Compte rendu de stage Miguel Marin

31 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
31
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Compte rendu de stage Miguel Marin

  1. 1.     Rapport de Stage Miguel Marín Stage réalisé au Laboratoire de Biologie Moléculaire et Cellulaire du Cancer du 27/06/2011 au 08/07/2011 Tuteur (école européenne): Mme. Camila Viana Tuteur (LBMCC) : M. Cyril Sobolewski (Doctorant troisième année de thèse) Responsable du laboratoire : Dr Marc Diederich Laboratoire de Biologie Moléculaire et Cellulaire du Cancer Fondation de recherche « Cancer et Sang », Hôpital Kirchberg, Luxembourg
  2. 2.     Remerciements Je remercie le Docteur Marc Diederich pour m’avoir permis de réaliser ce stage dans son laboratoire Je remercie également M. Cyril Sobolewski pour l’encadrement durant ces deux semaines de stage Je remercie aussi l’ensemble des membres du laboratoire et particulièrement,le Dr. Sébastien Chateauvieux, Dr. Marie-Hélène Teiten, Dr. Cindy Grandjenette, Mlle. Christina Grigorakaki, Mlle. Noémie Legrand, Mlle. Fabienne Mack.
  3. 3.     Sommaire 1   Présentation du lieu de Stage  ......................................................................................  1   2   Personnel du laboratoire  .............................................................................................  2   3   Activités du laboratoire  ...............................................................................................  3   3.1   Objectifs et équipes de recherche  ......................................................................................  3   3.2   Réunions, diffusion des informations  ................................................................................  4   3.3   Autres projets  ....................................................................................................................  4   4   Matériels du laboratoire  .............................................................................................  5   5   Autres activités du laboratoire  ....................................................................................  7   5.1   Le Boy’s day et le Girl’s Day  .............................................................................................  7   5.2   Organisation de congrès internationaux  ...........................................................................  8   5.3   La nuit des chercheurs  ......................................................................................................  9   5.4   Course de vélo (2 Stonnen Vélo)  ......................................................................................  10   5.5   Activités associatives  ........................................................................................................  11   6   Réalisation du stage  ...................................................................................................  12   6.1   Sensibilisation à quelques normes de sécurité du laboratoire  .........................................  12   6.2   Initiation à la culture cellulaire et à l’étude de la prolifération et de la mort cellulaire de cellules leucémiques  ..................................................................................................................  13   6.3   Initiation à la microscopie : coloration de May-Grünwald Giemsa  ................................  15   6.4   Initiation au Western Blot  ...............................................................................................  16   6.5   Autres activités réalisées  ..................................................................................................  17   6.6   Interviews réalisées/impressions  ......................................................................................  18   7   Conclusion  .................................................................................................................  20  
  4. 4. 1     1 Présentation du lieu de Stage Pendant les deux semaines de stage, j’ai travaillé au Laboratoire de Biologie Moléculaire et Cellulaire du Cancer (LBMCC) à l’Hôpital du Kirchberg (9, rue Edward Steichen L-2540 Luxembourg). Ce laboratoire, privé, appartient à la Fondation Recherche sur le Cancer et les Maladies du Sang. Le laboratoire comprend une surface de 589 m! pour environ 25 chercheurs. L’équipement et l’infrastructure du laboratoire appartiennent à l’association « Recherches Scientifiques Luxembourg (RSL). Le laboratoire est financé par différentes associations caritatives dont le « Télévie » et « An Haerz fir kriibskrank Kanner » qui supporte la lutte contre le cancer au Luxembourg (le chef du laboratoire, le Dr. Marc Diederich en fait partie en tant que conseiller médical). Il est aussi financé par le « Fonds National de Recherche du Luxembourg », par le FNRS belge, par le ministère de la recherche luxembourgeois, par les actions « Marie Curie ». Les logos de ces différents organismes sont représentés ci-dessous.
