SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  37
Télécharger pour lire hors ligne
1
1
Management Général
Thème 4: Eléments fondamentaux du management des organisations
Délimitation du concept et évolution de la discipline
2
2
Les origines du management
LES ORIGINES DU MANAGEMENT
oRaison (Grèce Antique)
oOrganisation (Empire Romain)
oRationnalité (Descartes)
oSciences (Galilée, Darwin, Newton...)
oLiberté (Rousseau, Révolution française)
oDémocratie (Révolution américaine)
oProgrès (Révolution industrielle)
•Contexte culturel et historique
La pratique du management est un art contextuel qui tente à répondre à la
problématique d’administration des entreprises.
On peut même remonter plus loin (l’ère du prophète et Adam)
3
3
Le management
LES ÉLÉMENTS DE BASE
Une série d’activités intégrées et interdépendantes, destinées à
faire en sorte qu’une certaine combinaison et cohérence de
ressources (financières, humaines, matérielles, etc.) puisse générer
une production de biens ou de services économiquement et
socialement utiles et si possible, pour l ’entreprise à but lucratif,
rentables.
– Omar Aktouf (1999)
•Définition
•La perspective philosophique
o Le management est une praxis (une pratique qui se réfléchit) et en
amélioration continue
o C’est un art où on utilise d’un côté des savoirs-faire et des
techniques formelles et de l’autre, des aptitudes et qualités personnelles
•La perspective pratique
4
4
Planification
Organisation
Direction
Contrôle
Traditionnel Renouvelé
Programme formel
d’action
La structure sociale est
statique et réduite à sa
dimension formelle
L’exercice de l’autorité
conférée par la structure
Formelle (hiérarchie)
Le dirigeant: Un CHEF
Un processus formel et
s’applique à tout: aux
choses, aux personnes
et aux actes
Vision consensuelle
suscitant l’adhésion
de tous les membres
La structure sociale est
le résultat de réseaux et
est caractérisée par sa
souplesse
L’accompagnement et les
conseils. Rôle de soutien
dynamique et
personnalisé
Le dirigeant: Un COACH
Processus critique qui
incite à se questionner
Le contrôle devient
une activité
d’apprentissage
Stratégie
Structure
sociale
Leadership
Audit
PODC
5
5
Qu’est-ce que le MANAGEMENT
Art Science
Sens Lois et règles
Mots et symboles Procédures et processus
Argumentation Démonstration
Actions et émotions Modèles et méthodologies
Habilités Connaissances et techniques
Ce qui compte: L’ÉQUILIBRE entre les deux
Le management est défini comme un « art ou une action, qui permet de
conduire une organisation, de la diriger, de planifier son développement, de la
contrôler. Il s’applique à tous les domaines d’activité de l’entreprise » R.A.
THIETART (1996).
6
6
Qu’est-ce que le MANAGEMENT en
pratique
 Clarifier la mission et la vision;
 Atteindre les objectifs, les attentes et les priorités;
 Saisir les particularités du contexte (opportunités,
menaces);
 Agir sur les forces et les faiblesses de la structure
Organisationnelle;
 Optimiser les ressources (Temps, budget, équipement,
RH, etc.).
Il n’y a pas de recettes ou de potion magique
Le management est un métier qui se pratique et se vit
Un manager en entreprise doit:
7
7
Synthèse sur le management renouvelé
•Le management;
oAuthenticité
oIntégrité
oPersonnalité
oConfiance
Être utile aux
collaborateurs
oEmpathie
oFacilitateur
oNœud de relations
oEtc.
Les changements dans l’environnement, notamment grâce
aux technologies permettent d’arriver au développement
d’une économie du savoir où la gestion des connaissance
devient fondamentale
La Gestion des connaissances
8
8
Quelques outils du management
LA DÉMARCHE PAR CAS DU MANAGER
1-Diagnostic de la situation
2-Formulation de la problématique
3-Analyse
4-Évaluation des options et alternatives
possibles
5-Décision
6-Mise en œuvre
7-Apprentissages
Démarche itérative de résolution de problèmes et d’adaptabilité au contexte
9
9
Cadre général de comportement d’un
manager (Approche Comportementale)
problème
Intelligence
Design/conception
Évaluation
Choix/solutions
Implantation
1
2
3
4
Processus séquentiel
et réversible
Landry et Malouin, 1998
Quel cadre général adopte un manager face à une situation problématique ???
10
10
Le cycle/cercle de Deming
Gestion de la qualité
Recherche permanente
individuelle & collective
d’amélioration de l’organisation
et de ses service produits
1. Planifier (Plan de projet)
2. Faire (Projet)(Do)
3. Vérifier (Audit)(Check)
4. Agir (Nouvelles actions)(ACT)
Amélioration efficace
de la qualité
Amélioration permanente étape par étape
AMELIORATION CONSTANTE
Consolidation du
niveau atteint
Echelle de temps
N
i
v
e
a
u
d
e
m
a
t
u
r
i
t
é
1- Plan
3 - Check
2 - Do
4 - Act
La pratique du management est un processus d’amélioration continu
Apprentissage
organisationnel
Plus le management est efficace, plus la maturité organisationnelle est grande
11
11
Management
Sciences de Gestion
Sciences du Management
Trouver une solution de gestion
passe par l’épuisement de la
logique d’une situation
Trouver une solution de
management passe par la
découverte d’un équilibre social
12
12
Management
Sciences de Gestion
Sciences du Management
Gérer relève d’un calcul C’est le «
terrain » des méthodes analytiques
Manager relève de l’ordre de la créativité et du souhait
de poser les règles du jeu (environnement mouvant ou
instable d’où prédiction difficile)
. exemples de changements .
C’est le « terrain » des méthodes heuristiques
13
13
Management et organisation :
Les niveaux d’organisation intéressant le manager ?
Les phénomènes organisationnels
Les formes organisationnelles
Question sur la frontière de la forme
Les modes d’organisation
L’individu/Groupe
L’interaction et l’imbrication des niveaux
14
14
Management et organisation :
Les types de problèmes concrets auxquels le manager est confronté
Les problèmes d’ordre technique
Les problèmes d’ordre humain
Question sur la frontière de la forme
Les problèmes d’ordre politique
Les problèmes d’ordre socio-démographique
Les problèmes d’ordre culturel
15
Le management peut être vu comme un « cycle d’action qui se succèdent les
unes aux autres dans le temps et qui comportent : la définition de mission et la
négociation des objectifs de chacun, la délégation des responsabilités aux
collaborateurs adéquats, la formation requise pour l’épanouissement de ceux-ci,
l’information, la communication pour le bon exercice des missions, la motivation
des collaborateurs, le conseil (coaching) aux collaborateurs pour les aider à
réussir, le contrôle et le suivi en temps opportun de l’exécution des tâches,
l’évaluation des performances et la reconnaissance du mérite ». H.
Mintzberg,1998.
DELIMITATION DU CONCEPT « MANAGEMENT »
Attributions du Management général
16
Etre le stratège, c’est disposer de qualités analytiques permettant de faire
l’articulation (causes/effets) entre des événements passés et futurs
qu’encourt l’organisation. C’est consacrer le temps, l’énergie et toute
l’attention requise à l'examen de l'environnement immédiat, des conditions
préalables, des exigences et des attentes. Le stratège est appelé le
