Les Projets
Empreintes
Des recettes pour
faire du changement
Un guide pour passer à
l’action et favoriser l’inclusion
dans...
Remerciements
Felipe Antaya
Louise-Hélène Blais
Claudio Cancini
Guylaine Dugas
Annette Flamand
Jeannette et Jean-Paul Flam...
Table des matières
Les Projets Empreintes : des recettes pour faire (du) changement
1. Introduction à ce cahier	p.5
2. Les...
«Ce projet m’a permis de m’impliquer et de rencontrer
de nouvelles personnes tout en me surpassant dans
des projets trippa...
Introduction au cahier
Vous avez entre les mains le cahier-synthèse du Projet Empreintes — Engage-toi! Au
fil des pages, v...
Le déroulement du Projet Empreintes :
1. L’Atelier Engage-toi! visite tous les jeunes de troisième secondaire qui fréquent...
Diagnostic
• Parmi la population étudiante et le personnel de Rosemere High School, il n’y a pas beaucoup de diver-
sité e...
Diagnostic
• Les jeunes du comité de Dorval-Jean-XXIII ne semblaient pas être au courant que des tensions intercultu-
rell...
Diagnostic
• Il y a de l’intimidation dans la communauté, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’école. Cette intimidati...
Diagnostic
• Les élèves du comité sont unanimes : les manifestations de racisme ne sont pas marginales à l’école
secondair...
Sondage
Ingrédients
• Des questions claires qui susciteront des réponses intéressantes. Il faut donc penser à la forme des...
Mode de préparation
• Élaborer vos questions et les mettre en page sur une feuille. Imprimer les sondages.
• Demander à l’...
Difficultés
Les ambassadeurs du Projet Empreintes se demandaient si les élèves de leur niveau allaient prendre l’exercice
...
Ingrédients
• Une connaissance des stéréotypes qui prévalent dans le milieu en question et le désir d’encourager
les étudi...
Mode de préparation
• Mener une recherche approfondie sur les sujets choisis.
•  Trouver une activité attrayante pour chac...
Les membres du comité ont ensuite entrepris une recherche en profondeur pour nourrir le contenu de leur
kiosque. Le but de...
«Ceux qui voulaient nous écouter ont beaucoup appris
de nos kiosques»
	Noor
Sur la photo: Si Bin
Ingrédients
• Une identification des problématiques propres à votre école et des attitudes à changer
• Des messages à l’in...
À l’avant, Lauri et Anthony tiennent la bannière du manifeste «Je m’engage…» en compagnie de certains signataires.
Mode de...
Difficultés
Quelques élèves ont écrit des messages haineux sur la bannière de signatures et ce, à l’insu des organisa-
teu...
Ingrédients
• Une couleur qui symbolise votre action
• Des affiches de promotion
• Des carrés de couleur en feutrine et de...
Rose peint des lignes bleues sur les joues des élèves, lors de la journée en bleu.
Anthony, Rose Anne, Alex, Anne-Marie, L...
« J’ai entendu beaucoup de bons commentaires sur la Biblio-
thèque humaine! Plusieurs personnes ont dit que ça a passé
tro...
Provenance de la recette
Rosemere High School
Cette recette fonctionne pour
Une classe ou tout un niveau
Niveau de difficu...
Jacob, un jeune Juif, parle avec le groupe qui l’a « loué ».  Noor, une participante du Projet Empreintes de Dorval-Jean-X...
Difficultés
Cet événement demande énormément d’organisation. Puisque les jeunes trouvaient difficile de contacter
des « li...
Ingrédients
• Une connaissance des stéréotypes qui prévalent dans le milieu en question et le désir d’encourager
les étudi...
Mode de préparation
• Réunir une grande quantité d’élèves prêts à s’engager artistiquement pour la cause. Puiser dans les ...
Difficultés
Le comité a fait le pari d’une organisation rapide et efficace lors d’un seul dîner. Bien que les participants...
Provenance de la recette
Rosemere High School
Cette recette fonctionne pour
Quelques classes ou toute l’école.
Les autocol...
Difficultés
Les membres du comité ont créé plusieurs modèles d’autocollants. Cependant, ils ont dû voter pour déter-
miner...
Ingrédients
• Une connaissance des problématiques propres à votre école ou à votre communauté
• Des images fortes pour mar...
Mode de préparation
• En comité, choisir les thématiques qui seront abordées par la campagne.
• Faire un brainstorming en ...
Variation 2 : Rosemere High School
Amy, du Rosemere High School, a eu l’idée d’une affiche disant : «Originality is Like W...
Difficultés
L’utilisation de logiciels tels que Photoshop ou Indesign a facilité la production d’affiches, qui aurait autr...
Provenance de la recette
Rosemere High School
Cette recette fonctionne pour
tous les élèves curieux qui utilisent
les blog...
Mode de préparation
• Inscrire le groupe sur www.tumblr.com.
• Suivre les instructions pour choisir une image d’arrière-pl...
Ingrédients
• Une caméra vidéo ou photo pouvant capter de la vidéo
• Quelqu’un qui sait faire du montage
• Une bonne idée ...
Réalisations
Variation 1: Au Bout du Fil, une histoire commune par le comité Dorval-Jean-XXII
Ce film a été créé dans le c...
Dans le film, des stéréotypes et des préjugés blessants sont inscrits par chaque participant sur un tableau noir.
Les préj...
recettes
Action
Médiatique
ACTION
ARTISTIQUE
recettes50
Provenance
Thérèse-Martin
Cette recette fonctionne pour
les longs dîners d’...
51
Mode de préparation
• Sélectionner des films dans le but de diversifier l’information sur ce thème.
• Réserver une sall...
Ingrédients
• Des jeunes motivés à faire découvrir leur culture
• Des activités significatives pour agrémenter la découver...
Mode de préparation
• Déterminer d’abord les groupes qui se rencontreront. Le critère de diversité des réalités locales pe...
Variation 2 : échange à Manawan.
Les participants de Manawan souhaitaient organiser cette activité afin de partager leur c...
Variation 3 : échange à Joliette
Le comité de Thérèse-Martin a planifié et animé une fin de semaine d’échange à Joliette l...
«J’aime ça voir des choses différentes de Manawan
... changer de paysage.»
	 Annie-Claude,deManawan
CONCLUSION
«2012 : c’est la fin d’un monde. Celui de l’ignorance,
des préjugés et du racisme.»
C’est sur cette phrase, cré...
Annexe A : outils de diagnostic
Utilisez les questions suivantes pour mener une réflexion dans votre école.
Tableau diagno...
Qu’est-ce qui vous dérange à l’école ?
Quel type d’école aimeriez-vous avoir?
Quelles sont les inégalités ou les injustice...
Annexe B : PLAN D’ACTION
Afin d’organiser efficacement votre action, suivez ce plan étape par étape!
1. Identifier le prob...
3. Déterminer les tâches et les échéances
Déterminez pour chaque objectif une liste de tâches précises à réaliser. En part...
Objetif:
Actionchoisie:
ÉtapesderéalisationPersonne/groupe
responsabledelaréalisa-
tiondel’action
Ressources
(budget,resso...
