SlideShare une entreprise Scribd logo
IMA ANNABA
Module:
Méthodologie de
recherche
Présenté par : Mme BOUCHAMA Fatma
Programme:
Chapitre 1: Notions de méthodologie
Chapitre 2: La démarche méthodologique
Chapitre 3: La rédaction d’un mémoire
Chapitre 4: Stage pratique et soutenance
Introduction :
Le travail de recherche est la construction d’un
«objet scientifique».
Il permet à l’auteur de:
- Explorer un phénomène
- Résoudre un problème
- De décrire un phénomène
- Expliquer un phénomène
Chapitre 1
Notions de méthodologie
Méthodologie est un mot qui est composé par
trois vocables grecs : metà (« après, qui suit
»), odòs (« chemin, voie, moyen ») et logos
(« étude »).
Le concept se rapporte aux méthodes de
recherche permettant d’arriver à certains
objectifs au sein d’une science.
1.Définition de la méthodologie
2. Objectifs de la méthodologie
La finalité d'une bonne méthodologie de
recherche est de faciliter la production d'un
travail de recherche alliant richesse
documentaire et rigueur scientifique.
Elle va s'articuler autour de 5 étapes
successives :
1) Préparer sa recherche
2) Sélectionner les sources d'information
3) Chercher et localiser les documents
4) Évaluer la qualité et la pertinence des sources
5) Mettre en place une veille documentaire
Évaluer la source documentaire (article, livre,
site Web, etc.)
• Pouvez-vous nommer l’auteur ? (Certains sites
n’ont pas d’auteur.)
• S’agit-il d’un auteur ou d’une institution
reconnus par la communauté scientifique ?
• L’auteur indique-t-il ses sources ? Y a-t-il des
références à la fin du document ?
• S’agit-il d’un site recommandé ? La date de
création ou de mise à jour est-elle
mentionnée et récente ?
3.Les différents types de recherche
Recherche exploratoire:
Le but est de développer une connaissance initiale
d’une situation et de fournir des directions à être
prises dans des recherches ultérieures.
 Descriptive:
Le but est de générer de l’information et des
données qui servent à décrire la composition, les
caractéristiques, et le comportement d’un groupe.
Causales:
Sert à établir les conclusions qui prouvent les liens
de causes à effet et les relations entre des variables.
Recherche exploratoire:
Elle vise le recueil d’informations préliminaires
sur un sujet donné.
Elle constitue ainsi, une base pour des
recherches plus approfondies.
Exemple :
Mise en place de nouvelles politiques de
services bancaires
Recherche exploratoire
Des sujets dans d’autres domaines :
Opinion publique sur la gestion du président de
la République
Lancement d'une nouvelle crème anti-rides
Elles utilisent des outils qualitatifs.
Recherche descriptive
Elle est fondée sur l’étude d’un échantillon
représentatif d’une population donnée pour
définir les caractéristiques de cette population
et étudier un sujet qui les concerne.
En fait, la recherche descriptive vise le recueil
d’informations précises pour décrire un
phénomène existant, ou identifier un problème
donné,
Recherche descriptive
Les recherches descriptives décrivent un fait.
Elles utilisent des outils quantitatifs.
Exemples:
- Qui sont nos clients ?
- Comment les clients perçoivent-ils la qualité du
produit ?
Recherche causale
Les recherches causales correspondent à l’étude
de l’impact de la variation d’une variable sur une
autre variable.
Elles utilisent souvent des outils qualitatifs.
Exemples:
Les retombées d’application d’un système de
management de la qualité sur la performance
de l’entreprise.
L’impact du changement du packaging sur le
comportement des consommateurs.
Les méthodes de recherche utilisées
• Type de recherche exploratoire:
Exemple de méthode: Recherche documentaire,
groupe de discussion.
• Type de recherche descriptive:
Exemple: Données secondaires, Enquêtes.
• Type de recherche causale:
Exemple: Données secondaires, enquête,
expérimentation.
Chapitre 2
La démarche méthodologique
La démarche méthodologique passe par les
étapes suivantes:
1.Le choix du thème:
Un sujet de mémoire est d’abord une
question d’intérêt personnel.
Le choix se fait soit selon les propositions
des membres du corps enseignant, soit à
l’initiative du stagiaire.
La prise en considération du critère
opérationnel du thème dans le choix de
lieu de stage.
Le choix du sujet d’étude est lié à plusieurs
aspects qui peuvent être résumés comme suit :
• Nouveauté du sujet
• Possibilité de produire de nouvelles
connaissances sur le sujet
• Capacités personnelles à réaliser l’étude.
2.La formulation d’une problématique:
C’est l’étape la plus importante, un problème
bien formulé est à moitié résolu.
Dans un mémoire de fin d’étude, la
problématique est la question à laquelle
l’étudiant va essayer de répondre.
Sur la base de la problématique initiale le plan
de travail est élaboré avec les différents
chapitres et titres qui vont être développés à
travers l’approfondissement du travail sur la
documentation réunie.
3.L’élaboration des hypothèses:
Nous utilisons souvent des combinaisons
de concepts pour décrire ou expliquer un
phénomène. Une proposition destinée à
éclairer un phénomène et soumise à
l’investigation s’appelle hypothèse.
Le but d’une recherche est souvent de
valider ou de rejeter les hypothèses de
recherche soumises à la vérification par le
stagiaire.
Parfois nous avons besoin de formuler des
hypothèses de relation qui mettent en exergue
deux ou plusieurs facteurs.
Exemple : La baisse du volume des ventes de
l’entreprise étudiée est due à la mauvaise
qualité de ses produits.
Dans le cas d’une démarche scientifique visant la
vérification d’hypothèses, l’énoncé hypothétique
doit être formulé comme une affirmation
concernant une relation entre deux phénomènes.
Cette relation prend généralement la forme d’une
prédiction quant aux liens entre deux phénomènes.
Il s’agit habituellement d’une courte phrase
formulée au présent sous la forme « si A, alors B »
Exemple :
Thème de mémoire:
Les retombées d’application d’un système de management de la qualité sur la
performance de l’entreprise
Problématique:
Quelles sont les retombées d’application d’un système de management de la
qualité sur la performance de l’entreprise ?
Hypothèses:
• La mise en place et le maintien d’un SMQ sont essentiels à la
performance de l’entreprise.
• Le SMQ est une véritable démarche permettant de dégager de la valeur
ajoutée pour les entreprises.
• Un SMQ assure l’amélioration continue de la performance de l’entreprise
à travers l’implication total du personnel.
Les sous-questions :
• Pourquoi mettre en œuvre un système de management de la qualité ?
• La certification ISO 9001 constitue-t-elle une source d’amélioration de la
performance de l’entreprise ?
• Comment un SMQ assure-t-il l’amélioration continue de la performance
de l’entreprise ?
Application
• Mise en place et élaboration du système budgétaire dans
l’entreprise.
• Gestion budgétaire des différentes fonctions de l’entreprise
(commerciale, approvisionnement, production,
investissement, et trésorerie).
• Du système d’information à l’élaboration du tableau de
bord prospectif.
• L´utilisation de la comptabilité analytique et son impact sur
la performance : le cas des PME manufacturières
• Audit opérationnel et amélioration de la performance de
l’entreprise.
• Le contrôle interne et mesure de la performance de
l’entreprise.
Application
• Les stratégies de croissance à l'international et les
modes d'implantation à l'étranger.
• L'Impact du Commerce Électronique sur la
Fonction Commerciale de l'Entreprise
• La politique de distribution à l'international
• l'influence du label "commerce équitable" sur les
décisions d'achat du consommateur
• Les nouveaux comportements des
consommateurs face au e-commerce
4.Collecte des données :
Outils de collecte des données:
La collecte se fait en considérant deux aspects
importants:
La sélection des sources d’information
(Questionnaire, entretien, observation)
Le travail sur terrain.
Les différents types de recueil de données:
• Productions écrites: Questionnaire, tests,
problème, etc.
• Avantage: Quantités importantes possibles,
traitement simple.
• Inconvénients: intermédiaires inconnus,
incompréhension possible de ce qui est écrit,
réponses biaisées.
• Productions orales: Entretien, observation,
enregistrement audiovisuel).
• Avantages: exploration possible, information
profonde et de qualité.
• Inconvénient: Temps large.
Questionnaire:
C’est un ensemble de questions posées afin de
générer des informations nécessaires à l’atteinte
des objectifs.
Instrument de collecte des données.
Objectifs du questionnaire:
• Traduire les informations demandées en
réponses claires.
• Estimer certaines grandeurs.
• Vérifier des hypothèses.
Le processus de rédaction d’un questionnaire:
1-Détermination des informations requises
2-Choix du mode d’administration: C’est-à-dire le
support par le quel le questionnaire sera transmis
aux répondants, que ce soit:
-Face à face
-Par correspondance
-Par téléphone
- Par internet
3-Définition du contenu du questionnaire
4-Choix de la structure des questions: c’est-à-dire:
-Ouvertes
-Fermées
-A échelle
5-Formulation des questions: les questions doivent
être simples, courtes, faciles à comprendre et sans
mots techniques.
6-Le respect de l’ordre des questions.
7-Le test du questionnaire auprès d’un petit nombre
de personnes avant sa diffusion, afin de s’assurer de sa
compréhension.
L'échantillonnage
en premier lieu, il faut définir l'unité de
sondage : individus, entreprises, foyers,
communes, etc.
En second lieu, on détermine la taille de
l'échantillon.
Enfin, on choisit parmi différentes techniques
d'échantillonnage :
Différents types d’échantillonnage
Echantillonnage non-probabiliste :
– Les échantillons de convenance;
– Les Echantillons de volontaires;
– Les Méthodes des quotas.
Echantillonnage probabiliste:
• Echantillonnage aléatoire simple;
• Echantillonnage aléatoire stratifié;
• Echantillonnage aléatoire en grappe.
Echantillonnage non-probabiliste
• Sélection des individus qui n’obéit pas au
