SlideShare une entreprise Scribd logo
Comptabilité générale
1
Réalisé par
Mme Boukheddimi Souhila
Comptabilité générale
introduction
Définition de la comptabilité
• C’est une technique qui permet d’enregistrer dans
des comptes les flux de l’entreprise afin de
déterminer son résultat et de présenter sa situation
patrimoniale.
• Sur le plan économique, elle doit renseigner si
l’activité est rentable ou pas
• Sur le plan juridique, la tenue de la comptabilité est
obligatoire, c’est un moyen de preuve avec les tiers
et surtout pour le service des impôts
• Elle est un moyen de contrôle de l’entreprise et un
outil d’aide à la décision
Rôle de la comptabilité
• C’est une technique d’enregistrement, de stockage
et de traitement de l’information ainsi qu’un
système normalisé et réglementé ayant pour
objectif d’offrir une représentation synthétique de
l’entreprise.
• Les états financiers qui en résultent doivent
répondre aux besoins d’un grand nombre
d’utilisateurs internes ou externes à l’entreprise .
• Elle est donc à la fois un instrument d’informations
financières et un outil de gestion.
Instrument d’information financière
• L’E est une organisation transparente, qui doit
rendre compte aux partenaires avec lesquels elle
est en relation d’affaire (salariés, clients, FRS, l’Etat,
SS…)
• Cette information est donnée par 3 documents de
synthèse:
- bilan qui décrit le patrimoine à une date donnée
- compte résultat: comment est réalisé le résultat
- l’annexe qui complète ces documents.
Outil de gestion
• La comptabilité est un outil de gestion destiné
à éclairer les dirigeants de l’E.
• Elle se présente comme un tableau bord
destinée aux dirigeants et composée d’une
série d’instruments de mesures de
performances comme les soldes
intermédiaires de gestion, les ratios, le
tableau de financement…
L’information comptable varie selon l’importance de
l’entreprise:
• Les petites E la comptabilité restent secrètes, sauf à l’
égard des impôts et de la banque
• Les grandes sociétés, au contraire, font l’objet d’une
large publicité, surtout lorsqu’elles sont cotées en
bourse
1. Les comptes sont certifiés par des commissaires aux
comptes externes
2. Approbation des associés
3. Communication au comité d’entreprise
4. Dépôt au greffe du tribunal de commerce
5. Publication au bulletin d’Annonces Légales Obligatoires
(BALO)
Droit comptable
• Il représente les règles à implication comptables et
financières à la tenue des comptes et à la
présentation des documents annuels
• Droit comptable s’est progressivement formé grâce
aux textes juridiques, lois, décrets, arrêtés élaborés
selon les besoins des commerçants, des sociétés, de
la collectivité.
• Droit comptable a toujours cherché à répondre aux
besoins des utilisateurs, il est devenu un moyen de
preuve entre commerçants, ce qui a nécessité des
règles de formes.
Les sources du droit comptable
• L’objectif est d’harmoniser les obligations comptables
des E et la présentation des états financiers.
• La comptabilité doit respecter les principes qui
conditionnent les règles et les méthodes comptables
utilisées par les E, pour des raisons de régularité et de
sécurité
• Code du commerce oblige à contrôler 1 fois/an par
inventaire l’existant des valeurs du patrimoine de l’E
• À la clôture de l’exercice, l’E doit établir les comptes
annuels et les opérations de régularisation de fin de
période.
Principes comptable
• Principe de clôture d’un exercice et travaux d’inventaire, la
durée d’un exercice comptable est de 12 mois
• Principe de prudence et de non compensation : la perte
exceptionnelle doit-être traduite en comptabilité (+/- values)
• Principe de coût historique (dépréciation
monétairel’inflation)
• Principe de permanence des méthodes (amortis, stocks)
• Principe de l’indépendance d’exercice: il faut rattacher à
chaque exercice comptable l’ensemble des opérations qui ont
pris naissance et qui ont été consommées au cours de cet
exercice pour le montant correspondant: exemple: règlement
assurance annuelle le 12/10/2017 : 1200 DA, (3mois
concerne 2017 et 6 mois 2018)
• Principe de continuité de l’exploitation: les biens de l’E sont
évalués en fin d’exercice pour leur valeur d’utilité et non pour
leur valeur de liquidation
Analyse et saisie des flux
• Les flux sont des mouvements de biens et services et
des mouvements de valeurs qui se produisent dans une
E pendant un temps déterminé
• Chaque flux est caractérisé par son sens et sa valeur:
1. Par son sens: chaque flux « origine et destination »
2. Par sa valeur: chaque flux doit être exprimé en terme
monétaire
• En comptabilité chaque flux est exprimé en termes de
ressource (origine du flux) on parle de créditer le
compte et d’emploi (destination du flux)on parle de
débiter le compte.
Description des flux
• Flux réels et financiers:
1. Réels: mouvement des biens et services
2. Financiers: mouvement des moyens règlement
(espèces, chèque, carte de paiement…)
• Flux internes et flux externes:
1. Flux internes à l’E (sortie des stocks vers ateliers)
2. Flux externes avec les tiers de l’E
• Ces flux sont comptabilisés dans des comptes.
Définition d’une écriture comptable
• L’objectif de la comptabilité est de produire une information
financière fiable, comparable, sincère, régulière et claire.
• Pour cela, « tout flux impactant l’entreprise, c’est-à-dire son
patrimoine ou son activité, doit être enregistré dans les
comptes ». C’est la définition même d’une écriture
comptable : elle traduit l’impact financier d’un flux dans la
comptabilité de l’entreprise.
• Une écriture comptable constitue donc la transcription
financière d’un flux dans les comptes d’une entreprise.
• L’ensemble des écritures comptables d’une entreprise vont
alimenter ses états financiers que sont le bilan, le compte de
résultat et l’annexe.
Caractéristiques d’une écriture comptable
1-Présentation d’une écriture comptable
• Une écriture comptable est composée d’au moins deux
lignes ; chaque ligne étant ventilée en plusieurs colonnes et
devant contenir différentes informations.
• Deux colonnes doivent attirer particulièrement l’attention de
l’opérateur de saisie : la colonne « débit » et la colonne
« crédit ». En effet, il va devoir y éclater son opération en
fonction de la nature de l’opération et du sens de celle-ci.
Une écriture comptable comprend forcément au moins un
débit et un crédit.
• Une fois l’écriture comptable saisie, le total des débits doit
obligatoirement être égal au total des crédits. C’est le
mécanisme fondamental de la partie double, principe sur
lequel repose la comptabilité des entreprises. On dit alors
que l’écriture comptable est équilibrée.
Justification d’une écriture comptable
• Toute écriture comptable doit être appuyée par un
justificatif (on parle d’ailleurs de pièces justificatives
comptables). Pour les achats et les ventes, ce sont
généralement les factures qui assurent cette fonction. Pour la
banque, ce sont les relevés de compte bancaire. Pour la
caisse, ce sont les brouillards. Pour les enregistrements liés à
la paie, ce sont les bordereaux de charges sociales ainsi que
les journaux de paie.
• Il est généralement conseillé de numéroter correctement les
justificatifs et de reporter ce numéro au sein même de l’
écriture comptable (numéro d’ordre) et ce afin d’être en
mesure de retrouver rapidement le justificatif en cas de
besoin (pour les factures, il sera possible de retenir, par
exemple, le numéro de facture tel qu’il y figure).
Composition d’une écriture comptable
Toute écriture comptable doit contenir au moins
les informations suivantes :
• La date de l’opération (en général, la date de facture) ;
• La référence du justificatif de l’opération (numéro
permettant d’identifier le document) ;
• Le libellé de l’opération (description du flux) ;
• Les comptes mouvementés par l’opération (imputation
comptable) ;
• Le montant de l’opération (valorisation du flux) ;
• Et le sens du flux (le débit s’il représente un emploi, le
crédit s’il constitue une ressource).
Enregistrement d’une écriture comptable
Une écriture comptable s’enregistre dans un document appelé
un journal comptable.
En pratique, il existe généralement un journal centralisateur
qui regroupe différents journaux auxiliaires, tel que:
• Le journal des achats regroupant les enregistrements des
factures d’achats,
• Le journal des ventes regroupant les enregistrements des
factures de ventes,
• Le journal de banque regroupant les enregistrements des
relevés bancaires,
• Le journal de caisse regroupant les enregistrements de la
caisse (espèces notamment),
• Le journal de paie regroupant les enregistrements des
écritures de paie,
Les livres comptables
• 1- Le journal : La nécessité du journal :
L’enregistrement des opérations directement dans les comptes,
présente des inconvénients qui sont à l’origine de la nécessité
du journal, à savoir :
• Source de nombreuses erreurs (un compte peut être débité
au lieu d’être compte crédité, par erreur ou omissions, etc.) ;
• Ne répond pas aux prescriptions du code de commerce qui
ordonne la relation chronologique de toutes les opérations
de l’entreprise: En examinant les comptes, il est difficile,
sinon impossible de reconstituer ou de reconnaître l’ordre
dans lequel les opérations se sont succédées ;
• Possibilité de fraude : un comptable malhonnête pourrait
facilement commettre des fraudes, ajouter par exemple une
opération non effectuée par l’entreprise, car le contrôle
serait très difficile.
Présentation du journal :
Le journal constitue de par la loi un livre obligatoire. Il permet
l’enregistrement chronologique des opérations. Sa tenue permet aussi le
redoublement des écritures d’enregistrement, donc un contrôle
d’exactitude. Les pages de ce document sont numérotées (cotées) et
chaque feuille est parafée par le tribunal de commerce.
Il est interdit :
• D’arracher des feuilles ;
• De laisser des blancs ;
• D’effacer au grattoir, à la gomme ou au correcteur ;
• D’intercaler une opération entre deux écritures ;
• De porter des inscriptions en marge ;
• De faire des ratures.
Le tracé du journal comporte :
• Deux colonnes réservées pour les numéros de comptes (à débiter et à
créditer) ;
• Une colonne destinée à la désignation des comptes (libellé);
• Deux colonnes pour les sommes (débit et crédit).
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
N° cpt
débité
N° cpt
crédité
Date
Compte débité
Compte crédité
Libellé précisant si nécessaire le
document de base justifiant
l’opération
Montant
débit
Montant
crédit
Règles
− L’enregistrement dans journal commence par reprendre les éléments
du bilan d’ouverture : les éléments de l’actif sont inscrits au débit et
ceux du passif au crédit ;
− Pour enregistrer une opération au journal, il faut commencer par le ou
les comptes à débiter, puis les autres comptes à créditer ;
− Dans une opération d’achat/vente, le libellé dans la phase de
facturation (transfert de propriété) est traduit par le N° de la facture.
Les M/ses achetées stockées doivent faire l’objet d’un « Bon
d’entrée ». La sortie de M/ses des stocks est justifiée par un « Bon de
sortie » ;
− Lorsque plusieurs opérations se passent à la même date, on
mentionne la date une seule fois dans le 1er
article, puis on porte
uniquement, pour les autres, la mention « Dito » ou « d°
» ou « // » ;
− Les sommes sont totalisées en bas de chaque page et ces totaux sont
reportés sur la première ligne de la page suivante :
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
N° cpt
débité
X
N° cpt
crédité
X
01/ 2021
Tous les Comptes de l’actif
Tous les Comptes du Passif
L’ouverture du journal
Montant
débit
Montant
crédit
Bas de page
A reporter Total
débit
Total
crédit
Début de la page suivante
Report
date
Total
débit
Total
crédit
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
626
53
04/12/2013
Frais postaux et télécommunication
Caisse
Facture téléphone N°, bon de caisse
N°
2500
2500
Exemple 1 : Le 04/12/2013 règlement de la facture de téléphone en
espèces, montant 2.500 DA
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
38
30
401
53
38
02/12/201N
Achat stocké de M/ses
Fournisseurs de stocks
et service
Caisse
Facture N°, bon de caisse N°
« Dito » ou « d° »
ou « // »
Stock de M/ses
Achat stocké de M/ses
Bon d’entrée N°
9200
9200
4600
4600
9200
Exemple :
Le 02/12/201N achat de M/ses pour un montant de 9200 DA. Le
règlement s’est fait 1/2 en espèce le reste à crédit.
L’enregistrement comptable
• Chaque pièce va générer une ou plusieurs écritures
comptables mouvementant différents comptes en
fonction de la nature de l’opération (comptes de
bilan ou comptes de gestion) et du sens de cette
dernière.
• Le montant est ventilé, selon le mécanisme de la
partie double ou de la partie simple, entre deux
colonnes : le débit ou le crédit. Chacune d’entre
elles a une signification particulière.
Le grand livre
• C’est un document comptable qui retranscrit toutes
les opérations comptables inscrites au journal.
• Ces opérations sont inscrites sur ce document
simultanément avec celles du journal.
• Les comptes sont en T:
débit crédit
• Après avoir établi le journal, un report est
effectué au grand livre pour que le comptable
puisse tirer les soldes finals des comptes qui
lui serviront dans l’établissement du bilan, du
Tableau des Comptes du Résultat (TCR).
• Le grand livre est un document comptable
obligatoire, il représente l’ensemble des
comptes ouverts dans une entreprise.
• Il se présente sous forme d’un registre relié,
de feuilles mobiles ou encore de fiches.
balance : définition
• La balance est un tableau récapitulatif des totaux débits et
crédits ainsi que les soldes des tous les comptes.
• Elle est établie périodiquement, généralement chaque mois.
Ce tableau comporte 6 colonnes :
• Une colonne où sont inscrits les numéros de comptes
ordonnés de la classe 1 à 7 ;
• Une colonne où sont inscrits les intitulés de comptes ;
• Deux colonnes consacrées aux différents mouvements des
comptes (une pour le débit et l’autre pour le crédit)
• Deux colonnes où sont reportés les soldes des différents
comptes (débit et crédit).
• 2 balances sont établies généralement chaque année: une
balance avant inventaire et une balance après inventaire.
N° intitulés des
comptes
Mouvements
des comptes
Soldes
Débit Crédit Débit Crédit
De la classe 1 à 7
Total 1 Total 2 Total 3 Total 4
Rôle de la balance
• La balance représente un moyen arithmétique pour vérifier le
principe de la partie double et le report effectué du journal au
grand livre.
• Une balance exacte fait apparaître une triple égalité :
• Egalité entre le total des sommes débitées et le total des
sommes créditées :
• Total 1 = Total 2
• Egalité entre le total des colonnes débit et crédit avec celui du
journal:
- Total 1 = Total 2 = Total du journal
- Egalité entre le total des soldes débiteurs et le total des soldes
créditeurs : Total 3 = Total 4
Fonctionnement des comptes
Les comptes de patrimoines ou de bilan:
✔ Les comptes d’actif
✔ Les comptes du passif
Les comptes de gestion que l’on retrouvent dans le
tableau comptes résultats (TCR):
✔ Les comptes de charges
✔ Les comptes de produits
Comptes Signification d’un débit Signification d’un crédit
Compte de charges (classe 6) Augmentation des
charges
Diminution de charges
Compte de produits (classe 7) Diminution de produits Augmentation de produits
Compte d’actifs (classe 2, 3,
compte 409, comptes 41 sauf
exceptions et classe 5 sauf
exceptions)
Augmentation de
possession
Diminution de possession
Compte de passifs (classe 1,
comptes 40, 42, 43,44 et 46
sauf exceptions et certains
comptes de classe 5)
Diminution
de ressources
Augmentation
de ressources
Le bilan
Le bilan est un document de synthèse, il représente une photographie
du patrimoine d’une entreprise, à une date donnée « t » donné et, en
l’occurrence, à la clôture de l’exercice comptable.
• Le patrimoine représente l’ensemble des biens et des dettes de
l’entreprise
• Les postes du bilan sont classés: liquidité (actif)/exigibilité (passif)
• Bilan doit être équilibré: total actif = total passif
• Bilan doit être daté
• Le bilan comprend 2 parties:
1. L’actif représenté par les biens ou emplois
2. Passif représenté par les dettes ou ressources
• Par convention, l’actif est dans la partie gauche du tableau et le passif
est dans la partie droite du bilan.
• Il récapitule, d’un côté, ce que l’entreprise possède (on parle d’actifs)
et, de l’autre, ce qu’elle doit (on parle de passifs).
L’actif du bilan
• les investissements durables d’une entreprise
(appelés immobilisations):
- valeurs incorporelles
- Valeurs corporelles
- Valeurs financières
• les biens qui sont conservés par l’entreprise sur
une courte durée (l’actif circulant ):
- les stocks,
- les créances,
- et les disponibilités.
Passif du bilan
• les ressources internes, moyens de financement à
disposition de l’entité pour un délai assez long
- le capital,
- les réserves,
- le report à nouveau, etc.
• et les ressources externes temporaires
- dettes financières,
- dettes fournisseurs,
- dettes fiscales et sociales.
Le Système Comptable Financier
(SCF) :
• Le SCF a été institué par la loi 07-11 du 25/11/2007 et
entrée en vigueur à compter du 1er
janvier 2010. Il a
remplacé le PCN (Plan Comptable National), tout en
intégrant les normes internationales, particulièrement
l’ISA/IFRS (International-Accounting-Standards/
International Financial Reporting Standards).
• Le SCF prévoit une classification des comptes articulée
autour de sept classes, regroupés en deux catégories,
• la codification des comptes est décimale, le premier chiffre
indique la classe, le second la division de la classe, le
troisième une subdivision des comptes et les chiffres
suivants affinent la subdivision.
• Les comptes de bilan (situations ou de patrimoine)
qui sont :
– La classe 1 : comptes de capitaux ;
– La classe 2 : comptes d’immobilisation ;
– La classe 3 : comptes de stocks et d’encours ;
– La classe 4 : comptes de tiers (actif et passif) ;
– La classe 5 : comptes financier.
• Les comptes de gestion (exploitation) qui sont :
– La classe 6 : comptes de charges ;
– La classe 7 : comptes de produits.
• Il prévoit aussi des comptes spéciaux (classe 8 et 9)
non utilisées au niveau du plan comptable,
permettant aux entreprises d’enregistrer leurs
opérations particulières.
Exemple
Classe 2 : Comptes d’immobilisations.
Compte
divisionnaire
21 : Immobilisations corporelles.
Comptes 218 : Autres immobilisations corporelles.
Sous- comptes 2182. : Matériels de transport.
Les principales différences entre PCN et
SCF :
PCN SCF
Classe 1 Fonds propres
10 Fonds social
110 Fond d’exploitation
119 Compte de l’exploitant
13 Réserves
18 Résultat en instance
d’affectation
Classe 1 Comptes de
capitaux
101 Capital social ou fonds
d’exploitation
108 Compte de l’exploitant
106 réserves
120/129 Résultat de l’exercice
Classe 2 Investissements
20 Frais préliminaires
21Valeur Incorporelles
210 Fonds de commerce
22 Terrains
24 Equipements de production
240 Bâtiments
243 Matériels et outillages
244 Matériels de transport
247 Agencements et installations
Classe 2 Comptes d’immobilisation
20 Immobilisations incorporelles
20 Immobilisations incorporelles
208 Autres immobilisations
incorporelles
211 Terrains
215 Installations technique,
matériel et outillage industriels
213 Constructions
215 Installations technique,
matériel et outillage industriels
2182 Matériels de transport
215 Installations technique,
matériel et outillage industriels
Classe 3 Stocks
30 Marchandises
31 Matières et fournitures
33 Produits semi-ouvrés
34 Produits et travaux encours
35 Produits finis
36 Déchets et rebus
37 Stocks à l’extérieur
38 Achats
Classe 3 Comptes de stocks et en-cours
30 stocks de marchandises
31 Matières premières et fournitures
32 Autres approvisionnements
321 Matières consommables
322 Fournitures consommables
336 Emballage
351 Produits intermédiaires
33 Encours de production de biens
331 Produit encours
335 Travaux encours
34 Encours de production de services
341 Etudes encours
345 Prestation de service encours
355 Produits finis
358 Produits résiduels ou matières de récupération
37 Stocks à l’extérieur (encours de route, en dépôt ou
en consignation)
38 Achats stockés
Classe 4 Créances
421 Titres de participation
470 Clients
485 Comptes bancaires
486 Comptes postaux (CCP)
487 Caisse
Classe 4 Comptes de tiers
Classe 5 Comptes financiers
261 Titres de filiales
411 Clients
512 Banques comptes courants
515 Trésor public et
établissements publics
53 Caisse
Classe 5 Dettes
521 Emprunts bancaires
522Crédits d’investissements
530 Fournisseurs
588 Avances bancaires
Classe 1 Compte de capitaux
Classe 4 Compte de tiers
Classe 5 Compte financiers
164 Emprunts auprès des
établissements de crédit
404Fournisseurs
d’immobilisations
401 Fournisseurs de stocks et
services
519 Concours bancaires
courants
Présentation normalisée du bilan
Actif passif
2 Actif immobilisé
Immobilisations incorporelles
- Frais préliminaires, Fonds commerce
- Brevets, frais recherche et développement
Immobilisations corporelles
- terrains, construction, outillage
- Matériel bureau, informatique
Immobilisations financières
- prêts, dépôts et cautionnement, titres
Actif circulant
3 Stocks: marchandise, PF, emballages…
4 Créances: clients
5 Disponibilité: Banque caisse
I Capitaux propres
