STATUS of FOOD and NUTRITION Security in Niger

665 vues

Publié le

Presentation du Dr GOUNGA

Publié dans : Alimentation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
665
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Medam et mrs, chers jeunes, voila 1 jeune confronté aux réalités des chgmnt climtks ds son combat quotidien pour une survi décente, je ns invite dc à ns mettre à sa place pr aborder les débats et les échanges.
  • STATUS of FOOD and NUTRITION Security in Niger

    1. 1. Improving Food & Nutrition Security Outcomes in West Africa: What Role for Universities Status of Food and Nutrition Security in Niger Dr M. E. GOUNGA Faculté d’Agronomie et des Sciences de l’Environnement, Université de Maradi CTA, Dakar 21-25 Sept 2015 UNIVERSITE DE MARADI Cross-Learning Workshop and Writeshop
    2. 2. SOMMAIRESOMMAIRE 22 CTA, Dakar 21-25 Sept 2015  LE NIGER EN CHIFFRELE NIGER EN CHIFFRE  POTENTIALITÉS DU PAYSPOTENTIALITÉS DU PAYS  SITUATION DE LA SANSITUATION DE LA SAN  CAUSES DE LA VULNÉRABILITÉ À L’INS. ANCAUSES DE LA VULNÉRABILITÉ À L’INS. AN  POLITIQUES, PROGRAMMES ET STRATÉGIESPOLITIQUES, PROGRAMMES ET STRATÉGIES  ACTEURS DE MISE EN ŒUVREACTEURS DE MISE EN ŒUVRE  UNIVERSITÉ COMME ACTRICE DE LA SANUNIVERSITÉ COMME ACTRICE DE LA SAN  CONCLUSIONS ET PERSPECTIVESCONCLUSIONS ET PERSPECTIVES
    3. 3. LE NIGER EN CHIFFRELE NIGER EN CHIFFRE 33 CTA, Dakar 21-25 Sept 2015 Pays = Niger Capitale =Niamey République : 18/12/1958 Indépendance : 03/08/1974 Population: 17.807.117 Hbts Superficie: 1.267.000 km² Religion : 99% Musulmans, (2013)
    4. 4. LE NIGER EN CHIFFRELE NIGER EN CHIFFRE 44 CTA, Dakar 21-25 Sept 2015 (2013)     1988 2001 2012 Ensemble Niger   7 220 089   11 060 291   17 138 707  % Hommes 3 579 457   7 857 845   8 518 818   Femmes 3 640 632   7 872 909   8 619 889     Urbaine 16%   1 096 137   1 798 501   2 778 337  16% Hommes 549 099   899 764   1 397 695  50,3 Femmes 547 038   898 737   1 380 642  49,7 Rurale 84%   6 123 952   9 261 790   14 360 370  84% Hommes 3 030 358   4 616 824   7 121 123 49,6  Femmes 3 093 594   4 644 966   7 239 247  50,4 Evolution de la population selon le milieu de résidence
    5. 5. LE NIGER EN CHIFFRELE NIGER EN CHIFFRE 55 CTA, Dakar 21-25 Sept 2015 (2013) Proportion de la population par région selon le milieu de résidence
    6. 6. LE NIGER EN CHIFFRELE NIGER EN CHIFFRE 66 CTA, Dakar 21-25 Sept 2015 (2013) Quelques indicateurs démographiques
    7. 7. LE NIGER EN CHIFFRELE NIGER EN CHIFFRE 77 CTA, Dakar 21-25 Sept 2015 (2013) Statut de pauvreté au Niger
    8. 8. PRODUCTIONSPRODUCTIONS AGRICOLESAGRICOLES 88 CTA, Dakar 21-25 Sept 2015 (2013) Evolution des productions céréalières des cinq dernières années (source: MAG, 2015) Année Mil Sorgho Maïs Riz Fonio Céréales 2009 2 677 855 738 661 1 389 20 117 3 218 3 441 240 2010 3 843 351 1 304 832 9 381 29 963 5 467 5 192 994 2011 2 760 917 770 322 6 366 12 230 4 960 3 554 795 2012 3 862 155 1 375 697 8413 5429 5933 5 257 627 2013 2 921 982 1 320 250 7 071 13427 4553 4 267 283 2014 3 321 752 1 425 982 8 635 13990 3722 4 774 081 Moyenne 2009 - 2013 3 213 252 1 101 952 6 524 16 233 4 826 4 342 788
