SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  108
Télécharger pour lire hors ligne
A. Bouras, S. Lonneville, U Coneys, et M. Triffaux
1er décembre 2018
La	réalité	augmentée	en	
chirurgie	intracrânienne
Dr.	Sarah	Lonneville
Neurochirurgienne
Evolution…
Aujourd’hui
Ne	serait	pas	possible…
….sans	l’aide	des	technologies	modernes
La	neuroradiologie
• A	l’époque	?
• Imagerie	de	+	en	+	poussée
• Meilleure	qualité	d’image
• Aide	anatomique	(tractographie)
• Aide	diagnostique	(spectroscopie)
• Aide	fonctionnelle	(IRM	fonctionelle –
métabolisme)
La	neuronavigation
Exérèse	tumorale
Biopsie	profonde
Hématome	compliqué
Thermocoagulation
….
La	neuronavigation
• Dès	2000,	déjà	800	systèmes	de	navigation	
chirurgicale	toute	application	confondue
• 1ère	génération	:	mise	en	œuvre	difficile	avec	
assistance	impérative	de	personnes	spécialisées
• Aujourd’hui	:		
- Facilité	d’emploi
- Miniaturisation
La	neuronavigation
La	neuronavigation :	démo	en	dias
La	neuronavigation :	démo	en	dias
+
La	neuronavigation :	démo	en	dias
La	neuronavigation :	démo	en	dias
La	neuronavigation :	démo	en	dias
La	neuronavigation :	démo	en	dias
La	neuronavigation :	démo	en	dias
La	fluorescence
Exérèse	de	tumeurs	
cérébrales
Chirurgie	vasculaire
La	fluorescence
• Chirurgie	vasculaire
vert	d’indocyanine
La	fluorescence
Video-angiographie	
• Par	injection	intraveineuse	de	vert	d’indocyanine
• La	fluorescence	provenant	du	sang,	captée	par	la	
caméra	infrarouge	
• Etude	du	flux	vasculaire
è Apporte	un	argument	supplémentaire	dans	:
- l’exclusion	de	la	malformation	
- le	maintien	du	flux	artériel
La	fluorescence
• Exérèse	tumorale	des	gliomes
ØInjection	de	5-ALA	ètransformation	enzymatique	
en	protoporphyrine fluorescente.
ØExcitation	en	lumière	bleue	correspondant	au	
spectre	d’absorption	(≈410nm),	celle-ci	va	émettre	
une	lumière	rouge	(≈	635nm)	en	revenant	à	son	
niveau	d’énergie	initiale.	
ØTumeur	fluorescente	rosée	d’intensité	variable.	
ØExérèse	chirurgicale	complète	:	2X	plus
La	fluorescence
Le	microscope
• Un	indispensable	!
• Arrivée	de	la	3D	
• Sans	binoculaire	?
L’endoscopie	3D
L’endoscopie	3D
L’électromonitoring per-
opératoire
• Mesures	de	signaux	des	nerfs	afin	d'alerter	en	cas	
de	début	de	lésion	des	structures	nerveuses.
èpour	éviter	tout	déficit	neurologique.	
• Offre	également	des	méthodes	de	localisation	des	
zones	et	des	voies	fonctionnelles	(ex.	zones	et	voies	
motrices).
L’échographie	per-opératoire
• Lésions	tumorales	superficielles
• Vérifier	l’emplacement	exact	
d’une	lésion	tumorale
• !	Compense	le	phénomène
Brain	shift	>	navigation
• Vérification	de	la	vascularisation
Notre	devise	….
• Quel	plaisir	de	travailler	avec	des	professionnels	de	la	santé	!
… Avant	tout	!!!
M. Triffaux
Neurochirurgie Tournai CHwapi
L’ambulatoire: Pourquoi?
• La diminution des durées de séjour:
– Perte du rôle éducatif du nursing, du kiné
– Perte de qualité ?
L’ambulatoire: Pourquoi?
• La littérature anglo saxonne incite
à envisager l’ambulatoire
– Faisabilité, Sécurité,
– Diminution des complications
27/12/15 17:26
ht t p: / / www. medscape. com/ vi
duction
sity score–adjusted prospective cohort study.
the incidence of complications in patients undergoing single-level lumbar discectomy between
ient settings, to determine baseline 30-day complication rates for lumbar discectomy, and to
sk factors for complications.
und Data. Lumbar discectomy is the most common spinal procedure performed and can be
asis. Lower costs, greater patient satisfaction, and equivalent safety have been reported with
ergoing lumbar discectomy between 2005 and 2010 were selected from The American College
onal Surgical Quality Improvement Program (NSQIP) database. Patient selection was based
rrent procedural terminology code. To ensure comparable inpatient and outpatient cohorts,
procedures were excluded. Thirty-day postoperative complications and preoperative patient
ntified and compared. Propensity score matching and multivariate logistic regression analysis
selection bias and identify predictors of 30-day morbidity.
mbar discectomy cases, 2658 (61.7%) underwent an inpatient hospital stay after surgery,
patients had outpatient surgery. Unadjusted overall complication rates (6.5% vs. 3.5%, P < 0.
ose undergoing inpatient surgery. After propensity score matching, overall complication rate
inpatient cohort (5.4% vs. 3.5%, P = 0.0068). Adjusted comparison using multivariate logistic
strated a significantly higher rate of complication for inpatients (odds ratio, 1.521; 95% 48–
2.206). Age, diabetes, presence of preoperative wound infection, blood transfusion, npatient
hospital stay were all independent risk factors of short-term complication after lumbar
sting for confounders using propensity score matching and multivariate logistic regression
rgoing outpatient lumbar discectomy had lower overall complication rates than those treated as
ould consider outpatient surgery for lumbar discectomy in appropriate candidates.
he most common spinal surgical procedure, with more than 300,000 performed annually.[1,2]
a hemilaminectomy or laminotomy followed by removal of herniated disc material, usually for
opathy. Long-term outcomes of the procedure are favorable, with high patient satisfaction.[3,4]
dure has necessitated a 1- to 2-day inpatient hospital stay.[1,5] The primary benefit of an
monitoring of the surgical wound for signs of infection or hematoma formation and for signs of
ch might require urgent intervention. In contrast, outpatients avoid the nosocomial risks of
patient discectomies have been performed since at least 1985.[6] Since that time, several
ow complication rates in an outpatient setting, with satisfaction rates similar to that reported
zation.[1,6–8] Furthermore, other surgical subspecialties have reported lower complication rates
patients undergoing the same procedure, presumably due to the decreased nosocomial risks.
ewarticle/778651_print Page 1 sur 22
www.medscape.com
Outpatient Surgery Reduces Short-term
Complications in Lumbar Discectomy
An Analysis of 4310 Patients From the ACS-NSQIPDatabase
Andrew J. Pugely, MD; Christopher T. Martin, MD; Yubo Gao, PhD; Sergio A. Mendoza-Lattes,
MD
Spine. 2013;38(3):264-271.
Abstract and Intro
Abstract
Study Design. Propen
Objective. To compare
the inpatient and outpat
identify independent ri
Summary of Backgro
done on an outpatientb
outpatient surgery.
Methods. Patients und
of Surgeons (ACS)Nati
on a single primary cu
patients with multilevel
characteristics were ide
were used to adjust for
Results. Of the 4310 lu
whereas 1652 (38.3%)
0001) were higher in th
was still higher with the
regression also demon
confidence interval, 1.0
operative time, and an i
discectomy.
Conclusion. After adju
analysis, patients unde
inpatients. Surgeons sh
Introduction
Lumbar discectomy is t
The procedure involves
the treatment of radicul
Traditionally, the proce
inpatient stay is close
neurological deficit whi
hospitalization, and out
studies have reported l
with inpatient hospitali
in outpatients than in in
L’ambulatoire: Pourquoi?
1 Department of Orthopaedics, Mount Sinai School of Medicine,
New York, New York, United States
2
Department of Health Evidence and Policy, M
Medicine, New York, New York, United States
Global Spine J2014;4:157–160.
Address for correspondence Andrew C. Hecht, MD, 5 East 98th Street,
Box 1188, New York, NY 10029, United States
Introduction
The performance of ambulatory surgical pr
rise across all surgical fields, ranging from th
cholecystectomy.2 The field of orthopedic
lowed a similar path, with an ever-increasi
of outpatient knee and shoulder arthros
recently lumbar and cervical spine surger
Keywords
> spine surgery
> ambulatory surgery
> complications
Abstract Study Desi
Objective
surgery in
Methods
Society fo
univariate
regression
Version 9.
Results
surgery,
ambulator
complexity
Surgeons i
p ¼ 0.017
surgeryce
center (p
Conclusio
there was
basis bein
possibleth
versus tha
complicati
decision sh
received
March 24, 2014
accepted
April 29, 2014
published online
June 9, 2014
Global Spine Journal Original Article 157
Ambulatory Spine Surgery: A Survey Study
EvanO. Baird1 SashaC. Brietzke2 Alan D. Weinberg2 Steven J.McAnany1 Sheeraz A. Qureshi1 Samuel K.
Cho1 Andrew C. Hecht1
ount Sinai School of (e-mail: andrew.hecht@mountsinai.org).
gn Cross-sectional study.
prohibited.
To assess the current practices of spine surgeons performing ambulatory
the United States.
An electronic survey was distributed to members of the International
strictlyr the Advancement of Spine Surgery. Data were initially examined in a
is
manner; variables with a p value < 0.25 were entered into a multiple logistic
model. All statistical analyses were performed using the SASSystem software
distribution2 (SASInstitute, Inc., Cary, North Carolina, United States).
Overall, 84.2% of respondents performed some manner of ambulatory spine and 49.1%
were investors in an ambulatory surgery center. Surgeon investors in
Unauthorized
y surgery centers were more likely to perform procedures of increased than
noninvestors, though limited data precluded a statistical correlation.
n private practice were more likely to perform ambulatory surgery (94.3%;
only.
6), and nonacademic surgeons were both more likely to invest in ambulatory
use
nters (p ¼ 0.0024) and perform surgery at least part of the time in a surgery
¼ 0.0039).
personalns Though the numbers were too few to calculate statistical significance,
a trend toward the performance of high-risk procedures on an ambulatory for
t of a hospital, where a patient may have better access to care should a
downloaded
g undertaken by those with investment status in an ambulatory center. It is
at this plays a role in the decision to perform these procedures in this setting
on arise requiring emergent assessment and treatment by a physician. This
was
