SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  25
Télécharger pour lire hors ligne
Note
Agro-climatique et Prairies
n°3
Printemps 2020
Laura ETIENNE - Julien FRADIN - Aurélie MADRID
Jérôme PAVIE - Patrice PIERRE
Service Fourrages et Pastoralisme
Le 20 juin 2020
Situation climatique
Au 20 juin 2020
2
Printemps 2020 : le 2e printemps le plus
chaud depuis 1900
3
Mis à part les 2 épisodes plus
frais fin mars et mi mai, les
températures du printemps ont
été supérieures aux normales sur
tout le territoire. Ce printemps
est le 2e plus chaud depuis 1900,
après le printemps 2011.
NB : le printemps
météorologique comprend les
mois de mars, avril et mai.
Source : Météo-France, Bulletin climatique du printemps 2020
http://www.meteofrance.fr/climat-passe-et-futur/bilans-climatiques/843/bilan-climatique-du-printemps-2020
Conséquence : des cumuls de températures
toujours élevés et au dessus des normales
4Source : AgroMetInfo, INRAE et Météo-France - www.agrometinfo.fr
Cumul de températures base 0 du 1er janvier au 09/06/2020 Cumul de températures base 0 du 1er janvier au 09/06/2020
comparé à la moyenne des 30 dernières années
(Valeur en 2020 – moyenne des 30 dernières années)
Les précipitations : un déficit marqué
dans l’Est en avril
5
Source : Météo-France, Bulletin de Situation Hydrologique au 1er juin 2020
http://http://www.meteofrance.fr/documents/10192/78479441/bsh_eau_sol_2006.pdf
• Les précipitations ont été déficitaires de
la Bretagne et de la Loire-Atlantique aux
Hauts-de-France et au nord de la
Champagne-Ardenne, sur une grande
partie de l’Alsace et de la Lorraine, de
l’est du Poitou-Charentes à la vallée du
Rhône ainsi que plus localement en
Bourgogne et sur Midi-Pyrénées.
• En revanche, la pluviométrie a été
excédentaire sur une grande partie de
l’Aquitaine, des Alpes et de la Corse ainsi
que sur le pourtour méditerranéen, à
l’exception des Pyrénées-Orientales.
NB : L’indicateur visualisé sur la carte ci-contre est le
rapport des précipitations du mois écoulé à la normale des
précipitations du même mois sur la période de référence
(1981-2010). L’ensemble de ces données est issu de la
chaîne hydro-météorologique de Météo-France.
Évolutions du bilan hydrique (P-ETP)
6Source : AgroMetInfo, INRAE et Météo-France - www.agrometinfo.fr
Cumul des précipitations – ETP du 01/01/2020 au 09/06/2020
Cumul des précipitations – ETP du 01/01/2020 au 09/06/2020
comparé à la moyenne des 30 dernières années
(Valeur en 2020 - moyenne des 30 dernières années)
Au 9 juin, le bilan hydrique cumulé depuis le 1er janvier est déficitaire sur
une grande partie du territoire, excepté la façade atlantique et les zones
d’altitude moyenne.
En comparaison avec la moyenne de référence, la situation est moins
bonne que d’ordinaire dans plusieurs régions, et notamment autour de
Lyon et en Bourgogne Franche-Comté. D’autres zones sont dans une
situation plus favorable.
Conséquences sur l’humidité des sols
7
Source : Météo-France, Bulletin de Situation Hydrologique au 1er juin 2020
http://http://www.meteofrance.fr/documents/10192/78479441/bsh_eau_sol_2006.pdf
Les sols superficiels se sont nettement asséchés durant ce mois de mai sur
l’ensemble du pays. Du fait d’un déficit pluviométrique marqué et de
températures élevées, ils sont devenus secs à très secs sur la moitié nord de
l’Hexagone ainsi que le long de la vallée du Rhône et sur le littoral ouest de
la Corse.
Au 1er juin, l’indice d’humidité des sols superficiels affiche des valeurs
inférieures aux normales sur la majeure partie du pays. Il est plus
conforme à la normale ou supérieur au sud de la Garonne, sur le
pourtour méditerranéen ainsi que sur une grande partie de la Corse.
Et en Europe ?
8Source : JRC MARS Bulletin, Crop monitoring in Europe, Mai 2020 - https://ec.europa.eu/jrc/en/mars/bulletins
Excès de précipitations
Déficit de précipitations Sécheresse
Vague de chaleur
• Une grande partie de l’Europe
occidentale et centrale a connu des
températures élevées et un déficit de
précipitations entre le 1er avril et le 15
mai. La situation de l’Est de la France
se prolonge à l’Est du Royaume-Uni, au
Bénélux, au Nord et à l’Ouest de
l’Allemagne et jusqu’en Pologne.
• Au contraire, un excédent de
précipitations a été observé dans
certaines zones, notamment des deux
côtés des Pyrénées et au Sud de
l’Espagne.
Quelles conséquences sur les prairies ?
9Sources : Indicateur ISOP, Ministère de l’Agriculture, Météo-France et INRAE.
Au 20 mai 2020, l’indicateur ISOP
présente des disparités régionales : la
pousse de l’herbe est excédentaire en
Bretagne notamment, et déficitaire en
région Grand-Est et dans certaines
zones de Bourgogne, Rhône-Alpes et
PACA.
NB : Il s’agit d’un cumul de pousse
depuis le 1er février, comparé à la
moyenne sur la période 1989-2018.
Et pour la suite ?
Les prévisions saisonnières pour mai à juillet
Une grande partie de la France devrait connaître cet été un
temps anticyclonique, plus chaud que la normale.
Le climat sur le sud de l'Europe devrait en effet être plus
chaud et plus sec que la normale, en moyenne sur le
trimestre prochain.
10
Les prévisions saisonnières, qu’est-ce que c’est ?
La prévision saisonnière a pour objectif de déterminer le climat moyen sur les trois mois
à venir, à l'échelle d'une région comme l'Europe de l'Ouest. Contrairement aux prévisions
à échéance de quelques jours, l'information n'est pas détaillée ni chiffrée, mais présentée
sous forme de prévisions qualitatives qui renseignent sur les grandes tendances (plus
chaud ou plus froid, plus sec ou plus humide que la normale). Les climatologues analysent
les résultats de modèles numériques comparables à ceux utilisés pour réaliser les
prévisions à court terme, mais intégrant la modélisation des océans. Dans certains cas,
aucun scénario dominant ne se dégage : faute d'éléments probants susceptibles
d'influencer le climat des prochains mois, il est impossible de privilégier une hypothèse.
Les performances des prévisions saisonnières sont très variables. Elles sont meilleures
pour la température que pour les précipitations, et, pour la température, meilleures en
hiver qu'en été.
?
Source : Météo-France - http://www.meteofrance.com/accueil/previsions-saisonnieres
Situation des prairies
Au 20 juin 2020
11
TOUR DE PRAIRIE DES REGIONS
Focus sur le printemps 2020
12
Une courte période d’explosion en Bretagne…
Avec le retour des pluies de fin avril, l’explosion de la
croissance a permis de maintenir un régime de
croissance supérieur à 60 kg MS/ha/jour, jusqu’à la
première décade de mai.
La persistance de ce pic a ensuite été perturbé par des
conditions peu habituelles pour la région (vent de nord,
temps sec et chaud) à cette période du printemps. La
pousse est ainsi resté modeste jusqu’à la mi-juin (30 kg
MS/ha/jour).
L’ensemble de la région a été copieusement arrosé ces
dernières jours (de 40 mm à 90 mm suivant les
secteurs). Ces conditions vont permettre la repousse
dans les prairies et augure d’un bon début d’été pour le
pâturage.
Du côté des Pays de la Loire, le nord de la région a
connu un pic de pousse de l’herbe très écrêté avec à la
clé un retour rapide à une distribution de fourrages
conservés à une période où l’herbe domine la ration.
Bretagne Pays de la Loire
Centre Val de Loire
En région Centre, la loterie des orages…
Les précipitations orageuses de ce début juin ont
été très hétérogènes, dictant la repousse de
l’herbe de fin de printemps. Dans les secteurs
arrosés, les prairies après fauche redémarrent
plutôt bien.
Dans les zones moins arrosées voire pas du tout,
les prairies dessèchent. Avec à la clé une
diminution des jours d’avance au pâturage et une
complémentation par les fourrages renforcée.
Sources : Bulletin croissance de l’herbe des régions Bretagne Pays de la Loire et Centre Val de Loire.
TOUR DE PRAIRIE DES REGIONS
Focus sur le printemps 2020
13
Dans les Hauts de France, un pic de pousse
de moindre intensité…
Au mois de mai, la dynamique de pousse a été plus
faible de 15-20 % par rapport aux années
précédentes. Cet écart s’est d’ailleurs accentué. Il est
aujourd’hui de près de 50 % par secteur. La
Thiérache, pourtant région fraiche et herbagère
n’enregistre que 10 à 15 Kg MS /ha/jour en ce début
juin, avec des signes de sécheresse estivale déjà
présents.
Du côté des fauches, les premières coupes se sont
réalisées dans de bonnes conditions et précocement
vers fin avril avec des rendements plus faibles de 15 à
20%.
Pour les fauches réalisées après le 15 mai, l’absence
de pluie a été problématique avec juste un
reverdissement et une faible repousse. Sur ces
parcelles la situation est critique.
Hauts de France
Normandie
Normandie arrosée…
A la ferme Expérimentale de a Blanche Maison, l’explosion de
printemps a été de courte durée bloquée ensuite par un temps
chaud et sec. Le pâturage de printemps se situe finalement dans
la moyenne avec une sortie tardive, et de l’herbe en quantité à
la sortie des animaux. La situation est devenue tendue à partir
du 10 juin.
Les récoltes de printemps ont été dans la moyenne en termes de
rendements et de quantités prévues. Les pluies de fin avril ont
permis de bonnes repousses derrière les ensilages. Certaines
parcelles vont avoir leur 3ème coupe la semaine prochaine avec
de bons rendements et de la qualité en perspective.
Avec 70 mm de pluie depuis une semaine, le pâturage devrait
être assuré jusqu’à mi-juillet.
Sources : Lucie Morin (CA50 La Blanche Maison), Gaétan
Leborgne (CA02)
TOUR DE PRAIRIE DES REGIONS
Focus sur le printemps 2020
14
Une explosion en dents de scies
Le pic de pousse du printemps n’a pas eu lieu cette
année avec des rythmes de pousse variables alternant
entre accélération et réduction.
Le printemps a été marqué par une pousse moyenne
de 35 à 65 kg MS/J/ha en fonction des conditions
climatiques de chaleur et de vent.
Grand Est
Des rendements en première coupe atténués
Les premières coupes se sont réalisées dans de bonnes
conditions (enrubannage et foins précoces) mais avec
une baisse de rendement estimée entre -25 et 30%. Les
2èmes coupes seront réalisées dans les prochains jours.
Les repousses sont très variables selon les contextes et
surtout les dates de fauches et plutôt meilleures pour les
fauches précoces de début mai.
Des pluies salvatrices
Les pluies apparues depuis deux semaines (25 à
30 mm en moyenne) ont permis un redémarrage
de la pousse de l’herbe avec des croissances
moyennes de 40 à 45 et laissent espérer un
rattrapage sur les 2ème coupes.
Il semble aussi que ces pluies aient permis de
valoriser le 2ème apport d’azote
Sources : Arnaud Jouard (CRA Grand Est), bulletins croissance de l’herbe Ardennes et Grand Est
TOUR DE PRAIRIE DES REGIONS
Focus sur le printemps 2020
15
En Franche-Comté, une courbe de production
aplatie
Le pic de production d’herbe du printemps a été plutôt
lissé. Le creux du mois de juin est cependant moins
marqué en raison des pluies que l’on a depuis 3 semaines.
la pousse a bien redémarrée et présage de très bonnes
2ème coupes.
La phase de sécheresse des mois de Mars, avril et mai a
réduit les volumes des premières coupes. On estime que
les rendements se situent entre 60 et 70% de la normale.
La qualité est plutôt meilleure.
Bourgogne
Franche-Comté
En Saône et Loire, tensions sur les stocks
Après une timide explosion de la croissance vers la début mai et un peu plus tardive qu’à l’habitude, la croissance
