Présentation par l'AFGNV du déploiement infrastructures et véhicules gaz

1 035 vues

Publié le

Présentation par l'Association Française du GNV (AFGNV) du de la vision marché France/Monde, réglementaire et technologique pour le développement du GNC et GNL dans la chaîne de mobilité, en alternative au diesel/essence.

Publié dans : Environnement
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 035
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Présentation par l'AFGNV du déploiement infrastructures et véhicules gaz

  1. 1. La place des carburants alternatifs dans le monde du transport en 2035 GNV , GNL, GNC Biogaz par Gilles Durand - Secrétaire Général de l’AFGNV
  2. 2. La Filière du GNV est organisée en France L’Association Française du Gaz Naturel Véhicules fédère les acteurs du GNV Entreprises gazières, Constructeurs de véhicules et matériels roulants, Equipementiers et distributeurs carburants, Motoristes, Centres de recherches, Transport urbain collectif, Collecte d’Ordures Ménagères, Collectivités Locales,… Quelques membres :
  3. 3. Le gaz naturel est un carburant propre, sûr et adapté à tout type de véhicules Ø Carburant propre (données IVECO, ADEME, UTAC) ü 95% de réduction des émissions de particules et 85% de réduction des NOx par rapport au gasoil ü 25% de réduction des émissions de CO2 par rapport à l’essence (et 10% par rapport au gasoil) ü 50% de réduction de pollution sonore ü Pas d’odeur des produits de combustion Ø Carburant sûr ü Le GNV est plus léger que l’air: en cas de fuite, il n’y a pas d’accumulation. Le risque est de ce fait limité en plein air et dans des locaux ventilés. ü Température d’inflammabilité élevée, le GNV présente moins de dangers que les carburants liquides classiques Ø Carburant adapté au transport terrestre et maritime Selon une étude réalisée parla Société SECTOR pour l’AFGNV, les bus et BOM au GNV présentent moins de risques de circulation que ceux au gazole Pour l’usage carburant le gaz naturel est : - soit à l’état gazeux comprimé à 200 bars (GNC pour voitures et camions) - Soit à l’état liquide refroidi à -160°C (GNL pour camions et bateaux) HH H H C CH4
  4. 4. Le GNV présente deux atouts d’actualité Le GNV se positionne bien au delà des exigences de la Norme Euro 6 (applicable en 2014) NOx CO HCNM Particules CH4 CURSOR 8 CNG 0,14 2,53 0,08 0,0016 0,012 Limites Euro 4 3,5 4 0,55 0,03 1,1 Limites Euro 5 2 4 0,55 0,03 1,1 Limites EEV 2 3 0,4 0,02 0,65 Limites Euro 6 0,4 4 0,16 0,01 0,5 en g/kWhEmissions homologués sur cycle ETC Le biométhane, biogaz épuré, issu de la méthanisation des déchets fermentescibles et le gaz naturel sont parfaitement miscibles et sont utilisés indifféremment dans les véhicules GNV Le GNV possède un prolongement renouvelable, le biométhane carburant La valorisation du biogaz en carburant présente le meilleur bilan en Gaz à Effet de Serre Le biométhane carburant fait rouler nos véhicules avec un bilan carbone équilibré Emissions Moteur CURSOR 8 CNG sur cycles ETC CO2
  5. 5. Des véhicules roulent au GNV dans toutes les régions du monde 1 578,5 EastAsia SouthEu 751,9 EastEu 551,1 492,0 SEA CentEu 133,2 NorEu 48,4 3,7 Oceania 7 810,0 SouthAsia 4 949,8 SouthAm 332,6 CentAsia 264,2 NorAm 250,9 WeasAsia 180,5 Africa 17,0 CentAm & Carib Source IGU (International Gas Union) Nombre de véhicules GNV en milliers à mi-2013
  6. 6. Avec un réseau de stations de distribution spécifiques Region (UN definition) Population of NGVs, thousands, 2013 Number of Filling Stations, 2013 South Asia 7 810,0 6 299 South America 4 949,8 4 955 East Asia 1 578,5 3 305 South Europe 751,9 997 East Europe 551,1 882 South East Asia 492,0 732 Central Asia 332,6 254 North America 264,2 1 521 West Asia 250,9 410 West Africa 180,5 175 South Europe 133,2 1 627 North Europe 48,4 282 Central America & Caribbean 17,0 29 Oceania 3,7 65 TOTAL 17363,7 21 533,0 Source IGU (International Gas Union)
  7. 7. Depuis 2000, le GNV connaît, dans le monde, un développement à deux chiffres Le nombre des véhicules fonctionnant au GNV a augmenté de 18% par an dans le monde entre 2000 et 2010 et de près de 25% en 2011 et 2012 pour atteindre plus de 17 millions de véhicules mi 2013. L’Association NGVA Europe et le study Group 5.3 de l’International Gas Union prévoient qu’en 2020, il y aura 65 millions de véhicules au GNV dans le Monde, soit 9% du marché Source : International Gas Union Source : NGV Global
  8. 8. Historique du GNV en France Ø L’utilisation du GNV en France a démarré au milieu des années 90 Ø Le parc de véhicules GNV concerne principalement les Poids Lourds ü 2400 bus, soit10% du parc total (GNC) ü 800 Bennes Ordures Ménagères, soit13% du parc total (GNC) ü 200 camions (marché émergent à fort potentiel en GNC et GNL) ü 10 000 VL et VUL essentiellement en flottes d’entreprises (GNC) Ø Des stations de distribution de carburant en faible nombre et essentiellement privées ü 115 grosses stations privées dédiées bus, BOM et camions marchandises ü 145 petites stations privées dédiées VUL et VL (petites collectivités locales) ü 40 stations publiques
