Méthodes d’évaluation de la      transmission          Rakotobe Rodolphe Donatien  Direction Provinciale de la Santé et du...
Plan de présentation•   Rappel•   Enquêtes entomologiques :                 - Capture de moustiques                 - Mesu...
RappelEn général on distingue :          - zones de forte endémicité palustre     transmissionpérenne           - zones de...
Différentes méthodes d’évaluation                               1 - Enquêtes       Transmission           entomologiques  ...
Enquêtes entomologiques  1- Capture des moustiques                            Pulvérisation                              m...
Enquêtes entomologiques2 - Mesure du Taux d’Inoculation Entomologique ( T. I. E. )   Paramètre entomologique reflétant le ...
Enquêtes entomologiques3- Variations du T. I. E. selon les faciès écologiques    Le T. I. E. annuel peut varier de 0 à 100...
Enquêtes entomologiques4 - Interactions entre transmission et morbiditéUne seule piqûre infectée       entraîne exceptionn...
Enquêtes sérologiquesEtude faite au Burkina Faso sur la transmission, la prévalence et le niveau d’anticorps contre la pro...
Enquêtes sérologiquesFulvio Esposito, Stefania Lombardi, David Modiano ( 1988 )
ConclusionLes enquêtes entomologiques et sérologiques sont d’une importance capitale du fait que :        - elles permette...
Références•   Esposito F, Lombardi S, Modiano D, Zavala F, Reeme J, Lamizana L, Coluzzi M &    Nussenzweig RS. Prevalence ...
Je vous remercie de votre aimable attention
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Méthodes d'évaluation de la transmission

230 vues

Publié le

Modifier la présentation – SlideShare - Présentation de la 2e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - RAKOTOBE Rodolphe Donatien - MINISTERE de la SANTE et du PLANNING FAMILIAL de MADAGASCAR - Responsable Paludisme, DPS Fianarantsoa - rakotobed@yahoo.fr

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
230
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Méthodes d'évaluation de la transmission

  1. 1. Méthodes d’évaluation de la transmission Rakotobe Rodolphe Donatien Direction Provinciale de la Santé et du Planning Familial Fianarantsoa - Madagascar Atelier Paludisme 2004
  2. 2. Plan de présentation• Rappel• Enquêtes entomologiques : - Capture de moustiques - Mesure du Taux d’Inoculation Entomologique (T. I. E.) - Variations du T. I. E. selon les faciès écologiques - Interactions entre transmission et morbidité• Enquêtes sérologiques : - Etude faite au Burkina Faso• Conclusion• Références
  3. 3. RappelEn général on distingue : - zones de forte endémicité palustre transmissionpérenne - zones de faible endémicité palustre transmissionvarie suivant les saisonsCette transmission est assurée par : - la piqûre de l’anophèle femelle, porteur de sporozoïtesdans les glandes salivaires ; les espèces les plus efficaces sontanthropophiles et endophiles et d’une longévité élevée Mais comment va-t-on évaluer cette transmission ?
  4. 4. Différentes méthodes d’évaluation 1 - Enquêtes Transmission entomologiques 2 - Enquêtes Anophèle Homme sérologiques
  5. 5. Enquêtes entomologiques 1- Capture des moustiques Pulvérisation matinale Caractère endophile dans la maisonCapture des Capture sur Caractèremoustiques homme endophage ou exophage Capture à Caractère l’aide des anthropophile ou pièges à zoophile odeur Détermination des espèces : An. gambiae, ….
  6. 6. Enquêtes entomologiques2 - Mesure du Taux d’Inoculation Entomologique ( T. I. E. ) Paramètre entomologique reflétant le mieux la transmission T. I. E. : nombre de piqûres infectées /homme/nuit ou mois ou an T. I. E. = ma. s ma = nombre de piqûres/homme /nuit s = proportion d’anophèles ayant des sporozoïtes dans les glandes salivaires Si T. I. E. ne peut pas être calculé estimation de la transmission sur des bases cliniques, parasitologiques comme l’étude de la prévalence parasitaire chez les enfants de 2-9 ans (Metselaar et Van Theil, 1959).
  7. 7. Enquêtes entomologiques3- Variations du T. I. E. selon les faciès écologiques Le T. I. E. annuel peut varier de 0 à 1000 selon les zones- En forêt équatoriale dense non dégradée : T. I. E. est d’environ 10 PAIH/an- En forêt dense dégradée : T. I. E. de l’ordre de 100 PAIH/an Etude de la transmission au Cameroun par J.L. Meunier et coll. 1999 - T. I. E. = 176 PAIH/an à Koundou en forêt ouverte et dégradée 48% pour An. moucheti, 47% pour An. gambiae, 5% pour An. funestus - T. I. E. =17,7 PAIH/an à Ebolakounou dû à An. gambiae transmission 10 fois plus élevée dans le village à environnement dégradé par rapport à celui de la zone forestière dense- Au sahel : T. I. E. : 1 à quelques dizaines de PAIH/an- En ville : T. I. E. : 0,1 à 3 PAIH/an
  8. 8. Enquêtes entomologiques4 - Interactions entre transmission et morbiditéUne seule piqûre infectée entraîne exceptionnellement un accès palustre dans la zone de forte transmissionUne seule piqûre infectée entraîne fréquemment un accès palustre dans la zone de faible endémie Il n’y a pas de relation rectiligne entre la transmission et la morbidité
  9. 9. Enquêtes sérologiquesEtude faite au Burkina Faso sur la transmission, la prévalence et le niveau d’anticorps contre la protéine circumsporozoïtique de Plasmodium falciparum dans une zone d’endémie Le niveau d’anti-corps est un indicateur indirect et sensible de la transmission
  10. 10. Enquêtes sérologiquesFulvio Esposito, Stefania Lombardi, David Modiano ( 1988 )
  11. 11. ConclusionLes enquêtes entomologiques et sérologiques sont d’une importance capitale du fait que : - elles permettent de procéder au contrôle de la transmissionLes enquêtes entomologiques permettent aussi d’orienter la lutte.
  12. 12. Références• Esposito F, Lombardi S, Modiano D, Zavala F, Reeme J, Lamizana L, Coluzzi M & Nussenzweig RS. Prevalence and levels of antibodies the circumssporozoiite protein of plasmodium falciparum in an endemic area and their relationship to resistance against malaria infection. Transactions of the Royal Society of Tropical Medicine and Hygiene (1988) 82, 827-832• Meunier JY, Safeukui I, Fontenille D, Boudin C. Etude de la transmission du paludisme dans une future zone d’essai vaccinal en forêt équatoriale du sud Cameroun . Bull Soc Path Exot, 1999, 92: 309-312.• Raharimalala LA, Rabarijaona M, Razanavololo F et coll.. Etude du paludisme en zone de risque cyclonique : approche entomologique, diagnostique, thérapeutique dans la région sud-est de Madagascar. Arch Inst Pasteur de Madagascar, 2002, 68 : 79-85.• http://www.sante.gouv.sn/Programmes/paludisme.htm• http://www.arma.org.za/trview_f.htm• http://lozere.org/perso/malaria/l’apres.htm• http://www.medinfos.com/principales/fichiers/pm-inf-palugraves.shtml• http://asmt.louis/free.fr/anopheles.html• http://www.mara.org.za/trview_f.htm
  13. 13. Je vous remercie de votre aimable attention

×