Livre de recettes_Projets Empreintes 2011-2012
Livre de recettes_Projets Empreintes 2011-2012
Livre de recettes_Projets Empreintes 2011-2012
Livre de recettes_Projets Empreintes 2011-2012
Livre de recettes_Projets Empreintes 2011-2012
Livre de recettes_Projets Empreintes 2011-2012
Livre de recettes_Projets Empreintes 2011-2012
Livre de recettes_Projets Empreintes 2011-2012
Livre de recettes_Projets Empreintes 2011-2012
Livre de recettes_Projets Empreintes 2011-2012
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Livre de recettes_Projets Empreintes 2011-2012

92 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
92
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Livre de recettes_Projets Empreintes 2011-2012

  1. 1. Les Projets Empreintes Des recettes pour faire du changement Un guide pour passer à l’action et favoriser l’inclusion dans votre école La Fondation de la tolérance Avec le soutien financier de Citoyenneté et Immigration Canada 2012
  2. 2. Remerciements Felipe Antaya Louise-Hélène Blais Claudio Cancini Guylaine Dugas Annette Flamand Jeannette et Jean-Paul Flamand Sarah Fortin Mathieu Guimond François Jacob Caroline Lalande Steven Lavoie Abigail Lawrence Maï-Lan Lê Véronique Loriot Mélanie Petiquay Tania Vachon Ainsi que L’équipe de La Fondation de la tolérance Les participants du projet Ce qui nous voile L’équipe du Musée d’art de Joliette Les participants à la Bibliothèque Humaine Le forum jeunesse de l’île de Montréal pour la fiche Plan d’action Des recettes pour faire (du) changement Idée et conception Anne-Marie Boucher et Mikhala Lantz-Simmons Rédaction Anne-Marie Boucher et Mikhala Lantz-Simmons Révision Jean-Marc Brais, Jean De Dieu Ndizihiwe, Marise Lachapelle, Pierre-Luc Lajoie, Andréanne Pâquet et Miguel Simao Andrade. Mise en page et graphisme Agence Paul Henry Photos Éric Piché, Mikhala Lantz-Simmons, Anne-Marie Boucher et Gaby Kassas. Imprimé sur les presses de Triographe Avec l’aide financière de Citoyenneté et Immigration Canada Septembre 2012
  3. 3. Table des matières Les Projets Empreintes : des recettes pour faire (du) changement 1. Introduction à ce cahier p.5 2. Les comités Empreintes, quatre visages du Québec : Rosemère, Dorval, Manawan, Joliette p.7 3. Qu’est-ce qu’on M... CHANGE ? Les recettes des projets A. Sondage – Action Recherche p.12 B. Kiosques de sensibilisation – Action Recherche p.16 C. Kiosques de mobilisation ou de signature – Action Mobilisation p.20 D. Journée en couleur – Action Mobilisation p.24 E. Bibliothèque humaine – Action Relationnelle p.27 F. Action théâtrale – Action Artistique p.31 G. Campagne d’autocollants – Action Artistique p.35 H. Campagne d’affichage – Action Artistique p.38 I. Création d’une page Tumblr – Action Médiatique p.43 J. Création d’un film – Action Artistique / Médiatique p.46 K. Projection de films – Action Artistique / Médiatique p.50 L. Échange interculturel – Action Relationnelle p.53 4. Conclusion : 2012, la fin d’un monde… p.58 5. Annexes A. Outils de diagnostic p.59 B. Plan d’action p.61 Action Recherche - Recueillir et communiquer des faits stimulants Action Mobilisation – Susciter l’enthousiasme ou l’adhésion d’une large population Action Artistique – Inspirer de manière créative Action Relationnelle – Créer des liens positifs entre différentes communautés Action Médiatique – Mobiliser et informer via les technologies d’information Légende des icônes
  4. 4. «Ce projet m’a permis de m’impliquer et de rencontrer de nouvelles personnes tout en me surpassant dans des projets trippants.» Anthony,deJoliette Sur la photo: Dan et Sabrino
  5. 5. Introduction au cahier Vous avez entre les mains le cahier-synthèse du Projet Empreintes — Engage-toi! Au fil des pages, vous découvrirez le résultat de six mois de travail acharné mené par une quarantaine de jeunes de troisième secondaire qui ont, à leur manière, changé leur petit bout de monde. Pendant des mois, ils ont réfléchi à leur communauté, conçu des actions innovantes et surtout, sont passés à l’action pour promouvoir l’inclusion de tous! Ce cahier a été créé pour des élèves qui sont intéressés à s’engager dans leur école et dans leur communauté. Il vise à donner des pistes d’action en offrant des exemples concrets de jeunes qui ont mené à bien des projets dans leur école. Vous remarquerez vite que ce cahier prend la forme d’un livre de recettes pour vous aider à passer à l’action. Chaque fiche recette vous offrira l’information essentielle pour bien mettre en place chacune des idées d’action, en se basant sur l’expérience des Comités Empreintes. Avant de tomber dans les recettes elles-mêmes, vous trou- verez une brève description du Projet Empreintes de même qu’une présentation de chaque comité exposant les particularités des milieux et les diagnostics posés par les participants. En espérant que ce cahier vous sera utile et inspirant! Le Projet Empreintes : petit historique Le Projet Empreintes — Engage-toi! a été mis sur pied par La Fondation de la tolérance*, un organisme à but non lucratif basé à Montréal qui travaille auprès des jeunes afin de promouvoir le respect des différences. Le Projet Empreintes— Engage-toi! a officiellement pris son envol en 2011 grâce au soutien financier de Citoyenneté et Immigration Canada. Entre 2011 et 2014, ce projet formera et outillera près de 120 leaders de troisième secondaire en vue de promouvoir le respect de la différence dans leurs milieux. Les quatre écoles participantes représentent les multiples visages du Québec contem- porain et sont situées tant dans des écoles multiculturelles (Dorval-Jean-XXIII, Dorval) que dans des établissements anglophones (Rosemere High School, Rosemère), tant en région (Thérèse-Martin, Joliette) que dans des communautés autochtones (Otapi, Manawan). Pendant trois ans, ces quatre écoles travailleront de concert avec La Fondation de la tolérance à la mise en œuvre du Projet Empreintes — Engage-toi! *En octobre 2012, la Fondation de la tolérance pursuivra ses activités sous le nom évoca- teur de Ensemble, pour le respect de la diversité. 5INTRO
  6. 6. Le déroulement du Projet Empreintes : 1. L’Atelier Engage-toi! visite tous les jeunes de troisième secondaire qui fréquentent les établissements sco- laires ciblés par le projet. Il s’agit d’un atelier interactif sur les préjugés, les stéréotypes et la discrimination qui mobilise les jeunes en visant la recherche de solutions à l’intolérance. 2. Sur une base volontaire, une dizaine de jeunes leaders de chaque institution scolaire forment un comité qui les amène à jouer un rôle d’« ambassadeur » dans leurs écoles respectives. 3. Les quatre comités constitués participent à une fin de semaine de formation au Camp de formation Empreintes. Il s’agit d’un lieu d’échange et de réflexion autour des thèmes du vivre-ensemble et du change- ment social. a. Lors de ce camp, les comités de chaque école posent un « diagnostic » (voir l’Annexe A, page 59) sur leur établissement. b. Une fois le diagnostic posé, les participants préparent un plan d’action réalisable pour rejoindre la population étudiante avec des projets créatifs visant à provoquer la réflexion. c. Pour ce faire, les participants utilisent le Plan d’action, un outil d’intervention inclus dans ce document (voir l’Annexe 2, page 60). 4. De retour du Camp de formation Empreintes, les participants travaillent à la réalisation de leur plan d’action dans leurs écoles respectives. Pendant des mois, ils conçoivent, planifient et réalisent différentes actions visant à promouvoir une meilleure compréhension entre les groupes culturels. « Les jeunes ont appris, à travers le projet, à développer leur sens de l’initiative et du leadership. Ils se sont sentis valo- risés par la démarche où on leur demandait de prendre posi- tion et de donner leur avis sur tous les éléments du projet. » Louise-Hélène,enseignanteet personne-ressourcedel’école OtapiàManawan. 6
  7. 7. Diagnostic • Parmi la population étudiante et le personnel de Rosemere High School, il n’y a pas beaucoup de diver- sité ethnique ou religieuse. En raison du manque de contacts entre les communautés, plusieurs élèves se méfient de certains groupes dont les Juifs, les Noirs et les musulmans • Les insultes raciales sont utilisées quotidiennement dans l’école • Plusieurs chaises de l’école ont été vandalisées par des élèves qui y avaient inscrit le mot « Juif » ou en- core «Jew chair» sur le dossier. Selon les membres du comité, il existe à l’intérieur de l’école une pra- tique, qu’ils qualifient de malsaine, qui inflige le statut de « Juif » à toute personne qui s’assoie sur une de ces chaises; mais en quoi cela serait-il une insulte? • Le conformisme est valorisé au détriment de l’originalité Le milieu Rosemère est une ville située en ban- lieue de Montréal. L’école 1400 élèves. Les cours se donnent en anglais, mais il y a une forte propor- tion d’élèves francophones. Beau- coup d’élèves proviennent de familles d’origine grecques ou italiennes. Langue(s) parlée(s) Dans la ville de Rosemère, jusqu’à 20% de la population est anglophone, la majorité étant francophone. Le comité David Boucher, Bianca D’Intino, Charlie Laflamme, Amanda Mancini, Alex Rikki Meredith, Amy Morneau, Meg Price et Giana Veneziano. ROSEMERE HIGH SCHOOL Recettes réussies Campagne d’autocollants Page 35 Campagne d’affichage Page 38 Création d’une page Tumblr Page 44 Bibliothèque humaine Page 27 Échange interculturel Page 53 comités7