hasard
• Définie selon des critères de faisabilité, de
ressemblance à la population-cible et de critères
subjectifs dépendant du choix des enquêteurs.
Les échantillons de Convenance
• Échantillon d’individus facilement
interrogeables
• Généralement: des individus qui se présentent
à un endroit donné à un moment donné
Par exemple: les études d’opinion réalisées dans
la rue
Echantillons de Volontaires
• les individus se sélectionnent eux-mêmes
• Appel à participation par: annonces dans les
journaux locaux ou nationaux et/ou d’un
dépliant distribué.
Méthodes des Quotas
la méthode des quotas est une méthode
d'échantillonnage qui consiste à s'assurer de la
représentativité d'un échantillon en lui affectant une
structure similaire à celle de la population de base.
La méthode des quotas est par exemple très utilisée pour
les sondages politiques, pour la mesure d'audience des
médias ou pour les études quantitatives marketing.
Dans le cadre politique, on s'assure que
l'échantillon sondé soit une représentation
réduite de la population en terme d'âges.
Si les ouvriers hommes de 30 à 40 ans et urbains
représentent 2 % de la population des électeurs.
Un échantillon de 1000 individus établis selon la
méthode des quotas doit comprendre 20
personnes appartenant à cette catégorie,
Echantillonnage probabiliste
Échantillonnage aléatoire: tous les individus de
la population-source ont une probabilité connue
et non nulle d'être sélectionnés pour faire partie
de l’échantillon.
Pas d’intervention du chercheur: seul le hasard
dirige l‘inclusion ou non d'un individu dans
l'échantillon.
Echantillonnage aléatoire simple
Cette méthode alloue une chance à tous les
individus d’une population d’être sélectionné.
L’adoption de cette méthode est appropriée
lorsque la population est nombreuse et
relativement homogène.
Procédure à suivre:
1. Définir clairement la nature de la population;
2. Assigner un numéro à chaque individu de la
population;
3. Sélectionner l’échantillon en choisissant
n’importe quelle méthode qui donne une
chance égale à tous les numéros d’être tirés.
Il s’agit de sélectionner à partir d’une liste ou
base de sondage un échantillon de n individu
par tirage au sort et ceci en une seule étape.
Echantillonnage stratifié
Cette méthode permet de représenter les sous-
groupes d’une population hétérogène.
Cette façon un peu plus complexe
d’échantillonner garantit que chaque sous-
groupe de la population est représenté d’une
certaine manière dans l’échantillon.
• On peut répartir l’échantillon de façon
proportionnelle à la taille des sous-groupes et
ainsi tous les individus possèdent une même
chance d’être sélectionnés comme pour
l’échantillon aléatoire simple.
• Le choix de stratifier: obtenir une
homogénéité à l’intérieur des sous-groupes.
Procédure à suivre pour l’échantillonnage
stratifié proportionnel à la taille des sous-
groupes dans la populations:
1. Définir clairement la nature de la population
2. Déterminer les sous-groupes à représenter
dans l’échantillon
3. Assigner un numéro à chaque individu de
chaque sous-groupe
4. Déterminer le pourcentage que représente
chaque sous-groupe dans la population
5. Sélectionner l’échantillon en choisissant
n’importe quelle méthode qui donne une
chance égale à tous les numéros d’être tirés à
l’intérieur d’un sous-groupe.
Echantillonnage aléatoire en grappe
• Des sondages réalisés sur des groupes
complets d'individus
• La population source est subdivisée
naturellement en groupes (La composition des
grappes est antérieure au plan de sondage)
• Un certain nombre de ces groupes va être
sélectionné aléatoirement pour composer
l'échantillon.
Exemple: Des listes de classes obtenues à
partir d'établissements scolaires
Entretien:
Population d’enquête restreinte ou particulière,
l’entretien permet de s’adapter au niveau de
langage et de comportement du sujet.
Elle permet de chercher des réponses
approfondies, nuancées, personnelles.
Types d’entretiens:
• Entretien non directif (Libre): L’enquêteur
intervient rarement.
• Entretien semi directif: L’enquêteur suit un
guide de thèmes à aborder dans son
entretien.
• Entretien directif: Des questions structurées
sur lesquelles l’enquêté répond.
La taille de l’échantillon
Les études exploratoire et qualitative ne requièrent pas
de grands échantillons.
Démarche qualitative
• La taille de l’échantillon est déterminée par saturation :
• lorsque l’ajout d’unités ne permet plus d’enrichir les
catégories ;
• lorsque l’ajout d’information (d’entrevues) n’ajoute
plus au modèle explicatif.
En pratique, de sept à douze entrevues permettent
généralement d’atteindre la saturation.
Les études quantitatives
• Descriptives et corrélatives, elles requièrent de larges
échantillons (n > 100).
Observation:
Elle consiste à se retrouver présent dans une
situation pour l’enregistrer et l’interpréter.
L’observation a quatre taches à accomplir:
• Etre sur place parmi les personnes observées et
s’adapter à ce milieu.
• Observer le déroulement ordinaire des
évènements.
• Enregistrer l’observation en prenant des notes
ou par tout autre moyen.
• Interpréter l’observation.
5.L’organisation et traitement des données:
Objectif:
Produire de l’information nécessaire pour la recherche.
Moyens:
-Synthétiser les données recueillies (Par le biais du
questionnaire, entretien., etc.)
-Examiner les relations entre les variables mesurées dans
la recherche.
L’analyse statistique se fait à l’aide de logiciels spécialisés.
Analyse du questionnaire:
Cette étape est très importante.
Un questionnaire qui fait l’objet d’analyses trop
rapides pourra mener sur de fausses pistes.
L’analyse du questionnaire consiste à éliminer
les réponses biaisées qui peuvent affecter la
pertinence des résultats, et aussi avoir une idée
générale sur les orientations des répondants.
Traitement des résultats:
Consiste à traiter chaque question à part, et
organiser les réponses en tableaux, graphes..etc
Le dépouillement des résultats des réponses
aide l’enquêteur à faire sa conclusion et élaborer
son rapport d’étude.
Il existe plusieurs logiciels pour dépouiller et
traiter les réponses des questionnaires, citons
SPSS et Excel.
Exemple:
Chapitre 03
La rédaction d’un
mémoire
1. Composantes du mémoire
• Nous trouvons successivement dans un
mémoire :
• La page de couverture (page cartonnée)
• Une feuille blanche
• Une copie de la page de couverture (page de
garde)
• Les dédicaces
• Les remerciements
• La liste des tableaux
• La liste des figures
• La liste des abréviations (si le thème est
technique)
• Le sommaire
• Introduction
• Le corps du mémoire (les différents chapitres)
• La conclusion
• La bibliographie
• Le glossaire (facultatif)
• Les annexes
• La table des matières
La page de couverture (page cartonnée)
Cette page représente la vitrine de votre mémoire. Elle contient les
informations suivantes :
• L’établissement d’études (université, école, institut,…)
• La nature du diplôme à obtenir
• L’option d’études (spécialité)
• Le thème du mémoire (avec le cas étudié).
• Les prénoms et les noms des étudiants (par ordre alphabétique des
noms).
• Le prénom, le nom de l’encadrant.
• Le numéro de la promotion.
• Et l’année universitaire.
Remarques
• Il est déconseillé d’ajouter des photos ou des décorations sur la
page de couverture (éviter les photos publicitaires, le mémoire est
un travail scientifique).
2. Caractéristiques de présentation
• commencer la pagination à partir de l’introduction en
chiffres arabe
• Texte : interlignes 1,5, caractère conventionnel (type "
Times New Roman") taille 12.
• Titres (Les intitulés)
- Pour les intitulés de chapitres : taille de la police : 16, gras
- Pour les intitulés de sections : taille de la police : 14, gras
- Pour les sous-sections : taille de la police : 12, gras
- Eventuellement pour les titres de paragraphes : taille de la
police : 12, en gras.
• Les notes (les bas de page)
Chaque fois que vous voulez citer un auteur et son ouvrage,
faites un renvoi avec un numéro. Ce numéro se retrouvera en
bas de page. Le renvoi est ainsi organisé :
Pour un ouvrage
Un auteur
• Nom de l’auteur (en majuscule), Prénom entre parenthèses
en minuscule sauf la première lettre en majuscule) ou
l’initial du prénom : titre (en italique), maison d’édition,
numéro de l’édition (s’il y a lieu), lieu d’édition ; (collection
s’il y a lieu), année d’édition, numéro de la page.
• Exemples
• SICARD, (Claude) : le management stratégique, édition
DUNOD, Paris, 1994, P.21.
• DELEUZE, (Gilles) : logique du sens, éditions Minuit, Paris,
1969, p.25.
Deux auteurs :
• Exemple
• HAMEL, (G) et PRAHALAD (C.K) : la conquête du futur,
InterEDditions, Paris, 1995, p.123.
Trois auteurs :
• Exemple
• DOSTALER (L), LAROUCHE (H) et BOIRAL (O) :
perspectives en management stratégique, Tome VIII,
éditions EMS, Paris, 2002, p.13.
Plus de trois auteurs :
• Exemple:
• REITTER (R) et autres : culture d’entreprise, éditions
Vuibert, Paris, 1992, p.56.
Pour un article dans un périodique
• Nom de l’auteur (en majuscule), Prénom ou
l’initial du prénom entre parenthèses en
minuscule sauf la première lettre (en
majuscule) ou l’initial du prénom: titre de
l’article entre guillemets (en italique), nom du
périodique, numéro du périodique, date du
périodique, numéros des pages.
• Exemple
• SAULQUIN, (J.Y) : « gestion des ressources
humaines et performance des services », in revue
gestion des ressources humaines, N° 36, juin,
2002, pp.120-136.
Dictionnaires
• Le petit Larousse, illustré, édition 1998, P 918
Pour les travaux universitaires
• Nom de l’auteur (en majuscule), Prénom entre
parenthèses en minuscule sauf la première lettre en
majuscule) ou l’initial du prénom : titre (en italique),
nature du diplôme, université, année de soutenance,
numéro de la page.
• Exemples
• OUACHERINE, (Hassane) : conception et gestion du
temps chez les managers algériens : éléments d’analyse
et de comparaison avec les managers français, thèse
