Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

Enjeux de la recherche en SHS à l'ère des digital studies

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Consultez-les par la suite

1 sur 14 Publicité

Enjeux de la recherche en SHS à l'ère des digital studies

Télécharger pour lire hors ligne

C'est une bien étrange conférence que j'ai donnée là, durant la Master Class DNHD 2020 de Bordeaux. En février 2020, alors même que nous étions à la porte d'une crise pandémique mondiale qui allait faire entrer notre monde au XXIème, c'est en toute innocence et avec un sentiment étrange que j'improvisais ce qui aura pour but, encore inconscient, d'exprimer ma position pour une révolution de la recherche en SHS en France.

Dans l'ombre d'une énième réforme universitaire qui achèvera l'oeuvre de destruction de la recherche en sciences sociales et humaines (mais aussi à l'ombre d'une révolution interne dans ma pratique de chercheur depuis 4 ans), j'ai voulu accoucher de mon manifeste pour une recherche ouverte et libre que j'appellerai plus tard : les Z.A.R. - Les Zones Autonomes de Recherche. Entre Bureaucratie centralisatrice au service de la radicalisation idéologique du néolibéralisme et retrait dépressif de chercheurs broyéd par la machinerie technocratique, j'ai fait un rêve. L'émergence d'une N.A.R., c'est-à-dire une Non Agence de la Recherche. Rassemblement rhizotopique de chercheurs libres voulant travailler ensemble, conduit par une seule pulsion : le désir de savoir.

C'est une bien étrange conférence que j'ai donnée là, durant la Master Class DNHD 2020 de Bordeaux. En février 2020, alors même que nous étions à la porte d'une crise pandémique mondiale qui allait faire entrer notre monde au XXIème, c'est en toute innocence et avec un sentiment étrange que j'improvisais ce qui aura pour but, encore inconscient, d'exprimer ma position pour une révolution de la recherche en SHS en France.

Dans l'ombre d'une énième réforme universitaire qui achèvera l'oeuvre de destruction de la recherche en sciences sociales et humaines (mais aussi à l'ombre d'une révolution interne dans ma pratique de chercheur depuis 4 ans), j'ai voulu accoucher de mon manifeste pour une recherche ouverte et libre que j'appellerai plus tard : les Z.A.R. - Les Zones Autonomes de Recherche. Entre Bureaucratie centralisatrice au service de la radicalisation idéologique du néolibéralisme et retrait dépressif de chercheurs broyéd par la machinerie technocratique, j'ai fait un rêve. L'émergence d'une N.A.R., c'est-à-dire une Non Agence de la Recherche. Rassemblement rhizotopique de chercheurs libres voulant travailler ensemble, conduit par une seule pulsion : le désir de savoir.

Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Similaire à Enjeux de la recherche en SHS à l'ère des digital studies (20)

Plus par Amar LAKEL, PhD (20)

Publicité

Plus récents (20)