  8. 8. Diagnostic • Les jeunes du comité de Dorval-Jean-XXIII ne semblaient pas être au courant que des tensions intercultu- relles existaient dans leur école. Ils pensaient pour la plupart que les élèves s’entendaient bien. Pourtant, après une réflexion plus poussée, ils ont été en mesure d’identifier des groupes qui se font rejeter ou juger dans leur école • Certains Blancs d’origine québécoise éprouvent de la méfiance envers les jeunes immigrants lorsqu’ils sont à l’extérieur de l’école • Certains jeunes issus de familles immigrantes sont la cible d’interpellations policières et ce, sans raison valable Le milieu Dorval est une ville située au sud-ouest de l’île de Montréal. L’école 1 672 élèves. École multiculturelle dont beaucoup d’élèves proviennent de familles immigrantes. Langue(s) parlée(s) Bien que les cours se donnent en fran- çais, l’anglais est souvent la langue utilisée dans les couloirs de l’école. Le comité Christa Queen Bishariza, Si Bin Chan, Dan Aristo Culala, Sean Handa, Sa- brina Kalisa, Noor Kishta, Taïna Mueth, Stephen III Okereke, Marchaline Pierre et Amina Saïd. ÉCOLE SECONDAIRE DORVAL-JEAN-XXIII Recettes réussies Sondage Page 12 Kiosques de sensibilisation Page 16 Création d’un film Page 46 Échange interculturel Page 53 comités8
  9. 9. Diagnostic • Il y a de l’intimidation dans la communauté, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’école. Cette intimidation provient entre autres du fait que les jeunes n’ont pas grand-chose à faire à l’extérieur de l’école. En effet, à la suite d’actes de vandalisme commis sur son bâtiment il y a quelques années, la maison des jeunes a été fermée. Depuis ce temps, les jeunes dénoncent un manque criant d’activités parascolaires Ces jeunes atikamekw sont souvent la cible de violence verbale et parfois même physique lorsqu’ils sor- tent de leur communauté. Les insultes et les remarques racistes composent cette violence qui est souvent le fruit de préjugés issus d’une grande méconnaissance à leur égard • Certains jeunes Atikamekws sont la cible d’actes discriminatoires lors de la recherche d’un logement ou d’un travail hors de leur communauté Le milieu Manawan est une réserve atikamekw fondée en 1906. Située à 85 km au nord de Saint-Michel-des-Saints, la réserve est accessible en voiture depuis une quarantaine d’années. L’école L’école secondaire Otapi a été construite il y a moins de dix ans et s’agrandit constamment afin de répondre aux besoins croissants de la communauté. Il y a présentement 270 élèves inscrits et la quasi-totalité sont Atikamekw. Langue(s) parlée(s) Atikamekw (langue maternelle) et français (langue seconde) Le comité Daryl Awashish, Christina-Cindy Cha- chai, Annie-Claude Dubé, Annamie Fla- mand, Liane Flamand, Tiffany Flamand, Jean-Marc Flamand, Annie Louiselle Jacob, Marylène Moar-Ottawa, Lisanne Ottawa, Oshim Ottawa. ÉCOLE SECONDAIRE OTAPI À MANAWAN Recettes réussies Campagne d’affichage Page 38 Création d’un film Page 46 Échange interculturel Page 53 comités9
  10. 10. Diagnostic • Les élèves du comité sont unanimes : les manifestations de racisme ne sont pas marginales à l’école secondaire Thérèse-Martin. Ce racisme se fonde le plus souvent sur une méconnaissance de la réalité des autres groupes culturels dont les Autochtones et les nouveaux arrivants. Le milieu Joliette est la ville-centre de la région de Lanaudière. L’école 2000 élèves. Bien que très homogène, cette école se distingue par la présence grandissante de réfugiés en provenance de divers pays : Colombie, Bhoutan, Congo, etc. Langues parlée(s) Français Le comité Marie-Édith Fontaine, Lauri Hébert, Rose Anne Larcher, Alex Laviolette, Tek Nath Mishra, Mylène Ricard, Juzelle Sadi, Anthony St-Pierre, Maniraj Tamang. ÉCOLE SECONDAIRE THÉRÈSE-MARTIN À JOLIETTE Recettes réussies Campagne d’affichage Page 38 Action théâtrale Page 31 Kiosque de mobilisation ou de Signature Page 20 Journée en couleurs Page 24 Projection de films Page 50 Échange interculturel Page 53 comités10
  11. 11. Sondage Ingrédients • Des questions claires qui susciteront des réponses intéressantes. Il faut donc penser à la forme des questions : choix multiples? Réponses écrites? • Quelqu’un pour faire la mise en page du sondage afin de le rendre attrayant • Accès à une imprimante • La permission de l’administration pour faire une tournée des classes Provenance de la recette Dorval-Jean-XXII Cette recette fonctionne pour une classe, tout un niveau ou toute l’école. Idéale pour la rentrée des classes Niveau de difficulté 3/10 Temps de préparation 3 à 4 heures Parfait pour mieux comprendre son milieu et poser un diagnostic des problèmes présents action RECHERCHE
  12. 12. Mode de préparation • Élaborer vos questions et les mettre en page sur une feuille. Imprimer les sondages. • Demander à l’administration d’annoncer aux professeurs que votre comité fera une tournée des classes afin de sonder les élèves. • S’assurer d’avoir la permission de vous absenter de vos cours. •  Si seulement quelques classes sont sondées, les élèves d’un seul niveau par exemple, se procurer l’horaire de tous les cours pour savoir où ils se tiendront. Présentation • Lors de la journée, visitez les classes visées par le sondage et faites un rappel aux enseignants à propos de votre projet. • Expliquez aux étudiants les raisons pour lesquelles vous menez à bien ce sondage et en quoi leurs réponses vous seront utiles. Précisez que le sondage est confidentiel et que la participation des étudiants est ano- nyme. Encouragez l’honnêteté. Réalisation Le sondage mené par le comité de Dorval-Jean-XXII Exemples de questions utilisées par le comité Empreintes de Dorval-Jean-XXIII 1. Est-ce que tu penses qu’il y a des tensions entre les différentes nationalités à l’école? Si oui, lesquelles et quels genres de tensions? 2. Qu’est-ce qui fait qu’une personne n’est pas acceptée par les autres à l’école? 3. Est-ce que tu te méfies de certaines religions? Si oui, lesquelles? 4. Penses-tu qu’il y a des groupes de personnes à l’école qui se pensent supérieurs à d’autres? 5. Qu’est-ce que tu penses de l’homosexualité? Après avoir distribué le sondage, le comité de Dorval-Jean-XXIII a pu constater que certains groupes eth- niques sont la cible de comportements déplacés ou de paroles irrespectueuses dans leur milieu. Grâce aux résultats de ce sondage, ils ont créé des kiosques (voir page 16) afin de déconstruire certains stéréotypes. Si Bin, Sean et Jacky en répétition avant de présenter leur sondage devant les classes de secondaire 3. recettes13
  13. 13. Difficultés Les ambassadeurs du Projet Empreintes se demandaient si les élèves de leur niveau allaient prendre l’exercice au sérieux. Ils craignaient que les élèves remettent des sondages vierges. Bien que quelques répondants n’aient pas pris l’activité au sérieux, la majorité a fourni des réponses pertinentes. Impacts La création et la distribution du sondage a été la première action entreprise par le comité de Dorval-Jean-XXII. Cette activité leur a permis de solidifier l’esprit d’équipe du comité et de prendre la parole devant leurs pairs. En réalisant cette activité, le comité en a appris davantage sur les attitudes dans leur milieu. Le comité analyse les résultats du sondage. De gauche à droite : Noor, Christa, Stephen, Marchaline recettes14
  14. 14. Ingrédients • Une connaissance des stéréotypes qui prévalent dans le milieu en question et le désir d’encourager les étudiants à se questionner à ce sujet (voir le sondage, page 12) • Des idées d’activités pour essayer de déconstruire les stéréotypes • Des professeurs se portant volontaires pour amener les classes à vous rencontrer, ou encore un horaire préparé par l’administration pour que les classes viennent participer à vos kiosques • Des affiches et des objets pour décorer vos kiosques • La permission d’utiliser un local (cafétéria, bibliothèque, etc.) pour installer les kiosques • La permission de s’absenter de classe pour animer les kiosques Provenance de la recette Dorval-Jean-XXII Cette recette fonctionne pour une classe, tout un niveau ou toute l’école. Peut facilement s’harmoniser avec une autre action Niveau de difficulté 8/10 Temps de préparation 7 à 8 heures Nombre de participants 1 à 2 par kiosque Parfait pour informer de façon efficace une grande partie de la population de l’école Kiosques de sensibilisation action RECHERCHE recettes16
