Moneyocracy Bible - Document de Travail Préparatoire

2 594 vues

Publié le

Document de travail de Moneyocracy. Cette bible transmedia de Moneyocracy est un document de travail réalisé en 2011, tôt dans la conception. Il ne reflète donc pas le projet en lui même mais permet de mesurer la différence entre ambition et réalité.

Publié dans : Divertissement et humour
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 594
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
449
Actions
Partages
0
Téléchargements
43
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Moneyocracy Bible - Document de Travail Préparatoire

  1. 1.   Guide  Référence  du  Projet  (Bible)     “The  liberty  of  a  democracy  is  not  safe  if  the  people  tolerate  the  growth  of  private  power   to  a  point  where  it  comes  stronger  than  their  democratic  state  itself.  That,  in  its  essence,   is  fascism  -­‐  ownership  of  government  by  an  individual,  by  a  group,”   Franklin  D.  Roosevelt          
  2. 2. Amendements         Titre  complet  :  «  Moneycracy,  ou  la  privatisation  du  système  démocratique  américain  »       Origine  du  Document     Nom   Titre   Date   Gerald  Holubowicz   Auteur/producteur   March  09,  2011   Jean  Nicholas  Guillo   Auteur/producteur             Historique  de  Révision     Version   Amendements   Date   0   Base  stratégie  Transmédia   September  17,  2011   1.0   Rédaction  contenu   March  9,  2011   1.1   Addition  Flowchart  corrigée   March  28,  2011   1.2   Premiere  Ecriture/  réflexions  Synopsis     April  04,  2011   1.3   Addition  stratégie  +community  management+Bio   GH   April  10,  2011   1.4   Mise  en  forme+addition  contact  et  lettre  de   demande  CNC   April  17,  2011   1.5   Résumé  Projet+synopsis+stratégie   April  19,  2011   1.6   Corrections,  updates   April  26,  2011   1.7   Création  URLs   April  28,  2011   1.8   Note  d’intention  et  correction  Resume   May  19,  2011   1.9     Implementations  pour  CNC   May  24,  2011   2.0   Rédaction  full  du  Synopsis  global   May  25,  2011    2.1   Lissage  Synopsis   June  21,  2011   2.2   Réécriture    Résumé  d’exécution     July  01,  2011   2.3   Reprise  Structure  Editorial  part   July  06,  2011  
  3. 3. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 3   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   Adresses  internet  du  projet     www.moneycracy2012.com  (blog  +i-­‐doc)  ok   www.twitter.com/moneycracy2012    (twitter)  ok www.facebook.com/pages/Chewbahat-Moneycracy/(facebook)  ok www.youtube.com/moneycracy  (chaine  Youtube  miniseries)  ok www.moneycracy.blip.tv  (chaine  blip.tv  HD  version)  ok www.moneycracy.photoshelter.com/gallery-­‐list    (Photo  archives)  pending www.livestream.com/moneycracy  (live  event)  ok     moneycracy.tumblr.com  (blog)  ok       Enregistrements  officiels     Copyright  office  –  Washington  D.C  :  pending   Trade  mark  :  pending
  4. 4. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 4   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   Contenu   Narratif  
  5. 5. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 5   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   Note  d’intention  du  Projet                   En  avril  2011,  Barack  Obama  lance  sa  campagne  pour  les  Présidentielles  de  2012   en  écrivant  ceci:          “We’re  doing  this  now  because  the  politics  we  believe  in  does  not  start  with   expensive  TV  AD$  or  extravaganzas…”     Nous  faisons  ceci  maintenant,  parce  que  la  politique  dans  laquelle  nous  croyons  ne  repose  pas  sur  les  spots  tv   ou  ce  genre  d’extravagances…     Une  déclaration  loin  d’être  anodine  puisqu’elle  va  donner  le  ton  d’élections  qui   s’annoncent  d’ores  et  déjà  coûteuses  et  tapageuses.     Quand  il  prononce  ces  mots,  le  président  américain  fait  directement  allusion  à  la   décision  de  la  cours  suprême  prise  le  21  janvier  2010  :  Citizen  United  vs.  Federal   Election   Commission.   Elle     établit   qu’il   est   inconstitutionnel   de   limiter   le   montant   des   sommes   utilisées   par   les   corporations   pour   influencer   des   élections.   Pourquoi  ?   Parce   que   les   corporations   doivent   être   libre     de   s’exprimer  comme  n’importe  quel  individu,  et  qu’elles  sont  donc  protégées  par   le   1er   amendement   de   la   constitution   Américaine   protégeant   la   liberté   d’expression.       Cette   décision,   très   controversée   à   Washington,   pose   en   réalité   les   premiers   jalons  d’une  privatisation  progressive  du  système  électoral  américain.  Dans  les   années   à   venir,   et   sans   amendement   constitutionnel   de   la   part   du   Congrès   limitant  la  liberté  d’expression  aux  individus  «  réels  »,  la  pression  économique   des   corporations   sur   les   politiques   va   atteindre   des   sommets.   Les   risques   de   corruption  n’auront  jamais  été  aussi  grands.  La  mainmise  de  Wall  Street  sur  la   démocratie  semble  inéluctable.     Au  plus  fort  de  la  campagne  électorale  Présidentielle  américaine  de  2012,  nous   vous   proposons   de   partir   à   la   rencontre   d’un   pays   en   pleine   ébullition   démocratique.   A   travers   ce   documentaire   transmedia,   nous   tenterons   de   répondre   aux   questions   que   soulèvent   la   décision   FEC   vs   CU   pour   le   peuple   américain,   mais   également   pour   tout   autre   pays   concerné   par   le   sort   de   la   première   puissance   démocratique   au   monde.   Tout   en   apportant   un   point   de   vue  précis  sur  les  mécaniques  marketings  employés  par  les  partis  Républicains   et  Démocrates  pour  promouvoir  leur  candidat,  nous  interrogerons  à  travers  une   série   d’interviews   croisées   des   principaux   acteurs   de   la   campagne,   de   lobbyistes,  de  syndicalistes  et  d’activistes  ou  de  juristes,  et  d’une  immersion  au   cœur  de  la  campagne,  ce  qui  se  cache  derrière  la  décision  de  la  cours  suprême   et  son  enjeu  sur  l’issue  électorale.                      Gerald  Holubowicz  &  Jean  Nicholas  Guillo  
  6. 6. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 6   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   La  genèse  du  projet                     En  2010,  après  avoir  suivi  une  formation  de  photojournalisme  a  l’EMI-­‐CFD,  Jean   Nicholas   Guillo,   s’intéresse   rapidement   aux   nouvelles   formes   de   narration:   vidéo,   webdoc   et   stratégies   crossmedia.   Apres   avoir   creusé   la   question,   il   se   rend   à   une   conférence   sur   la   narration   transmedia   appliquée   au   photojournalisme   et   au   documentaire   animée,   entre   autres,   par   Gerald   Holubowicz   Ce  dernier,  après  avoir  passé  10  ans  à  couvrir  l’actualité  en  France  et  aux  Etats-­‐ Unis  pour  divers  agences  de  presse  (Abaca,  Gamma,  Polaris),  se  projette  sur  le   futur   du   photojournalisme   et   tente   de   trouver   dès   2008   des   solutions   alternatives  à  la  diffusion  de  son  travail.  Sa  rencontre  avec  Stephen  Mayes  de   l’agence  VII  le  mène  à  explorer  la  narration  transmedia  et  les  nouvelles  formes   d’interactivité  à  travers  notamment  des  groupes  de  réflexions  professionnels  à   New  York.   Cette  rencontre  Parisienne,  amène  Gerald  &  Jean  Nicholas  à  travailler  ensemble   sur  différents  projets  et  à  échanger  sur  leur  passion  commune  pour  la  politique   et  la  société  Américaine.  De  cette  entente,  né  l’envie  de  pousser  l’expérience   pour  réaliser  un  projet  d’envergure  sur  l’évènement  le  plus  marquant  de  la  vie   américaine:  les  élections  Présidentielles.   “C’est  au  pied  du  Washington  Monument  le  20  janvier  2009,  entouré  de  milliers   d’Américains   venu   assister   à   l’inauguration   de   Barack   Obama   que   je   me   suis   rendu   compte   de   l’importance   et   de   la   portée   de   l’élection   Présidentielle   Américaine.  Non  seulement  elle  détermine  l’avenir  de  tout  un  peuple,  mais  sa   portée  dépasse  les  frontières  pour  impacter  la  vie  de  millions  d’autres  à  travers   le  monde.  Jusqu’au  dernier  moment,  les  supporters  étaient  incrédules.  Jusqu’au   dernier  moment  ils  avaient  redoutés  qu’on  leur  confisque  ce  vote.   Le  spectre  de  l’élection  perdue  par  Al  Gore  en  2000  était  encore  présent  dans   tous   les   esprits.   J’ai   depuis   voulu   comprendre   les   rouages,   les   codes   et   les   mécaniques  de  l’élection  la  plus  suivie  dans  le  monde.  “     Gerald Holubowicz
