SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  79
Télécharger pour lire hors ligne
i
ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET UNIVERSITAIRE
(E.S.U.)
INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE
I.S.C./BENI
E-mail : iscbeni@yahoo.fr & iscbeni@gmail.com
Par
PALUKU KISAVAVIRI BARNABAS
TTrraavvaaiill ddee ffiinn ddee ccyyccllee pprréésseennttéé eett ssoouutteennuu eenn
vvuuee ddee ll’’oobbtteennttiioonn dduu DDiippllôômmee ddee ggrraadduuaatt eenn
GGeessttiioonn IInnffoorrmmaattiiqquuee
OOppttiioonn :: GGeessttiioonn IInnffoorrmmaattiiqquuee
DDiirreecctteeuurr :: AAss.. MMUUMMBBEERREE SSIIHHIINNGGIIRRWWAA CClloovviiss
Encadreur :: AAss.. KKAAMMBBAALLEE VVUUTTSSUUMMBBIIRREE
ANNEE ACADEMIQUE 2016 – 2017
Gestion automatisée des cotes au sein d’une
institution d’enseignement supérieur et
universitaire
Cas de l’ISC-Beni.
ii
EPIGRAPHE
« Il est assez difficile de trouver une erreur dans son code quand on la cherche. C’est encore bien
plus dur quand on est convaincu que le code est juste»
« La théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne »
(BONYOMA LOKOLO Adolphe, 2013-2014)
iii
A mon père MBANZA KISAVAVIRI,
A ma mère ANTOINETTE OKAMANO,
A mes frères et sœurs : LAEL KISAVAVIRI, ESAIE HENEOKA, JOHN
KISAVAVIRI, PELERINE MUHEMBE,
A mes oncles, tantes et mères,
A toutes ma famille,
Je dédie ce travail.
iv
REMERCIEMENTS
A Dieu le créateur pour sa protection et sa grâce qu’il a manifesté pendant notre parcours
académique;
Aux autorités académiques de L’ISC Beni :
Monsieur le Directeur Général, Prof. NDAVARO, monsieur le secrétaire Général
Académique CT. Bernard KAMBERE MUHIWA, monsieur le secrétaire Général Administratif
CT Timothée KAMBALE MALUMALU, toutes les autorités décanales et tous les enseignants de
L’ISC Beni : Adolphe BONYOMA, Quatyrquois VUTSUMBIRE, SIHINGIRWA Clovis,…
A nos parents Joseph BANZA KISAVAVIRI et Antoinette OSANI-URI OKAMANO
pour leur soutien financier, moral et spirituel, ainsi que nos frères et sœurs Rachel STAMILI
KISAVAVIRI, MOWA HENEOKA Esaïe, Pèlerine MAPENDO MUHEMBE, John
KISAVAVIRI Henette, John Bardeen KAMATHE ;
A Toute Notre famille : MUVAWA Jean Baptiste, MAMBO BILAZIAKA, EVA,…
A monsieur le chef du laboratoire informatique de L’ISC-Beni : MAKI TSUDI et ses
compagnons,
A tous Nos cousins et cousines : Joël mambo, Samuel mambo, Abrahamson Jonathan,
Anne mambo, Elipheleth Mali’h, Michée Mambo, Yochebed Mambo, Esther Mambo, Adelard
MACHOZI, Dorcas KAMATHE, Dorcas MAMBO, Medianne MAMBO, ZAYANA, Jacques
MUHONGO, Fabrice NZANZU…
A tous Nos camarades : KAMBALE KASYANI, Buhari MASUDI, Jeannot ESIMO,
Patience SINAMULI, Mery KINYWAKIVUYA, MANZA, TCHIKALA, MBUGHA, KOMBO,
VUNGINGA, MAVOKO, VISERE, BWANASURA, Roberte MATAMBO, NZUNANGA,
Esther BALAGA, KIRIVWA, PILIPILI, Clever, COMMANDO , Clémence MALEMO,
KAMATHE, SIBENDIRE Tony, MUKIRANIA, KIMATHE, LYABUTA, Trésor MWIMBI…
A tous ceux qui nous ont aidé matériellement, Financièrement, Moralement,
spirituellement et tous ceux dont les noms n’ont pas été cités trouvent ici l’expression de notre
gratitude.
PALUKU KISAVAVIRI Barnabas
v
SIGLES ET ABREVIATIONS
AGL : Atelier de Génie Logiciel
Art. : Article
ESU : Enseignement Supérieur et Universitaire
ISC : Institut Supérieur de Commerce
ISSCM : Institut Supérieur Sainte-Croix de Mulo
MCC : Modèle Conceptuel de Communication
MCD : Modèle Conceptuel des Données
MCT : Modèle Conceptuel de Traitement
MERISE : Méthode d’étude et de Réalisation Informatique pour les Systèmes
d’entreprises
MINESU : Ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire
MLD : Modèle Logique des Données
MOpT : Modèle Opérationnelle de Traitement
MOT : Modèle Organisationnel de Traitement
MPD : Modèle Physique des Données
Ms : Microsoft
NTI : Nouvelle technologie de l’information
NTIC : Nouvelle technologie de l’information et de la communication
PV : Procès-Verbal
RDC : République Démocratique du Congo
SGBD : Système de Gestion des Bases des Données
SI : Système Informatique
SQL : Structured Query Language
TIC : Technologie de l’Information et de la Communication
UNAZA : Université Nationale du Zaïre
vi
Résumé
L’information est un élément plus important pour une entreprise, elle mérite une très
grande attention et une disponibilité congruente.
Dans nos investigations, nous avons cherché comment mettre à la disposition des
décideurs dans les institutions supérieurs et universitaires les cotes pour faciliter leurs gestions.
Nous avons utilisé les méthodes appliquées et formaliser le système par la méthode
d’étude et de réalisation informatique pour les systèmes d’entreprises, les techniques
algorithmiques, d’interview et d’observations directes.
Par résultat, nous sommes aboutis à la conception d’un modèle de gestion automatisée
des cotes au sein de l’ISC-Beni. Ainsi, ceci sera un modèle pour toute institution d’enseignement
supérieur et universitaire qui le trouvera impeccable.
Abstract
Information is a more important element for a company, it deserves a very great attention
and a congruent availability.
In our investigations, we sought to make available to decision-makers in higher and
university institutions the ratings to facilitate their management.
We used the applied methods and formalized the system by the method of study and
computerization for business systems, algorithmic techniques, interviews and direct observations.
As a result, we have developed an automated rating model within ISC-Beni. Thus, this
will be a model for any institution of higher education and university that will find it impeccable.
1
INTRODUCTION
1. Problématique et état de la question
La gestion automatisée est devenu un des moyens les plus appropriés pour gérer les
informations ou données dans plusieurs entreprises. Pour (KATYA MUHAMBYA, 2014, p. 1),
l’informatique est devenue presque un monde à part avec ses vocabulaires. Un monde à part,
certes, mais un monde qui a également pris des ailes avec le temps, personne ne peut se passer de
son utilisation.
C’est ainsi que (Michel Robert Di scala, 2004, p. 14) défini l’informatique comme la
science de traitement, notamment par des machines automatiques, de l’information dans les
domaines scientifiques, techniques, économiques et sociaux.
Selon (Armand Dayan et alii, 2004, p. 962), l’information est une ressource qui mérite
d’être utilisée avec précaution et à plusieurs fins en tant que : instrument de support et de
coordination des processus de gestion, instrument de communication dans l’entreprise, support de
connaissance des individus et instrument de liaison avec l’environnement de l’entreprise.
Les systèmes d’informations occupent une place de plus en plus importante dans
l’entreprise. L’information est en effet une ressource stratégique utilisée dans tous les processus de
décision : valeur financière, savoir-faire industriel, commercial, marketing ou financier, pilotage
stratégique ou opérationnel. Les moyens informatiques qui gèrent cette information permettent à
l’entreprise d’améliorer sa compétitivité mais ils posent en parallèle le problème du maintien de la
disponibilité, de l’intégrité, de la preuve et de la confidentialité des données échangées. (VALEE
FREDERICK, 2005, p. 5)
Pour (KAZENGE CIZUNGU, p. 179), malgré l’évolution de l’outil informatique, nous
trouvons toujours des pays et des entreprises qui continuent à pratiquer le système de gestion
manuelle des données qui ne permettent pas d’accroitre leurs activités ainsi que leurs rendements
favorablement.
C’est pourquoi, plus de temps consacré à la production manuelle des documents serait un
manque à gagner pour les entreprises alors qu’il est possible de le faire à un laps de temps et
gagner davantage ou augmenter de plus son rendement en intégrant à son système d’information
les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC).
2
En République Démocratique du Congo et particulièrement en ville de Beni, certaines
entreprises demeurent dans le système manuel pourtant qu’ils ont des moyens pour y sortir et
augmenter leurs productivités. Cependant, la connaissance de l’outil informatique (ordinateur)
étant efficace pour le traitement de l’information; le chercheur devra s’en servir pour apporter un
plus à sa société.
Ce travail ne sera pas le premier à abordé ce sujet, certes qu’il y a des prédécesseurs. De
ceux-là, nous citons :
(KIZITO Albercus, 2006-2007, p. 70) Dans son travail intitulé : « suivi automatisée du
cursus académique des étudiants de l’institut supérieur Sainte-Croix de Mulo ». Il s’est préoccupé
du problème de la lenteur, la lourdeur et des erreurs fréquentes dans le traitement des données
relatives au cursus des étudiants au sein du secrétariat académique de l’institut Sainte – Croix de
Mulo. Ainsi, pour orienter sa recherche il est parti des questions suivantes :
 L’actuel système d’information de gestion du cursus académique des étudiants à
l’I.S.S.C.-M est-il suffisant en vue de répondre aux attentes de cette institution, à savoir la
prise de décision à temps opportun ?
 La lenteur, la perte des données, les erreurs continuelles dans leur traitement sont-
elles directement liées au traitement manuel ou mécanique des données relatives au
cursus académique des étudiants ?
 Face à cette situation et considérant la configuration actuelle de l’institution, quel modèle
de formalisation du système de traitement automatique de l’information pouvons-
nous proposer à l’I.S.S.C.-M pour une gestion efficace et efficiente du cursus
académique des étudiants ?
Il a proposé la mise en place d’un service qui s’occupera uniquement du suivi du cursus des
étudiants, pour lequel il a conçu une base de données, qui a permis la production automatique des états
(listes des étudiants, relevés semestriels et annuels, palmarès annuels, fiches de scolarité) qui,
auparavant, se faisait manuellement. En effet cela a ainsi confirmé toutes ses hypothèses.
Dans le même chemin, nous avons lu le travail De (MUSAIDI KIZUNGU, 2014-2015,
p. 66) de l’institut supérieur de commerce de Beni intitulé : « Conception d’une application de
gestion des cotes des étudiants dans une institution d’enseignement supérieur et universitaire : cas
de l’ISC - Beni».
3
Sa problématique était structurée sur 2 questions :
 Pourquoi le traitement manuel des cotes des étudiants dans les institutions supérieurs et
universitaires ?
 Quelle est la stratégie à prendre pour que l’institut supérieur de commerce de Beni évite la
lourdeur dans l’exécution des tâches, la lenteur, les erreurs continuelles dans le traitement,
la perte des données et le retard dans le calcul des côtes des étudiants ?
Pour ces questions il a proposé et réaliser une base des données de gestion automatisé des
cotes laquelle produisaient automatiquement le relevé des cotes de l’étudiant. Ensuite cela a
confirmé toutes ses hypothèses.
Ses travaux antérieurs n’ont pas abordé des points qui s’avèrent très important et d’une
manière concrète n’ont pas été à mesure de résulter une liste d’état important dont en titre
d’exemple : les grilles des points.
Par contre, dans le même but de recherche, nous intégrerons ces points dans notre
recherche pour pallier aux problèmes que continuent à avoir les institutions de l’ESU, notamment
l’ISC/Beni face à la sortie de ses rapports qui se font manuellement et causent des retards au jury.
La direction des systèmes d’information est une question qui traverse des stratégies
d’entreprise et l’innovation des systèmes d’information peut rendre les petites entreprises aussi
concurrentielles que les grandes, et il est vu à la loi comme un accélérateur de productivité et
comme un vecteur de changement. (BOHNKE SABINE, 2010, p. 1)
Pour (Armand Dayan et alii, 2004, p. 959), les Systèmes d’Informations (S.I) sont
présents dans les entreprises depuis de nombreuses décennies. D’abord sous forme du papier puis
sous forme électronique ; ils prennent chaque jour une place plus grande, d’une part à cause du
renforcement de la concurrence sur le marché et de la masse d’informations à gérer et d’autre part,
grâce aux développements constants des Nouvelles Technologies de l’Information (N.T.I.) qui
apporte des solutions toujours pertinentes.
Alors étant préoccupé par des Institutions de l’enseignement supérieur et universitaire
notamment L’institut Supérieur de Commerce de Beni, nous avons constaté que le système
manuel utilisé ne permet pas la maximisation du temps étant donné que l’information est la
matière première dans l’enseignement. Du jour le jour, elle augmente et entraine la lenteur dans le
traitement des cotes, des erreurs continuelles et parfois la perte des données (des cotes) vu la
4
mauvaise conservation sur des supports papiers, registres,... qui ne sont pas adaptés et qui sont
difficiles à conserver vu l’environnement de cette dernière.
Ainsi voulant améliorer ce système, cette question mérite d’être posée pour orienter nos
investigations :
 De quelle manière peut-on aider le bureau de jury pour mieux gérer les cotes des
étudiants au sein de l’institution supérieur et universitaire de l’ESU, notamment
l’ISC-Beni ?
2. Formulation de l’hypothèse
 Il se pourrait que la mise en place d’un système d’information Informatisé aiderait
le bureau de jury de mieux gérer les cotes des étudiants au sein de l’institution
supérieur et universitaire de l’ESU, notamment l’ISC Beni.
3. Justification du choix du sujet et intérêt du travail
Cependant, plusieurs peuvent se demander pourquoi la recherche sur les institutions de
l’enseignement supérieur et universitaire. En effet, vue les retards dans la sortie des données
(documents) et la prise de décision à rapport avec les cotes des étudiants notamment à L’ISC-
Beni, nous avons vu bon effectuer une recherche sur ce point et proposer une solution.
En plus la gestion manuelle étant un problème dans les entreprises (sociétés) et
organisations. Les institutions de l’enseignement supérieur et universitaire verront l’importance
d’avoir un système d’information utilisant les nouvelles technologies de l’information et de la
communication grâce à la recherche que nous entreprenons.
En fin, L’institut supérieur de commerce de Beni étant une des institutions de l’ESU et
auquel nous nous intéressons à particulier aura comme intérêt la formalisation de son système et
l’adaptation au rythme de la technologie de l’information et de la communication (TIC) actuelle
en obtenant en temps réel les informations sur les cotes des étudiants.
4. But et objectif de la recherche
L’objectif général de notre travail est de montrer aux gestionnaires des institutions de
L’ESU qu’il est possible d’avoir des informations sur les cotes des étudiants au temps opportun et
les conserver plus longtemps malgré l’insuffisance des moyens dans notre pays.
5
D’une manière spécifique, nous allons mettre à la portée du bureau du jury de l’ISC-Beni
un système d’information automatique de gestion des cotes des étudiants qui évitera la lenteur au
sein de l’actuel système d’information en produisant en temps réel les documents nécessaires aux
cotes tels que : les relevés des matières et des cotes, les grilles des points, mais aussi évitera la
perte des données et permettra une conservation fiable des informations à rapport avec les cotes
des étudiants.
5. Structure du travail
A part l’introduction et la conclusion, notre travail est axé par trois chapitres dont :
Le premier est consacré à l’approche théorique : dans cette partie nous avons montré les
travaux qui ont précédés notre recherche en montrant les théories des auteurs qui expliquent notre
phénomène.
Le deuxième concerne le cadre méthodologique et présentation du milieu d’étude : cette
partie est consacrée à la présentation des méthodes que nous avons utilisées pour parvenir au but
de notre recherche dont principalement la méthodologie appliquée où nous avons formalisé
l’existant par la méthode d’étude et de réalisation informatique pour les systèmes d’entreprises
(MERISE) et en suite présenter le milieu d’étude.
Le troisième traite de la conception du système d’information futur : cette partie est
consacrée à la conception du nouveau système d’information conformément aux objectifs que
nous nous sommes fixés et suivant toutes les étapes possibles de la MERISE partant des règles de
gestion des données à la présentation de l’application.
6
Chapitre I : Approche Théorique
Ce chapitre nous situe face aux chercheurs antérieurs dans le but de montrer l’originalité
soit l’unicité de notre travail et nous permet d’explicité les concepts qui regorgent notre sujet dans
le but d’en faciliter la compréhension.
I.1. Revue de la littérature
(ESTHER MUSIKE, 2011 - 2012, p. 34) Dans son travail intitulé : « Modélisation et
mise en place d’un logiciel de la gestion de cotes des apprenants dans un centre de formation
professionnelle : cas du centre Uhai Kikyo ».
Elle s’était préoccupé de la lenteur, la lourdeur, les erreurs continuelles dans le traitement
et dans la production des documents relatifs à la formation professionnelle au sein des centres en
général et du Centre de Professionnalisation en Métier Uhai Kikyo en particulier suite à un effectif
croissant des apprenants au sein de ce dernier.
Pour découvrir ce problème, elle avait avancé les réponses anticipatives que le système
d’information actuel du Centre de Professionnalisation en Métier Uhai Kikyo était loin d’être
fiable vu qu’il utilisait un système d’information quasi manuel et par conséquent son traitement
non efficient et non efficace. C’est ainsi qu’elle avait supposé que la conception d’une base de
donnée relative à la gestion des cotes des apprenants serait une solution attendue.
A la fin de sa recherche, elle a réalisé une base des données soit un système
d’information automatisé qui donnait comme résultat un brevet de formation. Ainsi, son
hypothèse a été confirmée.
(DANIEL TSHIBANGU, 2008, p. 89) Dans son travail intitulé : « suivi informatisé du
cursus scolaire des élèves de la RDC : cas de l’institut Lukanga ».
Sa préoccupations dans ce travail portaient sur le problème de la lourdeur, de la lenteur et
des erreurs fréquentes dans le traitement des données et la production de documents synthétiques
relatifs au cursus des élèves au sein des institutions secondaires en RD Congo en général et de la
Direction des Etudes de l'Institut Lukanga en particulier ; suite à un effectif croissant des élèves au
sein de ce dernier.
7
Pour découvrir cet épineux problème, il avait avancé les réponses anticipatives que le
système d'information de l'Institut Lukanga était loin d'être fiable vu qu'il utilisait un système
d'information non informatisé et par conséquent son traitement était non efficient et non efficace.
C'est ainsi qu’il avait supposé que la conception d'une base de donnée relative à la gestion
du cursus scolaire des élèves serait une solution attendue afin de pallier à ces goulots
d'étranglement. Sa finalité avait été la conception d'une base de données permettant de produire à
temps les différents documents nécessaires qui dans le temps, accusés d'erreurs et de retard (liste
des élèves admis, liste des élèves inscrit dans une classe, bulletin des notes, palmarès et la fiche du
cursus scolaire).
(KIZITO Albercus, 2006-2007, p. 70) Dans son travail intitulé : « suivi automatisée du
cursus académique des étudiants de l’institut supérieur Sainte-Croix de Mulo ».
Il s’était préoccupé du problème de la lenteur, la lourdeur et des erreurs fréquentes dans
le traitement des données relatives au cursus des étudiants au sein du secrétariat académique de
l’institut Sainte – Croix de Mulo.
Il avait proposé la mise en place d’un service qui s’occupera uniquement du suivi du cursus
des étudiants, pour lequel il a conçu une base de données, qui a permis la production automatique des
états (listes des étudiants, relevés semestriels et annuels, palmarès annuels, fiches de scolarité) qui,
auparavant, se faisait manuellement ou mécaniquement. En effet cela avait ainsi confirmé toutes ses
hypothèses.
(MUSAIDI KIZUNGU, 2014-2015, p. 66) de l’institut supérieur de commerce de Beni
intitulé : « Conception d’une application de gestion des cotes des étudiants dans une institution
d’enseignement supérieur et universitaire : cas de l’ISC - Beni».
Sa problématique était structurée sur 2 questions :
 Pourquoi le traitement manuel des cotes des étudiants dans les institutions supérieurs et
universitaires ?
 Quelle est la stratégie à prendre pour que l’institut supérieur de commerce de Beni, enfin
d’éviter la lourdeur dans l’exécution des tâches, la lenteur, les erreurs continuelles dans le
traitement, la perte des données et le retard dans le calcul des côtes des étudiants ?
8
Pour ces questions il a proposé et réaliser une base des données de gestion automatisé des
cotes laquelle produisaient automatiquement le relevé des cotes de l’étudiant. Ensuite cela a
confirmé toutes ses hypothèses.
Nos prédécesseurs ont abordé le thème mais n’ont pas parlé des quelques aspects, les uns
ont parlé du cursus académique des étudiants, les autres du cursus scolaire des élèves et l’un
d’entre eux de la gestion des cotes des étudiants comme nous, mais personnes d’eux n’a fait de
sorte que son système d’information soulage les institutions d’enseignement supérieur de la
production en temps réel des états suivante : les attestations de fréquentation, les différentes grilles
des points. C’est ainsi que nous aborderons ces points dans le but d’aider les institutions de l’ESU
dans la production de ces états, notamment pour l’institut supérieur de commerce.
I.2. Cadre Conceptuel
Pour faciliter la compréhension de notre travail, il est important de passer à l’explication
des concepts qui le compose. C’est pourquoi la présence de la présente qui détaillera mot à mot les
concepts de notre travail.
I.2.1. la gestion
Action ou manière de gérer, d'administrer, de diriger, d'organiser quelque chose. (Le
larousse en Ligne, 2017) Il est encore défini comme mode d'administration de l'entreprise suivant
des techniques appropriées dites « techniques de gestion » afin de dégager un profit. (Dictionnaire
Le larousse en ligne, 2017)
Dans notre cas, la gestion c’est l’ensemble des techniques, des procédures pour conserver
et traiter les cotes pour ressortir les documents y relatifs comme les relevés des matières et des
cotes, les attestations des réussites, les palmarès,… en temps opportun.
I.2.2. Cotes
Selon le dictionnaire le robert (le Robert/Sejer, 2005), une cote est une note attribuée. En
plus, il ajoute que c’est un chiffre qui indique un niveau. Pour le (Petit Larousse Illustré, 2008, p.
142), une cote est une part qui revient à chacun dans une dépense, un impôt, marque, note pour
classer un document.
Dans notre travail, la cote fait allusion au point obtenu par un étudiant lors de
l’interrogation, le travail journalier ou l’examen dans un cours.
9
Alors partant de ces deux mots défini ci-haut, la gestion des cotes dans notre travail c’est
la manière de gérer, d’administrer, de diriger, d’organiser les points obtenus par un étudiant lors
de l’interrogation, le travail journalier ou l’examen dans un cours.
I.2.3. Automatisation
L’automatisation est l’emploi des moyens automatiques pour réaliser un processus ; c’est
aussi une transformation d’un procédé ou d’une installation en vue de rendre automatique. (Le
robert/sejer, 2005)
I.2.4. le système d’information
Bien qu’abondamment employé depuis plusieurs années dans nos entreprises, le terme
« système d’information » reste dans l’esprit de nombreuses personnes une nébuleuse.
Un système d’information se défini comme un ensemble construit et articulé des
techniques, de procédures, de règles, destiné à réaliser des taches d’acquisition, de stockage, de
traitement et de diffusion des informations dans l’objectif d’aider les individus et les groupes
d’individus de l’entreprise (service, atelier, département, instances de décision, groupe de travail,
etc.) à prendre des décisions de gestion. Il correspond à un ensemble construit et intégré de
ressources humains et informatiques accompagnant la collecte, la mémorisation, la recherche, la
communication et l’utilisation d’informations au service d’un domaine d’activité, d’une fonction
de l’entreprise. (Armand Dayan et alii, 2004, p. 977)
I.2.5. le système d’information automatisé et manuel (Echello, 2014, p. 16)
Il existe plusieurs typologies des systèmes d’informations (SI), cependant nous nous
intéressons à distinguer le SI automatisé du SI manuel.
Le SI manuel est celui dont les opérations sur les informations sont manuelles et ne font
pas recours aux machines tandis que le SI automatisé est celui dont les opérations les plus
significatives sur les informations sont assurées par des machines électroniques programmables
effectuant des traitements automatiques. L’intervention humaine se limite à une phase de
préparation du travail des machines. Ici dans ce cas automatique fait allusion aux calculs
répétitifs, calculs complexes, états de sortie, etc. Dans autres cas on parle de traitement automatisé
batch où seule la machine intervient.
10
I.2.6. Institution d’enseignement supérieur et universitaire (Vade-mecum, 2014)
I.2.4.1. Définition
Quant à l’ESU, il faut comprendre l'ensemble d'activités académiques, scientifiques et
autres prestés par les universités, les instituts supérieurs techniques, les instituts supérieurs
pédagogiques ainsi que par tous les autres organismes en rapport avec l'objet social de ceux-ci.
L'Enseignement Supérieur et Universitaire a pour but :
- d’assurer la formation des cadres de conception dans tous les secteurs de la vie nationale;
- d'organiser la recherche scientifique fondamentale et la recherche appliquée orientée vers
la solution des problèmes spécifiques de la RDC, compte tenu de l'évolution de la
science, des techniques et technologies dans le monde contemporain.
- de former des cadres spécialisés dans le domaine des sciences, des techniques appliquées,
des arts et métiers;
- d'organiser la recherche scientifique en vue de l'adaptation des techniques et technologies
nouvelles aux conditions spécifiques de la République Démocratique du Congo;
- d'encourager la promotion des arts et métiers.
I.2.4.2. Les organes de gestion des institutions d'ESU
Les articles 25 et 26 de l'ordonnance-loi n° 025-81 du 3 octobre 1981 portant organisation
générale de l'enseignement supérieur et universitaire, stipulent ce qui suit :
Art. 25. Les universités, les instituts supérieurs techniques et les instituts supérieurs
pédagogiques sont des personnes morales de droit public, à caractère scientifique. Ils jouissent de
l'autonomie de gestion et disposent chacun d'un patrimoine propre, spécialement affecté à son
objet.
Art. 26. Aux termes de la présente ordonnance-loi, les universités et les instituts
supérieurs sont des organes de gestion et d'exécution de l'enseignement supérieur et universitaire.
Ils comprennent en leur sein les organes suivants:
- le conseil de l'université ou de l'institut;
- le comité de gestion;
- le recteur, le directeur général ou le directeur;
11
- le conseil de faculté ou de section;
- le conseil de département.
I.2.4.3. Bref historique de l'enseignement supérieur et universitaire en RDC (Vade-mecum, 2014)
L'histoire de l'ESU en R.D.C., vieille d'une cinquantaine d'années, peut être fractionnée
en quatre périodes successives : la période coloniale, celles de 1960 à 1971, de 1971 à 1981 et de
1981 à ce jour.
Durant la période coloniale, la politique de l'administration scolaire était caractérisée par
une forte orientation paternaliste et utilitaire. L'enseignement y était volontairement très réduit, car
cette politique scolaire coloniale n'envisageait pas la formation d'une élite capable d'accéder, plus
tard, à de grands postes de responsabilité.
Jusqu'à 1960, l'enseignement supérieur et universitaire était marginalisé ainsi que la
pénurie de cadres indispensables pour la gestion du pays après l'indépendance. Cette pénurie a
motivé la réforme de l'enseignement primaire et secondaire dès 1961, la création des institutions
d'enseignement supérieur pédagogique, devant soutenir le développement de l'enseignement du
premier et du second degré(s), et des institutions d'enseignement supérieur technique.
De l'indépendance de la R.D.C. jusqu'à 1971, l'enseignement supérieur fonctionnait selon
un schéma qui n'avait pas été repensé par et pour le pays. Des critiques fusaient alors de partout
pour déplorer l'inadaptation des méthodes d'enseignement, des programmes, des structures
d'enseignement et des contenus des cours par rapport aux étudiants et l'inadéquation de la
formation donnée par rapport aux besoins de la société.
C'est alors qu'une réforme est intervenue en 1971, laquelle a consisté essentiellement en
l'unification de l'enseignement supérieur et universitaire consacrée par la création de l'Université
Nationale du Zaïre (UNAZA). Ainsi, toutes les trois universités de l'époque (Lovanium,
l'Université Officielle du Congo et l'Université Libre du Congo) de même que tous les instituts
supérieurs pédagogiques et techniques ont été placés sous l'administration d'un seul rectorat, les
universités devenant, du coup, des campus universitaires.
L'E.S.U., issu de la réforme de 1971, n'a pas été exempté des critiques adressées à cet
enseignement au cours de la période de 1960 à 1971. De plus en plus, on a remarqué une
inadéquation entre la formation dispensée au niveau de l'ESU et les besoins de la société. L'ESU
12
est devenu presque comme un produit de consommation pour les cadres académiques et
administratifs ; il n'est pas un outil assez efficace pour accélérer le progrès de la société.
Par ailleurs, la centralisation outrée de l'administration de l'UNAZA ne pouvait pas
impulser l'efficacité de la gestion des établissements. C'est pourquoi une nouvelle réforme a été
opérée en 1981 essentiellement au niveau de l'administration, plaçant l'accent sur l'autonomie dans
la gestion des établissements de l'ESU. Chaque campus universitaire a subséquemment retrouvé
son statut antérieur d'université autonome, dotée de son propre rectorat.
En 1990 (début du processus de démocratisation), il s'est observé un essaimage des
institutions d'enseignement supérieur et universitaire dans les différentes contrées du pays et un
véritable engouement des étudiants pour ces institutions. Toutefois, l'essaimage des institutions
d'ESU ne s'est pas accompagné de la réforme des programmes. La nouvelle donne politique en
RDC ainsi que l'évolution de la science et de la technologie (à l'instar de l'informatique), voire
l'émergence de la mondialisation nécessitaient donc la révision des programmes devenus alors
surannés. Il a fallu attendre la période de transition politique, consécutive à une longue période de
conflits armés, pour voir se matérialiser l'idée de la réforme des programmes en 2003 ; année à
laquelle le Programme du Gouvernement, à travers le pacte de modernisation de l'enseignement
supérieur et universitaire « Padem », a retenu entre autres comme priorité le renforcement des
capacités managériales des gestionnaires du système éducatif. Cette nouvelle réforme a ainsi été
matérialisée à travers un document appelé « Vade-Mecum du gestionnaire d'une institution
d'enseignement supérieur et universitaire » et a essentiellement concerné les programmes de
formation et l'organisation des études au sein des institutions de l'ESU en RDC.
I.2.4.4. L'avènement du Vade-Mecum du gestionnaire d'une institution d'ESU (Vade-mecum,
2014)
Le Vade-Mecum du gestionnaire d'une institution d'enseignement supérieur et
universitaire est l'aboutissement d'un travail d'harmonisation et d'actualisation des textes juridiques
commandé par la réforme de l'enseignement supérieur et universitaire décidée et mise en œuvre
par le Gouvernement de la RDC depuis 2003.
Initié par le Ministre à l'enseignement supérieur et universitaire de l'époque (Dr. Lola
Kisanga) en collaboration avec le Secrétaire Général de l'Enseignement Supérieur et Universitaire,