  15. 15. Mode de préparation • Mener une recherche approfondie sur les sujets choisis. •  Trouver une activité attrayante pour chacun des kiosques afin que les élèves aient le goût de s’approcher et qu’ils puissent repartir avec de nouvelles connaissances. Il peut s’agir d’un quiz, d’un jeu de vérité ou mensonge, d’un diaporama de photos ou de toute autre activité interactive. Présentation • Chaque groupe accompagné d’un enseignant arrive et les organisateurs des kiosques animent les activités. • Assurez-vous qu’il y ait des animateurs motivés derrière chaque kiosque afin qu’ils puissent expliquer claire- ment les activités et qu’ils répondent aux questions des élèves. Réalisation Les kiosques sur les préjugés organisés par les comités de Dorval-Jean-XXII : Grâce aux résultats du sondage mené par le comité de Dorval-Jean-XXII (voir page 12), certaines probléma- tiques récurrentes ont pu être identifiées. Ainsi, le comité a décidé d’utiliser les stéréotypes qui ressortaient le plus dans le sondage pour l’organisation de ses kiosques: • Les Noirs sont dangereux; • Les Arabes sont des terroristes; • L’homosexualité est contre nature; • Les Blancs sont racistes; • Les filles qui s’habillent sexy sont des putes; • Les Juifs sont riches. À gauche, Noor anime un kiosque féministe sur la perception de l’apparence des femmes. À droite, le kiosque de Christa et Sean (hors-champ), a permis de déconstruire plusieurs mythes concernant l’homosexualité. Le comité de Dorval distribue la responsabilité des kiosques selon les intérêts de chacun. Ensuite, chaque duo conçoit et dessine les supports visuels pour leur kiosque. 17
  16. 16. Les membres du comité ont ensuite entrepris une recherche en profondeur pour nourrir le contenu de leur kiosque. Le but des kiosques était de déconstruire les stéréotypes en montrant à quel point il était injustifié de généraliser certains traits ou comportements à l’ensemble d’un groupe de personnes. Difficultés Le sujet des stéréotypes est TRÈS large. Le comité a donc éprouvé des difficultés au moment de la recherche. Les participants qui ont eu la tâche la plus facile étaient ceux qui utilisaient des quiz déjà conçus. Impacts Les étudiants de l’école ont apprécié cette activité préparée par leurs pairs. Plusieurs participants disent avoir appris quelque chose de nouveau lors de l’activité. recettes18
  17. 17. «Ceux qui voulaient nous écouter ont beaucoup appris de nos kiosques» Noor Sur la photo: Si Bin
  18. 18. Ingrédients • Une identification des problématiques propres à votre école et des attitudes à changer • Des messages à l’intercom afin d’inviter les élèves de l’école à passer au kiosque • Des posters, des nappes ou tout autre objet pour décorer le kiosque • Un objet attrayant pour que les élèves s’approchent et repartent avec quelque chose de concret (macaron, autocollant, ruban, etc.) Provenance de la recette Thérèse-Martin Cette recette fonctionne pour une classe, tout un niveau ou toute une école Niveau de difficulté 4/10 Temps de préparation 3 heures Parfait pour mobiliser les gens autour d’une cause Kiosques de mobilisation ou de signature action MOBILISATION recettes20
  19. 19. À l’avant, Lauri et Anthony tiennent la bannière du manifeste «Je m’engage…» en compagnie de certains signataires. Mode de préparation • Tout d’abord, choisir une cause qui mobilisera la population étudiante: avoir une revendication claire ou prendre un engagement spécifique. • Rédiger le manifeste ou la pétition en comité afin que tous les participants soient en accord avec le texte final. Ne pas hésiter à recourir au vote pour chaque section afin de s’assurer de la cohérence du document. • Inscrire le manifeste ou la pétition sur un grand tissu ou un rouleau de papier. S’assurer qu’il y ait suffisam- ment d’espace pour qu’une bonne partie des élèves ciblés puissent signer. • Penser à un mode de signature original qui encouragera les élèves à s’exprimer (ex : choix d’une couleur significative, empreinte à l’encre, etc.) Présentation • Installez le kiosque dans un couloir très fréquenté de l’école, à l’heure du dîner. • Assurez-vous qu’il y ait des animateurs motivés à votre kiosque afin d’expliquer l’action et de répondre aux questions des élèves. Invitez les élèves à venir signer le manifeste ou la pétition. Vous gagnerez ainsi de nouveaux alliés à votre cause! • Pensez à l’après-signature : souhaitez-vous présenter votre campagne aux médias? Ces signatures s’adressent-elles à la direction? Souhaitez-vous afficher le manifeste dans les couloirs pour conserver une marque de l’engagement pris par les signataires, ou peut-être le remettre à un groupe donné en guise de marque de solidarité ou de respect? Réalisation Le manifeste de la Semaine d’action Des bleus contre la haine, Thérèse-Martin. Pour en savoir plus sur les différentes semaines d’action, voir aussi les actions suivantes : action théâtrale (page 31), journée en bleu (page 24) et projection de film (page 50). recettes21
  20. 20. Difficultés Quelques élèves ont écrit des messages haineux sur la bannière de signatures et ce, à l’insu des organisa- teurs. Ce sont les élèves de l’école Otapi qui ont effacé ces messages lorsque la bannière a été installée chez eux. Néanmoins, ceci démontre la nécessité de travailler sur le racisme dans ce milieu. Impacts Plus de 400 élèves sont passés au kiosque pour signer le manifeste, qui a par la suite été apporté à Manawan par les élèves du comité de Thérèse-Martin lors d’un échange interculturel (voir page 53). Une enseignante de l’école Otapi a installé ce manifeste signé sur un mur de sa classe. Les élèves d’Otapi souhaitent créer un manifeste similaire et l’envoyer à Thérèse-Martin comme symbole de leur engagement à ne pas juger les autres. Le manifeste, créé par Rose Anne. «Je m’engage : • à comprendre et non à juger • à accepter les différences culturelles • à élargir mes horizons • à traiter les différents univers qui m’entourent avec respect.» recettes22
  21. 21. Ingrédients • Une couleur qui symbolise votre action • Des affiches de promotion • Des carrés de couleur en feutrine et des épingles à couche Provenance de la recette Thérèse-Martin Cette recette est idéale pour les grands groupes! Inspirée d’une recette déjà gagnante originaire de la Nouvelle-Écosse, le Pink Shirt Day (www.pinkshirt- day.ca), elle s’adapte à tous les contextes et à toutes les couleurs! Niveau de difficulté 2/10 Temps de préparation 6 heures Parfait pour entraîner une large partie de la population dans une action de solidarité Journée en (insérez la couleur de votre choix!) action MOBILISATION recettes24
  22. 22. Rose peint des lignes bleues sur les joues des élèves, lors de la journée en bleu. Anthony, Rose Anne, Alex, Anne-Marie, Lauri et Marie-Édith célèbrent le coup d’envoi à la semaine d’action de Thérèse-Martin. Alex explique à des élèves de l’école secondaire Thérèse-Martin la signification du port du carré bleu contre le racisme. Mode de préparation • Convier les élèves de l’école à une journée où tout le monde s’habille en (insérer ici la couleur de votre choix). • Produire des affiches qui annoncent les raisons de cette initiative. • Acheter de la feutrine et des épingles. Découper des formes et y accrocher les épingles. Réalisation La journée en bleu de la Semaine d’action Des bleus contre la haine. Lors de la Semaine d’action Des bleus contre la haine, le comité a entrepris plusieurs activités : • inviter les élèves à venir à l’école en arborant du bleu pour montrer leur solidarité contre le racisme; • inviter les élèves à signer un manifeste; • distribuer des carrés bleus; • prendre une photo souvenir pour souligner l’engagement des élèves de l’école Thérèse-Martin. Difficultés Aucune. L’action a très bien fonctionné. Impacts Voir la solidarité : la journée en bleu a eu un impact sur l’atmosphère de l’école : les élèves ont cessé de croire qu’ils étaient seuls à désapprouver le racisme et ont réalisé qu’ils étaient plutôt une majorité! Les carrés bleus qui s’éternisent : un mois après l’événement, plusieurs élèves de Thérèse-Martin portaient encore le carré bleu. Les élèves du comité souhaitent reprendre la campagne du carré bleu dès l’automne. recettes25
  23. 23. « J’ai entendu beaucoup de bons commentaires sur la Biblio- thèque humaine! Plusieurs personnes ont dit que ça a passé trop vite et qu’ils voulaient rencontrer d’autres « livres »! Amanda Sur la photo: Meg (gauche) et Alex