  7. 7. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 7   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   Renseignements  relatifs  aux  Auteurs/Producteurs         Gerald  Holubowicz,  Photojournaliste,  Auteur  &  spécialiste  i-­‐docs  &  Transmédia.     Gerald   Holubowicz   est   photojournaliste   depuis   près   de   10   ans   et   basé   à   NewYork  depuis  2006.  Il  a  collaboré  avec  les  agences  Abaca,  Gamma  et  Polaris.   Il  est  aujourd’hui  distribué  par  l’agence  allemande  LAIF.  Son  travail  a  été  publié   en   France   et   à   l’étranger   dans   les   principaux   magazines   d’envergure   tels   que   VSD,   le   Nouvel   Observateur,   l’Express,   le   Point,   Stern,   Bild,   Internazionale,   Portfolio,   Newsweek,   Time   Magazine,   et   Life.   En   2008,   Gerald   a   couvert   la   campagne   présidentielle   américaine   qui   allait   conduire   à   l’élection   de   Barack   Obama,   la   soirée   électorale   à   Harlem   et   l’inauguration   du   20   janvier   2009   à   Washington.   Ce   travail   fut   l’occasion   pour   lui   de   découvrir   l’extraordinaire   complexité  du  processus  électoral  aux  Etat-­‐Unis  et  d’initier  une  réflexion  sur  le   projet  présenté  dans  ces  pages.     Parallèlement,   Gerald   s’est   intéressé   dès   2008   aux   questions   liées   aux   webdocumentaires  et  à  la  narration  transmédia,  rencontrant  les  professionnels   en   pointe   dans   ce   domaine   à   travers   le   Transmédia   Meetup   de   New   York   et   diverses  conférences  entre  New  York  et  Paris.  Depuis  peu,  sous  l’impulsion  de   travaux  réalisés  par  Sandra  Gaudenzi  de  la  MA  Interactive  Media  of  the  London   College  of  Media,  il  milite  pour  l’adoption  de  la  terminologie    “i-­‐doc“  (interactive   documentary)   où   l’interaction   est   poussée   au-­‐delà   de   la   simple   interface   en   faisant   intervenir   community   management   et   crowdfunding.   Gerald   fait   également  partie  du  réseau  «  Transmedia  Ready  »,  a  participé  à  la  création  du   premier   Transmédiacamp   à   Marseille   début   Mai   2011,   et   s’implique   profondément  dans  l’animation  de  la  communauté  Transmédia  sur  les  réseaux   sociaux  à  travers  sa  structure  de  veille  et  consulting  “o2creation.org“.  En  2011,  il   a  animé  l’atelier  “vidéographie”  au  sein  de  la  formation  «  photojournaliste  »  de   l’EMI   à   Paris,   dirigeant   la   vingtaine   d’étudiants   pour   coréaliser   avec   Jean-­‐ Nicholas  Guillo  un  documentaire  (“Maux  de  presse”).     Il   est   également   intervenu   au   sein   de   l’atelier   “webdocumentaire”   où   il   a   supervisé   la   réalisation   d’un   webdoc   sur   base   “Klynt“   (logiciel   de   montage   webdoc   produit   par   Honky   Tonk).   Il   a   par   ailleurs   écrit   un   manuel   de   vidéographie  en  passe  d’être  édité  par  les  éditions  Eyrolles  et  a  lancé  un  site   web   sur   le   documentaire   interactif   (i-­‐docs.fr)   en   collaboration   avec   d’autres   professionnels. Gerald  Holubowicz  -­‐  Photojournaliste  -­‐  www.gholubowicz.com  -­‐  info@gholubowicz.com     @gholubowicz  -­‐  @o2creation  -­‐  www.o2creation.org  -­‐  +33  (0)7  77  00  76  32
  8. 8. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 8   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   Jean  Nicholas  Guillo,  Photojournaliste,  Co-­‐Auteur  &  Réalisateur/Monteur.     À   l’instar   des   “digital   natives”   qui   sont   nés   avec   le   numérique   et   les   réseaux   sociaux,   Jean-­‐Nicholas   Guillo,   28   ans,   ne   se   contente   pas   seulement   de   la   photographie  pour  exprimer  sa  créativité,  il  est  aussi  vidéographe,  réalisateur  et   monteur.   Au-­‐delà   des   piges   qu’il   réalise   pour   Télérama,   Le   Monde   et   des   magazines  municipaux,  ses  POM  (Petites  Œuvres  Multimédia,  courts  métrages   photographiques)   sont   projetées   à   l’occasion   de   festivals   comme   Visa   pour   l’image,  le  festival  Circulations  ou  dans  des  lieux  culturels  alternatifs  parisiens. Après   avoir   suivi   une   spécialisation   en   photojournalisme   à   l’EMI   (école   des   métiers   de   l’information)   et   réalisé   différents   reportage   photos   en   France   comme   à   l’étranger,   il   s’engage   dans   le   développement   multimédia   de   ses   sujets.   Cette   prise   de   position   l’amène   aujourd’hui   à   travailler   également   en   tant  que  réalisateur  et  monteur  pour  d’autres  journalistes  et  institutions  sur  des   formats  de  diffusion  destinés  à  Internet,  incluant  de    l’image  fixe,  de  la  vidéo  et   de  l’audio. C’est   avec   «   The   Ninth   Floor   »   un   reportage   multimédia   de   Jessica   Dimmock   produit  par  le  studio  de  production  multimédia  New  Yorkais  MediaStorm  qu’il   découvre  une  nouvelle  forme  de  récit.  Depuis  ce  moment  il  n’a  cessé  d’explorer   les  possibilités  qu’offrent  ces  narrations  d’un  nouveau  genre.   Jean  Nicholas  Guillo  -­‐  Photojournaliste  -­‐  www.jeannicholasguillo.com  -­‐  jnguillo@live.fr  -­‐  +33  (0)6  50  30  25  62  
  9. 9. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 9   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   Pourquoi  une  narration  transmedia?             Le  transmedia  storytelling  est  une  nouvelle  forme  de  narration  apparue  il  y  a   près  de  10  ans  aux  Etats-­‐Unis.       À   la   différence   du   crossmedia   qui   reformate   un   contenu   pour   l’adapter   aux   spécificités  d’un  media  (repurposing),  la  narration  transmedia  étire  un  univers   narratif   original   sur   différents   médias   (TV,   Internet,   Mobile,   Radio,   Édition,   Tablette,  etc…)  qui  apportent,  grâce  à  leur  spécificité  d’usage  et  leur  capacité   technologique,  une  expérience  différente  mais  complémentaire  de  l’univers  et   l’histoire.         Les   différents   éléments   qui   composent   cet   univers   peuvent   être   explorés   et   compris   indépendamment   les   uns   des   autres   :   on   parle   de   points   d'entrée   multiples  dans  l'histoire.       Cette   nouvelle   forme   de   narration   permet   de   toucher   différents   publics   et   favorise   la   circulation   de   l'audience   d'un   media   à   l'autre.   Par   l'utilisation   de   media   interactifs   et   de   technologies   innovantes,   cette   expérience   de   divertissement   enrichie   favorise   la   participation   et   l'engagement   des   spectateurs.  Les  media  utilisés  ne  sont  pas  tous  linéaires  (sur  internet,  l'histoire   s'installe  dans  le  temps  quand  la  diffusion  télévisée  est  ponctuelle).                             À  travers  cette  architecture  transmédia,  le  public  pourra  s’immerger  dans  une  narration  articulée  autour   de  trois  axes  de  réflexion:     • Les  campagnes  télévisuelles  (affrontements  par  pubs  interposées)     • Les  campagnes  de  terrain  (Porte  à  porte,  meetings,  call  center  etc.)     • La  privatisation  du  financement  des  campagnes  électorales.   DEFINITION  DE  LA  PRODUCER  GUILD  OF  AMERICA:       • Une  histoire  forte  &  un  univers  riche     • Au  moins  3  lignes  narratives  au  sein  d’un  même  univers  fictionnel.   • Sur  n’importe  quelle  des  plateformes  suivantes:  Film,  Télévision,  Short  Film,   Broadband,  Publishing,  Comics,  Animation,  Mobile,  DVD/Blu-­‐ray/CD-­‐ROM,     Narrative  Commercial  and  Marketing  rollouts,  et  autres  technologies  à  venir.   • Ces  extensions  narratives  sont  DIFFERENTES  d’un  matériel  calibré  pour   correspondre  à  un  nouveau  format.   • La  colonne  vertébrale  du  projet  repose  sur  un  medium.   • Relation  honnête  sur  le  long  terme  et  engagement  réciproque  avec  le  public.  
