SlideShare une entreprise Scribd logo

Nematodes a transmission per os

ce document s'adresse aux étudiants graduant en médecine ou en pharmacie. il explique en résumé les différents aspects épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques relatifs aux nématodes a transmission orale

1  sur  60
Télécharger pour lire hors ligne
NEMATODES A TRANSMISSION
ORALE
UNIVERSITE MOULOUD-MAAMERI DE TIZI-OUZOU
FACULTE DE MEDECINE
DEPARTEMENT DE PHARMACIE
COURS DE 3EME ANNEE PHARMACIE
MODULE DE PARASITOLOGIE
DR T.DJERBOUA
PHARMACIEN MAITRE ASSISTANT EN MICROBIOLOGIE
CHEF DU SERVICE LABORATOIRE DE BIOLOGIE MEDICALE
HOPITAL BELLOUA,CHU TIZI-OUZOU
ANNÉE UNIVERSITAIRE : 2016-2017
EMAIL : DRTAOUFIK123@HOTMAIL.FR
AU MENU !
1. INTRODUCTION
2. OBJECTIFS PEDAGOGIQUES
3. GENERALITES SUR LES NEMATHELMINTHES (morphologie, classification, reproduction…)
4. LES NEMATHELMINTHES A TRANSMISSION ORALE
a. Ascaris lumbricoides (ASCARIDIOSE)
b. Trichuris trichiura (TRICHOCEPHALOSE)
c. Enterobius vermicularis (OXYUROSE)
d. Trichinella spp (TRICHINELLOSE)
e. Dracunculus medinensis (DRACUNCULOSE)
f. Toxocara spp (TOXOCAROSE)
I.INTRODUCTION
*Les némathelminthes ou « vers rond » sont des vers à corps vermiforme non segmenté cylindrique et a
sexes séparés.
*Leur morphologie et leurs cycles reproductifs sont hétérogènes.
*Les parasitoses causées par les nématodes sont liés ,hormis de rares exceptions ,au péril fécal et sont de
présentation diverse tant sur le plan épidémiologique que clinique.
*Le diagnostic le plus souvent motivé par des troubles digestifs persistants et par l’hyper-éosinophilie.
*Il repose sur une batterie d’investigations cliniques, radiologiques parasitologues et sérologique,
II.OBJECTIFS PEDAGOGIQUES
A l'issu du cours, l'étudiant sera capable de :
*Connaitre les caractères différentiels entre les némathelminthes et les plathelminthes
*connaitrais les principaux aspects morpho-structuraux des nématodes
*connaitrais les aspects cliniques, épidémiologiques , diagnostiques et thérapeutiques des principales nématodoses
A transmission orale
III.GENERALITES SUR LES
NEMATODES
A) CLASSIFICATION :
D Eukaryota
R Animalia
E Nematoda
Les nématodes parasites ont une classification phylogénétique
complexe et appartiennt a des ordres et familles très diverses
En parasitologie médicale on les classe selon le mode de
transmission en :
1) Per os : Ascaris lumbricoides , Enterobium vermicularis,
Trichuris trichiura , Dracunculus medinensis, Trichinella spp,
Toxocara spp .
2) Transcutané :
*par passage actif transcutané des larves d’Ancylostoma
duodenale , Necator americanus et Strongyloides stercoralis
*Par inoculation par un insecte hématophage : Filaires
III.GENERALITES SUR LES
NEMATODES
A) CLASSIFICATION :
Selon le site de développement des adultes :
Nematodoses interstinales : Ascaridiose, Oxyurose , Trichocephalose , Ankylostomose , anguillulose, Trichinellose
Nematodoses tissulaires :Filarioses, Dracunculose
NB : il existe de nombreuses autres nématodoses intestinales qui ne seront pas abordés (Anisakiase, Trichostrogylose,
Capillariose, angiostrongyloidose …)

Recommandé

Oxyurose ascaridiose - trichocephalose
Oxyurose   ascaridiose - trichocephaloseOxyurose   ascaridiose - trichocephalose
Oxyurose ascaridiose - trichocephaloseRIADH HAMMEDI
 
Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2killua zoldyck
 
Poly parasitologie
Poly parasitologiePoly parasitologie
Poly parasitologieEgn Njeba
 
Parasitologie médicale..pdf
Parasitologie médicale..pdfParasitologie médicale..pdf
Parasitologie médicale..pdfS/Abdessemed
 
Fête de la Science : Vecteurs et maladies vectorielles
Fête de la Science : Vecteurs et maladies vectoriellesFête de la Science : Vecteurs et maladies vectorielles
Fête de la Science : Vecteurs et maladies vectoriellesPasteur_Tunis
 
Les technique de protozoaires
Les technique de protozoairesLes technique de protozoaires
Les technique de protozoairesabir
 
conduite-à-tenir-devant-une-hyperéosinophilie.pptx
conduite-à-tenir-devant-une-hyperéosinophilie.pptxconduite-à-tenir-devant-une-hyperéosinophilie.pptx
conduite-à-tenir-devant-une-hyperéosinophilie.pptxJeanHovozounkou
 

Contenu connexe

Tendances

Photothèque:parasitologie
Photothèque:parasitologiePhotothèque:parasitologie
Photothèque:parasitologieS/Abdessemed
 
Heosinophilies sanguines dorigines parasitaires
Heosinophilies sanguines dorigines parasitairesHeosinophilies sanguines dorigines parasitaires
Heosinophilies sanguines dorigines parasitairesRIADH HAMMEDI
 
Techniques de concentration en parasitologie
Techniques de concentration en parasitologieTechniques de concentration en parasitologie
Techniques de concentration en parasitologieS/Abdessemed
 
Biologie moleculaire en parasitologie et mycologie
Biologie moleculaire en parasitologie et mycologieBiologie moleculaire en parasitologie et mycologie
Biologie moleculaire en parasitologie et mycologieIMANE HALIMA BENLARIBI
 
Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)
Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)
Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)abir
 
Relation hote – bactérie
Relation hote – bactérieRelation hote – bactérie
Relation hote – bactérieS/Abdessemed
 
Polycopie parasito myco-2006-2007
Polycopie parasito myco-2006-2007Polycopie parasito myco-2006-2007
Polycopie parasito myco-2006-2007RIADH HAMMEDI
 
Sérodiagnostic de la toxoplasmose
Sérodiagnostic de la toxoplasmoseSérodiagnostic de la toxoplasmose
Sérodiagnostic de la toxoplasmoseS/Abdessemed
 
La partique au laboratoire de microbiologie
La partique au laboratoire de microbiologieLa partique au laboratoire de microbiologie
La partique au laboratoire de microbiologieDr Taoufik Djerboua
 
Coprologie parasitaire dr benlaribi imane halima
Coprologie parasitaire dr benlaribi imane halimaCoprologie parasitaire dr benlaribi imane halima
Coprologie parasitaire dr benlaribi imane halimaIMANE HALIMA BENLARIBI
 

Tendances (20)

Paludisme
PaludismePaludisme
Paludisme
 
2 nematodes
2 nematodes2 nematodes
2 nematodes
 
Photothèque:parasitologie
Photothèque:parasitologiePhotothèque:parasitologie
Photothèque:parasitologie
 
Heosinophilies sanguines dorigines parasitaires
Heosinophilies sanguines dorigines parasitairesHeosinophilies sanguines dorigines parasitaires
Heosinophilies sanguines dorigines parasitaires
 
Techniques de concentration en parasitologie
Techniques de concentration en parasitologieTechniques de concentration en parasitologie
Techniques de concentration en parasitologie
 
Leishmanioses
LeishmaniosesLeishmanioses
Leishmanioses
 
Biologie moleculaire en parasitologie et mycologie
Biologie moleculaire en parasitologie et mycologieBiologie moleculaire en parasitologie et mycologie
Biologie moleculaire en parasitologie et mycologie
 