et un groupe de travail constitué des experts de la Commission permanente des études, des
Conseils d'administration des universités, des instituts supérieurs pédagogiques et des instituts
13
supérieurs techniques ainsi que de quelques établissements de la ville de Kinshasa ont, du 22 mars
au 16 juin 2005, procédé à l'inventaire et à l'analyse des textes réglementaires disponibles pour
juger de leur pertinence face à la pratique quotidienne sur le terrain et à la lumière des textes des
lois en vigueur et en tenant compte des exigences et des besoins nouveaux suscités par la
modernisation de l'enseignement supérieur et universitaire.
Le Vade-Mecum reprend les règles de gestion édictées par la tutelle pour accompagner
les institutions d'enseignement supérieur et universitaire et de recherche dans leur gestion
académique, administrative et financière.
Dans le but d’aide au gouvernement dans la reforme initié dans les années 2003, nous
orienterons notre recherche dans les institutions des enseignements supérieur et universitaires en
République Démocratique du Congo notamment l’ISC-Beni en vue de contribuer à l’évolution de
cette dernière.
I.2.7. Généralités sur la gestion des cotes
I.2.7.1. Du chapitre des examens (Vade-mecum, 2014, p. 137)
Selon l’Art. 4 des examens, l’examen est l’appréciation chiffrée obtenue dans chaque
cours. Compte tenu de son importance dans la formation des étudiants, le ministre de l’ESU a pris,
depuis 1976 une série des textes règlementaires en vue d’une meilleur gestion des évaluations
dans l’ensemble de nos institutions. Certains sont dépassés et d’autres ne le sont pas.
Nous n’avons pas pris tous ce qui le compose, voici ceux qui ont marqué :
1. l’épreuve
Pour chaque année d’étude, les étudiants subissent une épreuve portant sur toutes les
matières inscrites au programme de l’année (Art. 1). L’épreuve d’une année d’étude comprend :
les interrogations organisées pendant l’année, les travaux pratiques, les examens sur l’ensemble
des matières enseignées, le stage et la pratique professionnelle lorsqu’ils sont prévu au programme
de l’année, le travail de fin de cycle pour les dernières années du premier cycle ou le mémoire
pour ceux du deuxième cycle (Art. 3).
14
2. La composition du jury
Chaque jury est constitué de 5 membres au moins. Sont membres du jury : les personnes
qui ont enseignées effectivement ont été associé à cet enseignement dans la mesure où elles ont la
délibération et placé sous la direction d’un bureau composé du président, du secrétaire et d’un
membre désigné (Art.13, 14 et 19 du chapitre des examens).
3. Le déroulement des examens
Le bureau de la section fixe l’horaire, la nature des examens, les locaux de délibérations
et communiquent les dispositions au D.G. pour approbation en collaboration avec le bureau du
jury. Les examens se font publiquement et ont lieu dans les locaux autorisés par l’autorité
académique (Art. 24, 25 et 26 du chapitre des examens) (Vade-mecum, 2014, p. 143).
4. La délibération
Les notes attribuées par chaque examinateur sont remises à temps au secrétaire du jury
pour servir de base de démission en délibération. Si le jury s’estime insuffisamment informé
simple de faire procéder, selon le mode qu’il détermine, une nouvelle interrogation sur une seule
ou plusieurs matières. Le bureau de jury et le jury vérifient encore une fois toutes les cotes et ceci
avant la délibération. Le président établit un plan de travail, rappelle les dispositions du règlement
des examens et les critères d’appréciation, etc. (Art. 36 et 37 du chapitre des examens) (Vade-
mecum, 2014, p. 145).
5. Les critères de délibération
5.1. Principe de base
Les matières enseignées dans une filière d’études sont répartis par la section en trois
catégories à savoir :
- Les matières de formation professionnelles ou les matières de spécialisation qui préparent
l’étudiant à l’exercice futur de profession ;
- Les matières d’appui à la formation professionnelle ou celles qui visent à donner au
candidat une information scientifique nécessaire à l’exercice futur de la profession ;
- Les matières de formations générale ou celles qui visent à lui donner des habiletés ou des
attitudes d’ordre générale. (Art. 42) (Vade-mecum, 2014, p. 147). Est considérer comme
15
échec léger, toute note équivalente à 8 ou 9 sur 20, et comme échec grave toutes note
inférieur à 8 sur 20. Et dans la notation, l’examinateur exprime la notation finale obtenue
par l’étudiant au multiple de 0,5. (Art 47 et 48) (Vade-mecum, 2014, p. 148).
 Des cas des réussites automatiques : l’étudiant qui obtient la moitié des points dans chacune
des branches a réussi. (Art. 51)
 Des cas de libérables : le résultat de l’étudiant qui n’a pas obtenu la moitié des points dans
toutes les branches mais qu’il a obtenu la moitié des points pour l’ensemble de l’épreuve est
soumis à la délibération et la décision du jury est acquise après un vote à la majorité simple des
membres du jury. Après application de la péréquation, aucun échec grave, dans toutes les
matières, ne peut être admis pour le passage d’un étudiant d’une année à une autre. (Art. 52 et
53). Et dans les matières relevant de la première catégorie, un échec léger peut être toléré (Art.
54). En fin, dans les matières relevant de la deuxième et de la troisième catégorie, a réussi :
- L’étudiant dont la moyenne générale se situe entre 50% et 54,99% et qui a un seul
échec léger ;
- L’étudiant dont la moyenne générale se situe entre 55% et 59,99% et qui a au plus
deux échecs légers ;
- L’étudiant dont la moyenne générale est d’au moins 60% et qui a tout au plus trois
échecs légers. (Art. 55) (Vade-mecum, 2014, p. 149).
Ainsi, après délibération sur ses résultats, l’étudiant qui a réussi obtient l’une des
mentions ci-après :
- Satisfaction (S) : si le résultat global est d’au moins 50% et inférieurs à 70% des
points ;
- Distinction (D) : si le résultat global est d’au moins 70% et inférieur à 80% des
points ;
- Grande distinction (GD) : si le résultat global est d’au moins 80% et inférieur à 90%
des points ;
- Plus grande distinction (PGD) : si le résultat globale est d’au moins 90% des points
(Art. 56 du chapitre des examens) ;
 Des critères d’ajournement automatique
Est ajourné automatiquement :
16
- L’étudiant qui n’a pas obtenu au moins 50% des points sur l’ensemble des matières ;
- L’étudiant qui a un échec grave après application de la péréquation (consiste à un transfert
de deux points maximum d’un cours à une autre de même pondération et de même
catégorie dans le but d’alléger un échec grave ou de supprimer un échec léger. Eu égard à
ces informations, l’étudiant qui n’a pas réussi est :
- Ajourné (A) si le résultat globale est de 40% des points au moins et
49,99% au plus ;
- Assimilé aux ajourné (AA) si l’étudiant n’a pas présenté toutes les parties
de l’épreuve pour une raison dument justifiée et jugée valable par le jury ;
- Non admissible dans la même filière d’étude (NAF) si le résultat global est
inférieur à 40% des points ;
- Assimilé aux non admissibles dans la même filière d’étude (ANAF) : celui
qui n’a pas présenté une partie ou toutes les parties de l’épreuve pour des
raisons jugées non valables par le jury ou s’est absenté à une ou plusieurs
parties de l’épreuve sans avoir prévenu au préalable par écrit le bureau du
jury. (Art. 57 et 58) (Vade-mecum, 2014)
 De la publication des résultats : le président du jury proclame en séance publique les
résultats avec mention. Les résultats obtenus en chaque matière sont communiqués aux
étudiants par le secrétaire de jury. Chaque étudiant doit le contacter individuellement.
I.2.5.2. les méthodes de calculs des cotes (Vade-mecum, 2014)
Dans ce thème, nous voudrions présenter les formules usuelles pendant le traitement des
cotes conformément au manuel de gestion des institutions supérieurs et universitaire d’où le vade-
mecum. Dans notre cas, voici celles qui ont pris notre attention :
1. La pondération
Pour un cours dont le volume horaire vaut 15 heures, la pondération est de 10 points.
Cette égalité nous permet ainsi de dégager la pondération du cours comme suit :
𝑷𝒐𝒏𝒅é𝒓𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒅𝒖 𝒄𝒐𝒖𝒓𝒔 =
𝑣𝑜𝑙𝑢𝑚𝑒 ℎ𝑜𝑟𝑎𝑖𝑟𝑒 𝑑𝑢 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑠
15
∗ 10
17
2. La cote totale
Considérant que l’évaluation de la matière comprend les travaux pratiques (TP), les
travaux dirigés (TD) et les interrogations qui constituent les travaux journaliers. L’examen est
organisé à la session, ainsi :
𝑪𝒐𝒕𝒆 𝒕𝒐𝒕𝒂𝒍𝒆 = 𝑡𝑟𝑎𝑣𝑎𝑢𝑥 𝑗𝑜𝑢𝑟𝑛𝑎𝑙𝑖𝑒𝑟𝑠 + 𝑐𝑜𝑡𝑒 𝑑𝑒 𝑙′
𝑒𝑥𝑎𝑚𝑒𝑛
𝐴𝑣𝑒𝑐 𝑻𝒓𝒂𝒗𝒂𝒖𝒙 𝑱𝒐𝒖𝒓𝒏𝒂𝒍𝒊𝒆𝒓𝒔 = 𝑐𝑜𝑡𝑒 𝑇𝑃 + 𝑐𝑜𝑡𝑒 𝑇𝐷 + 𝑐𝑜𝑡𝑒 𝑖𝑛𝑡𝑒𝑟𝑟𝑜𝑔𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛
3. La cote totale générale
Pour toute l’année, l’étudiant s’inscrit à l’épreuve (série d’évaluation de matières). Par
conséquent les cotes totales obtenues par l’étudiant dans toutes les matières prévues au programme
d’étude.
𝐴𝑙𝑜𝑟𝑠 𝒄𝒐𝒕𝒆 𝒕𝒐𝒕𝒂𝒍𝒆 𝒈é𝒏é𝒓𝒂𝒍𝒆
= 𝑐𝑜𝑡𝑒 𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑠1 + 𝑐𝑜𝑡𝑒 𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑠2 + ⋯ + 𝑐𝑜𝑡𝑒 𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒 𝑛
+ 𝑐𝑜𝑡𝑒 𝑟𝑎𝑝𝑝𝑜𝑟𝑡 𝑑𝑒 𝑠𝑡𝑎𝑔𝑒 + 𝑐𝑜𝑡𝑒 𝑇𝐹𝐶 𝑜𝑢 𝑚é𝑚𝑜𝑖𝑟𝑒
4. Le pourcentage de l’étudiant
La cote totale générale permet de trouver le pourcentage obtenue dans l’ensemble des
évaluations prévues sur les matières figurant sur le programme de cours par année d’étude. Ainsi,
voici comment on procède :
𝑷𝒐𝒖𝒓𝒄𝒆𝒏𝒕𝒂𝒈𝒆 𝒅𝒆 𝒍′
é𝒕𝒖𝒅𝒊𝒂𝒏𝒕 =
𝑐𝑜𝑡𝑒 𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒 𝑔é𝑛é𝑟𝑎𝑙𝑒
𝑚𝑎𝑥𝑖𝑚𝑎 𝑔é𝑛é𝑟𝑎𝑢𝑥
∗ 100
N.B. : c’est sur base de ce pourcentage que nous appliquerons les critères de délibération dont
nous avons évoqués dans ce travail, et au cours de la création de notre application, nous tenterons
de concrétiser l’automatisation de ces formules.
5. Nombre d’échecs de cours ou critère de délibération
Tout au cours de critère des délibérations, le nombre d’échecs de l’étudiant fait également
une préoccupation de gestion dans ce domaine. Voici comment le calculer :
18
𝑪𝒓𝒊𝒕è𝒓𝒆 𝒅𝒆 𝒅é𝒍𝒊𝒃é𝒓𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 =
𝑁𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑑𝑒𝑠 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑠 𝑒𝑛𝑠𝑒𝑖𝑔𝑛é𝑠 𝑝𝑎𝑟 𝑢𝑛𝑒 𝑎𝑛𝑛é𝑒 𝑑′é𝑡𝑢𝑑𝑒
5
CONCLUSION PARTIELLE
Dans ce chapitre nous avons parlé de deux principaux points. Dans le premier approche
nous nous sommes préoccupés des théories des auteurs qui ont déjà abordé notre sujet pour enfin
voir comment se distinguer de ces derniers ; D’où la revue de la littérature. Ensuite, nous avons
explicité les concepts qui composent notre travail afin de permettre à nos lecteurs de comprendre
ce dernier ; alors cela à former le second point du cadre conceptuel.
19
Chapitre II : Cadre Méthodologique et présentation du milieu
d’étude
Pour aboutir à un fait objectif, il faut se fixer des méthodes et principes à suivre. C’est
pourquoi ce chapitre présentera la méthode que nous utiliserons dans notre travail et en suite
présentera notre champ d’investigation de manière synthétique.
II.1. Description de la méthode et approche épistémologiques
II.1.1. Méthode
Une méthode est l’ensemble des démarches (ou des dispositions) raisonnées, suivies dans
une activité (ou prises dans un domaine) donnée. (Le Robert, 2005)
Dans notre travail, pour aboutir à nos objectifs nous avons usé de la méthodologie
appliquée étant l’approche méthodologique adoptée pour un chercheur qui veut aboutir à un
modèle. Ainsi, dans cette méthode nous avons modélisé ou formalisé par la méthode d’étude et de
réalisation informatique pour le système d’entreprise (MERISE).
II.1.1.1. Présentation de la méthode MERISE
MERISE signifie méthode d’étude et de réalisation informatique pour les systèmes
d’entreprises. Il nous permettra dans un premier temps de démontrer les problèmes de l’entreprise
et après formaliser ou modéliser un nouveau système amélioré.
Nous devons la création, l’étude et la mise en place de cette méthode à une équipe de
chercheurs et d’ingénieurs aixois (Jean-Louis le Moigne, Hubert Tardieu, Dominique Nancy,
Henry Heckenroth, Daniel Pasco, Bernard Espinasse) qui en posèrent les bases dans le milieu des
années 1970. (BAPTISTE JEAN-LUC, p. 4)
II.1.1.2. Principes généraux de la méthode MERISE
Cette méthode utilise le système dit d’entités-relations. Il s’agit d’un outil (une méthode)
et d’une technique d’analyse permettant de construire des schémas théoriques de raisonnement sur
des applications tournant avec des bases de données dite relationnelles.
20
A noter que la méthode Merise en générale traite de l'intégralité de la conception de la
base de données : elle ne s'intéresse pas uniquement de la partie correspondant au stockage des
données, mais également à leur traitement.
La méthode Merise considère quatre phases dans la création d'une base de données :
1. La phase d'analyse : elle est une phase essentielle qui consiste à :
 étudier l'existant : cette partie vérifie les questions suivantes : y-a-t ‘il un système
qui gère déjà tout ou partie de l'information, qu'il s'agisse d'un logiciel ou d'un
ensemble de documents papiers ? Comment ces informations sont-elles stockées ?
Quelles sont les informations stockées ? Que manque-t-il ? Qu'est ce qui convient
ou ne convient pas aux utilisateurs ?
 Interroger les futurs utilisateurs : qu'attendent-ils du futur SGBD ? Quelles sont les
opérations qu'ils désirent automatiser ?
 Recueillir les informations existantes, étudier les divers liens qui peuvent exister
entre ces informations, mettre en évidence les règles de gestion employées, ...
2. La phase conceptuelle : elle consiste à représenter l'organisation des données de
manière générale. Elle aboutit sur la création du modèle conceptuel des données
(MCD) dans lequel les données sont représentées sous forme d'entités liées entre elles
par des relations.
3. La phase logique ou organisationnelle : dans cette phase, la base de données est
représentée sous une forme logique plus proche de sa représentation réelle au sein du
système de gestion de base des données (SGBD). Les informations sont représentées
uniquement sous forme des tables au sein d'un modèle logique des données (MLD).
4. La phase physique ou opérationnelle : elle consiste à construire réellement la base
de données au sein du SGBD.
En nous servant de la méthode MERISE, nous sommes parvenu à réunir toutes les
informations en rapport avec la gestion de côtes des étudiants dans une structure appelée « modèle
entité association » et ensuite par le logiciel de modélisation appelé JMERISE version 0.4 (2011)
de MESSOUCI faisant partie de la gamme des logiciels AGL (Atelier de génie logiciel) nous a
aidé et facilité le travail de modélisation. Ce logiciel nous a permis de passer automatiquement du
modèle conceptuel des données vers le modèle logique des données et une génération automatique
21
des scripts SQL Server sans plus les écrire mais seulement grâce au dessin du modèle conceptuel
des données ils sont générées. (MESSOUCI, 2011)
II.1.2. Technique
Quelques techniques nous ont aidés dans notre travail :
 L’interview : cette technique nous a aidés dans le questionnement des partenaires en vue
d’obtenir les informations. Ici, pour savoir comment fonctionne le bureau du jury, nous
avons posée plusieurs questions tels que : quelles sont les documents utilisés pour gérer les
cotes des étudiants ? comment se passent les évaluations des étudiants ?...
 Le documentaire : cette technique nous a aidé dans la rédaction, le parcourt des livres
pour la réussite de l’élaboration de notre travail de recherche. A ce point, toutes la
documentation de notre travail fait allusion à cette technique.
 L’algorithmique : cette technique nous aidera dans la décomposition du problème de
recherche en sous problème en vue d’en faciliter la résolution.
II.2. Présentation du milieu de recherche
II.2.1. Situation géographies
L’Institut Supérieur de Commerce de Beni a son siège social en ville de Beni, commune
Beu, quartier Biautu, avenue de l’église, province du Nord – Kivu en République Démocratique
du Congo.
II.2.2. Situation juridique
Notre champ d’étude est dénommé « Institut Supérieur de Commerce de Beni ». Il avait
été créé par l’arrêté ministériel N° E.S.U./CAB-MIN/0220/93 du 20 Août 1993. Il fonctionne
comme une institution publique d’enseignement supérieur sous la direction ou la surveillance de
l’Etat à travers le ministère d’Enseignement Supérieur et Universitaire en RDC.
II.2.3. Aperçu historique
Dans le cadre de la politique d’essaimage des établissements d’enseignement supérieur et
universitaire à travers les provinces du pays, l’Institut Supérieur de Commerce de Beni
(I.S.C./Beni) ouvre effectivement ses portes et débute les enseignements le 22 février 1994 sou la
22
direction de Monsieur le Chef de Travaux Florent Kambale Kabila Mututulo. Celui-ci est donc le
premier directeur général.
A sa création, l’I.S.C./Beni a fonctionné avec une seule option, celle de « Comptabilité et
Finances ». Pendant ce temps, le Directeur Général était le seul membre du Comité de Gestion.
Par ailleurs, la décision gouvernementale transmise par la lettre N° E.S.U./CAB-MIN/06/94 du 22
Août 1994 concernant l’examen de l’existence réelle et du fonctionnement normal des
établissements nouvellement créés, trouve l’I.S.C./Beni avec sa structure fonctionnelle (Comité de
gestion nommé le 14 Septembre 1993 par l’arrêté ministériel N° E.S.U./CAB-MIN/0288/93)
composée du C.T. Florent Kambale Kabila Mututulo, C.T. Muhindo Kibwana et Monsieur Alfred
Kambale Mukulukyo en qualité respectivement de Directeur Général, Secrétaire Général
Académique et Secrétaire Général Administratif ; par ricochet, l’institution échappe à la décision
d’annulation de la création, selon l’esprit du gouvernement de transition de cette époque.
L’arrêté ministériel N° E.S.U./CAB-MIN/13/087/96 du 27 janvier 1996 portant
agrément provisoire des institutions d’enseignement supérieur et universitaire en République du
Zaïre ne reprend pas l’Institut Supérieur de Commerce de Beni et quelques autres institutions.
Ainsi, une requête fut introduite par les autorités de l’I.S.C./Beni de l’époque afin d’obtenir gain
de cause. Dans le but de pallier à cette situation, le Ministre de tutelle saisi du dossier et convaincu
de la pertinence du recours, avait ordonné que ledit institut continue à fonctionner.
Les difficultés matérielles et financières de cette jeune institution que d’aucun n’a hésité
de qualifier de « pure aventure » n’ont pas facilité un fonctionnement efficace. Avec une vingtaine
d’étudiants, les autorités étaient presque toutes absentes : les deux secrétaires ayant décidé de
regagner leurs anciens postes. Pour combler le vide laissé par ceux-ci, le Directeur Général
nomme l’Assistant Timothé Kambale Malumalu, alors assistant du Secrétaire Général au poste
de Directeur Académique et l’étudiant Léonard Mbusa Mwana au poste de Comptable. Telle est la
structure qui devait siéger en lieu et place du Comité de Gestion jusqu’en 1996. A cette même
année, le Directeur Général fait son entrée dans le mouvement rebelle « A.F.D.L. » qui accède au
pouvoir le 17 Mai 1997 et ce dernier fut nommé ministre au côté de Mzee Laurent Désiré Kabila.
Avec ce départ, l’I.S.C./Beni est resté sous la responsabilité du Directeur Académique et du
Comptable.
En 1997, c’est par la décision N° C.GEN/CAB/ESU/CAD/RTE/02/97 du 10 Mai 1997
portant restructuration des Comités de Gestion des institutions d’enseignement supérieur et
23
universitaire en zone de Beni, que l’I.S.C./Beni est doté de son deuxième Comité de Gestion
composé du C.T Bernardin Yalala Vihutho, de l’Assistant Timothé Kambale Malumalu et
l’Assistant Chrysantes Kambale Sikulisimwa comme successivement Directeur Général,
Secrétaire Général Académique et Secrétaire Général Administratif. Par l’entremise de ce Comité
de Gestion, l’Institut Supérieur de Commerce de Beni obtient son terrain de 4 hectares à Buley
cedé par les autorités de la cité de Beni, à l’époque dirigée par Raphaël Sikakulya. La fondation
des bâtiments est posée ainsi que l’élévation des murs en partie des locaux qui servent
aujourd’hui d’auditoires propres à l’I.S.C./Beni. A l’année académique 1997 – 1998, l’option
Douane et Accises a été ouverte.
Le 28 Octobre 1999, le Chef de Travaux Bernardin Yalala Vihutho meurt. Au début de
l’année 2000, les dirigeants du département de l’E.S.U nomme le Chef de Travaux Laurent Paluku
Wa Thembo au poste de Directeur Général à son remplacement qui dirige le Comité de Gestion
jusqu’en date du 6 Juillet 2004. Il est remplacé à la direction par le professeur Sikumbili
Virimumuthima et à cette occasion le C.T Paluku Wa Thembo occupe le poste de Secrétaire
Général Académique avant de le céder au C.T Léonard Saiba Lukwamire en date du 5 décembre
2006.
Le 20 Janvier 2010, un nouveau Comité de Gestion est nommé. Il est composé de la
manière suivante : Professeur Kambale Kabila Mututulo au poste de Directeur Général, C.T
Paluku Wa Thembo, Assistant Kambale Malumalu et Monsieur Kyalumba Kangapipi au poste
respectivement de Secrétaire Général Académique, Secrétaire Général Administrative et
Administrateur de Budjet. Le 12 Octobre 2010, l’Assistant Michaël Kakule Kayitambya
remplace monsieur Kyalumba Kangapipi au poste d’Administrateur de Budjet d’après l’esprit de
l’arrêté ministériel N° 176/MINESU/CABMIN/CT/KOB/2010 du 12 Octobre 2010 portant
désignation d’un membre du Comité de Gestion de l’Institut Supérieur de Commerce de Beni.
Après la mort du Directeur Général Kambale Kabila Mututulo en date 9 Octobre 2011, le
C.T Paluku Wa Thembo assume l’intérim du Directeur Général et sa fonction de Secrétaire
Général Académique et travaille avec ses autres collaborateurs.
Le CT Paluku Wa Thembo meurt le 16 Avril 2015, il se constate un cumul de trois
fonctions assumées par le C.T Kambale Malumalu respectivement de Directeur Général,
Secrétaire Général Académique et Secrétaire Général Administratif et l’Assistant Kakule
24
Kayitambya garde son poste d’Administrateur de Budget. Cette période d’intérim a été éphémère
car quelques mois plus tard, un nouveau comité de gestion a été nommé par le Ministre.
L’arrêté ministériel N° 084/MINESU/CABMIN/RK3/CPM/2015 du 29 juin 2015 portant
désignation et nomination des membres du Comité de Gestion de l’Institut Supérieur de
Commerce de Beni et est notifié par la lettre N° MINESU/SG/160/01/1293/2015 du 3 juillet 2015
de Madame la Secrétaire Générale au MINESU. Ainsi, est nommé Directeur Général : le
Professeur Paluku Ndavaro Jean-Baptiste ; est nommé Secrétaire Général Académique : le C.T
Kambere Kamuha Muhiwa Bernard ; est nommé Secrétaire Général Administratif : le C.T
Kambale Malumalu Timothée ; est nommé Administrateur de Budget : le C.T Muhindo
Muhasa Faustin.
La remise et reprise entre l’ancien et le nouveau Comité de Gestion est intervenu le
mercredi 6 Août 2015, soit après plus d’un mois de nomination. Ce Comité de Gestion est aux
affaires jusqu’aujourd’hui. (Secrétariat Général Administratif, 2017)
Il faut noter enfin que l’Institut Supérieur de Commerce de Beni fonctionne avec deux
sections dont :
Sciences Commerciales et Financières avec quatre options :
 Comptabilité : de graduat à licence ;
 Douane et Accises : graduat ;
 Marketing : de graduat à licence ;
 Fiscalité : Licence.
Gestion Informatique avec deux options :
 Gestion Informatique : graduat.
 Conception des systèmes d’Information : Licence.
II.2.3. Ressources de l’I.S.C./Beni
II.2.3.1. Ressources financières
L’Institut Supérieur de Commerce de Beni tire ses ressources de la participation des
parents par les paiements des frais académiques et autres contributions liées à la scolarité des
étudiants. Depuis 2004, cette institution officielle bénéficie de l’enveloppe salariale du
gouvernement bien que non suffisante.
25
II.2.3.2. Ressources humaines
Les ressources humaines de cette institution sont constituées des Professeur, des Chefs de
travaux, des Assistants et des Chargés de pratiques professionnelles visiteurs ou permanents et le
personnel administratif, technique et ouvrier. Dans le tableau ci-après, nous présentons l’effectif
du personnel de l’Institut supérieur de Commerce de Beni à l’année 2017 :
Tableau I : Effectif du personnel permanent de l’I.S.C./Beni, 2017
N° Catégorie Grade Effectif
A. Personnel Enseignants
1 Professeurs associés P.A 2
2 Chef de travaux C.T 15
3 Assistant 2 As.2 9
4 Assistant 1 As.1 5
5 Chargé de Pratiques Professionnelles 2 CPP2 2
Sous Total 1 33
B. Personnel Administratif, Technique et Ouvrier
1 Chef de Bureau CB 1
2 Attaché de bureau de la 1ère
classe ATB1 7
3 Attaché de bureau de la 2ème
classe ATB2 4
4 Agent de bureau 1 AGB1 0
5 Agent de Bureau 2 AGB2 2
6 Agent auxiliaire de la 1ère
classe AA1 4
7 Agent auxiliaire de la 2ème
classe AA2 2
Sous Total 2 20
Total général 53
Source : (Secrétariat Général Administratif, 2017)
Commentaire : Selon ce tableau nous constatons que l’institution fonctionne avec plus de chef de
travaux et plus des attachés de bureaux que les autres types des personnels.
II.2.4. Organisation et fonctionnement
La structure d’une entreprise est le squelette sur lequel viennent s’appuyer toutes les
forces qui la font vivre : inspiration créatrice, information, instruction, ordre et liaison. Elle doit
26
être conclue en vue de leur utilisation efficace en permettant la mise en place des valeurs
humaines ou de leur essor, dans un ordre hiérarchique et fonctionnel logique. (SEMIRAY, 1992)
II.2.4.1. Organigramme
L’organigramme est un graphique représentant la structure hiérarchique d’un groupe
organisé qui indique à la fois le rôle de divers éléments du groupe et de leurs réalisations
mutuelles. (Petit Larousse Illustré, 2008, p. 45).
II.2.4.2. Fonctionnement
L’Institut Supérieur de Commerce de Beni fonctionne avec deux organes principaux qui
sont : le Conseil de l’Institut et le Comité de Gestion.
A. Le Conseil de l’Institut
Il est composé des autorités, des enseignants ainsi que des représentants des étudiants.
Elle se tient une fois par trimestre. Il a comme tâche d’exécuter la politique académique et
scientifique de l’institution. Il fournit des propositions au Comité de Gestion sur le déroulement
des activités académiques. Il propose au Conseil d’Administration, après avis du conseil de
section, le nombre d’heures de cours que compte l’enseignement de chaque matière ainsi que la
répartition des matières par année d’études.
Conseil de l’Institut
Comité de Gestion
Direction Générale
Secrétaire de Direction
Secrétaire Général
Académique
Secrétaire Général
Administratif
Administrateur de
Budget
Chef de Section
.Figure 1 : Organigramme simplifié de l’I.S.C./Beni
Source : (Le Secrétariat Général Administratif, 2017)
27
B. Le Comité de Gestion
Le Comité de Gestion assure la gestion courante de l’Etablissement sous la direction du
Directeur Général. Il nomme le personnel administratif et technique d’exécution, lui octroie des
promotions et le licencié sur proposition du Chef du service intéressé.
Il fait toutes propositions et suggestions qui lui semblent d’importance au Conseil de
l’Etablissement. Il exécute les décisions du Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire
du Conseil d’Administration, du Conseil d’Etablissement et prend toutes les mesures qui ne
relèvent pas de la compétence d’un autre organe. Il élabore les prévisions budgétaires, les soumet
au Conseil de l’Etablissement pour approbation et exécute le budget arrêté,…
Le Comité de Gestion de l’Institut Supérieur de Commerce de Beni est composé d’un
Dicter Général, un Secrétaire Générale Académique, un Secrétaire Général Administratif et un
Administrateur de Budget.
1. Directeur Général
Le Directeur Général supervise et coordonne l’ensemble des activités de l’établissement.
A ce titre, il assure l’exécution des décisions du Conseil d’Administration, du Conseil de
l’Etablissement et du Comité de Gestion. Le Directeur Général veille au respect des statuts et de
règlements de l’Etablissement. Il exerce tout le pouvoir du Comité de Gestion en cas d’urgence, il
représente l’Etablissement dans toutes les relations extérieures officielles avec les autorités tant
nationales qu’internationales.
2. Le Secrétaire Général Académique
Il est membre du Comité de Gestion. Il supervise et coordonne les activités des services
relevant de son ressort. Ce dernier est chargé de suivre au jour le jour les activités du secteur
académique de l’institut. A la fin de chaque semestre, il remet à la hiérarchie, un rapport détaillé
de la vie académique de celui-ci. A cette qualité, il tient en jour une documentation complète de
tous les renseignements, instructions et circulations. Il veille aussi au respect du calendrier
académique et organise le recrutement du personnel scientifique.
28
3. Le Secrétaire Général Administratif
Il est aussi membre du Comité de Gestion de l’Institution. Il se charge des problèmes
administratifs se rapportant aux dispositions du règlement organique de l’établissement. Il
supervise et coordonne les activités de services de gestion du personnel, des œuvres estudiantines
et du patrimoine de l’institution.
4. L’Administration du Budget
Ce service est chapeauté par l’Administrateur de Budget. Outre l’Administrateur de
Budget, on y retrouve aussi le Comptable principal, le Comptable auxiliaire et la Caissière.
5. La Section
Il est chapeauté par le Chef de Sections. Celui-ci convoque le Conseil de Section, élabore
le rapport semestriel à transmettre au Secrétaire Général Académique en vue de l’éclairer sur l’état
d’avancement des enseignements et de la recherche. Il approuve les prévisions budgétaires de la
section et les transmet à l’Administrateur de Budget. Il assure l’ordre et la discipline au sein de la
section et supervise les activités d’enseignement et de recherche.
II.3. les études préalables
L’étude préalable détaille le projet défini par le schéma informatique et abouti à un avant-
projet à la suite duquel le décideur de l’entreprise choisi de lancer la réalisation, de demander un
complément d’étude, ou d’abandonner le projet. (MUHINDO MASIVI & MUMBERE MUYISA,
2014, p. 18)
II.3.1. Lancement du projet
Cette partie est importante car elle nous permettra de cadrer le projet, étudier les
opportunités et étudier la faisabilité de notre projet.
II.3.1.1. cadrage du projet
Notre projet s’intéresse à l’institut supérieur de commerce de Beni dans le cadre de la
gestion des cotes des étudiants. Le dernier prend en compte les cotes au niveau du jury : la
délibération, la conservation et la production de tous les documents nécessaires notamment :
29
- Les grilles de point
- Le relevé de cotes annuelles
II.3.1.2. Etude d’opportunité
Notre travail a pour but de mettre en place un système d’information automatisée pouvant
permettre au jury de l’institution supérieur et universitaire notamment l’ISC/Beni de conserver
avec moins de risques de perditions des cotes des étudiants et la production en temps opportun de
tous les documents relatifs aux cotes de ces derniers.
L’institut supérieur de commerce de Beni ayant les ambitions d’avoir un système
d’information efficace, vu le nombre d’étudiants qui augmente du jour le jour or l’information
étant la matière première au sein des écoles. Alors nous disons que notre projet est opportun et
utile car après confrontation de nos objectifs et les ambitions de L’ISC/Beni ils coïncident.
II.3.1.3. Etude de faisabilité
Permet de comparer les contraintes et les atouts disponibles tant dans l’entreprise qu’au
niveau des informaticiens pour la réalisation du projet. Le projet est donc réalisable si les
contraintes sont maitrisables. (MUHINDO MASIVI & MUMBERE MUYISA, 2014, p. 19)
1. Les atouts disponibles
- Humains : l’ISC/Beni a des personnels qui ont déjà utilisé des logiciels automatisé dans le
domaine de gestion au sein de son bureau de jury.
- Matériel : dispose d’un ordinateur portable équipé du système d’exploitation Windows 7 et