de doctorat en sciences commerciales, Ecole des
Hautes Etudes Commerciales d’Alger, 2011, p17.
Pour les textes réglementaires
• Type du texte (code, loi, règlement, décret,
circulaire….), le numéro et la date, domaine.
• Exemples
• Règlement N°90-01 du 04 juillet 1990 relatif au capital
minimum des banques et des établissements financiers
exerçant en Algérie.
Pour les rapports
• Institution, titre du rapport en italique, année.
• Exemples
• Banque Centrale d’Algérie, évolution économique et
monétaire en Algérie, rapport 2006.
• Conseil National Economique et Social, l’industrie
artisanale en Algérie, rapport 2008.
Pour les entretiens
• Entretien avec : Nom de la personne
interviewée (en majuscule), Prénom entre
parenthèses en minuscule sauf la première
lettre en majuscule) ou l’initial du prénom, le
statut de la personne, le lieu, la date, l’heure.
• Exemple
• Entretien avec : M.SAADI, (Abdessalem),
Directeur Général de l’Institut National de
Commerce, direction générale de EHEC,
18/02/2009, 10h30.
Pour les sites Internet
• L’adresse exacte du site, la date de la
publication (si possible) et la date et l’heure
de consultation
• Exemple
• http/ : www.afitep.fr/publications/manprojet.
(publié le 22/02/2009 consulté le 14/03/2012
à 22h00).
• http://temporalites.revues.org (consulté le 18
février 2010 à 16H).
Remarques pour les bas de page (utilisation du IBID ou
OP .CIT)
Si vous citez un auteur pour la première fois ; il faut mettre en
bas de page toutes les informations concernant l’ouvrage.
• Exemple
(1) CHIROUZE, (Yves) : le marketing, études et stratégies,
éditions Ellipses, Paris, 2003, p.25.
Si vous citez le même auteur pour la deuxième fois dans la
même page ; il suffit de mettre la notation (Ibid, p ?)
• Exemple
(1) CHIROUZE, (Yves) : le marketing, études et stratégies,
éditions Ellipses, Paris, 2003, p.25.
(2) Ibid, p.28.
Si vous citez le même auteur mais après un
autre auteur ; il faut écrire après le nom de
l’auteur la notation : ( Op.cit, p ?)
• Exemple
(1) CHIROUZE, (Yves) : le marketing, études et
stratégies, éditions Ellipses, Paris, 2003, p.25.
(2) FILSER, (Marc) : les canaux de distribution,
éditions Vuibert, Paris, 1989, p.23
(3) CHIROUZE, (Yves) : Op.cit, p.28
La bibliographie
Elle se place généralement après la conclusion.
Elle contient l’ensemble de la documentation
utilisée lors de la réalisation du mémoire.
Elle indique l’ensemble des ouvrages qu’on a
consultés puisqu’ils ont servi d’appui à la
recherche, et pour que d’autres personnes
puissent en prendre connaissance.
• En bibliographie, les références (ne pas indiquer
les numéros de page) seront regroupées en fin de
texte et classées selon le degré scientifique et
par ordre alphabétique d’auteurs Il est préférable
d’adopter la classification suivante :
• Ouvrages,
• Revues et périodiques,
• Dictionnaires et manuels,
• Travaux universitaires,
• Sites web (web graphie)
• La présentation des schémas et des
tableaux :
Chaque tableau ou schéma doit contenir les
éléments suivants :
• Un numéro
• Un titre
• Une source.
• Un commentaire.
Le sommaire et la table des matières
Le sommaire et la table des matières sont très
importants, car se sont les parties que consulte
un autre chercheur pour juger de la pertinence
de lire le mémoire en entier. Mais il y a une
différence entre les deux comme le montre le
tableau suivant :
Le sommaire La table des matières
 Il est placé avant l’introduction  Elle est placée à la fin du mémoire.
 Il n’est pas détaillé, il contient
généralement que les intitulés de
chapitres et sections
 Elle est trop détaillée, elle contient
toutes les rubriques qui figurent dans
le mémoire.
 Il commence par l’introduction et se
termine avec la conclusion.
 Elle commence par les dédicaces et
se termine par les annexes.
• L’introduction
C’est la dernière des choses à écrire et la
première des choses à lire. Pour cela l’étudiant
doit accorder beaucoup d’importance à son
introduction. En effet une bonne introduction
donne souvent l’impression que le reste du
mémoire est aussi bon. A cet effet une
problématique de qualité regroupe les éléments
suivants :
• Un petit paragraphe qui présente le cadre général
du sujet afin d’introduire le lecteur dans votre
sujet.
• La présentation de votre thème de recherche.
• Les motifs du choix (subjectifs et objectifs).
• La problématique (la question centrale et les
questions secondaires)
• Les hypothèses
• La méthode de recherche
• Les outils de recherche
• Et le plan de travail.
• La conclusion
La conclusion représente la synthèse de la
recherche, elle doit reproduire les résultats de
votre travail d’investigation. Une bonne
conclusion doit contenir les points suivants :
• Rappel de l’objectif de recherche.
• Résumé des principaux fondements théoriques.
• Les principaux résultats de la recherche.
• Réponse à la problématique (confirmation ou
infirmation des hypothèses de recherche).
• La valeur des résultats (les apports et les limites
pour vous, l’entreprise, et la recherche
scientifique).
• Les difficultés objectives rencontrées lors de la
recherche.
• Les perspectives de la recherche.
• Les annexes
Les informations détaillées, qui alourdiraient le
texte et nuiraient ainsi à la lecture, sont
présentées à la fin du mémoire (avant la table
des matières), sous forme d’annexes ; elles sont
utiles pour un chercheur qui voudrait reprendre
ou critiquer la recherche.
• Les annexes sont placées dans l’ordre selon
lequel elles ont été mentionnées dans le texte.
Elles sont présentées par une lettre et un titre
et la pagination se fait en chiffres romains.
Les annexes peuvent contenir par exemples :
• L’ensemble des données d’une expérimentation.
• Le questionnaire
• Le guide d’entretien
• Les formules et les mécanismes de calcul.
• Les textes réglementaires.
• Les procédures de codification
• Des tableaux
• Des figures
• Etc ….
Chapitre 4
Stage pratique et
soutenance
Recommandations pratiques pour
imprégnation sur le terrain :
Pour que le stage sur le terrain soit profitable, il
faut prendre certaines mesures :
• Préparer un plan de travail avec échéancier de
réalisation ;
• Effectuer une reconnaissance préalable du
terrain pour s’assurer de la faisabilité du
travail ;
• Avoir une discipline dans le travail, de manière
à enregistrer correctement toutes les
informations et à les organiser au fur à mesure
pour éviter de perdre du temps;
Vu que le lieu peut s’avérer inadéquat pour des
raisons telles que :
 Non collaboration ou refus de prise en charge
des responsables ;
 Absence des informations recherchées ;
 Absence d’un encadrant au niveau de
l’organisme.
Relation avec l’encadrant dans
l’entreprise ou organisme :
le stagiaire doit être encadré et aidé dans son
travail au niveau de l’entreprise par une
personne qui sera affectée à cette tâche par
l’administration de l’entreprise.
Cette personne facilitera au stagiaire la
circulation et l’obtention des informations dont
il a besoin d’une part, et d’autre part, elle lui
apportera conseil technique pour la réalisation
de son travail.
En plus de l’encadrant de l’entreprise, le
stagiaire recevra périodiquement la visite de
son professeur qui apportera au stagiaire des
indications théoriques et méthodologiques.
Comme il peut faire avec le stagiaire des bilans
intermédiaires et conseiller sur la planification
des étapes suivantes.
Et d’une manière générale, il aidera le stagiaire à
surmonter les difficultés rencontrées.
Comment se préparer à la soutenance ?
Il faut bien préparer la soutenance. Elle est tout
aussi importante dans l’évaluation du candidat
que le mémoire lui-même:
• Il est vivement recommandé de rédiger à
l’avance le plan d’intervention, en insistant sur
la manière de commencer le discours et la
manière de le conclure.
• Il est possible d’avoir des fiches et de les
consulter en cas d’oubli ou d’hésitation.
Simulation de la soutenance :
La simulation reste le moyen le plus efficace pour
préparer une soutenance. Elle permet de faire des
répétitions du discours qui sera présenté.
Aussi, elle permet de contrôler le volume des
informations à présenter de telle sorte que la
présentation ne dépasse pas le temps alloué qui est
de 10 à 15 minutes maximum.
Donc, il faut se préparer à la bonne utilisation de ce
temps, ne pas parler trop vite ni trop lentement,
éviter les moments de silence prolongé et présenter
les informations les plus importantes.
• Remarque :
• Si vous avez découvert entre la remise du
mémoire et sa soutenance la présence
de fautes, annoncez cela avec modestie
au début de votre exposé en présentant
à chaque membre du jury un errata (Liste
des erreurs survenues lors de la
réalisation d’un ouvrage et indiquant les
corrections à y apporter)
Plan de l’exposé oral
1. Introduction : Les raisons de votre choix et la
construction de la problématique.
Montrez l'évolution et la chronologie de votre
projet.
2. Méthodes de travail : Comment vous avez
procédé dans votre recherche et les raisons
des choix principaux.
Les principales définitions qui cadrent votre
travail et les grandes lignes de son plan.
3. Résultats remarquables :
Sélectionnez les résultats les plus intéressants
(présentés sous forme synthétique : tableau
synthétique, figure soigneusement choisi,
images, etc.)
4. Synthèse, discussion et conclusion :
Ce que ces résultats vous ont permis de déduire
/ comprendre sur votre sujet.
Mettez ces réflexions en perspective et apportez
votre opinion personnelle.
PLAGIAT ET CITATION :
La citation est un passage, une idée ou un
commentaire emprunté à un auteur pour
illustrer ou appuyer le travail de recherche.
Le plagiat est l'acte de faire passer pour siens les
textes ou les idées d’autrui.
Définition Plagier, c’est s’approprier le travail de
quelqu’un d’autre et le présenter comme sien.
Si la citation est un emprunt, le plagiat lui est un
vol.
Pour éviter le plagiat il faut absolument citer vos
sources, que ce soit pour une image, une
citation ou une paraphrase.