    9. 9. PRODUCTIONSPRODUCTIONS AGRICOLESAGRICOLES 99 CTA, Dakar 21-25 Sept 2015 Evolution des autres productions agricoles des cinq dernières années (source: MAG, 2015) ANNEE Niébé Arachide Sésame Souchet Voandzou Oseille 2009 787 472  253 497  75 632  33 115  30 182  47 345  2010 1 773 423  406 245  85 694  33 322  27 472  41 413  2011 1 568 828  395 669  54 023  24 363  22 098  19 473  2012 1 329 514  291 763  55 608  22 808  32 678  47 648  2013 1789804  342 743  46 693  118 154  32 784  36 813  2014 1 586 423  403 365  55 186  23 852  32 384  59 671  Moyenne 09 - 13 1 449 808  337 983  63 530  46 352  29 043  38 538  Les résultats du tableau de ce tableau montrent que les productions du niébé sont en baisse de 11% par rapport à 2013 mais en hausse de 9 % par rapport à la moyenne des cinq ans.
    10. 10. PRODUCTIONSPRODUCTIONS AGRICOLESAGRICOLES 1010 CTA, Dakar 21-25 Sept 2015 Evolution des autres productions agricoles des cinq dernières années (source: MAG, 2015) Postes Riz Blé Mil+Sorgho+Maïs+ Fonio Total Importations commerciales 338 064 43 218 1 725 233 2 106 515 Aides prévues 60 150 210 Source : MAG, 2015
    11. 11. PRODUCTIONSPRODUCTIONS AGRICOLESAGRICOLES 1111 CTA, Dakar 21-25 Sept 2015 Valeurs caloriques des produits Produits Mil Sorgho Maïs Riz Fonio Niébé Valeur calorique kcal/kg 3400 3430 3560 3600 3380 3410 Produits Manioc Igname Pomme de terre Taro Arachide grain Pois de terre Valeur calorique kcal/kg 1090 1010 670 860 5670 3650
    12. 12. LE NIGER EN CHIFFRELE NIGER EN CHIFFRE 1212 CTA, Dakar 21-25 Sept 2015 (2013) Effectifs du cheptel en milliers de têtes
    13. 13. Bilan alimentaire par groupe de produits 1313 Groupe de produits Production brute Pertes et semences productions disponible Consommation humaine Balance Céréales 4 925 268 761 766 4 163 502 4 349652 -186 150 Tubercules 294 149 14 707 279 442 395 423 -115 981 Légumes 1 516 264 295 422 1 220 824 828 505 392 319 Légumineuses 1 636 184 409 046 1 227 128 357 764 869 364 Oléagineuses 458 608 91 722 366 886 131 808 235 078 Epices et stimulants 276 324   276 324 18 830 257 494 Viandes 276 078   276 078 282 445 -6367 Lait et produits laitiers 1 109 660   1 109 660 659 038 450 622 Poissons       18 830 -18 830 Source : MAG, 2015 Il ressort de l’analyse ce tableau que le bilan agrégé est déficitaire pour les céréales, les tubercules et en viande. Dans le groupe des céréales le déficit est dû principalement aux faibles productions de riz et blé qu’il faut importer pour couvrir ces besoins. Il faut préciser que cette esquisse du bilan ci-dessus porte sur les productions nationales et a été établie sur les données disponibles de 2014
    14. 14. SECURITE NUTRITIONNELLE AUSECURITE NUTRITIONNELLE AU NIGERNIGER 1414 CTA, Dakar 21-25 Sept 2015 Evolution de la malnutrition aiguë globale et sévère de 2008 à 2014 (Source : INS, 2014) Les enfants atteints de MAS sont exposés à un risque de décès neuf fois supérieur à celui des enfants ne souffrant pas de malnutrition. Par ailleurs, les enfants souffrant de MAM sont eux aussi exposés à un risque de décès accru (2,4 fois supérieur à celui des enfants ne souffrant pas de malnutrition).
