SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  55
Télécharger pour lire hors ligne
1
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS
PROFESSIONNEL
Mémoire dirigé par RICHEBE Nathalie, PhD
Intitulé de la formation :
Programme Grande Ecole en Formation Continue
Année 2013
Nb de pages : 54 p.
HALLIFAX Daniel
« J’atteste que ce travail est personnel et cite
systématiquement toute source utilisée entre guillemets et
ne comporte pas de plagiat »
signature de(s) auteur(s)
2
REMERCIEMENTS
RICHEBE	
  Nathalie,	
  
Directrice	
  de	
  Thèse	
  et	
  Tutrice.
L’Equipe	
  XTRAINING
DURAND	
  Stéphanie,	
  
Directrice	
  Adjointe	
  des	
  Ressources	
  Humaines	
  
Hôpital	
  Sainte	
  Marie,	
  Nice
DELOIRE	
  Thierry,	
  
Directeur	
  Financier	
  Entreprise	
  GRIESSER,	
  Carros.
EL	
  AKREMI	
  Assâad
Maître	
  de	
  Conférences	
  à	
  l’Université	
  de	
  Toulouse	
  1
Aux	
  participants	
  de	
  l’étude:	
  
Adhérents	
  XTRAINING,	
  
Employés	
  Hôpital	
  Sainte	
  Marie	
  
Employés	
  de	
  l’Entreprise	
  GRIESSER.
3
RESUME.
Nos	
  vies	
  modernes	
  offrent	
  peu	
  d’occasions	
  d’évacuer	
  stress,	
  frustrations	
  et	
  angoisses.	
  On	
  
peut	
  vraisemblablement	
  penser	
  que	
  dans	
  le	
  passé,	
   les	
  vies	
  actives	
  de	
  nos	
  ancêtres	
  leur	
  
fournissaient	
   sufTisamment	
   d’opportunités	
   d’évacuer	
   physiquement	
   frustrations	
   et	
  
angoisses.	
  Ce	
  besoin	
  de	
  bouger	
  semble	
  tellement	
  important	
  et	
  inscrit	
  dans	
  la	
  nature	
  de	
  
l’homme	
  que,	
  comme	
  le	
  suggèrent	
  certaines	
  études	
  sur	
  le	
  sujet,	
  le	
  manque	
  de	
  dépense	
  
physique	
  peut	
  être	
  source	
  de	
  maladies	
  (ex:	
  maladies	
  cardio-­‐vasculaires,	
  dépression)	
  et	
  
un	
  terrain	
  propice	
  au	
  développement	
  du	
  stress.	
  Le	
  but	
  de	
  ce	
  mémoire	
  est	
  d’explorer	
  la	
  
relation	
   entre	
   l’activité	
   physique	
   et	
   le	
   stress.	
   Mon	
   étude	
   a	
   recueilli	
   sufTisamment	
  
d’évidences	
  pour	
  dire	
  que	
  l’activité	
  physique	
  est	
  perçue	
  comme	
  un	
  moyen	
  de	
  combattre	
  
le	
  stress.	
  Comme	
  dans	
  les	
  études	
  de	
  Hobfoll	
  &	
  Lily	
  (1993)	
  et	
  W.	
  Ensel	
  &	
  N.	
  Lin	
  (2004),	
  j’ai	
  
pu	
  constater	
  que	
  la	
  vigueur,	
  la	
  santé	
  et	
  l’estime	
  de	
  soi	
  sont	
  des	
  ressources	
  pour	
  s’adapter	
  
et	
   faire	
   face	
   au	
   stress.	
   La	
   petite	
   corrélation	
   trouvée	
   entre	
   la	
   fréquence	
   d’activité	
  
physique,	
  la	
  vigueur	
  et	
  les	
  symptômes	
   de	
  santé,	
  indique	
  que	
  l’activité	
  physique	
  est	
  un	
  
moyen	
  d’adaptation	
  au	
  stress	
  professionnel	
  car	
  elle	
  permet	
  de	
  développer	
  les	
  ressources	
  
de	
  santé	
  et	
  de	
  vigueur.	
  Il	
  conviendrait	
  pour	
  de	
  futures	
  recherches	
  sur	
  le	
  sujet	
  de	
  mettre	
  
sur	
  pieds	
   un	
  protocole	
  d’étude	
  longitudinale	
  et	
  de	
  proposer	
   des	
  outils	
  d’évaluation	
  du	
  
stress	
  plus	
  exhaustifs.
Mots	
   Clés	
   :	
   stress	
  -­‐	
   activité	
  physique	
  -­‐	
   vigueur	
   -­‐	
   santé	
   -­‐	
  estime	
  de	
  soi	
   -­‐	
   ressources	
   -­‐	
  
adaptation	
  -­‐	
  faire	
  face.
4
SOMMAIRE.
INTRODUCTION p.	
  5
1.	
  LE	
  STRESS. p.	
  9
1.1	
  Origine:	
  Les	
  «	
  stresseurs	
  ». p.	
  9
1.2	
  Evaluation	
  cognitive	
  -­‐	
  Intégration	
  émotionnelle. p.	
  11
1.3	
  Déclenchement	
  neurologique	
  –	
  Réponse	
  stress	
  –	
  Organe	
  cible. p.	
  13
1.4	
  Adaptation	
  :	
  Une	
  question	
  de	
  ressources. p.	
  17
2. SUJET	
  DE	
  RECHERCHE	
  :	
  ACTIVITE	
  PHYSIQUE	
  ET	
  STRESS. p.	
  25
2.1	
  Hypothèses	
  et	
  méthodes	
  de	
  recherche. p.	
  25
2.2	
  Construction	
  de	
  l’outil	
  de	
  recherche. p.	
  28
2.3	
  Résultats. p.	
  34
2.3.1	
  Statistiques	
  descriptives. p.	
  34
2.3.2	
  Hypothèses	
  et	
  Corrélations. p.	
  36
2.4	
  Discussion. p.	
  39
1. CONCLUSION. p.	
  45
BIBLIOGRAPHIE p.47
ANNEXES p.	
  51
5
INTRODUCTION.
La	
   notion	
   de	
   «	
   stress	
   »	
   existe	
   depuis	
   longtemps	
   dans	
   le	
   milieu	
   scientiTique	
   de	
   la	
  
physique,	
  mais	
  ce	
  n’est	
  qu’en	
  1926	
  que	
  le	
  mot	
  est	
  apparu	
  dans	
  le	
  monde	
  médical	
  et	
  44	
  
ans	
  plus	
  tard	
  dans	
  le	
  monde	
  du	
  travail	
  en	
  France.	
  Le	
  stress	
  en	
  terme	
  de	
  pathologie	
  a	
  eu	
  
beaucoup	
  de	
  mal	
   à	
  être	
  reconnu	
  par	
  les	
  médecins	
  car	
  l’héritage	
  de	
  Louis	
   Pasteur	
   :	
  un	
  
virus,	
   une	
  maladie,	
  un	
  remède,	
  avait	
  conditionné	
  le	
  raisonnement	
  du	
  corps	
  médical	
  et	
  
celui-­‐ci	
   n’arrivait	
   pas	
   à	
   identiTier	
   le	
   problème.	
   C’est	
   un	
   étudiant	
   de	
   l’Université	
   de	
  
Médecine	
  de	
  Prague,	
  Hans	
  Sleye,	
   qui	
  a	
  observé	
  pour	
  la	
  première	
  fois	
  que	
  des	
  individus	
  
souffrant	
   de	
   diverses	
   affections	
   physiques	
   développaient	
   des	
   symptômes	
   communs	
  
comme	
   la	
   perte	
   d’appétit,	
   perte	
   de	
   force	
   musculaire,	
   augmentation	
   de	
   la	
   tension	
  
artérielle	
  et	
  perte	
  d’ambition.	
  Au	
  départ	
  il	
  qualiTia	
  cet	
  état	
  comme	
  le	
  syndrome	
  «	
  d’être	
  
tout	
   simplement	
   malade	
   »	
   puis	
   il	
   emprunta	
   aux	
   sciences	
   physiques	
   le	
   terme	
   anglais	
  
«	
  stress	
  »,	
   ce	
  qui	
  eu	
  pour	
  effet	
  de	
  créer	
  beaucoup	
  de	
  confusion	
  au	
  départ,	
   notamment	
  
pour	
  la	
  traduction	
  de	
  ses	
  recherches,	
  car,	
  comme	
  nous	
  le	
  verrons	
  par	
  la	
  suite,	
  le	
  concept	
  
de	
  «	
  stress	
  »	
  de	
  Sleye	
  est	
  dissocié	
  de	
  celui	
  de	
  la	
  physique.	
  Encore	
  à	
  ce	
  jour	
  le	
  terme	
  de	
  
stress	
  est	
  loin	
  d’être	
  clair	
  pour	
  tout	
  le	
  monde,	
  tel	
  que	
  le	
  soulignait	
  Paul	
  Rosch1	
  (1986),	
  
«	
  …	
  le	
  problème	
  c’est	
  que	
  certains	
  utilisent	
  le	
  mot	
  stress	
  pour	
  décrire	
  des	
  facteurs	
   de	
  
perturbations	
   physiques	
   et	
   émotionnelles,	
   d’autres	
   pour	
   décrire	
   les	
   réponses	
  
physiologiques	
  et	
  biochimiques	
  du	
  corps	
  et	
  d’autres	
  encore	
  pour	
  décrire	
  les	
  pathologies	
  
qui	
  en	
  découlent	
  ».	
  En	
  résumé	
  et	
  avec	
  ironie,	
  on	
  pourrait	
  dire	
  que	
  le	
  stress	
  en	
  plus	
  d’être	
  
ce	
  qu’il	
  est,	
  est	
  la	
  cause	
  de	
  ce	
  qu’il	
  est	
  et	
  le	
  résultat	
  de	
  ce	
  qu’il	
  est	
  …	
  
Le	
  stress	
  est	
  un	
  sujet	
  auquel	
  on	
  ne	
  peut	
  plus	
  échapper,	
  il	
  est	
  devenu	
  un	
  enjeu	
  majeur	
  de	
  
la	
   vie	
   professionnelle.	
   D’après	
   l’INRS2,	
   plus	
   d’un	
   salarié	
   européen	
   sur	
   cinq	
   déclarent	
  
souffrir	
  de	
  troubles	
  de	
  santé	
  liés	
  au	
  stress.	
  Le	
  coût	
  du	
  stress	
  au	
  travail	
  serait	
  de	
  l’ordre	
  
de	
  deux	
  à	
  trois	
  milliards	
  d’euros	
  par	
  an	
  en	
  France	
  (coût	
  des	
  soins,	
  arrêt	
  de	
  travail,	
  perte	
  
1 George	
  S.	
  Everly,	
  Jr.	
  &	
  Jeffrey	
  M.	
  Lating.	
  A	
  Clinical	
  Guide	
  to	
  the	
  Treatment	
  of	
  the	
  Human	
  Stress	
  Response,	
  
New	
  York,	
  Springer,	
  2013	
  page	
  27.
2 http://www.inrs.fr/accueil/risques/psychosociaux/stress.html
6
de	
   productivité	
   …	
   ).	
   Le	
   Bureau	
   International	
   du	
   Travail	
   identiTie	
   le	
   stress	
   au	
   travail	
  
comme	
   un	
   des	
   enjeux	
   majeurs	
   pour	
   les	
   Gouvernements	
   et	
   les	
   Entreprises	
   des	
   pays	
  
industrialisés	
  pour	
  les	
  années	
  à	
  venir	
  et	
  estime	
  son	
  coût	
  autour	
  de	
  3%	
  à	
  4%	
  du	
  PIB	
  de	
  
ces	
  pays.	
  Dans	
  le	
  cadre	
  de	
  la	
  loi	
  sur	
  les	
  risques	
  psychosociaux	
  qui	
  oblige	
  tout	
  employeur	
  
en	
  France	
  à	
  mettre	
  en	
  oeuvre	
  une	
  politique	
  de	
  prévention	
  des	
  risques	
  et	
  de	
  protéger	
  la	
  
santé	
  physique	
  et	
  mentale	
  de	
  ses	
  employés,	
  l’accord	
  interprofessionnel	
  sur	
  la	
  prévention	
  
du	
   stress	
   signé	
   le	
   2	
   juillet	
   2008	
   pose	
   les	
   obligations	
   de	
   l’employeur	
   en	
   matière	
  
d'identiTication	
  et	
  de	
  prévention	
  du	
  stress	
  professionnel.	
  Pour	
  organiser	
  la	
  prévention	
  du	
  
stress	
   professionnel,	
   l’employeur	
   doit	
   s’appuyer	
   sur	
   les	
   principes	
   généraux	
   de	
  
prévention	
   donnés	
   par	
  la	
  loi	
   comme	
  l’adaptation	
  du	
  travail	
   à	
   l’homme	
   et	
   planiTier	
   la	
  
prévention.	
  On	
  comprend	
  bien	
  la	
  démarche	
  d’adaptation	
  du	
  travail	
  à	
  l’homme	
  dans	
  les	
  
travaux	
   manuels	
   ou	
   de	
   manutention	
   où	
   la	
   charge	
   de	
   contraintes	
   musculaires	
   et	
  
physiques	
   est	
   de	
   nature	
   à	
   blesser	
  ou	
  provoquer	
   des	
   pathologies	
   chroniques	
   pouvant	
  
mener	
   à	
   des	
   incapacités	
   de	
   travail	
   temporaires	
   ou	
   déTinitives.	
   Etudier	
   en	
   amont	
  
l’environnement	
  de	
  travail	
  et	
  établir	
  un	
  plan	
  de	
  prévention	
  des	
  risques	
  semble	
  logique	
  et	
  
pertinent	
  pour	
  ces	
  mêmes	
  métiers.	
   Mais	
  au	
  niveau	
  des	
  risques	
  psychosociaux	
  n’est-­‐on	
  
pas	
  allé	
  trop	
  loin,	
  ou	
  tout	
  simplement	
  dans	
  la	
  mauvaise	
  direction,	
  notamment	
  quand	
  il	
  
s’agit	
   du	
   stress	
   ?	
   Dans	
   une	
   économie	
   de	
   marché	
   et	
   dans	
   le	
   contexte	
   de	
  globalisation	
  
actuel	
  peut-­‐on	
  encore	
  penser	
  que	
  les	
  Etats,	
  les	
  entreprises	
  ou	
  tout	
  simplement	
  l’homme	
  
dirigent	
   l’économie	
   ?	
   N’a-­‐t-­‐on	
   pas	
   justement	
   créé	
   un	
   système	
   économique	
   dont	
   le	
  
contrôle	
  nous	
  a	
  échappé	
  et	
  où	
  il	
   est	
  dorénavant	
  nécessaire	
  pour	
  nous	
  de	
  nous	
  adapter	
  
car	
  l’inverse	
  n’est	
  plus	
  possible	
  ?	
  Est-­‐ce	
  que	
  la	
  prévention	
  du	
  stress	
   ne	
   passe	
   pas	
  par,	
  
justement	
  adapter	
  l’homme	
  au	
  stress	
  et	
  donc	
  en	
  amont	
  aux	
  risques	
  psychosociaux	
  ?	
  Je	
  
pense	
  qu’un	
  des	
  principaux	
  freins	
  de	
  la	
  population	
  actuelle	
  est	
  son	
  niveau	
  de	
  santé,	
  de	
  
condition	
   physique	
   et	
   par	
   prolongement,	
   son	
   manque	
  d’activité	
   physique	
   qui	
   le	
  rend	
  
vulnérable	
  au	
  stress.	
  Comme	
  le	
  constatent	
  G.S.	
  Everly	
  et	
  J.M.	
  Lating	
  dans	
  leur	
  ouvrage	
  «	
  A	
  
Clinical	
   Guide	
  to	
   the	
   Treatment	
   of	
  the	
   Human	
   Stress	
   Response»	
   dans	
   le	
  chapitre	
   sur	
  
l’exercice	
   physique	
   et	
   la	
   réponse	
   stress	
   (2013,	
   p.293)	
   et	
   en	
   reprenant	
   les	
   études	
   de	
  
Chavat,	
  Dell	
  &	
  Folkow	
  (1964)	
  ou	
  encore	
  ceux	
  de	
  Kraus	
  &	
  Rabb	
  (1961),	
  l’homme	
  dans	
  son	
  
développement	
   est	
   passé	
   d’un	
  «être	
   physique	
   à	
  un	
  être	
  pensant».	
   Nos	
   vies	
   modernes	
  
offrent	
   peu	
   d’occasions	
   d’évacuer	
   stress,	
   frustrations	
   et	
   angoisses.	
   On	
   peut	
  
vraisemblablement	
   penser	
   que	
   dans	
   le	
   passé	
   les	
   vies	
   actives	
   de	
   nos	
   ancêtres	
   leurs	
  
fournissaient	
   sufTisamment	
   d’opportunités	
   d’évacuer	
   physiquement	
   frustrations	
   et	
  
	
  
7
angoisses.	
  Or	
  ce	
  besoin	
  semble	
  tellement	
  important	
  et	
  inscrit	
  dans	
  la	
  nature	
  de	
  l’homme	
  
que	
  comme	
  le	
  suggèrent	
  Greenberg,	
   Dintiman	
  &	
  Myers-­‐Oakes	
   (1998)	
  ou	
  encore	
  Smith	
  
(	
  2002),	
   le	
  manque	
   de	
   dépense	
  physique	
   peut	
  être	
   source	
  de	
   maladies	
   (ex:	
   maladies	
  
cardio-­‐vasculaires,	
   dépression)	
   et	
   de	
   pathologies	
   (ex:	
   hypertension,	
   migraines,	
  
lumbago),	
   que	
   Kraus	
   et	
   Rabb	
   (1961)	
   avaient	
   nommées	
   à	
   l’époque	
   «maladies	
  
hypokinétiques».	
   Les	
  estimations	
  de	
  l’Organisation	
  Mondiale	
  de	
  la	
  Santé	
  en	
  2009	
  sont	
  
que	
  30%	
  des	
  maladies	
   cardio-­‐vasculaires	
  sont	
   liées	
  au	
  manque	
  d’activité	
  physique,	
   ce	
  
qui	
   correspond	
   à	
   moins	
   de	
   2,5	
   heures	
   d’exercices	
   modérés	
   par	
   semaine	
   ou	
   1	
   heure	
  
d’efforts	
  vigoureux.	
   En	
  France,	
   32,6%	
  des	
   médicaments	
   vendus	
  sont	
  des	
   médicaments	
  
psychotropes,	
  c’est	
  à	
  dire	
  pour	
  le	
  système	
  nerveux	
  (rapport	
  de	
  l’Agence	
  Nationale	
  de	
  la	
  
Sécurité	
   du	
  Médicament	
   2012)	
   et	
   les	
   médicaments	
   pour	
   le	
   système	
   cardiovasculaire	
  
représentent	
  la	
  plus	
  grande	
  part	
  du	
  CA	
   de	
  la	
  vente	
  de	
  médicaments	
  (17,3%).	
   	
  Je	
  pense	
  
qu’il	
  est	
  aujourd’hui	
  nécessaire	
  de	
  prendre	
  la	
  réTlexion	
  sur	
  le	
  stress	
  professionnel	
  dans	
  
l’autre	
  sens,	
   	
  repartir	
  de	
  l’individu	
  et	
  mesurer	
  sa	
  capacité	
  à	
  s’adapter	
  et	
  à	
  faire	
  face	
  à	
  la	
  
situation.	
   Le	
  monde	
  du	
  travail	
  étant	
  de	
  plus	
   en	
  plus	
  instable	
  et	
   de	
  fait	
  de	
  plus	
  en	
  plus	
  
compétitif,	
  la	
  capacité	
  d’adaptation	
  est	
  une	
  qualité	
  professionnelle	
  clé	
  aujourd’hui.	
  
Le	
  but	
  de	
  ce	
  mémoire	
  est	
  d’explorer	
  la	
  relation	
  entre	
  l’activité	
  physique	
  et	
  le	
  stress.	
  Le	
  
Professeur	
   en	
   neurosciences	
   D.	
   Wolpert3 	
   dans	
   une	
   conférence	
   TED	
   en	
   juillet	
   2001,	
  
indiquait	
  que	
  la	
  fonction	
  essentielle	
  et	
  principale	
  du	
  cerveau	
  est	
  de	
  créer	
  du	
  mouvement,	
  
or	
  dans	
  une	
  société	
  et	
  un	
  monde	
  professionnel	
  de	
  plus	
  en	
  plus	
  confortables,	
  qui	
  incitent	
  
à	
  de	
  plus	
  en	
  plus	
  de	
  sédentarité,	
  on	
  peut	
  se	
  demander	
  si	
  nous	
  ne	
  sommes	
  pas	
  en	
  train	
  de	
  
cultiver	
   un	
   terrain	
   idéal	
   pour	
   le	
   développement	
   du	
   stress.	
   Je	
   pense	
   que	
   nous	
   avons	
  
effectivement	
  un	
  travail	
  de	
  prévention	
  des	
  risques	
  psychosociaux,	
  notamment	
  au	
  niveau	
  
du	
  stress,	
   à	
   mettre	
  en	
   place,	
   mais	
   je	
   pense	
   également	
   que	
   cette	
  prévention	
  passe	
   en	
  
premier	
   par	
   un	
   travail	
   de	
   fond	
   qui	
   consiste	
   à	
   remettre	
   la	
   population	
   active	
   en	
  
mouvement	
  grâce	
  à	
  une	
  activité	
  physique	
  régulière	
  de	
  manière	
  à	
  développer	
  le	
  niveau	
  de	
  
condition	
  physique	
   de	
   la	
  population	
   et	
  par	
  extension,	
   leur	
  santé,	
   leur	
  vigueur	
   et	
   leur	
  
estime	
  de	
  soi,	
  qui	
  sont	
  d’importantes	
  ressources	
  pour	
  faire	
  face	
  au	
  stress.
Pour	
   éviter	
   toute	
   confusion	
   dans	
   la	
   lecture	
   de	
   ce	
   mémoire	
   et	
   pour	
   poser	
   des	
   bases	
  
solides	
   pour	
   ma	
   recherche,	
   je	
   vais	
   dans	
   un	
   premier	
   temps	
   déTinir	
   et	
   expliquer	
   le	
  
fonctionnement	
  du	
  stress.	
  Nous	
  verrons	
  ensemble	
  les	
  différentes	
  étapes	
  du	
  processus	
  et	
  
3 www.ted.com - Daniel Wolpert, juillet 2011, Edinbourgh - Ecosse.
8
je	
  terminerai	
  avec	
  la	
  partie	
  «	
  adaptation	
  au	
  stress	
  »	
  qui	
  me	
  permettra	
  d’exposer	
  les	
  deux	
  
grandes	
   théories	
   d’étude	
   du	
   stress.	
   Dans	
   un	
   deuxième	
   temps,	
   j’exposerai	
   mes	
   deux	
  
hypothèses	
   de	
   recherches	
  ainsi	
   que	
   la	
  méthode	
  et	
  les	
  outils	
  de	
  recherches	
   utilisés.	
   Je	
  
présenterai	
  également	
  une	
  analyse	
  des	
  données	
  et	
  les	
  résultats	
  obtenus.	
  Pour	
  terminer,	
  
je	
  conclurai	
   avec	
  ce	
  que	
  mon	
  étude	
  a	
  pu	
  apporter	
  et	
  je	
  ferai	
   une	
  transcription	
  pour	
  le	
  
monde	
   professionnel,	
   notamment	
   au	
   niveau	
   des	
   politiques	
   de	
   développement	
   des	
  
ressources	
  humaines	
  en	
  rapport	
  avec	
  le	
  stress	
  dans	
  les	
  entreprises.
9
1.	
  LE	
  STRESS.
1.1	
  Origine:	
  Les	
  stresseurs.
J’ai	
  repris	
  ci-­‐dessous	
  le	
  schéma	
  du	
  processus	
  du	
  stress	
  humain	
  (Fig.1.1)	
  du	
  livre	
  de	
  G.S.	
  