Généralités
GénéralitésGénéralités
Généralités
 
Amibes
AmibesAmibes
Amibes
 
Toxoplasmose
ToxoplasmoseToxoplasmose
Toxoplasmose
 
Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)
Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)
Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)
 
Travaux pratiques
Travaux pratiquesTravaux pratiques
Travaux pratiques
 
Relation hote – bactérie
Relation hote – bactérieRelation hote – bactérie
Relation hote – bactérie
 
Polycopie parasito myco-2006-2007
Polycopie parasito myco-2006-2007Polycopie parasito myco-2006-2007
Polycopie parasito myco-2006-2007
 
Sérodiagnostic de la toxoplasmose
Sérodiagnostic de la toxoplasmoseSérodiagnostic de la toxoplasmose
Sérodiagnostic de la toxoplasmose
 
Filarioses
FilariosesFilarioses
Filarioses
 
Filariose
FilarioseFilariose
Filariose
 
Aspergilloses
AspergillosesAspergilloses
Aspergilloses
 
La partique au laboratoire de microbiologie
La partique au laboratoire de microbiologieLa partique au laboratoire de microbiologie
La partique au laboratoire de microbiologie
 
Coprologie parasitaire dr benlaribi imane halima
Coprologie parasitaire dr benlaribi imane halimaCoprologie parasitaire dr benlaribi imane halima
Coprologie parasitaire dr benlaribi imane halima
 

Similaire à Nematodes a transmission per os

Amibiase Intestinale Pr arbaoui fac med Tlemcen
Amibiase Intestinale  Pr arbaoui fac med TlemcenAmibiase Intestinale  Pr arbaoui fac med Tlemcen
Amibiase Intestinale Pr arbaoui fac med TlemcenArbaoui Bouzid
 
Faunistique (svi s4) lemhadri_triploblastiques_vers
Faunistique (svi s4) lemhadri_triploblastiques_versFaunistique (svi s4) lemhadri_triploblastiques_vers
Faunistique (svi s4) lemhadri_triploblastiques_versAhmed Lemhadri
 
n_-_Copie[1].pptx
n_-_Copie[1].pptxn_-_Copie[1].pptx
n_-_Copie[1].pptxBamon4
 
Angiostrongylose abdominale
Angiostrongylose abdominaleAngiostrongylose abdominale
Angiostrongylose abdominaleabdesselam2015
 
Tp 9 mucoviscidose
Tp 9 mucoviscidoseTp 9 mucoviscidose
Tp 9 mucoviscidoseJef Chouzier
 
Oesophage et pathologies
Oesophage et pathologiesOesophage et pathologies
Oesophage et pathologiesEgn Njeba
 
Tumeurs endocrines du pancréas
Tumeurs endocrines du pancréasTumeurs endocrines du pancréas
Tumeurs endocrines du pancréasimma-dr
 
Nematodes a transmission_per_os
Nematodes a transmission_per_osNematodes a transmission_per_os
Nematodes a transmission_per_oskillua zoldyck
 
Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)Mehdi Razzok
 
Plabbilharziose 160319201040
Plabbilharziose 160319201040Plabbilharziose 160319201040
Plabbilharziose 160319201040Jalal Chafiq
 
Poly dcem2-chirurgie-2016
Poly   dcem2-chirurgie-2016Poly   dcem2-chirurgie-2016
Poly dcem2-chirurgie-2016hajoura1971
 
citopatologia de las clamydias
citopatologia de las clamydiascitopatologia de las clamydias
citopatologia de las clamydiastoledoarauxo
 
Poly dcem3-orl 2016
Poly   dcem3-orl 2016Poly   dcem3-orl 2016
Poly dcem3-orl 2016hajoura1971
 
Faunistique (svi s4) lemhadri_diploblastiques
Faunistique (svi s4) lemhadri_diploblastiquesFaunistique (svi s4) lemhadri_diploblastiques
Faunistique (svi s4) lemhadri_diploblastiquesAhmed Lemhadri
 
Chapitre 1Microbiologie générale.
Chapitre 1Microbiologie générale.Chapitre 1Microbiologie générale.
Chapitre 1Microbiologie générale.SenouciKhadidja
 
poly-parasitologie.pdf diagnostic et tra
poly-parasitologie.pdf diagnostic et trapoly-parasitologie.pdf diagnostic et tra
poly-parasitologie.pdf diagnostic et tramimirymamira
 

Similaire à Nematodes a transmission per os (20)

Amibiase Intestinale Pr arbaoui fac med Tlemcen
Amibiase Intestinale  Pr arbaoui fac med TlemcenAmibiase Intestinale  Pr arbaoui fac med Tlemcen
Amibiase Intestinale Pr arbaoui fac med Tlemcen
 
Présentation1.pptx
Présentation1.pptxPrésentation1.pptx
Présentation1.pptx
 
Faunistique (svi s4) lemhadri_triploblastiques_vers
Faunistique (svi s4) lemhadri_triploblastiques_versFaunistique (svi s4) lemhadri_triploblastiques_vers
Faunistique (svi s4) lemhadri_triploblastiques_vers
 
n_-_Copie[1].pptx
n_-_Copie[1].pptxn_-_Copie[1].pptx
n_-_Copie[1].pptx
 
Angiostrongylose abdominale
Angiostrongylose abdominaleAngiostrongylose abdominale
Angiostrongylose abdominale
 
Tp 9 mucoviscidose
Tp 9 mucoviscidoseTp 9 mucoviscidose
Tp 9 mucoviscidose
 
Oesophage et pathologies
Oesophage et pathologiesOesophage et pathologies
Oesophage et pathologies
 
Tumeurs endocrines du pancréas
Tumeurs endocrines du pancréasTumeurs endocrines du pancréas
Tumeurs endocrines du pancréas
 
4 cestodes
4 cestodes4 cestodes
4 cestodes
 
Nematodes a transmission_per_os
Nematodes a transmission_per_osNematodes a transmission_per_os
Nematodes a transmission_per_os
 
Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)
 
Plabbilharziose 160319201040
Plabbilharziose 160319201040Plabbilharziose 160319201040
Plabbilharziose 160319201040
 
Poly dcem2-chirurgie-2016
Poly   dcem2-chirurgie-2016Poly   dcem2-chirurgie-2016
Poly dcem2-chirurgie-2016
 
Le kyste hydatique du poumon
Le kyste hydatique du poumonLe kyste hydatique du poumon
Le kyste hydatique du poumon
 
citopatologia de las clamydias
citopatologia de las clamydiascitopatologia de las clamydias
citopatologia de las clamydias
 
PresentacióN2
PresentacióN2PresentacióN2
PresentacióN2
 
Poly dcem3-orl 2016
Poly   dcem3-orl 2016Poly   dcem3-orl 2016
Poly dcem3-orl 2016
 
Faunistique (svi s4) lemhadri_diploblastiques
Faunistique (svi s4) lemhadri_diploblastiquesFaunistique (svi s4) lemhadri_diploblastiques
Faunistique (svi s4) lemhadri_diploblastiques
 
Chapitre 1Microbiologie générale.
Chapitre 1Microbiologie générale.Chapitre 1Microbiologie générale.
Chapitre 1Microbiologie générale.
 
poly-parasitologie.pdf diagnostic et tra
poly-parasitologie.pdf diagnostic et trapoly-parasitologie.pdf diagnostic et tra
poly-parasitologie.pdf diagnostic et tra
 

Plus de Dr Taoufik Djerboua

Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...
Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...
Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...Dr Taoufik Djerboua
 
Les streptocoques / Streptococcus / Enterococcus
Les streptocoques / Streptococcus / EnterococcusLes streptocoques / Streptococcus / Enterococcus
Les streptocoques / Streptococcus / EnterococcusDr Taoufik Djerboua
 