Enjeux de la recherche en SHS à l'ère des digital studies

  1. 1. + De quoi My Web Intelligence est-il le projet ? – Amar LAKEL, MICA E3D MasterClass DNHD Bordeaux # 2 13/14 février 2020 Analyser le web : de l’existence des méthodes aux possibilités de l’accès
  2. 2. + Le cauchemar d'Humbolt : l'épreuve de la bureaucratie  Centralisation bureaucratique de la recherche et concentration des ressources pour de "grands projets" dans une logique entrepreunariale.  Elimination darwinienne des équipes de recherche mise en compétition pour "servir" l'économie néolibérale ou les intérêts de l'Etat. L'ordre social ou la plus-value financière comme horizons de la recherche en SHS  Transformation de l'enseignant chercheur en expert assigné aux commandes public- privé (appel d'offres) instillant une logique de l'argent et de la compétition comme seule évaluation de ses capacités scientifiques.  Transformation des universités "périphériques" (90%) en lycées professionnels du supérieur avec pour objectif de supprimer les fonctions de chercheurs en SHS non soumis à la logique du marché et de doubler à coût nul la formation professionnelle. … Avènement d'un extrémisme techno-économiste  [un expert est in travailleur intellectuel qui met en application une doxa fondée sur une théorie remise en cause scientifiquement depuis 20 ans"]
  3. 3. + Un moment révolutionnaire qui tombe mal : la crise du digital des SHS  Panne et conservatisme de la rationalité "disciplinaire" des SHS devant la révolution digitale qui est plus qu'une révolution sociotechnique :  enjeux des accès aux "bigs" corpus numériques privatisés  épreuves d'une compréhension des documents complexes et hétérogènes (Bachimont)  Enjeux du développement des outillages intellectifs (Noyer)  retour des paradigmes interactionnistes qui enrichissent les oppositions structuro-holiste/individualisme stratégique  … les études digitales sont une profonde remise en cause des conditions de possibilité de la connaissance face un corpus ouvert et complexe inconnu (Cormerais et Lakel).
  4. 4. + Le tournant scientifique de l'analyse de la communication numérique et des SIC Etudes de cas [Monographie] Approches scientifiques [Lois de populations] Approche théorico- déductive [Hypothèses/ interprétation/ critique] + Narratif + Exploratoire + Macroscopique - non-démontrable + Précis + Complexe + Microscopique + Démontrable - non-généralisable + Précis + Simple + Macroscopique + Terrain + Démontrable + généralisable - non-généralisable Les SIC une science jeune au cœur des défis numériques
  5. 5. + Etre plus darwinien que les pseudo- darwiniens  Nous allons au devant d'une profonde interrogation/mutation dans la recherche indépendante et véritablement innovante ?  Mais cet âge de mise en crise peut être profitable, par son extrémisme doxique et la mise au pas violente, à l'émergence d'un nouvel éthos du chercheur à l'ère du digital.  Au-delà des deux pathologies du chercheur : le "génie individuel" bourgeois qui serait à l'origine de ses concepts (néologismes) et propriétaire de ses idées OU le fonctionnaire expert, prestataire dans la production "d'une plus-vue intellectuel dans une économie compétitive de la connaissance". …le paradigme du libre peut devenir le modèle pour accoucher d'une SIC de "laboratoires" ouverts #hack (Le Deuff et Lakel)
  6. 6. + I - Pour une mutation numérique du travailleur intellectuel  Culture critique du numérique : une connaissance de la trace numérique et des process d’éditorialisation inscrits dans des champs sociaux. -> Pour une théorie générale socio-technique du document numérique à de l'éditorialisation : "ca été manipulé !" (Bachimont, 2020)  Culture techno-scientifique : vers une véritable formation scientifique et technique des chercheurs en SIC (reproductibilité et réplicabilité de leurs recherches) -> renforcer le rôle des URFIST, des écoles doctorales, de formations au sein des labos et des sociétés savantes, entre collègues.  Culture du hacker : libertés individuelles et développement mutualisé des outils open sources gratuits au service du bien commun -> penser ses projets comme des applications génériques utiles à la communauté dans un écosystème de solutions.  Culture communautaire par projet : vers des tribus virtuelles et temporaires de recherches bienveillantes et coopératives. -> Pour un marché libre et gratuit d’un réseau social de chercheur dans un mode de rencontre continue.
  7. 7. + II - Pour un environnement ouvert des chercheurs en SHS  La négociation des données privées pour la recherche : la question des données propriétaires des plateformes et du droit d’accès pour la recherche ouverte - > Lobbying politiques des sociétés savantes et des laboratoires auprès des GAFAM  L’ouverture libre et gratuite des données de la recherche : Mouvement de l’open data pour la recherche en sciences sociales -> normaliser la production et le dépôt des données de la recherche grâce à des plateformes dataverse (grandes manœuvres GAFAM – UE). ex. HAL, ISIDORE, AMAZONetc.  La sécurisation juridique et ethique du chercheur dans l’usage de ces données et des résultats de la recherche -> Formation aux RGPD et licences ouvertes de mise à disposition des données (ex. Licences MIT).  Normaliser les formats d’objets de données dans les champs de recherches spécifiques (ex analyse du web et éditorialité numérique) -> mettre en place des normes ouvertes de structures de données (ex.schema.org).