est redescendue à 30 kg MS/ha/jour. L’absence de pluie et le vent du nord a fini par mettre à l’arrêt les prairies.
La situation est tendue dans les élevages, les jours d’avance sont faibles sauf dans les exploitations avec un faible
chargement. Les fauches se sont faites dans de bonnes conditions, la qualité est au rendez vous mais les
rendements sont inférieures de – 25 à 50% selon les secteurs. Des parcelles sur sols superficiels enregistrent une
première coupe de foin inférieure jusqu’à -70%. A Jalogny, les récoltes sont inférieures de 25 à 35% par rapport à
l’année dernière, les récoltes de fin avril sont les plus touchées.
Les repousses après foin sont restées à l’agonie jusqu’aux dernières pluies de juin et commencent à repartir. Si les
pluies continuent, une coupe de regain devrait permettre de renflouer un peu les stocks. Avec des qualités
hétérogènes. Le déchargement des pâturages a commencé par endroit avec la vente d’animaux et continue par
l’agrandissement sur les repousses de fauche.
Sources : Pierre Emmanuel Belot (IDELE) et Antoine Buteau (CA 71)
TOUR DE PRAIRIE DES REGIONS
Focus sur le printemps 2020
16
Le pic de pousse atténué dans la Drome
La Drôme a subi un de ses printemps les plus chauds
et précoces avec un démarrage de végétation dès
février puis une sécheresse de mi-mars à fin avril qui
a impacté la pousse de l’herbe. Le pic de production a
été présent mais atténué traduisant une perte de
production.
La réponse des prairies a cependant été variable
selon les contextes et altitudes, en lien avec la nature
des prairies (base RGA ou PME) et les techniques de
pâturage mises en place.
Auvergne
Rhônes-Alpes
Des rendements faibles sur les 1ères coupes
dans la Loire
La qualité a cependant été au rendez-vous avec
également de bonnes conditions de réalisation. Pour
les foins il en reste encore beaucoup à faucher, tous
n’ont pu être fait en mai. Pour ceux là, les pluies
devraient assurer un bon rendement mais la qualité
risque d’être bien impactée.
En montagne, il n’y a pas encore trop de retard sur
les foins, une fenêtre météo s’annonce la semaine
prochaine.
Un retour des pluies bénéfiques en juin
Dans beaucoup de parcelles, le maïs a eu un
développement ralenti jusque là, l’eau du mois de
juin devrait être très bénéfique comme dans les
repousses après fauche dans les PME ou la
luzerne.
En cumul de pluie, on reste 20% en dessous de la
moyenne au 1er janvier en plaine.
Sources : Pierre Vergiat (CA42), Marie Miquel (IDELE), Jean Pierre Manteaux (CA 26)
TOUR DE PRAIRIE DES REGIONS
Focus sur le printemps 2020
17
Provence-
Alpes-Côte-d’Azur
Une fin de printemps automnale…
Après un début de printemps assez sec, la
pluviométrie de mai a été importante, (73 mm en
mai à Gap (05)), au dessus des normales sur toute la
zone PACA.
De gros épisodes pluvieux ou orageux ont eu lieu
début juin, qui peuvent aller jusqu’à la grêle de façon
localisée. Cette météo très instable s’accompagne
d’une baisse des températures qui ralentit la pousse.
Ces conditions rendent difficile les récoltes en sec
pour certaines zones, notamment pour les éleveurs
qui n’avaient pas fauché en totalité avant mi-mai.
Qualité vs quantité
Les rendements sont au rendez vous, mais les 1ères
coupes ne sont pas terminées selon les zones, ce qui
n’est pas habituel. Pour les foins come les ensilages
d’herbe, les stades à la récolte sont assez avancés, il
faut donc s’attendre à des valeurs nutritionnelles
moins bonnes que les années précédentes. C’est
notamment vrai pour les éleveurs qui n’ont pas pu
tout faucher entre deux orages. Dans les zones
d’altitude, il a été très difficile de récolter en sec, la
majorité sera ensilée.
Une pousse encore bien active
En altitude les températures ont beaucoup baissé avec
de gros écarts journaliers, et un ralentissement de la
repousse des légumineuses. Contrairement aux années
classiques, avec des prairies bien sèches en juin, les
graminées continuent de pousser. La pousse concerne
les prairies qui n’ont pas pu être encore fauchées
comme les repousses des coupes de mai. Les parcelles
pâturées n’ont pas eu besoin d’être irriguées pour le
moment.
Les éleveurs de brebis partent en estive, bien qu’il reste
encore de l’herbe dans les prairies.
Sources : Claire Guyon (CA84), Manon Kravtchenko (Lycée Gap
Les Emeyères), François Demarquet (Ferme expérimentale de
Carmejane)
TOUR DE PRAIRIE DES REGIONS
Focus sur le printemps 2020
18
Occitanie
Des prairies toujours en avance
Un printemps favorable à la pousse de l’herbe, qui a
démarré très tôt, malgré un déficit pluviométrique
entre fin mars et mi-avril.
Les zones basses inférieures à 500m ont été un peu
plus pénalisées par ce coup de sec surtout sur les sols
superficiels (zone de causse notamment).
La météo de mai, avec du beau temps a permis une
récolte de qualité, par contre, le mois de juin est
beaucoup plus instable et perturbe les récoltes.
Des récoltes appréciables
Les récoltes de mai ont été très précoces quelle que
soit l'altitude et dans des conditions optimales. Des
foins ont été réalisés fin mai à plus de 1000 m
d'altitude. Le rendement des premières coupes sur les
zones de Causse a été pénalisé par le coup de sec de
début du printemps. Par contre, pour ceux qui ont
fauché, les 2èmes coupes s'annoncent prometteuses.
A noter qu'en zone basse, dans l’Aveyron, on est
plutôt à la 3ème coupe.
La fauche est,par contre compliquée pour les éleveurs
qui n’ont pas pu la faire en mai, car depuis la météo
est très instable.
Trop d’herbe ?
La pousse a été très active jusqu’au 10 juin.
Au pâturage, pas mal d'éleveurs aveyronnais se sont
fait déborder par ce pic de pousse et ont dû broyer ou
faucher des refus. Un couvert vert et feuillu de bonne
qualité repousse pour l'instant.
La pousse reste toujours active, malgré une baisse des
températures ces derniers jours. Un ralentissement de
pousse normal devrait être observé d’ici fin juin.
Sources : Benoit Delmas (CA12) et Caroline Auguy (CA81)
TOUR DE PRAIRIE DES REGIONS
Focus sur le printemps 2020
19
Au nord Ouest de la Nouvelle-Aquitaine…
La flambée de croissance a été observé de la dernière
décade d’Avril jusqu’à la mi-mai. Avec des niveaux
dépassant les 60 kg MS/ha/jour et proches de ceux
observées à la même période en 2019.
Les températures importantes et le vent séchant des
semaines suivantes ont ensuite fortement ralenti la
pousse de l'herbe sur les quatre départements de la
zone. Cette météo favorable a néanmoins permis de
terminer les foins avant l'arrivée des pluies
orageuses. Pour cette récolte, les volumes sont au
rendez-vous
Nouvelle Aquitaine
En Haute-Vienne,
La précocité de cette saison 2020 a permis a permis
de faire des fauches de différentes qualités tout au
long du printemps.
En système foin il reste beaucoup parcelles non
fauchées qui auront un bon rendement mais peu de
qualité.
Toutefois, le manque d’eau se fait sentir sur les
parcelles les plus séchantes. Sans un retour des
précipitations, la question va se poser de pâturer des
parcelles débrayées pour temporiser les repousses.
Sources : Claire Brajot (CA 87), Marie Claude Mareaux (CA
64), Aloise Célerier (CA 86) Pauline Gauthier (CA16), Anne-
Laure Lemaître (CA17, 79)
Du côté des Pyrénées Atlantiques,
Après un démarrage précoce avec ces cumuls de
température en avance, comparativement aux moyennes
de ces 10 dernières années, les bonnes conditions météo
de début juin ont donné la possibilité de faucher dans de
bonnes conditions et relativement précocement, en
particulier en montagne.
Les repousses sont dorénavant conditionnées à la
disponibilité en eau et à la « hauteur » de ces
températures. Les pluies annoncées, accompagnées d’un
retour à un fraîchissement plus « conforme » à la période,
vont permettre aux prairies la repousse pour le pâturage
ou les regains.
Les conseils du moment
pour la gestion des
prairies
Au 20 juin 2020
20
Les leviers pour allonger la saison de
pâturage
• La croissance de l’herbe ralentit, il est grand temps
d’allonger la rotation de pâturage!
• Agrandissement du circuit de pâturage:
• L’utilisation des parcelles fauchées 3 à 4 semaines plus tôt.
Malheureusement les conditions météo du mois de mai ont souvent
limité la capacité de repousse de ces parcelles et les regains disponibles
sont faibles.
• Pâturer des parcelles destinées à la fauche. Ces prés présentant des
hauteurs d’herbe élevées avec des tiges, sont à rationner au fil,
idéalement en fournissant une nouvelle petite surface quotidiennement
pour limiter les pertes par piétinement. A relativiser avec le besoin en
stock. Pour des performances élevées il faudra peut-être revoir la
complémentation car la qualité de l’herbe est plus faible que dans des
repousses jeunes.
21
Les leviers pour allonger la saison de
pâturage
• Prévoir un stock sur pied à pâturer:
• Le stock sur pied pour une utilisation fin de printemps/été se prépare
au moment du pic de pousse de l’herbe, souvent à la 15 mai. Dans un
objectif de réduction des coûts de production et du travail de récolte,
c’est une alternative à la fauche qui a tout son sens.
• En fin de printemps, privilégier un nombre de jours d’avance entre
20 et 30. Ce chiffre est à revoir à la baisse dans les situations où les
pluies estivales sont régulièrement attendues. Il est au contraire à
augmenter dans le cas où plus aucune croissance n’est à prévoir.
• En attendant l’effet de la pluie et la repousse des
prairies:
• Affourager les animaux au pré et rationner les surfaces pour laisser
du temps de repos supplémentaire aux repousses. En favorisant le
développement foliaire des plantes, on leur donne une capacité de
croissance supérieure.
22
Itinéraire technique de saison
• Fauche des refus
• Les tours de pâturage qui s’accumulent sont parfois synonyme
d’apparition de touffes d’herbe non consommées, ça peut être le
moment de les faucher pour favoriser une repousse homogène de
qualité. Attention dans les zones tendues en stock c’est un stock
d’herbe sur pied non négligeable en période de disette.
• Pratiquer le topping ou le fauche-broute
• Pour les parcelles en épi, 24h avant pâturage le passage de la
faucheuse permet des repousses homogènes tout en favorisant
l’ingestion de plantes au stade avancé.
• Broyage des indésirables
• Les chardons, rumex et autres indésirables sont désormais bien
visibles, un broyage avant grenaison pendant la montée à tige est
idéal.
23
Retrouvez des ressources
et outils sur les aléas
climatiques en cliquant
sur http://aclimel.idele.fr
24
Cette note a été réalisée avec les contributions :
Des équipes INOSYS-Réseaux d’Elevage
Des fermes expérimentales de La Blanche Maison (L. Morin), du CIIRPO (D Gautier),
de Jalogny (J. Douhay), Thorigné d’Anjou (J. Fortin), de Derval (F. Launay), de
Carmejane (F. Demarquet)
…mais aussi :
Arnaud Jouard (CRAGE), Gaétan Leborgne (CA02), Jean-Pierre Manteaux (CA26),
Françoise Guillois (CRAB), Grégoire Dufour (CRAPL), Pierre Emmanuel Belot
(IDELE), Antoine Buteau (CA71), Pierre Vergiat (CA42), Marie Miquel (IDELE)
Claire Guyon (CA84), Manon Kravtchenko (Lycée Gap Les Emeyères), Benoit Delmas
(CA12), Caroline Auguy (CA81), Claire Brajot (CA 87), Marie Claude Mareaux (CA
64) , Aloise Célerier (CA 86), Pauline Gauthier (CA16), Anne-Laure Lemaître (CA17,
79)
25
Pour plus de détails au niveau régional, retrouvez les résumés climatologiques mensuels sur
http://www.meteofrance.fr/climat-passe-et-futur/bilans-climatiques/843/resumes-climatologiques-mensuels-regionaux

