JNMG - Vendredi 10 octobre 2014
CNIT Paris - La Défense
RAYONNEMENTS IONISANTS :
CE QUE TOUT PRATICIEN DOIT CONNAITRE
RAYONNEMENTS IONISANTS :
CE QUE TOUT PRATICIEN DOIT CONNAÎTRE
Pr Hubert Ducou le Pointe
Rappel dose pour cet exposé :
Dose mesurée : dose absorbée gray (Gy)
Radiologie conventionnelle : PDS (produit dose x surf...
National Council on Radiation Protection and Measurements
Fred A. Mettler, Radiology: Volume 253: Number 2—November 2009
In 2006, Americans were exposed to more than
seven times as...
• 74,6 millions d’actes
• dose efficace individuelle moyenne égale à 1,3 mSv.
• La dose efficace individuelle moyenne a au...
rapport 2010, données 2007
La dose efficace individuelle moyenne ne préjuge pas de la répartition par âge des actes réalis...
0,6 actes/enfant/an
EFFETS DÉTERMINISTES :
Apparition au-delà d’un seuil et sa gravité augmente avec la dose.
Pas d’effet déterministe en radi...
EFFETS DÉTERMINISTES :
Apparition au-delà d’un seuil et sa gravité augmente avec la dose.
Possible effets déterministes en...
EFFETS STOCHASTIQUES :
Probabilité augmente avec dose mais sa gravité est indépendante de la dose
- Radiologie diagnostiqu...
- 74 leucémies et 135 tumeurs cérébrales.
- Corrélation positive entre la dose reçue et l’excès
de risque de tumeur cérébr...
• 10.9 million people identified from Australian Medicare records,
aged 0-19 years on 1 January 1985 or born between 1 Jan...
• Cancer incidence was 24% greater for exposed than for unexposed people
• The absolute excess cancer incidence rate was 9...
EURATOM 97/43
EURATOM 2013/59
Justification → Privilégier les techniques pas ou peu irradiantes
– Guide du bon usage
Optim...
GBU
LA JUSTIFICATION
LA JUSTIFICATION
• Le Code de la Santé Publique dans son article R1333-66
précise qu’ « aucun acte exposant aux rayonnemen...
OPTIMISATION
Le bon diagnostic pour la dose raisonnablement la plus faible: principe ALARA
Guide pratique à l’usage du radiologue, contrôle de qualité,
NRD, indication de la dose délivrée
OPTIMISATION
OPTIMISATION
Etablir des protocoles adaptés aux pathologies et aux morphologies des patients.
Mais il faut que la qualité ...
Evaluation des pratiques
• Relevé de la dosimétrie d’un service (DACS)
• NRD 2011
• EPP/DPC
LES NRD
arrêté du 24 octobre 2011
Evaluation des pratiques / DPC
0%
10%
20%
30%
40%
50%
60%
70%
80%
90%
100%
1ère Evaluation 2ème Evaluation 3ème Evaluation...
Savoir informer son patient
Comparer l’exposition médicale à
l’exposition naturelle
Une radiographie de thorax c’est 2 à 3 jours
d’exposition naturell...
Doses comparées
Rx de thorax = 1
Segment de membre 0,5 TDM Crâne 115
Thorax 1 TDM Thorax 400
Crâne 3,5 TDM Abdomen 500
Rac...
LE COMPTE-RENDU
arrêté du 22 septembre 2006
LE COMPTE-RENDU
arrêté du 22 septembre 2006
Radiologie diagnostique ou interventionnelle
- Le Produit Dose Surface (PDS) d...
Non, mais elle se
justifie et s’optimise !
L’imagerie est-ce
dangereux ?
Rayonnements ionisants : ce que tout praticien doit connaître
Rayonnements ionisants : ce que tout praticien doit connaître
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rayonnements ionisants : ce que tout praticien doit connaître

642 vues

Publié le

Rayonnements ionisants : ce que tout praticien doit connaître
Pr Hubert Ducou le Pointe, Chef du service de Radiologie, Hôpital Armand-Trousseau, Paris

