Les ecoles du management

1 264 vues

Publié le

l'evolution des ecoles du management

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 264
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
27
Actions
Partages
0
Téléchargements
54
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les ecoles du management

  1. 1. ANNEE 2015-2016 201 BEN EL HOU MUSTAPHA L’EVOLUTION DES ECOLES DE MANAGEMENT Management des organisations
  2. 2. 1 Table des matières Table des matières................................................................................................................................... 1 I. Introduction.......................................................................................................................................... 2 II. Definition du management................................................................................................................ 3 III. Temps des ingénieurs ....................................................................................................................... 4 A- Henri Fayol (1841-1925) ................................................................................................................... 4 B- Frederick Wiston Taylor (1856-1915) ............................................................................................. 5 C- Henri Ford (1863–1947).................................................................................................................... 6 IV. Temps des psychologue ................................................................................................................... 7 A. Elton Mayo (1880-1949).................................................................................................................... 7 B. Kurt Lewin (1890-1947)..................................................................................................................... 7 C. R. Likert (1903-1981)......................................................................................................................... 8 D. Douglas Mc Gregor (1906-1964)..................................................................................................... 9 E. Herzberg (1923-2000) ....................................................................................................................... 9 V. Temps des économistes .................................................................................................................10 B- La théorie de l’agence de M.C. Jensen et R.W.H. Meckling (1976)..........................................10 C- Ronald Coase (1937).......................................................................................................................11 VI. Analyse comparative des différentes Ecoles de pensée ...........................................................12 VII. Webographie.....................................................................................................................................13
  3. 3. 2 I. Introduction Le management des organisations peut être comme : « Le pilotage global de l’organisation à travers un ensemble de production de biens ou de services, communication, marketing, ressources humaines, politique de financement, contrôle budgétaire [...] cohérentes entre elles et qui convergent dans le sens du projet stratégique et se traduisent dans la culture organisationnelle » (Evrard, 1993). Le management est ainsi, avant tout, un processus qui permet,en tenant compte des ressources disponibles,d’éclairer les choix possibles,de prendre les décisions, d’engagerles actions nécessaires afinde contrôler et d’évaluer leurs réalisations. Dans un premiertemps, je vais vous présenterles principales théories des organisations tout en donnant des présentations brèves des auteurs de chaque théorie, chose qui sera très utile dans la bonne compréhensionde l'origine et du contexte de chaque théorie. Dans un deuxième temps je vais faire analyse comparative des différentes Ecoles de pensée.
  4. 4. 3 II. Definition du management Le management (ou la gestion) est l'ensemble des techniques d'organisationde ressources quisont mises en œuvre pour l'administration d'une organisation, dont l'art de diriger des hommes,afin d'obtenir une performance satisfaisante.Ces ressources peuventêtre financières,humaines, matérielles ou autres. On entend par organisation une entreprise, une administration ou même une association. Il y a deux horizons dans la conduite des organisations: l’horizon opérationnel et l’horizon stratégique: 1. L’horizon stratégique est au niveau de la Direction qui fixe les grandes orientations de l’organisation, la politique d’ensemble,la conduite à long terme, le choix des stratégies,mène les études et met en place les prévisions. 2. L’horizon opérationnel fait référence à la conduite, au jour le jour, des affaires courantes et à la mise en application, dans le détail, de la politique générale dictée par la Direction. En somme,le management consiste à : - Prévoir (les buts et les moyens). - Organiser (les moyens et les méthodes permettant d’atteindre les objectifs). - Commander (prendre des décisions et donner des directives). - Coordonner (les actions et les fonctions). - Contrôler (les actions menées et comparerles résultats aux objectifs).