Contenu connexe

Similaire à Note n3 climat et prairies juin 2020

Note agroclimatique spéciale sécheresse été 2022.pdf
Note agroclimatique spéciale sécheresse été 2022.pdfNote agroclimatique spéciale sécheresse été 2022.pdf
Note agroclimatique spéciale sécheresse été 2022.pdfInstitut de l'Elevage - Idele
 
Septembre 2023 : Un très bel été pour les fourrages dans la moitié Nord, un b...
Septembre 2023 : Un très bel été pour les fourrages dans la moitié Nord, un b...Septembre 2023 : Un très bel été pour les fourrages dans la moitié Nord, un b...
Septembre 2023 : Un très bel été pour les fourrages dans la moitié Nord, un b...Institut de l'Elevage - Idele
 
Point sur la sécheresse en France et en Europe - 2019
Point sur la sécheresse en France et en Europe - 2019Point sur la sécheresse en France et en Europe - 2019
Point sur la sécheresse en France et en Europe - 2019Institut de l'Elevage - Idele
 
Point sur la sécheresse en France et en Europe - 2019
Point sur la sécheresse en France et en Europe - 2019Point sur la sécheresse en France et en Europe - 2019
Point sur la sécheresse en France et en Europe - 2019Institut de l'Elevage - Idele
 
A Villefagnan (Charente), un système en polyculture-élevage
A Villefagnan (Charente), un système en polyculture-élevageA Villefagnan (Charente), un système en polyculture-élevage
A Villefagnan (Charente), un système en polyculture-élevageJrmieJost1
 

Similaire à Note n3 climat et prairies juin 2020 (20)

Note agro climatique et prairies n°2 - mai 2020
Note agro climatique et prairies n°2 - mai 2020Note agro climatique et prairies n°2 - mai 2020
Note agro climatique et prairies n°2 - mai 2020
 
Note n°4 climat et prairies septembre 2020
Note n°4 climat et prairies septembre 2020Note n°4 climat et prairies septembre 2020
Note n°4 climat et prairies septembre 2020
 
Note agroclimatique n°3 - 2022
Note agroclimatique n°3 - 2022Note agroclimatique n°3 - 2022
Note agroclimatique n°3 - 2022
 
Note agro climatique n1 - 2022
Note agro climatique n1 - 2022Note agro climatique n1 - 2022
Note agro climatique n1 - 2022
 
Note agroclimatique n3 - 2023
Note agroclimatique n3 - 2023Note agroclimatique n3 - 2023
Note agroclimatique n3 - 2023
 
Note agro-climatique n°5 - 2023
Note agro-climatique n°5 - 2023Note agro-climatique n°5 - 2023
Note agro-climatique n°5 - 2023
 
Note agroclimatique n°2 - 2022
Note agroclimatique n°2 - 2022Note agroclimatique n°2 - 2022
Note agroclimatique n°2 - 2022
 
Note agroclimatique n2 - 2023
Note agroclimatique n2 - 2023Note agroclimatique n2 - 2023
Note agroclimatique n2 - 2023
 
Note agro-climatique n°2-2023
Note agro-climatique n°2-2023Note agro-climatique n°2-2023
Note agro-climatique n°2-2023
 
Note agroclimatique n4 - 2023.pdf
Note agroclimatique n4 - 2023.pdfNote agroclimatique n4 - 2023.pdf
Note agroclimatique n4 - 2023.pdf
 
Note agroclimatique spéciale sécheresse été 2022.pdf
Note agroclimatique spéciale sécheresse été 2022.pdfNote agroclimatique spéciale sécheresse été 2022.pdf
Note agroclimatique spéciale sécheresse été 2022.pdf
 
Note agroclimatique n4 - 2022
Note agroclimatique n4 - 2022Note agroclimatique n4 - 2022
Note agroclimatique n4 - 2022
 
Note agroclimatique n6 - Novembre 2022
Note agroclimatique n6 - Novembre 2022Note agroclimatique n6 - Novembre 2022
Note agroclimatique n6 - Novembre 2022
 
Septembre 2023 : Un très bel été pour les fourrages dans la moitié Nord, un b...
Septembre 2023 : Un très bel été pour les fourrages dans la moitié Nord, un b...Septembre 2023 : Un très bel été pour les fourrages dans la moitié Nord, un b...
Septembre 2023 : Un très bel été pour les fourrages dans la moitié Nord, un b...
 