  5. 5. 2     2 Personnel du laboratoire Le laboratoire comprends 30 chercheurs, employés par la fondation recherche cancer et maladie du sang et par l’association « Recherches Scientifiques Luxembourg ». Le laboratoire se compose de la façon suivante : - Le responsable du laboratoire, le Dr. Marc Diederich, - Les chercheurs permanents : Dr. Claudia Cerella, Dr. Franck Morceau, Dr. Michael Schnekenburger, Dr. Marie-Hélène Teiten, Dr. Sébastien Chateauvieux, Dr. Cindy Grandjenette, Dr. Marc Schumacher - Les chercheurs Post-Doctorants : Dr. Monika Jain, Dr. Mareike Kelkel, , Dr. Elodie Viry. - Les étudiants en doctorat (M. François Gaascht, Mlle. Christine Grigorakakis, M. Tommy Karius, Mlle. Noémie Legrand, Mlle. Barbora Orlikova et M. Cyril Sobolewski), - Les étudiants en master (Mlle. Anne Trécul, Mlle. Carole Seidel, Mlle. Anne-Kathrin Baltes et M. Florian Muller), une bio informaticienne (Mlle. Anthoula Gaigneaux), deux techniciennes (Mlle. Fabienne Mack et Mlle. Estelle Henry) et enfin une coordinatrice pour les projets et les évènements (Mlle. Karoline Noworyta).
  6. 6. 3     3 Activités du laboratoire 3.1 Objectifs et équipes de recherche Ce laboratoire a pour but principal d’étudier l’effet de produits naturels sur les cellules cancéreuses (surtout dans les cellules leucémiques), l’expression de certains types de gènes associés à l’apparition de tumeurs, et le développement de la résistance des cellules aux traitements anti-cancéreux. Le laboratoire est subdivisé en quatre équipes de recherche différentes. Il y a tout d’abord une équipe de recherche sur les produits naturels. Cette équipe a pour objectif d’extraire et purifier les produits d’origine naturel et d’étudier leurs effets sur des cellules tumorales. Une autre équipe de recherche travaille sur le lien entre l’anémie et les cancers du sang. Les leucémies sont responsables d’une perturbation de la fabrication des cellules du sang. L’un des facteurs responsables de cet effet est la cytokine pro-inflammatoire TNFα. Cette équipe a pour but d’étudier les moyens d’inhibition de la cytokine TNFα . Un troisième groupe de chercheurs travaillent sur les modifications épigénétiques dans le cancer. L’épigénétique est l’ensemble des modifications qui ont un effet sur l’expression d’un gène indépendamment de la séquence d’ADN, à l’inverse de la génétique. Cette équipe est spécialisée dans l’étude des mécanismes épigénétiques qui contribuent à la prolifération ou la survie des cellules cancéreuses. Ces chercheurs étudient aussi les effets de molécules synthétiques ou issues de produits naturels sur ces modifications épigénétiques. Enfin un groupe étudie l’apoptose et l’inflammation. L’apoptose est un mécanisme de mort cellulaire qui est perturbé dans les cellules tumorales. Par ailleurs, l’inflammation contribue à la prolifération et à la survie de ces cellules. L’objectif principal de ce groupe est d’étudier l’impact des médiateurs d’inflammation dans le contrôle de l’apoptose ou dans la survie des cellules cancéreuses.
  7. 7. 4     3.2 Réunions, diffusion des informations Depuis 2005, le LBMCC participe à des séminaires hebdomadaires tous les mardis où les idées sont partagées entre les différents scientifiques ce qui leur permet d’améliorer leurs compétences ainsi que de développer leurs projets. Les membres du laboratoire participent aussi régulièrement à des meetings nationaux ou internationaux. Des réunions permettant de montrer l’avancement des travaux sont organisées, par équipe, toutes les deux semaines. Elles permettent de discuter des résultats, de résoudre les problèmes relatifs aux projets, d’émettre de nouvelles hypothèses ou encore de discuter d’autres problèmes, comme par exemple les problèmes concernant l’équipement. J’ai eu l’occasion de participer à une de ces réunions où j’ai simplement écouté. 3.3 Autres projets Le Laboratoire participe aussi à des projets européens comme par exemple le « RedCat-Network » (Natural Products and related Redox Catalysts), depuis 2008. Ce réseau est fait pour proposer des « entraînements » à des chercheurs expérimentés et des chercheurs stagiaires. Le LBMCC est partenaire de la CORENA-Network depuis 2009. CORENA- Network collabore avec l’Université de Metz et avec l’Université de Saarbrücken qui met en avant l’utilisation de produits naturels dans la recherche et l’industrie.
