SlideShare une entreprise Scribd logo
Baptiste BOUDAUD
 Master 2 Intelligence Economique et Communication Stratégique                 Année universitaire 2009/2010




                                - Mémoire de fin d’études -




  Comment le Cluster WEST peut-il entretenir sa dynamique-réseau pour
                  porter des projets innovants de type compétitif ?




             Bien Manger Durable®, Made in WEST® by WEST Communities®




          Clu st er , Co mp ét it iv it é , In no vat ion , Int el lig en ce E c ono miq ue , W eb 2. 0




Maître de stage : M. Jean-Yves DELAUNE                             Professeur référent : Mme Isabelle HARE
L’eau, dans son cours, suit la situation
du terrain dans lequel elle coule ; de
même, votre armée doit s’adapter au
terrain sur lequel elle se meut.

Sun Tzu, L’art de la guerre – article VI




                                     p. 2
Sommaire


Remerciements ................................................................................................................................... 4

Introduction ........................................................................................................................................ 5

PARTIE 1 : Rapport .......................................................................................................................... 7

   1.      Présentation du Cluster WEST ............................................................................................ 7
        1.1. Qu’est-ce qu’un cluster .................................................................................................... 8
        1.2. La reconnaissance d’Etat au titre de “Lauréat de l’appel à projets grappes d’entreprises”
               .......................................................................................................................................... 9
        1.3. L’équipe d’animation ..................................................................................................... 11
        1.4. Le changement en marche du Cluster WEST ................................................................ 12

   2.      Missions de stage et analyse de la pratique professionnelle ............................................. 14
        2.1. Présentation des missions............................................................................................... 14
           2.1.1.   Les missions ........................................................................................................... 14
           2.1.2.   La « fonction » veille & intelligence économique dans une équipe d’animation de
           Cluster ................................................................................................................................ 15

PARTIE 2 : Production Universitaire ............................................................................................ 17

   3.      La dynamique d’un cluster dans l’économie de la connaissance..................................... 17
        3.1. L’optimisation de la circulation des informations dans un réseau d'acteurs .................. 18
           3.1.1.     les types d’échange dans un réseau ........................................................................ 18
           3.1.2.     Eclairage sur l’échange mail dans un fonctionnement en cluster .......................... 19
           3.1.3.     Un accès plus facile aux informations ................................................................... 20
           3.1.4.     Accompagnement de l’approche web par des entretiens physiques pour favoriser
           et susciter des propositions .................................................................................................... 20
        3.2. Le développement d’un web communautaire proactif ................................................... 20
           3.2.1.     Le projet WEST Communities®................................................................................ 20
           3.2.2.     Implantation et développement en Chine : la nécessité du web comme point
           d’entrée ................................................................................................................................ 24
        3.3. Les actions concourant à améliorer la compétitivité des acteurs dans un cluster .......... 26
           3.3.1.     Visibilité de la démarche du cluster pour une attractivité individuelle et collective
           accrue ................................................................................................................................ 26
           3.3.2.     Les démarches de coopétition ................................................................................ 27
           3.3.3.     L’Interclustering..................................................................................................... 27
           3.3.4.     Schéma bilan proposé par l’équipe du Cluster WEST : valeurs et finalité d’un
           cluster : ................................................................................................................................ 29

Conclusion......................................................................................................................................... 30

Bibliographie .................................................................................................................................... 33

Cas d’entreprise Annexe 1 : Le Pôle WEST .................................................................................. 35
Annexe 2 : Membres du Cluster WEST......................................................................................... 40
Annexe 3 : DISCOURS 1 ................................................................................................................. 41
Annexe 4 : DISCOURS 2 ................................................................................................................. 43


                                                                                                                                                      p. 3
Remerciements




Je remercie :



Monsieur Jean-Yves DELAUNE, Directeur Général du Cluster WEST et « bâtisseur de clusters »,
qui s’est engagé à me suivre comme maître de stage. Je le remercie vivement pour la confiance qu’il
m’a accordée et pour son souci de transmettre aux jeunes son expérience, avec patience et passion.
Car la transmission par les « anciens » est une autre forme d’économie de la connaissance…


Madame Isabelle HARE, ma tutrice universitaire, pour les échanges réguliers durant mes deux
années passées à l’ICOMTEC.


L’équipe d’animation du Cluster WEST : Madalina, Andy, Kai et ceux qui ont été de passage
dans l’équipe, pour leur contribution et les moments conviviaux.


Le groupe Intercluster, un groupe de personnes formidables qui a du mérite dans leurs actions
communes.


Mes amis de la promotion 14 du Master IECS, en particulier Benoît ARCHAMBAUD…




                                                                                                p. 4
Introduction

La France est une puissance affaiblie et moyenne, avec un déficit du commerce extérieur 1. Le
danger quand l’économie va mal, c’est la stagnation et le repli sur soi. Pour limiter la crise et ses
effets, certains tentent d’« actionner les leviers du travailler ensemble ». C’est l’enjeu des
regroupements d’entreprises aujourd’hui. Les démarches dites « bottom-up » sur un territoire précis,
c'est à dire, les initiatives de terrain émanant d'une volonté commune d'acteurs économiques, sont
une des clés de la réussite. Néanmoins, se regrouper en réseau ne suffit pas pour être compétitif. La
dynamique d’un groupement d’acteurs tient à peu de chose. Elle doit s’entretenir au risque de voir
le groupement s’effriter, se désolidariser, voire être contre-productif.


Chacun des membres à une lourde responsabilité, directement liée à la compétitivité du réseau : il
doit adhérer à une vision partagée (conscience d’un destin commun avec des valeurs fortes), être en
accord avec la définition collective du projet de réseau, en participant à des actions collaboratives
(interprofession, groupe de travail, groupe d’expérimentation), en prenant des initiatives en
adéquation avec des problématiques de marchés, en donnant beaucoup de son temps, en sus de ses
propres activités professionnelles, et enfin, il doit s’ouvrir pour permettre de libérer et de croiser des
connaissances. « Les entreprises qui l’emporteront seront celles qui sauront fonder durablement
leur avantage concurrentiel sur la meilleure conjonction des intelligences, des savoirs et des
compétences qu’elles agrègent, pour créer sans cesse une valeur ajoutée qui fasse la différence »2.
Il est permis de se demander pourquoi il est nécessaire pour des acteurs de se regrouper sur des
domaines d’activités. L’objectif est de s’inscrire dans une économie de la connaissance, nécessaire
à l’innovation, pour répondre à des enjeux économiques et sociaux, pour décrocher des marchés,
pour consolider des emplois, pour revitaliser un domaine d’activité et un territoire, et pour
(re)placer les entrepreneurs, en tant qu’acteurs centraux de la croissance.


Comment le Cluster WEST peut-il entretenir sa dynamique-réseau pour porter des projets
innovants de type compétitif ?


Pour tenter de répondre à cette question, je présenterai trois hypothèses, interdépendantes, qui
proviennent notamment d’observations de terrain, au sein de l’équipe d’animation du Cluster
WEST :
    -   l’optimisation de la circulation des informations dans un réseau d'acteurs ;

1
 24,5 milliards d'euros au premier semestre 2010 – Source Capital.fr
2
 Citation de Sérieyx (2000) in Le réseau d’entreprises : forme d’organisation aboutie par Isabelle Géniaux et Sylvie
Mira-bonnardel, Revue française de gestion 2003/2 (no 143) 180 p.
                                                                                                                p. 5
-   le développement d’un web communautaire proactif ;
   -   la conjugaison d’actions concourant à la compétitivité des acteurs économiques ;



Ce présent mémoire a pour sujet la dynamique d’un cluster dans l’économie de la connaissance. Il
se présente sous trois aspects : un « rapport de terrain » réalisé dans le cadre d’un Master 2
Intelligence Economique et Communication Stratégique. Ce rapport contextualise le sujet et ne peut
être en aucun cas dissocié du mémoire. En second lieu « une partie universitaire » qui constitue le
cœur de ce mémoire ; et enfin, « une étude de cas » annexe 1, pouvant servir d’exercice à des
étudiants.




                                                                                                p. 6
PARTIE 1 : Rapport


1. Présentation du Cluster WEST

Depuis novembre 2004, le Cluster WEST réunit des acteurs de l'agroalimentaire répartis
principalement sur les quatre régions du Grand Ouest. Grâce à leur regroupement « en meute », ils
peuvent prétendre être les seuls en Europe à travailler dans les 4 domaines majeurs de
l’agroalimentaire que sont les produits de la terre, les produits de la mer, les produits laitiers et les
produits carnés. Cette originalité, organisée par cette « mise en réseau » est légitime par le poids
économique que représentent les acteurs sur l’ensemble de ce              territoire. Elle   facilite des
croisements technologiques et l’émergence de nouveaux produits, plats élaborés mixtes et services
contribuant à l'élaboration d'un « Bien Manger Durable® », tant en terme de qualité qu’en terme de
valeur ajoutée. L’enjeu est de consolider et de développer les activités et les emplois induits.

WEST, naturellement : c’un territoire géologique homogène et riche complémentarité de ses
ressources naturelles, grâce à ses sols variés et à une ouverture importante sur la mer.

WEST, économiquement : le premier territoire d’acteurs en Europe, par son poids économique et
l’étendue de la gamme de ses productions, (produits carnés, produits laitiers, produits de la mer,
produits de la terre) s’appuyant sur la construction historique d’un ensemble d’acteurs, dans les
domaines des biens d’équipement et des services dédiés et induits par la chaîne de valeurs
agroalimentaire. Cet ensemble d’acteurs, aujourd’hui dispersé, s’il s’organise, peut se doter d’une
force de frappe de conquête égale aux premiers compétiteurs mondiaux de l’agroalimentaire.

WEST, solidairement : ce territoire dispose d’un atout considérable, celui du goût d’entreprendre,
partagé par tous et une aptitude avérée à travailler ensemble dans un contexte d’économie durable et
profitable.

A la fois désigné comme le grand Ouest de la France, « WEST » est également un sigle qui
positionne le cluster : Well Eating Sustainable Territory, le Territoire du Bien Manger Durable. Le
Cluster WEST réuni aujourd’hui plus de 300 acteurs sur toute cette de valeur la chaîne de valeurs
de l’agroalimentaire. Il développe une démarche qui se veut pragmatique, très proche des besoins
des acteurs concernés. Il a une dimension internationale en avec des correspondants étrangers
répartis dans 57 pays. (plus de 130 correspondants internationaux à ce jour).

La démarche s'est consolidée avec la reconnaissance d’Etat reçu en mai 2010 : le Cluster WEST est
lauréat de l’appel à projets « Grappe d’entreprises 2010 », lancé par la DATAR.
                                                                                                      p. 7
Chaîne de valeurs agroalimentaires des membres du réseau


   1.1. Qu’est-ce qu’un cluster

La présente définition est proposée par l’équipe d’animation du Cluster WEST, inspirée par les
nombreux constats et réalités du terrain. C’est une définition enrichie par des réflexions et travaux
de Monsieur Jean-Yves Delaune, expert en clusters et réseaux d’entreprises.
Un cluster est un réseau d’acteurs réunis sur un territoire donné, qui mutualisent leurs différentes
compétences pour servir un objectif commun, en s’inscrivant dans un rapport gagnant gagnant selon
un fonctionnement qualifié de bottom-up, du bas vers le haut et transversal. Il peut associer
l’ensemble des acteurs d’une chaîne de valeurs, y compris des concurrents, pour accélérer le
développement d’innovations compétitives pour attaquer de nouveaux marchés. Les membres d’un
cluster bénéficient d’un ensemble de services (accès facilité à une information qualifiée, facilitation
de mises en réseau, partage des réflexions, effet de lobbying, accompagnement à l’international...),
proposé par une équipe d’animation. L’objectif est d’accélérer l’émergence des projets à travers une
approche globale et transversale qui les lient pour leur donner plus de sens et de pertinence par
rapport à la vision partagée. Cette démarche correspond au mode de fonctionnement mondial de
l’économie de la connaissance, consacrée par le traité de Lisbonne. (Cf Silicon Valley) Ce nouveau
contexte économique induit pour les acteurs la nécessité de créer des réseaux de compétences, de
mutualiser des moyens, de développer des partenariats de proximité et d’opportunités autour de
projets coopératifs, innovants et durables. Dans le monde, les clusters relèvent d’une démarche
bottom up: ils sont créés à l’initiative des acteurs, la mise en oeuvre des projets leur appartient et
leur réussite dépend aussi des conditions de facilitations créées par les pouvoirs publics. La

                                                                                                    p. 8
démarche d’un cluster se définit par la coopération et l’interaction entre trois mondes : entreprise,
formation, recherche. Elle associe l’intérêt des acteurs à celui du territoire grâce à l’innovation
créatrice et ses effets induits, création d’emplois et de richesses.
Les PME se regroupent en clusters d’entreprises et développent des projets coopératifs, avec ou
sans la recherche, répondant à des enjeux de marché. Les clusters d’entreprises sont orientés vers la
mise en oeuvre de projets innovants avec un retour sur investissements rapide de la richesse créée
en terme de valeur ajoutée. Cette définition est en accord avec la vision de Michael Porter sur les
nouveaux systèmes d’échanges : « […]the clusters represent a new way of thinking about location,
challenging much of the conventional wisdom about how companies should be configured, how
institutions such as universities can contribute to competitive, success,and how governments can
promote economic development and prosperity. »3

    1.2. La reconnaissance d’Etat au titre de “Lauréat de l’appel à projets grappes
         d’entreprises”

Le 2 juillet 2005, le comité interministériel d'aménagement et de développement du territoire
(CIADT) labellise 67 projets « Pôles de Compétitivité ». A l’époque, le Cluster WEST n’est pas
retenu. Le 3 octobre 2005, les acteurs du réseau décident, à l’unanimité, la poursuite de la
démarche sous l’appellation cluster, définition rendant mieux compte de la démarche en cours.
(Cf. Histoire du Cluster WEST )4

Le 14 mai 2010, 5 ans après l’appel à projets des pôles, le Cluster WEST a obtenu le titre « Lauréat
de l’appel à projets grappes d’entreprise 2010 »
(La réponse à cet AAP est disponible en téléchargement sur le site du Cluster WEST.)
Le titre « grappe d’entreprises » vient combler un vide créé par l’Etat suite à l’appel à projets des
pôles de compétitivité. Ce dernier a marginalisé certains groupements d’acteurs qui n’étaient pas
positionnés sur de la Recherche et Développement (caractéristiques des pôles) mais sur                   de
l’innovation et des projets courts, n’impliquant pas forcément des acteurs publics ou de la
recherche. L’objet de l’appel à projet « grappes d’entreprises » était de positionner des réseaux
d’entreprises en amont des pôles de compétitivité, capables de faire émerger des projets et trouvant
enfin une place reconnue dans l’écosystème territorial de l’innovation : « Il existe des réseaux de
taille inférieure à celle des pôles de compétitivité. Des réseaux où les PME sont souvent très
représentées, présents sur des territoires plus localisés, dont la R&D n’est pas forcément le premier
moteur de la collaboration, mais qui sont également des vecteurs très importants de développement
et de compétitivité pour les entreprises et les territoires sur lesquels ils se situent. […] Ces réseaux

3
  PORTER, E. Michael, Clusters and the New Economics of Competition, in Harvard Business Review, November –
December 1998
4
  BOUDAUD Baptiste, Comment les acteurs du réseau Cluster WEST peuvent-t-il s'approprier la démarche Made in
WEST® et le sentiment d'appartenance à une communauté proactive ?, Mémoire ICOMTEC, Septembre 2009, 95 p.
                                                                                                         p. 9
ne sont à ce jour ni reconnus, ni soutenus de manière claire et lisible au niveau national, alors
même qu’ils ont une importance considérable en termes d’activités, d’emploi et de création de
richesse, d’autant plus considérable dans le contexte de la crise économique majeure que nous
traversons. Je pense en particulier aux réseaux ancrés dans les territoires ruraux, souvent fragiles
et peu attractifs, à l’heure où la mondialisation remet en question les attaches territoriales des
entreprises. »5


                              Caractéristiques des grappes d’entreprises :


 elles sont principalement constituées de TPE/PME, généralement dans un même domaine
d’activité; elles intègrent, lorsque cela est pertinent, des grandes entreprises ; elles associent ou
intègrent des acteurs de la formation, de la gestion de l’emploi et des compétences, de l’innovation
et de la recherche, en fonction des contextes et des initiatives ;


 elles ont un « noyau dur » ancré sur un territoire permettant des rapports aisés de proximité entre
ses membres, pertinents par rapport au tissu d’entreprises concerné ;


elles apportent des services aux entreprises qui peuvent porter sur l’ensemble de leurs besoins à
travers des actions de mutualisation ou d’actions collectives, notamment concernant l’innovation
sous toutes ses formes, l’emploi et les compétences, l’organisation du travail, le développement à
l’international, la communication, les aspects environnementaux…;


 elles ont une structure de gouvernance propre, où les chefs d’entreprises ont un rôle moteur, avec
une stratégie élaborée collectivement, mise en œuvre à travers un plan d’actions concerté ;


 toutes les entreprises sont concernées (entreprises de production, professions libérales,
prestataires de services, artisanat de production …), dans toutes les activités (commerciales,
industrielles, artisanales, touristiques, artistiques, agricoles, de service…) et sur tous les territoires
(urbains, périurbains, ruraux) métropolitains et d’outre-mer ;


 elles s’articulent et coopèrent avec les acteurs publics et privés de leur environnement territorial.
Extrait du site de la DATAR (Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à
l’attractivité régionale). A consulter également : « liste et carte des Grappes d’entreprises 2010 »6

5
  Extrait du discours de Michel Mercier, Ministre du l’espace rural et de l’aménagement du territoire - 29 septembre
2009 - lors de l’Université des pôles et des clusters
6
  BOUDAUD Baptiste, Des grappes d’entreprises pour la France, mai 2010, Blog Harfang-IE
http://harfang-ie.over-blog.com/article-de-49867768.html
                                                                                                               p. 10
1.3. L’équipe d’animation


L’animation (fonctionnement) des Clusters est facilitée dans la plupart des exemples par des
équipes d’animations. Dans le cas du Cluster WEST, le réseau est « piloté » par une Société par
Actions Simplifiées, la SAS WEST, au capital de 60 000 € et composée d’un conseil
d’Administration. Le statut de la SAS permet une certaine souplesse… contrairement à d’autres
réseaux qui sont animés par une structure associative, statut qui ses limites pour se préparer à
l’évolution d’un modèle économique de cluster (avec la vente de services par exemples).

La SAS a un avantage décisif qui convient au fonctionnement d’un cluster et de sa définition de
départ : « elle est l'émanation de la volonté de son ou ses créateurs. Et non pas celle de la loi. Ses
membres déterminent librement la nature et les fonctions de ses dirigeants comme la manière dont
seront prises les décisions collectives. Ainsi, la souplesse des décisions permet d'éviter procédures,
formalisme et délais paralysants. Les convocations aux assemblées peuvent être faites par tout
moyen, même par oral. Les assemblées elles-mêmes peuvent avoir lieu par correspondance, par fax
ou e-mail... sans nécessairement la rédaction d'un procès-verbal. »7

Les membres de l’équipe d’animation sont salariés de la SAS WEST. L’équipe est composée de
trois personnes.

- Jean-Yves DELAUNE Directeur Général Délégué (assure cette fonction bénévolement depuis la
création du Cluster WEST)


- Andy CHAUVEAU Animation, management et ingénierie des projets


- Madalina CARALICEA Animation du réseau et accompagnement sur les questions liées à la
propriété intellectuelle

Selon les besoins, l’équipe s’appuie sur des stagiaires. Durant mon stage, Kai WANG, étudiant en
Master Administration des entreprises à l’Université de Nantes était stagiaire, chargé du
Développement Asie.


Moi-même, membre de l’équipe, chargé de développer les démarches d’intelligence économique et
de veille au sein du réseau.

7
    BABONNEAU Marine, Souplesse : comparatif de la SAS avec la SARL et la SA, Lentreprise.com


                                                                                                  p. 11
La SAS WEST menée par l’équipe d’animation constitue une véritable interface pour les acteurs et
les membres du réseau.

L’équipe d’animation joue un rôle essentiel pour donner de la vigueur au réseau : échanger, débattre
et solliciter les membres pour favoriser l’émergence des projets collaboratifs. L’équipe permet de
démultiplier la dynamique du réseau car elle a un autre regard sur les projets ou les marchés et
croise sa vision avec celle des membres du réseau. On trouve ainsi l’élément indispensable de la
transversalité, une condition nécessaire à l’innovation : c'est-à-dire, une capacité à laisser un projet
vivre par la multiplicité des opinions et des expériences des membres du réseau. L’équipe
d’animation du Cluster agit de façon proactive en agglomérant les connaissances, et en
« manageant » les communautés d’intérêts.




            Services actuels et futurs pouvant être proposés aux membres du cluster par l’équipe d’animation




      1.4. Le changement en marche du Cluster WEST

« J’ai été vraiment séduite par le travail de fond réalisé par le Cluster WEST, et je sais que ce n'est
que la face cachée de l'iceberg potentiel. Imaginez tous ces progrès réalisés en travail collaboratif
en Pays de la Loire depuis que nous nous connaissons, depuis l’époque où on titrait « l'avenir
s'invente à l'Ouest », certes il a fallu des décennies…»8 Voici un commentaire d’une journaliste
professionnelle, pigiste pour plusieurs magazines professionnels, spécialiste du végétal et e
l’agroalimentaire, très avertie des phénomènes de cluster, suite à l’Assemblée Générale du cluster
WEST le 24 juin 2010 : l’AG fut un succès parce qu’elle a marqué un basculement et, ensuite, pour
la pertinence de chacun des projets présentés et leur complémentarité sur la chaîne de valeurs du «
Bien Manger Durable®, Made In WEST® ». Basculement, en effet, car comme l’a évoqué un des
membres du conseil d’Administration « notre réunion marque un tournant dans la vie de notre

8
    Lettre Made In WEST, n°226 – 28 juin 2010
                                                                                                               p. 12
cluster. A la phase pionnière qui s’achève, grâce au socle de compétences constitué et aux projets
incubés, une démarche plus concrète de création de services à valeur ajoutée innovante commence
et doit se développer pour vous accompagner dans vos projets collaboratifs individuels ou collectifs
et pour décliner des ressources propres pour notre structure, la SAS WEST. ». Monsieur Joachim
Queyras, en charge à la DATAR du suivi de l’Appel à Projets des grappes d’entreprises, a confirmé
la qualité du réseau Cluster WEST. Ce soutien permet d’accélérer l’efficience en interne, comme en
externe, notamment à l’international. Basculement aussi, parce que la confiance est donnée aux
jeunes générations dans l’équipe d’animation qui a remarquablement organisé et animé cette
réunion et le brassage des cultures asiate, hispanisante, anglo-saxonne, africaine et bien sûr
française, a frappé et enchanté les membres présents. « Nous étions bien dans l’économie de la
connaissance globalisée. Tous les porteurs de projets doivent en être remerciés, car en plus de leur
concision et de leur souci d’être très « pros », concret et commercial, c’était l’objectif donné à tous,
ils ont apporté du « cœur », du sens et une ouverture à l’international qui ont fait mouche. »9
          L’effort en matière d’animation et le souci de mettre à disposition un outil communautaire
d’échanges et d’ingénierie innovante collective devraient valoir au Cluster WEST plus de créations
de valeurs, de richesses et d’emplois, au profit de chacune des entités des membres du réseau. Le
projet WEST Communities® vous sera expliqué dans la partie 3.2 Le développement d’un web
communautaire proactif. La politique de marques et l’ouverture à l’international construites depuis
l’origine, prennent aujourd’hui, tout leur sens et toute leur actualité. La responsabilité est désormais
sur chacun des membres pour mieux faire connaître le réseau et pour mieux conquérir un avenir
commun et contribuer ainsi à rendre le territoire du Grand Ouest plus attractif.