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...Dr Taoufik Djerboua
 
Beta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulma
Beta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulmaBeta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulma
Beta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulmaDr Taoufik Djerboua
 
beta lactamases : structure , classification and investigations
beta lactamases : structure , classification and investigationsbeta lactamases : structure , classification and investigations
beta lactamases : structure , classification and investigationsDr Taoufik Djerboua
 
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...Dr Taoufik Djerboua
 
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...Dr Taoufik Djerboua
 
Les eaux techniques en nettoyge desinfection et sterilisation / echnical wate...
Les eaux techniques en nettoyge desinfection et sterilisation / echnical wate...Les eaux techniques en nettoyge desinfection et sterilisation / echnical wate...
Les eaux techniques en nettoyge desinfection et sterilisation / echnical wate...Dr Taoufik Djerboua
 
Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...
Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...
Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...Dr Taoufik Djerboua
 
L'autoclavage aspects techniques pratiques et normatifs
L'autoclavage aspects techniques pratiques et normatifsL'autoclavage aspects techniques pratiques et normatifs
L'autoclavage aspects techniques pratiques et normatifsDr Taoufik Djerboua
 
La preparation des dispositifs medicaux a la sterilisation
La preparation des dispositifs medicaux a la sterilisationLa preparation des dispositifs medicaux a la sterilisation
La preparation des dispositifs medicaux a la sterilisationDr Taoufik Djerboua
 
Generalites sur la sterilisation industrielle
Generalites sur la sterilisation industrielle Generalites sur la sterilisation industrielle
Generalites sur la sterilisation industrielle Dr Taoufik Djerboua
 
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...Dr Taoufik Djerboua
 
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTIONDIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTIONDr Taoufik Djerboua
 
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculose
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculoseFamille des Mycobacteriaceae et tuberculose
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculoseDr Taoufik Djerboua
 
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumanniiPseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumanniiDr Taoufik Djerboua
 
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentésFamille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentésDr Taoufik Djerboua
 

Plus de Dr Taoufik Djerboua (20)

Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...
Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...
Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...
 
Les streptocoques / Streptococcus / Enterococcus
Les streptocoques / Streptococcus / EnterococcusLes streptocoques / Streptococcus / Enterococcus
Les streptocoques / Streptococcus / Enterococcus
 
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
 
Beta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulma
Beta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulmaBeta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulma
Beta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulma
 
beta lactamases : structure , classification and investigations
beta lactamases : structure , classification and investigationsbeta lactamases : structure , classification and investigations
beta lactamases : structure , classification and investigations
 
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...
 
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...
 
Les eaux techniques en nettoyge desinfection et sterilisation / echnical wate...
Les eaux techniques en nettoyge desinfection et sterilisation / echnical wate...Les eaux techniques en nettoyge desinfection et sterilisation / echnical wate...
Les eaux techniques en nettoyge desinfection et sterilisation / echnical wate...
 
Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...
Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...
Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...
 
L'autoclavage aspects techniques pratiques et normatifs
L'autoclavage aspects techniques pratiques et normatifsL'autoclavage aspects techniques pratiques et normatifs
L'autoclavage aspects techniques pratiques et normatifs
 
La preparation des dispositifs medicaux a la sterilisation
La preparation des dispositifs medicaux a la sterilisationLa preparation des dispositifs medicaux a la sterilisation
La preparation des dispositifs medicaux a la sterilisation
 
Generalites sur la sterilisation industrielle
Generalites sur la sterilisation industrielle Generalites sur la sterilisation industrielle
Generalites sur la sterilisation industrielle
 
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...
 
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTIONDIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
 
Bacteries anaerobies strictes
Bacteries anaerobies strictesBacteries anaerobies strictes
Bacteries anaerobies strictes
 
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculose
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculoseFamille des Mycobacteriaceae et tuberculose
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculose
 
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumanniiPseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
 
Les hemocultures en pratique
Les hemocultures en pratique Les hemocultures en pratique
Les hemocultures en pratique
 
EndNote : notions de base
EndNote : notions de baseEndNote : notions de base
EndNote : notions de base
 
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentésFamille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
 

Dernier

La coloration au bleu de prusse (coloration de perls).pptx
La coloration au bleu de prusse  (coloration de perls).pptxLa coloration au bleu de prusse  (coloration de perls).pptx
La coloration au bleu de prusse (coloration de perls).pptxS/Abdessemed
 
L’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIRE
L’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIREL’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIRE
L’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIREsoshepatites
 
Les atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdf
Les atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdfLes atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdf
Les atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdfStellaDiMare3
 
2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptx
2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptx2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptx
2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptxSidoShinn
 
3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptx
3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptx3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptx
3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptxSidoShinn
 
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptxSidoShinn
 

Dernier (6)

La coloration au bleu de prusse (coloration de perls).pptx
La coloration au bleu de prusse  (coloration de perls).pptxLa coloration au bleu de prusse  (coloration de perls).pptx
La coloration au bleu de prusse (coloration de perls).pptx
 
L’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIRE
L’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIREL’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIRE
L’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIRE
 
Les atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdf
Les atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdfLes atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdf
Les atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdf
 
2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptx
2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptx2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptx
2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptx
 
3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptx
3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptx3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptx
3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptx
 