Everly	
  et	
  J.M.	
  Lating4	
  pour	
  donner	
  une	
  vue	
  d’ensemble	
  du	
  phénomène	
  et	
  ainsi	
  expliquer	
  
plus	
   facilement	
   son	
   fonctionnement.	
   En	
   partant	
   de	
   ce	
   schéma	
   nous	
   allons	
   voir	
   la	
  
chronologie	
  des	
  différents	
  phénomènes	
  et	
  les	
  expliquer.
Le	
  point	
  de	
  départ	
  dans	
  la	
  déTinition	
  du	
  stress	
  est	
  de	
  comprendre	
  que	
  le	
  stress	
  est	
  une	
  
réponse	
  ou	
  une	
  réaction	
  à	
  un	
  ou	
  des	
  stimuli,	
  c’est	
  la	
  raison	
  pour	
  laquelle	
  vous	
  trouverez	
  
parfois	
  dans	
  le	
  texte	
  l’expression	
  «	
  réponse	
  stress	
  »	
  quand	
  nous	
  aurons	
  le	
  besoin	
  d’être	
  
précis.	
   Le	
   stimulus	
   qui	
   initie	
   une	
   réponse	
   stress	
   chez	
   une	
   personne	
   s’appelle	
  
le	
   «	
   stresseur	
   ».	
   Celui-­‐ci	
   est	
   indépendant	
   de	
   la	
   personne	
   et	
   n’est	
   identiTié	
   comme	
  
stresseur	
   que	
   s’il	
   provoque	
   une	
   réponse	
   stress.	
   Il	
   existe	
   deux	
   familles	
   de	
   stresseurs	
  
4 A	
  Clinical	
  Guide	
  to	
  the	
  Treatment	
  of	
  the	
  Human	
  Stress	
  Response,	
  New	
  York,	
  Springer,	
  2013	
  page	
  46
10
(Girdano,	
   Dusek	
   &	
   Everly,	
   2009)	
   :	
   les	
   stresseurs	
   	
   psychosociaux	
   et	
   les	
   stresseurs	
  
biogéniques.
Les	
   stresseurs	
   psychosociaux	
   sont	
   des	
   évènements	
   environnementaux	
   réels	
   ou	
  
imaginaires	
  qui	
  déclenchent	
  une	
  réponse	
  stress.	
  Ce	
  n’est	
  pas	
  l’événement	
  qui	
  déclenche	
  
le	
   stress	
   mais	
   le	
   processus	
   d’évaluation	
   cognitive	
   et	
   d’intégration	
   émotionnelle	
   de	
  
l’individu	
  (Fig.1.1),	
   c’est	
  à	
  dire	
  l’interprétation	
  et	
   le	
  sens	
  donnés	
  à	
  l’événement	
  par	
  la	
  
personne	
  concernée	
  (Elis,	
  1973	
  ;	
  Lazarus,	
  1966,	
  1991,	
  1999	
  ;	
  Lazarus	
  &	
  Folkman,	
  1984).	
  
Selye	
  en	
  1947	
  avait	
  déjà	
  remarqué,	
  lors	
  de	
  ses	
  recherches,	
  que	
  ce	
  n’était	
  pas	
  la	
  situation	
  
qui	
  comptait	
  mais	
  comment	
  l’individu	
  la	
  percevait	
  et	
  le	
  sens	
  qu’il	
  lui	
  donnait.	
  Ce	
  constat	
  
est	
  mis	
  en	
  lumière	
  par	
  une	
  citation	
  du	
  philosophe	
  Grec	
   Epictète	
  :	
   «	
  Ce	
  qui	
  trouble	
  les	
  
hommes,	
  ce	
  ne	
  sont	
  pas	
  les	
  choses,	
  ce	
  sont	
  les	
  jugements	
  qu’ils	
  portent	
  sur	
  les	
  choses	
  ».	
  
Ainsi,	
  d’une	
  personne	
  à	
  une	
  autre,	
  une	
  même	
  situation	
  sera	
  perçue	
  comme	
  un	
  stresseur	
  
ou	
  non.	
  L’expérience,	
  la	
  compétence,	
  l’environnement,	
  mais	
  aussi	
  la	
  personnalité	
  (	
  Cohen	
  
&	
   Willis,	
   1985),	
   l’âge	
   ou	
   le	
   sexe	
   sont	
   autant	
   de	
   facteurs	
   qui	
   participeront	
   à	
  
l’interprétation	
  cognitive	
  d’une	
  situation	
  et	
  donc	
  dans	
  l’identiTication	
  du	
  stresseur	
  et	
  du	
  
degré	
  de	
  stress	
  provoqué.	
  Selon	
  la	
  théorie	
  de	
  l’interprétation	
  individuelle	
  de	
  Lazarus	
  et	
  
Folkman	
   (1984),	
   les	
   stresseurs	
   vont	
   de	
   situations	
   irritantes	
   jusqu’à	
   des	
   évènements	
  
catastrophiques,	
   toutefois	
   elles	
   ne	
   déclenchent	
   du	
   stress	
   qu’à	
   partir	
   du	
   moment	
   où	
  
l’individu	
  les	
  analyse	
  comme	
  dépassant	
  ses	
  ressources	
  et	
  ses	
  capacités	
  d’adaptation.	
  Les	
  
stresseurs	
  psychosociaux	
  peuvent	
  être	
  divisés	
  en	
  deux	
  catégories.	
  La	
  première	
  	
  catégorie	
  
regroupe	
  les	
  petits	
  événements	
  de	
  la	
  vie	
  qui	
  ont	
  un	
  effet	
  cumulatif	
  comme	
  être	
  en	
  retard,	
  
casser	
   ses	
   lunettes	
   ou	
   tomber	
   en	
   panne	
   de	
   voiture.	
   Ils	
   sont	
   appelés	
   «	
   micro-­‐
évènements	
   »	
   (Coddington,	
   1972	
   ;	
   Holmes	
   &	
   Rahe,	
   1967).	
   La	
   seconde	
   catégorie	
   de	
  
stresseurs,	
  appelée	
  «	
  macro-­‐évènements	
  »,	
  regroupe	
  tous	
  les	
  évènements	
  majeurs	
  de	
  la	
  
vie	
  qui	
  génèrent	
  du	
  stress	
  comme	
  les	
  accidents,	
  les	
  problèmes	
  de	
  santé	
  et	
  dans	
  certaines	
  
mesures,	
   les	
  tracas	
  de	
  la	
  vie	
  professionnelle	
  (	
  Derogatis,	
  1987	
  ;	
  Dohrenwend,	
  Krasnoff,	
  
Ashkenasy,	
   1978).	
   Il	
   est	
   à	
   noter	
   que	
   la	
   plupart	
   des	
   stresseurs	
   sont	
   d’origine	
  
psychosociale.
Les	
   stresseurs	
   biogéniques,	
   provoquent	
   de	
   part	
   leur	
   nature	
   ou	
   leur	
   composition	
  
chimique,	
  des	
  réponses	
  physiologiques	
  directes.	
   On	
  déTinit	
   généralement	
   ces	
  effets	
   de	
  
	
  
sympathomimétiques	
  car	
  ils	
  produisent	
  des	
  réactions	
  similaires	
  à	
  celles	
  provoquées	
  par	
  
le	
   système	
   nerveux	
   sympathique,	
   à	
   savoir	
   généralement	
   une	
   excitation	
   due	
   à	
   la	
  
11
libération	
   de	
   noradrénaline.	
   Dans	
   le	
   processus	
   du	
   stress,	
   les	
   stresseurs	
   biogéniques	
  
agissent	
  directement	
  sur	
  les	
  mécanismes	
  de	
  déclenchement	
  neurologiques	
  (Fig.1.1),	
  les	
  
étapes	
  d’évaluation	
  cognitive	
  et	
  d’intégration	
  émotionnelle	
  ne	
  jouent	
  aucun	
  rôle	
  ici.	
   On	
  
retrouve	
   dans	
   cette	
   famille	
   de	
   stresseurs	
   des	
   produits	
   comme	
   la	
   caféine,	
   les	
  
amphétamines,	
   le	
   ginseng,	
   la	
   nicotine,	
   etc.	
   Les	
   températures	
   extrêmes	
   ou	
   l’activité	
  
physique	
  provoquent	
  également	
   des	
   effets	
   sympathomimétiques	
   et	
   peuvent	
   de	
   ce	
   fait	
  
Tigurer	
  dans	
  les	
  deux	
  familles	
  de	
  stresseurs.	
   Par	
  exemple,	
  lire	
  sur	
  le	
  thermomètre	
  qu’il	
  
fait	
  -­‐10°C	
  dehors	
  avant	
   de	
   sortir	
  se	
   promener	
  va	
  déclencher	
  une	
   réaction	
  stress	
   chez	
  
certaines	
   personnes	
   avant	
   même	
   qu’elles	
   ne	
   soient	
   confrontées	
   à	
   cette	
   température.	
  
L’information	
   donnée	
   par	
   le	
   thermomètre,	
   sera	
   ou	
   non,	
   un	
   stresseur	
   psychosocial	
  
suivant	
   l’expérience	
   de	
   la	
   personne,	
   c’est	
   à	
   dire	
   si	
   elle	
   est	
   habituée	
   à	
   ce	
   genre	
   de	
  
température	
  ou	
  si	
  elle	
  a	
  des	
  souvenirs	
  positifs,	
  négatifs	
  ou	
  sans	
  conséquence	
  du	
  froid.	
  En	
  
revanche	
   une	
   fois	
   exposé	
   à	
   la	
   température	
   de	
   -­‐10°C,	
   tout	
   le	
   monde	
   déclenche	
   une	
  
réaction	
  stress	
  qui	
  va	
  permettre	
  à	
  l’organisme	
  de	
  s’adapter	
  et	
  se	
  protéger	
  du	
  froid.
1.2	
  Evaluation	
  cognitive	
  -­	
  Intégration	
  émotionnelle.
Comme	
   nous	
   l’avons	
   dit	
   précédemment,	
   la	
   plupart	
   des	
   stresseurs	
   sont	
   d’origine	
  
psychosociale	
   d’où	
   le	
   rôle	
   prépondérant	
   de	
   l’évaluation	
   cognitive	
   et	
   l’intégration	
  
émotionnelle,	
  les	
  étapes	
  2	
  et	
  3	
  dans	
  le	
  processus	
  du	
  stress	
  humain	
  (Tig.1.1).	
  L’évaluation	
  
cognitive	
   renvoie	
   au	
   processus	
   d’interprétation	
   cognitif	
   qui	
   est	
   tout	
   simplement	
   la	
  
manière	
  dont	
  on	
  perçoit	
   le	
   monde	
  au	
  fur	
  et	
   à	
  mesure	
  que	
   nous	
   le	
  découvrons.	
   Cette	
  
étape	
   renvoie	
   à	
   l’expérience,	
   aux	
   connaissances	
   et	
   aux	
   savoir-­‐faire	
   de	
   l’individu.	
  
L’intégration	
   émotionnelle	
   est	
   la	
   mise	
   en	
   relief	
   et	
   en	
   couleur	
   de	
   l’analyse	
   grâce	
   aux	
  
émotions	
  provoquées	
  pendant	
  l’interprétation	
  cognitive.	
  C’est	
  la	
  combinaison	
  cognitive	
  -­‐	
  
affective	
   qui	
   détermine	
   comment	
   le	
   stresseur	
   sera	
   perçu	
   et	
   de	
   fait,	
   si	
   le	
   stimulus	
  
psychosocial	
  est	
  ou	
  non	
  un	
  stresseur.	
  Le	
  résultat	
  de	
  ce	
  processus	
  perceptif	
  est	
  personnel	
  
et	
   affecté	
   par	
   les	
   prédispositions	
   biologiques,	
   les	
   caractéristiques	
   de	
   personnalité,	
  
l’expérience	
  et	
  les	
  ressources	
  d’adaptation	
  disponibles	
  d’un	
  individu.	
   	
  Plus	
  l’évaluation	
  
conTirmera	
  que	
  le	
  stimulus	
  environnemental	
  est	
  dans	
  la	
  zone	
  de	
  confort	
  ou	
  de	
  maîtrise	
  
12
de	
  la	
  personne	
  moins	
  elle	
  aura	
  de	
  chances	
  de	
  déclencher	
  des	
  émotions	
  de	
  type	
  peur	
  ou	
  
angoisse	
  et	
  moins	
  nous	
   aurons	
   de	
   chances	
   de	
  voir	
   apparaître	
  du	
  stress.	
   La	
   Tigure	
   1.1	
  
montre	
   une	
   réciprocité	
   entre	
   l’évaluation	
   cognitive	
   et	
   l’intégration	
   émotionnelle	
   car	
  
chacune	
   de	
   ces	
   étapes	
   inTlue	
   sur	
   l’autre.	
   De	
   nombreuses	
   études	
   conTirment	
   que	
  
l’évaluation	
  cognitive	
  est	
  le	
  pilote	
  du	
  duo	
  et	
  que	
  c’est	
  la	
  cognition	
  qui	
  détermine	
  l’affect	
  
(Gelhorn	
   &	
   LooTbourrow,	
   1963	
   ;	
   Arnold,	
   1970,	
   1984	
   ;	
   Lazarus,	
   1982,	
   1991	
   ;	
  
Meichenbaum,	
  1985).	
  Comme	
  indiqué	
  dans	
  la	
  Tigure	
  1.1	
  c’est	
  donc	
  l’évaluation	
  cognitive	
  
qui	
  entrera	
  en	
  jeu	
  en	
  premier	
  dans	
  l’analyse	
  du	
  stimulus	
  environnemental,	
   un	
  élément	
  
qui	
   apporte	
  un	
  argument	
  de	
  choix	
  aux	
  projets	
  de	
  management	
  du	
  stress	
  et	
  surtout	
  de	
  
formation	
  au	
  stress,	
  car	
  on	
  perçoit	
  instantanément	
  l’importance	
  de	
  l’expérience	
  et	
  des	
  
compétences	
  de	
  l’individu	
  pour	
  modérer	
  sa	
  vulnérabilité	
  face	
  aux	
  diverses	
  sollicitations	
  
de	
   l’environnement.	
   On	
   peut	
   facilement	
   imaginer	
   l’avantage	
   cognitif	
   que	
   possède	
  
l’adulte,	
  qui	
  durant	
  son	
  enfance	
  a	
  connu	
  le	
  sport	
  en	
  compétition	
  ou	
  les	
  représentations	
  
de	
  musique	
  par	
  exemple.	
   Soumis	
  très	
  tôt	
  aux	
  exigences	
  de	
  travail,	
   de	
  performance,	
   de	
  
compétition	
   et	
   de	
   dépassement	
   de	
   soi,	
   l’enfant	
   va	
   développer	
   son	
   bagage	
   cognitif	
  et	
  
affectif.	
  
Le	
   principe	
  de	
  réciprocité	
  entre	
  l’évaluation	
  cognitive	
  et	
   l’intégration	
  émotionnelle	
  est	
  
important	
   à	
   comprendre	
   car	
   les	
   variations	
   émotionnelles	
   induites	
   par	
   le	
   processus	
  
cognitif	
  vont	
  avoir	
  un	
  impact	
  déterminant	
  sur	
  ce	
  dernier.	
  En	
  effet,	
   tant	
  que	
  le	
  stimulus	
  
mobilise	
   peu	
   le	
   processus	
   cognitif,	
   l’affect	
   ne	
   sera	
   pas	
   déterminant	
   et	
   l’individu	
   n’en	
  
distinguera	
   qu’une	
   impression	
   de	
   confort	
   ou	
   de	
   routine,	
   voire	
   d’ennui.	
   Dès	
   que	
   le	
  
stimulus	
  sera	
  en	
  mesure	
  de	
  devenir	
  un	
  stresseur,	
  en	
  faisant	
  abstraction	
  à	
  ce	
  stade	
  de	
  la	
  
qualité	
  du	
  stress	
  (bon	
  ou	
  mauvais),	
  l’intégration	
  émotionnelle	
  aura	
  une	
  incidence	
  directe	
  
sur	
  l’évaluation	
  cognitive,	
  qui,	
  selon	
  les	
  émotions	
  intégrées	
  pourra	
  renforcer,	
  perturber	
  
et	
   même	
   paralyser	
   le	
   processus	
   cognitif.	
   L’exemple	
   le	
   plus	
   fréquent	
   est	
   celui	
   du	
  
sentiment	
   de	
   peur	
   qui	
   a	
   tendance	
   à	
   bloquer	
   le	
   processus	
   cognitif,	
   mais	
   il	
   existe	
   son	
  
opposé,	
  le	
  sentiment	
  de	
  déTi	
  qui	
  aura	
  tendance	
  à	
  augmenter	
  l’intensité	
  du	
  processus.	
  Ce	
  
qui	
  est	
  important	
  de	
  retenir,	
  c’est	
  qu’il	
  s’agit	
  d’une	
  boucle	
  sans	
  Tin	
  qui	
  s’auto-­alimente.	
  Si	
  
le	
  processus	
  cognitif	
  bloque	
  :	
  on	
  observera	
  une	
  intégration	
  d’émotions	
  de	
  type	
  angoisse	
  
qui	
  viendront	
  renforcer	
  le	
  blocage	
  cognitif	
  qui	
  viendra	
  à	
  son	
  tour	
  renforcer	
  l’angoisse	
  et	
  
ainsi	
   de	
   suite.	
   Il	
   en	
   va	
  de	
   même	
  dans	
   le	
   sens	
   positif.	
   L’étape	
   cognitive	
   -­‐	
   affective	
   du	
  
processus	
  de	
  stress	
  est	
  la	
  phase	
  causale	
  critique	
  dans	
  la	
  plupart	
  des	
  situations	
  de	
  stress.
13
1.3	
  Déclenchement	
  neurologique	
  –	
  Réponse	
  stress	
  –	
  Organe	
  cible.
Suite	
  aux	
  processus	
  d’évaluation	
  cognitive	
  et	
  d’intégration	
  émotionnelle	
  survient	
  toute	
  
une	
  série	
  de	
  mécanismes	
  physiologiques	
  sur	
  lesquels	
  l’individu	
  n’aura	
  plus	
  d’emprise.	
  A	
  
ce	
   stade	
   le	
   stimulus	
   est	
   identiTié	
   comme	
   stresseur,	
   le	
   fait	
   qu’il	
   soit	
   psychosocial	
   ou	
  
biogénique	
  n’a	
  plus	
  d’importance,	
  le	
  corps	
  est	
  en	
  train	
  de	
  réagir.	
  
Le	
  stress	
  est	
  une	
  réaction	
  physiologique	
  qui	
  sert	
  de	
  médiateur	
  entre	
  le	
  stresseur	
  (source	
  
externe)	
   et	
   l’organe	
   cible	
   (interne).	
   Par	
   exemple,	
   pour	
   une	
   personne	
   allergique	
   aux	
  
piqûres	
  de	
  guêpe,	
  le	
  stresseur	
  sera	
  une	
  guêpe,	
  un	
  des	
  organes	
  cible	
  est	
  le	
  cœur	
  et	
  l’effet	
  
sera	
   l’accélération	
   du	
   rythme	
   cardiaque.	
   La	
   réponse	
   stress	
   est	
   l’ensemble	
   des	
  
mécanismes	
   physiologiques	
   qui	
   vont	
   provoquer	
   l’accélération	
   du	
   cœur	
   à	
   la	
   vue	
   de	
  
l’insecte.	
   La	
   réaction	
   physiologique	
   permet	
   d’observer	
   le	
   lien	
   entre	
   le	
   stresseur	
   et	
  
l’organe	
   cible,	
   il	
   va	
   s’exprimer	
   par	
   une	
   multitude	
   de	
   mécanismes	
   physiologiques	
  
(Cannon,	
   1914	
   ;	
   Gobout,	
   2006	
   ;	
   Guenewald	
   &	
   Kemeney,	
   2007)	
   qu’on	
   répartit	
   en	
   3	
  
catégories	
   :	
   neurologique,	
   neuroendocrinien	
   et	
   endocrinien.	
   Ces	
   mécanismes	
  
aboutissent	
  à	
  l’excitation	
  des	
  organes	
  cibles.
Pour	
  comprendre	
  cette	
  partie	
  du	
  processus	
  du	
  stress	
  humain,	
  il	
  faut	
  savoir	
  que	
  le	
  corps	
  
est	
   soumis	
   à	
   deux	
   systèmes	
   de	
   contrôle	
   :	
   le	
   système	
   nerveux	
   (neurologique)	
   et	
   le	
  
système	
  hormonal	
  (endocrinien).	
  
Le	
   système	
   nerveux	
   est	
   le	
   point	
   central	
   de	
   la	
   réponse	
   stress.	
   Composé	
   de	
   nerfs	
  
(neurones	
  et	
  synapses),	
  de	
  récepteurs	
  et	
  d’unités	
  motrices,	
  la	
  communication	
  se	
  fait	
  par	
  
impulsions	
   électriques	
  (dans	
  les	
  nerfs)	
   	
  et	
  diffusion	
  chimique	
  (acétylcholine	
  au	
  niveau	
  
des	
  plaques	
  motrices),	
   	
   ce	
  qui	
   le	
  rend	
  extrêmement	
   sensible	
  et	
   réactif	
  en	
  situation	
  de	
  
stress.	
  Le	
  système	
  nerveux	
  se	
  divise	
  en	
  deux	
  systèmes	
  principaux	
  :	
  le	
  système	
  nerveux	
  
central	
  (SNC)	
  et	
  le	
  système	
  nerveux	
  périphérique	
  (SNP).	
  La	
  Tigure	
  1.25	
  nous	
  donne	
  un	
  
aperçu	
  de	
  cette	
  organisation.
Le	
   SNC	
   est	
   composé	
   du	
  cerveau	
  et	
   de	
   la	
   moelle	
  épinière,	
   la	
   fonction	
   du	
   cerveau	
  est	
  
généralement	
  connue,	
  par	
  contre	
  celle	
  de	
  la	
  moelle	
  épinière	
  reste	
  en	
  général	
  vague.	
  On	
  
retiendra	
   simplement	
   que	
   le	
  cerveau	
  est	
   constitué	
   de	
   cinq	
  lobes,	
   qu’il	
   est	
  le	
  siège	
   de	
  
5 Physiologie	
  du	
  sport	
  et	
  de	
  l’exercice,	
  3ème	
  édition,	
  De	
  Boeck	
  University,	
  Bruxelles,	
  2006	
  -­‐	
  page	
  51.
14
l’intellect,	
  des	
  fonctions	
  cognitives,	
  des	
  émotions,	
  des	
  cinq	
  sens	
  et	
  qu’il	
  gère	
  le	
  système	
  
nerveux	
  périphérique,	
   les	
  mécanismes	
   neuro	
   endocriniens	
  et	
   endocriniens.	
   La	
   moelle	
  
épinière	
  contient	
   plusieurs	
  millions	
  de	
   Tibres	
   nerveuses	
   et	
   se	
  trouve	
  être	
  le	
  principal	
  
conducteur	
   de	
  l’inTlux	
   nerveux.	
   	
   Outre	
  la	
  conduction	
  des	
   inTlux	
  nerveux	
  afférents	
   (en	
  
direction	
   du	
   cerveau)	
   ou	
   efférents	
   (en	
   direction	
  des	
   récepteurs	
   nerveux),	
   ses	
   tâches	
  
principales	
  consistent	
  à	
  exécuter	
  des	
  modèles	
  simples	
  de	
  posture	
  et	
  de	
  motricité	
  qui	
  ne	
  
seront	
  pas	
  transmis	
  au	
  cerveau	
  :	
  les	
  réTlexes.
Le	
   SNP	
   est	
  composé	
   d’une	
   partie	
  appelée	
   «	
   voies	
   sensitives	
   »	
   qui	
   a	
   pour	
   fonction	
   de	
  
véhiculer	
  l’information	
  vers	
  le	
  cerveau	
  et	
  une	
  partie	
  «	
  voies	
  motrices	
  »	
  qui	
  distribue	
  les	
  
informations	
  en	
  provenance	
  du	
  cerveau	
  aux	
  différentes	
  parties	
  du	
  corps.	
   	