  24. 24. Provenance de la recette Rosemere High School Cette recette fonctionne pour Une classe ou tout un niveau Niveau de difficulté 10/10 Temps de préparation tout dépend de la taille de votre bibliothèque humaine. Si seulement 30 élèves participent: 10 heures. Si vous voulez le faire pour plus de 100 élèves : 15 à 20 heures. Parfait pour déconstruire des stéréotypes en mettant en relation des élèves avec des per- sonnes ayant des réalités différentes. Bibliothèque humaine Ingrédients • Le désir de mettre en lien des personnes afin que les préjugés puissent être questionnés et déconstruits • Des personnes de différentes nationalités, religions, orientations sexuelles ou avec des expériences de vie variées qui acceptent de témoigner de leur vécu et d’agir tel des « livres humains » • Un titre pour chaque « livre » qui doit être choisi par la « personne-livre » • Des classes divisées en groupes de 4 ou 5 étudiants • Des directives, tel que trouvé sur le site : www.ensemble-rd.com ACTION RELATIONNELLE recettes27
  25. 25. Jacob, un jeune Juif, parle avec le groupe qui l’a « loué ». Noor, une participante du Projet Empreintes de Dorval-Jean-XXII, explique la religion musulmane à des garçons de Rosemère. Noor, comme tous les jeunes du comité Dorval-Jean-XXII, était présente à Rosemère dans le cadre d’un échange interculturel (page 53). Les organisateurs de l’événement et tous les livres. Mode de préparation • Contacter chaque « livre humain » pour lui expliquer votre projet et le convier à votre école. • Chaque « livre humain » pourra rencontrer trois groupes d’élèves, l’un après l’autre. Créer des « fiches de location de livres » pour chaque « livre humain ». • Créer une « fiche d’emprunt » pour chacun des groupes d’élèves, qui aura à classer les « livres humains » par ordre de préférence. Présentation • Les élèves arrivent. Le fonctionnement de la bibliothèque est alors expliqué par les organisateurs et chaque livre peut énoncer son titre et résumer la rencontre qu’il propose. • Les groupes d’étudiants (les locateurs) s’assoient avec une fiche et un crayon et classent les « livres humains » selon leurs préférences de location. • Chaque groupe envoie un représentant à la table des bibliothécaires avec sa liste de classement. Ce représentant essaie d’abord de louer son premier choix. Si le livre n’est pas disponible, il/elle demande pour le deuxième choix de son groupe, et ainsi de suite. Lorsque le responsable du groupe a obtenu trois cartes d’emprunt de TROIS LIVRES DIFFÉRENTS, pour TROIS TOURNÉES DIFFÉRENTES, il peut se rasseoir à sa table. • La première tournée est officiellement lancée. Chaque représentant du groupe de locateurs lève la « fiche titre » en l’air pour que le livre loué se dirige vers eux. Une fois les livres en place, chaque groupe com- mence sa session. Le « livre humain » raconte son expérience et répond aux questions pendant environ 15 à 20 minutes. • À la fin de la première tournée, le groupe lève sa « fiche titre » pour la prochaine session et ainsi de suite. Réalisation : La première Bibliothèque humaine de Rosemere High School recettes28
  26. 26. Difficultés Cet événement demande énormément d’organisation. Puisque les jeunes trouvaient difficile de contacter des « livres humains », n’ayant pas accès à des réseaux à l’extérieur de leur communauté, cette tâche a été assumée par la chargée de projet. De plus, puisqu’ il faut beaucoup de coordination pour s’assurer que les « livres » soient présents, pour qu’ils sachent ce qu’ils ont à faire et pour que toutes les fiches soient prêtes, il est souhaitable d’être soutenu par un adulte disponible pour aider à mener à bien cette recette. Impacts La Bibliothèque humaine a connu un franc succès. Cette action valait tout le travail entrepris. Les élèves se sont sentis privilégiés de discuter librement avec les « livres humains». Beaucoup de préjugés ont été dé- construits lors de cette journée. Exemple: fiche de location recettes29
  27. 27. Ingrédients • Une connaissance des stéréotypes qui prévalent dans le milieu en question et le désir d’encourager les étudiants à se questionner à ce sujet (voir le sondage, page XX). • Des idées d’activités pour essayer de déconstruire les stéréotypes. • Des professeurs se portant volontaires pour amener les classes à vous rencontrer, ou encore un ho- raire préparé par l’administration pour que les classes viennent participer à vos kiosques. • Des affiches et des objets pour décorer vos kiosques. • La permission d’utiliser un local (cafétéria, bibliothèque, etc.) pour installer les kiosques. • La permission de s’absenter d’une période de classe pour animer les kiosques. Provenance de la recette Thérèse-Martin Cette recette fonctionne pour ravir les yeux et les oreilles d’une école entière. Elle convient par- faitement à toutes les saisons Niveau de difficulté 6/10 Temps de préparation de 2 à 4 heures Parfait pour stimuler l’intérêt à propos d’un enjeu ou encore pour convier des élèves à participer à une action Action théâtrale Ingrédients • Une connaissance des problématiques propres à votre école • Une image visuelle forte qui exprime une réalité ou un message de façon réaliste ou métaphorique • Un groupe d’étudiants en art dramatique ou d’élèves prêts à faire une action théâtrale • Des costumes ou des décors si nécessaire • Un local pour préparer l’action qui se doit de rester secrète avant la représentation ACTION ARTISTIQUE recettes31
  28. 28. Mode de préparation • Réunir une grande quantité d’élèves prêts à s’engager artistiquement pour la cause. Puiser dans les réseaux de votre comité. Chaque membre peut recruter de deux à cinq personnes. Au besoin, rencontrer les en- seignants de théâtre pour demander leur collaboration pour le recrutement ou pour l’exécution même de l’action. • Élaborer une mise en scène simple qui pourrait être répétée en boucle et qui ne nécessite pas l’apprentissage de textes complexes. Afin d’assurer un résultat optimal, créer l’action de façon collaborative en demandant aux participants de jouer tour-à-tour les metteurs en scène. • Réfléchir au lieu où se tiendra l’action artistique : a-t-on besoin de musique ou de micros? Souhaite-t-on parler? Ces contraintes peuvent déterminer l’action théâtrale. • Donner rendez-vous aux élèves à une heure précise pour l’action. • Remettre à chaque participant une feuille de libération si nécessaire. • Concocter un dépliant informatif sur la problématique ciblée et en imprimer une quantité suffisante pour la distribuer aux élèves présents. Présentation • Le jour même, assurez-vous que chaque participant sait quoi faire et où se placer. Avisez chacun de la durée de l’action. Placez une personne-ressource à proximité pour s’assurer du confort des participants. • En marge de l’action théâtrale, des élèves distribuent des dépliants informatifs sur la problématique ciblée par l’action. Réalisation À Thérèse-Martin, la semaine Des bleus contre la Haine a pris son envol avec une action théâtrale ap- pelée « épidémie ». L’idée du comité était de faire une action-choc qui allait frapper l’imaginaire des élèves de Thérèse-Martin. Ainsi, Marie-Édith a eu l’idée de dénoncer l’«épidémie de haine» qui sévit à l’école Thérèse-Martin. Pour créer une image forte, le comité a modifié des masques médicaux en y inscrivant des affirmations telles que : le racisme nous empoisonne, la haine nous étouffe, l’ignorance est épidémique, etc. Le comité n’étant constitué que de six personnes au moment de cette semaine d’action, les participants ont convoqué des sympathisants à les joindre. L’action « épidémie » de la Semaine Des bleus contre la haine, du comité de Thérèse-Martin recettes32
  29. 29. Difficultés Le comité a fait le pari d’une organisation rapide et efficace lors d’un seul dîner. Bien que les participants connaissaient la chorégraphie, ils ne se sentaient pas préparés à exécuter cette tâche DEVANT leurs pairs. Plusieurs étaient nerveux, ou gênés. Il aurait été souhaitable de faire plusieurs rencontres de préparation, au risque de perdre quelques participants. Impacts L’avantage d’une telle action est qu’elle a mobilisé 25 personnes pour une très courte durée en donnant une image forte. De plus, elle a permis à ces élèves de sympathiser et de mieux connaître leurs allié-e-s dans l’école. DesBleusContrelaHaine! Mardi: Distribution de carrés bleus pour signifier le désir d’avoir une école respectueuse de tous, une école sans racisme. Mercredi: Kiosque dans l’Aile B. Viens mettre ton empreinte si tu crois que tout le monde dans l’école a droit au respect. Jeudi: Journée BLEUE. Mets-toi en bleu pour la cause. Vendredi: Visionnement du WAPIKONI MOBILE dans le mini-auditorium durant le midi. Ammènes ton lunch. Tirage de PRIX. DesBleus Mardi: Distributio le désir d’avoir une une école sans raci Mercredi: Kiosque ton empreinte si tu l’école a droit au re Jeudi: Journée BLE cause. Vendredi: Visionne dans le mini-audito ton lunch. Tirage de DesBleusContrelaHaine! Mardi: Distribution de carrés bleus pour signifier le désir d’avoir une école respectueuse de tous, une école sans racisme. Mercredi: Kiosque dans l’Aile B. Viens mettre ton empreinte si tu crois que tout le monde dans l’école a droit au respect. Jeudi: Journée BLEUE. Mets-toi en bleu pour la cause. Vendredi: Visionnement du WAPIKONI MOBILE dans le mini-auditorium durant le midi. Ammènes ton lunch. Tirage de PRIX. DesBleus Mardi: Distributio le désir d’avoir une une école sans raci Mercredi: Kiosque ton empreinte si tu l’école a droit au re Jeudi: Journée BLE cause. Vendredi: Visionn dans le mini-audito ton lunch. Tirage d recettes33