négociateur, avec les différents partenaires, l’initiateur d’idées, le fixateur
d’objectifs et le planificateurs des actions, etc. Le changement et le
développement sont des mots importants pour le stratège.
Etre le manager, c’est s’attribuer la fonction d’administration des ressources.
Elle consiste à fournir, distribuer et utiliser des ressources d'une manière
efficace, à mettre en place l'organisation, les systèmes et les usages, tout ce
qui a trait à la vocation et aux objectifs de l'organisation.
17
Etre le leader revient à influencer et soutenir les autres, à insuffler de
l'enthousiasme et de l'énergie au sein de l'organisation. Il consiste, en outre, à
représenter un modèle positif pour les autres.
Etre le professionnel : les qualités professionnelles conjuguées à l’expérience
personnelle, dans un certain domaine, fondent l’autorité du manager : Par ses
qualités professionnelles, il est le gardien du système de normes, du code de
l'éthique et de tout ce qui a trait à ces sujets.
Dans la vie réelle, les quatre fonctions sont intégrées plutôt que séparées.
18
Le ‘‘Management’’ et la ‘‘Stratégie’’
La stratégie peut être envisagée selon deux niveaux :
La formulation stratégique : ayant pour objet de structurer la démarche de réflexion
des dirigeants pour arriver à des choix stratégiques.
Le management stratégique. : qui concerne les conditions de mise en œuvre de
ces choix et l'organisation des actions collectives qui permettront d'obtenir la
performance attendue durablement. C’est là, une vision externe de la gestion.
La cohérence et la cohésion instaurées, la coordination pertinente entre les
différentes unités de pilotage et la performance de l’équipe, traduisent un effort
efficace de management clef sur la voie d’une ‘‘bonne’’ gouvernance.
Le « Management’’ et la ‘‘Gouvernance’’
19
LES ECOLES DE PENSEE DU MANAGEMENT
Pour mieux saisir le concept du management, il est nécessaire de passer en
revue les différentes écoles de pensée à l’origine de sa naissance et son apogée.
Les théories du management sont nées pour répondre à des
problèmes d’administration rencontrés dans les entreprises.
I- Ecole classique du management ou « école de management
scientifique » axée sur la rationalité.
Les divers courants sont marqués par une même approche de l'organisation, à
savoir la recherche de la rationalité. (Rationalité productive : Taylor ; Rationalité
administrative : Fayol ; Rationalité structurelle : WEBER)
20
Frédiric Winslow TAYLOR et l’organisation scientifique du travail (1856-1915)
Taylor veut lutter contre les gaspillages du temps, d’argent et de matière, en ayant recours
à une méthode scientifique : l’OST qui repose sur une rationalité productive.
Taylor énonce les principes d’organisation suivants :
Ø Distinction entre la conception et l’exécution : l’étude scientifique du travail doit être
effectuée par des spécialistes qui définissent les processus opératoires des lois
économiques et le travail que doit fournir l’ouvrier.
Ø Division du travail : elle entraine la partialisassion des tâches. Plus la tâche est simple,
plus l’apprentissage est rapide.
Ø Étude des temps et des mouvements (rationalisation du travail): décomposition de
chaque opération de transformation en tâche élémentaires.
Ø Le mythe « one best way » : c’est le mythe taylorien selon lequel il existe pour faire un
travail déterminé une seule manière, celle connue par les concepteurs. C’est la façon la plus
rationnelle de produire.
La rationalité productive de F.W. Taylor insiste sur la nécessité de l’adoption d’un système
de rémunération à la pièce. L’OST a conduit à de nombreux dysfonctionnements : Mauvaise
qualité du travail ; Retards et absentéisme ; Grèves…. Une grande part de ces
dysfonctionnements est due à l’absence de prise en compte à la fois de l’homme en tant
qu’individu, et de l’homme faisant partie intégrante d’un groupe sociale.
21
Fayol et les principes d’administration H. Fayol (1841-1925)
Il consacre ses réflexions au travail de la haute direction Dans son ouvrage
«Administration Industrielle et Générale, (1916), Paris, Dunod, 1966, Fayol est
le premier à identifier les six fonctions clés du management.
Fayol a mis en place les principes de la rationalité administrative suivants:
- Codification des fonctions du chef (administration): planifier, organiser,
commander, coordonner et contrôler.
- Hiérarchie linaire.
- Unité de commandement.
- Centralisation des décisions.
22
Max Weber et la rationalité structurelle (1957), The Theory of Social and
Economic Organization, Free Press.
M. Weber a inventé la notion de rationalité « bureaucratique » pour éliminer les
sources d'inefficacité organisationnelle. Il propose l'application des six (6) principes
suivants :
1) Division du travail : le poste, les taches et les responsabilités de chacun doivent
être clairement définis.
2. Structure hiérarchique : la relation entre un patron et ses subordonnés doit être
définie d'une manière explicite et les limites de l'autorité de chacun, établies avec
précision.
3. Sélection du personnel : le choix d'un nouvel employé doit être fondé sur sa
formation et ses connaissances techniques, que l'on aura vérifiées à l'aide de tests.
4. Règles et règlements normalisés : des règles et des règlements précis doivent
être appliqués pour garantir l'uniformité du travail et la normalisation des actes
accomplis.
5. Caractère impersonnel des relations : les relations entre les différents
membres de l'organisation doivent être impersonnelles. L'application de règles et de
règlements est de nature à éviter tout conflit de personnalités.
6. Avancement : les employés doivent recevoir un salaire à taux fixe et obtenir de
l'avancement d'après leur compétence et leur ancienneté.
23
II- La vision du management selon l’école des relations humaines axée
sur l’Homme.
• L'école des relations humaines s'est développée, vers les années 1930 au
Etas-unies, en réaction aux excès du taylorisme qui dans sa recherche de la
productivité a engendré des comportements contraires à ses objectifs initiaux.
• L'approche de l'organisation a évolué en intégrant une nouvelle dimension, au
regard de l’apport de l’école classique : l'Homme en tant qu'individu et membre
d'un groupe.
• On passe d’une conception de l’homme économique à l’homme social.
24
Apport de G. Elton Mayo (1880-1949)
• Elton Mayo s'est intéressé aux conditions matérielles de travail (éclairage, chauffage,
bruit...etc.) et leur impact sur la productivité à la Western Electric et ce à travers une
série d'expériences. Il constate que la productivité varie peu : les individus observés
sont motivés par le fait qu’ils sont considérés, qu’ils se sentent membres d’un groupe.
Mayo conclut que les travailleurs, membres d’un groupe, sont plus sensibles aux
relations humaines internes au groupe qu’aux conditions matérielles de travail.
Les principales conclusions de Mayo :
• La capacité de travail accomplie par un individu n’est pas déterminée par sa capacité