  9. 9. Des contextes français et Européens favorables à l’avenir du carburant gaz naturel / biométhane (GNV/BioGNV) Une offre des constructeurs européens qui s’étoffe rapidement Un changement de paradigme économique et environnemental Un projet de Directive Européenne structurant sur les carburants alternatifs L’irruption du GNL comme carburant maritime et terrestre Le gaz naturel carburant s’invite dans le débat sur la transition énergétique Des mesures incitatives pour l’usage biométhane du carburant
  10. 10. L’offre des constructeurs Européens s’étoffe rapidement
  11. 11. Un changement de paradigme économique et environnemental Le fort taux de véhicules Diesel en France, pèse sur notre balance commerciale et sur le coût du gasoil La pollution par les particules fines est responsable de 42 000 morts prématurées par an (source : OMS) L’OMS a déclaré cancérogène certain les gaz d’échappement des moteurs Diesel L’adaptation technologique des véhicules Diesel à la norme Euro VI, applicable en 2014 et qui exige 5 fois moins de rejets d’oxydes d’azote et 3 fois moins de rejets que la norme précédente, va renchérir le prix des véhicules Diesel et leur coût d’entretien
  12. 12. Un projet de Directive Européenne structurant sur les carburants de substitution Un projet de texte présenté le 24 janvier 2013 § Déploiement d’une infrastructure pour carburants de substitution pour lesquels les lacunes dans la coordination du marché sont particulièrement significatives à savoir l’électricité, l’hydrogène et le gaz naturel GNC et GNL sont concernés par la mise en place, avant le 31 décembre 2020, de § stations GNC ouvertes au public tous les 150 kms § stations GNL ouvertes au public tous les 400 kms (routes du réseau RTE-T central) Un calendrier de négociations ambitieux § Parlement § Conseil de l’UE ü 16/17 septembre : publication du projet de rapport, ü 14 novembre : vote en Commission TRAN ü 19 février 2014 : vote en session plénière ü 11 mars 2013 : Conseil transport ü 10 juin 2013 : Débat d’orientation en Conseil des Ministres ü Ambition de la Présidence lithuanienne : parvenir à une position commune au Conseil Transport d’octobre (très ambitieux) ou décembre 2013
  13. 13. L’irruption du GNL comme carburant maritime et terrestre Un important travail de mobilisation et de coordination conduit par le coordonnateur des actions ministérielles du GNL comme carburant maritime (atelier n°4 le 12 septembre) Des essais concluants de camions fonctionnant au GNL ont été réalisés en France en 2012 Les premiers camions, avec réservoirs GNL, devraient être homologués en 2014 Une filière « GNL porté » qui s’organise Le barème Ecotaxe Poids Lourds positionne le GNV au niveau de l’hybride, le démarquant des motorisations Diesel L’Europe finance le programme « Blue Corridor « qui prévoit l’implantation de stations GNL sur des axes routiers européens (3 stations en France)
  14. 14. Le gaz naturel carburant s’invite dans le débat sur la transition énergétique Deux enseignements majeurs à retenir sur le thème du transport ü Un appel à diversifier les modes de transport et encourager les solutions énergétiques alternatives pour sortir du pétrole ultra- dominant ü Parmi ces alternatives, le constat que »le gaz naturel sera amené à jouer un rôle plus important pour une transition énergétique dans les transports et en particulier avec le biométhane »
  15. 15. Des mesures incitatives pour l’usage biométhane du carburant 5. Le biométhane carburant, fait l’objet de mesures d’accompagnement financier ü Un tarif de rachat pour le biogaz injecté dans les réseaux a été fixé ü La traçabilité de ces injections a été organisé, par un système de garantie d’origine permettant de dédier le biogaz à une application carburant, indépendamment de son lieu de production ü Les fournisseurs de gaz ont une incitation spécifique pour le réserver à l’usage carburant La règlementation sur la responsabilité élargie du producteur de déchets contribue à augmenter la ressource méthanisable ü Gisement accru de biométhane, carburant renouvelable qui possède les avantages du GNV en termes de pollution locale et un bilan CO2 neutre
  16. 16. L’Agence française de l’environnement et la maitrise de l’énergie (ADEME) prévoit qu’à l’horizon 2050 le gaz fournira 45 % de l’énergie consommée dans les transports en France dont une bonne partie issue du biogaz Le contexte, décrit précédemment, rend réaliste le scénario de l’ADEME. Deux leviers vont accélérer cette transition dès 2014 : -L’imminence de l’usage carburant du GNL pour le transport routier longue distance et le transport maritime, -La valorisation en biométhane carburant du biogaz produit dans les unités de méthanisation en activité, en développement et en projet. Si le maillage des stations GNV et GNL, prévu dans le projet de Directive Européenne, est opérationnel en 2020, on peut estimer, qu’en 2035, entre 10 et 20% des véhicules terrestres rouleront au méthane, sous ses formes naturelle, renouvelable et de synthèse en France. Conclusion

×