Contenu connexe

Similaire à méthodologie séminaire (2).pptx

Analyse des données1.pptx
Analyse des données1.pptxAnalyse des données1.pptx
Analyse des données1.pptx
hanensayed2
 
Réalisation d'une etude épidémiologique animé janvier 2017
Réalisation d'une etude épidémiologique animé janvier 2017Réalisation d'une etude épidémiologique animé janvier 2017
Réalisation d'une etude épidémiologique animé janvier 2017
Faculté de médecine de Tizi-Ouzou
 
Du_Concept_à_la_pratique_la_veille_strategique_ste_tunisienne_Asma HD
Du_Concept_à_la_pratique_la_veille_strategique_ste_tunisienne_Asma HDDu_Concept_à_la_pratique_la_veille_strategique_ste_tunisienne_Asma HD
Du_Concept_à_la_pratique_la_veille_strategique_ste_tunisienne_Asma HD
AsmaHAFSIDHAOUADI
 
Gestion de projet sept 2016
Gestion de projet sept 2016Gestion de projet sept 2016
Gestion de projet sept 2016
Jean-Louis Gueroult
 
Méthodologie de recherche : Comment lier concepts et données ?
Méthodologie de recherche : Comment lier concepts et données ?Méthodologie de recherche : Comment lier concepts et données ?
Méthodologie de recherche : Comment lier concepts et données ?
Marouane Hdidou
 
Myproject
MyprojectMyproject
Myproject
Issam Jamal
 
Formation : "Maîtriser la lecture critique d’essais cliniques et de méta-anal...
Formation : "Maîtriser la lecture critique d’essais cliniques et de méta-anal...Formation : "Maîtriser la lecture critique d’essais cliniques et de méta-anal...
Formation : "Maîtriser la lecture critique d’essais cliniques et de méta-anal...
Jean-Luc Balança
 
Fiche d information_projet_pro
Fiche d information_projet_proFiche d information_projet_pro
Fiche d information_projet_pro
Sylvain Tchuenteu
 
Ingenierie pedagogique
Ingenierie pedagogiqueIngenierie pedagogique
Ingenierie pedagogiqueYahya Ahmedo
 
Maîtriser la lecture critique d’essais cliniques et de méta-analyses au trave...
Maîtriser la lecture critique d’essais cliniques et de méta-analyses au trave...Maîtriser la lecture critique d’essais cliniques et de méta-analyses au trave...
Maîtriser la lecture critique d’essais cliniques et de méta-analyses au trave...
Jean-Luc Balança
 
Inscrivez-vous à la formation EMFPS du 25 au 27 septembre 2018 "Maîtriser la...
Inscrivez-vous à la formation EMFPS  du 25 au 27 septembre 2018 "Maîtriser la...Inscrivez-vous à la formation EMFPS  du 25 au 27 septembre 2018 "Maîtriser la...
Inscrivez-vous à la formation EMFPS du 25 au 27 septembre 2018 "Maîtriser la...
Jean-Luc Balança
 
Etudes Qualitatives COURS ISIMA.ppt
Etudes Qualitatives COURS ISIMA.pptEtudes Qualitatives COURS ISIMA.ppt
Etudes Qualitatives COURS ISIMA.ppt
Abdelhakim Fakhour
 
HI 75f - Actions contre les mines et basm - Prévention des accidents par mines
HI 75f - Actions contre les mines et basm - Prévention des accidents par minesHI 75f - Actions contre les mines et basm - Prévention des accidents par mines
HI 75f - Actions contre les mines et basm - Prévention des accidents par mines
Bernard hardy
 
Protocole de recherche
Protocole de rechercheProtocole de recherche
Protocole de recherche
bouchra elabbadi
 
Swiss Institute for Appreciative Inquiry detailed day by day program
Swiss Institute for Appreciative Inquiry detailed day by day programSwiss Institute for Appreciative Inquiry detailed day by day program
Swiss Institute for Appreciative Inquiry detailed day by day program
EMS Foyer Béthel (Maison de retraite)
 
Evaluation De La Qualité De La Formation Partie1
Evaluation De La Qualité De La Formation Partie1Evaluation De La Qualité De La Formation Partie1
Evaluation De La Qualité De La Formation Partie1
FBC Software - Grimmersoft - Conversoft
 
réformes de l'éducation, le projet
réformes de l'éducation, le projetréformes de l'éducation, le projet
réformes de l'éducation, le projetrichard peirano
 

Similaire à méthodologie séminaire (2).pptx (20)

Analyse des données1.pptx
Analyse des données1.pptxAnalyse des données1.pptx
Analyse des données1.pptx
 
Réalisation d'une etude épidémiologique animé janvier 2017
Réalisation d'une etude épidémiologique animé janvier 2017Réalisation d'une etude épidémiologique animé janvier 2017
Réalisation d'une etude épidémiologique animé janvier 2017
 
Du_Concept_à_la_pratique_la_veille_strategique_ste_tunisienne_Asma HD
Du_Concept_à_la_pratique_la_veille_strategique_ste_tunisienne_Asma HDDu_Concept_à_la_pratique_la_veille_strategique_ste_tunisienne_Asma HD
Du_Concept_à_la_pratique_la_veille_strategique_ste_tunisienne_Asma HD
 
Gestion de projet sept 2016
Gestion de projet sept 2016Gestion de projet sept 2016
Gestion de projet sept 2016
 
Méthodologie de recherche : Comment lier concepts et données ?
Méthodologie de recherche : Comment lier concepts et données ?Méthodologie de recherche : Comment lier concepts et données ?
Méthodologie de recherche : Comment lier concepts et données ?
 