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx
 

Nematodes a transmission per os

  • 1. NEMATODES A TRANSMISSION ORALE UNIVERSITE MOULOUD-MAAMERI DE TIZI-OUZOU FACULTE DE MEDECINE DEPARTEMENT DE PHARMACIE COURS DE 3EME ANNEE PHARMACIE MODULE DE PARASITOLOGIE DR T.DJERBOUA PHARMACIEN MAITRE ASSISTANT EN MICROBIOLOGIE CHEF DU SERVICE LABORATOIRE DE BIOLOGIE MEDICALE HOPITAL BELLOUA,CHU TIZI-OUZOU ANNÉE UNIVERSITAIRE : 2016-2017 EMAIL : DRTAOUFIK123@HOTMAIL.FR
  • 2. AU MENU ! 1. INTRODUCTION 2. OBJECTIFS PEDAGOGIQUES 3. GENERALITES SUR LES NEMATHELMINTHES (morphologie, classification, reproduction…) 4. LES NEMATHELMINTHES A TRANSMISSION ORALE a. Ascaris lumbricoides (ASCARIDIOSE) b. Trichuris trichiura (TRICHOCEPHALOSE) c. Enterobius vermicularis (OXYUROSE) d. Trichinella spp (TRICHINELLOSE) e. Dracunculus medinensis (DRACUNCULOSE) f. Toxocara spp (TOXOCAROSE)
  • 3. I.INTRODUCTION *Les némathelminthes ou « vers rond » sont des vers à corps vermiforme non segmenté cylindrique et a sexes séparés. *Leur morphologie et leurs cycles reproductifs sont hétérogènes. *Les parasitoses causées par les nématodes sont liés ,hormis de rares exceptions ,au péril fécal et sont de présentation diverse tant sur le plan épidémiologique que clinique. *Le diagnostic le plus souvent motivé par des troubles digestifs persistants et par l’hyper-éosinophilie. *Il repose sur une batterie d’investigations cliniques, radiologiques parasitologues et sérologique,
  • 4. II.OBJECTIFS PEDAGOGIQUES A l'issu du cours, l'étudiant sera capable de : *Connaitre les caractères différentiels entre les némathelminthes et les plathelminthes *connaitrais les principaux aspects morpho-structuraux des nématodes *connaitrais les aspects cliniques, épidémiologiques , diagnostiques et thérapeutiques des principales nématodoses A transmission orale
  • 5. III.GENERALITES SUR LES NEMATODES A) CLASSIFICATION : D Eukaryota R Animalia E Nematoda Les nématodes parasites ont une classification phylogénétique complexe et appartiennt a des ordres et familles très diverses En parasitologie médicale on les classe selon le mode de transmission en : 1) Per os : Ascaris lumbricoides , Enterobium vermicularis, Trichuris trichiura , Dracunculus medinensis, Trichinella spp, Toxocara spp . 2) Transcutané : *par passage actif transcutané des larves d’Ancylostoma duodenale , Necator americanus et Strongyloides stercoralis *Par inoculation par un insecte hématophage : Filaires
  • 6. III.GENERALITES SUR LES NEMATODES A) CLASSIFICATION : Selon le site de développement des adultes : Nematodoses interstinales : Ascaridiose, Oxyurose , Trichocephalose , Ankylostomose , anguillulose, Trichinellose Nematodoses tissulaires :Filarioses, Dracunculose NB : il existe de nombreuses autres nématodoses intestinales qui ne seront pas abordés (Anisakiase, Trichostrogylose, Capillariose, angiostrongyloidose …)
  • 7. III.GENERALITES SUR LES NEMATODESB) MORPHOLOGIE : • les nématodes sont tout d’abord caractérisés par un dimorphisme sexuel net : - Les femelles sont plus grosses que les males - l’extrémité postérieure est droite chez la femelle alors qu’elle est enroulée ou se termine par une bourse caudale munie de spicules copulateurs chez le mal.
  • 8. III.GENERALITES SUR LES NEMATODESB) MORPHOLOGIE (anatomie ) : Les vers sont constitués d’un tégument musculo- cuticulaire entourant une cavité viscérale pseudocoelomique ou les organes internes flottent librement.
  • 9. III.GENERALITES SUR LES NEMATODESB) MORPHOLOGIE (anatomie ) : Les vers sont constitués d’un tégument musculo- cuticulaire entourant une cavité viscérale pseudocoelomique ou les organes internes flottent librement. *Le tégument est constituée d’une couche cuticulaire chitinoide, d’une sous cuticulaire et d’une couche musculaire. Cette couche cuticulaire est rigide obligeant le parasite a muer afin d’assurer sa croissances (4 mues successives). A chaque mue le parasite libère des substances toxiques issues de sa cavité viscérale , impliqués dans la physiopathologie de la maladie (ex: syndrome de Loeffler) *La couche musculaire constituée de fibres musculaires isolés confère a ces vers une grandes mobilité (rotation et enroulement) leurs permettant de lutter contre le péristaltisme intestinal.
  • 10. III.GENERALITES SUR LES NEMATODESB) MORPHOLOGIE (anatomie ) : Les viscères sont représentés par : Un appareil digestif complet (bouche, œsophage, intestin, rectum, anus) : non ramifié s’étendant de l’orifice buccal qui parfois est armé de crochets (ou le vers semble le plus fin = extrémité antérieure) a l’anus (portion plus épaisse du corps= extrémité postérieure). L’orifice anal se dilate chez le mal pour constituer une bourse caudale (dite cloaque) ou débouche l’appareil génital aussi. La nutrition s’intéresse à la chyle, au sang ou aux liquides interstitiels.
  • 11. III.GENERALITES SUR LES NEMATODESB) MORPHOLOGIE (anatomie ) : Les viscères sont représentés par : L’appareil génital : très développé, tubulaire, libre dans la cavité génitale. -chez la femelle : deux tubes contournés différenciés successivement en ovaires, oviducte, utérus, vagin unique et vulve distincte de l’anus. L’orifice vulvaire peut être antérieur ou postérieur -Chez le male : tube contourné généralement unique différencié depuis son origine en testicule, canal déférent, vésicule séminal puis débouche dans le cloaque, on peut trouver des organes copulateurs accessoires comme des spicules
  • 12. III.GENERALITES SUR LES NEMATODES B) MORPHOLOGIE (anatomie ) : Les viscères sont représentés par : . Un système nerveux : composé d’un collier œsophagien d’où partent des filets nerveux -un appareil excréteur constitué de deux cellules géantes a fort pouvoir oxydatif et des cannaux exreteurs Les nématodes n’ont ni appareil circulatoire ni respiratoire
  • 13. III.GENERALITES SUR LES NEMATODES C) EPIDEMIOLGIE : *la plupart sont cosmopolites (Ascaridiose, trichocéphalose, oxyurose, toxocarose…) *d’autres sont endémiques dans certaines régions : - Exigence en température et en humidité (pays tropicaux et sub-tropicaux) - Présence d’un hote particulier ou d’habitudes particulières ex : consommation de poisson cru en asie et Anisakiase - En algérie , peu d’études a grande échelle ex : Benouis et al (2013) CHU ORAN - 1042 SELLES , 19% de selles parasités dont 4% d’helmiths dont Entérobius vermicularis suivi de Taenia saginata et Ascaris lumbricoides été les plus fréquents
  • 14. ETUDES DES PRINCIPALES PARASITOSES A TRANSMISSION ORALE
  • 15. ASCARIS LUMBRICOIDES et ASCARIDIOSE 1) DEFINITION  Vers strictement adapté a l’homme  Nématodose cosmopolite mais plus fréquente dans les pays chauds et humides  Maladie du péril fécal 2) AGENT PATHOGENE -Vers rond, cylindrique, effilé aux extrémités, blanc rosé, recouvert d’une cuticule épaisse, élastique et finement striée. -extrémité antérieure on trouve l’orifice buccal possédant 3 lèvres finement denticulés - Dimorphisme sexuel net (10-17 cm / 2-3 mm pour les males et 15-25 Cm/5-6 mm pour les femelles) - L’extrémité postérieure est éffilé et droite chez les femelles , elle est recourbée en crosse et possède 2 spicules copulateurs chez le male
  • 16. ASCARIS LUMBRICOIDES et ASCARIDIOSE 2) BIOLOGIE  Le vers vit dans l’intestin grêle de l’homme mais des localisations erratiques peuvent etre obsérvés dans les infestations massives (foie , poumon , appendice …)  Non hématophage il se nourrit de chyle et de sécrétions organiques  Vers très mobile  La durée de migration tissulaire des larves dure 10 a 15 jours, elle sont au contact étroit avec les tissus de l’hote et libèrent durant les mues de nombreuses substances toxiques responsables de phènomènes allergique et de l’hyper éosinophilie.  La durée de vie totale du parasite est de 12 a 16 mois
  • 17. ASCARIS LUMBRICOIDES et ASCARIDIOSE 3) CYCLE EVOLUTIF  Direct , monoxène , complexe avec migration interne  Le cycle comprend deux phases: tissulaire correspondant a la migration larvaire et une autre cavitaire correspondant a la maturation des adultes  L’homme s’infeste par voie orale suite a l’ingestion d’oeufs embryonnés contaminant une eau ou des aliments souillés ou des mains sales  Au niveau de l’estomac la coque de l’œuf est lysée et la larve est libérée dans la lumière de l’intestin grêle dont elle traverse la paroi pour gagner le foie par la veine porte plus rarement par voie péritonéale  Elle gagne par la suite le cœur droite, l’artère pulmonaire et les capillaires pulmonaires qu’elle atteint le 3ème jour, a ce niveau la larve subit deux mues  Le 10ème jour elle passe de la voie sanguine a la voie aérienne et remonte l’arbre bronchique jusqu’au carrefour aérodigestif ou , a la faveur d’un mouvement de déglutition