  30. 30. Provenance de la recette Rosemere High School Cette recette fonctionne pour Quelques classes ou toute l’école. Les autocollants peuvent être pla- cés dans les salles de bain pour rejoindre une majorité d’étudiants. Niveau de difficulté 5/10 Temps de préparation 5 heures Parfait pour Cibler une problématique précise et passer un message fort Campagne d’autocollants Ingrédients • Un message que vous souhaitez faire circuler dans votre milieu scolaire • Un design attrayant pour l’autocollant • Quelqu’un pour faire la mise en page sur l’ordinateur • L’approbation de l’administration pour afficher les autocollants • Un budget pour imprimer ACTION ARTISTIQUE recettes35
  31. 31. Difficultés Les membres du comité ont créé plusieurs modèles d’autocollants. Cependant, ils ont dû voter pour déter- miner les modèles à imprimer, ce qui a créé une certaine déception chez ceux qui n’ont pas vu leur travail retenu. Le comité a toutefois créé un site Tumblr (page 43) pour publier les designs qui n’ont pas été imprimés sous forme d’autocollants. Impact Plusieurs professeurs auraient aimé recevoir une plus grande quantité d’autocollants et d’affiches. La direc- tion du Rosemere High School a approuvé un budget pour en imprimer davantage l’an prochain! Meg pose l’autocollant sur une chaise. Les élèves du comité ont placé cet autocollant à travers l’école, notamment sur les chaises avec le graffiti « Juif ». Mode de préparation • Créer votre autocollant sur un logiciel d’illustration ou de traitement de texte. • Les imprimeries locales devraient pouvoir vous proposer du papier autocollant pour l’impression. Présentation • Mettez vos autocollants dans des endroits stratégiques, donc très visibles. • Choisissez un lieu significatif selon la problématique visée! Réalisation Le Comité Empreintes de Rosemere High School voulait s’attaquer aux messages haineux écrits sur les chaises dans leur école. Alors, ils ont utilisé Photoshop pour créer le design « Are You Smarter Than Hate?» ou « Êtes-vous plus intelligent que la haine? » En plus petit, on peut lire : « Soyez brave. Questionnez le conformisme. Combattez les stéréotypes »« Originalité > Conformisme » et « L’imperfection est belle » recettes36
  32. 32. Ingrédients • Une connaissance des problématiques propres à votre école ou à votre communauté • Des images fortes pour marquer l’imaginaire • Des connaissances de base en design ou en bricolage • Un budget d’impression ou de photocopie Provenance Thérèse-Martin, Rosemere et Otapi Cette recette fonctionne pour une école ou une communauté entière. Niveau de difficulté 3/10 Temps de préparation 10 à 15 heures Parfait pour sensibiliser ou informer un large public Campagne d’affichage ACTION ARTISTIQUE recettes38
  33. 33. Mode de préparation • En comité, choisir les thématiques qui seront abordées par la campagne. • Faire un brainstorming en sous-comité pour chacune de ces thématiques. Chaque participant peut emmener des affiches déjà existantes ou des images qui l’inspirent. Réunir les idées. • Soumettre au vote et, si possible, incorporer différentes idées. • Une fois la conception terminée, élire une personne pour effectuer le design. Penser au public cible. • Utiliser l’affiche pour renvoyer à une plateforme web ou à de l’information additionnelle (film ou site internet). Présentation • Affichez vos créations dans des lieux publics très fréquentés. Évitez les lieux moins passants, ce qui pourrait créer un climat favorable à des actes de vandalisme sur les affiches. • Ne les posez pas toutes. Il se peut que certaines d’entre elles disparaissent et il est bon d’en avoir quelques-unes en surplus pour réafficher quelques semaines plus tard. Réalisations Variation 1 : Thérèse-Martin Une fois le comité constitué, les participants ont fait le choix de donner de la visibilité à leur mis- sion. Ils ont décidé de produire une série d’affiches de sensibilisation. Après quelques rencon- tres, trois affiches ont été créées à propos de la réalité des réfugiés, des mots blessants ainsi que du racisme. Les formules choisies sont frappantes : les élèves de l’école ont commenté élogieusement cette campagne. recettes39
  34. 34. Variation 2 : Rosemere High School Amy, du Rosemere High School, a eu l’idée d’une affiche disant : «Originality is Like Waldo : Hard to Find » (L’originalité est comme Charlie : difficile à trouver). À partir de cette idée, l’affiche suivante a été créée (Charlie se fond dans la foule. Tu peux te distinguer). Cette affiche renvoyait également au site Tumblr du comité (page 43) et visait à remettre en question le conformisme ambiant au Rosemere High School. Variation 3 : Otapi Le comité a créé trois affiches sur les thématiques du bon voisinage, de la lutte aux stéréotypes et d’une meil- leure compréhension des différences culturelles. En bas des affiches, on invite le lecteur à visionner le film Corriger le tableau en indiquant le lien web. Le comité a posé ces affiches à plusieurs endroits dans la ville de Joliette, par exemple à l’endroit où les Atikamekws vont faire leurs courses, où ils ont l’habitude de sortir, mais également dans des lieux où ils vivent du racisme sous forme de commentaires haineux. Les membres du comité de Manawan, avec l’aide du comité de Joliette, ont demandé aux commerçants du centre-ville s’ils pouvaient afficher leurs affiches sur les fenêtres; 75 d’entre elles sont maintenant visibles dans la ville de Joliette. recettes40recettes
  35. 35. Difficultés L’utilisation de logiciels tels que Photoshop ou Indesign a facilité la production d’affiches, qui aurait autrement pu être plus ardue. Impacts Un projet d’affichage est la manière traditionnelle d’attirer de l’attention sur un enjeu. La raison pour laquelle cette tactique est aussi souvent utilisée, c’est parce qu’elle fonctionne bien. En effet, de jolies affiches bien conçues interpellent un grand nombre de personnes. Thérèse-Martin La campagne d’affichage a été reçue positivement par le personnel de l’école et les élèves. Il n’est pas rare que des affiches soient arrachées par certains élèves de l’école Thérèse-Martin; pourtant, les créations du comité sont demeurées bien en vue jusqu’au début du mois de juin. Rosemere High School Une vingtaine d’affiches ont été installées dans l’école et plusieurs enseignants ont exprimé leur désir d’en voir davantage. Ces affiches, ainsi que toutes celles produites lors du Projet Empreintes — Engage-toi!, seront disponibles en ligne sur le site Internet de Ensemble. Otapi La campagne d’affichage a été menée par les participants avec l’aide des étudiants de Joliette. Ensemble, ils ont pris en charge le parcours, approché les commerçants et parlé du projet. Cette démarche a per- mis d’établir un contact constructif entre des citoyens, des commerçants de Joliette et les participants de Manawan. Les affiches, constituant un véritable appel au dialogue, invitent les citoyens de Joliette à visionner la vidéo qu’ils ont réalisée et à se repositionner vis-à-vis leurs préjugés. Des articles ont été écrits sur le projet par des journalistes qui ont suivi la démarche (Anne-Marie Duquette, l’Action.com, 1er juin 2012 et Mylène Tremblay, Châtelaine, Septembre 2012). recettes41
  36. 36. Provenance de la recette Rosemere High School Cette recette fonctionne pour tous les élèves curieux qui utilisent les blogues et les médias sociaux. Elle offre la possibilité d’atteindre des personnes à l’extérieur de l’école. Niveau de difficulté 5/10 Temps de préparation 3 heures + 30 minutes à chaque semaine Parfait pour diffuser plus largement les idées et la cause, en proposant du contenu original et plus complet Création d’une page Tumblr Ingrédients • Des participants capables de réaliser une page sur l’interface web choisie • Des membres du comité qui s’engagent à éditer la page régulièrement Action Médiatique recettes43
  37. 37. Mode de préparation • Inscrire le groupe sur www.tumblr.com. • Suivre les instructions pour choisir une image d’arrière-plan et un thème. • S’abonner aux profils des personnes sur Tumblr qui mettent du contenu en lien avec votre problématique. Ex. : le racisme, le sexisme, l’intimidation, etc. Présentation • Trouver une façon de faire connaître le lien de votre Tumblr. Voir campagne d’autocollants (page 35) et campagne d’affichage (page 38) pour des idées. Réalisation Le comité du Rosemere High School voulait encourager les étudiants à approfondir leur réflexion sur les préjugés. Sur leur site SmarterThanHate.tumblr.com, ils ont non seulement « re-blogué » certaines images pertinentes, mais ils ont aussi publié du contenu original comme les designs d’autocollants et d’affiches afin de les partager à un plus grand public. Difficultés Il a été difficile de stimuler et de préserver la motivation pour la création de cette page Tumblr parce que les jeunes n’ont pas reçus directement les commentaires de leurs pairs. Impacts Il est difficile de mesurer l’impact d’une telle initiative puisque les sites Tumblr ne font pas de statistiques sur le nombre de visiteurs. recettes44