Capital social
Réserves
Résultat
I Dettes financières
Emprunt auprès établissements financiers
4 Dettes d’exploitation
Fournisseurs
Etat (TVA, dettes fiscales &sociales)
Organismes sociaux
4 Dettes hors exploitation
Fournisseur d’immobilisation
Impôts sur les sociétés
5- concours bancaires courants
Actif du bilan
L’actif du bilan comporte en réalité 5 colonnes:
N°compte libellé Valeur brute Amort/prov Valeur
nette
totaux
Les variations du bilan :
Les modifications des éléments de l’actif
Les opérations commerciales qui touchent
uniquement les éléments de l’actif n’ont
pas d’incidences sur le total du bilan. Il
s’agit d’une réaffectation d’emploi.
Exemple
Actif Passif
Actifs courants :
512 Banque compte courant
53 Caisse
800000
200000
Capitaux propres :
101 Fonds d’exploitation 1000000
Total actif 1000000 Total passif 1000000
Bilan au 01/03/2017
• Le 30 avril 2013, cette entreprise achète des M/ses,
d’un montant de 360000 DA réglé par chèque
bancaire et achète du mobiliers de bureau en
espèces, montant pour 50000 DA.
Actif Passif
Actifs non courants :
2184 Mobiliers de bureau
Actifs courants :
30 Stocks de M/ses
512 Banque compte courant
53 Caisse
50000
360000
440.000
150.000
Capitaux propres :
101 Fonds d’exploitation 1000000
Total actif 1000000 Total passif 1000000
Les modifications des éléments du passif :
•Quand les variations concernent les éléments du passif, le total du
bilan va être modifié, en d’autre terme chaque changement de
ressources donne lieu à une modification du total du bilan.
•Le bilan du 30/04/2017, l’entreprise effectue le 01/06/2017 un
nouvel apport de 60.000 DA qu’elle dépose en caisse.
Actif Passif
Actifs non courants :
2184 Mobiliers de
bureau
Actifs courants :
30 Stocks de M/ses
512 Banque compte
courant
53 Caisse
50000
360000
440000
210000
Capitaux propres :
101 Fonds d’exploitation 1060000
Total actif 1060000 Total passif 1060000
Comptes de gestion
• Les comptes de gestion comprennent les comptes de charges (cl 6) et
les comptes de produits (cl7).
• Les charges sont des travaux ou services irrémédiablement
consommées par l’E, ex: le travail du salarié est consommé par l’E, le
salaire a été affecté à un emploi définitif appelé charge salariale,
consommation d’énergie, loyer, assurance, tel...
• Les produits sont encaissables et génèrent un flux de trésorerie.
• Les charges et les produits sont classés par nature:
- Les charges et produits d’exploitation contribuent à l’activité ou à
l’exploitation courante de l’E
- Les charges et produits hors exploitation ou exceptionnels regroupent
les éléments non répétitifs, indirectement liées à l’exploitation ex: une
amende
- Les charges et produits financiers regroupent les éléments qui
sanctionnent les choix de financement effectués par l’E.
Les charges décaissables et non
décaissables
Une charge décaissable est une charge du
compte de résultat (tous les comptes de la classe
6 « Charges » du compte de résultat) qui
occasionnent une sortie d’argent.
Le flux de trésorerie qu’elle génère vient ainsi
diminuer la trésorerie de l’entreprise.
Ce flux peut concerner des salariés, des
organismes sociaux, des organismes fiscaux, des
associés, des établissements bancaires, etc.
En comptabilité, la plupart des charges sont décaissables.
Tel est le cas, notamment
- Des achats de matières premières, fournitures
consommables et marchandises (comptes 60)
- Des services extérieures (comptes 61 et 62 : honoraires,
frais de télécommunication, documentation, frais postaux,
primes d’assurance, etc.) ;
- Des impôts et taxes (comptes 63 : taxes sur les véhicules
de tourisme, impôt sur les bénéfices, taxe d’apprentissage,
formation professionnelle, etc.) ;
- Des salaires et charges sociales (comptes 64) ;
- Des autres charges de gestion (comptes 65) ;
- Des charges financières (comptes 66) ;
- certaines charges exceptionnelles (comptes 67).
charges non décaissables
Une charge non décaissable est, par définition, une charge
calculée (généralement en l’application de principes comptables) et
qui ne donne lieu à aucune sortie d’argent, c’est-à-dire à aucun
décaissement. Elle n’aura donc aucun impact sur la trésorerie mais
entraînera tout de même une diminution du résultat net comptable.
En comptabilité, ces charges ne sont pas prépondérantes. Il s’agit
essentiellement :
• Des dotations aux amortissements sur immobilisations corporelles et
incorporelles (comptes 6811, 6861 et 6871) ;
• Des dotations aux amortissements dérogatoires (compte 68725) ;
• Des dotations aux dépréciations des immobilisations, des stocks ou
des créances (comptes 6816, 6817, 6866 et 6876) ;
• Des dotations aux provisions pour risques et charges (comptes 6815,
6865 et 6875)
• Des dotations aux provisions réglementées (compte 6873) ;
• Des valeurs nettes comptables d’éléments d’actif cédés (compte 675).
• Les dotations aux amortissements représentent la
perte de valeur d’un investissement en raison de
son utilisation, de l’obsolescence ou tout
simplement du temps qui passe.
• Les dotations aux dépréciation (provisions)ont pour
objectif de quantifier, dans la mesure du possible,
la perte de valeur d’un actif encore détenu par
l’entreprise.
• Enfin, les dotations aux provisions prévoient la
couverture d’une charge potentielle consécutive à
un risque identifié.
produits encaissables et non encaissables
un produit encaissable est un produit du compte de résultat (
tous les comptes dont le premier chiffre commence par un 7
relevant de la classe « Comptes de produits ») qui génère
une entrée d’argent.
Le flux de trésorerie contribue à augmenter la trésorerie de
l’entreprise. Il peut avoir diverses origines : clients, États
(dégrèvements d’impôts), organismes sociaux, banque…
En comptabilité, la plupart des produits sont encaissables. C’est
notamment le cas des produits suivants :
- Des ventes de produits fabriqués, prestations de services,
marchandises (comptes 70) ;
- Des subventions d’exploitation (compte 74) ;
- Des autres produits de gestion courante (comptes 75) ;
- Des produits financiers (comptes 76) ;
- De certains produits exceptionnels (comptes 77).
produits non encaissables
un produit non encaissable représente, par définition, un produit qui
résulte généralement d’un calcul et qui n’occasionne aucune rentrée
d’argent (on parle de produit calculé).
La trésorerie de l’entreprise ne s’en retrouvera donc pas augmentée
tout en sachant qu’il aura tout de même un impact sur le résultat de
l’entreprise : il viendra l’augmenter.
En comptabilité, ces produits sont limités en nombre. Sont
principalement concernés :
- La quote-part des subventions d’investissement virée au résultat de
l’exercice (compte 777) ;
- Les reprises sur amortissements et provisions d’exploitation
(comptes 781) ;
- Les reprises sur amortissements et provisions à caractère financier
(comptes 786) ;
- Les reprises sur amortissements et provisions à caractère
exceptionnel (compte 787).
Les subventions d’investissement constituent
des aides accordées aux entreprises pour créer
ou acheter une ou plusieurs immobilisations.
Le montant octroyé est généralement lissé sur
plusieurs années, au même rythme que
l’amortissement des immobilisations financée.
Ainsi, l’aide est encaissée en totalité dès
l’acquisition ou la fabrication mais le produit qui
en résulte est éclaté.
Classe 6 Charges
60 Marchandises consommées
61 Matières premières
consommées
620 Transport
621 Loyers et Charges locatives
622 Entretien et réparation
626 Publicité
628 Postes et Télécommunication
654 Escomptes accordés
660 Assurances
Classe 6 Compte de charges
60 Achats consommées
600/601/…607 M/ses, Matières premières….
609 RRR donné sur achat
624 Transport de biens et transport collectif du
personnel
613 Location
614 Charges locatives et charges de copropriété
615 Entretien, réparation et maintenance
623 Publicité, publication et relations publiques
626 Frais postaux et de télécommunications
668 Autres charges financières
616 Primes d’assurances
619 RRR donnés sur services extérieurs
629 RRR donnée sur autres services extérieurs
Classe 7 Produits
70 Ventes de marchandises
71 Production vendues
72 Production stockée
74 Prestation fournies
770 Produits financiers
779 Autres produits divers
Classe 7 Comptes de produits
700 Ventes de marchandises
701 Ventes de produits finis
702 Ventes de produits intermédiaires
703 Ventes de produits résiduels
704 Ventes de travaux
705 Ventes d’études
72 Production stockée ou déstockée
706 Autres prestations de services
768 Autres produits financiers
708 Produits des activités annexes
709 RRR obtenus sur achats
719 RRR obtenus sur services extérieurs
729 RRR obtenus sur autres services
extérieurs
Classe 8 Résultats
88 Résultat brut de l’exercice 12 Résultat de l’exercice
Tableau des Comptes de Résultat (TCR)
• Le Tableau des Comptes de Résultat ou le Compte de
Résultat est un état financier où figurent les produits et
les charges d’une période, c'est-à-dire pour un exercice
comptable (1 an), il fait ressortir par différence le résultat
net ou résultat de l’exercice:
• Résultat = ΣProduits - ΣCharges (le bénéfice ou la perte,
que l’on retrouve au bilan).
• Ainsi le résultat est un
- Résultat bénéficiaire : Produits > Charges
- Résultat Déficitaire : Produits < Charges.
Compte Désignation débit Crédit
70
Ventes de marchandises et de produits fabriqués, ventes de prestation de services et produits annexes. X
72 Production stockée ou déstockée. X X
73 Production immobilisée. X
74 Subvention d’exploitation. X
Production de l’exercice (1) X
60 Achats consommés. X
1/62 Services extérieurs et autres services extérieurs. X
Consommation de l’exercice (2) X
Valeur ajoutée (3) = (1)-(2) X X
63 Charges du personnel. X
64 Impôts, taxes et versements assimilés. X
Excédent Brut d’Exploitation (4). X
75 Autres produits opérationnels. X
65 Autres charges opérationnelles. X
68
Dotation aux amortissements, provisions et pertes de valeurs. X
78 Reprise sur pertes de valeur et provisions. X
Résultats opérationnel (5). X X
76 Produits financiers. X
66 Charges financières. X
Résultat Financier (6). X X
Résultat Ordinaire avant impôt (7) = (5) + (6).
5/698
Impôts à payer sur résultat ordinaire. X
2/693
Impôt différé sur le résultat ordinaire X
Total Produits de l’Activité Ordinaire X
Total Charges de l’Activité Ordinaire X
Résultat Net de l’Activité Ordinaire (8) X X
77 Eléments extraordinaires (Produits). X
Eléments extraordinaires (Charges). X
Achats dans l’entreprises commerciales :
• Les entreprises commerciales sont celles qui achètent des produits
destinés à la revente en l’état sans aucune transformation.
• Les stocks correspondent à des actifs détenus par l’entité et
destinés à être vendus dans le cadre de l’exploitation courante.
• La comptabilisation des achats se fait en deux étapes :
• 1ère
étape : acquisition de la propriété :
• L’entreprise devient propriétaire des biens achetés grâce à la
facture établie par le fournisseur au nom de l’acheteur. On trouve
d’ailleurs deux sortes de factures, des facteurs simples et des
factures comportant des réductions.
• 2ème
étape : mise en stocks :
• Prix d’achat des biens après déduction des taxes récupérables, des
réductions commerciales, majoré des droits de douanes et autres
taxes fiscales non récupérables ainsi que les frais directement
attribuables (livraison, manutention, etc.).
Les opérations d’achats :
• Ainsi, un achat est une opération effectuée par
une entreprise afin d’avoir des biens qui sont
destinés à la revente en état ou après
transformation, afin de satisfaire les besoins des
consommateurs, comme illustré sur la figure
suivante.
• L’opération d’achat est justifiée par un document
commercial appelé facture de « doit », établie par le
vendeur en plusieurs exemplaires, l’original est remis au
client, le double est conservé pour ses besoins.
• On trouve deux sortes de factures (facture simple et
facture avec réductions)
• Facture simple contient les prix de ventes marchandises.
• Factures comportant des réductions commerciales :
Dans le cadre de la politique commerciale, certains
fournisseurs accordent des réductions à leurs clients soit
pour écouler une grande quantité de marchandises soit
pour réapprovisionner des stocks en d’autres produits
récents, soit pour les fidéliser, défaut ou m/ses non
conformes etc.
Réductions sur facture
Il existe 2 types de réductions:
• Les réductions commerciales (RRR)ne sont pas
comptabilisées sauf si elles sont accordées hors
facture, on parle alors de « facture d’avoir »
• Une réduction financière qui est représentée par
l’escompte de règlement. Ce dernier est toujours
comptabilisé, il représente une charge pour
l’entreprise qui l’accorde à son client, c’est un
« frais financier », et un produit, lorsqu’il est reçu
d’un fournisseur, c’est donc un « produit financier »
La facturation:
Les réductions commerciales
• rabais: réduction sur le prix vente d’un produit ex: défaut
ou non conforme
• remise: réduction sous forme d’un pourcentage sur le prix
nominal de la vente en raison des grandes quantités
achetées
• ristourne: c’est une prime de fidélité, sous forme d’un
pourcentage, accordée à certains clients
La facturation:
Réductions financières
L’escompte de règlement:
c’est une réduction accordée aux clients
qui paient leurs achats avant la date
normale, c’est-à-dire, avant la date d’
échéance.
Le calcul des réductions sur facture
Les réductions se calculent en «cascade »:
• Sur le prix vente on diminue d’abord le rabais
• Sur ce net on retranche ensuite la remise
• Sur ce nouveau net on retranche enfin la ristourne:
on obtient « net commercial »
• Sur ce net commercial on retranche l’escompte et
on obtient le net financier Hors taxes
• Après avoir rajouté la TVA, on obtient le net à payer
toutes taxes comprises (TTC)
Remarque:
les réductions hors facture
• L’entreprise peut accorder des réductions
après avoir établit la facture de base ou
« doit » (hors facture)
• Dans ce cas, l’entreprise établie une autre
facture appelée « facture d’avoir », sur
laquelle sont transcrites ces réductions.
fiscalité
• L'impôt constitue un prélèvement obligatoire effectué
par voie d’autorité par l'État. Il y a un impôt direct
(prélevé à la source) et l’impôt indirect (TVA).La somme
récoltée sera affectée aux services d'utilité générale.
• L’impôt indirect est un impôt payé par une autre
personne que celle qui en supporte le coût.
• l'impôt a pour fonction de transférer de l'argent prélevé
de la population vers le pouvoir politique (et ses
organes, qui peuvent être multiples).
• Les impôts peuvent être modulés en fonction de
caractéristiques de la population, ce qui permet de les
faire peser plus ou moins sur différentes parties de la
population: c’est le principe « d’équité social ».
Exemple
• Facture d’achat de M/ses, à crédit, N° 1078/2017 d’un
montant brut de 30000 DA, contenant une remise de
5%, une ristourne de 10% et un rabais de 1%
• La facture se présente ainsi :
Montant brut 30000
- Remise 5% 1500
1er
Net commercial 28500
- Ristourne 10 % 2850
2éme
Net commercial 25650
- Rabais 1% 256.50
Net à payer 25393.50
Transfert de propriété au coût d’achat
coût d’achat= prix d’achat +frais/achat
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
38
401
Date
Achats stockés.
Fournisseurs de stocks et de
services
Facture N° 10780
25393.50
25393.50
Stockage de marchandise
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
30
38
Date
Stocks de marchandises
Achats stockés.
Bon d’entré N° …
25393.50
25393.50
Facture avec TVA :
• La taxe sur la valeur ajoutée vient souvent en
complément de la facture elle se calcule
généralement sur le net financier.
• Le stock de M/ses est comptabilisé en Hors Taxes, la
TVA est toujours comptabilisée
• Reprenons l’exemple de la facture précédente :
Net à payer HT 25393.50
+ TVA 19% 4824.76
Net à payer TTC 30218.26
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
38
4456
30
401
38
Date
Achats stockés.
TVA déductible
Fournisseurs de stocks et de
services
Facture n°
//
Stocks de marchandises
Achats stockés.
Bon d’entrée N°….
25393.50
4824.76
25393.50
30218.26
25393.50
Facture d’achat de M/ses, à crédit, N° 1078/2017 d’un
montant brut de 30000 DA, contenant une remise de 5%, une
ristourne de 10% et un escompte de 1%.
La facture se présente ainsi :
Montant brut 30000
- Remise 5% 1500
1er
Net commercial 28500
- Ristourne 10 % 2850
2éme
Net commercial 25650
- Escompte 1% 256.50
Net financier 25393.50
+ TVA 19% 4824.76
Net à payer 30218.26
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
38
4456
30
401/51/53
76
38
Date
Achats stockés.
TVA déductible
Fournisseurs de stocks et de services
(crédit)/banque/caisse
Produit financier
Facture n°1078/17
//
Stocks de marchandises
Achats stockés.
Bon d’entrée N°….
25650
4824.76
25650
30218.26
256.50
25650
Les opérations de ventes
• L’entreprise commerciale achète et revend les marchandises sans
aucune transformation. L’opération de vente se fait suivante deux
étapes :
− 1ère
étape :
• On constate la sortie de la marchandise au coût d’achat.
− 2ème
étape :
•On constate le transfert de la propriété avec la facture de la vente
établie en plusieurs exemplaires (l’original pour l’acheteur).
Cependant ces factures peuvent être simples ou avec réductions,
auquel on rajoute la TVA. Si les réductions ont été accordées hors
facture de base, une autre facture est établie : facture d’avoir.
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
60
30
Date
Achats consommés.
Stocks de marchandises
Bon de sortie N°…
X
X
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
51/53/41
700
Date
Banque/caisse/client (crédit client)
Ventes de marchandises
Facture N°…
Y
Y
Facture de vente de M/ses, à crédit, N° 1078/2017 d’un
montant brut de 30000 DA, contenant une remise de 5%, une
ristourne de 10% et un escompte de 1%. Le coût d’achat des
M/ses vendus est de 20000 DA
La facture se présente ainsi :
Montant brut 30000
- Remise 5% 1500
1er
Net commercial 28500
- Ristourne 10 % 2850
2éme
Net commercial 25650
- Escompte 1% 256.50
Net financier 25393.50
+ TVA 19% 4824.76
Net à payer 30218.26
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
60
51/53/41
66
30
700
4457
Date
Achats consommés(coût d’achat)
stocks de M/ses
Bon sortie n°
Banque/caisse/client
Charge financière
Vente de M/ses.
TVA collectée
facture N° 1078/2017
20000
30218.26
256.50
20000
25650
4824.7
6
Entreprise industrielle :
•Son activité principale est la production, donc
la transformation de matières premières en
produits finis (fabriqués) ou semi-finis.
•Cette entreprise vend des produit finis donc
une production.
Achat de matière fourniture
• L’entreprise pour produire doit s’approvisionner en
MF auprès de ses fournisseurs.
• Il peut acheter au comptant alors il paie par caisse
ou par chèque (banque)
• Il peut acheter à crédit, alors il a une dette
fournisseur.
• Quand il reçoit la MF il doit d’abord la stocker, d’où
les opérations suivantes:
1- l’opération d’achat MF à crédit
2- le stockage ou l’entrée en stock de la MF au coût
d’achat
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
38
30
401
38
Date
Achats stockés.
Fournisseurs de stocks et
de services
Facture n°
//
Stocks de MF
Achats stockés.
Bon d’entrée N°….
X
X
X
X
Déstockage des matières premières pour
transformation :
• Pour fabriquer un produit, on doit utiliser de la
matière première achetée en faisant sortir une
quantité des stocks vers les ateliers fabrication.
• Sur le plan comptable, on constate l’opération selon
le bon de sortie au coût d’achat comme suit :
Déstockage de matière première
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
601
31
Date
Matières premières consommées
(coût achat)
Matière première et fournitures.
Bon de sortie N° …
X
X
Stockage de la production
• A partir des matières premières consommées,
l’entreprise fabrique des produits finis ou des
produits intermédiaires qui seront stockés au
coût de production.
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
351
355
72
Date
Produit intermédiaire
(Ou) produit finis (coût
production)
Production stockée ou
déstockée
Bon d’entrée n°.. stock production
X
X
Déstockage des produits pour la
vente :
Le déstockage des produits finis
destinés à la vente se fera en
fonction des quantités vendues au
coût de production.
Déstockage de produits finis pour la
vente (coût production)
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
72
355
Date
Production stockée ou
déstockée
Produits finis
Bon de sortie N° …
X
X
Vente de la production
L’entreprise établit une facture simple ou une
facture comportant des réductions sur ventes. L’
écriture comptable, le principe est le même sauf
qu’il s’agit d’une vente de produits finis au lieu
de la marchandise. Ainsi, au lieu du compte 700
« Ventes de marchandises » on utilise le compte
701 « Ventes de produits finis ». La vente se fait
au « prix de vente ».
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
51/53/41
701
Date
Banque/caisse/client
Ventes de produits finis
Facture N°…
Y
Y
Facture de vente de PF, à crédit, N° 1078/2017 d’un montant
brut de 30000 DA, contenant une remise de 5%, une ristourne
de 10% et un escompte de 1%, sachant que le coût de
production est de 28000 DA.
La facture se présente ainsi :
Montant brut 30000
- Remise 5% 1500
1er
Net commercial 28500
- Ristourne 10 % 2850