9
    Propos de Jean-Yves Delaune, DGD du Cluster WEST
                                                                                                    p. 13
2. Missions de stage et analyse de la pratique professionnelle

    2.1. Présentation des missions

        2.1.1.   Les missions

Ce stage s’inscrit dans la continuité de celui déjà réalisé en 2009, avec à la clé un mémoire traitant à
l’époque de la problématique suivante : Comment les acteurs du réseau Cluster WEST peuvent-t-ils
s'approprier la démarche Made in WEST® et le sentiment d'appartenance à une communauté proactive ?


En effet, au terme de ce premier stage, nous avons pu constater un décalage important entre les
pratiques et les outils web2.0 d'une part, et les pratiques comportementales françaises en général
d'autre part.

La difficile pratique du web, par plusieurs membres du Cluster WEST, freine la création d'un réseau
communautaire efficace et nécessaire pour répondre aux objectifs que se sont donnés les membres
fondateurs du Cluster WEST.

Le Cluster WEST estime nécessaire de coupler des rencontres physiques d'acteurs, sur le terrain,
avec le développement de moyens et de bonnes pratiques dans l'esprit web 2.0 permettant le travail
en confiance, à distance, nécessaire au bon fonctionnement d'un cluster.

Ce relais physique est un passage obligé pour donner vigueur, sens et efficacité aux projets, il doit
faciliter et accélérer l'émergence et la mise en oeuvre de projets coopératifs. Ce lien physique doit
faire prendre conscience aux membres des qualités du réseau et de la pertinence de la technologie
mise en oeuvre. L'appui d'un stagiaire pour expérimenter cette démarche, limite, dans un premier
temps, les charges de structure en en partageant la phase d'incubation.

La mission confiée avait pour objectif d'accompagner l'équipe d'animation dans l'expérimentation
de cette voie et de tester l'impact des rencontres physiques sur la dynamique des projets et des
bonnes pratiques de travail collaboratif « Made in WEST® ».

Le travail du stagiaire permettra à l'équipe de développer l'ensemble des services proposés aux
membres par la prise d'information d'une part et par les propositions et expérimentations de services
tels, par exemple, que la mutualisation d'une veille ciblée par cercles d'intérêts d'autre part.

Par ailleurs, la mission permettait ma mise à disposition au sein d’autres clusters « partenaires » du
Cluster WEST, dans le cadre d'échanges d'interclustering visant à la fois l'identification et le partage
de bonnes pratiques d'animation de réseau, et le gain d'efficacité induit par la mutualisation d'une
veille et d’une démarche d’intelligence économique.
                                                                                                    p. 14
La mission a impliqué des formations relatives à l’utilisation d’outils de veille, de mutualisation
d'information, et de travail collaboratif.

Cette démarche d’intelligence économique portée par le Cluster WEST a pour finalité de
développer auprès des membres une culture partagée, fondée sur un travail en réseau
communautaire (sans rétention de compétences), avec une méthode, des outils, des réflexes de
collaboration ou de proactivité, le tout renforcé par un accompagnement et un lien humain sur le
terrain.

           2.1.2.     La « fonction » veille & intelligence économique dans une équipe d’animation de
                    Cluster

L’intérêt de ce stage et de ce mémoire pour moi était surtout de répondre à une question : la
«fonction Intelligence Economique » a-t-elle sa place dans une équipe d’animation de cluster. Cette
discipline peut-elle être développée au sein d’un réseau ?

Un article du Blog IE & Stratégie, livre une analyse intéressante du métier de Community
Manager : une fonction qui articule avec habileté et finesse les compétences liées à l'intelligence
économique et à la communication. Je pense qu’une partie de la fonction Intelligence Economique
d’une équipe d’animation reprend des compétences du Community Manager, « nouveau » métier lié
au développement des entreprises 2.0 : « Les blog, les wiki, la vidéo en ligne, les plateformes
collaboratives, les réseaux sociaux et toute cette génération d’outils du Web 2.0 qui facilitent la
participation et l’échange amènent avec eux de nouvelles pratiques qui bouleversent les
organisations et les modèles économiques : « longue traîne », taxonomie, intelligence collective,
« webisation » des services, crowdsourcing (contenu apporté par les utilisateurs) »10 C’est bien de
ces pratiques qu’il est question pour dynamiser un réseau d’organisation. Ainsi, un professionnel
formé à l’intelligence économique intègrera ces nouvelles composantes : "le Web collaboratif a
introduit de nouvelles tendances, il a permis l’émergence de nouvelles pratiques et de nouveaux
médias informels. [...] La fonction de Community Manager peut parfois être associée à celle de
veilleur. Dans certaines entreprises, c’est la même personne qui gère le deux fonctions. Le
Community Manager va gérer la communauté, généralement il n’est pas en charge de la
construction ou de l’évolution du site mais ses remarques et ses informations récupérées sur le
terrain auprès des utilisateurs, font de lui un interlocuteur majeur dans l’élaboration de celui-ci."11

J’ai listé plusieurs éléments d’information et diverses compétences assimilables à celles du métier
de Community Manager, que j’ai développées avec la pratique au sein du Cluster WEST :

10
   Xavier De Mazenod, Vers l’entreprise 2.0, Société Adverbe http://www.adverbe.com/prestations/conseils/vers-
lentreprise-20/
11
   Les Bases du Community management, Blog IE & Stratégie
                                                                                                                 p. 15
- une excellente connaissance du web collaboratif et des outils de partage de l’information

- une capacité à s'imprégner de la culture du réseau, du vocabulaire employé dans le domaine
d’activité spécialisé

- une aptitude logique à solliciter les différentes plateformes de social networking pour "gérer" la
notoriété du réseau : stratégie de visibilité sur le web pour valoriser les marques du réseau et ses
membres, stratégie de l’information…

- favoriser l'interaction entre les membres d'un réseau et favoriser l'échange d'informations par des
contacts réguliers avec les membres physiques/virtuels.

- une réactivité professionnelle lorsqu’il y a des situations d’urgence (besoins rapides en
informations)

En plus de la facette « 2.0 » du métier, l’individu chargé de la veille et de l’IE doit être un « électron
libre », présent au sein du réseau pour « manager l’information », pour la rendre disponible (soit à
l’équipe, soit aux membres du réseau). Même si certain ne considère par la veille comme partie
intégrante de l’intelligence économique, la fonction IE créée dans une équipe d’animation de
Cluster ne pourra s’en passer. Il aura alors la charge d’assurer en collaboration avec ses collègues,
la collecte et l’analyse des informations (par une veille thématique, ciblée…). L’objectif étant de
donner du sens à l’information et de mettre en perspective les opportunités pour servir les acteurs et
le développement des projets. J’ai listé là aussi des attitudes et compétences que je pense
indispensables :

- animer un réseau de « correspondants de veille » : le chargé d’IE du Cluster devra développer sa
propre communauté de « sourceurs »12, en plus des membres du réseau, qui lui amèneront de
l’information stratégique. Il s’agit de développer des rapports humains professionnels et proactifs
avec une communauté de personne. Parmi ces « sourceurs » on peut citer des anciens camarades de
promotion, des amis du métier, des contacts professionnels divers, des journalistes, etc. Le lien
particulier entretenu avec eux les amènera à prévenir le chargé d’IE automatiquement, par réflex,
s’ils disposent d’une information utile.

- mettre en place un système de gestion de l’information : c’est une partie technique qui repose
aussi sur un schéma de pensée (comment dois-je catégoriser les informations recueillies ? à qui
dois-je donner cette information ? quand ? Et par quel moyen ?)


12
     personnes échangeant des informations précises dans une communauté professionnelle
                                                                                                      p. 16
PARTIE 2 : Production Universitaire

La première partie nous a permis de placer un contexte : la dynamique des clusters. Il est aussi
nécessaire de se référer à mon premier mémoire portant sur les communautés d’acteurs
économiques13. La deuxième partie a pour but de relever les points essentiels de la dynamique d’un
cluster.

3. La dynamique d’un cluster dans l’économie de la connaissance

Comment le Cluster WEST peut-il entretenir sa dynamique-réseau pour porter des projets
innovants de type compétitif ?

           Avant d’aborder ce point, il faut expliquer l’expression « projets innovants de types
compétitifs ». En France, il réside une confusion entre la R&D et l’innovation. Les Pôles de
compétitivités impliquent de longs projets de recherche, qui n’ont pas de retour sur investissement
visible et dont les résultats tangibles se font toujours attendre au bout de 5 ans d’expérimentation…
et pourtant, il leur est accordé le terme d’innovation. Les thématiques de recherches sont imposées
par le réseau institutionnel public et il réside souvent un décalage avec les réalités du terrain et du
marché. « Les processus participatifs de type bottom-up des communautés de pratiques et des
équipes projets sont plus féconds que les approches top-down du modèle classique de R&D. À
cette fin, il serait justifié de transformer tout ou partie du crédit d’impôt recherche en crédit
d’impôt innovation. »14 Aujourd’hui de nombreux pôles de compétitivité sont sanctionnés
financièrement par la perte de leur label, car ils ne génèrent pas assez de projets de recherche. La
politique des pôles n’est pas portée sur l’ingénierie de projet. Elle est portée sur des processus
lourds de financements liés au fait d'être localisés dans telle ou telle région de la France. Ces
financements ne sont pas liés au dynamisme ou à la qualité des résultats obtenus. Les projets dits
« innovants » mais non compétitifs sont les projets qui répondent mal au besoin du marché, parce
qu’ils ne sont pas en adéquation, par ce qu’ils ne comportent pas de retour sur investissement
visible. Ces projets émanent malheureusement de l’organisation des systèmes publics, qui
composent un contexte très défavorable aux dynamiques territoriales d’innovation. La configuration
« pôle de compétitivité » révèle des lourdeurs administratives qui durcissent la relation entre
l’entrepreneur et l’administration, allant jusqu’à la confrontation concernant des projets dits de
recherche. Le fait de ne pas avoir de projet conséquent de recherche finançable (par le Fond Unique



13
  http://www.cluster-west.fr/memoire-baptiste-boudaud/index.php
14
  Philippe Durance, Marc Mousli et Michel Godet, Rapport Créativité et innovation dans les territoires, Conseil
d’Analyse Economique, DATAR et Académie des Technologies – 17 Mai 2010, 92 p.
http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/CAE091_creativite_territoires.pdf
                                                                                                                  p. 17
Interministériel) a été un reproche fait au Pôle Enfant (Cholet 49) aujourd’hui délabellisé. « De
manière caricaturale, pour être labellisé, il faut dépenser de l’argent »15.

Revenons au terme innovation : il faut savoir que l’innovation n’est pas forcément technique. C’est
un processus systémique, qui s’adapte au changement. Elle peut être commerciale ou
organisationnelle… « L’industrie en France n’est pas seulement le Hight Tech, c’est aussi tout
l’agroalimentaire qu’on oublie trop souvent, un des seuls secteurs qui est excédentaire. Le constat :
le secteur français le plus créatif et le plus innovant n’est pas subventionné ! »16

Les clusters d’innovation et les grappes d’entreprises, à la différence des pôles se caractérisent par
des projets innovants très liés au terrain c'est-à-dire qu’ils comportent des facteurs différenciant sur
le marché cible. La conséquence est l’avantage concurrentiel permettant la compétitivité des acteurs
du projet.
             La dynamique fondée sur une interaction étroite entre les acteurs économiques :




     3.1. L’optimisation de la circulation des informations dans un réseau d'acteurs

        3.1.1.   les types d’échange dans un réseau

Une fois la naissance du cluster, il faut le faire vivre par des échanges entre membres. La rencontre
physique est parfois difficile à cause de la distance et les différentes disponibilités de chacun. Le
cluster est aussi un lieu de rencontre entre acteurs du projet : pour des premières rencontres par
exemple, ou des sujets délicats, car c’est un terrain neutre sans parti pris. A terme les acteurs
doivent être en capacité de solliciter l’équipe d’animation et de se manifester par téléphone, par
mail, par visioconférence, par messagerie instantanée et/ou par des rencontres physiques… Le plus
15
   BACHELOT Denis et D’ORNANO Pierre, Survivre à la crise, le groupement d’entreprises, une solution pour les
PME, Bourin Editeur, 2009, p.179-180
16
   Propos de Michel GODET, économiste au CNAM, Emission radiophonique RTL On refait le monde- 4 mars 2010
                                                                                                            p. 18
difficile sans doute est de créer cet automatiste et ce réflexe du contact humain professionnel.
Depuis le regroupement en 2004, le Cluster WEST publie une lettre d’information et de veille
hebdomadaire, nommée « Made In WEST® ». Elle constitue le véritable lien qui unit l’ensemble des
membres. Elle permet de suivre les états d’avancement de l’ensemble des projets, sur toutes les
thématiques de la chaîne de valeurs agroalimentaires et permet de relayer les besoins ou la
proposition de services des acteurs à l’ensemble du réseau. Un réseau ne pourrait se passer de ce
type de lettre pour en assurer sa dynamique. Encore faut-il lire la lettre et se tenir à jour… C’est là
tout l’objet du projet WEST Communities® qui doit permettre au membre de mieux s’approprier le
réseau et de gagner en réflexes.


       3.1.2.   Eclairage sur l’échange mail dans un fonctionnement en cluster

L’échange mail dans le réseau est une condition vitale pour entretenir le lien. Ceci légitime la place
de l’équipe d’animation dans le processus d’échanges. J’ai remarqué que tous les membres du
cluster WEST n’avaient pas les mêmes niveaux de pratique du mail, notamment la fonction
« répondre à tous » lorsque plusieurs personnes sont parties prenantes d’un projet. En cas de
réponse à un mail envoyé à plusieurs destinataires, certains membres ne font pas la différence entre
Répondre à l’émetteur du message et Répondre à tous les destinataires.



De même, la fonction « CC copie » permet de mettre un collaborateur en copie du message sans
qu’il soit destinataire principal du message. C’est une fonction qui permet de ne marginaliser
personne et qui donne un suivi du sujet à tout le monde.




L’équipe d’animation vient alors en appui pour mettre en relation des membres, assurer un suivi de
projet ou un rappel. Le rôle « d’animateur » prend tout son sens.
                Les différents types d’échanges mail :
                - équipe d’animation vers membre
                - membre vers équipe d’animation
                - membre vers équipe d’animation et copie à un autre membre lié au projet
                - membre vers membre et copie à l’équipe d’animation




                                                                                                   p. 19
3.1.3.     Un accès plus facile aux informations

Le cluster vit grâce à un mode d’échange utilisant l’indispensable web2.0, notamment pour
entretenir l’aspect collaboratif du système. Après des échanges avec plusieurs membres et la
réalisation d’un état des lieux de leurs pratiques web, nous sommes en mesure d’affirmer qu’ils sont
tous intéressés par l’acquisition d’informations relatives à leur domaine d’activité, sous forme de
revue de presse, de bulletin de veille, de mailing.... Le plus embêtant a été de constater que pour
recueillir ce besoin des membres, il a fallu se déplacer et rentrer en contact direct avec eux. La
dynamique du cluster repose sur ces conditions d’accessibilité à des informations. L’esprit cluster
n’est pas assez intégré pour que les membres eux-mêmes puissent manifester leur besoin, sans
doute par manque de connaissance sur le Cluster WEST. Comment amener les membres du réseau à
participer, à échanger, à se manifester et à contribuer à la vie du réseau et au développement des
projets ?
Pour œuvrer en ce sens, nous avons, avec l’équipe d’animation, développé depuis avril 2009 le
projet de communauté numérique « WEST Communities® ». Il vous sera expliqué dans la partie
« développement d’un web communautaire proactif ».

         3.1.4.     Accompagnement de l’approche web par des entretiens physiques pour favoriser et
                  susciter des propositions

Nous avons émis l’hypothèse que l’un des moyens pour animer un réseau et permettre aux membres
de solliciter l’équipe est la rencontre des acteurs sur le terrain. Cela est nécessaire :
- pour mieux connaître l’activité des membres, leur quotidien de travail, recueillir son besoin, sa
vision
- pour mieux nous faire connaître en tant qu’équipe d’animation et proposer la gamme de services
- pour renforcer le lien de manière général et créer un échange dans un climat convivial et de
confiance
Cette présence sur le terrain permet d’accompagner également les membres dans ses pratiques web
(formation, sensibilisation), car les membres n’en sont pas au même niveau. C’est aussi une façon
de mieux présenter les forces du réseau et le potentiel dont il dispose. Mais ceci présente des
charges non négligeables pour l’équipe d’animation, notamment au niveau des déplacements…

    3.2. Le développement d’un web communautaire proactif

         3.2.1.     Le projet WEST Communities®



Dans son article fondateur What is Web 2.0, Tim O’Reilly « redéfinit l'Internet non plus comme
un média (où les sites Web sont autant d'îlots d'informations isolées) mais comme une plate-forme


                                                                                                 p. 20
: un socle d'échanges entre les utilisateurs (l'auteur parle d'intelligence collective) et les
services ou les applications en ligne »17 Partant de cet esprit, nous sommes convaincus que l’un
des moyens d’entretenir la dynamique-réseau est de développer une véritable communauté
d’acteurs, proactifs. Le projet « WEST Communities® » a ainsi vu le jour. Il a pour but de donner
plus de visibilité à la démarche du cluster, aux compétences et aux projets, pour accélérer le
processus incrémental de projets s'inscrivant dans la démarche de construction ou de consolidation
du « Bien Manger Durable ® », tout en conservant la convivialité qui caractérise le réseau. Ce projet
est un élément de réponse pour palier le manque d’échanges et de feedback de certains membres du
réseau. Nous partions du constat suivant :

- L'approche « cluster » est complexe et « pas à la portée de tous » en l’état actuel de nos habitudes
- Les membres connaissent souvent mal les sujets abordés en dehors de leurs champs opérationnels
- Le « réflex’ WEST »18 est encore trop peu présent…
- Le cluster WEST dispose d’une information riche et largement diffusée via la lettre et le site,
mais, mal exploitée par les membres et entraînant une méconnaissance générale : de la globalité de
la démarche et de sa valeur ajoutée induite, des acteurs entre eux, des compétences présentes au sein
du réseau.
Ceci ralentit inévitablement l’émergence et le développement des projets. L’objectif est également
de gagner en visibilité sur le sens de la démarche du Bien Manger Durable ® , pour accroître la
connaissance :
- de l'ensemble de la démarche,
- des différents maillons de la chaîne de valeurs présents au sein du cluster,
- des différents projets accompagnés,
- des différentes innovations accessibles
- des différentes compétences disponibles,
- des différents acteurs du réseau,
WEST Communities® est aussi un « pont » pour faciliter l'accès de la démarche à tous :
- responsables stratégiques
- acteurs opérationnels
L’un des éléments de ce projet est un espace web à disposition de tous et présentant simplement la
démarche, les acteurs, les membres, les services et répondant à la demande du visiteur, formulée par
mots-clés et relayée par les principaux réseaux communautaires. Pour cela il faudra trouver un
système pour identifier les réactions et les thématiques d’intérêts des membres du réseau. Le but est
de permettre de mieux connaître leur besoin le plus précisément possible.

17
     CAVAZZA Fréderic, Web2.0 : la révolution par les usages , JDN Solutions, 19/12/2005
18
     automatisme instinctif d’un membre du Cluster WEST pour solliciter le réseau ou donner une information
                                                                                                              p. 21




L’un des grands challenges est la maîtrise, le traitement et l’analyse des informations dans
l’économie de la connaissance, qui a pour conséquence directe l’augmentation de la quantité
d’informations à traiter. A travers WEST Communities®, il s’agit de créer un véritable espace
informationnel (espace web convivial et intuitif) : c’est l’ensemble des informations acquises par le
cluster et mises en perspectives. Il s’agit de la mémoire du réseau et des informations collectées
(benchmark, veille, informations sur les membres, les concurrents, les marchés, les outils, les
procédés, les actualités, la documentation technique…)

Pour que ces informations soient trouvées facilement par les membres et qu’elles prennent tout leur
sens, il faut les catégoriser en amont, de façon pertinente par des mots clés appelés « tags ». C’est ce
qu’on appelle l’étiquetage de l’information. « Des tags ou étiquettes ou mots clefs améliorent la
recherche sémantique, de plus en plus heuristique et donc présentée sous la forme d’un nuage de
mots clés. Ces étiquettes sont des petites expressions de texte qui décrivent un concept, sont
attachées à un concept et utilisées pour chercher dans un contenu et, ce qui est plus important, pour
interconnecter les choses entre elles. »19 Une fiche d’information sur un membre, un article de
presse et toute autre information rangés dans la base de données du Cluster WEST pourront
ressortir de la masse de données grâce à la combinaison des étiquettes qui leur auront été attribuées.
L’idée est de lier ces informations de façon transversales pour qu’elles puissent renvoyer vers
d’autres informations, interconnectées.


