Chapitre 1. GENERALITES SUR L’ORGANISATION SCIENTIFIQUE DU
TRAVAIL DANS LE GENIE CIVIL
1. La construction comme phénomène ...
psychologie du travail, la psychologie technique ou psychologie de l’ingénieur, l’ergonomie. La
psychologie du travail est...
Etude technique et organisation des travaux : l’ingénieur conseil, l’entrepreneur, le maître d’œuvre, le
géomètre, le cond...
4.3. Le personnel de maîtrise
L’architecte - urbaniste:
- veille à l’application des lois de modalités de la construction ...
- supervise, dirige et surveille les chefs de chantiers;
- entretient des rapports avec les bureaux d’étude et les clients...
- les plans d’exécution des travaux indiquant les surfaces, volumes, hauteurs, détails des
alimentations en eau, des évacu...
appel
d’offre
soumission
attribution
Ainsi, un marché de travaux définit le cadre d’un contrat passé entre deux personnes ...
Le Cahier des Prescriptions (ou Clauses) Techniques Générales (CPTG ou CCTG) définit les
conditions techniques de réalisat...
définis dans sa doctrine sont considérés comme les règles fondamentales de l’organisation rationnelle du
travail.
Les six ...
personnel (intérêt); la centralisation; la hiérarchie; l’ordre; l’équité; la stabilité du principe; l’initiative;
l’union ...
- contrôle constant;
- réduction des dépenses indirectes;
- mécanisation des travaux et optimisation du système « homme - ...
Après une étude comparative de différentes solutions, le maître d’ouvrage se met d’accord avec
l’équipe des spécialistes s...
13
13
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Ogc1 généralités sur l'ost dans le gc

532 vues

Publié le

organisation scientifique du chantier

Publié dans : Ingénierie
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
532
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
63
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ogc1 généralités sur l'ost dans le gc

  1. 1. Chapitre 1. GENERALITES SUR L’ORGANISATION SCIENTIFIQUE DU TRAVAIL DANS LE GENIE CIVIL 1. La construction comme phénomène social Depuis l’apparition de l’homme sur la Terre, il n’a cessé même un instant de réaliser des constructions; cela, soit pour faire face aux forces de la nature, soit pour utiliser ces forces à ses fins. Ces constructions varient selon le milieu géographique et reflètent les structures socio-économiques de la société. L’esprit d’organisation en construction s’est manifesté, développé, affirmé au cours des âges et au fur et à mesure que les conditions d’existence humaine se sont progressivement améliorées. Les monuments et les édifices du passé témoignent de cet esprit d’organisation et nous laissent deviner à quel point le travail collectif devait être organisé à une époque où les moyens techniques étaient bien rudimentaires. Donc la notion d’organisation n’est pas nouvelle, mais aussi vieille que le travail lui - même. Au XIXe siècle, avec la Révolution Scientifique et Technologique, l’apparition et la multiplication des entreprises industrielles et la concentration des moyens de production, l’homme a encore une fois de plus pris conscience de la notion d’organisation et l’étendue de son domaine d’application. 2. Facteurs influant sur l’individu dans le processus du travail L’homme, en travaillant, doit exécuter ce travail: - dans un milieu environnant bien déterminé imposant ses conditions et exerçant une certaine influence sur l’homme; - en fournissant de l’énergie musculaire et nerveuse, donc en faisant une certaine activité physique et intellectuelle; la valeur de ces activités dépendent des particularités psychologiques, physiologiques et anthropométriques de l’homme; - en tenant compte des particularités du travail et des moyens existant pour exécuter ce dit travail. Donc, on a (voir schéma ci-après): L’activité productive de l’homme = unité du physique et du psychique (énergie physique et nerveuse) ↓ ↓ Les particularités psychophysiologiques de l’activité productive (activité physique et intellectuelle) Les particularités psychophysiologiques de l’organisme de l’homme Particularités physiologiques Particularités anthropométriques Particularités psychiques ↓ ↓ ↓ force, ouïe, vue, système nerveux, respiration, circulation du sang, température. taille, poids, forme, tempérament, caractère, intelligence, émotion, volonté, réflexion, mémoire. L’homme exécute un travail ↓ Qui? (capacité de l’homme) ↓ Comment, quand, où, avec quoi? (organiser, planifier et gérer selon les moyens et le milieu) ↓ Quoi? (particularités du travail) Aujourd’hui, il existe beaucoup de sciences qui étudie les conditions et les particularités des différents travaux, les rapports homme - machine - environnement, etc ... Parmi ces sciences on peut citer la