ould divest itself of financial incentives and focus entirely on patient safety.
d
o
c
u
m
e
nt
T
hi
s
trends, we sought to assess the outpatient spine surgery
environment and report the types of cases being performed
ocedures is on the by those surgeons who perform spine surgery in this setting.
yroid surgery1 to We conducted a survey of spine surgeon members of the
surgery has fol- International Society for the Advancement of Spine Surgery
ng practice trend (ISASS) regarding their experience with ambulatory spine
copy3,4 and more surgery. In so doing, we hoped to characterize the current y.5–8
Given these practice of spine surgeon members of this society, including
© 2014 Georg Thieme Verlag KG DOI http://dx.doi.org/
Stut tgart · New York 10.1055/s-0034-1378142.
ISSN 2192-5682.
Littérature abondante
Outpatient	/	One	day	/	Ambulatory	Surgery	:	< 23h
• Spine	lombaire:	>	500,	>	10	méta	analyses
– De	l’HDL	à l’arthrodèse
• Spine	cervical:	>	300,	>	5	méta analyses
– De	l’HDC	ACDF	ou	arthroplastie	1,	2 niveaux
• Brain:
– De	la	biopsie	à	l’exérèse tumorale
->	clipping	anévrisme	à froid
• Et	chez	nous	?	En	Europe	?	En	Belgique ?
La NeuroChirurgie Ambulatoire
• En Europe, en France 2015 1ère HDL
La NeuroChirurgie Ambulatoire
• Et en Belgique ?
La NeuroChirurgie Ambulatoire
La NeuroChirurgie Ambulatoire
L’ambulatoire: Parce que
• Les améliorations en chirurgie:
– Minimally Invasive Surgery, lessMIS, ultraMIS,
• Techniques percutanées
• Endoscopie, microscope, exoscope,
– Améliorations techniques:
• Écarteurs spécifiques, nouveaux implants,
– Alternative à la prise de greffe osseuse
– Navigation, Rx en 3D, Scanner per op, Robot
L’ambulatoire: Parce que
Abord	latéral DLIF et fixation	latérale	X jaws
L’ambulatoire: Parce que
Abord	latéral DLIF et fixation	latérale	X jaws
L’ambulatoire: Parce que
• Contrôle	imagerie	3D immédiat en per op
L’ambulatoire: Parce que
• Ces améliorations en chirurgie:
– Réduisent les traumatismes tissulaires
– Préservent la musculature
– Réduisent les pertes sanguines
– Diminuent les douleurs
– Permettent une mobilisation rapide
– Réduisent la durée d’intervention
– Réduisent le risque d’infection
L’ambulatoire:
• MAIS la chirurgie doit être:
– Parfaitement maîtrisée
– non seulement par l’opérateur
– mais aussi par l’ensemble de l’équipe
– Le programmes op. doit être adapté
L’ambulatoire: Parce que
• Les améliorations en anesthésiologie et
dans l’antalgie post opératoire le
permettent
• Le coût en santé publique (HD 722.10)
– 4ème motif d’hospi (actifs) en 2000
– 11.625 séjours hospi de 6,1 jours en 2000
– KCE: 10.000 HD opérées/an dont 0,1% HJ
– DMS 2016: 4,2 jours APDRG 310 < 75ans Sév.1
L’ambulatoire: Pourquoi NON
• En Belgique
–La complication à domicile
–Les antibiotiques IV 24h?
–La kinésithérapie post op immédiate
–La position des sociétés savantes
–Les aspects médico légaux
– La perte financière pour le gestionnaire
L’ambulatoire Pourquoi NON
• La complication à domicile
Si complication, elle survient dans les 6h(?)
–HD Lombaire:
• hématorachis compressif 0 à 0,1%
• Brèche de dure mère 1,8 à 5,3 %
=> Facteurs de risque: > 60 ans,
diabète I, coagulopathie.
L’ambulatoire Pourquoi NON
• La complication à domicile
Si complication, elle survient dans les 6h (?)
–HD Cervicale:
• Hématome suffocant 0 à 2,4 %
Idem chirurgie thyroïde, Carotidienne
=> Facteurs de risque: tabac, asthme,
> 50 ans, > 2 niveaux
• Les sociétés savantes
– ? BBS
– SFCR
• Les aspects médico légaux
– Absence de jurisprudence en rachis ambu
? Perte de chance versus patient hospitalisé
L’ambulatoire Pourquoi NON
vous de vos jam-
bles: en posant un
che, l’autre jambe
du buste.
qui vous convient
enraidie, ne cher-
votre chirurgien,
e génanteles
ion muscu-
laire postérieure.
La durée de la station assise augmente progressive-
ment.
L‘utilisation d‘un fauteuil profond est déconseillée et il
est préférable de choisir un fauteuil droit et dontl’assise
est haute.
L‘utilisation d‘un réhausseur de toilettes est optionnelle.
Changez fréquemment de position et marchez réguli-
èrement sans toutefois vous y obliger.
Il est fondamental après une chirurgie de trouver lejuste
rythme devie.
. A distance de l’intervention et après avis de votre
chirurgien, quelques exercices simples de gymnastique
pourront être repris. Vous pourrez muscler votre dos,
votre ventre et vos jambes comme un kinésithérapeute
est habilité à vous l’indiquer.
. L’économie du dos se fait toujours par une meilleure
utilisation des membresinférieurs.
. Pour vous chausser ou vous habiller, ne vous penchez
terre ou le pied à chausser sur une chaise.
Ce que vous ne devez pasfaire:
Se vriller pour se lever, en position assise ou couchée.
Vous allez être opéré
de la colonne vertébrale
en ambulatoire:
La chirurgie ambulatoire est un mode de prise en
charge permettant de raccourcir votre hospitalisation
pour une intervention chirurgicale à une seule journée.
Vous rentrez donc le matin pour être opéré le jour
même et ressortir le soir. La durée de séjour à l‘hôpital
est de quelques heures à moins de 12 heures.
Ce document a pour objectif de vous informer sur les
périodes qui vont entourer votre intervention:
•La préparation de votre séjour
•Votre admission dans le service de chirurgie ambu-
latoire jusqu‘à votre départ au bloc opératoire
• Le retour en unité d’hospitalisation jusqu’àvotre
sortie
• Le déroulement de votre convalescence à domicile
suivent cette intervention chriugciale6. Que pouvez vous faire dans les jours qui
Principe des exercices post-opératoires: Comment se baisser:
Les exercices sont à réaliser lentement, sans brutalité et Le dos ne doit pas être sollicité, servez- ne
doivent pas entraîner de douleur ou de contracture. bes. Plusieurs méthodes sont envisagea La
respiration lors de ces exercices doit être calme et genou à terre ou en fléchissant une han profonde,
sans essoufflement, décollée du sol dans le prolongement
Pendant les exercices, le dos doit rester droit afin de Vous utiliserez au quotidien la méthode
protéger la musculature paravertébrale, le mieux.
Si votre colonne lombaire vous semble
La position assise est possible mais un siège haut doit chez pas à forcer.
être privilégié, afin de maintenir un angle entre les cuis-
ses et le tronc supérieur à120°.
Comment se lever ?
Les épaules et le bassin doivent
bouger ensemble dans le même
plan afin de ne pas solliciter votre Pour s‘asseoir:
dos en torsion.
La tête de lit doit être strictement Sauf indication contraire de la part de
horizontale afin de ne pas vous re- la position assise est libre. Elle peutêtr
trouver en inclinaison latérale une premières semaines en raison dela cicatrisat
fois sur le côté.
Ne pliez que la jambe qui vous ser-
vira à pousser sur le matelas afinde
permettre la rotation dubassin.
Le tronc tourne en même temps
que lebassin.
Agrippez le montant de la barrière
du lit peut aider à setourner.
Tournez vous sur le côté puis sor-
tez les pieds tout envous aidant du
bras, les jambes faisant contrepoids
par rapport au tronc. Veillez à ce
que votre dos reste bien droit du-
rant la phase de bascule, jusqu‘à la
position assise.
IMPORTANT:
Mouvement de bascule au bord de
lit: dans le même temps, lesjambes
descendent et le buste se redresse. pas en avant genoux tendus mais mettez un genou à
Coordonnées de votre praticien:
L’ambulatoire Pourquoi OUI
• Patient acteur de sa pathologie
• Projet fédérateur dans l’équipe
• Ambulatoire pour ambulatoire
=> Arrivée debout du patient au bloc op.
L’ambulatoire Comment
• Groupe de travail
– Chirurgie / Anesthésistes
– Kiné, Nursing, Brancardier,
– Administration
– Accord des directions
–Retour d’expérience des patients
L’ambulatoire Comment
• Remise en question du trajet soins
• Tout anticiper pour le jour J
– Consultation chir, anesth,
– Coaching kiné ( Mr Mathieu K.), nursing
– Programmation opératoire
–Techniques chirurgicales
–Check list de sortie
–Suivi après sortie J1 , J7
L’ambulatoire Comment
• Tout anticiper pour le jour J
– Consultation
• Questionnaire ADH
• Questionnaire Spine Tango (Kiné)
• Cahier de liaison
Outil associé à la recommandation de bonne pratique « Arrêt de la consommation de tabac : du dépistage individuel au
maintien de l’abstinence »
HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / octobre 2014
© Haute Autorité de Santé – 2014
1
Échelle HAD : Hospital Anxiety and Depressionscale
L’échelle HAD est un instrument qui permet de dépister les troubles anxieux et dépressifs. Elle comporte 14 items cotés de 0
à 3. Sept questions se rapportent à l’anxiété (total A) et sept autres à la dimension dépressive (total D), permettant ainsi
l’obtention de deux scores (note maximale de chaque score = 21).
1. Je me sens tendu(e) ouénervé(e)
- La plupart du temps 3
- Souvent 2
- De temps en temps 1
- Jamais 0
2.Je prends plaisir aux mêmes choses
qu’autrefois
- Oui, tout autant 0
- Pas autant 1
- Un peu seulement 2
- Presque plus 3
3.J’ai une sensation de peur comme si quelque
chose d’horrible allait m’arriver
- Oui, très nettement 3
- Oui, mais ce n’est pas trop grave 2
- Un peu, mais cela ne m’inquiète pas 1
- Pas du tout 0
4. Je ris facilement et vois le bon côté des choses
- Autant que par le passé 0
- Plus autant qu’avant 1
- Vraiment moins qu’avant 2
3- Plus du tout
5. Je me fais dusouci
- Très souvent
- Assez souvent
- Occasionnellement
3
2
1
- Très occasionnellement 0
6. Je suis de bonnehumeur
- Jamais 3
- Rarement 2
- Assez souvent 1
- La plupart du temps 0
- Rarement
- Jamais 3
8. J’ai l’impression de fonctionner au ralenti
- Presque toujours 3
- Très souvent 2
- Parfois 1
- Jamais 0
9. J’éprouve des sensations de peur et j’ai
l’estomac noué
- Jamais
- Parfois
- Assez souvent
- Trèssouvent
0
1
2
3
10. Je ne m’intéresse plus à mon apparence
- Plus du tout 3
- Je n’y accorde pas autant d’attention que je
devrais 2
- Il se peut que je n’y fasse plus autant attention
1
- J’y prête autant d’attention que par le passé
0