physique (approche Taylorienne) mais par sa capacité sociale, c’est-à-dire son intégration
sociale.
• Les récompenses non financières (estime, relations sociales) jouent un rôle essentiel
dans la motivation,
Ce courant (relation humaine) ne remet pas en cause les structures formelles et les modes
de fonctionnement des organisations. Il cherche juste à réduire les tentions
psychologiques pour mieux intégrer les salariés à l’entreprise.
25
Apport de Kurt Lewin(1) (1890-1947)
Lewin a introduit dans l’analyse des organisations un phénomène qualifié de
‘’dynamisme de groupe’’. Sur ce point, ses travaux prolongent ceux de Mayo et
les enrichit. Il va s’intéresser au comportement de l’homme au travail. Il a définit
trois styles fondamentaux de commandement:
Ø Autocrate : il donne des ordres qui doivent être exécutés, cependant, on peut
trouver un autocrate bienveillant.
Ø Démocrate : celui qui prend la décision et qui la partage avec les autres
membres, il est à leur écoute et il est compétant. C’est un système plus efficace
car il fait participer les individus.
Ø Laisser-faire : le dirigeant, il n’a le soucie de rien et il essaie d’avoir le moins
de contacts possible, et le moins de décisions possible. Autrement, une direction
du groupe sans implication émotionnelle.
Désormais, l’entreprise n’est plus considérée comme une entité économique
mais plutôt comme une sorte de communauté de destins. Le leadership
démocratique est préconisé par Lewin comme étant le plus efficace.
26
Abraham Maslow et la hiérarchisation des besoins
Maslow (1908-1970) s’est intéressé à la satisfaction des besoins des individus en
définissant une hiérarchisation de ces besoins en cinq catégories :
• Besoins physiologiques ;
• Besoins de sécurité ;
• Besoins d’appartenance ;
• Besoins d’estime et de reconnaissance;
• Besoins de développement et d’accomplissement personnel.
Ce qui motive l’individu c’est la satisfaction d’un besoin, et un individu n’est
sensible aux paramètres d’un niveau que si les niveaux précédents de besoin sont
satisfaits.
Comme les travaux de Mayo, cette hiérarchie des besoins met en évidence les
limites du stimulant financier et l'impact du contenu de travail indépendamment des
conditions qui l'entourent pour motiver les salariés.
27
Apport de F. Herzberg ou la double nature des motivations.
Frederick Herzberg (1923 – 2000) prolonge les travaux de Maslow, pour expliquer
les causes à l’origine de la motivation des hommes (théories du contenu
motivationnel). Il distingue deux types de facteurs intervenant sur la psychologie du
travail:
 Les facteurs d’hygiène (la qualité de l’environnement au travail) qui
doivent être réalisés sous peine d’insatisfaction, ils ne sont cependant pas source
de motivation, seule leur absence est un frein.
 Les facteurs (intrinsèques) motivants qui vont être la source de réelle
motivation sont comme le besoin de participation, d’accomplissement, de créativité,
etc.
L’organisation doit apporter une réponse satisfaisante aux deux séries de besoins
(besoins instinctifs en rapport avec le milieu, et besoins spécifiquement humains,
concernant les devoirs qui lui sont propres), pour :
 Eviter le mécontentement : conditions de travail et rémunération
 Provoquer la satisfaction : élargir et enrichir les tâches des postes de travail
alors que la rationalisation et simplification tayloristes en appauvrissent le contenu.
28
Rennsis Likert et le principe de la relation intégré (1903 - 1981)
Chacun doit se sentir important et nécessaire au sein de l'entreprise car personne ne peut
travailler efficacement s'il n’a pas conscience d'être utile.
Likert a définit quatre styles de commandement qui caractérisent différents aspects du
comportement des dirigeants.
1) Style autoritaire exploiteur : les subordonnés sont contraints par un système de
sanctions, de pénalisation opérant d’en haut.
2) Style autoritaire paternaliste : les subordonnés sont contraints par un système de
sanctions/récompenses. Seules quelques décisions mineures sont déléguées aux niveaux
inférieurs.
3) Style consultatif : les subordonnés sont consultés mais ne prennent pas les décisions.
Les objectifs sont fixés après discussion avec les subordonnés. Et les opérations opératoires
sont prises aux niveaux inférieurs de l’organisation.
4) Style participatif : la direction fait participer les employés à des groupes de travail
capables de prendre des décisions, et fixe des objectifs à atteindre. Ce style a été préconisé
par Likert
L’organisation performante repose sur 3 éléments : (1) la qualité des rapports de coopération
entre les membres de l’organisation, (2) la prise de décision et contrôle par les groupes, (3) la
fixation à l’intérieur des groupes d’objectifs globaux et personnels ambitieux.
29
Les travaux de Douglas McGregor (1906-1964), The Human Side of Entreprise, NY:
McGraw-Hill.
La manière dont une organisation est dirigée dépend d'hypothèses implicites sur la
nature humaine et le comportement des hommes: Théorie X et Y.
Théorie X Théorie Y
L’homme n’aime pas spontanément
Travailler
Le travail peut être une source de
satisfaction
Il faut contraindre les hommes pour les
faire travailler
L’homme peut se diriger lui-même. S’il
accepte les objectifs fixés, il n’est pas
besoin de le contraindre pour lui faire
exécuter sa tâche
L’homme préfère être dirigé et évite les
Responsabilités
L’homme peut accepter et même
rechercher des responsabilités
La meilleure récompense est la
satisfaction des besoins sociaux
On peut mieux utiliser les capacités
créatrices de l’homme en facilitant
l’expression de son potentiel d’innovation
Compte tenu de ces suppositions, le rôle
de la direction consiste à contraindre et
surveiller les employés
Compte tenu de ces suppositions, le rôle
de la direction consiste à révéler le
potentiel des employés et à les aider à
utiliser ce potentiel en vue de réaliser des
objectifs collectifs
30
III- la vision du management selon le processus décisionnel
L’école de la décision analyse l’organisation comme un lieu de décision et un
processus de prise de décision.
Pour comprendre une décision dans une organisation, il est nécessaire
d’analyser les processus, c’est-à-dire les étapes qui ont conduit à ce choix avec
les comportements des acteurs, les influences et les pouvoirs qui s’exercent.
Contrairement à la vision classique, les décisions ne correspondent pas
nécessairement à l’optimisation des variables économiques car de nombreux
biais entrent dans les processus de choix. Ceci est d’autant plus vrai que les
décideurs n’ont qu’une rationalité limitée et choisissent dans un environnement
incertain (tous les paramètres ne sont pas connus) et non complètement
formalisable (les enchaînements de cause à effet ne sont pas totalement
connus).
C'est dans cet esprit que s'inscrivent essentiellement les travaux de H. SIMON.
31
Herbert Simon (1916 - 2001). Prix Nobel d'Économie en 1978». “The New
Science of Management Decision, New York, Harper & Row». 1960.
H. Simon a analysé à partir de 1950 les processus décisionnel dans les organisations et a