  2. 2. psychologie du travail, la psychologie technique ou psychologie de l’ingénieur, l’ergonomie. La psychologie du travail est branche de la psychologie qui étudie les particularités de différents types d’activités, leur relation en fonction des conditions du milieu et les manières d’apprentissage. La psychologie de l’ingénieur étudie les questions de concordance des machines, équipements, boutons de commande et des informations issues de ces points avec les possibilités psychiques de l’homme. L’ergonomie étudie le fonctionnement du système « homme - machine - environnement » et, sur la base des données issues des recherches, donne des recommandations pour le fonctionnement efficace des systèmes. 3. Particularités sur les conditions de travail en chantier Il est à noter que les conditions de travail sur chantier diffèrent fondamentalement des conditions de travail dans l’atelier (usines). Cette différence peut être illustrée sur le tableau 1. DESIGNATION ATELIER CHANTIER Installations Permanentes temporaires Milieu environnant en local clos et couvert (conditions sous contrôle) à l’air libre en général (conditions pas sous contrôle) Outillage fixe (immobile) mobile Production Mobile fixe Technologie Adaptée adaptée, mais en fonction du milieu extérieur Organisation valable pour plusieurs ateliers semblables valable pour un seul chantier Tableau 1 Cette différence des conditions de travail entre l’atelier et le chantier implique une différence entre l’organisation du travail dans l’atelier et l’organisation du travail en chantier. Ainsi, la préparation du travail en chantier est beaucoup plus délicat qu’à l’atelier, car dans le premier cas (en chantier), il faut bien, en plus, tenir compte du milieu extérieur, des conditions géologiques, etc... 4. Modalités de réalisation d’une construction. Participants et personnel 4.1. Etapes de réalisation d’un projet Toute construction, que ce soit la construction d’un bâtiment à usage industriel, publique, d’habitation ou que ce soit la construction de ponts, d’ouvrages d’art, de routes, de génie rural, etc..., passe par trois étapes successives de réalisation: 1ère étape: Etude technique et financière préalable en vue de la soumission; 2ème étape: Etude technique préparatoire à l’exécution; 3ème étape: Exécution des travaux et leur réception. Qui ? désire avoir quoi ? fait par qui ? ↓ ↓ ↓ Etat, Société, Organisation, Particulier bâtiment, usine, ouvrage d’art, routes, entretien, aménagements un groupe de spécialistes ↓ Existence de plusieurs étapes Quelle étape doit être faite par qui ? Conception et étude technique : Maître d’œuvre (Architecte, ingénieur conseil). Etude financière : Etude financière d’estimation du coût des travaux par le maître d’oeuvre ; étude financière en vue de la soumission par l’Entrepreneur et son personnel (techniciens et métreurs). 2 2
  3. 3. Etude technique et organisation des travaux : l’ingénieur conseil, l’entrepreneur, le maître d’œuvre, le géomètre, le conducteur des travaux, le chef de chantier. Exécution des travaux : L’entrepreneur avec ses ingénieurs, techniciens, ouvriers qualifiés et manœuvres. 4.2. Les participants dans l’acte de construire Les différents intervenants dans l’acte de construire sont les suivants : - Le Maître de l’Ouvrage = la personne physique ou morale pour le compte de laquelle les travaux sont exécutés ; le Maître d’Ouvrage peut déléguer ses pouvoirs à un service technique qui devient alors le Maître d’Ouvrage Délégué (MOD). - Le Bénéficiaire = la personne physique ou morale qui va bénéficier de l’ouvrage. - Le Maître d’œuvre = la personne physique ou morale chargée de la conception de l’ouvrage. - Les Bureaux d’Etudes Techniques (BET) sont chargés de faire les études techniques spécifiques à leurs compétences. - Le Bureau de suivi technique (BST) est chargé de suivre la réalisation de l’ouvrage pour que ce dernier soit exécuté comme conçu, avec toutes les qualités requises et dans les meilleurs délais. - Le Bureau de contrôle (BC) est chargé de contrôler les études techniques et la réalisation si tout se passe conformément aux règles et normes en vigueur, il est agréé par les services d’assurance. - L’Entreprise = la personne physique ou morale chargée de l’exécution de l’ouvrage conformément aux documents contractuels et réglementaires. Le schéma ci-après illustre certaines de leurs actions. 3 3 Le Besoin + le financement La conception + les études Les études + la réalisation Le Maître de l’Ouvrage Le Maître d’Ouvrage Délégué Le Bénéficiaire Le Maître d’œuvre et les Bureaux d’études techniques (BET) Les Bureaux de suivi technique Les Bureaux de contrôle Les Entreprises Suivi et Contrôle des travaux Exécution des travaux