19
     Définition WIKIPEDIA http://fr.wikipedia.org/wiki/Web_2.0#.C3.89tiquetage
                                                                                                    p. 22
Ainsi, un membre du réseau qui formule sa demande dans la barre de recherche de l’espace web
WEST Communities®, pourra avoir accès à l’information souhaitée et disposer d’autres informations
gravitant autour de cette thématique : le membre s’intéressant au sujet de « l’eau » par exemple,
pourra trouver les actualités, les contacts, les acteurs du réseau travaillant sur un projet innovant lié
à l’eau, les évènements ou l’agenda dédié à cette thématique… Le membre du réseau pourra
appréhender les résultats de sa requête/question dans sa globalité, mais aussi dans ses spécificités.

L’autre aspect de WEST Communities® est, comment développer le Reflex WEST des membres pour
qu’ils puissent trouver une réponse à leurs problématiques dans le réseau du Cluster WEST :




La dynamique-réseau est favorisée par le moyen du web communautaire. WEST Communities®, est
une des réponses aux problématiques des membres. Ce projet permettra de mieux solliciter les
forces opérationnelles du réseau pour apporter la bonne information au bon moment pour

                                                                                                     p. 23
développer un projet. Cela induit un modèle économique spécifique, basé sur toute une gamme de
services liés au web, à l’échange d’informations et à l’accompagnement personnalisé des membres :

   -   Veille mutualisée et/ou personnalisée
   -   Service de mises en relations
   -   Accompagnement de la mise en relation
   -   Accompagnement en propriété intellectuelle et juridique
   -   Animation de groupes de travail
   -   Support de publicité promotionnelle
   -   Ingénierie de projets
   -   Intermédiation administrative et financière
   -   Ouverture sur l’international

       3.2.2.       Implantation et développement en Chine : la nécessité du web comme point
                d’entrée


Ce qu’il faut bien intégrer dans un « cluster innovation » c’est la contact avec le terrain et le regard
sur les marchés pour repérer les tendances et les nouvelles zones de consommation. Par son réseau,
le Cluster WEST a eu l’opportunité d’intégrer un stagiaire chinois, Kai WANG, pour se consacrer
au développement vers l’Asie. Pourquoi le marché Chinois ? Parce que la Chine n’est pas réduite à
un atelier du monde mais c’est aussi un gigantesque marché de consommation.
Cet été, le Journal La Tribune a publié une série d’interviews de grands opérateurs économiques
implantés en Chine. Quelques titres, extraits de cette série d’articles très intéressante (édito de la
lettre d’information n°230) :
« La donne économique bascule vers l’Orient, singulièrement vers l’Asie ». (Jean Boissonnat).
« Nous vivons un rééquilibrage de long terme vers l’Orient », (Martin Sorel - WPP),
« Dans cinq ans, la Chine sera la première sur le plan scientifique », (Bernard Debré),
« Les gouvernants chinois pilotent leur siècle », (Frédéric Lasserre - Société Générale),
« Le pays est porté par une ambition collective », (Antoine Frérot - Véolia Environnement),
« Le pouvoir tient à l’élévation du niveau de vie des Chinois », (David Boitout, Gide-LoyettNouel),
« Du « made in China » au « created in China », (Patrick Erhinger – DDB Worldwide),
« La Chine est un marché de marques », (Pierre Pringuet – Pernod Ricard),
« Il faut s’attendre à un métissage des systèmes juridiques » (Michel Friocourt - Groupe PPR),
« La Chine, un mélange compliqué de menace et d’opportunité », (Philippe Crouzet- Vallourec),
« Face à la Chine, l’Europe doit rester innovante pour être indispensable », (Peter Lörscher –
Siemens).
« La concurrence chinoise ne doit pas nous faire peur », (Henri Proglio – EDF)

                                                                                                    p. 24
Il va donc falloir aller chercher de nouveaux moteurs de croissance, et parmi ceux-ci, il y a la
problématique de l’agriculture dans sa nouvelle approche avec les ressources de la planète, et
celle, en aval, de tout le processus à inventer pour « nourrir l’humanité ». C’est le parti pris affiché
dès la création du Cluster WEST en 2004. Depuis les membres du réseau ont mis au point de
nouvelles bonnes pratiques, de nouveaux processus ou techniques qu’il s’agit de développer en
France, mais aussi à l’international, notamment en Chine.


La mission a été de pénétrer le marché chinois pour donner de la visibilité au Made In WEST®…
mais par quels moyens ? L’une des premières étapes a été de réaliser un Benchmark pour connaître
le fonctionnement web chinois, très différent du modèle web anglo-saxon. Nous étions persuadés
que c’était le meilleur point de départ :
Le moteur de recherche chinois le plus utilisé est Baidu. (C’est le google chinois)

                                                              20


Comment être référencé sur ce moteur de recherche ? Les critères de référencement sur ce moteur
de recherche sont complètement différents de nos critères occidentaux : pour faire référencer son
Site Internet en Chine, il faut qu’il soit traduit en Chinois. Il faut faire une demande à Baidu pour
intégrer son site dans le référencement. Ce moteur de recherche est pour les chinois le plus pertinent
pour trouver des informations dans leur langue. La première action du Cluster WEST aura été de
trouver le « Youtube » équivalent en Chine : Youku, une plateforme vidéo chinoise.



Via notre stagiaire chinois, nous avons « posté » une vidéo de présentation du cluster WEST, sous-
titrée en mandarin. Voici le lien : http://v.youku.com/v_show/id_XMTg1Njc4MTEy.html
Lorsque nous lançons la requête « Cluster WEST » dans Baidu, celui nous référence grâce à la
vidéo. Il fallait aller encore plus loin pour rendre visible notre démarche. Nous avons créé un site
chinois du Cluster WEST, directement depuis la Chine grâce à notre réseau de contacts chinois.


                                                        http://cluster-west-china.com/

Cette recherche de visibilité ne peut se faire sans partenaire chinois, puisqu’il est nécessaire de
disposer de certaines autorisations. Cette stratégie de visibilité en Chine a été bâtie en 4 mois entre
mai 2010 et août 2010 ce qui a permis en parallèle de monter une mission promotionnelle et
exploratoire en Chine dans les mêmes délais et sur fonds propres du cluster. Elle s’est déroulée dans
la Province du Shaanxi du 26 août au 5 septembre 2010. Grâce à Kai WANG, et divers contacts

20
     site le plus visité par les chinois en mars 2010
                                                                                                    p. 25
chinois du réseau, nous avons pu monter cette opération très opérationnelle dans cette province,
dans la « zone de démonstration des industries agricoles de haute technologie ». Cette zone est «
considérée comme le berceau de l’agriculture en Chine et est mondialement connue comme la ville
d’Agri-science en Chine ». Plusieurs rendez-vous ont eu lieu avec les autorités locales, des
entreprises, des centres de recherche et de formation universitaires. Le site chinois, mis en ligne
juste avant le départ de la délégation a permis avec l’aide de Kai, de présenter la démarche, son
originalité, les nouvelles bonnes pratiques en matière de Bien Manger Durable® , Made in WEST®
by West Communities® . Une nouvelle mission basée sur des partenariats devrait voir le jour avant la
fin de l’année 2010. A noter que la Région Pays de la Loire et la Chambre Régionale de Commerce
et d’Industrie ont été sollicitées pour la mission exploratoire, mais n’ont rendu aucune réponse à nos
messages, ce qui nous a encouragés à faire seul, sans assistance et en explorant des chemins
nouveaux. « Il faut oser faire de la stratégie à partir de la France, c'est-à-dire prendre des chemins
autres que ceux empruntés depuis très longtemps… »21

     3.3. Les actions concourant à améliorer la compétitivité des acteurs dans un cluster

        3.3.1.       Visibilité de la démarche du cluster pour une attractivité individuelle et collective
                 accrue

La force du cluster réside dans la manière dont les membres peuvent s’approprier le réseau. Cela
passe par une meilleure lisibilité de la démarche et une valorisation des marques collectives qui
témoignent de l’appartenance au réseau et à al démarche.
Aujourd’hui, un membre du Cluster WEST peut apposer sur ses documents et son site web les
marques du réseau mais aujourd’hui très peu d’acteurs le font, toujours par manque de connaissance
de leur réseau et des possibilités offertes en terme de visibilité internationale.


Le sens : Bien Manger Durable®  c’est la vision partagée et la finalité des projets collectifs
(qualité, durabilité des ressources, respect des acteurs sollicités pour la production…)
La méthode et la démarche : Made in WEST®  c’est la marque de la démarche et du savoir-faire du
réseau (convivialité, démarche collaborative, idée du Grand Ouest, projet innovant…)
Les acteurs concernés et sollicités : WEST Communities®  c’est la marque et le nom du projet
visant à dynamiser le réseau communautaire. Un cluster dynamise des communautés d’intérêts dans
une grande communauté d’acteurs économiques.
L’articulation des trois marques donne l’expression suivante : le Cluster WEST construit un
Bien Manger Durable® , Made in WEST® by WEST Communities® .

21
  Extrait de l’interview vidéo de Christian HARBULOT, La France doit se doter d’un conseil stratégique et
économique Daylimotion-Agoravox, 22 juillet 2010-09-25
http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/christian-harbulot-la-france-doit-27757
                                                                                                            p. 26
3.3.2.   Les démarches de coopétition

Un cluster réunit des entreprises qui sont parfois concurrentes sur un secteur d’activité, mais qui sur
un projet décident de monter une alliance stratégique pour mutualiser leur moyen et s’ouvrir un
marché. Cette forme d’alliance est nommée « coopétition », c'est-à-dire la contraction des mots
coopération et compétition. Ce genre de pratique est courante et nécessaire pour explorer de
nouveaux terrains d’innovation. Dans le cas du Cluster WEST, le projet REGAT réuni des groupes
industriels de l’agroalimentaire qui oeuvrent ensemble pour créer un projet collaboratif de
management de qualité et de traçabilité des produits agroalimentaires. Elle nécessite un bon cadre et
un climat de confiance, car l’intérêt individuel n’est jamais oublié et il faut parfois de la ténacité
pour œuvrer en groupe. La coopétition permet d’éloigner d’autres concurrents qui préfèrent faire
seuls et aussi d’améliorer le secteur d’activité. « Cette approche organisationnelle nous fait passer
d’une culture de l’excellence à une culture de l’harmonie. L’harmonie correspond à un univers de
coopétition, où l’individu se situe avec les autres et qui repose sur des valeurs du « mieux » :
intuition, équilibre, consensus, coopération, relation »22


        3.3.3.   L’Interclustering


Comme son nom l’indique, l’interclustering a pour objet de développer des échanges « entre
clusters », quelques soient leurs domaines d’activité, et de répondre à des problématiques
communes aux réseaux dans leur quotidien. Dans le cas du Cluster WEST, des échanges de bonnes
pratiques ont lieu lors de rencontres avec des clusters et grappes d’entreprises :
             Les ARTiculteurs : Conception et diffusion d'actions culturelles mutualisées et
             innovantes créant du lien social et du développement économique valorisant les hommes
             et le patrimoine d'un territoire.

                  A l’Ouest Des Dents : grappe d’entreprises réunissant des prothésistes dentaires de
                  l'Ouest.

                 BreizPack : grappe d’entreprise fédérant des industriels de l'emballage et du
                 conditionnement en Bretagne


             Optimômes : entreprise spécialisée dans l’ingénierie sociale, conçoit et développe des
             produits de services en direction de l’enfance et de la famille.



22
  Guy Massé, François Thibaut, Intelligence Economique : un guide pour une économie de l’intelligence, 2000 – p.60 -
360 p.
                                                                                                               p. 27
Ces réseaux ont notamment fait ressortir le besoin de développer une démarche de veille
stratégique. J’ai réalisé une sensibilisation à la veille et à l’Intelligence Economique (de premier
niveau), lors d’une journée thématique organisée par ces réseaux.
Ce programme d’échanges et de mutualisation est rendu possible par une démarche européenne de
développement de la façade atlantique nommée AT Cluster. « ATClusters is a European Territorial
Cooperation Project funded under the Atlantic Area Operational Programme (2008-1/10 - Priority
1 Objective 3) to explore real possibilities of transnational cooperation among clusters in the
Atlantic Area (existing or under creation ones), and in connecting them together in order to
facilitate their development »23. A noter que dans ce cadre, les actions d’interculstering des
différents clusters cités ci-dessus sont soutenues financièrement par Bretagne Innovation.

Dans le même esprit, d’autres initiatives sont prises pour développer l’interclustering, comme celle
d’Europa Inter Cluster et qui porte l’idée la compétitivité réside dans les alliances stratégiques et la
coopération : « Europa InterCluster is the European agency for cluster cooperation, is a bottom-up
initiative originating from a few cluster organisations. The observation was made that in order to
face global competition, which is likely to be particularly harsh, especially from emerging
countries, it is essential for European clusters to come together, to forge strategic alliances so as to
be stronger, as shown by Airbus.»24 Dans ce cadre, un livre Blanc25 sur l’interclustering a été publié
en juillet 2010. Il concerne l’émergence de clusters européens de classe mondiale (World Class
Cluster). Initié par des clusters européens et écrit par des managers de clusters, ce Livre Blanc
formule une liste de propositions afin de donner à l’Europe les moyens d’affronter la concurrence
mondiale et de gagner une nouvelle place sur la scène internationale. L’interclustering se révèle
évident pour entretenir une dynamique de réseau au niveau international. Ce Livre Blanc a
notamment été nourri par des experts en clusters et des témoignages de terrain, notamment celui du
cluster WEST, un « cluster de classe mondiale » : « les TPE/PME doivent progresser dans leur
participation à la création de la chaîne de valeur de la coopération, acquérir une véritable culture
de l’échange, faire l’apprentissage d’une pratique collaborative et ne pas craindre de participer à
une véritable culture communautaire. C’est ce que nous avons compris au sein du Cluster WEST,
nous entendons y participer activement et y contribuer solidairement, pour être des acteurs
compétitifs européens dans une économie de la connaissance globalisée. »26




23
   http://www.atcluster.org/
24
   http://www.intercluster.eu
25
   Livre Blanc sur les Clusters Européens de Classe Mondiale (World Class Cluster), Juillet 2010. A télécharger ici
26
   Lettre d’information hebdomadaire “Made In West“ n° 208 du 1er Février 2010
                                                                                                                      p. 28
3.3.4.   Schéma bilan proposé par l’équipe du Cluster WEST : valeurs et finalité d’un cluster :




infographie réalisée par Baptiste Boudaud




                                                                                                    p. 29
Conclusion



La dynamique réseau repose en grande partie sur le management de l’intelligence collective.
L’intelligence collective dans un cluster, c’est la capacité à mobiliser un réseau de contacts dans
l’économie de la connaissance pour développer des projets innovants. Le travail d’Intelligence
Economique pour l’équipe d’animation du cluster et de ses membres est de repérer des personnes
pertinentes qui se trouvent à l’extérieur du réseau et qui n’ont encore aucun lien avec le cluster. Ce
sont des contacts étrangers, des prospects, des concurrents, des fournisseurs qui sont sources
d’informations stratégiques et qui intéresseront demain le cluster. Voilà quels sont les réseaux et
connexions d’un système d’Intelligence Economique. Cette intelligence collective recueille
l’information, la traite, l’analyse après avoir inventé des ignorances de manière à ne pas refaire ce
qui existe déjà. D’où l’intérêt de réaliser un Benchmarck avant d’engager un projet. Le croisement
et l’analyse de ces informations vont permettre de trouver le facteur différenciant qui permettra
l’innovation et donc compétitivité sur un marché. A partir du moment où le cluster recueille des
réponses à des questions inattendues, il peut porter des projets innovants, de type compétitif,
inventer des concepts, saisir des opportunités, et conclure des partenariats originaux. Il peut ainsi se
développer, se diversifier, et entretenir les différences qui assureront sa compétitivité.


Ce système en réseau doit s’appuyer sur le web professionnel communautaire, pour dynamiser les
échanges et augmenter le potentiel de réussite. Si la dynamique des membres du réseau est en
marche, notamment par le « Reflex’WEST » que nous avons évoqué, le cluster pourra se laisser porter
par la « propension » : il s’appuiera sur un potentiel inscrit dans des situations créées (mise en
relation, contacts), qui vont créer des opportunités : « une opportunité, pour une entreprise, est un
domaine d’action dans lequel elle peut espérer jouir d’un avantage concurrentiel [...] Une
opportunité, à l’image d’une fenêtre, ne s’ouvre qu’occasionnellement. Si on laisse passer sa
chance, la fenêtre stratégique se referme et il est alors trop tard pour maintenir ses positions. Saisir
une opportunité doit se faire au bon moment. »27


La stratégie d’Intelligence Economique du cluster doit s’appuyer sur ces moyens web2.0 qui vont
permettre de faire vivre des communautés d’intérêts, à intensités différentes, alimentées par des
questions et des problématiques transversales, mais indispensablement regroupées autour de la
même vision stratégique. C’est l’objet du projet West Communities® décrit dans ce mémoire, qui




27
     Philip Kotler et Bernard Dubois, Marketing-Management, Publi-Union Éditions, 1986
                                                                                                    p. 30
favorise les échanges et la visibilité internationale des forces du réseau, notamment par les trois
marques combinées : Bien Manger Durable® , Made in WEST® by West Communities® .
L’équipe d’animation doit être capable de mesurer les curiosités, les questionnements, les pannes,
les rejets, repérer les savoir-faire et compétences pour intervenir et accompagner judicieusement les
membres. La capacité à gérer les échecs est aussi un élément clé pour permettre la pérennité du
réseau. Ce « système nerveux » du cluster permet d’échanger, de communiquer, d’entretenir une
mémoire… C’est le système qui permet d’identifier l’activité des membres et de suivre l’état
d’avancement des réflexions et des projets. L’équipe d’animation doit mettre les bons tuyaux de
liaisons via un système d’échanges et de réception, au service de l’intelligence collective et doit
également chercher à créer les relations qui n’existent pas. Elle doit surveiller les relations pour les
protéger et les entretenir. Le cluster n’a ainsi plus de frontières : il agit transversalement sur tous les
terrains. Il surveille l’environnement sur les médias et les réseaux sociaux pour voir quels signaux
faibles apparaissent, quelles opinions sont exprimées, quelles sont les réflexions, les leviers
moteurs, les tendances des marchés, les besoins des consommateurs...


L’équipe d’animation du cluster est là pour mettre du lien entre les membres, de la confiance, car ce
système en réseau permet de renouer avec la convivialité et certaines valeurs humaines (parfois
perdues ou devenues trop rares). Il faut là de l’imagination, de la créativité, de l’anticonformisme
parfois, pour développer ce type de rapports sociaux. L’équipe devient une sorte de metteur en
scène, avec de la perspicacité, car elle capte des intelligences ignorées, du potentiel, des problèmes,
elle identifie des savoir-faire et compétences et les met lien. L’équipe d’animation du cluster est un
formidable « outil humain » car elle permet de créer des connexions à l’intérieur comme à
l’extérieur du réseau, qui comme un individu n’utilise qu’une partie de son cerveau. La dynamique
réseau du cluster permet de passer au-delà et de mobiliser de la capacité. L’équipe d’animation va
permettre de mobiliser les bons acteurs au bon endroit au bon moment... Malgré tout, la dynamique-
réseau d’un cluster est souvent sur « courant alternatif » car elle repose en partie sur le degré
d’implication du membre.


Le modèle induit de ces nouvelles pratiques est un modèle économique permettant au cluster de
survivre et d’être rentable, à terme, sans abuser des deniers de l’Etat. Cela implique la vente de
services aux membres du réseau          et de la mise à disposition de compétences, légitimement
facturées. Le modèle de cluster pose également un problème sociétal : la France est-elle prête à
proposer, favoriser et développer ce modèle économique, aboutissant à des services
d’accompagnement et d’ingénierie ? Les pôles de compétitivité seront-ils assez souples et réceptifs
pour travailler en collaboration avec les grappes d’entreprises et de ce fait créer un véritable
écosystème de la croissance ouvert aux marchés internationaux ?                   L’État est-il capable
                                                                                                       p. 31
d’accompagner ce genre de démarches, sans imposer sa volonté (top down) au risque d’entrer en
collision avec les choix stratégiques des acteurs de clusters ?
Pendant mon stage j’ai observé des freins socio-culturels qui contribuent à créer une inertie, un
décalage grandissant entre l’économie de notre pays et celle du monde : rivalités de petits
« marquis » et d’hommes politiques régionaux, communautarisme économique, absence de vision
stratégique nationale, etc. Le plus effrayant sans doute, aura été de constater qu’il n’y aucun
système valable en France qui permette d’acquérir du renseignement stratégique pour le
développement économique de la France à l’étranger, notamment dans un des secteurs les plus
stratégiques : l’agroalimentaire28. Dans ce domaine l’enjeu est de taille pour permettre le
développement de projets innovants et d’intérêt collectif, puisqu’il faudra nourrir demain 9
milliards d’individus sur la planète…




28
  Carence d’informations chez Ubifrance concernant certains marchés internationaux (Etablissement public pour le
développement international des entreprises)
                                                                                                                   p. 32
Bibliographie


                                           Ouvrages :

D'ORNANO Pierre et BACHELOT Denis, Survivre à la crise : le groupement d’entreprises une
solution pour les PME, Bourin Editeur Juin 2009 - 326 p.

JULLIEN François, Traité de l’efficacité, Editions Grasset & Fasquelle, 1996, 240 p.

KOTLER Philip et DUBOIS Bernard, Marketing-Management, Publi-Union Éditions, 1986, 790 p.

MASSE Guy et THIBAUD François, Intelligence Economique : un guide pour une économie de
l’intelligence, 2000, 360 p.

SUN TZU, L’art de la guerre, Flammarion, 226 p.


                                            Articles :

BABONNEAU Marine, Souplesse : comparatif de la SAS avec la SARL et la SA,
www.lentreprise.com

BOUDAUD Baptiste, Des grappes d’entreprises pour la France, mai 2010, Blog Harfang-IE
http://harfang-ie.over-blog.com/article-de-49867768.html

CAVAZZA Fréderic, Web2.0 : la révolution par les usages , JDN Solutions, 19/12/2005

GENIAUX Isabelle et Sylvie MIRA-BONNARDEL, Le réseau                        d’entreprises : forme
d’organisation aboutie, Revue française de gestion 2003/2 (no 143) 180 p.