  10. 10. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 10   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   Expression  Littéraire  du  Contenu                   I–  Contexte  du  Documentaire  Transmedia:         A   l’origine   de   «  Moneycracy,   ou   la   privatisation   du   système   démocratique   américain  »   intervient   la   décision   F.E.C   vs   Citizen   United   rendue   par   la   cours   suprême  des  Etats  Unis  le  21  janvier  2010.  Cette  décision  fait  suite  à  la  plainte   déposée  par  Citizen  United  –  un  groupe  activiste  proche  des  Républicains  -­‐après   qu’un  film  documentaire  –  produit  par  cette  organisation,  dressant  un  portrait   au   vitriol   d’Hillary   Clinton   -­‐   eut   été   interdit   de   diffusion   par   la   commission   fédérale  des  élections  (FEC).       Raison   de   cette   interdiction  :   la   violation   des   lois   fédérales   électorales   interdisant  la  diffusion  de  publicité  politique  financée  par  un  groupement  non-­‐ politique  dans  les  30  jours  précédent  une  élection.  Rendue  par  un  collège  de  9   juges  par  5  voix  (Rep)  contre  4  (Dem),  la  décision  jette  un  pavé  dans  la  marre  en   reconnaissant  l’application  du  1er  amendement  -­‐  relatif  à  la  liberté  d’expression   -­‐  aux  corporations  (1)  et  en  les  autorisant  –  notamment  -­‐  à  utiliser  leur  fonds   sans  restriction  pour  soutenir  ou  s'opposer  à  des  candidats  à  une  élection.     Si  le  financement  des  campagnes  par  des  fonds  privés  ne  semble  pas  nouveau   aux  Etats-­‐Unis  et  que  depuis  des  décennies,  les  levées  de  fonds  menées  par  les   candidats  ne  cessent  de  gonfler,  le  blanc  sein  donné  par  la  cours  suprême  ouvre   définitivement  les  vannes  à  des  millions  de  dollars  issus  des  corporations  pour   qu’ils  soient  investis  en  faveur  des  candidats.  Rien  qu’en  2010,  ce  sont  près  de   300  millions  de  dollars  qui  ont  été  dépensés  par  les  corporations  pour  influencer   les  résultats  d’élections.       Problème  :   comment   un   homme   politique,  représentant   du   peuple   sensé   agir   dans   l’intérêt   de   la   nation,   peut-­‐il   conserver   son   indépendance   lorsqu’il     bénéficie   d’un   soutien   financier   colossal   de   la   part   de   ces   corporations  ?   Comment  peut-­‐il  se  prononcer  sereinement  sur  telle  ou  telle  loi  ou  régulation,  si   celle-­‐ci  met  à  mal  les  intérêts  de  ceux  qui  l’ont  aidé  à  accéder  à  son  poste  au   Congrès  ?  Il  y  a  là  un  conflit  d’intérêt  majeur  entre  intérêts  public  et  intérêts   prives.   Money  Talks  (l’argent  commande)     La  décision  F.E.C  vs  Citizen  United  dresse  une  ligne  de  front  ou  s’est  engagé  une   bataille  sans  précédent  entre  d’un  côté  les  corporations  –  avides  d’imposer  des   régulations  favorables  à  leur  business  -­‐  et  de  l’autre  la  population  –  lassée  de   voir  ses  représentants  glisser  vers  une  corruption  d’influence  contraire  à  leurs   intérêts.  (1/4  des  américains  seulement  font  confiance  à  leur  Congres  http://bit.ly/jIS83W  )            
  11. 11. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 11   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   En  février  2010,  dans  son  discours  du  «  State  to  the  Union  »,  une  déclaration   annuelle  faite  par  le  Président  au  Congrès,  Barack  Obama  déplore  la  décision  de   la  cours  suprême  qui  renverse  près  de  100  ans  d’équilibre  du  système  électoral   américain  en  faisant  désormais  pencher  la  balance  du  côté  des  intérêts  privés  et   de  l’argent.     Dans   les   mois   qui   suivent   des   dizaines   de   groupes   d’influence   -­‐   sortes   d’organisations  «  écrans  »  appelées  Super  PAC  -­‐  se  sont  constituées.  La  quasi-­‐ totalité   de   ces   organisations   sont   proche   des   conservateurs   Républicains   et   montées   dans   le   seul   but   de   soutenir   les   candidats   des   élections   à   venir   en   novembre   2010.   C’est   à   l’occasion   de   ces   élections   de   Mid-­‐Term,   que   les   premières   «  contributions  »   apparaissent.   Souvent   des   publicités   diffusées   massivement   à   travers   les   Etats-­‐Unis,   pour   dénoncer   la   politique   de   l’administration  en  place,  parfois  des  aides    aux  candidats  –  notamment  ceux  du   mouvement  Tea  Party  conservateur.       Résultat  des  votes  :  la  chambre  des  représentants  passe  à  droite,  faisant  perdre   à  Barack  Obama  la  majorité  et  l’empêchant  de  mener  ses  reformes  à  bien.         Les  premiers  mois  de  2011  ont  vu  se  jouer  une  bataille  d’influence  colossale  de   la  part  des  Républicains  visant  à  diminuer  le  poids  du  gouvernement  sur  la  vie   américaine,  ses  programmes  de  soutien  aux  populations  les  plus  faibles,  tout  en   prônant   une   dérégulation   massive   et   un   allègement   fiscal   colossal   sur   les   entreprises  les  plus  riches.       Entre   avril   et   juin,   se   sont   près   de   17   «  Super   PACs  »   qui   se   sont   constitués,   principalement  pro-­‐conservateurs,  dont  certains  supportés  par  les  Frères  Koch  –   milliardaires  industriels  libertaires  –  bien  décidés  à  faire  tomber  l’administration   démocrate  présumée  peu  favorable  aux  intérêts  corporatistes.       Néanmoins   des   voix   s’élèvent   pour   protester   contre   cette   dérive   du   système   démocratique.   Des   organisations   de   citoyens   telles   FixCongressFirst.org   ,   Thestoryofcitizenunited.org   ou   des   groupements   de   corporations   «  responsables  »   telles   que   «  Business   for   Democracy  »   supporté   notamment   par  Ben  &  Jerry  militent  pour  un  désengagement  des  corporations  dans  le  débat   politique.       C’est  dans  ce  contexte,  ou  la  majorité  des  entreprises  les  plus  puissantes  des   Etats-­‐Unis   peuvent   désormais   peser   de   tout   leur   poids   financier   dans   le   processus   électoral,   que   «  Moneycracy  »   va   prendre   place   et   tenter   de   décrypter   les   conséquences   de   la   privatisation   du   système   démocratique   américain.           (1) Entreprises  ou  syndicats    
  12. 12. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 12   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011     II  –  Résumé  du  Concept:       Il   s’agit   de   réaliser   un   documentaire   transmédia,   regroupant   une   minisérie   fiction,  un  i-­‐doc  (2),  un  documentaire,  un  livre  enrichi  et  une  Bande  Dessinée.       • Une  minisérie  teaser  de  fausses  pubs  appelée  “AD$”  (traduction   anglaise  de  pubs)  introduira  le  projet  début  2012.     www.moneycracy.blip.tv & www.youtube.com/moneycracy     • Une  minisérie  de  courts  modules  documentaires  (3-­‐5  minutes)  prendra   le  relai  durant  la  phase  de  production  mi-­‐2012.     www.moneycracy.blip.tv & www.youtube.com/moneycracy     • Un  blog  sera  lancé  pour  raconter  la  partie  “making  of”  du  projet  et   servir  de  lien  avec  le  public  et  les  partenaires.   moneycracy.tumblr.com     • Des  sessions  de  discussion  live  sur  internet  seront  organisées  avec  des   spécialistes  des  Etats-­‐Unis  et  les  auteurs.   www.livestream.com/moneycracy     • L’i-­‐doc,  replacera  le  spectateur  au  cœur  de  la  narration,  où  il  aura  la   liberté  de  s’approprier  l’histoire  et  de  poursuivre  son  interaction  débuté   en  amont  avec  les  Ad$,  le  blog  et  les  discussions  live.     www.moneycracy2012.com         • La  force  de  la  narration  linéaire  du  documentaire  complétera   l'expérience  à  travers  une  diffusion  TV  et/ou  cinéma,  pour  analyser  le   cœur  de  la  problématique  posée  par  la  décision  FEC  vs  CU.   • Un  récit  photographique,  présenté  sous  la  forme  d’un  livre  enrichi,   proposera  une  approche  intime  des  hommes  et  des  femmes  militants   pour  leur  candidat.     • La  B.D  permettra  au  lecteur  d’avoir  une  vision  prospective  et  de   découvrir  par  la  fiction  un  scenario  catastrophe  des  conséquences  de  la   décision  FEC  vs  CU.
  13. 13. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 13   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   III  –  Détails  du  Concept:         DISPOSITIF  NARRATIF  PRINCIPAL     «  Moneycracy  »  vise  à  analyser  et  questionner  -­‐  à  travers  un  dispositif  narratif   innovant  -­‐  l’impact  de  la  décision  de  la  cours  suprême  des  Etats-­‐Unis,  «  F.E.C  vs   Citizen   United  »   sur   la   première   puissance   démocratique   au   monde.   Documentaire  transmedia,  ce  projet  sera  décliné  sur  3  plateformes  différentes   (online,  TV  et  édition)  en  5  modules  :  une  minisérie  de  fausses  publicités  (AD$),   un   documentaire   interactif   (i-­‐doc),   un   documentaire   de   59’   destiné   à   la   télévision,   un   livre   photographique   enrichi   de   contenus   online   et   une   bande   dessinée   prospectiviste.   L’ensemble   du   contenu   sera   filmé   et   photographié   à   l’aide   d’appareils   photo   réflexes   Canon   dernière   génération   pour   assurer   une   qualité  d’image  constante  et  une  polyvalence  maximum  pour  tous  supports  et   tous  types  de  diffusion.       AD$     L’histoire   (voir   le   synopsis   complet)   sera   introduite   à   travers   un   dispositif   de   fausses   publicités   mettant   en   scène   un   candidat   factice   –   Bill   O’Maney   –   représentant   d’un   parti   imaginaire  -­‐   le   parti   moneycrate   –   pour   lequel   il   sera   candidat  à  l’élection  présidentielle.       Le   parti   moneycrate   et   son   candidat   incarnent   la   dérive   capitaliste   sur   la   démocratie.   Conservateur,   proche   des   corporations   qui   représentent   les   uniques   supporters   financiers   de   Bill   O’Maney,   le   parti   moneycrate   joue   clairement  le  jeu  de  la  corruption  cynique.  En  gros,  pour  Bill  et  ses  partisans,  la   démocratie  appartient  à  ceux  qui  peuvent  se  la  payer.  Mais  évidemment,  pour   eux  pas  question  de  révéler  franchement  aux  citoyens  qu’ils  n’auront  pas  voix   au  chapitre  une  fois  que  Bill  aura  accédé  au  pouvoir.  La  communication  du  parti   moneycrate   joue   donc   sur   l’ambiguïté   des   mots,   les   doubles   sens,   les   associations  visuelles  liant  l’argent  et  ses  dérives  au  processus  électoral,  sur  un   ton  humoristique  et  astucieux  afin  que  personne  ne  puisse  se  méprendre  sur  la   nature  fictionnelle  des  messages.          
