Web 2.0 continuité ou rupture dans l'usage des TIC pour apprendre

1 552 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 552
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
552
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Web 2.0 continuité ou rupture dans l'usage des TIC pour apprendre

  1. 1. Quelle continuité dans les usages pédagogiques du Web ? Christian Depover Université de Mons Belgique Christian.Depover@umons.ac.be http://ute.umh.ac.be/deste Université de Mons
  2. 2. Le Web évolue…. ses utilisateursaussi Le rythme de l’innovation s’accélère de plus en plus Une technologie passe d’un public limité (les innovateurs) à un large public (les pragmatiques) en quelques mois. Université de Mons
  3. 3. Le Web évolue…. ses utilisateursaussiTaux de pénétration   Au niveau mondial, le Web concerne une population de plus en plus large.   Mais avec une fracture Nord-Sud qui reste très importante et ne décroit que très lentement Université de Mons
  4. 4. Le Web évolue…. ses utilisateursaussiFréquence d’utilisation d’Interneten fonction du niveau d’instruction Moins de 1 X par mois Le Web concerne un public de plus 1 X par mois au moins en plus diversifié faible moyen 1 X semaine au moins élevé Tous les jours 0 50 100 CRIOC, Belgique, 2010 Université de Mons
  5. 5. Des utilisateurs de plus en plusdiversifiés Pourcentage d’utilisateurs de l’Internet selon la classe d’âge10090 Le Web n’est pas80 réservé aux jeunes70 mais la fracture entre générations reste bien6050 réelle4030 18-24 ans20 45-54 ans10 65 ans et + 0 CEFRIO, Québec 2008 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Université de Mons
  6. 6. L’utilisation à la maison prend le passur l’accès sur le lieu d’étude Comparaison de l’accès à l’Internet domicile/ école (jeunes de 12 à 17 ans) 100 90 80 70 60 50 Accès au domicile 40 Accès sur le lieu détude 30 20 10 0 Credoc, France 2011 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Université de Mons
  7. 7. Comment les milieux de formation peuvent-ilss’adapter à ces nouvelles réalités ?  Par la rupture en insistant sur le fait que la généralisation de l’accès au Web et l’importance prise par le Web social réclament des approches pédagogiques radicalement différentes pour répondre aux nouvelles caractéristiques des apprenants  Par la continuité, en capitalisant sur l’acquis et en identifiant ce qui dans le web 2.0 permet de faire progresser les modèles existants Université de Mons
  8. 8. En sciences humaines, l’évolution des idées estbasée sur la rupture plutôt que sur la continuité Les sciences exactes, évoluent en proposant de nouveaux modèles qui englobent Théorie Théorie des généralement les précédents newtonienne Physique cordes quantique alors que les sciences humaines recherchent davantage un effet de rupture Socio - Béhaviorisme Cognitivisme Constructivisme constructivisme Université de Mons
  9. 9. En technologie éducative, l’effet de rupture est renforcé par les changements technologiquesNbre deréférencesdans labase ERIC Université de Mons
  10. 10. En soit, le Web 2.0 n’est pas une technologie de rupture  La principale différence entre le Web classique et le Web 2.0 est avant tout une question d échelle  Rien de vraiment nouveau d un point de vue technologique sauf un nombre d utilisateurs qui explose par l engouement pour les réseaux sociaux Université de Mons
  11. 11. Pourtant l’arrivé du Web 2.0 a tendance àstigmatiser certaines oppositions  Digital native versus digital immigrant (Marc Prensky)  Passage d’un Web où la plupart des utilisateurs sont passifs à un Web actif  Apprendre en faisant versus apprendre en lisant  Lecture aléatoire versus lecture linéaire (l’hypothèse de Nicholas Carr selon laquelle le Web modèle notre pensée)  Communauté versus individu (le Web modèle nos relations sociales) Université de Mons
  12. 12. Digital native versus digital immigrants :quelles différences ? Nombre de sites visités Durée de la recherche5 2504 Comparaison des 2003 stratégies de recherche 1502 sur le Web pour 100 répondre à une1 50 question (BBC Lab UK)0 0 Moins de 20 ans 20 ans et + Moins de 20 ans 20 ans et +Les différences s expliquent par :   Les plus jeunes passent moins de temps à évaluer l information   La recherche s arrête dès qu un article correspondant est trouvé (Baird and Fisher, 2005) Université de Mons