formalisé un concept essentiel : la rationalité limitée. En fait, face à un problème donnée,
le décideur ne cherche pas forcément la solution optimale, il s’arrête souvent à la première
solution qu’il juge satisfaisante. La rationalité est donc limitée par trois facteurs : (1)
l’information disponible, (2) les capacités d'analyse du décideur sont limitées, (3) le
décideur est influencé par des émotions et des événements extérieurs (professionnels ou
privés), étrangers à la décision qu'il doit prendre rationnellement.
H Simon, déduit ainsi l’existence de deux grands types de décisions dans l’entreprise:
Les décisions programmées :, qui ont un caractère habituel, répétitif. Comme la paie
des salaires, la facturation des commandes…. Ces décisions peuvent faire l’objet
d’applications informatiques.
Les décisions non programmées : qui ont un caractère non structuré et qui sont très
importantes pour la vie de l’entreprise. Comme la décision d’implantation à l’étranger.
Il opposa à la "rationalité absolue", la rationalité " procédurale " qui va consister à une
succession de décisions itératives, qui cherchent, en fonction des erreurs passées, à
s'approcher de la moins mauvaise solution possible.
32
IV- La vision du management selon la théorie des systèmes. L.Von
Bertalanffy (1973), Théorie générale des systèmes, Paris, Dunod.
Une entreprise est une structure organisée, ouverte sur l’extérieur et réunissant
plusieurs éléments différents fonctionnant en interaction pour atteindre un objectif
commun, avec des procédures de régulation.
L’approche systémique conduit à identifier et à formaliser cinq éléments
caractéristiques :
 Les éléments différenciés sont les fonctions de l’entreprise et les services de
l’entreprise qui ont des objectifs, des moyens, des procédures et des structures
spécifiques mais qui doivent pourtant travailler ensemble
 La frontière du système avec l’environnement est constituée par la structure
de l’entreprise
 L’environnement correspond aux partenaires avec lesquels l’organisation
travaille,
 L’objectif générique pour l’organisation est la survie à long terme avec des
objectifs économiques et sociaux transitoires,
 Les procédures de régulation correspondent aux décisions et aux actions
menées par l’organisation pour recentrer le fonctionnement en fonction des
objectifs.
33
V- La vision du management selon la théorie de la contingence.
Contrairement aux écoles classiques qui cherchent le ‘‘seul bon modèle
applicable à toutes les organisations’’ (le one best way), l’organisation est
soumise à des facteurs de contingence c’est-à-dire des caractéristiques
évolutives qui influencent ses décisions et ses actions.
Au-delà de l’analyse en termes de système complexe ouvert, l’organisation est
analysée comme contingente, c’est-à-dire comme une réponse parmi d’autres à
un problème qui n’a pas de solutions toute faite, optimale et répétitive.
Joan Woodward (1916-1971). Industrial Organization, London, Oxford
University Press. 1965
Son analyse d’une centaine d’entreprise avait pour objectif de déterminer les
paramètres qui expliquent les structures adoptées (nombre de niveaux
hiérarchique, décentralisation, etc.). En effet, seules les technologies utilisées
dans le système de production (petite ou grande série, processus continu ou
discontinu) expliquent les différences structurelles constatées entre les
entreprises. Donc la technologie est un facteur de contingence.
34
T.Burns, G.M.Stalker, (1965), The Management of Innovation, Londres,
Tavistock- Institute.
La structure varie en fonction de la stabilité de l’environnement liée au degré de
changement dans la technologie de production (facteur interne pour Woodward)
et le marché du produit de la firme. D’où deux types extrêmes de structures:
Organiques : faible degré de formalisation, une grande flexibilité, adaptées aux
environnements les plus instables
Mécanistes : très centralisées, formalisées et hiérarchisées et aux règles
contraignantes, adaptées aux environnements les plus stables.
P.R.Lawrence & J.W. Lorsch (1973), Adapter les structures de l’entreprise,
intégration ou différenciation, Paris, Edition d’Organisation).
Prix Nobel d’économie, LAWRANCE a proposé les bases d’une nouvelle théorie,
qui au lieu de privilégier des solutions idéales, avancent plutôt une théorie
contingentielle qui recherche des solutions sur mesure et adoptées au contexte
situationnel de chaque entreprise.
35
Ces principales conclusions :
1- Il n y pas de structure idéale, plusieurs modèles peuvent êtres performants
selon le contexte (stratégie, technologie…) un même modèle peut être performant
ou non performant.
2- L’efficacité de l’organisation dépend de sa capacité à s’adapter à son
environnement, l’entreprise devra être d’autant plus souple et décentralisée, que
son environnement est incertain et évolutif.
Henry Mintzber, (1982), Structure et dynamique des organisations, Paris,
Editions d’organisations.
Il a essayé de faire une synthèse de tous les facteurs de contingence et les
intégrer pour proposer des structures organisationnelles adéquates.
Les principaux facteurs de contingence propres à l’organisation sont l’âge, la taille,
la technologie utilisée, le style de pouvoir, la stratégie. Les facteurs de
contingence de l’environnement sont sa variabilité, sa complexité, sa turbulence,
son incertitude.
36
VI- La vision du management selon l’approche de processus
Le management est une activité qui se compose de sous-activités fondamentales
qui forment un processus unique: Planification, Organisation, Impulsion et
contrôle.
 Planification : Il s’agit de fixer les objectifs à atteindre en définissant les
tâches à accomplir (quand et comment).
Les plans ne sont pas rigides mais adaptables en fonction des évolutions.
 Organisation:
 Décomposer le travail en tâches opératoires
 Regrouper les tâches opératoires en postes de travail
 Assembler les postes de travail en unités viables et liées les unes des autres
 Clarifier les exigences des postes de travail
 Choisir les individus et leur attribuer l’emploi qui convient
 Utiliser et décider l’autorité qui convient
 Fournir des équipements personnels et autres ressources
Adapter l’organisation à la lumière des résultats du contrôle
37
 Impulsion
 Faire participer tous ceux qui subissent l’effet d’une décision ou d’un acte
 Pousser sans cesse les autres à faire de leur mieux
 Organiser des communications efficaces
 Aider les individus à se développer et à atteindre tout leur potentiel
 Récompenser par la reconnaissance du travail bien fait et par une
rémunération en conséquence
 Satisfaire les besoins des employés
 Revoir les efforts d’impulsion à la lumière des résultats du contrôle
 Contrôle
 Comparer les résultats aux plans
 Apprécier les résultats au regard des normes de réalisation
 Concevoir des moyens efficaces de mesure des activités
 Montrer les écarts
 Suggérer des actions correctrices
 Adapter le contrôle à la lumière des résultats du contrôle

