur. Inquiet, il rentre au bois, mais sans hâte et surtout en silence. Je reprend mon observation silencieuse. Il est vingt et une heure quinze, et pour la dernière fois, mon regard balaie le champ qui est devant moi. Je me dis qu'il commence à faire aussi clair que...et que je vais plier mes gaules; quand soudain, je le vois. C'est lui, j'en suis sur. Un brocard est là, sur ma droite, à environ soixante mètres. Dans cette faible lumière il me semble qu'il porte un beau trophée. Lentement les jumelles montent à mes yeux et là, il n'y a plus de doute; c'est lui, celui qui m'a si souvent ridiculisé. En silence, la carabine monte à l'épaule, le réticule se stabilise sur l'animal. Boum! Aveuglé par la flamme de bouche et assourdi par la détonation, je perds un instant la vision de ma proie, qui au lieu de s'écrouler sur place, gravit le petit talus qui me fait face. Quel c.. j'ai manqué! Pourtant, rapidement je reprends mes esprits et tente de me persuader qu'il n'est pas possible d'avoir manqué à cette distance, en tir appuyé. Dix longues minutes se sont écoulées et je me rends enfin sur le lieu du « crime ». J'avais raison; à la lueur de ma frontale, je distingue une large flaque rouge foncé et des débris mous entourant l'impact de la balle sur le sol. Il est touché et vraisemblablement mortellement. Je suis la piste de sang jusqu'au haut du talus, et ne voyant pas le corps du brocard, je décide d'abandonner la recherche et d'appeler un conducteur de recherche au sang. Ma nuit sera courte et agitée; peuplée d'interrogations concernant le succès de la recherche, le placement de la balle, la beauté du trophée... Sept heures quinze, Claude est pile au rendez-vous fixé. Après les salutations d'usage le conducteur me redemande les circonstances de ce tir. Nous nous rendons sur les lieux et « Douglas » le teckel est « mis à la botte ».
  • 5. Un deuxième chien « forceur » m'est confié avec consigne de ne le lâcher que sur ordre express. Arrivés à l'anchuss, Claude me confirme que comme je l'avais pressenti, il semble bien que la matière sanguinolente que j'ai trouvée soit du foie. Immédiatement, « Doug » empaume la voie et tire son conducteur vers le haut du talus. Comme convenu, je reste en arrière avec la « bombe jagd » qui tire comme un damné sur la longe. Il s'agite tellement, que j'aurais de grandes difficultés pour prendre des photos. Au fur et à mesure de la progression de « Doug », le conducteur vérifie la piste et m'annonce les indices (fort ténus) qui la jalonnent.
  • 6. Après plusieurs crochets et environ 200 mètres parcourus, c'est la délivrance. Claude m'annonce; il est là et c'est un magnifique trophée pour notre région. Très ému, je le rejoins et découvre le »spectacle ». Dans la nuit, les sangliers ont littéralement curé et dévoré mon brocard. Qu'importe, l'acte de chasse se termine de la meilleure des façons. La chasse, acte de partage, n'en déplaise aux détracteurs, aura ici trouvé tout son sens. La nature m'a offert cet animal, cet animal m'a offert son trophée, Douglas et son conducteur ont pu faire montre de leur savoir et de leur talent, et enfin les sangliers ont eu leur part de venaison. Que dire de plus!
  • 7. PS: Au travers de ce récit, je voudrais remercier plus particulièrement Gardavou, Cerf30 et Vulcain qui m'ont fait découvrir la recherche au sang du gibier blessé à l'occasion des journées de formation au BCGG, Claude conducteur agréé et son partenaire Doug, ainsi que Gaoulin et Hallaou (même si celui ci m'a donné une mauvaise bande son pour l'utilisation du butolo), qui par leurs récits m'ont initié à cette passionnante forme de chasse.