Myproject
MyprojectMyproject
Myproject
 
Formation : "Maîtriser la lecture critique d’essais cliniques et de méta-anal...
Formation : "Maîtriser la lecture critique d’essais cliniques et de méta-anal...Formation : "Maîtriser la lecture critique d’essais cliniques et de méta-anal...
Formation : "Maîtriser la lecture critique d’essais cliniques et de méta-anal...
 
Fiche d information_projet_pro
Fiche d information_projet_proFiche d information_projet_pro
Fiche d information_projet_pro
 
Ingenierie pedagogique
Ingenierie pedagogiqueIngenierie pedagogique
Ingenierie pedagogique
 
Péda 1 2009 Support
Péda 1 2009 SupportPéda 1 2009 Support
Péda 1 2009 Support
 
Maîtriser la lecture critique d’essais cliniques et de méta-analyses au trave...
Maîtriser la lecture critique d’essais cliniques et de méta-analyses au trave...Maîtriser la lecture critique d’essais cliniques et de méta-analyses au trave...
Maîtriser la lecture critique d’essais cliniques et de méta-analyses au trave...
 
Projet VAE
Projet VAEProjet VAE
Projet VAE
 
Inscrivez-vous à la formation EMFPS du 25 au 27 septembre 2018 "Maîtriser la...
Inscrivez-vous à la formation EMFPS  du 25 au 27 septembre 2018 "Maîtriser la...Inscrivez-vous à la formation EMFPS  du 25 au 27 septembre 2018 "Maîtriser la...
Inscrivez-vous à la formation EMFPS du 25 au 27 septembre 2018 "Maîtriser la...
 
Etudes Qualitatives COURS ISIMA.ppt
Etudes Qualitatives COURS ISIMA.pptEtudes Qualitatives COURS ISIMA.ppt
Etudes Qualitatives COURS ISIMA.ppt
 
HI 75f - Actions contre les mines et basm - Prévention des accidents par mines
HI 75f - Actions contre les mines et basm - Prévention des accidents par minesHI 75f - Actions contre les mines et basm - Prévention des accidents par mines
HI 75f - Actions contre les mines et basm - Prévention des accidents par mines
 
etape de recherche
 etape de recherche  etape de recherche
etape de recherche
 
Protocole de recherche
Protocole de rechercheProtocole de recherche
Protocole de recherche
 
Swiss Institute for Appreciative Inquiry detailed day by day program
Swiss Institute for Appreciative Inquiry detailed day by day programSwiss Institute for Appreciative Inquiry detailed day by day program
Swiss Institute for Appreciative Inquiry detailed day by day program
 
Evaluation De La Qualité De La Formation Partie1
Evaluation De La Qualité De La Formation Partie1Evaluation De La Qualité De La Formation Partie1
Evaluation De La Qualité De La Formation Partie1
 
réformes de l'éducation, le projet
réformes de l'éducation, le projetréformes de l'éducation, le projet
réformes de l'éducation, le projet
 

Dernier

BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en FranceBATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
Txaruka
 
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdfVeille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
frizzole
 
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdfTextes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
Michel Bruley
 
Dimensionnement réseau de transmission pour un réseau GSM-R - AIT KADDOUR Ghi...
Dimensionnement réseau de transmission pour un réseau GSM-R - AIT KADDOUR Ghi...Dimensionnement réseau de transmission pour un réseau GSM-R - AIT KADDOUR Ghi...
Dimensionnement réseau de transmission pour un réseau GSM-R - AIT KADDOUR Ghi...
MustaphaZhiri
 
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de pazProyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Morzadec Cécile
 
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union
 
Presentation powerpoint sur la filiere electrotechnique
Presentation powerpoint sur la filiere electrotechniquePresentation powerpoint sur la filiere electrotechnique
Presentation powerpoint sur la filiere electrotechnique
mohammadaminejouini
 

Dernier (7)

BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en FranceBATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
 
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdfVeille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
 
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdfTextes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
 
Dimensionnement réseau de transmission pour un réseau GSM-R - AIT KADDOUR Ghi...
Dimensionnement réseau de transmission pour un réseau GSM-R - AIT KADDOUR Ghi...Dimensionnement réseau de transmission pour un réseau GSM-R - AIT KADDOUR Ghi...
Dimensionnement réseau de transmission pour un réseau GSM-R - AIT KADDOUR Ghi...
 
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de pazProyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
 
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
 
Presentation powerpoint sur la filiere electrotechnique
Presentation powerpoint sur la filiere electrotechniquePresentation powerpoint sur la filiere electrotechnique
Presentation powerpoint sur la filiere electrotechnique
 