  Les	
  neurones	
  
sensitifs	
   innervent	
   les	
   vaisseaux	
   sanguins	
   et	
   lymphatiques,	
   les	
   organes	
   internes,	
   les	
  
organes	
  des	
  cinq	
  sens,	
  la	
  peau,	
  les	
  muscles	
  et	
  les	
  tendons,	
  et	
  diffusent	
  en	
  permanence	
  les	
  
informations	
  sur	
  les	
  modiTications	
  que	
  subit	
  constamment	
  le	
  corps	
  vers	
  le	
  SNC.	
  Les	
  voies	
  
motrices,	
  elles,	
  distribuent	
  dans	
  tout	
  le	
  corps	
  les	
  informations	
  envoyées	
  par	
  le	
  SNC	
  après	
  
l’analyse	
  des	
  informations	
  parvenues	
  par	
  les	
  voies	
  sensitives.	
  Au	
  sein	
  des	
  voies	
  motrices	
  
15
on	
  trouve	
  un	
  autre	
  système	
   nerveux	
  très	
  particulier	
  qu’on	
  appelle	
  le	
  système	
  nerveux	
  
autonome	
  ou	
  végétatif.	
  Celui-­‐ci	
  contrôle	
  tout	
  le	
  fonctionnement	
  interne	
  et	
  inconscient	
  de	
  
notre	
   corps	
   et	
   n’est	
   pas	
   soumis	
   au	
   contrôle	
   de	
   notre	
   volonté.	
   Ce	
   système	
   nerveux	
  
autonome	
   est	
   composé	
   de	
   deux	
   parties	
   antagonistes	
   qui	
   fonctionnent	
   toujours	
  
ensemble	
  :	
  le	
  système	
  nerveux	
  sympathique	
  et	
  le	
  système	
  nerveux	
  parasympathique.	
  Le	
  
tableau	
  16	
  ci-­‐dessous	
  résume	
  les	
  actions	
  des	
  deux	
  systèmes	
  nerveux.
Le	
   système	
   nerveux	
   sympathique	
   est	
   prédominant	
   lorsque	
   notre	
   organisme	
   est	
   en	
  
situation	
   d’alerte	
   (ex	
   :	
   stress,	
   exercice	
   physique),	
   il	
   produit	
   une	
   massive	
   décharge	
   à	
  
travers	
  tout	
  le	
  corps	
  et	
  le	
  prépare	
  à	
  l’action.	
  C’est	
  notre	
  système	
  d’action	
  et	
  de	
  lutte.	
  Le	
  
système	
   nerveux	
   parasympathique	
   est	
   exactement	
   l’inverse,	
   c’est	
   notre	
   système	
   de	
  
défense	
  qui	
  est	
  surtout	
  actif	
  lorsque	
  nous	
  sommes	
  au	
  calme	
  ou	
  au	
  repos.	
  Il	
  joue	
  un	
  rôle	
  
majeur	
   dans	
   le	
   maintien	
   des	
   conditions	
   d’homéostasie	
   du	
   corps.	
   Les	
   deux	
   systèmes	
  
peuvent	
  être	
  vus	
  comme	
  l’accélérateur	
  (sympathique)	
  et	
  le	
  frein	
  (parasympathique)	
  sur	
  
une	
   voiture	
   avec	
   le	
   conducteur	
   (SNC)	
   qui	
   actionne	
   l’un	
   ou	
   l’autre	
   en	
   fonction	
   des	
  
besoins.	
   Il	
   est	
   important	
   de	
   retenir	
   que	
   le	
   système	
   nerveux	
   autonome	
   est	
  
particulièrement	
  sollicité	
  et	
  efTicace	
  dans	
  le	
  cadre	
  des	
  réponses	
  stress	
  aiguës.
L’organisme	
   subit	
   en	
   permanence	
   des	
   perturbations	
   et	
   des	
   modiTications	
  
physiologiques	
  :	
  température	
  interne,	
   débit	
  d’énergie,	
  acidité,	
  déchets	
   métaboliques	
  et	
  
bien	
   d’autres.	
   Il	
   est	
   essentiel	
   pour	
   sa	
   survie	
   que	
   le	
   corps	
   assure	
   en	
   permanence	
   un	
  
équilibre	
   interne	
   sans	
   quoi	
   certains	
   organes	
   cesseraient	
  de	
   fonctionner.	
   Cet	
   équilibre	
  
s’appelle	
  l’homéostasie.	
  Comme	
  nous	
  venons	
  de	
  le	
  voir	
  le	
  système	
  nerveux	
  joue	
  un	
  rôle	
  
essentiel	
  dans	
  la	
  communication	
  interne	
  du	
  corps	
  mais	
  il	
  appartient	
  à	
  un	
  autre	
  système	
  
d’assurer	
  le	
  maintien	
  de	
  l’homéostasie	
  :	
  le	
  système	
  endocrinien.
Chaque	
   cellule	
   est	
   en	
   relation	
   avec	
   le	
  système	
   endocrinien	
  qui	
   enregistre	
  l’état	
  et	
   les	
  
variations	
  internes	
  de	
  l’organisme.	
  Il	
  sécrète	
  des	
  hormones	
  qu’il	
  libère	
  dans	
  le	
  sang	
  pour	
  
utiliser	
   le	
   réseau	
   sanguin	
   comme	
   moyen	
   de	
   communication.	
   Les	
   hormones	
   agissent	
  
comme	
   des	
   signaux	
   chimiques	
   qui	
   exercent	
   un	
   contrôle	
   sur	
   l’activité	
   des	
   cellules,	
  
organes	
  et	
  tissus	
  cibles.	
  Une	
  particularité	
  du	
  système	
  endocrinien	
  est	
  que	
  la	
  plupart	
  des	
  
sécrétions	
  hormonales	
  fonctionnent	
  par	
  feed-­‐back	
  négatif.	
  La	
  sécrétion	
  d’une	
  hormone	
  
entraine	
  des	
  modiTications	
  au	
  sein	
  des	
  cellules,	
  lesquelles	
  en	
  retour	
  inhibent	
  la	
  sécrétion	
  
6 Physiologie	
  du	
  sport	
  et	
  de	
  l’exercice,	
  3ème	
  édition,	
  De	
  Boeck	
  University,	
  Bruxelles,	
  2006	
  -­‐	
  page	
  142.
16
de	
  l’hormone.	
  Dans	
  le	
  cadre	
  de	
  notre	
  recherche	
  il	
  n’est	
  pas	
  utile	
  d’approfondir	
  davantage	
  
notre	
  exposé	
  du	
  système	
  endocrinien,	
   qui	
  reviendrait	
  à	
  exposer	
  l’anatomie	
  du	
  système	
  
endocrinien	
  et	
  passer	
  en	
  revue	
  les	
  différentes	
  hormones,	
  leur	
  rôle	
  et	
  leur	
  organe	
  cible.	
  
Ce	
  domaine	
  relève	
  de	
  la	
  médecine	
  ou	
  de	
  la	
  pharmacie	
  qui	
  ne	
  sont	
  pas	
  notre	
  sujet.
Les	
   systèmes	
   nerveux	
   et	
   endocriniens	
   travaillent	
   en	
   synergie	
   pour	
   préserver	
  
l’homéostasie,	
  les	
  fonctions	
  nerveuses	
  interviennent	
  immédiatement	
  avec	
  des	
  réponses	
  
brèves	
  et	
  localisées	
  tandis	
  que	
  les	
  actions	
  du	
  système	
  endocrinien	
  sont	
  plus	
  lentes	
  avec	
  
des	
  effets	
  plus	
  longs	
  et	
  généralisés.	
  Cannon	
  (1953),	
  Levi	
  (1972)	
  et	
  Mason	
  (1968,	
  1972)	
  
parlent	
   d’un	
   mécanisme	
   neuroendocrinien	
   de	
   stress	
   en	
   réaction	
   à	
   divers	
   stimuli	
  
psychosociaux	
   qu’ils	
   appellent	
   «	
   Tight	
   or	
   Tly	
   »	
   (combattre	
   ou	
   fuir).	
   La	
   théorie	
   qu’ils	
  
avancent	
  est	
  que	
  face	
  à	
  une	
  menace	
  extérieure	
  l’homme	
  possède	
  un	
  réTlexe	
  archaïque	
  de	
  
mise	
   en	
  tension	
   qui	
   prépare	
   à	
  l’action,	
   d’où	
   l’expression	
   «	
   Tight	
  or	
  Tly	
   ».	
   Il	
   s’agit	
   d’un	
  
mécanisme	
   neuro	
   endocrinien	
   qui	
   excite	
   les	
   organes	
   cibles	
   en	
   vuE	
   d’une	
   activation	
  
physique	
  de	
  défense	
  ou	
  d’attaque.	
  Leurs	
  recherches	
  ont	
  montré	
  que	
  cette	
  réponse	
  neuro	
  
endocrinienne	
   pouvait	
  être	
  déclenchée	
  par	
   diverses	
  sollicitations	
  psychologiques	
  dont	
  
les	
  stimuli	
  psychosociaux.	
  On	
  observe	
  les	
  effets	
  suivants	
  sur	
  une	
  personne	
  en	
  situation	
  
de	
  «	
  Tight	
  or	
  Tly	
  »	
  :	
  
-­‐ Augmentation	
  de	
  la	
  pression	
  artérielle
-­‐ Augmentation	
  du	
  débit	
  cardiaque
-­‐ Augmentation	
  du	
  tonus	
  musculaire,	
  notamment	
  des	
  muscles	
  de	
  posture
-­‐ Augmentation	
  de	
  la	
  concentration	
  d’acides	
  gras,	
  triglycérides,	
   cholestérol	
   au	
  
niveau	
  plasmatique
-­‐ Réduction	
  du	
  Tlux	
  de	
  sang	
  vers	
  les	
  reins	
  et	
  le	
  système	
  gastro-­‐intestinal
-­‐ Réduction	
  du	
  Tlux	
  de	
  sang	
  vers	
  la	
  peau
La	
  réponse	
  stress	
  va	
  déclencher	
  des	
  réactions	
  brusques	
  au	
  niveau	
  des	
  organes	
  cibles	
  et	
  
le	
   caractère	
   bénéTique	
   ou	
   pathologique	
   de	
   la	
   réponses	
   stress	
   sur	
   ces	
   organes	
   va	
  
dépendre	
  des	
  ressources	
  et	
  des	
  capacités	
  d’adaptation	
  de	
  la	
  personne.	
  
17
1.4	
  Adaptation	
  :	
  Une	
  question	
  de	
  ressources.
Nous	
  avons	
  identiTié	
  jusqu’à	
  présent	
  trois	
  étapes	
  dans	
   le	
  processus	
  du	
  stress	
  humain	
  :	
  
l’évaluation	
   cognitive,	
   l’intégration	
   affective	
   et	
   la	
   réaction	
   physiologique.	
   Il	
   s’agit	
  
maintenant	
  de	
  savoir	
  ce	
  que	
  l’individu	
  va	
  ou	
  peut	
  faire	
  de	
  tout	
  cela,	
  nous	
  arrivons	
  dans	
  la	
  
troisième	
   étape	
   du	
   processus	
   qu’on	
   appelle	
   en	
   anglais	
   «	
   Coping	
   ».	
   Everly	
   et	
   Lating	
  
(2012)7	
  déTinissent	
  le	
  «	
  coping	
  »	
  comme	
  étant	
  «	
  …	
  les	
  actions	
  et	
  les	
  efforts	
  psychiques	
  
pour	
  gérer,	
  maîtriser,	
  supporter,	
  réduire	
  et	
  tolérer	
  les	
  sollicitations	
  environnementales	
  et	
  
internes,	
  ainsi	
  que	
  les	
  conTlits	
  entre	
  eux,	
  qui	
  épuisent	
  ou	
  dépassent	
  les	
  ressources	
  d’un	
  
individu	
   ».	
   Il	
   n’existe	
   pas	
   de	
   mot	
   équivalent	
   dans	
   la	
   langue	
   française,	
   la	
   meilleure	
  
traduction	
  de	
  «	
   coping	
   »	
   est	
  d’associer	
  le	
   terme	
   «	
   adaptation	
   »	
  et	
   l’expression	
   «	
   faire	
  
face	
   ».	
   A	
   ce	
  stade	
  du	
  processus	
   du	
  stress,	
   l’individu	
  va	
   évaluer	
   les	
  ressources	
   dont	
   il	
  
dispose	
   pour	
  faire	
  face	
  au(x)	
  stresseur(s)	
  et	
  à	
  la	
  réponse	
  stress	
   pour	
   éviter	
   une	
  issue	
  
pathologique.	
  
7 A	
  Clinical	
  Guide	
  to	
  the	
  Treatment	
  of	
  the	
  Human	
  Stress	
  Response,	
  New	
  York,	
  Springer,	
  2013 p.489.
18
La	
  logique	
  derrière	
  les	
  différentes	
  théories	
  sur	
  le	
  «	
  coping	
  »	
  est	
  que	
  les	
  personnes	
  avec	
  
les	
  plus	
  grandes	
  ressources	
  sont	
  les	
  plus	
  aptes	
  à	
  les	
  mobiliser	
  et	
  résister	
  aux	
  évènements	
  
stressants.	
  Le	
  modèle	
  transactionnel	
  très	
  répandu	
  de	
  Lazarus	
  et	
  Folkman	
  (1984)	
  montre	
  
	
  
que	
   lorsqu’un	
   individu	
   est	
   face	
   à	
   un	
   événement	
   stressant,	
   celui-­‐ci	
   évalue	
   la	
   situation	
  
(première	
   évaluation)	
   puis	
   ses	
   ressources	
   pour	
   y	
   faire	
   face	
   (seconde	
   évaluation).	
   Si	
  
l’individu	
  considère	
   la	
  situation	
  comme	
  stressante	
  et	
   ses	
   ressources	
   pour	
  y	
   faire	
   face	
  
insufTisantes,	
   la	
  spirale	
  du	
  stress	
   s’enclenche.	
  Cette	
  approche	
  met	
  en	
  évidence	
  l’aspect	
  
individuel	
   et	
   personnel	
   du	
   stress	
   et	
   place	
   l’individu	
   et	
   ses	
   ressources	
   physiques	
   et	
  
cognitives	
   au	
  centre	
  du	
  problème.	
   Ainsi,	
   en	
  suivant	
   la	
  chronologie	
   de	
   la	
  Tigure	
  1.1	
  on	
  
peut	
  constater	
  que	
  	
  l’individu	
  va	
  mobiliser	
  deux	
  types	
  de	
  ressources	
  :	
  physiologiques	
  et	
  
psychologiques.	
  
Physiologiques	
   car	
   la	
  réponse	
  stress	
   a	
   activé	
  le	
  ou	
   les	
   organes	
   cibles	
   et	
   	
  l’organisme	
  
fonctionne	
   à	
   haut	
   régime.	
   On	
   observe	
   une	
   accélération	
   de	
   la	
   ventilation,	
   un	
  
accroissement	
   de	
   la	
   tension	
   musculaire	
   (notamment	
   au	
   niveau	
   des	
   muscles	
   de	
   la	
  
posture),	
  sueur,	
  augmentation	
  du	
  rythme	
  cardiaque,	
  dilatation	
  des	
  vaisseaux	
  sanguins	
  et	
  
des	
  coronaires	
   cardiaques	
   et	
  diffusion	
  du	
  glucose	
  hépatique.	
   Le	
   problème	
  qui	
   se	
  pose	
  
est	
  :	
  jusqu'à	
  quelle	
  intensité	
  et	
  pendant	
  combien	
  de	
  temps	
  l’individu	
  pourra-­‐t-­‐il	
  faire	
  face	
  
à	
  la	
  réponse	
  stress	
  sans	
  que	
  cela	
  ne	
  devienne	
  pathologique	
  ?	
  La	
  ressource	
  en	
  question	
  
est	
  la	
   capacité	
  physiologique	
  de	
  l’individu	
  à	
  faire	
  face	
  à	
  la	
  demande	
  déclenchée	
  par	
  la	
  
réponse	
  stress,	
  ressource	
  que	
  l’on	
  pourrait	
  simplement	
  déTinir	
  comme	
  étant	
  son	
  niveau	
  
de	
  condition	
  physique	
  ou	
  plus	
  simplement	
  encore,	
  l’état	
  de	
  santé	
  physique	
  de	
  l’individu.	
  
Plusieurs	
  études	
  dont	
  celle	
  de	
  Cooper,	
   Gallman	
  et	
  Mc	
  Donald	
  (1986)	
  ont	
  mis	
   en	
  avant	
  
qu’une	
   bonne	
  condition	
   physique	
   était	
  une	
   ressource	
  pour	
  faire	
  face	
  au	
  stress	
   et	
  que	
  
celle-­‐ci	
  avait	
  un	
  effet	
  tampon	
  sur	
  la	
  réaction	
  stress.	
   Une	
  étude	
  menée	
  par	
   Gil	
   Luria	
  et	
  
Amram	
  Torjman	
  (2008),	
  sur	
  386	
  nouvelles	
  recrues	
  de	
  l’armée	
  Israélienne,	
  participant	
  à	
  
un	
  test	
  de	
  sélection	
  pour	
  intégrer	
  une	
  unité	
  spéciale,	
  a	
  permis	
  de	
  mettre	
  en	
  évidence	
  que	
  
l’accroissement	
  des	
   niveaux	
  de	
  stress	
   durant	
   les	
  épreuves	
   de	
  sélection	
  (simulation	
  de	
  
situations	
   de	
   défense	
   militaire),	
   était	
   plus	
   bas	
   chez	
   les	
   recrues	
   avec	
   une	
   meilleure	
  
condition	
   physique.	
   Une	
   personne	
   avec	
   une	
   bonne	
   condition	
   physique	
   verra	
   ses	
  
variables	
   physiologiques	
  évoluer	
  plus	
   faiblement	
  en	
  situation	
  de	
  stress,	
  son	
  organisme	
  
sera	
  plus	
  apte	
  à	
  accepter	
  les	
  perturbations	
  de	
  l’homéostasie	
  (équilibre	
  interne	
  du	
  corps)	
  
	
  
et	
  à	
  rétablir	
  les	
  valeurs	
  d’équilibre.	
  
19
L’étude	
  menée	
  par	
  G.	
  Luria	
  et	
  A.	
  Torjman	
  	
  a	
  également	
  permis	
  de	
  trouver	
  une	
  corrélation	
  
entre	
  les	
  ressources	
  psychologiques	
  des	
  recrues,	
  comme	
  la	
  personnalité	
  et	
  les	
  habiletés	
  
cognitives,	
   et	
   leur	
   niveau	
   de	
   stress.	
   Dans	
   leur	
   étude,	
   la	
   ressource	
   «	
   personnalité	
   »	
  
regroupait	
   les	
   éléments	
   d’estime	
   de	
   soi,	
   de	
   conTiance	
   en	
   soi,	
   de	
   contrôle	
   de	
  
l’environnement	
   et	
   de	
   stabilité	
   émotionnelle.	
   Les	
   habiletés	
   cognitives	
   sont	
   des	
  
ressources	
  qui	
  regroupent	
  les	
  compétences	
  mentales	
  qu’on	
  acquiert	
  et	
  qui	
  facilitent	
  les	
  
processus	
   d’évaluation	
   cognitive	
   et	
   d’interprétation	
   affective.	
   Elles	
   permettent	
  
d’optimiser	
   l’emploi	
   de	
   l’énergie	
   mentale.	
   La	
   gestion	
   du	
   temps,	
   la	
   représentation	
  
mentale	
  ou	
  les	
   techniques	
   de	
  résolution	
   de	
   problèmes	
   sont	
   des	
   exemples	
   d’habiletés	
  
cognitives.	
  Durant	
  leur	
  étude,	
  Luria	
  et	
  Torjman	
  ont	
  observé	
  que	
  les	
  recrues	
  avec	
  un	
  score	
  
plus	
  élevé	
  au	
  test	
   de	
  personnalité	
  et	
   au	
   test	
  d’habiletés	
   cognitives,	
   témoignaient	
   d’un	
  
niveau	
  de	
  stress	
  moins	
  élevé	
  au	
  début	
  de	
  l’étude,	
  avant	
  d’être	
  confrontées	
  aux	
  stresseurs	
  
(les	
  épreuves	
  de	
  sélections).	
  Les	
  ressources	
  psychologiques	
  agissent	
  au	
  niveau	
  cognitif	
  
et	
   affectif	
  avec	
  un	
  effet	
   modérateur	
  sur	
   le	
  déclenchement	
   de	
   la	
   réponse	
   stress	
   et	
   par	
  
conséquent	
   	
   temporisent	
   l’activation	
   des	
   organes	
   cibles.	
   Ainsi,	
   l’impact	
   physique	
   du	
  
stress	
  sera	
  moins	
  important.	
  Il	
  faut	
  bien	
  comprendre	
  que	
  l’un	
  ne	
  va	
  pas	
  sans	
  l’autre.	
  Plus	
  
l’organisme	
  se	
   fatiguera	
  physiologiquement,	
   plus	
  l’évaluation	
  cognitive	
  et	
  l’intégration	
  
affective	
   seront	
   en	
   alerte.	
   Plus	
   l’analyse	
   de	
   l’environnement	
   sera	
   considérée	
   comme	
  
stressante	
  et	
  plus	
  l’organisme	
  sera	
  activé	
  et	
  conduit	
  vers	
  la	
  fatigue	
  ou	
  la	
  rupture.
La	
  limite	
  de	
  la	
  théorie	
  de	
  Lazarus	
  et	
  Folkman	
  est	
  qu’elle	
  ramène	
  le	
  problème	
  du	
  stress	
  à	
  
l’échelle	
  de	
  l’individu	
  et	
  à	
  son	
  jugement	
  de	
  l’environnement,	
  laissant	
  peu	
  de	
  place	
  à	
  une	
  
vision	
  globale	
  du	
  phénomène	
  de	
  stress	
  grandissant	
   dans	
  les	
  pays	
  industrialisés.	
   	
  Dans	
  
l’approche	
   de	
   Lazarus	
   et	
   Folkman	
   la	
   notion	
   de	
   ressources	
   est	
   réduite	
   aux	
   aspects	
  
cognitifs,	
  affectifs	
  et	
  physiques	
  de	
  l’individu.	
  C’est	
  en	
  se	
  développant	
  soi	
  qu’on	
  développe	
  
sa	
  résistance	
  au	
  stress.
Une	
   autre	
   approche	
   du	
   stress,	
   appelée	
   en	
   anglais	
   COR	
   (Conservation	
   Of	
   Resources)	
  
Theory,	
   est	
   devenue	
   au	
   cours	
   des	
   vingt	
   dernières	
   années	
   l’une	
   des	
   deux	
   principales	
  
théories,	
   avec	
   celle	
   de	
   Lazarus	
   et	
   Folkman,	
   en	
   matière	
   de	
   stress	
   et	
   de	
   traumatismes	
  
psychologiques.	
   Cette	
   théorie	
   plus	
   récente	
   et	
   plus	
   globale	
   de	
   conservation	
   des	
  
ressources	
  (CDR,	
  traduction	
  française	
  de	
  COR),	
  développée	
  par	
  Hobfoll	
  &	
  Freedy	
  (1984),	
  
reconnait	
   que	
   l’identiTication	
   du	
   stresseur	
   repose	
   sur	
   l’évaluation	
   et	
   l’interprétation	
  
cognitive	
  de	
   l’individu,	
   comme	
  l’indiquent	
  Lazarus	
  et	
  Folkman.	
  Toutefois	
  la	
  théorie	
  de	
  
20
CDR	
   se	
  démarque	
   en	
  identiTiant	
  objectivement	
  des	
   ressources	
   qu’ont	
  en	
  commun	
   des	
  
personnes	
   qui	
  partagent	
  un	
  même	
  environnement	
  ou	
  une	
  même	
  culture.	
   La	
  notion	
  de	
  
ressources	
   dans	
   la	
   théorie	
   de	
   CDR	
   s’étend	
   aux	
   aspects	
   sociaux,	
   culturels,	
   Tinanciers,	
  
professionnels	
  et	
  personnels	
  d’un	
  individu.	
   Hobfoll	
  &	
  Freedy	
  ont	
  adopté	
  une	
  approche	
  
du	
  stress	
  qui	
  consiste	
  à	
  observer	
  davantage	
  l’environnement	
  de	
  l’individu	
  que	
  l’individu	
  
lui-­‐même.	
  Ils	
  expliquent	
  que	
  le	
  stress	
  apparaît	
  dans	
  trois	
  situations	
  :	
  lorsque	
  l’individu	
  
est	
  menacé	
  par	
  une	
  perte	
  de	
  ressources,	
  face	
  à	
  une	
  perte	
  de	
  ressources	
  et	
  devant	
  son	
  
incapacité	
  à	
  regagner	
  ses	
  ressources	
  suite	
  à	
  leur	
  utilisation.	
  La	
  théorie	
  de	
  conservation	
  
des	
   ressources	
   repose	
   sur	
   les	
   principes	
   que	
   l’homme	
   est	
   intrinsèquement	
   motivé	
   à	
  
gagner	
   et	
   maintenir	
   les	
   ressources	
   auxquelles	
   il	
   attribue	
   de	
   la	
   valeur	
   et	
   que,	
   face	
   à	
  
l’adversité,	
   il	
  va	
  mobiliser	
  toutes	
  les	
  ressources	
  qu’il	
   lui	
  reste	
  pour	
  faire	
  face	
  aux	
  déTis	
  
qu’il	
   rencontre.	
   La	
   théorie	
   CDR	
   propose	
   un	
   schéma	
   global	
   des	
   mécanismes	
  
psychosociaux	
  du	
  stress	
  qui	
  permet	
  d’entrevoir	
  comment	
  anticiper,	
  traiter	
  ou	
  renforcer	
  
les	
   phénomènes	
   de	
   stress.	
   Pour	
   Hobfoll	
   (2010),	
   les	
   situations	
   de	
   stress	
   sont	
   des	
  
éléments	
  centraux	
  de	
  la	
  vie	
  d’une	
  personne.	
  Pour	
  lui,	
  même	
  en-­‐dehors	
  des	
  situations	
  de	
  
stress,	
  l’individu	
  a	
  conscience	
  que	
  de	
  futurs	
  déTis	
  et	
  situations	
  de	
  stress	
  sont	
  à	
  venir,	
  ce	
  
qui	
   fait	
   que	
   l’homme	
   est	
   instinctivement	
   préparé	
   physiologiquement,	
   socialement,	
  
mentalement	
   et	
   culturellement	
   à	
   affronter	
   ses	
   déTis	
   passés,	
   présents	
   et	
   à	
   venir.	
  
Contrairement	
  à	
  d’autres	
  théories,	
  celle	
  sur	
  la	
  CDR	
  s’intéresse	
  aux	
  cycles	
  de	
  perte	
  et	
  de	
  
gain	
   de	
   ressources	
   et	
   insiste	
   sur	
   le	
   fait	
   que	
   c’est	
   l’étude	
   des	
   deux	
   qui	
   permet	
   de	
  
comprendre	
  comment	
  l’individu	
  réagit	
  au	
  stress	
  et	
  d’évaluer	
  sa	
  capacité	
  de	
  résistance.	
  