  4. 4. 4.3. Le personnel de maîtrise L’architecte - urbaniste: - veille à l’application des lois de modalités de la construction et leur emplacement sur le plan de lotissement; - fait respecter les formalités pour obtenir le permis de construire; - délivre le certificat d’urbanisme et donne conseil sur le choix et l’achat d’un terrain, le mode de construction à édifier; - délivre le certificat de conformité lorsque la construction sera terminée (permis d’occuper). L’architecte : - conçoit les plans; - dirige et surveille l’exécution des travaux selon les règles de l’art; - guide, conseille et défend les intérêts de son client dans tous les cas. L’architecte doit inspirer pleine confiance aux entrepreneurs et les guider. Il prélève sur le montant des travaux des honoraires qui sont justifiées par son travail de maître d’œuvre et de son rôle de surveillance et de coordination des travaux et pour la défense des intérêts des propriétaires dans le contrôle des mises à prix. L’ingénieur des travaux: Il est le représentant du maître d’œuvre sur le chantier ; il est ainsi, chargé de : - régler les problèmes techniques: étude de résistance des matériaux, calcul des dimensions d’après les charges à supporter; - seconder l’architecte dans sa tâche; - régler les différends existant entre l’architecte et les ingénieurs attachés aux entreprises spécialisées. Les ingénieurs conseil : Ce sont des ingénieurs qui ont l’agrément pour exercer des fonctions de consultations techniques relatives à leur domaine de spécialisation. L’entrepreneur: - traite et veille à organiser l’accomplissement des travaux; - dirige le personnel chargé de la mise en oeuvre des travaux. L’entrepreneur a une grande responsabilité morale, financière et administrative. Il doit posséder de grandes qualités de techniciens et d’organisateurs. Les ingénieurs spécialisés: Dans une construction où il existe plusieurs travaux variés, chaque travail doit être traité par des ingénieurs spécialisés (ingénieur en béton armé, en charpentes métalliques, électriciens, etc ...) Le géomètre: Il intervient le premier dans un projet et a pour rôle de :. - délimiter le terrain suivant les coordonnées décrites par les plans et d’effectuer le jalonnement; - déterminer les bases des assises verticales de l’ouvrage en fonction du nivellement. Le métreur et le vérificateur: L’évaluation des travaux, les devis estimatifs, les situations de travaux sont effectués par les métreurs attachés au bureau des entreprises contrôlés par les vérificateurs attachés à un bureau d’architecte ou d’étude. Le conducteur des travaux: Attaché à une entreprise, il: - suit la marche des travaux sur plusieurs chantiers à la fois; - établit les plannings; 4 4
  5. 5. - supervise, dirige et surveille les chefs de chantiers; - entretient des rapports avec les bureaux d’étude et les clients; - assure l’approvisionnement des chantiers; - effectue les tracés et relève les attachements (relevés journaliers des travaux et des dépenses); - rassemble les éléments permettant l’établissement des prix de revient; - rédige les rapports de chantiers hebdomadaires ; - sert d’intermédiaire entre le chef de chantier et l’entrepreneur. Le chef de chantier Il dirige la comptabilité du chantier - organise et dirige l’ensemble des travaux sur un chantier; - recherche la main d’œuvre; - assure l’implantation des ouvrages; - prévoit ses besoins en matériaux, matériel de chantier et outillage; - transmet les ordres donnés et en assure l’exécution; - assure la police et la sécurité du chantier; - établit la liaison entre les différents corps d’état; - effectue le contrôle des ouvriers; - doit pouvoir prodiguer les premiers soins en cas d’accident et avoir connaissance des lois. Le chef d’équipe: Il dirige les manœuvres et ouvriers spécialisés. Les ouvriers qualifiés Il s’agit des maçons, ferrailleurs, électriciens, plombiers, carreleurs et autres ouvriers exerçant un travail qui exige un certain professionnalisme ; ils forment avec les manœuvres le personnel d’exécution. Le personnel d’exécution: Ce sont les ouvriers spécialisés et les manœuvres. 