  38. 38. Ingrédients • Une caméra vidéo ou photo pouvant capter de la vidéo • Quelqu’un qui sait faire du montage • Une bonne idée pour le concept du film Provenance de la recette Dorval-Jean-XXII et Otapi Cette recette fonctionne pour ceux qui y goûteront par leur par- ticipation. Elle offre la possibilité d’atteindre un large public. Niveau de difficulté 9/10 Temps de préparation 5 heures + le temps de montage Parfait pour rejoindre un large public par Internet ou dans une salle de projection Création d’un film Action Médiatique ACTION ARTISTIQUE recettes46
  39. 39. Réalisations Variation 1: Au Bout du Fil, une histoire commune par le comité Dorval-Jean-XXII Ce film a été créé dans le cadre du projet Cultures croisées de Radio-Canada International qui vise à faire entendre les voix de jeunes Canadiens de tout horizon. Les jeunes du comité de Dorval-Jean-XXII ont ainsi créé un film retraçant les histoires de vie de chacun. Quoique très différentes puisque les jeunes proviennent de pays aussi variés que le Nigéria, la Palestine, le Cambodge, l’Inde, Haïti et les Philippines, leurs histoires ont beaucoup en commun, notamment le fait que leurs parents ont tous quitté leur pays d’origine en espérant offrir une vie meilleure à leurs enfants. Réunis par le Projet Empreintes — Engage-toi!, ces élèves tentent de construire un milieu de vie plus inclusif et respectueux de tous, peu importe l’origine ethnique. Dans le film, chaque participant parle, une balle de ficelle en main, du parcours suivi par sa famille pour ar- river au Canada. À la fin de son histoire, le participant lance la balle à quelqu’un d’autre qui raconte à son tour son histoire. Par la ficelle qui relie chaque jeune, le spectateur voit l’interconnexion qui les lie. Tu peux voir le film en cherchant le titre Au bout du fil : une histoire commune sur un fureteur. Difficultés Bien que des logiciels pour le montage vidéo soient de plus en plus accessibles, il ne faut pas sous-estimer les difficultés techniques entourant le tournage et le montage. Dans certains cas, nous avons tourné des images de qualité, mais le micro n’était pas bien branché. Il faut s’assurer d’avoir quelques connaissances de base avant d’embarquer dans un tel projet. Impacts Au Bout du Fil sera bientôt accessible sur le site web de Radio-Canada. Il pourra être diffusé à plus large échelle et ainsi rejoindre des spectateurs à travers le monde. Les membres du comité pourront aussi organiser, au courant de l’année prochaine, un visionnement de leur film à l’école. Variation 2 : Corriger le tableau, un film par le comité de l’école Otapi et la Wapikoni Mobile Les élèves du comité ont choisi en premier lieu de s’attaquer aux stéréotypes racistes dont ils sont souvent la cible. Profitant du passage d’une escale de la Wapikoni Mobile, un organisme qui donne aux jeunes des Premières Nations l’occasion de s’exprimer au moyen de réalisations vidéo et musicales, les participants ont créé le scénario du film Corriger le tableau et participé à un tournage qui a réuni des gens de tous âges, sous la direction de Sarah Fortin. Le concept du film : partir de préjugés récurrents, et les corriger un à un, en y opposant des réalités plus positives. recettes47
  40. 40. Dans le film, des stéréotypes et des préjugés blessants sont inscrits par chaque participant sur un tableau noir. Les préjugés sont effacés puis des représentations plus positives sont inscrites sur le même tableau. Le film est en ligne depuis mars 2012 et a été diffusé par le comité de Joliette lors de leur semaine d’action interculturelle (page 56). Le film a été visionné plus de 2000 fois au début du mois de juin 2012. Les partici- pants espèrent que cette œuvre permettra de briser les stéréotypes afin de construire une plus saine relation entre Blancs et Autochtones. Vous souhaitez le voir? Rendez-vous sur www.wapikoni.tv, dans l’onglet Films et musiques, et cherchez le film Corriger le tableau! Difficultés Aucune. La présence de la Wapikoni Mobile a énormément facilité la réalisation de cette action! Merci Wapikoni Mobile! Impacts Les participants ont ressenti beaucoup de fierté grâce à cette œuvre et beaucoup la font circuler via les ré- seaux sociaux. recettes48
  41. 41. recettes
  42. 42. Action Médiatique ACTION ARTISTIQUE recettes50 Provenance Thérèse-Martin Cette recette fonctionne pour les longs dîners d’hiver et réconforte les cœurs de toute une école! Niveau de difficulté 2/10 Temps de préparation 3 à 4 heures Parfait pour présenter différents points de vue sur une problématique Projection de films Ingrédients • Une thématique susceptible d’intéresser les élèves de l’école • Un film ou des court-métrages de qualité peu diffusés par les grands médias et qui viendront diversi- fier l’image véhiculée à propos de la thématique choisie • Une équipe d’animation capable de nourrir les discussions pendant ou après la projection • Un endroit réservé pour la projection
  43. 43. 51 Mode de préparation • Sélectionner des films dans le but de diversifier l’information sur ce thème. • Réserver une salle et s’assurer de la disponibilité du matériel de projection et de sonorisation. • Prévoir une animation pour compléter l’information sur les films projetés. Présentation Servez cette recette lors d’une journée pluvieuse ou une journée d’hiver. Le beau temps estival n’est pas propice à la fréquentation des salles sombres de cinéma. Réalisation Projection des court-métrages de la Wapikoni Mobile à Joliette La projection de la Wapikoni Mobile intitulée Dés-haine-toxication a clos la semaine d’action Des bleus contre la haine. Malgré le beau temps du mois de mai, 25 élèves de tout horizon sont venus assister à cette projection de sept court-métrages réalisés à Manawan, Uashat Maliotenam et Matimekush-Lake-John. Abordant les thématiques du lien amoureux, du racisme, des pensionnats autochtones, du blocus de la route 138 par les Innus, et un vidéoclip des Red Rockerz, un groupe de Manawan, cette projection visait à diver- sifier la représentation que nous avons des Autochtones du Québec. Cette projection a été fort appréciée et 15 guides Mythes et réalités sur les peuples autochtones, produit par la CDPJQ, ont été distribués dans l’audience. Difficultés Recruter du public. En effet, si la projection a lieu lors des beaux jours de printemps, il peut être ardu de remplir une salle. Bien que la projection ne demande pas énormément de travail, il est CAPITAL de bien publiciser une telle projection. Vous pouvez la faire annoncer par des enseignants d’histoire ou d’éthique ou poser des affiches dans les couloirs de l’école. Bref, faites-vous connaître! Impacts Une projection de court-métrages permet de présenter une multiplicité de points de vue différents sur une même réalité. Les spectateurs ont eu l’occasion de poser des questions et d’échanger sur leurs stéréotypes. Cette action est très efficace. «J’ai beaucoup aimé la projection, surtout le vidéoclip des Red Rockerz, je pensais pas qu’il se faisait de la musique techno dans les réserves autochtones. Ça m’a vraiment surpris.» UnspectateurdeJoliette
  44. 44. Ingrédients • Des jeunes motivés à faire découvrir leur culture • Des activités significatives pour agrémenter la découverte • Un sens de l’organisation développé pour assurer la logistique de ces activités • De l’entregent pour stimuler les échanges entre participants Provenance de la recette Otapi, Thérèse-Martin, Rosemere High School et Dorval-Jean-XXII Cette recette fonctionne pour de petit groupes et permet de bien allier les saveurs de toutes origines! Niveau de difficulté 10/10 Parfait pour créer des liens durables entre deux communautés Échange interculturel ACTION RELATIONNELLE recettes53