  8. 8. 5     4 Matériels du laboratoire Le laboratoire est équipé avec tout le matériel standard nécessaire aux chercheurs. Les équipements proviennent de l’argent des différentes associations et des dons de particuliers. L’équipement de base comporte : - 3 hottes à flux laminaires et 3 incubateurs à CO2 pour la culture cellulaire - 5 congélateurs (-20°C), 3 congélateurs (-80°C) pour la conservation de réactifs et d’échantillons - Deux microscopes à fluorescence avec une caméra digitale ainsi que deux microscopes photonique classique et un microscope à contraste de phase - Plusieurs centrifugeuses - Equipement d’électrophorèse pour analyser l’ADN, l’ARN et les protéines - Kodak image Station 400,. - Appareils de mesure: spectrofluorimètre, luminomètre, spectrophotomètre. - équipement informatique: 20 Macintoshs et 10 PCs Ci-dessous, quelques photos du matériel que j’ai utilisé pendant mon stage : Flasques de culture cellulaire sous une hotte à flux laminaire
  9. 9. 6     Incubateur (à gauche) et microscope à fluorescence (à droite) Le pipetman qui permet de prélever différents volumes de solution en utilisant des pipettes Une centrifugeuse
  10. 10. 7     5 Autres activités du laboratoire En dehors de ses activités principales de recherche, le laboratoire organise et participe à plusieurs évènements permettant de collecter de l’argent pour la recherche, de promouvoir le laboratoire, d’initier des étudiants au métier de chercheur. Le laboratoire encadre aussi beaucoup de stagiaires. 5.1 Le Boy’s day et le Girl’s Day Pendant cet évènement, des garçons ou des filles des lycées du Luxembourg visitent le laboratoire afin de s’initier au métier de chercheur. Durant cet événement, les étudiants apprennent à utiliser quelques équipements, comme par exemple les pipettes. Les chercheurs leur expliquent aussi un peu le fonctionnement du laboratoire ainsi que le but des recherches. Pendant le « Girl’s Day 2011 », dans une salle de conférences un des membres du laboratoire explique aux filles le fonctionnement et les buts du labo. Pendant le « Boy’s Day » un étudiant apprend à utiliser une pipette
  11. 11. 8     5.2 Organisation de congrès internationaux Le laboratoire organise chaque année des congrès internationaux qui ont pour but de rassembler des chercheurs travaillant dans un même domaine, afin de présenter leurs avancés. Ces congrès permettent par ailleurs de nombreuses collaborations. Les derniers congrès que le laboratoire a organisé étaient : Signal Transduction (2000/2002/2004), Apoptosis (2003/2008), Chromatin (2004), Cell Signaling (2006) et Inflammation (2010). Cette année, le laboratoire a organisé le congrès « Cell Signal Omics ». Cet évènement a permis de rassembler 350 participants. Ci-dessous, quelques photos de ce congrès. Un chercheur présente son projet dans une salle de conférence Plusieurs chercheurs lisent les différents posters.
  12. 12. 9     5.3 La nuit des chercheurs Le laboratoire participe aussi à la nuit des chercheurs, une fête de la science qui se déroule au sein même de la ville de Luxembourg. Pendant une soirée, seul ou en famille il est possible de visiter différents stands où des chercheurs expliquent leurs projets et font découvrir leur métier par le biais d’ateliers. L’année dernière le LBMCC a organisé un stand sur le thème « Les Plantes, les Hommes et le Cancer ». Ci-dessous, quelques photos de cet événement. Le stand du laboratoire pendant la « Researcher’s Night 2009 » (Thème : Les Plantes, Les Hommes et Le Cancer)
  13. 13. 10     5.4 Course de vélo (2 Stonnen Vélo) Tous les ans l’Hôpital du Kirchberg organise une course à vélo (« 2 Stonne Vélo ») qui permet de récolter des fonds pour le laboratoire. Le laboratoire y participe aussi. Les employés de l’hôpital participent chaque année à cette course qui permet de rapporter de l’argent au laboratoire
  14. 14. 11     5.5 Activités associatives Le laboratoire est financé par plusieurs associations. L’une de ces associations est le Télévie, qui a pour objectif la collecte d’argent pour la recherche contre le cancer. Ainsi, le laboratoire prend aussi part à des évènements importants organisés par le Télévie. Une de ces activités est par exemple : le « spinning », organisé par le groupe RTL. Le Spinning Le LBMCC est aussi présent à la Soirée de Clôture du Télévie. Cette soirée a pour but de communiquer aux téléspectateurs l’intérêt de faire des dons pour la recherche. Durant cette soirée, le Télévie reçoit des dons par téléphone. Les chercheurs décrochent les téléphones et reçoivent les dons.