5. Constitution des dossiers « Construction » et « Permis de construire » Le dossier « Construction » est constitué par le Maître d’œuvre et a pour but: - d’obtenir le permis de construire; - de fixer le choix de l’entrepreneur par l’adjudication; - de servir à l’exécution des travaux. Ce dossier comprend les plans d’exécution et les différents devis. Les plans d’exécution comprennent les plans d’ensemble (plans, coupes, façades) et les détails particuliers. Les différents devis sont : - le devis descriptif qui indique la qualité, le mode de construction, les caractéristiques des matériaux à utiliser, les normes de résistance imposées, les dosages, les conseils sur les conditions de mise en oeuvre; - le devis quantitatif qui donne les quantités des matériaux employés et des ouvrages élémentaires nécessaires à la réalisation de la construction; - le devis estimatif qui donne l’évaluation du coût des matériaux et de leurs mise en oeuvre. Le « permis de construire » doit être obligatoirement obtenu pour pouvoir entreprendre une quelconque construction. Pour l’obtenir, il faut faire une demande de permis de construire et joindre à cette demande un dossier comprenant: - un plan de situation (1/5000 ou 1/10 000) comportant l’orientation, les voies de desserte avec indication de leur nature, de leur dénomination et des points de repère permettant de localiser le terrain; - un plan de masse (1/200, 1/500) comportant l’orientation, les limites du terrain, l’indication de sa superficie, le tracé des voies publiques de desserte avec indication de leur largeur; - une notice descriptive et estimative des travaux projetés; 5 5
  6. 6. - les plans d’exécution des travaux indiquant les surfaces, volumes, hauteurs, détails des alimentations en eau, des évacuations des eaux pluviales, l’emplacement des canalisations, des fosses, des conduites de fumées et de ventilation. Si la construction se trouve en bordure d’une voie publique, une demande d’alignement et de nivellement accompagne les pièces. Le dossier doit être déposé chez le Maire qui le transmet aux services techniques pour accord; cet accord ne sera obtenu que si les conditions d’alignement, d’orientation, de gabarit, de règlement sanitaire sont respectées. Pour les ouvrages techniques et industriels, une étude professionnelle doit être menée pour éclaircir tous les avantages et inconvénients d’une telle réalisation. C’est seulement après cette étude spéciale sur la portée des conséquences écologiques qu’une telle construction peut être autorisée. 6. Le Marché et les obligations contractuelles Quiconque (Etat, Société, Organisation, Particuliers) désire faire une construction doit tout d’abord s’adresser aux spécialistes (urbanistes, architectes, ingénieurs BTP, topographes). Ces spécialistes chargés de la conception doivent élaborés les dossiers suivants: - les devis descriptifs, quantitatifs et estimatifs; - le cahier des charges ; - les plans d’exécution; Ces dossiers sont remis aux entrepreneurs par voie d’appel d’offre et ces derniers doivent les étudier et faire les mises à prix. Après cela, les entrepreneurs intéressés sont invités à fournir concurremment leur juste prix, c’est-à-dire à soumissionner. L’attribution du marché ou l’adjudication, c’est-à-dire le choix de l’entrepreneur qui va exécuter les travaux peut se faire de deux façons: - soit on choisit l’entrepreneur ayant fait la meilleur offre (meilleurs références techniques et prix); - soit l’entrepreneur est désigné d’office pour son meilleur travail à un prix forfaitaire. Après achèvement des travaux, un certificat de conformité assurant la conformité des travaux avec les dispositions du permis de construire doit être obtenue. Cette conformité est certifiée par le Maître d’œuvre ou, à défaut, par l’entrepreneur. Tous les travaux des parties importantes de l’ouvrage doivent être couverts des gros risques par une garantie de temps déterminé. La garantie (décennale) est l’engagement pris par l’entrepreneur sur la tenue de l’ouvrage après la réception définitive sur une durée déterminée (de dix ans). La réception définitive se fait, en général, un an après la réception provisoire qui précède directement la fin des travaux. Le cahier des charges: C’est le document juridique du Marché; il est contresigné par le Maître d’ouvrage et a pour but de définir avec précision: - l’obligation, pour toutes les parties, de respecter rigoureusement ledit cahier; - les droits et les devoirs des parties en présence (entrepreneurs, maître d’œuvre, maître d’ouvrage); - les obligations, les contraintes particulières imposées par le chantier considéré; Ainsi, le contenu de ce cahier: - laisse au maître d’œuvre tous les pouvoirs pour surveiller les travaux et les modifier si besoins en est; - donne le détail de l’organisation du chantier; - fixe la durée des travaux et prévoit des amendes pour retard; - énumère les conditions de réception des travaux; - laisse la responsabilité à l’entrepreneur pour tout vice de construction dû à une malfaçon et en cas d’accident. 6 6 MAITRE DE L’OUVRAGE MAITRE D’OEUVRE ENTREPRENEURS