  • 18. ASCARIS LUMBRICOIDES et ASCARIDIOSE 3) CYCLE EVOLUTIF (suite de l’histoire) • Elle bascule suite a un mouvement de déglutition (larve pelotonnée) dans le tube digestif ou elle subit une dernière mue pour donner les adultes • La ponte des œufs débute 60 jours après la contamination • Les œufs ne sont pas embryonnés a la ponte , ils deviennent infectieux en 2 a 4 semaines selon les conditions de température et d’humidité du milieu extérieur • Les œufs sont extrêmement résistants au froid , a la chaleur et aux antiseptiques
  • 19. ASCARIS LUMBRICOIDES et ASCARIDIOSE 4) CLINIQUE • Souvent asymptomatique • L’intensité de la symptomatologie est proportionnelle a la charge parasitaire • Les signes cliniques sont broncho-pulmonaires durant la migration larvaire et digestifs au stade d’adulte 1) STADE I: Phase d’invasion (migration larvaire): engendre des lésions mécaniques de la paroi alvéolaire ainsi qu’une réaction allergique responsable d’une migration d’éosinophile , a l’origine du syndrome de Loeffler (Syndrome broncho- alvéolaire fugace) caractérisé par : *Sur le Plan clinique :toux d’irritation , fièvre plus rarement des expectorations muqueuses *Sur le plan radiologique : opacités mal systématisés ,infiltrats pulmonaires para hilaires et/ou sous claviculaires, labiles NB *sur la plan biologique: Hyperéosinophilie sanguine , présence d’éosinophiles et des cristaux de Charcot-Leyden dans les crachats.
  • 20. ASCARIS LUMBRICOIDES et ASCARIDIOSE 4) CLINIQUE *correspond a l’installation des adultes dans le grele , on peut observer selon l’intensité du parasitisme : -Troubles digestifs divers a type de nausées, vomissements, anorexie, diarrhées, douleurs abdominales… -Manifestations allergiques : prurit, urticaire, oeudème de Quincke -Troubles nerveux : surtout chez les enfants fortement infecstés de type troubles du caractère , troubles du sommeil , convulsions … les complications sont de type chirurgicales peuvent être observés soit par occlusion ou perforation intestinale soit par migration erratique des adultes (angiocholite, hépatite , pancréatite)
  • 21. ASCARIS LUMBRICOIDES et ASCARIDIOSE 5) DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE: Stade I : -Hyperéosinophylie apparaissant entre le 3ème et le 8ème jour après l’infestation et devient maximale en 3 semaines (30- 50%) puis décroit lentement en 7 a 8 semaines selon la courbe de Lavier. -l’examen direct étant non praticable , la Sérologie par hémagglutination passive ou IFI est pertinente. Mais ces examens sont rarement effectués car cette phase est souvent silencieuse.
  • 22. ASCARIS LUMBRICOIDES et ASCARIDIOSE 5) DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE: Stade II : diagnostic de certitude par mise en évidence des œufs dans les selles. *les œufs fécondés sont caractéristiques, ovoides, +/- arrondies , 50-60/45 µm (long/large) entourés d’une double membrane -une membrane externe épaisse, jaune brun, mamelonnée -interne lisse et épaisse *Les œufs non fécondés sont atypiques, plus grands, allongés et souvent dépourvus de coque externe (décortiqués) *lors d’une infestation monosexuée male , l’examen coprologique est négatif. *les adultes , si éliminés par les fèces sont acilement identifiables
  • 23. ASCARIS LUMBRICOIDES et ASCARIDIOSE 5) DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE: Stade II : diagnostic de certitude par mise en évidence des œufs dans les selles. *les œufs fécondés sont caractéristiques, ovoides, +/- arrondies , 50-60/45 µm (long/large) entourés d’une double membrane -une membrane externe épaisse, jaune brun, mamelonnée -interne lisse et épaisse *Les œufs non fécondés sont atypiques, plus grands, allongés et souvent dépourvus de coque externe (décortiqués) *lors d’une infestation monosexuée male , l’examen coprologique est négatif. *les adultes , si éliminés par les fèces sont acilement identifiables
  • 24. ASCARIS LUMBRICOIDES et ASCARIDIOSE 6) Traitement et Prophylaxie: Pamoate de Pyrantel (Combantrin): 10mg/kg en cure unique Mebendzole (Vermox) : comprimé unidosé 200mg matin et soir pendant 3j Flubendazole (Fluvermal) : 100 mg matin et soir pendant 3j Albendazole (Zentel) : comprimé 400 mg en cure unique La prophylaxie est basée sur les mesures d’hygiène personelle ( lavage des mains , hygiène alimentaire) et collective ( installation de laterines et d’égouts , amélioration de l’accés a l’assenissement, interdiction des angrais a base de feces humains, dépistage et traitement des porteurs asymptomatiques…)
  • 25. Enterobius vermicularis et OXYUROSE 1) DEFINITION  Vers strictement adapté a l’homme  Nématodose cosmopolite très répandue dans le monde  Touche particulièrement les enfants 2) AGENT PATHOGENE -vers blanc nacré, très petit mais visible a l’œil nu -les femelles mesurent 08-12 mm /0,5 mm avec une extrémité très pointue . L’utérus occupe la quasi-totalité de la cavité générale de la femelle gravide. -les males mesurent 3-5 mm et possèdent une extrémité postérieure recourbée en crosse et dotée de spicules copulateurs.
  • 26. Enterobius vermicularis et OXYUROSE 2) BIOLOGIE  Le couple vit dans la région caeco-appendiculaire  Non hématophage ils se nourrissent de particules alimentaires  L’œuf est résistant a la dessiccation mais sensible a l’eau  Les œufs, en nombre extrêmement élevés et embryonnés des la ponte font de l’oxyurose une maladie très contagieuse et favorisent l’auto-infestation
  • 27. Enterobius vermicularis et OXYUROSE 3) CYCLE EVOLUTIF  Direct , monoxène , simple sans migration interne  Le malade répond autour de lui des milliers d’œufs et contamine facilement son entourage familial et scolaire  Les œufs ingérés libèrent des larves au niveau du gèle, elles subissent plusieurs mues qui les amènent au stade d’adulte  L’accouplement a lieu au niveau de l’iléon et du caecum. Les males meurent après cet évenement  Une fois fécondés les femelles migrent jusqu’à rectum et franchissent activement le sphincter anal, la nuit , elle se fixent a la marche anale pour répondre leurs œufs  Les œufs fécondés deviennent infestants en 4 a 6h  Dés la fin de la ponte les femelles meurent après la ponte  Le cycle dure en moyenne 21 jours (2-4 semaines)
  • 28. Enterobius vermicularis et OXYUROSE 4) CLINIQUE *Asymptomatique le plus souvent *clinique dominée par le prurit anal , plus prononcé le soir au coucher il peut s’accompagner de lésions anales de grattage, • On peut assister , dans les formes symptomatiques a des épisodes de diarrhées , douleurs abdominales et des manifestations nerveuses (irritabilité, cauchemards) • Les complications sont rares , on peut assister a des vulvites chez la petite fille ou des appendicites
  • 29. Enterobius vermicularis et OXYUROSE 5) DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE: - Les adultes peuvent être observés dans les selles fraiches, leurs identification est aisée - Le diagnostic repose cependant sur la recherche des œufs caractéristiques pondus sur la marge anale. -cette recherche est effectuée avant toute toilelle locale et avant toute défécation par la technique de GRAHAM ou SCOTCH TEST Principe : application d’une bande de cellophane adhésive sur les plis radiés de l’anus, la bande sera ensuite étalée via sa face adhésive sur une lame porte objet et examinée au microscope *Les Œufs sont transparents, ovalaires, asymétriques et embryonnés . Ils mesurent 50-60 µ et présentent une face aplatie et une face convexe. NB : la recherche doit être renouvèle 3 fois a 1 semaine d’intervalle pour conclure a la négativité
  • 30. Enterobius vermicularis et OXYUROSE 5) DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE: - Les adultes peuvent être observés dans les selles fraiches, leurs identification est aisée - Le diagnostic repose cependant sur la recherche des œufs caractéristiques pondus sur la marge anale. -cette recherche est effectuée avant toute toilelle locale et avant toute défécation par la technique de GRAHAM ou SCOTCH TEST Principe : application d’une bande de cellophane adhésive sur les plis radiés de l’anus, la bande sera ensuite étalée via sa face adhésive sur une lame porte objet et examinée au microscope *Les Œufs sont transparents, ovalaires, asymétriques et embryonnés . Ils mesurent 50-60 µ et présentent une face aplatie et une face convexe. NB : la recherche doit être renouvèle 3 fois a 1 semaine d’intervalle pour conclure a la négativité
  • 31. Enterobius vermicularis et OXYUROSE 6) Traitement et Prophylaxie: Pamoate de Pyrantel (Combantrin): 12,5mg/kg en cure unique Flubendazole (Fluvermal) : 100 mg quelque soit le poids en prise unique Albendazole (Zentel) : 200mg cure unique Les doses sont obligatoirement répétés 1 fois a 21 jours d’intervalle Malgré un traitement bien conduit les réinfestations sont fréquentes pour cela , il est recommandé de : -couper les ongles court -brossage des mains -Port de pyjama fermé la nuit Limiter la dissémination du parasite en : -traitant toute la famille le même jour avec répétition obligatoire a j21 -nettoyage des jouets -dépossièrage et nettoyage a l’eau des lieux d’habitation surtout ceux en contact avec le sujet parasité
