LE TRAITEMENT DE L’ACCES GRAVE      DOIT IL CIBLER UNIQUEMENT LE    PARASITE: QUEL AVENIR POUR LES             CO-TRAITEME...
Plan    I. INTRODUCTION                   1- Définition du paludisme grave    II. PHYSIOPATHOLOGIE DU PALUDISME    III. TR...
Paludisme grave (1)        Plasmodium falciparum        Critères selon l’OMS      Critères cliniques                      ...
Anémie et ictère,                Coma profond avec               Enfant atteint designes communs du                  postu...
PHYSIOPATHOLOGIELes bases moléculaires de             Physiopathologie dula cyto-adhérence                     paludisme g...
TRAITEMENT CIBLE DU PARASITE1- Les molécules           La quinine           L’arthéméther           L’artémisinine        ...
LES CO-TRAITEMENTS (1)1- Défintion    Traitement utilisé en association avec le traitement primaire dont le but    est d’a...
LES CO-TRAITEMENTS (2)3. Mode d’action des molécules  pentoxifylline, anticorps anti-TNF ou la déféroxamine  Ces traitemen...
LES CO-TRAITEMENTS (3)       EPO        Traverse la barrière hémato-encéphalique et inhibe l’inflammationpar inhibition de...
LES CO-TRAITEMENTS (4)EPOUn neuroprotecteur dans le paludisme sévèreCasals-Pascual C, Trends in Parasitology Vol.25 No.1AT...
Essai clinique de l’érythropoiétine-artésunate chez la souris  EPO n’est pas une molécule  antiparasitaire. Toutes les sou...
LES ESSAIS CLINIQUES La Pantéthine  Un supplément alimentaire. Régule lemétabolisme lipidique à l’aide de son co-enzyme.  ...
CONCLUSION  Malgré les avancées récentes dans la connaissance et la prise en charge dupaludisme grave, il demeure toujours...
MERCI DE VOTRE ATTENTIONATELIER PALUDISME INSTITUT PASTEUR DE                                        14MADAGASCAR MARS 22/...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le traitement de l’accès grave doit-il cibler uniquement le parasite : quel avenir pour les co-traitements ?

454 vues

Publié le

Le traitement de l’accès grave doit-il cibler uniquement le parasite : quel avenir pour les co-traitements ? - Présentation de la 8e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - BEOUROU Sylvain et RAZAFINDRAKOTO Hajasoa Nirina

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
454
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le traitement de l’accès grave doit-il cibler uniquement le parasite : quel avenir pour les co-traitements ?