méthodologie séminaire (2).pptx

  • 2. Programme: Chapitre 1: Notions de méthodologie Chapitre 2: La démarche méthodologique Chapitre 3: La rédaction d’un mémoire Chapitre 4: Stage pratique et soutenance
  • 3. Introduction : Le travail de recherche est la construction d’un «objet scientifique». Il permet à l’auteur de: - Explorer un phénomène - Résoudre un problème - De décrire un phénomène - Expliquer un phénomène
  • 4. Chapitre 1 Notions de méthodologie
  • 5. Méthodologie est un mot qui est composé par trois vocables grecs : metà (« après, qui suit »), odòs (« chemin, voie, moyen ») et logos (« étude »). Le concept se rapporte aux méthodes de recherche permettant d’arriver à certains objectifs au sein d’une science. 1.Définition de la méthodologie
  • 6. 2. Objectifs de la méthodologie La finalité d'une bonne méthodologie de recherche est de faciliter la production d'un travail de recherche alliant richesse documentaire et rigueur scientifique.
  • 7. Elle va s'articuler autour de 5 étapes successives : 1) Préparer sa recherche 2) Sélectionner les sources d'information 3) Chercher et localiser les documents 4) Évaluer la qualité et la pertinence des sources 5) Mettre en place une veille documentaire
  • 8. Évaluer la source documentaire (article, livre, site Web, etc.) • Pouvez-vous nommer l’auteur ? (Certains sites n’ont pas d’auteur.) • S’agit-il d’un auteur ou d’une institution reconnus par la communauté scientifique ? • L’auteur indique-t-il ses sources ? Y a-t-il des références à la fin du document ? • S’agit-il d’un site recommandé ? La date de création ou de mise à jour est-elle mentionnée et récente ?
  • 9. 3.Les différents types de recherche Recherche exploratoire: Le but est de développer une connaissance initiale d’une situation et de fournir des directions à être prises dans des recherches ultérieures.  Descriptive: Le but est de générer de l’information et des données qui servent à décrire la composition, les caractéristiques, et le comportement d’un groupe. Causales: Sert à établir les conclusions qui prouvent les liens de causes à effet et les relations entre des variables.
  • 10. Recherche exploratoire: Elle vise le recueil d’informations préliminaires sur un sujet donné. Elle constitue ainsi, une base pour des recherches plus approfondies. Exemple : Mise en place de nouvelles politiques de services bancaires
  • 11. Recherche exploratoire Des sujets dans d’autres domaines : Opinion publique sur la gestion du président de la République Lancement d'une nouvelle crème anti-rides Elles utilisent des outils qualitatifs.
  • 12. Recherche descriptive Elle est fondée sur l’étude d’un échantillon représentatif d’une population donnée pour définir les caractéristiques de cette population et étudier un sujet qui les concerne. En fait, la recherche descriptive vise le recueil d’informations précises pour décrire un phénomène existant, ou identifier un problème donné,
  • 13. Recherche descriptive Les recherches descriptives décrivent un fait. Elles utilisent des outils quantitatifs. Exemples: - Qui sont nos clients ? - Comment les clients perçoivent-ils la qualité du produit ?
  • 14. Recherche causale Les recherches causales correspondent à l’étude de l’impact de la variation d’une variable sur une autre variable. Elles utilisent souvent des outils qualitatifs. Exemples: Les retombées d’application d’un système de management de la qualité sur la performance de l’entreprise. L’impact du changement du packaging sur le comportement des consommateurs.
  • 15. Les méthodes de recherche utilisées • Type de recherche exploratoire: Exemple de méthode: Recherche documentaire, groupe de discussion. • Type de recherche descriptive: Exemple: Données secondaires, Enquêtes. • Type de recherche causale: Exemple: Données secondaires, enquête, expérimentation.
  • 16. Chapitre 2 La démarche méthodologique
  • 17. La démarche méthodologique passe par les étapes suivantes:
  • 18. 1.Le choix du thème: Un sujet de mémoire est d’abord une question d’intérêt personnel. Le choix se fait soit selon les propositions des membres du corps enseignant, soit à l’initiative du stagiaire. La prise en considération du critère opérationnel du thème dans le choix de lieu de stage.
  • 19. Le choix du sujet d’étude est lié à plusieurs aspects qui peuvent être résumés comme suit : • Nouveauté du sujet • Possibilité de produire de nouvelles connaissances sur le sujet • Capacités personnelles à réaliser l’étude.
  • 20. 2.La formulation d’une problématique: C’est l’étape la plus importante, un problème bien formulé est à moitié résolu. Dans un mémoire de fin d’étude, la problématique est la question à laquelle l’étudiant va essayer de répondre.
  • 21. Sur la base de la problématique initiale le plan de travail est élaboré avec les différents chapitres et titres qui vont être développés à travers l’approfondissement du travail sur la documentation réunie.
  • 22. 3.L’élaboration des hypothèses: Nous utilisons souvent des combinaisons de concepts pour décrire ou expliquer un phénomène. Une proposition destinée à éclairer un phénomène et soumise à l’investigation s’appelle hypothèse. Le but d’une recherche est souvent de valider ou de rejeter les hypothèses de recherche soumises à la vérification par le stagiaire.
  • 23. Parfois nous avons besoin de formuler des hypothèses de relation qui mettent en exergue deux ou plusieurs facteurs. Exemple : La baisse du volume des ventes de l’entreprise étudiée est due à la mauvaise qualité de ses produits.
  • 24. Dans le cas d’une démarche scientifique visant la vérification d’hypothèses, l’énoncé hypothétique doit être formulé comme une affirmation concernant une relation entre deux phénomènes. Cette relation prend généralement la forme d’une prédiction quant aux liens entre deux phénomènes. Il s’agit habituellement d’une courte phrase formulée au présent sous la forme « si A, alors B »
  • 25. Exemple : Thème de mémoire: Les retombées d’application d’un système de management de la qualité sur la performance de l’entreprise Problématique: Quelles sont les retombées d’application d’un système de management de la qualité sur la performance de l’entreprise ? Hypothèses: • La mise en place et le maintien d’un SMQ sont essentiels à la performance de l’entreprise. • Le SMQ est une véritable démarche permettant de dégager de la valeur ajoutée pour les entreprises. • Un SMQ assure l’amélioration continue de la performance de l’entreprise à travers l’implication total du personnel. Les sous-questions : • Pourquoi mettre en œuvre un système de management de la qualité ? • La certification ISO 9001 constitue-t-elle une source d’amélioration de la performance de l’entreprise ? • Comment un SMQ assure-t-il l’amélioration continue de la performance de l’entreprise ?
  • 26. Application • Mise en place et élaboration du système budgétaire dans l’entreprise. • Gestion budgétaire des différentes fonctions de l’entreprise (commerciale, approvisionnement, production, investissement, et trésorerie). • Du système d’information à l’élaboration du tableau de bord prospectif. • L´utilisation de la comptabilité analytique et son impact sur la performance : le cas des PME manufacturières • Audit opérationnel et amélioration de la performance de l’entreprise. • Le contrôle interne et mesure de la performance de l’entreprise.
  • 27. Application • Les stratégies de croissance à l'international et les modes d'implantation à l'étranger. • L'Impact du Commerce Électronique sur la Fonction Commerciale de l'Entreprise • La politique de distribution à l'international • l'influence du label "commerce équitable" sur les décisions d'achat du consommateur • Les nouveaux comportements des consommateurs face au e-commerce
  • 28. 4.Collecte des données : Outils de collecte des données: La collecte se fait en considérant deux aspects importants: La sélection des sources d’information (Questionnaire, entretien, observation) Le travail sur terrain.
  • 29. Les différents types de recueil de données: • Productions écrites: Questionnaire, tests, problème, etc. • Avantage: Quantités importantes possibles, traitement simple. • Inconvénients: intermédiaires inconnus, incompréhension possible de ce qui est écrit, réponses biaisées.
  • 30. • Productions orales: Entretien, observation, enregistrement audiovisuel). • Avantages: exploration possible, information profonde et de qualité. • Inconvénient: Temps large.
  • 31. Questionnaire: C’est un ensemble de questions posées afin de générer des informations nécessaires à l’atteinte des objectifs. Instrument de collecte des données. Objectifs du questionnaire: • Traduire les informations demandées en réponses claires. • Estimer certaines grandeurs. • Vérifier des hypothèses.
  • 32. Le processus de rédaction d’un questionnaire: 1-Détermination des informations requises 2-Choix du mode d’administration: C’est-à-dire le support par le quel le questionnaire sera transmis aux répondants, que ce soit: -Face à face -Par correspondance -Par téléphone - Par internet 3-Définition du contenu du questionnaire
  • 33. 4-Choix de la structure des questions: c’est-à-dire: -Ouvertes -Fermées -A échelle 5-Formulation des questions: les questions doivent être simples, courtes, faciles à comprendre et sans mots techniques. 6-Le respect de l’ordre des questions. 7-Le test du questionnaire auprès d’un petit nombre de personnes avant sa diffusion, afin de s’assurer de sa compréhension.
  • 34. L'échantillonnage en premier lieu, il faut définir l'unité de sondage : individus, entreprises, foyers, communes, etc. En second lieu, on détermine la taille de l'échantillon. Enfin, on choisit parmi différentes techniques d'échantillonnage :
  • 35. Différents types d’échantillonnage Echantillonnage non-probabiliste : – Les échantillons de convenance; – Les Echantillons de volontaires; – Les Méthodes des quotas. Echantillonnage probabiliste: • Echantillonnage aléatoire simple; • Echantillonnage aléatoire stratifié; • Echantillonnage aléatoire en grappe.