  5. 5. 4 III. Tempsdes ingénieurs Plusieurs noms apparaissent, qui ont modelé l’entreprise du XXème siècle : Fayol, Taylor et Ford. A- Henri Fayol (1841-1925) Ingénieur français, Henri Fayol (1841-1925)a voulu analyser et formaliser la direction de l’entreprise.Il distingue cinq grandes fonctions propres au management, et à mettre en œuvre dans toute organisation : – prévoir et planifier, – organiser, c'est-à-dire allouer les différentes ressources indispensables au fonctionnement de l’entreprise, – commander, c'est-à-dire tirer le meilleur parti possible des agents qui composent l’entreprise, – coordonner, c'est-à-dire synchroniser l’ensemble des actions de l’entreprise, – enfin contrôler, c'est-à-dire vérifier si tout se passe conformément au programme adopté. Henri Fayol a aussi défini des « principes de commandement» au nombre de 11, que l’on peut résumer ainsi : – l’unité de commandement, – la division du travail, – le principe d’autorité, – le principe de discipline, – un système de rémunération équitable, – la stabilité du personnel.
  6. 6. 5 B- Frederick Wiston Taylor (1856-1915) Ingénieur américain, FrederickWiston Taylor (1856-1915)est connu pour avoir jeté les bases de l’organisation scientifique du travail. Celle-ci se fonde sur des principes simples: – la séparation du travail de conceptionet du travail de réalisation (la division verticale), – l’analyse du travail et sa décompositionen opérations élémentaires (c’estla division horizontale), – l’institution d’une rémunération au rendement, – la mise en place d’un contrôle rigoureux.
  7. 7. 6 C- Henri Ford (1863–1947) Henri Ford (1863–1947)– dirigeant d’une entreprise automobile – a systématisé les principes de Taylor dans la grande entreprise.On lui doit trois innovations déterminantes: – le travail à la chaîne, qui permet de contrôler le rythme de la production, – la standardisation des produits, qui permet d’en diminuer le coût, – la rémunération des ouvriers à un niveau qui leur permet de devenir des consommateurs de ces biens. L’application de ces principes a permis une croissance sans précédentde l’économie, avec le développementde la consommationde masse.
  8. 8. 7 IV. Tempsdes psychologue A. Elton Mayo (1880-1949) Tout a commencé avec les expériences de M. Elton Mayo (1880-1949)à la WesternElectric,qui s’intéressait plus particulièrement aux conditions de travail. Après avoir amélioré l’éclairage dans un atelier, il s’est aperçu que la productivité des ouvriers augmentait. Ce qui en soit n’était pas surprenant. Mais plus original, le retour aux conditions d’éclairage initiales n’a pas entraîné une baisse de la productivité. Il en a déduit que c’était en fait l’intérêt porté aux salariés qui avait été source de motivation, et non l’évolution des conditions de travail (bien entendu ce raisonnement a des limites). À partir de là, Elton Mayo a jeté les bases de Ce qui est convenu d’appelerla théorie des ressources humaines, avec quatre principes fondamentaux à prendre en compte dans toute théorie du management: - l’environnement social favorable (bonne entente, cohésiondu groupe); - l’acceptation du travail par le groupe ; - les bonnes relations avec l’encadrement; - les « rémunérations » non économiques(valorisation du travail, reconnaissance, satisfaction du travail bien fait). B. Kurt Lewin (1890-1947) Les travaux, conduits principalementpar Kurt Lewin (1890-1947)ont porté sur les styles de commandementet la dynamique des groupes.Kurt Lewin distingue trois types de « leadership »: - le leadership autoritaire, qui se tient à distance des individus et use des ordres pour diriger ; - le leadership de type « laisser faire », qui ne s’implique pas dans le groupe ;
  9. 9. 8 - le leadership « démocratique » qui s’appuie sur les propositions dugroupe et qui cherche à faire partager le point de vue retenu. C’est évidemmentce dernier type de leadership qui a la préférence de KurtLewin. Kurt Lewin est aussi l’inventeur, en 1943,du terme « dynamique des groupes ». Les gens adhèrent d’autant plus à une opinion ou à une attitude qu’ils en ont discuté entre eux, y compris en s’y opposant.Ainsi va-t-il pu convaincre les citoyens américains de consommerdes abats pendant la seconde guerre mondiale). C. R. Likert (1903-1981) On peut aussi citer R. Likert (1903-1981)qui a démontré à l’issue d’une longue enquête l’importance des « relations intégrées », prenant en compte l’ensemble des valeurs des individus, pour favoriserl’efficacité dans le travail. Likert a jeté ainsi les bases de ce qu’il est convenu d’appelerle management participatif par objectif. D’autres sociologues ontmarqué l’école des relations humaines comme Maslow (1908-1970),inventeur de la fameuse pyramide des besoins.Maslow distingue 5 catégories de besoins hiérarchisés : – les besoins physiologiques – les besoins de sécurité – les besoins d’appartenance et d’affection – les besoins d’estime et de prestige – les besoins de réalisation ou d’accomplissement. L’hypothèse de Maslow est qu’une fois les besoins de premierniveau satisfaits, l’individu aspire aux besoins sociaux supérieurs.