  14. 14. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 14   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   Les   spots   vidéos,   dont   les   codes   visuels   et   marketings   seront   calqués   sur   de   véritables   publicités   diffusées   aux   Etats-­‐Unis,   les   précédentes   campagnes   de   présidentielle   (notamment   celles   de   2008)   mettront   en   place   l’univers   de   communication,  de  show,  inséparable  des  campagnes  américaines.  Leur  format   court  (entre  50  et  80  secondes),  nerveux,  flashy  et  coloré,  portera  un  discours   un  brin  caricatural  mais  jamais  moqueur,  à  l’instar  du  personnage  de  Stephen   Colbert,  présentateur  du  Colbert  Report.  Les  scènes,  qui  dépeindrons  certains   aspects   du   faux   programme   d’O’Maney   tiendront   compte   des   codes   traditionnels  employés  par  les  campagnes  officielles,  du  montage,  des  couleurs   des   typographies.   Elles   installeront   l’internaute   dans   un   contexte   différent   de   celui   dont   il   a   l’habitude   en   France,   de   l’y   familiariser,   et   permettront   par   la   suite  de  servir  de  base  d’analyse  à  l’i-­‐doc.     Afin  que  l’univers  soit  consistant  et  crédible,  un  travail  approfondi  de  recherche   graphique,   sémiologique   et   sociologique   sera   mené   pour   enrichir   le   profil   du   candidat  O’Maney  et  de  la  campagne  qui  l’entoure.  Au  rythme  de  publication   d’une  par  mois  à  partir  de  janvier  2012,  les  «  Ad$  »  serviront  à  la  fois  de  teaser   et   d’installation   de   l’ambiance,   en   apportant   un   contexte   au   public   pour   une   analyse  ultérieure.       A  ce  sujet,  un  code  qui  sera  présenté  en  fin  de  vidéo,  permettra  plus  tard  dans   l’i-­‐doc   à   ceux   qui   l’auront   découvert   de   soumettre   la   publicité   en   question   à   l’analyse   d’un   expert.   Chaque   publicité   revêtant   un   aspect   différent   traditionnellement  utilisé  en  marketing  politique.       Le  documentaire  interactif  (i-­‐doc)       Dans  la  continuité  des  AD$,  l’i-­‐doc  plongera  l’internaute  au  cœur  du  processus   de  réalisation  d’une  campagne  publicitaire  politique.  Le  point  de  départ  de  l’i-­‐ doc  fera  bien  évidement  appel  à  notre  personnage  Bill  O’Maney  qui  introduira   le  cadre  dans  lequel  l’internaute  évoluera  :  un  cabinet  de  campagne.  Toutefois,   le  personnage  s’effacera  progressivement  du  premier  plan  pour  éviter  une  trop   grande   confusion   des   genres.   Bill   ne   sera   plus   qu’un   guide,   un   prétexte   pour   faire   avancer   l’internaute   dans   l’-­‐idoc.   L’interface   –   dont   les   grandes   lignes   graphiques   et   les   articulations   devront   être   travaillées   plus   en   profondeur   –   mettra  le  visiteur  en  situation  d’explorer  trois  thématiques  :  La  réalisation,  le   financement  &    l’impact  de  la  communication  politique.         A  travers  la  réalisation,  c’est  l’univers  purement  formel  du  marketing  politique   qui  sera  abordé.  Les  codes,  les  couleurs,  les  études  sémiologiques.  Comment  un   message   est   formulé  ?   Pour   quel   public  ?   A   quel   moment  ?   Quels   sont   les   acteurs  impliqués  ?  Quelles  sont  les  contraintes  de  formulation  obligatoires  (le   fameux  «  Je  suis  Bill  O’Maney  et  j’approuve  ce  message  »).  L’internaute  pourra   questionner  un  certain  nombre  d’expert  à  travers  une  série  de  questions  pour   en   apprendre   d’avantage.   Une   série   d’exemple   lui   sera   proposé,   analyses   a   l’appui,  et  possibilité  lui  sera  offerte  de  soumettre  à  l’un  des  expert  l’analyse  des   publicités  réalisées  pour  son  candidat  (les  AD$  pro-­‐  Bill  O’Maney  précédemment   diffusées)  pour  connaitre  son  avis  et  avancer  dans  la  découverte  de  cet  univers   méconnu.    
  15. 15. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 15   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   Par   ailleurs,   et   grâce   à   un   mini-­‐concours   effectué   en   amont   sur   les   réseaux   sociaux,  bien  avant  la  sortie  de  l’i-­‐doc,  l’internaute  pourra  consulter  une  page   regroupant   les   contributions   d’artistes   citoyens   sous   la   forme   d’affiches   de   campagne  pro  Bill  O’Maney.         La  question  du  financement  portera  sur  les  structures  «  écran  »  –  les  Supers  PAC   –  et  leur  rôle  au  regard  de  la  décision  F.E.C  vs  Citizen  United.  Comprendre  leur   mode  de  fonctionnement,  le  rapport  avec  les  partis,  leur  répartition  entre  forces   politiques   (Démocrates   et   Républicains),   leurs   intérêts,   ou   connaitre   les   plus   importantes  et  leur  poids  dans  la  bataille  électorale  permet  de  jeter  un  peu  de   lumière  sur  un  univers  souvent  opaque.  Cette  question  centrale  du  financement   renforce  le  documentaire  en  apportant  détails  et  précision  sur  une  mécanique   subtile  qui  ne  pourra  pas  être  expliquée  dans  le  documentaire  TV.  Le  lien  entre   les  deux  sera  assuré  par  une  astuce  de  montage  qui  permettra  au  spectateur  du   documentaire  de  comprendre  que  du  contenu  additionnel  est  à  sa  disposition   online,  sans  par  ailleurs  troubler  son  expérience  télévisuelle.     Une   série   d’interview   et   de   matériel   d’archive   viendront   étayer   cette   présentation  que  l’internaute  pourra  consulter  à  son  grès.     L’impact   du   marketing   politique   est   bien   réel   même   s’il   reste   difficilement   quantifiable   aux   yeux   d’un   profane.   Un   ensemble   d’outils   statistiques,   de   sondages  et  de  mesures  online  permettent  de  quantifier  la  portée  sur  le  public   de  cette  propagande.  Mais  c’est  l’engouement  des  investisseurs  privés  et  des   corporations,  la  multiplication  des  Supers  PAC,  et  les  millions  investis  en  termes   de   communication   qui   constituent   l’indicateur   principal   du   succès   de   ces   campagnes.           L’ensemble   des   informations   présentés   dans   l’i-­‐doc   seront   principalement   présentées  sous  forme  d’interviews  d’experts  rencontrés  aux  Etats-­‐Unis  entre   New   York,   Washington   DC   et   Chicago,   que   ce   soit   sur   leur   lieu   de   travail,   au   Capitole  ou  autour  de  National  Mal.  Ces  modules  seront  reliés  entre  eux  par  des   séquences  vidéos  et  un  ensemble  de  reportages  photographiques  réalisés  sur  le   terrain  -­‐  au  cœur  de  quartiers  généraux  de  campagnes  locaux  et  nationaux  –   pour  vivre  au  plus  près  l’émotion  de  la  «  Grass  root  campaign  ».  Cet  ensemble   cohérent  se  déroulera    selon  une  narration  non-­‐linéaire  dont  l’architecture  se   calquera   sur   un   modèle   en   arête   de   poisson   (une   ligne   principale   enrichi   de   modules   additionnels)   avec   pour   certains   aspect   des   accès   à   des   contenus   «  bonus  »   destines   aux   plus   débrouillards   et   aux   fans   «  hard   core  ».   Une   attention  particulière  sera  portée  à  la  simplicité  de  l’interface  pour  éviter  toute   impression  de  confusion  qui  pourrait  mettre  en  péril  la  compréhension  du  sujet.   La   connexion   entre   les   réseaux   sociaux   et   l’i-­‐doc   sera   bien   entendu   implémentée   afin   d’autoriser   le   partage   du   contenu   et   d’enclencher   une   discussion.          