comme application Ms Excel utilisé dans la gestion des cotes au niveau du jury et d’une
imprimante pour servir d’impression des documents nécessaires.
2. Les contraintes
L’ISC/Beni fonctionne en ville de Beni où le courant est la chose la plus problématique.
L’ISC est abonné à un fournisseur privé du courant mais qui n’est pas toujours permanent. Pour
ceux l’ISC dispose déjà des groupes électrogènes pour assurer la permanence du courant
électrique en cas de chute de tension permanente de son fournisseur.
30
Alors partant des atouts disponibles et contraintes négatifs qui sont maitrisables, rien ne
peut contrarier notre projet, c’est-à-dire qu’il est faisable.
II.4. Recueil des informations
Le recueil permet de définir et qualifier l’existant et abouti à une compréhension du
fonctionnement actuel du système d’information concerné par le projet.
II.4.1. les acteurs
Selon (MUHINDO MASIVI & MUMBERE MUYISA, 2014), les acteurs sont des
hommes, des systèmes ou des matériels pouvant transmettre ou recevoir des informations.
1. Acteurs internes
Selon notre travail, l’acteur interne est celui qui appartient à l’organisation soit au
domaine de notre recherche (Gestion des cotes).
- Le bureau du jury
- Le jury élargi
- La section académique ;
2. Acteur externes
Par acteur externe nous sous entendons toute personne, un système soit une organisation
qui communique avec notre organisation. A ce point nous avons :
- L’administrateur de budget ;
- Les étudiants ;
- L’enseignant.
- Apparitorat ou commission des inscriptions
II.4.2. Descriptif des documents
Cette partie permet de décrire les documents utilisés au niveau du bureau de jury dans la
gestion des cotes des étudiants.
31
1. Le relevé des matières et des cotes
Tableau II : le descriptif du relevé des matières et des cotes
Fiche de description du document
Nom : Relevé des matières et des cotes
Rubriques
N° Données/Désignations Types Mode d’obtention Contraintes
1 Numéro du relevé Numérique Auto incrémente ------
2 Nom de l’étudiant Texte Mémorisé ------
3 Post-nom de l’étudiant Texte mémorisé ------
4 Numéro matricule de l’étudiant Texte mémorisé ------
5 Section de l’étudiant Texte mémorisé ------
6 Option de l’étudiant Texte mémorisé ------
7 Promotion de l’étudiant Texte mémorisé ------
8 Année académique Texte Auto incrémente ------
9 Numéro du cours numérique mémorisé ------
10 Intitulé des cours Texte mémorisé ------
11 Volume horaire des cours Numérique mémorisé ------
12 Cote obtenu Numérique calculer ------
13 Le maximum dans un cours Numérique mémorisé ------
14 Le total général des cotes Numérique Calculer ------
15 Le pourcentage obtenu Numérique Calculer ------
16 La mention Texte Mémorisé ------
17 La date d’impression Date Mémorisé ------
18 La session Texte Mémorisé ------
Commentaires : ce tableau représente toutes les données qui permettent d’avoir un relevé des
matières et des cotes.
2. L’attestation de fréquentation
Tableau III : le descriptif de l’attestation de fréquentation
Fiche de description du document
Nom : Attestation de fréquentation
Rubriques
N° Données/Désignations Types Mode d’obtention Contraintes
1 Numéro de l’attestation Numérique Auto incrémente -------
2 Année en cours Date Mémorisé -------
3 Grade du secrétaire général académique Texte Mémorisé -------
4 Nom du secrétaire général académique Texte Mémorisé -------
5 post-nom du secrétaire général
académique
Texte Mémorisé -------
32
6 Prénom du secrétaire général
académique
Texte Mémorisé -------
7 Nom de l’étudiant Texte Mémorisé -------
8 Post-nom de l’étudiant Texte Mémorisé -------
9 Lieu de naissance de l’étudiant Texte Mémorisé -------
10 Date de naissance de l’étudiant Date Mémorisé -------
11 Matricule de l’étudiant Texte Mémorisé -------
12 Section de l’étudiant Texte Mémorisé -------
13 Option de l’étudiant Texte Mémorisé -------
14 Année académique Texte Mémorisé -------
15 Date d’impression de l’attestation Date Mémorisé -------
Commentaires : ce tableau représente tous les données qui permettent d’avoir une attestation de
fréquentation.
3. La fiche des cotes
Tableau IV : le descriptif de la fiche des cotes
Fiche de description du document
Nom : Fiche des cotes
Rubriques
N° Données/Désignations Types Mode d’obtention Contraintes
1 L’année académique Texte Mémorisé -------
2 L’année d’étude Texte Mémorisé -------
3 L’option Texte Mémorisé -------
4 Session Texte Mémorisé -------
5 Intitulé du cours Texte Mémorisé -------
6 Nombre d’heures du cours Numérique Mémorisé -------
7 Titulaire du cours Texte Mémorisé -------
8 Grade Texte Mémorisé -------
9 Numéro d’ordre de l’étudiant Numérique Auto incrémente -------
10 Nom de l’étudiant Texte Mémorisé -------
11 Post-nom de l’étudiant Texte Mémorisé -------
12 Prénom de l’étudiant Texte Mémorisé -------
13 Les maxima travaux pratiques Numérique Mémorisé -------
14 Les maxima interrogations Numériques Mémorisé -------
15 Les maxima examens Numérique Mémorisé -------
16 Le total général des maxima Numérique Mémorisé -------
17 Point obtenu aux travaux pratiques par
étudiant
Numérique Mémorisé -------
18 Point obtenu aux interrogations par
l’étudiant
Numérique Mémorisé -------
19 Point obtenu à l’examen par l’étudiant Numérique Mémorisé -------
20 Point total obtenu par l’étudiant Numérique Calculer -------
21 La date de l’impression Date mémorisé -------
33
Commentaires : ce document présente toutes les données que contiennent la fiche des cotes, le
mode d’obtention et leurs contraintes d’intégrité.
4. Le palmarès
Tableau V : le descriptif du palmarès
Fiche de description du document
Nom : le palmarès annuels
Rubriques
N° Données/Désignations Types Mode d’obtention Contraintes
1 Cycle de l’étudiant Texte Mémorisé -------
2 Option de l’étudiant Texte Mémorisé -------
3 Nombre d’étudiant inscrit Numérique Calculé -------
4 Promotion de l’étudiant Texte Mémorisé -------
5 Nombre des réussites par auditoire Numérique Calculé -------
6 Mention de l’étudiant Texte Mémorisé -------
7 Nom de l’étudiant Texte Mémorisé -------
8 Post-nom de l’étudiant Texte Mémorisé -------
9 Sexe de l’étudiant Texte Mémorisé -------
10 Matricule de l’étudiant Texte Mémorisé -------
11 Nationalité de l’étudiant Texte Mémorisé -------
12 Pourcentage obtenu par l’étudiant Numérique Calculé -------
Commentaires : ce document décrit les données se trouvant sur le palmarès annuel et comment
s’obtient ces derniers.
34
II.4.3. le schéma de circulation et de traitement des informations
Tableau VI : le schéma de circulation et de traitement des informations
Chronologie Etudiant Appartitorat Admin. de Budget Enseignant Section académique Bureau de jury Jury élargi
De septembre à
janvier (spécial)
Pendant les
enseignements
Lundi à samedi
Après chaque
évaluation
Chronologie
1
Opération 1
Inscription
TJ
2
4
3
Opération 2
Correction et
centralisation
des cotes
TJ
5 6
35
Mi-février et mi-
juillet
Mi-février et mi-
juillet
Après chaque
examen
A la fin des
examens
Etudiant Apparitorat Admin. de Budget Enseignant Section
Académique
Jury élargi
7
Opération 3
Organisations
des examens
TJ
8
9
Opération 4
Consignation
et codage des
copies
TJ
10
11,6
Opération 5
Centralisation
des cotes
TJ
12
36
1314
Opération 7
Publications
des résultats
TJ
16
Opération 8
Délibération
recours
Non Fondé Fondé
13
Opération 9
Elaboration du
rapport de jury
TJ
Opération 6
Constatation
et
délibération
TJ
15
37
Commentaire : ce tableau représente comment les informations à rapport avec les cotes circulent au niveau de l’ISC/Beni.
Légende :
9. Copies d’examens codées par le jury
10. Copies d’examens codées corrigées par l’enseignant
11. Grille de délibération
12. PV de délibération
13. Liste des étudiants en ordre avec les finances
14. PV de délibération trié par critère de solvabilité
15. Lettre de recours
16. Rapport du jury
17. Les palmarès annuels, attestations de réussite, relevé des matières et des notes
Opération 10
Elaboration
des palmarès,
attestations,
relevés
TJ
18
17
1. Formulaire d’inscription et élément du dossier
2. Liste des étudiants inscrits
3. Questions d’évaluations journalières
4. Copies d’évaluations journalières non corrigées (répondues)
5. Copies d’évaluations journalières corrigées
6. Fiche des cotes
7. Questions d’évaluations d’examens
8. Copies d’examens
9. Copies d’examens répondues
38
II.4.4. Descriptif des postes de travail
Tableau VII : le descriptif du poste de travail administration et finance
FICHE DE DESCRIPTION DE POSTE DE TRAVAIL
Nom : Apparitorat
Lieu : Beni, commune Beu, BATAM, Avenue des églises N° 09
Période de travail : lundi à vendredi de 07h30’ à 15h, samedi de 07h30 à 12h
Heure par jour : 8h, Heure par semaine : 45h
OPERATIONS
N° Opération Libellé Type Volume/jour Durée total
01 Inscription Manuel 15 30’ 450’
Total 450’
Moyen :
- Humain : un appariteur central G3 comptabilité
- Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres, bref les matériels et
fournitures de bureau
Observation : l’appariteur est trop chargé en cas des inscriptions vu que plus des personnes
viennent vouloir s’inscrire ne sachant pas quoi ils vont faire à l’université ou au supérieur.
Commentaires : ce tableau décrit le poste de travail apparitorat du schéma de circulation et de
traitement des informations.
Tableau VIII: le descriptif du poste de travail administration et finance
FICHE DE DESCRIPTION DE POSTE DE TRAVAIL
Nom : Section académique
Lieu : Beni, commune Beu, BATAM, Avenue des églises N° 09
Période de travail : lundi à vendredi de 07h30’ à 15h, samedi de 07h30 à 12h
Heure par jour : 8h, Heure par semaine : 45h
OPERATIONS
N° Op. Libellé Type Vol/jour Durée total
10 Elaboration des palmarès, relevé, attestations Manuel 50 10’ 500’
Total 500’
Moyen :
- Humain : Secrétaire Général académique L2 science politique
- Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres (les matériels et fournitures de
bureau), ordinateur avec comme logiciels Word, Excel,…
Observation : la section académique a plus d’importance dans le cursus estudiantin
Commentaires : ce tableau décrit le poste de travail section académique conformément à notre
schéma de circulation et de traitement des informations.
39
Tableau IX: le descriptif du poste de travail Bureau de jury
FICHE DE DESCRIPTION DE POSTE DE TRAVAIL
Nom : Bureau de jury
Lieu : Beni, commune Beu, BATAM, Avenue des églises N° 09
Période de travail : lundi à vendredi de 07h30’ à 15h, samedi de 07h30 à 12h
Heure par jour : 8h, Heure par semaine : 45h
OPERATIONS
N° Op. Libellé Type Volume/jour Durée total
3 Organisation des examens Manuel 5 120’ 600’
4 Consignation et codage des copies manuel 500 1’ 500’
5 Centralisation des cotes Semi-automatique 100 5’ 500’
Total 1600’
Moyen :
- Humain : un président Chef de travaux et ses compagnons
- Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres (les matériels et fournitures de
bureau), ordinateur avec comme logiciels Word, Excel, VLC,…
Observation : toutes ses opérations ne se passent pas le même jour mais des journées différentes
Commentaires : ce tableau est le descriptif du poste Bureau de jury de l’ISC/Beni.
Tableau X : le descriptif du poste de travail Jury élargi
FICHE DE DESCRIPTION DE POSTE DE TRAVAIL
Nom : Jury élargi
Lieu : Beni, commune Beu, BATAM, Avenue des églises N° 09
Période de travail : lundi à vendredi de 07h30’ à 15h, samedi de 07h30 à 12h
Heure par jour : 8h
OPERATIONS
N° Op. Libellé Type Vol/jour Durée total
6 Constatation et délibération des cotes des étudiants Manuel 100 5’ 500’
7 Publications des résultats manuel -- -- --
8 Délibération des recours Manuel 50 10’ 500’
9 Elaboration du rapport de jury manuel -- 300’ 300’
Total 1300’
Moyen :
- Humain : le bureau de jury, les enseignants des cours,…
- Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres, classeurs (les matériels et
fournitures de bureau),…
Observation : plus d’opérations sont manuellement faites à ce poste de travail et toutes ne se font pas
le même jour.
Commentaires : ce tableau décrit le poste de travail jury élargi de l’ISC/Beni.
40
II.4.5. Le descriptif des opérations
Tableau XI : le descriptif des opérations
FICHE DE DESCRIPTION DES OPERATIONS
Nom de l’opération : Inscription
Numéro de l’opération : 01 Période : chaque fois qu’il y a inscription
Acteur : Appariteur Temps : 30’
Entrées/sorties
Entrées : dossiers et le formulaire d’inscription
Sorties : liste des étudiants inscrits
Moyens :
- Humain : un appariteur central G3 comptabilité
- Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres, bref les matériels et
fournitures de bureau
Algorithmes
- Elaboration du formulaire d’inscription par l’étudiant
- Payement des frais d’inscription
- Vérification du pourcentage obtenu sur les dossiers, s’il est inférieur à 60 on doit passer
d’abord le concours d’admission et puis
- Impression de la liste provisoire d’étudiants inscrits
Nom de l’opération : élaboration des palmarès, relevés, attestations,…
Numéro de l’opération : 10 Période : A la fin de l’année
Acteur : la section académique Temps : 25 minutes
Entrées/Sorties
Entrées : le rapport du jury
Sorties : les palmarès, les attestations, les relevés des matières et des notes
Moyens
- Humain : Secrétaire Général académique L2 science politique
- Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres (les matériels et fournitures de
bureau), 2 ordinateurs.
- Logiciel : Microsoft Office 2007, SPSS,…
Algorithme :
- Saisie des pourcentages des étudiants sur le rapport du jury
- Impression d’attestations, relevés des matières et des notes par étudiant
41
Nom de l’opération : Organisation des examens
Numéro de l’opération : 03 Période : Quand il y a examen
Acteur : Bureau du jury Temps : 120’
Entrées /sorties
Entrées : Questions d’examens
Sorties : Copies d’examens
Moyens :
- Humain : un président Chef de travaux et ses compagnons
- Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres (les matériels et fournitures de
bureau), ordinateur avec comme logiciels Word, Excel, VLC,…
Algorithme
- Saisie des questions d’examens
- Impression des questions d’examens
- Impressions des copies d’examens
Nom de l’opération : consignation et codage des copies
Numéro de l’opération : 04 Période : Quand il y a examen
Acteur : Bureau du jury Temps : 1’
Entrées/sorties
Entrées : copies d’examens répondues
Sorties : copies d’examens codées par le jury
Moyens
- Humain : un président Chef de travaux et ses compagnons
- Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres (les matériels et fournitures de
bureau), ordinateur avec comme logiciels Word, Excel, VLC,…
Algorithme
- Collection des copies après examens
- Codage des copies par les membres du bureau de jury
Nom de l’opération : Centralisation des cotes
Numéro de l’opération : 05 Période : Après chaque examen
Acteur : Bureau du jury Temps : 5’
Entrées/sorties
Entrées : copies d’examens codées corrigées par l’enseignant et la fiche des cotes
Sorties : Grille de délibération
42
Moyens
- Humain : un président Chef de travaux et ses compagnons
- Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres (les matériels et fournitures de
bureau), ordinateur avec comme logiciels Word, Excel, VLC,…
Algorithme
- Saisie des cotes par étudiant
- Calcul des pourcentages par étudiant
- Impression de la grille de délibération
Nom de l’opération : constatation et délibération des cotes des étudiants
Numéro de l’opération : 06 Période : Après l’impression de la grille de délibération
Acteur : Jury élargi Temps : 5’
Entrées/sorties
Entrées : Grille de délibération
Sorties : le PV de délibération
Moyens
- Humain : le bureau de jury, les enseignants des cours,…
- Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres, classeurs (les matériels et
fournitures de bureau),…
Algorithmes
- Délibération sur la grille de délibération
- Compensation des échecs de même catégorie veut dire de même pondération
Nom de l’opération : Publication des résultats
Numéro de l’opération : 07 Période : Après délibération et vérification des solvables.
Acteur : jury élargi Temps : --------------
Entrées/sorties
Entrées : PV de délibération et la liste des étudiants solvables
Sorties : PV de délibération des étudiants solvables
Moyens
- Humain : le bureau de jury, les enseignants des cours,…
- Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres, classeurs (les matériels et
fournitures de bureau),…
Algorithme
- Vérification des soldes par étudiants
- Publication des résultats
43
Nom de l’opération : Délibération des recours
Numéro de l’opération : 08 Période : quad il y a des recours des étudiants
Acteur : Jury élargi Temps : 3’
Entrées/sorties
Entrées : les lettres de recours
Sorties : PV de délibération des recours
Moyens
- Humain : le bureau de jury, les enseignants des cours,…
- Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres, classeurs (les matériels et
fournitures de bureau),…
Algorithmes
- Vérification et analyse des recours
- Impression du PV de délibération
Nom de l’opération : Elaboration du rapport du jury
Numéro de l’opération : 09 Période : Après délibération
Acteur : Bureau du jury Temps : 300’
Entrées/sorties
Entrées : PV de délibération
Sorties : Rapport du jury
Moyens
- Humain : un président Chef de travaux et ses compagnons
- Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres (les matériels et fournitures de
bureau), ordinateur avec comme logiciels Word, Excel, VLC,…
Algorithme
- Saisie des étudiants
- Saisie des cotes des étudiants dans chaque cours
- Saisie du pourcentage
- Impression du rapport du jury
Commentaires : ce tableau décrit tous les opérations des acteurs internes dans le schéma de
circulation et de traitement des informations un peu haut ainsi que les algorithmes de traitement de
ces opérations.
44
II.4.6. Modélisation des communications
II.4.6.1. Modèle conceptuel des communications (MCC)
Pour (MUHINDO MASIVI & MUMBERE MUYISA, 2014), Le modèle conceptuel de
communication représente les échanges des messages entre intervenant.
Figure 2 : Le modèle conceptuel de communication
Légende :
1. Formulaire d’inscription et dossier de l’étudiant
2. liste des inscrits
3. Des questions d’évaluations journalières
4. Les copies d’évaluations journalières répondues
5. des copies d’évaluations journalières corrigées
6. la fiche des cotes
7. les questions d’examens
8. les copies d’examens
9. copies d’examens répondues
10. copies d’examens répondues et codées
11. copies d’examens corrigées et la fiche des cotes
12. la grille de délibération
13. le PV de délibération non trié
14. la liste d’étudiants solvables
15. le PV de délibération trié par le critère de solvabilité
16. les recours des étudiants
17. le rapport du jury.
7a
7b
11+6
2
17
16
15
10
Apparitorat Admin. de
Budget
Section académiqueEnseignant
Bureau du jury Jury élargi
Etudiant
1
3 4
5
6
8
9
12
13
14
2
45
II.4.6.2. matrice des flux
Tableau XII : Matrice des flux
Etudiant Enseignant Appariteur Bureau de jury Jury élargi
Admin. de
Budget
Section
académique
Etudiant
Copies d’évaluations
journalières
répondues.
formulaire
d’inscription et
dossier.
copies d’examens
répondues, la lettre
de recours.
Appariteur
la Liste des étudiants
inscrit.
la Liste des
étudiants inscrit.
Enseignant
Les questions d’évaluations
journalières, copies
d’évaluations journalières
corrigées.
la fiche des cotes,
les copies codées et
corrigées.
les questions
d’examens.
Bureau de
jury
Copies d’examens, PV de
délibération trié par le
critère de solvabilité.
Copies d’examens
répondues et codées.
la grille de
délibération.
le rapport du
jury.
Jury élargi
le PV de
délibération non
trié.
Admin. de
Budget
la liste d’étudiants
solvables.
Section
Académique
les questions
d’examens.
Commentaires : ce tableau reprend les échanges des messages entre les intervenants. Les intervenants à gauche sont des émetteurs et ceux à haut
des récepteurs.
Source : Notre conception selon la méthode MERISE
46
II.4.7. Diagnostics et critique de l’existant
Cette phase consiste à dégager les besoins réels à satisfaire à partir des fonctionnements
constatés.
II.4.7.1. Aspects positifs
- Au sein du bureau du jury existe un ordinateur équipé du système d’exploitation
Windows7 et des logiciels de bureau (Ms Office) ;
- Bien que plus des opérations se fassent manuellement, l’ISC gère les cotes des étudiants
semi automatiquement dans un classeur Excel ;
- Le Bureau de jury dispose des agents bien former en informatique qui utilisent mieux que
possible les outils informatiques notamment l’ordinateur et qui s’adapte facilement aux
vogues informatiques.
II.4.7.2. Aspects négatifs
Départ nos analyses, nous avons constaté que le système de gestions des cotes des
étudiants que le jury de l’ISC utilise n’est pas approprié pour des raisons que voici :
- La lenteur dans le traitement des informations à rapport avec les cotes qui cause une
difficulté aux décideurs de prendre une décision en temps opportun vue que les données
trainent au niveau du jury.
- En ajout, à part la lenteur dans le traitement des informations, plusieurs documents se font
manuellement qui entrainent peu de fiabilité dans les résultats ;
- Lors des inscriptions des nouveaux étudiants, il y a surcharge de l’apparitorat ;
Partant des aspects négatifs que nous avons constatés au sein du bureau du jury de
l’ISC/Beni, il est important d’en proposer des solutions car s’en ne sert en rien de critiquer sans
proposer des solutions.
II.4.8. Proposition des solutions
47
II.4.8.1. Solutions organisationnelles
D’une manière organisationnelle, il serait évident au bureau de jury de faire une
centralisation des cotes après chaque fin d’enseignement des cours, d’où après la fin d’un cours
demander à l’enseignant de remettre les cotes des travaux journalières (travaux pratiques, travaux
demandés et interrogations) pour permettre une centralisation des cotes fréquemment et qui ne
causerait pas une lourde charge à la fin du semestre lors de l’encodage des cotes.
II.4.8.2. Solutions Informatiques
Pour pallier à la lenteur dans le traitement des cotes, la production manuelles des
documents à rapport avec les cotes et pour faciliter les décideurs de prendre en temps opportun les
décisions, nous mettrons en place un système de gestion informatisé qui permettra de conserver les
données et les produire en temps voulu. Ce système informatisé permettra d’avoir une fiabilité sur
le résultat du jury car tous les calculs à rapport avec les cotes se feront automatiquement, en plus
une saisie tout au long du parcourt académique, d’où pas des redondances.
CONCLUSION PARTIELLE
Deux points saillant ont occupé notre chapitre dont : la présentation du milieu d’étude et
les études préalables. Dans le premier point, nous avons parlé du bref historique de l’institut
supérieur de commerce de Beni qui a été notre champ d’investigation et dans le deuxième point,
nous avons étudié le système d’information utilisé par ce dernier où nous avons chuté par leur
proposer quelques solutions tant organisationnelle qu’informatique pour l’amélioration de ce
dernier.
48
CHAPITRE III : CONCEPTION DU NOUVEAU SYSTEME
Dans ce chapitre, nous nous occuperons de concevoir un nouveau système basé sur nos
propositions organisationnelles et informatique et suivant la méthode d’étude et de réalisation
informatique pour les systèmes d’entreprises.
III.1. Modélisation des données
III.1.1. règles de gestion des données
- Un étudiant est identifié par un numéro matricule et a un nom, un post-nom, un prénom,
une date de naissance, un sexe, l’état civil, la nationalité et un numéro de téléphone;
- Une année est identifié par un code et a une description ;
- Une promotion est identifiée par un code et a une description ;
- Une option est identifiée par un code et a une description ;
- Au début de l’année et à une date précise, un étudiant s’inscrit dans une promotion et une
option;
- Une option appartient à une section ;
- Une section est identifié par un code et a une description ;
- Un cours est identifié par un sigle et a un nom, le nombre d’heures, le nombre des crédits;
- Au début de l’année un cours est attribué à un enseignant qui est identifié par un numéro et
qui a un nom, un post-nom, une adresse et un numéro de téléphone.
- Une session est identifié par un code et a une description ;
- Au cours d’une session de l’année, l’étudiant est examiné en fonction des cours étudiés
pendant le semestre et on précise la cote obtenue aux travaux pratiques, interrogations et
examens.
- Pour chaque année, les étudiants finalistes passent le stage et élabore des travaux de fins
de cycle ou mémoire auxquels ils passent en défense ou ramassent et obtiennent des cotes
pour chacun d’eux (cote en stage, cote en TFC si on est en graduat et cote en mémoire pour
ceux de licence).
III.1.2. Le dictionnaire des données
Le dictionnaire des données est une mise en forme cohérente de l’ensemble des données
de l’organisation dans le ou les domaines de gestion étudiés. C’est la liste précise de chacune des
données manipulées, représentée par une mnémonique (un identificateur) et une définition précise
49
de la donnée reconnue par tous au sein de l’organisation. (MUHINDO MASIVI & MUMBERE
MUYISA, 2014, p. 36)
Tableau XIII : le dictionnaire des données
Numéros Mnémoniques Désignations Types
01 MatrEt Numéro matricule de l’étudiant Texte
02 NomEt Nom de l’étudiant Texte
03 PostnomEt Post-nom de l’étudiant Texte
04 PrenEt Prénom de l’étudiant Texte
05 DatenaissEt Date de naissance de l’étudiant Texte
06 SexeEt Sexe de l’étudiant Texte
07 EtCivilEt Etat civil de l’étudiant Texte
08 NationaliteEt Nationalité de l’étudiant texte
09 TelEt Numéro de téléphone de l’étudiant texte
10 Codeannee Code de l’année Texte
11 Descrannee Description de l’année Texte
12 Codeprom Code de la promotion Texte
13 Descrprom Description de la promotion Texte
14 Codeoption Code de l’option Texte
15 Descroption Description de l’option Texte
16 Codesection Code de la section Texte
17 Descrsection Description de la section Texte
18 Siglecours Sigle du cours Texte
19 Nomcours Nom du cours Texte
20 Nbheurecours Nombre d’heures du cours Numérique
21 Nbcreditcours Nombre des crédits du cours numérique
22 Semcours Semestre du cours Mémorisé
23 Numenseign Numéro de l’enseignant Auto Incrémente
24 Nomenseign Nom de l’enseignant Texte
25 Postnomenseign Post-nom de l’enseignant Texte
26 Adrenseign Adresse de l’enseignant Texte
27 Telenseign Numéro de téléphone de l’enseignant Texte
28 Codesession Code de la session Texte
29 Descrsession Description de la session Texte
30 Cotetp Cote du travail pratique numérique
31 Coteinterro Cote de l’interrogation Numérique
32 Coteexam Cote de l’examen Numérique
33 Cotestage Cote en stage Numérique
34 Cotetfc Cote en TFC Numérique
35 Cotememo Cote en mémoire Numérique
Commentaires : ce tableau rassemble la liste des données utilisé par le jury à ce qui concerne la
gestion des cotes.
50
III.1.3. le graphe des dépendances fonctionnelles
La notion des dépendances fonctionnelles est un outil au service de la réflexion. Elle
contribue au regroupement des données par « affinités », ce qui favorise les traitements. Il y a
dépendance fonctionnelle entre une donnée S et une donnée B si, connaissant une valeur de S, on
en déduit au plus une valeur de B. S est la source de la dépendance et B en est son but. (Jacques
Sornet, 2007, p. 12)
Figure 3 : le graphe des dépendances fonctionnelles
III.1.4. le Modèle conceptuel des données (MCD)
Le modèle entités/associations (MEA) ou schéma entités/associations est souvent nommé
de façon abusive modèle conceptuel des données qui est en effet une étape de la méthode
d’analyse des systèmes d’information MERISE. (MUHINDO MASIVI & MUMBERE MUYISA,
2014, p. 53)
MatrEt
NomEt
PostnomEt
prenEt
DatenaissEt
SexeEt
EtCivilEt
NationaliteEt
TelEt
Codeannee
Descrannee
Codeoption
Descroption
Codeprom
Descrprom
Codesection
Descrsection
Siglecours
Nomcours
Nbheurecours
Nbcreditcours
Semcours
Numenseign
Nomenseign
Postnomenseign
Adrenseign
Telenseign
Codesession
Descrsession
Cotetp, coteinterro,
coteexam
Cotestage,
Cotetfc ou
Cotememo
51
Figure 4 : Le modèle entité association
Source : Notre conception en JMERISE 0.4
III.1.5. Le modèle logique des données
Le modèle logique de données (MLD) décrit les structures de données indépendamment
de la gestion physique des bases de données. Il est une étape intermédiaire, intellectuellement très
satisfaisante, vers le modèle physique de données. (MUHINDO MASIVI & MUMBERE
MUYISA, 2014, p. 81)
Figure 5 : le modèle logique des données
Source : Notre conception en JMERISE 0.4
52
III.1.6. Modèle physique des données (MPD)
Pour (GRUAU Cyril, 2006, p. 27) Un modèle physique des données est l’implémentation
particulière du modèle logique de données par un logiciel. Alors Pour (MUHINDO MASIVI &
MUMBERE MUYISA, 2014, p. 92), Le modèle physique de données est un modèle de la base de
données. On implante le système d’informations à partir d’un logiciel appelé Système de Gestion
de Bases de Données (S.G.B.D.). Le système d’informations devient alors une Base de Données.
Figure 6 : Le Modèle Physique des données
Source : SQL server
53
III.2. Modélisation des traitements
Le traitement représente les diverses manipulations qu’on peut faire subir aux données
afin d’obtenir le résultat attendu. Qu’ils soient manuels ou automatiques, les traitements sont
constitués d’opérations déclenchées par l’arrivée des événements. (MUHINDO MASIVI &
MUMBERE MUYISA, 2014, p. 64)
III.2.1. Règles de gestion des traitements
- A l’arrivé de l’étudiant, il rédige un formulaire d’inscription et doit fournir les éléments du
dossier. L’étudiant sera inscrit et on produit à la fin une liste des étudiants inscrits ;
- En fournissant à l’enseignant la liste des étudiants inscrits, il enseigne son cours, évalue
journalièrement les étudiants et élabore une fiche de cotes journalière ;
- lors de la session, les étudiants sont évaluer par le jury en leurs fournissant les copies
d’examens codées et les questions d’examens ;
- Après évaluation, le jury procède au codage des copies et les envoient auprès de
l’enseignant pour correction ;
- Après correction, les copies sont renvoyées auprès du jury pour le décodage et la
production des fiches des cotes d’examens mais aussi les fiches des cotes journalières sont
aussi renvoyées et à la fin on produit les grilles de délibération;
- Les grilles des délibérations sont envoyées auprès du jury élargi pour procédé à la
délibération et afin de produire les PV des délibérations ;
- A cette période, avant de publié le résultat le bureau Administration et finance envoi la
liste des étudiants solvables au bureau du jury ;
- Après publication des résultats, les étudiants peuvent rédiger les lettres des recours s’ils ne
sont pas satisfaits de leurs résultats. Le recours peut être fondé ou non. Si le recours n’est
pas fondé, l’étudiant est informé de cela si non le jury procède à la délibération de ces
recours.
- Après la production des PV, le jury par le biais du secrétaire doit élaborer un rapport qu’il
envoi auprès du secrétaire académique pour la production des relevés des matières et des
notes, les attestations des cotes,…
III.2.2. Le modèle conceptuel de traitement
Le Modèle conceptuel des traitements (MCT) est une représentation, sous forme
schématique, de phénomènes de réactions du type : Evènement déclenchant -> Transformation
Binkis kisavaviri travail_propre_2017
Binkis kisavaviri travail_propre_2017
Binkis kisavaviri travail_propre_2017
Binkis kisavaviri travail_propre_2017
Binkis kisavaviri travail_propre_2017
Binkis kisavaviri travail_propre_2017
Binkis kisavaviri travail_propre_2017
Binkis kisavaviri travail_propre_2017
Binkis kisavaviri travail_propre_2017
Binkis kisavaviri travail_propre_2017
Binkis kisavaviri travail_propre_2017
Binkis kisavaviri travail_propre_2017
Binkis kisavaviri travail_propre_2017
Binkis kisavaviri travail_propre_2017
Binkis kisavaviri travail_propre_2017
Binkis kisavaviri travail_propre_2017
Binkis kisavaviri travail_propre_2017
Binkis kisavaviri travail_propre_2017
Binkis kisavaviri travail_propre_2017
Binkis kisavaviri travail_propre_2017