Contenu connexe

Similaire à 188009626-Theme-4-fondamentaux-S1.pptx

Theorie de la firme
Theorie de la firmeTheorie de la firme
Theorie de la firmebliss26
 
management de la performance, rôle du manager
management de la performance, rôle du managermanagement de la performance, rôle du manager
management de la performance, rôle du managerndahesther14
 
Ouvrages de abdou karim GEEYE
Ouvrages de abdou karim GEEYEOuvrages de abdou karim GEEYE
Ouvrages de abdou karim GEEYEAbdou Karim GUEYE
 
Gestion d'entreprise (1): Docteur Ammar Samout
Gestion d'entreprise (1): Docteur Ammar SamoutGestion d'entreprise (1): Docteur Ammar Samout
Gestion d'entreprise (1): Docteur Ammar Samoutsamout ammar
 
Les Indispensables Vuibert Ressource Humaine
Les Indispensables Vuibert Ressource HumaineLes Indispensables Vuibert Ressource Humaine
Les Indispensables Vuibert Ressource HumaineHAMADI ASKRI
 
management[pdf finance et economic et management
management[pdf finance et economic et managementmanagement[pdf finance et economic et management
management[pdf finance et economic et managementmadradil5
 
cours-de-gestion-des-RH-partie1-TM1.pdf
cours-de-gestion-des-RH-partie1-TM1.pdfcours-de-gestion-des-RH-partie1-TM1.pdf
cours-de-gestion-des-RH-partie1-TM1.pdfoubihi1
 
LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINESLA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINESsarah Benmerzouk
 
Ch.ii approches du managementt
Ch.ii approches du managementtCh.ii approches du managementt
Ch.ii approches du managementtAmjad Soltani
 
Ch.ii approches du managementt (1)
Ch.ii approches du managementt (1)Ch.ii approches du managementt (1)
Ch.ii approches du managementt (1)Amjad Soltani
 

Similaire à 188009626-Theme-4-fondamentaux-S1.pptx (20)

Theorie de la firme
Theorie de la firmeTheorie de la firme
Theorie de la firme
 
Dauphine_2012
Dauphine_2012Dauphine_2012
Dauphine_2012
 
Cours 1 to
Cours 1 toCours 1 to
Cours 1 to
 
Les grands principes_du_management
Les grands principes_du_managementLes grands principes_du_management
Les grands principes_du_management
 
management de la performance, rôle du manager
management de la performance, rôle du managermanagement de la performance, rôle du manager
management de la performance, rôle du manager
 
La mobilisation à l\'oeuvre pour tous
La mobilisation à l\'oeuvre pour tousLa mobilisation à l\'oeuvre pour tous
La mobilisation à l\'oeuvre pour tous
 
Ouvrages de abdou karim GEEYE
Ouvrages de abdou karim GEEYEOuvrages de abdou karim GEEYE
Ouvrages de abdou karim GEEYE
 
M.R.H.
M.R.H.M.R.H.
M.R.H.
 
Bases du management
Bases du managementBases du management
Bases du management
 
LE MANAGEMENT.pptx
LE MANAGEMENT.pptxLE MANAGEMENT.pptx
LE MANAGEMENT.pptx
 
Gestion d'entreprise (1): Docteur Ammar Samout
Gestion d'entreprise (1): Docteur Ammar SamoutGestion d'entreprise (1): Docteur Ammar Samout
Gestion d'entreprise (1): Docteur Ammar Samout
 
La mobilisation à l'oeuvre pour tous finale
La mobilisation à l'oeuvre pour tous finaleLa mobilisation à l'oeuvre pour tous finale
La mobilisation à l'oeuvre pour tous finale
 
Les Indispensables Vuibert Ressource Humaine
Les Indispensables Vuibert Ressource HumaineLes Indispensables Vuibert Ressource Humaine
Les Indispensables Vuibert Ressource Humaine
 
le management en 2013
le management en 2013le management en 2013
le management en 2013
 
ICHEC BAC 1 INTRODUCTION AU MANAGEMENT CH.2
ICHEC BAC 1 INTRODUCTION AU MANAGEMENT CH.2ICHEC BAC 1 INTRODUCTION AU MANAGEMENT CH.2
ICHEC BAC 1 INTRODUCTION AU MANAGEMENT CH.2
 
management[pdf finance et economic et management
management[pdf finance et economic et managementmanagement[pdf finance et economic et management
management[pdf finance et economic et management
 
cours-de-gestion-des-RH-partie1-TM1.pdf
cours-de-gestion-des-RH-partie1-TM1.pdfcours-de-gestion-des-RH-partie1-TM1.pdf
cours-de-gestion-des-RH-partie1-TM1.pdf
 
LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINESLA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
 
Ch.ii approches du managementt
Ch.ii approches du managementtCh.ii approches du managementt
Ch.ii approches du managementt
 
Ch.ii approches du managementt (1)
Ch.ii approches du managementt (1)Ch.ii approches du managementt (1)
Ch.ii approches du managementt (1)
 

Plus de Jabir Arif

Concept Logistique ENSIT 20008 (1).pptx
Concept Logistique ENSIT 20008 (1).pptxConcept Logistique ENSIT 20008 (1).pptx
Concept Logistique ENSIT 20008 (1).pptxJabir Arif
 
Gestion de Production.ppt
Gestion de Production.pptGestion de Production.ppt
Gestion de Production.pptJabir Arif
 
190001053-Theme-5-Ese-struorga.ppt
190001053-Theme-5-Ese-struorga.ppt190001053-Theme-5-Ese-struorga.ppt
190001053-Theme-5-Ese-struorga.pptJabir Arif
 