  7. 7. appel d’offre soumission attribution Ainsi, un marché de travaux définit le cadre d’un contrat passé entre deux personnes qui sont : - le Maître de l’Ouvrage (ou le Maître d’Ouvrage Délégué) ; - l’Entrepreneur. Les pièces constitutives d’un marché de travaux sont (par ordre de priorité, sauf indication contraire) : - le Marché ou le Contrat ; - le Cahier des Clauses Administratives Particulières (CCAP) ; - le Cahier des Prescriptions (ou Clauses) Techniques Particulières (CPTP ou CCTP) ; - le Devis descriptif ; - les plans d’ensemble et les plans d’exécution ; - le bordereau des prix unitaires et le devis estimatif ; - le Cahier des Prescriptions (ou Clauses) Techniques Générales (CPTG ou CCTG) ; - le Cahier des Clauses Administratives Générales (CCAG). Le Marché = Contrat passé entre l’Entrepreneur et le Maître de l’Ouvrage (ou le MOD) en vue de la réalisation de l’ouvrage Le Cahier des Clauses Administratives Particulières (CCAP) définit les conditions administratives de gestion du contrat. Le Cahier des Prescriptions (ou Clauses) Techniques Particulières (CCTP ou CPTP) définit les conditions techniques de réalisation des travaux Le Devis descriptif = l’ensemble des documents écrits (et graphiques) qui définissent les conditions de réalisation des différents ouvrages. Les plans d’ensemble et les plans d’exécution = l’ensemble des documents graphiques et écrits permettant à l’entrepreneur de faire le travail dans les règles de l’art. Le bordereau des prix unitaires et le devis estimatif permettent d’une part, de savoir les prix unitaires appliqués aux différents ouvrages et, d’autre part, de définir le montant (initial) du marché en appliquant ces prix unitaires aux quantités estimées. 7 7 Etude technique et financière Etablissement du cahier des charges Etude technique et financière COMPARAISON DES OFFRES DES ENTREPRISES ENTREPRENEUR FINANCEMENT Surveille, dirige, modifie et défend les intérêts du Maître de l’ouvrage Exécution des travaux R E C E P T I O N G A R A N T I E
  8. 8. Le Cahier des Prescriptions (ou Clauses) Techniques Générales (CPTG ou CCTG) définit les conditions techniques de réalisation de travaux applicable, par défaut, aux marchés publics de travaux Le Cahier des Clauses Administratives Générales (CCAG) définit les conditions administratives de gestion des contrats applicables, par défaut, aux marchés publics de travaux. 7. Objectifs de l’organisation scientifique du travail Procédés et méthodes générales L’origine des études visant à l’organisation rationnelle du travail humain remonte des temps anciens. L’organisation du travail consiste à chercher constamment la meilleure façon d’utiliser, avec économie, la main d’œuvre et autres moyens mis en oeuvre pour assurer l’efficacité de l’action entreprise. Elle est ainsi liée à la cybernétique qui est l’art d’assurer l’efficacité du travail. Pour atteindre cet objectif, le rôle des responsables dans l’organisation sera: - de définir avec précision les méthodes d’exécution, les modes opératoires permettant la mise en pratique de techniques modernes de construction avec un outillage, un équipement de haut rendement; - d’arrêter en quantité et en qualité le personnel à employer, le coût de la main d’œuvre ayant une incidence importante sur le prix de revient ; - de répartir et de coordonner les tâches par la concentration d’une main d’œuvre spécialisée, par la mise en ordre des opérations élémentaires, par l’institution de cycles de travail ; - d’agencer convenablement les postes de travail stabilisés pour lesquels il adoptera une mécanisation de plus en plus poussée. Partant de là, le problème de l’organisation scientifique du travail est devenu donc un problème d’efficacité et d’économie, c’est-à-dire d’efficience. L’organisation scientifique du travail est à la fois une science et un art. Elle révèle de la science appliquée en ce sens qu’elle s’appuie sur l’observation et la mesure des phénomènes qu’elle étudie, sur l’expérimentation lorsque cela est possible et en ce qu’elle cherche à dégager par voies inductives et déductives des règles