    15. 15. SECURITE NUTRITIONNELLE AUSECURITE NUTRITIONNELLE AU NIGERNIGER 1515 CTA, Dakar 21-25 Sept 2015 Evolution de la prévalence du retard de croissance ou MC chez les enfants vulnérable au Niger (Source : INS, 2014). Les taux de malnutrition chronique et de malnutrition aiguë sont restés stationnaires au cours des ces dernières années, mettant ainsi en lumière les difficultés persistantes auxquelles les populations restent confrontées pour réaliser leur droit à la santé, la nutrition, l'alimentation, l'eau, l'assainissement et l'hygiène.
    16. 16.  Région par excellence à vocation agricole;  Région phare victime de 1er plan en SAN;  85% des Enfants malnutris  Forte concentrations des Acteurs nationaux et internationaux œuvrant en SAN REGION DE MARADI ET SAN
    17. 17. SECURITE NUTRITIONNELLE AUSECURITE NUTRITIONNELLE AU NIGERNIGER 1717 CTA, Dakar 21-25 Sept 2015 Malnutrition aigüe et chronique par district de la région de Maradi. Source : MSP, 2015. Malnutrition aiguë par district, région de Maradi (juillet 2014) Malnutrition chronique par district, région de Maradi (juillet 2014)
    18. 18. SECURITE NUTRITIONNELLE AUSECURITE NUTRITIONNELLE AU NIGERNIGER 1818 CTA, Dakar 21-25 Sept 2015 Déficit en micronutriment Au Niger la stratégie (l’iodation universelle du sel) a été adoptée comme stratégie nationale de lutte contre les TDCI depuis 1995.   Enfants 6-59 mois Femmes 15-49 ans Anémie 73% 46% Anémie modérée ou sévère 46% 13% Le déficit en micronutriments, souvent qualifié de fléau silencieux, est pourtant généralisé au Niger en général et à Maradi en particulier. Il est moins apparent que le retard de croissance ou la malnutrition aiguë.
    19. 19. SECURITE NUTRITIONNELLE AUSECURITE NUTRITIONNELLE AU NIGERNIGER 1919 CTA, Dakar 21-25 Sept 2015 Diversité alimentaire par ménage Pourcentage de ménages consommant les aliments riches en fer et en vitamine A selon le niveau d’insécurité alimentaire (Source : INS-SAP, 2014).
    20. 20. 2020 CTA, Dakar 21-25 Sept 2015 CAUSES DE LA VULNÉRABILITÉ ÀCAUSES DE LA VULNÉRABILITÉ À L’INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE ETL’INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLENUTRITIONNELLE La vulnérabilité des nigériens à l’insécurité alimentaire trouve ses origines dans :  les déficits céréaliers et fourragers enregistrés régulièrement depuis quelques décennies;  les comportements alimentaires inappropriés;  la pauvreté structurelle de certains groupes sociaux.  AUTRES CAUSES (LES VRAIES)
    21. 21. 2121 CTA, Dakar 21-25 Sept 2015 POLITIQUE, PROGRAMME ETPOLITIQUE, PROGRAMME ET STRATEGIESSTRATEGIES Le développement rural a été constamment au cœur des préoccupations des responsables politiques du Niger. Les approches ont progressivement évolué depuis l’indépendance : i) de 1960 à 1973 : mise en place des politiques sectorielles ii) de 1974 à 1987 : priorité à l’autosuffisance alimentaire iii) de 1987 à 1991 : libéralisation dans le cadre de l’ajustement structurel iv) de 1991 à nos jours : vers un rôle accru des acteurs privés et de la prise en compte de la lutte contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire.