2éme
Net commercial 25650
- Escompte 1% 256.50
Net financier 25393.50
+ TVA 19% 4824.76
Net à payer 30218.26
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
72
355
Date
Production stockée ou
déstockée
Produit finis
Bon de sortie stock production
N°….
28000
28000
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
470
66
701
4457
Date
Client
Charge financière
Ventes de produits finis
TVA collectée
Facture N°…
30218.26
256.50
25650
4824.76
Retour de M/ses (facture d’avoir)
• Montant brut 4800
• 5% remise 240
• Net commercial 4560
• 1% escompte 45.6
• Net à payer 4514.4
• Coût d’achat M/ses vendues: 4000 DA
1- L’E a vendu de la M/ses, le client lui retourne cette
M/ses
2- L’E a acheté de la M/ses elle la retourne à son
Fournisseur
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
30
70
60
53/470
66
Date
Stock (coût d’achat m/ses vendues)
Achat consommés
Bon d’entrée stock N°….
//
Vente m/ses (prix vente)
Caisse ou client
Charge financière
Facture d’avoir n°
Bon caisse n°
(Chez le Fournisseur)
4000
4560
4000
4514.4
45.6
N° de comptes à
Libellés (chez client)
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
38
401/53
76
30
38
Date
Achat stocké (net commercial) )
stocks M/ses
Bon de sortie stock N°….
Retour m/ses
//
Fournisseur/caisse (net à payer)
Produit financier
(net commercial) Achat stocké
Facture d’avoir n°
Bon caisse n°
4560
4514.4
45.6
4560
4560
Réductions hors facture (facture d’avoir)
• Les réductions commerciales lorsqu’elles sont
accordées hors facture de base doivent être
comptabilisées :
• dans un compte « rabais, remise, ristourne
accordées » (RRR accordées: 629), chez le
fournisseur qui les accordent à son client.
• Lorsqu’elles sont reçues par un client, elles seront
comptabilisées dans la comptabilité du client dans
un compte « RRR obtenues » 709
Réductions commerciales hors facture
de base
• 1- Dans la comptabilité du client: le client a obtenu
de son FRS:
RRR obtenu: 350
Escompte obtenu: 150
• 2- Dans la comptabilité du fournisseur: le FRS
accorde à son client:
RRR accordés: 350
Escompte: 150
N° de comptes à
Libellés (chez client)
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
401/53
709
76
Date
Fournisseur/caisse
RRR obtenus/achat
Produit financier
Facture d’avoir N°…
500
350
150
N° de comptes à
Libellés (chez FRS)
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
609
66
470/53
Date
RRR accordés
Charge financière
Client/caisse
Facture d’avoir N°…
350
150
500
Exercice sur les opérations d’achat et de vente
Durant le mois de janvier 201N, la société a effectué les opérations
suivantes : les chiffres sont en milliers DA
10-01 Achat de marchandises à crédit : 300 DA
11-01 Vente de marchandises contre espèces : 520 DA , (coût des
marchandises vendues : 420 DA)
21-01 achat de matières fournitures paiement en espèces : 200 DA
22-01 Produits finis entrés en stock évalués à 500 DA (matières et
fournitures nécessaires : 120 DA
23-01 Vente de produits finis pour 700 DA : payé par banque : 400 DA,
par caisse : 50 DA, et le reste : facture à établir .
Passer les écritures au journal
Les opérations de création d’entreprise:
l’apport en capital
N° de comptes à
Libellés
À la création de l’entreprise
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
Classes
2/3/5
101
Date
Investissements/stocks/trésorerie
fonds social ou fonds
d’exploitation
Apports de
l’entrepreneur/associés…
X
X
N° de comptes à
Libellés
À la création de l’entreprise, les
actionnaires n’ont pas encore payé
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
Classes
2/3/5
4562
101
Date
Investissements/stocks/trésorerie
Actionnaires-capital souscrit et
appelé, non versé
fonds social ou fonds
d’exploitation
Apports de l’entrepreneur, les
actionnaires ont souscrit mais pas
de versement
X
X
X
N° de comptes à
Libellés
les actionnaires ont payé par chèque
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
51
4562
Date
Banque
Actionnaires-capital souscrit et
appelé, non versé
Versement des actionnaires ,
chèque n°…
X
X
Prime d’apport
Elle représente un excédent sur le montant des
apports, sur la valeur nominale de l’action.
Ainsi si l’action est émise à une valeur de 100 DA, elle
est cotée à 120 DA (sa valeur réelle):
L’excèdent 20 DA représente la prime d’apport.
Exemple: une société décide d’augmenter ses fonds
propres en numéraire. La valeur des actions émises
est de 300 000 DA, leur valeur réelle est de 400 000
DA. Passez les écritures au journal.
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
53
456
Date
Banque
Associés apport
Versement des actionnaires , chèque n°…
400
400
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
456
101
103
Date
Associés apport
Fonds social
Prime d’apport
Souscription des associés
400
300
100
Exercice 2 :
La SARL d’appareils électroniques, a été créée le 2/02/201N, par les apports
suivants :
• Bâtiments industriels 200
• Bâtiments administratifs 200
• Matériels outillages 250
• Equipements bureau 150
• Versement à la banque 150
• Versement à la caisse 50
Cinq ans plus tard, La SARL veut étendre son activité dans le sud, elle a
acquis :
• Fonds commerce : 200 DA à crédit
• Bâtiments : 800 DA à crédit
• Matériel et mobilier bureau : 900 DA, réglé 30% par banque et le reste à
crédit
• Aménagements du magasin : 30DA, réglé par CCP
• Achat à crédit de véhicules : 1000 DA
Passer les écritures dans le journal sur le grand livre.
Quelques notions sur les
amortissements
• Les amortissements traduisent la dépréciation des investissements
ou des immobilisations (classe 2). L’amortissement est la
constatation comptable de la dépréciation des immobilisations, de
ce fait ils sont en diminution du compte investissement en
question. On les trouve au bilan, à l’actif : à gauche du tableau. Les
principaux biens amortissables sont les valeurs corporelles, ne sont
pas amortissables les valeurs incorporelles, financières et les
terrains.
• Sur le plan comptable la base retenue pour l’amortissement est le
coût d’acquisition du bien ou le coût de production.
• Le coût d’acquisition comprend le prix d’achat HT du bien majoré
des frais de transport HT, des droits de douane, des frais de
montage et d’installation.
• Le coût de production comprend les matières 1eres consommées
et les charges directes et indirectes de fabrication.
• L’amortissement est obligatoire, même en l’absence de
résultat, il se fait en fin de période après l’établissement
de la balance, après l’inventaire.
• L’amortissement correspond à la ∑ dotations aux
amortissements faites chaque année
• La dotation aux amortissements correspond à
l’amortissement annuel
• V0 correspond à la valeur d’origine de l’investissement,
au coût d’acquisition/production.
• V0 - ∑ dotations aux amortissements = VN (Valeur
Nette de l’investissement dans bilan), appelée aussi
valeur nette comptable (VNC), valeur résiduelle : VR.
•
Méthode d’amortissement
Il existe 2 méthodes de calcul de l’amortissement : la méthode
linéaire et la méthode dégressive.
Le calcul de l’amortissement annuel, c'est-à-dire la dotation aux
amortissements est fonction :
- la valeur initiale de l’investissement notée « V0 » ou « C »;
- du taux d’amortissement : noté « t »
- de la durée de l’amortissement de l’investissement, la durée
d’utilisation prévue notée « N ».
- Am : l’annuité d’amortissement
• Amortissement linéaire ou constant :
Il consiste à établir uniformément la valeur de l’immobilisation
sur la durée normale d’utilisation.
- Le taux d’amortissement = t = 100/N
- L’annuité d’amortissement du bien = Am = V0 / N = V0 x t%
Remarque
lorsque le bien est acquis en cours d’exercice, la 1ere
annuité d’amortissement est calculée au Pro- Rata-
Temporis, c'est-à-dire en tenant compte de la durée qui
sépare la date de mise en service du bien et la date de
clôture de l’exercice. Cette durée doit être appréciée en
nombre de jours. Une année dure 360 j et un mois 30j.
Si le jour du mois est < ou = 15eme j de ce mois, le mois
est compté dans le calcule de l’amortissement,
inversement s’il est > au 15eme j, le mois n’est pas
compté dans le calcule de l’amortissement.
Les biens acquis d’occasion sont toujours amortis selon le
mode linéaire.
Comptabilisation :
L’amortissement représente une charge non
décaissable enregistrée dans un compte de la classe
6 : « dotation aux amortissements ».
La contrepartie de la charge est enregistrée dans un
compte d’immobilisation de la classe 2 et qui
matérialise l’amortissement qui vient en diminution
du compte principal d’immobilisation :
« amortissement du matériel…. » Ce compte est
cumulatif.
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
68
28
Date
Dotation aux amortissement
amortissement du…
Amortissement du …
X
X
L’amortissement dégressif :
• L’amortissement dégressif est une possibilité donnée dans certains cas
aux entreprises pour amortir rapidement une immobilisation pendant
les 1eres années.
• L’intérêt est purement fiscal.
• Ce système reste facultatif et ne concerne que les biens neufs
amortissables sur plus de 2 ans.
• Le taux d’amortissement dégressif est obtenu à partir du taux
d’amortissement linéaire auquel on applique un coefficient de
dégressivité qui varie en fonction de la durée d’utilisation du bien ,
ainsi:
- Entre 3 et 4 ans : 1.5
- Entre 5 et 6 ans : 2
- Plus de 6 ans : 2.5
Remarque : l’annuité d’amortissement dégressif se calcule sur la VNC du
début d’exercice. Lorsque le bien est acquis en cours d’exercice, la 1ere
annuité est calculée au Pro Rata Temporis sur la période qui sépare la
date d’acquisition de la clôture de l’exercice.
Exercice 1 :
Une entreprise X a acquis une machine-outil le 20 avril N, pour une
valeur de 140 000 DA, sa durée de vie est de 8 ans.
Etablir les tableaux d’amortissement de ce matériel dans chacune des
méthodes d’amortissement (constant, dégressif). Quelles sont vos
remarques. Passer les écritures au journal et dans le grand livre le
31/12/N et 31/12/N+1
Exercice 2 :
Des balances après inventaires des exercices N et N+1, sont extrait les
comptes suivants :
N N+1
244 matériels transports : 170 000 185 000
2182 amortissements matériels de transport 116 500 153 500
.
Les types de véhicules sont les
suivants :
Date
d’acquisition
valeur
A. Fourgon Mercedes
b. Camion Mercedes
c. Peugeot berline
d. Renault
- 1-01- N-4
1-04- N-3
- 1-10-N-2
- 1-04-N+1
- 40 000
- 60 000
- 70 000
- 35 000
Le véhicule Renault a été acquis en échange du fourgon Mercedes, vendu
pour 20 000 DA, la différence a été payée par chèque bancaire.
1. Déterminer le taux d’amortissement (date de référence : 31-12-N)
2. Quelles sont les différentes erreurs que vous décelez ?
3. Passer les écritures dans le journal.
Cession d’investissement
• L’investissement qui doit être cédé peut être amorti
partiellement ou entièrement, ainsi s’il n’a pas été
entièrement amorti, il va lui rester une valeur résiduelle
(VR) ou une valeur nette comptable (VNC):
V0 prix d’acquisition
- ∑ Amortissements
= VNC
2 étapes dans la comptabilisation de la cession
d’investissement:
- La réintégration des amortissements
- Transfert de propriété du bien (la cession)
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
53/4
77
Date
Banque/ créance
Produit cession investissement
Chèque N°
P C
P C
N° de comptes à
Libellés
Réintégration de l’amortissement
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
28
672
21
Date
Amortissement
Valeur résiduelle des investissement cédés
Compte investissement
Réintégration des amortissements
∑ Am
V0 - ∑ Am
V0
Exercices sur cession d’actif
1- Une entreprise a cédé pour 15 000 DA par chèque,
un investissement acquis 19500 DA, cet
investissement a été amorti pour 8350 DA.
2- Une entreprise a acquis le 18/6/N un équipement
de production pour valeur de 300 000 DA, le
20/6/N+2 , elle le cède à 100 000 DA, durée
d’amortissement 5 ans, amortissement linéaire.
Déterminer le montant de l’amortissement et passer
les écritures au journal
Comptabilisation des comptes de
gestion
• Il y a augmentation de la charge: la charge est payée
sur la base d’une facture. La charge doit être
constatée par sa comptabilisation.
• Il y a augmentation du produit: le produit est
encaissé sur la base d’un justificatif, il est constaté
par sa comptabilisation.
• Les produits et les charges sont soldés à la fin de
l’année dans le grand livre et repris au niveau du
TCR et la balance
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
53/401
75/76
Date
Banque/fournisseur.
Compte de produit
Bon de sortie N°…
X
X
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
61/62/63
51/53
Date
Compte charges
Compte caisse/banque
Facture N°…
Y
Y
- Paiement en espèce facture d’électricité : 5000 DA
- Un abonnement à une revue a été souscrit : 2000 DA, règlement par
chèque
- Redevance téléphonique, réglée par banque : 4 500 DA
- Des avances en espèces sont faites aux personnel : 6000 DA
- L’entreprise a fait apparaitre dans les journaux, un panneau
publicitaire : 45 000 DA, payé par chèque
- Des ouvriers de l’entreprise se sont déplacés pour une prestation
service, réglé en espèce : 60 000 DA
- Une facture d’entretien réparation est reçue par la société : 16 500
DA, le règlement ce fera dans 1 mois
- Achat de timbre poste : 500 DA, payé par caisse
- L’entreprise a reçu de la banque des produits financiers : 500 DA
Passer les écritures au journal
Exercice
Le 1-01-N, les comptes patrimoniaux de la société « GAMA », sont les suivants :
1. Matériel de transport : 45800 DA
2. Mobilier de bureau : 12520 DA
3. Stock de marchandises : 58650 DA
4. Clients : 19740 DA
5. Banque : 25300 DA
6. Caisse : 220 DA
7. Fournisseur : 42100 DA
Au cours de l’exercice, les opérations suivantes ont été réalisées :
- Achat marchandises au comptant par chèque : 8640 DA
- Achat marchandises à crédit : 7420 DA
- Vente marchandises en espèces : 9560 DA
- Vente marchandises à crédit : 15210 DA
- Vente marchandises par chèque : 3820 DA
- Règlement de la taxe professionnelle par chèque : 1650 DA
- Règlement des salaires par chèque : 3720 DA
- Règlement des frais de documentation en espèces : 1780 DA
- Le stock en magasin au 31-12- N : 61720 DA
T.A.F :
1. présenter le bilan d’ouverture au 1-01-N
2. faire une analyse « Emplois/Ressources » de toutes les
opérations effectuées au cours de l’exercice N
3. présenter le journal et le grand livre simultanément
4. établir la balance au 31-12- N
5. déterminer le coût d’achat des marchandises vendues
6. présenter le bilan et le compte résultat au 31-12-N.
Opérations de fin de période et de
régularisation
L’activité de l’E se poursuit de façon continue
dans le temps, pour respecter le principe de la
périodicité des résultats, à la fin de chaque
période il faut rapprocher le solde des comptes
avec l’existant.
En raison du principe de l’autonomie des
exercices, alors que des flux peuvent intéresser
2 périodes, il y a lieu de rattacher chaque partie
des flux à la période intéressée.
LES OPERATIONS DE CLOTURES
Les travaux de fin de période s’effectuent chronologiquement:
1- Etablissement de la balance avant inventaire,
2- Inventaire extra comptable (physique),
3- Régularisation des comptes de bilan et de gestion (inventaire
comptable) :
- dotation aux amortissements,
- dotation aux provisions,
- régularisation des autres comptes de bilan,
- régularisation des comptes de gestion.
4- Ecritures de reclassement : solder les comptes de gestion afin
de déterminer les résultats,
5- Etablissement de la balance après inventaire
6- Ecritures de clôture et établissement des documents de
synthèse
Recherche des résultats: Résultats Partiels
Les écritures de reclassement vont permettre de déterminer les
résultats partiels qui sont :
• La marge brute : est exprimée par la différence entre le produit des
ventes et le coût d’achat des marchandises correspondantes ».
• - La valeur ajoutée : est exprimée par la différence entre les
charges et les produits d’exploitation ».
• - Excédent brut d’exploitation
• - Le résultat d’exploitation/hors exploitation : est exprimé par la
différence entre les charges et les produits qui se rattachent ou pas
à l’exploitation courante ou à l’exercice en cours ».
• - Le résultat net de l’exercice : provient de la somme algébrique
des résultats d’exploitation et hors exploitation, à laquelle on a
enlevé la partie correspondant à l’impôt sur les bénéfices s’il y a
lieu.
Ecritures de Reclassement
Les écritures de reclassement consistent à virer les
comptes des classes 6 et 7 dans les comptes de la
classe 8 « Résultats ». En d’autres termes, il faut :
- créditer les comptes de la classe 6 du montant de
leur solde par un débit correspondant d’un compte de
la classe 8.
- débiter les comptes de la classe 7 du montant de
leur solde par un crédit correspondant d’un compte
de la classe 8.
Balance après inventaire et écritures
de clôture
Après avoir passé les écritures de reclassement on
dresse une balance dite balance après inventaire afin
de vérifier :
- l’égalité entre le total des débits et le total des
crédits ;
- qu’aucun compte de gestion cad: les comptes de
classe 6 (charges)et 7 (produits) ne figure sur la
balance. Les comptes de gestion sont soldés par l’
établissement du TCR;
- Enfin chaque compte du bilan, est soldé, un par un.
En fin de période: Classe 2
1- Il faut faire l’inventaire des investissements: il est nécessaire de suivre
l’état des investissements, chaque investissement doit être identifié et
localisé, on doit établir une fiche par investissement où les
renseignements suivants doivent être mentionnés:
Date d’acquisition,
désignation de l’investissement avec le nom du FRS et le n° de la
facture du FRS,
Valeur d’achat du bien,
Taux d’amortissement pratiqué,
Le montant de l’amortissement retenu à chaque période,
Localisation du bien dans l’E ou un n° d’identification,
A la fin de chaque période, il y a lieu de pratiquer un inventaire physique
et de comparer les fiches avec résultats de cet inventaire , c’est-à-dire
l’existant.
2- frais préliminaires
Ce sont des frais engagés lors de la création de l’E. Ils
doivent être résorbés (supprimés) dans un délai maximum
de 5ans
Exemple: à la constitution d’une E, le 1/1/N les frais
préliminaires sont les suivantes:
- frais d’investissement: 4000
- frais d’emprunt: 3500
- frais d’études et de recherches: 2500
Au 31/12/N, 20% des frais préliminaires (taux minimal),
sont supportés par les charges de l’exercice
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
67
28
28
31/12/N
Dotations exceptionnelles
Am des frais recherche et de
dévelopt d’investissement
Am frais d’emprunt
Résorption des frais préliminaire de
20% de l’exercice N …
2000
1300
700
Lorsque les frais préliminaires sont
entièrement résorbés
N° de comptes à
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
28
28
203
20
31/12/N
Am des frais recherche ..
frais recherche et de dévelt
d’investissement
Am frais d’emprunt
Frais d’emprunt
Résorption des frais préliminaire de
20% de l’exercice N …
1300
700
1300
700
3- dotations aux amortissements
• Les amortissements: les investissements sont des
outils de production qui doivent permettre à l’E de
poursuivre son activité. En raison du principe de
continuité de l’activité, l’E doit être en mesure de
conserver son outil de travail. Comme ils se
déprécient avec le temps ou l’usage et/ou le progrès
technique, elle doit pouvoir le remplacer. Pour cela
l’E doit à la fin de chaque exercice comptable doit
faire ses amortissements (voir slide n°116)
4- Dotation aux provisions
• La provision pour dépréciation permet de ramener à
leur valeur réelles les éléments d’actifs dépréciés
• La dotation aux provisions permet de constituer des
fonds en vue de couvrir une charge ou une
détérioration (diminution) de la valeur d’un élément
d’actif ou de biens
5- Régularisation des stocks
Régularisation des achats
Le compte 38 « achats stockés » doit toujours être
soldé en fin de période, s’il n’est pas soldé 2 cas se
présentent:
Le compte 38, présente un solde débiteur: c’est le
cas ou l’on a reçu la facture mais pas la marchandise
Le compte 38, présente un solde créditeur, la
marchandise a été reçue mais pas la facture
Exemple: on reçoit le 30/12, une facture de 5000DA
pour l’achat de MF, qui n’ont pas été réceptionnées
N° de comptes à
Libellés
(Compte achat présente un solde
débiteur)
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
38
37
401
38
30/12
Achat stocké
fournisseur
Facture N°…
//
Stock à l’extérieur
Achat stocké
Pour solde du compte achat (en fin de
période)
5000
5000
5000
5000
Régularisation des ventes en fin de période
• En fin de période 2 cas peuvent se présenter:
M/ses envoyées mais pas la facture,
la facture est envoyée mais pas la M/ses
Exemple: L’E a livré 3000DA de PF à des client le
28/12, factures ne seront établies que début
janvier
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
72
4181
35
701
28/12
Production stockée
Produits finis
Bon sortie PF n°….
//
Facture à établir
vente de PF
2800
3000
2800
3000
Exemple: factures ont été établies et envoyées,
L’E n’a pas encore livré 3000DA de PF à ses
client le 30/12,
Libellés
Montants
Débiter Créditer Débit Crédit
411
72
701
35
30/12
client
Vente de PF
Facture n°…
//
Production stockée
Produits finis
Bon sortie n°…
(à partir du moment ou la facture a été
transmise, le PF n’est plus la propriété de
l’E)
3000
2800
3000
2800