La	
   théorie	
   de	
   CDR	
   part	
   du	
   principe	
   initial	
   que	
   l’homme	
   lutte	
   pour	
   gagner,	
   retenir,	
  
favoriser	
  et	
  protéger	
  ce	
  à	
  quoi	
  il	
  attribue	
  fondamentalement	
  de	
  la	
  valeur.	
  Ce	
  principe	
  met	
  
en	
  avant	
  le	
  fait	
  que	
  l’homme	
  emploiera	
  des	
  ressources	
   clé	
  pour	
  se	
  réguler,	
   s’organiser	
  
socialement,	
   s’intégrer	
   dans	
   les	
   contextes	
   organisationnels	
   et	
   culturels.	
   L’emploi	
   du	
  
terme	
  «lutte»,	
   suggère	
  que	
  lutter	
  est	
   non	
  seulement	
  la	
  réponse	
   naturelle	
  de	
  l’homme,	
  
mais	
  également	
  la	
  source	
  de	
  	
  la	
  plupart	
  de	
  ses	
  comportements.	
  Hobfoll8	
  précise	
  que	
  ce	
  à	
  
quoi	
  les	
   individus	
  attribuent	
   fondamentalement	
  de	
  la	
  valeur	
   est	
   universel	
  et	
  regroupe	
  
les	
   éléments	
   comme	
   la	
  santé,	
  le	
  bien-­‐être,	
   la	
  paix,	
   la	
  famille,	
   la	
  préservation	
  de	
  soi	
  et	
  
l’image	
  de	
  soi,	
   même	
  si	
  cette	
  dernière	
  est	
  fortement	
  culturelle.	
   En	
  résumé,	
   même	
  si	
  la	
  
psychologie	
  met	
  l’accent	
  sur	
  les	
  différences	
  entre	
  chaque	
  individu,	
   dans	
  l’ensemble,	
  les	
  
8 Conservation	
  of	
  Resources	
  Theory:	
  Its	
  Implication	
  for	
  Stress,	
  Health,	
  and	
  Resilience,	
  The	
  Oxford	
  Handbook	
  
of	
  Stress,	
  Health,	
  and	
  Coping,	
  Oxford	
  University	
  Press,	
  USA,	
  30	
  	
  Novembre	
  2010,	
  Chapitre	
  7,	
  p128.
21
comportements	
  sont	
  prévisibles	
  selon	
  la	
  biologie	
  de	
  l’individu,	
  le	
  contexte	
  dans	
  lequel	
  il	
  
se	
  trouve	
  et	
  les	
  rôles	
  qui	
  existent	
  dans	
  son	
  contexte	
  culturel.	
  La	
  théorie	
  de	
  CDR	
  propose	
  
plusieurs	
   principes	
  clé	
  soutenus	
   par	
  de	
  nombreuses	
  études	
  au	
  cours	
  des	
  25	
  dernières	
  
années	
  (Hobfoll,	
  1988,	
  1989,	
  1998,	
  2001;	
  Hobfoll	
  &	
  Lily,	
  1993).	
  
Le	
  premier	
  principe	
  clé	
  est	
  que	
  la	
  perte	
  de	
  ressources	
  est	
  plus	
  saillante	
  que	
  le	
  gain	
  de	
  
ressources.	
   On	
   entend	
   par	
   ressource	
   ce	
   qui	
   est	
   d’ordre	
   matériel	
   (voiture,	
   maison...),	
  
social	
   (emploi,	
   situation	
   de	
   famille...)	
   et	
   personnel	
   (revenus,	
   connaissances,	
  
compétences...).	
  Par	
  exemple	
  la	
  peur	
  de	
  perdre	
  son	
  travail	
  sera	
  davantage	
  génératrice	
  de	
  
stress	
  que	
  le	
  déTi	
  ou	
  	
  l’adversité	
  rencontrés	
  pour	
  accéder	
  à	
  un	
  poste	
  supérieur.	
  La	
  perte	
  
de	
  ressources	
  sera	
  visible,	
   mesurable	
  et	
  affectera	
  directement	
  et	
  instantanément	
  la	
  vie	
  
de	
  la	
  personne.	
  A	
  contrario,	
  le	
  poste	
  supérieur	
  synonyme	
  d’un	
  gain	
  de	
  ressources	
  sera	
  
source	
  de	
  nouvelles	
  perspectives	
  ou	
   d’une	
  plus	
  grande	
   sécurité	
  mais	
   sera	
   de	
  fait	
   plus	
  
progressif	
   et	
   moins	
   direct.	
   Ce	
   principe	
  de	
   la	
   théorie	
  de	
   CDR	
   met	
   en	
   évidence	
  que	
   la	
  
résistance	
  au	
  stress	
  d’un	
  individu	
  s’appuie	
  sur	
   ses	
   ressources	
  objectives	
   	
  déterminées	
  
par	
  la	
  nature	
  de	
  la	
  perte.	
  Dans	
  notre	
  exemple	
  de	
  perte	
  d’emploi,	
  un	
  individu	
  témoignera	
  
d’une	
  résistance	
  au	
  stress	
  à	
  la	
  hauteur	
  des	
  ressources	
  dont	
  il	
  dispose	
  pour	
  retrouver	
  un	
  
poste	
   (réseau	
   professionnel,	
   compétences...)	
  et	
   de	
   ses	
   économies	
   pour	
   faire	
   face	
  à	
   la	
  
période	
   potentielle	
   de	
   perte	
   de	
   revenus.	
   En	
   résumé,	
   d’après	
   la	
   théorie	
   de	
   CDR	
   les	
  
situations	
   de	
  perte	
  de	
  ressources	
   étant	
   davantage	
  vecteurs	
  de	
  stress,	
   la	
  résistance	
   au	
  
stress	
  d’un	
  individu	
  se	
  mesure	
  aux	
  ressources	
  dont	
  il	
  dispose	
  pour	
  faire	
  directement	
  face	
  
à	
  la	
  perte.	
  Hobfoll	
  met	
  en	
  avant	
  le	
  fait	
  que	
  les	
  solutions	
  de	
  résistance	
  au	
  stress	
  doivent	
  
avant	
   	
  tout	
  être	
  des	
  solutions	
  qui	
  permettent	
  de	
  compenser	
  la	
  perte	
  de	
  ressources.	
  Les	
  
techniques	
  de	
  lâcher	
  prise,	
  de	
  psychologie	
  positive	
  ou	
  de	
  gestion	
  du	
  stress	
  ont	
  très	
  peu	
  
de	
  portée	
  dans	
   la	
  vie	
  réelle	
  tant	
  que	
  la	
  perte	
  de	
  ressources	
   en	
  elle	
  même	
  n’a	
  pas	
   été	
  
régulée.	
  
Le	
  second	
  principe	
  clé	
  de	
  la	
  théorie	
  de	
  CDR	
  est	
  que	
  l’homme	
  doit	
  investir	
  des	
  ressources	
  
pour	
  se	
  prémunir	
  contre	
  la	
   perte	
  de	
  ressources,	
  pour	
  récupérer	
  de	
  ses	
  pertes	
   et	
   pour	
  
gagner	
   des	
   ressources.	
   Ce	
   principe	
   met	
   en	
   avant	
   le	
   côté	
   pro-­‐actif	
  que	
   l’individu	
   doit	
  
adopter	
  face	
  à	
  la	
  vie,	
  le	
  stress	
  et	
  ses	
  ressources.	
  En	
  clair,	
  «on	
  a	
  rien	
  sans	
  rien»,	
  c’est	
  en	
  
s’impliquant	
  et	
  en	
  mettant	
  de	
  l’énergie	
  que	
  l’on	
  développe	
  et	
  capitalise	
  ses	
  ressources.	
  
	
  
Ce	
  n’est	
  pas	
  simplement	
  la	
  famille	
  qui	
  élève	
  ses	
  enfants	
  mais	
  tout	
  le	
  tissu	
  social	
  autour	
  :	
  
école,	
   associations	
   sportives	
   ou	
  culturelles,	
   amis,	
   etc.	
   Les	
   efforts	
   et	
   le	
   temps	
   investi	
   à	
  
22
tisser	
  son	
  réseau	
  social,	
  choisir	
  son	
  lieu	
  de	
  vie,	
  entretenir	
  sa	
  santé	
  ou	
  encore	
  développer	
  
ses	
  connaissances	
  sont	
  des	
  moyens	
  d’augmenter	
  ses	
  ressources	
  et	
  donc	
  de	
  renforcer	
  sa	
  
résistance	
   au	
   stress.	
   Cependant	
   ce	
   principe	
   d’investissement	
   des	
   ressources	
   met	
   en	
  
lumière	
  l’inégalité	
  et	
   le	
  déterminisme	
  social	
  qui	
  existent	
  entre	
  les	
  personnes	
  face	
  à	
  la	
  
perte	
  et	
  au	
  gain	
  de	
  ressources.	
  L’idée	
  de	
  fond	
  de	
  ce	
  principe	
  est	
  que	
  plus	
  on	
  dispose	
  de	
  
ressources,	
  moins	
  on	
  est	
  vulnérable	
  face	
  à	
  la	
  perte	
  de	
  ressources	
  et	
  plus	
  on	
  est	
  capable	
  
d’en	
  gagner.	
  Aux	
  Etats	
  Unis	
  par	
  exemple,	
  plus	
  de	
  80%	
  des	
  richesses	
  se	
  transmettent	
  par	
  
héritage	
  si	
   on	
  prend	
  en	
   compte	
  les	
   transferts	
   de	
  son	
  vivant,	
   et	
  une	
  grande	
   partie	
   du	
  
restant	
  est	
  lié	
  au	
  capital	
  culturel	
  (Kalmijn	
  &	
  Kraaykamp,	
  1996).	
  	
  Gallo	
  et	
  Mathew	
  (2003)	
  
mettent	
  en	
  évidence	
  une	
  corrélation	
  entre	
  le	
  niveau	
  de	
  ressources	
  d’une	
  personne	
  et	
  sa	
  
classe	
  sociale.	
  Les	
  classes	
  sociales	
  plus	
  défavorisées	
  bénéTiciant	
  de	
  moins	
  de	
  ressources	
  
pour	
  lutter	
   contre	
   le	
   stress,	
   rencontrent	
   plus	
   de	
   situations	
   de	
  stress	
   et	
   seront	
   moins	
  
enclines	
   à	
   gagner	
   des	
   ressources.	
   Ainsi,	
   selon	
   son	
   capital	
   de	
   ressources	
   initiales,	
  
l’investissement	
   et	
   l’énergie	
   consacrés	
   à	
   développer	
   ses	
   ressources	
   ne	
   seront	
   pas	
   les	
  
mêmes.	
  On	
  voit	
  bien	
  dans	
  ce	
  principe	
  que	
  la	
  résistance	
  au	
  stress	
  d’un	
  individu	
  dépendra	
  
de	
  sa	
  capacité	
  à	
  s’engager	
  dans	
  le	
  gain	
  de	
  ressources	
  en	
  fonction	
  de	
  ses	
  ressources	
  de	
  
départ.
Le	
   troisième	
   principe	
  clé	
  de	
  la	
   théorie	
  de	
  CDR	
   peut	
   paraître	
  paradoxal	
  car	
   il	
  explique	
  
que	
  ,	
  bien	
  que	
  la	
  perte	
  de	
  ressources	
  soit	
  plus	
  saillante	
  que	
  le	
  gain,	
  l’effet	
  de	
  gain	
  est	
  plus	
  
visible	
  et	
  effectif	
  dans	
   des	
   circonstances	
   de	
  pertes	
   de	
   ressources.	
   Dit	
  autrement,	
   c’est	
  
sous	
  stress	
  que	
  l’on	
  construit	
  sa	
  résistance	
  au	
  stress,	
  que	
  l’on	
  identiTie	
  et	
  évalue	
  le	
  mieux	
  
ses	
  ressources	
  et	
  ses	
  gains	
  en	
  ressources.	
  Ce	
  principe	
  met	
  en	
  lumière	
  une	
  des	
  qualités	
  
fondamentales	
   nécessaires	
   à	
  la	
   survie	
  des	
   espèces	
   :	
   l’adaptation.	
   Or	
   les	
   phénomènes	
  
d'adaptation	
  ne	
  se	
  produisent	
  que	
  face	
  à	
  des	
  difTicultés.	
  L’entraînement	
  sportif	
  consiste	
  à	
  
stratégiquement	
  faire	
  perdre	
  certaines	
  ressources	
  aux	
  athlètes	
  pour	
  qu’ils	
  réagissent	
  et	
  
se	
  reconstruisent	
  plus	
  forts,	
  l’enseignement	
  scolaire	
  consiste	
  à	
  pédagogiquement	
  tester	
  
les	
   ressources	
   intellectuelles	
   des	
  élèves	
   par	
   des	
   situations	
   à	
  résolution	
   de	
   problèmes	
  
pour	
  leur	
  permettre	
  de	
  gagner	
  en	
  connaissances	
  et	
  en	
  compétences.	
  L’autre	
  explication	
  
apportée	
  par	
  Hobfoll	
  sur	
  ce	
  principe,	
  est	
  liée	
  au	
  principe	
  d’engagement.	
  En	
  situation	
  de	
  
perte	
   de	
   ressources,	
   l’individu	
   va	
   devoir	
   mobiliser	
   son	
   attention	
   et	
   ses	
   ressources	
  
restantes	
  pour	
  renverser	
  la	
  tendance.	
  Ainsi,	
  la	
  moindre	
  situation	
  ou	
  élément	
  de	
  gain	
  sera	
  
perceptible,	
   et,	
   ce	
   qui	
   en	
   temps	
   normal	
   serait	
   passé	
   inaperçu	
   ou	
   considéré	
   comme	
  
normal	
  peut	
  rapidement	
  devenir	
  une	
  ligne	
  de	
  vie.	
  
23
Ce	
  qui	
  nous	
  intéresse	
  dans	
  la	
  théorie	
  de	
  CDR	
   est	
  qu’elle	
  évalue	
  le	
  niveau	
  de	
  gain	
  et	
  de	
  
perte	
  de	
  ressources	
  pour	
  estimer	
  le	
  niveau	
  de	
  détresse	
  psychologique	
  et	
  de	
  pathologie	
  
liées	
  au	
  stress.	
  L’évaluation	
  se	
  fait	
  à	
  partir	
  d’une	
  liste	
  de	
  74	
  éléments	
  qui	
  constituent	
  des	
  
ressources	
  considérées	
  comme	
  importantes	
  et	
  partagées	
  par	
  tous.	
  Lors	
  de	
  la	
  lecture	
  de	
  
cette	
   liste	
  les	
  personnes	
   doivent	
   évaluer	
   la	
  perte,	
   la	
   menace	
   de	
   perte	
  ou	
  le	
  gain	
   pour	
  
chacun	
  de	
  ces	
  éléments	
  au	
  cours	
  des	
  six	
  derniers	
  mois.	
   Cette	
  liste	
  a	
  été	
  établie	
  à	
  partir	
  
d’une	
  étude	
  sur	
  différents	
  groupes	
  témoins	
  (Hobfoll	
  &	
  Lily,	
  1993).	
  On	
  retrouve	
  dans	
  cette	
  
liste	
  les	
  ressources9 	
  concernées	
  par	
  mon	
  étude	
  :	
  endurance,	
   vigueur,	
  santé,	
   sommeil	
  et	
  
surtout	
  treize	
  éléments	
  faisant	
  référence	
  à	
  l’estime	
  de	
  soi.
L’estime	
  de	
  soi	
  semble	
  être	
  un	
  élément	
  important	
  dans	
  la	
  gestion	
  du	
  stress,	
  W.M.	
  Ensel	
  et	
  
Nan	
  Lin	
  (2004)	
  dans	
  leur	
  étude	
  sur	
  la	
  condition	
  physique	
  et	
  le	
  fonctionnement	
  du	
  stress,	
  
trouvent	
  une	
  corrélation	
  importante	
  (0,724)	
  entre	
  l’estime	
  de	
  soi	
  et	
  la	
  dépression.	
  Ce	
  qui	
  
	
  
me	
  semble	
  important	
  dans	
  l’estime	
  de	
  soi,	
  au-­‐delà	
  d’être	
  une	
  ressource	
  pour	
  faire	
  face	
  
au	
  stress,	
  ce	
  sont	
  les	
  éléments	
  qui	
  permettent	
  de	
  construire	
  l’estime	
  de	
  soi	
  pour	
  en	
  faire	
  
une	
  ressource	
  face	
  au	
  stress.	
  Dans	
  mon	
  étude	
  je	
  m’attacherai	
  à	
  regarder	
  les	
  relations	
  qui	
  
existent	
  entre	
  la	
  santé,	
  la	
  vigueur,	
  l’activité	
  physique	
  et	
  l’estime	
  de	
  soi.	
  W.M.	
  Ensel	
  et	
  Nan	
  
Lin	
  (2004)	
  indiquaient	
  dans	
  leur	
  conclusion	
  que	
  l’exercice	
  physique,	
  en	
  plus	
  d’être	
  à	
  la	
  
source	
  du	
  développement	
  de	
  la	
  condition	
  physique,	
  contribuait	
  à	
  la	
  construction	
  de	
  la	
  
valeur	
  personnelle	
  et	
  de	
  l’estime	
  de	
  soi.	
  Ils	
  avaient	
  trouvé	
  dans	
  leur	
  étude	
  que	
  l’activité	
  
physique	
  contribuait	
  à	
  la	
  santé	
  et	
  au	
  bien-­‐être	
  physique	
  des	
  personnes	
  mais	
  en	
  même	
  
temps	
   semblait	
   avoir	
  un	
  potentiel	
  à	
   aider	
   indirectement	
  les	
   personnes	
   à	
  faire	
  face	
   au	
  
stress	
  grâce	
  à	
  un	
  gain	
  de	
  ressources	
  psychologiques,	
  notamment	
  l’estime	
  de	
  soi.
Quand	
  on	
  étudie	
  les	
  ressources	
  et	
  les	
  moyens	
  de	
  faire	
  face	
  au	
  stress	
  on	
  trouve	
  quelques	
  
études	
   portant	
   sur	
  la	
   relation	
  entre	
  l’activité	
   physique	
   et	
   la	
   résistance	
  au	
  stress.	
   Tout	
  
d’abord	
  on	
  observe	
  que	
  l’activité	
  physique	
  aurait	
  un	
  effet	
  tampon	
  sur	
  la	
  réponse	
  stress,	
  
c’est	
   à	
   dire	
   sur	
   les	
   réactions	
   physiologiques	
   provoquées	
   par	
   le	
   stresseur.	
   Une	
   étude	
  
menée	
  sur	
  des	
  policiers	
  Suisses	
  et	
  le	
  personnel	
  des	
  urgences	
  (M.	
  Gerber,	
  M.	
  Kellmann,	
  T.	
  
Hartmann,	
   U.	
   Pûhse,	
   2010)	
   a	
   permis	
   de	
   mettre	
   en	
   évidence	
   que	
   l’activité	
   physique	
  
régulière	
  et	
  d’intensité	
  moyenne	
  avait	
  un	
  effet	
  tampon	
  sur	
  la	
  réponse	
  stress.	
  Les	
  sujets	
  
qui	
   pratiquaient	
   une	
   activité	
   physique	
  et	
   de	
   moyenne	
  intensité	
   reportaient	
   moins	
   de	
  
9 Conservation	
  of	
  Resources	
  Theory:	
  Its	
  Implication	
  for	
  Stress,	
  Health,	
  and	
  Resilience,	
  The	
  Oxford	
  Handbook	
  
of	
  Stress,	
  Health,	
  and	
  Coping,	
  Oxford	
  University	
  Press,	
  USA,	
  30	
  	
  Novembre	
  2010,	
  Chapitre	
  7, p.145 - 147.
24
symptômes	
   physiques	
   et	
   psychologiques	
   liés	
   au	
   stress.	
   Ce	
   qui	
   était	
   d’autant	
   plus	
  
intéressant	
   dans	
   cette	
   étude,	
   c’était	
   l’importance	
   de	
   l’activité	
   physique	
   au-­‐delà	
   de	
   la	
  
condition	
  physique.	
  Leur	
  étude	
  démontrait	
  que	
  l’activité	
  physique	
  avait	
  un	
  effet	
  tampon	
  
sur	
  le	
  stress	
  plus	
  important	
  que	
  celui	
  d’être	
  en	
  bonne	
  condition	
  physique.	
   Ce	
  qui	
  nous	
  
ramène	
  à	
  notre	
  chapitre	
  sur	
  la	
  réponse	
  stress	
  et	
  le	
  réTlexe	
  de	
  «Tight	
  or	
  Tly».	
  L’effet	
  tampon	
  
de	
  l’activité	
  physique	
  se	
  justiTie	
  par	
  trois	
  arguments.	
  Tout	
  d’abord	
  les	
  efforts	
  de	
  longue	
  
durée	
  de	
  type	
  aérobie	
  ont	
  pour	
  effet	
  de	
  réduire	
  l’amplitude	
  de	
  l’excitation	
  physiologique	
  
(fréquence	
  cardiaque,	
  tension	
  musculaire,	
  transpiration...)	
  induite	
  par	
  la	
  réponse	
  stress.	
  
L’entraînement	
  en	
  endurance	
  renforce	
  le	
  pouvoir	
  du	
  système	
  nerveux	
  parasympathique	
  
qui	
   a	
  un	
  effet	
  modérateur	
  sur	
  l’organisme.	
   Ensuite	
  l’activité	
  physique	
  va	
  permettre	
  de	
  
décharger	
   l'énergie	
   et	
   les	
   tensions	
   provoquées	
   par	
   la	
   réponse	
   stress.	
   L’activité	
  
musculaire	
  va	
   permettre	
  au	
  corps	
  d’aller	
  au	
  bout	
   de	
   sa	
  mise	
  en	
  éveil	
   et	
  par	
  exemple	
  
consommer	
   les	
   acides	
   gras	
   libérés	
   au	
   niveau	
   sanguin	
   et	
   éviter	
   à	
   long	
   terme	
   des	
  
problèmes	
   coronariens.	
   Pour	
  terminer,	
   que	
  ce	
   soit	
   pendant	
   ou	
  après	
  une	
   situation	
  de	
  
stress,	
  l’activité	
  physique	
  permet	
  d’aboutir	
  à	
  un	
  état	
  de	
  relaxation	
  lié	
  à	
  la	
  fatigue	
  induite	
  
par	
  cette	
  dernière.	
  C’est	
  par	
  cet	
  état	
  de	
  relaxation	
  que	
  le	
  corps	
  va	
  récupérer.	
  Une	
  étude	
  
menée	
  par	
  de	
  Vries	
  et	
  Adam	
  (1972)	
  montre	
  qu’une	
  activité	
  physique	
  de	
  quinze	
  minutes	
  
à	
  une	
  intensité	
  de	
  cent	
   battements	
   cardiaques	
  par	
  minute	
  permettait	
  un	
  relâchement	
  
musculaire	
  plus	
  important	
  qu’avec	
  des	
  médicaments	
  tranquillisants.	
  
K.J.	
  Lovelace	
  et	
  al	
  (2007)	
  ont	
  publié	
  dans	
  la	
  Human	
  Resource	
  Management	
  Review	
  un	
  
article	
  sur	
  le	
  stress	
  professionnel	
  et	
  le	
  développement	
  du	
  leadership.	
  Un	
  des	
  arguments	
  
développé	
   dans	
   leur	
   article	
  était	
   la	
   nécessité	
   de	
   développer	
   et	
   entretenir	
   une	
   bonne	
  
condition	
  physique	
  car	
  c’est	
  une	
  clé	
  essentielle	
  du	
  leadership	
  dans	
  les	
  métiers	
  à	
  fortes	
  
sollicitations.	
  Les	
  leaders	
  et	
  managers	
  sont	
   soumis	
   à	
  de	
  fortes	
   contraintes	
  et	
   rythmes	
  
professionnels,	
   avoir	
   une	
   bonne	
   condition	
  physique	
   est	
   très	
   important	
   pour	
   pouvoir	
  
récupérer	
  et	
  se	
  régénérer	
  physiquement	
  et	
  psychologiquement.	
  Ils	
  ont	
  pu	
  observer	
  que	
  
des	
  leaders	
   physiquement	
   en	
  forme	
  et	
   vigoureux	
  étaient	
   plus	
   endurants,	
   résistants	
  et	
  
concentrés	
  dans	
  leurs	
  projets.	
  
25
1. SUJET	
  DE	
  RECHERCHE	
  :	
  ACTIVITE	
  PHYSIQUE	
  ET	
  STRESS.
2.1	
  Hypothèses	
  et	
  méthodes	
  de	
  recherche
Au	
  regard	
  des	
  différentes	
   recherches	
  effectuées	
  sur	
   le	
  stress,	
   la	
  condition	
   physique	
  et	
  
l’activité	
  physique	
   et	
   devant	
  la	
   faible	
  documentation	
   en	
  français,	
   j’ai	
   voulu	
  étudier	
  les	
  
effets	
  de	
  l’activité	
  physique	
  en	
  tant	
  que	
  ressource	
  face	
  au	
  stress	
   dans	
  le	
  cadre	
  culturel	
  
français.	
  Comme	
  le	
  suggère	
  Hobfoll	
   dans	
  sa	
   théorie	
  de	
   CDR,	
  il	
  est	
  important	
   d’étudier	
  
l’individu	
  dans	
  son	
  environnement	
  pour	
  identiTier	
  les	
  situations	
  de	
  pertes,	
  de	
  menaces	
  
de	
  pertes	
  ou	
  de	
  gains	
  de	
  ressources.	
  La	
  majorité	
  des	
  recherches	
  sur	
  le	
  stress	
  ayant	
  été	
  
effectuées	
  aux	
  U.S.	
  on	
  peut	
  s’attendre	
  à	
  des	
  différences	
  dans	
  un	
  autre	
  contexte	
  culturel.	
  