PORTER, E. Michael, Clusters and the New Economics of Competition, in Harvard Business
Review, November – December 1998


                                           Rapports :

BLANC Christian et autres contributeurs, Pour un écosystème de la croissance, rapport au 1er
Ministre, mai 2004, 81 p.
http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/044000181/0000.pdf

BOUDAUD Baptiste, Comment les acteurs du réseau Cluster WEST peuvent-t-ils s'approprier la
démarche Made in WEST® et le sentiment d'appartenance à une communauté proactive ?,
Mémoire ICOMTEC, Septembre 2009, 95p.
http://www.cluster-west.fr/memoire-baptiste-boudaud/index.php

CLUSTER WEST, Réponse à l’appel à Projets : « soutien à la dynamique des grappes
d’entreprises » 10 septembre 2009, 93p.
http://www.cluster-west.fr/reponse-aap-grappe-/reponse-aap-grappe.html

DURANCE Philippe, MOUSLI Marc et GODET Michel, Créativité et innovation dans les
territoires, Conseil d’Analyse Economique, DATAR et Académie des Technologies – 17 Mai 2010,
92 p. http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/CAE091_creativite_territoires.pdf

                                                                                             p. 33
EUROPA INTERCLUSTER, Livre Blanc : L’émergence des clusters européens de classe
mondiale, juillet 2010
http://www.intercluster.eu/images/stories/white_paper/livre_blanc_lmergence_des_clusters_europe
ns_de_classe_mondiale.pdf


                                    Revues et lettres spécialisées :

CLUSTER WEST, Lettres d’information Made In WEST n°17, n°208, n°227, n°226 et n°230

ASSOCIATION DES REGIONS DE FRANCE, Le nouveau paysage des Pôles et Clusters en
France suite aux décisions du CIADT de mai 2010, La lettre de l’Obersvatoire des pôles de
compétitivité, n°14 juin 2010 11 p.
http://observatoirepc.org/fileadmin/user_upload/Lettres/Lettre_OPC_n_14_juin2010.pdf

                                    Autres bases documentaires :

ANNEXE 3 : Extrait du discours de Michel Mercier, Ministre du l’espace rural et de
l’aménagement du territoire - 29 septembre 2009 - Lors de l’Université des pôles et des clusters

ANNEXE 4 : Extrait du discours de Michel Mercier, Ministre du l’espace rural et de
l’aménagement du territoire - 4 mai 2010 – Lors de la réception en l’honneur des lauréats des
grappes d’entreprises

                                            Webographie :

BARBIERIE Patrick, Regard sur les Pôles, http://polescompet.canalblog.com

BOUDAUD Baptiste, Harfang-IE, Blog sur l’intelligence économique
http://harfang-ie.over-blog.com/

DELAUNE Jean-Yves, Procréacteurs, le blog des clustériens http://procreacteurs.over-blog.com/

DE MAZENOD Xavier, Société Adverbe, Entreprise 2.0 http://www.adverbe.com

PROGRAMME AT CLUSTER : http://www.atcluster.org/

EUROPA INTERCLUSTER : http://www.intercluster.eu

Site de la Direction interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale.
http://www.datar.gouv.fr

                                                 Vidéo

HARBULOT Christian, La France doit se doter d’un conseil stratégique et économique, Interview
Vidéo Daylimotion-Agoravox, 22 juillet 2010-09-25
http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/christian-harbulot-la-france-doit-27757




                                                                                                       p. 34
Cas d’entreprise Annexe 1 : Le Pôle WEST




             INSTITUT DE LA COMMUNICATION ET DES TECHNOLOGIES NUMERIQUES

                           Université de Poitiers – Technopole du Futuroscope

                                        http://icomtec.univ-poitiers.fr

                                          Le cas du « Pôle WEST »

                                      Cas d’intelligence économique

                                            Baptiste BOUDAUD

                  2010 Master 2 Intelligence Economique et Communication Stratégique



                                      Validation du cas : Isabelle Hare

                                         Enseignante à l’ICOMTEC



        Le présent cas a été construit par un étudiant de l’ICOMTEC et vise à concentrer l’attention
sur l’analyse d’une situation type et d’en faire un outil pédagogique exploitable dans le cadre d’une
                                               formation.



           Ce cas est librement offert pour une exploitation pédagogique par des enseignants.

 Il ne saurait faire l’objet d’un autre usage, quel qu’il soit (publication avec ou sans reformulation
partielle ou totale, exploitation commerciale) sans l’accord explicite de l’ICOMTEC et de l’auteur du
  cas. Le non-respect de cette condition d’utilisation exposerait le contrevenant à des poursuites
                                               juridiques.




                                                                                                  p. 35
Contexte :

En mai 2004, Christian Blanc, député des Yvelines, a remis au Premier Ministre de l’époque un
rapport nommé « Pour un écosystème de la croissance », fondé sur de multiples exemples concrets.


Il présente des préconisations sous forme d’un plan stratégique visant à créer un véritable
« écosystème de la croissance. », favorable à la compétitivité des entreprises.


Cette ambition française implique inévitablement des grandes réformes et un changement profond
des méthodes de travail et des relations entre des entreprises, des universités et des centres de
recherche. L’objectif est de créer un système en réseau, efficace avec un « tissu d’interactions »
pour que ces organisations soient plus performantes, plus impliquées dans les démarches
innovantes et le développement économique.


Suite à ce rapport,     le gouvernement initie une nouvelle politique industrielle fondée sur le
dynamisme des territoires. L’appel à projets des « Pôles de compétitivité » est lancé.

Définition extraite de l’Appel à projets.


Un pôle de compétitivité se définit comme la combinaison, sur un espace géographique donné,
d’entreprises, de centres de formation et d’unités de recherche, engagés dans une démarche
partenariale destinée à dégager des synergies autour de projets communs à caractère innovant. Ce
partenariat s’organisera autour d’un marché et d’un domaine technologique et scientifique qui lui
est attaché et devra recherche la masse critique pour atteindre une compétitivité, mais aussi une
visibilité internationale.




Partenariats, projets collaboratifs concrets et visibilité internationale constituent donc 3 aspects et
critères d’éligibilité pour être labellisés pôle de compétitivité. L’appel à projets insiste sur trois
pilers : entreprises, formation et recherche/innovation.


Les pôles labellisés bénéficieront d’argent public et de divers appuis financiers.


Enchaînements des étapes :

                                                                                                   p. 36
 Mai 2004 : une soixantaine d’acteurs de la chaîne agroalimentaire du Grand Ouest de la
       France (Basse-Normandie, Bretagne, Pays de la Loire et Poitou-Charentes) se réunissent et
       vont participer à l’élaboration d’un dossier de candidature à l’appel à projets du
       gouvernement pour être labellisé Pôle de compétitivité. Ce groupement est constitué à
       l’origine de PME spécialisées dans l’industrie agroalimentaire, Laboratoires, acteurs liés à
       l’agriculture, Centres de Recherche, Centres de formation et de Groupes (grands industriels
       de l’agroalimentaire) des 4 régions administratives citées précédemment. Ce groupement est
       nommé Pôle WEST.


L’objectif est de positionner le Grand Ouest comme un territoire référent et légitime « bien
manger » en Europe.

    14 septembre 2004 Lancement officiel par le Comité interministériel d’aménagement et de
       développement du territoire (CIADT) de l’appel à projets en vue de la constitution de pôles
       de compétitivité à rayonnement international
    Le 28 février 2005, dépôt du dossier de candidature du Pôle WEST, contenant 19 projets
       coopératifs concrets, associant les universitaires et les scientifiques sur 8 thématiques.
    Le 28 juin 2005, réunion des acteurs du "Pôle" WEST par atelier aboutissant à un
       regroupement des projets coopératifs innovants directement liés aux besoins du marché.


105 dossiers candidats au label « pôles de compétitivité » ont fait l'objet d'une étude et d’une triple
évaluation. Les préfets de région, un groupe technique interministériel puis un groupe de
personnalités qualifiées, mis en place le 16 mai 2005 par le Premier ministre, ont pris le soin
d'examiner chaque dossier.




                                                                                                    p. 37
 Le 12 juillet 2005, les pouvoirs publics français labellisent 67 projets.


Parmi les thématiques liées à l’agroalimentaire et l’agriculture, un Pôle « X » est labellisé sur la
Bretagne et un pôle « Y » en Pays de la Loire.

Le pôle WEST, n’est pas retenu dans la liste des pôles labellisés. L’un des arguments avancés par le
CIADT est que le Pôle WEST est «Trop transversal, trop accroché aux entreprises et trop grande
interrégionalité », car positionné sur 4 régions.

Elément d’information annexe :


Au lendemain de l’annonce de la liste des pôles de compétitivité labellisés, certains acteurs
politiques (sénateurs, députés…) ont critiqué le "saupoudrage" des aides publiques attribuées à ces
pôles labellisés. La question lancinante qui revient dans l’actualité : toutes les régions peuvent-elles
avoir un pôle de compétitivité ? D’après le rapport « Pour un écosystème de la croissance », seules
trois ou quatre en ont la possibilité à l’image du modèle de la Silicon Valley. Mais quasiment toutes
les régions de métropole ont un secteur d’excellence scientifique et technologique, explique encore
le rapport. Aussi, les régions ont intérêt à concentrer et rassembler leurs forces sur un petit nombre
de secteurs d’excellence, distincts de ceux des autres régions pour constituer une chaîne de valeurs,
transversales, permettant l’innovation.


Réaction écrite du Pôle WEST :


    Extrait de l’édito de la lettre d’information n°17 du Pôle WEST, publiée à ses membres le
       jour suivant la décision d’Etat:
« Nous n’avons pas triché avec nous-mêmes, car nous avons voulu ensemble rester libres de
conduire notre projet, dont nous avons l’intelligence de sa nécessité devant les enjeux que sont ceux
de l’agriculture et de l’économie alimentaire. Notre projet est transversal et non celui du
développement d’une thématique verticale. Notre projet s’appuie sur une force économique et non
sur un territoire administratif. Notre projet est porté par des acteurs du monde économique,
universitaire et scientifique et non par des institutionnels. Autant de critères qui ont prévalu dans le
choix exprimé par le CIADT et qui ne sont pas ceux du Pôle WEST. A savoir : verticalité,
territorialité et soutien des institutionnels, notamment des Régions.

                                                                                                    p. 38
Sur les deux autres critères, nous pouvons regretter deux choses :


       -   ne pas avoir fait assez de pédagogie sur l’intérêt de la transversalité du dossier, car
           chaque fois que nous l’avons expliqué, nous avons emporté l’adhésion de nos
           interlocuteurs. Malheureusement, nous n’avons pas toujours pu le faire, notamment vers
           les personnalités qualifiées, qui ont appliqué à la lettre le principe républicain de
           concours


       -   ne pas avoir mis en valeur suffisamment le dossier présenté par le CRITT
           agroalimentaire du Poitou-Charentes, qui avait autant de qualités que le dossier
           présenté par la Bretagne. Aussi a-t-il été sûrement confondu avec le dossier WEST. Ou
           peut-être a-t-il manqué de soutien politique, pour être défendu en tant que tel ? Ce qui
           serait regrettable. »



Néanmoins, lors de l’annonce des résultats, dans son discours, le premier ministre a évoqué la
pertinence d’un projet du Grand Ouest, qui reste à définir... M. Edgard Pisani, ancien ministre de
l’Agriculture trouve la démarche du Pôle WEST pertinente par sa transversalité, par les acteurs
concernés sur l’ensemble du Grand Ouest et par les sujets abordés pour conquérir le consommateur
et être une référence du « bien manger » en Europe. Il a décidé de soutenir la démarche.


       Questions proposées à l’issu de ce cas :


   -   Imaginez les actions envisageables du Pôle WEST pour rebondir suite à cette décision
       d’Etat.
   -   A parti des éléments fournis dans le texte, identifiez et positionnez les acteurs stratégiques
       (hommes, organisations, institutions) dans une cartographie, en les reliant entre eux par des
       liens d’influences que vous nommerez. (Cf. Méthode Crozier)
   -   Quel regard portez-vous sur le système de mise en œuvre de la compétitivité française par
       l’Etat ?




                                                                                                 p. 39
Mémoire baptiste boudaud 28 09-2010 (1)
Mémoire baptiste boudaud 28 09-2010 (1)
Mémoire baptiste boudaud 28 09-2010 (1)
Mémoire baptiste boudaud 28 09-2010 (1)
Mémoire baptiste boudaud 28 09-2010 (1)
Mémoire baptiste boudaud 28 09-2010 (1)

Contenu connexe

Tendances

Boubaddara Youssef: Animer un groupe
Boubaddara Youssef: Animer un groupeBoubaddara Youssef: Animer un groupe
Boubaddara Youssef: Animer un groupe
Youssef Boubaddara
 
Quelle place pour le Storytelling dans les stratégies de communication des en...
Quelle place pour le Storytelling dans les stratégies de communication des en...Quelle place pour le Storytelling dans les stratégies de communication des en...
Quelle place pour le Storytelling dans les stratégies de communication des en...
Jean-Christophe Prat
 
Meilleures pratiques-de-management
Meilleures pratiques-de-managementMeilleures pratiques-de-management
Meilleures pratiques-de-management
Fethi Ferhane
 
Design Thinking, Agile, Lean... Bousculer la gestion de projets en milieux pe...
Design Thinking, Agile, Lean... Bousculer la gestion de projets en milieux pe...Design Thinking, Agile, Lean... Bousculer la gestion de projets en milieux pe...
Design Thinking, Agile, Lean... Bousculer la gestion de projets en milieux pe...
Lucas BILLET
 
Mobilite Professionnelle Externe Et Developpement Des Competences Ezzeddine...
Mobilite Professionnelle Externe Et Developpement Des Competences   Ezzeddine...Mobilite Professionnelle Externe Et Developpement Des Competences   Ezzeddine...
Mobilite Professionnelle Externe Et Developpement Des Competences Ezzeddine...
mb1955
 
Cournoyer, Desrosiers, Morasse et Legault (2013). Schémas et counseling de ca...
Cournoyer, Desrosiers, Morasse et Legault (2013). Schémas et counseling de ca...Cournoyer, Desrosiers, Morasse et Legault (2013). Schémas et counseling de ca...
Cournoyer, Desrosiers, Morasse et Legault (2013). Schémas et counseling de ca...
Louis Cournoyer
 
Effets des normes réglementaires AIFM et UCITS V sur le risque systémique p...
Effets des normes réglementaires AIFM et UCITS V sur le risque systémique   p...Effets des normes réglementaires AIFM et UCITS V sur le risque systémique   p...
Effets des normes réglementaires AIFM et UCITS V sur le risque systémique p...
Alban Jarry (Bibliothèque de Documents)
 
Table des matières - Mémoire Yann ALLEGRE
Table des matières - Mémoire Yann ALLEGRETable des matières - Mémoire Yann ALLEGRE
Table des matières - Mémoire Yann ALLEGRE
Yann ALLEGRE
 
Rapport de Responsabilité Sociétale 2012 du groupe Up
Rapport de Responsabilité Sociétale 2012 du groupe Up Rapport de Responsabilité Sociétale 2012 du groupe Up
Rapport de Responsabilité Sociétale 2012 du groupe Up
Up Group
 
Rapport Terrasse, 2016
Rapport Terrasse, 2016Rapport Terrasse, 2016
Rapport Terrasse, 2016
Société Tripalio
 
Marcille Nicolas Cazamea Raphael
Marcille Nicolas Cazamea RaphaelMarcille Nicolas Cazamea Raphael
Marcille Nicolas Cazamea Raphael
MBA ESG
 
Rapport Terrasse sur l'économie collaborative - Février 2016
Rapport Terrasse sur l'économie collaborative - Février 2016Rapport Terrasse sur l'économie collaborative - Février 2016
Rapport Terrasse sur l'économie collaborative - Février 2016
yann le gigan
 
Rapport du-sénat-les-cooperatives-en-france-
Rapport du-sénat-les-cooperatives-en-france-Rapport du-sénat-les-cooperatives-en-france-
Rapport du-sénat-les-cooperatives-en-france-
MARTIN SYLVAIN
 
MéMoire Casino Poker Mars 2008 Dupuis
MéMoire Casino Poker Mars 2008 DupuisMéMoire Casino Poker Mars 2008 Dupuis
MéMoire Casino Poker Mars 2008 Dupuis
gdupuis
 
Il était une fois l'entreprise: le storytelling, un enjeu stratégique de la c...
Il était une fois l'entreprise: le storytelling, un enjeu stratégique de la c...Il était une fois l'entreprise: le storytelling, un enjeu stratégique de la c...
Il était une fois l'entreprise: le storytelling, un enjeu stratégique de la c...
FloreBretonniere
 
Memoire denis gerard
Memoire denis gerardMemoire denis gerard
Memoire denis gerard
denigerar
 
Camille MERTZ & Aurore DUPONT d’APREMONT -
Camille MERTZ & Aurore DUPONT d’APREMONT - Camille MERTZ & Aurore DUPONT d’APREMONT -
Camille MERTZ & Aurore DUPONT d’APREMONT -
MBA ESG
 
OH Lionel KANJO Wael NGACHILI Maëlle TIBOURKI Soukaina
OH Lionel KANJO Wael NGACHILI Maëlle TIBOURKI SoukainaOH Lionel KANJO Wael NGACHILI Maëlle TIBOURKI Soukaina
OH Lionel KANJO Wael NGACHILI Maëlle TIBOURKI Soukaina
MBA ESG
 
Rapport de Stage Licence 3
Rapport de Stage Licence 3Rapport de Stage Licence 3
Rapport de Stage Licence 3
Dylan Manceau
 

Tendances (20)

Impression 1
Impression 1Impression 1
Impression 1
 
Boubaddara Youssef: Animer un groupe
Boubaddara Youssef: Animer un groupeBoubaddara Youssef: Animer un groupe
Boubaddara Youssef: Animer un groupe
 
Quelle place pour le Storytelling dans les stratégies de communication des en...
Quelle place pour le Storytelling dans les stratégies de communication des en...Quelle place pour le Storytelling dans les stratégies de communication des en...
Quelle place pour le Storytelling dans les stratégies de communication des en...
 
Meilleures pratiques-de-management
Meilleures pratiques-de-managementMeilleures pratiques-de-management
Meilleures pratiques-de-management
 
Design Thinking, Agile, Lean... Bousculer la gestion de projets en milieux pe...
Design Thinking, Agile, Lean... Bousculer la gestion de projets en milieux pe...Design Thinking, Agile, Lean... Bousculer la gestion de projets en milieux pe...
Design Thinking, Agile, Lean... Bousculer la gestion de projets en milieux pe...
 
Mobilite Professionnelle Externe Et Developpement Des Competences Ezzeddine...
Mobilite Professionnelle Externe Et Developpement Des Competences   Ezzeddine...Mobilite Professionnelle Externe Et Developpement Des Competences   Ezzeddine...
Mobilite Professionnelle Externe Et Developpement Des Competences Ezzeddine...
 
Cournoyer, Desrosiers, Morasse et Legault (2013). Schémas et counseling de ca...
Cournoyer, Desrosiers, Morasse et Legault (2013). Schémas et counseling de ca...Cournoyer, Desrosiers, Morasse et Legault (2013). Schémas et counseling de ca...
Cournoyer, Desrosiers, Morasse et Legault (2013). Schémas et counseling de ca...
 
Effets des normes réglementaires AIFM et UCITS V sur le risque systémique p...
Effets des normes réglementaires AIFM et UCITS V sur le risque systémique   p...Effets des normes réglementaires AIFM et UCITS V sur le risque systémique   p...
Effets des normes réglementaires AIFM et UCITS V sur le risque systémique p...
 
Table des matières - Mémoire Yann ALLEGRE
Table des matières - Mémoire Yann ALLEGRETable des matières - Mémoire Yann ALLEGRE
Table des matières - Mémoire Yann ALLEGRE
 
Rapport de Responsabilité Sociétale 2012 du groupe Up
Rapport de Responsabilité Sociétale 2012 du groupe Up Rapport de Responsabilité Sociétale 2012 du groupe Up
Rapport de Responsabilité Sociétale 2012 du groupe Up
 
Rapport Terrasse, 2016
Rapport Terrasse, 2016Rapport Terrasse, 2016
Rapport Terrasse, 2016
 
Marcille Nicolas Cazamea Raphael
Marcille Nicolas Cazamea RaphaelMarcille Nicolas Cazamea Raphael
Marcille Nicolas Cazamea Raphael
 
Rapport Terrasse sur l'économie collaborative - Février 2016
Rapport Terrasse sur l'économie collaborative - Février 2016Rapport Terrasse sur l'économie collaborative - Février 2016
Rapport Terrasse sur l'économie collaborative - Février 2016
 
Rapport du-sénat-les-cooperatives-en-france-
Rapport du-sénat-les-cooperatives-en-france-Rapport du-sénat-les-cooperatives-en-france-
Rapport du-sénat-les-cooperatives-en-france-
 
MéMoire Casino Poker Mars 2008 Dupuis
MéMoire Casino Poker Mars 2008 DupuisMéMoire Casino Poker Mars 2008 Dupuis
MéMoire Casino Poker Mars 2008 Dupuis
 
Il était une fois l'entreprise: le storytelling, un enjeu stratégique de la c...
Il était une fois l'entreprise: le storytelling, un enjeu stratégique de la c...Il était une fois l'entreprise: le storytelling, un enjeu stratégique de la c...
Il était une fois l'entreprise: le storytelling, un enjeu stratégique de la c...
 
Memoire denis gerard
Memoire denis gerardMemoire denis gerard
Memoire denis gerard
 
Camille MERTZ & Aurore DUPONT d’APREMONT -
Camille MERTZ & Aurore DUPONT d’APREMONT - Camille MERTZ & Aurore DUPONT d’APREMONT -
Camille MERTZ & Aurore DUPONT d’APREMONT -
 
OH Lionel KANJO Wael NGACHILI Maëlle TIBOURKI Soukaina
OH Lionel KANJO Wael NGACHILI Maëlle TIBOURKI SoukainaOH Lionel KANJO Wael NGACHILI Maëlle TIBOURKI Soukaina
OH Lionel KANJO Wael NGACHILI Maëlle TIBOURKI Soukaina
 
Rapport de Stage Licence 3
Rapport de Stage Licence 3Rapport de Stage Licence 3
Rapport de Stage Licence 3
 

En vedette

Accélérer la transformation via une approche outils intégrée (ERP de l’IT)
Accélérer la transformation via une approche outils intégrée (ERP de l’IT)Accélérer la transformation via une approche outils intégrée (ERP de l’IT)
Accélérer la transformation via une approche outils intégrée (ERP de l’IT)
itSMF France
 
Tema iii (cont1)
Tema iii (cont1)Tema iii (cont1)
Tema iii (cont1)
Luz García
 
Calvotes 10
Calvotes 10Calvotes 10
Calvotes 10
pilardr8
 
2814
28142814
2814
Liliana79
 
Planificacion grupo e marcela peñaherrera
Planificacion grupo e marcela peñaherreraPlanificacion grupo e marcela peñaherrera
Planificacion grupo e marcela peñaherrera
Marcealex
 
Fr. 1 prepostions of place
Fr. 1 prepostions of placeFr. 1 prepostions of place
Fr. 1 prepostions of place
Arnaud Garcia
 
Présentation un monde de marques
Présentation   un monde de marquesPrésentation   un monde de marques
Présentation un monde de marques
Antoine Vieillard
 
La mobilité change la donne en Chine
La mobilité change la donne en ChineLa mobilité change la donne en Chine
La mobilité change la donne en Chine
Novembre communication
 
Phare formation medias sociaux
Phare formation medias sociauxPhare formation medias sociaux
Phare formation medias sociaux
Le Phare Enfants et Familles
 
2 n sim hunting + mobility extension + did&dod
2 n   sim hunting + mobility extension + did&dod2 n   sim hunting + mobility extension + did&dod
2 n sim hunting + mobility extension + did&dod
Jihed Salhi
 
Rev industrial 1º
Rev industrial 1ºRev industrial 1º
Rev industrial 1º
Luz García
 
Materiales1c
Materiales1cMateriales1c
Materiales1c
EN EL FARADAY!!!!
 