  45. 45. Mode de préparation • Déterminer d’abord les groupes qui se rencontreront. Le critère de diversité des réalités locales peut être déterminant. • Mandater les élèves participants à réfléchir aux éléments de leur culture ou de leur communauté dont ils sont fiers et leur demander de dresser une liste d’activités qu’ils aimeraient placer à l’horaire. • S’assurer de prévoir chaque activité à l’horaire ainsi que la logistique : déplacements, repas, pauses, etc. Prévoir des plans B en cas d’imprévus. • Synchroniser les calendriers des deux groupes choisis. Présentation Faites une activité en début d’échange qui pourra permettre aux participants de se mélanger et d’apprendre à se connaître dans l’action. Assurez-vous de laisser suffisamment de temps pour chaque activité. Stimulez la discussion entre les participants. À la fin de l’échange, gardez du temps pour discuter avec les participants : qu’en ont-ils pensé? Qu’est-ce qui les a impressionnés? Qu’ont-ils pensé de chacune des activités? Réalisations Variation 1 : échange Rosemere High School – Dorval-Jean-XXII. Rosemere High School et Dorval-Jean-XXIII sont des écoles qui vivent des réalités extrêmement différentes. À Rosemère, la population étudiante est très homogène. À Dorval, c’est tout le contraire! Des jeunes origi- naires d’une centaine de pays se côtoient. Dans le cadre de leur échange, le comité du Rosemere High School est allé passer une journée dans l’école du comité de Dorval-Jean-XXII. Le lendemain, le comité de Dorval était à Rosemère. Chaque participant a été jumelé avec quelqu’un de l’autre comité pour les deux journées. Ainsi, les deux comités ont pu participer aux événements de l’autre (Bibliothèque humaine et kiosques). Les participants de Dorval et de Rosemère ont vécu deux journées de jumelage dans leur établissement respectif. recettes54
  46. 46. Variation 2 : échange à Manawan. Les participants de Manawan souhaitaient organiser cette activité afin de partager leur culture et de créer des ponts avec les jeunes de Joliette. Le comité de Manawan a élaboré un programme d’échange pour accueillir les jeunes de Joliette lors d’une fin de semaine culturelle, en prenant comme point de départ les éléments de leur culture qui les rendent fiers. Chaque participant de Manawan a pris en charge des activités lors de cette fin de semaine: • cours de perlage; • fabrication de collets et de cannes à pêche; • préparation de bannique (pain traditionel) et de beigne atikamekw; • concoction d’un repas de dorés, de brochets et d’outardes. Ainsi, les participants de Joliette ont pu vivre une fin de semaine au rythme des gens de Manawan. Lors de l’échange à Manawan, les participants ont tissé des liens en accomplissant ensemble différentes activités : cuisine, chasse au trésor, pêche, perlage, etc. Les guitaristes des deux nations ont pu partager leurs répertoires. recettes55
  47. 47. Variation 3 : échange à Joliette Le comité de Thérèse-Martin a planifié et animé une fin de semaine d’échange à Joliette lors de laquelle le groupe de l’école Otapi a procédé à l’installation de leurs affiches, effectué une visite du Musée de Joliette puis visité une ferme d’élevage. Les participants d’Otapi ont également passé une journée en classe avec des élèves de Thérèse-Martin. Le processus de préparation à l’échange a permis aux jeunes de Thérèse-Martin de prendre énormément de responsabilités : organiser la visite du musée, planifier les repas, guider à la ferme, etc. Difficultés Les échanges demandent énormément de planification : nourriture, transport, activités, hébergement. Malgré tous les efforts requis, les jeunes se souviendront longtemps et positivement de cette expérience. Impacts Ce genre d’action donne beaucoup de responsabilités aux participants et procure beaucoup de fierté. Les échanges permettent d’ouvrir un espace de partage et d’expériences positives pour tenter de comprendre, le temps d’une journée, le point de vue de l’autre. Les participants au jumelage. Lors du visionnement des films de la Wapikoni Mobile, certains élèves de Thérèse-Martin ne faisant pas partie du Comité Empreintes se sont proposés pour accueillir les Atikamekw. Rose Anne et Annamie créent des étampes au Musée d’Art de Lanaudière. Annamie (gauche), Rose Anne et Annie-Claude dans la voiture en route vers le musée. recettes56
  48. 48. «J’aime ça voir des choses différentes de Manawan ... changer de paysage.» Annie-Claude,deManawan
  49. 49. CONCLUSION «2012 : c’est la fin d’un monde. Celui de l’ignorance, des préjugés et du racisme.» C’est sur cette phrase, créée pour une affiche par le comité de Thérèse-Martin, que le coup d’envoi des différentes actions des Comités Empreintes 2012 a été donné. Nous avons bien l’intention, avec votre aide, de donner un peu de vérité à cette affirmation. L’année scolaire 2012-2013 verra la mise sur pied d’une Communauté Empreintes — Engage-toi! sur Facebook. Cette communauté, ouverte à tout élève du secondaire souhaitant s’impliquer dans la lutte contre l’intolérance, sera un lieu d’échange et d’inspiration pour les participants. Les ambassadeurs de Rosemère, de Manawan, de Dorval et de Joliette seront appelés à y publier de l’information sur les avancées de leurs différents projets. Et les élèves des 25 écoles visitées pourront en faire autant et alimenter de questions et de conseils les actions de tous nos ambassadeurs. La balle est dans votre camp. Parlez du Projet Empreintes — Engage-toi! et part- agez la page! Faites en sorte qu’une immense communauté de jeunes leaders mettent l’épaule à la roue pour faire du Québec un lieu plus inclusif et plus juste! www.facebook.com/ProjetEmpreintes 58
  50. 50. Annexe A : outils de diagnostic Utilisez les questions suivantes pour mener une réflexion dans votre école. Tableau diagnostic OUI/NON Dans mon école… …les cliques n’existent pas. On parle à tout le monde. …personne ne se fait insulter ou traiter de noms blessants. …les professeurs respectent les élèves. …les élèves respectent les professeurs. …je connais les ressources disponibles (psychoéducateur, psychologue, animateur, etc.). …je me sens en sécurité. …je sens que j’ai le droit d’exprimer mes opinions ou mon style vestimentaire. …les nouveaux élèves sont bien accueillis. …tout le monde est traité d’une manière égale. …les élèves sont ouverts aux personnes provenant d’autres pays et avec d’autres religions. …les orientations sexuelles diverses sont acceptées. …les conflits sont résolus d’une manière pacifique et ne dégénèrent pas en bagarres. …les personnes ne se font pas exclure en raison de leur apparence physique. …les rumeurs ne se répandent pas. …les médias sociaux sont utilisés d’une manière positive et non pas pour rabaisser le monde. OUI NON 59annexe
  51. 51. Qu’est-ce qui vous dérange à l’école ? Quel type d’école aimeriez-vous avoir? Quelles sont les inégalités ou les injustices dans votre école? annexe60
  52. 52. Annexe B : PLAN D’ACTION Afin d’organiser efficacement votre action, suivez ce plan étape par étape! 1. Identifier le problème, la cible de notre action À partir du diagnostic fait en page 59, quels sont les changements que vous aimeriez voir dans votre école ou dans votre communauté? 2. Définir la mission et ses objectifs Précisez la mission afin de pouvoir l’expliquer aux autres. Qu’est-ce que vous voulez faire exactement? Quelle est la cible de votre projet? Qui souhaitez-vous rejoindre? Identifier des objectifs réalistes : de quelle manière pouvez-vous aider à améliorer les choses? Que pouvez- vous VRAIMENT faire? 61annexe
  53. 53. 3. Déterminer les tâches et les échéances Déterminez pour chaque objectif une liste de tâches précises à réaliser. En partant de la date de réalisation de l’action, reculez dans le temps et voyez à quelle étape chaque tâche devrait être complétée. Assurez-vous que chacun soit responsable d’une tâche et qu’il comprenne en quoi elle consiste 4. Dresser la liste des besoins et des ressources Pour chacune des tâches, voyez ce dont vous avez besoin (ressources matérielles, financières, humaines). Est-ce qu’il vous manque des ressources dans votre comité? Si oui, qui dans l’école ou dans votre commu- nauté pourrait vous aider? En cherchant bien autour de soi, il est possible de trouver ce qui nous manque! 5. Planifier et assurer un suivi Vous avez déjà partagé les tâches entre vous, assurez-vous maintenant que les responsables respectent bien l’échéancier. Chacun est responsable de bien planifier son temps. Des réunions d’équipe fréquentes (à chaque semaine) sont nécessaires pour garder le suivi sur ce qui se passe, mais surtout pour se garder motivé! Si vous n’avez pas encore contacté les médias, c’est le temps! Faire parler de votre projet augmente son impact! 6. Action! Soyez confiants, souriants, prêts à vous adapter à des situations hors de votre contrôle! 7. Célébration et évaluation L’action a maintenant été posée et il est temps de célébrer! Saluez les bons coups de chacun et gardez-vous un moment pour réfléchir à ce qui aurait pu mieux fonctionner et de quelle façon. Ce bilan vous servira pour conseiller les participants des années à venir. Ainsi, en réfléchissant au processus, vous développerez une meilleure expertise de gestion de projet. 8. Partagez votre projet avec tous les étudiants du réseau Empreintes : www.facebook.com/ProjetEmpreintes ANNEXE62
  54. 54. Objetif: Actionchoisie: ÉtapesderéalisationPersonne/groupe responsabledelaréalisa- tiondel’action Ressources (budget,ressources humainesetmatérielles, temps,etc.) ÉchéancierIndicateursderéussite PLAND’ACTION 63annexe

×