  10. 10. 9 D. Douglas Mc Gregor (1906-1964) Douglas Mc Gregor(1906-1964) a développéla théorie X et la Théorie Y : – la théorie X – largementdominante – considère que l’homme éprouve une aversion innée au travail, qu’il doit être contraint, qu’il a peu d’ambitions ; – la théorie Y considère que l’homme aspire à l’autonomie, l’engagement et la satisfaction de ses besoins « supérieurs ». Evidemment,les managers doivent s’appuyer sur la deuxième conceptionde l’homme au travail s’ils veulent faire progresserleur organisation. E. Herzberg (1923-2000) Herzberg (1923-2000)està l’origine de la théorie des facteurs de satisfaction et des facteurs d’insatisfaction. – les facteurs d’insatisfactionsontaussi appelés facteurs d’hygiène.Leursatisfaction ne suffità rendre l’homme au travail heureux et motivé. En revanche leur absence est un motif de mécontentement. Il en est ainsi des conditions de travail ou de la rémunération ; – en revanche d’autres facteurs – réalisation de soi, reconnaissance, intérêt au travail, responsabilité – sont indispensables à la réussite de l’homme au travail. Ce sont les facteurs de satisfaction. Herzberg, pour favoriser ces derniers facteurs, a proposé l’enrichissementdes tâches,la polyvalence et la formation d’équipes mobiles sur les postes de travail.
  11. 11. 10 V. Tempsdes économistes Pour les économistes néo-classiquesl’entreprise est une boite noire, réduite à une fonction de productionoù sont combinés différents facteurs (pour l’essentielle capital et le travail). Tout au plus reproduit-elle en son sein les mécanismes de marché, à travers de multiples de relations contractuelles entre les salariés et les dirigeants. Pour A. Alchain et H. Demetz(1972) l’entreprise est définie par la nature des droits de propriété qui prévaut en son sein. Le modèle de l’entreprise privée est le plus efficace car il répartit sans ambigüité les responsabilitésentre les propriétaires de l’entreprise et les salariés, et permetde mettre en place un système clair d’incitations. B- La théorie de l’agence de M.C. Jensen et R.W.H. Meckling (1976) Cette théorie complète la théorie des droits de propriété.On parle de relation d’agence quand une personne (le principal) confie ses intérêts à un tiers appelé l’agent. C’est le cas typique de la relation qui se noue entre les actionnaires et les managers salariés de l’entreprise.Dans cette situation, il peut exister une divergence d’intérêt entre le principal et l’agent (ce qu’avait constaté Galbraith), et cela d’autant plus que l’agent dispose d’informations que ne possèdepas le principal (c’est le problème de l’asymétrie d’information). Pour Jensonet Meckling, il s’agit donc de mettre en place un contrat entre le principal et l’agent qui assure que les intérêts du principal sont bien sauvegardés.La distribution massive de stock-options aux dirigeants est une application concrète de ces théories : intéressés à la hausse du cours de l’action – lui-même dépendantdes perspectives de profit de l’entreprise – les dirigeants sont incités à augmenter la « valeur pour l’actionnaire » de cette dernière.