  16. 16. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 16   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   Le  documentaire   Washington…  l’épicentre  politique  américain.   Les   yeux   du   monde   entier   sont   rivés   sur   la   campagne   2012   qui   désignera   le   prochain  leader  du  monde  libre.  Une  élection  qui  concerne  et  impactera  toutes   les  nations  du  globe  pour  les  4  prochaines  années  (…)  Sur  une  vue  du  Capitole  et   de  ses  alentours,  le  film  commence  à  planter  le  paysage  politique  de  2012.  Les   rapports  intimes  qu’entretiennent  le  monde  des  corporations  et  le  politique,  le   manque  de  confiance  du  peuple  américain  dans  ses  représentants,  l’abstention   massive,   la   défiance   envers   le   gouvernement,   bref,   les   conditions   du   cercle   vicieux  qui  conduit  en  janvier  2010  à  la  décision  de  la  cours  suprême.       Très  vite  on  se  rapproche.  Le  bruit  de  la  foule,  l’excitation,  les  battements  de   main,  les  acclamations,  le  bruit  des  appareils  photo...  nous  sommes  au  cœur  de   la   campagne.   Un   candidat   se   présente,   rentre   sur   scène   et   derrière   lui   les   banderoles   reprennent   son   nom   et   son   logo.   La   foule   est   excitée   de   voir   le   candidat  derrière  lequel  elle  se  rassemble.  Dans  une  antichambre,  non  loin  de   cette  scène  sur-­‐éclairée,  un  conseiller  en  communication  observe  la  scène  sur   écran.   L’ensemble   est   parfait,   les   moyens   engagés   sont   énormes.   En   2008,   Barack  Obama  réussi  à  lever  745  millions  de  dollars  quand  son  rival  n’en  a  levé   que   368   millions.   En   2012,   la   barre   du   milliard   de   dollar   pour   une   campagne   Présidentielle   sera   très   probablement   franchie.   (Src  :   )    www.opensecrets.org Pour  être  élu,  il  faut  communiquer,  et  pour  communiquer,  il  faut  énormément   d’argent.       Cette  approche  directe,  frontale,  dans  l’arène  politique  Américaine  correspond   à  un  temps  fort  de  la  campagne  :  la  convention.  Une  messe  politique  réunissant   sur   quelques   jours   les   cadres   et   les   militants   dans   une   dernière   célébration   avant   les   3   derniers   mois   de   combat   précédant   le   jour   de   l’élection   de   novembre.   C’est   le   point   d’orgue   d’une   campagne   qui   s’étale,   aux   Etats-­‐Unis,   sur  près  de  18  mois  (primaire  comprises).         Son   tempo,   savamment   orchestrée   par   les   «  spin   doctor  »   alterne   avec   des   moments   de   calme   où   la   réflexion   est   organisée   pour   suivre   les   réactions   de   l’opinion.  Ce  sont  durant  ces  périodes  plus  douces,  où  le  candidat  parcours  le   pays  pour  rencontrer  les  électeurs,  que  la  communication  s’organise,  prend  le   relai,   pour   attaquer   l’adversaire   ou   le   décrédibiliser.   Affiches,   pins,   tracts,   stickers,  mais  surtout  sites  web  et  publicités  sont  relâchées  dans  l’espace  public   chaque   semaine   pour   exposer   le   candidat,   ses   idées,   son   engagement   et   détruire  son  opposant.       Mais  comment  ce  processus  est-­‐il  organisé  ?  Qui  le  finance  ?  Comment  ?  Depuis   près  de  deux  décennies  la  part  d’investissement  des  corporations  dans  la  course   présidentielle  grandit.  A  travers  les  contributions  indirectes,  les  levées  de  fonds,   ces  entreprises  colossales  aux  millions  de  dollars  de  chiffre  d’affaire  contribuent   au  support  financier  des  candidats.  Jusqu’en  janvier  2010  elles  étaient  limitées   et  identifiable.  Plus  aujourd’hui.      
  17. 17. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 17   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   La  décision  de  la  cours  suprême  F.E.C  vs  Citizen  United  rend  désormais  possible   pour  les  corporations  de  peser  de  tout  leur  poids  financier  dans  le  cours  d’une   élection.     Alors  quelles  sont  les  conséquences  légales  et  politiques  ?  Un  rapport  de  force   vient  de  changer,  mais  dans  quelles  proportions  ?  Est-­‐ce  la  fin  de  la  démocratie,   le  début  d’une  ère  nouvelle  ou  les  corporations  ont  trouvé  le  moyen  d’imposer   les  exigences  du  marché  au  monde  politique  ?  Quelles  sont  les  conséquences   pour   les   américains,   et   pour   le   reste   du   monde.   Si   la   première   puissance   démocratique  du  monde  devait  passer  aux  mains  d’intérêts  privés,  quelles  en   seraient  les  répercutions  pour  la  Chine,  l’Europe,  la  France  ?       Depuis  les  conventions  nationales  du  DNC  et  du  RNC,  aux  efforts  des  militants   sur  le  terrain,  Gerald  Holubowicz  et  Jean  Nicholas  Guillo  documenteront  donc  la   bataille   d’opinion   qui   fait   rage   quelques   semaines   avant   l’échéance   de   novembre   2012.   Leur   point   de   vue   reposera   sur   une   enquête   et   une   série   d’interviews   dont   une   partie   sera   réalisée   début   2012   pour   des   raisons   de   calendrier  et  de  disponibilité  des  intervenants.     Ils  chercheront  à  rencontrer  notamment  (liste  non-­‐exhaustive),  des  membres  de   la   Cours   Suprême,   des   commissionners   de   la   Federal   Election   Commission   (Steve  T  Walther,  Helen  L  Weintraub)    des  représentants  de  Citizen  United  (Sec   Treasurer  Ron  Robin,  John  Bliss,  Kirbey  Wilbur)  et  des  juristes  (Neil  Siegel,  Mike   Munger,  Gene  Nichol)  pour  analyser  la  décision  de  janvier  2010  et  en  définir  les   enjeux   légaux.   Des   représentants   Républicains   (Jim   Demint,   Ran   Paul,   Mike   Uckabee,  John  McCain)  et  Démocrates  (Al  Franken,  Howard  Dean,  Russ  Feingold   ou   Charles   Schummer)   du   Democratic   National   Committee   (National   Chair,   Donna   Brazile)   et   du   Republican   National   Committee   (National   Chair,   Reince   Preibus)   décrypteront   les   enjeux   politiques.   Les   trésoriers   en   chef   des   deux   campagnes  seront  interrogés    pour  en  décrypter  les  enjeux  financiers.       Pour   offrir   un   point   de   perspective   les   auteurs   rencontreront   également   des   journalistes  offrant  une  analyse  médiatique  des  campagnes  électorales    (Keith   Olbermann,  Deborah  Tedford,  Zach  Carter,  Stephen  Colbert  du  Colbert  Report   et  récemment  autorise  à  former  un  Super  PAC)  et  des  représentants  du  monde   de   la   publicité   (Donny   Deutsh   -­‐   Deutsh.inc).   Des   lobbyistes   conservateurs   et   libéraux   qui   contribuent   de   manière   significative   au   financement   direct   ou   indirect  des  campagnes,  dont  la  NRA  (Ron  Schmeits),  la  NEA  (Dennis  Van  Roekel)   et  Fix  Congress  First  (Lawrence  Lessig)  seront  également  approches.       Les   entretiens   seront   conduits   de   la   façon   la   plus   simple,   frontalement,   sans   intrusion  des  auteurs,  le  discours  des  uns  des  autres  montés  par  la  suite  pour   construire   le   fil   de   la   narration.   Des   séquences   d’infographie   animée   accompagnées   d’une   voix   off   viendront   s’intercaler   dans   la   narration   pour   expliquer  le  plus  simplement  possible,  dans  un  traitement  épuré  et  élégant,  les   notions  les  plus  complexes.      