Contenu connexe

Similaire à Comptabilité generale pour les nuls.pptx.pdf

Win#2 comptabilité
Win#2 comptabilitéWin#2 comptabilité
Win#2 comptabilité
Olivier Marechal
 
Uploads newbb 4725_47be9190b1e86
Uploads newbb 4725_47be9190b1e86Uploads newbb 4725_47be9190b1e86
Uploads newbb 4725_47be9190b1e86bant9ahba
 
scéance III.pptx
scéance III.pptxscéance III.pptx
scéance III.pptx
AkeramanMikasa
 
Comptabilite generale
Comptabilite generaleComptabilite generale
Comptabilite generaleHamza Med
 
Comptabilite generale
Comptabilite generaleComptabilite generale
Comptabilite generaleliksimo
 
présentation Comptabilité approfondie.pptx
présentation Comptabilité approfondie.pptxprésentation Comptabilité approfondie.pptx
présentation Comptabilité approfondie.pptx
HICHAMESSAOUDI2
 
La révision des comptes, pour qui, pourquoi?
La révision des comptes, pour qui, pourquoi?La révision des comptes, pour qui, pourquoi?
La révision des comptes, pour qui, pourquoi?
Pierre Drevon Consulting
 
Cours-concepts-de-base.pdf
Cours-concepts-de-base.pdfCours-concepts-de-base.pdf
Cours-concepts-de-base.pdf
FootballLovers9
 
Mr lakhouil cours de comptabilité générale doc
Mr lakhouil cours de comptabilité générale docMr lakhouil cours de comptabilité générale doc
Mr lakhouil cours de comptabilité générale docArafah Lachhab
 
GESTION ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE DE L’ENTREPRISE.pptx
GESTION ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE DE L’ENTREPRISE.pptxGESTION ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE DE L’ENTREPRISE.pptx
GESTION ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE DE L’ENTREPRISE.pptx
Sanaabenzineb
 
Cours de comptabilité général
Cours de comptabilité généralCours de comptabilité général
Cours de comptabilité général
ridwan elgamez
 
L'arbre du Fichier des Ecritures Comptables (FEC) ne doit pas cacher la forêt...
L'arbre du Fichier des Ecritures Comptables (FEC) ne doit pas cacher la forêt...L'arbre du Fichier des Ecritures Comptables (FEC) ne doit pas cacher la forêt...
L'arbre du Fichier des Ecritures Comptables (FEC) ne doit pas cacher la forêt...
Deloitte Société d'Avocats
 
Cours de comptabilité et fiscalité des entreprises
Cours de comptabilité et fiscalité des entreprisesCours de comptabilité et fiscalité des entreprises
Cours de comptabilité et fiscalité des entreprisesM0os
 
Comprendre les états comptables et financiers des émetteurs
Comprendre les états comptables et financiers des émetteursComprendre les états comptables et financiers des émetteurs
Comprendre les états comptables et financiers des émetteursAllaeddine Makhlouk
 
Comptabilité générale
Comptabilité généraleComptabilité générale
Comptabilité générale
Samira RIFKI
 
85996899 berrada-fiduciaire-comptabilites-conseils-etudes
85996899 berrada-fiduciaire-comptabilites-conseils-etudes85996899 berrada-fiduciaire-comptabilites-conseils-etudes
85996899 berrada-fiduciaire-comptabilites-conseils-etudes
Sara Làtif
 
Chapitre 1
Chapitre 1Chapitre 1
RAPPORT_DE_STAGE_Fiduciaire_de_gestion_e.docx
RAPPORT_DE_STAGE_Fiduciaire_de_gestion_e.docxRAPPORT_DE_STAGE_Fiduciaire_de_gestion_e.docx
RAPPORT_DE_STAGE_Fiduciaire_de_gestion_e.docx
MeriemSarbak
 

Similaire à Comptabilité generale pour les nuls.pptx.pdf (20)

Ccomptap2
Ccomptap2Ccomptap2
Ccomptap2
 
Win#2 comptabilité
Win#2 comptabilitéWin#2 comptabilité
Win#2 comptabilité
 
Comptabilité
ComptabilitéComptabilité
Comptabilité
 
Uploads newbb 4725_47be9190b1e86
Uploads newbb 4725_47be9190b1e86Uploads newbb 4725_47be9190b1e86
Uploads newbb 4725_47be9190b1e86
 
scéance III.pptx
scéance III.pptxscéance III.pptx
scéance III.pptx
 
Comptabilite generale
Comptabilite generaleComptabilite generale
Comptabilite generale
 
Comptabilite generale
Comptabilite generaleComptabilite generale
Comptabilite generale
 
présentation Comptabilité approfondie.pptx
présentation Comptabilité approfondie.pptxprésentation Comptabilité approfondie.pptx
présentation Comptabilité approfondie.pptx
 
La révision des comptes, pour qui, pourquoi?
La révision des comptes, pour qui, pourquoi?La révision des comptes, pour qui, pourquoi?
La révision des comptes, pour qui, pourquoi?
 