Note agro-climatique n°1 2024 - Mars 2024
Note agro-climatique n°1  2024 - Mars 2024Note agro-climatique n°1  2024 - Mars 2024
Note agro-climatique n°1 2024 - Mars 2024
 
Note agroclimatique n°5 - 2022
Note agroclimatique n°5 - 2022Note agroclimatique n°5 - 2022
Note agroclimatique n°5 - 2022
 
Point sur la sécheresse en France et en Europe - 2019
Point sur la sécheresse en France et en Europe - 2019Point sur la sécheresse en France et en Europe - 2019
Point sur la sécheresse en France et en Europe - 2019
 
Note agroclimatique n1 - 2023
Note agroclimatique n1 - 2023Note agroclimatique n1 - 2023
Note agroclimatique n1 - 2023
 
Point sur la sécheresse en France et en Europe - 2019
Point sur la sécheresse en France et en Europe - 2019Point sur la sécheresse en France et en Europe - 2019
Point sur la sécheresse en France et en Europe - 2019
 
A Villefagnan (Charente), un système en polyculture-élevage
A Villefagnan (Charente), un système en polyculture-élevageA Villefagnan (Charente), un système en polyculture-élevage
A Villefagnan (Charente), un système en polyculture-élevage
 

Plus de Institut de l'Elevage - Idele

MaxForGoat aux JTCs : l'impact des modalités de distribution des fourrages en...
MaxForGoat aux JTCs : l'impact des modalités de distribution des fourrages en...MaxForGoat aux JTCs : l'impact des modalités de distribution des fourrages en...
MaxForGoat aux JTCs : l'impact des modalités de distribution des fourrages en...Institut de l'Elevage - Idele
 
#Pause travail 8 Dubreuil femmes 9 avril 2024 (1).pdf
#Pause travail 8 Dubreuil femmes 9 avril 2024 (1).pdf#Pause travail 8 Dubreuil femmes 9 avril 2024 (1).pdf
#Pause travail 8 Dubreuil femmes 9 avril 2024 (1).pdfInstitut de l'Elevage - Idele
 
2 5 MOREL Dimensionnement logettes Vaches laitières.pdf
2 5 MOREL Dimensionnement logettes Vaches laitières.pdf2 5 MOREL Dimensionnement logettes Vaches laitières.pdf
2 5 MOREL Dimensionnement logettes Vaches laitières.pdfInstitut de l'Elevage - Idele
 
2 10 GUIOCHEAU Aires dexercices Vaches laitières.pdf
2 10 GUIOCHEAU Aires dexercices Vaches laitières.pdf2 10 GUIOCHEAU Aires dexercices Vaches laitières.pdf
2 10 GUIOCHEAU Aires dexercices Vaches laitières.pdfInstitut de l'Elevage - Idele
 
P 15 MARTIN Robotisation déplacement remplacement.pdf
P 15 MARTIN Robotisation déplacement remplacement.pdfP 15 MARTIN Robotisation déplacement remplacement.pdf
P 15 MARTIN Robotisation déplacement remplacement.pdfInstitut de l'Elevage - Idele
 
P 14 DEPERSIN Réglementation BEA actualités et perspectives
P 14 DEPERSIN Réglementation BEA actualités et perspectivesP 14 DEPERSIN Réglementation BEA actualités et perspectives
P 14 DEPERSIN Réglementation BEA actualités et perspectivesInstitut de l'Elevage - Idele
 
P 13 ROGUET démarches bien-être et impact sur les bâtiments porcins Allemagne
P 13 ROGUET démarches bien-être et impact sur les bâtiments porcins AllemagneP 13 ROGUET démarches bien-être et impact sur les bâtiments porcins Allemagne
P 13 ROGUET démarches bien-être et impact sur les bâtiments porcins AllemagneInstitut de l'Elevage - Idele
 
P 11 GALLAY vision 2030 pour des Constructions durables
P 11 GALLAY vision 2030 pour des Constructions durablesP 11 GALLAY vision 2030 pour des Constructions durables
P 11 GALLAY vision 2030 pour des Constructions durablesInstitut de l'Elevage - Idele
 
P 9 GRESSET bea et constructions agricoles en suisse
P 9 GRESSET bea et constructions agricoles en suisseP 9 GRESSET bea et constructions agricoles en suisse
P 9 GRESSET bea et constructions agricoles en suisseInstitut de l'Elevage - Idele
 

Plus de Institut de l'Elevage - Idele (20)

Note agro-climatique n°2 - 17 Avril 2024
Note agro-climatique n°2 - 17 Avril 2024Note agro-climatique n°2 - 17 Avril 2024
Note agro-climatique n°2 - 17 Avril 2024
 
MaxForGoat aux JTCs : l'impact des modalités de distribution des fourrages en...
MaxForGoat aux JTCs : l'impact des modalités de distribution des fourrages en...MaxForGoat aux JTCs : l'impact des modalités de distribution des fourrages en...
MaxForGoat aux JTCs : l'impact des modalités de distribution des fourrages en...
 
Webinaire lésions podales_04.04.2024.pptx
Webinaire lésions podales_04.04.2024.pptxWebinaire lésions podales_04.04.2024.pptx
Webinaire lésions podales_04.04.2024.pptx
 
#Pause travail 8 Dubreuil femmes 9 avril 2024 (1).pdf
#Pause travail 8 Dubreuil femmes 9 avril 2024 (1).pdf#Pause travail 8 Dubreuil femmes 9 avril 2024 (1).pdf
#Pause travail 8 Dubreuil femmes 9 avril 2024 (1).pdf
 
Replay du Webinaire CARE 4 DAIRY - 25 mars 2024
Replay du Webinaire CARE 4 DAIRY - 25 mars 2024Replay du Webinaire CARE 4 DAIRY - 25 mars 2024
Replay du Webinaire CARE 4 DAIRY - 25 mars 2024
 
2 1 FUSELIER Prise en compte OW Société.pdf
2 1 FUSELIER Prise en compte OW Société.pdf2 1 FUSELIER Prise en compte OW Société.pdf
2 1 FUSELIER Prise en compte OW Société.pdf
 
2 2 VILLAIN Truies libres en maternité.pdf
2 2 VILLAIN Truies libres en maternité.pdf2 2 VILLAIN Truies libres en maternité.pdf
2 2 VILLAIN Truies libres en maternité.pdf
 
2 3 MESSAGER Enrichissements poulets.pdf
2 3 MESSAGER Enrichissements poulets.pdf2 3 MESSAGER Enrichissements poulets.pdf
2 3 MESSAGER Enrichissements poulets.pdf
 
2 4 COUTANT Litiere malaxée Vaches laitières.pdf
2 4 COUTANT Litiere malaxée Vaches laitières.pdf2 4 COUTANT Litiere malaxée Vaches laitières.pdf
2 4 COUTANT Litiere malaxée Vaches laitières.pdf
 
2 5 MOREL Dimensionnement logettes Vaches laitières.pdf
2 5 MOREL Dimensionnement logettes Vaches laitières.pdf2 5 MOREL Dimensionnement logettes Vaches laitières.pdf
2 5 MOREL Dimensionnement logettes Vaches laitières.pdf
 
2 7 GERARD conduite des truies en liberté.pdf
2 7 GERARD conduite des truies en liberté.pdf2 7 GERARD conduite des truies en liberté.pdf
2 7 GERARD conduite des truies en liberté.pdf
 
2 8 LERUSTE loger les veaux laitiers par deux
2 8 LERUSTE loger les veaux laitiers par deux2 8 LERUSTE loger les veaux laitiers par deux
2 8 LERUSTE loger les veaux laitiers par deux
 
2 9 LEFOUL Logement veaux de boucherie.pdf
2 9 LEFOUL Logement veaux de boucherie.pdf2 9 LEFOUL Logement veaux de boucherie.pdf
2 9 LEFOUL Logement veaux de boucherie.pdf
 
2 10 GUIOCHEAU Aires dexercices Vaches laitières.pdf
2 10 GUIOCHEAU Aires dexercices Vaches laitières.pdf2 10 GUIOCHEAU Aires dexercices Vaches laitières.pdf
2 10 GUIOCHEAU Aires dexercices Vaches laitières.pdf
 
P 16 TALLET etat émotionnel des animaux.pdf
P 16 TALLET etat émotionnel des animaux.pdfP 16 TALLET etat émotionnel des animaux.pdf
P 16 TALLET etat émotionnel des animaux.pdf
 
P 15 MARTIN Robotisation déplacement remplacement.pdf
P 15 MARTIN Robotisation déplacement remplacement.pdfP 15 MARTIN Robotisation déplacement remplacement.pdf
P 15 MARTIN Robotisation déplacement remplacement.pdf
 