Ayant	
   accès	
   à	
   plus	
   de	
   4000	
  personnes	
   grâce	
   aux	
   clubs	
   de	
   Titness	
   que	
   je	
   possède	
   et	
  
disposant	
  de	
  personnel	
  qualiTié	
  pour	
  mettre	
  sur	
  pied	
  des	
  tests	
  de	
  condition	
  physique,	
  j’ai	
  
décidé	
   de	
   conduire	
   une	
   étude	
   quantitative	
   sur	
   l’activité	
   physique	
   et	
   l’adaptation	
   au	
  
stress.	
  La	
  Tigure	
  ci-­‐dessous	
  donne	
  un	
  aperçu	
  de	
  mon	
  raisonnement	
  et	
  du	
  chemin	
  d’étude	
  
de	
  mon	
  enquête.
26
Hypothèse	
  1:	
  L’activité	
  physique	
  est	
  un	
  moyen	
  de	
  faire	
  face	
  au	
  stress	
  (Coping).
Pour	
  répondre	
  à	
  cette	
  hypothèse	
  j’ai	
  abordé	
  la	
  question	
  de	
  deux	
  manières.	
  Tout	
  d’abord	
  
j’ai	
  voulu	
  savoir	
  dans	
  quelle	
  mesure	
  les	
  participants	
  à	
  l’enquête	
  trouvaient	
  le	
  sport	
  utile	
  
quand	
   il	
   leur	
   arrivait	
   d’être	
   frustrés,	
   tendus	
   ou	
   stressés	
   au	
   travail.	
   J’ai	
   intégré	
   des	
  
questions	
  sur	
  l’inTluence	
  de	
  la	
  pratique	
  du	
  sport	
  par	
  rapport	
  à	
  des	
  situations	
  de	
  ressenti	
  
de	
  stress	
  au	
  travail.	
  Les	
  participants	
  à	
  l’enquête	
  devaient	
  répondre	
  selon	
  une	
  échelle	
  de	
  
perception	
  allant	
  de	
  «Fortement	
  en	
  désaccord»	
  à	
  «tout	
  à	
  fait	
  d’accord».	
  Cette	
  première	
  
série	
   de	
   questions	
   me	
   permettait	
   de	
   savoir	
   si	
   les	
   personnes	
   considéraient	
   l’activité	
  
physique	
  comme	
  un	
  moyen	
  de	
  faire	
  face	
  au	
  stress	
  (Coping).	
  
Ensuite	
  pour	
  établir	
  l'existence	
  d’un	
  lien	
  direct	
  entre	
  l’activité	
  physique	
  et	
  l’adaptation	
  
au	
  stress,	
   j’ai	
   cherché	
  à	
   comparer	
   la	
  fréquence	
  d’activité	
  physique	
  des	
  participants	
   et	
  
leur	
   niveau	
   de	
   stress	
   perçu	
  au	
   travail.	
   J’ai	
   demandé	
   aux	
   participants	
   d’indiquer	
   avec	
  
quelle	
   fréquence	
   ils	
   faisaient	
   du	
   sport	
   par	
   semaine	
   ou	
   par	
   mois	
   et	
   j’ai	
   intégré	
   le	
  
questionnaire	
  de	
  l'échelle	
  de	
  stress	
  perçu	
  de	
  Sheldon	
  Cohen.	
  J’ai	
  choisi	
  d’utiliser	
  l'échelle	
  
de	
  perception	
  du	
  stress	
   (EPS)	
  de	
  Sheldon	
  Cohen	
  (1983)	
  car	
  c’est	
  l’outil	
  psychologique	
  
d’évaluation	
  du	
  stress	
  perçu	
  le	
  plus	
  répandu.	
  Ce	
  questionnaire	
  permet	
   d’évaluer	
  dans	
  
quelle	
   mesure	
   les	
   situations	
   de	
   la	
   vie	
   d’une	
   personne	
   lui	
   apparaissent	
   comme	
  
stressantes.	
  Les	
  questions	
  sont	
  étudiées	
  pour	
  mettre	
  en	
  évidence	
  à	
  quel	
  point	
  les	
  sujets	
  
trouvent	
  leur	
  vie	
  imprévisible,	
  incontrôlable	
  et	
  surchargée.	
  L’EPS	
  a	
  été	
  étudiée	
  pour	
  être	
  
utilisée	
   à	
   grande	
   échelle	
   et	
   par	
   un	
   public	
   avec	
   un	
   niveau	
   d’étude	
   secondaire.	
   Les	
  
questions	
  sont	
  simples	
  à	
  comprendre	
  et	
  font	
  référence	
  à	
  des	
  pensées,	
  des	
  sentiments	
  et	
  
des	
   sensations	
   que	
   les	
   personnes	
   ont	
   pu	
   avoir	
   au	
   cours	
   du	
   dernier	
   mois.	
   Chaque	
  
personne	
   répond	
  en	
   indiquant	
   la	
   fréquence	
  avec	
  laquelle	
   elle	
  a	
   ressenti	
   telle	
   ou	
  telle	
  
sensation.	
   En	
   croisant	
   le	
   score	
   EPS	
   des	
   participants	
   avec	
   leur	
   fréquence	
   d’activité	
  
physique	
  je	
  pourrai	
  déterminer	
  s’il	
  existe	
  une	
  corrélation	
  entre	
  la	
  pratique	
  sportive	
  et	
  le	
  
niveau	
  de	
  stress	
  des	
  pratiquants.	
  
Hypothèse	
   2	
  :	
   L’activité	
   physique	
   est	
  un	
  moyen	
  d’adaptation	
  au	
   stress	
  professionnel	
  car	
  
elle	
   permet	
   de	
   développer	
   les	
   ressources	
   de	
   condition	
   physique,	
   de	
   santé,	
   de	
   vigueur	
   et	
  
d’estime	
  de	
  soi.	
  
27
Cette	
  deuxième	
  hypothèse	
  avance	
  l’idée	
  que	
  l’activité	
  physique	
  joue	
  un	
  rôle	
  dans	
  le	
  gain	
  
de	
  ressources	
   pour	
  s’adapter	
  et	
  faire	
  face	
  au	
  stress.	
   J’ai	
   choisi	
   d’étudier	
  les	
   ressources	
  
comme	
  la	
  condition	
  physique,	
  la	
  santé,	
  la	
  vigueur	
  et	
  l’estime	
  de	
  soi	
  en	
  rapport	
  avec	
   le	
  
niveau	
   de	
   stress	
   perçu	
  des	
   personnes	
   (évalué	
   pour	
   l’hypothèse	
   1)	
   et	
   leur	
   fréquence	
  
d’activité	
  physique.	
  Le	
  choix	
  de	
  ces	
  ressources	
  est	
  lié	
  au	
  fait	
  qu’elles	
  interagissent	
  entre-­‐
elles.	
  La	
  première	
  (condition	
  physique)	
  est	
  objectivement	
  	
  mesurable	
  et	
  les	
  trois	
  autres	
  
sont	
  évaluables	
  à	
  la	
  perception	
  des	
  individus.	
  Au	
  regard	
  de	
  la	
  théorie	
  de	
  CDR	
   et	
  de	
  la	
  
théorie	
   transactionnelle	
   sur	
   le	
   stress	
   de	
   Lazarus	
   et	
   Folkman,	
   mon	
   intuition	
   me	
   fait	
  
penser	
   que	
   les	
   ressources	
   subjectives	
   et	
   identiTiées	
   dans	
   la	
   liste	
   des	
   74	
   ressources	
  
comme	
  la	
  santé,	
  la	
  vigueur	
  et	
  l’estime	
  de	
  soi	
  risquent	
  d’être	
  plus	
  parlantes	
  en	
  terme	
  de	
  
ressources	
  pour	
  les	
  participants	
  à	
  l’enquête	
  et	
  risquent	
  d’être	
  en	
  plus	
  étroite	
  corrélation	
  
avec	
   leur	
   niveau	
   de	
   stress	
   perçu.	
   Cependant	
   je	
   pense	
   qu’il	
   est	
   essentiel	
   d’avoir	
   une	
  
mesure	
   objective	
   de	
   la	
   condition	
   physique	
   pour	
   tenter	
   de	
   distinguer	
   une	
   ressource	
  
tangible	
  liée	
  à	
  l’activité	
  physique	
  pour	
   avoir	
  un	
  élément	
  de	
  contrôle	
  sur	
  la	
  perception	
  
subjective	
  des	
  participants	
  à	
  l’étude.
Il	
   semble	
   logique	
   qu’une	
   personne	
   en	
   bonne	
   condition	
   physique	
   ait	
   des	
   ressources	
  
physiologiques	
  plus	
  importantes	
  pour	
  faire	
  face	
  à	
  la	
  réponse	
  stress	
   et	
  par	
  conséquent	
  
soit	
  plus	
  résistante	
  au	
  stress	
   qu’une	
  personne	
   avec	
   une	
  mauvaise	
   condition	
  physique.	
  
Mes	
  recherches	
  ne	
  m’ont	
  pas	
  permis	
  de	
  trouver	
  une	
  étude	
  faite	
  sur	
  la	
  population	
  active	
  
avec	
   au	
   préalable	
   une	
   évaluation	
   de	
   terrain	
   de	
   leur	
   condition	
   physique.	
   On	
   trouve	
  
plusieurs	
   études	
   conduites	
   sur	
   des	
   militaires	
   avec	
   des	
   tests	
   physiques	
   réels	
   ou	
   des	
  
études	
  sur	
  des	
  populations	
  actives	
  avec	
  une	
  auto-­‐évaluation	
  subjective	
  de	
  leur	
  condition	
  
physique.	
  Or	
  le	
  cadre	
  militaire	
  est	
  un	
  cadre	
  exceptionnel	
  très	
  éloigné	
  de	
  la	
  vie	
  courante,	
  
il	
   existe	
  dans	
   la	
   plupart	
  des	
  cas	
   une	
   sélection	
  par	
   des	
   tests	
  physiques	
   à	
   l’entrée	
  et	
   le	
  
milieu	
  lui-­‐même	
   est	
   très	
   orienté	
   au	
  niveau	
   psychosocial.	
   Ensuite	
  on	
  peut	
   se	
   poser	
   la	
  
question	
  de	
   la	
  Tiabilité	
  des	
  questionnaires	
  d’auto-­‐évaluation	
   de	
   la	
   condition	
  physique	
  
qu’on	
  retrouve	
  dans	
  les	
  études	
  de	
  stress	
  sur	
  la	
  population	
  active.	
  Une	
  étude	
  récente	
  de	
  
l’INSEP	
   (1993)	
   révèle	
   qu’il	
   existe	
   très	
   peu	
   de	
   corrélation	
   entre	
   la	
   perception	
   d’un	
  
individu	
  de	
  sa	
  condition	
  physique	
  et	
  les	
  valeurs	
  mesurées	
  sur	
  le	
  terrain.	
  Pour	
  toutes	
  ces	
  
raisons	
  j’ai	
  choisi	
  de	
  travailler	
  sur	
  une	
  population	
  active	
  dont	
  je	
  mesurerai	
  la	
  condition	
  
physique	
  au	
  préalable	
  sur	
   le	
  terrain	
   pour	
   m’assurer	
  de	
  l’objectivité	
   et	
  la	
  Tiabilité	
   des	
  
niveaux	
  de	
  condition	
  physique	
  des	
  participants.	
  
28
2.2	
  Construction	
  de	
  l’outil	
  de	
  recherche.
Pour	
  construire	
  l’évaluation	
  de	
  terrain	
  nous	
  avons	
  pris	
  en	
  compte	
  plusieurs	
  paramètres.	
  
Tout	
  d’abord	
  la	
  pertinence	
  des	
  qualités	
  physiques	
  à	
  évaluer.	
  Mes	
  études	
  universitaires	
  en	
  
STAPS	
   (Sciences	
   et	
  Techniques	
  des	
  Activités	
   Physiques	
   et	
  Sportives)	
  m’ont	
   appris	
   que	
  
l’endurance	
  était	
  la	
  qualité	
  physique	
  essentielle	
  et	
  prioritaire	
  pour	
  être	
  en	
  bonne	
  santé	
  
et	
   pour	
   développer	
   une	
   condition	
   physique	
   générale	
   solide.	
   Loren	
   E.	
   Falkenberg	
   de	
  
l’Université	
  de	
  Calgary	
  a	
  publié	
  dans	
   	
  «	
  Academy	
  of	
  Management	
   	
  Review	
  »	
  (1987)	
  un	
  
article	
  dans	
  lequel	
  elle	
  évoque	
  le	
  fait	
  que	
  l’exercice	
  physique	
  aérobie	
  (entrainement	
  en	
  
endurance)	
   permet	
   de	
   réduire	
   sur	
   le	
   long	
   terme	
   la	
   réponse	
   stress	
   au	
   niveau	
  
physiologique10.	
  Une	
  étude	
  de	
  Brown	
  (1996)	
  révèle	
  qu’une	
  évaluation	
  objective	
  et	
  Tiable	
  
d’une	
   bonne	
   condition	
   physique	
   aérobie	
   (endurance)	
   a	
   un	
   effet	
   déterminant	
   sur	
   la	
  
relation	
  stress/maladie.	
  La	
  Tilière	
  aérobie	
  est	
  la	
  principale	
  source	
  d’énergie	
  du	
  corps,	
  son	
  
bon	
  fonctionnement	
  repose	
  sur	
  l’efTicacité	
  des	
  systèmes	
  cardio-­‐vasculaire,	
  circulatoire,	
  
ventilatoire,	
   endocrinien	
   et	
   neuro	
   endocrinien,	
   ce	
   qui	
   en	
   fait	
   un	
   élément	
   central	
   à	
  
évaluer	
  pour	
  notre	
  étude	
  sur	
  le	
  stress.	
  
La	
  souplesse,	
  notamment	
  en	
  fermeture	
  (capacité	
  à	
  rapprocher	
  le	
  buste	
  des	
  jambes),	
  est	
  
une	
  autre	
  qualité	
  physique	
  qu’il	
  semblait	
  essentiel	
  d’évaluer.	
  Comme	
  l’indique	
  Loren	
  E.	
  
Falkenberg	
   (1987)	
   dans	
   son	
   article,	
   la	
   réponse	
   stress	
   provoque	
   des	
   tensions	
  
musculaires,	
   ceux-­‐ci	
   ont	
   pour	
  effet	
   de	
   provoquer	
   à	
  terme	
   une	
  raideur	
   musculaire	
  qui	
  
conduit	
   sur	
   le	
   long	
   terme	
   à	
   des	
   dysfonctionnements	
   musculaires	
   et	
   articulaires	
  
pathologiques.	
  La	
  position	
  assise	
  prolongée	
  provoque	
  à	
  terme	
  un	
  raccourcissement	
  des	
  
ischios	
   jambiers	
   si	
   celle-­‐ci	
   n’est	
   pas	
   compensée,	
   ce	
   qui	
   conduit	
   à	
   des	
   pathologies	
   au	
  
niveau	
   du	
   rachis.	
   Ainsi	
   une	
   évaluation	
   de	
   la	
   souplesse	
   nous	
   indiquera	
   la	
   tension	
  
musculaire	
   existante	
   chez	
   un	
   individu	
   et	
   sa	
   capacité	
   à	
   s’adapter	
   aux	
   contraintes	
   de	
  
l’environnement.	
  Une	
  chaise	
  de	
  bureau	
  trop	
  haute	
  ou	
  un	
  bureau	
  trop	
  bas	
  ne	
  seront	
  pas	
  
des	
  sources	
  de	
  stress	
  chez	
  un	
  individu	
  souple,	
  de	
  même	
  que	
  de	
  longs	
  déplacements	
  en	
  
voiture	
   par	
   exemple.	
   	
   Ce	
   qui	
   est	
   d’autant	
   plus	
   intéressant,	
   c’est	
   que	
   la	
   souplesse	
  
10 Employee	
  Fitness	
  Programs:	
  Their	
  Impact	
  on	
  the	
  Employee	
  and	
  the	
  Organization,	
  The	
  Academy	
  of	
  
Management	
  Review,	
  Vol.	
  12,	
  No.	
  3	
  (Jul.,	
  1987)	
  p.512.
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL
ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL

Contenu connexe

Tendances

Burn out : épuisement professionnel
Burn out : épuisement professionnelBurn out : épuisement professionnel
Burn out : épuisement professionnelIkramBENLAHCEN
 
La Communication interne des PME
La Communication interne des PMELa Communication interne des PME
La Communication interne des PMEPhilippe Limbourg
 
Theorie des-organisations
Theorie des-organisationsTheorie des-organisations
Theorie des-organisationsJarrosson Bruno
 
Reconnaitre et gérer le stress au travail
Reconnaitre et gérer le stress au travailReconnaitre et gérer le stress au travail
Reconnaitre et gérer le stress au travailAdama COULIBALY
 
Les theories-de-la-motivation-au-travail
Les theories-de-la-motivation-au-travailLes theories-de-la-motivation-au-travail
Les theories-de-la-motivation-au-travailAbderraouf HAMZAOUI
 
Ent01 adéquation homme - projet
Ent01    adéquation homme - projetEnt01    adéquation homme - projet
Ent01 adéquation homme - projetINOË CONSEIL
 
Techniques de communication ppt
Techniques de communication pptTechniques de communication ppt
Techniques de communication ppt056611678
 
Atelier n°5 ppt organiser les informations pour faciliter leur mémorisation
Atelier n°5 ppt organiser les informations pour faciliter leur mémorisationAtelier n°5 ppt organiser les informations pour faciliter leur mémorisation
Atelier n°5 ppt organiser les informations pour faciliter leur mémorisationHelene Weber
 
Marketing RH & la marque employeur
Marketing RH & la marque employeurMarketing RH & la marque employeur
Marketing RH & la marque employeurHamza Ettazi
 
Extraction de l'huile essentielle
Extraction de l'huile essentielle Extraction de l'huile essentielle
Extraction de l'huile essentielle Nora Mahfouf
 
Creation et lancement nouveau produit
Creation et lancement nouveau produitCreation et lancement nouveau produit
Creation et lancement nouveau produitMichel GOUGOU
 
Taulax Consulting : les effets du stress
Taulax Consulting : les effets du stressTaulax Consulting : les effets du stress
Taulax Consulting : les effets du stresstaulax vincent
 
Communication professionnelle
Communication professionnelleCommunication professionnelle
Communication professionnelleFrancesca Lovece
 
Introduction à la communication interpersonnelle
Introduction à la communication interpersonnelleIntroduction à la communication interpersonnelle
Introduction à la communication interpersonnellemaggica
 
Analyse financier s4
Analyse financier s4Analyse financier s4
Analyse financier s4hassan1488
 

Tendances (20)

Communication professionnelle
Communication professionnelleCommunication professionnelle
Communication professionnelle
 
Burn out : épuisement professionnel
Burn out : épuisement professionnelBurn out : épuisement professionnel
Burn out : épuisement professionnel
 
Atelier gestion-stress
Atelier gestion-stressAtelier gestion-stress
Atelier gestion-stress
 
La Communication interne des PME
La Communication interne des PMELa Communication interne des PME
La Communication interne des PME
 
Circuit économiquec
Circuit économiquecCircuit économiquec
Circuit économiquec
 
Gestion de stress
Gestion de stressGestion de stress
Gestion de stress
 
Theorie des-organisations
Theorie des-organisationsTheorie des-organisations
Theorie des-organisations
 
Reconnaitre et gérer le stress au travail
Reconnaitre et gérer le stress au travailReconnaitre et gérer le stress au travail
Reconnaitre et gérer le stress au travail
 
Les theories-de-la-motivation-au-travail
Les theories-de-la-motivation-au-travailLes theories-de-la-motivation-au-travail
Les theories-de-la-motivation-au-travail
 
Ent01 adéquation homme - projet
Ent01    adéquation homme - projetEnt01    adéquation homme - projet
Ent01 adéquation homme - projet
 
Techniques de communication ppt
Techniques de communication pptTechniques de communication ppt
Techniques de communication ppt
 
Atelier n°5 ppt organiser les informations pour faciliter leur mémorisation
Atelier n°5 ppt organiser les informations pour faciliter leur mémorisationAtelier n°5 ppt organiser les informations pour faciliter leur mémorisation
Atelier n°5 ppt organiser les informations pour faciliter leur mémorisation
 
Superviser du personnel 1
Superviser du personnel 1Superviser du personnel 1
Superviser du personnel 1
 
Marketing RH & la marque employeur
Marketing RH & la marque employeurMarketing RH & la marque employeur
Marketing RH & la marque employeur
 
Extraction de l'huile essentielle
Extraction de l'huile essentielle Extraction de l'huile essentielle
Extraction de l'huile essentielle
 
Creation et lancement nouveau produit
Creation et lancement nouveau produitCreation et lancement nouveau produit
Creation et lancement nouveau produit
 
Taulax Consulting : les effets du stress
Taulax Consulting : les effets du stressTaulax Consulting : les effets du stress
Taulax Consulting : les effets du stress
 
Communication professionnelle
Communication professionnelleCommunication professionnelle
Communication professionnelle
 
Introduction à la communication interpersonnelle
Introduction à la communication interpersonnelleIntroduction à la communication interpersonnelle
Introduction à la communication interpersonnelle
 
Analyse financier s4
Analyse financier s4Analyse financier s4
Analyse financier s4
 

Similaire à ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL

éPuisement professionnel
éPuisement professionneléPuisement professionnel
éPuisement professionnelToufik Hammi
 
Fiche mémo de la HAS sur le BurnOut des professionnels de santé
Fiche mémo de la HAS sur le BurnOut des professionnels de santéFiche mémo de la HAS sur le BurnOut des professionnels de santé
Fiche mémo de la HAS sur le BurnOut des professionnels de santéJan-Cedric Hansen
 
Ed6011 Prévenir le Stress au travail
Ed6011 Prévenir le Stress au travailEd6011 Prévenir le Stress au travail
Ed6011 Prévenir le Stress au travailKhaireddine Yacoubi
 
Les risques psychosociaux dans l'entreprise perdurent, le
Les risques psychosociaux dans l'entreprise perdurent, le Les risques psychosociaux dans l'entreprise perdurent, le
Les risques psychosociaux dans l'entreprise perdurent, le moffresson
 
Stress au travail: comprendre et prévenir
Stress au travail: comprendre et prévenirStress au travail: comprendre et prévenir
Stress au travail: comprendre et prévenirHR SCOPE
 
Un pas de côté - Cartographie simplifiée des risques psychosociaux
Un pas de côté - Cartographie simplifiée des risques psychosociaux Un pas de côté - Cartographie simplifiée des risques psychosociaux
Un pas de côté - Cartographie simplifiée des risques psychosociaux Rachel Bocher
 
Cartographie simplifiée des risques psychosociaux
Cartographie simplifiée des risques psychosociauxCartographie simplifiée des risques psychosociaux
Cartographie simplifiée des risques psychosociauxRéseau Pro Santé
 
Commission nationale sur le stress au travail andrh mai 2011
Commission nationale sur le stress au travail andrh   mai 2011Commission nationale sur le stress au travail andrh   mai 2011
Commission nationale sur le stress au travail andrh mai 2011Intelligence RH
 
Compte rendu Symposium sur les risques psycho-sociaux
Compte rendu Symposium sur les risques psycho-sociauxCompte rendu Symposium sur les risques psycho-sociaux
Compte rendu Symposium sur les risques psycho-sociauxmayor-formation
 
Bien-être au travail : un atout pour l'entreprise
Bien-être au travail : un atout pour l'entrepriseBien-être au travail : un atout pour l'entreprise
Bien-être au travail : un atout pour l'entrepriseSabine Pernet
 
Doc organisation1
Doc organisation1Doc organisation1
Doc organisation1pyronnet38
 
Plaquette Triptyque Puls@Care
Plaquette Triptyque Puls@CarePlaquette Triptyque Puls@Care
Plaquette Triptyque Puls@CarePULS@CARE
 
Gestion de stress
Gestion de stress Gestion de stress
Gestion de stress Hamada Dary
 
Risques psychosociaux, responsabilité et prévention - Juritravail -
Risques psychosociaux, responsabilité et prévention - Juritravail - Risques psychosociaux, responsabilité et prévention - Juritravail -
Risques psychosociaux, responsabilité et prévention - Juritravail - Juritravail
 
W ebconférence rps - octobre 2014
W ebconférence   rps - octobre 2014W ebconférence   rps - octobre 2014
W ebconférence rps - octobre 2014Juritravail
 

Similaire à ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL (20)

Thème12
Thème12Thème12
Thème12
 
Thème13
Thème13Thème13
Thème13
 
éPuisement professionnel
éPuisement professionneléPuisement professionnel
éPuisement professionnel
 
Fiche mémo de la HAS sur le BurnOut des professionnels de santé
Fiche mémo de la HAS sur le BurnOut des professionnels de santéFiche mémo de la HAS sur le BurnOut des professionnels de santé
Fiche mémo de la HAS sur le BurnOut des professionnels de santé
 
Ed6011 Prévenir le Stress au travail
Ed6011 Prévenir le Stress au travailEd6011 Prévenir le Stress au travail
Ed6011 Prévenir le Stress au travail
 
R P S C F D T
R P S  C F D TR P S  C F D T
R P S C F D T
 
Les risques psychosociaux dans l'entreprise perdurent, le
Les risques psychosociaux dans l'entreprise perdurent, le Les risques psychosociaux dans l'entreprise perdurent, le
Les risques psychosociaux dans l'entreprise perdurent, le
 
Stress au travail: comprendre et prévenir
Stress au travail: comprendre et prévenirStress au travail: comprendre et prévenir
Stress au travail: comprendre et prévenir
 
Un pas de côté - Cartographie simplifiée des risques psychosociaux
Un pas de côté - Cartographie simplifiée des risques psychosociaux Un pas de côté - Cartographie simplifiée des risques psychosociaux
Un pas de côté - Cartographie simplifiée des risques psychosociaux
 
Cartographie simplifiée des risques psychosociaux
Cartographie simplifiée des risques psychosociauxCartographie simplifiée des risques psychosociaux
Cartographie simplifiée des risques psychosociaux
 
Commission nationale sur le stress au travail andrh mai 2011
Commission nationale sur le stress au travail andrh   mai 2011Commission nationale sur le stress au travail andrh   mai 2011
Commission nationale sur le stress au travail andrh mai 2011
 
Compte rendu Symposium sur les risques psycho-sociaux
Compte rendu Symposium sur les risques psycho-sociauxCompte rendu Symposium sur les risques psycho-sociaux
Compte rendu Symposium sur les risques psycho-sociaux
 
Bien-être au travail : un atout pour l'entreprise
Bien-être au travail : un atout pour l'entrepriseBien-être au travail : un atout pour l'entreprise
Bien-être au travail : un atout pour l'entreprise
 
Doc organisation1
Doc organisation1Doc organisation1
Doc organisation1
 
Plaquette Triptyque Puls@Care
Plaquette Triptyque Puls@CarePlaquette Triptyque Puls@Care
Plaquette Triptyque Puls@Care
 
Faire face au stress pendant la pandémie COVID-19 = Guide pour les profession...
Faire face au stress pendant la pandémie COVID-19 = Guide pour les profession...Faire face au stress pendant la pandémie COVID-19 = Guide pour les profession...
Faire face au stress pendant la pandémie COVID-19 = Guide pour les profession...
 