    22. 22. 2222 CTA, Dakar 21-25 Sept 2015 POLITIQUE, PROGRAMME ETPOLITIQUE, PROGRAMME ET STRATEGIESSTRATEGIES Le développement rural a été constamment au cœur des préoccupations des responsables politiques du Niger. Les approches ont progressivement évolué depuis l’indépendance : Depuis, plusieurs stratégies et politiques ont été élaborées pour mettre en œuvre ces principes et les compléter. I3N : Les Nigériens Nourrissent les Nigériens
    23. 23. 2323 CTA, Dakar 21-25 Sept 2015 POLITIQUE, PROGRAMME ETPOLITIQUE, PROGRAMME ET STRATEGIESSTRATEGIES L’I3N a quatre (4) axes d’intervention dans une approche focalisée sur les communautés locales : Axe 1: Accroissement et diversification des productions agro-sylvo-pastorales et halieutiques Axe 2: Approvisionnement régulier des marchés ruraux et urbains en produits agricoles et agroalimentaires Axe 3 : Prévention et gestion des crises alimentaires
    24. 24. 2424 CTA, Dakar 21-25 Sept 2015 SAN AU NIGER:SAN AU NIGER: QUELS ROLES PEUVENT JOUER LESQUELS ROLES PEUVENT JOUER LES UNIVERSITESUNIVERSITES ETUDE SUR FINANCEMENT DE CTA ET APPUI TECHNIQUE DE WUR  Redéfinir la SAN (Contexte propre)  Faire l’Etat des lieux de Situation AN  Identifier les acteurs sur le terrain  Cartographie des acteurs  Audit de l’institution universitaire
    25. 25. Sécurité Alimentaire et Nutritionnelles Catégorisation des acteurs
    26. 26. Identification des acteurs Domaines d’activités Gounga, 2013
    27. 27. Intégration de l'Enseignement Supérieur dans les processus de Recherche Action et Développement (NIGER) Intégration de l'Enseignement Supérieur dans les processus de Recherche Action et Développement (NIGER) Partenaires au développement Système des Nations Unies Humanitaire ou de développement Partenaires au développement Système des Nations Unies Humanitaire ou de développement Institutions Etatiques (HC3N, DNPGCCA, SAP, CCA, Services Techniques de l’Etat, FS…) Institutions Etatiques (HC3N, DNPGCCA, SAP, CCA, Services Techniques de l’Etat, FS…) Accroître l'approvisionnement alimentaire et réduire la faimAccroître l'approvisionnement alimentaire et réduire la faim ONGs nationales/internationales Projets de développement Entreprises publiques/privées Organisations socio-professionnelles Plate Forme Paysanne, Fédération/Union/Groupement des producteurs ONGs nationales/internationales Projets de développement Entreprises publiques/privées Organisations socio-professionnelles Plate Forme Paysanne, Fédération/Union/Groupement des producteurs Institutions nationales Internationales de recherche Institutions nationales Internationales de recherche
    28. 28. 2828 -20 Int. + 40 Int. 20 - 40 Int. Nombre d’intervenants par region ACTE D APIS COOPI CDR Humedica HELP HKI ISLAMIC RELIEF KAIDIYA MSF Suisse MSF France Plan NIger Samaritan’s Purse Saedev ISLAMIC RELIEF PAM UNICEF DIMOL CADEV UNFPA ADL ADRA AJDR ASD AID CAPE ABC Ecologie AFRIKSOUL CISP DACEFE DEMI-E GAMA Good Neighbors Hed Tamat HAI ILAF IRC IEDR Kandadji Kundji F OXFAM Swissaid Thiebon E OMS PDEVII/USAID PINALE PNUD PSI PID RICO SADEV Sahelia SI Sos FEVVF SOS SI Souba S UNHCR ACH APIS CADEV CARE FORSANI HKI Mercy Corps MSF-F CRS BEFEN MSF-B Save the Children Songes TASSHAK World Vision Avance N SADEV UNICEF PAM Goulbi CADEV GAPIAN