Cours-concepts-de-base.pdf
Cours-concepts-de-base.pdfCours-concepts-de-base.pdf
Cours-concepts-de-base.pdf
 
Mr lakhouil cours de comptabilité générale doc
Mr lakhouil cours de comptabilité générale docMr lakhouil cours de comptabilité générale doc
Mr lakhouil cours de comptabilité générale doc
 
GESTION ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE DE L’ENTREPRISE.pptx
GESTION ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE DE L’ENTREPRISE.pptxGESTION ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE DE L’ENTREPRISE.pptx
GESTION ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE DE L’ENTREPRISE.pptx
 
Cours de comptabilité général
Cours de comptabilité généralCours de comptabilité général
Cours de comptabilité général
 
L'arbre du Fichier des Ecritures Comptables (FEC) ne doit pas cacher la forêt...
L'arbre du Fichier des Ecritures Comptables (FEC) ne doit pas cacher la forêt...L'arbre du Fichier des Ecritures Comptables (FEC) ne doit pas cacher la forêt...
L'arbre du Fichier des Ecritures Comptables (FEC) ne doit pas cacher la forêt...
 
Cours de comptabilité et fiscalité des entreprises
Cours de comptabilité et fiscalité des entreprisesCours de comptabilité et fiscalité des entreprises
Cours de comptabilité et fiscalité des entreprises
 
Comprendre les états comptables et financiers des émetteurs
Comprendre les états comptables et financiers des émetteursComprendre les états comptables et financiers des émetteurs
Comprendre les états comptables et financiers des émetteurs
 
Comptabilité générale
Comptabilité généraleComptabilité générale
Comptabilité générale
 
85996899 berrada-fiduciaire-comptabilites-conseils-etudes
85996899 berrada-fiduciaire-comptabilites-conseils-etudes85996899 berrada-fiduciaire-comptabilites-conseils-etudes
85996899 berrada-fiduciaire-comptabilites-conseils-etudes
 
Chapitre 1
Chapitre 1Chapitre 1
Chapitre 1
 
RAPPORT_DE_STAGE_Fiduciaire_de_gestion_e.docx
RAPPORT_DE_STAGE_Fiduciaire_de_gestion_e.docxRAPPORT_DE_STAGE_Fiduciaire_de_gestion_e.docx
RAPPORT_DE_STAGE_Fiduciaire_de_gestion_e.docx
 

Dernier

Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdfTextes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
Michel Bruley
 
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en FranceBATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
Txaruka
 
Presentation powerpoint sur la filiere electrotechnique
Presentation powerpoint sur la filiere electrotechniquePresentation powerpoint sur la filiere electrotechnique
Presentation powerpoint sur la filiere electrotechnique
mohammadaminejouini
 
Dimensionnement réseau de transmission pour un réseau GSM-R - AIT KADDOUR Ghi...
Dimensionnement réseau de transmission pour un réseau GSM-R - AIT KADDOUR Ghi...Dimensionnement réseau de transmission pour un réseau GSM-R - AIT KADDOUR Ghi...
Dimensionnement réseau de transmission pour un réseau GSM-R - AIT KADDOUR Ghi...
MustaphaZhiri
 
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de pazProyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Morzadec Cécile
 
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union
 
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdfVeille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
frizzole
 

Dernier (7)

Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdfTextes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
 
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en FranceBATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
 
Presentation powerpoint sur la filiere electrotechnique
Presentation powerpoint sur la filiere electrotechniquePresentation powerpoint sur la filiere electrotechnique
Presentation powerpoint sur la filiere electrotechnique
 
Dimensionnement réseau de transmission pour un réseau GSM-R - AIT KADDOUR Ghi...
Dimensionnement réseau de transmission pour un réseau GSM-R - AIT KADDOUR Ghi...Dimensionnement réseau de transmission pour un réseau GSM-R - AIT KADDOUR Ghi...
Dimensionnement réseau de transmission pour un réseau GSM-R - AIT KADDOUR Ghi...
 
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de pazProyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
 
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
 
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdfVeille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
 