Burnout
BurnoutBurnout
Burnout
 
Gestion de stress
Gestion de stress Gestion de stress
Gestion de stress
 
Risques psychosociaux, responsabilité et prévention - Juritravail -
Risques psychosociaux, responsabilité et prévention - Juritravail - Risques psychosociaux, responsabilité et prévention - Juritravail -
Risques psychosociaux, responsabilité et prévention - Juritravail -
 
W ebconférence rps - octobre 2014
W ebconférence   rps - octobre 2014W ebconférence   rps - octobre 2014
W ebconférence rps - octobre 2014
 

ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL

  • 1. 1 ACTIVITE PHYSIQUE & STRESS PROFESSIONNEL Mémoire dirigé par RICHEBE Nathalie, PhD Intitulé de la formation : Programme Grande Ecole en Formation Continue Année 2013 Nb de pages : 54 p. HALLIFAX Daniel « J’atteste que ce travail est personnel et cite systématiquement toute source utilisée entre guillemets et ne comporte pas de plagiat » signature de(s) auteur(s)
  • 2. 2 REMERCIEMENTS RICHEBE  Nathalie,   Directrice  de  Thèse  et  Tutrice. L’Equipe  XTRAINING DURAND  Stéphanie,   Directrice  Adjointe  des  Ressources  Humaines   Hôpital  Sainte  Marie,  Nice DELOIRE  Thierry,   Directeur  Financier  Entreprise  GRIESSER,  Carros. EL  AKREMI  Assâad Maître  de  Conférences  à  l’Université  de  Toulouse  1 Aux  participants  de  l’étude:   Adhérents  XTRAINING,   Employés  Hôpital  Sainte  Marie   Employés  de  l’Entreprise  GRIESSER.
  • 3. 3 RESUME. Nos  vies  modernes  offrent  peu  d’occasions  d’évacuer  stress,  frustrations  et  angoisses.  On   peut  vraisemblablement  penser  que  dans  le  passé,   les  vies  actives  de  nos  ancêtres  leur   fournissaient   sufTisamment   d’opportunités   d’évacuer   physiquement   frustrations   et   angoisses.  Ce  besoin  de  bouger  semble  tellement  important  et  inscrit  dans  la  nature  de   l’homme  que,  comme  le  suggèrent  certaines  études  sur  le  sujet,  le  manque  de  dépense   physique  peut  être  source  de  maladies  (ex:  maladies  cardio-­‐vasculaires,  dépression)  et   un  terrain  propice  au  développement  du  stress.  Le  but  de  ce  mémoire  est  d’explorer  la   relation   entre   l’activité   physique   et   le   stress.   Mon   étude   a   recueilli   sufTisamment   d’évidences  pour  dire  que  l’activité  physique  est  perçue  comme  un  moyen  de  combattre   le  stress.  Comme  dans  les  études  de  Hobfoll  &  Lily  (1993)  et  W.  Ensel  &  N.  Lin  (2004),  j’ai   pu  constater  que  la  vigueur,  la  santé  et  l’estime  de  soi  sont  des  ressources  pour  s’adapter   et   faire   face   au   stress.   La   petite   corrélation   trouvée   entre   la   fréquence   d’activité   physique,  la  vigueur  et  les  symptômes   de  santé,  indique  que  l’activité  physique  est  un   moyen  d’adaptation  au  stress  professionnel  car  elle  permet  de  développer  les  ressources   de  santé  et  de  vigueur.  Il  conviendrait  pour  de  futures  recherches  sur  le  sujet  de  mettre   sur  pieds   un  protocole  d’étude  longitudinale  et  de  proposer   des  outils  d’évaluation  du   stress  plus  exhaustifs. Mots   Clés   :   stress  -­‐   activité  physique  -­‐   vigueur   -­‐   santé   -­‐  estime  de  soi   -­‐   ressources   -­‐   adaptation  -­‐  faire  face.
  • 4. 4 SOMMAIRE. INTRODUCTION p.  5 1.  LE  STRESS. p.  9 1.1  Origine:  Les  «  stresseurs  ». p.  9 1.2  Evaluation  cognitive  -­‐  Intégration  émotionnelle. p.  11 1.3  Déclenchement  neurologique  –  Réponse  stress  –  Organe  cible. p.  13 1.4  Adaptation  :  Une  question  de  ressources. p.  17 2. SUJET  DE  RECHERCHE  :  ACTIVITE  PHYSIQUE  ET  STRESS. p.  25 2.1  Hypothèses  et  méthodes  de  recherche. p.  25 2.2  Construction  de  l’outil  de  recherche. p.  28 2.3  Résultats. p.  34 2.3.1  Statistiques  descriptives. p.  34 2.3.2  Hypothèses  et  Corrélations. p.  36 2.4  Discussion. p.  39 1. CONCLUSION. p.  45 BIBLIOGRAPHIE p.47 ANNEXES p.  51
  • 5. 5 INTRODUCTION. La   notion   de   «   stress   »   existe   depuis   longtemps   dans   le   milieu   scientiTique   de   la   physique,  mais  ce  n’est  qu’en  1926  que  le  mot  est  apparu  dans  le  monde  médical  et  44   ans  plus  tard  dans  le  monde  du  travail  en  France.  Le  stress  en  terme  de  pathologie  a  eu   beaucoup  de  mal   à  être  reconnu  par  les  médecins  car  l’héritage  de  Louis   Pasteur   :  un   virus,   une  maladie,  un  remède,  avait  conditionné  le  raisonnement  du  corps  médical  et   celui-­‐ci   n’arrivait   pas   à   identiTier   le   problème.   C’est   un   étudiant   de   l’Université   de   Médecine  de  Prague,  Hans  Sleye,   qui  a  observé  pour  la  première  fois  que  des  individus   souffrant   de   diverses   affections   physiques   développaient   des   symptômes   communs   comme   la   perte   d’appétit,   perte   de   force   musculaire,   augmentation   de   la   tension   artérielle  et  perte  d’ambition.  Au  départ  il  qualiTia  cet  état  comme  le  syndrome  «  d’être   tout   simplement   malade   »   puis   il   emprunta   aux   sciences   physiques   le   terme   anglais   «  stress  »,   ce  qui  eu  pour  effet  de  créer  beaucoup  de  confusion  au  départ,   notamment   pour  la  traduction  de  ses  recherches,  car,  comme  nous  le  verrons  par  la  suite,  le  concept   de  «  stress  »  de  Sleye  est  dissocié  de  celui  de  la  physique.  Encore  à  ce  jour  le  terme  de   stress  est  loin  d’être  clair  pour  tout  le  monde,  tel  que  le  soulignait  Paul  Rosch1  (1986),   «  …  le  problème  c’est  que  certains  utilisent  le  mot  stress  pour  décrire  des  facteurs   de   perturbations   physiques   et   émotionnelles,   d’autres   pour   décrire   les   réponses   physiologiques  et  biochimiques  du  corps  et  d’autres  encore  pour  décrire  les  pathologies   qui  en  découlent  ».  En  résumé  et  avec  ironie,  on  pourrait  dire  que  le  stress  en  plus  d’être   ce  qu’il  est,  est  la  cause  de  ce  qu’il  est  et  le  résultat  de  ce  qu’il  est  …   Le  stress  est  un  sujet  auquel  on  ne  peut  plus  échapper,  il  est  devenu  un  enjeu  majeur  de   la   vie   professionnelle.   D’après   l’INRS2,   plus   d’un   salarié   européen   sur   cinq   déclarent   souffrir  de  troubles  de  santé  liés  au  stress.  Le  coût  du  stress  au  travail  serait  de  l’ordre   de  deux  à  trois  milliards  d’euros  par  an  en  France  (coût  des  soins,  arrêt  de  travail,  perte   1 George  S.  Everly,  Jr.  &  Jeffrey  M.  Lating.  A  Clinical  Guide  to  the  Treatment  of  the  Human  Stress  Response,   New  York,  Springer,  2013  page  27. 2 http://www.inrs.fr/accueil/risques/psychosociaux/stress.html
  • 6. 6 de   productivité   …   ).   Le   Bureau   International   du   Travail   identiTie   le   stress   au   travail   comme   un   des   enjeux   majeurs   pour   les   Gouvernements   et   les   Entreprises   des   pays   industrialisés  pour  les  années  à  venir  et  estime  son  coût  autour  de  3%  à  4%  du  PIB  de   ces  pays.  Dans  le  cadre  de  la  loi  sur  les  risques  psychosociaux  qui  oblige  tout  employeur   en  France  à  mettre  en  oeuvre  une  politique  de  prévention  des  risques  et  de  protéger  la   santé  physique  et  mentale  de  ses  employés,  l’accord  interprofessionnel  sur  la  prévention   du   stress   signé   le   2   juillet   2008   pose   les   obligations   de   l’employeur   en   matière   d'identiTication  et  de  prévention  du  stress  professionnel.  Pour  organiser  la  prévention  du   stress   professionnel,   l’employeur   doit   s’appuyer   sur   les   principes   généraux   de   prévention   donnés   par  la  loi   comme  l’adaptation  du  travail   à   l’homme   et   planiTier   la   prévention.  On  comprend  bien  la  démarche  d’adaptation  du  travail  à  l’homme  dans  les   travaux   manuels   ou   de   manutention   où   la   charge   de   contraintes   musculaires   et   physiques   est   de   nature   à   blesser  ou  provoquer   des   pathologies   chroniques   pouvant   mener   à   des   incapacités   de   travail   temporaires   ou   déTinitives.   Etudier   en   amont   l’environnement  de  travail  et  établir  un  plan  de  prévention  des  risques  semble  logique  et   pertinent  pour  ces  mêmes  métiers.   Mais  au  niveau  des  risques  psychosociaux  n’est-­‐on   pas  allé  trop  loin,  ou  tout  simplement  dans  la  mauvaise  direction,  notamment  quand  il   s’agit   du   stress   ?   Dans   une   économie   de   marché   et   dans   le   contexte   de  globalisation   actuel  peut-­‐on  encore  penser  que  les  Etats,  les  entreprises  ou  tout  simplement  l’homme   dirigent   l’économie   ?   N’a-­‐t-­‐on   pas   justement   créé   un   système   économique   dont   le   contrôle  nous  a  échappé  et  où  il   est  dorénavant  nécessaire  pour  nous  de  nous  adapter   car  l’inverse  n’est  plus  possible  ?  Est-­‐ce  que  la  prévention  du  stress   ne   passe   pas  par,   justement  adapter  l’homme  au  stress  et  donc  en  amont  aux  risques  psychosociaux  ?  Je   pense  qu’un  des  principaux  freins  de  la  population  actuelle  est  son  niveau  de  santé,  de   condition   physique   et   par   prolongement,   son   manque  d’activité   physique   qui   le  rend   vulnérable  au  stress.  Comme  le  constatent  G.S.  Everly  et  J.M.  Lating  dans  leur  ouvrage  «  A   Clinical   Guide  to   the   Treatment   of  the   Human   Stress   Response»   dans   le  chapitre   sur   l’exercice   physique   et   la   réponse   stress   (2013,   p.293)   et   en   reprenant   les   études   de   Chavat,  Dell  &  Folkow  (1964)  ou  encore  ceux  de  Kraus  &  Rabb  (1961),  l’homme  dans  son   développement   est   passé   d’un  «être   physique   à  un  être  pensant».   Nos   vies   modernes   offrent   peu   d’occasions   d’évacuer   stress,   frustrations   et   angoisses.   On   peut   vraisemblablement   penser   que   dans   le   passé   les   vies   actives   de   nos   ancêtres   leurs   fournissaient   sufTisamment   d’opportunités   d’évacuer   physiquement   frustrations   et    
  • 7. 7 angoisses.  Or  ce  besoin  semble  tellement  important  et  inscrit  dans  la  nature  de  l’homme   que  comme  le  suggèrent  Greenberg,   Dintiman  &  Myers-­‐Oakes   (1998)  ou  encore  Smith   (  2002),   le  manque   de   dépense  physique   peut  être   source  de   maladies   (ex:   maladies   cardio-­‐vasculaires,   dépression)   et   de   pathologies   (ex:   hypertension,   migraines,   lumbago),   que   Kraus   et   Rabb   (1961)   avaient   nommées   à   l’époque   «maladies   hypokinétiques».   Les  estimations  de  l’Organisation  Mondiale  de  la  Santé  en  2009  sont   que  30%  des  maladies   cardio-­‐vasculaires  sont   liées  au  manque  d’activité  physique,   ce   qui   correspond   à   moins   de   2,5   heures   d’exercices   modérés   par   semaine   ou   1   heure   d’efforts  vigoureux.   En  France,   32,6%  des   médicaments   vendus  sont  des   médicaments   psychotropes,  c’est  à  dire  pour  le  système  nerveux  (rapport  de  l’Agence  Nationale  de  la   Sécurité   du  Médicament   2012)   et   les   médicaments   pour   le   système   cardiovasculaire   représentent  la  plus  grande  part  du  CA   de  la  vente  de  médicaments  (17,3%).    Je  pense   qu’il  est  aujourd’hui  nécessaire  de  prendre  la  réTlexion  sur  le  stress  professionnel  dans   l’autre  sens,    repartir  de  l’individu  et  mesurer  sa  capacité  à  s’adapter  et  à  faire  face  à  la   situation.   Le  monde  du  travail  étant  de  plus   en  plus  instable  et   de  fait  de  plus  en  plus   compétitif,  la  capacité  d’adaptation  est  une  qualité  professionnelle  clé  aujourd’hui.   Le  but  de  ce  mémoire  est  d’explorer  la  relation  entre  l’activité  physique  et  le  stress.  Le   Professeur   en   neurosciences   D.   Wolpert3   dans   une   conférence   TED   en   juillet   2001,   indiquait  que  la  fonction  essentielle  et  principale  du  cerveau  est  de  créer  du  mouvement,   or  dans  une  société  et  un  monde  professionnel  de  plus  en  plus  confortables,  qui  incitent   à  de  plus  en  plus  de  sédentarité,  on  peut  se  demander  si  nous  ne  sommes  pas  en  train  de   cultiver   un   terrain   idéal   pour   le   développement   du   stress.   Je   pense   que   nous   avons   effectivement  un  travail  de  prévention  des  risques  psychosociaux,  notamment  au  niveau   du  stress,   à   mettre  en   place,   mais   je   pense   également   que   cette  prévention  passe   en   premier   par   un   travail   de   fond   qui   consiste   à   remettre   la   population   active   en   mouvement  grâce  à  une  activité  physique  régulière  de  manière  à  développer  le  niveau  de   condition  physique   de   la  population   et  par  extension,   leur  santé,   leur  vigueur   et   leur   estime  de  soi,  qui  sont  d’importantes  ressources  pour  faire  face  au  stress. Pour   éviter   toute   confusion   dans   la   lecture   de   ce   mémoire   et   pour   poser   des   bases   solides   pour   ma   recherche,   je   vais   dans   un   premier   temps   déTinir   et   expliquer   le   fonctionnement  du  stress.  Nous  verrons  ensemble  les  différentes  étapes  du  processus  et   3 www.ted.com - Daniel Wolpert, juillet 2011, Edinbourgh - Ecosse.
  • 8. 8 je  terminerai  avec  la  partie  «  adaptation  au  stress  »  qui  me  permettra  d’exposer  les  deux   grandes   théories   d’étude   du   stress.   Dans   un   deuxième   temps,   j’exposerai   mes   deux   hypothèses   de   recherches  ainsi   que   la  méthode  et  les  outils  de  recherches   utilisés.   Je   présenterai  également  une  analyse  des  données  et  les  résultats  obtenus.  Pour  terminer,   je  conclurai   avec  ce  que  mon  étude  a  pu  apporter  et  je  ferai   une  transcription  pour  le   monde   professionnel,   notamment   au   niveau   des   politiques   de   développement   des   ressources  humaines  en  rapport  avec  le  stress  dans  les  entreprises.
  • 9. 9 1.  LE  STRESS. 1.1  Origine:  Les  stresseurs. J’ai  repris  ci-­‐dessous  le  schéma  du  processus  du  stress  humain  (Fig.1.1)  du  livre  de  G.S.   Everly  et  J.M.  Lating4  pour  donner  une  vue  d’ensemble  du  phénomène  et  ainsi  expliquer   plus   facilement   son   fonctionnement.   En   partant   de   ce   schéma   nous   allons   voir   la   chronologie  des  différents  phénomènes  et  les  expliquer. Le  point  de  départ  dans  la  déTinition  du  stress  est  de  comprendre  que  le  stress  est  une   réponse  ou  une  réaction  à  un  ou  des  stimuli,  c’est  la  raison  pour  laquelle  vous  trouverez   parfois  dans  le  texte  l’expression  «  réponse  stress  »  quand  nous  aurons  le  besoin  d’être   précis.   Le   stimulus   qui   initie   une   réponse   stress   chez   une   personne   s’appelle   le   «   stresseur   ».   Celui-­‐ci   est   indépendant   de   la   personne   et   n’est   identiTié   comme   stresseur   que   s’il   provoque   une   réponse   stress.   Il   existe   deux   familles   de   stresseurs   4 A  Clinical  Guide  to  the  Treatment  of  the  Human  Stress  Response,  New  York,  Springer,  2013  page  46
  • 10. 10 (Girdano,   Dusek   &   Everly,   2009)   :   les   stresseurs     psychosociaux   et   les   stresseurs   biogéniques. Les   stresseurs   psychosociaux   sont   des   évènements   environnementaux   réels   ou   imaginaires  qui  déclenchent  une  réponse  stress.  Ce  n’est  pas  l’événement  qui  déclenche   le   stress   mais   le   processus   d’évaluation   cognitive   et   d’intégration   émotionnelle   de   l’individu  (Fig.1.1),   c’est  à  dire  l’interprétation  et   le  sens  donnés  à  l’événement  par  la   personne  concernée  (Elis,  1973  ;  Lazarus,  1966,  1991,  1999  ;  Lazarus  &  Folkman,  1984).   Selye  en  1947  avait  déjà  remarqué,  lors  de  ses  recherches,  que  ce  n’était  pas  la  situation   qui  comptait  mais  comment  l’individu  la  percevait  et  le  sens  qu’il  lui  donnait.  Ce  constat   est  mis  en  lumière  par  une  citation  du  philosophe  Grec   Epictète  :   «  Ce  qui  trouble  les   hommes,  ce  ne  sont  pas  les  choses,  ce  sont  les  jugements  qu’ils  portent  sur  les  choses  ».   Ainsi,  d’une  personne  à  une  autre,  une  même  situation  sera  perçue  comme  un  stresseur   ou  non.  L’expérience,  la  compétence,  l’environnement,  mais  aussi  la  personnalité  (  Cohen   &   Willis,   1985),   l’âge   ou   le   sexe   sont   autant   de   facteurs   qui   participeront   à   l’interprétation  cognitive  d’une  situation  et  donc  dans  l’identiTication  du  stresseur  et  du   degré  de  stress  provoqué.  Selon  la  théorie  de  l’interprétation  individuelle  de  Lazarus  et   Folkman   (1984),   les   stresseurs   vont   de   situations   irritantes   jusqu’à   des   évènements   catastrophiques,   toutefois   elles   ne   déclenchent   du   stress   qu’à   partir   du   moment   où   l’individu  les  analyse  comme  dépassant  ses  ressources  et  ses  capacités  d’adaptation.  Les   stresseurs  psychosociaux  peuvent  être  divisés  en  deux  catégories.  La  première    catégorie   regroupe  les  petits  événements  de  la  vie  qui  ont  un  effet  cumulatif  comme  être  en  retard,   casser   ses   lunettes   ou   tomber   en   panne   de   voiture.   Ils   sont   appelés   «   micro-­‐ évènements   »   (Coddington,   1972   ;   Holmes   &   Rahe,   1967).   La   seconde   catégorie   de   stresseurs,  appelée  «  macro-­‐évènements  »,  regroupe  tous  les  évènements  majeurs  de  la   vie  qui  génèrent  du  stress  comme  les  accidents,  les  problèmes  de  santé  et  dans  certaines   mesures,   les  tracas  de  la  vie  professionnelle  (  Derogatis,  1987  ;  Dohrenwend,  Krasnoff,   Ashkenasy,   1978).   Il   est   à   noter   que   la   plupart   des   stresseurs   sont   d’origine   psychosociale. Les   stresseurs   biogéniques,   provoquent   de   part   leur   nature   ou   leur   composition   chimique,  des  réponses  physiologiques  directes.   On  déTinit   généralement   ces  effets   de     sympathomimétiques  car  ils  produisent  des  réactions  similaires  à  celles  provoquées  par   le   système   nerveux   sympathique,   à   savoir   généralement   une   excitation   due   à   la  
  • 11. 11 libération   de   noradrénaline.   Dans   le   processus   du   stress,   les   stresseurs   biogéniques   agissent  directement  sur  les  mécanismes  de  déclenchement  neurologiques  (Fig.1.1),  les   étapes  d’évaluation  cognitive  et  d’intégration  émotionnelle  ne  jouent  aucun  rôle  ici.   On   retrouve   dans   cette   famille   de   stresseurs   des   produits   comme   la   caféine,   les   amphétamines,   le   ginseng,   la   nicotine,   etc.   Les   températures   extrêmes   ou   l’activité   physique  provoquent  également   des   effets   sympathomimétiques   et   peuvent   de   ce   fait   Tigurer  dans  les  deux  familles  de  stresseurs.   Par  exemple,  lire  sur  le  thermomètre  qu’il   fait  -­‐10°C  dehors  avant   de   sortir  se   promener  va  déclencher  une   réaction  stress   chez   certaines   personnes   avant   même   qu’elles   ne   soient   confrontées   à   cette   température.   L’information   donnée   par   le   thermomètre,   sera   ou   non,   un   stresseur   psychosocial   suivant   l’expérience   de   la   personne,   c’est   à   dire   si   elle   est   habituée   à   ce   genre   de   température  ou  si  elle  a  des  souvenirs  positifs,  négatifs  ou  sans  conséquence  du  froid.  En   revanche   une   fois   exposé   à   la   température   de   -­‐10°C,   tout   le   monde   déclenche   une   réaction  stress  qui  va  permettre  à  l’organisme  de  s’adapter  et  se  protéger  du  froid. 1.2  Evaluation  cognitive  -­  Intégration  émotionnelle. Comme   nous   l’avons   dit   précédemment,   la   plupart   des   stresseurs   sont   d’origine   psychosociale   d’où   le   rôle   prépondérant   de   l’évaluation   cognitive   et   l’intégration   émotionnelle,  les  étapes  2  et  3  dans  le  processus  du  stress  humain  (Tig.1.1).  L’évaluation   cognitive   renvoie   au   processus   d’interprétation   cognitif   qui   est   tout   simplement   la   manière  dont  on  perçoit   le   monde  au  fur  et   à  mesure  que   nous   le  découvrons.   Cette   étape   renvoie   à   l’expérience,   aux   connaissances   et   aux   savoir-­‐faire   de   l’individu.   L’intégration   émotionnelle   est   la   mise   en   relief   et   en   couleur   de   l’analyse   grâce   aux   émotions  provoquées  pendant  l’interprétation  cognitive.  C’est  la  combinaison  cognitive  -­‐   affective   qui   détermine   comment   le   stresseur   sera   perçu   et   de   fait,   si   le   stimulus   psychosocial  est  ou  non  un  stresseur.  Le  résultat  de  ce  processus  perceptif  est  personnel   et   affecté   par   les   prédispositions   biologiques,   les   caractéristiques   de   personnalité,   l’expérience  et  les  ressources  d’adaptation  disponibles  d’un  individu.    Plus  l’évaluation   conTirmera  que  le  stimulus  environnemental  est  dans  la  zone  de  confort  ou  de  maîtrise  