  15. 15. 12     6 Réalisation du stage Pendant les deux semaines de stage, j’ai travaillé du lundi au vendredi de 8h à 16h. Durant ce stage, j’ai pu participer à différents types d’activités. J’ai dû faire du travail d’exécution mais aussi du travail avec un peu d’initiative. Quotidiennement, avec l’aide de mon tuteur, M. Cyril Sobolewski ou avec les autres membres j’ai fait quelques expériences et j’ai utilisé une partie de l’équipement de base. J’ai aussi discuté avec d’autres chercheurs sous forme d’interviews, afin de mieux connaître le métier de chercheur. 6.1 Sensibilisation à quelques normes de sécurité du laboratoire J’ai tout d’abord été sensibilisé aux règles de sécurité du laboratoire. Le port de la blouse est obligatoire et des gants en latex sont systématiquement utilisés lors de l’utilisation de matériels chimiques ou biologiques dangereux. J’ai donc réalisé les dangers que peut comporter ce travail. Le travail en laboratoire est soumis à de nombreuses règles de sécurité. Par exemple, les différents flacons du laboratoire présentent des symboles de danger:
  16. 16. 13     6.2 Initiation à la culture cellulaire et à l’étude de la prolifération et de la mort cellulaire de cellules leucémiques Dans un premier temps, j’ai consacré une partie de mon temps à la théorie pour avoir quelques notions de base. Le laboratoire ayant comme principal objectif l’étude de l’effet de molécules d’origine naturelle sur les cellules cancéreuses, j’ai travaillé sur des cellules cancéreuses U937 (cellules leucémiques). Mon travail a consisté à étudier l’effet de la curcumine (un produit naturel issu de la plante Curcuma longa) sur la prolifération et la mort cellulaire de ces cellules. Pour réaliser cette expérience, j’ai appris à faire de la culture cellulaire. Les différents types de cellules sont maintenus dans une atmosphère à 37°C et avec 5% de CO2, à l’intérieur d’un incubateur, afin qu’elles prolifèrent pour que les chercheurs puissent les étudier. Les cellules sont mises dans un milieu de culture. Ce milieu fournit aux cellules ce dont elles ont besoin pour survivre et proliférer. Au laboratoire j’ai utilisé du milieu « RPMI 1640 ». Ce milieu de culture contient des acides aminés, 10% de sérum de veau fœtal, du glucose et de l’ultra-glutamine, des antibiotiques à 1% et un indicateur de pH (rouge de phénol). J’ai eu l’occasion de travailler sous une hotte à flux laminaire. Cette hotte, grâce à un système de ventilation complexe permet de travailler dans des conditions stériles pour éviter les contaminations indésirables. J’ai dû apprendre à compter les cellules en utilisant le bleu de trypan et une cellule de Malassez. Le bleu de trypan est un colorant vital, qui est capable de pénétrer dans les cellules en nécrose (processus dégénératif des cellules qui peut provoquer des infections) leur donnant ainsi une coloration bleue. La cellule de Malassez est une grille de 10×10 ou chaque ligne correspond à 0,1µL (total : 1µL). Ensuite il faut l’observer au microscope et compter 3 lignes au hasard, faire une moyenne (résultat en cellule/0,1µL), multiplier par 2 (facteur de dilution : bleu de trypan) et enfin multiplier par 10000 pour avoir un résultat en cellules/mL. Le comptage n’inclut que les cellules vivantes c’est-à-dire, toutes les cellules qui ne sont pas bleues. Par exemple, si sur les trois lignes il y a 30 cellules. La moyenne est donc de 10 cellules, ce qui multiplié par 2 est égal a 20 cellules et multiplié par 10000 nous fait donc 200000 cellules/mL.