11. J’ai la bougeotte et n’arrive pas à tenir en
place
- Oui, c’est tout à fait le cas 3
- Un peu
- Pas tellement
- Pas dutout
2
1
0
12. Je me réjouis d’avance à l’idée de faire
certaines choses
- Autant qu’avant
- Unpeumoins qu’avant
- Bien moins qu’avant
- Presque jamais
0
1
2
3
13. J’éprouve des sensations soudaines de
panique
- Vraiment trèssouvent
- Assez souvent
- Pas très souvent
- Jamais
3
2
1
0
14. Je peux prendre plaisir à un bon livre ou à une
7. Je peux rester tranquillement assis(e) à ne rien bonne émission de radio ou de télévision
faire et me sentir décontracté(e) -Souvent 0
- Oui, quoi qu’il arrive 0 -Parfois
- Oui, en général 1 -Rarement
1
2
2 - Très rarement 3
Des problèmes de dos peuvent entraîner des douleurs du dos et/ou des douleurs dans les
jambes/fesses, ainsi que des troubles de la sensibilité tels des picotements, fourmille-
ments, ou encore une diminution de la sensibilité dans ces mêmes régions.
I pas du tout
I un peu
I modérément
I beaucoup
I énormément
I très satisfait(e)
I plutôt satisfait(e)
I ni satisfait(e) ni insatisfait(e)
I plutôt insatisfait(e)
I très insatisfait(e)
1 Parmi les problèmes suivants, lequel vous gêne le plus ? Ne cochez qu' une
seule réponses.v.p.
4 Si vous deviez passer le restant de votre vie avec les symptômes que vous avez
maintenant, comment vous sentiriez-vous?
I douleur du dos
I douleur dans la jambe/fesse
I troubles de la sensibilité dans le dos/jambes/fesses (par ex. picotements, fourmillements,
diminution de la sensibilité)I aucun de ces problèmes
Intervalle d'examination
5 En repensant à la semaine écoulée , comment évaluez-vous votre qualité de vie?
I très bonne
I bonne
I moyenne
I mauvaise tournez la pages.v.p.
I très mauvaise
Instructions
Veuillez utiliser un crayon #2 pour remplir leformulaire.
Les questions sont à réponse unique.
Veuillez noircir entièrement les case de marquage.
Champs obligatoires
par ex. 4 mois
C O M I = C or e O ut c om e M eas ur es Index
Spine Tango COMI
Considération patient
Nom Prénom Sexe
N° dupatient
Al'usageinterne.
Pasluparlescanner.
Numéro de Sécurity sociale (no.AVS) Date de naissance (JJ.MM.AAAA)
Rue
Pays Code postal Ville
3 Durant la semaine écoulée , à quel point vos problèmes de dos ont-elles gênévos
activités habituelles(votre travail comme vos activités domestiques)?
Compatible au registre SGSSWISSspine
2 Pour les 2 questions suivantes (2a et 2b), nous aimerions que vous indiquiez
l'intensité de votre douleur en cochant une réponse ('0' = aucune douleur, '10' = lapire
douleur imaginable). Il y a des questions séparées pour les douleurs dudos
et douleurs dans la jambe(sciatique)/fesse
2a Quelle a été l'intensité de votre douleur de dos durant la semaine écoulée?
aucune 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 la pire douleur douleur I I I I I I
I I I I I imaginable
2b Quelle a été l'intensité de votre douleur dans la jambe(sciatique)/ fesse durant la
semaine écoulée?
aucune 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 la pire douleur douleur I I I I I I
I I I I I imaginable
C opyr i ght M E M doc , 2012 All r i ghts r eser ved
01.06.2012
con2se0rv1ati2ve
Dos
I 5 ans = 4 mois/12 mois
I 4 ans
I 3 ans
I 6 semaines I 1 an I autre: ..............ans = 0.33 an
I 4 semaines I 9 mois
I à la sortie I 3 mois
I avant le traitement I 2 mois I 2 ans
(fin de traitement) I 6 mois
Notre expérience en 2016
• Matériel et méthodes
– Année 2016: 1 chirurgien 20 procédures (<5%)
– 2 types de chirurgie:
• Rachidienne: HDL, HDC, KAS, Vertébroplastie
• Antalgie interventionnelle: neurostim, pompe
– Succès prise en charge:
• Absence de conversion en hospi classique
• Absence d’anomalie à l’appel du lendemain
• Absence de réhospitalisation à 48h
Notre expérience
• Patients N=20
– Âge: 51 ans ( 28-77 ans)
– Sexe: 11 F/ 9H
– Rachis: 6 HDL, 1 HDC, 2 vertébro, 2 KAS
– Ch douleur: 6 neurostim, 3 pompes
Notre expérience
• Succès
90%– Conversion 2/20
• 1 spasme coronarien
• 1 absence d’accompagnant J0
– Appel du lendemain 18/18 OK 100%
– Réhospitalisation à 48H00 0/18 100%
Notre expérience
• => améliorer la communication
• Finalisation du cahier de liaison
• Questionnaire de satisfaction
– Rôle du médecin traitant: environnement
– Idées « fausses »:
• Pas uniquement les indépendants
• Pas plus difficile en fonction de l’âge
Les PLUS de l’ambulatoire
• Le patient devient acteur
• En faire un projet fédérateur pour l’équipe
• Une remise en question de nos pratiques
• Un bénéfice pour les autres patients
• Une augmentation de qualité de soins
• Un moyen de communication
L’ambulatoire oui … MAIS
L’ambulatoire oui … MAIS
• Perte pour le gestionnaire: OUI
• De combien: ???
• À relativiser en fonction
– Diminution de la moyenne de la DS
– Augmentation des lits justifiés
– Activité ambulatoire anecdotique 5%
• Ne pas pénaliser l’ambulatoire
L’ambulatoire oui … MAIS
• Pas d’économie linéaire
• Pas de banalisation du geste
• Une appli pour un suivi à domicile ?
L’ambulatoire oui … MAIS
L’ambulatoire: OUI
L’ambulatoire est la partie émergée de la
Rapide Récupération Après Chirurgie
ambulatoire
RRAC
L’ambulatoire: OUI
Groupe de travail x1/ mois
- Nursing
- Kiné
- Médecins
- Administratifs
L’ambulatoire en Neurochirurgie ?
Non peut être !
Merci
Drs S. Lonneville et A. Bouras (neurochirurgie)
Drs V. Brouillard, X. Finne, D. Lamblin, F. Wandji (anesthésiologie)
Mr M. Henrard, Mme S. Jonquil et service 7100 (Amélie, Jérôme, …)
Mlle L. Canon (Condorcet)
Mr M. Karsenty (kinésithérapie)
Mme AM Eeman et Mr G Klinckemaillie (cellule qualité)
Mme B. Père, Mme P Gahide, Dr L. Lacroix et bloc opératoire
Mr G. Coupe (hospitalisation à domicile)
Mr J. Delaunoy (cadre nursing)
De	la	chirurgie	
personnalisée	pour	tous	?
Implants	3D	en	
neurochirurgie
Dr.	Sarah	Lonneville
Dr.	Ulysse	Coneys
Implants	3D
Remise	en	place	de	volet
Arthrodèse	lombaire	
(étude	UNID)
Crane
Colonne
Implants	3D	– Crâne
Les	volets	crâniens
La	remise	en	place	de	volet
La	remise	en	place	de	volet
Plannification du	
volet	3D
La	remise	en	place	de	volet
La	remise	en	place	de	volet
De	la	chirurgie	
personnalisée	pour	tous?	
Implants	3D	en	
neurochirurgies
Dr	Sarah	Lonneville,	Neurochirurgien	– CHWAPI
Dr	Ulysse	Coneys,	Assistant	en	neurochirurgie	–
CHWAPI
La	personnalisation	en	chirurgie	du	rachis
• Trouver	la	bonne	lordose	lombaire	(LL)
• Quel	est	la	meilleure	LL?
• Comment	calculer	la	LL	optimale?
• Equation	:	LL=	0,45	x	PI	+	31,8	(1)
(2)
La	personnalisation	en	chirurgie	du	rachis
• Faire	un	bilan	préopératoire	adéquat
• Rx Full	Spine « avec	sphère	de	calibration	pour	une	
planification	optimale »
• Irradiation
• Position	du	patient
• X-ray	magnification	factor
• EOS
• 3D
• Division	de	l’irradiation	par	10
(3)
La	personnalisation	en	chirurgie	du	rachis
• Planification	préopératoire	et	compilation	des	
données	cliniques
• Comment	obtenir	la	correction	planifiée?
• Par	quelle	approche	chirurgicale?
• PLIF	à 5-10°
• TLIF	à 5-10° (15° si	arthrectomie )
• ALIF	à 10-20° (Open	surgery)
• OLIF	à 10°
• DLIF	à 10° (MIS)
• Ostéotomie	à 30° PSO
La	personnalisation	en	chirurgie	du	rachis
• Création	de	tiges	spécifiques	à	chaque	patient
• Manuellement	en	peropératoire
• Difficile	de	donner	le	bon	angle
• Impossible	d’avoir	les	deux	mêmes	tiges
• Pré-cintrage	des	tiges	selon	les	calculs	réalisés	lors	du	
bilan	pré-opératoire
La	personnalisation	en	chirurgie	du	rachis
• Contrôle	radio-clinique	à	3,	6,	12	et	24	mois
• Comparaison	des	paramètres	sagittaux	planifié	avec	
ceux	obtenus
• Quels	résultats	cliniques	pour	ces	patients	implantés	
avec	des	tiges	personnalisées?
La	personnalisation	en	chirurgie	du	rachis
• Contrôle	radio-clinique	à	3,	6,	12	et	24	mois
• Comparaison	des	paramètres	sagittaux	planifiés	avec	
ceux	obtenus
• Quels	résultats	cliniques	pour	ces	patients	implantés	
avec	des	tiges	personnalisées?
La	personnalisation	en	chirurgie	du	rachis
• Autres	voies	de	personnalisation
• Guide	de	visé	pédiculaire
• Prothèse vertébrale
1. L’acquisition	de	l’imagerie:	Ctscan low dose
2. La	reconstruction	3D	des	vertèbres	
3. La	planification	pré	opératoire	
Le	guide	3D:		La	procédure	en	6	étapes
1. 3.2.
4. L’impression	3D	des	vertèbres	et	des	guides
5. La	stérilisation	des	guides	et	vertèbres	3D
Le	guide	3D:		La	procédure	en	6	étapes
6. Positionnement	in	situ	du	guide	et	vissage	
Le	guide	3D:		La	procédure	en	6	étapes
Le	guide	3D:	L’intérêt	du	viseur	3D	
• Augmentation	de	la	précision	
• Diminution	de	l’irradiation	du	patient	et	du	personnel	de	
salle	d’opération	– 66%		
• Planification		et	livraison	stérile	des	implants	
• Rapport	coût	technologique	/	gain	de	précision	en	faveur	
de	l’impression	3D
Prothèse	vertébrale
Prothèse	vertébrale
Références
• (1) Calculation	of	the	Target	Lumbar	Lordosis	Angle	for	
Restoring	an	Optimal	Pelvic	Tilt	in	Elderly	Patients	With	
Adult	Spinal	Deformity. Spine	(Phila Pa 1976). 2016	
Feb;41(4):E211-7.	doi:	10.1097/BRS.0000000000001209.
• (2)	Radiological analysis of	lumbar degenerative kyphosis in	
relation	to	pelvic incidence. Spine J. 2012	Nov;12(11):1045-
51.	doi:	10.1016/j.spinee.2012.10.011.	Epub 2012	Nov 14.	
• (3)	Radiation	dose	of	digital	radiography (DR)	versus	micro-
dose x-ray	(EOS)	on	patients	with adolescent	idiopathic
scoliosis:	2016	SOSORT- IRSSD	"John	Sevastic Award"	
Winner	in	Imaging	Research.	Scoliosis Spinal	Disord. 2016	
Dec 29;11:46.	doi:	10.1186/s13013-016-0106-7.	eCollection
2016.
A. Bouras, S. Lonneville, U Coneys, et M. Triffaux
1er décembre 2018
Et demain ?
• La phase 2
Et demain ?
• Microscope DSM projet 2020
B Braun Aesculap Kinévo 900 Zeiss
Olymus/Sony Synaptive
Et demain ?
• Microscope DSM projet 2020
Et demain ?
• Le casque de réalité augmentée
Et demain ?
• Les robots ?
Et demain ?
• Les robots ?
Et demain ?
1
Et demain ?
• Concrétisation du passeport ambulatoire
• Optimalisation pré opératoire
des patients Récupération Après Chirurgie
Et demain ? Ils et elles
resterons indispensables
MERCI