  • 36. Echantillonnage non-probabiliste • Sélection des individus qui n’obéit pas au hasard • Définie selon des critères de faisabilité, de ressemblance à la population-cible et de critères subjectifs dépendant du choix des enquêteurs.
  • 37. Les échantillons de Convenance • Échantillon d’individus facilement interrogeables • Généralement: des individus qui se présentent à un endroit donné à un moment donné Par exemple: les études d’opinion réalisées dans la rue
  • 38. Echantillons de Volontaires • les individus se sélectionnent eux-mêmes • Appel à participation par: annonces dans les journaux locaux ou nationaux et/ou d’un dépliant distribué.
  • 39. Méthodes des Quotas la méthode des quotas est une méthode d'échantillonnage qui consiste à s'assurer de la représentativité d'un échantillon en lui affectant une structure similaire à celle de la population de base. La méthode des quotas est par exemple très utilisée pour les sondages politiques, pour la mesure d'audience des médias ou pour les études quantitatives marketing.
  • 40. Dans le cadre politique, on s'assure que l'échantillon sondé soit une représentation réduite de la population en terme d'âges. Si les ouvriers hommes de 30 à 40 ans et urbains représentent 2 % de la population des électeurs. Un échantillon de 1000 individus établis selon la méthode des quotas doit comprendre 20 personnes appartenant à cette catégorie,
  • 41. Echantillonnage probabiliste Échantillonnage aléatoire: tous les individus de la population-source ont une probabilité connue et non nulle d'être sélectionnés pour faire partie de l’échantillon. Pas d’intervention du chercheur: seul le hasard dirige l‘inclusion ou non d'un individu dans l'échantillon.
  • 42. Echantillonnage aléatoire simple Cette méthode alloue une chance à tous les individus d’une population d’être sélectionné. L’adoption de cette méthode est appropriée lorsque la population est nombreuse et relativement homogène.
  • 43. Procédure à suivre: 1. Définir clairement la nature de la population; 2. Assigner un numéro à chaque individu de la population; 3. Sélectionner l’échantillon en choisissant n’importe quelle méthode qui donne une chance égale à tous les numéros d’être tirés.
  • 44. Il s’agit de sélectionner à partir d’une liste ou base de sondage un échantillon de n individu par tirage au sort et ceci en une seule étape.
  • 45. Echantillonnage stratifié Cette méthode permet de représenter les sous- groupes d’une population hétérogène. Cette façon un peu plus complexe d’échantillonner garantit que chaque sous- groupe de la population est représenté d’une certaine manière dans l’échantillon.
  • 46. • On peut répartir l’échantillon de façon proportionnelle à la taille des sous-groupes et ainsi tous les individus possèdent une même chance d’être sélectionnés comme pour l’échantillon aléatoire simple. • Le choix de stratifier: obtenir une homogénéité à l’intérieur des sous-groupes.
  • 47. Procédure à suivre pour l’échantillonnage stratifié proportionnel à la taille des sous- groupes dans la populations: 1. Définir clairement la nature de la population 2. Déterminer les sous-groupes à représenter dans l’échantillon
  • 48. 3. Assigner un numéro à chaque individu de chaque sous-groupe 4. Déterminer le pourcentage que représente chaque sous-groupe dans la population 5. Sélectionner l’échantillon en choisissant n’importe quelle méthode qui donne une chance égale à tous les numéros d’être tirés à l’intérieur d’un sous-groupe.
  • 49. Echantillonnage aléatoire en grappe • Des sondages réalisés sur des groupes complets d'individus • La population source est subdivisée naturellement en groupes (La composition des grappes est antérieure au plan de sondage) • Un certain nombre de ces groupes va être sélectionné aléatoirement pour composer l'échantillon.
  • 50. Exemple: Des listes de classes obtenues à partir d'établissements scolaires
  • 51. Entretien: Population d’enquête restreinte ou particulière, l’entretien permet de s’adapter au niveau de langage et de comportement du sujet. Elle permet de chercher des réponses approfondies, nuancées, personnelles.
  • 52. Types d’entretiens: • Entretien non directif (Libre): L’enquêteur intervient rarement. • Entretien semi directif: L’enquêteur suit un guide de thèmes à aborder dans son entretien. • Entretien directif: Des questions structurées sur lesquelles l’enquêté répond.
  • 53. La taille de l’échantillon Les études exploratoire et qualitative ne requièrent pas de grands échantillons. Démarche qualitative • La taille de l’échantillon est déterminée par saturation : • lorsque l’ajout d’unités ne permet plus d’enrichir les catégories ; • lorsque l’ajout d’information (d’entrevues) n’ajoute plus au modèle explicatif. En pratique, de sept à douze entrevues permettent généralement d’atteindre la saturation. Les études quantitatives • Descriptives et corrélatives, elles requièrent de larges échantillons (n > 100).
  • 54. Observation: Elle consiste à se retrouver présent dans une situation pour l’enregistrer et l’interpréter. L’observation a quatre taches à accomplir: • Etre sur place parmi les personnes observées et s’adapter à ce milieu. • Observer le déroulement ordinaire des évènements. • Enregistrer l’observation en prenant des notes ou par tout autre moyen. • Interpréter l’observation.
  • 55. 5.L’organisation et traitement des données: Objectif: Produire de l’information nécessaire pour la recherche. Moyens: -Synthétiser les données recueillies (Par le biais du questionnaire, entretien., etc.) -Examiner les relations entre les variables mesurées dans la recherche. L’analyse statistique se fait à l’aide de logiciels spécialisés.
  • 56. Analyse du questionnaire: Cette étape est très importante. Un questionnaire qui fait l’objet d’analyses trop rapides pourra mener sur de fausses pistes. L’analyse du questionnaire consiste à éliminer les réponses biaisées qui peuvent affecter la pertinence des résultats, et aussi avoir une idée générale sur les orientations des répondants.
  • 57. Traitement des résultats: Consiste à traiter chaque question à part, et organiser les réponses en tableaux, graphes..etc Le dépouillement des résultats des réponses aide l’enquêteur à faire sa conclusion et élaborer son rapport d’étude. Il existe plusieurs logiciels pour dépouiller et traiter les réponses des questionnaires, citons SPSS et Excel.
  • 59.
  • 60. Chapitre 03 La rédaction d’un mémoire
  • 61. 1. Composantes du mémoire • Nous trouvons successivement dans un mémoire : • La page de couverture (page cartonnée) • Une feuille blanche • Une copie de la page de couverture (page de garde) • Les dédicaces • Les remerciements • La liste des tableaux • La liste des figures
  • 62. • La liste des abréviations (si le thème est technique) • Le sommaire • Introduction • Le corps du mémoire (les différents chapitres) • La conclusion • La bibliographie • Le glossaire (facultatif) • Les annexes • La table des matières
  • 63. La page de couverture (page cartonnée) Cette page représente la vitrine de votre mémoire. Elle contient les informations suivantes : • L’établissement d’études (université, école, institut,…) • La nature du diplôme à obtenir • L’option d’études (spécialité) • Le thème du mémoire (avec le cas étudié). • Les prénoms et les noms des étudiants (par ordre alphabétique des noms). • Le prénom, le nom de l’encadrant. • Le numéro de la promotion. • Et l’année universitaire. Remarques • Il est déconseillé d’ajouter des photos ou des décorations sur la page de couverture (éviter les photos publicitaires, le mémoire est un travail scientifique).
  • 64. 2. Caractéristiques de présentation • commencer la pagination à partir de l’introduction en chiffres arabe • Texte : interlignes 1,5, caractère conventionnel (type " Times New Roman") taille 12. • Titres (Les intitulés) - Pour les intitulés de chapitres : taille de la police : 16, gras - Pour les intitulés de sections : taille de la police : 14, gras - Pour les sous-sections : taille de la police : 12, gras - Eventuellement pour les titres de paragraphes : taille de la police : 12, en gras.
  • 65. • Les notes (les bas de page) Chaque fois que vous voulez citer un auteur et son ouvrage, faites un renvoi avec un numéro. Ce numéro se retrouvera en bas de page. Le renvoi est ainsi organisé : Pour un ouvrage Un auteur • Nom de l’auteur (en majuscule), Prénom entre parenthèses en minuscule sauf la première lettre en majuscule) ou l’initial du prénom : titre (en italique), maison d’édition, numéro de l’édition (s’il y a lieu), lieu d’édition ; (collection s’il y a lieu), année d’édition, numéro de la page. • Exemples • SICARD, (Claude) : le management stratégique, édition DUNOD, Paris, 1994, P.21. • DELEUZE, (Gilles) : logique du sens, éditions Minuit, Paris, 1969, p.25.
  • 66. Deux auteurs : • Exemple • HAMEL, (G) et PRAHALAD (C.K) : la conquête du futur, InterEDditions, Paris, 1995, p.123. Trois auteurs : • Exemple • DOSTALER (L), LAROUCHE (H) et BOIRAL (O) : perspectives en management stratégique, Tome VIII, éditions EMS, Paris, 2002, p.13. Plus de trois auteurs : • Exemple: • REITTER (R) et autres : culture d’entreprise, éditions Vuibert, Paris, 1992, p.56.
  • 67. Pour un article dans un périodique • Nom de l’auteur (en majuscule), Prénom ou l’initial du prénom entre parenthèses en minuscule sauf la première lettre (en majuscule) ou l’initial du prénom: titre de l’article entre guillemets (en italique), nom du périodique, numéro du périodique, date du périodique, numéros des pages. • Exemple • SAULQUIN, (J.Y) : « gestion des ressources humaines et performance des services », in revue gestion des ressources humaines, N° 36, juin, 2002, pp.120-136.
  • 68. Dictionnaires • Le petit Larousse, illustré, édition 1998, P 918 Pour les travaux universitaires • Nom de l’auteur (en majuscule), Prénom entre parenthèses en minuscule sauf la première lettre en majuscule) ou l’initial du prénom : titre (en italique), nature du diplôme, université, année de soutenance, numéro de la page. • Exemples • OUACHERINE, (Hassane) : conception et gestion du temps chez les managers algériens : éléments d’analyse et de comparaison avec les managers français, thèse de doctorat en sciences commerciales, Ecole des Hautes Etudes Commerciales d’Alger, 2011, p17.