  17. 17. 14     Lors de cette expérience j’ai aussi utilisé la centrifugeuse et grâce à un des microscopes, équipé d’une caméra j’ai pu les prendre en photo. En observant les photos j’ai pu constater qu’il y avait plusieurs cellules en apoptose. L’apoptose ou mort cellulaire programmée, est un processus qui élimine les cellules surnuméraires et dysfonctionnelles et qui se caractérise par une fragmentation du noyau des cellules. Après avoir observé deux échantillons traités avec la curcumine : 10µmol/L et 40µmol/L, la conclusion était la suivante : la curcumine à une concentration de 10µmol/L inhibe la prolifération cellulaire sans pour autant provoquer de la nécrose dans les cellules. À 40µmol/L la curcumine inhibe la prolifération mais provoque une nécrose de la plupart des cellules. Cellules U937 après le traitement avec la curcumine. Cette image nous montre quelques cellules en apoptose (rouge) et des cellules vivantes (bleu)
  18. 18. 15     6.3 Initiation à la microscopie : coloration de May-Grünwald Giemsa J’ai eu l’occasion de découvrir l’intérêt de la microscopie en cancérologie. En effet, l’observation des cellules permet d’obtenir des renseignements sur la prolifération de ces cellules mais aussi de savoir si ces cellules meurent ou présentent d’autres changements morphologiques. Ainsi, il est possible d’étudier l’effet d’une molécule juste par observation. Cependant, en absence de coloration, il n’est pas possible de voir les différents compartiments de la cellule. Avec mon tuteur, j’ai eu l’occasion de réaliser une coloration May-Grünwald Giemsa des cellules U937. Cette expérience consiste à colorer les différents compartiments des cellules comme le noyau, le cytoplasme par exemple. Grâce à une centrifugeuse les cellules sont d’abord projetées sur une lame. Ensuite la lame est trempée dans trois bains : le premier contient du méthanol qui permet la fixation des cellules ; le deuxième, la solution de May –Grünwald, qui contient du bleu de méthylène et de l’azure de méthylène ; le troisième contient la solution de Giemsa qui est composée par de l’Eosine. Cette coloration se base sur le principe des réactions entre les acides et les bases. Le bleu et l’azure de méthylène, qui sont des colorants basiques se fixent sur l’ADN (acide) et l’éosine qui est un colorant acide réagit avec les parties basique de la cellule. Cette technique permet ainsi d’étudier la prolifération des cellules en observant les cellules en mitose mais aussi de savoir si les cellules meurent par apoptose. J’ai eu l’occasion d’observer ce type de coloration au microscope et y distinguer quelques phases de la mitose (prophase, métaphase). Durant l’observation au microscope, j’ai remarqué que les cellules cancéreuses présentent des morphologies anormales, comme par exemple la présence de plusieurs noyaux dans une cellule. Sur cette photo prise grâce à un microscope équipé d’une caméra nous pouvons voir une photo avec des cellules en prophase (flèche rouge) et aussi des cellules en anaphase (flèche bleue).