Contenu connexe

Tendances

Mémoire STAPS Master 2 Frantisek Hartmann - Orthodynamica
Mémoire STAPS Master 2 Frantisek Hartmann - OrthodynamicaMémoire STAPS Master 2 Frantisek Hartmann - Orthodynamica
Mémoire STAPS Master 2 Frantisek Hartmann - OrthodynamicaFrantisek Hartmann
 
Memoire STAPS Master 1 Thomas Delaunay
Memoire STAPS Master 1 Thomas DelaunayMemoire STAPS Master 1 Thomas Delaunay
Memoire STAPS Master 1 Thomas DelaunayThomas Delaunay
 
Prise en charge des plaies en structure d’urgence Résumé
Prise en charge des plaies en structure d’urgence RésuméPrise en charge des plaies en structure d’urgence Résumé
Prise en charge des plaies en structure d’urgence RésuméArnaud Depil-Duval
 
Magazine Almaviva Santé Janvier 2021
Magazine Almaviva Santé Janvier 2021Magazine Almaviva Santé Janvier 2021
Magazine Almaviva Santé Janvier 2021Almaviva Santé
 
V3 dossier chirurgie du membre supérieur
V3 dossier chirurgie du membre supérieurV3 dossier chirurgie du membre supérieur
V3 dossier chirurgie du membre supérieurLesCarnetsSante
 
Guide de visée pédiculaire 3D
Guide de visée pédiculaire 3DGuide de visée pédiculaire 3D
Guide de visée pédiculaire 3DMichel Triffaux
 
Magazine Almaviva Santé Janvier 2020
Magazine Almaviva Santé Janvier 2020Magazine Almaviva Santé Janvier 2020
Magazine Almaviva Santé Janvier 2020Almaviva Santé
 
Syndrôme fémoro-patellaire : quelle place pour la biomécanique et quels trait...
Syndrôme fémoro-patellaire : quelle place pour la biomécanique et quels trait...Syndrôme fémoro-patellaire : quelle place pour la biomécanique et quels trait...
Syndrôme fémoro-patellaire : quelle place pour la biomécanique et quels trait...Clément Potier
 
3D Computer Aided Management of complex orthodontics cases
3D Computer Aided Management of complex orthodontics cases3D Computer Aided Management of complex orthodontics cases
3D Computer Aided Management of complex orthodontics casesYassine MESSAOUDI
 
Semelles et polyarthrite rhumatoïde
Semelles et polyarthrite rhumatoïdeSemelles et polyarthrite rhumatoïde
Semelles et polyarthrite rhumatoïdeClément Potier
 
Trauma cervical Pédiatrique
Trauma cervical Pédiatrique Trauma cervical Pédiatrique
Trauma cervical Pédiatrique Urgencehsj
 
Orthèses plantaires et Polyarthrite rhumatoïde
Orthèses plantaires et Polyarthrite rhumatoïdeOrthèses plantaires et Polyarthrite rhumatoïde
Orthèses plantaires et Polyarthrite rhumatoïdeClément Potier
 
Radiotherapie Dr E TEISSIER - 23 11 2012
Radiotherapie   Dr E TEISSIER - 23 11 2012Radiotherapie   Dr E TEISSIER - 23 11 2012
Radiotherapie Dr E TEISSIER - 23 11 2012cac_mougins
 
MAINPULATION ARTICULAIRE : PHENOMENE DE CAVITATION
MAINPULATION ARTICULAIRE : PHENOMENE DE CAVITATIONMAINPULATION ARTICULAIRE : PHENOMENE DE CAVITATION
MAINPULATION ARTICULAIRE : PHENOMENE DE CAVITATIONFabien Gressier
 

Tendances (20)

Mémoire STAPS Master 2 Frantisek Hartmann - Orthodynamica
Mémoire STAPS Master 2 Frantisek Hartmann - OrthodynamicaMémoire STAPS Master 2 Frantisek Hartmann - Orthodynamica
Mémoire STAPS Master 2 Frantisek Hartmann - Orthodynamica
 
Le parcours de soins du patient arthrosique
Le parcours de soins du patient arthrosiqueLe parcours de soins du patient arthrosique
Le parcours de soins du patient arthrosique
 
Memoire STAPS Master 1 Thomas Delaunay
Memoire STAPS Master 1 Thomas DelaunayMemoire STAPS Master 1 Thomas Delaunay
Memoire STAPS Master 1 Thomas Delaunay
 
Règles de prescriptions
Règles de prescriptionsRègles de prescriptions
Règles de prescriptions
 
E mergency urgences 2017
E mergency urgences 2017E mergency urgences 2017
E mergency urgences 2017
 
Prise en charge des plaies en structure d’urgence Résumé
Prise en charge des plaies en structure d’urgence RésuméPrise en charge des plaies en structure d’urgence Résumé
Prise en charge des plaies en structure d’urgence Résumé
 
Atelier Urologie
Atelier UrologieAtelier Urologie
Atelier Urologie
 
Magazine Almaviva Santé Janvier 2021
Magazine Almaviva Santé Janvier 2021Magazine Almaviva Santé Janvier 2021
Magazine Almaviva Santé Janvier 2021
 
V3 dossier chirurgie du membre supérieur
V3 dossier chirurgie du membre supérieurV3 dossier chirurgie du membre supérieur
V3 dossier chirurgie du membre supérieur
 
Guide de visée pédiculaire 3D
Guide de visée pédiculaire 3DGuide de visée pédiculaire 3D
Guide de visée pédiculaire 3D
 
Magazine Almaviva Santé Janvier 2020
Magazine Almaviva Santé Janvier 2020Magazine Almaviva Santé Janvier 2020
Magazine Almaviva Santé Janvier 2020
 
Syndrôme fémoro-patellaire : quelle place pour la biomécanique et quels trait...
Syndrôme fémoro-patellaire : quelle place pour la biomécanique et quels trait...Syndrôme fémoro-patellaire : quelle place pour la biomécanique et quels trait...
Syndrôme fémoro-patellaire : quelle place pour la biomécanique et quels trait...
 
3D Computer Aided Management of complex orthodontics cases
3D Computer Aided Management of complex orthodontics cases3D Computer Aided Management of complex orthodontics cases
3D Computer Aided Management of complex orthodontics cases
 
EPU 3
EPU 3EPU 3
EPU 3
 
Semelles et polyarthrite rhumatoïde
Semelles et polyarthrite rhumatoïdeSemelles et polyarthrite rhumatoïde
Semelles et polyarthrite rhumatoïde
 
Trauma cervical Pédiatrique
Trauma cervical Pédiatrique Trauma cervical Pédiatrique
Trauma cervical Pédiatrique
 
Orthèses plantaires et Polyarthrite rhumatoïde
Orthèses plantaires et Polyarthrite rhumatoïdeOrthèses plantaires et Polyarthrite rhumatoïde
Orthèses plantaires et Polyarthrite rhumatoïde
 
Radiotherapie Dr E TEISSIER - 23 11 2012
Radiotherapie   Dr E TEISSIER - 23 11 2012Radiotherapie   Dr E TEISSIER - 23 11 2012
Radiotherapie Dr E TEISSIER - 23 11 2012
 
MAINPULATION ARTICULAIRE : PHENOMENE DE CAVITATION
MAINPULATION ARTICULAIRE : PHENOMENE DE CAVITATIONMAINPULATION ARTICULAIRE : PHENOMENE DE CAVITATION
MAINPULATION ARTICULAIRE : PHENOMENE DE CAVITATION
 
Aswad jfk2011
Aswad jfk2011Aswad jfk2011
Aswad jfk2011
 

Similaire à Entre technologie et humanité Partie 2 Neurochirurgie

Neurochirurgie ambulatoire CUMG Pipaix 2017
Neurochirurgie ambulatoire CUMG Pipaix 2017Neurochirurgie ambulatoire CUMG Pipaix 2017
Neurochirurgie ambulatoire CUMG Pipaix 2017Michel Triffaux
 
Neurochirurgie ambulatoire
Neurochirurgie ambulatoire Neurochirurgie ambulatoire
Neurochirurgie ambulatoire Michel Triffaux
 
Télémédecine cardiovasculaire
Télémédecine cardiovasculaireTélémédecine cardiovasculaire
Télémédecine cardiovasculairePelouze Guy-André
 
Application de l’intelligence artificielle à la prédiction et au diagnostic e...
Application de l’intelligence artificielle à la prédiction et au diagnostic e...Application de l’intelligence artificielle à la prédiction et au diagnostic e...
Application de l’intelligence artificielle à la prédiction et au diagnostic e...Alain Tassy
 
La téléradiologie en pratique
La téléradiologie en pratiqueLa téléradiologie en pratique
La téléradiologie en pratiqueRéseau Pro Santé
 
Tomodensitométrie interventionnelle techniques, indication
Tomodensitométrie interventionnelle   techniques, indicationTomodensitométrie interventionnelle   techniques, indication
Tomodensitométrie interventionnelle techniques, indicationimma-dr
 
Comment l’Intelligence Artificielle va impacter la recherche scientifique en ...
Comment l’Intelligence Artificielle va impacter la recherche scientifique en ...Comment l’Intelligence Artificielle va impacter la recherche scientifique en ...
Comment l’Intelligence Artificielle va impacter la recherche scientifique en ...Jean-Emmanuel Bibault Bibault, MD, PhD
 
Le Big Data au service de l’imagerie
Le Big Data au service de l’imagerieLe Big Data au service de l’imagerie
Le Big Data au service de l’imagerieAlain Tassy
 
45 André Vert Coiffe Des Rotateurs
45 André Vert Coiffe Des Rotateurs45 André Vert Coiffe Des Rotateurs
45 André Vert Coiffe Des RotateursPierre Trudelle
 
Radioprotection : l'optimisation de la dose patient
Radioprotection : l'optimisation de la dose patientRadioprotection : l'optimisation de la dose patient
Radioprotection : l'optimisation de la dose patientHervé Faltot
 
Qui sont les personnes qui tombent et pourquoi tombent-elles? étude globale ...
Qui sont les personnes qui tombent et pourquoi tombent-elles?  étude globale ...Qui sont les personnes qui tombent et pourquoi tombent-elles?  étude globale ...
Qui sont les personnes qui tombent et pourquoi tombent-elles? étude globale ...DataNB
 
Enquête démographique quelle carrière pour un futur radiologue
Enquête démographique   quelle carrière pour un futur radiologue  Enquête démographique   quelle carrière pour un futur radiologue
Enquête démographique quelle carrière pour un futur radiologue Réseau Pro Santé
 