  • 69. Pour les textes réglementaires • Type du texte (code, loi, règlement, décret, circulaire….), le numéro et la date, domaine. • Exemples • Règlement N°90-01 du 04 juillet 1990 relatif au capital minimum des banques et des établissements financiers exerçant en Algérie. Pour les rapports • Institution, titre du rapport en italique, année. • Exemples • Banque Centrale d’Algérie, évolution économique et monétaire en Algérie, rapport 2006. • Conseil National Economique et Social, l’industrie artisanale en Algérie, rapport 2008.
  • 70. Pour les entretiens • Entretien avec : Nom de la personne interviewée (en majuscule), Prénom entre parenthèses en minuscule sauf la première lettre en majuscule) ou l’initial du prénom, le statut de la personne, le lieu, la date, l’heure. • Exemple • Entretien avec : M.SAADI, (Abdessalem), Directeur Général de l’Institut National de Commerce, direction générale de EHEC, 18/02/2009, 10h30.
  • 71. Pour les sites Internet • L’adresse exacte du site, la date de la publication (si possible) et la date et l’heure de consultation • Exemple • http/ : www.afitep.fr/publications/manprojet. (publié le 22/02/2009 consulté le 14/03/2012 à 22h00). • http://temporalites.revues.org (consulté le 18 février 2010 à 16H).
  • 72. Remarques pour les bas de page (utilisation du IBID ou OP .CIT) Si vous citez un auteur pour la première fois ; il faut mettre en bas de page toutes les informations concernant l’ouvrage. • Exemple (1) CHIROUZE, (Yves) : le marketing, études et stratégies, éditions Ellipses, Paris, 2003, p.25. Si vous citez le même auteur pour la deuxième fois dans la même page ; il suffit de mettre la notation (Ibid, p ?) • Exemple (1) CHIROUZE, (Yves) : le marketing, études et stratégies, éditions Ellipses, Paris, 2003, p.25. (2) Ibid, p.28.
  • 73. Si vous citez le même auteur mais après un autre auteur ; il faut écrire après le nom de l’auteur la notation : ( Op.cit, p ?) • Exemple (1) CHIROUZE, (Yves) : le marketing, études et stratégies, éditions Ellipses, Paris, 2003, p.25. (2) FILSER, (Marc) : les canaux de distribution, éditions Vuibert, Paris, 1989, p.23 (3) CHIROUZE, (Yves) : Op.cit, p.28
  • 74. La bibliographie Elle se place généralement après la conclusion. Elle contient l’ensemble de la documentation utilisée lors de la réalisation du mémoire. Elle indique l’ensemble des ouvrages qu’on a consultés puisqu’ils ont servi d’appui à la recherche, et pour que d’autres personnes puissent en prendre connaissance.
  • 75. • En bibliographie, les références (ne pas indiquer les numéros de page) seront regroupées en fin de texte et classées selon le degré scientifique et par ordre alphabétique d’auteurs Il est préférable d’adopter la classification suivante : • Ouvrages, • Revues et périodiques, • Dictionnaires et manuels, • Travaux universitaires, • Sites web (web graphie)
  • 76. • La présentation des schémas et des tableaux : Chaque tableau ou schéma doit contenir les éléments suivants : • Un numéro • Un titre • Une source. • Un commentaire.
  • 77. Le sommaire et la table des matières Le sommaire et la table des matières sont très importants, car se sont les parties que consulte un autre chercheur pour juger de la pertinence de lire le mémoire en entier. Mais il y a une différence entre les deux comme le montre le tableau suivant :
  • 78. Le sommaire La table des matières  Il est placé avant l’introduction  Elle est placée à la fin du mémoire.  Il n’est pas détaillé, il contient généralement que les intitulés de chapitres et sections  Elle est trop détaillée, elle contient toutes les rubriques qui figurent dans le mémoire.  Il commence par l’introduction et se termine avec la conclusion.  Elle commence par les dédicaces et se termine par les annexes.
  • 79. • L’introduction C’est la dernière des choses à écrire et la première des choses à lire. Pour cela l’étudiant doit accorder beaucoup d’importance à son introduction. En effet une bonne introduction donne souvent l’impression que le reste du mémoire est aussi bon. A cet effet une problématique de qualité regroupe les éléments suivants :
  • 80. • Un petit paragraphe qui présente le cadre général du sujet afin d’introduire le lecteur dans votre sujet. • La présentation de votre thème de recherche. • Les motifs du choix (subjectifs et objectifs). • La problématique (la question centrale et les questions secondaires) • Les hypothèses • La méthode de recherche • Les outils de recherche • Et le plan de travail.
  • 81. • La conclusion La conclusion représente la synthèse de la recherche, elle doit reproduire les résultats de votre travail d’investigation. Une bonne conclusion doit contenir les points suivants :
  • 82. • Rappel de l’objectif de recherche. • Résumé des principaux fondements théoriques. • Les principaux résultats de la recherche. • Réponse à la problématique (confirmation ou infirmation des hypothèses de recherche). • La valeur des résultats (les apports et les limites pour vous, l’entreprise, et la recherche scientifique). • Les difficultés objectives rencontrées lors de la recherche. • Les perspectives de la recherche.
  • 83. • Les annexes Les informations détaillées, qui alourdiraient le texte et nuiraient ainsi à la lecture, sont présentées à la fin du mémoire (avant la table des matières), sous forme d’annexes ; elles sont utiles pour un chercheur qui voudrait reprendre ou critiquer la recherche. • Les annexes sont placées dans l’ordre selon lequel elles ont été mentionnées dans le texte. Elles sont présentées par une lettre et un titre et la pagination se fait en chiffres romains.
  • 84. Les annexes peuvent contenir par exemples : • L’ensemble des données d’une expérimentation. • Le questionnaire • Le guide d’entretien • Les formules et les mécanismes de calcul. • Les textes réglementaires. • Les procédures de codification • Des tableaux • Des figures • Etc ….
  • 85. Chapitre 4 Stage pratique et soutenance
  • 86. Recommandations pratiques pour imprégnation sur le terrain : Pour que le stage sur le terrain soit profitable, il faut prendre certaines mesures : • Préparer un plan de travail avec échéancier de réalisation ; • Effectuer une reconnaissance préalable du terrain pour s’assurer de la faisabilité du travail ;
  • 87. • Avoir une discipline dans le travail, de manière à enregistrer correctement toutes les informations et à les organiser au fur à mesure pour éviter de perdre du temps;
  • 88. Vu que le lieu peut s’avérer inadéquat pour des raisons telles que :  Non collaboration ou refus de prise en charge des responsables ;  Absence des informations recherchées ;  Absence d’un encadrant au niveau de l’organisme.
  • 89. Relation avec l’encadrant dans l’entreprise ou organisme : le stagiaire doit être encadré et aidé dans son travail au niveau de l’entreprise par une personne qui sera affectée à cette tâche par l’administration de l’entreprise. Cette personne facilitera au stagiaire la circulation et l’obtention des informations dont il a besoin d’une part, et d’autre part, elle lui apportera conseil technique pour la réalisation de son travail.
  • 90. En plus de l’encadrant de l’entreprise, le stagiaire recevra périodiquement la visite de son professeur qui apportera au stagiaire des indications théoriques et méthodologiques. Comme il peut faire avec le stagiaire des bilans intermédiaires et conseiller sur la planification des étapes suivantes. Et d’une manière générale, il aidera le stagiaire à surmonter les difficultés rencontrées.
  • 91. Comment se préparer à la soutenance ? Il faut bien préparer la soutenance. Elle est tout aussi importante dans l’évaluation du candidat que le mémoire lui-même: • Il est vivement recommandé de rédiger à l’avance le plan d’intervention, en insistant sur la manière de commencer le discours et la manière de le conclure. • Il est possible d’avoir des fiches et de les consulter en cas d’oubli ou d’hésitation.
  • 92. Simulation de la soutenance : La simulation reste le moyen le plus efficace pour préparer une soutenance. Elle permet de faire des répétitions du discours qui sera présenté. Aussi, elle permet de contrôler le volume des informations à présenter de telle sorte que la présentation ne dépasse pas le temps alloué qui est de 10 à 15 minutes maximum. Donc, il faut se préparer à la bonne utilisation de ce temps, ne pas parler trop vite ni trop lentement, éviter les moments de silence prolongé et présenter les informations les plus importantes.
  • 93. • Remarque : • Si vous avez découvert entre la remise du mémoire et sa soutenance la présence de fautes, annoncez cela avec modestie au début de votre exposé en présentant à chaque membre du jury un errata (Liste des erreurs survenues lors de la réalisation d’un ouvrage et indiquant les corrections à y apporter)
  • 94. Plan de l’exposé oral 1. Introduction : Les raisons de votre choix et la construction de la problématique. Montrez l'évolution et la chronologie de votre projet.
  • 95. 2. Méthodes de travail : Comment vous avez procédé dans votre recherche et les raisons des choix principaux. Les principales définitions qui cadrent votre travail et les grandes lignes de son plan.
  • 96. 3. Résultats remarquables : Sélectionnez les résultats les plus intéressants (présentés sous forme synthétique : tableau synthétique, figure soigneusement choisi, images, etc.)
  • 97. 4. Synthèse, discussion et conclusion : Ce que ces résultats vous ont permis de déduire / comprendre sur votre sujet. Mettez ces réflexions en perspective et apportez votre opinion personnelle.
  • 98. PLAGIAT ET CITATION : La citation est un passage, une idée ou un commentaire emprunté à un auteur pour illustrer ou appuyer le travail de recherche. Le plagiat est l'acte de faire passer pour siens les textes ou les idées d’autrui.
  • 99. Définition Plagier, c’est s’approprier le travail de quelqu’un d’autre et le présenter comme sien. Si la citation est un emprunt, le plagiat lui est un vol. Pour éviter le plagiat il faut absolument citer vos sources, que ce soit pour une image, une citation ou une paraphrase.