Cours de Master 2 IEAPS

3 357 vues

Publié le

Cours de Master 2 IEAPS
Par Nelly Lacince
Université Monptellier 1 UFR Staps

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 357
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
582
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cours de Master 2 IEAPS

  1. 1.   COURS DE MASTER 2 IEAPS  UE9 E1 Nelly Lacince Docteur en Sciences de l’Education [email_address]
  2. 2. <ul><li>Ce cours s’intéresse à l’INGENIERIE des APSA </li></ul>
  3. 3. Introduction… <ul><li> L’activité physique est-elle prise en compte comme composante essentielle de la Santé en France et en Europe ? </li></ul>
  4. 4. Hypothèse <ul><li>Pour l’Inserm 2008 «  activité physique - Contextes et effets sur la santé » </li></ul><ul><li>Il semble que l’activité physique comme composante essentielle de la santé reste encore timide… </li></ul>
  5. 5. En France! <ul><li>Modèle associatif patrimonial (de type associatif privé en étroite relation avec les pouvoirs publics) qui pour autant ne correspond pas complètement aux besoins de la population, </li></ul><ul><li>Modèle communal qui cherchent à répondre à la demande des citoyens, </li></ul><ul><li>Modèle scolaire par la pratique obligatoire au travers de la discipline EPS </li></ul>
  6. 6. Cela peut se lire dans le développement des programmes « sport pour tous » de différents pays… conduit le plus souvent par les Fédérations Sportives…
  7. 7. Des services aujourd’hui issus de cette historicité : <ul><li>Les fédérations… qui se posent enfin la question de santé pour leurs athlètes ou licenciés, </li></ul><ul><li>Une offre associative contractuelle structurées sur la base d’une convention d’objectifs, </li></ul><ul><li>Un courant émergent associatif… où désormais des groupes de personnes prennent l’initiative d’offrir des réponses aux questions qu’elles se posent, </li></ul><ul><li>Des groupes isolés dits « individualisme sportif de masse» visant l’amélioration du cadre de vie,  </li></ul><ul><li>Une offre commerciale d’initiatives privées, </li></ul>
  8. 8. Les modèles de pratiques ont bougé en un siècle… <ul><li>De plus on constate une baisse des prises de licences sportives par les adolescents des deux sexes et très peu de prise de licence après l’âge de 30 ans… </li></ul>
  9. 9. La réponse aux besoins et aux attentes de pratique physique de la population, semble vouloir sortir du monde Fédéral…
  10. 10. <ul><li>Une offre associative contractuelle structurées sur la base d’une convention d’objectifs avec des communes ou des collectivités territoriales… </li></ul>
  11. 11. De nouvelles formes apparaissent…
  12. 12. <ul><li>Des groupes isolés dits aussi ; « individualisme sportif de masse» visant l’amélioration du cadre de vie des personnes…  </li></ul>
  13. 13. <ul><li>Un courant émergent associatif… où désormais des de personnes prennent l’initiative de fédérer des groupes de personnes sur un même besoin, course à pied par exemple. </li></ul>
  14. 14. <ul><li>Une offre commerciale d’initiatives privées que nous rencontrons tous dans notre quotidien, remise en forme dans des salles privées. </li></ul>
  15. 15. Une Education Physique Sportive Scolaire à caractère obligatoire <ul><li>Pouvant prendre toute sa place dans la problématique de santé par les pratiques physiques puisque elles ont un caractère « obligatoire pour tous ». </li></ul><ul><li>A condition bien sûr que cette discipline se pose les vraies questions pour atteindre cette finalité de santé. </li></ul>
  16. 16. De quelle santé parlons-nous dans le champ Sanitaire/Social/Physique ? <ul><li>S’agit-il d’une santé exclusivement physique ou psychique ou encore sociale ou des trois? </li></ul><ul><li>Nous parlerons ici de </li></ul><ul><li>SANTE GLOBALE d’un SUJET par les Activités Physiques </li></ul>
  17. 17. Pourquoi? <ul><li>Parce que la pratique d’une activité physique, sportive ou non, subit l’influence de facteurs d’insertion sociale qui jouent sur les motifs d’agir de la personne qui s’y engage… </li></ul>
  18. 18. Par exemple… Observons l’étude qui suit…
  19. 20. Qui est le plus touché par le déficit de pratique au regard de cette étude?
  20. 21. Une étude de genre montre : <ul><li>Qu’il y a une différence dans les pratiques entre les garçons et les filles : </li></ul><ul><li>En France 11% des filles et 25% des garçons de 11ans ont une activité physique conforme aux recommandations. </li></ul>
  21. 22. Quelles recommandations? <ul><li>Inscrites dans le : </li></ul><ul><li>Plan National de Nutrition de 2004 PNN </li></ul><ul><li>60 minutes de pratique par semaine réparties en 3 fois. </li></ul>
  22. 23. Définition d’une pratique dans l’étude. <ul><li>Elle se définit selon deux questions posées aux enfants : </li></ul><ul><li>Nombre de jours où une AP d’au moins 60 minutes a été pratiquée durant les 7 jours précédant l’enquête, </li></ul><ul><li>Nombre de jours où ils ont une AP pendant au moins 60 minutes au cours d’une semaine typique, sans enquête. </li></ul>
  23. 24. Plan National de Nutrition nutrition suppose deux sous pratiques : <ul><li>Alimentaire </li></ul><ul><li>Espace d’étude très développé </li></ul><ul><li>Physique </li></ul><ul><li>Espace d’étude à ses débuts </li></ul>
  24. 25. <ul><li>Nous sommes donc ici dans le cadre d’un éclairage sur la place de pratiques physiques dans une population donnée dans le domaine de la santé globale… </li></ul><ul><li>Eclairage théorique se forgeant sur des méthodes diverses comme le montre l’étude que nous avons choisie </li></ul>
  25. 26. Eclairage qui selon nous revient spécifiquement aux STAPS sur la question des pratiques physiques. Qui mieux que nous peut s’intéresser à cette question?
  26. 27. Pour autant cette composante Activité Physique essentielle de la Santé reste encore timide dans le domaine professionnel de ce secteur Santé…
  27. 28. Pour différentes raisons… <ul><li>1.La plupart des études font rarement la distinction entre les activités sportives et l’activité physique en général… Elles tiennent peu compte par exemple des dépenses énergétiques dues au travail, aux transports ou aux activités domestiques (ménage, bricolage, jardinage…) </li></ul>
  28. 29. 2. La pratique des activités sportives de loisirs varie d’abord en fonction de l’âge et du sexe : les enfants, les adolescents et les jeunes adultes pratiquent plus que leurs ainés, les garçons plus que les filles. Interviennent également des variables socioéconomiques.