ETUDE RETROSPECTIVE DE GROS NODULE EUTHYROIDIEN ISOLE, A PROPOS DE 85 CAS, A ...
ETUDE RETROSPECTIVE DE GROS NODULE EUTHYROIDIEN ISOLE, A PROPOS DE 85 CAS, A ...ETUDE RETROSPECTIVE DE GROS NODULE EUTHYROIDIEN ISOLE, A PROPOS DE 85 CAS, A ...
ETUDE RETROSPECTIVE DE GROS NODULE EUTHYROIDIEN ISOLE, A PROPOS DE 85 CAS, A ...Sargata SIN
 
LA Gestion du processus dans les soins contre le cancer du poumon : réduire l...
LA Gestion du processus dans les soins contre le cancer du poumon : réduire l...LA Gestion du processus dans les soins contre le cancer du poumon : réduire l...
LA Gestion du processus dans les soins contre le cancer du poumon : réduire l...DataNB
 
Ampleur et impact des EIG liés aux soins
Ampleur et impact des EIG liés aux soinsAmpleur et impact des EIG liés aux soins
Ampleur et impact des EIG liés aux soinsReDoc Tunisia
 
2013session3 2
2013session3 22013session3 2
2013session3 2acvq
 
Etude comparative du pansement conventionnel versus absence de pansement sur ...
Etude comparative du pansement conventionnel versus absence de pansement sur ...Etude comparative du pansement conventionnel versus absence de pansement sur ...
Etude comparative du pansement conventionnel versus absence de pansement sur ...abdel aziz Baby
 

Similaire à Entre technologie et humanité Partie 2 Neurochirurgie (20)

Neurochirurgie ambulatoire CUMG Pipaix 2017
Neurochirurgie ambulatoire CUMG Pipaix 2017Neurochirurgie ambulatoire CUMG Pipaix 2017
Neurochirurgie ambulatoire CUMG Pipaix 2017
 
Neurochirurgie ambulatoire
Neurochirurgie ambulatoire Neurochirurgie ambulatoire
Neurochirurgie ambulatoire
 
Télémédecine cardiovasculaire
Télémédecine cardiovasculaireTélémédecine cardiovasculaire
Télémédecine cardiovasculaire
 
Application de l’intelligence artificielle à la prédiction et au diagnostic e...
Application de l’intelligence artificielle à la prédiction et au diagnostic e...Application de l’intelligence artificielle à la prédiction et au diagnostic e...
Application de l’intelligence artificielle à la prédiction et au diagnostic e...
 
La téléradiologie en pratique
La téléradiologie en pratiqueLa téléradiologie en pratique
La téléradiologie en pratique
 
Tomodensitométrie interventionnelle techniques, indication
Tomodensitométrie interventionnelle   techniques, indicationTomodensitométrie interventionnelle   techniques, indication
Tomodensitométrie interventionnelle techniques, indication
 
Comment l’Intelligence Artificielle va impacter la recherche scientifique en ...
Comment l’Intelligence Artificielle va impacter la recherche scientifique en ...Comment l’Intelligence Artificielle va impacter la recherche scientifique en ...
Comment l’Intelligence Artificielle va impacter la recherche scientifique en ...
 
Le Big Data au service de l’imagerie
Le Big Data au service de l’imagerieLe Big Data au service de l’imagerie
Le Big Data au service de l’imagerie
 
45 André Vert Coiffe Des Rotateurs
45 André Vert Coiffe Des Rotateurs45 André Vert Coiffe Des Rotateurs
45 André Vert Coiffe Des Rotateurs
 
Radioprotection : l'optimisation de la dose patient
Radioprotection : l'optimisation de la dose patientRadioprotection : l'optimisation de la dose patient
Radioprotection : l'optimisation de la dose patient
 
Article compression sib
Article compression sibArticle compression sib
Article compression sib
 
Rayonnements ionisants : ce que tout praticien doit connaître
Rayonnements ionisants : ce que tout praticien doit connaîtreRayonnements ionisants : ce que tout praticien doit connaître
Rayonnements ionisants : ce que tout praticien doit connaître
 
Qui sont les personnes qui tombent et pourquoi tombent-elles? étude globale ...
Qui sont les personnes qui tombent et pourquoi tombent-elles?  étude globale ...Qui sont les personnes qui tombent et pourquoi tombent-elles?  étude globale ...
Qui sont les personnes qui tombent et pourquoi tombent-elles? étude globale ...
 
Enquête démographique quelle carrière pour un futur radiologue
Enquête démographique   quelle carrière pour un futur radiologue  Enquête démographique   quelle carrière pour un futur radiologue
Enquête démographique quelle carrière pour un futur radiologue
 
ETUDE RETROSPECTIVE DE GROS NODULE EUTHYROIDIEN ISOLE, A PROPOS DE 85 CAS, A ...
ETUDE RETROSPECTIVE DE GROS NODULE EUTHYROIDIEN ISOLE, A PROPOS DE 85 CAS, A ...ETUDE RETROSPECTIVE DE GROS NODULE EUTHYROIDIEN ISOLE, A PROPOS DE 85 CAS, A ...
ETUDE RETROSPECTIVE DE GROS NODULE EUTHYROIDIEN ISOLE, A PROPOS DE 85 CAS, A ...
 
Atelier chirurgie orthopédique
Atelier chirurgie orthopédiqueAtelier chirurgie orthopédique
Atelier chirurgie orthopédique
 
LA Gestion du processus dans les soins contre le cancer du poumon : réduire l...
LA Gestion du processus dans les soins contre le cancer du poumon : réduire l...LA Gestion du processus dans les soins contre le cancer du poumon : réduire l...
LA Gestion du processus dans les soins contre le cancer du poumon : réduire l...
 
Ampleur et impact des EIG liés aux soins
Ampleur et impact des EIG liés aux soinsAmpleur et impact des EIG liés aux soins
Ampleur et impact des EIG liés aux soins
 
2013session3 2
2013session3 22013session3 2
2013session3 2
 
Etude comparative du pansement conventionnel versus absence de pansement sur ...
Etude comparative du pansement conventionnel versus absence de pansement sur ...Etude comparative du pansement conventionnel versus absence de pansement sur ...
Etude comparative du pansement conventionnel versus absence de pansement sur ...
 

Plus de Michel Triffaux

GLEM Neurochirurgie Namur
GLEM Neurochirurgie Namur GLEM Neurochirurgie Namur
GLEM Neurochirurgie Namur Michel Triffaux
 
Spine Unit Lombalgies et Radiculalgies des Guidelines à la pratique
Spine Unit Lombalgies et Radiculalgies des Guidelines à la pratiqueSpine Unit Lombalgies et Radiculalgies des Guidelines à la pratique
Spine Unit Lombalgies et Radiculalgies des Guidelines à la pratiqueMichel Triffaux
 
eXLIF or DLIF about 20 consecutive cases whit Ursus cages by Syntropiq
eXLIF or DLIF about 20 consecutive cases whit Ursus cages by Syntropiq eXLIF or DLIF about 20 consecutive cases whit Ursus cages by Syntropiq
eXLIF or DLIF about 20 consecutive cases whit Ursus cages by Syntropiq Michel Triffaux
 
Nouvelle Nomenclature en Chirurgie du Rachis en date du 1er septembre 2022
Nouvelle Nomenclature en Chirurgie du Rachis en date du 1er septembre 2022 Nouvelle Nomenclature en Chirurgie du Rachis en date du 1er septembre 2022
Nouvelle Nomenclature en Chirurgie du Rachis en date du 1er septembre 2022 Michel Triffaux
 
The value of dynamic MRI in cervical spondylotic myelopathy: About 24 cases.T...
The value of dynamic MRI in cervical spondylotic myelopathy: About 24 cases.T...The value of dynamic MRI in cervical spondylotic myelopathy: About 24 cases.T...
The value of dynamic MRI in cervical spondylotic myelopathy: About 24 cases.T...Michel Triffaux
 
The Utility of the CADISS® System in the Dissection of Epidural Fibrosis in ...
The Utility of the CADISS® System in the Dissection of Epidural Fibrosis in  ...The Utility of the CADISS® System in the Dissection of Epidural Fibrosis in  ...
The Utility of the CADISS® System in the Dissection of Epidural Fibrosis in ...Michel Triffaux
 
Reversible hearing loss after 3D video-assisted marsupialization of several ...
Reversible hearing loss after 3D video-assisted marsupialization of several  ...Reversible hearing loss after 3D video-assisted marsupialization of several  ...
Reversible hearing loss after 3D video-assisted marsupialization of several ...Michel Triffaux
 
Obstruction of ventriculoperitoneal shunt by air bubble
Obstruction of ventriculoperitoneal shunt by air bubbleObstruction of ventriculoperitoneal shunt by air bubble
Obstruction of ventriculoperitoneal shunt by air bubbleMichel Triffaux
 
IRM dynamique dans la myéolopathie cervico arthrosique
IRM dynamique dans la myéolopathie cervico arthrosiqueIRM dynamique dans la myéolopathie cervico arthrosique
IRM dynamique dans la myéolopathie cervico arthrosiqueMichel Triffaux
 
Epidural Fibrosis GLEM Neurochirurgie ULB Erasme CHU C SPO CHwapi
Epidural Fibrosis GLEM Neurochirurgie ULB Erasme CHU C SPO CHwapiEpidural Fibrosis GLEM Neurochirurgie ULB Erasme CHU C SPO CHwapi
Epidural Fibrosis GLEM Neurochirurgie ULB Erasme CHU C SPO CHwapiMichel Triffaux
 
Cadiss Webinar 15 dec 2021
Cadiss Webinar 15 dec 2021Cadiss Webinar 15 dec 2021
Cadiss Webinar 15 dec 2021Michel Triffaux
 
A new aid for spinal revision surgery: the Cadiss°
A new aid for spinal revision surgery: the Cadiss° A new aid for spinal revision surgery: the Cadiss°
A new aid for spinal revision surgery: the Cadiss° Michel Triffaux
 
Direct Tubular Exo sequestromy for Far Lateral Disc Hernia
Direct Tubular Exo sequestromy for Far Lateral Disc Hernia Direct Tubular Exo sequestromy for Far Lateral Disc Hernia
Direct Tubular Exo sequestromy for Far Lateral Disc Hernia Michel Triffaux
 
Orbeye Exoscope qui permet la Microchirurgie sans microscope.
Orbeye Exoscope qui permet la Microchirurgie sans microscope.Orbeye Exoscope qui permet la Microchirurgie sans microscope.
Orbeye Exoscope qui permet la Microchirurgie sans microscope.Michel Triffaux
 
Microchirurgie 3D 4K sans microscope: Orbeye Exoscope
Microchirurgie 3D 4K sans microscope: Orbeye Exoscope Microchirurgie 3D 4K sans microscope: Orbeye Exoscope
Microchirurgie 3D 4K sans microscope: Orbeye Exoscope Michel Triffaux
 
Techniques d'Antalgie par Cathéter en soins continus
Techniques d'Antalgie par Cathéter en soins continusTechniques d'Antalgie par Cathéter en soins continus
Techniques d'Antalgie par Cathéter en soins continusMichel Triffaux
 
Microsurgery without eyepieces 3D screen heads-up position
Microsurgery without eyepieces 3D screen heads-up position Microsurgery without eyepieces 3D screen heads-up position
Microsurgery without eyepieces 3D screen heads-up position Michel Triffaux
 
Digital Surgical Microscope Aesculap
Digital Surgical Microscope Aesculap Digital Surgical Microscope Aesculap
Digital Surgical Microscope Aesculap Michel Triffaux
 