Comptabilité generale pour les nuls.pptx.pdf

  • 3. Définition de la comptabilité • C’est une technique qui permet d’enregistrer dans des comptes les flux de l’entreprise afin de déterminer son résultat et de présenter sa situation patrimoniale. • Sur le plan économique, elle doit renseigner si l’activité est rentable ou pas • Sur le plan juridique, la tenue de la comptabilité est obligatoire, c’est un moyen de preuve avec les tiers et surtout pour le service des impôts • Elle est un moyen de contrôle de l’entreprise et un outil d’aide à la décision
  • 4. Rôle de la comptabilité • C’est une technique d’enregistrement, de stockage et de traitement de l’information ainsi qu’un système normalisé et réglementé ayant pour objectif d’offrir une représentation synthétique de l’entreprise. • Les états financiers qui en résultent doivent répondre aux besoins d’un grand nombre d’utilisateurs internes ou externes à l’entreprise . • Elle est donc à la fois un instrument d’informations financières et un outil de gestion.
  • 5. Instrument d’information financière • L’E est une organisation transparente, qui doit rendre compte aux partenaires avec lesquels elle est en relation d’affaire (salariés, clients, FRS, l’Etat, SS…) • Cette information est donnée par 3 documents de synthèse: - bilan qui décrit le patrimoine à une date donnée - compte résultat: comment est réalisé le résultat - l’annexe qui complète ces documents.
  • 6. Outil de gestion • La comptabilité est un outil de gestion destiné à éclairer les dirigeants de l’E. • Elle se présente comme un tableau bord destinée aux dirigeants et composée d’une série d’instruments de mesures de performances comme les soldes intermédiaires de gestion, les ratios, le tableau de financement…
  • 7. L’information comptable varie selon l’importance de l’entreprise: • Les petites E la comptabilité restent secrètes, sauf à l’ égard des impôts et de la banque • Les grandes sociétés, au contraire, font l’objet d’une large publicité, surtout lorsqu’elles sont cotées en bourse 1. Les comptes sont certifiés par des commissaires aux comptes externes 2. Approbation des associés 3. Communication au comité d’entreprise 4. Dépôt au greffe du tribunal de commerce 5. Publication au bulletin d’Annonces Légales Obligatoires (BALO)
  • 8. Droit comptable • Il représente les règles à implication comptables et financières à la tenue des comptes et à la présentation des documents annuels • Droit comptable s’est progressivement formé grâce aux textes juridiques, lois, décrets, arrêtés élaborés selon les besoins des commerçants, des sociétés, de la collectivité. • Droit comptable a toujours cherché à répondre aux besoins des utilisateurs, il est devenu un moyen de preuve entre commerçants, ce qui a nécessité des règles de formes.
  • 9. Les sources du droit comptable • L’objectif est d’harmoniser les obligations comptables des E et la présentation des états financiers. • La comptabilité doit respecter les principes qui conditionnent les règles et les méthodes comptables utilisées par les E, pour des raisons de régularité et de sécurité • Code du commerce oblige à contrôler 1 fois/an par inventaire l’existant des valeurs du patrimoine de l’E • À la clôture de l’exercice, l’E doit établir les comptes annuels et les opérations de régularisation de fin de période.
  • 10. Principes comptable • Principe de clôture d’un exercice et travaux d’inventaire, la durée d’un exercice comptable est de 12 mois • Principe de prudence et de non compensation : la perte exceptionnelle doit-être traduite en comptabilité (+/- values) • Principe de coût historique (dépréciation monétairel’inflation) • Principe de permanence des méthodes (amortis, stocks) • Principe de l’indépendance d’exercice: il faut rattacher à chaque exercice comptable l’ensemble des opérations qui ont pris naissance et qui ont été consommées au cours de cet exercice pour le montant correspondant: exemple: règlement assurance annuelle le 12/10/2017 : 1200 DA, (3mois concerne 2017 et 6 mois 2018) • Principe de continuité de l’exploitation: les biens de l’E sont évalués en fin d’exercice pour leur valeur d’utilité et non pour leur valeur de liquidation
  • 11. Analyse et saisie des flux • Les flux sont des mouvements de biens et services et des mouvements de valeurs qui se produisent dans une E pendant un temps déterminé • Chaque flux est caractérisé par son sens et sa valeur: 1. Par son sens: chaque flux « origine et destination » 2. Par sa valeur: chaque flux doit être exprimé en terme monétaire • En comptabilité chaque flux est exprimé en termes de ressource (origine du flux) on parle de créditer le compte et d’emploi (destination du flux)on parle de débiter le compte.
  • 12. Description des flux • Flux réels et financiers: 1. Réels: mouvement des biens et services 2. Financiers: mouvement des moyens règlement (espèces, chèque, carte de paiement…) • Flux internes et flux externes: 1. Flux internes à l’E (sortie des stocks vers ateliers) 2. Flux externes avec les tiers de l’E • Ces flux sont comptabilisés dans des comptes.
  • 13. Définition d’une écriture comptable • L’objectif de la comptabilité est de produire une information financière fiable, comparable, sincère, régulière et claire. • Pour cela, « tout flux impactant l’entreprise, c’est-à-dire son patrimoine ou son activité, doit être enregistré dans les comptes ». C’est la définition même d’une écriture comptable : elle traduit l’impact financier d’un flux dans la comptabilité de l’entreprise. • Une écriture comptable constitue donc la transcription financière d’un flux dans les comptes d’une entreprise. • L’ensemble des écritures comptables d’une entreprise vont alimenter ses états financiers que sont le bilan, le compte de résultat et l’annexe.
  • 14. Caractéristiques d’une écriture comptable 1-Présentation d’une écriture comptable • Une écriture comptable est composée d’au moins deux lignes ; chaque ligne étant ventilée en plusieurs colonnes et devant contenir différentes informations. • Deux colonnes doivent attirer particulièrement l’attention de l’opérateur de saisie : la colonne « débit » et la colonne « crédit ». En effet, il va devoir y éclater son opération en fonction de la nature de l’opération et du sens de celle-ci. Une écriture comptable comprend forcément au moins un débit et un crédit. • Une fois l’écriture comptable saisie, le total des débits doit obligatoirement être égal au total des crédits. C’est le mécanisme fondamental de la partie double, principe sur lequel repose la comptabilité des entreprises. On dit alors que l’écriture comptable est équilibrée.
  • 15. Justification d’une écriture comptable • Toute écriture comptable doit être appuyée par un justificatif (on parle d’ailleurs de pièces justificatives comptables). Pour les achats et les ventes, ce sont généralement les factures qui assurent cette fonction. Pour la banque, ce sont les relevés de compte bancaire. Pour la caisse, ce sont les brouillards. Pour les enregistrements liés à la paie, ce sont les bordereaux de charges sociales ainsi que les journaux de paie. • Il est généralement conseillé de numéroter correctement les justificatifs et de reporter ce numéro au sein même de l’ écriture comptable (numéro d’ordre) et ce afin d’être en mesure de retrouver rapidement le justificatif en cas de besoin (pour les factures, il sera possible de retenir, par exemple, le numéro de facture tel qu’il y figure).
  • 16. Composition d’une écriture comptable Toute écriture comptable doit contenir au moins les informations suivantes : • La date de l’opération (en général, la date de facture) ; • La référence du justificatif de l’opération (numéro permettant d’identifier le document) ; • Le libellé de l’opération (description du flux) ; • Les comptes mouvementés par l’opération (imputation comptable) ; • Le montant de l’opération (valorisation du flux) ; • Et le sens du flux (le débit s’il représente un emploi, le crédit s’il constitue une ressource).
  • 17. Enregistrement d’une écriture comptable Une écriture comptable s’enregistre dans un document appelé un journal comptable. En pratique, il existe généralement un journal centralisateur qui regroupe différents journaux auxiliaires, tel que: • Le journal des achats regroupant les enregistrements des factures d’achats, • Le journal des ventes regroupant les enregistrements des factures de ventes, • Le journal de banque regroupant les enregistrements des relevés bancaires, • Le journal de caisse regroupant les enregistrements de la caisse (espèces notamment), • Le journal de paie regroupant les enregistrements des écritures de paie,
  • 18. Les livres comptables • 1- Le journal : La nécessité du journal : L’enregistrement des opérations directement dans les comptes, présente des inconvénients qui sont à l’origine de la nécessité du journal, à savoir : • Source de nombreuses erreurs (un compte peut être débité au lieu d’être compte crédité, par erreur ou omissions, etc.) ; • Ne répond pas aux prescriptions du code de commerce qui ordonne la relation chronologique de toutes les opérations de l’entreprise: En examinant les comptes, il est difficile, sinon impossible de reconstituer ou de reconnaître l’ordre dans lequel les opérations se sont succédées ; • Possibilité de fraude : un comptable malhonnête pourrait facilement commettre des fraudes, ajouter par exemple une opération non effectuée par l’entreprise, car le contrôle serait très difficile.
  • 19. Présentation du journal : Le journal constitue de par la loi un livre obligatoire. Il permet l’enregistrement chronologique des opérations. Sa tenue permet aussi le redoublement des écritures d’enregistrement, donc un contrôle d’exactitude. Les pages de ce document sont numérotées (cotées) et chaque feuille est parafée par le tribunal de commerce. Il est interdit : • D’arracher des feuilles ; • De laisser des blancs ; • D’effacer au grattoir, à la gomme ou au correcteur ; • D’intercaler une opération entre deux écritures ; • De porter des inscriptions en marge ; • De faire des ratures. Le tracé du journal comporte : • Deux colonnes réservées pour les numéros de comptes (à débiter et à créditer) ; • Une colonne destinée à la désignation des comptes (libellé); • Deux colonnes pour les sommes (débit et crédit).
  • 20. N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit N° cpt débité N° cpt crédité Date Compte débité Compte crédité Libellé précisant si nécessaire le document de base justifiant l’opération Montant débit Montant crédit
  • 21. Règles − L’enregistrement dans journal commence par reprendre les éléments du bilan d’ouverture : les éléments de l’actif sont inscrits au débit et ceux du passif au crédit ; − Pour enregistrer une opération au journal, il faut commencer par le ou les comptes à débiter, puis les autres comptes à créditer ; − Dans une opération d’achat/vente, le libellé dans la phase de facturation (transfert de propriété) est traduit par le N° de la facture. Les M/ses achetées stockées doivent faire l’objet d’un « Bon d’entrée ». La sortie de M/ses des stocks est justifiée par un « Bon de sortie » ; − Lorsque plusieurs opérations se passent à la même date, on mentionne la date une seule fois dans le 1er article, puis on porte uniquement, pour les autres, la mention « Dito » ou « d° » ou « // » ; − Les sommes sont totalisées en bas de chaque page et ces totaux sont reportés sur la première ligne de la page suivante :
  • 22. N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit N° cpt débité X N° cpt crédité X 01/ 2021 Tous les Comptes de l’actif Tous les Comptes du Passif L’ouverture du journal Montant débit Montant crédit
  • 23. Bas de page A reporter Total débit Total crédit Début de la page suivante Report date Total débit Total crédit
  • 24. N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 626 53 04/12/2013 Frais postaux et télécommunication Caisse Facture téléphone N°, bon de caisse N° 2500 2500 Exemple 1 : Le 04/12/2013 règlement de la facture de téléphone en espèces, montant 2.500 DA
  • 25. N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 38 30 401 53 38 02/12/201N Achat stocké de M/ses Fournisseurs de stocks et service Caisse Facture N°, bon de caisse N° « Dito » ou « d° » ou « // » Stock de M/ses Achat stocké de M/ses Bon d’entrée N° 9200 9200 4600 4600 9200 Exemple : Le 02/12/201N achat de M/ses pour un montant de 9200 DA. Le règlement s’est fait 1/2 en espèce le reste à crédit.
  • 26. L’enregistrement comptable • Chaque pièce va générer une ou plusieurs écritures comptables mouvementant différents comptes en fonction de la nature de l’opération (comptes de bilan ou comptes de gestion) et du sens de cette dernière. • Le montant est ventilé, selon le mécanisme de la partie double ou de la partie simple, entre deux colonnes : le débit ou le crédit. Chacune d’entre elles a une signification particulière.
  • 27. Le grand livre • C’est un document comptable qui retranscrit toutes les opérations comptables inscrites au journal. • Ces opérations sont inscrites sur ce document simultanément avec celles du journal. • Les comptes sont en T: débit crédit
  • 28. • Après avoir établi le journal, un report est effectué au grand livre pour que le comptable puisse tirer les soldes finals des comptes qui lui serviront dans l’établissement du bilan, du Tableau des Comptes du Résultat (TCR). • Le grand livre est un document comptable obligatoire, il représente l’ensemble des comptes ouverts dans une entreprise. • Il se présente sous forme d’un registre relié, de feuilles mobiles ou encore de fiches.
  • 29. balance : définition • La balance est un tableau récapitulatif des totaux débits et crédits ainsi que les soldes des tous les comptes. • Elle est établie périodiquement, généralement chaque mois. Ce tableau comporte 6 colonnes : • Une colonne où sont inscrits les numéros de comptes ordonnés de la classe 1 à 7 ; • Une colonne où sont inscrits les intitulés de comptes ; • Deux colonnes consacrées aux différents mouvements des comptes (une pour le débit et l’autre pour le crédit) • Deux colonnes où sont reportés les soldes des différents comptes (débit et crédit). • 2 balances sont établies généralement chaque année: une balance avant inventaire et une balance après inventaire.
  • 30. N° intitulés des comptes Mouvements des comptes Soldes Débit Crédit Débit Crédit De la classe 1 à 7 Total 1 Total 2 Total 3 Total 4
  • 31. Rôle de la balance • La balance représente un moyen arithmétique pour vérifier le principe de la partie double et le report effectué du journal au grand livre. • Une balance exacte fait apparaître une triple égalité : • Egalité entre le total des sommes débitées et le total des sommes créditées : • Total 1 = Total 2 • Egalité entre le total des colonnes débit et crédit avec celui du journal: - Total 1 = Total 2 = Total du journal - Egalité entre le total des soldes débiteurs et le total des soldes créditeurs : Total 3 = Total 4
  • 32. Fonctionnement des comptes Les comptes de patrimoines ou de bilan: ✔ Les comptes d’actif ✔ Les comptes du passif Les comptes de gestion que l’on retrouvent dans le tableau comptes résultats (TCR): ✔ Les comptes de charges ✔ Les comptes de produits
  • 33. Comptes Signification d’un débit Signification d’un crédit Compte de charges (classe 6) Augmentation des charges Diminution de charges Compte de produits (classe 7) Diminution de produits Augmentation de produits Compte d’actifs (classe 2, 3, compte 409, comptes 41 sauf exceptions et classe 5 sauf exceptions) Augmentation de possession Diminution de possession Compte de passifs (classe 1, comptes 40, 42, 43,44 et 46 sauf exceptions et certains comptes de classe 5) Diminution de ressources Augmentation de ressources
  • 34. Le bilan Le bilan est un document de synthèse, il représente une photographie du patrimoine d’une entreprise, à une date donnée « t » donné et, en l’occurrence, à la clôture de l’exercice comptable. • Le patrimoine représente l’ensemble des biens et des dettes de l’entreprise • Les postes du bilan sont classés: liquidité (actif)/exigibilité (passif) • Bilan doit être équilibré: total actif = total passif • Bilan doit être daté • Le bilan comprend 2 parties: 1. L’actif représenté par les biens ou emplois 2. Passif représenté par les dettes ou ressources • Par convention, l’actif est dans la partie gauche du tableau et le passif est dans la partie droite du bilan. • Il récapitule, d’un côté, ce que l’entreprise possède (on parle d’actifs) et, de l’autre, ce qu’elle doit (on parle de passifs).
  • 35. L’actif du bilan • les investissements durables d’une entreprise (appelés immobilisations): - valeurs incorporelles - Valeurs corporelles - Valeurs financières • les biens qui sont conservés par l’entreprise sur une courte durée (l’actif circulant ): - les stocks, - les créances, - et les disponibilités.
  • 36. Passif du bilan • les ressources internes, moyens de financement à disposition de l’entité pour un délai assez long - le capital, - les réserves, - le report à nouveau, etc. • et les ressources externes temporaires - dettes financières, - dettes fournisseurs, - dettes fiscales et sociales.
  • 37. Le Système Comptable Financier (SCF) : • Le SCF a été institué par la loi 07-11 du 25/11/2007 et entrée en vigueur à compter du 1er janvier 2010. Il a remplacé le PCN (Plan Comptable National), tout en intégrant les normes internationales, particulièrement l’ISA/IFRS (International-Accounting-Standards/ International Financial Reporting Standards). • Le SCF prévoit une classification des comptes articulée autour de sept classes, regroupés en deux catégories, • la codification des comptes est décimale, le premier chiffre indique la classe, le second la division de la classe, le troisième une subdivision des comptes et les chiffres suivants affinent la subdivision.
  • 38. • Les comptes de bilan (situations ou de patrimoine) qui sont : – La classe 1 : comptes de capitaux ; – La classe 2 : comptes d’immobilisation ; – La classe 3 : comptes de stocks et d’encours ; – La classe 4 : comptes de tiers (actif et passif) ; – La classe 5 : comptes financier. • Les comptes de gestion (exploitation) qui sont : – La classe 6 : comptes de charges ; – La classe 7 : comptes de produits. • Il prévoit aussi des comptes spéciaux (classe 8 et 9) non utilisées au niveau du plan comptable, permettant aux entreprises d’enregistrer leurs opérations particulières.
  • 39. Exemple Classe 2 : Comptes d’immobilisations. Compte divisionnaire 21 : Immobilisations corporelles. Comptes 218 : Autres immobilisations corporelles. Sous- comptes 2182. : Matériels de transport.
  • 40. Les principales différences entre PCN et SCF : PCN SCF Classe 1 Fonds propres 10 Fonds social 110 Fond d’exploitation 119 Compte de l’exploitant 13 Réserves 18 Résultat en instance d’affectation Classe 1 Comptes de capitaux 101 Capital social ou fonds d’exploitation 108 Compte de l’exploitant 106 réserves 120/129 Résultat de l’exercice
  • 41. Classe 2 Investissements 20 Frais préliminaires 21Valeur Incorporelles 210 Fonds de commerce 22 Terrains 24 Equipements de production 240 Bâtiments 243 Matériels et outillages 244 Matériels de transport 247 Agencements et installations Classe 2 Comptes d’immobilisation 20 Immobilisations incorporelles 20 Immobilisations incorporelles 208 Autres immobilisations incorporelles 211 Terrains 215 Installations technique, matériel et outillage industriels 213 Constructions 215 Installations technique, matériel et outillage industriels 2182 Matériels de transport 215 Installations technique, matériel et outillage industriels
  • 42. Classe 3 Stocks 30 Marchandises 31 Matières et fournitures 33 Produits semi-ouvrés 34 Produits et travaux encours 35 Produits finis 36 Déchets et rebus 37 Stocks à l’extérieur 38 Achats Classe 3 Comptes de stocks et en-cours 30 stocks de marchandises 31 Matières premières et fournitures 32 Autres approvisionnements 321 Matières consommables 322 Fournitures consommables 336 Emballage 351 Produits intermédiaires 33 Encours de production de biens 331 Produit encours 335 Travaux encours 34 Encours de production de services 341 Etudes encours 345 Prestation de service encours 355 Produits finis 358 Produits résiduels ou matières de récupération 37 Stocks à l’extérieur (encours de route, en dépôt ou en consignation) 38 Achats stockés
  • 43. Classe 4 Créances 421 Titres de participation 470 Clients 485 Comptes bancaires 486 Comptes postaux (CCP) 487 Caisse Classe 4 Comptes de tiers Classe 5 Comptes financiers 261 Titres de filiales 411 Clients 512 Banques comptes courants 515 Trésor public et établissements publics 53 Caisse
  • 44. Classe 5 Dettes 521 Emprunts bancaires 522Crédits d’investissements 530 Fournisseurs 588 Avances bancaires Classe 1 Compte de capitaux Classe 4 Compte de tiers Classe 5 Compte financiers 164 Emprunts auprès des établissements de crédit 404Fournisseurs d’immobilisations 401 Fournisseurs de stocks et services 519 Concours bancaires courants
  • 45. Présentation normalisée du bilan Actif passif 2 Actif immobilisé Immobilisations incorporelles - Frais préliminaires, Fonds commerce - Brevets, frais recherche et développement Immobilisations corporelles - terrains, construction, outillage - Matériel bureau, informatique Immobilisations financières - prêts, dépôts et cautionnement, titres Actif circulant 3 Stocks: marchandise, PF, emballages… 4 Créances: clients 5 Disponibilité: Banque caisse I Capitaux propres Capital social Réserves Résultat I Dettes financières Emprunt auprès établissements financiers 4 Dettes d’exploitation Fournisseurs Etat (TVA, dettes fiscales &sociales) Organismes sociaux 4 Dettes hors exploitation Fournisseur d’immobilisation Impôts sur les sociétés 5- concours bancaires courants
