Plasmodium-Anopheles: les anophèles non-vecteurs

1 039 vues

Publié le

Plasmodium-Anopheles: les anophèles non-vecteurs - Présentation de la 7e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - Tabue Ngomdjum Raymond - Cameroun - tnraymon@yahoo.fr

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 039
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
21
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Plasmodium-Anopheles: les anophèles non-vecteurs

  1. 1. Plasmodium-Anopheles:les Anophèles non-vecteursTOTO Jérôme JacquelineMédecin au Service de Lutte contre le PaludismeMADAGASCARMINSANPFEVALUATIONpar les FACILITATEURS
  2. 2. Code de classementExcellente présentation : 5 étoiles colorées sur 5(voir diapositive de titre)Adressez vos questions ou commentaires à :atelier.paludisme@pasteur.mgBonne lecture !
  3. 3. Plasmodium-Anopheles:les Anophèles non-vecteursTOTO Jérôme JacquelineMédecin au Service de Lutte contre le PaludismeMADAGASCARMINSANPFEVALUATIONpar les FACILITATEURS
  4. 4. PLAN DU TRAVAIL• Introduction• Distribution géographique des anophèles dansle monde• Capacité vectorielle• Anophèles non vecteurs et Plasmodium• Conclusion• Bibliographiemots-clés :anopheles,plasmoduim
  5. 5. Introduction500 espèces d’anophèles répertoriés dans le monde50 sont capables de transmettre le paludisme à l’homme(Harback.R,1994)20 espèces assurent l’essentiel de la transmissionLes autres ne participent pas à la transmission car :Ils sont zoophilesIls sont réfractaires aux Plasmodiums ou à une souche dePlasmodium.Il existeune grande variation dans la capacité des différentes espècesd’anophèles à transmettre les différentes espèces plasmodiales.Cette capacité est déterminée génétiquement
  6. 6. CAPACITE VECTORIELLE• La capacité vectorielle est un index qui définit la capacitéd’un vecteur à transmettre le paludisme chez l’homme.Paramètres impliqués :La durée de la phase sporogoniqueLa densité du vecteur dépend des conditions climatiques etgéographiquesLe degré d’anthropophilieLe taux quotidien de survieLe Sex ratio des gamétocytes
  7. 7. Distribution géographique desAnophèles dans le monde• La répartition du paludisme dans le monde dépend en partie descaractéristiques intrinsèques du vecteur.• La présence de vecteurs dépend de conditions locales, ce quiexplique l’hétérogénéité de la distribution du paludisme. Dans lemonde, on distingue des zones non impaludées avec anophèles (Europe,Ameriquedu Nord continent antarctique, Groenland, Islande, Polynésiecentrale et orientale) ): Anophelisme sans paludisme : existencedes anopheles vecteurs mais sans parasites des zones d’endémie palustre(Afrique sub-saharienne) :coexistence des Anopheles vecteurs et/ou non avec leurparasite : pouvoir contaminant
  8. 8. DISTRIBUTION GLOBALE DES ANOPHELES
  9. 9. Anophèles non vecteurs• L’incapacité de Plasmodium de se développer chez certaines espècesde moustiques• L’incapacité des anophèles de transmettre le paludismeCAUSES : absence chez ce moustique de facteurs métaboliquesindispensables au développement parasitaire.présence de toxines qui inhibent activement la croissance duparasite.perte des capacités vectorielles des ces AnophèlesFacteurs influençant :changements de comportements trophiques des anophèlesnaturelles: conditions climatologiques et environnementales localesfacteurs immunitaires : résistance mécanique et humorale
  10. 10. Facteurs immunitairesBarriere mécanique :• matrice peritrophique au niveaude l’estomac• sur 1000 gametocytes ingérés, 2ookinetes sont generés (Alvi etAl, 2003)• Dysfonctionnement des enzymes:Chitine par les cellulesstomacales et défaut de lasécrétion de la chitinase del’ookineteIncapable de franchir l’estomac(Mike A et Al,2009)Cycle sporogonique et la réaction dedéfenses de l’anophele