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
642
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
14
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rayonnements ionisants : ce que tout praticien doit connaître

  1. 1. JNMG - Vendredi 10 octobre 2014 CNIT Paris - La Défense RAYONNEMENTS IONISANTS : CE QUE TOUT PRATICIEN DOIT CONNAITRE
  2. 2. RAYONNEMENTS IONISANTS : CE QUE TOUT PRATICIEN DOIT CONNAÎTRE Pr Hubert Ducou le Pointe
  3. 3. Rappel dose pour cet exposé : Dose mesurée : dose absorbée gray (Gy) Radiologie conventionnelle : PDS (produit dose x surface) Tomodensitométrie : PDL (Produit dose longueur) et IDSV (l’indice de dose de scanographie/volume) Dose calculée : dose efficace milliSievert (mSv)
  4. 4. National Council on Radiation Protection and Measurements
  5. 5. Fred A. Mettler, Radiology: Volume 253: Number 2—November 2009 In 2006, Americans were exposed to more than seven times as much ionizing radiation from medical procedures as was the case in the early 1980s,
  6. 6. • 74,6 millions d’actes • dose efficace individuelle moyenne égale à 1,3 mSv. • La dose efficace individuelle moyenne a augmenté entre 2002 et 2007 de 0,83 à 1,3 mSv par an et par individu.
  7. 7. rapport 2010, données 2007 La dose efficace individuelle moyenne ne préjuge pas de la répartition par âge des actes réalisés !
  8. 8. 0,6 actes/enfant/an
  9. 9. EFFETS DÉTERMINISTES : Apparition au-delà d’un seuil et sa gravité augmente avec la dose. Pas d’effet déterministe en radiologie diagnostique dans une utilisation normale Friday, October 16, 2009 Radiation Overdoses Point Up Dangers of CT Scans
  10. 10. EFFETS DÉTERMINISTES : Apparition au-delà d’un seuil et sa gravité augmente avec la dose. Possible effets déterministes en radiologie interventionnelle thérapeutique si procédure longue, difficile et répétée et particulièrement chez un patient à forte corpulence
  11. 11. EFFETS STOCHASTIQUES : Probabilité augmente avec dose mais sa gravité est indépendante de la dose - Radiologie diagnostique < 100 mSv domaine des très faibles doses - Pas d’effet démontré des faibles doses chez l’adulte. - Chez l’enfant : depuis 2012 des études épidémiologiques semblent montrer des effets liés à la tomodensitométrie.
  12. 12. - 74 leucémies et 135 tumeurs cérébrales. - Corrélation positive entre la dose reçue et l’excès de risque de tumeur cérébrale et de leucémies. Pour les leucémies excès de risque de 3,18 entre les patients ayant reçus moins de 5 mGy et plus de 30 mGy et 2,82 pour les tumeurs cérébrales ayant reçus une dose cumulée comprise entre 50 et 74 mGy. - Risque multiplié par 3 pour une dose cumulée de 50 mGy (leucémie) 60 mGy de tumeur cérébrale. Etude rétrospective de cohorte près de 177 000 National Health Service (jan 85-Dec 2008)
  13. 13. • 10.9 million people identified from Australian Medicare records, aged 0-19 years on 1 January 1985 or born between 1 January 1985 and 31 December 2005; • 60 674 cancers were recorded, including 3150 in 680 211 people exposed to a CT scan at least one year before any cancer diagnosis. The mean duration of follow-up after exposure was 9.5 years.