P 14 DEPERSIN Réglementation BEA actualités et perspectives
P 14 DEPERSIN Réglementation BEA actualités et perspectivesP 14 DEPERSIN Réglementation BEA actualités et perspectives
P 14 DEPERSIN Réglementation BEA actualités et perspectives
 
P 13 ROGUET démarches bien-être et impact sur les bâtiments porcins Allemagne
P 13 ROGUET démarches bien-être et impact sur les bâtiments porcins AllemagneP 13 ROGUET démarches bien-être et impact sur les bâtiments porcins Allemagne
P 13 ROGUET démarches bien-être et impact sur les bâtiments porcins Allemagne
 
P 11 GALLAY vision 2030 pour des Constructions durables
P 11 GALLAY vision 2030 pour des Constructions durablesP 11 GALLAY vision 2030 pour des Constructions durables
P 11 GALLAY vision 2030 pour des Constructions durables
 
P 9 GRESSET bea et constructions agricoles en suisse
P 9 GRESSET bea et constructions agricoles en suisseP 9 GRESSET bea et constructions agricoles en suisse
P 9 GRESSET bea et constructions agricoles en suisse
 

Dernier

Actions du vent sur les bâtiments selon lEurocode 1 – Partie 1-4.pdf
Actions du vent sur les bâtiments selon lEurocode 1 – Partie 1-4.pdfActions du vent sur les bâtiments selon lEurocode 1 – Partie 1-4.pdf
Actions du vent sur les bâtiments selon lEurocode 1 – Partie 1-4.pdfalainfahed961
 
BOW 2024 - 3-8 - Adaptation des bâtiments d'élevages de volailles au changeme...
BOW 2024 - 3-8 - Adaptation des bâtiments d'élevages de volailles au changeme...BOW 2024 - 3-8 - Adaptation des bâtiments d'élevages de volailles au changeme...
BOW 2024 - 3-8 - Adaptation des bâtiments d'élevages de volailles au changeme...idelewebmestre
 
BOW 2024 - 3-3 - Adaptation des bâtiments pour ruminants au changement clima...
BOW 2024 - 3-3 -  Adaptation des bâtiments pour ruminants au changement clima...BOW 2024 - 3-3 -  Adaptation des bâtiments pour ruminants au changement clima...
BOW 2024 - 3-3 - Adaptation des bâtiments pour ruminants au changement clima...idelewebmestre
 
Bow 2024 - Plein air à l'intérieur des bâtiments d'élevage de ruminants
Bow 2024 - Plein air à l'intérieur des bâtiments d'élevage de ruminantsBow 2024 - Plein air à l'intérieur des bâtiments d'élevage de ruminants
Bow 2024 - Plein air à l'intérieur des bâtiments d'élevage de ruminantsidelewebmestre
 
Accompagnement de l'agrivoltaïsme dans le département de la Nièvre
Accompagnement de l'agrivoltaïsme dans le département de la NièvreAccompagnement de l'agrivoltaïsme dans le département de la Nièvre
Accompagnement de l'agrivoltaïsme dans le département de la Nièvreidelewebmestre
 
Compersseur d'air a vis atlas copco avec huile
Compersseur d'air a vis atlas copco avec huileCompersseur d'air a vis atlas copco avec huile
Compersseur d'air a vis atlas copco avec huileMBouderbala
 
BOW 2024 - Jardins d'hiver en poulets de chair
BOW 2024 - Jardins d'hiver en poulets de chairBOW 2024 - Jardins d'hiver en poulets de chair
BOW 2024 - Jardins d'hiver en poulets de chairidelewebmestre
 
BOW 2024 - 3-2 - Stress thermique impact vaches laitières
BOW 2024 - 3-2 - Stress thermique impact vaches laitièresBOW 2024 - 3-2 - Stress thermique impact vaches laitières
BOW 2024 - 3-2 - Stress thermique impact vaches laitièresidelewebmestre
 
Agrivoltaïsme et filière ovine en Dordogne
Agrivoltaïsme et filière ovine en DordogneAgrivoltaïsme et filière ovine en Dordogne
Agrivoltaïsme et filière ovine en Dordogneidelewebmestre
 
BOW 2024 - Nouveaux modes de logement pour des veaux de boucherie avec accès ...
BOW 2024 - Nouveaux modes de logement pour des veaux de boucherie avec accès ...BOW 2024 - Nouveaux modes de logement pour des veaux de boucherie avec accès ...
BOW 2024 - Nouveaux modes de logement pour des veaux de boucherie avec accès ...idelewebmestre
 
BOW 2024 - 3 1 - Les infrastructures équestres et le changement climatique
BOW 2024 - 3 1 - Les infrastructures équestres et le changement climatiqueBOW 2024 - 3 1 - Les infrastructures équestres et le changement climatique
BOW 2024 - 3 1 - Les infrastructures équestres et le changement climatiqueidelewebmestre
 
BOW 2024 - 3-5 - Des solutions numériques pour se préparer aux pics de chaleur
BOW 2024 - 3-5 - Des solutions numériques pour se préparer aux pics de chaleurBOW 2024 - 3-5 - Des solutions numériques pour se préparer aux pics de chaleur
BOW 2024 - 3-5 - Des solutions numériques pour se préparer aux pics de chaleuridelewebmestre
 
BOW 2024 - Dedans/Dehors quand voir ne suffit pas
BOW 2024 - Dedans/Dehors quand voir ne suffit pasBOW 2024 - Dedans/Dehors quand voir ne suffit pas
BOW 2024 - Dedans/Dehors quand voir ne suffit pasidelewebmestre
 
BOW 2024 - L'enrichissement du milieu des chèvres laitières
BOW 2024 - L'enrichissement du milieu des chèvres laitièresBOW 2024 - L'enrichissement du milieu des chèvres laitières
BOW 2024 - L'enrichissement du milieu des chèvres laitièresidelewebmestre
 
BOW 2024 - Logement des veaux laitiers en plein air
BOW 2024 - Logement des veaux laitiers en plein airBOW 2024 - Logement des veaux laitiers en plein air
BOW 2024 - Logement des veaux laitiers en plein airidelewebmestre
 
BOW 2024 -3-9 - Matelas de logettes à eau refroidie VL
BOW 2024 -3-9 - Matelas de logettes à eau refroidie VLBOW 2024 -3-9 - Matelas de logettes à eau refroidie VL
BOW 2024 -3-9 - Matelas de logettes à eau refroidie VLidelewebmestre
 
BOW 24 - De la réflexion de groupe à l'immersion dans des bâtiments porcins
BOW 24 - De la réflexion de groupe à l'immersion dans des bâtiments porcinsBOW 24 - De la réflexion de groupe à l'immersion dans des bâtiments porcins
BOW 24 - De la réflexion de groupe à l'immersion dans des bâtiments porcinsidelewebmestre
 
Cours polymère presentation powerpoint 46 pages
Cours polymère presentation powerpoint 46 pagesCours polymère presentation powerpoint 46 pages
Cours polymère presentation powerpoint 46 pagesPierreFournier32
 
Cadre réglementaire et développement de l'agrivoltaïsme en France
Cadre réglementaire et développement de l'agrivoltaïsme en FranceCadre réglementaire et développement de l'agrivoltaïsme en France
Cadre réglementaire et développement de l'agrivoltaïsme en Franceidelewebmestre
 
BOW 2024 - 3-6 - Adaptation climat chaud Porcs
BOW 2024 - 3-6 - Adaptation climat chaud PorcsBOW 2024 - 3-6 - Adaptation climat chaud Porcs
BOW 2024 - 3-6 - Adaptation climat chaud Porcsidelewebmestre
 

Dernier (20)

Actions du vent sur les bâtiments selon lEurocode 1 – Partie 1-4.pdf
Actions du vent sur les bâtiments selon lEurocode 1 – Partie 1-4.pdfActions du vent sur les bâtiments selon lEurocode 1 – Partie 1-4.pdf
Actions du vent sur les bâtiments selon lEurocode 1 – Partie 1-4.pdf
 
BOW 2024 - 3-8 - Adaptation des bâtiments d'élevages de volailles au changeme...
BOW 2024 - 3-8 - Adaptation des bâtiments d'élevages de volailles au changeme...BOW 2024 - 3-8 - Adaptation des bâtiments d'élevages de volailles au changeme...
BOW 2024 - 3-8 - Adaptation des bâtiments d'élevages de volailles au changeme...
 
BOW 2024 - 3-3 - Adaptation des bâtiments pour ruminants au changement clima...
BOW 2024 - 3-3 -  Adaptation des bâtiments pour ruminants au changement clima...BOW 2024 - 3-3 -  Adaptation des bâtiments pour ruminants au changement clima...
BOW 2024 - 3-3 - Adaptation des bâtiments pour ruminants au changement clima...
 