Contenu connexe

Similaire à Binkis kisavaviri travail_propre_2017

L'incompétence digitale, perte de productivité pour les salariés et coûts cac...
L'incompétence digitale, perte de productivité pour les salariés et coûts cac...L'incompétence digitale, perte de productivité pour les salariés et coûts cac...
L'incompétence digitale, perte de productivité pour les salariés et coûts cac...Frédéric GASNIER
 
Rapport stage académique redigé par Michel TANGA
Rapport stage académique redigé par Michel TANGARapport stage académique redigé par Michel TANGA
Rapport stage académique redigé par Michel TANGAmicheltanga
 
Capitalisation d'expériences pour l'indexation et la recherche d'information ...
Capitalisation d'expériences pour l'indexation et la recherche d'information ...Capitalisation d'expériences pour l'indexation et la recherche d'information ...
Capitalisation d'expériences pour l'indexation et la recherche d'information ...espenel
 
Lutte Contre Illetrisme Cleo Bouguenais
Lutte Contre Illetrisme Cleo BouguenaisLutte Contre Illetrisme Cleo Bouguenais
Lutte Contre Illetrisme Cleo BouguenaisCybercentre Bouguenais
 
Café Numérique sur la Fracture Numérique 12.05.2010
Café Numérique sur la Fracture Numérique 12.05.2010Café Numérique sur la Fracture Numérique 12.05.2010
Café Numérique sur la Fracture Numérique 12.05.2010Zoltán Jánosi
 
Afterwork de la recherche : structuration de la recherche sur les usages et l...
Afterwork de la recherche : structuration de la recherche sur les usages et l...Afterwork de la recherche : structuration de la recherche sur les usages et l...
Afterwork de la recherche : structuration de la recherche sur les usages et l...La French Tech Rennes St Malo
 
Effets du système de management de la sécurité de l'information sur la perfor...
Effets du système de management de la sécurité de l'information sur la perfor...Effets du système de management de la sécurité de l'information sur la perfor...
Effets du système de management de la sécurité de l'information sur la perfor...Harold NGUEGANG
 
Pratic OC csss-mtl-conference16avril2015-vfinale
Pratic OC csss-mtl-conference16avril2015-vfinalePratic OC csss-mtl-conference16avril2015-vfinale
Pratic OC csss-mtl-conference16avril2015-vfinaleS. Jochems UQAM
 
Présentation mémoire
Présentation mémoirePrésentation mémoire
Présentation mémoirecleversiri
 
Le Nouvel Obs - Écoles du web
Le Nouvel Obs - Écoles du webLe Nouvel Obs - Écoles du web
Le Nouvel Obs - Écoles du webHETIC
 
Conf CGE / Community Management
Conf CGE / Community ManagementConf CGE / Community Management
Conf CGE / Community ManagementDelamarre
 
La mobilité au service du terrain social : Les structures d’accueil de jour
La mobilité au service du terrain social : Les structures d’accueil de jourLa mobilité au service du terrain social : Les structures d’accueil de jour
La mobilité au service du terrain social : Les structures d’accueil de jourDidier Waldmeyer
 
Rapport de projet Odoo - gestion de projet et gestion de ressources humaines
Rapport de projet Odoo - gestion de projet et gestion de ressources humainesRapport de projet Odoo - gestion de projet et gestion de ressources humaines
Rapport de projet Odoo - gestion de projet et gestion de ressources humainesAyoub Ayyoub
 
Rapport de stage pfe odoo 8
Rapport de stage pfe odoo 8 Rapport de stage pfe odoo 8
Rapport de stage pfe odoo 8 ayoub damir
 
Rapport de projet odoo
Rapport de projet odooRapport de projet odoo
Rapport de projet odooayoub damir
 
Les Entreprises Souvrent Aux Outils LabelliséS « Web 2.0 » 2000
Les Entreprises Souvrent Aux Outils LabelliséS « Web 2.0 » 2000Les Entreprises Souvrent Aux Outils LabelliséS « Web 2.0 » 2000
Les Entreprises Souvrent Aux Outils LabelliséS « Web 2.0 » 2000Formationcsc
 
E reputation these doctorat Camille Alloing
E reputation these doctorat Camille AlloingE reputation these doctorat Camille Alloing
E reputation these doctorat Camille AlloingAmel Miaoulis
 
Programme - Salon Idemm 2015
Programme - Salon Idemm 2015Programme - Salon Idemm 2015
Programme - Salon Idemm 2015Salon-Idemm
 

Similaire à Binkis kisavaviri travail_propre_2017 (20)

L'incompétence digitale, perte de productivité pour les salariés et coûts cac...
L'incompétence digitale, perte de productivité pour les salariés et coûts cac...L'incompétence digitale, perte de productivité pour les salariés et coûts cac...
L'incompétence digitale, perte de productivité pour les salariés et coûts cac...
 