  29. 30. Nous avons donc des variables importantes à prendre en compte pour l’ingénierie des pratiques des activités physiques…
  30. 31. Des variables… <ul><li>Sociologiques : </li></ul><ul><li>Le niveau de diplôme car les personnes qui sont les plus nombreuses à pratiquer sont celles qui ont au moins une ou deux années d’études après le baccalauréat ; </li></ul><ul><li>88% de pratiquants en 2003 </li></ul><ul><li>79% en CAP/BEP/BEPC </li></ul><ul><li>45% n’ayant aucun diplôme </li></ul><ul><li>L’étude montre aussi que le diplôme intervient dans les différences hommes/femmes </li></ul>
  31. 32. Les femmes… <ul><li>Lorsqu’elles ont fait des études supérieures, ont pratiquement le même niveau de pratique sportive que les hommes. </li></ul><ul><li>Cependant le facteur diplôme n’intervient pas sur les pratiques masculines </li></ul>
  32. 33. Variable n°2 <ul><li>Le niveau de revenu des personnes. </li></ul><ul><li>Le coût est un élément déterminant dans les populations fragilisées. </li></ul><ul><li>Il y a aussi une influence sur le type de pratiques choisies… La boxe est choisie par les milieux défavorisées. </li></ul>
  33. 34. Variable n° 3 <ul><li>Le lieu de résidence et l’accès à un environnement favorable… </li></ul><ul><li>Ce sont surtout les femmes et les enfants qui sont touchés par cette variable environnement… </li></ul>
  34. 35. Variable n° 4 <ul><li>Elle se définit au croisement des catégories socioprofessionnelles et des cycles de vie familiale qui définissent le temps disponible pour les loisirs. </li></ul><ul><li>Néanmoins même si l’on dispose de temps libre cela ne suffit pas à favoriser la pratique physique régulière. </li></ul><ul><li>Là encore ce sont les plus diplômés qui dégagent du temps pour cette pratique. </li></ul>
  35. 36. Constat… <ul><li>Le fait de disposer de revenus supérieurs à 1500€ par mois et d’un diplôme supérieur au baccalauréat augmente les probabilités d’avoir une pratique physique favorable à la santé dans les activités quotidiennes. </li></ul>
  36. 37. Ainsi le contexte social détermine des styles de vie chez les personnes. Ils sont à observer pour expliquer les décalages entre pratiques sportives et niveau d’activité que l’on nommera : Rapport à l’ EFFORT du sujet
  37. 38. Notre première partie du cours porte sur l’étude de l’INSERM publiée en 2008
  38. 39. RESUME de l’Etude INSERM 2008 Activité physique Contextes et effets sur la santé L’exercice physique est de moins en moins intégré aux activités de la vie quotidienne telles que le travail ou les déplacements. Les conséquences sanitaires de cette évolution des modes de vie vers une plus grande sédentarisation inquiètent les pouvoirs publics. Même si de plus en plus de personnes s’adonnent aux activités physiques ou sportives pendant leurs loisirs, la majorité de la population n’atteint pas le niveau d activité physique hebdomadaire requis pour un effet bénéfique sur la santé. À la demande du ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, l’Inserm a réuni un groupe pluridisciplinaire d’experts afin de réaliser, selon la procédure d expertise collective, une analyse des déterminants individuels et collectifs susceptibles de favoriser l activité physique, une évaluation des effets de l activité physique sur la santé, ainsi que l analyse des contextes sociaux et environnementaux dans lesquels se sont développées les activités physiques et sportives au cours de l histoire récente. À l issue de la synthèse des données, le groupe d experts propose de promouvoir l’activité physique pour tous en insistant sur ses bienfaits pour la santé et de développer l’activité physique chez l enfant et l adolescent sous des formes ludiques intégrées au temps scolaire. Il souligne la nécessité d’adapter les recommandations d exercice physique pour les patients atteints de pathologie chronique en fonction de leur état de santé. La réalisation de ces recommandations ne peut se faire qu'avec l’aménagement de l’environnement (transports actifs, activités de jeux à l école, activités sur les lieux de travail…). Des recherches sont cependant encore nécessaires pour mieux comprendre les mécanismes physiologiques en jeu dans les effets de l’activité physique sur la santé et pour optimiser son action préventive . Il est important également de prévoir l’évaluation des actions de promotion entreprises à l échelle nationale.
  39. 40. Qu’est-ce que l’activité physique? <ul><li>Selon l’OMS, il s’agit de : </li></ul><ul><li>« Tout mouvement corporel produit par les muscles squelettiques, entraînant une dépense d’énergie supérieure à celle du repos. » </li></ul>
  40. 41. L’activité physique est-elle synonyme d’activité sportive? <ul><li>Les activités physiques et sportives représentent un continuum allant de l’inactivité à une activité au moins modérée jusqu’à la pratique d’activités d’intensité élevée de façon régulière (comme chez les sportifs de haut niveau). </li></ul>
  41. 42. Selon l’OMS, <ul><li>Le sport est un « sous ensemble de l’activité physique, spécialisé et organisé » c’est une activité revêtant la forme d’exercices et/ou de compétitions facilitées par les organisations sportives. » </li></ul><ul><li>En d’autres termes le sport est la forme la plus sophistiquée de l’activité physique, mais l’AP ne se réduit pas au sport, elle comprend aussi l’activité de tous les jours. </li></ul>
  42. 43. <ul><li>Pourquoi est-il toujours question de compétition et jamais de Performance lorsque les études s’intéressent aux pratiques sportives? </li></ul>
  43. 44. Performance et Compétition mis en dissonance entre eux … <ul><li>L’OMS par exemple ne fait pas de distinction dans son approche. Si l’on s’intéresse aux effets de cette dissonance entre les deux concepts, il s’agit d’établir une différence entre eux. </li></ul><ul><li>Sortir du sens commun qui circule hélas aussi dans les milieux sportif et scolaire et particulièrement dans la discipline éducation physique. </li></ul>
  44. 45. Certains auteurs se positionnent… Anciens sportifs de haut niveau…
  45. 46. Opposition entre accomplissement et dépassement de soi dans les pratiques sportives de haut niveau [1] , <ul><li>Cette opposition entraîne nécessairement selon elle la démesure et le déséquilibre au détriment d’un équilibre. Elle propose d’évacuer la notion de dépassement pour ne retenir que l’accomplissement, pour autant elle envisage un point de vue dans son article ; </li></ul><ul><li>«…Aussi le dépassement de soi est-il un processus finalement intrinsèque à la pratique d’activités physiques, même si il existe, de toute évidence, des pratiques modérées et revendiquées comme telles. », évacuant ainsi la signification du vécu corporel dans la performance qui nous dépasse parfois comme dans toute activité humaine. </li></ul><ul><li>Pourtant sans dépassement, pas d’artiste, pas de mouvement social, pas d’évolution des lois, pas de dynamique de vie, pas de sens à son existence, pas de vie dans l’altérité et surtout un renforcement de la présence d’un individualisme forcené et l’absence du doute. </li></ul><ul><li>[1] Queval Isabelle, S’accomplir ou se dépasser. Essai sur le sport contemporain, 2003 éd. Gallimard, Paris, p. 93. </li></ul>
  46. 47. Pour autant… <ul><li>Nous ne pouvons pas nier les contradictions du sport de haut niveau qui remettent en question l’utilisation de l’activité dans le champ du social et les problèmes psychiques qui en découlent, d’autant qu’elles sont liées à une idéologie de l’excès. </li></ul><ul><li>Excès que toute personne qui agit dans un milieu subit car : </li></ul><ul><li>« La pression des forces politiques, économiques et sportives, le poids de l’opinion sont si forts que l’échec est interdit. Le dopage est l’élément moteur de la course folle à la victoire.». Baudry Patrick. Le Corps extrême , 1991, éd. L’Harmattan, Paris, p. 81. </li></ul>
  47. 48. Même s’il est indéniable que le résultat comptable d’une action, sportive ou autre, oblige au résultat immédiat, celui-ci n’oblige pas à un accord intérieur avec soi-même et peut donc être un choix complètement extérieur à l’acteur lui-même.