Les amoureux de_la_photo
Les amoureux de_la_photoLes amoureux de_la_photo
Les amoureux de_la_photo
Kévin Mencé
 
Leccion 12 iv_2010
Leccion 12 iv_2010Leccion 12 iv_2010
Leccion 12 iv_2010
Ricardo
 
Team Genisson Grand Prix 1999
Team Genisson Grand Prix 1999Team Genisson Grand Prix 1999
Team Genisson Grand Prix 1999
Ulrich Genisson
 

En vedette (20)

Accélérer la transformation via une approche outils intégrée (ERP de l’IT)
Accélérer la transformation via une approche outils intégrée (ERP de l’IT)Accélérer la transformation via une approche outils intégrée (ERP de l’IT)
Accélérer la transformation via une approche outils intégrée (ERP de l’IT)
 
Talents@Kerensen
Talents@KerensenTalents@Kerensen
Talents@Kerensen
 
Tema iii (cont1)
Tema iii (cont1)Tema iii (cont1)
Tema iii (cont1)
 
Calvotes 10
Calvotes 10Calvotes 10
Calvotes 10
 
201008 infomdc
201008 infomdc201008 infomdc
201008 infomdc
 
2814
28142814
2814
 
Planificacion grupo e marcela peñaherrera
Planificacion grupo e marcela peñaherreraPlanificacion grupo e marcela peñaherrera
Planificacion grupo e marcela peñaherrera
 
Fr. 1 prepostions of place
Fr. 1 prepostions of placeFr. 1 prepostions of place
Fr. 1 prepostions of place
 
Vivre avec un handicap au Burundi
Vivre avec un handicap au BurundiVivre avec un handicap au Burundi
Vivre avec un handicap au Burundi
 
Présentation un monde de marques
Présentation   un monde de marquesPrésentation   un monde de marques
Présentation un monde de marques
 
Chap9
Chap9Chap9
Chap9
 
La mobilité change la donne en Chine
La mobilité change la donne en ChineLa mobilité change la donne en Chine
La mobilité change la donne en Chine
 
Phare formation medias sociaux
Phare formation medias sociauxPhare formation medias sociaux
Phare formation medias sociaux
 
2 n sim hunting + mobility extension + did&dod
2 n   sim hunting + mobility extension + did&dod2 n   sim hunting + mobility extension + did&dod
2 n sim hunting + mobility extension + did&dod
 
Rev industrial 1º
Rev industrial 1ºRev industrial 1º
Rev industrial 1º
 
Materiales1c
Materiales1cMateriales1c
Materiales1c
 
Les amoureux de_la_photo
Les amoureux de_la_photoLes amoureux de_la_photo
Les amoureux de_la_photo
 
Leccion 12 iv_2010
Leccion 12 iv_2010Leccion 12 iv_2010
Leccion 12 iv_2010
 
Team Genisson Grand Prix 1999
Team Genisson Grand Prix 1999Team Genisson Grand Prix 1999
Team Genisson Grand Prix 1999
 
Treballem pdf
Treballem pdfTreballem pdf
Treballem pdf
 

Similaire à Mémoire baptiste boudaud 28 09-2010 (1)

entrepreneurs et création de réseaux intelligents
entrepreneurs et création de réseaux intelligents entrepreneurs et création de réseaux intelligents
entrepreneurs et création de réseaux intelligents
Béatrice Duboisset
 
Rapport d'activité 2010 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2010 de l'Institut TélécomRapport d'activité 2010 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2010 de l'Institut Télécom
Institut Télécom
 
En association avec le CEFRIO et HEC Montréal, le CIGREF délivre les résultat...
En association avec le CEFRIO et HEC Montréal, le CIGREF délivre les résultat...En association avec le CEFRIO et HEC Montréal, le CIGREF délivre les résultat...
En association avec le CEFRIO et HEC Montréal, le CIGREF délivre les résultat...
nuntiis
 
Mémoire M2 Etude d'un cluster par sa configuration sociale
Mémoire M2 Etude d'un cluster par sa configuration socialeMémoire M2 Etude d'un cluster par sa configuration sociale
Mémoire M2 Etude d'un cluster par sa configuration sociale
Sophie Jaboeuf
 
Living Lab e-Inclusion - Rapport de pré-étude
Living Lab e-Inclusion - Rapport de pré-étudeLiving Lab e-Inclusion - Rapport de pré-étude
Living Lab e-Inclusion - Rapport de pré-étude
Patrick Genoud
 
La Puissance Du Web Communautaire, par Eric Lamidieu 2008
La Puissance Du Web Communautaire,  par Eric Lamidieu 2008La Puissance Du Web Communautaire,  par Eric Lamidieu 2008
La Puissance Du Web Communautaire, par Eric Lamidieu 2008
Eric LAMIDIEU
 
Rapport stage pact13
Rapport stage pact13Rapport stage pact13
Rapport stage pact13
Faustine Loiseau
 
Global Conference de 2015 synthèse du Livre blanc
Global Conference de 2015 synthèse du Livre blancGlobal Conference de 2015 synthèse du Livre blanc
Global Conference de 2015 synthèse du Livre blanc
George J. Gendelman
 
LA RÉSILIENCE DES PETITES ET TRÈS PETITES ENTREPRISES FACE À LA COVID
LA RÉSILIENCE DES PETITES ET TRÈS PETITES ENTREPRISES FACE À LA COVIDLA RÉSILIENCE DES PETITES ET TRÈS PETITES ENTREPRISES FACE À LA COVID
LA RÉSILIENCE DES PETITES ET TRÈS PETITES ENTREPRISES FACE À LA COVID
David Fortuné
 
Impacts des TIC sur les foires et salons à horizon 2025
Impacts des TIC sur les foires et salons à horizon 2025Impacts des TIC sur les foires et salons à horizon 2025
Impacts des TIC sur les foires et salons à horizon 2025
CNAM Paris
 
Rapport d'activité Cécile Renault 10,2015
Rapport d'activité Cécile Renault 10,2015Rapport d'activité Cécile Renault 10,2015
Rapport d'activité Cécile Renault 10,2015
Cecile Renault
 
L'enseignement supérieur en réponse aux problématiques des entreprises
L'enseignement supérieur en réponse aux problématiques des entreprisesL'enseignement supérieur en réponse aux problématiques des entreprises
L'enseignement supérieur en réponse aux problématiques des entreprises
Lafayette Associés
 
Optimisation d'une stratégie web éditoriale
Optimisation d'une stratégie web éditorialeOptimisation d'une stratégie web éditoriale
Optimisation d'une stratégie web éditoriale
Damien Mady
 
2010 rapport cgiet missions confiees aux poles
2010 rapport cgiet  missions confiees aux poles2010 rapport cgiet  missions confiees aux poles
2010 rapport cgiet missions confiees aux poles
PEXE
 
La génération 2.0 chinoise
La génération 2.0 chinoiseLa génération 2.0 chinoise
La génération 2.0 chinoise
svenska33
 
OpportunitéS Et Impacts Des Widgets Mbaebusiness D Attias L Assayag
OpportunitéS Et Impacts Des Widgets Mbaebusiness D Attias L AssayagOpportunitéS Et Impacts Des Widgets Mbaebusiness D Attias L Assayag
OpportunitéS Et Impacts Des Widgets Mbaebusiness D Attias L Assayag
Danièle Attias
 
Opportunités et impacts des Widgets "Quelle en est la valeur ajoutée pour la...
Opportunités et impacts des Widgets "Quelle en est la  valeur ajoutée pour la...Opportunités et impacts des Widgets "Quelle en est la  valeur ajoutée pour la...
Opportunités et impacts des Widgets "Quelle en est la valeur ajoutée pour la...
lenny assayag
 
Mémoire de recherche - Community management et stratégie média social en B2B
Mémoire de recherche - Community management et stratégie média social en B2BMémoire de recherche - Community management et stratégie média social en B2B
Mémoire de recherche - Community management et stratégie média social en B2B
Nicolas Durand
 

Similaire à Mémoire baptiste boudaud 28 09-2010 (1) (20)

entrepreneurs et création de réseaux intelligents
entrepreneurs et création de réseaux intelligents entrepreneurs et création de réseaux intelligents
entrepreneurs et création de réseaux intelligents
 
Rapport d'activité 2010 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2010 de l'Institut TélécomRapport d'activité 2010 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2010 de l'Institut Télécom
 
Rapport annuel2010
Rapport annuel2010Rapport annuel2010
Rapport annuel2010
 
En association avec le CEFRIO et HEC Montréal, le CIGREF délivre les résultat...
En association avec le CEFRIO et HEC Montréal, le CIGREF délivre les résultat...En association avec le CEFRIO et HEC Montréal, le CIGREF délivre les résultat...
En association avec le CEFRIO et HEC Montréal, le CIGREF délivre les résultat...
 
Mémoire M2 Etude d'un cluster par sa configuration sociale
Mémoire M2 Etude d'un cluster par sa configuration socialeMémoire M2 Etude d'un cluster par sa configuration sociale
Mémoire M2 Etude d'un cluster par sa configuration sociale
 
Living Lab e-Inclusion - Rapport de pré-étude
Living Lab e-Inclusion - Rapport de pré-étudeLiving Lab e-Inclusion - Rapport de pré-étude
Living Lab e-Inclusion - Rapport de pré-étude
 
La Puissance Du Web Communautaire, par Eric Lamidieu 2008
La Puissance Du Web Communautaire,  par Eric Lamidieu 2008La Puissance Du Web Communautaire,  par Eric Lamidieu 2008
La Puissance Du Web Communautaire, par Eric Lamidieu 2008
 
Rapport stage pact13
Rapport stage pact13Rapport stage pact13
Rapport stage pact13
 
Global Conference de 2015 synthèse du Livre blanc
Global Conference de 2015 synthèse du Livre blancGlobal Conference de 2015 synthèse du Livre blanc
Global Conference de 2015 synthèse du Livre blanc
 
LA RÉSILIENCE DES PETITES ET TRÈS PETITES ENTREPRISES FACE À LA COVID
LA RÉSILIENCE DES PETITES ET TRÈS PETITES ENTREPRISES FACE À LA COVIDLA RÉSILIENCE DES PETITES ET TRÈS PETITES ENTREPRISES FACE À LA COVID
LA RÉSILIENCE DES PETITES ET TRÈS PETITES ENTREPRISES FACE À LA COVID
 
Impacts des TIC sur les foires et salons à horizon 2025
Impacts des TIC sur les foires et salons à horizon 2025Impacts des TIC sur les foires et salons à horizon 2025
Impacts des TIC sur les foires et salons à horizon 2025
 
Rapport d'activité Cécile Renault 10,2015
Rapport d'activité Cécile Renault 10,2015Rapport d'activité Cécile Renault 10,2015
Rapport d'activité Cécile Renault 10,2015
 
L'enseignement supérieur en réponse aux problématiques des entreprises
L'enseignement supérieur en réponse aux problématiques des entreprisesL'enseignement supérieur en réponse aux problématiques des entreprises
L'enseignement supérieur en réponse aux problématiques des entreprises
 
Tfe vincentetienne
Tfe vincentetienneTfe vincentetienne
Tfe vincentetienne
 
Optimisation d'une stratégie web éditoriale
Optimisation d'une stratégie web éditorialeOptimisation d'une stratégie web éditoriale
Optimisation d'une stratégie web éditoriale
 
2010 rapport cgiet missions confiees aux poles
2010 rapport cgiet  missions confiees aux poles2010 rapport cgiet  missions confiees aux poles
2010 rapport cgiet missions confiees aux poles
 
La génération 2.0 chinoise
La génération 2.0 chinoiseLa génération 2.0 chinoise
La génération 2.0 chinoise
 
OpportunitéS Et Impacts Des Widgets Mbaebusiness D Attias L Assayag
OpportunitéS Et Impacts Des Widgets Mbaebusiness D Attias L AssayagOpportunitéS Et Impacts Des Widgets Mbaebusiness D Attias L Assayag
OpportunitéS Et Impacts Des Widgets Mbaebusiness D Attias L Assayag
 
Opportunités et impacts des Widgets "Quelle en est la valeur ajoutée pour la...
Opportunités et impacts des Widgets "Quelle en est la  valeur ajoutée pour la...Opportunités et impacts des Widgets "Quelle en est la  valeur ajoutée pour la...
Opportunités et impacts des Widgets "Quelle en est la valeur ajoutée pour la...
 
Mémoire de recherche - Community management et stratégie média social en B2B
Mémoire de recherche - Community management et stratégie média social en B2BMémoire de recherche - Community management et stratégie média social en B2B
Mémoire de recherche - Community management et stratégie média social en B2B
 

Mémoire baptiste boudaud 28 09-2010 (1)