  18. 18. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 18   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   Si  la  teneur  des  interviews  ne  peut  pas  être  prévue,  un  travail  conséquent  de   préparation   et   d’écriture,   de   recherche   et   de   documentation   en   amont   est   d’ores   et   déjà   prévu   afin   de   restituer   un   entretient   vif   et   énergique,   sans   complaisance.       Le   ton   du   documentaire   se   détachera   clairement   de   celui   que   l’on   pourra   trouver  sur  l’i-­‐doc  et  à  travers  les  publicités,  mais  à  l’instar  de  l’i-­‐doc,  reposera   sur   une   rigueur   d’enquête   très   poussé   et   un   choix   de   source   indiscutable   et   transparent.         DISPOSITIF  NARRATIF  SECONDAIRE     Un   second   niveau   de   narration   sera   organisé   sur   ce   projet   afin   de   compléter   l’expérience   et   d’engager   plus   avant   la   communauté   online.   En   amont   de   la   diffusion   de   l’i-­‐doc   et   du   documentaire,   une   plateforme   blog   et   une   page   Facebook   centraliseront   un   ensemble   de   contenus   préparatoires.   Ils   seront   renforcés  par  un  compte  Twitter  qui  ne  portera  pas  de  ligne  narrative  au  sens   strict,  mais  engagera  le  dialogue  avec  le  réseau.     Le  blog         Il  constituera  une  sorte  de  banque  d’archive  consultable  par  l’internaute  ou/et   le     spectateur   désireux   d’en   connaitre   plus   sur   la   thématique.   Un   ensemble   constitué   de   textes,   de   reprises   de   presse,   de   vidéos   en   ligne,   d’analyses   académiques  et  journalistiques  seront  proposés.  Par  ailleurs,  sur  un  mode  plus   direct,  les  auteurs  y  raconteront  également  leur  aventure,  leur  approche.   Parce  qu’ils  bénéficient  tous  deux  d’une  expérience  de  vie  forte  aux  Etats-­‐Unis,   leur   point   de   vue   unique   renforcé   par   leur   expérience   de   professionnel   de   l’image  et  leur  passif  culturel  rendra  ce  récit  particulièrement  riche  et  coloré.     A  travers  une  série  de  temps  forts  –  interviews  live  online,  rencontres,  photos,   vidéos,  RDV  hebdomadaires  –  distillés  tout  au  long  de  la  durée  du  projet,  les   internautes  pourront  suivre  le  développement  du  projet,  et  intégrer  l’aventure   en  co-­‐creant  cette  part  du  récit,  en  interagissant  directement  avec  les  auteurs   pour  leur  apporter  de  l’aide,  du  contenu  ou  contribuer  aux  recherches.       Si   Moneycracy   constitue   une   expérience   unique,   c’est   que   les   auteurs   souhaitent   dès   le   début   créer   une   communauté   ou   l’échange   sera   fort.   Une   communauté   non   pas   de   suiveurs,   mais   de   compagnons   avec   qui   le   projet   grandira.  Le  blog  se  prête  particulièrement  bien  à  cette  narration  du  réel  que   constitue   le   documentaire   transmedia   et   en   assure   le   parfait   soutient   sur   internet.   Facebook   Pour   créer   une   conversation   il   faut   se   rendre   là   où   les   gens   se   trouvent.   Facebook   avec   ses   500   millions   d’utilisateurs   et   +   constitue   aujourd’hui   la   plateforme  de  référence  pour  engager  la  discussion  et  créer  une  communauté   durable.  Mais  les  écueils  sont  nombreux  et  créer  une  communauté  fidèle  autour   d’un  individu  ou  d’un  projet  constitue  un  véritable  challenge.    
  19. 19. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 19   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   C’est   pour   cela   que   la   trame   narrative   associée   à   la   page   Facebook   de   Moneycracy  devra  se  démarquer  du  contenu  blog  par  certains  aspects,  tout  en   assurant  un  service  de  veille  «  stratégique  »  sur  la  thématique  de  FEC  vs  CU.       Lieu  de  communication  et  d’échange,  conçu  comme  un  feu  de  camps  digital,  la   page  Facebook  de  Moneycracy  sera  un  lieu  où  les  utilisateurs  francophones  ou   anglophones   pourront   se   retrouver   et   partager   leurs   points   de   vue.   Elle   sera   animée   en   vue   d’engager   les   «  fans  »   plus   avant   dans   la   réflexion   et   l’action   (pour  ceux  des  anglophones  qui  suivront  également  le  projet).        
  20. 20. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 20   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   Synopsis                           “The  liberty  of  a  democracy  is  not  safe  if  the  people  tolerate  the  growth  of  private  power  to  a  point   where  it  comes  stronger  than  their  democratic  state  itself.  That,  in  its  essence,  is  fascism  -­‐  ownership  of   government  by  an  individual,  by  a  group,”   Franklin  D.  Roosevelt   Note:  L’histoire  de  Moneycracy  s’étire  sur  5  différentes  plateformes,  mais  s’articule  autour  d’une  en  particulier:  le   documentaire.  Le  synopsis  ci-­‐dessous  reflète  l’expérience  complète  d’un  “spectateur”  à  travers  ces  5  plateformes.     Ad$       2012.   Bill   Hamoney   se   présente   aux   présidentielles   Américaines.   Ce   jeune   candidat   -­‐   proche   du   mouvement   Tea   Party   -­‐   supporte   un   programme   conservateur  prônant  la  dérégulation  financière,  la  réduction  du  déficit  par  des   coupes  budgétaires  majeures  dans  les  programmes  de  santé  ou  d’aides  sociales   et  l’allègement  des  taxes  sur  les  entreprises.  Son  credo:  le  business  est  roi,  il   porte  les  valeurs  fondamentales  de  liberté  et  d’indépendance.  Pour  lui  l’argent   n’est  pas  un  souci,  le  secteur  privé  est  la  solution  aux  problèmes  des  Etats-­‐Unis   et  permettra  de  relancer  l’économie.  Son  expérience,  Bill  Hamoney  l’a  forgée  à   la   tête   de   grands   groupes   du   Dow   Jones   et   du   Nasdaq.   C’est   un   exécutif,   un   commandant  en  chef  qui  a  gravi  les  échelons  de  la  politique  et  se  retrouve  pour   la  première  fois  en  position  de  remporter  la  primaire  Républicaine.  De  son  passé   de  business  man,  Bill  a  bien  sûr  gardé    des  contacts,  que  ce  soit  chez  les  grands   pétroliers  ou  dans  l’industrie  de  l’armement  et  ne  voit  aucun  mal  à  ce  que  ses   amis  l’aident  à  gagner  les  prochaines  élections.  Pour  ça,  Bill  a  créé  un  nouveau   parti  capable  de  l’emmener  vers  la  victoire  :  Le  parti  Moneycrate.   i-­‐doc   Comme   le   candidat   Démocrate,   Bill   est   présent   sur   le   net.   Lui   et   son   équipe   comptent   bien   en   utiliser   toutes   les   ressources   pour   recruter   de   nouveaux   militants   et   faire   buzzer   les   publicités   de   campagne   réalisées   à   l’occasion   des   primaires.  Le  site  du  parti  moneycrate,  qui  lui  est  entièrement  dédié,  invite  ses   supporters  à  le  soutenir  et  à  être  acteur  de  sa  campagne.  L’engagement  dans  la   course  électorale  doit  être  total  et  sur  tous  les  écrans.     Mais  évidemment  Bill  n’est  pas  réel.  Ce  candidat  factice,  proche  de  la  caricature,   nous   propose   un   cadre   de   lecture,   un   univers   dans   lequel   s’immerger.   Une   parodie  nécessaire  pour  rentrer  au  cœur  du  barnum  médiatique.     Sur   son   site,   Bill   Hamoney     nous   invite,   à   travers   une   courte   vidéo   d’introduction,  dans  les  coulisses  de  sa  campagne,  pour  suivre  le    processus  de   réalisation   d’un   de   ses   spots   publicitaires   et   peut   être   même   intégrer   son   équipe…     Arrivé  dans  le  siège  du  responsable  de  communication,  il  est  maintenant  temps   de   retrousser   ses   manches   et   de   produire   son   premier   spot   publicitaire. Rencontrer  des  experts,  naviguer  entre  le  QG  et  la  salle  de  conférence,  échanger   avec   les   journalistes,   suivre   les   sondages...,   sont   les   taches    nécessaires   pour   mener  à  bien  la  campagne  et  battre  son  adversaire.    
  21. 21. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 21   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   Documentaire   Washington…  l’épicentre  politique  américain.   Les   yeux   du   monde   entier   sont   rivés   sur   la   campagne   2012   qui   désignera   le   prochain  leader  du  monde  libre.  Une  élection  qui  concerne  et  impactera  toutes   les  nations  du  globe  pour  les  4  prochaines  années.  Quand  en  avril  2011,  Barack   Obama  lance  la  campagne  Présidentielle  2012  en  prononçant  ces  mots:    “We’re   doing  this  now  because  the  politics  we  believe  in  does  not  start  with  expensive   TV   ads   or   extravaganzas…”   (1)     il   donne   le   ton   d’élections   qui   s’annoncent   d’ores  et  déjà  coûteuses  et  tapageuses.   En  prononçant  ces  mots,  le  président  américain  fait  directement  allusion  à  la   décision  de  la  cours  suprême  prise  le  21  janvier  2010  :  Citizen  United  vs.  Fédéral   Election  Commission  (FEC).  Elle    établit  que  les  «  corporations”  -­‐  entreprises  et   syndicats  qui  aux  Etats  Unis  ont  les  droits  d’une  personne  physique  -­‐  peuvent   financer  à  fonds  perdus  des  campagnes  publicitaires  pour  soutenir  le  candidat  à   une  élection.     Cette   décision,   très   controversée   à   Washington,   pose   en   réalité   les   premiers   jalons  d’une  privatisation  progressive  du  système  électoral  américain.  Dans  les   années  à  venir,  et  sans  amendement  constitutionnel  de  la  part  du  Congrès,  la   pression   économique   des   “corporations”   sur   les   politiques   va   atteindre   des   sommets.  Les  risques  de  corruption  n’auront  jamais  été  aussi  grands,  détruisant   irrémédiablement   la   confiance   des   électeurs   dans   une   institution   déjà   soupçonnée   de   privilégier   les   intérêts   des   plus   riches.   A   terme,   et   sans   indépendance   des   politiques   vis-­‐à-­‐vis   des   pouvoirs   financiers,   la   mainmise   de   Wall  Street  sur  la  démocratie  semble  inéluctable. Depuis  la  décision  choc,  pourtant,  l’opposition  s’organise.  D’autre  voix  se  lèvent   pour   prôner   une   réforme   du   code   électoral,   l’adoption   d’un   système   de   financement   public   des   campagnes,   et   un   engagement   des   corporations   à   ne   pas   s’immiscer   dans   le   processus   démocratique.   Des   voix   portées   par   des   activistes  tels  que  Lawrence  Lessig,  des  politiques  comme  Howard  Dean  ou  des   entreprises   comme   Ben   &   Jerry.   L’enjeu   est   de   taille   puisqu’il   s’agit   de   la   capacité  du  peuple  à  pouvoir  décider  de  son  avenir  en  toute  sérénité.   Book   Loin  de  Washington  et  de  l'effervescence  de  Pennsylvania  avenue,  la  campagne   de  terrain  bat  son  plein.  Dans  un  petit  village  du  Delaware,  les  militants  et  les   sympathisants  démocrates    font  vivre  la  campagne  et  portent  le  débat  jusqu’au   cœur  de  leur  communauté.  Fidèle  au  message  de  Barak  Obama,  ils  incarnent  la   “grassroot  campaign”.  “We’re  doing  this  now  because  the  politics  we  believe  in   does  not  start  with  expensive  TV  AD$  or  extravaganzas,  but  with  you  -­‐  with   people   organizing   block—by—block,   talking   to   neighbors,   co—workers,   and   friends.  And  that  kind  of  campaign  takes  time  to  build,"     Barack  Obama,  April  2011.   Si  l’actuel  Président  et  candidat  à  sa  propre  réélection  sera  probablement  le   premier  président  de  l’histoire  Américaine  à  atteindre  un  budget  de  campagne   proche  du  milliard  de  dollar,  cela  n’affecte  pas  les  militants  qui  continuent  de   croire  au  changement.  Porté  par  cette  énergie,  ils  vont  de  portes  en  portes,  de   quartiers  en  quartiers,  pour  tenter  de  recruter  les  votes  nécessaires.        