  19. 19. 16     6.4 Initiation au Western Blot Avec Mlle. Fabienne Mack, la technicienne, j’ai réalisé un Western Blot. Il s’agit d’une technique qui permet de séparer les protéines en fonction de leur taille et de mesurer leur expression. L’objectif du Western Blot est de voir l’expression de protéines dans les cellules, ainsi que l’effet de traitements anti-cancéreux sur l’expression de protéines impliquées dans la prolifération ou la survie des cellules cancéreuses peut alors être étudié. J’ai, tout d’abord, effectué une extraction de protéines totales à l’aide d’une solution de lyse cellulaire contenant différents inhibiteurs de protéases. Les échantillons protéiques ont ensuite été déposés sur un gel de polyacrylamide. Ce gel comprend deux zones. La première est un gel de concentration à 4% d’acrylamide qui permet de concentrer les échantillons sur une même ligne. La seconde zone est le gel de séparation qui permet de séparer les protéines selon leurs poids moléculaire. J’ai participé à la préparation des gels. Le gel de séparation à 10% contient de l’acrylamide et de la Bis-acrylamide dans les proportions de 37,5 :1, du Tris HCl, du sodium dodecyl sulfate (SDS) à 10%, du persulfate d’ammonium 10%, de l’eau distillée et du TEMED (accélère la polymérisation du gel). Après la séparation, les protéines sont transférées sur une membrane. La protéine d’intérêt sera ensuite reconnue par un anticorps, qui sera à son tour reconnu par un anticorps secondaire qui est attaché à une enzyme. La conversion du substrat de cette enzyme aboutit à la formation d’un produit et à l’émission de lumière. La quantité de lumière émise est proportionnelle à la quantité de protéine. Le signal est enregistré à l’aide d’une caméra.
  20. 20. 17     6.5 Autres activités réalisées Avec le Dr. Marie-Hélène Teiten, j’ai suivi une transfection par éléctroporation. Cette méthode consiste à faire entrer un plasmide (ADN bactérien) dans le noyau d’une cellule grâce à un léger choc électrique. L’objectif est de faire entrer dans les cellules le plasmide contenant l’élément de réponse NFkB (qui permet la transcription de gènes qui sont impliqués dans le cancer) et déterminer si les produits naturels peuvent empêcher la transcription de ces gènes ou la fixation de NFkB dans le gène promoteur (partie initiale d’un gène). Avec Mlle Noémie Legrand j’ai étudié un autre type de transfection : une transfection en utilisant des liposomes. Des vésicules artificielles composées de lipides. Le plasmide est entouré par des liposomes et peut entrer naturellement dans la cellule (par endocytose). La différence entre les deux transfection est que la deuxième est moins toxique pour les cellules. D’autre part, j’ai assisté à la culture cellulaire de la lignée adhérente MCF10A (lignée de cellules épithéliales mammaires non cancéreuses). J’ai appris que la maintenance des cellules adhérentes est différentes de celle des cellules en suspension. Ainsi, j’ai était témoin des précautions à prendre ainsi que de la façon dont il faut s’organiser en culture cellulaire. J’ai également participé au travail de routine du laboratoire comme par exemple le rangement et la stérilisation du matériel de laboratoire par autoclave. Le principe de l’autoclave est basé sur une augmentation de la pression et de la température dans un compartiment hermétique contenant le matériel à stériliser. J’ai eu aussi l’opportunité de participer à la course de vélo annuelle (2 Stonne Vélo) le vendredi 8 juillet.
  21. 21. 18     6.6 Interviews réalisées/impressions Pendant la période de stage j’ai eu l’occasion de pouvoir faire des interviews avec quelques membres du laboratoire, ce qui m’a permis d’avoir une vue plus globale du métier de chercheur. Pour ces entretiens, j’ai posé une série de questions : 1- Que faites-vous exactement ? 2- Pourquoi avoir choisi ce métier ? Quelles sont vos motivations ? 3- Quel est votre parcours professionnel ? Quelles études avez-vous faites ? 4- Sur quoi est-ce que vous travaillez en ce moment ? 5- Quels sont les qualités et les contraintes du métier ? Le travail se fait plutôt au laboratoire où à la maison ? 6- Vous préférez le travail en groupe ou plutôt seul ? 