  1. 1. LE TRAITEMENT DE L’ACCES GRAVE DOIT IL CIBLER UNIQUEMENT LE PARASITE: QUEL AVENIR POUR LES CO-TRAITEMENTS? BEOUROU Sylvain RAZAFINDRAKOTO H. Nirina« ATELIER PALUDISME » INSTITUT PASTEUR DE MADAGASCAR 1MARS 22/03/2011
  2. 2. Plan I. INTRODUCTION 1- Définition du paludisme grave II. PHYSIOPATHOLOGIE DU PALUDISME III. TRAITEMENT CIBLE DU PALUDISME 1- Les molécules 2- En milieu communautaire 3- En milieu hospitalier IV. LES CO-TRAITEMENS 1- Définitions des co-traitements 2- Les molécules 3- Mode d’action des molécules 4- Essais cliniques V. CONCLUSIONATELIER PALUDISME INSTITUTPASTEUR DE MADAGASCAR 2MARS 22/03/2011
  3. 3. Paludisme grave (1) Plasmodium falciparum Critères selon l’OMS Critères cliniques Critères biologiques• Prostration • Anémie sévère (Hb<5g/dl chez l’enfant,• Troubles de conscience Hb<7g/dl chez l’adulte)• Respiration acidosique • Hypoglycémie (<2,2 mmol/l)• Convulsions répétées • Acidose métabolique (bicar < 15 ; +/-pH <• Collapsus cardiovasculaire 7,35)• OEdème pulmonaire • Hyperlactatémie (>5)• Saignement anormal • Hyperparasitémie (4%)• Ictère • Insuffisance rénale (créat >265, diurèse <• Hémoglobinurie macroscopique 400 ml/j) ATELIER PALUDISME INSTITUT PASTEUR DE MADAGASCAR MARS 22/03/2011 3
  4. 4. Anémie et ictère, Coma profond avec Enfant atteint designes communs du postures anormales Neuropaludisme paludisme grave de l’adulte www.imapct-malaria.com (Kahigwa E et al. Trop Med Intern Health) ATELIER PALUDISME INSTITUT PASTEUR DE MADAGASCAR 4 MARS 22/03/2011
  5. 5. PHYSIOPATHOLOGIELes bases moléculaires de Physiopathologie dula cyto-adhérence paludisme graveATELIER PALUDISME INSTITUTPASTEUR DE MADAGASCAR 5MARS 22/03/2011
  6. 6. TRAITEMENT CIBLE DU PARASITE1- Les molécules La quinine L’arthéméther L’artémisinine L’artesunate2- En milieu communautaire « Les suppositoires à base d’artémisinine, notamment ceux d’artésunateet d’artémisinine, sont sûrs et efficaces en premier traitement du paludismesévère avant le transfert du malade » rapport d’une consultation informelle OMS,2006 Suppositoire d’artémisinine Suppositoire d’artésunate3- En milieu hospitalier Quinine en perfusion intraveineuse L’arthéméther en intramusculaire ATELIER PALUDISME INSTITUT PASTEUR DE MADAGASCAR 6 MARS 22/03/2011
  7. 7. LES CO-TRAITEMENTS (1)1- Défintion Traitement utilisé en association avec le traitement primaire dont le but est d’aider le traitement primaire. Dans le cas particulier du paludisme sévère, le but des co-traitements est d’éviter les séquelles (neurologiques) et surtout la mortalité2- Les molécules Les Statines L’acétylcholine La pantéthine L’érythropoiétine (EPO) La citicholine Pentoxifylline déféroxamine anticorps anti-TNFATELIER PALUDISME INSTITUT PASTEUR DE 7MADAGASCAR MARS 22/03/2011
  8. 8. LES CO-TRAITEMENTS (2)3. Mode d’action des molécules pentoxifylline, anticorps anti-TNF ou la déféroxamine Ces traitements dappoint préalablement testés au cours du paludismecérébral n’ont pas fourni de preuves claires de laugmentation du taux desurvie. Bienvenu et al., Acta Tropica 106 (2008) 104–108 Les statines Les statines sont des molécules hypocholestérolémiantes Des études cliniques ont prouvé quun traitement par ces médicaments, suivipendant une longue période, réduit significativement le risque d’infarctus dumyocarde et d’accident vasculaire. Afssaps, 2002./ www.afssaps.sante.fr Il existe d’autres classes d’hypocholestérolémiants : les fibrates, les résines,les huiles de poisson. ATELIER PALUDISME INSTITUT PASTEUR DE MADAGASCAR MARS 22/03/2011 8
  9. 9. LES CO-TRAITEMENTS (3) EPO Traverse la barrière hémato-encéphalique et inhibe l’inflammationpar inhibition des cytokines TNF tout enpréservant l’intégrité des cellulesendothéliales et la perméabilité de labarrière hémato-encéphalique Régule l’anémie La principale fonction dEpo estréguler la production de nouveauxerythrocytes et maintenir un nombreconstant derythrocytes dans le sangpour supporter loxygénation du tissuadéquate. ATELIER PALUDISME INSTITUT Casals-Pascual C, Trends in Parasitology Vol.25 No.1 PASTEUR DE MADAGASCAR 9 MARS 22/03/2011
  10. 10. LES CO-TRAITEMENTS (4)EPOUn neuroprotecteur dans le paludisme sévèreCasals-Pascual C, Trends in Parasitology Vol.25 No.1ATELIER PALUDISME INSTITUT PASTEUR DE 10MADAGASCAR MARS 22/03/2011
  11. 11. Essai clinique de l’érythropoiétine-artésunate chez la souris EPO n’est pas une molécule antiparasitaire. Toutes les sourisatteintes de paludisme grave sont mortestout comme celles du contrôle L’artésunate est une moléculeantiparasitaire. Moins de 2/3 de sourismalades meurent Avec l’EPO, l’action de l’artésunate estrenforcée. Seule ¼ de souris atteintesmeurent. Bienvenu A-L., Acta Tropica 106 (2008) 104–108 ATELIER PALUDISME INSTITUT PASTEUR DE 11 MADAGASCAR MARS 22/03/2011
  12. 12. LES ESSAIS CLINIQUES La Pantéthine Un supplément alimentaire. Régule lemétabolisme lipidique à l’aide de son co-enzyme. Inhibe les aggrégats plaquettairesdose-dépendante Protège contre la perméabilité de labarrière hémato-encéphalique Penet M-F,PNAS, 2008; 105(4): 1321-1326ATELIER PALUDISME INSTITUT PASTEUR DE 12MADAGASCAR MARS 22/03/2011
  13. 13. CONCLUSION Malgré les avancées récentes dans la connaissance et la prise en charge dupaludisme grave, il demeure toujours une cause majeure de morbidité et demortalité chez l’enfant en milieu tropical. Le but des co-traitements est de réduire les séquelles provoquées par lesaccès graves de paludisme. Certains d’entre eux sont moins utilisés parce quemoins explorés. Cependant, les co-traitements prennent une place importantedans la réduction des taux de mortalité. Nous suggérons une étude beaucoup plus approfondie sur l’efficacité decertains co-traitements pour leur utilisation dans la prise en charge précoce desaccès graves du paludisme. ATELIER PALUDISME INSTITUT PASTEUR DE 13 MADAGASCAR MARS 22/03/2011
  14. 14. MERCI DE VOTRE ATTENTIONATELIER PALUDISME INSTITUT PASTEUR DE 14MADAGASCAR MARS 22/03/2011

×