  • 32. Trichuris trichiura et Trichocéphalose 1) DEFINITION  Vers strictement adapté a l’homme  Maladie du péril fécal  Nématodose cosmopolite 2) AGENT PATHOGENE -vers blanc rosé dont le corps est subdivisé en deux parties -partie antérieure filiforme représentant 2/3 de la longueur du corps - Une partie postérieure caudale renflée, elle contient la partie terminale du tube digestif et l’appareil reproducteur. - Les males mesurent 3-3,5 cm a extrémité antérieure enroulée en spirale - Les femelles mesurent 3,5-5,5cm de long , la partie postérieure est arquée
  • 33. Trichuris trichiura et Trichocéphalose 2) BIOLOGIE  Le couple vit dans la partie antérieure du colon , enfoncés dans la muqueuse  ils sont hématophages +++  La durée de vie est longue 7-10 ans
  • 34. Trichuris trichiura et Trichocéphalose 3) CYCLE EVOLUTIF  Direct , monoxène , simple sans migration interne  Les femelles fécondés pondent des œufs non embryonnés (1000-5000 oeufs/j)qui le deviennent en 3 a 6 semaines selon les conditions du milieu extérieur. -les œufs embryonnés sont très résistants dans le milieu extérieur en particulier dans les sols chauds et humides. -l’homme se contamine en ingérant de l’eau ou des aliments souillés ou via les mains sales contenant des œufs infestants -les œufs éclosent dans le tube digestif et les larves sont libérés, elle vont s’enfoncer dans la muqueuse du grêle pour muer. Elle iront ensuite se loger dans la muqueuse caecale ou elles subissent une dernière mue avant de devenir adultes. -le processus de maturation dure 1 mois -la ponte commence a 02 mois après la contamination
  • 35. Trichuris trichiura et Trichocéphalose 4) CLINIQUE *Asymptomatique le plus souvent *en cas d’infestation massive , on observe une asthénie durant l’incubation puis avec l’évolution de la maladie s’installent des troubles digestifs divers a type de diarrhées et des douleurs abdominales et une anémie. La complication la plus redoutable qui reste cependant rare est le prolapsus rectal et l’appendicite trichocéphalienne.
  • 36. Trichuris trichiura et Trichocéphalose 5) DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE: -basé sur la recherche des œufs a l’examen parasitologique des selles -leurs morphologie est caractéristique et d’identification aisée -ils ont une forme de « citron », mesurant 55µ/20µ avec une coque épaisse interrompue a chaque pole par des bouchons muqueux , ils contiennent une cellule arrondie granuleuse (les œufs sont immatures). - Les techniques de concentration comme le Kato ou le Richie sont indispensable de manière globale dans les faibles infestations. - En cas de prolapsus rectal les vers sont découvert sur l’organe hernié - En cas d’appendicite les vers peuvent être vues sur des coupes anatomiques Selles avec aspect bizarre Selle avec odeur bizarre Présence de parasites bizarres
  • 37. Trichuris trichiura et Trichocéphalose 6) Traitement et Prophylaxie: Flubendazole (Fluvermal) : 100 mg x 2/j sur 3j Albendazole (Zentel) : 200mg cure unique La prophylaxie est identique a celle de l’ascaridiose (lutte contre le péril fécal)
  • 38. Trichinella spp et TRICHINELLOSE 1) DEFINITION  Zoonose provoquée par l’ingestion de viande mal cuite contaminée par des larves d’un nématode du genre Trichinella  Le Genre comprend 5 espèces aux caractéristiques épidémiologiques différentes 2) AGENT PATHOGENE -vers blanc rosé dont le corps est subdivisé en deux parties -partie antérieure filiforme représentant 2/3 de la longueur du corps - Une partie postérieure caudale renflée, elle contient la partie terminale du tube digestif et l’appareil reproducteur. - Les males mesurent 3-3,5 cm a extrémité antérieure enroulée en spirale - Les femelles mesurent 3,5-5,5cm de long , la partie postérieure est arquée
  • 39. Trichinella spp et TRICHINELLOSE 1) DEFINITION  Zoonose des carnivores provoquée par l’ingestion de viande mal cuite contaminée par des larves d’un nématode du genre Trichinella  La trichinellose est une impasse parasitaire de circonstance (le cycle s’arrete chez ce dernier)  Le Genre comprend 5 espèces aux caractéristiques épidémiologiques différentes dont T.spiralis est la plus importante 2) AGENT PATHOGENE ET BIOLOGIE -vers blanchâtre filiforme - Les femelles mesurent 3-4mm/60µ VIVIPARES -Les males mesurent 1,5mm/40µ Les adultes ont un diamètre uniforme mais renflés aux extrémités surtout chez le male qui présente des organes copulateurs -les adultes vivent dans le grêle de l’hote définitif -les larves sont enkystés dans les fibres musculaires de l’hote intermédiaire
  • 40. Trichinella spp et TRICHINELLOSE 3) EPIDEMIOLOGIE -5 espèces aux caractéristiques épidémiologiques différentes Trichinella spiralis (cosmopolite, liée au porc) et T.britovi (européenne, liée aux carnivores sauvages) sont les espèces le plus souvent mises en cause. T.nativa est une espèce arctique (ours, morse), plus rare. Le reste des espèces (rares) sont T.pseudospiralis et t.nelsoni NB: dans les régions tempérés certains herbivores comme le cheval ou les bovins peuvent véhiculer la maladie en consommant des aliments contaminés par les cadavres de rongeur ESPECE T.spiralis T.britovi T.nativa T.pseudospiralis T.nelsoni Répartition géographique Cosmopolite Eurasie Arctique Cosmopolite Africaine Hote Porc, chien, renard, chat Renard, rat, porc Loup, ours Oiseaux, marsupiaux Hyène, lyon Résistance au froid non oui +++ non non
  • 41. Trichinella spp et TRICHINELLOSE 4) CYCLE EVOLUTIF  Indirect, dit « auto-hétéroxène » , complexe avec migration interne  Auto hétéroxène car un même hôte servira :  D’hote définitif en hébergeant les adultes dans son intestin  D’hote intermédiaire en hébergeant les larves émises par les femelles gravides.  Le cycle a la particularité de se dérouler très rapidement au sein d ’un même hôte  L’homme s’infeste en consommant des viandes mal cuites contenant des larves infestantes encapsulés dans les fibres musculaires qui seront libérés après la digestion gastrique. Elles subissent 04 mues pour donner des adultes en 24-36h  L’accouplement a lieu dans la lumière intestinale (males meurent). Les femelles fécondés pénètrent dans la muqueuse 4-5j après infestation. Elle émettent des larves L1 nouveaux nées (500-1000 larve / femelle)
  • 42. Trichinella spp et TRICHINELLOSE 4) CYCLE EVOLUTIF  Les L1 gagent la circulation lymphatique puis la circulation générale et seront ainsi dispersés dans tout l’organisme surtout dans le muscle strié.  Les larves vont muer in situ 1 a 2 fois puis se logent dans leurs niche définitive : la fibre musculaire striée. Elle grossissent (100µ a 1 mm) et muent puis s’enkystent en 5 a 6 semaines et demeurent viables 1 a 3 ans. Elle finissent au delà de se délais par se calcifier,  La poursuite du cycle nécessite l’intervention d’un 2ème hôte carnivore.  L’homme constitue ainsi une impasse parasitaire de circonstance pour la trichine.
  • 43. Trichinella spp et TRICHINELLOSE 5) CLINIQUE *clinique dépendant de l’intensité du parasitisme (100 larves au minimum pour les formes symptomatiques). Donc l’infestation faible est asymptomatique et l’infestation massive peut être mortelle pour les adultes surtout âgés. La forme typique évolue en 4 phases : a) Incubation de durée variable b) Phase digestive (2-4j du repas infestant) due a l’apparition des adultes dans l’intestin et est caractérisée par des troubles digestifs divers. c) Phase aigue d’invasion (ou dissémination larvaire) : 2 a 4 semaines après la contamination, elle a une Triade clinique caractéristique: *Fievre *Œdème péri-orbitaire *myalgies intenses qui touchent les muscles les plus actifs A ce stade des complications sont a redouter notamment en cas d’atteinte du muscle cardiaque (10% des cas environ) : la myocardite et l’infarctus du myocarde peuvent engager le pronostic vital et sont systématiquement recherchés en cas de suspicion de trichinellose. d) Phase de convalescence (enkystement des larves) : diminution des signes cliniques, passage progressif a la chronicité avec diminution du risque vital, les signes musculaires peuvent persister plusieurs années
  • 45. Trichinella spp et TRICHINELLOSE 6) DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE: a) Orientation: hyperéosinophylie a plus de 50% Enzymes musculaires augmentés Hypergammaglobulinémie, VS/CRP élevés. b) Examen sérologique Parasite vivipare tissulaire =) indication du diagnostic sérologique *Par IFI sur des coupes de muscles d’animaux infestés (diaphragme de rat ou de souris) *par ELISA avec antigènes solubles de Trichinella spp. -les anticorps ne sont détectables qu’après 15j a 01 mois suivant l’infestation et dépend de l’espèce et de la charge parasitaire. -une sérologique négative n’ecarte donc pas la maladie, c) Diagnostic anatomopathologique examen de certitude , mise en évidence de la larve enkystée dans les biopsies musculaires. Spécificité parfaite mais sensibilité médiocre notamment dans les pauci-infestation. Il n’est a considérer qu’a partir de la 4ème semaine d) Examen parasitologique des selles: inutil (parasite vivipare, lyse des adultes dans l’intestin), possibilité de trouver des cristaux de Charcot-Leyden) témoin d’une hyperéosinophilie