Rapport stage académique redigé par Michel TANGA
Rapport stage académique redigé par Michel TANGARapport stage académique redigé par Michel TANGA
Rapport stage académique redigé par Michel TANGA
 
Capitalisation d'expériences pour l'indexation et la recherche d'information ...
Capitalisation d'expériences pour l'indexation et la recherche d'information ...Capitalisation d'expériences pour l'indexation et la recherche d'information ...
Capitalisation d'expériences pour l'indexation et la recherche d'information ...
 
Lutte Contre Illetrisme Cleo Bouguenais
Lutte Contre Illetrisme Cleo BouguenaisLutte Contre Illetrisme Cleo Bouguenais
Lutte Contre Illetrisme Cleo Bouguenais
 
Café Numérique sur la Fracture Numérique 12.05.2010
Café Numérique sur la Fracture Numérique 12.05.2010Café Numérique sur la Fracture Numérique 12.05.2010
Café Numérique sur la Fracture Numérique 12.05.2010
 
Afterwork de la recherche : structuration de la recherche sur les usages et l...
Afterwork de la recherche : structuration de la recherche sur les usages et l...Afterwork de la recherche : structuration de la recherche sur les usages et l...
Afterwork de la recherche : structuration de la recherche sur les usages et l...
 
Effets du système de management de la sécurité de l'information sur la perfor...
Effets du système de management de la sécurité de l'information sur la perfor...Effets du système de management de la sécurité de l'information sur la perfor...
Effets du système de management de la sécurité de l'information sur la perfor...
 
Pratic OC csss-mtl-conference16avril2015-vfinale
Pratic OC csss-mtl-conference16avril2015-vfinalePratic OC csss-mtl-conference16avril2015-vfinale
Pratic OC csss-mtl-conference16avril2015-vfinale
 
Audit des systemes d'information
Audit des systemes d'informationAudit des systemes d'information
Audit des systemes d'information
 
Numérique et emploi : quel Bilan ?
Numérique et emploi : quel Bilan ?Numérique et emploi : quel Bilan ?
Numérique et emploi : quel Bilan ?
 
Présentation mémoire
Présentation mémoirePrésentation mémoire
Présentation mémoire
 
Le Nouvel Obs - Écoles du web
Le Nouvel Obs - Écoles du webLe Nouvel Obs - Écoles du web
Le Nouvel Obs - Écoles du web
 
Conf CGE / Community Management
Conf CGE / Community ManagementConf CGE / Community Management
Conf CGE / Community Management
 
La mobilité au service du terrain social : Les structures d’accueil de jour
La mobilité au service du terrain social : Les structures d’accueil de jourLa mobilité au service du terrain social : Les structures d’accueil de jour
La mobilité au service du terrain social : Les structures d’accueil de jour
 
Rapport de projet Odoo - gestion de projet et gestion de ressources humaines
Rapport de projet Odoo - gestion de projet et gestion de ressources humainesRapport de projet Odoo - gestion de projet et gestion de ressources humaines
Rapport de projet Odoo - gestion de projet et gestion de ressources humaines
 
Rapport de stage pfe odoo 8
Rapport de stage pfe odoo 8 Rapport de stage pfe odoo 8
Rapport de stage pfe odoo 8
 
Rapport de projet odoo
Rapport de projet odooRapport de projet odoo
Rapport de projet odoo
 
Les Entreprises Souvrent Aux Outils LabelliséS « Web 2.0 » 2000
Les Entreprises Souvrent Aux Outils LabelliséS « Web 2.0 » 2000Les Entreprises Souvrent Aux Outils LabelliséS « Web 2.0 » 2000
Les Entreprises Souvrent Aux Outils LabelliséS « Web 2.0 » 2000
 
E reputation these doctorat Camille Alloing
E reputation these doctorat Camille AlloingE reputation these doctorat Camille Alloing
E reputation these doctorat Camille Alloing
 
Programme - Salon Idemm 2015
Programme - Salon Idemm 2015Programme - Salon Idemm 2015
Programme - Salon Idemm 2015
 