Bow 2024 - Plein air à l'intérieur des bâtiments d'élevage de ruminants
Bow 2024 - Plein air à l'intérieur des bâtiments d'élevage de ruminantsBow 2024 - Plein air à l'intérieur des bâtiments d'élevage de ruminants
Bow 2024 - Plein air à l'intérieur des bâtiments d'élevage de ruminants
 
Accompagnement de l'agrivoltaïsme dans le département de la Nièvre
Accompagnement de l'agrivoltaïsme dans le département de la NièvreAccompagnement de l'agrivoltaïsme dans le département de la Nièvre
Accompagnement de l'agrivoltaïsme dans le département de la Nièvre
 
Compersseur d'air a vis atlas copco avec huile
Compersseur d'air a vis atlas copco avec huileCompersseur d'air a vis atlas copco avec huile
Compersseur d'air a vis atlas copco avec huile
 
BOW 2024 - Jardins d'hiver en poulets de chair
BOW 2024 - Jardins d'hiver en poulets de chairBOW 2024 - Jardins d'hiver en poulets de chair
BOW 2024 - Jardins d'hiver en poulets de chair
 
BOW 2024 - 3-2 - Stress thermique impact vaches laitières
BOW 2024 - 3-2 - Stress thermique impact vaches laitièresBOW 2024 - 3-2 - Stress thermique impact vaches laitières
BOW 2024 - 3-2 - Stress thermique impact vaches laitières
 
Agrivoltaïsme et filière ovine en Dordogne
Agrivoltaïsme et filière ovine en DordogneAgrivoltaïsme et filière ovine en Dordogne
Agrivoltaïsme et filière ovine en Dordogne
 
BOW 2024 - Nouveaux modes de logement pour des veaux de boucherie avec accès ...
BOW 2024 - Nouveaux modes de logement pour des veaux de boucherie avec accès ...BOW 2024 - Nouveaux modes de logement pour des veaux de boucherie avec accès ...
BOW 2024 - Nouveaux modes de logement pour des veaux de boucherie avec accès ...
 
BOW 2024 - 3 1 - Les infrastructures équestres et le changement climatique
BOW 2024 - 3 1 - Les infrastructures équestres et le changement climatiqueBOW 2024 - 3 1 - Les infrastructures équestres et le changement climatique
BOW 2024 - 3 1 - Les infrastructures équestres et le changement climatique
 
BOW 2024 - 3-5 - Des solutions numériques pour se préparer aux pics de chaleur
BOW 2024 - 3-5 - Des solutions numériques pour se préparer aux pics de chaleurBOW 2024 - 3-5 - Des solutions numériques pour se préparer aux pics de chaleur
BOW 2024 - 3-5 - Des solutions numériques pour se préparer aux pics de chaleur
 
BOW 2024 - Dedans/Dehors quand voir ne suffit pas
BOW 2024 - Dedans/Dehors quand voir ne suffit pasBOW 2024 - Dedans/Dehors quand voir ne suffit pas
BOW 2024 - Dedans/Dehors quand voir ne suffit pas
 
BOW 2024 - L'enrichissement du milieu des chèvres laitières
BOW 2024 - L'enrichissement du milieu des chèvres laitièresBOW 2024 - L'enrichissement du milieu des chèvres laitières
BOW 2024 - L'enrichissement du milieu des chèvres laitières
 
BOW 2024 - Logement des veaux laitiers en plein air
BOW 2024 - Logement des veaux laitiers en plein airBOW 2024 - Logement des veaux laitiers en plein air
BOW 2024 - Logement des veaux laitiers en plein air
 
BOW 2024 -3-9 - Matelas de logettes à eau refroidie VL
BOW 2024 -3-9 - Matelas de logettes à eau refroidie VLBOW 2024 -3-9 - Matelas de logettes à eau refroidie VL
BOW 2024 -3-9 - Matelas de logettes à eau refroidie VL
 
BOW 24 - De la réflexion de groupe à l'immersion dans des bâtiments porcins
BOW 24 - De la réflexion de groupe à l'immersion dans des bâtiments porcinsBOW 24 - De la réflexion de groupe à l'immersion dans des bâtiments porcins
BOW 24 - De la réflexion de groupe à l'immersion dans des bâtiments porcins
 
Cours polymère presentation powerpoint 46 pages
Cours polymère presentation powerpoint 46 pagesCours polymère presentation powerpoint 46 pages
Cours polymère presentation powerpoint 46 pages
 
Cadre réglementaire et développement de l'agrivoltaïsme en France
Cadre réglementaire et développement de l'agrivoltaïsme en FranceCadre réglementaire et développement de l'agrivoltaïsme en France
Cadre réglementaire et développement de l'agrivoltaïsme en France
 
BOW 2024 - 3-6 - Adaptation climat chaud Porcs
BOW 2024 - 3-6 - Adaptation climat chaud PorcsBOW 2024 - 3-6 - Adaptation climat chaud Porcs
BOW 2024 - 3-6 - Adaptation climat chaud Porcs
 