  8. 8. + III - Pour une mutualisation des moyens de production intellectuels  Projets de développement des outillages algorithmiques libre et open sources dans R et Python -> Développer la recherche sur les outils et leur signifiance à travers des études de cas empiriques pour en finir avec les boîtes noires.  « Collaborer » avec les GAFAM pour en apprendre plus sur la recherche en "IA" grâce à l’usage des plateformes d’interprétations et de recordage. -> tester les plateformes dans grands GAFAM et publier des articles comparatistes d'usages en attendant les grandes infrastructures publiques  Promouvoir de vrais grandes infrastructures publiques de la recherche numérique tant dans l’indexation du web open source et public que dans l’accès à des plateformes d’analyse de données -> Lobbying auprès des grands TGIR et du Min de la Recherche pour l'accès "de droits" aux futures plateformes.  Imaginer ses propres serveurs open source d’indexation du web pour la recherche sur le modèle d’ISIDORE en logique de collection par équipe avec des méthodes d’exploration et d’exports avancés. -> projet dataverse de My Web Intelligence
  9. 9. + IV - My Web Intelligence : un "laboratoire" de corpus web Une logique projet • Problématisation de recherche • Dictionnaire de requêtes Agent de « scraping » • Constitution du corpus • HTTP ou API interface Crawling des liens • Epuisement du corpus • lien pertinent ? approbation ? Profondeur Algorithme de recodage • Nettoyage des données • détection des médias Une interface d’annotation • générateur de formulaires • interconnexion des API externes Algorithme structuraux • Classification et régression • Machine Learning Exports des données • Base de données(CSV et TEI) • Fichiers Graph • Fichiers propriétaires
  10. 10. + Pour conclure… … sans s’arrêter.
  11. 11. + Innover en SHS malgré tout 1. Logique Open source et Licence MIT VS les pathologies académiques/bureaucratiques mimant les logiques capitalistes (brevet, service rentable, GRAANNNDDD projet, etc)? 2. Interactions avec les informaticiens sur la gestion de gros projets (Partenariats académiques ? Partenariats avec entreprises ? Prestataires ?). La logique entrepreunariale est-elle une logique scientifique ? 3. Nécessité de développement en continu dans un programme itératif vs logique "grand machin" finissant dans le cimetière des projets ANR qui ne mènent à rien 4. Quelle politique de financements pour l’innovation dans la recherche ? Une confédération de petit appel d'offres multi-acteurs projets associatifs régionaux contre la centralisation bureaucratique parisienne (ANR) et européenne ? Un Fond Universel Individuel de recherche? Un renforcement des équipes projet ?
  12. 12. + Innover en SHS malgré tout  Se former soi-même au développement informatique en SHS ? Quelle reconnaissance de la communauté ? Impact sur la recherche en SHS ? Impact sur la carrière ? Changement de culture académique au sein des CNU ?  Avoir un vrai corps d’ingénieurs de recherche en humanités digitales au cœur des équipes de recherche (vs logique masse salariale nulle) ?  Fonder des vraies équipes projet volontaires sur le modèle des équipes Open-Sources en rupture avec la culture institutionnelle (vs révolution culturelle ?) sans s'enfermer dans les carcans (institutions, disciplines, etc)
  13. 13. + Ouvertures pleines d'espoirs : les 4 destins [non-exclusifs] du chercheur en SHS  Pour un ethos de la transmission : l'enseignant-enseignant des futurs lycées supérieurs en charge de produire des offres de formation innovants.  Pour un ethos carrieriste : le chercheur expert embarqué dans de grands porte-avions au financements européens qui frise le Milliard !  Pour un ethos narcissique : le chercheur médiatique vulgarisateur de concepts aussi surprenants que peu fondés qui font le buzz tant chérie par la presse grand publique.  Pour un ethos de vérité : un collectif temporaire qui se coordonne pour se doter de moyens libres et commun pour faire avancer la science.
  14. 14. + Redevenons Darwinien !  Charles Darwin dans son explication de la sélection naturelle rappelle que  la coopération,  l’entraide,  la compassion  le hasard  (et la compétition de ressources rares)  sont les facteurs principaux de transformations hasardeuses débouchant sur des solutions d'adaptation aux changements environnementaux et considère la sélection (Spencer&co) comme une aberration qui va à l'encontre de ses thèses.

×