  • 12. 12 de  la  personne  moins  elle  aura  de  chances  de  déclencher  des  émotions  de  type  peur  ou   angoisse  et  moins  nous   aurons   de   chances   de  voir   apparaître  du  stress.   La   Tigure   1.1   montre   une   réciprocité   entre   l’évaluation   cognitive   et   l’intégration   émotionnelle   car   chacune   de   ces   étapes   inTlue   sur   l’autre.   De   nombreuses   études   conTirment   que   l’évaluation  cognitive  est  le  pilote  du  duo  et  que  c’est  la  cognition  qui  détermine  l’affect   (Gelhorn   &   LooTbourrow,   1963   ;   Arnold,   1970,   1984   ;   Lazarus,   1982,   1991   ;   Meichenbaum,  1985).  Comme  indiqué  dans  la  Tigure  1.1  c’est  donc  l’évaluation  cognitive   qui  entrera  en  jeu  en  premier  dans  l’analyse  du  stimulus  environnemental,   un  élément   qui   apporte  un  argument  de  choix  aux  projets  de  management  du  stress  et  surtout  de   formation  au  stress,  car  on  perçoit  instantanément  l’importance  de  l’expérience  et  des   compétences  de  l’individu  pour  modérer  sa  vulnérabilité  face  aux  diverses  sollicitations   de   l’environnement.   On   peut   facilement   imaginer   l’avantage   cognitif   que   possède   l’adulte,  qui  durant  son  enfance  a  connu  le  sport  en  compétition  ou  les  représentations   de  musique  par  exemple.   Soumis  très  tôt  aux  exigences  de  travail,   de  performance,   de   compétition   et   de   dépassement   de   soi,   l’enfant   va   développer   son   bagage   cognitif  et   affectif.   Le   principe  de  réciprocité  entre  l’évaluation  cognitive  et   l’intégration  émotionnelle  est   important   à   comprendre   car   les   variations   émotionnelles   induites   par   le   processus   cognitif  vont  avoir  un  impact  déterminant  sur  ce  dernier.  En  effet,   tant  que  le  stimulus   mobilise   peu   le   processus   cognitif,   l’affect   ne   sera   pas   déterminant   et   l’individu   n’en   distinguera   qu’une   impression   de   confort   ou   de   routine,   voire   d’ennui.   Dès   que   le   stimulus  sera  en  mesure  de  devenir  un  stresseur,  en  faisant  abstraction  à  ce  stade  de  la   qualité  du  stress  (bon  ou  mauvais),  l’intégration  émotionnelle  aura  une  incidence  directe   sur  l’évaluation  cognitive,  qui,  selon  les  émotions  intégrées  pourra  renforcer,  perturber   et   même   paralyser   le   processus   cognitif.   L’exemple   le   plus   fréquent   est   celui   du   sentiment   de   peur   qui   a   tendance   à   bloquer   le   processus   cognitif,   mais   il   existe   son   opposé,  le  sentiment  de  déTi  qui  aura  tendance  à  augmenter  l’intensité  du  processus.  Ce   qui  est  important  de  retenir,  c’est  qu’il  s’agit  d’une  boucle  sans  Tin  qui  s’auto-­alimente.  Si   le  processus  cognitif  bloque  :  on  observera  une  intégration  d’émotions  de  type  angoisse   qui  viendront  renforcer  le  blocage  cognitif  qui  viendra  à  son  tour  renforcer  l’angoisse  et   ainsi   de   suite.   Il   en   va  de   même  dans   le   sens   positif.   L’étape   cognitive   -­‐   affective   du   processus  de  stress  est  la  phase  causale  critique  dans  la  plupart  des  situations  de  stress.
  • 13. 13 1.3  Déclenchement  neurologique  –  Réponse  stress  –  Organe  cible. Suite  aux  processus  d’évaluation  cognitive  et  d’intégration  émotionnelle  survient  toute   une  série  de  mécanismes  physiologiques  sur  lesquels  l’individu  n’aura  plus  d’emprise.  A   ce   stade   le   stimulus   est   identiTié   comme   stresseur,   le   fait   qu’il   soit   psychosocial   ou   biogénique  n’a  plus  d’importance,  le  corps  est  en  train  de  réagir.   Le  stress  est  une  réaction  physiologique  qui  sert  de  médiateur  entre  le  stresseur  (source   externe)   et   l’organe   cible   (interne).   Par   exemple,   pour   une   personne   allergique   aux   piqûres  de  guêpe,  le  stresseur  sera  une  guêpe,  un  des  organes  cible  est  le  cœur  et  l’effet   sera   l’accélération   du   rythme   cardiaque.   La   réponse   stress   est   l’ensemble   des   mécanismes   physiologiques   qui   vont   provoquer   l’accélération   du   cœur   à   la   vue   de   l’insecte.   La   réaction   physiologique   permet   d’observer   le   lien   entre   le   stresseur   et   l’organe   cible,   il   va   s’exprimer   par   une   multitude   de   mécanismes   physiologiques   (Cannon,   1914   ;   Gobout,   2006   ;   Guenewald   &   Kemeney,   2007)   qu’on   répartit   en   3   catégories   :   neurologique,   neuroendocrinien   et   endocrinien.   Ces   mécanismes   aboutissent  à  l’excitation  des  organes  cibles. Pour  comprendre  cette  partie  du  processus  du  stress  humain,  il  faut  savoir  que  le  corps   est   soumis   à   deux   systèmes   de   contrôle   :   le   système   nerveux   (neurologique)   et   le   système  hormonal  (endocrinien).   Le   système   nerveux   est   le   point   central   de   la   réponse   stress.   Composé   de   nerfs   (neurones  et  synapses),  de  récepteurs  et  d’unités  motrices,  la  communication  se  fait  par   impulsions   électriques  (dans  les  nerfs)    et  diffusion  chimique  (acétylcholine  au  niveau   des  plaques  motrices),     ce  qui   le  rend  extrêmement   sensible  et   réactif  en  situation  de   stress.  Le  système  nerveux  se  divise  en  deux  systèmes  principaux  :  le  système  nerveux   central  (SNC)  et  le  système  nerveux  périphérique  (SNP).  La  Tigure  1.25  nous  donne  un   aperçu  de  cette  organisation. Le   SNC   est   composé   du  cerveau  et   de   la   moelle  épinière,   la   fonction   du   cerveau  est   généralement  connue,  par  contre  celle  de  la  moelle  épinière  reste  en  général  vague.  On   retiendra   simplement   que   le  cerveau  est   constitué   de   cinq  lobes,   qu’il   est  le  siège   de   5 Physiologie  du  sport  et  de  l’exercice,  3ème  édition,  De  Boeck  University,  Bruxelles,  2006  -­‐  page  51.
  • 14. 14 l’intellect,  des  fonctions  cognitives,  des  émotions,  des  cinq  sens  et  qu’il  gère  le  système   nerveux  périphérique,   les  mécanismes   neuro   endocriniens  et   endocriniens.   La   moelle   épinière  contient   plusieurs  millions  de   Tibres   nerveuses   et   se  trouve  être  le  principal   conducteur   de  l’inTlux   nerveux.     Outre  la  conduction  des   inTlux  nerveux  afférents   (en   direction   du   cerveau)   ou   efférents   (en   direction  des   récepteurs   nerveux),   ses   tâches   principales  consistent  à  exécuter  des  modèles  simples  de  posture  et  de  motricité  qui  ne   seront  pas  transmis  au  cerveau  :  les  réTlexes. Le   SNP   est  composé   d’une   partie  appelée   «   voies   sensitives   »   qui   a   pour   fonction   de   véhiculer  l’information  vers  le  cerveau  et  une  partie  «  voies  motrices  »  qui  distribue  les   informations  en  provenance  du  cerveau  aux  différentes  parties  du  corps.    Les  neurones   sensitifs   innervent   les   vaisseaux   sanguins   et   lymphatiques,   les   organes   internes,   les   organes  des  cinq  sens,  la  peau,  les  muscles  et  les  tendons,  et  diffusent  en  permanence  les   informations  sur  les  modiTications  que  subit  constamment  le  corps  vers  le  SNC.  Les  voies   motrices,  elles,  distribuent  dans  tout  le  corps  les  informations  envoyées  par  le  SNC  après   l’analyse  des  informations  parvenues  par  les  voies  sensitives.  Au  sein  des  voies  motrices  
  • 15. 15 on  trouve  un  autre  système   nerveux  très  particulier  qu’on  appelle  le  système  nerveux   autonome  ou  végétatif.  Celui-­‐ci  contrôle  tout  le  fonctionnement  interne  et  inconscient  de   notre   corps   et   n’est   pas   soumis   au   contrôle   de   notre   volonté.   Ce   système   nerveux   autonome   est   composé   de   deux   parties   antagonistes   qui   fonctionnent   toujours   ensemble  :  le  système  nerveux  sympathique  et  le  système  nerveux  parasympathique.  Le   tableau  16  ci-­‐dessous  résume  les  actions  des  deux  systèmes  nerveux. Le   système   nerveux   sympathique   est   prédominant   lorsque   notre   organisme   est   en   situation   d’alerte   (ex   :   stress,   exercice   physique),   il   produit   une   massive   décharge   à   travers  tout  le  corps  et  le  prépare  à  l’action.  C’est  notre  système  d’action  et  de  lutte.  Le   système   nerveux   parasympathique   est   exactement   l’inverse,   c’est   notre   système   de   défense  qui  est  surtout  actif  lorsque  nous  sommes  au  calme  ou  au  repos.  Il  joue  un  rôle   majeur   dans   le   maintien   des   conditions   d’homéostasie   du   corps.   Les   deux   systèmes   peuvent  être  vus  comme  l’accélérateur  (sympathique)  et  le  frein  (parasympathique)  sur   une   voiture   avec   le   conducteur   (SNC)   qui   actionne   l’un   ou   l’autre   en   fonction   des   besoins.   Il   est   important   de   retenir   que   le   système   nerveux   autonome   est   particulièrement  sollicité  et  efTicace  dans  le  cadre  des  réponses  stress  aiguës. L’organisme   subit   en   permanence   des   perturbations   et   des   modiTications   physiologiques  :  température  interne,   débit  d’énergie,  acidité,  déchets   métaboliques  et   bien   d’autres.   Il   est   essentiel   pour   sa   survie   que   le   corps   assure   en   permanence   un   équilibre   interne   sans   quoi   certains   organes   cesseraient  de   fonctionner.   Cet   équilibre   s’appelle  l’homéostasie.  Comme  nous  venons  de  le  voir  le  système  nerveux  joue  un  rôle   essentiel  dans  la  communication  interne  du  corps  mais  il  appartient  à  un  autre  système   d’assurer  le  maintien  de  l’homéostasie  :  le  système  endocrinien. Chaque   cellule   est   en   relation   avec   le  système   endocrinien  qui   enregistre  l’état  et   les   variations  internes  de  l’organisme.  Il  sécrète  des  hormones  qu’il  libère  dans  le  sang  pour   utiliser   le   réseau   sanguin   comme   moyen   de   communication.   Les   hormones   agissent   comme   des   signaux   chimiques   qui   exercent   un   contrôle   sur   l’activité   des   cellules,   organes  et  tissus  cibles.  Une  particularité  du  système  endocrinien  est  que  la  plupart  des   sécrétions  hormonales  fonctionnent  par  feed-­‐back  négatif.  La  sécrétion  d’une  hormone   entraine  des  modiTications  au  sein  des  cellules,  lesquelles  en  retour  inhibent  la  sécrétion   6 Physiologie  du  sport  et  de  l’exercice,  3ème  édition,  De  Boeck  University,  Bruxelles,  2006  -­‐  page  142.
  • 16. 16 de  l’hormone.  Dans  le  cadre  de  notre  recherche  il  n’est  pas  utile  d’approfondir  davantage   notre  exposé  du  système  endocrinien,   qui  reviendrait  à  exposer  l’anatomie  du  système   endocrinien  et  passer  en  revue  les  différentes  hormones,  leur  rôle  et  leur  organe  cible.   Ce  domaine  relève  de  la  médecine  ou  de  la  pharmacie  qui  ne  sont  pas  notre  sujet. Les   systèmes   nerveux   et   endocriniens   travaillent   en   synergie   pour   préserver   l’homéostasie,  les  fonctions  nerveuses  interviennent  immédiatement  avec  des  réponses   brèves  et  localisées  tandis  que  les  actions  du  système  endocrinien  sont  plus  lentes  avec   des  effets  plus  longs  et  généralisés.  Cannon  (1953),  Levi  (1972)  et  Mason  (1968,  1972)   parlent   d’un   mécanisme   neuroendocrinien   de   stress   en   réaction   à   divers   stimuli   psychosociaux   qu’ils   appellent   «   Tight   or   Tly   »   (combattre   ou   fuir).   La   théorie   qu’ils   avancent  est  que  face  à  une  menace  extérieure  l’homme  possède  un  réTlexe  archaïque  de   mise   en  tension   qui   prépare   à  l’action,   d’où   l’expression   «   Tight  or  Tly   ».   Il   s’agit   d’un   mécanisme   neuro   endocrinien   qui   excite   les   organes   cibles   en   vuE   d’une   activation   physique  de  défense  ou  d’attaque.  Leurs  recherches  ont  montré  que  cette  réponse  neuro   endocrinienne   pouvait  être  déclenchée  par   diverses  sollicitations  psychologiques  dont   les  stimuli  psychosociaux.  On  observe  les  effets  suivants  sur  une  personne  en  situation   de  «  Tight  or  Tly  »  :   -­‐ Augmentation  de  la  pression  artérielle -­‐ Augmentation  du  débit  cardiaque -­‐ Augmentation  du  tonus  musculaire,  notamment  des  muscles  de  posture -­‐ Augmentation  de  la  concentration  d’acides  gras,  triglycérides,   cholestérol   au   niveau  plasmatique -­‐ Réduction  du  Tlux  de  sang  vers  les  reins  et  le  système  gastro-­‐intestinal -­‐ Réduction  du  Tlux  de  sang  vers  la  peau La  réponse  stress  va  déclencher  des  réactions  brusques  au  niveau  des  organes  cibles  et   le   caractère   bénéTique   ou   pathologique   de   la   réponses   stress   sur   ces   organes   va   dépendre  des  ressources  et  des  capacités  d’adaptation  de  la  personne.  
  • 17. 17 1.4  Adaptation  :  Une  question  de  ressources. Nous  avons  identiTié  jusqu’à  présent  trois  étapes  dans   le  processus  du  stress  humain  :   l’évaluation   cognitive,   l’intégration   affective   et   la   réaction   physiologique.   Il   s’agit   maintenant  de  savoir  ce  que  l’individu  va  ou  peut  faire  de  tout  cela,  nous  arrivons  dans  la   troisième   étape   du   processus   qu’on   appelle   en   anglais   «   Coping   ».   Everly   et   Lating   (2012)7  déTinissent  le  «  coping  »  comme  étant  «  …  les  actions  et  les  efforts  psychiques   pour  gérer,  maîtriser,  supporter,  réduire  et  tolérer  les  sollicitations  environnementales  et   internes,  ainsi  que  les  conTlits  entre  eux,  qui  épuisent  ou  dépassent  les  ressources  d’un   individu   ».   Il   n’existe   pas   de   mot   équivalent   dans   la   langue   française,   la   meilleure   traduction  de  «   coping   »   est  d’associer  le   terme   «   adaptation   »  et   l’expression   «   faire   face   ».   A   ce  stade  du  processus   du  stress,   l’individu  va   évaluer   les  ressources   dont   il   dispose   pour  faire  face  au(x)  stresseur(s)  et  à  la  réponse  stress   pour   éviter   une  issue   pathologique.   7 A  Clinical  Guide  to  the  Treatment  of  the  Human  Stress  Response,  New  York,  Springer,  2013 p.489.
  • 18. 18 La  logique  derrière  les  différentes  théories  sur  le  «  coping  »  est  que  les  personnes  avec   les  plus  grandes  ressources  sont  les  plus  aptes  à  les  mobiliser  et  résister  aux  évènements   stressants.  Le  modèle  transactionnel  très  répandu  de  Lazarus  et  Folkman  (1984)  montre     que   lorsqu’un   individu   est   face   à   un   événement   stressant,   celui-­‐ci   évalue   la   situation   (première   évaluation)   puis   ses   ressources   pour   y   faire   face   (seconde   évaluation).   Si   l’individu  considère   la  situation  comme  stressante  et   ses   ressources   pour  y   faire   face   insufTisantes,   la  spirale  du  stress   s’enclenche.  Cette  approche  met  en  évidence  l’aspect   individuel   et   personnel   du   stress   et   place   l’individu   et   ses   ressources   physiques   et   cognitives   au  centre  du  problème.   Ainsi,   en  suivant   la  chronologie   de   la  Tigure  1.1  on   peut  constater  que    l’individu  va  mobiliser  deux  types  de  ressources  :  physiologiques  et   psychologiques.   Physiologiques   car   la  réponse  stress   a   activé  le  ou   les   organes   cibles   et    l’organisme   fonctionne   à   haut   régime.   On   observe   une   accélération   de   la   ventilation,   un   accroissement   de   la   tension   musculaire   (notamment   au   niveau   des   muscles   de   la   posture),  sueur,  augmentation  du  rythme  cardiaque,  dilatation  des  vaisseaux  sanguins  et   des  coronaires   cardiaques   et  diffusion  du  glucose  hépatique.   Le   problème  qui   se  pose   est  :  jusqu'à  quelle  intensité  et  pendant  combien  de  temps  l’individu  pourra-­‐t-­‐il  faire  face   à  la  réponse  stress  sans  que  cela  ne  devienne  pathologique  ?  La  ressource  en  question   est  la   capacité  physiologique  de  l’individu  à  faire  face  à  la  demande  déclenchée  par  la   réponse  stress,  ressource  que  l’on  pourrait  simplement  déTinir  comme  étant  son  niveau   de  condition  physique  ou  plus  simplement  encore,  l’état  de  santé  physique  de  l’individu.   Plusieurs  études  dont  celle  de  Cooper,   Gallman  et  Mc  Donald  (1986)  ont  mis   en  avant   qu’une   bonne  condition   physique   était  une   ressource  pour  faire  face  au  stress   et  que   celle-­‐ci  avait  un  effet  tampon  sur  la  réaction  stress.   Une  étude  menée  par   Gil   Luria  et   Amram  Torjman  (2008),  sur  386  nouvelles  recrues  de  l’armée  Israélienne,  participant  à   un  test  de  sélection  pour  intégrer  une  unité  spéciale,  a  permis  de  mettre  en  évidence  que   l’accroissement  des   niveaux  de  stress   durant   les  épreuves   de  sélection  (simulation  de   situations   de   défense   militaire),   était   plus   bas   chez   les   recrues   avec   une   meilleure   condition   physique.   Une   personne   avec   une   bonne   condition   physique   verra   ses   variables   physiologiques  évoluer  plus   faiblement  en  situation  de  stress,  son  organisme   sera  plus  apte  à  accepter  les  perturbations  de  l’homéostasie  (équilibre  interne  du  corps)     et  à  rétablir  les  valeurs  d’équilibre.  
  • 19. 19 L’étude  menée  par  G.  Luria  et  A.  Torjman    a  également  permis  de  trouver  une  corrélation   entre  les  ressources  psychologiques  des  recrues,  comme  la  personnalité  et  les  habiletés   cognitives,   et   leur   niveau   de   stress.   Dans   leur   étude,   la   ressource   «   personnalité   »   regroupait   les   éléments   d’estime   de   soi,   de   conTiance   en   soi,   de   contrôle   de   l’environnement   et   de   stabilité   émotionnelle.   Les   habiletés   cognitives   sont   des   ressources  qui  regroupent  les  compétences  mentales  qu’on  acquiert  et  qui  facilitent  les   processus   d’évaluation   cognitive   et   d’interprétation   affective.   Elles   permettent   d’optimiser   l’emploi   de   l’énergie   mentale.   La   gestion   du   temps,   la   représentation   mentale  ou  les   techniques   de  résolution   de   problèmes   sont   des   exemples   d’habiletés   cognitives.  Durant  leur  étude,  Luria  et  Torjman  ont  observé  que  les  recrues  avec  un  score   plus  élevé  au  test   de  personnalité  et   au   test  d’habiletés   cognitives,   témoignaient   d’un   niveau  de  stress  moins  élevé  au  début  de  l’étude,  avant  d’être  confrontées  aux  stresseurs   (les  épreuves  de  sélections).  Les  ressources  psychologiques  agissent  au  niveau  cognitif   et   affectif  avec  un  effet   modérateur  sur   le  déclenchement   de   la   réponse   stress   et   par   conséquent     temporisent   l’activation   des   organes   cibles.   Ainsi,   l’impact   physique   du   stress  sera  moins  important.  Il  faut  bien  comprendre  que  l’un  ne  va  pas  sans  l’autre.  Plus   l’organisme  se   fatiguera  physiologiquement,   plus  l’évaluation  cognitive  et  l’intégration   affective   seront   en   alerte.   Plus   l’analyse   de   l’environnement   sera   considérée   comme   stressante  et  plus  l’organisme  sera  activé  et  conduit  vers  la  fatigue  ou  la  rupture. La  limite  de  la  théorie  de  Lazarus  et  Folkman  est  qu’elle  ramène  le  problème  du  stress  à   l’échelle  de  l’individu  et  à  son  jugement  de  l’environnement,  laissant  peu  de  place  à  une   vision  globale  du  phénomène  de  stress  grandissant   dans  les  pays  industrialisés.    Dans   l’approche   de   Lazarus   et   Folkman   la   notion   de   ressources   est   réduite   aux   aspects   cognitifs,  affectifs  et  physiques  de  l’individu.  C’est  en  se  développant  soi  qu’on  développe   sa  résistance  au  stress. Une   autre   approche   du   stress,   appelée   en   anglais   COR   (Conservation   Of   Resources)   Theory,   est   devenue   au   cours   des   vingt   dernières   années   l’une   des   deux   principales   théories,   avec   celle   de   Lazarus   et   Folkman,   en   matière   de   stress   et   de   traumatismes   psychologiques.   Cette   théorie   plus   récente   et   plus   globale   de   conservation   des   ressources  (CDR,  traduction  française  de  COR),  développée  par  Hobfoll  &  Freedy  (1984),   reconnait   que   l’identiTication   du   stresseur   repose   sur   l’évaluation   et   l’interprétation   cognitive  de   l’individu,   comme  l’indiquent  Lazarus  et  Folkman.  Toutefois  la  théorie  de  
  • 20. 20 CDR   se  démarque   en  identiTiant  objectivement  des   ressources   qu’ont  en  commun   des   personnes   qui  partagent  un  même  environnement  ou  une  même  culture.   La  notion  de   ressources   dans   la   théorie   de   CDR   s’étend   aux   aspects   sociaux,   culturels,   Tinanciers,   professionnels  et  personnels  d’un  individu.   Hobfoll  &  Freedy  ont  adopté  une  approche   du  stress  qui  consiste  à  observer  davantage  l’environnement  de  l’individu  que  l’individu   lui-­‐même.  Ils  expliquent  que  le  stress  apparaît  dans  trois  situations  :  lorsque  l’individu   est  menacé  par  une  perte  de  ressources,  face  à  une  perte  de  ressources  et  devant  son   incapacité  à  regagner  ses  ressources  suite  à  leur  utilisation.  La  théorie  de  conservation   des   ressources   repose   sur   les   principes   que   l’homme   est   intrinsèquement   motivé   à   gagner   et   maintenir   les   ressources   auxquelles   il   attribue   de   la   valeur   et   que,   face   à   l’adversité,   il  va  mobiliser  toutes  les  ressources  qu’il   lui  reste  pour  faire  face  aux  déTis   qu’il   rencontre.   La   théorie   CDR   propose   un   schéma   global   des   mécanismes   psychosociaux  du  stress  qui  permet  d’entrevoir  comment  anticiper,  traiter  ou  renforcer   les   phénomènes   de   stress.   Pour   Hobfoll   (2010),   les   situations   de   stress   sont   des   éléments  centraux  de  la  vie  d’une  personne.  Pour  lui,  même  en-­‐dehors  des  situations  de   stress,  l’individu  a  conscience  que  de  futurs  déTis  et  situations  de  stress  sont  à  venir,  ce   qui   fait   que   l’homme   est   instinctivement   préparé   physiologiquement,   socialement,   mentalement   et   culturellement   à   affronter   ses   déTis   passés,   présents   et   à   venir.   Contrairement  à  d’autres  théories,  celle  sur  la  CDR  s’intéresse  aux  cycles  de  perte  et  de   gain   de   ressources   et   insiste   sur   le   fait   que   c’est   l’étude   des   deux   qui   permet   de   comprendre  comment  l’individu  réagit  au  stress  et  d’évaluer  sa  capacité  de  résistance.   La   théorie   de   CDR   part   du   principe   initial   que   l’homme   lutte   pour   gagner,   retenir,   favoriser  et  protéger  ce  à  quoi  il  attribue  fondamentalement  de  la  valeur.  Ce  principe  met   en  avant  le  fait  que  l’homme  emploiera  des  ressources   clé  pour  se  réguler,   s’organiser   socialement,   s’intégrer   dans   les   contextes   organisationnels   et   culturels.   L’emploi   du   terme  «lutte»,   suggère  que  lutter  est   non  seulement  la  réponse   naturelle  de  l’homme,   mais  également  la  source  de    la  plupart  de  ses  comportements.  Hobfoll8  précise  que  ce  à   quoi  les   individus  attribuent   fondamentalement  de  la  valeur   est   universel  et  regroupe   les   éléments   comme   la  santé,  le  bien-­‐être,   la  paix,   la  famille,   la  préservation  de  soi  et   l’image  de  soi,   même  si  cette  dernière  est  fortement  culturelle.   En  résumé,   même  si  la   psychologie  met  l’accent  sur  les  différences  entre  chaque  individu,   dans  l’ensemble,  les   8 Conservation  of  Resources  Theory:  Its  Implication  for  Stress,  Health,  and  Resilience,  The  Oxford  Handbook   of  Stress,  Health,  and  Coping,  Oxford  University  Press,  USA,  30    Novembre  2010,  Chapitre  7,  p128.