  • 46. Trichinella spp et TRICHINELLOSE 7) Traitement et Prophylaxie: Albendazole (Zentel) : 15 mg/kg/j pendant 10 a 15j (contre indiqué chez la femme enceinte) Mebendazole : 8-10mg/kg/j pendant 5-7 j Flubendazole (Fluvermal) : idem que mebendazole Thiabendazole: 25-50mg/kg/j pendant 7 jours Le thiabendazole et l’albendazole ont une bonne diffusion tissulaire aux doses habituelles et peuvent avoir un effet sur les larves enkystés en accélérant leurs calcification. Les 4 molécules sont actifs durant la phase intestinale. Traitement symptomatique : Corticothérapie pour prévenir les complication La prophylaxie individuelle est basée la bonne cuisson des viandes (larves tués a 63°C) ou une congélation a -30° au moins 80H. La prophylaxie collective doit s’intéresser a la surveillance des élevages et au contrôle vétérinaire des viandes d’abatoire.
  • 47. Dracunculus medinensis et DRACUNCULOSE 1) DEFINITION  Nématodose tissulaire sous cutanée, afro-asiatique due au développement dans l’organisme des femelles de D.medinensis  Maladie du péril fécal  Nématodose cosmopolite 2) AGENT PATHOGENE -vers blanc rosé, le plus long des parasites tissulaires de l’homme. -les femelles mesurent 50-100cm/1-2mm a extrémité postérieure légérement recourbée en « hameçon »,l’utérus est double et contient 1-3 million entre embryons et larves L1 (VIVIPARE) -les males mesurent 2,3cm/0,5mm a extrémité postérieure recourbée en crosse et dotée de spicules copulateurs. Les femelles vivipares sont les seules responsables des manifestations cliniques, les males meurent après copulation -parasite a tropisme sous cutanée et a affinité pour les parties déclives
  • 48. Dracunculus medinensis et DRACUNCULOSE 2) EPIDEMIOLOGIE  Maladie afro-asiatique
  • 49. 3) CYCLE EVOLUTIF  L’homme est l’hote définitif préférenciel. Oon peut la trouver cependant chez les animaux comme le chien, le chat ou le cheval.  Le cycle naturel dure en moyenne 1 an chez l’homme.  Les femelles adultes matures migrent a la peau des extrémités et créent une ulcération (mb inférieur +++)  L’ulcération qui provoques des brulures intenses incitant le malade a mettre de l’eau froide sur la lésion, ce contact avec l’eau froide provoque un prolapsus de l’utérus et une expulsion de millions d’embryon. Le ponte se reproduit a chaque contact avec l’eau jusqu’à ce que l’utérus soit vide. A ce stade la femelle meurt.  Les larves peuvent survivre 1 semaine libres dans l’eau, mais la continuité du cycle nécessite la présence d’un hôte intermédiaire spécifique , a savoir le cyclops Dracunculus medinensis et DRACUNCULOSE
  • 50. 3) CYCLE EVOLUTIF  Les larves ingurgités par le cyclops subissent 2 mues et se transforment en 2 a 4 semaines en larves infestantes.  L’homme se contamine par ingestion d’eau contaminé par les cyclops parasités.la digestion du crustacé dans l’estomac libère les larves qui vont traverser la paroi intestinale et débutent une phase de migration-maturation dans le tissus conjonctif pour se transformer en adultes au niveau des parties déclives (aisselle, creux inguinal…)  La maturité sexuelle dure environ 03 mois, après fécondation et mort des males, les femelles migrent sous le tissus sous cutané pour atteindre habituellement l’extrémité du membre en 8 a 10 mois soit 01 an après contamination Dracunculus medinensis et DRACUNCULOSE
  • 51. 4) CLINIQUE L’incubation est longue et silencieuse. Il arrive que le vers s’arrete et se calcifie sans provoquer des troubles. L’émergence de la partie antérieure des femelles a travers la peau est annoncée par l’apparition d’une phlyctène parfois précédée d’une surélévation de la peau. Cet évènement est le plus marquant dans la maladie et est le plus douloureux. La perforation de la peau par le parasite crée une ulcération de 5 a 10mm au fond de laquelle l’extrémité antérieure translucide du parasite est visible Les complication sont de deux ordre : *complications infectieuses : surinfection, suppuration , tétanos… *rupture du parasite et libération des larves Dracunculus medinensis et DRACUNCULOSE
  • 53. 5) DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE: -repose sur des arguments épidémiologiques, cliniques et radiologiques Dracunculus medinensis et DRACUNCULOSE 6) Traitement et Prophylaxie: Médical : peu efficace, aucun traitement antiparasitaire ne s’est montré réellement satisfaisant Extraction du ver : mesure curative essencielle par extirpation chirurgicale du ver. -La prophylaxie repose sur la filtration et la chloration des eaux de boisons suspectes en zone d’endémie -la destruction des cyclops par des molluscicides ou des poissons prédateurs -construction de puits fermés
  • 54. Toxocara spp et TOXOCAROSE 1) DEFINITION  Zoonose vermineuse liée a la présence dans les tissus de larves en attente de maturation vers le stade adulte provoquant ainsi sur le plan clinique et biologique un phénomène dénommé (LARVA MIGRANS VISCERAL ou LMV)  Il s’agit d’une impasse parasitaire vraie  Maladie cosmopolite causée par deux espèces du Genre Toxocara : T.canis (chien) et T cati (chat) 2) AGENT PATHOGENE -vers blanchatre cylindrique vivant de l’intestin grèle de leurs hotes définitifs Les femelles adultes de Toxocara canis mesurent 6-18cm Les males mesurent 4-10cm Les œufs mesurent 80µ et sont recouvert d’un épaisse coque brune
  • 55. 3) CYCLE EVOLUTIF ex T.canis  Cycle monoxène complexe avec migration interne  Dépend de l’age et du sexe de l’hote définitif  Les vers adultes pondent chaque jours des milliers do’eufs qui sont rejetés dans leurs excrément et qui s’mebryonnent dans le sol en 3 semaines selon les conditions environnementales.  Ingérés par un chien les œufs vont eclore dans le duodénum et libèrent les larves qui traversent la paroi intestinale pour atteindre le foie qu’elles traversent puis atteignent la circulation générale de l’animal.  Elles vont s’emboliser dans differents organes irrigués et tombent dans une vie ralentie.  Si le chien est un male , les larves n’ont aucun avenir et finissent par mourir  Si c’est une femelle et que celle-ci devient gestante, l’impregnation hormonale réactive les larves qui vont parasiter l’embryon de la chienne et deviennent des adultes chez ces derniers Toxocara spp et TOXOCAROSE
  • 56. 3) CYCLE EVOLUTIF ex T.canis  De ce faite , les chiots vont constituer la principale source de contamination de de dissémination du parasite dans l’environnement.  Le parasitisme des chiots est entretenu par l’allaitement vue que le parasite passe dans le lait.  L’humain s’infecte en ingérant des œufs embryonnés contaminant l’eau ou les aliments ou par les mains sales. L’enfant peut se contaminer a partir des bacs a sables souillés par les excréments contenant des œufs embryonnés (enfant géophage) Toxocara spp et TOXOCAROSE
  • 57. 4) CLINIQUE *proportionnel a la quantité o’œufs ingérés et de la répétition des infestations. Le plus souvent , affection bénigne asymptomatique et auto – résolutive En cas d’infestation massive : tableau clinique non spécifique : fievre, asthénie, hépatomégalie, manifestations allergiques.. La complication la plus redoutable étant l’atteinte occulaire (risque de cecité) et des formes neuro-méningés Toxocara spp et TOXOCAROSE
  • 58. 5) DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE: Perturbations biologiques non specifiques Hyperéosinophilie considérable (15000 pe/mm3) , augmentation franches des IgE totaux dans les formes chroniques Diagnostic direct sans intérêt Le diagnostic est essentiellement sérologique (IFI, ELISA…) a confirmer par un Western blot. Fond do’eil dans les formes occulaires Toxocara spp et TOXOCAROSE
  • 59. 6) Traitement et Prophylaxie: Diéthylcarbimazine (notezine): 4mg/kg/j Albendazole (Zentel) : 10-15mg/kg/j pendant 15j Corticoides en priorité dans les formes occulaires La prophylaxie repose sur la vermifugation périodique (tri annuelle) des chiens et chats adultes et déparasitage mensuel des chiots jusqu’à 6 mois Lavage des mains Traitement de la géophagie Éviction des chiens et chats errants des espaces publiques notament des espaces de jeu des enfants Toxocara spp et TOXOCAROSE
  • 60. 1) DEFINITION  Zoonose provoquée par l’ingestion de viande mal cuite contaminée par des larves d’un nématode du genre Trichinella  Le Genre comprend 5 espèces aux caractéristiques épidémiologiques différentes 2) AGENT PATHOGENE -vers blanc rosé dont le corps est subdivisé en deux parties -partie antérieure filiforme représentant 2/3 de la longueur du corps - Une partie postérieure caudale renflée, elle contient la partie terminale du tube digestif et l’appareil reproducteur. - Les males mesurent 3-3,5 cm a extrémité antérieure enroulée en spirale - Les femelles mesurent 3,5-5,5cm de long , la partie postérieure est arquée Toxocara spp et TOXOCAROSE