Surgical Microscope Orbey Olympus en Neurochirurgie
Surgical Microscope Orbey Olympus en Neurochirurgie Surgical Microscope Orbey Olympus en Neurochirurgie
Surgical Microscope Orbey Olympus en Neurochirurgie Michel Triffaux
 

Plus de Michel Triffaux (20)

GLEM Neurochirurgie Namur
GLEM Neurochirurgie Namur GLEM Neurochirurgie Namur
GLEM Neurochirurgie Namur
 
Spine Unit Lombalgies et Radiculalgies des Guidelines à la pratique
Spine Unit Lombalgies et Radiculalgies des Guidelines à la pratiqueSpine Unit Lombalgies et Radiculalgies des Guidelines à la pratique
Spine Unit Lombalgies et Radiculalgies des Guidelines à la pratique
 
eXLIF or DLIF about 20 consecutive cases whit Ursus cages by Syntropiq
eXLIF or DLIF about 20 consecutive cases whit Ursus cages by Syntropiq eXLIF or DLIF about 20 consecutive cases whit Ursus cages by Syntropiq
eXLIF or DLIF about 20 consecutive cases whit Ursus cages by Syntropiq
 
Nouvelle Nomenclature en Chirurgie du Rachis en date du 1er septembre 2022
Nouvelle Nomenclature en Chirurgie du Rachis en date du 1er septembre 2022 Nouvelle Nomenclature en Chirurgie du Rachis en date du 1er septembre 2022
Nouvelle Nomenclature en Chirurgie du Rachis en date du 1er septembre 2022
 
The value of dynamic MRI in cervical spondylotic myelopathy: About 24 cases.T...
The value of dynamic MRI in cervical spondylotic myelopathy: About 24 cases.T...The value of dynamic MRI in cervical spondylotic myelopathy: About 24 cases.T...
The value of dynamic MRI in cervical spondylotic myelopathy: About 24 cases.T...
 
The Utility of the CADISS® System in the Dissection of Epidural Fibrosis in ...
The Utility of the CADISS® System in the Dissection of Epidural Fibrosis in  ...The Utility of the CADISS® System in the Dissection of Epidural Fibrosis in  ...
The Utility of the CADISS® System in the Dissection of Epidural Fibrosis in ...
 
Reversible hearing loss after 3D video-assisted marsupialization of several ...
Reversible hearing loss after 3D video-assisted marsupialization of several  ...Reversible hearing loss after 3D video-assisted marsupialization of several  ...
Reversible hearing loss after 3D video-assisted marsupialization of several ...
 
Obstruction of ventriculoperitoneal shunt by air bubble
Obstruction of ventriculoperitoneal shunt by air bubbleObstruction of ventriculoperitoneal shunt by air bubble
Obstruction of ventriculoperitoneal shunt by air bubble
 
IRM dynamique dans la myéolopathie cervico arthrosique
IRM dynamique dans la myéolopathie cervico arthrosiqueIRM dynamique dans la myéolopathie cervico arthrosique
IRM dynamique dans la myéolopathie cervico arthrosique
 
Epidural Fibrosis GLEM Neurochirurgie ULB Erasme CHU C SPO CHwapi
Epidural Fibrosis GLEM Neurochirurgie ULB Erasme CHU C SPO CHwapiEpidural Fibrosis GLEM Neurochirurgie ULB Erasme CHU C SPO CHwapi
Epidural Fibrosis GLEM Neurochirurgie ULB Erasme CHU C SPO CHwapi
 
Cadiss Webinar 15 dec 2021
Cadiss Webinar 15 dec 2021Cadiss Webinar 15 dec 2021
Cadiss Webinar 15 dec 2021
 
A new aid for spinal revision surgery: the Cadiss°
A new aid for spinal revision surgery: the Cadiss° A new aid for spinal revision surgery: the Cadiss°
A new aid for spinal revision surgery: the Cadiss°
 
Direct Tubular Exo sequestromy for Far Lateral Disc Hernia
Direct Tubular Exo sequestromy for Far Lateral Disc Hernia Direct Tubular Exo sequestromy for Far Lateral Disc Hernia
Direct Tubular Exo sequestromy for Far Lateral Disc Hernia
 
Orbeye Exoscope qui permet la Microchirurgie sans microscope.
Orbeye Exoscope qui permet la Microchirurgie sans microscope.Orbeye Exoscope qui permet la Microchirurgie sans microscope.
Orbeye Exoscope qui permet la Microchirurgie sans microscope.
 
Microchirurgie 3D 4K sans microscope: Orbeye Exoscope
Microchirurgie 3D 4K sans microscope: Orbeye Exoscope Microchirurgie 3D 4K sans microscope: Orbeye Exoscope
Microchirurgie 3D 4K sans microscope: Orbeye Exoscope
 
Techniques d'Antalgie par Cathéter en soins continus
Techniques d'Antalgie par Cathéter en soins continusTechniques d'Antalgie par Cathéter en soins continus
Techniques d'Antalgie par Cathéter en soins continus
 
La peau
La peauLa peau
La peau
 
Microsurgery without eyepieces 3D screen heads-up position
Microsurgery without eyepieces 3D screen heads-up position Microsurgery without eyepieces 3D screen heads-up position
Microsurgery without eyepieces 3D screen heads-up position
 
Digital Surgical Microscope Aesculap
Digital Surgical Microscope Aesculap Digital Surgical Microscope Aesculap
Digital Surgical Microscope Aesculap
 
Surgical Microscope Orbey Olympus en Neurochirurgie
Surgical Microscope Orbey Olympus en Neurochirurgie Surgical Microscope Orbey Olympus en Neurochirurgie
Surgical Microscope Orbey Olympus en Neurochirurgie
 