  11. 11. Facteurs immunitairesRéaction humorale :• Encapsulation: formation deslamelles autour des parasites:isolement et immobilisation• processus de mélanisation :Séquestration des parasites dansune couche de mélanine (Osta etAl ,2004) par TEP1 et LRIM1
  12. 12. CAS D’ANOPHELES NON VECTEURSAnopheles quadriannulatus : en Afrique du Sud et Ethiopie• Etude: évaluer leur capacité pour soutenir au développementde Plasmodiums falciparum : taux de la prévalence desinfections dans la glande salivaire
  13. 13. Facteurs environnementales• Enquête entomologique ,1997Nord ouest de Madagascar, dans 2 villages de Mandritsara :Ambohimahavelona et Kalandy ,région rizicole de basse altitudeObjet : étude de la transmission de paludisme et le comportementtrophique des anophèlesRésultats :• 3 especes d’Anopheles: Anoph Gambiae,Funestus,Arabiensus
  14. 14. Résultats sur analyse des repassanguin des anophèles récoltés• AMBOHIMAHAVELONA:56% sang gorgés sur homme10% repas mixte sur hommeet bœuf32% sur bœuf2% indeterminésTaux d’antropophilie moyen :64%• KALANDY :49% gorgés sur homme9% sur homme et bœuf42% sur bœuf1% indéterminéTaux d’antropophilie moyen :58%Constats : forte déviationzoophile de ces 3 vecteurs(abondance et la proximitédes zébus à ciel ouvert ou àdes pocheries près de leurhabitations)
  15. 15. Cas d’epidemie sur les Haute TerresCentrales(HTC ) de Madagascar 1986 -1989• Contexte : HTC: zone à paludismes instables70 000 à 100 OOO décèstaux annuel de morbidité: 14 pour milles en 8528 pour milles en 8653 pour milles en 87• Causes de remontée du paludisme : causes climatiques causes opérationnelles causes anthropologiques
  16. 16. Cas d’epidemie sur les HCT(suite)Causes anthropologiques :• Crises économiques et politiques InsecuritéObliger de tenir leurs bétails au rez de chaussée de leurshabitations:- facteur d’accroitre la température nocturne- Moustiques plutôt zoophiles « Anopheles Arabiensus » devientantropophilesD’où changement du comportement trophique avecaugmentation des pourcentage d’antropophilie et de leurcapacité vectorielle
  17. 17. Conclusion• Les connaissances acquises sur ces vecteursfavorisent une meilleure compréhension delépidémiologie de cette maladie.• la distribution géographique des moustiquesvecteurs ou non permet d’affiner les méthodes delutte anti-vectorielle : utilisation rationnelle desinsecticides• Est- ce qu’on peut remplacer les anophèles vecteurspar les non vecteurs pour arrêter la transmission dupaludisme?
  18. 18. Bibliographies1-Antimalarial Responses in Anopheles gambiae: From a Complement-like Proteinto a Complement-like Pathway.Stephanye et al.20082-Innate immunity in the malaria vector Anopheles gambiae: comparative andfunctional genomics Mike A. Osta, George K ET Al European Molecular BiologyLaboratory, Meyerhofstrasse 1, 69117 Heidelberg, Germany Avril 20093-Plasmoduim gallinaceum: Mosquito Peritrophic .Matrix and the parasite-vectorcompatibility.Mohamed Shahbuddin,19954-Quantitative Trait Loci Controlling Refractoriness to Plasmodium falciparum inNatural Anopheles gambiae Mosquitoes From a Malaria-Endemic Region inWestern Kenya David M. Menge et Al.20065-Vecteurs du paludisme: biologie, diversité, contrôle et protectionindividuelle.F.Pages et Al 37:153-161.20076-Organisation Mondiale de la Santé: Entomologie du paludisme et contrôle desvecteurs,20037-Ecoethiologie des vecteurs et transmission du paludisme dans la région rizicolede basse altitude de Mandritsara.D.Fontenille et Al Institut Pasteur deMadagascar,20018-Transmission blocking immunity in the malaria no vector mosquito Anophelesquadriannulatus species . T.Habtewold et Al.2008

×