et des principes. D’autre part, elle emprunte à d’autres sciences (sciences physiques, physiologie, psychologie, etc...) des données acquises dont elle devrait usages. Elle tient à l’art en ce sens qu’en se basant sur des résultats expérimentaux et s’inspirant des réalités, elle dégage les techniques qui lui permettent de guider et conduire l’entreprise à son but. Les raisons qui militent en faveur de l’organisation scientifique du travail Ce sont en premier lieu: la concurrence; l’évolution rapide des techniques; les exigences des clients : - La concurrence: l’entreprise doit être compétitive sur le marché de l’offre, ce qui l’oblige à réduire ses frais, son prix de revient. - L’évolution rapide des techniques: elle l’oblige à revoir périodiquement un certain nombre de notions acquises; rien n’est définitif: ni le prix, ni les temps unitaires, ni les rendements; ce qui était vrai hier ne l’est plus aujourd’hui; tout évolue et très rapidement, même les professions. - Les exigences du client: ce sont: délai court; qualité de finition accrue; coût non élevé des travaux. - Alors qu’on constate: d’une part la rareté de la main d’œuvre qualifiée et, d’autre part l’accroissement des dépenses indirectes (conception, direction, ...). Tout cela condamne l’entreprise à réduire les dépenses directes d’exécution. De plus, on assiste au désir justifié, d’un côté, de l’entrepreneur d’augmenter son bénéfice, de l’autre, de l’ouvrier d’accroître son salaire et son temps de loisirs. La doctrine de Henri Fayol (1841 - 1925) Il est né en 1841 à Constantinople et mort en 1925 à Paris, il est ingénieur de l’Ecole des mines de Saint Etienne, il étudia l’organisation au niveau de la direction (il n’a jamais été ouvrier). Les principes 8 8
  9. 9. définis dans sa doctrine sont considérés comme les règles fondamentales de l’organisation rationnelle du travail. Les six (6) fonctions de Fayol. Comme l’être vivant que pour ne pas périr doit avoir des fonctions digestives, respiratoires, sensitives (de sens) saines, l’entreprise aussi doit disposer de fonctions saines. Ces fonctions sont: - la fonction technique: elle assure le fonctionnement technique de l’entreprise, de ses ressources, son équipement technique, etc ...; - la fonction commerciale: savoir acheter et vendre + savoir fabriquer → connaître le marché et savoir interpréter la conjoncture ; - la fonction financière: aucune affaire ne peut marcher sans capitaux; ces capitaux nécessitent une bonne gestion ; - la fonction de sécurité: protection des biens et des personnes (services juridiques et assurances); - la fonction comptable: organe de vision de l’entreprise qui permet de savoir où l’on est et doit présenter les résultats sous forme claire, nette et exacte ; - la fonction administrative: la plus importante de toutes les fonctions; c’est le système nerveux de l’entreprise; elle imprègne toutes les autres fonctions dans tous les domaines et à tous les échelons de la hiérarchie. Le tableau récapitulatif de répartition des fonctions suivant la théorie de Fayol DESIGNATION Directeur Général Conducteur des travaux Chef de Chantier Ouvrier Fonction administrative 50% 40% 25% 5% Fonction financière et comptable 20% 15% 5% 0% Fonction commerciale 10% 10% 15% 5% Fonction de sécurité 10% 10% 10% 5% Action technique 10% 25% 45% 85% TOTAL 100% 100% 100% 100% Ainsi Fayol considère la fonction administrative (gestion) comme prépondérante, elle incombe à tous les niveaux aux chefs qui assument des responsabilités. Il a définit cette fonction administrative à l’aide de cinq (5) infinitifs qui sont devenus la règle d’or de l’activité des cadres, des chefs à tous les échelons. Ces 5 infinitifs sont: prévoir - organiser - commander - coordonner - contrôler (POCCC). Un chef doit être un vrai POCCC Donc selon Fayol, administrer c’est prévoir, organiser, commander, coordonner et contrôler : - La prévoyance: prévoir c’est penser à l’avenir pour le préparer: « prévoir, c’est déjà agir ». Le signe sensible de la prévoyance, son instrument le plus efficace, c’est le programme d’action du chef. - L’organisation: organiser l’entreprise, c’est le munir de tout ce qui est utile à son fonctionnement (matériaux, outillages, personnel). - Le commandement: le commandement du corps social, après que ce dernier soit constitué, doit être continu. En l’absence du chef, quelqu’un doit s’occuper de ses fonctions. - La coordination: coordonner c’est mettre de l’harmonie entre tous les actes d’une entreprise de manière à en faciliter le fonctionnement et le succès (organiser des séances de travail, etc...). - Le contrôle: contrôler consiste à vérifier que tout se passe conformément aux prévisions, aux ordres, aux principes admis. Pour que le contrôle soit efficace, il faut qu’il soit exercé à temps utile et qu’il soit suivi de sanctions. Le contrôleur constate et émet un avis, mais il n’a pas à donner d’ordre au service qu’il contrôle. Les qualités de base du contrôleur sont: l’impartialité et la compétence. Fayol a aussi énoncé quatorze (14) principes généraux d’administration qui sont: la division du travail; l’autorité; la discipline; l’unité de direction; l’unité de commandement; la rémunération du 9 9