188185874-theme-1-1-Techniques-et-economie-de-l-entreprise-s1.ppt
188185874-theme-1-1-Techniques-et-economie-de-l-entreprise-s1.ppt188185874-theme-1-1-Techniques-et-economie-de-l-entreprise-s1.ppt
188185874-theme-1-1-Techniques-et-economie-de-l-entreprise-s1.pptJabir Arif
 

Plus de Jabir Arif (14)

MRP.ppt
MRP.pptMRP.ppt
MRP.ppt
 
Concept Logistique ENSIT 20008 (1).pptx
Concept Logistique ENSIT 20008 (1).pptxConcept Logistique ENSIT 20008 (1).pptx
Concept Logistique ENSIT 20008 (1).pptx
 
Gestion de Production.ppt
Gestion de Production.pptGestion de Production.ppt
Gestion de Production.ppt
 
Stocks.ppt
Stocks.pptStocks.ppt
Stocks.ppt
 
8144139.ppt
8144139.ppt8144139.ppt
8144139.ppt
 
ordon.ppt
ordon.pptordon.ppt
ordon.ppt
 
prev.ppt
prev.pptprev.ppt
prev.ppt
 
mrpii2002.ppt
mrpii2002.pptmrpii2002.ppt
mrpii2002.ppt
 
190001053-Theme-5-Ese-struorga.ppt
190001053-Theme-5-Ese-struorga.ppt190001053-Theme-5-Ese-struorga.ppt
190001053-Theme-5-Ese-struorga.ppt
 
188185874-theme-1-1-Techniques-et-economie-de-l-entreprise-s1.ppt
188185874-theme-1-1-Techniques-et-economie-de-l-entreprise-s1.ppt188185874-theme-1-1-Techniques-et-economie-de-l-entreprise-s1.ppt
188185874-theme-1-1-Techniques-et-economie-de-l-entreprise-s1.ppt
 
9225865_2.ppt
9225865_2.ppt9225865_2.ppt
9225865_2.ppt
 
9054744.pptx
9054744.pptx9054744.pptx
9054744.pptx
 
3515782.ppt
3515782.ppt3515782.ppt
3515782.ppt
 
1321335.ppt
1321335.ppt1321335.ppt
1321335.ppt
 

Dernier

Calendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avrilCalendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avrilfrizzole
 
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfLa Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfbdp12
 
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneChana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneTxaruka
 
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Gabriel Gay-Para
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film françaisTxaruka
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx      Film   françaisPas de vagues.  pptx      Film   français
Pas de vagues. pptx Film françaisTxaruka
 
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfBibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfAtelier Canopé 37 - Tours
 
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfBibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfAtelier Canopé 37 - Tours
 
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxPrésentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxJCAC
 
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècleAux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècleAmar LAKEL, PhD
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Atelier Canopé 37 - Tours
 
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfVulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfSylvianeBachy
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24BenotGeorges3
 
Apprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursApprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursStagiaireLearningmat
 
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxDIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxMartin M Flynn
 

Dernier (16)

Calendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avrilCalendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avril
 
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
 
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfLa Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
 
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneChana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
 
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film français
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx      Film   françaisPas de vagues.  pptx      Film   français
Pas de vagues. pptx Film français
 
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfBibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
 
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfBibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
 
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxPrésentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
 
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècleAux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
 
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfVulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
 
Apprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursApprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceurs
 
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxDIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
 