  22. 22. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 22   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011    BD   Keith   Oberman,   l’avait   prédit.   En   2010   le   présentateur   de   la   chaîne   MSNBC,   dressait  le  scénario  catastrophe  auquel  les  U.S.A  seraient  confrontés  dans  les   années   à   venir.   En   ce   mois   de   janvier   2020,   après   deux   campagnes   infructueuses,   Bill   Hamoney,   moneycrate,   accède   au   siège   du   bureau   ovale.   Trois  mois  après  son  investiture,  et  sans  presque  plus  d’opposition,  il  officialise   la  fin  de  la  démocratie  et  proclame  la  “MONEYCRACY”  comme  nouveau  système   de  gouvernance.  Un  système  dans  lequel  le  peuple  n’a  plus  voix  au  chapitre,  où   les  élections  sont  remplacées  par  des  enchères  et  où  les  seuls  invités  sont  les   corporations.  
  23. 23. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 23   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   Note  d’intention  des  auteurs                       L’Amérique  et  son  show  politique  permanent.  Un  spectacle  captivant,  si  fort,  si   différent  de  ce  que  nous  connaissons  dans  l’hexagone.    C’est  à  partir  de  cette   fascination   commune   que   nous   avons   construit   ensemble   ce   projet   de   documentaire   transmedia.   Le   propos   de   Moneycracy   ne   consiste   pas   simplement  à  «  suivre  les  élections  »  ou  un  candidat  particulier.  Non,  ce  projet   est   un   engagement   commun.   Une   vision   profonde   que   nous   souhaitons   partager   avec   le   public.   Celle   du   danger   de   la   privatisation   du   système   démocratique   Américain   au   détriment   des   classes   moyennes   et   pauvres   aux   Etats-­‐Unis  et  dans  le  monde.       La  capacité  des  Etats-­‐Unis  à  appliquer  au  processus  électoral  les  règles  les  plus   sophistiquées   de   marketing,   conduit   à   une   situation   ubuesque   jamais   connue   jusque-­‐là  :  on  vend  un  président  comme  on  vend  une  marque  de  voiture.     Si  clairement,  il  n’y  a  rien  à  reprocher  à  la  communication  en  politique  d’une   façon   générale,   c’est   lorsque   cette   communication   devient   outrageusement   biaisée,  influencée  et  financée  par  d’autres  intérêts  que  ceux  des  candidats  eux   même,  qu’il  y  a  selon  nous  danger.       Woodrow  Wilson,  Franklin  D.  Roosevelt  et  Dwight  D.  Eisenhower,  ont  tous  mis   l’Amérique  en  garde  contre  l’intrusion  des  intérêts  privés  et  des  corporations   dans  le  processus  de  désignation  démocratique.  Aujourd’hui,  la  décision  FEC  vs   CU  concrétise  les  avertissements  de  ces  dirigeants  visionnaires.     La  démocratie  demeure  le  bien  le  plus  précieux  sur  lequel  repose  la  cohérence   de  nos  sociétés  occidentales.  Malmenée,  égratignée,  parfois  bafouée,  elle  n’en   demeure  pas  moins  essentielle  et  garanti  un  équilibre  des  forces  entre  tous.  La   remise   en   cause   insidieuse   de   cet   équilibre   que   l’on   sait   maintenant   fragile   constitue  une  véritable  menace  pour  les  libertés  de  chacun,  et  notamment  si   l’on   observe   la   décision   de   la   Cours   Suprême,   une   menace   sur   la   liberté   d’expression  des  individus.       Nous   souhaitons   ce   projet   tourné   vers   le   public,   interactif,   vivant,   engageant.   Nous  souhaitons  créer  une  expérience  unique  qui  dépasse  le  simple  visionnage   et  pousse  au  débat  et  à  l’observation  critique.    Notre  rapport  à  l’Amérique  est   fort,  nourrit  à  travers  nos  parcours,  nos  rencontres,  notre  culture.  Cette  relation   intime  porte  le  projet  et  en  inspire  le  moindre  fondement.  Elle  nous  pousse  à   aller   encore   plus   avant   dans   la   recherche   de   l’autre,   vers   la   rencontre   et   la   compréhension,  dans  l’écoute  et  le  partage.    
  24. 24. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 24   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   Elle  nous  pousse  à  puiser  en  nous  les  ressources  essentielles  que  nous  avons   développées  au  fil  des  ans  et  des  expériences  à  travers  nos  différents  travaux,   projets  ou  parcours  :  l’engagement,  la  passion  et  la  détermination.       Moneycracy   représente   une   étape   supplémentaire   dans   notre   volonté   d’informer,  de  créer  du  sens,  de  lier  une  communauté.  Par  ailleurs,  Moneycracy   sera  réalisé  en  quasi  temps  réel,  suivant  l’actualité  de  la  campagne  au  jour  le   jour   pour   y   coller   au   mieux.   Cette   maitrise   du   flux   d’information   et   cette   capacité   d’adaptation   constante,   font   partie   intégrante   de   notre   modus   operandi  et  deviennent  –  du  même  coup  –  un  de  nos  plus  grands  atouts  pour   mener  à  terme  ce  projet.       Nous  espérons  vivement  que  cette  énergie  et  que  ce  projet  vous  donne  envie   d’aller   plus   loin   et   de   voir,   consulter,   discuter   de   «  Moneycracy,   ou   la   privatisation  du  système  démocratique  américain  ».       Gerald  Holubowicz  &  Jean  Nicholas  Guillo    
  25. 25. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 25   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   Etapes  de  développement                     Les   étapes   de   développement   de   Moneycracy   restant   à   franchir   sont   nombreuses  et  portent  sur  bien  des  aspects  (communautaire,  éditorial  etc…).     Préparer  et  consolider  une  narration  sourcée.       D’un  point  de  vue  Editorial,  les  étapes  nécessaires  pour  le  bon  avancement  du   projet  peuvent  se  regrouper  en  trois  grands  groupes  :   Enquête  additionnelle,  prise  de  contact  et  écriture  du  script  final.       Si  une  enquête  préliminaire  a  d’ores  et  déjà  été  conduite  en  vue  de  réunir  les   premiers   éléments   de   réflexion,   il   va   être   indispensable   de   prolonger   l’effort   afin  de  recouper  les  informations  obtenues,  plonger  dans  les  textes  légaux  (code   électoral,  décision  F.E.C  vs  Citizen  United)  et  affiner  l’ensemble  des  sources  de   documentation  utiles  à  la  réalisation  du  projet.         Cet   effort   va   nécessiter   de   rencontrer   un   certain   nombre   d’expert   de   la   vie   politique   Américaine   (Nicole   Bacharan,   Romain   Huret,   Pierre   Gervais),   de   réaliser   un   travail   important   de   recherches   documentaire,   d’écriture   et   de   planification  en  vue  des  tournages  et  des  reportages  photo.     La  prise  de  contact  sur  le  terrain  est  également  un  élément  clef  de  la  réussite  de   ce   projet   documentaire   transmedia.   En   effet,   le   calendrier   des   élections   devenant  de  plus  en  plus  tendu  au  fil  des  mois,  il  est  indispensable  de  sécuriser   au  plus  tôt  les  sessions  d’interviews  avec  les  intervenants  politiques  clefs.     De  même,  les  demandes  d’accréditation  auprès  des  services  PR  de  la  campagne   Obama   à   Chicago,   des   Républicains   et   des   Démocrates   pour   les   deux   conventions,  et  de  la  Maison  Blanche  –  pour  les  différents  meetings  organises   pour  la  campagne  par  l’actuel  Président  impose  un  travail  à  plein  temps.    Structurer  l’aspect  «  social  »  du  projet.   L’aspect   social   communautaire   étant   primordiale   pour   les   auteurs,   tant   d’un   point  de  vue  engagement  que  d’un  point  de  vue  de  l’interactivité  au  cours  du   projet,  un  travail  de  structuration  important  devra  être  mené  afin  de  coller  au   mieux  aux  attentes  du  public.  Cette  préparation  menée  conjointement  avec  la   société   de   production   transmedia   «  Happy   Fannie  »   -­‐   spécialiste   dans   le   community   management   et   l’intégration   de   page   Facebook   customisées   -­‐     se   déroulera   dès   la   rentrée   de   septembre   pour   embrasser   différents   aspects   de   narration  et  d’animation  de  communauté  sur  les  plateformes  destinées  à  être   utilisées  (Facebook,  Twitter  notamment)   Conception  cahier  des  charges  et  maquettes  de  l’i-­‐doc   En   collaboration   avec   un   directeur   artistique   et   un   webdesigner,   les   auteurs   travailleront   des   début   2012   sur   les   interfaces   graphiques,   les   articulations   narratives   propres   à   l’i-­‐doc,   pour   déterminer   un   cahier   des   charges   précis   auquel    les  concepteurs  de  la  plateforme  pourront  se  référer  au  moment  de  la   mise  en  production.    