  10. 10. personnel (intérêt); la centralisation; la hiérarchie; l’ordre; l’équité; la stabilité du principe; l’initiative; l’union du personnel. L’organisation scientifique du travail repose ainsi sur l’analyse préalable des conditions de travail et pour cela: - il faut comprendre (savoir) afin de prévoir, d’organiser, de préparer avant d’agir; - il faut bien exécuter, ordonner (commander) et coordonner les programmes d’actions; - il faut contrôler pour savoir si nos prévisions étaient valables et pouvoir les exploiter à bon pour un chantier futur. L’organisation scientifique du travail pourra se traduire ainsi: Schéma du cycle de l’organisation scientifique du travail. L’organisation rationnelle du travail nous permet d’obtenir un meilleur rendement des capitaux investis et d’accroître la productivité du travail. La productivité: elle est la faculté de produire avec économie et une meilleure efficacité et cela en mettant en oeuvre des moyens scientifiques. Cela suppose, soit: - de produire plus avec les mêmes moyens et sans efforts supplémentaires humains; - de produire autant avec des moyens moindres, mais plus efficaces et tout en améliorant la qualité du produit concerné. En général, l’expression de la productivité se fait sous forma du rapport suivant: Nombre d’unité de production (quantité de produits) R (résultat obtenu) Productivité = = Nombre d’unités de travail nécessaire pour cette production M (moyens mis en oeuvre) En effet, à une époque encore récente d’une économie de production, nous avons l’équation: COÛT DE REVIENT + BÉNÉFICE = PRIX DE VENTE Actuellement, avec l’économie de « marché » issue de la concurrence entre une multiplicité de producteurs, nous avons l’équation PRIX DE VENTE = COÛT DE REVIENT + BÉNÉFICE Le marché impose son prix comme contrainte au producteur, lequel, s’il veut se réserver un bénéfice, doit s’arranger pour minimiser ses coûts de revient et ainsi demeurer compétitif. Les objectifs visés par la productivité sont: - produire d’avantage; - réduire la fatigue et le risque d’accident; - abaisser le prix de revient de l’ouvrage; - améliorer la qualité; - accroître le pouvoir d’achat du salarié et le bénéfice de l’entrepreneur; Les moyens pour y parvenir sont: - amélioration des modes opératoires; - utilisation rationnelle de l’équipement, des matériaux, du personnel; - aménagement rationnel des postes de travail et des voies de circulation; - utilisation de nouveaux matériaux, leur préfabrication; 10 10 PREPARER AGIR SAVOIR CONTROLER
  11. 11. - contrôle constant; - réduction des dépenses indirectes; - mécanisation des travaux et optimisation du système « homme - machine - environnement »; - paiement d’un salaire stimulant; - application des règles d’hygiène et de sécurité; - spécialisation de la main d’œuvre; - exploitation des résultats des recherches scientifiques et technologiques; etc... Pour appliquer efficacement ces moyens, les techniciens responsables doivent: - connaître les principes, assimiler les idées maîtresses de l’organisation scientifique du travail; - savoir pratiquer l’étude du travail selon les méthodes scientifiques d’observation, d’analyse et de synthèse ; - avoir l’esprit ouvert pour être prêt à s’adapter à tout moment, être au courant des derniers progrès des techniques et de la science ; - se rappeler que l’accroissement de la productivité n’est possible qu’en tenant compte du facteur humain. L’homme doit tirer de son travail une satisfaction croissante. Ainsi, une véritable organisation du travail doit tendre à libérer l’homme et non l’asservir. 