World Vision PAM UNICEF CRN HKI Save the Children KARKARA CRN HKI Plan Niger ADN Kamna Kaidiya GADED GESPAC PAM UNICEF AID kokari ACH FAO Akarass Concern HELP KARKARA Masnat UNICEF PAM OCHA Samaritan P World Vision ACTPIN ADKOUL APBE Arc en ciel ADN COSPE GEED Gao ISCV MDM PPI PROMAP MPDL REFROM TANAKRA AHARO GALHER CADEV CRF GAGE CICR ASS TUNFA Help HKI Hed Tamat Me Fem UNICEF PAM OXFAM BEFEN CADEV CRS Counter P GRET HKI Karkara MSF-F CRF CARE Songes World vision Save the children MSF-S Africiare All-Uma AJD ANSP Bladia CR Irlandaise ESAFRO GAGE Goal Avance Niger Afua Nafante Regis-ERA HAI SOS FEVVF SNV Qui est où? Couverture géographique par intervenant < 25% of region 25-50% of region 50-75% of region >75% of region Couverture par region Cartographie des acteurs OCHA, 2014
    29. 29. 2929 AISHE PLAN DO CHECK 1.1 Vision 1.2 Stratégie 1.3 Communication 1.4 Gestion interne de la sécurité alimentaire 2.1 Réseau 2.2 Groupe d'experts 2.3 -- 2.4 Recherche, services externes 3.1 Profildes diplômés 3.2 Méthodologie éducative 3.3 -- 3.4 Evaluation des étudiants 4.1 Curriculum 4.2 Traitement intégré des problèmes 4.3 Stages, examens 4.4 Spécialité 5.1 Appreciation bystaff 5.2 Appreciation bystudents 5.3 Appreciation byprofessionalfield 5.4 Appreciation bysociety 0 1 2 3 4 5 Résultats de l’audit Université de Maradi Faculté d'Agronomie et des Sciences de l’Environnement (FASE) AIFSHE
    30. 30. 3030 Renforcement des capacités de nos universités en ressources humaines, matérielles et financières Faire de nos universités des actrices à part entière aux côtés des acteurs œuvrant dans la lutte contre l’insécurité alimentaire Amélioration des curricula pour la prise en compte des spécificités et des réalités du terrain Création de nouvelles filières de formation en sécurité alimentaire et nutritionnelle/ Recyclage et renforcement des capacités des acteurs RECOMMANDATIONS...
    31. 31. 3131 Recherche agricole (prévoir des programmes de vulgarisation et publications scientifiques régulières) Renforcement et encouragement des formations modulaires permettant aux ONGs de s’intégrer Préparation d’un atelier pour mieux connaitre quel type de formation pour quel travail répondant aux priorités du PDDAA. Eviter les relations individuelles et favoriser les relations institutionnelles (Coopération/Collaborations) RECOMMANDATIONS…
    32. 32. 3232 Mise en œuvre des modules et programmes de formation et de recherche action dans les domaines de la production, la protection, la transformation et la commercialisation des produits agricoles (formation diplômante), Mise en place d’un processus de révision des curricula adaptés à la problématique de la sécurité alimentaire Développement de la recherche action et les appuis conseils dans le domaine de la production, conservation, transformation des produit agricoles RECOMMANDATIONS…
    33. 33. 3333 Mettre en place des « centres d’excellence » en science agronomiques ; Élaborer un ensemble d’indicateurs de performances réalistes et réalisables ; Se concentrer sur la gestion des connaissances, le transfert de technologies et l’innovation ; RECOMMANDATIONS… CTA, Dakar 21-25 Sept 2015
    34. 34. 3434 THANK YOU FOR YOURTHANK YOU FOR YOUR ATTENTIONATTENTION CTA, Dakar 21-25 Sept 2015

    ×