  12. 12. 11 C- Ronald Coase (1937) Ronald Coase (1937)est le premierà s’intéresserà la raison d’être de la firme. Pour lui, les mécanismes de marché supposentpour fonctionner une information suffisante des différents agents en termes de prix, de qualité des produits, de garanties offertespar les fournisseurs ou de solvabilité des clients. Or la collecte et l’exploitation de cette information présententdes coûts qui seront appelés ultérieurement « coûts de transaction ». Ces coûts peuvent être tellement élevés que les individus sont alors conduits à préférerune autre forme de coordination, que R. Coase nomme l’organisation, et qui repose sur des relations hiérarchiques entre individus. La firme sera préférée au marché quand les coûts d’organisation interne seront moins élevés que les coûts de transaction. Ainsi s’explique l’intégration verticale de certaines entreprises,en amont dans la maîtrise de leurs matières premières,en aval dans la maîtrise de la distribution de leurs produits. C’est un disciple de R. Coase – O. Williamson(1975) – qui va approfondircette théorie en recherchant les variables qui déterminent le niveau des coûts de transaction ou des coûts d’organisation. Pour lui, c’est en fonctionde la nature des actifs engagés par les partenaires dans une relation – combinée avec les notions de fréquence et d’incertitude de cette relation – qui peuvent expliquer, soit la préférencepour le marché, soit le recours à l’intégration. Quand les actifs sont très spécifiques – on pense à un sous-traitant qui doit faire l’acquisition d’une machine dédiée à la commande de son donneur d’ordre –, et que de plus la relation est marquée par une grande fréquence et une dose incertitude (risque de comportementopportuniste de la part du partenaire), l’intégration sera préférée au marché. À l’inverse, pour des actifs peu spécifiques,le recours au marché sera privilégié, et cela d’autant plus que la relation est ponctuelle, et que le risque d’opportunisme à long terme est faible.
  13. 13. 12 VI. Analyse comparative des différentes Ecolesde pensée Ecole Nature et problème étudié Finalités Avantages Inconvénients L'Ecole classique -Système de production -Fonctions du management -Bureaucratie -Optimisation -Efficience -Economie d'échelle -Performance accrue -Equité interne -Faible initiative -Absence d'adaptation externe L'Ecole des relations humaines -Performance collective -Fonctionnement des groupes de travail -Motivation -Productivité -Efficacité -Dynamique de groupe -Prise en compte du facteur humain -Analyse partielle des besoins -Surestimation des besoins sociaux -manipulation Les théories de la décision -Traitement de l'information -Prise de décision -Recherche de solutions satisfaisantes plutôt qu'idéale -Approches par les processus -Modélisation -Systèmes d'information -Prise en compte insuffisante des résistances des acteurs L'analyse systémique Lien entre les différentes parties internes et externes de l'organisation Décomposition de l'organisation en sous-systèmes inter-reliés Prise en compte de la complexité et de la dynamique organisationnelle Approche essentiellement descriptive L'approche de l'économie industrielle -Conditions de création et de survie de l'organisation -Relations mandants mandatés Rechercher les conditions où l'organisation a un coût inférieur au marché. Diversité des formes d'organisation -Démarche trop systématique -Opérationnalisation limitée.
  14. 14. 13 VII. Webographie - Site web : https://hem.ac.ma/qu%E2%80%99est-ce-que-le-management - Site web : http://fr.wikipedia.org/wiki/Management - Scholarvox livre : management des organisations / édition : 2009 / éditeurs : GUALINO - Site web tableau Récapitulatif : http://www.memoireonline.com/02/09/1995/Les-ecoles-de-la-theorie-des- organisations.html

×