  • 46. Actif du bilan L’actif du bilan comporte en réalité 5 colonnes: N°compte libellé Valeur brute Amort/prov Valeur nette totaux
  • 47. Les variations du bilan : Les modifications des éléments de l’actif Les opérations commerciales qui touchent uniquement les éléments de l’actif n’ont pas d’incidences sur le total du bilan. Il s’agit d’une réaffectation d’emploi.
  • 48. Exemple Actif Passif Actifs courants : 512 Banque compte courant 53 Caisse 800000 200000 Capitaux propres : 101 Fonds d’exploitation 1000000 Total actif 1000000 Total passif 1000000 Bilan au 01/03/2017
  • 49. • Le 30 avril 2013, cette entreprise achète des M/ses, d’un montant de 360000 DA réglé par chèque bancaire et achète du mobiliers de bureau en espèces, montant pour 50000 DA. Actif Passif Actifs non courants : 2184 Mobiliers de bureau Actifs courants : 30 Stocks de M/ses 512 Banque compte courant 53 Caisse 50000 360000 440.000 150.000 Capitaux propres : 101 Fonds d’exploitation 1000000 Total actif 1000000 Total passif 1000000
  • 50. Les modifications des éléments du passif : •Quand les variations concernent les éléments du passif, le total du bilan va être modifié, en d’autre terme chaque changement de ressources donne lieu à une modification du total du bilan. •Le bilan du 30/04/2017, l’entreprise effectue le 01/06/2017 un nouvel apport de 60.000 DA qu’elle dépose en caisse. Actif Passif Actifs non courants : 2184 Mobiliers de bureau Actifs courants : 30 Stocks de M/ses 512 Banque compte courant 53 Caisse 50000 360000 440000 210000 Capitaux propres : 101 Fonds d’exploitation 1060000 Total actif 1060000 Total passif 1060000
  • 51. Comptes de gestion • Les comptes de gestion comprennent les comptes de charges (cl 6) et les comptes de produits (cl7). • Les charges sont des travaux ou services irrémédiablement consommées par l’E, ex: le travail du salarié est consommé par l’E, le salaire a été affecté à un emploi définitif appelé charge salariale, consommation d’énergie, loyer, assurance, tel... • Les produits sont encaissables et génèrent un flux de trésorerie. • Les charges et les produits sont classés par nature: - Les charges et produits d’exploitation contribuent à l’activité ou à l’exploitation courante de l’E - Les charges et produits hors exploitation ou exceptionnels regroupent les éléments non répétitifs, indirectement liées à l’exploitation ex: une amende - Les charges et produits financiers regroupent les éléments qui sanctionnent les choix de financement effectués par l’E.
  • 52. Les charges décaissables et non décaissables Une charge décaissable est une charge du compte de résultat (tous les comptes de la classe 6 « Charges » du compte de résultat) qui occasionnent une sortie d’argent. Le flux de trésorerie qu’elle génère vient ainsi diminuer la trésorerie de l’entreprise. Ce flux peut concerner des salariés, des organismes sociaux, des organismes fiscaux, des associés, des établissements bancaires, etc.
  • 53. En comptabilité, la plupart des charges sont décaissables. Tel est le cas, notamment - Des achats de matières premières, fournitures consommables et marchandises (comptes 60) - Des services extérieures (comptes 61 et 62 : honoraires, frais de télécommunication, documentation, frais postaux, primes d’assurance, etc.) ; - Des impôts et taxes (comptes 63 : taxes sur les véhicules de tourisme, impôt sur les bénéfices, taxe d’apprentissage, formation professionnelle, etc.) ; - Des salaires et charges sociales (comptes 64) ; - Des autres charges de gestion (comptes 65) ; - Des charges financières (comptes 66) ; - certaines charges exceptionnelles (comptes 67).
  • 54. charges non décaissables Une charge non décaissable est, par définition, une charge calculée (généralement en l’application de principes comptables) et qui ne donne lieu à aucune sortie d’argent, c’est-à-dire à aucun décaissement. Elle n’aura donc aucun impact sur la trésorerie mais entraînera tout de même une diminution du résultat net comptable. En comptabilité, ces charges ne sont pas prépondérantes. Il s’agit essentiellement : • Des dotations aux amortissements sur immobilisations corporelles et incorporelles (comptes 6811, 6861 et 6871) ; • Des dotations aux amortissements dérogatoires (compte 68725) ; • Des dotations aux dépréciations des immobilisations, des stocks ou des créances (comptes 6816, 6817, 6866 et 6876) ; • Des dotations aux provisions pour risques et charges (comptes 6815, 6865 et 6875) • Des dotations aux provisions réglementées (compte 6873) ; • Des valeurs nettes comptables d’éléments d’actif cédés (compte 675).
  • 55. • Les dotations aux amortissements représentent la perte de valeur d’un investissement en raison de son utilisation, de l’obsolescence ou tout simplement du temps qui passe. • Les dotations aux dépréciation (provisions)ont pour objectif de quantifier, dans la mesure du possible, la perte de valeur d’un actif encore détenu par l’entreprise. • Enfin, les dotations aux provisions prévoient la couverture d’une charge potentielle consécutive à un risque identifié.
  • 56. produits encaissables et non encaissables un produit encaissable est un produit du compte de résultat ( tous les comptes dont le premier chiffre commence par un 7 relevant de la classe « Comptes de produits ») qui génère une entrée d’argent. Le flux de trésorerie contribue à augmenter la trésorerie de l’entreprise. Il peut avoir diverses origines : clients, États (dégrèvements d’impôts), organismes sociaux, banque… En comptabilité, la plupart des produits sont encaissables. C’est notamment le cas des produits suivants : - Des ventes de produits fabriqués, prestations de services, marchandises (comptes 70) ; - Des subventions d’exploitation (compte 74) ; - Des autres produits de gestion courante (comptes 75) ; - Des produits financiers (comptes 76) ; - De certains produits exceptionnels (comptes 77).
  • 57. produits non encaissables un produit non encaissable représente, par définition, un produit qui résulte généralement d’un calcul et qui n’occasionne aucune rentrée d’argent (on parle de produit calculé). La trésorerie de l’entreprise ne s’en retrouvera donc pas augmentée tout en sachant qu’il aura tout de même un impact sur le résultat de l’entreprise : il viendra l’augmenter. En comptabilité, ces produits sont limités en nombre. Sont principalement concernés : - La quote-part des subventions d’investissement virée au résultat de l’exercice (compte 777) ; - Les reprises sur amortissements et provisions d’exploitation (comptes 781) ; - Les reprises sur amortissements et provisions à caractère financier (comptes 786) ; - Les reprises sur amortissements et provisions à caractère exceptionnel (compte 787).
  • 58. Les subventions d’investissement constituent des aides accordées aux entreprises pour créer ou acheter une ou plusieurs immobilisations. Le montant octroyé est généralement lissé sur plusieurs années, au même rythme que l’amortissement des immobilisations financée. Ainsi, l’aide est encaissée en totalité dès l’acquisition ou la fabrication mais le produit qui en résulte est éclaté.
  • 59. Classe 6 Charges 60 Marchandises consommées 61 Matières premières consommées 620 Transport 621 Loyers et Charges locatives 622 Entretien et réparation 626 Publicité 628 Postes et Télécommunication 654 Escomptes accordés 660 Assurances Classe 6 Compte de charges 60 Achats consommées 600/601/…607 M/ses, Matières premières…. 609 RRR donné sur achat 624 Transport de biens et transport collectif du personnel 613 Location 614 Charges locatives et charges de copropriété 615 Entretien, réparation et maintenance 623 Publicité, publication et relations publiques 626 Frais postaux et de télécommunications 668 Autres charges financières 616 Primes d’assurances 619 RRR donnés sur services extérieurs 629 RRR donnée sur autres services extérieurs
  • 60. Classe 7 Produits 70 Ventes de marchandises 71 Production vendues 72 Production stockée 74 Prestation fournies 770 Produits financiers 779 Autres produits divers Classe 7 Comptes de produits 700 Ventes de marchandises 701 Ventes de produits finis 702 Ventes de produits intermédiaires 703 Ventes de produits résiduels 704 Ventes de travaux 705 Ventes d’études 72 Production stockée ou déstockée 706 Autres prestations de services 768 Autres produits financiers 708 Produits des activités annexes 709 RRR obtenus sur achats 719 RRR obtenus sur services extérieurs 729 RRR obtenus sur autres services extérieurs Classe 8 Résultats 88 Résultat brut de l’exercice 12 Résultat de l’exercice
  • 61. Tableau des Comptes de Résultat (TCR) • Le Tableau des Comptes de Résultat ou le Compte de Résultat est un état financier où figurent les produits et les charges d’une période, c'est-à-dire pour un exercice comptable (1 an), il fait ressortir par différence le résultat net ou résultat de l’exercice: • Résultat = ΣProduits - ΣCharges (le bénéfice ou la perte, que l’on retrouve au bilan). • Ainsi le résultat est un - Résultat bénéficiaire : Produits > Charges - Résultat Déficitaire : Produits < Charges.
  • 62. Compte Désignation débit Crédit 70 Ventes de marchandises et de produits fabriqués, ventes de prestation de services et produits annexes. X 72 Production stockée ou déstockée. X X 73 Production immobilisée. X 74 Subvention d’exploitation. X Production de l’exercice (1) X 60 Achats consommés. X 1/62 Services extérieurs et autres services extérieurs. X Consommation de l’exercice (2) X Valeur ajoutée (3) = (1)-(2) X X 63 Charges du personnel. X 64 Impôts, taxes et versements assimilés. X Excédent Brut d’Exploitation (4). X 75 Autres produits opérationnels. X 65 Autres charges opérationnelles. X 68 Dotation aux amortissements, provisions et pertes de valeurs. X 78 Reprise sur pertes de valeur et provisions. X Résultats opérationnel (5). X X 76 Produits financiers. X 66 Charges financières. X Résultat Financier (6). X X Résultat Ordinaire avant impôt (7) = (5) + (6). 5/698 Impôts à payer sur résultat ordinaire. X 2/693 Impôt différé sur le résultat ordinaire X Total Produits de l’Activité Ordinaire X Total Charges de l’Activité Ordinaire X Résultat Net de l’Activité Ordinaire (8) X X 77 Eléments extraordinaires (Produits). X Eléments extraordinaires (Charges). X
  • 63. Achats dans l’entreprises commerciales : • Les entreprises commerciales sont celles qui achètent des produits destinés à la revente en l’état sans aucune transformation. • Les stocks correspondent à des actifs détenus par l’entité et destinés à être vendus dans le cadre de l’exploitation courante. • La comptabilisation des achats se fait en deux étapes : • 1ère étape : acquisition de la propriété : • L’entreprise devient propriétaire des biens achetés grâce à la facture établie par le fournisseur au nom de l’acheteur. On trouve d’ailleurs deux sortes de factures, des facteurs simples et des factures comportant des réductions. • 2ème étape : mise en stocks : • Prix d’achat des biens après déduction des taxes récupérables, des réductions commerciales, majoré des droits de douanes et autres taxes fiscales non récupérables ainsi que les frais directement attribuables (livraison, manutention, etc.).
  • 64. Les opérations d’achats : • Ainsi, un achat est une opération effectuée par une entreprise afin d’avoir des biens qui sont destinés à la revente en état ou après transformation, afin de satisfaire les besoins des consommateurs, comme illustré sur la figure suivante.
  • 65. • L’opération d’achat est justifiée par un document commercial appelé facture de « doit », établie par le vendeur en plusieurs exemplaires, l’original est remis au client, le double est conservé pour ses besoins. • On trouve deux sortes de factures (facture simple et facture avec réductions) • Facture simple contient les prix de ventes marchandises. • Factures comportant des réductions commerciales : Dans le cadre de la politique commerciale, certains fournisseurs accordent des réductions à leurs clients soit pour écouler une grande quantité de marchandises soit pour réapprovisionner des stocks en d’autres produits récents, soit pour les fidéliser, défaut ou m/ses non conformes etc.
  • 66. Réductions sur facture Il existe 2 types de réductions: • Les réductions commerciales (RRR)ne sont pas comptabilisées sauf si elles sont accordées hors facture, on parle alors de « facture d’avoir » • Une réduction financière qui est représentée par l’escompte de règlement. Ce dernier est toujours comptabilisé, il représente une charge pour l’entreprise qui l’accorde à son client, c’est un « frais financier », et un produit, lorsqu’il est reçu d’un fournisseur, c’est donc un « produit financier »
  • 67. La facturation: Les réductions commerciales • rabais: réduction sur le prix vente d’un produit ex: défaut ou non conforme • remise: réduction sous forme d’un pourcentage sur le prix nominal de la vente en raison des grandes quantités achetées • ristourne: c’est une prime de fidélité, sous forme d’un pourcentage, accordée à certains clients
  • 68. La facturation: Réductions financières L’escompte de règlement: c’est une réduction accordée aux clients qui paient leurs achats avant la date normale, c’est-à-dire, avant la date d’ échéance.
  • 69. Le calcul des réductions sur facture Les réductions se calculent en «cascade »: • Sur le prix vente on diminue d’abord le rabais • Sur ce net on retranche ensuite la remise • Sur ce nouveau net on retranche enfin la ristourne: on obtient « net commercial » • Sur ce net commercial on retranche l’escompte et on obtient le net financier Hors taxes • Après avoir rajouté la TVA, on obtient le net à payer toutes taxes comprises (TTC)
  • 70. Remarque: les réductions hors facture • L’entreprise peut accorder des réductions après avoir établit la facture de base ou « doit » (hors facture) • Dans ce cas, l’entreprise établie une autre facture appelée « facture d’avoir », sur laquelle sont transcrites ces réductions.
  • 71. fiscalité • L'impôt constitue un prélèvement obligatoire effectué par voie d’autorité par l'État. Il y a un impôt direct (prélevé à la source) et l’impôt indirect (TVA).La somme récoltée sera affectée aux services d'utilité générale. • L’impôt indirect est un impôt payé par une autre personne que celle qui en supporte le coût. • l'impôt a pour fonction de transférer de l'argent prélevé de la population vers le pouvoir politique (et ses organes, qui peuvent être multiples). • Les impôts peuvent être modulés en fonction de caractéristiques de la population, ce qui permet de les faire peser plus ou moins sur différentes parties de la population: c’est le principe « d’équité social ».
  • 72. Exemple • Facture d’achat de M/ses, à crédit, N° 1078/2017 d’un montant brut de 30000 DA, contenant une remise de 5%, une ristourne de 10% et un rabais de 1% • La facture se présente ainsi : Montant brut 30000 - Remise 5% 1500 1er Net commercial 28500 - Ristourne 10 % 2850 2éme Net commercial 25650 - Rabais 1% 256.50 Net à payer 25393.50
  • 73. Transfert de propriété au coût d’achat coût d’achat= prix d’achat +frais/achat N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 38 401 Date Achats stockés. Fournisseurs de stocks et de services Facture N° 10780 25393.50 25393.50
  • 74. Stockage de marchandise N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 30 38 Date Stocks de marchandises Achats stockés. Bon d’entré N° … 25393.50 25393.50
  • 75. Facture avec TVA : • La taxe sur la valeur ajoutée vient souvent en complément de la facture elle se calcule généralement sur le net financier. • Le stock de M/ses est comptabilisé en Hors Taxes, la TVA est toujours comptabilisée • Reprenons l’exemple de la facture précédente : Net à payer HT 25393.50 + TVA 19% 4824.76 Net à payer TTC 30218.26
  • 76. N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 38 4456 30 401 38 Date Achats stockés. TVA déductible Fournisseurs de stocks et de services Facture n° // Stocks de marchandises Achats stockés. Bon d’entrée N°…. 25393.50 4824.76 25393.50 30218.26 25393.50
  • 77. Facture d’achat de M/ses, à crédit, N° 1078/2017 d’un montant brut de 30000 DA, contenant une remise de 5%, une ristourne de 10% et un escompte de 1%. La facture se présente ainsi : Montant brut 30000 - Remise 5% 1500 1er Net commercial 28500 - Ristourne 10 % 2850 2éme Net commercial 25650 - Escompte 1% 256.50 Net financier 25393.50 + TVA 19% 4824.76 Net à payer 30218.26
  • 78. N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 38 4456 30 401/51/53 76 38 Date Achats stockés. TVA déductible Fournisseurs de stocks et de services (crédit)/banque/caisse Produit financier Facture n°1078/17 // Stocks de marchandises Achats stockés. Bon d’entrée N°…. 25650 4824.76 25650 30218.26 256.50 25650
  • 79. Les opérations de ventes • L’entreprise commerciale achète et revend les marchandises sans aucune transformation. L’opération de vente se fait suivante deux étapes : − 1ère étape : • On constate la sortie de la marchandise au coût d’achat. − 2ème étape : •On constate le transfert de la propriété avec la facture de la vente établie en plusieurs exemplaires (l’original pour l’acheteur). Cependant ces factures peuvent être simples ou avec réductions, auquel on rajoute la TVA. Si les réductions ont été accordées hors facture de base, une autre facture est établie : facture d’avoir.
  • 80. N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 60 30 Date Achats consommés. Stocks de marchandises Bon de sortie N°… X X N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 51/53/41 700 Date Banque/caisse/client (crédit client) Ventes de marchandises Facture N°… Y Y
  • 81. Facture de vente de M/ses, à crédit, N° 1078/2017 d’un montant brut de 30000 DA, contenant une remise de 5%, une ristourne de 10% et un escompte de 1%. Le coût d’achat des M/ses vendus est de 20000 DA La facture se présente ainsi : Montant brut 30000 - Remise 5% 1500 1er Net commercial 28500 - Ristourne 10 % 2850 2éme Net commercial 25650 - Escompte 1% 256.50 Net financier 25393.50 + TVA 19% 4824.76 Net à payer 30218.26
  • 82. N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 60 51/53/41 66 30 700 4457 Date Achats consommés(coût d’achat) stocks de M/ses Bon sortie n° Banque/caisse/client Charge financière Vente de M/ses. TVA collectée facture N° 1078/2017 20000 30218.26 256.50 20000 25650 4824.7 6
  • 83. Entreprise industrielle : •Son activité principale est la production, donc la transformation de matières premières en produits finis (fabriqués) ou semi-finis. •Cette entreprise vend des produit finis donc une production.
  • 84. Achat de matière fourniture • L’entreprise pour produire doit s’approvisionner en MF auprès de ses fournisseurs. • Il peut acheter au comptant alors il paie par caisse ou par chèque (banque) • Il peut acheter à crédit, alors il a une dette fournisseur. • Quand il reçoit la MF il doit d’abord la stocker, d’où les opérations suivantes: 1- l’opération d’achat MF à crédit 2- le stockage ou l’entrée en stock de la MF au coût d’achat
  • 85. N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 38 30 401 38 Date Achats stockés. Fournisseurs de stocks et de services Facture n° // Stocks de MF Achats stockés. Bon d’entrée N°…. X X X X
  • 86. Déstockage des matières premières pour transformation : • Pour fabriquer un produit, on doit utiliser de la matière première achetée en faisant sortir une quantité des stocks vers les ateliers fabrication. • Sur le plan comptable, on constate l’opération selon le bon de sortie au coût d’achat comme suit :
  • 87. Déstockage de matière première N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 601 31 Date Matières premières consommées (coût achat) Matière première et fournitures. Bon de sortie N° … X X
  • 88. Stockage de la production • A partir des matières premières consommées, l’entreprise fabrique des produits finis ou des produits intermédiaires qui seront stockés au coût de production.
  • 89. N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 351 355 72 Date Produit intermédiaire (Ou) produit finis (coût production) Production stockée ou déstockée Bon d’entrée n°.. stock production X X
  • 90. Déstockage des produits pour la vente : Le déstockage des produits finis destinés à la vente se fera en fonction des quantités vendues au coût de production.
  • 91. Déstockage de produits finis pour la vente (coût production) N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 72 355 Date Production stockée ou déstockée Produits finis Bon de sortie N° … X X
  • 92. Vente de la production L’entreprise établit une facture simple ou une facture comportant des réductions sur ventes. L’ écriture comptable, le principe est le même sauf qu’il s’agit d’une vente de produits finis au lieu de la marchandise. Ainsi, au lieu du compte 700 « Ventes de marchandises » on utilise le compte 701 « Ventes de produits finis ». La vente se fait au « prix de vente ».
  • 93. N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 51/53/41 701 Date Banque/caisse/client Ventes de produits finis Facture N°… Y Y
  • 94. Facture de vente de PF, à crédit, N° 1078/2017 d’un montant brut de 30000 DA, contenant une remise de 5%, une ristourne de 10% et un escompte de 1%, sachant que le coût de production est de 28000 DA. La facture se présente ainsi : Montant brut 30000 - Remise 5% 1500 1er Net commercial 28500 - Ristourne 10 % 2850 2éme Net commercial 25650 - Escompte 1% 256.50 Net financier 25393.50 + TVA 19% 4824.76 Net à payer 30218.26