Binkis kisavaviri travail_propre_2017

  • 1. i ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET UNIVERSITAIRE (E.S.U.) INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE I.S.C./BENI E-mail : iscbeni@yahoo.fr & iscbeni@gmail.com Par PALUKU KISAVAVIRI BARNABAS TTrraavvaaiill ddee ffiinn ddee ccyyccllee pprréésseennttéé eett ssoouutteennuu eenn vvuuee ddee ll’’oobbtteennttiioonn dduu DDiippllôômmee ddee ggrraadduuaatt eenn GGeessttiioonn IInnffoorrmmaattiiqquuee OOppttiioonn :: GGeessttiioonn IInnffoorrmmaattiiqquuee DDiirreecctteeuurr :: AAss.. MMUUMMBBEERREE SSIIHHIINNGGIIRRWWAA CClloovviiss Encadreur :: AAss.. KKAAMMBBAALLEE VVUUTTSSUUMMBBIIRREE ANNEE ACADEMIQUE 2016 – 2017 Gestion automatisée des cotes au sein d’une institution d’enseignement supérieur et universitaire Cas de l’ISC-Beni.
  • 2. ii EPIGRAPHE « Il est assez difficile de trouver une erreur dans son code quand on la cherche. C’est encore bien plus dur quand on est convaincu que le code est juste» « La théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne » (BONYOMA LOKOLO Adolphe, 2013-2014)
  • 3. iii A mon père MBANZA KISAVAVIRI, A ma mère ANTOINETTE OKAMANO, A mes frères et sœurs : LAEL KISAVAVIRI, ESAIE HENEOKA, JOHN KISAVAVIRI, PELERINE MUHEMBE, A mes oncles, tantes et mères, A toutes ma famille, Je dédie ce travail.
  • 4. iv REMERCIEMENTS A Dieu le créateur pour sa protection et sa grâce qu’il a manifesté pendant notre parcours académique; Aux autorités académiques de L’ISC Beni : Monsieur le Directeur Général, Prof. NDAVARO, monsieur le secrétaire Général Académique CT. Bernard KAMBERE MUHIWA, monsieur le secrétaire Général Administratif CT Timothée KAMBALE MALUMALU, toutes les autorités décanales et tous les enseignants de L’ISC Beni : Adolphe BONYOMA, Quatyrquois VUTSUMBIRE, SIHINGIRWA Clovis,… A nos parents Joseph BANZA KISAVAVIRI et Antoinette OSANI-URI OKAMANO pour leur soutien financier, moral et spirituel, ainsi que nos frères et sœurs Rachel STAMILI KISAVAVIRI, MOWA HENEOKA Esaïe, Pèlerine MAPENDO MUHEMBE, John KISAVAVIRI Henette, John Bardeen KAMATHE ; A Toute Notre famille : MUVAWA Jean Baptiste, MAMBO BILAZIAKA, EVA,… A monsieur le chef du laboratoire informatique de L’ISC-Beni : MAKI TSUDI et ses compagnons, A tous Nos cousins et cousines : Joël mambo, Samuel mambo, Abrahamson Jonathan, Anne mambo, Elipheleth Mali’h, Michée Mambo, Yochebed Mambo, Esther Mambo, Adelard MACHOZI, Dorcas KAMATHE, Dorcas MAMBO, Medianne MAMBO, ZAYANA, Jacques MUHONGO, Fabrice NZANZU… A tous Nos camarades : KAMBALE KASYANI, Buhari MASUDI, Jeannot ESIMO, Patience SINAMULI, Mery KINYWAKIVUYA, MANZA, TCHIKALA, MBUGHA, KOMBO, VUNGINGA, MAVOKO, VISERE, BWANASURA, Roberte MATAMBO, NZUNANGA, Esther BALAGA, KIRIVWA, PILIPILI, Clever, COMMANDO , Clémence MALEMO, KAMATHE, SIBENDIRE Tony, MUKIRANIA, KIMATHE, LYABUTA, Trésor MWIMBI… A tous ceux qui nous ont aidé matériellement, Financièrement, Moralement, spirituellement et tous ceux dont les noms n’ont pas été cités trouvent ici l’expression de notre gratitude. PALUKU KISAVAVIRI Barnabas
  • 5. v SIGLES ET ABREVIATIONS AGL : Atelier de Génie Logiciel Art. : Article ESU : Enseignement Supérieur et Universitaire ISC : Institut Supérieur de Commerce ISSCM : Institut Supérieur Sainte-Croix de Mulo MCC : Modèle Conceptuel de Communication MCD : Modèle Conceptuel des Données MCT : Modèle Conceptuel de Traitement MERISE : Méthode d’étude et de Réalisation Informatique pour les Systèmes d’entreprises MINESU : Ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire MLD : Modèle Logique des Données MOpT : Modèle Opérationnelle de Traitement MOT : Modèle Organisationnel de Traitement MPD : Modèle Physique des Données Ms : Microsoft NTI : Nouvelle technologie de l’information NTIC : Nouvelle technologie de l’information et de la communication PV : Procès-Verbal RDC : République Démocratique du Congo SGBD : Système de Gestion des Bases des Données SI : Système Informatique SQL : Structured Query Language TIC : Technologie de l’Information et de la Communication UNAZA : Université Nationale du Zaïre
  • 6. vi Résumé L’information est un élément plus important pour une entreprise, elle mérite une très grande attention et une disponibilité congruente. Dans nos investigations, nous avons cherché comment mettre à la disposition des décideurs dans les institutions supérieurs et universitaires les cotes pour faciliter leurs gestions. Nous avons utilisé les méthodes appliquées et formaliser le système par la méthode d’étude et de réalisation informatique pour les systèmes d’entreprises, les techniques algorithmiques, d’interview et d’observations directes. Par résultat, nous sommes aboutis à la conception d’un modèle de gestion automatisée des cotes au sein de l’ISC-Beni. Ainsi, ceci sera un modèle pour toute institution d’enseignement supérieur et universitaire qui le trouvera impeccable. Abstract Information is a more important element for a company, it deserves a very great attention and a congruent availability. In our investigations, we sought to make available to decision-makers in higher and university institutions the ratings to facilitate their management. We used the applied methods and formalized the system by the method of study and computerization for business systems, algorithmic techniques, interviews and direct observations. As a result, we have developed an automated rating model within ISC-Beni. Thus, this will be a model for any institution of higher education and university that will find it impeccable.
  • 7. 1 INTRODUCTION 1. Problématique et état de la question La gestion automatisée est devenu un des moyens les plus appropriés pour gérer les informations ou données dans plusieurs entreprises. Pour (KATYA MUHAMBYA, 2014, p. 1), l’informatique est devenue presque un monde à part avec ses vocabulaires. Un monde à part, certes, mais un monde qui a également pris des ailes avec le temps, personne ne peut se passer de son utilisation. C’est ainsi que (Michel Robert Di scala, 2004, p. 14) défini l’informatique comme la science de traitement, notamment par des machines automatiques, de l’information dans les domaines scientifiques, techniques, économiques et sociaux. Selon (Armand Dayan et alii, 2004, p. 962), l’information est une ressource qui mérite d’être utilisée avec précaution et à plusieurs fins en tant que : instrument de support et de coordination des processus de gestion, instrument de communication dans l’entreprise, support de connaissance des individus et instrument de liaison avec l’environnement de l’entreprise. Les systèmes d’informations occupent une place de plus en plus importante dans l’entreprise. L’information est en effet une ressource stratégique utilisée dans tous les processus de décision : valeur financière, savoir-faire industriel, commercial, marketing ou financier, pilotage stratégique ou opérationnel. Les moyens informatiques qui gèrent cette information permettent à l’entreprise d’améliorer sa compétitivité mais ils posent en parallèle le problème du maintien de la disponibilité, de l’intégrité, de la preuve et de la confidentialité des données échangées. (VALEE FREDERICK, 2005, p. 5) Pour (KAZENGE CIZUNGU, p. 179), malgré l’évolution de l’outil informatique, nous trouvons toujours des pays et des entreprises qui continuent à pratiquer le système de gestion manuelle des données qui ne permettent pas d’accroitre leurs activités ainsi que leurs rendements favorablement. C’est pourquoi, plus de temps consacré à la production manuelle des documents serait un manque à gagner pour les entreprises alors qu’il est possible de le faire à un laps de temps et gagner davantage ou augmenter de plus son rendement en intégrant à son système d’information les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC).
  • 8. 2 En République Démocratique du Congo et particulièrement en ville de Beni, certaines entreprises demeurent dans le système manuel pourtant qu’ils ont des moyens pour y sortir et augmenter leurs productivités. Cependant, la connaissance de l’outil informatique (ordinateur) étant efficace pour le traitement de l’information; le chercheur devra s’en servir pour apporter un plus à sa société. Ce travail ne sera pas le premier à abordé ce sujet, certes qu’il y a des prédécesseurs. De ceux-là, nous citons : (KIZITO Albercus, 2006-2007, p. 70) Dans son travail intitulé : « suivi automatisée du cursus académique des étudiants de l’institut supérieur Sainte-Croix de Mulo ». Il s’est préoccupé du problème de la lenteur, la lourdeur et des erreurs fréquentes dans le traitement des données relatives au cursus des étudiants au sein du secrétariat académique de l’institut Sainte – Croix de Mulo. Ainsi, pour orienter sa recherche il est parti des questions suivantes :  L’actuel système d’information de gestion du cursus académique des étudiants à l’I.S.S.C.-M est-il suffisant en vue de répondre aux attentes de cette institution, à savoir la prise de décision à temps opportun ?  La lenteur, la perte des données, les erreurs continuelles dans leur traitement sont- elles directement liées au traitement manuel ou mécanique des données relatives au cursus académique des étudiants ?  Face à cette situation et considérant la configuration actuelle de l’institution, quel modèle de formalisation du système de traitement automatique de l’information pouvons- nous proposer à l’I.S.S.C.-M pour une gestion efficace et efficiente du cursus académique des étudiants ? Il a proposé la mise en place d’un service qui s’occupera uniquement du suivi du cursus des étudiants, pour lequel il a conçu une base de données, qui a permis la production automatique des états (listes des étudiants, relevés semestriels et annuels, palmarès annuels, fiches de scolarité) qui, auparavant, se faisait manuellement. En effet cela a ainsi confirmé toutes ses hypothèses. Dans le même chemin, nous avons lu le travail De (MUSAIDI KIZUNGU, 2014-2015, p. 66) de l’institut supérieur de commerce de Beni intitulé : « Conception d’une application de gestion des cotes des étudiants dans une institution d’enseignement supérieur et universitaire : cas de l’ISC - Beni».
  • 9. 3 Sa problématique était structurée sur 2 questions :  Pourquoi le traitement manuel des cotes des étudiants dans les institutions supérieurs et universitaires ?  Quelle est la stratégie à prendre pour que l’institut supérieur de commerce de Beni évite la lourdeur dans l’exécution des tâches, la lenteur, les erreurs continuelles dans le traitement, la perte des données et le retard dans le calcul des côtes des étudiants ? Pour ces questions il a proposé et réaliser une base des données de gestion automatisé des cotes laquelle produisaient automatiquement le relevé des cotes de l’étudiant. Ensuite cela a confirmé toutes ses hypothèses. Ses travaux antérieurs n’ont pas abordé des points qui s’avèrent très important et d’une manière concrète n’ont pas été à mesure de résulter une liste d’état important dont en titre d’exemple : les grilles des points. Par contre, dans le même but de recherche, nous intégrerons ces points dans notre recherche pour pallier aux problèmes que continuent à avoir les institutions de l’ESU, notamment l’ISC/Beni face à la sortie de ses rapports qui se font manuellement et causent des retards au jury. La direction des systèmes d’information est une question qui traverse des stratégies d’entreprise et l’innovation des systèmes d’information peut rendre les petites entreprises aussi concurrentielles que les grandes, et il est vu à la loi comme un accélérateur de productivité et comme un vecteur de changement. (BOHNKE SABINE, 2010, p. 1) Pour (Armand Dayan et alii, 2004, p. 959), les Systèmes d’Informations (S.I) sont présents dans les entreprises depuis de nombreuses décennies. D’abord sous forme du papier puis sous forme électronique ; ils prennent chaque jour une place plus grande, d’une part à cause du renforcement de la concurrence sur le marché et de la masse d’informations à gérer et d’autre part, grâce aux développements constants des Nouvelles Technologies de l’Information (N.T.I.) qui apporte des solutions toujours pertinentes. Alors étant préoccupé par des Institutions de l’enseignement supérieur et universitaire notamment L’institut Supérieur de Commerce de Beni, nous avons constaté que le système manuel utilisé ne permet pas la maximisation du temps étant donné que l’information est la matière première dans l’enseignement. Du jour le jour, elle augmente et entraine la lenteur dans le traitement des cotes, des erreurs continuelles et parfois la perte des données (des cotes) vu la
  • 10. 4 mauvaise conservation sur des supports papiers, registres,... qui ne sont pas adaptés et qui sont difficiles à conserver vu l’environnement de cette dernière. Ainsi voulant améliorer ce système, cette question mérite d’être posée pour orienter nos investigations :  De quelle manière peut-on aider le bureau de jury pour mieux gérer les cotes des étudiants au sein de l’institution supérieur et universitaire de l’ESU, notamment l’ISC-Beni ? 2. Formulation de l’hypothèse  Il se pourrait que la mise en place d’un système d’information Informatisé aiderait le bureau de jury de mieux gérer les cotes des étudiants au sein de l’institution supérieur et universitaire de l’ESU, notamment l’ISC Beni. 3. Justification du choix du sujet et intérêt du travail Cependant, plusieurs peuvent se demander pourquoi la recherche sur les institutions de l’enseignement supérieur et universitaire. En effet, vue les retards dans la sortie des données (documents) et la prise de décision à rapport avec les cotes des étudiants notamment à L’ISC- Beni, nous avons vu bon effectuer une recherche sur ce point et proposer une solution. En plus la gestion manuelle étant un problème dans les entreprises (sociétés) et organisations. Les institutions de l’enseignement supérieur et universitaire verront l’importance d’avoir un système d’information utilisant les nouvelles technologies de l’information et de la communication grâce à la recherche que nous entreprenons. En fin, L’institut supérieur de commerce de Beni étant une des institutions de l’ESU et auquel nous nous intéressons à particulier aura comme intérêt la formalisation de son système et l’adaptation au rythme de la technologie de l’information et de la communication (TIC) actuelle en obtenant en temps réel les informations sur les cotes des étudiants. 4. But et objectif de la recherche L’objectif général de notre travail est de montrer aux gestionnaires des institutions de L’ESU qu’il est possible d’avoir des informations sur les cotes des étudiants au temps opportun et les conserver plus longtemps malgré l’insuffisance des moyens dans notre pays.
  • 11. 5 D’une manière spécifique, nous allons mettre à la portée du bureau du jury de l’ISC-Beni un système d’information automatique de gestion des cotes des étudiants qui évitera la lenteur au sein de l’actuel système d’information en produisant en temps réel les documents nécessaires aux cotes tels que : les relevés des matières et des cotes, les grilles des points, mais aussi évitera la perte des données et permettra une conservation fiable des informations à rapport avec les cotes des étudiants. 5. Structure du travail A part l’introduction et la conclusion, notre travail est axé par trois chapitres dont : Le premier est consacré à l’approche théorique : dans cette partie nous avons montré les travaux qui ont précédés notre recherche en montrant les théories des auteurs qui expliquent notre phénomène. Le deuxième concerne le cadre méthodologique et présentation du milieu d’étude : cette partie est consacrée à la présentation des méthodes que nous avons utilisées pour parvenir au but de notre recherche dont principalement la méthodologie appliquée où nous avons formalisé l’existant par la méthode d’étude et de réalisation informatique pour les systèmes d’entreprises (MERISE) et en suite présenter le milieu d’étude. Le troisième traite de la conception du système d’information futur : cette partie est consacrée à la conception du nouveau système d’information conformément aux objectifs que nous nous sommes fixés et suivant toutes les étapes possibles de la MERISE partant des règles de gestion des données à la présentation de l’application.
  • 12. 6 Chapitre I : Approche Théorique Ce chapitre nous situe face aux chercheurs antérieurs dans le but de montrer l’originalité soit l’unicité de notre travail et nous permet d’explicité les concepts qui regorgent notre sujet dans le but d’en faciliter la compréhension. I.1. Revue de la littérature (ESTHER MUSIKE, 2011 - 2012, p. 34) Dans son travail intitulé : « Modélisation et mise en place d’un logiciel de la gestion de cotes des apprenants dans un centre de formation professionnelle : cas du centre Uhai Kikyo ». Elle s’était préoccupé de la lenteur, la lourdeur, les erreurs continuelles dans le traitement et dans la production des documents relatifs à la formation professionnelle au sein des centres en général et du Centre de Professionnalisation en Métier Uhai Kikyo en particulier suite à un effectif croissant des apprenants au sein de ce dernier. Pour découvrir ce problème, elle avait avancé les réponses anticipatives que le système d’information actuel du Centre de Professionnalisation en Métier Uhai Kikyo était loin d’être fiable vu qu’il utilisait un système d’information quasi manuel et par conséquent son traitement non efficient et non efficace. C’est ainsi qu’elle avait supposé que la conception d’une base de donnée relative à la gestion des cotes des apprenants serait une solution attendue. A la fin de sa recherche, elle a réalisé une base des données soit un système d’information automatisé qui donnait comme résultat un brevet de formation. Ainsi, son hypothèse a été confirmée. (DANIEL TSHIBANGU, 2008, p. 89) Dans son travail intitulé : « suivi informatisé du cursus scolaire des élèves de la RDC : cas de l’institut Lukanga ». Sa préoccupations dans ce travail portaient sur le problème de la lourdeur, de la lenteur et des erreurs fréquentes dans le traitement des données et la production de documents synthétiques relatifs au cursus des élèves au sein des institutions secondaires en RD Congo en général et de la Direction des Etudes de l'Institut Lukanga en particulier ; suite à un effectif croissant des élèves au sein de ce dernier.
  • 13. 7 Pour découvrir cet épineux problème, il avait avancé les réponses anticipatives que le système d'information de l'Institut Lukanga était loin d'être fiable vu qu'il utilisait un système d'information non informatisé et par conséquent son traitement était non efficient et non efficace. C'est ainsi qu’il avait supposé que la conception d'une base de donnée relative à la gestion du cursus scolaire des élèves serait une solution attendue afin de pallier à ces goulots d'étranglement. Sa finalité avait été la conception d'une base de données permettant de produire à temps les différents documents nécessaires qui dans le temps, accusés d'erreurs et de retard (liste des élèves admis, liste des élèves inscrit dans une classe, bulletin des notes, palmarès et la fiche du cursus scolaire). (KIZITO Albercus, 2006-2007, p. 70) Dans son travail intitulé : « suivi automatisée du cursus académique des étudiants de l’institut supérieur Sainte-Croix de Mulo ». Il s’était préoccupé du problème de la lenteur, la lourdeur et des erreurs fréquentes dans le traitement des données relatives au cursus des étudiants au sein du secrétariat académique de l’institut Sainte – Croix de Mulo. Il avait proposé la mise en place d’un service qui s’occupera uniquement du suivi du cursus des étudiants, pour lequel il a conçu une base de données, qui a permis la production automatique des états (listes des étudiants, relevés semestriels et annuels, palmarès annuels, fiches de scolarité) qui, auparavant, se faisait manuellement ou mécaniquement. En effet cela avait ainsi confirmé toutes ses hypothèses. (MUSAIDI KIZUNGU, 2014-2015, p. 66) de l’institut supérieur de commerce de Beni intitulé : « Conception d’une application de gestion des cotes des étudiants dans une institution d’enseignement supérieur et universitaire : cas de l’ISC - Beni». Sa problématique était structurée sur 2 questions :  Pourquoi le traitement manuel des cotes des étudiants dans les institutions supérieurs et universitaires ?  Quelle est la stratégie à prendre pour que l’institut supérieur de commerce de Beni, enfin d’éviter la lourdeur dans l’exécution des tâches, la lenteur, les erreurs continuelles dans le traitement, la perte des données et le retard dans le calcul des côtes des étudiants ?
  • 14. 8 Pour ces questions il a proposé et réaliser une base des données de gestion automatisé des cotes laquelle produisaient automatiquement le relevé des cotes de l’étudiant. Ensuite cela a confirmé toutes ses hypothèses. Nos prédécesseurs ont abordé le thème mais n’ont pas parlé des quelques aspects, les uns ont parlé du cursus académique des étudiants, les autres du cursus scolaire des élèves et l’un d’entre eux de la gestion des cotes des étudiants comme nous, mais personnes d’eux n’a fait de sorte que son système d’information soulage les institutions d’enseignement supérieur de la production en temps réel des états suivante : les attestations de fréquentation, les différentes grilles des points. C’est ainsi que nous aborderons ces points dans le but d’aider les institutions de l’ESU dans la production de ces états, notamment pour l’institut supérieur de commerce. I.2. Cadre Conceptuel Pour faciliter la compréhension de notre travail, il est important de passer à l’explication des concepts qui le compose. C’est pourquoi la présence de la présente qui détaillera mot à mot les concepts de notre travail. I.2.1. la gestion Action ou manière de gérer, d'administrer, de diriger, d'organiser quelque chose. (Le larousse en Ligne, 2017) Il est encore défini comme mode d'administration de l'entreprise suivant des techniques appropriées dites « techniques de gestion » afin de dégager un profit. (Dictionnaire Le larousse en ligne, 2017) Dans notre cas, la gestion c’est l’ensemble des techniques, des procédures pour conserver et traiter les cotes pour ressortir les documents y relatifs comme les relevés des matières et des cotes, les attestations des réussites, les palmarès,… en temps opportun. I.2.2. Cotes Selon le dictionnaire le robert (le Robert/Sejer, 2005), une cote est une note attribuée. En plus, il ajoute que c’est un chiffre qui indique un niveau. Pour le (Petit Larousse Illustré, 2008, p. 142), une cote est une part qui revient à chacun dans une dépense, un impôt, marque, note pour classer un document. Dans notre travail, la cote fait allusion au point obtenu par un étudiant lors de l’interrogation, le travail journalier ou l’examen dans un cours.
  • 15. 9 Alors partant de ces deux mots défini ci-haut, la gestion des cotes dans notre travail c’est la manière de gérer, d’administrer, de diriger, d’organiser les points obtenus par un étudiant lors de l’interrogation, le travail journalier ou l’examen dans un cours. I.2.3. Automatisation L’automatisation est l’emploi des moyens automatiques pour réaliser un processus ; c’est aussi une transformation d’un procédé ou d’une installation en vue de rendre automatique. (Le robert/sejer, 2005) I.2.4. le système d’information Bien qu’abondamment employé depuis plusieurs années dans nos entreprises, le terme « système d’information » reste dans l’esprit de nombreuses personnes une nébuleuse. Un système d’information se défini comme un ensemble construit et articulé des techniques, de procédures, de règles, destiné à réaliser des taches d’acquisition, de stockage, de traitement et de diffusion des informations dans l’objectif d’aider les individus et les groupes d’individus de l’entreprise (service, atelier, département, instances de décision, groupe de travail, etc.) à prendre des décisions de gestion. Il correspond à un ensemble construit et intégré de ressources humains et informatiques accompagnant la collecte, la mémorisation, la recherche, la communication et l’utilisation d’informations au service d’un domaine d’activité, d’une fonction de l’entreprise. (Armand Dayan et alii, 2004, p. 977) I.2.5. le système d’information automatisé et manuel (Echello, 2014, p. 16) Il existe plusieurs typologies des systèmes d’informations (SI), cependant nous nous intéressons à distinguer le SI automatisé du SI manuel. Le SI manuel est celui dont les opérations sur les informations sont manuelles et ne font pas recours aux machines tandis que le SI automatisé est celui dont les opérations les plus significatives sur les informations sont assurées par des machines électroniques programmables effectuant des traitements automatiques. L’intervention humaine se limite à une phase de préparation du travail des machines. Ici dans ce cas automatique fait allusion aux calculs répétitifs, calculs complexes, états de sortie, etc. Dans autres cas on parle de traitement automatisé batch où seule la machine intervient.
  • 16. 10 I.2.6. Institution d’enseignement supérieur et universitaire (Vade-mecum, 2014) I.2.4.1. Définition Quant à l’ESU, il faut comprendre l'ensemble d'activités académiques, scientifiques et autres prestés par les universités, les instituts supérieurs techniques, les instituts supérieurs pédagogiques ainsi que par tous les autres organismes en rapport avec l'objet social de ceux-ci. L'Enseignement Supérieur et Universitaire a pour but : - d’assurer la formation des cadres de conception dans tous les secteurs de la vie nationale; - d'organiser la recherche scientifique fondamentale et la recherche appliquée orientée vers la solution des problèmes spécifiques de la RDC, compte tenu de l'évolution de la science, des techniques et technologies dans le monde contemporain. - de former des cadres spécialisés dans le domaine des sciences, des techniques appliquées, des arts et métiers; - d'organiser la recherche scientifique en vue de l'adaptation des techniques et technologies nouvelles aux conditions spécifiques de la République Démocratique du Congo; - d'encourager la promotion des arts et métiers. I.2.4.2. Les organes de gestion des institutions d'ESU Les articles 25 et 26 de l'ordonnance-loi n° 025-81 du 3 octobre 1981 portant organisation générale de l'enseignement supérieur et universitaire, stipulent ce qui suit : Art. 25. Les universités, les instituts supérieurs techniques et les instituts supérieurs pédagogiques sont des personnes morales de droit public, à caractère scientifique. Ils jouissent de l'autonomie de gestion et disposent chacun d'un patrimoine propre, spécialement affecté à son objet. Art. 26. Aux termes de la présente ordonnance-loi, les universités et les instituts supérieurs sont des organes de gestion et d'exécution de l'enseignement supérieur et universitaire. Ils comprennent en leur sein les organes suivants: - le conseil de l'université ou de l'institut; - le comité de gestion; - le recteur, le directeur général ou le directeur;
  • 17. 11 - le conseil de faculté ou de section; - le conseil de département. I.2.4.3. Bref historique de l'enseignement supérieur et universitaire en RDC (Vade-mecum, 2014) L'histoire de l'ESU en R.D.C., vieille d'une cinquantaine d'années, peut être fractionnée en quatre périodes successives : la période coloniale, celles de 1960 à 1971, de 1971 à 1981 et de 1981 à ce jour. Durant la période coloniale, la politique de l'administration scolaire était caractérisée par une forte orientation paternaliste et utilitaire. L'enseignement y était volontairement très réduit, car cette politique scolaire coloniale n'envisageait pas la formation d'une élite capable d'accéder, plus tard, à de grands postes de responsabilité. Jusqu'à 1960, l'enseignement supérieur et universitaire était marginalisé ainsi que la pénurie de cadres indispensables pour la gestion du pays après l'indépendance. Cette pénurie a motivé la réforme de l'enseignement primaire et secondaire dès 1961, la création des institutions d'enseignement supérieur pédagogique, devant soutenir le développement de l'enseignement du premier et du second degré(s), et des institutions d'enseignement supérieur technique. De l'indépendance de la R.D.C. jusqu'à 1971, l'enseignement supérieur fonctionnait selon un schéma qui n'avait pas été repensé par et pour le pays. Des critiques fusaient alors de partout pour déplorer l'inadaptation des méthodes d'enseignement, des programmes, des structures d'enseignement et des contenus des cours par rapport aux étudiants et l'inadéquation de la formation donnée par rapport aux besoins de la société. C'est alors qu'une réforme est intervenue en 1971, laquelle a consisté essentiellement en l'unification de l'enseignement supérieur et universitaire consacrée par la création de l'Université Nationale du Zaïre (UNAZA). Ainsi, toutes les trois universités de l'époque (Lovanium, l'Université Officielle du Congo et l'Université Libre du Congo) de même que tous les instituts supérieurs pédagogiques et techniques ont été placés sous l'administration d'un seul rectorat, les universités devenant, du coup, des campus universitaires. L'E.S.U., issu de la réforme de 1971, n'a pas été exempté des critiques adressées à cet enseignement au cours de la période de 1960 à 1971. De plus en plus, on a remarqué une inadéquation entre la formation dispensée au niveau de l'ESU et les besoins de la société. L'ESU
  • 18. 12 est devenu presque comme un produit de consommation pour les cadres académiques et administratifs ; il n'est pas un outil assez efficace pour accélérer le progrès de la société. Par ailleurs, la centralisation outrée de l'administration de l'UNAZA ne pouvait pas impulser l'efficacité de la gestion des établissements. C'est pourquoi une nouvelle réforme a été opérée en 1981 essentiellement au niveau de l'administration, plaçant l'accent sur l'autonomie dans la gestion des établissements de l'ESU. Chaque campus universitaire a subséquemment retrouvé son statut antérieur d'université autonome, dotée de son propre rectorat. En 1990 (début du processus de démocratisation), il s'est observé un essaimage des institutions d'enseignement supérieur et universitaire dans les différentes contrées du pays et un véritable engouement des étudiants pour ces institutions. Toutefois, l'essaimage des institutions d'ESU ne s'est pas accompagné de la réforme des programmes. La nouvelle donne politique en RDC ainsi que l'évolution de la science et de la technologie (à l'instar de l'informatique), voire l'émergence de la mondialisation nécessitaient donc la révision des programmes devenus alors surannés. Il a fallu attendre la période de transition politique, consécutive à une longue période de conflits armés, pour voir se matérialiser l'idée de la réforme des programmes en 2003 ; année à laquelle le Programme du Gouvernement, à travers le pacte de modernisation de l'enseignement supérieur et universitaire « Padem », a retenu entre autres comme priorité le renforcement des capacités managériales des gestionnaires du système éducatif. Cette nouvelle réforme a ainsi été matérialisée à travers un document appelé « Vade-Mecum du gestionnaire d'une institution d'enseignement supérieur et universitaire » et a essentiellement concerné les programmes de formation et l'organisation des études au sein des institutions de l'ESU en RDC. I.2.4.4. L'avènement du Vade-Mecum du gestionnaire d'une institution d'ESU (Vade-mecum, 2014) Le Vade-Mecum du gestionnaire d'une institution d'enseignement supérieur et universitaire est l'aboutissement d'un travail d'harmonisation et d'actualisation des textes juridiques commandé par la réforme de l'enseignement supérieur et universitaire décidée et mise en œuvre par le Gouvernement de la RDC depuis 2003. Initié par le Ministre à l'enseignement supérieur et universitaire de l'époque (Dr. Lola Kisanga) en collaboration avec le Secrétaire Général de l'Enseignement Supérieur et Universitaire, et un groupe de travail constitué des experts de la Commission permanente des études, des Conseils d'administration des universités, des instituts supérieurs pédagogiques et des instituts