  • 1. Baptiste BOUDAUD Master 2 Intelligence Economique et Communication Stratégique Année universitaire 2009/2010 - Mémoire de fin d’études - Comment le Cluster WEST peut-il entretenir sa dynamique-réseau pour porter des projets innovants de type compétitif ? Bien Manger Durable®, Made in WEST® by WEST Communities® Clu st er , Co mp ét it iv it é , In no vat ion , Int el lig en ce E c ono miq ue , W eb 2. 0 Maître de stage : M. Jean-Yves DELAUNE Professeur référent : Mme Isabelle HARE
  • 2. L’eau, dans son cours, suit la situation du terrain dans lequel elle coule ; de même, votre armée doit s’adapter au terrain sur lequel elle se meut. Sun Tzu, L’art de la guerre – article VI p. 2
  • 3. Sommaire Remerciements ................................................................................................................................... 4 Introduction ........................................................................................................................................ 5 PARTIE 1 : Rapport .......................................................................................................................... 7 1. Présentation du Cluster WEST ............................................................................................ 7 1.1. Qu’est-ce qu’un cluster .................................................................................................... 8 1.2. La reconnaissance d’Etat au titre de “Lauréat de l’appel à projets grappes d’entreprises” .......................................................................................................................................... 9 1.3. L’équipe d’animation ..................................................................................................... 11 1.4. Le changement en marche du Cluster WEST ................................................................ 12 2. Missions de stage et analyse de la pratique professionnelle ............................................. 14 2.1. Présentation des missions............................................................................................... 14 2.1.1. Les missions ........................................................................................................... 14 2.1.2. La « fonction » veille & intelligence économique dans une équipe d’animation de Cluster ................................................................................................................................ 15 PARTIE 2 : Production Universitaire ............................................................................................ 17 3. La dynamique d’un cluster dans l’économie de la connaissance..................................... 17 3.1. L’optimisation de la circulation des informations dans un réseau d'acteurs .................. 18 3.1.1. les types d’échange dans un réseau ........................................................................ 18 3.1.2. Eclairage sur l’échange mail dans un fonctionnement en cluster .......................... 19 3.1.3. Un accès plus facile aux informations ................................................................... 20 3.1.4. Accompagnement de l’approche web par des entretiens physiques pour favoriser et susciter des propositions .................................................................................................... 20 3.2. Le développement d’un web communautaire proactif ................................................... 20 3.2.1. Le projet WEST Communities®................................................................................ 20 3.2.2. Implantation et développement en Chine : la nécessité du web comme point d’entrée ................................................................................................................................ 24 3.3. Les actions concourant à améliorer la compétitivité des acteurs dans un cluster .......... 26 3.3.1. Visibilité de la démarche du cluster pour une attractivité individuelle et collective accrue ................................................................................................................................ 26 3.3.2. Les démarches de coopétition ................................................................................ 27 3.3.3. L’Interclustering..................................................................................................... 27 3.3.4. Schéma bilan proposé par l’équipe du Cluster WEST : valeurs et finalité d’un cluster : ................................................................................................................................ 29 Conclusion......................................................................................................................................... 30 Bibliographie .................................................................................................................................... 33 Cas d’entreprise Annexe 1 : Le Pôle WEST .................................................................................. 35 Annexe 2 : Membres du Cluster WEST......................................................................................... 40 Annexe 3 : DISCOURS 1 ................................................................................................................. 41 Annexe 4 : DISCOURS 2 ................................................................................................................. 43 p. 3
  • 4. Remerciements Je remercie : Monsieur Jean-Yves DELAUNE, Directeur Général du Cluster WEST et « bâtisseur de clusters », qui s’est engagé à me suivre comme maître de stage. Je le remercie vivement pour la confiance qu’il m’a accordée et pour son souci de transmettre aux jeunes son expérience, avec patience et passion. Car la transmission par les « anciens » est une autre forme d’économie de la connaissance… Madame Isabelle HARE, ma tutrice universitaire, pour les échanges réguliers durant mes deux années passées à l’ICOMTEC. L’équipe d’animation du Cluster WEST : Madalina, Andy, Kai et ceux qui ont été de passage dans l’équipe, pour leur contribution et les moments conviviaux. Le groupe Intercluster, un groupe de personnes formidables qui a du mérite dans leurs actions communes. Mes amis de la promotion 14 du Master IECS, en particulier Benoît ARCHAMBAUD… p. 4
  • 5. Introduction La France est une puissance affaiblie et moyenne, avec un déficit du commerce extérieur 1. Le danger quand l’économie va mal, c’est la stagnation et le repli sur soi. Pour limiter la crise et ses effets, certains tentent d’« actionner les leviers du travailler ensemble ». C’est l’enjeu des regroupements d’entreprises aujourd’hui. Les démarches dites « bottom-up » sur un territoire précis, c'est à dire, les initiatives de terrain émanant d'une volonté commune d'acteurs économiques, sont une des clés de la réussite. Néanmoins, se regrouper en réseau ne suffit pas pour être compétitif. La dynamique d’un groupement d’acteurs tient à peu de chose. Elle doit s’entretenir au risque de voir le groupement s’effriter, se désolidariser, voire être contre-productif. Chacun des membres à une lourde responsabilité, directement liée à la compétitivité du réseau : il doit adhérer à une vision partagée (conscience d’un destin commun avec des valeurs fortes), être en accord avec la définition collective du projet de réseau, en participant à des actions collaboratives (interprofession, groupe de travail, groupe d’expérimentation), en prenant des initiatives en adéquation avec des problématiques de marchés, en donnant beaucoup de son temps, en sus de ses propres activités professionnelles, et enfin, il doit s’ouvrir pour permettre de libérer et de croiser des connaissances. « Les entreprises qui l’emporteront seront celles qui sauront fonder durablement leur avantage concurrentiel sur la meilleure conjonction des intelligences, des savoirs et des compétences qu’elles agrègent, pour créer sans cesse une valeur ajoutée qui fasse la différence »2. Il est permis de se demander pourquoi il est nécessaire pour des acteurs de se regrouper sur des domaines d’activités. L’objectif est de s’inscrire dans une économie de la connaissance, nécessaire à l’innovation, pour répondre à des enjeux économiques et sociaux, pour décrocher des marchés, pour consolider des emplois, pour revitaliser un domaine d’activité et un territoire, et pour (re)placer les entrepreneurs, en tant qu’acteurs centraux de la croissance. Comment le Cluster WEST peut-il entretenir sa dynamique-réseau pour porter des projets innovants de type compétitif ? Pour tenter de répondre à cette question, je présenterai trois hypothèses, interdépendantes, qui proviennent notamment d’observations de terrain, au sein de l’équipe d’animation du Cluster WEST : - l’optimisation de la circulation des informations dans un réseau d'acteurs ; 1 24,5 milliards d'euros au premier semestre 2010 – Source Capital.fr 2 Citation de Sérieyx (2000) in Le réseau d’entreprises : forme d’organisation aboutie par Isabelle Géniaux et Sylvie Mira-bonnardel, Revue française de gestion 2003/2 (no 143) 180 p. p. 5
  • 6. - le développement d’un web communautaire proactif ; - la conjugaison d’actions concourant à la compétitivité des acteurs économiques ; Ce présent mémoire a pour sujet la dynamique d’un cluster dans l’économie de la connaissance. Il se présente sous trois aspects : un « rapport de terrain » réalisé dans le cadre d’un Master 2 Intelligence Economique et Communication Stratégique. Ce rapport contextualise le sujet et ne peut être en aucun cas dissocié du mémoire. En second lieu « une partie universitaire » qui constitue le cœur de ce mémoire ; et enfin, « une étude de cas » annexe 1, pouvant servir d’exercice à des étudiants. p. 6
  • 7. PARTIE 1 : Rapport 1. Présentation du Cluster WEST Depuis novembre 2004, le Cluster WEST réunit des acteurs de l'agroalimentaire répartis principalement sur les quatre régions du Grand Ouest. Grâce à leur regroupement « en meute », ils peuvent prétendre être les seuls en Europe à travailler dans les 4 domaines majeurs de l’agroalimentaire que sont les produits de la terre, les produits de la mer, les produits laitiers et les produits carnés. Cette originalité, organisée par cette « mise en réseau » est légitime par le poids économique que représentent les acteurs sur l’ensemble de ce territoire. Elle facilite des croisements technologiques et l’émergence de nouveaux produits, plats élaborés mixtes et services contribuant à l'élaboration d'un « Bien Manger Durable® », tant en terme de qualité qu’en terme de valeur ajoutée. L’enjeu est de consolider et de développer les activités et les emplois induits. WEST, naturellement : c’un territoire géologique homogène et riche complémentarité de ses ressources naturelles, grâce à ses sols variés et à une ouverture importante sur la mer. WEST, économiquement : le premier territoire d’acteurs en Europe, par son poids économique et l’étendue de la gamme de ses productions, (produits carnés, produits laitiers, produits de la mer, produits de la terre) s’appuyant sur la construction historique d’un ensemble d’acteurs, dans les domaines des biens d’équipement et des services dédiés et induits par la chaîne de valeurs agroalimentaire. Cet ensemble d’acteurs, aujourd’hui dispersé, s’il s’organise, peut se doter d’une force de frappe de conquête égale aux premiers compétiteurs mondiaux de l’agroalimentaire. WEST, solidairement : ce territoire dispose d’un atout considérable, celui du goût d’entreprendre, partagé par tous et une aptitude avérée à travailler ensemble dans un contexte d’économie durable et profitable. A la fois désigné comme le grand Ouest de la France, « WEST » est également un sigle qui positionne le cluster : Well Eating Sustainable Territory, le Territoire du Bien Manger Durable. Le Cluster WEST réuni aujourd’hui plus de 300 acteurs sur toute cette de valeur la chaîne de valeurs de l’agroalimentaire. Il développe une démarche qui se veut pragmatique, très proche des besoins des acteurs concernés. Il a une dimension internationale en avec des correspondants étrangers répartis dans 57 pays. (plus de 130 correspondants internationaux à ce jour). La démarche s'est consolidée avec la reconnaissance d’Etat reçu en mai 2010 : le Cluster WEST est lauréat de l’appel à projets « Grappe d’entreprises 2010 », lancé par la DATAR. p. 7
  • 8. Chaîne de valeurs agroalimentaires des membres du réseau 1.1. Qu’est-ce qu’un cluster La présente définition est proposée par l’équipe d’animation du Cluster WEST, inspirée par les nombreux constats et réalités du terrain. C’est une définition enrichie par des réflexions et travaux de Monsieur Jean-Yves Delaune, expert en clusters et réseaux d’entreprises. Un cluster est un réseau d’acteurs réunis sur un territoire donné, qui mutualisent leurs différentes compétences pour servir un objectif commun, en s’inscrivant dans un rapport gagnant gagnant selon un fonctionnement qualifié de bottom-up, du bas vers le haut et transversal. Il peut associer l’ensemble des acteurs d’une chaîne de valeurs, y compris des concurrents, pour accélérer le développement d’innovations compétitives pour attaquer de nouveaux marchés. Les membres d’un cluster bénéficient d’un ensemble de services (accès facilité à une information qualifiée, facilitation de mises en réseau, partage des réflexions, effet de lobbying, accompagnement à l’international...), proposé par une équipe d’animation. L’objectif est d’accélérer l’émergence des projets à travers une approche globale et transversale qui les lient pour leur donner plus de sens et de pertinence par rapport à la vision partagée. Cette démarche correspond au mode de fonctionnement mondial de l’économie de la connaissance, consacrée par le traité de Lisbonne. (Cf Silicon Valley) Ce nouveau contexte économique induit pour les acteurs la nécessité de créer des réseaux de compétences, de mutualiser des moyens, de développer des partenariats de proximité et d’opportunités autour de projets coopératifs, innovants et durables. Dans le monde, les clusters relèvent d’une démarche bottom up: ils sont créés à l’initiative des acteurs, la mise en oeuvre des projets leur appartient et leur réussite dépend aussi des conditions de facilitations créées par les pouvoirs publics. La p. 8
  • 9. démarche d’un cluster se définit par la coopération et l’interaction entre trois mondes : entreprise, formation, recherche. Elle associe l’intérêt des acteurs à celui du territoire grâce à l’innovation créatrice et ses effets induits, création d’emplois et de richesses. Les PME se regroupent en clusters d’entreprises et développent des projets coopératifs, avec ou sans la recherche, répondant à des enjeux de marché. Les clusters d’entreprises sont orientés vers la mise en oeuvre de projets innovants avec un retour sur investissements rapide de la richesse créée en terme de valeur ajoutée. Cette définition est en accord avec la vision de Michael Porter sur les nouveaux systèmes d’échanges : « […]the clusters represent a new way of thinking about location, challenging much of the conventional wisdom about how companies should be configured, how institutions such as universities can contribute to competitive, success,and how governments can promote economic development and prosperity. »3 1.2. La reconnaissance d’Etat au titre de “Lauréat de l’appel à projets grappes d’entreprises” Le 2 juillet 2005, le comité interministériel d'aménagement et de développement du territoire (CIADT) labellise 67 projets « Pôles de Compétitivité ». A l’époque, le Cluster WEST n’est pas retenu. Le 3 octobre 2005, les acteurs du réseau décident, à l’unanimité, la poursuite de la démarche sous l’appellation cluster, définition rendant mieux compte de la démarche en cours. (Cf. Histoire du Cluster WEST )4 Le 14 mai 2010, 5 ans après l’appel à projets des pôles, le Cluster WEST a obtenu le titre « Lauréat de l’appel à projets grappes d’entreprise 2010 » (La réponse à cet AAP est disponible en téléchargement sur le site du Cluster WEST.) Le titre « grappe d’entreprises » vient combler un vide créé par l’Etat suite à l’appel à projets des pôles de compétitivité. Ce dernier a marginalisé certains groupements d’acteurs qui n’étaient pas positionnés sur de la Recherche et Développement (caractéristiques des pôles) mais sur de l’innovation et des projets courts, n’impliquant pas forcément des acteurs publics ou de la recherche. L’objet de l’appel à projet « grappes d’entreprises » était de positionner des réseaux d’entreprises en amont des pôles de compétitivité, capables de faire émerger des projets et trouvant enfin une place reconnue dans l’écosystème territorial de l’innovation : « Il existe des réseaux de taille inférieure à celle des pôles de compétitivité. Des réseaux où les PME sont souvent très représentées, présents sur des territoires plus localisés, dont la R&D n’est pas forcément le premier moteur de la collaboration, mais qui sont également des vecteurs très importants de développement et de compétitivité pour les entreprises et les territoires sur lesquels ils se situent. […] Ces réseaux 3 PORTER, E. Michael, Clusters and the New Economics of Competition, in Harvard Business Review, November – December 1998 4 BOUDAUD Baptiste, Comment les acteurs du réseau Cluster WEST peuvent-t-il s'approprier la démarche Made in WEST® et le sentiment d'appartenance à une communauté proactive ?, Mémoire ICOMTEC, Septembre 2009, 95 p. p. 9
  • 10. ne sont à ce jour ni reconnus, ni soutenus de manière claire et lisible au niveau national, alors même qu’ils ont une importance considérable en termes d’activités, d’emploi et de création de richesse, d’autant plus considérable dans le contexte de la crise économique majeure que nous traversons. Je pense en particulier aux réseaux ancrés dans les territoires ruraux, souvent fragiles et peu attractifs, à l’heure où la mondialisation remet en question les attaches territoriales des entreprises. »5 Caractéristiques des grappes d’entreprises :  elles sont principalement constituées de TPE/PME, généralement dans un même domaine d’activité; elles intègrent, lorsque cela est pertinent, des grandes entreprises ; elles associent ou intègrent des acteurs de la formation, de la gestion de l’emploi et des compétences, de l’innovation et de la recherche, en fonction des contextes et des initiatives ;  elles ont un « noyau dur » ancré sur un territoire permettant des rapports aisés de proximité entre ses membres, pertinents par rapport au tissu d’entreprises concerné ; elles apportent des services aux entreprises qui peuvent porter sur l’ensemble de leurs besoins à travers des actions de mutualisation ou d’actions collectives, notamment concernant l’innovation sous toutes ses formes, l’emploi et les compétences, l’organisation du travail, le développement à l’international, la communication, les aspects environnementaux…;  elles ont une structure de gouvernance propre, où les chefs d’entreprises ont un rôle moteur, avec une stratégie élaborée collectivement, mise en œuvre à travers un plan d’actions concerté ;  toutes les entreprises sont concernées (entreprises de production, professions libérales, prestataires de services, artisanat de production …), dans toutes les activités (commerciales, industrielles, artisanales, touristiques, artistiques, agricoles, de service…) et sur tous les territoires (urbains, périurbains, ruraux) métropolitains et d’outre-mer ;  elles s’articulent et coopèrent avec les acteurs publics et privés de leur environnement territorial. Extrait du site de la DATAR (Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale). A consulter également : « liste et carte des Grappes d’entreprises 2010 »6 5 Extrait du discours de Michel Mercier, Ministre du l’espace rural et de l’aménagement du territoire - 29 septembre 2009 - lors de l’Université des pôles et des clusters 6 BOUDAUD Baptiste, Des grappes d’entreprises pour la France, mai 2010, Blog Harfang-IE http://harfang-ie.over-blog.com/article-de-49867768.html p. 10
  • 11. 1.3. L’équipe d’animation L’animation (fonctionnement) des Clusters est facilitée dans la plupart des exemples par des équipes d’animations. Dans le cas du Cluster WEST, le réseau est « piloté » par une Société par Actions Simplifiées, la SAS WEST, au capital de 60 000 € et composée d’un conseil d’Administration. Le statut de la SAS permet une certaine souplesse… contrairement à d’autres réseaux qui sont animés par une structure associative, statut qui ses limites pour se préparer à l’évolution d’un modèle économique de cluster (avec la vente de services par exemples). La SAS a un avantage décisif qui convient au fonctionnement d’un cluster et de sa définition de départ : « elle est l'émanation de la volonté de son ou ses créateurs. Et non pas celle de la loi. Ses membres déterminent librement la nature et les fonctions de ses dirigeants comme la manière dont seront prises les décisions collectives. Ainsi, la souplesse des décisions permet d'éviter procédures, formalisme et délais paralysants. Les convocations aux assemblées peuvent être faites par tout moyen, même par oral. Les assemblées elles-mêmes peuvent avoir lieu par correspondance, par fax ou e-mail... sans nécessairement la rédaction d'un procès-verbal. »7 Les membres de l’équipe d’animation sont salariés de la SAS WEST. L’équipe est composée de trois personnes. - Jean-Yves DELAUNE Directeur Général Délégué (assure cette fonction bénévolement depuis la création du Cluster WEST) - Andy CHAUVEAU Animation, management et ingénierie des projets - Madalina CARALICEA Animation du réseau et accompagnement sur les questions liées à la propriété intellectuelle Selon les besoins, l’équipe s’appuie sur des stagiaires. Durant mon stage, Kai WANG, étudiant en Master Administration des entreprises à l’Université de Nantes était stagiaire, chargé du Développement Asie. Moi-même, membre de l’équipe, chargé de développer les démarches d’intelligence économique et de veille au sein du réseau. 7 BABONNEAU Marine, Souplesse : comparatif de la SAS avec la SARL et la SA, Lentreprise.com p. 11
  • 12. La SAS WEST menée par l’équipe d’animation constitue une véritable interface pour les acteurs et les membres du réseau. L’équipe d’animation joue un rôle essentiel pour donner de la vigueur au réseau : échanger, débattre et solliciter les membres pour favoriser l’émergence des projets collaboratifs. L’équipe permet de démultiplier la dynamique du réseau car elle a un autre regard sur les projets ou les marchés et croise sa vision avec celle des membres du réseau. On trouve ainsi l’élément indispensable de la transversalité, une condition nécessaire à l’innovation : c'est-à-dire, une capacité à laisser un projet vivre par la multiplicité des opinions et des expériences des membres du réseau. L’équipe d’animation du Cluster agit de façon proactive en agglomérant les connaissances, et en « manageant » les communautés d’intérêts. Services actuels et futurs pouvant être proposés aux membres du cluster par l’équipe d’animation 1.4. Le changement en marche du Cluster WEST « J’ai été vraiment séduite par le travail de fond réalisé par le Cluster WEST, et je sais que ce n'est que la face cachée de l'iceberg potentiel. Imaginez tous ces progrès réalisés en travail collaboratif en Pays de la Loire depuis que nous nous connaissons, depuis l’époque où on titrait « l'avenir s'invente à l'Ouest », certes il a fallu des décennies…»8 Voici un commentaire d’une journaliste professionnelle, pigiste pour plusieurs magazines professionnels, spécialiste du végétal et e l’agroalimentaire, très avertie des phénomènes de cluster, suite à l’Assemblée Générale du cluster WEST le 24 juin 2010 : l’AG fut un succès parce qu’elle a marqué un basculement et, ensuite, pour la pertinence de chacun des projets présentés et leur complémentarité sur la chaîne de valeurs du « Bien Manger Durable®, Made In WEST® ». Basculement, en effet, car comme l’a évoqué un des membres du conseil d’Administration « notre réunion marque un tournant dans la vie de notre 8 Lettre Made In WEST, n°226 – 28 juin 2010 p. 12
  • 13. cluster. A la phase pionnière qui s’achève, grâce au socle de compétences constitué et aux projets incubés, une démarche plus concrète de création de services à valeur ajoutée innovante commence et doit se développer pour vous accompagner dans vos projets collaboratifs individuels ou collectifs et pour décliner des ressources propres pour notre structure, la SAS WEST. ». Monsieur Joachim Queyras, en charge à la DATAR du suivi de l’Appel à Projets des grappes d’entreprises, a confirmé la qualité du réseau Cluster WEST. Ce soutien permet d’accélérer l’efficience en interne, comme en externe, notamment à l’international. Basculement aussi, parce que la confiance est donnée aux jeunes générations dans l’équipe d’animation qui a remarquablement organisé et animé cette réunion et le brassage des cultures asiate, hispanisante, anglo-saxonne, africaine et bien sûr française, a frappé et enchanté les membres présents. « Nous étions bien dans l’économie de la connaissance globalisée. Tous les porteurs de projets doivent en être remerciés, car en plus de leur concision et de leur souci d’être très « pros », concret et commercial, c’était l’objectif donné à tous, ils ont apporté du « cœur », du sens et une ouverture à l’international qui ont fait mouche. »9 L’effort en matière d’animation et le souci de mettre à disposition un outil communautaire d’échanges et d’ingénierie innovante collective devraient valoir au Cluster WEST plus de créations de valeurs, de richesses et d’emplois, au profit de chacune des entités des membres du réseau. Le projet WEST Communities® vous sera expliqué dans la partie 3.2 Le développement d’un web communautaire proactif. La politique de marques et l’ouverture à l’international construites depuis l’origine, prennent aujourd’hui, tout leur sens et toute leur actualité. La responsabilité est désormais sur chacun des membres pour mieux faire connaître le réseau et pour mieux conquérir un avenir commun et contribuer ainsi à rendre le territoire du Grand Ouest plus attractif. 9 Propos de Jean-Yves Delaune, DGD du Cluster WEST p. 13