  48. 49. Pourtant la performance permet d’accéder à ses propres limites, y compris dans la vie des auteurs qui entretiennent la confusion entre les deux concepts. Nous pratiquons tous une activité corporelle, physique pour notre bien-être, et même dans nos pratiques de vie quotidienne ou dans nos professions. Nous cherchons tous le dépassement de nos propres limites. Nous risquons tous par la performance, dans le cas contraire nous n’existerions pas.
  49. 50. Deux définitions… <ul><li>Compétition : </li></ul><ul><li>Résultat comptable d’une action, sportive ou autre, obligeant le pratiquant à un résultat rapide dans le temps. </li></ul><ul><li>Performance : </li></ul><ul><li>Accord intérieur avec soi-même en relation avec l’environnement et ses propres désirs… </li></ul><ul><li>Nelly Lacince, le vécu des sens en action , éd. PUN octobre 2008 </li></ul>
  50. 51. Selon nous, la recherche de performance et non de compétition est une voie pour l’avenir de la prévention ou de la promotion de la santé par les pratiques corporelles ou physiques…
  51. 52. Les interventions de promotion de l’activité physique portent sur deux types de déterminants : - Les mobiles individuelles, où il s’agit de faire adopter de nouveaux comportements contribuant à l’amélioration de sa propre santé, et - Les facteurs liés à l’environnement qui doivent faciliter les activités physiques et sportives à travers des aménagements incitatifs. Si les deux aspects sont nécessaires dans le cadre d’une politique globale, ils sont souvent traités séparément dans les recherches. Interventions sur les déterminants individuels tout comme les modèles de promotion et non de prévention.
  52. 53. La prévention… <ul><li>La prévention primaire vise à </li></ul><ul><li>diminuer l'incidence des maladies dans une population donnée </li></ul><ul><li>(ex : vaccination) </li></ul>
  53. 54. La prévention primaire vise à limiter les cas de maladie, généralement en empêchant l'exposition aux facteurs de risque connus. On peut en donner comme exemples la prévention de la schistosomiase par la limitation des contacts avec l'eau infestée par des gastéropodes hôtes intermédiaires, la réduction de l'ampleur de la malnutrition grâce à des réformes sociales et économiques destinées à améliorer l'accès à une alimentation convenable ou la prévention du cancer du poumon par des mesures législatives et éducatives visant à dissuader les jeunes de se mettre à fumer.
  54. 55. La prévention secondaire <ul><li>Consiste dans des actions visant à limiter les conséquences néfastes de la maladie grâce à une intervention avant l'apparition des symptômes ou rapidement après. La prévention secondaire englobe donc la détection précoce de la maladie (et éventuellement le dépistage de cas asymptotiques) et des mesures curatives. prévention du cancer par exemple </li></ul>
  55. 56. La prévention tertiaire… <ul><li>Comprend tous les actes destinés à diminuer la prévalence des incapacités chroniques ou des récidives dans une population, donc à réduire au maximum les invalidités fonctionnelles consécutives à la maladie. Cette conception étend donc la prévention au domaine de la réadaptation et de la réinsertion professionnelle et sociale. </li></ul>
  56. 57. La prévention quaternaire… <ul><li>Relève d'actions d'accompagnement simple de l'invalidité et du processus de la mort, sans visée de l'amélioration de l'état de Santé. </li></ul>
  57. 58. Pour autant il faut retenir que la Santé est un concept multi référencé qui n’appartient à aucun champ spécifique porté uniquement par la prévention. Ce concept appartient à tous les champs qui doivent se saisir des questions relatives à un système complexe de valeurs liées à la santé.
  58. 59. Soyons donc critique à l’égard des définitions défendues par l’OMS depuis 1946 puis 1986, qui s’intéressent plus à la quête de bien-être de l’individu sans s’intéresser à la question du processus de mieux être recherché par les différentes populations ou par le sujet lui-même.
  59. 60. Selon certains auteurs, l’état de santé est intimement lié à une détermination culturelle. « La culture forme les individus et constitue leur système de valeur. Dans une culture donnée, le comportement de « l’étranger » apparaît comme pathologique, de sorte que le pathologique de la société Zuni, par exemple, peut-être le normal de la société kwakiult et réciproquement. ». Extrait de Santé publique du biopouvoir à la démocratie, 1999, p. 82, éd. ENSP Philippe Lecorps, Jean-Bernard Paturet.
  60. 61. C’est pour cette raison que les politiques de Santé Publique s’appuient plus désormais sur les programmes de Promotion et non de prévention ces derniers étant plus généraliste…
  61. 62. La promotion de la santé se résume par : <ul><li>Les principes généraux suivants : </li></ul><ul><li>- la promotion de la santé travaille </li></ul><ul><li>avec les gens, non contre eux </li></ul><ul><li>- il s’agit d’un processus qui se déroule du commencement à la fin au sein de la communauté locale </li></ul><ul><li>elle s’attaque aussi bien aux causes sous-jacentes de la santé qu’à ses causes immédiates </li></ul><ul><li>- elle s’intéresse autant à l’individu qu’au milieu </li></ul><ul><li>- elle souligne les dimensions positives de la santé </li></ul><ul><li>- elle touche tous les secteurs de la société ainsi que l’environnement et devrait faire appel à la participation de tous. </li></ul>
  62. 63. Qu’elle est donc la place des Pratiques Physiques de Santé dans ces modèles qui paraissent s’intéresser seulement à la dimension médicale de l’individu?
  63. 64. Nous proposons de Re-questionner la place de l’effort dans les pratiques au regard du Soi mouvant visant la construction du Soi pensant… pour envisager le rapport à l’effort de chacun.
  64. 65. Comprendre les mobiles de la mise en activité physique de toutes personnes… <ul><li>La plupart des études sur la promotion de l’activité physique utilisent un modèle créé à l’origine en psychothérapie pour traiter les comportements addictifs et notamment la consommation de tabac : le modèle transthéorique de changement des comportements (TransTheoretical Model of behavior change, TTM) (Prochaska et DiClemente, 1983). </li></ul>
  65. 66. Nous allons partir de ce modèle pour ensuite explorer la validité des démarches de « promotion de la santé » en accentuant l’analyse de celles menées dans le cadre des activités professionnelles.
  66. 67. Modèle transthéorique : théorie et applications <ul><li>Le modèle transthéorique de changement des comportements, fréquemment utilisé dans la promotion de l’activité physique, est appliqué indépendamment de l’âge et du sexe des personnes. Il vise à identifier le stade de pratique de l’activité physique des personnes pour les aider éventuellement à progresser vers une étape de plus grande pratique. Il identifie différentes étapes dans le passage à l’activité physique : </li></ul>
  67. 68. La pré-contemplation : la personne n’a pas l’intention de faire de l’exercice pendant les six mois à venir.
  68. 69. La contemplation : La personne voudrait faire de l’exercice régulièrement dans les six mois à venir.