Entre technologie et humanité Partie 2 Neurochirurgie

  • 1. A. Bouras, S. Lonneville, U Coneys, et M. Triffaux 1er décembre 2018
  • 6. La neuroradiologie • A l’époque ? • Imagerie de + en + poussée • Meilleure qualité d’image • Aide anatomique (tractographie) • Aide diagnostique (spectroscopie) • Aide fonctionnelle (IRM fonctionelle – métabolisme)
  • 16.
  • 18.
  • 21. La fluorescence Video-angiographie • Par injection intraveineuse de vert d’indocyanine • La fluorescence provenant du sang, captée par la caméra infrarouge • Etude du flux vasculaire è Apporte un argument supplémentaire dans : - l’exclusion de la malformation - le maintien du flux artériel
  • 26.
  • 29.
  • 30. L’échographie per-opératoire • Lésions tumorales superficielles • Vérifier l’emplacement exact d’une lésion tumorale • ! Compense le phénomène Brain shift > navigation • Vérification de la vascularisation
  • 32.
  • 34. L’ambulatoire: Pourquoi? • La diminution des durées de séjour: – Perte du rôle éducatif du nursing, du kiné – Perte de qualité ?
  • 35. L’ambulatoire: Pourquoi? • La littérature anglo saxonne incite à envisager l’ambulatoire – Faisabilité, Sécurité, – Diminution des complications
  • 36. 27/12/15 17:26 ht t p: / / www. medscape. com/ vi duction sity score–adjusted prospective cohort study. the incidence of complications in patients undergoing single-level lumbar discectomy between ient settings, to determine baseline 30-day complication rates for lumbar discectomy, and to sk factors for complications. und Data. Lumbar discectomy is the most common spinal procedure performed and can be asis. Lower costs, greater patient satisfaction, and equivalent safety have been reported with ergoing lumbar discectomy between 2005 and 2010 were selected from The American College onal Surgical Quality Improvement Program (NSQIP) database. Patient selection was based rrent procedural terminology code. To ensure comparable inpatient and outpatient cohorts, procedures were excluded. Thirty-day postoperative complications and preoperative patient ntified and compared. Propensity score matching and multivariate logistic regression analysis selection bias and identify predictors of 30-day morbidity. mbar discectomy cases, 2658 (61.7%) underwent an inpatient hospital stay after surgery, patients had outpatient surgery. Unadjusted overall complication rates (6.5% vs. 3.5%, P < 0. ose undergoing inpatient surgery. After propensity score matching, overall complication rate inpatient cohort (5.4% vs. 3.5%, P = 0.0068). Adjusted comparison using multivariate logistic strated a significantly higher rate of complication for inpatients (odds ratio, 1.521; 95% 48– 2.206). Age, diabetes, presence of preoperative wound infection, blood transfusion, npatient hospital stay were all independent risk factors of short-term complication after lumbar sting for confounders using propensity score matching and multivariate logistic regression rgoing outpatient lumbar discectomy had lower overall complication rates than those treated as ould consider outpatient surgery for lumbar discectomy in appropriate candidates. he most common spinal surgical procedure, with more than 300,000 performed annually.[1,2] a hemilaminectomy or laminotomy followed by removal of herniated disc material, usually for opathy. Long-term outcomes of the procedure are favorable, with high patient satisfaction.[3,4] dure has necessitated a 1- to 2-day inpatient hospital stay.[1,5] The primary benefit of an monitoring of the surgical wound for signs of infection or hematoma formation and for signs of ch might require urgent intervention. In contrast, outpatients avoid the nosocomial risks of patient discectomies have been performed since at least 1985.[6] Since that time, several ow complication rates in an outpatient setting, with satisfaction rates similar to that reported zation.[1,6–8] Furthermore, other surgical subspecialties have reported lower complication rates patients undergoing the same procedure, presumably due to the decreased nosocomial risks. ewarticle/778651_print Page 1 sur 22 www.medscape.com Outpatient Surgery Reduces Short-term Complications in Lumbar Discectomy An Analysis of 4310 Patients From the ACS-NSQIPDatabase Andrew J. Pugely, MD; Christopher T. Martin, MD; Yubo Gao, PhD; Sergio A. Mendoza-Lattes, MD Spine. 2013;38(3):264-271. Abstract and Intro Abstract Study Design. Propen Objective. To compare the inpatient and outpat identify independent ri Summary of Backgro done on an outpatientb outpatient surgery. Methods. Patients und of Surgeons (ACS)Nati on a single primary cu patients with multilevel characteristics were ide were used to adjust for Results. Of the 4310 lu whereas 1652 (38.3%) 0001) were higher in th was still higher with the regression also demon confidence interval, 1.0 operative time, and an i discectomy. Conclusion. After adju analysis, patients unde inpatients. Surgeons sh Introduction Lumbar discectomy is t The procedure involves the treatment of radicul Traditionally, the proce inpatient stay is close neurological deficit whi hospitalization, and out studies have reported l with inpatient hospitali in outpatients than in in L’ambulatoire: Pourquoi? 1 Department of Orthopaedics, Mount Sinai School of Medicine, New York, New York, United States 2 Department of Health Evidence and Policy, M Medicine, New York, New York, United States Global Spine J2014;4:157–160. Address for correspondence Andrew C. Hecht, MD, 5 East 98th Street, Box 1188, New York, NY 10029, United States Introduction The performance of ambulatory surgical pr rise across all surgical fields, ranging from th cholecystectomy.2 The field of orthopedic lowed a similar path, with an ever-increasi of outpatient knee and shoulder arthros recently lumbar and cervical spine surger Keywords > spine surgery > ambulatory surgery > complications Abstract Study Desi Objective surgery in Methods Society fo univariate regression Version 9. Results surgery, ambulator complexity Surgeons i p ¼ 0.017 surgeryce center (p Conclusio there was basis bein possibleth versus tha complicati decision sh received March 24, 2014 accepted April 29, 2014 published online June 9, 2014 Global Spine Journal Original Article 157 Ambulatory Spine Surgery: A Survey Study EvanO. Baird1 SashaC. Brietzke2 Alan D. Weinberg2 Steven J.McAnany1 Sheeraz A. Qureshi1 Samuel K. Cho1 Andrew C. Hecht1 ount Sinai School of (e-mail: andrew.hecht@mountsinai.org). gn Cross-sectional study. prohibited. To assess the current practices of spine surgeons performing ambulatory the United States. An electronic survey was distributed to members of the International strictlyr the Advancement of Spine Surgery. Data were initially examined in a is manner; variables with a p value < 0.25 were entered into a multiple logistic model. All statistical analyses were performed using the SASSystem software distribution2 (SASInstitute, Inc., Cary, North Carolina, United States). Overall, 84.2% of respondents performed some manner of ambulatory spine and 49.1% were investors in an ambulatory surgery center. Surgeon investors in Unauthorized y surgery centers were more likely to perform procedures of increased than noninvestors, though limited data precluded a statistical correlation. n private practice were more likely to perform ambulatory surgery (94.3%; only. 6), and nonacademic surgeons were both more likely to invest in ambulatory use nters (p ¼ 0.0024) and perform surgery at least part of the time in a surgery ¼ 0.0039). personalns Though the numbers were too few to calculate statistical significance, a trend toward the performance of high-risk procedures on an ambulatory for t of a hospital, where a patient may have better access to care should a downloaded g undertaken by those with investment status in an ambulatory center. It is at this plays a role in the decision to perform these procedures in this setting on arise requiring emergent assessment and treatment by a physician. This was ould divest itself of financial incentives and focus entirely on patient safety. d o c u m e nt T hi s trends, we sought to assess the outpatient spine surgery environment and report the types of cases being performed ocedures is on the by those surgeons who perform spine surgery in this setting. yroid surgery1 to We conducted a survey of spine surgeon members of the surgery has fol- International Society for the Advancement of Spine Surgery ng practice trend (ISASS) regarding their experience with ambulatory spine copy3,4 and more surgery. In so doing, we hoped to characterize the current y.5–8 Given these practice of spine surgeon members of this society, including © 2014 Georg Thieme Verlag KG DOI http://dx.doi.org/ Stut tgart · New York 10.1055/s-0034-1378142. ISSN 2192-5682.
  • 37. Littérature abondante Outpatient / One day / Ambulatory Surgery : < 23h • Spine lombaire: > 500, > 10 méta analyses – De l’HDL à l’arthrodèse • Spine cervical: > 300, > 5 méta analyses – De l’HDC ACDF ou arthroplastie 1, 2 niveaux • Brain: – De la biopsie à l’exérèse tumorale -> clipping anévrisme à froid • Et chez nous ? En Europe ? En Belgique ?
  • 38. La NeuroChirurgie Ambulatoire • En Europe, en France 2015 1ère HDL
  • 42. L’ambulatoire: Parce que • Les améliorations en chirurgie: – Minimally Invasive Surgery, lessMIS, ultraMIS, • Techniques percutanées • Endoscopie, microscope, exoscope, – Améliorations techniques: • Écarteurs spécifiques, nouveaux implants, – Alternative à la prise de greffe osseuse – Navigation, Rx en 3D, Scanner per op, Robot
  • 43. L’ambulatoire: Parce que Abord latéral DLIF et fixation latérale X jaws
  • 44. L’ambulatoire: Parce que Abord latéral DLIF et fixation latérale X jaws
  • 45. L’ambulatoire: Parce que • Contrôle imagerie 3D immédiat en per op
  • 46. L’ambulatoire: Parce que • Ces améliorations en chirurgie: – Réduisent les traumatismes tissulaires – Préservent la musculature – Réduisent les pertes sanguines – Diminuent les douleurs – Permettent une mobilisation rapide – Réduisent la durée d’intervention – Réduisent le risque d’infection
  • 47. L’ambulatoire: • MAIS la chirurgie doit être: – Parfaitement maîtrisée – non seulement par l’opérateur – mais aussi par l’ensemble de l’équipe – Le programmes op. doit être adapté
  • 48. L’ambulatoire: Parce que • Les améliorations en anesthésiologie et dans l’antalgie post opératoire le permettent • Le coût en santé publique (HD 722.10) – 4ème motif d’hospi (actifs) en 2000 – 11.625 séjours hospi de 6,1 jours en 2000 – KCE: 10.000 HD opérées/an dont 0,1% HJ – DMS 2016: 4,2 jours APDRG 310 < 75ans Sév.1
  • 49. L’ambulatoire: Pourquoi NON • En Belgique –La complication à domicile –Les antibiotiques IV 24h? –La kinésithérapie post op immédiate –La position des sociétés savantes –Les aspects médico légaux – La perte financière pour le gestionnaire
  • 50. L’ambulatoire Pourquoi NON • La complication à domicile Si complication, elle survient dans les 6h(?) –HD Lombaire: • hématorachis compressif 0 à 0,1% • Brèche de dure mère 1,8 à 5,3 % => Facteurs de risque: > 60 ans, diabète I, coagulopathie.
  • 51. L’ambulatoire Pourquoi NON • La complication à domicile Si complication, elle survient dans les 6h (?) –HD Cervicale: • Hématome suffocant 0 à 2,4 % Idem chirurgie thyroïde, Carotidienne => Facteurs de risque: tabac, asthme, > 50 ans, > 2 niveaux