  • 14. 2. Missions de stage et analyse de la pratique professionnelle 2.1. Présentation des missions 2.1.1. Les missions Ce stage s’inscrit dans la continuité de celui déjà réalisé en 2009, avec à la clé un mémoire traitant à l’époque de la problématique suivante : Comment les acteurs du réseau Cluster WEST peuvent-t-ils s'approprier la démarche Made in WEST® et le sentiment d'appartenance à une communauté proactive ? En effet, au terme de ce premier stage, nous avons pu constater un décalage important entre les pratiques et les outils web2.0 d'une part, et les pratiques comportementales françaises en général d'autre part. La difficile pratique du web, par plusieurs membres du Cluster WEST, freine la création d'un réseau communautaire efficace et nécessaire pour répondre aux objectifs que se sont donnés les membres fondateurs du Cluster WEST. Le Cluster WEST estime nécessaire de coupler des rencontres physiques d'acteurs, sur le terrain, avec le développement de moyens et de bonnes pratiques dans l'esprit web 2.0 permettant le travail en confiance, à distance, nécessaire au bon fonctionnement d'un cluster. Ce relais physique est un passage obligé pour donner vigueur, sens et efficacité aux projets, il doit faciliter et accélérer l'émergence et la mise en oeuvre de projets coopératifs. Ce lien physique doit faire prendre conscience aux membres des qualités du réseau et de la pertinence de la technologie mise en oeuvre. L'appui d'un stagiaire pour expérimenter cette démarche, limite, dans un premier temps, les charges de structure en en partageant la phase d'incubation. La mission confiée avait pour objectif d'accompagner l'équipe d'animation dans l'expérimentation de cette voie et de tester l'impact des rencontres physiques sur la dynamique des projets et des bonnes pratiques de travail collaboratif « Made in WEST® ». Le travail du stagiaire permettra à l'équipe de développer l'ensemble des services proposés aux membres par la prise d'information d'une part et par les propositions et expérimentations de services tels, par exemple, que la mutualisation d'une veille ciblée par cercles d'intérêts d'autre part. Par ailleurs, la mission permettait ma mise à disposition au sein d’autres clusters « partenaires » du Cluster WEST, dans le cadre d'échanges d'interclustering visant à la fois l'identification et le partage de bonnes pratiques d'animation de réseau, et le gain d'efficacité induit par la mutualisation d'une veille et d’une démarche d’intelligence économique. p. 14
  • 15. La mission a impliqué des formations relatives à l’utilisation d’outils de veille, de mutualisation d'information, et de travail collaboratif. Cette démarche d’intelligence économique portée par le Cluster WEST a pour finalité de développer auprès des membres une culture partagée, fondée sur un travail en réseau communautaire (sans rétention de compétences), avec une méthode, des outils, des réflexes de collaboration ou de proactivité, le tout renforcé par un accompagnement et un lien humain sur le terrain. 2.1.2. La « fonction » veille & intelligence économique dans une équipe d’animation de Cluster L’intérêt de ce stage et de ce mémoire pour moi était surtout de répondre à une question : la «fonction Intelligence Economique » a-t-elle sa place dans une équipe d’animation de cluster. Cette discipline peut-elle être développée au sein d’un réseau ? Un article du Blog IE & Stratégie, livre une analyse intéressante du métier de Community Manager : une fonction qui articule avec habileté et finesse les compétences liées à l'intelligence économique et à la communication. Je pense qu’une partie de la fonction Intelligence Economique d’une équipe d’animation reprend des compétences du Community Manager, « nouveau » métier lié au développement des entreprises 2.0 : « Les blog, les wiki, la vidéo en ligne, les plateformes collaboratives, les réseaux sociaux et toute cette génération d’outils du Web 2.0 qui facilitent la participation et l’échange amènent avec eux de nouvelles pratiques qui bouleversent les organisations et les modèles économiques : « longue traîne », taxonomie, intelligence collective, « webisation » des services, crowdsourcing (contenu apporté par les utilisateurs) »10 C’est bien de ces pratiques qu’il est question pour dynamiser un réseau d’organisation. Ainsi, un professionnel formé à l’intelligence économique intègrera ces nouvelles composantes : "le Web collaboratif a introduit de nouvelles tendances, il a permis l’émergence de nouvelles pratiques et de nouveaux médias informels. [...] La fonction de Community Manager peut parfois être associée à celle de veilleur. Dans certaines entreprises, c’est la même personne qui gère le deux fonctions. Le Community Manager va gérer la communauté, généralement il n’est pas en charge de la construction ou de l’évolution du site mais ses remarques et ses informations récupérées sur le terrain auprès des utilisateurs, font de lui un interlocuteur majeur dans l’élaboration de celui-ci."11 J’ai listé plusieurs éléments d’information et diverses compétences assimilables à celles du métier de Community Manager, que j’ai développées avec la pratique au sein du Cluster WEST : 10 Xavier De Mazenod, Vers l’entreprise 2.0, Société Adverbe http://www.adverbe.com/prestations/conseils/vers- lentreprise-20/ 11 Les Bases du Community management, Blog IE & Stratégie p. 15
  • 16. - une excellente connaissance du web collaboratif et des outils de partage de l’information - une capacité à s'imprégner de la culture du réseau, du vocabulaire employé dans le domaine d’activité spécialisé - une aptitude logique à solliciter les différentes plateformes de social networking pour "gérer" la notoriété du réseau : stratégie de visibilité sur le web pour valoriser les marques du réseau et ses membres, stratégie de l’information… - favoriser l'interaction entre les membres d'un réseau et favoriser l'échange d'informations par des contacts réguliers avec les membres physiques/virtuels. - une réactivité professionnelle lorsqu’il y a des situations d’urgence (besoins rapides en informations) En plus de la facette « 2.0 » du métier, l’individu chargé de la veille et de l’IE doit être un « électron libre », présent au sein du réseau pour « manager l’information », pour la rendre disponible (soit à l’équipe, soit aux membres du réseau). Même si certain ne considère par la veille comme partie intégrante de l’intelligence économique, la fonction IE créée dans une équipe d’animation de Cluster ne pourra s’en passer. Il aura alors la charge d’assurer en collaboration avec ses collègues, la collecte et l’analyse des informations (par une veille thématique, ciblée…). L’objectif étant de donner du sens à l’information et de mettre en perspective les opportunités pour servir les acteurs et le développement des projets. J’ai listé là aussi des attitudes et compétences que je pense indispensables : - animer un réseau de « correspondants de veille » : le chargé d’IE du Cluster devra développer sa propre communauté de « sourceurs »12, en plus des membres du réseau, qui lui amèneront de l’information stratégique. Il s’agit de développer des rapports humains professionnels et proactifs avec une communauté de personne. Parmi ces « sourceurs » on peut citer des anciens camarades de promotion, des amis du métier, des contacts professionnels divers, des journalistes, etc. Le lien particulier entretenu avec eux les amènera à prévenir le chargé d’IE automatiquement, par réflex, s’ils disposent d’une information utile. - mettre en place un système de gestion de l’information : c’est une partie technique qui repose aussi sur un schéma de pensée (comment dois-je catégoriser les informations recueillies ? à qui dois-je donner cette information ? quand ? Et par quel moyen ?) 12 personnes échangeant des informations précises dans une communauté professionnelle p. 16
  • 17. PARTIE 2 : Production Universitaire La première partie nous a permis de placer un contexte : la dynamique des clusters. Il est aussi nécessaire de se référer à mon premier mémoire portant sur les communautés d’acteurs économiques13. La deuxième partie a pour but de relever les points essentiels de la dynamique d’un cluster. 3. La dynamique d’un cluster dans l’économie de la connaissance Comment le Cluster WEST peut-il entretenir sa dynamique-réseau pour porter des projets innovants de type compétitif ? Avant d’aborder ce point, il faut expliquer l’expression « projets innovants de types compétitifs ». En France, il réside une confusion entre la R&D et l’innovation. Les Pôles de compétitivités impliquent de longs projets de recherche, qui n’ont pas de retour sur investissement visible et dont les résultats tangibles se font toujours attendre au bout de 5 ans d’expérimentation… et pourtant, il leur est accordé le terme d’innovation. Les thématiques de recherches sont imposées par le réseau institutionnel public et il réside souvent un décalage avec les réalités du terrain et du marché. « Les processus participatifs de type bottom-up des communautés de pratiques et des équipes projets sont plus féconds que les approches top-down du modèle classique de R&D. À cette fin, il serait justifié de transformer tout ou partie du crédit d’impôt recherche en crédit d’impôt innovation. »14 Aujourd’hui de nombreux pôles de compétitivité sont sanctionnés financièrement par la perte de leur label, car ils ne génèrent pas assez de projets de recherche. La politique des pôles n’est pas portée sur l’ingénierie de projet. Elle est portée sur des processus lourds de financements liés au fait d'être localisés dans telle ou telle région de la France. Ces financements ne sont pas liés au dynamisme ou à la qualité des résultats obtenus. Les projets dits « innovants » mais non compétitifs sont les projets qui répondent mal au besoin du marché, parce qu’ils ne sont pas en adéquation, par ce qu’ils ne comportent pas de retour sur investissement visible. Ces projets émanent malheureusement de l’organisation des systèmes publics, qui composent un contexte très défavorable aux dynamiques territoriales d’innovation. La configuration « pôle de compétitivité » révèle des lourdeurs administratives qui durcissent la relation entre l’entrepreneur et l’administration, allant jusqu’à la confrontation concernant des projets dits de recherche. Le fait de ne pas avoir de projet conséquent de recherche finançable (par le Fond Unique 13 http://www.cluster-west.fr/memoire-baptiste-boudaud/index.php 14 Philippe Durance, Marc Mousli et Michel Godet, Rapport Créativité et innovation dans les territoires, Conseil d’Analyse Economique, DATAR et Académie des Technologies – 17 Mai 2010, 92 p. http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/CAE091_creativite_territoires.pdf p. 17
  • 18. Interministériel) a été un reproche fait au Pôle Enfant (Cholet 49) aujourd’hui délabellisé. « De manière caricaturale, pour être labellisé, il faut dépenser de l’argent »15. Revenons au terme innovation : il faut savoir que l’innovation n’est pas forcément technique. C’est un processus systémique, qui s’adapte au changement. Elle peut être commerciale ou organisationnelle… « L’industrie en France n’est pas seulement le Hight Tech, c’est aussi tout l’agroalimentaire qu’on oublie trop souvent, un des seuls secteurs qui est excédentaire. Le constat : le secteur français le plus créatif et le plus innovant n’est pas subventionné ! »16 Les clusters d’innovation et les grappes d’entreprises, à la différence des pôles se caractérisent par des projets innovants très liés au terrain c'est-à-dire qu’ils comportent des facteurs différenciant sur le marché cible. La conséquence est l’avantage concurrentiel permettant la compétitivité des acteurs du projet. La dynamique fondée sur une interaction étroite entre les acteurs économiques : 3.1. L’optimisation de la circulation des informations dans un réseau d'acteurs 3.1.1. les types d’échange dans un réseau Une fois la naissance du cluster, il faut le faire vivre par des échanges entre membres. La rencontre physique est parfois difficile à cause de la distance et les différentes disponibilités de chacun. Le cluster est aussi un lieu de rencontre entre acteurs du projet : pour des premières rencontres par exemple, ou des sujets délicats, car c’est un terrain neutre sans parti pris. A terme les acteurs doivent être en capacité de solliciter l’équipe d’animation et de se manifester par téléphone, par mail, par visioconférence, par messagerie instantanée et/ou par des rencontres physiques… Le plus 15 BACHELOT Denis et D’ORNANO Pierre, Survivre à la crise, le groupement d’entreprises, une solution pour les PME, Bourin Editeur, 2009, p.179-180 16 Propos de Michel GODET, économiste au CNAM, Emission radiophonique RTL On refait le monde- 4 mars 2010 p. 18
  • 19. difficile sans doute est de créer cet automatiste et ce réflexe du contact humain professionnel. Depuis le regroupement en 2004, le Cluster WEST publie une lettre d’information et de veille hebdomadaire, nommée « Made In WEST® ». Elle constitue le véritable lien qui unit l’ensemble des membres. Elle permet de suivre les états d’avancement de l’ensemble des projets, sur toutes les thématiques de la chaîne de valeurs agroalimentaires et permet de relayer les besoins ou la proposition de services des acteurs à l’ensemble du réseau. Un réseau ne pourrait se passer de ce type de lettre pour en assurer sa dynamique. Encore faut-il lire la lettre et se tenir à jour… C’est là tout l’objet du projet WEST Communities® qui doit permettre au membre de mieux s’approprier le réseau et de gagner en réflexes. 3.1.2. Eclairage sur l’échange mail dans un fonctionnement en cluster L’échange mail dans le réseau est une condition vitale pour entretenir le lien. Ceci légitime la place de l’équipe d’animation dans le processus d’échanges. J’ai remarqué que tous les membres du cluster WEST n’avaient pas les mêmes niveaux de pratique du mail, notamment la fonction « répondre à tous » lorsque plusieurs personnes sont parties prenantes d’un projet. En cas de réponse à un mail envoyé à plusieurs destinataires, certains membres ne font pas la différence entre Répondre à l’émetteur du message et Répondre à tous les destinataires. De même, la fonction « CC copie » permet de mettre un collaborateur en copie du message sans qu’il soit destinataire principal du message. C’est une fonction qui permet de ne marginaliser personne et qui donne un suivi du sujet à tout le monde. L’équipe d’animation vient alors en appui pour mettre en relation des membres, assurer un suivi de projet ou un rappel. Le rôle « d’animateur » prend tout son sens. Les différents types d’échanges mail : - équipe d’animation vers membre - membre vers équipe d’animation - membre vers équipe d’animation et copie à un autre membre lié au projet - membre vers membre et copie à l’équipe d’animation p. 19
  • 20. 3.1.3. Un accès plus facile aux informations Le cluster vit grâce à un mode d’échange utilisant l’indispensable web2.0, notamment pour entretenir l’aspect collaboratif du système. Après des échanges avec plusieurs membres et la réalisation d’un état des lieux de leurs pratiques web, nous sommes en mesure d’affirmer qu’ils sont tous intéressés par l’acquisition d’informations relatives à leur domaine d’activité, sous forme de revue de presse, de bulletin de veille, de mailing.... Le plus embêtant a été de constater que pour recueillir ce besoin des membres, il a fallu se déplacer et rentrer en contact direct avec eux. La dynamique du cluster repose sur ces conditions d’accessibilité à des informations. L’esprit cluster n’est pas assez intégré pour que les membres eux-mêmes puissent manifester leur besoin, sans doute par manque de connaissance sur le Cluster WEST. Comment amener les membres du réseau à participer, à échanger, à se manifester et à contribuer à la vie du réseau et au développement des projets ? Pour œuvrer en ce sens, nous avons, avec l’équipe d’animation, développé depuis avril 2009 le projet de communauté numérique « WEST Communities® ». Il vous sera expliqué dans la partie « développement d’un web communautaire proactif ». 3.1.4. Accompagnement de l’approche web par des entretiens physiques pour favoriser et susciter des propositions Nous avons émis l’hypothèse que l’un des moyens pour animer un réseau et permettre aux membres de solliciter l’équipe est la rencontre des acteurs sur le terrain. Cela est nécessaire : - pour mieux connaître l’activité des membres, leur quotidien de travail, recueillir son besoin, sa vision - pour mieux nous faire connaître en tant qu’équipe d’animation et proposer la gamme de services - pour renforcer le lien de manière général et créer un échange dans un climat convivial et de confiance Cette présence sur le terrain permet d’accompagner également les membres dans ses pratiques web (formation, sensibilisation), car les membres n’en sont pas au même niveau. C’est aussi une façon de mieux présenter les forces du réseau et le potentiel dont il dispose. Mais ceci présente des charges non négligeables pour l’équipe d’animation, notamment au niveau des déplacements… 3.2. Le développement d’un web communautaire proactif 3.2.1. Le projet WEST Communities® Dans son article fondateur What is Web 2.0, Tim O’Reilly « redéfinit l'Internet non plus comme un média (où les sites Web sont autant d'îlots d'informations isolées) mais comme une plate-forme p. 20
  • 21. : un socle d'échanges entre les utilisateurs (l'auteur parle d'intelligence collective) et les services ou les applications en ligne »17 Partant de cet esprit, nous sommes convaincus que l’un des moyens d’entretenir la dynamique-réseau est de développer une véritable communauté d’acteurs, proactifs. Le projet « WEST Communities® » a ainsi vu le jour. Il a pour but de donner plus de visibilité à la démarche du cluster, aux compétences et aux projets, pour accélérer le processus incrémental de projets s'inscrivant dans la démarche de construction ou de consolidation du « Bien Manger Durable ® », tout en conservant la convivialité qui caractérise le réseau. Ce projet est un élément de réponse pour palier le manque d’échanges et de feedback de certains membres du réseau. Nous partions du constat suivant : - L'approche « cluster » est complexe et « pas à la portée de tous » en l’état actuel de nos habitudes - Les membres connaissent souvent mal les sujets abordés en dehors de leurs champs opérationnels - Le « réflex’ WEST »18 est encore trop peu présent… - Le cluster WEST dispose d’une information riche et largement diffusée via la lettre et le site, mais, mal exploitée par les membres et entraînant une méconnaissance générale : de la globalité de la démarche et de sa valeur ajoutée induite, des acteurs entre eux, des compétences présentes au sein du réseau. Ceci ralentit inévitablement l’émergence et le développement des projets. L’objectif est également de gagner en visibilité sur le sens de la démarche du Bien Manger Durable ® , pour accroître la connaissance : - de l'ensemble de la démarche, - des différents maillons de la chaîne de valeurs présents au sein du cluster, - des différents projets accompagnés, - des différentes innovations accessibles - des différentes compétences disponibles, - des différents acteurs du réseau, WEST Communities® est aussi un « pont » pour faciliter l'accès de la démarche à tous : - responsables stratégiques - acteurs opérationnels L’un des éléments de ce projet est un espace web à disposition de tous et présentant simplement la démarche, les acteurs, les membres, les services et répondant à la demande du visiteur, formulée par mots-clés et relayée par les principaux réseaux communautaires. Pour cela il faudra trouver un système pour identifier les réactions et les thématiques d’intérêts des membres du réseau. Le but est de permettre de mieux connaître leur besoin le plus précisément possible. 17 CAVAZZA Fréderic, Web2.0 : la révolution par les usages , JDN Solutions, 19/12/2005 18 automatisme instinctif d’un membre du Cluster WEST pour solliciter le réseau ou donner une information p. 21
  • 22.  L’un des grands challenges est la maîtrise, le traitement et l’analyse des informations dans l’économie de la connaissance, qui a pour conséquence directe l’augmentation de la quantité d’informations à traiter. A travers WEST Communities®, il s’agit de créer un véritable espace informationnel (espace web convivial et intuitif) : c’est l’ensemble des informations acquises par le cluster et mises en perspectives. Il s’agit de la mémoire du réseau et des informations collectées (benchmark, veille, informations sur les membres, les concurrents, les marchés, les outils, les procédés, les actualités, la documentation technique…) Pour que ces informations soient trouvées facilement par les membres et qu’elles prennent tout leur sens, il faut les catégoriser en amont, de façon pertinente par des mots clés appelés « tags ». C’est ce qu’on appelle l’étiquetage de l’information. « Des tags ou étiquettes ou mots clefs améliorent la recherche sémantique, de plus en plus heuristique et donc présentée sous la forme d’un nuage de mots clés. Ces étiquettes sont des petites expressions de texte qui décrivent un concept, sont attachées à un concept et utilisées pour chercher dans un contenu et, ce qui est plus important, pour interconnecter les choses entre elles. »19 Une fiche d’information sur un membre, un article de presse et toute autre information rangés dans la base de données du Cluster WEST pourront ressortir de la masse de données grâce à la combinaison des étiquettes qui leur auront été attribuées. L’idée est de lier ces informations de façon transversales pour qu’elles puissent renvoyer vers d’autres informations, interconnectées. 19 Définition WIKIPEDIA http://fr.wikipedia.org/wiki/Web_2.0#.C3.89tiquetage p. 22
  • 23. Ainsi, un membre du réseau qui formule sa demande dans la barre de recherche de l’espace web WEST Communities®, pourra avoir accès à l’information souhaitée et disposer d’autres informations gravitant autour de cette thématique : le membre s’intéressant au sujet de « l’eau » par exemple, pourra trouver les actualités, les contacts, les acteurs du réseau travaillant sur un projet innovant lié à l’eau, les évènements ou l’agenda dédié à cette thématique… Le membre du réseau pourra appréhender les résultats de sa requête/question dans sa globalité, mais aussi dans ses spécificités. L’autre aspect de WEST Communities® est, comment développer le Reflex WEST des membres pour qu’ils puissent trouver une réponse à leurs problématiques dans le réseau du Cluster WEST : La dynamique-réseau est favorisée par le moyen du web communautaire. WEST Communities®, est une des réponses aux problématiques des membres. Ce projet permettra de mieux solliciter les forces opérationnelles du réseau pour apporter la bonne information au bon moment pour p. 23
  • 24. développer un projet. Cela induit un modèle économique spécifique, basé sur toute une gamme de services liés au web, à l’échange d’informations et à l’accompagnement personnalisé des membres : - Veille mutualisée et/ou personnalisée - Service de mises en relations - Accompagnement de la mise en relation - Accompagnement en propriété intellectuelle et juridique - Animation de groupes de travail - Support de publicité promotionnelle - Ingénierie de projets - Intermédiation administrative et financière - Ouverture sur l’international 3.2.2. Implantation et développement en Chine : la nécessité du web comme point d’entrée Ce qu’il faut bien intégrer dans un « cluster innovation » c’est la contact avec le terrain et le regard sur les marchés pour repérer les tendances et les nouvelles zones de consommation. Par son réseau, le Cluster WEST a eu l’opportunité d’intégrer un stagiaire chinois, Kai WANG, pour se consacrer au développement vers l’Asie. Pourquoi le marché Chinois ? Parce que la Chine n’est pas réduite à un atelier du monde mais c’est aussi un gigantesque marché de consommation. Cet été, le Journal La Tribune a publié une série d’interviews de grands opérateurs économiques implantés en Chine. Quelques titres, extraits de cette série d’articles très intéressante (édito de la lettre d’information n°230) : « La donne économique bascule vers l’Orient, singulièrement vers l’Asie ». (Jean Boissonnat). « Nous vivons un rééquilibrage de long terme vers l’Orient », (Martin Sorel - WPP), « Dans cinq ans, la Chine sera la première sur le plan scientifique », (Bernard Debré), « Les gouvernants chinois pilotent leur siècle », (Frédéric Lasserre - Société Générale), « Le pays est porté par une ambition collective », (Antoine Frérot - Véolia Environnement), « Le pouvoir tient à l’élévation du niveau de vie des Chinois », (David Boitout, Gide-LoyettNouel), « Du « made in China » au « created in China », (Patrick Erhinger – DDB Worldwide), « La Chine est un marché de marques », (Pierre Pringuet – Pernod Ricard), « Il faut s’attendre à un métissage des systèmes juridiques » (Michel Friocourt - Groupe PPR), « La Chine, un mélange compliqué de menace et d’opportunité », (Philippe Crouzet- Vallourec), « Face à la Chine, l’Europe doit rester innovante pour être indispensable », (Peter Lörscher – Siemens). « La concurrence chinoise ne doit pas nous faire peur », (Henri Proglio – EDF) p. 24
  • 25. Il va donc falloir aller chercher de nouveaux moteurs de croissance, et parmi ceux-ci, il y a la problématique de l’agriculture dans sa nouvelle approche avec les ressources de la planète, et celle, en aval, de tout le processus à inventer pour « nourrir l’humanité ». C’est le parti pris affiché dès la création du Cluster WEST en 2004. Depuis les membres du réseau ont mis au point de nouvelles bonnes pratiques, de nouveaux processus ou techniques qu’il s’agit de développer en France, mais aussi à l’international, notamment en Chine. La mission a été de pénétrer le marché chinois pour donner de la visibilité au Made In WEST®… mais par quels moyens ? L’une des premières étapes a été de réaliser un Benchmark pour connaître le fonctionnement web chinois, très différent du modèle web anglo-saxon. Nous étions persuadés que c’était le meilleur point de départ : Le moteur de recherche chinois le plus utilisé est Baidu. (C’est le google chinois) 20 Comment être référencé sur ce moteur de recherche ? Les critères de référencement sur ce moteur de recherche sont complètement différents de nos critères occidentaux : pour faire référencer son Site Internet en Chine, il faut qu’il soit traduit en Chinois. Il faut faire une demande à Baidu pour intégrer son site dans le référencement. Ce moteur de recherche est pour les chinois le plus pertinent pour trouver des informations dans leur langue. La première action du Cluster WEST aura été de trouver le « Youtube » équivalent en Chine : Youku, une plateforme vidéo chinoise. Via notre stagiaire chinois, nous avons « posté » une vidéo de présentation du cluster WEST, sous- titrée en mandarin. Voici le lien : http://v.youku.com/v_show/id_XMTg1Njc4MTEy.html Lorsque nous lançons la requête « Cluster WEST » dans Baidu, celui nous référence grâce à la vidéo. Il fallait aller encore plus loin pour rendre visible notre démarche. Nous avons créé un site chinois du Cluster WEST, directement depuis la Chine grâce à notre réseau de contacts chinois. http://cluster-west-china.com/ Cette recherche de visibilité ne peut se faire sans partenaire chinois, puisqu’il est nécessaire de disposer de certaines autorisations. Cette stratégie de visibilité en Chine a été bâtie en 4 mois entre mai 2010 et août 2010 ce qui a permis en parallèle de monter une mission promotionnelle et exploratoire en Chine dans les mêmes délais et sur fonds propres du cluster. Elle s’est déroulée dans la Province du Shaanxi du 26 août au 5 septembre 2010. Grâce à Kai WANG, et divers contacts 20 site le plus visité par les chinois en mars 2010 p. 25