  69. 70. La préparation : La personne considère sérieusement le fait de faire de l’exercice dans le mois à venir ou a commencé sans que l’exercice soit réellement conséquent.
  70. 71. L’action : La personne fait régulièrement de l’exercice caractérisé par des changements ouvertement mesurables dans les six mois passés.
  71. 72. Le maintien : La personne fait régulièrement de l’exercice depuis plus de six mois.
  72. 73. Le processus de changement est constitué de changements de comportements et de changements d’expérience.
  73. 74. Le processus de changement d’expérience se compose de la prise de conscience, du soulagement émotionnel, de la réévaluation personnelle et de la réévaluation environnementale, de l’ouverture sociale (social libération), entendue comme ouverture à d’autres modes de vie alternatifs et physiquement actifs.
  74. 75. Ce processus se compose : <ul><li>- du contre-conditionnement (substitution d’un comportement par un autre), - des relations d’aide (prise de confiance et acceptation de l’aide d’autres personnes pendant les premiers stades), - du renforcement organisationnel (changement des contingences qui réglaient le comportement antérieur), - de la libération de soi (engagement personnel dans le changement) - du contrôle des stimuli (contrôle des situations qui déclenchaient le comportement antérieur) Auteurs : Prochaska et DiClemente, 1983 ; Marcus et Simkin, 1994 ; Prochaska et Velicer, 1997). </li></ul>
  75. 76. Pour décrire le passage d’une étape à une autre, d’autres concepts sont encore utilisés, qui permettent de comprendre comment on passe d’un stade à l’autre :
  76. 77. <ul><li>Confiance en soi (self efficacy) : Etre sûr de ne pas revenir à un comportement antérieur non désiré, même en cas de circonstance à haut risque ; • Tentation : L’intensité de l’envie de revenir à une habitude particulière dans une situation difficile ; • Equilibre décisionnel : Evaluation entre avantages et désavantages. </li></ul>
  77. 78. Dans le premier stade (passage de la pré-contemplation à la contemplation), le rôle des obstacles à la mise en œuvre (barriers efficacy) est important. Ces derniers sont mesurés par rapport à un exercice effectué cinq fois par semaine avec une échelle comportant douze items (mauvais temps, manque d’intérêt, douleur et inconfort, solitude…). On retrouve notamment là un certain nombre des points quant à l’environnement et aux sociabilités dans la pratique d’exercice physique.
  78. 79. Ce modèle est particulièrement élaboré et présente un intérêt certain pour la compréhension des changements de comportements, <ul><li>Notamment par une : </li></ul><ul><li>Stratégies de promotion de l’activité physique </li></ul><ul><li>comme vision dynamique des comportements. De l’idée d’un fonctionnement linéaire du modèle, avec un passage mécanique d’une étape à l’autre, on est passé à une vision en termes de cycles de fonctionnement avec des régressions et des progressions. </li></ul>
  79. 80. Ainsi au regard de ce modèle promotionnel des activités physiques… On voit bien que la simple définition de l’OMS de la Santé ne suffit plus.
  80. 81. Vers une définition de la santé intégrative d’une visée promotionnelle de santé… <ul><li>La santé « …n’est pas un état, contrairement à la chartre de 86, mais plutôt un processus dynamique qui se développe dans une adaptation permanente aux tensions externes et internes. Elle est l’expression concrète, de la réponse, au jour le jour, à la question du pourquoi de l’existence…». </li></ul><ul><li>Auteurs Lecorps/Paturet, Du biopouvoir à la démocratie 1999 </li></ul>
  81. 82. Nous avons répondu à la première partie de la définition… <ul><li>Les mobiles individuelles, où il s’agit de faire adopter </li></ul><ul><li>de nouveaux comportements contribuant à l’amélioration de sa propre santé. </li></ul>
  82. 83. Nous devons nous intéresser désormais aux : <ul><li>Facteurs liés à l’environnement qui doivent faciliter les activités physiques et sportives à travers des aménagements incitatifs afin de permettre des adaptations permanentes du sujet dans son activité. </li></ul>
  83. 84. Agir sur les cultures et dans les environnements …
  84. 85. Deux types de facteurs incitatifs pour la pratique de l’activité physique peuvent être distingués. <ul><li>Le premier type de facteurs rassemble les éléments du cadre de vie, en particulier les caractéristiques de l’espace parcouru dans les itinéraires habituels pour se rendre au travail, à l’école (pour les plus jeunes), pour s’approvisionner dans les magasins et pour d’autres obligations encore. </li></ul>
  85. 86. L’autre type de facteurs , suppose <ul><li>- Une action volontariste (messages, signalétique, recommandations...) qui permettra, le cas échéant d’optimiser le caractère incitatif de l’environnement. </li></ul>
  86. 87. Ces variables intermédiaires désignent soit <ul><li>des caractéristiques du cadre de vie (aménagement de trottoirs, d’allées de promenade, de pistes cyclables, de rateliers à vélos…), soit des initiatives, des expérimentations ou des opérations inscrites dans la durée, ayant pour objectif qu’un nombre accru de personnes puisse s’ouvrir à une activité physique régulière en retrouvant des repères de mobilités corporelles. </li></ul>
  87. 88. Cependant pour le champ des formations STAPS, retenons et travaillons sur deux constats importants de l’étude INSERM 2008
  88. 89. 1. Les questions concernant la promotion de la santé par l’activité physique sont négligées ou considérées comme négligeables par les autorités françaises.
  89. 90. 2. Pour autant, en France, des travaux de facture universitaire font actuellement défaut dans le domaine considéré ou bien ils perdent de leur pertinence propre dès lors qu’ils sont ramenés à la problématique du sport institutionnalisé .
  90. 91. Il convient ici de tenter de sortir du jugement ou opinion fait par le milieu médical…
  91. 92. Souvenons-nous, dans l’étude… Il est question d’agir sur les cultures et dans les environnements …
  92. 93. Proposition d’une tentative de recherche dans ce domaine dans un environnement organisé, institutionnalisé de pratique…
  93. 94. Etude comparative entre deux pratiques institutionnelles issues de milieux différents : Sport et Art
  94. 95. Six pratiques de personnalités étudiées : <ul><li>Handball </li></ul><ul><li>Grégory Anquetil </li></ul><ul><li>Jackson Richardson </li></ul><ul><li>Patrice Canayer/ Michaël Guigou </li></ul><ul><li>Danse </li></ul><ul><li>Mathilde Monnier </li></ul><ul><li>Philippe Decouflé </li></ul><ul><li>Julyen Hamilton </li></ul>
  95. 96. Les travaux que j’ai menés s’appuient sur l’hypothèse que : « Les sportifs eux mêmes installent une perspective de changement de paradigme de la performance, non de la compétition, qui leur est attribué et nullement étayé par la recherche. »
  96. 97. … Certains handballeurs reconnus médiatiquement montrent des dispositions particulières nouvelles dans leur activité de jeu. Ces dispositions particulières ont des effets sur leur performance et agissent sur leurs conduites ou formes de vie.