Note n3 climat et prairies juin 2020

  • 1. Note Agro-climatique et Prairies n°3 Printemps 2020 Laura ETIENNE - Julien FRADIN - Aurélie MADRID Jérôme PAVIE - Patrice PIERRE Service Fourrages et Pastoralisme Le 20 juin 2020
  • 3. Printemps 2020 : le 2e printemps le plus chaud depuis 1900 3 Mis à part les 2 épisodes plus frais fin mars et mi mai, les températures du printemps ont été supérieures aux normales sur tout le territoire. Ce printemps est le 2e plus chaud depuis 1900, après le printemps 2011. NB : le printemps météorologique comprend les mois de mars, avril et mai. Source : Météo-France, Bulletin climatique du printemps 2020 http://www.meteofrance.fr/climat-passe-et-futur/bilans-climatiques/843/bilan-climatique-du-printemps-2020
  • 4. Conséquence : des cumuls de températures toujours élevés et au dessus des normales 4Source : AgroMetInfo, INRAE et Météo-France - www.agrometinfo.fr Cumul de températures base 0 du 1er janvier au 09/06/2020 Cumul de températures base 0 du 1er janvier au 09/06/2020 comparé à la moyenne des 30 dernières années (Valeur en 2020 – moyenne des 30 dernières années)
  • 5. Les précipitations : un déficit marqué dans l’Est en avril 5 Source : Météo-France, Bulletin de Situation Hydrologique au 1er juin 2020 http://http://www.meteofrance.fr/documents/10192/78479441/bsh_eau_sol_2006.pdf • Les précipitations ont été déficitaires de la Bretagne et de la Loire-Atlantique aux Hauts-de-France et au nord de la Champagne-Ardenne, sur une grande partie de l’Alsace et de la Lorraine, de l’est du Poitou-Charentes à la vallée du Rhône ainsi que plus localement en Bourgogne et sur Midi-Pyrénées. • En revanche, la pluviométrie a été excédentaire sur une grande partie de l’Aquitaine, des Alpes et de la Corse ainsi que sur le pourtour méditerranéen, à l’exception des Pyrénées-Orientales. NB : L’indicateur visualisé sur la carte ci-contre est le rapport des précipitations du mois écoulé à la normale des précipitations du même mois sur la période de référence (1981-2010). L’ensemble de ces données est issu de la chaîne hydro-météorologique de Météo-France.
  • 6. Évolutions du bilan hydrique (P-ETP) 6Source : AgroMetInfo, INRAE et Météo-France - www.agrometinfo.fr Cumul des précipitations – ETP du 01/01/2020 au 09/06/2020 Cumul des précipitations – ETP du 01/01/2020 au 09/06/2020 comparé à la moyenne des 30 dernières années (Valeur en 2020 - moyenne des 30 dernières années) Au 9 juin, le bilan hydrique cumulé depuis le 1er janvier est déficitaire sur une grande partie du territoire, excepté la façade atlantique et les zones d’altitude moyenne. En comparaison avec la moyenne de référence, la situation est moins bonne que d’ordinaire dans plusieurs régions, et notamment autour de Lyon et en Bourgogne Franche-Comté. D’autres zones sont dans une situation plus favorable.
  • 7. Conséquences sur l’humidité des sols 7 Source : Météo-France, Bulletin de Situation Hydrologique au 1er juin 2020 http://http://www.meteofrance.fr/documents/10192/78479441/bsh_eau_sol_2006.pdf Les sols superficiels se sont nettement asséchés durant ce mois de mai sur l’ensemble du pays. Du fait d’un déficit pluviométrique marqué et de températures élevées, ils sont devenus secs à très secs sur la moitié nord de l’Hexagone ainsi que le long de la vallée du Rhône et sur le littoral ouest de la Corse. Au 1er juin, l’indice d’humidité des sols superficiels affiche des valeurs inférieures aux normales sur la majeure partie du pays. Il est plus conforme à la normale ou supérieur au sud de la Garonne, sur le pourtour méditerranéen ainsi que sur une grande partie de la Corse.
  • 8. Et en Europe ? 8Source : JRC MARS Bulletin, Crop monitoring in Europe, Mai 2020 - https://ec.europa.eu/jrc/en/mars/bulletins Excès de précipitations Déficit de précipitations Sécheresse Vague de chaleur • Une grande partie de l’Europe occidentale et centrale a connu des températures élevées et un déficit de précipitations entre le 1er avril et le 15 mai. La situation de l’Est de la France se prolonge à l’Est du Royaume-Uni, au Bénélux, au Nord et à l’Ouest de l’Allemagne et jusqu’en Pologne. • Au contraire, un excédent de précipitations a été observé dans certaines zones, notamment des deux côtés des Pyrénées et au Sud de l’Espagne.
  • 9. Quelles conséquences sur les prairies ? 9Sources : Indicateur ISOP, Ministère de l’Agriculture, Météo-France et INRAE. Au 20 mai 2020, l’indicateur ISOP présente des disparités régionales : la pousse de l’herbe est excédentaire en Bretagne notamment, et déficitaire en région Grand-Est et dans certaines zones de Bourgogne, Rhône-Alpes et PACA. NB : Il s’agit d’un cumul de pousse depuis le 1er février, comparé à la moyenne sur la période 1989-2018.
  • 10. Et pour la suite ? Les prévisions saisonnières pour mai à juillet Une grande partie de la France devrait connaître cet été un temps anticyclonique, plus chaud que la normale. Le climat sur le sud de l'Europe devrait en effet être plus chaud et plus sec que la normale, en moyenne sur le trimestre prochain. 10 Les prévisions saisonnières, qu’est-ce que c’est ? La prévision saisonnière a pour objectif de déterminer le climat moyen sur les trois mois à venir, à l'échelle d'une région comme l'Europe de l'Ouest. Contrairement aux prévisions à échéance de quelques jours, l'information n'est pas détaillée ni chiffrée, mais présentée sous forme de prévisions qualitatives qui renseignent sur les grandes tendances (plus chaud ou plus froid, plus sec ou plus humide que la normale). Les climatologues analysent les résultats de modèles numériques comparables à ceux utilisés pour réaliser les prévisions à court terme, mais intégrant la modélisation des océans. Dans certains cas, aucun scénario dominant ne se dégage : faute d'éléments probants susceptibles d'influencer le climat des prochains mois, il est impossible de privilégier une hypothèse. Les performances des prévisions saisonnières sont très variables. Elles sont meilleures pour la température que pour les précipitations, et, pour la température, meilleures en hiver qu'en été. ? Source : Météo-France - http://www.meteofrance.com/accueil/previsions-saisonnieres
  • 11. Situation des prairies Au 20 juin 2020 11
  • 12. TOUR DE PRAIRIE DES REGIONS Focus sur le printemps 2020 12 Une courte période d’explosion en Bretagne… Avec le retour des pluies de fin avril, l’explosion de la croissance a permis de maintenir un régime de croissance supérieur à 60 kg MS/ha/jour, jusqu’à la première décade de mai. La persistance de ce pic a ensuite été perturbé par des conditions peu habituelles pour la région (vent de nord, temps sec et chaud) à cette période du printemps. La pousse est ainsi resté modeste jusqu’à la mi-juin (30 kg MS/ha/jour). L’ensemble de la région a été copieusement arrosé ces dernières jours (de 40 mm à 90 mm suivant les secteurs). Ces conditions vont permettre la repousse dans les prairies et augure d’un bon début d’été pour le pâturage. Du côté des Pays de la Loire, le nord de la région a connu un pic de pousse de l’herbe très écrêté avec à la clé un retour rapide à une distribution de fourrages conservés à une période où l’herbe domine la ration. Bretagne Pays de la Loire Centre Val de Loire En région Centre, la loterie des orages… Les précipitations orageuses de ce début juin ont été très hétérogènes, dictant la repousse de l’herbe de fin de printemps. Dans les secteurs arrosés, les prairies après fauche redémarrent plutôt bien. Dans les zones moins arrosées voire pas du tout, les prairies dessèchent. Avec à la clé une diminution des jours d’avance au pâturage et une complémentation par les fourrages renforcée. Sources : Bulletin croissance de l’herbe des régions Bretagne Pays de la Loire et Centre Val de Loire.
  • 13. TOUR DE PRAIRIE DES REGIONS Focus sur le printemps 2020 13 Dans les Hauts de France, un pic de pousse de moindre intensité… Au mois de mai, la dynamique de pousse a été plus faible de 15-20 % par rapport aux années précédentes. Cet écart s’est d’ailleurs accentué. Il est aujourd’hui de près de 50 % par secteur. La Thiérache, pourtant région fraiche et herbagère n’enregistre que 10 à 15 Kg MS /ha/jour en ce début juin, avec des signes de sécheresse estivale déjà présents. Du côté des fauches, les premières coupes se sont réalisées dans de bonnes conditions et précocement vers fin avril avec des rendements plus faibles de 15 à 20%. Pour les fauches réalisées après le 15 mai, l’absence de pluie a été problématique avec juste un reverdissement et une faible repousse. Sur ces parcelles la situation est critique. Hauts de France Normandie Normandie arrosée… A la ferme Expérimentale de a Blanche Maison, l’explosion de printemps a été de courte durée bloquée ensuite par un temps chaud et sec. Le pâturage de printemps se situe finalement dans la moyenne avec une sortie tardive, et de l’herbe en quantité à la sortie des animaux. La situation est devenue tendue à partir du 10 juin. Les récoltes de printemps ont été dans la moyenne en termes de rendements et de quantités prévues. Les pluies de fin avril ont permis de bonnes repousses derrière les ensilages. Certaines parcelles vont avoir leur 3ème coupe la semaine prochaine avec de bons rendements et de la qualité en perspective. Avec 70 mm de pluie depuis une semaine, le pâturage devrait être assuré jusqu’à mi-juillet. Sources : Lucie Morin (CA50 La Blanche Maison), Gaétan Leborgne (CA02)
  • 14. TOUR DE PRAIRIE DES REGIONS Focus sur le printemps 2020 14 Une explosion en dents de scies Le pic de pousse du printemps n’a pas eu lieu cette année avec des rythmes de pousse variables alternant entre accélération et réduction. Le printemps a été marqué par une pousse moyenne de 35 à 65 kg MS/J/ha en fonction des conditions climatiques de chaleur et de vent. Grand Est Des rendements en première coupe atténués Les premières coupes se sont réalisées dans de bonnes conditions (enrubannage et foins précoces) mais avec une baisse de rendement estimée entre -25 et 30%. Les 2èmes coupes seront réalisées dans les prochains jours. Les repousses sont très variables selon les contextes et surtout les dates de fauches et plutôt meilleures pour les fauches précoces de début mai. Des pluies salvatrices Les pluies apparues depuis deux semaines (25 à 30 mm en moyenne) ont permis un redémarrage de la pousse de l’herbe avec des croissances moyennes de 40 à 45 et laissent espérer un rattrapage sur les 2ème coupes. Il semble aussi que ces pluies aient permis de valoriser le 2ème apport d’azote Sources : Arnaud Jouard (CRA Grand Est), bulletins croissance de l’herbe Ardennes et Grand Est