188009626-Theme-4-fondamentaux-S1.pptx

  • 1. 1 1 Management Général Thème 4: Eléments fondamentaux du management des organisations Délimitation du concept et évolution de la discipline
  • 2. 2 2 Les origines du management LES ORIGINES DU MANAGEMENT oRaison (Grèce Antique) oOrganisation (Empire Romain) oRationnalité (Descartes) oSciences (Galilée, Darwin, Newton...) oLiberté (Rousseau, Révolution française) oDémocratie (Révolution américaine) oProgrès (Révolution industrielle) •Contexte culturel et historique La pratique du management est un art contextuel qui tente à répondre à la problématique d’administration des entreprises. On peut même remonter plus loin (l’ère du prophète et Adam)
  • 3. 3 3 Le management LES ÉLÉMENTS DE BASE Une série d’activités intégrées et interdépendantes, destinées à faire en sorte qu’une certaine combinaison et cohérence de ressources (financières, humaines, matérielles, etc.) puisse générer une production de biens ou de services économiquement et socialement utiles et si possible, pour l ’entreprise à but lucratif, rentables. – Omar Aktouf (1999) •Définition •La perspective philosophique o Le management est une praxis (une pratique qui se réfléchit) et en amélioration continue o C’est un art où on utilise d’un côté des savoirs-faire et des techniques formelles et de l’autre, des aptitudes et qualités personnelles •La perspective pratique
  • 4. 4 4 Planification Organisation Direction Contrôle Traditionnel Renouvelé Programme formel d’action La structure sociale est statique et réduite à sa dimension formelle L’exercice de l’autorité conférée par la structure Formelle (hiérarchie) Le dirigeant: Un CHEF Un processus formel et s’applique à tout: aux choses, aux personnes et aux actes Vision consensuelle suscitant l’adhésion de tous les membres La structure sociale est le résultat de réseaux et est caractérisée par sa souplesse L’accompagnement et les conseils. Rôle de soutien dynamique et personnalisé Le dirigeant: Un COACH Processus critique qui incite à se questionner Le contrôle devient une activité d’apprentissage Stratégie Structure sociale Leadership Audit PODC
  • 5. 5 5 Qu’est-ce que le MANAGEMENT Art Science Sens Lois et règles Mots et symboles Procédures et processus Argumentation Démonstration Actions et émotions Modèles et méthodologies Habilités Connaissances et techniques Ce qui compte: L’ÉQUILIBRE entre les deux Le management est défini comme un « art ou une action, qui permet de conduire une organisation, de la diriger, de planifier son développement, de la contrôler. Il s’applique à tous les domaines d’activité de l’entreprise » R.A. THIETART (1996).
  • 6. 6 6 Qu’est-ce que le MANAGEMENT en pratique  Clarifier la mission et la vision;  Atteindre les objectifs, les attentes et les priorités;  Saisir les particularités du contexte (opportunités, menaces);  Agir sur les forces et les faiblesses de la structure Organisationnelle;  Optimiser les ressources (Temps, budget, équipement, RH, etc.). Il n’y a pas de recettes ou de potion magique Le management est un métier qui se pratique et se vit Un manager en entreprise doit:
  • 7. 7 7 Synthèse sur le management renouvelé •Le management; oAuthenticité oIntégrité oPersonnalité oConfiance Être utile aux collaborateurs oEmpathie oFacilitateur oNœud de relations oEtc. Les changements dans l’environnement, notamment grâce aux technologies permettent d’arriver au développement d’une économie du savoir où la gestion des connaissance devient fondamentale La Gestion des connaissances
  • 8. 8 8 Quelques outils du management LA DÉMARCHE PAR CAS DU MANAGER 1-Diagnostic de la situation 2-Formulation de la problématique 3-Analyse 4-Évaluation des options et alternatives possibles 5-Décision 6-Mise en œuvre 7-Apprentissages Démarche itérative de résolution de problèmes et d’adaptabilité au contexte
  • 9. 9 9 Cadre général de comportement d’un manager (Approche Comportementale) problème Intelligence Design/conception Évaluation Choix/solutions Implantation 1 2 3 4 Processus séquentiel et réversible Landry et Malouin, 1998 Quel cadre général adopte un manager face à une situation problématique ???
  • 10. 10 10 Le cycle/cercle de Deming Gestion de la qualité Recherche permanente individuelle & collective d’amélioration de l’organisation et de ses service produits 1. Planifier (Plan de projet) 2. Faire (Projet)(Do) 3. Vérifier (Audit)(Check) 4. Agir (Nouvelles actions)(ACT) Amélioration efficace de la qualité Amélioration permanente étape par étape AMELIORATION CONSTANTE Consolidation du niveau atteint Echelle de temps N i v e a u d e m a t u r i t é 1- Plan 3 - Check 2 - Do 4 - Act La pratique du management est un processus d’amélioration continu Apprentissage organisationnel Plus le management est efficace, plus la maturité organisationnelle est grande
  • 11. 11 11 Management Sciences de Gestion Sciences du Management Trouver une solution de gestion passe par l’épuisement de la logique d’une situation Trouver une solution de management passe par la découverte d’un équilibre social
  • 12. 12 12 Management Sciences de Gestion Sciences du Management Gérer relève d’un calcul C’est le « terrain » des méthodes analytiques Manager relève de l’ordre de la créativité et du souhait de poser les règles du jeu (environnement mouvant ou instable d’où prédiction difficile) . exemples de changements . C’est le « terrain » des méthodes heuristiques
  • 13. 13 13 Management et organisation : Les niveaux d’organisation intéressant le manager ? Les phénomènes organisationnels Les formes organisationnelles Question sur la frontière de la forme Les modes d’organisation L’individu/Groupe L’interaction et l’imbrication des niveaux
  • 14. 14 14 Management et organisation : Les types de problèmes concrets auxquels le manager est confronté Les problèmes d’ordre technique Les problèmes d’ordre humain Question sur la frontière de la forme Les problèmes d’ordre politique Les problèmes d’ordre socio-démographique Les problèmes d’ordre culturel
  • 15. 15 Le management peut être vu comme un « cycle d’action qui se succèdent les unes aux autres dans le temps et qui comportent : la définition de mission et la négociation des objectifs de chacun, la délégation des responsabilités aux collaborateurs adéquats, la formation requise pour l’épanouissement de ceux-ci, l’information, la communication pour le bon exercice des missions, la motivation des collaborateurs, le conseil (coaching) aux collaborateurs pour les aider à réussir, le contrôle et le suivi en temps opportun de l’exécution des tâches, l’évaluation des performances et la reconnaissance du mérite ». H. Mintzberg,1998. DELIMITATION DU CONCEPT « MANAGEMENT » Attributions du Management général
  • 16. 16 Etre le stratège, c’est disposer de qualités analytiques permettant de faire l’articulation (causes/effets) entre des événements passés et futurs qu’encourt l’organisation. C’est consacrer le temps, l’énergie et toute l’attention requise à l'examen de l'environnement immédiat, des conditions préalables, des exigences et des attentes. Le stratège est appelé le négociateur, avec les différents partenaires, l’initiateur d’idées, le fixateur d’objectifs et le planificateurs des actions, etc. Le changement et le développement sont des mots importants pour le stratège. Etre le manager, c’est s’attribuer la fonction d’administration des ressources. Elle consiste à fournir, distribuer et utiliser des ressources d'une manière efficace, à mettre en place l'organisation, les systèmes et les usages, tout ce qui a trait à la vocation et aux objectifs de l'organisation.
  • 17. 17 Etre le leader revient à influencer et soutenir les autres, à insuffler de l'enthousiasme et de l'énergie au sein de l'organisation. Il consiste, en outre, à représenter un modèle positif pour les autres. Etre le professionnel : les qualités professionnelles conjuguées à l’expérience personnelle, dans un certain domaine, fondent l’autorité du manager : Par ses qualités professionnelles, il est le gardien du système de normes, du code de l'éthique et de tout ce qui a trait à ces sujets. Dans la vie réelle, les quatre fonctions sont intégrées plutôt que séparées.
  • 18. 18 Le ‘‘Management’’ et la ‘‘Stratégie’’ La stratégie peut être envisagée selon deux niveaux : La formulation stratégique : ayant pour objet de structurer la démarche de réflexion des dirigeants pour arriver à des choix stratégiques. Le management stratégique. : qui concerne les conditions de mise en œuvre de ces choix et l'organisation des actions collectives qui permettront d'obtenir la performance attendue durablement. C’est là, une vision externe de la gestion. La cohérence et la cohésion instaurées, la coordination pertinente entre les différentes unités de pilotage et la performance de l’équipe, traduisent un effort efficace de management clef sur la voie d’une ‘‘bonne’’ gouvernance. Le « Management’’ et la ‘‘Gouvernance’’