  13. 13. Digital native versus digital immigrants :un concept à nuancer  Tous les jeunes ne sont pas des digital natives, il existe des degrés variables dans la connaissance du Web  Seulement 27 % des jeunes correspondent à l image que nous nous faisons d une immersion dans les technologies et 20 % se caractérisent comme des digital dissidents (Synovate, 2007)  Krause (2007) montre à partir d une étude réalisée sur des étudiants australiens que leur compréhension et leur expérience du Web varie fortement selon leur niveau socio-économique, leur âge et leur sexe Université de Mons
  14. 14. Les usages actifs du Web se développent maisrestent encore minoritaires Social media tracker, enquête dans 53 pays, 2010 Université de Mons
  15. 15. Les usages actifs du Web se développent maisrestent encore minoritaires…surtout en Europe 45 40 35 30 25 Créer/maintenir un bloc 20 Lire des blogs 15 10 5 0 % des utilisateurs Internet % des utilsateurs internet 16-24 Enquête sur l’utilisation du Web dans l’Union européenne Université de Mons
  16. 16. Apprendre en faisant  Les nouveaux outils sont réactifs, on essaye et on voit  On peut prendre des risques car on a toujours une seconde chance (comme dans les jeux..)  Intérêt pour faire des choses et les montrer : FabLab, artisanat digital Université de Mons
  17. 17. Le développement des nouveaux environnmentsnumériques modifie notre manière d apprendre Manière préférée d’apprendre à propos d’un logiciel ou d’un service TIC % des sujets interrogés 60   50   Lire  le  manuel/la   40   documenta9on   Demander  à  des  amis   30   ou  la  famille   Essai  et  erreur/ expérimenta9on     20   Par9ciper  à  un  cours   10   0   16-­‐24  ans   25-­‐34  ans   Université de Mons
  18. 18. Le Web modèle notre pensée  Lecture aléatoire plutôt que linéaire : le développement du zapping et du scanning exige des capacités accrues à faire des liens  Accès rapide à des grandes quantités d info, outils de recherche puissants, possibilité de partager rapidement des idées  Mac Luhan : le medium c est le message. Le Web influence notre manière de rechercher et de traiter l information Université de Mons
  19. 19. Le Web modèle nos relations sociales(apprendre avec et par les autres)  Importance des pairs comme source d’informations fiable mais aussi comme soutien à l’apprentissage  Rôle du partage et du besoin de rendre publiques ses productions personnelles  Aller à la rencontre des autres tout en gardant une certaine distance (usages d identités multiples, pseudo)  Nouvelles formes d’oralité : wiki, SMS, chat Université de Mons
  20. 20. Les nouvelles habitudes de travail issues du Web ontmodifié les pratiques scolaires des jeunes  Des recherches menées depuis le début des années 2000 indiquent que les ¾ des adolescents déclarent avoir spontanément utilisé Internet pour des usages liés à l’école (demander de l aide, échanger des devoirs, préparer une interro…) Les étudiants universitaires préfèrent les cours qui combinent cours en ligne et cours présentiel (hybride). Educause Université de Mons
  21. 21. Mais ils ne réclament pas pour autant une école à l’image de ce qu’ils pratiquent dans leurs loisirs  Une étude de Jisc (2007) indique que les jeunes ne sont pas nécessairement demandeurs à l université d approches en matière d apprentissage centrées sur les technologies. Ils pensent que si tout l apprentissage est médiatisé par la technologie cela conduira à une diminution de la valeur de l apprentissage Caractéristiques de FR It PBUne autre étude (Lam l’apprentissageet Ritzen, 2008) Apprendre en faisant 1,7 2,7 2,8montre qu’ils notent Social et interactif 4,4 4,6 4,3positivement certaines Simultanéité des activités 4,0 3,1 4,1caractéristiques enmatière d’apprentissage Visuel 3,2 2,0 2,9qui relèvent du Web 2.0 Connecté et mobile 4,1 2,5 4,3 Université de Mons
  22. 22.   Comment peut-on tirer parti de ces nouvelles pratiques pour favoriser l apprentissage des jeunes issus de la génération Y (digital natives) ? Université de Mons