  • 19. 13 supérieurs techniques ainsi que de quelques établissements de la ville de Kinshasa ont, du 22 mars au 16 juin 2005, procédé à l'inventaire et à l'analyse des textes réglementaires disponibles pour juger de leur pertinence face à la pratique quotidienne sur le terrain et à la lumière des textes des lois en vigueur et en tenant compte des exigences et des besoins nouveaux suscités par la modernisation de l'enseignement supérieur et universitaire. Le Vade-Mecum reprend les règles de gestion édictées par la tutelle pour accompagner les institutions d'enseignement supérieur et universitaire et de recherche dans leur gestion académique, administrative et financière. Dans le but d’aide au gouvernement dans la reforme initié dans les années 2003, nous orienterons notre recherche dans les institutions des enseignements supérieur et universitaires en République Démocratique du Congo notamment l’ISC-Beni en vue de contribuer à l’évolution de cette dernière. I.2.7. Généralités sur la gestion des cotes I.2.7.1. Du chapitre des examens (Vade-mecum, 2014, p. 137) Selon l’Art. 4 des examens, l’examen est l’appréciation chiffrée obtenue dans chaque cours. Compte tenu de son importance dans la formation des étudiants, le ministre de l’ESU a pris, depuis 1976 une série des textes règlementaires en vue d’une meilleur gestion des évaluations dans l’ensemble de nos institutions. Certains sont dépassés et d’autres ne le sont pas. Nous n’avons pas pris tous ce qui le compose, voici ceux qui ont marqué : 1. l’épreuve Pour chaque année d’étude, les étudiants subissent une épreuve portant sur toutes les matières inscrites au programme de l’année (Art. 1). L’épreuve d’une année d’étude comprend : les interrogations organisées pendant l’année, les travaux pratiques, les examens sur l’ensemble des matières enseignées, le stage et la pratique professionnelle lorsqu’ils sont prévu au programme de l’année, le travail de fin de cycle pour les dernières années du premier cycle ou le mémoire pour ceux du deuxième cycle (Art. 3).
  • 20. 14 2. La composition du jury Chaque jury est constitué de 5 membres au moins. Sont membres du jury : les personnes qui ont enseignées effectivement ont été associé à cet enseignement dans la mesure où elles ont la délibération et placé sous la direction d’un bureau composé du président, du secrétaire et d’un membre désigné (Art.13, 14 et 19 du chapitre des examens). 3. Le déroulement des examens Le bureau de la section fixe l’horaire, la nature des examens, les locaux de délibérations et communiquent les dispositions au D.G. pour approbation en collaboration avec le bureau du jury. Les examens se font publiquement et ont lieu dans les locaux autorisés par l’autorité académique (Art. 24, 25 et 26 du chapitre des examens) (Vade-mecum, 2014, p. 143). 4. La délibération Les notes attribuées par chaque examinateur sont remises à temps au secrétaire du jury pour servir de base de démission en délibération. Si le jury s’estime insuffisamment informé simple de faire procéder, selon le mode qu’il détermine, une nouvelle interrogation sur une seule ou plusieurs matières. Le bureau de jury et le jury vérifient encore une fois toutes les cotes et ceci avant la délibération. Le président établit un plan de travail, rappelle les dispositions du règlement des examens et les critères d’appréciation, etc. (Art. 36 et 37 du chapitre des examens) (Vade- mecum, 2014, p. 145). 5. Les critères de délibération 5.1. Principe de base Les matières enseignées dans une filière d’études sont répartis par la section en trois catégories à savoir : - Les matières de formation professionnelles ou les matières de spécialisation qui préparent l’étudiant à l’exercice futur de profession ; - Les matières d’appui à la formation professionnelle ou celles qui visent à donner au candidat une information scientifique nécessaire à l’exercice futur de la profession ; - Les matières de formations générale ou celles qui visent à lui donner des habiletés ou des attitudes d’ordre générale. (Art. 42) (Vade-mecum, 2014, p. 147). Est considérer comme
  • 21. 15 échec léger, toute note équivalente à 8 ou 9 sur 20, et comme échec grave toutes note inférieur à 8 sur 20. Et dans la notation, l’examinateur exprime la notation finale obtenue par l’étudiant au multiple de 0,5. (Art 47 et 48) (Vade-mecum, 2014, p. 148).  Des cas des réussites automatiques : l’étudiant qui obtient la moitié des points dans chacune des branches a réussi. (Art. 51)  Des cas de libérables : le résultat de l’étudiant qui n’a pas obtenu la moitié des points dans toutes les branches mais qu’il a obtenu la moitié des points pour l’ensemble de l’épreuve est soumis à la délibération et la décision du jury est acquise après un vote à la majorité simple des membres du jury. Après application de la péréquation, aucun échec grave, dans toutes les matières, ne peut être admis pour le passage d’un étudiant d’une année à une autre. (Art. 52 et 53). Et dans les matières relevant de la première catégorie, un échec léger peut être toléré (Art. 54). En fin, dans les matières relevant de la deuxième et de la troisième catégorie, a réussi : - L’étudiant dont la moyenne générale se situe entre 50% et 54,99% et qui a un seul échec léger ; - L’étudiant dont la moyenne générale se situe entre 55% et 59,99% et qui a au plus deux échecs légers ; - L’étudiant dont la moyenne générale est d’au moins 60% et qui a tout au plus trois échecs légers. (Art. 55) (Vade-mecum, 2014, p. 149). Ainsi, après délibération sur ses résultats, l’étudiant qui a réussi obtient l’une des mentions ci-après : - Satisfaction (S) : si le résultat global est d’au moins 50% et inférieurs à 70% des points ; - Distinction (D) : si le résultat global est d’au moins 70% et inférieur à 80% des points ; - Grande distinction (GD) : si le résultat global est d’au moins 80% et inférieur à 90% des points ; - Plus grande distinction (PGD) : si le résultat globale est d’au moins 90% des points (Art. 56 du chapitre des examens) ;  Des critères d’ajournement automatique Est ajourné automatiquement :
  • 22. 16 - L’étudiant qui n’a pas obtenu au moins 50% des points sur l’ensemble des matières ; - L’étudiant qui a un échec grave après application de la péréquation (consiste à un transfert de deux points maximum d’un cours à une autre de même pondération et de même catégorie dans le but d’alléger un échec grave ou de supprimer un échec léger. Eu égard à ces informations, l’étudiant qui n’a pas réussi est : - Ajourné (A) si le résultat globale est de 40% des points au moins et 49,99% au plus ; - Assimilé aux ajourné (AA) si l’étudiant n’a pas présenté toutes les parties de l’épreuve pour une raison dument justifiée et jugée valable par le jury ; - Non admissible dans la même filière d’étude (NAF) si le résultat global est inférieur à 40% des points ; - Assimilé aux non admissibles dans la même filière d’étude (ANAF) : celui qui n’a pas présenté une partie ou toutes les parties de l’épreuve pour des raisons jugées non valables par le jury ou s’est absenté à une ou plusieurs parties de l’épreuve sans avoir prévenu au préalable par écrit le bureau du jury. (Art. 57 et 58) (Vade-mecum, 2014)  De la publication des résultats : le président du jury proclame en séance publique les résultats avec mention. Les résultats obtenus en chaque matière sont communiqués aux étudiants par le secrétaire de jury. Chaque étudiant doit le contacter individuellement. I.2.5.2. les méthodes de calculs des cotes (Vade-mecum, 2014) Dans ce thème, nous voudrions présenter les formules usuelles pendant le traitement des cotes conformément au manuel de gestion des institutions supérieurs et universitaire d’où le vade- mecum. Dans notre cas, voici celles qui ont pris notre attention : 1. La pondération Pour un cours dont le volume horaire vaut 15 heures, la pondération est de 10 points. Cette égalité nous permet ainsi de dégager la pondération du cours comme suit : 𝑷𝒐𝒏𝒅é𝒓𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒅𝒖 𝒄𝒐𝒖𝒓𝒔 = 𝑣𝑜𝑙𝑢𝑚𝑒 ℎ𝑜𝑟𝑎𝑖𝑟𝑒 𝑑𝑢 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑠 15 ∗ 10
  • 23. 17 2. La cote totale Considérant que l’évaluation de la matière comprend les travaux pratiques (TP), les travaux dirigés (TD) et les interrogations qui constituent les travaux journaliers. L’examen est organisé à la session, ainsi : 𝑪𝒐𝒕𝒆 𝒕𝒐𝒕𝒂𝒍𝒆 = 𝑡𝑟𝑎𝑣𝑎𝑢𝑥 𝑗𝑜𝑢𝑟𝑛𝑎𝑙𝑖𝑒𝑟𝑠 + 𝑐𝑜𝑡𝑒 𝑑𝑒 𝑙′ 𝑒𝑥𝑎𝑚𝑒𝑛 𝐴𝑣𝑒𝑐 𝑻𝒓𝒂𝒗𝒂𝒖𝒙 𝑱𝒐𝒖𝒓𝒏𝒂𝒍𝒊𝒆𝒓𝒔 = 𝑐𝑜𝑡𝑒 𝑇𝑃 + 𝑐𝑜𝑡𝑒 𝑇𝐷 + 𝑐𝑜𝑡𝑒 𝑖𝑛𝑡𝑒𝑟𝑟𝑜𝑔𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 3. La cote totale générale Pour toute l’année, l’étudiant s’inscrit à l’épreuve (série d’évaluation de matières). Par conséquent les cotes totales obtenues par l’étudiant dans toutes les matières prévues au programme d’étude. 𝐴𝑙𝑜𝑟𝑠 𝒄𝒐𝒕𝒆 𝒕𝒐𝒕𝒂𝒍𝒆 𝒈é𝒏é𝒓𝒂𝒍𝒆 = 𝑐𝑜𝑡𝑒 𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑠1 + 𝑐𝑜𝑡𝑒 𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑠2 + ⋯ + 𝑐𝑜𝑡𝑒 𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒 𝑛 + 𝑐𝑜𝑡𝑒 𝑟𝑎𝑝𝑝𝑜𝑟𝑡 𝑑𝑒 𝑠𝑡𝑎𝑔𝑒 + 𝑐𝑜𝑡𝑒 𝑇𝐹𝐶 𝑜𝑢 𝑚é𝑚𝑜𝑖𝑟𝑒 4. Le pourcentage de l’étudiant La cote totale générale permet de trouver le pourcentage obtenue dans l’ensemble des évaluations prévues sur les matières figurant sur le programme de cours par année d’étude. Ainsi, voici comment on procède : 𝑷𝒐𝒖𝒓𝒄𝒆𝒏𝒕𝒂𝒈𝒆 𝒅𝒆 𝒍′ é𝒕𝒖𝒅𝒊𝒂𝒏𝒕 = 𝑐𝑜𝑡𝑒 𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒 𝑔é𝑛é𝑟𝑎𝑙𝑒 𝑚𝑎𝑥𝑖𝑚𝑎 𝑔é𝑛é𝑟𝑎𝑢𝑥 ∗ 100 N.B. : c’est sur base de ce pourcentage que nous appliquerons les critères de délibération dont nous avons évoqués dans ce travail, et au cours de la création de notre application, nous tenterons de concrétiser l’automatisation de ces formules. 5. Nombre d’échecs de cours ou critère de délibération Tout au cours de critère des délibérations, le nombre d’échecs de l’étudiant fait également une préoccupation de gestion dans ce domaine. Voici comment le calculer :
  • 24. 18 𝑪𝒓𝒊𝒕è𝒓𝒆 𝒅𝒆 𝒅é𝒍𝒊𝒃é𝒓𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 = 𝑁𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑑𝑒𝑠 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑠 𝑒𝑛𝑠𝑒𝑖𝑔𝑛é𝑠 𝑝𝑎𝑟 𝑢𝑛𝑒 𝑎𝑛𝑛é𝑒 𝑑′é𝑡𝑢𝑑𝑒 5 CONCLUSION PARTIELLE Dans ce chapitre nous avons parlé de deux principaux points. Dans le premier approche nous nous sommes préoccupés des théories des auteurs qui ont déjà abordé notre sujet pour enfin voir comment se distinguer de ces derniers ; D’où la revue de la littérature. Ensuite, nous avons explicité les concepts qui composent notre travail afin de permettre à nos lecteurs de comprendre ce dernier ; alors cela à former le second point du cadre conceptuel.
  • 25. 19 Chapitre II : Cadre Méthodologique et présentation du milieu d’étude Pour aboutir à un fait objectif, il faut se fixer des méthodes et principes à suivre. C’est pourquoi ce chapitre présentera la méthode que nous utiliserons dans notre travail et en suite présentera notre champ d’investigation de manière synthétique. II.1. Description de la méthode et approche épistémologiques II.1.1. Méthode Une méthode est l’ensemble des démarches (ou des dispositions) raisonnées, suivies dans une activité (ou prises dans un domaine) donnée. (Le Robert, 2005) Dans notre travail, pour aboutir à nos objectifs nous avons usé de la méthodologie appliquée étant l’approche méthodologique adoptée pour un chercheur qui veut aboutir à un modèle. Ainsi, dans cette méthode nous avons modélisé ou formalisé par la méthode d’étude et de réalisation informatique pour le système d’entreprise (MERISE). II.1.1.1. Présentation de la méthode MERISE MERISE signifie méthode d’étude et de réalisation informatique pour les systèmes d’entreprises. Il nous permettra dans un premier temps de démontrer les problèmes de l’entreprise et après formaliser ou modéliser un nouveau système amélioré. Nous devons la création, l’étude et la mise en place de cette méthode à une équipe de chercheurs et d’ingénieurs aixois (Jean-Louis le Moigne, Hubert Tardieu, Dominique Nancy, Henry Heckenroth, Daniel Pasco, Bernard Espinasse) qui en posèrent les bases dans le milieu des années 1970. (BAPTISTE JEAN-LUC, p. 4) II.1.1.2. Principes généraux de la méthode MERISE Cette méthode utilise le système dit d’entités-relations. Il s’agit d’un outil (une méthode) et d’une technique d’analyse permettant de construire des schémas théoriques de raisonnement sur des applications tournant avec des bases de données dite relationnelles.
  • 26. 20 A noter que la méthode Merise en générale traite de l'intégralité de la conception de la base de données : elle ne s'intéresse pas uniquement de la partie correspondant au stockage des données, mais également à leur traitement. La méthode Merise considère quatre phases dans la création d'une base de données : 1. La phase d'analyse : elle est une phase essentielle qui consiste à :  étudier l'existant : cette partie vérifie les questions suivantes : y-a-t ‘il un système qui gère déjà tout ou partie de l'information, qu'il s'agisse d'un logiciel ou d'un ensemble de documents papiers ? Comment ces informations sont-elles stockées ? Quelles sont les informations stockées ? Que manque-t-il ? Qu'est ce qui convient ou ne convient pas aux utilisateurs ?  Interroger les futurs utilisateurs : qu'attendent-ils du futur SGBD ? Quelles sont les opérations qu'ils désirent automatiser ?  Recueillir les informations existantes, étudier les divers liens qui peuvent exister entre ces informations, mettre en évidence les règles de gestion employées, ... 2. La phase conceptuelle : elle consiste à représenter l'organisation des données de manière générale. Elle aboutit sur la création du modèle conceptuel des données (MCD) dans lequel les données sont représentées sous forme d'entités liées entre elles par des relations. 3. La phase logique ou organisationnelle : dans cette phase, la base de données est représentée sous une forme logique plus proche de sa représentation réelle au sein du système de gestion de base des données (SGBD). Les informations sont représentées uniquement sous forme des tables au sein d'un modèle logique des données (MLD). 4. La phase physique ou opérationnelle : elle consiste à construire réellement la base de données au sein du SGBD. En nous servant de la méthode MERISE, nous sommes parvenu à réunir toutes les informations en rapport avec la gestion de côtes des étudiants dans une structure appelée « modèle entité association » et ensuite par le logiciel de modélisation appelé JMERISE version 0.4 (2011) de MESSOUCI faisant partie de la gamme des logiciels AGL (Atelier de génie logiciel) nous a aidé et facilité le travail de modélisation. Ce logiciel nous a permis de passer automatiquement du modèle conceptuel des données vers le modèle logique des données et une génération automatique
  • 27. 21 des scripts SQL Server sans plus les écrire mais seulement grâce au dessin du modèle conceptuel des données ils sont générées. (MESSOUCI, 2011) II.1.2. Technique Quelques techniques nous ont aidés dans notre travail :  L’interview : cette technique nous a aidés dans le questionnement des partenaires en vue d’obtenir les informations. Ici, pour savoir comment fonctionne le bureau du jury, nous avons posée plusieurs questions tels que : quelles sont les documents utilisés pour gérer les cotes des étudiants ? comment se passent les évaluations des étudiants ?...  Le documentaire : cette technique nous a aidé dans la rédaction, le parcourt des livres pour la réussite de l’élaboration de notre travail de recherche. A ce point, toutes la documentation de notre travail fait allusion à cette technique.  L’algorithmique : cette technique nous aidera dans la décomposition du problème de recherche en sous problème en vue d’en faciliter la résolution. II.2. Présentation du milieu de recherche II.2.1. Situation géographies L’Institut Supérieur de Commerce de Beni a son siège social en ville de Beni, commune Beu, quartier Biautu, avenue de l’église, province du Nord – Kivu en République Démocratique du Congo. II.2.2. Situation juridique Notre champ d’étude est dénommé « Institut Supérieur de Commerce de Beni ». Il avait été créé par l’arrêté ministériel N° E.S.U./CAB-MIN/0220/93 du 20 Août 1993. Il fonctionne comme une institution publique d’enseignement supérieur sous la direction ou la surveillance de l’Etat à travers le ministère d’Enseignement Supérieur et Universitaire en RDC. II.2.3. Aperçu historique Dans le cadre de la politique d’essaimage des établissements d’enseignement supérieur et universitaire à travers les provinces du pays, l’Institut Supérieur de Commerce de Beni (I.S.C./Beni) ouvre effectivement ses portes et débute les enseignements le 22 février 1994 sou la
  • 28. 22 direction de Monsieur le Chef de Travaux Florent Kambale Kabila Mututulo. Celui-ci est donc le premier directeur général. A sa création, l’I.S.C./Beni a fonctionné avec une seule option, celle de « Comptabilité et Finances ». Pendant ce temps, le Directeur Général était le seul membre du Comité de Gestion. Par ailleurs, la décision gouvernementale transmise par la lettre N° E.S.U./CAB-MIN/06/94 du 22 Août 1994 concernant l’examen de l’existence réelle et du fonctionnement normal des établissements nouvellement créés, trouve l’I.S.C./Beni avec sa structure fonctionnelle (Comité de gestion nommé le 14 Septembre 1993 par l’arrêté ministériel N° E.S.U./CAB-MIN/0288/93) composée du C.T. Florent Kambale Kabila Mututulo, C.T. Muhindo Kibwana et Monsieur Alfred Kambale Mukulukyo en qualité respectivement de Directeur Général, Secrétaire Général Académique et Secrétaire Général Administratif ; par ricochet, l’institution échappe à la décision d’annulation de la création, selon l’esprit du gouvernement de transition de cette époque. L’arrêté ministériel N° E.S.U./CAB-MIN/13/087/96 du 27 janvier 1996 portant agrément provisoire des institutions d’enseignement supérieur et universitaire en République du Zaïre ne reprend pas l’Institut Supérieur de Commerce de Beni et quelques autres institutions. Ainsi, une requête fut introduite par les autorités de l’I.S.C./Beni de l’époque afin d’obtenir gain de cause. Dans le but de pallier à cette situation, le Ministre de tutelle saisi du dossier et convaincu de la pertinence du recours, avait ordonné que ledit institut continue à fonctionner. Les difficultés matérielles et financières de cette jeune institution que d’aucun n’a hésité de qualifier de « pure aventure » n’ont pas facilité un fonctionnement efficace. Avec une vingtaine d’étudiants, les autorités étaient presque toutes absentes : les deux secrétaires ayant décidé de regagner leurs anciens postes. Pour combler le vide laissé par ceux-ci, le Directeur Général nomme l’Assistant Timothé Kambale Malumalu, alors assistant du Secrétaire Général au poste de Directeur Académique et l’étudiant Léonard Mbusa Mwana au poste de Comptable. Telle est la structure qui devait siéger en lieu et place du Comité de Gestion jusqu’en 1996. A cette même année, le Directeur Général fait son entrée dans le mouvement rebelle « A.F.D.L. » qui accède au pouvoir le 17 Mai 1997 et ce dernier fut nommé ministre au côté de Mzee Laurent Désiré Kabila. Avec ce départ, l’I.S.C./Beni est resté sous la responsabilité du Directeur Académique et du Comptable. En 1997, c’est par la décision N° C.GEN/CAB/ESU/CAD/RTE/02/97 du 10 Mai 1997 portant restructuration des Comités de Gestion des institutions d’enseignement supérieur et
  • 29. 23 universitaire en zone de Beni, que l’I.S.C./Beni est doté de son deuxième Comité de Gestion composé du C.T Bernardin Yalala Vihutho, de l’Assistant Timothé Kambale Malumalu et l’Assistant Chrysantes Kambale Sikulisimwa comme successivement Directeur Général, Secrétaire Général Académique et Secrétaire Général Administratif. Par l’entremise de ce Comité de Gestion, l’Institut Supérieur de Commerce de Beni obtient son terrain de 4 hectares à Buley cedé par les autorités de la cité de Beni, à l’époque dirigée par Raphaël Sikakulya. La fondation des bâtiments est posée ainsi que l’élévation des murs en partie des locaux qui servent aujourd’hui d’auditoires propres à l’I.S.C./Beni. A l’année académique 1997 – 1998, l’option Douane et Accises a été ouverte. Le 28 Octobre 1999, le Chef de Travaux Bernardin Yalala Vihutho meurt. Au début de l’année 2000, les dirigeants du département de l’E.S.U nomme le Chef de Travaux Laurent Paluku Wa Thembo au poste de Directeur Général à son remplacement qui dirige le Comité de Gestion jusqu’en date du 6 Juillet 2004. Il est remplacé à la direction par le professeur Sikumbili Virimumuthima et à cette occasion le C.T Paluku Wa Thembo occupe le poste de Secrétaire Général Académique avant de le céder au C.T Léonard Saiba Lukwamire en date du 5 décembre 2006. Le 20 Janvier 2010, un nouveau Comité de Gestion est nommé. Il est composé de la manière suivante : Professeur Kambale Kabila Mututulo au poste de Directeur Général, C.T Paluku Wa Thembo, Assistant Kambale Malumalu et Monsieur Kyalumba Kangapipi au poste respectivement de Secrétaire Général Académique, Secrétaire Général Administrative et Administrateur de Budjet. Le 12 Octobre 2010, l’Assistant Michaël Kakule Kayitambya remplace monsieur Kyalumba Kangapipi au poste d’Administrateur de Budjet d’après l’esprit de l’arrêté ministériel N° 176/MINESU/CABMIN/CT/KOB/2010 du 12 Octobre 2010 portant désignation d’un membre du Comité de Gestion de l’Institut Supérieur de Commerce de Beni. Après la mort du Directeur Général Kambale Kabila Mututulo en date 9 Octobre 2011, le C.T Paluku Wa Thembo assume l’intérim du Directeur Général et sa fonction de Secrétaire Général Académique et travaille avec ses autres collaborateurs. Le CT Paluku Wa Thembo meurt le 16 Avril 2015, il se constate un cumul de trois fonctions assumées par le C.T Kambale Malumalu respectivement de Directeur Général, Secrétaire Général Académique et Secrétaire Général Administratif et l’Assistant Kakule
  • 30. 24 Kayitambya garde son poste d’Administrateur de Budget. Cette période d’intérim a été éphémère car quelques mois plus tard, un nouveau comité de gestion a été nommé par le Ministre. L’arrêté ministériel N° 084/MINESU/CABMIN/RK3/CPM/2015 du 29 juin 2015 portant désignation et nomination des membres du Comité de Gestion de l’Institut Supérieur de Commerce de Beni et est notifié par la lettre N° MINESU/SG/160/01/1293/2015 du 3 juillet 2015 de Madame la Secrétaire Générale au MINESU. Ainsi, est nommé Directeur Général : le Professeur Paluku Ndavaro Jean-Baptiste ; est nommé Secrétaire Général Académique : le C.T Kambere Kamuha Muhiwa Bernard ; est nommé Secrétaire Général Administratif : le C.T Kambale Malumalu Timothée ; est nommé Administrateur de Budget : le C.T Muhindo Muhasa Faustin. La remise et reprise entre l’ancien et le nouveau Comité de Gestion est intervenu le mercredi 6 Août 2015, soit après plus d’un mois de nomination. Ce Comité de Gestion est aux affaires jusqu’aujourd’hui. (Secrétariat Général Administratif, 2017) Il faut noter enfin que l’Institut Supérieur de Commerce de Beni fonctionne avec deux sections dont : Sciences Commerciales et Financières avec quatre options :  Comptabilité : de graduat à licence ;  Douane et Accises : graduat ;  Marketing : de graduat à licence ;  Fiscalité : Licence. Gestion Informatique avec deux options :  Gestion Informatique : graduat.  Conception des systèmes d’Information : Licence. II.2.3. Ressources de l’I.S.C./Beni II.2.3.1. Ressources financières L’Institut Supérieur de Commerce de Beni tire ses ressources de la participation des parents par les paiements des frais académiques et autres contributions liées à la scolarité des étudiants. Depuis 2004, cette institution officielle bénéficie de l’enveloppe salariale du gouvernement bien que non suffisante.
  • 31. 25 II.2.3.2. Ressources humaines Les ressources humaines de cette institution sont constituées des Professeur, des Chefs de travaux, des Assistants et des Chargés de pratiques professionnelles visiteurs ou permanents et le personnel administratif, technique et ouvrier. Dans le tableau ci-après, nous présentons l’effectif du personnel de l’Institut supérieur de Commerce de Beni à l’année 2017 : Tableau I : Effectif du personnel permanent de l’I.S.C./Beni, 2017 N° Catégorie Grade Effectif A. Personnel Enseignants 1 Professeurs associés P.A 2 2 Chef de travaux C.T 15 3 Assistant 2 As.2 9 4 Assistant 1 As.1 5 5 Chargé de Pratiques Professionnelles 2 CPP2 2 Sous Total 1 33 B. Personnel Administratif, Technique et Ouvrier 1 Chef de Bureau CB 1 2 Attaché de bureau de la 1ère classe ATB1 7 3 Attaché de bureau de la 2ème classe ATB2 4 4 Agent de bureau 1 AGB1 0 5 Agent de Bureau 2 AGB2 2 6 Agent auxiliaire de la 1ère classe AA1 4 7 Agent auxiliaire de la 2ème classe AA2 2 Sous Total 2 20 Total général 53 Source : (Secrétariat Général Administratif, 2017) Commentaire : Selon ce tableau nous constatons que l’institution fonctionne avec plus de chef de travaux et plus des attachés de bureaux que les autres types des personnels. II.2.4. Organisation et fonctionnement La structure d’une entreprise est le squelette sur lequel viennent s’appuyer toutes les forces qui la font vivre : inspiration créatrice, information, instruction, ordre et liaison. Elle doit
  • 32. 26 être conclue en vue de leur utilisation efficace en permettant la mise en place des valeurs humaines ou de leur essor, dans un ordre hiérarchique et fonctionnel logique. (SEMIRAY, 1992) II.2.4.1. Organigramme L’organigramme est un graphique représentant la structure hiérarchique d’un groupe organisé qui indique à la fois le rôle de divers éléments du groupe et de leurs réalisations mutuelles. (Petit Larousse Illustré, 2008, p. 45). II.2.4.2. Fonctionnement L’Institut Supérieur de Commerce de Beni fonctionne avec deux organes principaux qui sont : le Conseil de l’Institut et le Comité de Gestion. A. Le Conseil de l’Institut Il est composé des autorités, des enseignants ainsi que des représentants des étudiants. Elle se tient une fois par trimestre. Il a comme tâche d’exécuter la politique académique et scientifique de l’institution. Il fournit des propositions au Comité de Gestion sur le déroulement des activités académiques. Il propose au Conseil d’Administration, après avis du conseil de section, le nombre d’heures de cours que compte l’enseignement de chaque matière ainsi que la répartition des matières par année d’études. Conseil de l’Institut Comité de Gestion Direction Générale Secrétaire de Direction Secrétaire Général Académique Secrétaire Général Administratif Administrateur de Budget Chef de Section .Figure 1 : Organigramme simplifié de l’I.S.C./Beni Source : (Le Secrétariat Général Administratif, 2017)
  • 33. 27 B. Le Comité de Gestion Le Comité de Gestion assure la gestion courante de l’Etablissement sous la direction du Directeur Général. Il nomme le personnel administratif et technique d’exécution, lui octroie des promotions et le licencié sur proposition du Chef du service intéressé. Il fait toutes propositions et suggestions qui lui semblent d’importance au Conseil de l’Etablissement. Il exécute les décisions du Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire du Conseil d’Administration, du Conseil d’Etablissement et prend toutes les mesures qui ne relèvent pas de la compétence d’un autre organe. Il élabore les prévisions budgétaires, les soumet au Conseil de l’Etablissement pour approbation et exécute le budget arrêté,… Le Comité de Gestion de l’Institut Supérieur de Commerce de Beni est composé d’un Dicter Général, un Secrétaire Générale Académique, un Secrétaire Général Administratif et un Administrateur de Budget. 1. Directeur Général Le Directeur Général supervise et coordonne l’ensemble des activités de l’établissement. A ce titre, il assure l’exécution des décisions du Conseil d’Administration, du Conseil de l’Etablissement et du Comité de Gestion. Le Directeur Général veille au respect des statuts et de règlements de l’Etablissement. Il exerce tout le pouvoir du Comité de Gestion en cas d’urgence, il représente l’Etablissement dans toutes les relations extérieures officielles avec les autorités tant nationales qu’internationales. 2. Le Secrétaire Général Académique Il est membre du Comité de Gestion. Il supervise et coordonne les activités des services relevant de son ressort. Ce dernier est chargé de suivre au jour le jour les activités du secteur académique de l’institut. A la fin de chaque semestre, il remet à la hiérarchie, un rapport détaillé de la vie académique de celui-ci. A cette qualité, il tient en jour une documentation complète de tous les renseignements, instructions et circulations. Il veille aussi au respect du calendrier académique et organise le recrutement du personnel scientifique.
  • 34. 28 3. Le Secrétaire Général Administratif Il est aussi membre du Comité de Gestion de l’Institution. Il se charge des problèmes administratifs se rapportant aux dispositions du règlement organique de l’établissement. Il supervise et coordonne les activités de services de gestion du personnel, des œuvres estudiantines et du patrimoine de l’institution. 4. L’Administration du Budget Ce service est chapeauté par l’Administrateur de Budget. Outre l’Administrateur de Budget, on y retrouve aussi le Comptable principal, le Comptable auxiliaire et la Caissière. 5. La Section Il est chapeauté par le Chef de Sections. Celui-ci convoque le Conseil de Section, élabore le rapport semestriel à transmettre au Secrétaire Général Académique en vue de l’éclairer sur l’état d’avancement des enseignements et de la recherche. Il approuve les prévisions budgétaires de la section et les transmet à l’Administrateur de Budget. Il assure l’ordre et la discipline au sein de la section et supervise les activités d’enseignement et de recherche. II.3. les études préalables L’étude préalable détaille le projet défini par le schéma informatique et abouti à un avant- projet à la suite duquel le décideur de l’entreprise choisi de lancer la réalisation, de demander un complément d’étude, ou d’abandonner le projet. (MUHINDO MASIVI & MUMBERE MUYISA, 2014, p. 18) II.3.1. Lancement du projet Cette partie est importante car elle nous permettra de cadrer le projet, étudier les opportunités et étudier la faisabilité de notre projet. II.3.1.1. cadrage du projet Notre projet s’intéresse à l’institut supérieur de commerce de Beni dans le cadre de la gestion des cotes des étudiants. Le dernier prend en compte les cotes au niveau du jury : la délibération, la conservation et la production de tous les documents nécessaires notamment :
  • 35. 29 - Les grilles de point - Le relevé de cotes annuelles II.3.1.2. Etude d’opportunité Notre travail a pour but de mettre en place un système d’information automatisée pouvant permettre au jury de l’institution supérieur et universitaire notamment l’ISC/Beni de conserver avec moins de risques de perditions des cotes des étudiants et la production en temps opportun de tous les documents relatifs aux cotes de ces derniers. L’institut supérieur de commerce de Beni ayant les ambitions d’avoir un système d’information efficace, vu le nombre d’étudiants qui augmente du jour le jour or l’information étant la matière première au sein des écoles. Alors nous disons que notre projet est opportun et utile car après confrontation de nos objectifs et les ambitions de L’ISC/Beni ils coïncident. II.3.1.3. Etude de faisabilité Permet de comparer les contraintes et les atouts disponibles tant dans l’entreprise qu’au niveau des informaticiens pour la réalisation du projet. Le projet est donc réalisable si les contraintes sont maitrisables. (MUHINDO MASIVI & MUMBERE MUYISA, 2014, p. 19) 1. Les atouts disponibles - Humains : l’ISC/Beni a des personnels qui ont déjà utilisé des logiciels automatisé dans le domaine de gestion au sein de son bureau de jury. - Matériel : dispose d’un ordinateur portable équipé du système d’exploitation Windows 7 et comme application Ms Excel utilisé dans la gestion des cotes au niveau du jury et d’une imprimante pour servir d’impression des documents nécessaires. 2. Les contraintes L’ISC/Beni fonctionne en ville de Beni où le courant est la chose la plus problématique. L’ISC est abonné à un fournisseur privé du courant mais qui n’est pas toujours permanent. Pour ceux l’ISC dispose déjà des groupes électrogènes pour assurer la permanence du courant électrique en cas de chute de tension permanente de son fournisseur.