8 Etude d’un projet 8.1. Etapes de réalisation d’un projet L’étude de tout projet passe par les quatre (4) étapes suivantes: - l’étude préliminaire; - l’avant projet; - le projet; - l’étude d’exécution 8.1.1. L’étude préliminaire Son objet est de définir les conditions essentielles imposées. Ces conditions sont d’ordre : - géologique (nature et qualité du sol, relief, etc...); - climatique (climat, végétation, température, etc...); - socio - économique (traditions, financement, etc ...) ; - techniques et technologiques (existence de matériels et équipements, technologie adaptée, etc...); - fonctionnel (conditions imposées par la nature et la fonction de l’ouvrage, exigences du client). 8.1.2. L’avant projet (ou avant projet sommaire – APS) Son objet est d’exposer et de comparer les différentes solutions acceptables compte tenu des données de l’étude préliminaire. Le maître d’œuvre, dans ce premier travail, doit présenter des esquisses et dessins d’ensemble. A ce stade, l’objectif principal est de tenir compte des goûts et des aspirations du client et de réfléchir aux avantages et aux inconvénients des travaux projetés, d’harmoniser son ensemble de construction avec l’environnement. Lorsque le travail est de très forte importance, il est exécuté en équipe. A ce stade on fait une mise à prix approximative, évaluée au mètre carré, au mètre linéaire, au mètre cube, etc... compte tenu des matériaux employés, des fondations, et autres éléments importants. On consultera également les services techniques (urbanisme, assainissement, topographie, Energie et autres) en vue de connaître les conditions imposées et l’emplacement des réseaux existants. 11 11
  12. 12. Après une étude comparative de différentes solutions, le maître d’ouvrage se met d’accord avec l’équipe des spécialistes sur une solution finale qui sera le projet définitif pour lequel on constituera le dossier « construction ». 8.1.3. Le projet (ou avant projet détaillé – APD) C’est l’étude approfondie et détaillée de la solution retenue. A ce stade, on passe à une étude détaillée et approfondie de toutes les parties de l’ouvrage projetée. L’étude technique sera définitive et complète. Cette phase s’appelle, généralement l’avant projet détaillé - APD 8.1.4. L’étude d’exécution (ou phase exécution du projet) Après l’étude technique du projet et son admission, on passe à l’étude de l’exécution des travaux de réalisation. On déterminera les différents travaux, adoptera la technologie appropriée, choisira la méthode d’organisation des travaux, fixera les délais de construction, c’est-à-dire qu’on dressera un planning d’exécution des travaux. On déterminera également l’équipement (matériel) nécessaire, les quantités de matériaux et la composition de la main d’œuvre spécialisée. 8.2. Etude qualitative d’un projet C’est l’étude qui concerne la composition du dossier projet, c’est-à-dire toute la documentation nécessaire à faire et à fournir pour réaliser un ouvrage. Ce dossier comprend: - les plans de situation et de masse; - les dessins d’ensemble ; - le planning d’exécution des travaux ; - les devis descriptifs des différents travaux accompagnés des cartes technologiques de montage des éléments importants de l’ouvrage et les méthodes de réalisation ; - les besoins en matériaux et éléments de construction ; - les besoins en équipement (matériel de chantier et outillage); - les besoins en main d’œuvre; - les mesures de protection et de sécurité sur le chantier; - les informations sur les méthodes de contrôle de qualité et les conditions de réception des travaux; - le cahier des charges qui est le document administratif et juridique du projet (contrat); - le devis estimatif des travaux et le plan de financement (document financier); - une notice explicative contenant les informations suivantes: les conditions de travail; les méthodes de réalisation des travaux spéciaux et complexes; le calcul des besoins en équipement, en engins de transport, en énergie, en vestiaires, en ouvrages et autres installations provisoires pour les travailleurs; les indices techniques et économiques du projet; les mesures pour protéger les réseaux existants et autres mesures nécessaires imposées par le projet considéré; etc... 8.3. Etude quantitative d’un projet C’est l’étude qui permet de mesurer les réalisations du projet dans l’espace, dans le temps et sur le plan financier. Elle se propose de quantifier et d’analyser les éléments suivants: - les prix unitaires (prix de revient unitaires); - les rendements et les temps unitaires; - les tâches, le personnel d’exécution et les durées d’exécution; - le délai d’exécution des travaux; - le programme d’exécution des travaux; - le plan de financement qui doit être en concordance avec le planning d’exécution des travaux; - la composition du personnel et son effectif sur le chantier. 12 12
  13. 13. 13 13

×