Blockpnée d’effort.Pascal Sbragia, Michaël PeyrolCHU Nord - Marseille
Cette patiente âgée de 47 ans, sans FDR ni antécédent oucardiopathie, présente depuis 2 mois une blockpnée d’effort.Tracé ...
Epreuve d’effort.Charge menée à 150 watts.A 150 watts, chute brutalede la fréquence cardiaquequi passe de 145 à 73 bpm.En ...
ECG D2 long réalisé à 150 watts.Quelle est votre interprétation?
Bloc atrio-ventriculaire 2:1 lorsque la fréquence sinusaleatteint 145 bpm (la fréquence ventriculaire passe à 72 bpm).P PP...
En récupération.Reprise d’une conduction atrio-ventriculaire 1:1 lorsque la fréquence sinusaleredescend à 120 bpm. Bloc at...
Niveau du bloc?1) Bloc atrio-ventriculaire nodal = improbable car laconduction nodale s’améliore généralement à l’effortso...
L’implantation d’un stimulateur cardiaque (en l’absence de cause aigue et réversible) est une recommandationde classe I po...
Une exploration électrophysiologique n’est donc pas indiquée pour valider l’indication d’unstimulateur cardiaque mais a ce...
Le potentiel hissien H• Le potentiel hissien normal est fin, biphasique outriphasique mais d’une durée ≤ 25 ms.• Un potent...
Etiologie du BAV intrahissien• Causes aigues éventuellement réversibles (àéliminer avant l’implantation d’un PMI):– Endoca...
Conclusion• Implantation d’un simulateurcardiaque double chambre.Attention, il est indispensable deprogrammer une fréquenc...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Blockpnée d'effort

3 393 vues

Publié le

Pascal Sbragia, Michaël Peyrol - CHU Nord, Marseille

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 393
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Blockpnée d'effort

  1. 1. Blockpnée d’effort.Pascal Sbragia, Michaël PeyrolCHU Nord - Marseille
  2. 2. Cette patiente âgée de 47 ans, sans FDR ni antécédent oucardiopathie, présente depuis 2 mois une blockpnée d’effort.Tracé ECG de repos normal.
  3. 3. Epreuve d’effort.Charge menée à 150 watts.A 150 watts, chute brutalede la fréquence cardiaquequi passe de 145 à 73 bpm.En récupération, lafréquence cardiaqueremonte à 115 bpm.Fin de l’examen.
  4. 4. ECG D2 long réalisé à 150 watts.Quelle est votre interprétation?
  5. 5. Bloc atrio-ventriculaire 2:1 lorsque la fréquence sinusaleatteint 145 bpm (la fréquence ventriculaire passe à 72 bpm).P PP PP
  6. 6. En récupération.Reprise d’une conduction atrio-ventriculaire 1:1 lorsque la fréquence sinusaleredescend à 120 bpm. Bloc atrioventriculaire 2:1 chronodépendant.
  7. 7. Niveau du bloc?1) Bloc atrio-ventriculaire nodal = improbable car laconduction nodale s’améliore généralement à l’effortsous l’effet des catécholamines endogènes y comprischez les patients qui présentent une dysfonction nodale.2) Bloc atrio-ventriculaire infrahissien = improbable car lesQRS sont fins traduisant une conduction normale dansles 2 branches du faisceau de His. Il faudrait un bloc deconduction simultané et du même degré à l’effort dansles 2 branches pour expliquer les QRS fins.3) Bloc atrio-ventriculaire intrahissien = le plus probable etdont la survenue à l’effort est particulièrementcaractéristique. L’amélioration de la conduction nodale àl’effort démasque le trouble conductif intrahissien (avantla bifurcation du faisceau du His et donc à QRS fins).
  8. 8. L’implantation d’un stimulateur cardiaque (en l’absence de cause aigue et réversible) est une recommandationde classe I pour un bloc atrio-ventriculaire du 2e degré symptomatique quelque soit le niveau du bloc.
  9. 9. Une exploration électrophysiologique n’est donc pas indiquée pour valider l’indication d’unstimulateur cardiaque mais a cependant été réalisée chez cette patiente.Voici l’enregistrement des intervalles de conduction de repos. Présence d’un bloc intrahissien dupremier degré au repos avec dédoublement pathologique du potentiel hissien H1H2 mesuré à 35 ms.A H1 H2QRSA = potentiel atrial endocavitaire synchrone de l’onde P de surface; H1 = potentiel hissien proximal;H2 = potentiel hissien distal; V = potentiel ventriculaire synchrone du QRS de surface.DérivationendocavitairehissienneDérivations DI,DII, V1 et V6 del’ECG de surfaceDérivationendocavitaireatrialeVPDéfilement à 200 mm/sec
  10. 10. Le potentiel hissien H• Le potentiel hissien normal est fin, biphasique outriphasique mais d’une durée ≤ 25 ms.• Un potentiel hissien avec un dédoublement H1H2 ≥20 ms ou d’une durée ≥ 40 ms est pathologique.• Les pièges d’interprétation du potentiel hissien:– Ne pas confondre une composante terminale dupotentiel A avec le potentiel H. L’intervalle AH (ou AH1)doit s’allonger lors de la stimulation atriale à fréquencecroissante du fait de l’allongement la conduction nodalecontrairement à une composante terminale du potentielA qui lui resterait collée.– Ne pas confondre un potentiel de branche droite avec lepotentiel H. L’intervalle HV (ou H2V) doit être ≥ 30 ms.
  11. 11. Etiologie du BAV intrahissien• Causes aigues éventuellement réversibles (àéliminer avant l’implantation d’un PMI):– Endocardite.– Infarctus du myocarde.– Myocardite.– Maladie de Lyme.– Post-opératoire (valve aortique, CIV…)– Médicamenteuse (anti-arythmique…)• Causes chroniques:– Dégénératif.– Calcification valvulaire.– Coronaropathie (IVA proximale).– Cardiopathie infiltrative (amylose,hémochromatose, sarcoïdose…)– Tumeur cardiaque.Chez cette patiente, le bilan étiologique s’est révélé négatif.On retient une origine dégénérative.
  12. 12. Conclusion• Implantation d’un simulateurcardiaque double chambre.Attention, il est indispensable deprogrammer une fréquence desuivi (fréquence max) haute, engénéral 220 – âge soit 173 bpmchez cette patiente, sous peinede la persistance d’une chute defréquence à l’effort.• En effet, la fréquence maxd’usine d’un PMI est souventréglée à 130 bpm.

×