  • 95. N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 72 355 Date Production stockée ou déstockée Produit finis Bon de sortie stock production N°…. 28000 28000
  • 96. N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 470 66 701 4457 Date Client Charge financière Ventes de produits finis TVA collectée Facture N°… 30218.26 256.50 25650 4824.76
  • 97. Retour de M/ses (facture d’avoir) • Montant brut 4800 • 5% remise 240 • Net commercial 4560 • 1% escompte 45.6 • Net à payer 4514.4 • Coût d’achat M/ses vendues: 4000 DA 1- L’E a vendu de la M/ses, le client lui retourne cette M/ses 2- L’E a acheté de la M/ses elle la retourne à son Fournisseur
  • 98. N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 30 70 60 53/470 66 Date Stock (coût d’achat m/ses vendues) Achat consommés Bon d’entrée stock N°…. // Vente m/ses (prix vente) Caisse ou client Charge financière Facture d’avoir n° Bon caisse n° (Chez le Fournisseur) 4000 4560 4000 4514.4 45.6
  • 99. N° de comptes à Libellés (chez client) Montants Débiter Créditer Débit Crédit 38 401/53 76 30 38 Date Achat stocké (net commercial) ) stocks M/ses Bon de sortie stock N°…. Retour m/ses // Fournisseur/caisse (net à payer) Produit financier (net commercial) Achat stocké Facture d’avoir n° Bon caisse n° 4560 4514.4 45.6 4560 4560
  • 100. Réductions hors facture (facture d’avoir) • Les réductions commerciales lorsqu’elles sont accordées hors facture de base doivent être comptabilisées : • dans un compte « rabais, remise, ristourne accordées » (RRR accordées: 629), chez le fournisseur qui les accordent à son client. • Lorsqu’elles sont reçues par un client, elles seront comptabilisées dans la comptabilité du client dans un compte « RRR obtenues » 709
  • 101. Réductions commerciales hors facture de base • 1- Dans la comptabilité du client: le client a obtenu de son FRS: RRR obtenu: 350 Escompte obtenu: 150 • 2- Dans la comptabilité du fournisseur: le FRS accorde à son client: RRR accordés: 350 Escompte: 150
  • 102. N° de comptes à Libellés (chez client) Montants Débiter Créditer Débit Crédit 401/53 709 76 Date Fournisseur/caisse RRR obtenus/achat Produit financier Facture d’avoir N°… 500 350 150
  • 103. N° de comptes à Libellés (chez FRS) Montants Débiter Créditer Débit Crédit 609 66 470/53 Date RRR accordés Charge financière Client/caisse Facture d’avoir N°… 350 150 500
  • 104. Exercice sur les opérations d’achat et de vente Durant le mois de janvier 201N, la société a effectué les opérations suivantes : les chiffres sont en milliers DA 10-01 Achat de marchandises à crédit : 300 DA 11-01 Vente de marchandises contre espèces : 520 DA , (coût des marchandises vendues : 420 DA) 21-01 achat de matières fournitures paiement en espèces : 200 DA 22-01 Produits finis entrés en stock évalués à 500 DA (matières et fournitures nécessaires : 120 DA 23-01 Vente de produits finis pour 700 DA : payé par banque : 400 DA, par caisse : 50 DA, et le reste : facture à établir . Passer les écritures au journal
  • 105. Les opérations de création d’entreprise: l’apport en capital
  • 106. N° de comptes à Libellés À la création de l’entreprise Montants Débiter Créditer Débit Crédit Classes 2/3/5 101 Date Investissements/stocks/trésorerie fonds social ou fonds d’exploitation Apports de l’entrepreneur/associés… X X
  • 107. N° de comptes à Libellés À la création de l’entreprise, les actionnaires n’ont pas encore payé Montants Débiter Créditer Débit Crédit Classes 2/3/5 4562 101 Date Investissements/stocks/trésorerie Actionnaires-capital souscrit et appelé, non versé fonds social ou fonds d’exploitation Apports de l’entrepreneur, les actionnaires ont souscrit mais pas de versement X X X
  • 108. N° de comptes à Libellés les actionnaires ont payé par chèque Montants Débiter Créditer Débit Crédit 51 4562 Date Banque Actionnaires-capital souscrit et appelé, non versé Versement des actionnaires , chèque n°… X X
  • 109. Prime d’apport Elle représente un excédent sur le montant des apports, sur la valeur nominale de l’action. Ainsi si l’action est émise à une valeur de 100 DA, elle est cotée à 120 DA (sa valeur réelle): L’excèdent 20 DA représente la prime d’apport. Exemple: une société décide d’augmenter ses fonds propres en numéraire. La valeur des actions émises est de 300 000 DA, leur valeur réelle est de 400 000 DA. Passez les écritures au journal.
  • 110. N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 53 456 Date Banque Associés apport Versement des actionnaires , chèque n°… 400 400 N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 456 101 103 Date Associés apport Fonds social Prime d’apport Souscription des associés 400 300 100
  • 111. Exercice 2 : La SARL d’appareils électroniques, a été créée le 2/02/201N, par les apports suivants : • Bâtiments industriels 200 • Bâtiments administratifs 200 • Matériels outillages 250 • Equipements bureau 150 • Versement à la banque 150 • Versement à la caisse 50 Cinq ans plus tard, La SARL veut étendre son activité dans le sud, elle a acquis : • Fonds commerce : 200 DA à crédit • Bâtiments : 800 DA à crédit • Matériel et mobilier bureau : 900 DA, réglé 30% par banque et le reste à crédit • Aménagements du magasin : 30DA, réglé par CCP • Achat à crédit de véhicules : 1000 DA Passer les écritures dans le journal sur le grand livre.
  • 112. Quelques notions sur les amortissements • Les amortissements traduisent la dépréciation des investissements ou des immobilisations (classe 2). L’amortissement est la constatation comptable de la dépréciation des immobilisations, de ce fait ils sont en diminution du compte investissement en question. On les trouve au bilan, à l’actif : à gauche du tableau. Les principaux biens amortissables sont les valeurs corporelles, ne sont pas amortissables les valeurs incorporelles, financières et les terrains. • Sur le plan comptable la base retenue pour l’amortissement est le coût d’acquisition du bien ou le coût de production. • Le coût d’acquisition comprend le prix d’achat HT du bien majoré des frais de transport HT, des droits de douane, des frais de montage et d’installation. • Le coût de production comprend les matières 1eres consommées et les charges directes et indirectes de fabrication.
  • 113. • L’amortissement est obligatoire, même en l’absence de résultat, il se fait en fin de période après l’établissement de la balance, après l’inventaire. • L’amortissement correspond à la ∑ dotations aux amortissements faites chaque année • La dotation aux amortissements correspond à l’amortissement annuel • V0 correspond à la valeur d’origine de l’investissement, au coût d’acquisition/production. • V0 - ∑ dotations aux amortissements = VN (Valeur Nette de l’investissement dans bilan), appelée aussi valeur nette comptable (VNC), valeur résiduelle : VR. •
  • 114. Méthode d’amortissement Il existe 2 méthodes de calcul de l’amortissement : la méthode linéaire et la méthode dégressive. Le calcul de l’amortissement annuel, c'est-à-dire la dotation aux amortissements est fonction : - la valeur initiale de l’investissement notée « V0 » ou « C »; - du taux d’amortissement : noté « t » - de la durée de l’amortissement de l’investissement, la durée d’utilisation prévue notée « N ». - Am : l’annuité d’amortissement • Amortissement linéaire ou constant : Il consiste à établir uniformément la valeur de l’immobilisation sur la durée normale d’utilisation. - Le taux d’amortissement = t = 100/N - L’annuité d’amortissement du bien = Am = V0 / N = V0 x t%
  • 115. Remarque lorsque le bien est acquis en cours d’exercice, la 1ere annuité d’amortissement est calculée au Pro- Rata- Temporis, c'est-à-dire en tenant compte de la durée qui sépare la date de mise en service du bien et la date de clôture de l’exercice. Cette durée doit être appréciée en nombre de jours. Une année dure 360 j et un mois 30j. Si le jour du mois est < ou = 15eme j de ce mois, le mois est compté dans le calcule de l’amortissement, inversement s’il est > au 15eme j, le mois n’est pas compté dans le calcule de l’amortissement. Les biens acquis d’occasion sont toujours amortis selon le mode linéaire.
  • 116.
  • 117. Comptabilisation : L’amortissement représente une charge non décaissable enregistrée dans un compte de la classe 6 : « dotation aux amortissements ». La contrepartie de la charge est enregistrée dans un compte d’immobilisation de la classe 2 et qui matérialise l’amortissement qui vient en diminution du compte principal d’immobilisation : « amortissement du matériel…. » Ce compte est cumulatif.
  • 118. N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 68 28 Date Dotation aux amortissement amortissement du… Amortissement du … X X
  • 119. L’amortissement dégressif : • L’amortissement dégressif est une possibilité donnée dans certains cas aux entreprises pour amortir rapidement une immobilisation pendant les 1eres années. • L’intérêt est purement fiscal. • Ce système reste facultatif et ne concerne que les biens neufs amortissables sur plus de 2 ans. • Le taux d’amortissement dégressif est obtenu à partir du taux d’amortissement linéaire auquel on applique un coefficient de dégressivité qui varie en fonction de la durée d’utilisation du bien , ainsi: - Entre 3 et 4 ans : 1.5 - Entre 5 et 6 ans : 2 - Plus de 6 ans : 2.5 Remarque : l’annuité d’amortissement dégressif se calcule sur la VNC du début d’exercice. Lorsque le bien est acquis en cours d’exercice, la 1ere annuité est calculée au Pro Rata Temporis sur la période qui sépare la date d’acquisition de la clôture de l’exercice.
  • 120. Exercice 1 : Une entreprise X a acquis une machine-outil le 20 avril N, pour une valeur de 140 000 DA, sa durée de vie est de 8 ans. Etablir les tableaux d’amortissement de ce matériel dans chacune des méthodes d’amortissement (constant, dégressif). Quelles sont vos remarques. Passer les écritures au journal et dans le grand livre le 31/12/N et 31/12/N+1 Exercice 2 : Des balances après inventaires des exercices N et N+1, sont extrait les comptes suivants : N N+1 244 matériels transports : 170 000 185 000 2182 amortissements matériels de transport 116 500 153 500
  • 121. . Les types de véhicules sont les suivants : Date d’acquisition valeur A. Fourgon Mercedes b. Camion Mercedes c. Peugeot berline d. Renault - 1-01- N-4 1-04- N-3 - 1-10-N-2 - 1-04-N+1 - 40 000 - 60 000 - 70 000 - 35 000 Le véhicule Renault a été acquis en échange du fourgon Mercedes, vendu pour 20 000 DA, la différence a été payée par chèque bancaire. 1. Déterminer le taux d’amortissement (date de référence : 31-12-N) 2. Quelles sont les différentes erreurs que vous décelez ? 3. Passer les écritures dans le journal.
  • 122. Cession d’investissement • L’investissement qui doit être cédé peut être amorti partiellement ou entièrement, ainsi s’il n’a pas été entièrement amorti, il va lui rester une valeur résiduelle (VR) ou une valeur nette comptable (VNC): V0 prix d’acquisition - ∑ Amortissements = VNC 2 étapes dans la comptabilisation de la cession d’investissement: - La réintégration des amortissements - Transfert de propriété du bien (la cession)
  • 123. N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 53/4 77 Date Banque/ créance Produit cession investissement Chèque N° P C P C N° de comptes à Libellés Réintégration de l’amortissement Montants Débiter Créditer Débit Crédit 28 672 21 Date Amortissement Valeur résiduelle des investissement cédés Compte investissement Réintégration des amortissements ∑ Am V0 - ∑ Am V0
  • 124. Exercices sur cession d’actif 1- Une entreprise a cédé pour 15 000 DA par chèque, un investissement acquis 19500 DA, cet investissement a été amorti pour 8350 DA. 2- Une entreprise a acquis le 18/6/N un équipement de production pour valeur de 300 000 DA, le 20/6/N+2 , elle le cède à 100 000 DA, durée d’amortissement 5 ans, amortissement linéaire. Déterminer le montant de l’amortissement et passer les écritures au journal
  • 125. Comptabilisation des comptes de gestion • Il y a augmentation de la charge: la charge est payée sur la base d’une facture. La charge doit être constatée par sa comptabilisation. • Il y a augmentation du produit: le produit est encaissé sur la base d’un justificatif, il est constaté par sa comptabilisation. • Les produits et les charges sont soldés à la fin de l’année dans le grand livre et repris au niveau du TCR et la balance
  • 126. N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 53/401 75/76 Date Banque/fournisseur. Compte de produit Bon de sortie N°… X X N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 61/62/63 51/53 Date Compte charges Compte caisse/banque Facture N°… Y Y
  • 127. - Paiement en espèce facture d’électricité : 5000 DA - Un abonnement à une revue a été souscrit : 2000 DA, règlement par chèque - Redevance téléphonique, réglée par banque : 4 500 DA - Des avances en espèces sont faites aux personnel : 6000 DA - L’entreprise a fait apparaitre dans les journaux, un panneau publicitaire : 45 000 DA, payé par chèque - Des ouvriers de l’entreprise se sont déplacés pour une prestation service, réglé en espèce : 60 000 DA - Une facture d’entretien réparation est reçue par la société : 16 500 DA, le règlement ce fera dans 1 mois - Achat de timbre poste : 500 DA, payé par caisse - L’entreprise a reçu de la banque des produits financiers : 500 DA Passer les écritures au journal
  • 128. Exercice Le 1-01-N, les comptes patrimoniaux de la société « GAMA », sont les suivants : 1. Matériel de transport : 45800 DA 2. Mobilier de bureau : 12520 DA 3. Stock de marchandises : 58650 DA 4. Clients : 19740 DA 5. Banque : 25300 DA 6. Caisse : 220 DA 7. Fournisseur : 42100 DA Au cours de l’exercice, les opérations suivantes ont été réalisées : - Achat marchandises au comptant par chèque : 8640 DA - Achat marchandises à crédit : 7420 DA - Vente marchandises en espèces : 9560 DA - Vente marchandises à crédit : 15210 DA - Vente marchandises par chèque : 3820 DA - Règlement de la taxe professionnelle par chèque : 1650 DA - Règlement des salaires par chèque : 3720 DA - Règlement des frais de documentation en espèces : 1780 DA - Le stock en magasin au 31-12- N : 61720 DA
  • 129. T.A.F : 1. présenter le bilan d’ouverture au 1-01-N 2. faire une analyse « Emplois/Ressources » de toutes les opérations effectuées au cours de l’exercice N 3. présenter le journal et le grand livre simultanément 4. établir la balance au 31-12- N 5. déterminer le coût d’achat des marchandises vendues 6. présenter le bilan et le compte résultat au 31-12-N.
  • 130. Opérations de fin de période et de régularisation L’activité de l’E se poursuit de façon continue dans le temps, pour respecter le principe de la périodicité des résultats, à la fin de chaque période il faut rapprocher le solde des comptes avec l’existant. En raison du principe de l’autonomie des exercices, alors que des flux peuvent intéresser 2 périodes, il y a lieu de rattacher chaque partie des flux à la période intéressée.
  • 131. LES OPERATIONS DE CLOTURES Les travaux de fin de période s’effectuent chronologiquement: 1- Etablissement de la balance avant inventaire, 2- Inventaire extra comptable (physique), 3- Régularisation des comptes de bilan et de gestion (inventaire comptable) : - dotation aux amortissements, - dotation aux provisions, - régularisation des autres comptes de bilan, - régularisation des comptes de gestion. 4- Ecritures de reclassement : solder les comptes de gestion afin de déterminer les résultats, 5- Etablissement de la balance après inventaire 6- Ecritures de clôture et établissement des documents de synthèse
  • 132. Recherche des résultats: Résultats Partiels Les écritures de reclassement vont permettre de déterminer les résultats partiels qui sont : • La marge brute : est exprimée par la différence entre le produit des ventes et le coût d’achat des marchandises correspondantes ». • - La valeur ajoutée : est exprimée par la différence entre les charges et les produits d’exploitation ». • - Excédent brut d’exploitation • - Le résultat d’exploitation/hors exploitation : est exprimé par la différence entre les charges et les produits qui se rattachent ou pas à l’exploitation courante ou à l’exercice en cours ». • - Le résultat net de l’exercice : provient de la somme algébrique des résultats d’exploitation et hors exploitation, à laquelle on a enlevé la partie correspondant à l’impôt sur les bénéfices s’il y a lieu.
  • 133. Ecritures de Reclassement Les écritures de reclassement consistent à virer les comptes des classes 6 et 7 dans les comptes de la classe 8 « Résultats ». En d’autres termes, il faut : - créditer les comptes de la classe 6 du montant de leur solde par un débit correspondant d’un compte de la classe 8. - débiter les comptes de la classe 7 du montant de leur solde par un crédit correspondant d’un compte de la classe 8.
  • 134. Balance après inventaire et écritures de clôture Après avoir passé les écritures de reclassement on dresse une balance dite balance après inventaire afin de vérifier : - l’égalité entre le total des débits et le total des crédits ; - qu’aucun compte de gestion cad: les comptes de classe 6 (charges)et 7 (produits) ne figure sur la balance. Les comptes de gestion sont soldés par l’ établissement du TCR; - Enfin chaque compte du bilan, est soldé, un par un.
  • 135. En fin de période: Classe 2 1- Il faut faire l’inventaire des investissements: il est nécessaire de suivre l’état des investissements, chaque investissement doit être identifié et localisé, on doit établir une fiche par investissement où les renseignements suivants doivent être mentionnés: Date d’acquisition, désignation de l’investissement avec le nom du FRS et le n° de la facture du FRS, Valeur d’achat du bien, Taux d’amortissement pratiqué, Le montant de l’amortissement retenu à chaque période, Localisation du bien dans l’E ou un n° d’identification, A la fin de chaque période, il y a lieu de pratiquer un inventaire physique et de comparer les fiches avec résultats de cet inventaire , c’est-à-dire l’existant.
  • 136. 2- frais préliminaires Ce sont des frais engagés lors de la création de l’E. Ils doivent être résorbés (supprimés) dans un délai maximum de 5ans Exemple: à la constitution d’une E, le 1/1/N les frais préliminaires sont les suivantes: - frais d’investissement: 4000 - frais d’emprunt: 3500 - frais d’études et de recherches: 2500 Au 31/12/N, 20% des frais préliminaires (taux minimal), sont supportés par les charges de l’exercice
  • 137. N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 67 28 28 31/12/N Dotations exceptionnelles Am des frais recherche et de dévelopt d’investissement Am frais d’emprunt Résorption des frais préliminaire de 20% de l’exercice N … 2000 1300 700
  • 138. Lorsque les frais préliminaires sont entièrement résorbés N° de comptes à Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 28 28 203 20 31/12/N Am des frais recherche .. frais recherche et de dévelt d’investissement Am frais d’emprunt Frais d’emprunt Résorption des frais préliminaire de 20% de l’exercice N … 1300 700 1300 700
  • 139. 3- dotations aux amortissements • Les amortissements: les investissements sont des outils de production qui doivent permettre à l’E de poursuivre son activité. En raison du principe de continuité de l’activité, l’E doit être en mesure de conserver son outil de travail. Comme ils se déprécient avec le temps ou l’usage et/ou le progrès technique, elle doit pouvoir le remplacer. Pour cela l’E doit à la fin de chaque exercice comptable doit faire ses amortissements (voir slide n°116)
  • 140. 4- Dotation aux provisions • La provision pour dépréciation permet de ramener à leur valeur réelles les éléments d’actifs dépréciés • La dotation aux provisions permet de constituer des fonds en vue de couvrir une charge ou une détérioration (diminution) de la valeur d’un élément d’actif ou de biens
  • 141. 5- Régularisation des stocks Régularisation des achats Le compte 38 « achats stockés » doit toujours être soldé en fin de période, s’il n’est pas soldé 2 cas se présentent: Le compte 38, présente un solde débiteur: c’est le cas ou l’on a reçu la facture mais pas la marchandise Le compte 38, présente un solde créditeur, la marchandise a été reçue mais pas la facture
  • 142. Exemple: on reçoit le 30/12, une facture de 5000DA pour l’achat de MF, qui n’ont pas été réceptionnées N° de comptes à Libellés (Compte achat présente un solde débiteur) Montants Débiter Créditer Débit Crédit 38 37 401 38 30/12 Achat stocké fournisseur Facture N°… // Stock à l’extérieur Achat stocké Pour solde du compte achat (en fin de période) 5000 5000 5000 5000
  • 143. Régularisation des ventes en fin de période • En fin de période 2 cas peuvent se présenter: M/ses envoyées mais pas la facture, la facture est envoyée mais pas la M/ses
  • 144. Exemple: L’E a livré 3000DA de PF à des client le 28/12, factures ne seront établies que début janvier Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 72 4181 35 701 28/12 Production stockée Produits finis Bon sortie PF n°…. // Facture à établir vente de PF 2800 3000 2800 3000
  • 145. Exemple: factures ont été établies et envoyées, L’E n’a pas encore livré 3000DA de PF à ses client le 30/12, Libellés Montants Débiter Créditer Débit Crédit 411 72 701 35 30/12 client Vente de PF Facture n°… // Production stockée Produits finis Bon sortie n°… (à partir du moment ou la facture a été transmise, le PF n’est plus la propriété de l’E) 3000 2800 3000 2800