  97. 99. Thèse : <ul><li>L’Homme se met toujours en situation de vaincre pour trouver un sens à son accomplissement, qu’il s’engage en Art ou en Sport pour ou contre sa santé. </li></ul><ul><li>Cet engagement singulier et involontaire fait bouger certaines limites… </li></ul>
  98. 101. Deux méthodes utilisées: <ul><li>L’ethnosociologie ou techniques de récits de vie. Méthodologie de l’approche biographique en sociologie </li></ul><ul><li>Observation locale au plus près du réel du jeu du pratiquant (images vidéo) </li></ul><ul><li>La psychologie clinique par l’étude de cas de personnes en situation, visant à repérer des conflits. </li></ul><ul><li>Passer du singulier à l’universel en utilisant le mode comparatif pour obtenir un résultat. </li></ul>
  99. 102. Quatre domaines questionnés Neuf auteurs traversés : <ul><li>La philosophie de l’Art : Valéry 1956 - Deleuze 1981 - Nancy 1998 - Derrida 2000 </li></ul><ul><li>La physiologie sensorielle : Steiner 1920 - Koënig 1998 </li></ul><ul><li>La neurobiologie : Damasio 2003 - Berthoz 2003 </li></ul><ul><li>La Psychologie clinique Straus 1936 </li></ul>
  100. 103. Cette méthode a fait émerger quatre styles d’engagement ou de motifs d’agir du pratiquant…
  101. 104. Premier résultat comparatif des deux pratiques étudiées : Pour aller plus loin dans sa performance, le sportif déplace son engagement vers l’engagement du danseur artiste… <ul><li>Il fait naître une typologie des engagements corporels : </li></ul><ul><li>L’absent : </li></ul><ul><li>« Il n’était pas là… » </li></ul><ul><li>Le besogneux : </li></ul><ul><li>« C ’est une mécanique bien rodée… » </li></ul><ul><li>L’artisan : </li></ul><ul><li>« C’est celui qui sent tout mais qui ne surprend pas… » </li></ul><ul><li>L’artiste : </li></ul><ul><li>« C’est celui qui surprend tout le monde dans ses choix, y compris ses partenaires … » </li></ul>
  102. 105. Le sportif ou le pratiquant considéré comme « artisan ou artiste » est un individu à risque, se fixant des défis, seule réponse possible dans un monde fait de certitude et de peur. « Sans risque pas de vie, pas d’existence… » Julyen Hamilton
  103. 106. Cinq raisons à ce déplacement : <ul><li>Agir dans l’improvisation, à savoir librement; </li></ul><ul><li>Percevoir les émotions responsables de l’action; </li></ul><ul><li>Chercher la résistance ou ce qui résiste pour se dépasser ou créer; </li></ul><ul><li>Questionner physiquement pour répondre à des sensations en situation inhabituelle; </li></ul><ul><li>Faire vivre l’altérité pour accéder à une fluidité corporelle. </li></ul>
  104. 107. Les déterminants du processus sensible créatif : <ul><li>La résistance perçue </li></ul><ul><li>La volonté de dépassement </li></ul><ul><li>La recherche de sens dans l’altérité et l’entrée dans l’expressivité </li></ul><ul><li>La recherche de la réflexivité corporelle et non de la solution physique </li></ul><ul><li>L’émergence de formes nouvelles adaptées au contexte </li></ul>
  105. 108. Second Résultat : Le sens du toucher responsable du déplacement du modèle… <ul><li>Le sens de la vue majoritairement sollicité dans les pratiques sportives est supplanté par le sens du toucher, sens utilisé de façon prioritaire en danse. </li></ul><ul><li>Le sens du toucher dans l’altérité des corps, engendre des sensations de la norme, déclenche des émotions et si le désir de vaincre est installé, organise des réponses de détour de la norme. Le dépassement de la norme ou la recherche de la « hors norme » font naître l’Artiste. </li></ul>
  106. 109. Comment apparaît le processus sensible créatif? <ul><li>Selon les personnalités interrogées.... </li></ul><ul><li>«C’est venu comme ça...» </li></ul><ul><li>Qu’en est-il ? </li></ul>
  107. 110. Est-t-il présent dans la discipline Education Physique à l’école, ailleurs qu’en enseignement de la danse ? Pour le savoir… <ul><li>Analyse de dix études de pratiques d’enseignants d’EPS faites par des étudiants de maîtrise Staps. </li></ul><ul><li>Analyse de cinq discours d’auteurs représentatifs de la discipline débattant entre eux. </li></ul>
  108. 111. Premier résultat concernant la présence du processus sensible créatif partout : <ul><li>Le désir de vaincre </li></ul><ul><li>Le sens du toucher </li></ul><ul><li>Deux des cinq déterminants du processus ne se retrouvent pas dans les pratiques. Les discours et les opinions sont erronées. </li></ul><ul><li>Il semble que l’obstacle se trouve dans l’absolue </li></ul><ul><li>recherche de maîtrise et de contrôle dans l’activité du pratiquant et le souci de correspondre au modèle culturel sportif, modèle pourtant «erroné» dans sa forme. </li></ul><ul><li>Cet recherche de maîtrise et de contrôle nuit à l’installation du processus pour les acteurs lambdas. </li></ul>
  109. 112. Recherche de sa présence dans l’école ou ailleurs? Pour le savoir… <ul><li>Étude de la présence du PSC : </li></ul><ul><li>En danse, au cours d’un projet au Centre Chorégraphique de Montpellier. </li></ul><ul><li>En handball, dans une école primaire, avec une classe de CM2, M.Mandin. </li></ul><ul><li>En « Breack danse » avec un groupe classes de 6ième – 5ième au Clg de Las Cazes, Montpellier. </li></ul>
  110. 113. Etude menée selon cinq indicateurs : <ul><li>L’effet de l’activité ou réflexivité </li></ul><ul><li>La triade des sens: « Percevoir c’est interpréter ou questionner le sentir...» </li></ul><ul><li>La recherche de la norme </li></ul><ul><li>La prise de risques </li></ul><ul><li>Le détournement de la norme </li></ul>
  111. 114. Second résultat : quel que soit le procès de transmission utilisé dans ces lieux il est possible de faire entrer l’élève dans le processus sensible créatif, si : <ul><li>La mise en situation est vue comme une expérience corporelle, par le toucher, l’espace/temps/énergie proposé ou rencontré. Cette mise en situation est responsable de l’entrée dans le PSC. </li></ul><ul><li>Néanmoins seulement si la situation contient de la résistance à percevoir. </li></ul><ul><li>La responsabilité de l’installation du processus incombe: </li></ul><ul><li>à l’enseignant ou l’entraîneur, si celui-ci installe les conditions de cet espace/temps/énergie au regard du sujet engagé selon sa propres résistance. </li></ul><ul><li>à l’élève qui s’auto-organise dans la situation en déconstruisant ou construisant son propre espace/temps/énergie selon ses propres ressources dans la résistance. </li></ul>
  112. 115. Utilité ou pas de cette recherche?
  113. 116. <ul><li>Les perspectives de ce travail sont nombreuses aujourd’hui, trois nous intéressent : </li></ul><ul><li>En EPS, pour installer une conscience de l’activité du pratiquant; </li></ul><ul><li>En EPS, les milieux difficiles d’enseignement, chez les filles et les garçons qui fonctionnent « en corps »; </li></ul><ul><li>Dans le milieu artistique et sportif ou autre pour venir en aide aux pratiquants bloqués dans leur engagement non créatif, cherchant en conséquence à substituer son propre effort par des produits prenant le relai ou justifiant l’absence d’effort. </li></ul>
  114. 117.   La performance en question…
  115. 118. La question de la disposition particulière pour entrer dans le processus sensible se situe dans la recherche d’une « liberté corporelle».  