  • 52. • Les sociétés savantes – ? BBS – SFCR • Les aspects médico légaux – Absence de jurisprudence en rachis ambu ? Perte de chance versus patient hospitalisé L’ambulatoire Pourquoi NON vous de vos jam- bles: en posant un che, l’autre jambe du buste. qui vous convient enraidie, ne cher- votre chirurgien, e génanteles ion muscu- laire postérieure. La durée de la station assise augmente progressive- ment. L‘utilisation d‘un fauteuil profond est déconseillée et il est préférable de choisir un fauteuil droit et dontl’assise est haute. L‘utilisation d‘un réhausseur de toilettes est optionnelle. Changez fréquemment de position et marchez réguli- èrement sans toutefois vous y obliger. Il est fondamental après une chirurgie de trouver lejuste rythme devie. . A distance de l’intervention et après avis de votre chirurgien, quelques exercices simples de gymnastique pourront être repris. Vous pourrez muscler votre dos, votre ventre et vos jambes comme un kinésithérapeute est habilité à vous l’indiquer. . L’économie du dos se fait toujours par une meilleure utilisation des membresinférieurs. . Pour vous chausser ou vous habiller, ne vous penchez terre ou le pied à chausser sur une chaise. Ce que vous ne devez pasfaire: Se vriller pour se lever, en position assise ou couchée. Vous allez être opéré de la colonne vertébrale en ambulatoire: La chirurgie ambulatoire est un mode de prise en charge permettant de raccourcir votre hospitalisation pour une intervention chirurgicale à une seule journée. Vous rentrez donc le matin pour être opéré le jour même et ressortir le soir. La durée de séjour à l‘hôpital est de quelques heures à moins de 12 heures. Ce document a pour objectif de vous informer sur les périodes qui vont entourer votre intervention: •La préparation de votre séjour •Votre admission dans le service de chirurgie ambu- latoire jusqu‘à votre départ au bloc opératoire • Le retour en unité d’hospitalisation jusqu’àvotre sortie • Le déroulement de votre convalescence à domicile suivent cette intervention chriugciale6. Que pouvez vous faire dans les jours qui Principe des exercices post-opératoires: Comment se baisser: Les exercices sont à réaliser lentement, sans brutalité et Le dos ne doit pas être sollicité, servez- ne doivent pas entraîner de douleur ou de contracture. bes. Plusieurs méthodes sont envisagea La respiration lors de ces exercices doit être calme et genou à terre ou en fléchissant une han profonde, sans essoufflement, décollée du sol dans le prolongement Pendant les exercices, le dos doit rester droit afin de Vous utiliserez au quotidien la méthode protéger la musculature paravertébrale, le mieux. Si votre colonne lombaire vous semble La position assise est possible mais un siège haut doit chez pas à forcer. être privilégié, afin de maintenir un angle entre les cuis- ses et le tronc supérieur à120°. Comment se lever ? Les épaules et le bassin doivent bouger ensemble dans le même plan afin de ne pas solliciter votre Pour s‘asseoir: dos en torsion. La tête de lit doit être strictement Sauf indication contraire de la part de horizontale afin de ne pas vous re- la position assise est libre. Elle peutêtr trouver en inclinaison latérale une premières semaines en raison dela cicatrisat fois sur le côté. Ne pliez que la jambe qui vous ser- vira à pousser sur le matelas afinde permettre la rotation dubassin. Le tronc tourne en même temps que lebassin. Agrippez le montant de la barrière du lit peut aider à setourner. Tournez vous sur le côté puis sor- tez les pieds tout envous aidant du bras, les jambes faisant contrepoids par rapport au tronc. Veillez à ce que votre dos reste bien droit du- rant la phase de bascule, jusqu‘à la position assise. IMPORTANT: Mouvement de bascule au bord de lit: dans le même temps, lesjambes descendent et le buste se redresse. pas en avant genoux tendus mais mettez un genou à Coordonnées de votre praticien:
  • 53. L’ambulatoire Pourquoi OUI • Patient acteur de sa pathologie • Projet fédérateur dans l’équipe • Ambulatoire pour ambulatoire => Arrivée debout du patient au bloc op.
  • 54. L’ambulatoire Comment • Groupe de travail – Chirurgie / Anesthésistes – Kiné, Nursing, Brancardier, – Administration – Accord des directions –Retour d’expérience des patients
  • 55. L’ambulatoire Comment • Remise en question du trajet soins • Tout anticiper pour le jour J – Consultation chir, anesth, – Coaching kiné ( Mr Mathieu K.), nursing – Programmation opératoire –Techniques chirurgicales –Check list de sortie –Suivi après sortie J1 , J7
  • 56. L’ambulatoire Comment • Tout anticiper pour le jour J – Consultation • Questionnaire ADH • Questionnaire Spine Tango (Kiné) • Cahier de liaison Outil associé à la recommandation de bonne pratique « Arrêt de la consommation de tabac : du dépistage individuel au maintien de l’abstinence » HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / octobre 2014 © Haute Autorité de Santé – 2014 1 Échelle HAD : Hospital Anxiety and Depressionscale L’échelle HAD est un instrument qui permet de dépister les troubles anxieux et dépressifs. Elle comporte 14 items cotés de 0 à 3. Sept questions se rapportent à l’anxiété (total A) et sept autres à la dimension dépressive (total D), permettant ainsi l’obtention de deux scores (note maximale de chaque score = 21). 1. Je me sens tendu(e) ouénervé(e) - La plupart du temps 3 - Souvent 2 - De temps en temps 1 - Jamais 0 2.Je prends plaisir aux mêmes choses qu’autrefois - Oui, tout autant 0 - Pas autant 1 - Un peu seulement 2 - Presque plus 3 3.J’ai une sensation de peur comme si quelque chose d’horrible allait m’arriver - Oui, très nettement 3 - Oui, mais ce n’est pas trop grave 2 - Un peu, mais cela ne m’inquiète pas 1 - Pas du tout 0 4. Je ris facilement et vois le bon côté des choses - Autant que par le passé 0 - Plus autant qu’avant 1 - Vraiment moins qu’avant 2 3- Plus du tout 5. Je me fais dusouci - Très souvent - Assez souvent - Occasionnellement 3 2 1 - Très occasionnellement 0 6. Je suis de bonnehumeur - Jamais 3 - Rarement 2 - Assez souvent 1 - La plupart du temps 0 - Rarement - Jamais 3 8. J’ai l’impression de fonctionner au ralenti - Presque toujours 3 - Très souvent 2 - Parfois 1 - Jamais 0 9. J’éprouve des sensations de peur et j’ai l’estomac noué - Jamais - Parfois - Assez souvent - Trèssouvent 0 1 2 3 10. Je ne m’intéresse plus à mon apparence - Plus du tout 3 - Je n’y accorde pas autant d’attention que je devrais 2 - Il se peut que je n’y fasse plus autant attention 1 - J’y prête autant d’attention que par le passé 0 11. J’ai la bougeotte et n’arrive pas à tenir en place - Oui, c’est tout à fait le cas 3 - Un peu - Pas tellement - Pas dutout 2 1 0 12. Je me réjouis d’avance à l’idée de faire certaines choses - Autant qu’avant - Unpeumoins qu’avant - Bien moins qu’avant - Presque jamais 0 1 2 3 13. J’éprouve des sensations soudaines de panique - Vraiment trèssouvent - Assez souvent - Pas très souvent - Jamais 3 2 1 0 14. Je peux prendre plaisir à un bon livre ou à une 7. Je peux rester tranquillement assis(e) à ne rien bonne émission de radio ou de télévision faire et me sentir décontracté(e) -Souvent 0 - Oui, quoi qu’il arrive 0 -Parfois - Oui, en général 1 -Rarement 1 2 2 - Très rarement 3 Des problèmes de dos peuvent entraîner des douleurs du dos et/ou des douleurs dans les jambes/fesses, ainsi que des troubles de la sensibilité tels des picotements, fourmille- ments, ou encore une diminution de la sensibilité dans ces mêmes régions. I pas du tout I un peu I modérément I beaucoup I énormément I très satisfait(e) I plutôt satisfait(e) I ni satisfait(e) ni insatisfait(e) I plutôt insatisfait(e) I très insatisfait(e) 1 Parmi les problèmes suivants, lequel vous gêne le plus ? Ne cochez qu' une seule réponses.v.p. 4 Si vous deviez passer le restant de votre vie avec les symptômes que vous avez maintenant, comment vous sentiriez-vous? I douleur du dos I douleur dans la jambe/fesse I troubles de la sensibilité dans le dos/jambes/fesses (par ex. picotements, fourmillements, diminution de la sensibilité)I aucun de ces problèmes Intervalle d'examination 5 En repensant à la semaine écoulée , comment évaluez-vous votre qualité de vie? I très bonne I bonne I moyenne I mauvaise tournez la pages.v.p. I très mauvaise Instructions Veuillez utiliser un crayon #2 pour remplir leformulaire. Les questions sont à réponse unique. Veuillez noircir entièrement les case de marquage. Champs obligatoires par ex. 4 mois C O M I = C or e O ut c om e M eas ur es Index Spine Tango COMI Considération patient Nom Prénom Sexe N° dupatient Al'usageinterne. Pasluparlescanner. Numéro de Sécurity sociale (no.AVS) Date de naissance (JJ.MM.AAAA) Rue Pays Code postal Ville 3 Durant la semaine écoulée , à quel point vos problèmes de dos ont-elles gênévos activités habituelles(votre travail comme vos activités domestiques)? Compatible au registre SGSSWISSspine 2 Pour les 2 questions suivantes (2a et 2b), nous aimerions que vous indiquiez l'intensité de votre douleur en cochant une réponse ('0' = aucune douleur, '10' = lapire douleur imaginable). Il y a des questions séparées pour les douleurs dudos et douleurs dans la jambe(sciatique)/fesse 2a Quelle a été l'intensité de votre douleur de dos durant la semaine écoulée? aucune 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 la pire douleur douleur I I I I I I I I I I I imaginable 2b Quelle a été l'intensité de votre douleur dans la jambe(sciatique)/ fesse durant la semaine écoulée? aucune 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 la pire douleur douleur I I I I I I I I I I I imaginable C opyr i ght M E M doc , 2012 All r i ghts r eser ved 01.06.2012 con2se0rv1ati2ve Dos I 5 ans = 4 mois/12 mois I 4 ans I 3 ans I 6 semaines I 1 an I autre: ..............ans = 0.33 an I 4 semaines I 9 mois I à la sortie I 3 mois I avant le traitement I 2 mois I 2 ans (fin de traitement) I 6 mois
  • 57. Notre expérience en 2016 • Matériel et méthodes – Année 2016: 1 chirurgien 20 procédures (<5%) – 2 types de chirurgie: • Rachidienne: HDL, HDC, KAS, Vertébroplastie • Antalgie interventionnelle: neurostim, pompe – Succès prise en charge: • Absence de conversion en hospi classique • Absence d’anomalie à l’appel du lendemain • Absence de réhospitalisation à 48h
  • 58. Notre expérience • Patients N=20 – Âge: 51 ans ( 28-77 ans) – Sexe: 11 F/ 9H – Rachis: 6 HDL, 1 HDC, 2 vertébro, 2 KAS – Ch douleur: 6 neurostim, 3 pompes
  • 59. Notre expérience • Succès 90%– Conversion 2/20 • 1 spasme coronarien • 1 absence d’accompagnant J0 – Appel du lendemain 18/18 OK 100% – Réhospitalisation à 48H00 0/18 100%
  • 60. Notre expérience • => améliorer la communication • Finalisation du cahier de liaison • Questionnaire de satisfaction – Rôle du médecin traitant: environnement – Idées « fausses »: • Pas uniquement les indépendants • Pas plus difficile en fonction de l’âge
  • 61. Les PLUS de l’ambulatoire • Le patient devient acteur • En faire un projet fédérateur pour l’équipe • Une remise en question de nos pratiques • Un bénéfice pour les autres patients • Une augmentation de qualité de soins • Un moyen de communication
  • 63. L’ambulatoire oui … MAIS • Perte pour le gestionnaire: OUI • De combien: ??? • À relativiser en fonction – Diminution de la moyenne de la DS – Augmentation des lits justifiés – Activité ambulatoire anecdotique 5% • Ne pas pénaliser l’ambulatoire
  • 64. L’ambulatoire oui … MAIS • Pas d’économie linéaire • Pas de banalisation du geste • Une appli pour un suivi à domicile ?
  • 66. L’ambulatoire: OUI L’ambulatoire est la partie émergée de la Rapide Récupération Après Chirurgie ambulatoire RRAC
  • 67. L’ambulatoire: OUI Groupe de travail x1/ mois - Nursing - Kiné - Médecins - Administratifs
  • 68. L’ambulatoire en Neurochirurgie ? Non peut être ! Merci Drs S. Lonneville et A. Bouras (neurochirurgie) Drs V. Brouillard, X. Finne, D. Lamblin, F. Wandji (anesthésiologie) Mr M. Henrard, Mme S. Jonquil et service 7100 (Amélie, Jérôme, …) Mlle L. Canon (Condorcet) Mr M. Karsenty (kinésithérapie) Mme AM Eeman et Mr G Klinckemaillie (cellule qualité) Mme B. Père, Mme P Gahide, Dr L. Lacroix et bloc opératoire Mr G. Coupe (hospitalisation à domicile) Mr J. Delaunoy (cadre nursing)
  • 69.
  • 76.
  • 79.
  • 81. La personnalisation en chirurgie du rachis • Trouver la bonne lordose lombaire (LL) • Quel est la meilleure LL? • Comment calculer la LL optimale? • Equation : LL= 0,45 x PI + 31,8 (1) (2)
  • 82. La personnalisation en chirurgie du rachis • Faire un bilan préopératoire adéquat • Rx Full Spine « avec sphère de calibration pour une planification optimale » • Irradiation • Position du patient • X-ray magnification factor • EOS • 3D • Division de l’irradiation par 10 (3)
  • 83. La personnalisation en chirurgie du rachis • Planification préopératoire et compilation des données cliniques • Comment obtenir la correction planifiée? • Par quelle approche chirurgicale? • PLIF à 5-10° • TLIF à 5-10° (15° si arthrectomie ) • ALIF à 10-20° (Open surgery) • OLIF à 10° • DLIF à 10° (MIS) • Ostéotomie à 30° PSO
  • 84. La personnalisation en chirurgie du rachis • Création de tiges spécifiques à chaque patient • Manuellement en peropératoire • Difficile de donner le bon angle • Impossible d’avoir les deux mêmes tiges • Pré-cintrage des tiges selon les calculs réalisés lors du bilan pré-opératoire
  • 87.
  • 88.
  • 90. 1. L’acquisition de l’imagerie: Ctscan low dose 2. La reconstruction 3D des vertèbres 3. La planification pré opératoire Le guide 3D: La procédure en 6 étapes 1. 3.2.
  • 93. Le guide 3D: L’intérêt du viseur 3D • Augmentation de la précision • Diminution de l’irradiation du patient et du personnel de salle d’opération – 66% • Planification et livraison stérile des implants • Rapport coût technologique / gain de précision en faveur de l’impression 3D
  • 96. Références • (1) Calculation of the Target Lumbar Lordosis Angle for Restoring an Optimal Pelvic Tilt in Elderly Patients With Adult Spinal Deformity. Spine (Phila Pa 1976). 2016 Feb;41(4):E211-7. doi: 10.1097/BRS.0000000000001209. • (2) Radiological analysis of lumbar degenerative kyphosis in relation to pelvic incidence. Spine J. 2012 Nov;12(11):1045- 51. doi: 10.1016/j.spinee.2012.10.011. Epub 2012 Nov 14. • (3) Radiation dose of digital radiography (DR) versus micro- dose x-ray (EOS) on patients with adolescent idiopathic scoliosis: 2016 SOSORT- IRSSD "John Sevastic Award" Winner in Imaging Research. Scoliosis Spinal Disord. 2016 Dec 29;11:46. doi: 10.1186/s13013-016-0106-7. eCollection 2016.
  • 97.
  • 98. A. Bouras, S. Lonneville, U Coneys, et M. Triffaux 1er décembre 2018
  • 99. Et demain ? • La phase 2
  • 100. Et demain ? • Microscope DSM projet 2020 B Braun Aesculap Kinévo 900 Zeiss Olymus/Sony Synaptive
  • 101. Et demain ? • Microscope DSM projet 2020
  • 102. Et demain ? • Le casque de réalité augmentée
  • 103. Et demain ? • Les robots ?
  • 104. Et demain ? • Les robots ?
  • 106. 1 Et demain ? • Concrétisation du passeport ambulatoire • Optimalisation pré opératoire des patients Récupération Après Chirurgie
  • 107. Et demain ? Ils et elles resterons indispensables
  • 108. MERCI