  14. 14. • Cancer incidence was 24% greater for exposed than for unexposed people • The absolute excess cancer incidence rate was 9.38 per 100 000 person years at risk • The IRRs differed according to the site of the CT scan (P<0.001 for heterogeneity), with larger increases after CT scans of the chest (1.62) and abdomen or pelvis (1.61), and smaller increases after CT scans of the facial bones (1.14) and spine or neck (1.13). •The IRR was greater after exposure at younger ages (P<0.001 for trend). • Dose-response relation, and the IRR increased by 0.16 (0.13 to 0.19) for each additional CT scan.
  15. 15. EURATOM 97/43 EURATOM 2013/59 Justification → Privilégier les techniques pas ou peu irradiantes – Guide du bon usage Optimisation → Guide pratique à l’usage du radiologue, contrôle de qualité, NRD, indication de la dose délivrée Responsabilité
  16. 16. GBU LA JUSTIFICATION
  17. 17. LA JUSTIFICATION • Le Code de la Santé Publique dans son article R1333-66 précise qu’ « aucun acte exposant aux rayonnements ionisants ne peut être pratiqué sans un échange préalable d'informations écrites entre le demandeur et le réalisateur de l'acte ». • la substitution : dépend des médecins mais pas uniquement… •Responsabilité du choix final de la technique est donnée au médecin réalisateur de l’acte, même en cas de désaccord avec le praticien demandeur (article R.1333.57 du CSP)
  18. 18. OPTIMISATION Le bon diagnostic pour la dose raisonnablement la plus faible: principe ALARA
  19. 19. Guide pratique à l’usage du radiologue, contrôle de qualité, NRD, indication de la dose délivrée OPTIMISATION
  20. 20. OPTIMISATION Etablir des protocoles adaptés aux pathologies et aux morphologies des patients. Mais il faut que la qualité soit diagnostique ! M.D. Cohen. Pediatric CT Radiation Dose. How Low Can You Go ? AJR, 2009.
  21. 21. Evaluation des pratiques • Relevé de la dosimétrie d’un service (DACS) • NRD 2011 • EPP/DPC
  22. 22. LES NRD arrêté du 24 octobre 2011
  23. 23. Evaluation des pratiques / DPC 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% 1ère Evaluation 2ème Evaluation 3ème Evaluation 4ème évaluation Radio justifiée Radio non justifiées (carton et clinique) Radio motivée par la clinique mais demande mal formulée EVALUATION DES DEMANDES DE RADIOGRAPHIES DU THORAX PAR LE SERVICE DES URGENCES PEDIATRIQUES DE L'HÔPITAL ARMAND-TROUSSSEAU
  24. 24. Savoir informer son patient
  25. 25. Comparer l’exposition médicale à l’exposition naturelle Une radiographie de thorax c’est 2 à 3 jours d’exposition naturelle aux rayonnements ionisants ou passer une semaine à la montagne…
  26. 26. Doses comparées Rx de thorax = 1 Segment de membre 0,5 TDM Crâne 115 Thorax 1 TDM Thorax 400 Crâne 3,5 TDM Abdomen 500 Rachis dorsal 35 TDM Pelvis 500 Rachis lombaire 65 Hanche 15 Scinti reins 50 Bassin 35 Scinti thyroïde 50 Abdomen 50 Scinti squelette 200 UIV 125 Scinticardiaque 300 TOGD 150 Transit du grêle 150 TEP 250 Lavement baryté 350 TEP TDM 700
  27. 27. LE COMPTE-RENDU arrêté du 22 septembre 2006
  28. 28. LE COMPTE-RENDU arrêté du 22 septembre 2006 Radiologie diagnostique ou interventionnelle - Le Produit Dose Surface (PDS) doit figurer pour tous les examens de la tête, du cou, du thorax, de l’abdomen et du pelvis si l’appareil en dispose. Pour la TDM – Produit dose x longueur, PDL : • PDL obtenu pour l’exploration de la tête et du cou • PDL obtenu pour l’exploration de tout ou partie du tronc (thorax, abdomen et pelvis) – Indiquer également l’IDSV si exposition : • Pelvienne chez une femme en âge de procréer, • Abdomino-pelviennes justifiées chez une femme enceinte
  29. 29. Non, mais elle se justifie et s’optimise ! L’imagerie est-ce dangereux ?

×