  23. 23. Comment tirer parti de ces pratiques...  Stratégie par fusion : utiliser les environnements familiers aux jeunes (issus du Web 2.0) pour proposer des activités pédagogiques   Les réseaux sociaux sont utilisés comme des lieux d échange et de partage à propos des apprentissages   Les blogs permettent aux élèves de partager des documents, des images… et d’exprimer leur avis sous forme d’annotation   Les plateformes de Tags permettent d’entraîner les élèves à l’indexation collaborative Université de Mons
  24. 24. Comment tirer parti de ces pratiques...  Stratégie par imprégnation : Développer des environnements originaux inspirés de ceux auxquels les élèves sont habitués et dans lesquels ils se sentent confortables parce qu ils :   Respectent leurs habitudes de travail   Stimulent leurs capacités d’expression à l image des environnements qu’ils pratiquent au quotidien   Ont un caractère social fort marqué et favorisent donc l’échange et le partage  En visant le développement de compétences jugées importantes pour permettre aux jeunes générations d’être partie prenante à la société hautement tachnologique qui les attend. Université de Mons
  25. 25. Stratégie par imprégnation  Depuis une dizaine d années, nous développons et utilisons des environnements numériques d’apprentissage (ENA) qui répondent à ces caractéristiques et qui s inscrivent dans l Esprit Web 2.0  Ces ENA ont en commun qu’ils :   valorisent le travail en groupe et l’analyse réflexive   s appuient sur une approche par projet   se structurent autour d’une plateforme dédicacée qui est basée sur une métaphore spatiale Université de Mons
  26. 26. Galanet : Apprentissage des langues basé surl’intercompréhension des langues romanes Différents supports à la compréhension sont proposés :   Outils disponibles sur la plateforme   Structure d’encadrement   Les autres apprenants Université de Mons
  27. 27. Galanet Apprentissage par immersion :   dans un projet en vue de réaliser un dossier de presse   dans un environnement construit autour d’une métaphore spatiale   dans une communauté structurée en plusieurs niveaux Université de Mons
  28. 28. Un projet  Basé sur la réalisation en commun et à distance d un dossier de presseExemple de dossier : il y-a-t-il un humourromanophone ? Dossier  En vue d engager les étudiants dans des tâches authentiques (chacun s exprime dans sa langue maternelle)  Favorisant la négociation du sens à travers des interactions interpersonnelles et inter-groupes dans différentes langues (français, espagnol, italien, portugais, roumain) Université de Mons
  29. 29. Un projet basé sur une structuration rigoureuse en 5 étapes Briser la glace Choix du thème Remue- Récolte de Dossier de méninges documents presse  Faire connaissance  Interagir librement   Propositions de thèmes   Choix du thème (vote)   échanges autour du thème   Identification des rubriques du dossier   Discussions à l’intérieur des rubriques par équipe   Récolte et analyse des documents   Collecte des contributions des différentes équipes   Assemblage et publication du dossier Université de Mons
  30. 30. Un environnement technologique  Basé sur une métaphore spatiale : le centre de presse  Conçu pour favoriser et soutenir les échanges entre les étudiants qui participent à une même session (de 150 à 200 étudiants)  Conçu pour favoriser et soutenir les échanges entre des étudiants issus de différents pays. Une session peut regrouper des étudiants de 5 ou 6 pays et de plus d une dizaine d universités Université de Mons
  31. 31. A partir d outils regroupés dans différentsespaces Université de Mons
  32. 32. Galanet : un espace d expression qui fédère des communautés  Communautés locales : les participants sont organisés en équipes locales (au moins une équipe par université participante et une quinzaine par session) placées sous la responsabilité d un animateur  Communauté langagière : qui regroupe les participants qui partagent la même langue maternelle  La communauté Galanet s efforce de fédérer ces différentes communautés au sein d un projet commun grâce à :   Un processus de prise de décision à travers des procédures de vote qui impliquent l ensemble de la communauté   Un partage du travail basé sur la négociation en groupe pleinier   Un partage de valeurs et de normes communes : plaisir à communiquer, ouverture aux autres, s exprimer uniquement dans sa langue maternelle pour éviter de présenter des modèles erronés et aider les autres à se corriger… Université de Mons