  116. 119. Qui permet de supposer le : Passage d’une conception physique de contrainte de l’effort, à une conception phénoménologique libre de l’effort…
  117. 120. Cette idée de recherche m’est venue en regardant depuis une dizaine d’années des matches de handball. J’ai compris qu’il y avait des handballeurs plus singuliers que d’autres pour développer leur jeu, quel que soit le poste.
  118. 121. Tous les handballeurs interrogés parlent de sentir, de ressenti du moment. Les coachs demandent expressément de « toucher en défense ». Les artistes/handballeurs dépassent la consigne, le toucher est leur outil de performance individuelle et collective.
  119. 122. Tous veulent accéder à l’état de corps dans l’altérité pour faire naître un événement corporel.
  120. 123. Etat de corps , au sens ouverture du système sensoriel global utile à la lecture du soi corporel dans le moment précis de l’action et à la libération de l’action.
  121. 124. Le sens tactile responsable de la libération de l’action : <ul><li>Selon nos recherches il devient un véritable sens de la conscience en acte . </li></ul><ul><li>Il offre beaucoup plus que la simple palpation utile à la perception de la propriété d’un objet ou d’une personne </li></ul>
  122. 125. <ul><li>Au-delà, il… </li></ul><ul><li>permet d’émettre des jugements tactiles par l’intermédiaire d’autres sens. </li></ul><ul><li>renseigne sur la pression extérieure, sur la constance de l’environnement ou du contact </li></ul><ul><li>installe une mémoire sensorielle que chacun de nous peut rappeler dans ses expériences. </li></ul>s
  123. 126. L’indicateur d’une présence de circulation sensorielle en mouvement <ul><li>La trilogie du tact, sens supérieur pour l’activité humaine selon, Steiner (1920) puis Konïg (1998) </li></ul><ul><li>Le toucher un sens supérieur </li></ul><ul><li>ou </li></ul><ul><li>Syncope d’une pratique </li></ul><ul><li>Le toucher tactile : mise en rapport de deux chairs, carese, choc, contact, etc… </li></ul><ul><li>Le sens du toucher : accord, résonance, des sons, des couleurs, des vitesses, des contours,des lumières, des odeurs. </li></ul><ul><li>Le vécu du toucher : utilisation de la mémoire du mouvement pour organiser la réponse. </li></ul>
  124. 127. Le sens du toucher responsable du modèle phénoménologique créatif dans les pratiques corporelles… <ul><li>Le sens de la vue majoritairement sollicité dans les pratiques sportives est supplanté par le sens du toucher, sens utilisé de façon prioritaire chez les danseurs et danseuses. </li></ul><ul><li>Le sens du toucher dans l’altérité des corps, provoque l’émotion de la sensation, la force nécessaire au désir de questionnement de l’autre. </li></ul><ul><li>L’autre offre des réponses de détour d’une norme, installe le refus de la simple contemplation de la sensation, du bien être. </li></ul><ul><li>Le dépassement de la norme ou la recherche de la « hors norme » font naître l’Artiste. Le sujet sort de la sensation contemplative, s’engage vers la sensation créatrice. </li></ul>
  125. 128. Les trois touchers en paroles…
  126. 129. L’ enjeu de la performance,  au-delà du résultat comptable, est de sentir son activité pour offrir une réponse personnelle. <ul><li>Le toucher devient sens supérieur dans les actions du sportif : </li></ul><ul><li>toucher pour voir, percevoir, s’apercevoir, entendre, sentir l’instant pour organiser la réponse. </li></ul><ul><li>La théorie qui sous-tend ces travaux se fonde sur le caractère synesthésique de l’engagement des sportifs. </li></ul>
  127. 130. Grégory Anquetil et le toucher tactile , premier toucher de notre théorie :
  128. 131. « …Regarde ce que je te disais, qu’il faut à tout prix que je touche le ballon, parce que sinon je risque de m’évader, là tu as un exemple. Moi, il me le faut ce ballon. » Donc le toucher pour toi est un élément fondamental pour jouer ? - Oh ! oui oui oui oui. Ce toucher devient-il organisateur de ton jeu, te permet-il de t’engager et de te concentrer ? -Ah ! Oui, c’est très important pour tout çà, parce que plus je vais le toucher plus je vais être dedans même si des fois je le touche pour rien, je vais toucher le ballon et me permettre de rester dans le match. Heureusement pour moi que les entraîneurs ne le savent pas, parce que y en a très peu qui le voient.
  129. 132. Le toucher tactile offre les conditions et les facteurs de mise en jeu qui permettent à chacun de devenir non pas unique mais l’autorisant à exploiter ses différences qui pourraient être des défauts.
  130. 133. Jakson Richardson et le sens du toucher , deuxième toucher de notre théorie :
  131. 134. Vous êtes attentif au bruit ou aux sons qui vous entourent? Oui, bien sûr je ne me sers que du bruit, je ne réagis qu'à ça, j'entends plus que je ne vois ou que je regarde…   …J'ai besoin de mon adversaire pour jouer, pour moi c'est un obstacle à contourner et non un homme à abattre et plus il va s'intéresser à moi (me harceler physiquement) plus je vais devenir créateur dans mon jeu…
  132. 135. Le sens du toucher donne des indices d’interprétation ou de délibération pour l’action d’un point de vue global à partir des propriétés de l’objet ou du jeu recherché, le joueur dégage une qualité perceptive et décisionnelle pour ses partenaires et/ou adversaires.
  133. 136. Si le toucher tactile est la pure relation à l’objet comme chez Grégory Anquetil, le sens du toucher informe des propriétés et de la qualité de l’action en général comme chez Jackson Ridcharson.
  134. 137. Le vécu du toucher rassemble plusieurs formes de toucher et constitue la sensibilité singulière de nos expériences physiques que chacun peut rappeler dans toutes situations. Ce que nos deux joueurs font, dans le jeu en général, en allant capter les indices sensoriels pour répondre.
  135. 138. Ce troisième toucher que possèdent tous les sportifs de haut niveau, fait le point sur les expériences ou émotions perçues passées, présentes et futures. Il donne la capacité à prédire dans une situation inconnue, à délibérer très vite dans une situation reconnue ou connue, grâce au rapport de contact que le sportif installe avec l’objet, le sujet, le milieu de l’action qu’il a mis en mémoire.
  136. 139. Les trois touchers en images…
  137. 140. Le toucher tactile direct , lorsqu’il est perçu, puis intégré dans l’action du joueur, permet de donner une rythmicité à la passe, la balle, le joueur et tous les autres joueurs qui jouent avec ce toucher.
  138. 141. Ceux qui ne sont pas touchés directement le sont par le sens du toucher qu’ils ont développé. Ils intègrent toutes les données de l’action, vitesses, propriétés multiples de cette action et offrent des solutions à l’action.
  139. 142. La résistance qu’offre le gardien, sans contact direct fait travailler le joueur à partir d’un dialogue sensoriel faisant appel au vécu du toucher
  140. 143. La fluidité est un indicateur d’engagement corporel , qualité de la présence dans l’action. Un signifiant qui permet de rendre compte de l’engagement du pratiquant : L’action est pensée ou jouée par le pratiquant?