  • 26. chinois du réseau, nous avons pu monter cette opération très opérationnelle dans cette province, dans la « zone de démonstration des industries agricoles de haute technologie ». Cette zone est « considérée comme le berceau de l’agriculture en Chine et est mondialement connue comme la ville d’Agri-science en Chine ». Plusieurs rendez-vous ont eu lieu avec les autorités locales, des entreprises, des centres de recherche et de formation universitaires. Le site chinois, mis en ligne juste avant le départ de la délégation a permis avec l’aide de Kai, de présenter la démarche, son originalité, les nouvelles bonnes pratiques en matière de Bien Manger Durable® , Made in WEST® by West Communities® . Une nouvelle mission basée sur des partenariats devrait voir le jour avant la fin de l’année 2010. A noter que la Région Pays de la Loire et la Chambre Régionale de Commerce et d’Industrie ont été sollicitées pour la mission exploratoire, mais n’ont rendu aucune réponse à nos messages, ce qui nous a encouragés à faire seul, sans assistance et en explorant des chemins nouveaux. « Il faut oser faire de la stratégie à partir de la France, c'est-à-dire prendre des chemins autres que ceux empruntés depuis très longtemps… »21 3.3. Les actions concourant à améliorer la compétitivité des acteurs dans un cluster 3.3.1. Visibilité de la démarche du cluster pour une attractivité individuelle et collective accrue La force du cluster réside dans la manière dont les membres peuvent s’approprier le réseau. Cela passe par une meilleure lisibilité de la démarche et une valorisation des marques collectives qui témoignent de l’appartenance au réseau et à al démarche. Aujourd’hui, un membre du Cluster WEST peut apposer sur ses documents et son site web les marques du réseau mais aujourd’hui très peu d’acteurs le font, toujours par manque de connaissance de leur réseau et des possibilités offertes en terme de visibilité internationale. Le sens : Bien Manger Durable®  c’est la vision partagée et la finalité des projets collectifs (qualité, durabilité des ressources, respect des acteurs sollicités pour la production…) La méthode et la démarche : Made in WEST®  c’est la marque de la démarche et du savoir-faire du réseau (convivialité, démarche collaborative, idée du Grand Ouest, projet innovant…) Les acteurs concernés et sollicités : WEST Communities®  c’est la marque et le nom du projet visant à dynamiser le réseau communautaire. Un cluster dynamise des communautés d’intérêts dans une grande communauté d’acteurs économiques. L’articulation des trois marques donne l’expression suivante : le Cluster WEST construit un Bien Manger Durable® , Made in WEST® by WEST Communities® . 21 Extrait de l’interview vidéo de Christian HARBULOT, La France doit se doter d’un conseil stratégique et économique Daylimotion-Agoravox, 22 juillet 2010-09-25 http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/christian-harbulot-la-france-doit-27757 p. 26
  • 27. 3.3.2. Les démarches de coopétition Un cluster réunit des entreprises qui sont parfois concurrentes sur un secteur d’activité, mais qui sur un projet décident de monter une alliance stratégique pour mutualiser leur moyen et s’ouvrir un marché. Cette forme d’alliance est nommée « coopétition », c'est-à-dire la contraction des mots coopération et compétition. Ce genre de pratique est courante et nécessaire pour explorer de nouveaux terrains d’innovation. Dans le cas du Cluster WEST, le projet REGAT réuni des groupes industriels de l’agroalimentaire qui oeuvrent ensemble pour créer un projet collaboratif de management de qualité et de traçabilité des produits agroalimentaires. Elle nécessite un bon cadre et un climat de confiance, car l’intérêt individuel n’est jamais oublié et il faut parfois de la ténacité pour œuvrer en groupe. La coopétition permet d’éloigner d’autres concurrents qui préfèrent faire seuls et aussi d’améliorer le secteur d’activité. « Cette approche organisationnelle nous fait passer d’une culture de l’excellence à une culture de l’harmonie. L’harmonie correspond à un univers de coopétition, où l’individu se situe avec les autres et qui repose sur des valeurs du « mieux » : intuition, équilibre, consensus, coopération, relation »22 3.3.3. L’Interclustering Comme son nom l’indique, l’interclustering a pour objet de développer des échanges « entre clusters », quelques soient leurs domaines d’activité, et de répondre à des problématiques communes aux réseaux dans leur quotidien. Dans le cas du Cluster WEST, des échanges de bonnes pratiques ont lieu lors de rencontres avec des clusters et grappes d’entreprises : Les ARTiculteurs : Conception et diffusion d'actions culturelles mutualisées et innovantes créant du lien social et du développement économique valorisant les hommes et le patrimoine d'un territoire. A l’Ouest Des Dents : grappe d’entreprises réunissant des prothésistes dentaires de l'Ouest. BreizPack : grappe d’entreprise fédérant des industriels de l'emballage et du conditionnement en Bretagne Optimômes : entreprise spécialisée dans l’ingénierie sociale, conçoit et développe des produits de services en direction de l’enfance et de la famille. 22 Guy Massé, François Thibaut, Intelligence Economique : un guide pour une économie de l’intelligence, 2000 – p.60 - 360 p. p. 27
  • 28. Ces réseaux ont notamment fait ressortir le besoin de développer une démarche de veille stratégique. J’ai réalisé une sensibilisation à la veille et à l’Intelligence Economique (de premier niveau), lors d’une journée thématique organisée par ces réseaux. Ce programme d’échanges et de mutualisation est rendu possible par une démarche européenne de développement de la façade atlantique nommée AT Cluster. « ATClusters is a European Territorial Cooperation Project funded under the Atlantic Area Operational Programme (2008-1/10 - Priority 1 Objective 3) to explore real possibilities of transnational cooperation among clusters in the Atlantic Area (existing or under creation ones), and in connecting them together in order to facilitate their development »23. A noter que dans ce cadre, les actions d’interculstering des différents clusters cités ci-dessus sont soutenues financièrement par Bretagne Innovation. Dans le même esprit, d’autres initiatives sont prises pour développer l’interclustering, comme celle d’Europa Inter Cluster et qui porte l’idée la compétitivité réside dans les alliances stratégiques et la coopération : « Europa InterCluster is the European agency for cluster cooperation, is a bottom-up initiative originating from a few cluster organisations. The observation was made that in order to face global competition, which is likely to be particularly harsh, especially from emerging countries, it is essential for European clusters to come together, to forge strategic alliances so as to be stronger, as shown by Airbus.»24 Dans ce cadre, un livre Blanc25 sur l’interclustering a été publié en juillet 2010. Il concerne l’émergence de clusters européens de classe mondiale (World Class Cluster). Initié par des clusters européens et écrit par des managers de clusters, ce Livre Blanc formule une liste de propositions afin de donner à l’Europe les moyens d’affronter la concurrence mondiale et de gagner une nouvelle place sur la scène internationale. L’interclustering se révèle évident pour entretenir une dynamique de réseau au niveau international. Ce Livre Blanc a notamment été nourri par des experts en clusters et des témoignages de terrain, notamment celui du cluster WEST, un « cluster de classe mondiale » : « les TPE/PME doivent progresser dans leur participation à la création de la chaîne de valeur de la coopération, acquérir une véritable culture de l’échange, faire l’apprentissage d’une pratique collaborative et ne pas craindre de participer à une véritable culture communautaire. C’est ce que nous avons compris au sein du Cluster WEST, nous entendons y participer activement et y contribuer solidairement, pour être des acteurs compétitifs européens dans une économie de la connaissance globalisée. »26 23 http://www.atcluster.org/ 24 http://www.intercluster.eu 25 Livre Blanc sur les Clusters Européens de Classe Mondiale (World Class Cluster), Juillet 2010. A télécharger ici 26 Lettre d’information hebdomadaire “Made In West“ n° 208 du 1er Février 2010 p. 28
  • 29. 3.3.4. Schéma bilan proposé par l’équipe du Cluster WEST : valeurs et finalité d’un cluster : infographie réalisée par Baptiste Boudaud p. 29
  • 30. Conclusion La dynamique réseau repose en grande partie sur le management de l’intelligence collective. L’intelligence collective dans un cluster, c’est la capacité à mobiliser un réseau de contacts dans l’économie de la connaissance pour développer des projets innovants. Le travail d’Intelligence Economique pour l’équipe d’animation du cluster et de ses membres est de repérer des personnes pertinentes qui se trouvent à l’extérieur du réseau et qui n’ont encore aucun lien avec le cluster. Ce sont des contacts étrangers, des prospects, des concurrents, des fournisseurs qui sont sources d’informations stratégiques et qui intéresseront demain le cluster. Voilà quels sont les réseaux et connexions d’un système d’Intelligence Economique. Cette intelligence collective recueille l’information, la traite, l’analyse après avoir inventé des ignorances de manière à ne pas refaire ce qui existe déjà. D’où l’intérêt de réaliser un Benchmarck avant d’engager un projet. Le croisement et l’analyse de ces informations vont permettre de trouver le facteur différenciant qui permettra l’innovation et donc compétitivité sur un marché. A partir du moment où le cluster recueille des réponses à des questions inattendues, il peut porter des projets innovants, de type compétitif, inventer des concepts, saisir des opportunités, et conclure des partenariats originaux. Il peut ainsi se développer, se diversifier, et entretenir les différences qui assureront sa compétitivité. Ce système en réseau doit s’appuyer sur le web professionnel communautaire, pour dynamiser les échanges et augmenter le potentiel de réussite. Si la dynamique des membres du réseau est en marche, notamment par le « Reflex’WEST » que nous avons évoqué, le cluster pourra se laisser porter par la « propension » : il s’appuiera sur un potentiel inscrit dans des situations créées (mise en relation, contacts), qui vont créer des opportunités : « une opportunité, pour une entreprise, est un domaine d’action dans lequel elle peut espérer jouir d’un avantage concurrentiel [...] Une opportunité, à l’image d’une fenêtre, ne s’ouvre qu’occasionnellement. Si on laisse passer sa chance, la fenêtre stratégique se referme et il est alors trop tard pour maintenir ses positions. Saisir une opportunité doit se faire au bon moment. »27 La stratégie d’Intelligence Economique du cluster doit s’appuyer sur ces moyens web2.0 qui vont permettre de faire vivre des communautés d’intérêts, à intensités différentes, alimentées par des questions et des problématiques transversales, mais indispensablement regroupées autour de la même vision stratégique. C’est l’objet du projet West Communities® décrit dans ce mémoire, qui 27 Philip Kotler et Bernard Dubois, Marketing-Management, Publi-Union Éditions, 1986 p. 30
  • 31. favorise les échanges et la visibilité internationale des forces du réseau, notamment par les trois marques combinées : Bien Manger Durable® , Made in WEST® by West Communities® . L’équipe d’animation doit être capable de mesurer les curiosités, les questionnements, les pannes, les rejets, repérer les savoir-faire et compétences pour intervenir et accompagner judicieusement les membres. La capacité à gérer les échecs est aussi un élément clé pour permettre la pérennité du réseau. Ce « système nerveux » du cluster permet d’échanger, de communiquer, d’entretenir une mémoire… C’est le système qui permet d’identifier l’activité des membres et de suivre l’état d’avancement des réflexions et des projets. L’équipe d’animation doit mettre les bons tuyaux de liaisons via un système d’échanges et de réception, au service de l’intelligence collective et doit également chercher à créer les relations qui n’existent pas. Elle doit surveiller les relations pour les protéger et les entretenir. Le cluster n’a ainsi plus de frontières : il agit transversalement sur tous les terrains. Il surveille l’environnement sur les médias et les réseaux sociaux pour voir quels signaux faibles apparaissent, quelles opinions sont exprimées, quelles sont les réflexions, les leviers moteurs, les tendances des marchés, les besoins des consommateurs... L’équipe d’animation du cluster est là pour mettre du lien entre les membres, de la confiance, car ce système en réseau permet de renouer avec la convivialité et certaines valeurs humaines (parfois perdues ou devenues trop rares). Il faut là de l’imagination, de la créativité, de l’anticonformisme parfois, pour développer ce type de rapports sociaux. L’équipe devient une sorte de metteur en scène, avec de la perspicacité, car elle capte des intelligences ignorées, du potentiel, des problèmes, elle identifie des savoir-faire et compétences et les met lien. L’équipe d’animation du cluster est un formidable « outil humain » car elle permet de créer des connexions à l’intérieur comme à l’extérieur du réseau, qui comme un individu n’utilise qu’une partie de son cerveau. La dynamique réseau du cluster permet de passer au-delà et de mobiliser de la capacité. L’équipe d’animation va permettre de mobiliser les bons acteurs au bon endroit au bon moment... Malgré tout, la dynamique- réseau d’un cluster est souvent sur « courant alternatif » car elle repose en partie sur le degré d’implication du membre. Le modèle induit de ces nouvelles pratiques est un modèle économique permettant au cluster de survivre et d’être rentable, à terme, sans abuser des deniers de l’Etat. Cela implique la vente de services aux membres du réseau et de la mise à disposition de compétences, légitimement facturées. Le modèle de cluster pose également un problème sociétal : la France est-elle prête à proposer, favoriser et développer ce modèle économique, aboutissant à des services d’accompagnement et d’ingénierie ? Les pôles de compétitivité seront-ils assez souples et réceptifs pour travailler en collaboration avec les grappes d’entreprises et de ce fait créer un véritable écosystème de la croissance ouvert aux marchés internationaux ? L’État est-il capable p. 31
  • 32. d’accompagner ce genre de démarches, sans imposer sa volonté (top down) au risque d’entrer en collision avec les choix stratégiques des acteurs de clusters ? Pendant mon stage j’ai observé des freins socio-culturels qui contribuent à créer une inertie, un décalage grandissant entre l’économie de notre pays et celle du monde : rivalités de petits « marquis » et d’hommes politiques régionaux, communautarisme économique, absence de vision stratégique nationale, etc. Le plus effrayant sans doute, aura été de constater qu’il n’y aucun système valable en France qui permette d’acquérir du renseignement stratégique pour le développement économique de la France à l’étranger, notamment dans un des secteurs les plus stratégiques : l’agroalimentaire28. Dans ce domaine l’enjeu est de taille pour permettre le développement de projets innovants et d’intérêt collectif, puisqu’il faudra nourrir demain 9 milliards d’individus sur la planète… 28 Carence d’informations chez Ubifrance concernant certains marchés internationaux (Etablissement public pour le développement international des entreprises) p. 32
  • 33. Bibliographie Ouvrages : D'ORNANO Pierre et BACHELOT Denis, Survivre à la crise : le groupement d’entreprises une solution pour les PME, Bourin Editeur Juin 2009 - 326 p. JULLIEN François, Traité de l’efficacité, Editions Grasset & Fasquelle, 1996, 240 p. KOTLER Philip et DUBOIS Bernard, Marketing-Management, Publi-Union Éditions, 1986, 790 p. MASSE Guy et THIBAUD François, Intelligence Economique : un guide pour une économie de l’intelligence, 2000, 360 p. SUN TZU, L’art de la guerre, Flammarion, 226 p. Articles : BABONNEAU Marine, Souplesse : comparatif de la SAS avec la SARL et la SA, www.lentreprise.com BOUDAUD Baptiste, Des grappes d’entreprises pour la France, mai 2010, Blog Harfang-IE http://harfang-ie.over-blog.com/article-de-49867768.html CAVAZZA Fréderic, Web2.0 : la révolution par les usages , JDN Solutions, 19/12/2005 GENIAUX Isabelle et Sylvie MIRA-BONNARDEL, Le réseau d’entreprises : forme d’organisation aboutie, Revue française de gestion 2003/2 (no 143) 180 p. PORTER, E. Michael, Clusters and the New Economics of Competition, in Harvard Business Review, November – December 1998 Rapports : BLANC Christian et autres contributeurs, Pour un écosystème de la croissance, rapport au 1er Ministre, mai 2004, 81 p. http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/044000181/0000.pdf BOUDAUD Baptiste, Comment les acteurs du réseau Cluster WEST peuvent-t-ils s'approprier la démarche Made in WEST® et le sentiment d'appartenance à une communauté proactive ?, Mémoire ICOMTEC, Septembre 2009, 95p. http://www.cluster-west.fr/memoire-baptiste-boudaud/index.php CLUSTER WEST, Réponse à l’appel à Projets : « soutien à la dynamique des grappes d’entreprises » 10 septembre 2009, 93p. http://www.cluster-west.fr/reponse-aap-grappe-/reponse-aap-grappe.html DURANCE Philippe, MOUSLI Marc et GODET Michel, Créativité et innovation dans les territoires, Conseil d’Analyse Economique, DATAR et Académie des Technologies – 17 Mai 2010, 92 p. http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/CAE091_creativite_territoires.pdf p. 33
  • 34. EUROPA INTERCLUSTER, Livre Blanc : L’émergence des clusters européens de classe mondiale, juillet 2010 http://www.intercluster.eu/images/stories/white_paper/livre_blanc_lmergence_des_clusters_europe ns_de_classe_mondiale.pdf Revues et lettres spécialisées : CLUSTER WEST, Lettres d’information Made In WEST n°17, n°208, n°227, n°226 et n°230 ASSOCIATION DES REGIONS DE FRANCE, Le nouveau paysage des Pôles et Clusters en France suite aux décisions du CIADT de mai 2010, La lettre de l’Obersvatoire des pôles de compétitivité, n°14 juin 2010 11 p. http://observatoirepc.org/fileadmin/user_upload/Lettres/Lettre_OPC_n_14_juin2010.pdf Autres bases documentaires : ANNEXE 3 : Extrait du discours de Michel Mercier, Ministre du l’espace rural et de l’aménagement du territoire - 29 septembre 2009 - Lors de l’Université des pôles et des clusters ANNEXE 4 : Extrait du discours de Michel Mercier, Ministre du l’espace rural et de l’aménagement du territoire - 4 mai 2010 – Lors de la réception en l’honneur des lauréats des grappes d’entreprises Webographie : BARBIERIE Patrick, Regard sur les Pôles, http://polescompet.canalblog.com BOUDAUD Baptiste, Harfang-IE, Blog sur l’intelligence économique http://harfang-ie.over-blog.com/ DELAUNE Jean-Yves, Procréacteurs, le blog des clustériens http://procreacteurs.over-blog.com/ DE MAZENOD Xavier, Société Adverbe, Entreprise 2.0 http://www.adverbe.com PROGRAMME AT CLUSTER : http://www.atcluster.org/ EUROPA INTERCLUSTER : http://www.intercluster.eu Site de la Direction interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale. http://www.datar.gouv.fr Vidéo HARBULOT Christian, La France doit se doter d’un conseil stratégique et économique, Interview Vidéo Daylimotion-Agoravox, 22 juillet 2010-09-25 http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/christian-harbulot-la-france-doit-27757 p. 34
  • 35. Cas d’entreprise Annexe 1 : Le Pôle WEST INSTITUT DE LA COMMUNICATION ET DES TECHNOLOGIES NUMERIQUES Université de Poitiers – Technopole du Futuroscope http://icomtec.univ-poitiers.fr Le cas du « Pôle WEST » Cas d’intelligence économique Baptiste BOUDAUD 2010 Master 2 Intelligence Economique et Communication Stratégique Validation du cas : Isabelle Hare Enseignante à l’ICOMTEC Le présent cas a été construit par un étudiant de l’ICOMTEC et vise à concentrer l’attention sur l’analyse d’une situation type et d’en faire un outil pédagogique exploitable dans le cadre d’une formation. Ce cas est librement offert pour une exploitation pédagogique par des enseignants. Il ne saurait faire l’objet d’un autre usage, quel qu’il soit (publication avec ou sans reformulation partielle ou totale, exploitation commerciale) sans l’accord explicite de l’ICOMTEC et de l’auteur du cas. Le non-respect de cette condition d’utilisation exposerait le contrevenant à des poursuites juridiques. p. 35
  • 36. Contexte : En mai 2004, Christian Blanc, député des Yvelines, a remis au Premier Ministre de l’époque un rapport nommé « Pour un écosystème de la croissance », fondé sur de multiples exemples concrets. Il présente des préconisations sous forme d’un plan stratégique visant à créer un véritable « écosystème de la croissance. », favorable à la compétitivité des entreprises. Cette ambition française implique inévitablement des grandes réformes et un changement profond des méthodes de travail et des relations entre des entreprises, des universités et des centres de recherche. L’objectif est de créer un système en réseau, efficace avec un « tissu d’interactions » pour que ces organisations soient plus performantes, plus impliquées dans les démarches innovantes et le développement économique. Suite à ce rapport, le gouvernement initie une nouvelle politique industrielle fondée sur le dynamisme des territoires. L’appel à projets des « Pôles de compétitivité » est lancé. Définition extraite de l’Appel à projets. Un pôle de compétitivité se définit comme la combinaison, sur un espace géographique donné, d’entreprises, de centres de formation et d’unités de recherche, engagés dans une démarche partenariale destinée à dégager des synergies autour de projets communs à caractère innovant. Ce partenariat s’organisera autour d’un marché et d’un domaine technologique et scientifique qui lui est attaché et devra recherche la masse critique pour atteindre une compétitivité, mais aussi une visibilité internationale. Partenariats, projets collaboratifs concrets et visibilité internationale constituent donc 3 aspects et critères d’éligibilité pour être labellisés pôle de compétitivité. L’appel à projets insiste sur trois pilers : entreprises, formation et recherche/innovation. Les pôles labellisés bénéficieront d’argent public et de divers appuis financiers. Enchaînements des étapes : p. 36
  • 37.  Mai 2004 : une soixantaine d’acteurs de la chaîne agroalimentaire du Grand Ouest de la France (Basse-Normandie, Bretagne, Pays de la Loire et Poitou-Charentes) se réunissent et vont participer à l’élaboration d’un dossier de candidature à l’appel à projets du gouvernement pour être labellisé Pôle de compétitivité. Ce groupement est constitué à l’origine de PME spécialisées dans l’industrie agroalimentaire, Laboratoires, acteurs liés à l’agriculture, Centres de Recherche, Centres de formation et de Groupes (grands industriels de l’agroalimentaire) des 4 régions administratives citées précédemment. Ce groupement est nommé Pôle WEST. L’objectif est de positionner le Grand Ouest comme un territoire référent et légitime « bien manger » en Europe.  14 septembre 2004 Lancement officiel par le Comité interministériel d’aménagement et de développement du territoire (CIADT) de l’appel à projets en vue de la constitution de pôles de compétitivité à rayonnement international  Le 28 février 2005, dépôt du dossier de candidature du Pôle WEST, contenant 19 projets coopératifs concrets, associant les universitaires et les scientifiques sur 8 thématiques.  Le 28 juin 2005, réunion des acteurs du "Pôle" WEST par atelier aboutissant à un regroupement des projets coopératifs innovants directement liés aux besoins du marché. 105 dossiers candidats au label « pôles de compétitivité » ont fait l'objet d'une étude et d’une triple évaluation. Les préfets de région, un groupe technique interministériel puis un groupe de personnalités qualifiées, mis en place le 16 mai 2005 par le Premier ministre, ont pris le soin d'examiner chaque dossier. p. 37
  • 38.  Le 12 juillet 2005, les pouvoirs publics français labellisent 67 projets. Parmi les thématiques liées à l’agroalimentaire et l’agriculture, un Pôle « X » est labellisé sur la Bretagne et un pôle « Y » en Pays de la Loire. Le pôle WEST, n’est pas retenu dans la liste des pôles labellisés. L’un des arguments avancés par le CIADT est que le Pôle WEST est «Trop transversal, trop accroché aux entreprises et trop grande interrégionalité », car positionné sur 4 régions. Elément d’information annexe : Au lendemain de l’annonce de la liste des pôles de compétitivité labellisés, certains acteurs politiques (sénateurs, députés…) ont critiqué le "saupoudrage" des aides publiques attribuées à ces pôles labellisés. La question lancinante qui revient dans l’actualité : toutes les régions peuvent-elles avoir un pôle de compétitivité ? D’après le rapport « Pour un écosystème de la croissance », seules trois ou quatre en ont la possibilité à l’image du modèle de la Silicon Valley. Mais quasiment toutes les régions de métropole ont un secteur d’excellence scientifique et technologique, explique encore le rapport. Aussi, les régions ont intérêt à concentrer et rassembler leurs forces sur un petit nombre de secteurs d’excellence, distincts de ceux des autres régions pour constituer une chaîne de valeurs, transversales, permettant l’innovation. Réaction écrite du Pôle WEST :  Extrait de l’édito de la lettre d’information n°17 du Pôle WEST, publiée à ses membres le jour suivant la décision d’Etat: « Nous n’avons pas triché avec nous-mêmes, car nous avons voulu ensemble rester libres de conduire notre projet, dont nous avons l’intelligence de sa nécessité devant les enjeux que sont ceux de l’agriculture et de l’économie alimentaire. Notre projet est transversal et non celui du développement d’une thématique verticale. Notre projet s’appuie sur une force économique et non sur un territoire administratif. Notre projet est porté par des acteurs du monde économique, universitaire et scientifique et non par des institutionnels. Autant de critères qui ont prévalu dans le choix exprimé par le CIADT et qui ne sont pas ceux du Pôle WEST. A savoir : verticalité, territorialité et soutien des institutionnels, notamment des Régions. p. 38
  • 39. Sur les deux autres critères, nous pouvons regretter deux choses : - ne pas avoir fait assez de pédagogie sur l’intérêt de la transversalité du dossier, car chaque fois que nous l’avons expliqué, nous avons emporté l’adhésion de nos interlocuteurs. Malheureusement, nous n’avons pas toujours pu le faire, notamment vers les personnalités qualifiées, qui ont appliqué à la lettre le principe républicain de concours - ne pas avoir mis en valeur suffisamment le dossier présenté par le CRITT agroalimentaire du Poitou-Charentes, qui avait autant de qualités que le dossier présenté par la Bretagne. Aussi a-t-il été sûrement confondu avec le dossier WEST. Ou peut-être a-t-il manqué de soutien politique, pour être défendu en tant que tel ? Ce qui serait regrettable. » Néanmoins, lors de l’annonce des résultats, dans son discours, le premier ministre a évoqué la pertinence d’un projet du Grand Ouest, qui reste à définir... M. Edgard Pisani, ancien ministre de l’Agriculture trouve la démarche du Pôle WEST pertinente par sa transversalité, par les acteurs concernés sur l’ensemble du Grand Ouest et par les sujets abordés pour conquérir le consommateur et être une référence du « bien manger » en Europe. Il a décidé de soutenir la démarche. Questions proposées à l’issu de ce cas : - Imaginez les actions envisageables du Pôle WEST pour rebondir suite à cette décision d’Etat. - A parti des éléments fournis dans le texte, identifiez et positionnez les acteurs stratégiques (hommes, organisations, institutions) dans une cartographie, en les reliant entre eux par des liens d’influences que vous nommerez. (Cf. Méthode Crozier) - Quel regard portez-vous sur le système de mise en œuvre de la compétitivité française par l’Etat ? p. 39