Notes de l'éditeur

  1. NB sd loeflleurNON SPECIFIQUE a l’ascaridiose , maladies parasitaires ou auto immunes !!!!!
  2. NB sd loeflleurNON SPECIFIQUE a l’ascaridiose , maladies parasitaires ou auto immunes !!!!!
  3. NB sd loeflleurNON SPECIFIQUE a l’ascaridiose , maladies parasitaires ou auto immunes !!!!!
  4. NB sd loeflleurNON SPECIFIQUE a l’ascaridiose , maladies parasitaires ou auto immunes !!!!!
  5. NB sd loeflleurNON SPECIFIQUE a l’ascaridiose , maladies parasitaires ou auto immunes !!!!!
  6. NB sd loeflleurNON SPECIFIQUE a l’ascaridiose , maladies parasitaires ou auto immunes !!!!!
  7. NB sd loeflleurNON SPECIFIQUE a l’ascaridiose , maladies parasitaires ou auto immunes !!!!!
  8. NB sd loeflleurNON SPECIFIQUE a l’ascaridiose , maladies parasitaires ou auto immunes !!!!!
  9. NB sd loeflleurNON SPECIFIQUE a l’ascaridiose , maladies parasitaires ou auto immunes !!!!!
  10. NB sd loeflleurNON SPECIFIQUE a l’ascaridiose , maladies parasitaires ou auto immunes !!!!!
  11. NB sd loeflleurNON SPECIFIQUE a l’ascaridiose , maladies parasitaires ou auto immunes !!!!!
  12. NB sd loeflleurNON SPECIFIQUE a l’ascaridiose , maladies parasitaires ou auto immunes !!!!!
  13. NB sd loeflleurNON SPECIFIQUE a l’ascaridiose , maladies parasitaires ou auto immunes !!!!!
  14. NB sd loeflleurNON SPECIFIQUE a l’ascaridiose , maladies parasitaires ou auto immunes !!!!!
  15. NB sd loeflleurNON SPECIFIQUE a l’ascaridiose , maladies parasitaires ou auto immunes !!!!!
  16. NB sd loeflleurNON SPECIFIQUE a l’ascaridiose , maladies parasitaires ou auto immunes !!!!!
  17. NB sd loeflleurNON SPECIFIQUE a l’ascaridiose , maladies parasitaires ou auto immunes !!!!!
  18. NB sd loeflleurNON SPECIFIQUE a l’ascaridiose , maladies parasitaires ou auto immunes !!!!!
  19. NB sd loeflleurNON SPECIFIQUE a l’ascaridiose , maladies parasitaires ou auto immunes !!!!!
  20. NB sd loeflleurNON SPECIFIQUE a l’ascaridiose , maladies parasitaires ou auto immunes !!!!!
  21. NB sd loeflleurNON SPECIFIQUE a l’ascaridiose , maladies parasitaires ou auto immunes !!!!!