  33. 33. Une communauté d’intérêt  La notion de communauté dans le projet Galanet concerne non seulement les participants à une session mais s’étend au partage d’expériences entre différentes sessions  C’est le rôle du portail de mutualiser entre les universités les acquis des différentes sessions pour faire évoluer l’environnement Galanet Université de Mons
  34. 34. Portail présentant les sessions en cours Université de Mons
  35. 35. Portail présentant les sessions terminées Université de Mons
  36. 36. Une plateforme au design pluscontemporain Une des évolutions les plus importantes issues de cet effort de mutualisation est la création d’une nouvelle plateforme permettant :   d’offrir de nouveaux outils (wiki)   D’assouplir la structuration du projet   d’élargir le public à la formation de formateurs à l’intercompréhension Université de Mons
  37. 37. Une plateforme proposant de nouveauxoutils Espaces regroupant différents outils Université de Mons
  38. 38. Une plateforme proposant de nouveaux outils  Page d accueil du   Historique du Wiki Wiki Université de Mons
  39. 39. Une plateforme proposant de nouveauxoutilsUne bibliothèque disposant de plusieurs centaines dedocument sur l’intercompréhension Université de Mons
  40. 40. Learn-Nett   Le concept d’ENA a été appliqué à différents contextes pédagogiques au niveau universitaire ou secondaireC’est la cas du projet Learn-Nett qui :  S’adresse à un public de formateurs en formation initiale ou en poursuite d étude au niveau Master  Vise à développer la réflexivité et l’auto-analyse dans la pratique enseignante en général et dans l’usage des TIC en particulier La première session a été ouverte en 1997 dans le cadre d’un projet Socrates (Commission européenne) auquel participait 4 universités belges (FUNDP, UM, ULG, UCL, ULB) et les universités de Genève, Lancaster et Barcelone Université de Mons
  41. 41. Les thématiques de travail retenues pour lasession 2011-2012 Université de Mons
  42. 42. Effet de l’environnement Learn-nett sur lespratiques déclarées par un grouped’enseignantsEffet sur les outils J’ai mis en place Effet sur les méthodes J’ai mis en place des activités une pédagogie60 portant sur : s’appuyant sur : 5050 45 Internet comme 4040 35 outil de recherche 30 Pédagogie par30 25 projet Outils de20 20 communication Travaux 1510 collaboratifs 10 Travaux sur 5 Activités0 ordinateur à 0 métacognitives domicile Etude réalisée en 2010 sur 31 sujetsLes effets déclarés par un groupe d’enseignants (n=31) semarquent davantage sur les changements au niveau desméthodes pédagogiques mises en œuvre que sur l’utilisation desoutils liés aux TIC Université de Mons
  43. 43. Pour conclure…  Les technologies mobilisées importent moins que les approches pédagogiques qu’elles permettent de mettre en œuvre (approche par projet, travail collaboratif, environnement favorisant l’expression)  Développer des méta-compétences centrées sur la créativité, l autonomie, l esprit d analyse, la réflexivité, la régulation métacognitive plutôt que des connaissances liées à des contenus particuliers  L’intérêt des jeunes pour le Web crée des opportunités intéressantes qu’il faut savoir exploiter… Université de Mons
  44. 44. Exploiter les opportunités…. Selon la théorie du flow proposée par Csikszentmihalyi (1975) lorsqu un individu est en état de flow, il devient à ce point absorbé par son activité que son attention est exclusivement focalisée sur l activité en cours.Certains auteurs considèrent que l utilisation duWeb peut faciliter l apparition de cet état de flow(Hoffman and Novak, 1996a,1996b; Chen et al.,1998, 1999) Université de Mons
  45. 45. Ce à quoi vous avez échappé…ou presque  http://www.galanet.eu  http://ute3.umh.ac.be/learn-nett  http://www.galapro.eu 45 Université de Mons
  46. 46. FIN Université de Mons

×