  • 36. 30 Alors partant des atouts disponibles et contraintes négatifs qui sont maitrisables, rien ne peut contrarier notre projet, c’est-à-dire qu’il est faisable. II.4. Recueil des informations Le recueil permet de définir et qualifier l’existant et abouti à une compréhension du fonctionnement actuel du système d’information concerné par le projet. II.4.1. les acteurs Selon (MUHINDO MASIVI & MUMBERE MUYISA, 2014), les acteurs sont des hommes, des systèmes ou des matériels pouvant transmettre ou recevoir des informations. 1. Acteurs internes Selon notre travail, l’acteur interne est celui qui appartient à l’organisation soit au domaine de notre recherche (Gestion des cotes). - Le bureau du jury - Le jury élargi - La section académique ; 2. Acteur externes Par acteur externe nous sous entendons toute personne, un système soit une organisation qui communique avec notre organisation. A ce point nous avons : - L’administrateur de budget ; - Les étudiants ; - L’enseignant. - Apparitorat ou commission des inscriptions II.4.2. Descriptif des documents Cette partie permet de décrire les documents utilisés au niveau du bureau de jury dans la gestion des cotes des étudiants.
  • 37. 31 1. Le relevé des matières et des cotes Tableau II : le descriptif du relevé des matières et des cotes Fiche de description du document Nom : Relevé des matières et des cotes Rubriques N° Données/Désignations Types Mode d’obtention Contraintes 1 Numéro du relevé Numérique Auto incrémente ------ 2 Nom de l’étudiant Texte Mémorisé ------ 3 Post-nom de l’étudiant Texte mémorisé ------ 4 Numéro matricule de l’étudiant Texte mémorisé ------ 5 Section de l’étudiant Texte mémorisé ------ 6 Option de l’étudiant Texte mémorisé ------ 7 Promotion de l’étudiant Texte mémorisé ------ 8 Année académique Texte Auto incrémente ------ 9 Numéro du cours numérique mémorisé ------ 10 Intitulé des cours Texte mémorisé ------ 11 Volume horaire des cours Numérique mémorisé ------ 12 Cote obtenu Numérique calculer ------ 13 Le maximum dans un cours Numérique mémorisé ------ 14 Le total général des cotes Numérique Calculer ------ 15 Le pourcentage obtenu Numérique Calculer ------ 16 La mention Texte Mémorisé ------ 17 La date d’impression Date Mémorisé ------ 18 La session Texte Mémorisé ------ Commentaires : ce tableau représente toutes les données qui permettent d’avoir un relevé des matières et des cotes. 2. L’attestation de fréquentation Tableau III : le descriptif de l’attestation de fréquentation Fiche de description du document Nom : Attestation de fréquentation Rubriques N° Données/Désignations Types Mode d’obtention Contraintes 1 Numéro de l’attestation Numérique Auto incrémente ------- 2 Année en cours Date Mémorisé ------- 3 Grade du secrétaire général académique Texte Mémorisé ------- 4 Nom du secrétaire général académique Texte Mémorisé ------- 5 post-nom du secrétaire général académique Texte Mémorisé -------
  • 38. 32 6 Prénom du secrétaire général académique Texte Mémorisé ------- 7 Nom de l’étudiant Texte Mémorisé ------- 8 Post-nom de l’étudiant Texte Mémorisé ------- 9 Lieu de naissance de l’étudiant Texte Mémorisé ------- 10 Date de naissance de l’étudiant Date Mémorisé ------- 11 Matricule de l’étudiant Texte Mémorisé ------- 12 Section de l’étudiant Texte Mémorisé ------- 13 Option de l’étudiant Texte Mémorisé ------- 14 Année académique Texte Mémorisé ------- 15 Date d’impression de l’attestation Date Mémorisé ------- Commentaires : ce tableau représente tous les données qui permettent d’avoir une attestation de fréquentation. 3. La fiche des cotes Tableau IV : le descriptif de la fiche des cotes Fiche de description du document Nom : Fiche des cotes Rubriques N° Données/Désignations Types Mode d’obtention Contraintes 1 L’année académique Texte Mémorisé ------- 2 L’année d’étude Texte Mémorisé ------- 3 L’option Texte Mémorisé ------- 4 Session Texte Mémorisé ------- 5 Intitulé du cours Texte Mémorisé ------- 6 Nombre d’heures du cours Numérique Mémorisé ------- 7 Titulaire du cours Texte Mémorisé ------- 8 Grade Texte Mémorisé ------- 9 Numéro d’ordre de l’étudiant Numérique Auto incrémente ------- 10 Nom de l’étudiant Texte Mémorisé ------- 11 Post-nom de l’étudiant Texte Mémorisé ------- 12 Prénom de l’étudiant Texte Mémorisé ------- 13 Les maxima travaux pratiques Numérique Mémorisé ------- 14 Les maxima interrogations Numériques Mémorisé ------- 15 Les maxima examens Numérique Mémorisé ------- 16 Le total général des maxima Numérique Mémorisé ------- 17 Point obtenu aux travaux pratiques par étudiant Numérique Mémorisé ------- 18 Point obtenu aux interrogations par l’étudiant Numérique Mémorisé ------- 19 Point obtenu à l’examen par l’étudiant Numérique Mémorisé ------- 20 Point total obtenu par l’étudiant Numérique Calculer ------- 21 La date de l’impression Date mémorisé -------
  • 39. 33 Commentaires : ce document présente toutes les données que contiennent la fiche des cotes, le mode d’obtention et leurs contraintes d’intégrité. 4. Le palmarès Tableau V : le descriptif du palmarès Fiche de description du document Nom : le palmarès annuels Rubriques N° Données/Désignations Types Mode d’obtention Contraintes 1 Cycle de l’étudiant Texte Mémorisé ------- 2 Option de l’étudiant Texte Mémorisé ------- 3 Nombre d’étudiant inscrit Numérique Calculé ------- 4 Promotion de l’étudiant Texte Mémorisé ------- 5 Nombre des réussites par auditoire Numérique Calculé ------- 6 Mention de l’étudiant Texte Mémorisé ------- 7 Nom de l’étudiant Texte Mémorisé ------- 8 Post-nom de l’étudiant Texte Mémorisé ------- 9 Sexe de l’étudiant Texte Mémorisé ------- 10 Matricule de l’étudiant Texte Mémorisé ------- 11 Nationalité de l’étudiant Texte Mémorisé ------- 12 Pourcentage obtenu par l’étudiant Numérique Calculé ------- Commentaires : ce document décrit les données se trouvant sur le palmarès annuel et comment s’obtient ces derniers.
  • 40. 34 II.4.3. le schéma de circulation et de traitement des informations Tableau VI : le schéma de circulation et de traitement des informations Chronologie Etudiant Appartitorat Admin. de Budget Enseignant Section académique Bureau de jury Jury élargi De septembre à janvier (spécial) Pendant les enseignements Lundi à samedi Après chaque évaluation Chronologie 1 Opération 1 Inscription TJ 2 4 3 Opération 2 Correction et centralisation des cotes TJ 5 6
  • 41. 35 Mi-février et mi- juillet Mi-février et mi- juillet Après chaque examen A la fin des examens Etudiant Apparitorat Admin. de Budget Enseignant Section Académique Jury élargi 7 Opération 3 Organisations des examens TJ 8 9 Opération 4 Consignation et codage des copies TJ 10 11,6 Opération 5 Centralisation des cotes TJ 12
  • 42. 36 1314 Opération 7 Publications des résultats TJ 16 Opération 8 Délibération recours Non Fondé Fondé 13 Opération 9 Elaboration du rapport de jury TJ Opération 6 Constatation et délibération TJ 15
  • 43. 37 Commentaire : ce tableau représente comment les informations à rapport avec les cotes circulent au niveau de l’ISC/Beni. Légende : 9. Copies d’examens codées par le jury 10. Copies d’examens codées corrigées par l’enseignant 11. Grille de délibération 12. PV de délibération 13. Liste des étudiants en ordre avec les finances 14. PV de délibération trié par critère de solvabilité 15. Lettre de recours 16. Rapport du jury 17. Les palmarès annuels, attestations de réussite, relevé des matières et des notes Opération 10 Elaboration des palmarès, attestations, relevés TJ 18 17 1. Formulaire d’inscription et élément du dossier 2. Liste des étudiants inscrits 3. Questions d’évaluations journalières 4. Copies d’évaluations journalières non corrigées (répondues) 5. Copies d’évaluations journalières corrigées 6. Fiche des cotes 7. Questions d’évaluations d’examens 8. Copies d’examens 9. Copies d’examens répondues
  • 44. 38 II.4.4. Descriptif des postes de travail Tableau VII : le descriptif du poste de travail administration et finance FICHE DE DESCRIPTION DE POSTE DE TRAVAIL Nom : Apparitorat Lieu : Beni, commune Beu, BATAM, Avenue des églises N° 09 Période de travail : lundi à vendredi de 07h30’ à 15h, samedi de 07h30 à 12h Heure par jour : 8h, Heure par semaine : 45h OPERATIONS N° Opération Libellé Type Volume/jour Durée total 01 Inscription Manuel 15 30’ 450’ Total 450’ Moyen : - Humain : un appariteur central G3 comptabilité - Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres, bref les matériels et fournitures de bureau Observation : l’appariteur est trop chargé en cas des inscriptions vu que plus des personnes viennent vouloir s’inscrire ne sachant pas quoi ils vont faire à l’université ou au supérieur. Commentaires : ce tableau décrit le poste de travail apparitorat du schéma de circulation et de traitement des informations. Tableau VIII: le descriptif du poste de travail administration et finance FICHE DE DESCRIPTION DE POSTE DE TRAVAIL Nom : Section académique Lieu : Beni, commune Beu, BATAM, Avenue des églises N° 09 Période de travail : lundi à vendredi de 07h30’ à 15h, samedi de 07h30 à 12h Heure par jour : 8h, Heure par semaine : 45h OPERATIONS N° Op. Libellé Type Vol/jour Durée total 10 Elaboration des palmarès, relevé, attestations Manuel 50 10’ 500’ Total 500’ Moyen : - Humain : Secrétaire Général académique L2 science politique - Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres (les matériels et fournitures de bureau), ordinateur avec comme logiciels Word, Excel,… Observation : la section académique a plus d’importance dans le cursus estudiantin Commentaires : ce tableau décrit le poste de travail section académique conformément à notre schéma de circulation et de traitement des informations.
  • 45. 39 Tableau IX: le descriptif du poste de travail Bureau de jury FICHE DE DESCRIPTION DE POSTE DE TRAVAIL Nom : Bureau de jury Lieu : Beni, commune Beu, BATAM, Avenue des églises N° 09 Période de travail : lundi à vendredi de 07h30’ à 15h, samedi de 07h30 à 12h Heure par jour : 8h, Heure par semaine : 45h OPERATIONS N° Op. Libellé Type Volume/jour Durée total 3 Organisation des examens Manuel 5 120’ 600’ 4 Consignation et codage des copies manuel 500 1’ 500’ 5 Centralisation des cotes Semi-automatique 100 5’ 500’ Total 1600’ Moyen : - Humain : un président Chef de travaux et ses compagnons - Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres (les matériels et fournitures de bureau), ordinateur avec comme logiciels Word, Excel, VLC,… Observation : toutes ses opérations ne se passent pas le même jour mais des journées différentes Commentaires : ce tableau est le descriptif du poste Bureau de jury de l’ISC/Beni. Tableau X : le descriptif du poste de travail Jury élargi FICHE DE DESCRIPTION DE POSTE DE TRAVAIL Nom : Jury élargi Lieu : Beni, commune Beu, BATAM, Avenue des églises N° 09 Période de travail : lundi à vendredi de 07h30’ à 15h, samedi de 07h30 à 12h Heure par jour : 8h OPERATIONS N° Op. Libellé Type Vol/jour Durée total 6 Constatation et délibération des cotes des étudiants Manuel 100 5’ 500’ 7 Publications des résultats manuel -- -- -- 8 Délibération des recours Manuel 50 10’ 500’ 9 Elaboration du rapport de jury manuel -- 300’ 300’ Total 1300’ Moyen : - Humain : le bureau de jury, les enseignants des cours,… - Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres, classeurs (les matériels et fournitures de bureau),… Observation : plus d’opérations sont manuellement faites à ce poste de travail et toutes ne se font pas le même jour. Commentaires : ce tableau décrit le poste de travail jury élargi de l’ISC/Beni.
  • 46. 40 II.4.5. Le descriptif des opérations Tableau XI : le descriptif des opérations FICHE DE DESCRIPTION DES OPERATIONS Nom de l’opération : Inscription Numéro de l’opération : 01 Période : chaque fois qu’il y a inscription Acteur : Appariteur Temps : 30’ Entrées/sorties Entrées : dossiers et le formulaire d’inscription Sorties : liste des étudiants inscrits Moyens : - Humain : un appariteur central G3 comptabilité - Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres, bref les matériels et fournitures de bureau Algorithmes - Elaboration du formulaire d’inscription par l’étudiant - Payement des frais d’inscription - Vérification du pourcentage obtenu sur les dossiers, s’il est inférieur à 60 on doit passer d’abord le concours d’admission et puis - Impression de la liste provisoire d’étudiants inscrits Nom de l’opération : élaboration des palmarès, relevés, attestations,… Numéro de l’opération : 10 Période : A la fin de l’année Acteur : la section académique Temps : 25 minutes Entrées/Sorties Entrées : le rapport du jury Sorties : les palmarès, les attestations, les relevés des matières et des notes Moyens - Humain : Secrétaire Général académique L2 science politique - Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres (les matériels et fournitures de bureau), 2 ordinateurs. - Logiciel : Microsoft Office 2007, SPSS,… Algorithme : - Saisie des pourcentages des étudiants sur le rapport du jury - Impression d’attestations, relevés des matières et des notes par étudiant
  • 47. 41 Nom de l’opération : Organisation des examens Numéro de l’opération : 03 Période : Quand il y a examen Acteur : Bureau du jury Temps : 120’ Entrées /sorties Entrées : Questions d’examens Sorties : Copies d’examens Moyens : - Humain : un président Chef de travaux et ses compagnons - Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres (les matériels et fournitures de bureau), ordinateur avec comme logiciels Word, Excel, VLC,… Algorithme - Saisie des questions d’examens - Impression des questions d’examens - Impressions des copies d’examens Nom de l’opération : consignation et codage des copies Numéro de l’opération : 04 Période : Quand il y a examen Acteur : Bureau du jury Temps : 1’ Entrées/sorties Entrées : copies d’examens répondues Sorties : copies d’examens codées par le jury Moyens - Humain : un président Chef de travaux et ses compagnons - Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres (les matériels et fournitures de bureau), ordinateur avec comme logiciels Word, Excel, VLC,… Algorithme - Collection des copies après examens - Codage des copies par les membres du bureau de jury Nom de l’opération : Centralisation des cotes Numéro de l’opération : 05 Période : Après chaque examen Acteur : Bureau du jury Temps : 5’ Entrées/sorties Entrées : copies d’examens codées corrigées par l’enseignant et la fiche des cotes Sorties : Grille de délibération
  • 48. 42 Moyens - Humain : un président Chef de travaux et ses compagnons - Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres (les matériels et fournitures de bureau), ordinateur avec comme logiciels Word, Excel, VLC,… Algorithme - Saisie des cotes par étudiant - Calcul des pourcentages par étudiant - Impression de la grille de délibération Nom de l’opération : constatation et délibération des cotes des étudiants Numéro de l’opération : 06 Période : Après l’impression de la grille de délibération Acteur : Jury élargi Temps : 5’ Entrées/sorties Entrées : Grille de délibération Sorties : le PV de délibération Moyens - Humain : le bureau de jury, les enseignants des cours,… - Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres, classeurs (les matériels et fournitures de bureau),… Algorithmes - Délibération sur la grille de délibération - Compensation des échecs de même catégorie veut dire de même pondération Nom de l’opération : Publication des résultats Numéro de l’opération : 07 Période : Après délibération et vérification des solvables. Acteur : jury élargi Temps : -------------- Entrées/sorties Entrées : PV de délibération et la liste des étudiants solvables Sorties : PV de délibération des étudiants solvables Moyens - Humain : le bureau de jury, les enseignants des cours,… - Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres, classeurs (les matériels et fournitures de bureau),… Algorithme - Vérification des soldes par étudiants - Publication des résultats
  • 49. 43 Nom de l’opération : Délibération des recours Numéro de l’opération : 08 Période : quad il y a des recours des étudiants Acteur : Jury élargi Temps : 3’ Entrées/sorties Entrées : les lettres de recours Sorties : PV de délibération des recours Moyens - Humain : le bureau de jury, les enseignants des cours,… - Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres, classeurs (les matériels et fournitures de bureau),… Algorithmes - Vérification et analyse des recours - Impression du PV de délibération Nom de l’opération : Elaboration du rapport du jury Numéro de l’opération : 09 Période : Après délibération Acteur : Bureau du jury Temps : 300’ Entrées/sorties Entrées : PV de délibération Sorties : Rapport du jury Moyens - Humain : un président Chef de travaux et ses compagnons - Matérielles : papiers, lattes, calculatrices, registres, encres (les matériels et fournitures de bureau), ordinateur avec comme logiciels Word, Excel, VLC,… Algorithme - Saisie des étudiants - Saisie des cotes des étudiants dans chaque cours - Saisie du pourcentage - Impression du rapport du jury Commentaires : ce tableau décrit tous les opérations des acteurs internes dans le schéma de circulation et de traitement des informations un peu haut ainsi que les algorithmes de traitement de ces opérations.
  • 50. 44 II.4.6. Modélisation des communications II.4.6.1. Modèle conceptuel des communications (MCC) Pour (MUHINDO MASIVI & MUMBERE MUYISA, 2014), Le modèle conceptuel de communication représente les échanges des messages entre intervenant. Figure 2 : Le modèle conceptuel de communication Légende : 1. Formulaire d’inscription et dossier de l’étudiant 2. liste des inscrits 3. Des questions d’évaluations journalières 4. Les copies d’évaluations journalières répondues 5. des copies d’évaluations journalières corrigées 6. la fiche des cotes 7. les questions d’examens 8. les copies d’examens 9. copies d’examens répondues 10. copies d’examens répondues et codées 11. copies d’examens corrigées et la fiche des cotes 12. la grille de délibération 13. le PV de délibération non trié 14. la liste d’étudiants solvables 15. le PV de délibération trié par le critère de solvabilité 16. les recours des étudiants 17. le rapport du jury. 7a 7b 11+6 2 17 16 15 10 Apparitorat Admin. de Budget Section académiqueEnseignant Bureau du jury Jury élargi Etudiant 1 3 4 5 6 8 9 12 13 14 2
  • 51. 45 II.4.6.2. matrice des flux Tableau XII : Matrice des flux Etudiant Enseignant Appariteur Bureau de jury Jury élargi Admin. de Budget Section académique Etudiant Copies d’évaluations journalières répondues. formulaire d’inscription et dossier. copies d’examens répondues, la lettre de recours. Appariteur la Liste des étudiants inscrit. la Liste des étudiants inscrit. Enseignant Les questions d’évaluations journalières, copies d’évaluations journalières corrigées. la fiche des cotes, les copies codées et corrigées. les questions d’examens. Bureau de jury Copies d’examens, PV de délibération trié par le critère de solvabilité. Copies d’examens répondues et codées. la grille de délibération. le rapport du jury. Jury élargi le PV de délibération non trié. Admin. de Budget la liste d’étudiants solvables. Section Académique les questions d’examens. Commentaires : ce tableau reprend les échanges des messages entre les intervenants. Les intervenants à gauche sont des émetteurs et ceux à haut des récepteurs. Source : Notre conception selon la méthode MERISE
  • 52. 46 II.4.7. Diagnostics et critique de l’existant Cette phase consiste à dégager les besoins réels à satisfaire à partir des fonctionnements constatés. II.4.7.1. Aspects positifs - Au sein du bureau du jury existe un ordinateur équipé du système d’exploitation Windows7 et des logiciels de bureau (Ms Office) ; - Bien que plus des opérations se fassent manuellement, l’ISC gère les cotes des étudiants semi automatiquement dans un classeur Excel ; - Le Bureau de jury dispose des agents bien former en informatique qui utilisent mieux que possible les outils informatiques notamment l’ordinateur et qui s’adapte facilement aux vogues informatiques. II.4.7.2. Aspects négatifs Départ nos analyses, nous avons constaté que le système de gestions des cotes des étudiants que le jury de l’ISC utilise n’est pas approprié pour des raisons que voici : - La lenteur dans le traitement des informations à rapport avec les cotes qui cause une difficulté aux décideurs de prendre une décision en temps opportun vue que les données trainent au niveau du jury. - En ajout, à part la lenteur dans le traitement des informations, plusieurs documents se font manuellement qui entrainent peu de fiabilité dans les résultats ; - Lors des inscriptions des nouveaux étudiants, il y a surcharge de l’apparitorat ; Partant des aspects négatifs que nous avons constatés au sein du bureau du jury de l’ISC/Beni, il est important d’en proposer des solutions car s’en ne sert en rien de critiquer sans proposer des solutions. II.4.8. Proposition des solutions
  • 53. 47 II.4.8.1. Solutions organisationnelles D’une manière organisationnelle, il serait évident au bureau de jury de faire une centralisation des cotes après chaque fin d’enseignement des cours, d’où après la fin d’un cours demander à l’enseignant de remettre les cotes des travaux journalières (travaux pratiques, travaux demandés et interrogations) pour permettre une centralisation des cotes fréquemment et qui ne causerait pas une lourde charge à la fin du semestre lors de l’encodage des cotes. II.4.8.2. Solutions Informatiques Pour pallier à la lenteur dans le traitement des cotes, la production manuelles des documents à rapport avec les cotes et pour faciliter les décideurs de prendre en temps opportun les décisions, nous mettrons en place un système de gestion informatisé qui permettra de conserver les données et les produire en temps voulu. Ce système informatisé permettra d’avoir une fiabilité sur le résultat du jury car tous les calculs à rapport avec les cotes se feront automatiquement, en plus une saisie tout au long du parcourt académique, d’où pas des redondances. CONCLUSION PARTIELLE Deux points saillant ont occupé notre chapitre dont : la présentation du milieu d’étude et les études préalables. Dans le premier point, nous avons parlé du bref historique de l’institut supérieur de commerce de Beni qui a été notre champ d’investigation et dans le deuxième point, nous avons étudié le système d’information utilisé par ce dernier où nous avons chuté par leur proposer quelques solutions tant organisationnelle qu’informatique pour l’amélioration de ce dernier.
  • 54. 48 CHAPITRE III : CONCEPTION DU NOUVEAU SYSTEME Dans ce chapitre, nous nous occuperons de concevoir un nouveau système basé sur nos propositions organisationnelles et informatique et suivant la méthode d’étude et de réalisation informatique pour les systèmes d’entreprises. III.1. Modélisation des données III.1.1. règles de gestion des données - Un étudiant est identifié par un numéro matricule et a un nom, un post-nom, un prénom, une date de naissance, un sexe, l’état civil, la nationalité et un numéro de téléphone; - Une année est identifié par un code et a une description ; - Une promotion est identifiée par un code et a une description ; - Une option est identifiée par un code et a une description ; - Au début de l’année et à une date précise, un étudiant s’inscrit dans une promotion et une option; - Une option appartient à une section ; - Une section est identifié par un code et a une description ; - Un cours est identifié par un sigle et a un nom, le nombre d’heures, le nombre des crédits; - Au début de l’année un cours est attribué à un enseignant qui est identifié par un numéro et qui a un nom, un post-nom, une adresse et un numéro de téléphone. - Une session est identifié par un code et a une description ; - Au cours d’une session de l’année, l’étudiant est examiné en fonction des cours étudiés pendant le semestre et on précise la cote obtenue aux travaux pratiques, interrogations et examens. - Pour chaque année, les étudiants finalistes passent le stage et élabore des travaux de fins de cycle ou mémoire auxquels ils passent en défense ou ramassent et obtiennent des cotes pour chacun d’eux (cote en stage, cote en TFC si on est en graduat et cote en mémoire pour ceux de licence). III.1.2. Le dictionnaire des données Le dictionnaire des données est une mise en forme cohérente de l’ensemble des données de l’organisation dans le ou les domaines de gestion étudiés. C’est la liste précise de chacune des données manipulées, représentée par une mnémonique (un identificateur) et une définition précise
  • 55. 49 de la donnée reconnue par tous au sein de l’organisation. (MUHINDO MASIVI & MUMBERE MUYISA, 2014, p. 36) Tableau XIII : le dictionnaire des données Numéros Mnémoniques Désignations Types 01 MatrEt Numéro matricule de l’étudiant Texte 02 NomEt Nom de l’étudiant Texte 03 PostnomEt Post-nom de l’étudiant Texte 04 PrenEt Prénom de l’étudiant Texte 05 DatenaissEt Date de naissance de l’étudiant Texte 06 SexeEt Sexe de l’étudiant Texte 07 EtCivilEt Etat civil de l’étudiant Texte 08 NationaliteEt Nationalité de l’étudiant texte 09 TelEt Numéro de téléphone de l’étudiant texte 10 Codeannee Code de l’année Texte 11 Descrannee Description de l’année Texte 12 Codeprom Code de la promotion Texte 13 Descrprom Description de la promotion Texte 14 Codeoption Code de l’option Texte 15 Descroption Description de l’option Texte 16 Codesection Code de la section Texte 17 Descrsection Description de la section Texte 18 Siglecours Sigle du cours Texte 19 Nomcours Nom du cours Texte 20 Nbheurecours Nombre d’heures du cours Numérique 21 Nbcreditcours Nombre des crédits du cours numérique 22 Semcours Semestre du cours Mémorisé 23 Numenseign Numéro de l’enseignant Auto Incrémente 24 Nomenseign Nom de l’enseignant Texte 25 Postnomenseign Post-nom de l’enseignant Texte 26 Adrenseign Adresse de l’enseignant Texte 27 Telenseign Numéro de téléphone de l’enseignant Texte 28 Codesession Code de la session Texte 29 Descrsession Description de la session Texte 30 Cotetp Cote du travail pratique numérique 31 Coteinterro Cote de l’interrogation Numérique 32 Coteexam Cote de l’examen Numérique 33 Cotestage Cote en stage Numérique 34 Cotetfc Cote en TFC Numérique 35 Cotememo Cote en mémoire Numérique Commentaires : ce tableau rassemble la liste des données utilisé par le jury à ce qui concerne la gestion des cotes.
  • 56. 50 III.1.3. le graphe des dépendances fonctionnelles La notion des dépendances fonctionnelles est un outil au service de la réflexion. Elle contribue au regroupement des données par « affinités », ce qui favorise les traitements. Il y a dépendance fonctionnelle entre une donnée S et une donnée B si, connaissant une valeur de S, on en déduit au plus une valeur de B. S est la source de la dépendance et B en est son but. (Jacques Sornet, 2007, p. 12) Figure 3 : le graphe des dépendances fonctionnelles III.1.4. le Modèle conceptuel des données (MCD) Le modèle entités/associations (MEA) ou schéma entités/associations est souvent nommé de façon abusive modèle conceptuel des données qui est en effet une étape de la méthode d’analyse des systèmes d’information MERISE. (MUHINDO MASIVI & MUMBERE MUYISA, 2014, p. 53) MatrEt NomEt PostnomEt prenEt DatenaissEt SexeEt EtCivilEt NationaliteEt TelEt Codeannee Descrannee Codeoption Descroption Codeprom Descrprom Codesection Descrsection Siglecours Nomcours Nbheurecours Nbcreditcours Semcours Numenseign Nomenseign Postnomenseign Adrenseign Telenseign Codesession Descrsession Cotetp, coteinterro, coteexam Cotestage, Cotetfc ou Cotememo
  • 57. 51 Figure 4 : Le modèle entité association Source : Notre conception en JMERISE 0.4 III.1.5. Le modèle logique des données Le modèle logique de données (MLD) décrit les structures de données indépendamment de la gestion physique des bases de données. Il est une étape intermédiaire, intellectuellement très satisfaisante, vers le modèle physique de données. (MUHINDO MASIVI & MUMBERE MUYISA, 2014, p. 81) Figure 5 : le modèle logique des données Source : Notre conception en JMERISE 0.4
  • 58. 52 III.1.6. Modèle physique des données (MPD) Pour (GRUAU Cyril, 2006, p. 27) Un modèle physique des données est l’implémentation particulière du modèle logique de données par un logiciel. Alors Pour (MUHINDO MASIVI & MUMBERE MUYISA, 2014, p. 92), Le modèle physique de données est un modèle de la base de données. On implante le système d’informations à partir d’un logiciel appelé Système de Gestion de Bases de Données (S.G.B.D.). Le système d’informations devient alors une Base de Données. Figure 6 : Le Modèle Physique des données Source : SQL server
  • 59. 53 III.2. Modélisation des traitements Le traitement représente les diverses manipulations qu’on peut faire subir aux données afin d’obtenir le résultat attendu. Qu’ils soient manuels ou automatiques, les traitements sont constitués d’opérations déclenchées par l’arrivée des événements. (MUHINDO MASIVI & MUMBERE MUYISA, 2014, p. 64) III.2.1. Règles de gestion des traitements - A l’arrivé de l’étudiant, il rédige un formulaire d’inscription et doit fournir les éléments du dossier. L’étudiant sera inscrit et on produit à la fin une liste des étudiants inscrits ; - En fournissant à l’enseignant la liste des étudiants inscrits, il enseigne son cours, évalue journalièrement les étudiants et élabore une fiche de cotes journalière ; - lors de la session, les étudiants sont évaluer par le jury en leurs fournissant les copies d’examens codées et les questions d’examens ; - Après évaluation, le jury procède au codage des copies et les envoient auprès de l’enseignant pour correction ; - Après correction, les copies sont renvoyées auprès du jury pour le décodage et la production des fiches des cotes d’examens mais aussi les fiches des cotes journalières sont aussi renvoyées et à la fin on produit les grilles de délibération; - Les grilles des délibérations sont envoyées auprès du jury élargi pour procédé à la délibération et afin de produire les PV des délibérations ; - A cette période, avant de publié le résultat le bureau Administration et finance envoi la liste des étudiants solvables au bureau du jury ; - Après publication des résultats, les étudiants peuvent rédiger les lettres des recours s’ils ne sont pas satisfaits de leurs résultats. Le recours peut être fondé ou non. Si le recours n’est pas fondé, l’étudiant est informé de cela si non le jury procède à la délibération de ces recours. - Après la production des PV, le jury par le biais du secrétaire doit élaborer un rapport qu’il envoi auprès du secrétaire académique pour la production des relevés des matières et des notes, les attestations des cotes,… III.2.2. Le modèle conceptuel de traitement Le Modèle conceptuel des traitements (MCT) est une représentation, sous forme schématique, de phénomènes de réactions du type : Evènement déclenchant -> Transformation