  • 15. TOUR DE PRAIRIE DES REGIONS Focus sur le printemps 2020 15 En Franche-Comté, une courbe de production aplatie Le pic de production d’herbe du printemps a été plutôt lissé. Le creux du mois de juin est cependant moins marqué en raison des pluies que l’on a depuis 3 semaines. la pousse a bien redémarrée et présage de très bonnes 2ème coupes. La phase de sécheresse des mois de Mars, avril et mai a réduit les volumes des premières coupes. On estime que les rendements se situent entre 60 et 70% de la normale. La qualité est plutôt meilleure. Bourgogne Franche-Comté En Saône et Loire, tensions sur les stocks Après une timide explosion de la croissance vers la début mai et un peu plus tardive qu’à l’habitude, la croissance est redescendue à 30 kg MS/ha/jour. L’absence de pluie et le vent du nord a fini par mettre à l’arrêt les prairies. La situation est tendue dans les élevages, les jours d’avance sont faibles sauf dans les exploitations avec un faible chargement. Les fauches se sont faites dans de bonnes conditions, la qualité est au rendez vous mais les rendements sont inférieures de – 25 à 50% selon les secteurs. Des parcelles sur sols superficiels enregistrent une première coupe de foin inférieure jusqu’à -70%. A Jalogny, les récoltes sont inférieures de 25 à 35% par rapport à l’année dernière, les récoltes de fin avril sont les plus touchées. Les repousses après foin sont restées à l’agonie jusqu’aux dernières pluies de juin et commencent à repartir. Si les pluies continuent, une coupe de regain devrait permettre de renflouer un peu les stocks. Avec des qualités hétérogènes. Le déchargement des pâturages a commencé par endroit avec la vente d’animaux et continue par l’agrandissement sur les repousses de fauche. Sources : Pierre Emmanuel Belot (IDELE) et Antoine Buteau (CA 71)
  • 16. TOUR DE PRAIRIE DES REGIONS Focus sur le printemps 2020 16 Le pic de pousse atténué dans la Drome La Drôme a subi un de ses printemps les plus chauds et précoces avec un démarrage de végétation dès février puis une sécheresse de mi-mars à fin avril qui a impacté la pousse de l’herbe. Le pic de production a été présent mais atténué traduisant une perte de production. La réponse des prairies a cependant été variable selon les contextes et altitudes, en lien avec la nature des prairies (base RGA ou PME) et les techniques de pâturage mises en place. Auvergne Rhônes-Alpes Des rendements faibles sur les 1ères coupes dans la Loire La qualité a cependant été au rendez-vous avec également de bonnes conditions de réalisation. Pour les foins il en reste encore beaucoup à faucher, tous n’ont pu être fait en mai. Pour ceux là, les pluies devraient assurer un bon rendement mais la qualité risque d’être bien impactée. En montagne, il n’y a pas encore trop de retard sur les foins, une fenêtre météo s’annonce la semaine prochaine. Un retour des pluies bénéfiques en juin Dans beaucoup de parcelles, le maïs a eu un développement ralenti jusque là, l’eau du mois de juin devrait être très bénéfique comme dans les repousses après fauche dans les PME ou la luzerne. En cumul de pluie, on reste 20% en dessous de la moyenne au 1er janvier en plaine. Sources : Pierre Vergiat (CA42), Marie Miquel (IDELE), Jean Pierre Manteaux (CA 26)
  • 17. TOUR DE PRAIRIE DES REGIONS Focus sur le printemps 2020 17 Provence- Alpes-Côte-d’Azur Une fin de printemps automnale… Après un début de printemps assez sec, la pluviométrie de mai a été importante, (73 mm en mai à Gap (05)), au dessus des normales sur toute la zone PACA. De gros épisodes pluvieux ou orageux ont eu lieu début juin, qui peuvent aller jusqu’à la grêle de façon localisée. Cette météo très instable s’accompagne d’une baisse des températures qui ralentit la pousse. Ces conditions rendent difficile les récoltes en sec pour certaines zones, notamment pour les éleveurs qui n’avaient pas fauché en totalité avant mi-mai. Qualité vs quantité Les rendements sont au rendez vous, mais les 1ères coupes ne sont pas terminées selon les zones, ce qui n’est pas habituel. Pour les foins come les ensilages d’herbe, les stades à la récolte sont assez avancés, il faut donc s’attendre à des valeurs nutritionnelles moins bonnes que les années précédentes. C’est notamment vrai pour les éleveurs qui n’ont pas pu tout faucher entre deux orages. Dans les zones d’altitude, il a été très difficile de récolter en sec, la majorité sera ensilée. Une pousse encore bien active En altitude les températures ont beaucoup baissé avec de gros écarts journaliers, et un ralentissement de la repousse des légumineuses. Contrairement aux années classiques, avec des prairies bien sèches en juin, les graminées continuent de pousser. La pousse concerne les prairies qui n’ont pas pu être encore fauchées comme les repousses des coupes de mai. Les parcelles pâturées n’ont pas eu besoin d’être irriguées pour le moment. Les éleveurs de brebis partent en estive, bien qu’il reste encore de l’herbe dans les prairies. Sources : Claire Guyon (CA84), Manon Kravtchenko (Lycée Gap Les Emeyères), François Demarquet (Ferme expérimentale de Carmejane)
  • 18. TOUR DE PRAIRIE DES REGIONS Focus sur le printemps 2020 18 Occitanie Des prairies toujours en avance Un printemps favorable à la pousse de l’herbe, qui a démarré très tôt, malgré un déficit pluviométrique entre fin mars et mi-avril. Les zones basses inférieures à 500m ont été un peu plus pénalisées par ce coup de sec surtout sur les sols superficiels (zone de causse notamment). La météo de mai, avec du beau temps a permis une récolte de qualité, par contre, le mois de juin est beaucoup plus instable et perturbe les récoltes. Des récoltes appréciables Les récoltes de mai ont été très précoces quelle que soit l'altitude et dans des conditions optimales. Des foins ont été réalisés fin mai à plus de 1000 m d'altitude. Le rendement des premières coupes sur les zones de Causse a été pénalisé par le coup de sec de début du printemps. Par contre, pour ceux qui ont fauché, les 2èmes coupes s'annoncent prometteuses. A noter qu'en zone basse, dans l’Aveyron, on est plutôt à la 3ème coupe. La fauche est,par contre compliquée pour les éleveurs qui n’ont pas pu la faire en mai, car depuis la météo est très instable. Trop d’herbe ? La pousse a été très active jusqu’au 10 juin. Au pâturage, pas mal d'éleveurs aveyronnais se sont fait déborder par ce pic de pousse et ont dû broyer ou faucher des refus. Un couvert vert et feuillu de bonne qualité repousse pour l'instant. La pousse reste toujours active, malgré une baisse des températures ces derniers jours. Un ralentissement de pousse normal devrait être observé d’ici fin juin. Sources : Benoit Delmas (CA12) et Caroline Auguy (CA81)
  • 19. TOUR DE PRAIRIE DES REGIONS Focus sur le printemps 2020 19 Au nord Ouest de la Nouvelle-Aquitaine… La flambée de croissance a été observé de la dernière décade d’Avril jusqu’à la mi-mai. Avec des niveaux dépassant les 60 kg MS/ha/jour et proches de ceux observées à la même période en 2019. Les températures importantes et le vent séchant des semaines suivantes ont ensuite fortement ralenti la pousse de l'herbe sur les quatre départements de la zone. Cette météo favorable a néanmoins permis de terminer les foins avant l'arrivée des pluies orageuses. Pour cette récolte, les volumes sont au rendez-vous Nouvelle Aquitaine En Haute-Vienne, La précocité de cette saison 2020 a permis a permis de faire des fauches de différentes qualités tout au long du printemps. En système foin il reste beaucoup parcelles non fauchées qui auront un bon rendement mais peu de qualité. Toutefois, le manque d’eau se fait sentir sur les parcelles les plus séchantes. Sans un retour des précipitations, la question va se poser de pâturer des parcelles débrayées pour temporiser les repousses. Sources : Claire Brajot (CA 87), Marie Claude Mareaux (CA 64), Aloise Célerier (CA 86) Pauline Gauthier (CA16), Anne- Laure Lemaître (CA17, 79) Du côté des Pyrénées Atlantiques, Après un démarrage précoce avec ces cumuls de température en avance, comparativement aux moyennes de ces 10 dernières années, les bonnes conditions météo de début juin ont donné la possibilité de faucher dans de bonnes conditions et relativement précocement, en particulier en montagne. Les repousses sont dorénavant conditionnées à la disponibilité en eau et à la « hauteur » de ces températures. Les pluies annoncées, accompagnées d’un retour à un fraîchissement plus « conforme » à la période, vont permettre aux prairies la repousse pour le pâturage ou les regains.
  • 20. Les conseils du moment pour la gestion des prairies Au 20 juin 2020 20
  • 21. Les leviers pour allonger la saison de pâturage • La croissance de l’herbe ralentit, il est grand temps d’allonger la rotation de pâturage! • Agrandissement du circuit de pâturage: • L’utilisation des parcelles fauchées 3 à 4 semaines plus tôt. Malheureusement les conditions météo du mois de mai ont souvent limité la capacité de repousse de ces parcelles et les regains disponibles sont faibles. • Pâturer des parcelles destinées à la fauche. Ces prés présentant des hauteurs d’herbe élevées avec des tiges, sont à rationner au fil, idéalement en fournissant une nouvelle petite surface quotidiennement pour limiter les pertes par piétinement. A relativiser avec le besoin en stock. Pour des performances élevées il faudra peut-être revoir la complémentation car la qualité de l’herbe est plus faible que dans des repousses jeunes. 21
  • 22. Les leviers pour allonger la saison de pâturage • Prévoir un stock sur pied à pâturer: • Le stock sur pied pour une utilisation fin de printemps/été se prépare au moment du pic de pousse de l’herbe, souvent à la 15 mai. Dans un objectif de réduction des coûts de production et du travail de récolte, c’est une alternative à la fauche qui a tout son sens. • En fin de printemps, privilégier un nombre de jours d’avance entre 20 et 30. Ce chiffre est à revoir à la baisse dans les situations où les pluies estivales sont régulièrement attendues. Il est au contraire à augmenter dans le cas où plus aucune croissance n’est à prévoir. • En attendant l’effet de la pluie et la repousse des prairies: • Affourager les animaux au pré et rationner les surfaces pour laisser du temps de repos supplémentaire aux repousses. En favorisant le développement foliaire des plantes, on leur donne une capacité de croissance supérieure. 22
  • 23. Itinéraire technique de saison • Fauche des refus • Les tours de pâturage qui s’accumulent sont parfois synonyme d’apparition de touffes d’herbe non consommées, ça peut être le moment de les faucher pour favoriser une repousse homogène de qualité. Attention dans les zones tendues en stock c’est un stock d’herbe sur pied non négligeable en période de disette. • Pratiquer le topping ou le fauche-broute • Pour les parcelles en épi, 24h avant pâturage le passage de la faucheuse permet des repousses homogènes tout en favorisant l’ingestion de plantes au stade avancé. • Broyage des indésirables • Les chardons, rumex et autres indésirables sont désormais bien visibles, un broyage avant grenaison pendant la montée à tige est idéal. 23
  • 24. Retrouvez des ressources et outils sur les aléas climatiques en cliquant sur http://aclimel.idele.fr 24
  • 25. Cette note a été réalisée avec les contributions : Des équipes INOSYS-Réseaux d’Elevage Des fermes expérimentales de La Blanche Maison (L. Morin), du CIIRPO (D Gautier), de Jalogny (J. Douhay), Thorigné d’Anjou (J. Fortin), de Derval (F. Launay), de Carmejane (F. Demarquet) …mais aussi : Arnaud Jouard (CRAGE), Gaétan Leborgne (CA02), Jean-Pierre Manteaux (CA26), Françoise Guillois (CRAB), Grégoire Dufour (CRAPL), Pierre Emmanuel Belot (IDELE), Antoine Buteau (CA71), Pierre Vergiat (CA42), Marie Miquel (IDELE) Claire Guyon (CA84), Manon Kravtchenko (Lycée Gap Les Emeyères), Benoit Delmas (CA12), Caroline Auguy (CA81), Claire Brajot (CA 87), Marie Claude Mareaux (CA 64) , Aloise Célerier (CA 86), Pauline Gauthier (CA16), Anne-Laure Lemaître (CA17, 79) 25 Pour plus de détails au niveau régional, retrouvez les résumés climatologiques mensuels sur http://www.meteofrance.fr/climat-passe-et-futur/bilans-climatiques/843/resumes-climatologiques-mensuels-regionaux