7- Est-ce que vous recommandez ce métier à quelqu’un ? Grâce à ces questions, j’ai appris comment travaille un technicien dans un laboratoire de recherche. J’ai appris que ce métier n’est pas seulement un travail technique mais comprend aussi une partie administrative et d’organisation qui permet au laboratoire de fonctionner correctement. Être technicien concerne l’entretien du matériel de laboratoire, gérer les commandes, l’organisation du paiement des factures et aussi la préparation des cellules. Le technicien aide aussi les chercheurs dans leurs projets et encadre des stagiaires. C’est donc un travail avec beaucoup de responsabilités qui joue un rôle central dans le laboratoire. Le métier de chercheur est un métier qui demande beaucoup d’initiatives et de responsabilités. Le chercheur se base sur les études présentes dans la littérature (publications et revues scientifiques) pour développer des projets de recherche. Le travail du chercheur consiste à penser le projet, c’est à dire émettre des hypothèses, puis faire des expériences et analyser les résultats afin de vérifier ces hypothèses. Le chercheur doit aussi faire des demandes de financements pour ses projets. Il rédige des articles scientifiques et encadre des étudiants au sein du laboratoire. Ce métier demande beaucoup de travail y compris à la maison. Il s’agit d’une profession multiculturelle car elle nécessite la communication avec des chercheurs étrangers. Le laboratoire où j’ai réalisé mon stage comprend de nombreuses
  22. 22. 19     nationalités et la langue la plus utilisée est l’anglais. Cet aspect est très enrichissant et constitue une source de motivation. J’ai constaté aussi que l’une des contraintes de ce travail est la stabilité de l’emploi, du fait que le laboratoire dépend de dons (contrats de 2 ans). Être chercheur peut aussi être un travail assez stressant et où la pression est constante à cause d’une forte compétition. Mais ce métier a aussi des qualités comme par exemple le fait qu’il y a toujours quelque chose de nouveau à apprendre, toujours un sujet différent. Il ne s’agit donc pas d’un travail routinier. Ce travail se fait en groupe. Pour certains le travail en groupe est une qualité alors que pour d’autres c’est une contrainte. Grâce aux interviews des différents chercheurs, j’ai constaté que les grandes motivations sont d’une part la vocation ou encore le mouvement constant dans le monde de la recherche. Il y a toujours quelque chose de nouveau à trouver ce qui rend ce métier très intéressant. Les chercheurs recommandent ce métier à tous ceux qui sont passionnés par la science et qui sont sûrs de le rester. Ce que j’ai vécu dans ce laboratoire ne correspondait pas du tout à l’idée que j’avais du stage. Je pensais que j’allais faire du travail d’exécution et d’organisation, c'est-à-dire : organiser des dossiers, faire du rangement. Mais en arrivant ici (lors de ma première réunion avec M. Cyril Sobolewski avant le stage) j’ai compris que j’allais pouvoir travailler un peu comme un chercheur, que j’allais pouvoir faire des expériences et travailler avec les cellules. C’était en fait une très bonne surprise et cela m’a vraiment beaucoup motivé. Lors du stage, tout ce que j’ai fait correspondait à ce que j’espérais après la réunion. La seule chose qui m’a un peu étonné en arrivant était le fait de devoir travailler avec des quantités très petites comme les µL (microlitres). J’ai donc beaucoup appris ici pendant ces deux semaines.
  23. 23. 20     7 Conclusion En ce qui concerne mon avenir professionnel, ce stage dans le laboratoire est vraiment en rapport avec ce que je veux faire dans le futur. Même si je ne sais pas précisément ce que je veux faire, je sais déjà que c’est quelque chose dans le domaine des sciences, surtout de la biologie et de la chimie. Je pense qu’il est important d’essayer, de voir un peu tous les métiers pour savoir ce que l’on fait dans chacun exactement. Pour ce qui est du travail dans un laboratoire je trouve que c’est très motivant et intéressant de faire de la recherche et le travail en équipe est très enrichissant. De plus le fait de pouvoir partager ses idées avec les autres et de pouvoir recevoir les critiques nous aide à améliorer notre travail et à devenir meilleur. Avant le stage ma vision du monde du travail n’était pas très grande, elle se limitait à ce que je voyais à la maison, au travail de mes parents. Grâce à cette expérience, j’ai un peu compris comment le monde du travail fonctionne. Ma vision s’est donc un peu enrichit. Cette initiative du Stage en Entreprise proposée par l’école m’a paru très intéressante et m’a permis d’explorer l’une des voies qui m’intéresse. Cette expérience m’a donc permis de confronter mon idée initiale avec la réalité. J’ai beaucoup aimé ce stage et j’ai beaucoup appris. Par conséquent, je recommande vivement de participer à cette initiative.

×