  26. 26. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 26   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   Du   fait   des   récents   développements   en   matière   de   programmation   jQuery   et   Javascript,  de  l’amélioration  constante  du  nouveau  standard  ouvert  et  gratuit   HTML5/Css3,   et   des   stratégies   industrielles   développées   par   les   acteurs   informatiques   les   plus   en   vue   aujourd’hui   (Apple,   Google),   il   a   été   décidé   de   réaliser  l’ensemble  de  l’i-­‐doc  en  HTML5.  Ce  choix  permettra  de  réaliser  à  partir   d’un  seul  et  même  langage,  une  plateforme  capable  de  s’adapter  à  un  ensemble   de  supports  différents.  Du  smartphone  à  la  tablette  numérique  en  passant  par   l’ordinateur  portable  au  desktop,  le  projet  pourra  être  consulte  partout,  pour  un   coup   de   développement   inférieur   à   celui     nécessaire   pour   réaliser   une   plateforme  «  Flash  ».   Dialogue  avec  un  Diffuseur     Le   soutient   d’un   diffuseur   capable   de   s’engager   sur   ce   type   de   projet   et   de   l’accueillir   au   sein   de   sa   grille   de   programme   (documentaire)   semble   indispensable.  Aussi,  un  effort  particulier  sera  mené  pour  trouver  un  partenaire   durant  la  période  de  développement.          
  27. 27. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 27   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   Critères  de  réussite                       I  -­‐  Objectifs  :  estimation  à  minima     Twitter  :     Entre  2.000  et  2.500  followers     Facebook  Fan  Page:     3.000  Fans  pendant  le  projet,  5.000  à  7.000  après  sortie/diffusion.     (Marge  de  tolérance  +ou-­‐  1.200).  Audience  U.S  (valorisation  $137/fan)   Src:  www.syncapse.com/media/syncapse-­‐value-­‐of-­‐a-­‐facebook-­‐fan.pdf     Instagram:   7.000  –  8.000  followers.     Crowdfunding  :   Contribution  moyenne:  entre  $30  et  $60   Fourchette  haute:  contributions  =  35%  du  budget  total   Fourchette  basse:  contributions  =  15%  du  budget  total     Édition:     Livre  enrichi  :  3.000  copies     35%  du  public  touché  convertis  en  connexions  Youtube   Livre  poche  photo  :  2.000  copies.     V.U  (visiteurs  uniques)  pour  site  web:   1.000.000  V.U  (worldwide)     Téléchargement  Documentaire  linéaire:     Entre  1  ou  2%  trafic  recherché     Ventes  copies  DVD  et  téléchargement:     30.000  unités.     iTunes  &  V.O.D  :   600  téléchargements.   Conversion     Communauté   Communauté     &  Réseaux  sociaux   Produits  
  28. 28. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 28   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   II  -­‐  Champs  d’application  :       Projet  multiplateformes  bilingue  (Français  -­‐  Anglais)     • Une  minisérie  fiction  (en  teasing):  AD$   • Un  i-­‐doc  (interactif)   • Un  documentaire  (TV  59’)   • Édition  (1  livre  photo  enrichi  multimédia  +  1  livre  poche  photo)     • Une  exposition.     • Une  B.D  (en  fonction  du  succès  des  précédents  éléments)       Support  communautaire   • Une  ”fan  page”  ou  groupe  Facebook     www.facebook.com/moneycracy   • Un  compte  Twitter  dédié  (+  un  relai  via  compte  personnel)   www.twitter.com/moneycracy2012   • Un  compte  spécifique  Instagram  Network  (iPhone)       • Un  blog  “making  of”  ouvert  aux  commentaires     moneycracy.tumblr.com       Une  part  de  financement  participatif  (crowdfunding)   • Minimum  deux  campagnes  online,  plus  une  offline.     (Plateforme  de  référence  :    indiegogo.com)     Diffusion  et  disponibilité   • I-­‐doc  disponible  online  –  pas  de  restriction  géographique.   (pas  de  restriction  géographique)     • Diffusion  TV  du  documentaire  dans  les  pays  ciblés     (USA  –  PBS  ou  Itvs,  France  -­‐  Arte  ou  FranceTV,  Canada  -­‐  TVO  )       • Disponibilité  du  documentaire  au  téléchargement  payant  sur   www.moneycracy2012.com  après  sa  diffusion  Broadcast  et  fin  d’exclu.       • Édition  destinée  aux  pays  ciblés  avec  disponibilité  online     (via  e-­‐commerce  Amazon).       Chacun  des  éléments  développés  sera  complémentaire  et  non-­‐redondant  (narration  et  expérience).         Solution  technologique  pour  i-­‐doc  :     Combinaison  HTML5/CSS3/jQuery  (soutenu  par  l’iPad,  les  téléphones  mobiles  et   les  navigateurs  Internet  récents)  pour  réaliser  l’ensemble  de  la  partie  i-­‐doc.     Partenaire  de  développement  envisagé:  3WDOC  (société  Hecube)    
  29. 29. Project Reference Guide (Bible) – MONEYCRACY 29   ©  Gerald  Holubowicz  –  Jean  Nicholas  Guillo  –  www.chewbahat.com  –  info@chewbahat.com  -­‐  2011   III  -­‐  Audience:       Documentaire:   Principalement  une  audience  masculine  Franco/Anglo/Nord-­‐Américaine   (Canada,  US,  France),  éduquée,  politiquement  concernée,  Liberal  &   Independant,  type  cote  Est/côte  Ouest,  vivant  dans  les  grandes  agglomérations,   actifs  seniors,  45yo  &  +  (¾)  et  ¼  Francophone,  éduquée,  portée  sur  les  questions   internationales,  profil  social  identique.  Classe  Moyenne  Sup  et  Sup.     Conso  Media  :  Traditionnels  (print+Tv)  et  légèrement  mobile  (iPhone,  iPad).     Relation  au  diffuseur  :  Pour  TV,  occasionnel  à  régulier,  déjà  acquis  à  la  marque.   Plutôt  consommateurs,  intérêt  porté  sur  les  sujet  locaux/nationaux  (quand   ceux-­‐ci  sont  de  grande  ampleur  type  élection).     Web  documentaire  :   Principalement  une  audience  masculine  Franco/Anglo/Nord-­‐Américaine   (Canada,  US,  France),  éduquée,  politiquement  concernée,  Liberal,  vivant  dans   de  grandes  agglomérations,  connectée  et  jeune,  type  cote  Est/côte  Ouest  entre   25yo  et  35yo,  étudiants,  networkers,  Génération  Y  (¾)  et  ¼  Francophone  (même   profil  socio).  Classe  Moyenne  Sup  et  Sup  disposant  médians  à  supérieurs.     Conso  Media  :  Très  mobile  (iPhone  &  Smartphone,  iPad,  internet  bureau  et   domicile,  consultation  blog,  photo  sociale  type  Fb,  Instagram  etc.)  et  légèrement   traditionnels  (Tv).  Ouvert  aux  notions  de  crowdfunding.     Relation  au  diffuseur  :  Pour  Web,  régulier,  pas  d’engagement  précis  autour   d’une  marque.  Plutôt  influenceurs,  intérêt  local  et  de  niche,  attiré  l’aspect   techno.     Edition  :     Audience  mixte  Homme/Femme  ,  Age  moyen,  éduquée  sensibles  à  la   photographie  et  au  photojournalisme,  aux  questions  de  société.     Conso  Media  :  Très  mobile  (iPhone  &  Smartphone,  internet  bureau  et  domicile,   consultation  blog,  photo  sociale  type  Fb,  Instagram  etc.)  et  traditionnels  (print,   édition,  tv),  désireux  de  dÀ

×