  • 21. 21 comportements  sont  prévisibles  selon  la  biologie  de  l’individu,  le  contexte  dans  lequel  il   se  trouve  et  les  rôles  qui  existent  dans  son  contexte  culturel.  La  théorie  de  CDR  propose   plusieurs   principes  clé  soutenus   par  de  nombreuses  études  au  cours  des  25  dernières   années  (Hobfoll,  1988,  1989,  1998,  2001;  Hobfoll  &  Lily,  1993).   Le  premier  principe  clé  est  que  la  perte  de  ressources  est  plus  saillante  que  le  gain  de   ressources.   On   entend   par   ressource   ce   qui   est   d’ordre   matériel   (voiture,   maison...),   social   (emploi,   situation   de   famille...)   et   personnel   (revenus,   connaissances,   compétences...).  Par  exemple  la  peur  de  perdre  son  travail  sera  davantage  génératrice  de   stress  que  le  déTi  ou    l’adversité  rencontrés  pour  accéder  à  un  poste  supérieur.  La  perte   de  ressources  sera  visible,   mesurable  et  affectera  directement  et  instantanément  la  vie   de  la  personne.  A  contrario,  le  poste  supérieur  synonyme  d’un  gain  de  ressources  sera   source  de  nouvelles  perspectives  ou   d’une  plus  grande   sécurité  mais   sera   de  fait   plus   progressif   et   moins   direct.   Ce   principe  de   la   théorie  de   CDR   met   en   évidence  que   la   résistance  au  stress  d’un  individu  s’appuie  sur   ses   ressources  objectives    déterminées   par  la  nature  de  la  perte.  Dans  notre  exemple  de  perte  d’emploi,  un  individu  témoignera   d’une  résistance  au  stress  à  la  hauteur  des  ressources  dont  il  dispose  pour  retrouver  un   poste   (réseau   professionnel,   compétences...)  et   de   ses   économies   pour   faire   face  à   la   période   potentielle   de   perte   de   revenus.   En   résumé,   d’après   la   théorie   de   CDR   les   situations   de  perte  de  ressources   étant   davantage  vecteurs  de  stress,   la  résistance   au   stress  d’un  individu  se  mesure  aux  ressources  dont  il  dispose  pour  faire  directement  face   à  la  perte.  Hobfoll  met  en  avant  le  fait  que  les  solutions  de  résistance  au  stress  doivent   avant    tout  être  des  solutions  qui  permettent  de  compenser  la  perte  de  ressources.  Les   techniques  de  lâcher  prise,  de  psychologie  positive  ou  de  gestion  du  stress  ont  très  peu   de  portée  dans   la  vie  réelle  tant  que  la  perte  de  ressources   en  elle  même  n’a  pas   été   régulée.   Le  second  principe  clé  de  la  théorie  de  CDR  est  que  l’homme  doit  investir  des  ressources   pour  se  prémunir  contre  la   perte  de  ressources,  pour  récupérer  de  ses  pertes   et   pour   gagner   des   ressources.   Ce   principe   met   en   avant   le   côté   pro-­‐actif  que   l’individu   doit   adopter  face  à  la  vie,  le  stress  et  ses  ressources.  En  clair,  «on  a  rien  sans  rien»,  c’est  en   s’impliquant  et  en  mettant  de  l’énergie  que  l’on  développe  et  capitalise  ses  ressources.     Ce  n’est  pas  simplement  la  famille  qui  élève  ses  enfants  mais  tout  le  tissu  social  autour  :   école,   associations   sportives   ou  culturelles,   amis,   etc.   Les   efforts   et   le   temps   investi   à  
  • 22. 22 tisser  son  réseau  social,  choisir  son  lieu  de  vie,  entretenir  sa  santé  ou  encore  développer   ses  connaissances  sont  des  moyens  d’augmenter  ses  ressources  et  donc  de  renforcer  sa   résistance   au   stress.   Cependant   ce   principe   d’investissement   des   ressources   met   en   lumière  l’inégalité  et   le  déterminisme  social  qui  existent  entre  les  personnes  face  à  la   perte  et  au  gain  de  ressources.  L’idée  de  fond  de  ce  principe  est  que  plus  on  dispose  de   ressources,  moins  on  est  vulnérable  face  à  la  perte  de  ressources  et  plus  on  est  capable   d’en  gagner.  Aux  Etats  Unis  par  exemple,  plus  de  80%  des  richesses  se  transmettent  par   héritage  si   on  prend  en   compte  les   transferts   de  son  vivant,   et  une  grande   partie   du   restant  est  lié  au  capital  culturel  (Kalmijn  &  Kraaykamp,  1996).    Gallo  et  Mathew  (2003)   mettent  en  évidence  une  corrélation  entre  le  niveau  de  ressources  d’une  personne  et  sa   classe  sociale.  Les  classes  sociales  plus  défavorisées  bénéTiciant  de  moins  de  ressources   pour  lutter   contre   le   stress,   rencontrent   plus   de   situations   de  stress   et   seront   moins   enclines   à   gagner   des   ressources.   Ainsi,   selon   son   capital   de   ressources   initiales,   l’investissement   et   l’énergie   consacrés   à   développer   ses   ressources   ne   seront   pas   les   mêmes.  On  voit  bien  dans  ce  principe  que  la  résistance  au  stress  d’un  individu  dépendra   de  sa  capacité  à  s’engager  dans  le  gain  de  ressources  en  fonction  de  ses  ressources  de   départ. Le   troisième   principe  clé  de  la   théorie  de  CDR   peut   paraître  paradoxal  car   il  explique   que  ,  bien  que  la  perte  de  ressources  soit  plus  saillante  que  le  gain,  l’effet  de  gain  est  plus   visible  et  effectif  dans   des   circonstances   de  pertes   de   ressources.   Dit  autrement,   c’est   sous  stress  que  l’on  construit  sa  résistance  au  stress,  que  l’on  identiTie  et  évalue  le  mieux   ses  ressources  et  ses  gains  en  ressources.  Ce  principe  met  en  lumière  une  des  qualités   fondamentales   nécessaires   à  la   survie  des   espèces   :   l’adaptation.   Or   les   phénomènes   d'adaptation  ne  se  produisent  que  face  à  des  difTicultés.  L’entraînement  sportif  consiste  à   stratégiquement  faire  perdre  certaines  ressources  aux  athlètes  pour  qu’ils  réagissent  et   se  reconstruisent  plus  forts,  l’enseignement  scolaire  consiste  à  pédagogiquement  tester   les   ressources   intellectuelles   des  élèves   par   des   situations   à  résolution   de   problèmes   pour  leur  permettre  de  gagner  en  connaissances  et  en  compétences.  L’autre  explication   apportée  par  Hobfoll  sur  ce  principe,  est  liée  au  principe  d’engagement.  En  situation  de   perte   de   ressources,   l’individu   va   devoir   mobiliser   son   attention   et   ses   ressources   restantes  pour  renverser  la  tendance.  Ainsi,  la  moindre  situation  ou  élément  de  gain  sera   perceptible,   et,   ce   qui   en   temps   normal   serait   passé   inaperçu   ou   considéré   comme   normal  peut  rapidement  devenir  une  ligne  de  vie.  
  • 23. 23 Ce  qui  nous  intéresse  dans  la  théorie  de  CDR   est  qu’elle  évalue  le  niveau  de  gain  et  de   perte  de  ressources  pour  estimer  le  niveau  de  détresse  psychologique  et  de  pathologie   liées  au  stress.  L’évaluation  se  fait  à  partir  d’une  liste  de  74  éléments  qui  constituent  des   ressources  considérées  comme  importantes  et  partagées  par  tous.  Lors  de  la  lecture  de   cette   liste  les  personnes   doivent   évaluer   la  perte,   la   menace   de   perte  ou  le  gain   pour   chacun  de  ces  éléments  au  cours  des  six  derniers  mois.   Cette  liste  a  été  établie  à  partir   d’une  étude  sur  différents  groupes  témoins  (Hobfoll  &  Lily,  1993).  On  retrouve  dans  cette   liste  les  ressources9  concernées  par  mon  étude  :  endurance,   vigueur,  santé,   sommeil  et   surtout  treize  éléments  faisant  référence  à  l’estime  de  soi. L’estime  de  soi  semble  être  un  élément  important  dans  la  gestion  du  stress,  W.M.  Ensel  et   Nan  Lin  (2004)  dans  leur  étude  sur  la  condition  physique  et  le  fonctionnement  du  stress,   trouvent  une  corrélation  importante  (0,724)  entre  l’estime  de  soi  et  la  dépression.  Ce  qui     me  semble  important  dans  l’estime  de  soi,  au-­‐delà  d’être  une  ressource  pour  faire  face   au  stress,  ce  sont  les  éléments  qui  permettent  de  construire  l’estime  de  soi  pour  en  faire   une  ressource  face  au  stress.  Dans  mon  étude  je  m’attacherai  à  regarder  les  relations  qui   existent  entre  la  santé,  la  vigueur,  l’activité  physique  et  l’estime  de  soi.  W.M.  Ensel  et  Nan   Lin  (2004)  indiquaient  dans  leur  conclusion  que  l’exercice  physique,  en  plus  d’être  à  la   source  du  développement  de  la  condition  physique,  contribuait  à  la  construction  de  la   valeur  personnelle  et  de  l’estime  de  soi.  Ils  avaient  trouvé  dans  leur  étude  que  l’activité   physique  contribuait  à  la  santé  et  au  bien-­‐être  physique  des  personnes  mais  en  même   temps   semblait   avoir  un  potentiel  à   aider   indirectement  les   personnes   à  faire  face   au   stress  grâce  à  un  gain  de  ressources  psychologiques,  notamment  l’estime  de  soi. Quand  on  étudie  les  ressources  et  les  moyens  de  faire  face  au  stress  on  trouve  quelques   études   portant   sur  la   relation  entre  l’activité   physique   et   la   résistance  au  stress.   Tout   d’abord  on  observe  que  l’activité  physique  aurait  un  effet  tampon  sur  la  réponse  stress,   c’est   à   dire   sur   les   réactions   physiologiques   provoquées   par   le   stresseur.   Une   étude   menée  sur  des  policiers  Suisses  et  le  personnel  des  urgences  (M.  Gerber,  M.  Kellmann,  T.   Hartmann,   U.   Pûhse,   2010)   a   permis   de   mettre   en   évidence   que   l’activité   physique   régulière  et  d’intensité  moyenne  avait  un  effet  tampon  sur  la  réponse  stress.  Les  sujets   qui   pratiquaient   une   activité   physique  et   de   moyenne  intensité   reportaient   moins   de   9 Conservation  of  Resources  Theory:  Its  Implication  for  Stress,  Health,  and  Resilience,  The  Oxford  Handbook   of  Stress,  Health,  and  Coping,  Oxford  University  Press,  USA,  30    Novembre  2010,  Chapitre  7, p.145 - 147.
  • 24. 24 symptômes   physiques   et   psychologiques   liés   au   stress.   Ce   qui   était   d’autant   plus   intéressant   dans   cette   étude,   c’était   l’importance   de   l’activité   physique   au-­‐delà   de   la   condition  physique.  Leur  étude  démontrait  que  l’activité  physique  avait  un  effet  tampon   sur  le  stress  plus  important  que  celui  d’être  en  bonne  condition  physique.   Ce  qui  nous   ramène  à  notre  chapitre  sur  la  réponse  stress  et  le  réTlexe  de  «Tight  or  Tly».  L’effet  tampon   de  l’activité  physique  se  justiTie  par  trois  arguments.  Tout  d’abord  les  efforts  de  longue   durée  de  type  aérobie  ont  pour  effet  de  réduire  l’amplitude  de  l’excitation  physiologique   (fréquence  cardiaque,  tension  musculaire,  transpiration...)  induite  par  la  réponse  stress.   L’entraînement  en  endurance  renforce  le  pouvoir  du  système  nerveux  parasympathique   qui   a  un  effet  modérateur  sur  l’organisme.   Ensuite  l’activité  physique  va  permettre  de   décharger   l'énergie   et   les   tensions   provoquées   par   la   réponse   stress.   L’activité   musculaire  va   permettre  au  corps  d’aller  au  bout   de   sa  mise  en  éveil   et  par  exemple   consommer   les   acides   gras   libérés   au   niveau   sanguin   et   éviter   à   long   terme   des   problèmes   coronariens.   Pour  terminer,   que  ce   soit   pendant   ou  après  une   situation  de   stress,  l’activité  physique  permet  d’aboutir  à  un  état  de  relaxation  lié  à  la  fatigue  induite   par  cette  dernière.  C’est  par  cet  état  de  relaxation  que  le  corps  va  récupérer.  Une  étude   menée  par  de  Vries  et  Adam  (1972)  montre  qu’une  activité  physique  de  quinze  minutes   à  une  intensité  de  cent   battements   cardiaques  par  minute  permettait  un  relâchement   musculaire  plus  important  qu’avec  des  médicaments  tranquillisants.   K.J.  Lovelace  et  al  (2007)  ont  publié  dans  la  Human  Resource  Management  Review  un   article  sur  le  stress  professionnel  et  le  développement  du  leadership.  Un  des  arguments   développé   dans   leur   article  était   la   nécessité   de   développer   et   entretenir   une   bonne   condition  physique  car  c’est  une  clé  essentielle  du  leadership  dans  les  métiers  à  fortes   sollicitations.  Les  leaders  et  managers  sont   soumis   à  de  fortes   contraintes  et   rythmes   professionnels,   avoir   une   bonne   condition  physique   est   très   important   pour   pouvoir   récupérer  et  se  régénérer  physiquement  et  psychologiquement.  Ils  ont  pu  observer  que   des  leaders   physiquement   en  forme  et   vigoureux  étaient   plus   endurants,   résistants  et   concentrés  dans  leurs  projets.  
  • 25. 25 1. SUJET  DE  RECHERCHE  :  ACTIVITE  PHYSIQUE  ET  STRESS. 2.1  Hypothèses  et  méthodes  de  recherche Au  regard  des  différentes   recherches  effectuées  sur   le  stress,   la  condition   physique  et   l’activité  physique   et   devant  la   faible  documentation   en  français,   j’ai   voulu  étudier  les   effets  de  l’activité  physique  en  tant  que  ressource  face  au  stress   dans  le  cadre  culturel   français.  Comme  le  suggère  Hobfoll   dans  sa   théorie  de   CDR,  il  est  important   d’étudier   l’individu  dans  son  environnement  pour  identiTier  les  situations  de  pertes,  de  menaces   de  pertes  ou  de  gains  de  ressources.  La  majorité  des  recherches  sur  le  stress  ayant  été   effectuées  aux  U.S.  on  peut  s’attendre  à  des  différences  dans  un  autre  contexte  culturel.   Ayant   accès   à   plus   de   4000  personnes   grâce   aux   clubs   de   Titness   que   je   possède   et   disposant  de  personnel  qualiTié  pour  mettre  sur  pied  des  tests  de  condition  physique,  j’ai   décidé   de   conduire   une   étude   quantitative   sur   l’activité   physique   et   l’adaptation   au   stress.  La  Tigure  ci-­‐dessous  donne  un  aperçu  de  mon  raisonnement  et  du  chemin  d’étude   de  mon  enquête.
  • 26. 26 Hypothèse  1:  L’activité  physique  est  un  moyen  de  faire  face  au  stress  (Coping). Pour  répondre  à  cette  hypothèse  j’ai  abordé  la  question  de  deux  manières.  Tout  d’abord   j’ai  voulu  savoir  dans  quelle  mesure  les  participants  à  l’enquête  trouvaient  le  sport  utile   quand   il   leur   arrivait   d’être   frustrés,   tendus   ou   stressés   au   travail.   J’ai   intégré   des   questions  sur  l’inTluence  de  la  pratique  du  sport  par  rapport  à  des  situations  de  ressenti   de  stress  au  travail.  Les  participants  à  l’enquête  devaient  répondre  selon  une  échelle  de   perception  allant  de  «Fortement  en  désaccord»  à  «tout  à  fait  d’accord».  Cette  première   série   de   questions   me   permettait   de   savoir   si   les   personnes   considéraient   l’activité   physique  comme  un  moyen  de  faire  face  au  stress  (Coping).   Ensuite  pour  établir  l'existence  d’un  lien  direct  entre  l’activité  physique  et  l’adaptation   au  stress,   j’ai   cherché  à   comparer   la  fréquence  d’activité  physique  des  participants   et   leur   niveau   de   stress   perçu  au   travail.   J’ai   demandé   aux   participants   d’indiquer   avec   quelle   fréquence   ils   faisaient   du   sport   par   semaine   ou   par   mois   et   j’ai   intégré   le   questionnaire  de  l'échelle  de  stress  perçu  de  Sheldon  Cohen.  J’ai  choisi  d’utiliser  l'échelle   de  perception  du  stress   (EPS)  de  Sheldon  Cohen  (1983)  car  c’est  l’outil  psychologique   d’évaluation  du  stress  perçu  le  plus  répandu.  Ce  questionnaire  permet   d’évaluer  dans   quelle   mesure   les   situations   de   la   vie   d’une   personne   lui   apparaissent   comme   stressantes.  Les  questions  sont  étudiées  pour  mettre  en  évidence  à  quel  point  les  sujets   trouvent  leur  vie  imprévisible,  incontrôlable  et  surchargée.  L’EPS  a  été  étudiée  pour  être   utilisée   à   grande   échelle   et   par   un   public   avec   un   niveau   d’étude   secondaire.   Les   questions  sont  simples  à  comprendre  et  font  référence  à  des  pensées,  des  sentiments  et   des   sensations   que   les   personnes   ont   pu   avoir   au   cours   du   dernier   mois.   Chaque   personne   répond  en   indiquant   la   fréquence  avec  laquelle   elle  a   ressenti   telle   ou  telle   sensation.   En   croisant   le   score   EPS   des   participants   avec   leur   fréquence   d’activité   physique  je  pourrai  déterminer  s’il  existe  une  corrélation  entre  la  pratique  sportive  et  le   niveau  de  stress  des  pratiquants.   Hypothèse   2  :   L’activité   physique   est  un  moyen  d’adaptation  au   stress  professionnel  car   elle   permet   de   développer   les   ressources   de   condition   physique,   de   santé,   de   vigueur   et   d’estime  de  soi.  
  • 27. 27 Cette  deuxième  hypothèse  avance  l’idée  que  l’activité  physique  joue  un  rôle  dans  le  gain   de  ressources   pour  s’adapter  et  faire  face  au  stress.   J’ai   choisi   d’étudier  les   ressources   comme  la  condition  physique,  la  santé,  la  vigueur  et  l’estime  de  soi  en  rapport  avec   le   niveau   de   stress   perçu  des   personnes   (évalué   pour   l’hypothèse   1)   et   leur   fréquence   d’activité  physique.  Le  choix  de  ces  ressources  est  lié  au  fait  qu’elles  interagissent  entre-­‐ elles.  La  première  (condition  physique)  est  objectivement    mesurable  et  les  trois  autres   sont  évaluables  à  la  perception  des  individus.  Au  regard  de  la  théorie  de  CDR   et  de  la   théorie   transactionnelle   sur   le   stress   de   Lazarus   et   Folkman,   mon   intuition   me   fait   penser   que   les   ressources   subjectives   et   identiTiées   dans   la   liste   des   74   ressources   comme  la  santé,  la  vigueur  et  l’estime  de  soi  risquent  d’être  plus  parlantes  en  terme  de   ressources  pour  les  participants  à  l’enquête  et  risquent  d’être  en  plus  étroite  corrélation   avec   leur   niveau   de   stress   perçu.   Cependant   je   pense   qu’il   est   essentiel   d’avoir   une   mesure   objective   de   la   condition   physique   pour   tenter   de   distinguer   une   ressource   tangible  liée  à  l’activité  physique  pour   avoir  un  élément  de  contrôle  sur  la  perception   subjective  des  participants  à  l’étude. Il   semble   logique   qu’une   personne   en   bonne   condition   physique   ait   des   ressources   physiologiques  plus  importantes  pour  faire  face  à  la  réponse  stress   et  par  conséquent   soit  plus  résistante  au  stress   qu’une  personne   avec   une  mauvaise   condition  physique.   Mes  recherches  ne  m’ont  pas  permis  de  trouver  une  étude  faite  sur  la  population  active   avec   au   préalable   une   évaluation   de   terrain   de   leur   condition   physique.   On   trouve   plusieurs   études   conduites   sur   des   militaires   avec   des   tests   physiques   réels   ou   des   études  sur  des  populations  actives  avec  une  auto-­‐évaluation  subjective  de  leur  condition   physique.  Or  le  cadre  militaire  est  un  cadre  exceptionnel  très  éloigné  de  la  vie  courante,   il   existe  dans   la   plupart  des  cas   une   sélection  par   des   tests  physiques   à   l’entrée  et   le   milieu  lui-­‐même   est   très   orienté   au  niveau   psychosocial.   Ensuite  on  peut   se   poser   la   question  de   la  Tiabilité  des  questionnaires  d’auto-­‐évaluation   de   la   condition  physique   qu’on  retrouve  dans  les  études  de  stress  sur  la  population  active.  Une  étude  récente  de   l’INSEP   (1993)   révèle   qu’il   existe   très   peu   de   corrélation   entre   la   perception   d’un   individu  de  sa  condition  physique  et  les  valeurs  mesurées  sur  le  terrain.  Pour  toutes  ces   raisons  j’ai  choisi  de  travailler  sur  une  population  active  dont  je  mesurerai  la  condition   physique  au  préalable  sur   le  terrain   pour   m’assurer  de  l’objectivité   et  la  Tiabilité   des   niveaux  de  condition  physique  des  participants.  
  • 28. 28 2.2  Construction  de  l’outil  de  recherche. Pour  construire  l’évaluation  de  terrain  nous  avons  pris  en  compte  plusieurs  paramètres.   Tout  d’abord  la  pertinence  des  qualités  physiques  à  évaluer.  Mes  études  universitaires  en   STAPS   (Sciences   et  Techniques  des  Activités   Physiques   et  Sportives)  m’ont   appris   que   l’endurance  était  la  qualité  physique  essentielle  et  prioritaire  pour  être  en  bonne  santé   et   pour   développer   une   condition   physique   générale   solide.   Loren   E.   Falkenberg   de   l’Université  de  Calgary  a  publié  dans    «  Academy  of  Management    Review  »  (1987)  un   article  dans  lequel  elle  évoque  le  fait  que  l’exercice  physique  aérobie  (entrainement  en   endurance)   permet   de   réduire   sur   le   long   terme   la   réponse   stress   au   niveau   physiologique10.  Une  étude  de  Brown  (1996)  révèle  qu’une  évaluation  objective  et  Tiable   d’une   bonne   condition   physique   aérobie   (endurance)   a   un   effet   déterminant   sur   la   relation  stress/maladie.  La  Tilière  aérobie  est  la  principale  source  d’énergie  du  corps,  son   bon  fonctionnement  repose  sur  l’efTicacité  des  systèmes  cardio-­‐vasculaire,  circulatoire,   ventilatoire,   endocrinien   et   neuro   endocrinien,   ce   qui   en   fait   un   élément   central   à   évaluer  pour  notre  étude  sur  le  stress.   La  souplesse,  notamment  en  fermeture  (capacité  à  rapprocher  le  buste  des  jambes),  est   une  autre  qualité  physique  qu’il  semblait  essentiel  d’évaluer.  Comme  l’indique  Loren  E.   Falkenberg   (1987)   dans   son   article,   la   réponse   stress   provoque   des   tensions   musculaires,   ceux-­‐ci   ont   pour  effet   de   provoquer   à  terme   une  raideur   musculaire  qui   conduit   sur   le   long   terme   à   des   dysfonctionnements   musculaires   et   articulaires   pathologiques.  La  position  assise  prolongée  provoque  à  terme  un  raccourcissement  des   ischios   jambiers   si   celle-­‐ci   n’est   pas   compensée,   ce   qui   conduit   à   des   pathologies   au   niveau   du   rachis.   Ainsi   une   évaluation   de   la   souplesse   nous   indiquera   la   tension   musculaire   existante   chez   un   individu   et   sa   capacité   à   s’adapter   aux   contraintes   de   l’environnement.  Une  chaise  de  bureau  trop  haute  ou  un  bureau  trop  bas  ne  seront  pas   des  sources  de  stress  chez  un  individu  souple,  de  même  que  de  longs  déplacements  en   voiture   par   exemple.     Ce   qui   est   d’autant   plus   intéressant,   c’est   que   la   souplesse   10 Employee  Fitness  Programs:  Their  Impact  on  the  Employee  and  the  Organization,  The  Academy  of   Management  Review,  Vol.  12,  No.  3  (Jul.,  1987)  p.512.