  141. 144. La fluidité corporelle ou disposition particulière au toucher caractérise la motricité artistique :
  142. 145. <ul><li>Etre dans un mouvement historique </li></ul><ul><li>ou reproduire des formes apprises sans que le corps les questionne sensoriellement. Ces formes accumulées les unes après les autres installent des ruptures dans le mouvement. Le mouvement historique verrouille les articulations, il fait barrage au flux du mouvement, donc à la libération articulaire. </li></ul><ul><li>Etre dans un </li></ul><ul><li>mouvement présentiel </li></ul><ul><li>installe une disponibilité sensorielle/écoute corporelle dans l’activité, laisse entrer les flux dans la chaîne du toucher. Le mouvement présentiel installe du lien logique dans la gestuelle. </li></ul>
  143. 146. Deux formes possibles: - L’approche gnosique à savoir celle qui se construit exclusivement par la reproduction de la connaissance en circulation - L’approche pathique , celle qui précède et construit le gnosique. Sachant que la connaissance ne peut avoir de sens que lorsqu’elle émerge de la pratique du corps sujet. Damasio nomme cette perspective l’Agentivité
  144. 147. Lorsque le sportif sollicite son activité corporelle selon les trois touchers signifiant sa présence, il entre dans la catégorie des Artistes ou des humanistes : 1.Il considère l’autre comme un partenaire de création de jeu. 2. Il met l’événement de jeu à distance du réel.
  145. 148. « Retrouver, le sens de la pensée du corps dans les pratiques corporelles » ou la question du traitement de la limite entre le dedans et le dehors pour autoriser l’auto-régulation de la pratique par le sujet.
  146. 149. Porter de l’intérêt à sa santé par les pratiques physiques c’est rendre du pouvoir au pratiquant afin qu’il devienne corps sujet de sa pratique …
  147. 150. L’OMS (charte de 86) définit la santé comme un « Etat de bien être...» JB. Paturet « Du biopouvoir à la Démocratie » parle d’un Processus dynamique, confronté à des tensions externes et internes…
  148. 151. Le sens du tact devient le sens de la perception de la résistance qui naît de la tension interne et externe que provoque la pratique <ul><li>Sur les bancs du monde du handball, de l’école de hand à l’entraînement de haut niveau, l’expression qui revient à tout moment est :  Touche !!! Touche pour interdire à l’attaquant de rentrer dans ton espace, touche pour t’informer de la puissance de l’action, touche pour voir… </li></ul>
  149. 152. Ainsi… <ul><li>Il semble que : </li></ul><ul><li>« On pense comme on se heurte.» </li></ul><ul><li>… selon le rapport sensible que l’on installe avec la rencontre ou l’obstacle… </li></ul><ul><li>Valéry Paul. Philosophie de la danse , op.cit., p.1394, Réflexions simples sur le corps, dans Œuvres, tome 1, p. 933. </li></ul>
  150. 153. « … La résistance est donc réellement la première détermination et une des premières impressions de l’individu ; elle se lie, s’identifie pour ainsi dire avec le propre sentiment de son être, et en devient inséparable. Ainsi le pont de communication entre le moi et le monde extérieur a été jeté par la nature à l’entrée même de la vie. Puisque tout mouvement contraint par un obstacle donne lieu à l’impression de résistance, et que celle-ci est le vrai fondement de la connaissance que nous avons de quelque chose qui n’est pas nous…Le sens spécial du tact a la faculté générale d’éprouver la résistance… » Maine Le Biran, 1987, Tome II, Influence de l’habitude sur la faculté de penser, Librairie Philosophique J. Vrin, p.40. (Texte de 1794, Essai p. 356 et sq. édité en 1987).
  151. 154. « Le toucher construit la différence de l’entre, l’intervalle entre deux surfaces. Cet entre est la condition du contact et l’ouverture originairement espacée, qui appelle, en la rendant possible, sans retard, ma prothèse « technique». La technique est ainsi appelée par la nécessité phénoménologique elle-même. Ce n’est pas un moment, c’est un instant… une plasticité de l’expansion, de l’extension…» « Le toucher de JL Nancy » J. Derrida
  152. 155. Le toucher absorbe la force venant de l’extérieur, « l’émotion», moteur de l’engagement corporel d’un sujet. Car la quête du corps sujet est de vivre des « sensations » perceptibles lors de ses engagements corporels.
  153. 156. Cette force/émotion donne naissance à une force interne, « l’aperception du soi » ou le questionnement du soi pour la poursuite de l’expérience pratique avec l’autre.
  154. 157. Apparaissent alors trois types de résistance dans le jeu ou la pratique. <ul><li>Passive , le joueur fait preuve de puissance physique, psychique, dans l’action, ou d’absence d’altérité; </li></ul><ul><li>Active , le joueur questionne corporellement les forces externes en présence, dans une rapport corporel d’altérité; </li></ul><ul><li>Hyperactive , le joueur questionne les forces externes et internes dans ou hors de l’action pour répondre corporellement à l’instant présent ou plus tard. L’altérité ou la rencontre entretient le sensible pour un partage immédiat ou différé de l’action faisant naître parfois la hors-norme </li></ul>
  155. 158. Trois caractéristiques de sujets se distinguent alors au regard de ses travaux pour les pratiques physiques…
  156. 159. Un sujet sensible <ul><li>dans sa pratique menant vers une pensée de l’action. La pensée s’installant selon des repères externes provoqués par les émotions qui le transpercent, bouleversent les repères internes, requestionnent la connaissance antérieure issue de la pratique. Après cette étape émotionnelle, un sentiment s’installe ou… la tête prend le pas sur le ventre pour décider, il ose de plus en plus. Caractéristique très présente chez l’adolescent(e). </li></ul>
  157. 160. Un sujet social, <ul><li>auto déterminé dans sa pratique. Le corps oppose une résistance face à la détermination sociale ou politique qui lui prescrit des interdits, comme le risque par exemple. Le sujet défie alors toutes les lois, invente un corps de ventre pour dominer, oppose un corps de prise de pouvoir, dominateur. </li></ul>
  158. 161. Un sujet culturel, <ul><li>qui se révèle dans une pratique en référence à un contexte, une situation. Le corps devient questionnant, au nom d’un plaisir ou désir partagé. </li></ul><ul><li>Il peut offrir une réponse singulière à une question que la situation même lui propose. </li></ul><ul><li>Son corps entre selon ses besoins dans le réel, le symbolique, le poétique, l’esthétique, l’humanisme. </li></ul><ul><li>Corps de tête ou de ventre selon les déterminants de la pratique et les situations sensibles auxquelles le sujet est exposé. </li></ul>
  159. 162. Une étude a été menée avec des adolescents et un centre d’accueil d’adolescents à risque qui utilise le moyen des pratiques physiques pour soigner… Résultat…
  160. 163. « Processus dynamique de pratique intégrant les conduites risquées chez l’adolescent…» où le déséquilibre construit un nouvel équilibre de bien être ou de plaisir par la pratique corporelle… Mémoire soutenu par Cécile Pierrard Master2 PESAP Juin 2006 Responsable du mémoire Nelly Lacince
  161. 164. La Santé, vue par le filtre de l’activité, peut-elle se définir comme une état ou un processus?
  162. 165. Une autre étude s’est intéressée à cette question…
  163. 166. Du médical vers le global jusqu’à l’acceptation d’une santé complexe Mémoire soutenu par Gabriel Féménias Master2 PESAP Juin 2006 suivi par D. Delignières Modèle médical de la santé Modèle global de la santé Etat Système fermé Prévention médicale (moyens informatifs) Maladies organiques principalement Affecte l’individu, le diminue sans prise en charge. Médecins Environnement hospitalier Approche curative (symptômes, diagnostic, traitement). Processus Prévention globale, ouverte. (moyens informatifs, éducatifs, formatifs et médicaux) Facteurs complexes : organiques, psychiques, sociaux, économiques et environnementaux Affecte l'individu, l’augmente ou le diminue avec ou sans prise en charge . Met en réseau des acteurs d’horizons divers. Système interdépendant avec la communauté. Approche continue (suivi)
  164. 167. Etat ou processus dynamique? <ul><li>Etat… </li></ul><ul><li>Corps absent dans l’action… </li></ul><ul><li>Révélateur d’un état de bien être ou de mal être organique – mental – social. </li></ul><ul><li>Attend une réponse extérieure pour se sentir mieux ou pas. </li></ul><ul><li>Processus dynamique… </li></ul><ul><li>Corps présent, mobile dans l’action… </li></ul><ul><li>Questionne le moment de vie – cherche la réponse dans sa pratique, test sa capacité à résister. </li></ul><ul><li>Modifie – change le cours des choses – détermine l’orientation et la direction par ses choix propres selon le contexte. </li></ul>
  165. 168. <ul><li>Rompre avec l’état contemplatif du corps dans lequel la sensation s’arrête lorsque l’extase ou le bien être s’installe. Justement là où le sujet serait enclin à installer le barrage de la sensation. Barrage qui si il est levé autorise le sujet à aller vers ses propres questions à partir de ses sensations, perceptions, aperception du soi dans la pratique pour organiser une réponse à la question que pose la situation. </li></ul>
  166. 169. La situation pose la interroge la ; No limits!!!! Ici il semble que se défoncer soit banalisé par le représentant de l’autorité…
  167. 170. La réponse qu’offre la pratiquant dépassant la limite correspond à un moment à vivre qu’il souhaite expérimenter en dehors de toutes limites.
  168. 171. Retenons que l’instant de pratique physique questionne le corps, le mobilise dans un risque subjectif pour faire émerger la résistance du sujet et ainsi lui faire percevoir sa propre limite…
  169. 172. Car au regard des conduites à risques dans lesquelles le sujet entre, on constate que le sujet n’en fait pas une question directement liée à une pratique et à la sensation désagréable ou agréable de cette pratique ou à la perception de ses propres limites installées ou pas. Son système de résistance ou son curseur perceptivo/sensoriel n’est pas en marche.
  170. 173. C’est justement dans cet espace là que nous devons travailler avec les pratiques physiques : <ul><li>Sortir de la réponse de recherche de moment à vivre contemplatif sans limite … Pour aller vers la recherche de la sensation de l’instant présent ressenti dans la pratique. Le ressenti devient utile à la perception de sa propre limite. Faire vivre ce ressenti jusqu’à un sentiment…de… pour le sujet. Sentiment de compétence à repérer sa propre limite dans un rapport particulier à un produit ou à une situation à haut risque pour Soi par exemple. </li></ul>
  171. 174. Nous affirmons donc, compte tenu de ces travaux, que les pratiques physiques sont de nature à contribuer fortement à l’installation d’un curseur perceptivo/sensoriel installé par le sujet pratiquant.
  172. 175. De plus nous savons par les travaux de neurophysiologie que la connaissance ne peut avoir de sens que lorsqu’elle émerge de la pratique du corps sujet. Damasio nomme cette perspective l’Agentivité
  173. 176. Le marqueur visible… <ul><li>L’engagement corporel, et non plus physique, est le mobile d’agir dans les pratiques humaines, toutes le interventions viendront bien du ressenti interne au regard d’une pression externe… </li></ul>
  174. 177. Ainsi … <ul><li>Les conduites à, de, A, risque sont questionnées pour ce qu’elles représentent pour le sujet qui les pratique. </li></ul><ul><li>Le chemin de conscientisation s’installe dans la pratique corporelle du sujet. </li></ul>
  175. 178. Conduites à risque Le déni du risque, le diffère. Pour le sujet le risque est mesurable même si il est inconnu (fumeur par exemple). Le sujet ne paie pas cash tout de suite, le risque est différé. Conduites de risque Recherche active, répétée du danger – risque objectif, quête de sensations fortes, c’est une fin en soi. Le sujet paie cash – roulette russe. Etre hors norme. Conduites « A » risque Pas prêt à risquer - Ne pas perdre - Ne pas gagner
  176. 179. Car les conduites risquées ou pas révèlent des déséquilibres mais peuvent aussi être sources d’équilibre si le PSC est utilisé.
  177. 180. Elles mettent en évidence trois corps lorsqu’un sujet se mobilise dans une pratique corporelle si le toucher est considéré comme sens dynamique des pratiques.
  178. 181. Corps sujet de sa pratique <ul><li>Se construit selon des repères externes provoqués par les émotions qui le pénètrent, questionnant les repères internes requestionnant eux-mêmes la connaissance issue de la pratique. </li></ul>
  179. 182. Corps social issu du milieu de pratique <ul><li>Corps en résistance à la détermination politique interdisant le risque et le défi. </li></ul>
  180. 183. Corps culturel, révélé dans une pratique <ul><li>Corps de questionnement, de partage, d’échange, de plaisir. </li></ul><ul><li>Corps réponse singulière à une question posée, de santé par exemple. </li></ul><ul><li>Corps humaniste, esthétique, plastique, </li></ul>
  181. 184. Ces trois corps questionnent la phénoménologie… Le dialogue sensoriel par le toucher est alors au corps ce que la parole est à la pensée, conditionné par le risque pris ou pas dans la pratique
  182. 185. Cette étude permet d’envisager les pratiques sociales – culturelles comme des soins, ou souci de soi (Hannah Arendt), d’un nouveau style afin de sortir du point de vue médical qui s’intéresse uniquement à l’organique ou au gnosique.
  183. 186. Quelles transformations ces travaux peuvent apporter dans le paysage des pratiques physiques de Santé? <ul><li>Une nouvelle prise en compte de la dimension de Plaisir dans une pratique corporelle, parce que l’enjeu devient personnel pour le sujet au service de son équilibre dans une société de plus en plus violente pour lui. </li></ul><ul><li>Un engagement corporel ne se souciant plus prioritairement du résultat comptable de la pratique. </li></ul><ul><li>La recherche d’un équilibre de vie pour le sujet engagé. </li></ul>
  184. 187. Si le sujet entretient un rapport phénoménologique dans ses pratiques avec lui-même dans une situation de pratique physique il peut prétendre à l’accès aux connaissances du soi et du monde. Nelly Lacince, UFRstaps Montpellier1 Responsable Master 1 et 2 PESAP Membre de la JE: n°2516 Santé-Education-Situation de Handicap

×