  • 19. 19 LES ECOLES DE PENSEE DU MANAGEMENT Pour mieux saisir le concept du management, il est nécessaire de passer en revue les différentes écoles de pensée à l’origine de sa naissance et son apogée. Les théories du management sont nées pour répondre à des problèmes d’administration rencontrés dans les entreprises. I- Ecole classique du management ou « école de management scientifique » axée sur la rationalité. Les divers courants sont marqués par une même approche de l'organisation, à savoir la recherche de la rationalité. (Rationalité productive : Taylor ; Rationalité administrative : Fayol ; Rationalité structurelle : WEBER)
  • 20. 20 Frédiric Winslow TAYLOR et l’organisation scientifique du travail (1856-1915) Taylor veut lutter contre les gaspillages du temps, d’argent et de matière, en ayant recours à une méthode scientifique : l’OST qui repose sur une rationalité productive. Taylor énonce les principes d’organisation suivants : Ø Distinction entre la conception et l’exécution : l’étude scientifique du travail doit être effectuée par des spécialistes qui définissent les processus opératoires des lois économiques et le travail que doit fournir l’ouvrier. Ø Division du travail : elle entraine la partialisassion des tâches. Plus la tâche est simple, plus l’apprentissage est rapide. Ø Étude des temps et des mouvements (rationalisation du travail): décomposition de chaque opération de transformation en tâche élémentaires. Ø Le mythe « one best way » : c’est le mythe taylorien selon lequel il existe pour faire un travail déterminé une seule manière, celle connue par les concepteurs. C’est la façon la plus rationnelle de produire. La rationalité productive de F.W. Taylor insiste sur la nécessité de l’adoption d’un système de rémunération à la pièce. L’OST a conduit à de nombreux dysfonctionnements : Mauvaise qualité du travail ; Retards et absentéisme ; Grèves…. Une grande part de ces dysfonctionnements est due à l’absence de prise en compte à la fois de l’homme en tant qu’individu, et de l’homme faisant partie intégrante d’un groupe sociale.
  • 21. 21 Fayol et les principes d’administration H. Fayol (1841-1925) Il consacre ses réflexions au travail de la haute direction Dans son ouvrage «Administration Industrielle et Générale, (1916), Paris, Dunod, 1966, Fayol est le premier à identifier les six fonctions clés du management. Fayol a mis en place les principes de la rationalité administrative suivants: - Codification des fonctions du chef (administration): planifier, organiser, commander, coordonner et contrôler. - Hiérarchie linaire. - Unité de commandement. - Centralisation des décisions.
  • 22. 22 Max Weber et la rationalité structurelle (1957), The Theory of Social and Economic Organization, Free Press. M. Weber a inventé la notion de rationalité « bureaucratique » pour éliminer les sources d'inefficacité organisationnelle. Il propose l'application des six (6) principes suivants : 1) Division du travail : le poste, les taches et les responsabilités de chacun doivent être clairement définis. 2. Structure hiérarchique : la relation entre un patron et ses subordonnés doit être définie d'une manière explicite et les limites de l'autorité de chacun, établies avec précision. 3. Sélection du personnel : le choix d'un nouvel employé doit être fondé sur sa formation et ses connaissances techniques, que l'on aura vérifiées à l'aide de tests. 4. Règles et règlements normalisés : des règles et des règlements précis doivent être appliqués pour garantir l'uniformité du travail et la normalisation des actes accomplis. 5. Caractère impersonnel des relations : les relations entre les différents membres de l'organisation doivent être impersonnelles. L'application de règles et de règlements est de nature à éviter tout conflit de personnalités. 6. Avancement : les employés doivent recevoir un salaire à taux fixe et obtenir de l'avancement d'après leur compétence et leur ancienneté.
  • 23. 23 II- La vision du management selon l’école des relations humaines axée sur l’Homme. • L'école des relations humaines s'est développée, vers les années 1930 au Etas-unies, en réaction aux excès du taylorisme qui dans sa recherche de la productivité a engendré des comportements contraires à ses objectifs initiaux. • L'approche de l'organisation a évolué en intégrant une nouvelle dimension, au regard de l’apport de l’école classique : l'Homme en tant qu'individu et membre d'un groupe. • On passe d’une conception de l’homme économique à l’homme social.
  • 24. 24 Apport de G. Elton Mayo (1880-1949) • Elton Mayo s'est intéressé aux conditions matérielles de travail (éclairage, chauffage, bruit...etc.) et leur impact sur la productivité à la Western Electric et ce à travers une série d'expériences. Il constate que la productivité varie peu : les individus observés sont motivés par le fait qu’ils sont considérés, qu’ils se sentent membres d’un groupe. Mayo conclut que les travailleurs, membres d’un groupe, sont plus sensibles aux relations humaines internes au groupe qu’aux conditions matérielles de travail. Les principales conclusions de Mayo : • La capacité de travail accomplie par un individu n’est pas déterminée par sa capacité physique (approche Taylorienne) mais par sa capacité sociale, c’est-à-dire son intégration sociale. • Les récompenses non financières (estime, relations sociales) jouent un rôle essentiel dans la motivation, Ce courant (relation humaine) ne remet pas en cause les structures formelles et les modes de fonctionnement des organisations. Il cherche juste à réduire les tentions psychologiques pour mieux intégrer les salariés à l’entreprise.
  • 25. 25 Apport de Kurt Lewin(1) (1890-1947) Lewin a introduit dans l’analyse des organisations un phénomène qualifié de ‘’dynamisme de groupe’’. Sur ce point, ses travaux prolongent ceux de Mayo et les enrichit. Il va s’intéresser au comportement de l’homme au travail. Il a définit trois styles fondamentaux de commandement: Ø Autocrate : il donne des ordres qui doivent être exécutés, cependant, on peut trouver un autocrate bienveillant. Ø Démocrate : celui qui prend la décision et qui la partage avec les autres membres, il est à leur écoute et il est compétant. C’est un système plus efficace car il fait participer les individus. Ø Laisser-faire : le dirigeant, il n’a le soucie de rien et il essaie d’avoir le moins de contacts possible, et le moins de décisions possible. Autrement, une direction du groupe sans implication émotionnelle. Désormais, l’entreprise n’est plus considérée comme une entité économique mais plutôt comme une sorte de communauté de destins. Le leadership démocratique est préconisé par Lewin comme étant le plus efficace.
  • 26. 26 Abraham Maslow et la hiérarchisation des besoins Maslow (1908-1970) s’est intéressé à la satisfaction des besoins des individus en définissant une hiérarchisation de ces besoins en cinq catégories : • Besoins physiologiques ; • Besoins de sécurité ; • Besoins d’appartenance ; • Besoins d’estime et de reconnaissance; • Besoins de développement et d’accomplissement personnel. Ce qui motive l’individu c’est la satisfaction d’un besoin, et un individu n’est sensible aux paramètres d’un niveau que si les niveaux précédents de besoin sont satisfaits. Comme les travaux de Mayo, cette hiérarchie des besoins met en évidence les limites du stimulant financier et l'impact du contenu de travail indépendamment des conditions qui l'entourent pour motiver les salariés.
  • 27. 27 Apport de F. Herzberg ou la double nature des motivations. Frederick Herzberg (1923 – 2000) prolonge les travaux de Maslow, pour expliquer les causes à l’origine de la motivation des hommes (théories du contenu motivationnel). Il distingue deux types de facteurs intervenant sur la psychologie du travail:  Les facteurs d’hygiène (la qualité de l’environnement au travail) qui doivent être réalisés sous peine d’insatisfaction, ils ne sont cependant pas source de motivation, seule leur absence est un frein.  Les facteurs (intrinsèques) motivants qui vont être la source de réelle motivation sont comme le besoin de participation, d’accomplissement, de créativité, etc. L’organisation doit apporter une réponse satisfaisante aux deux séries de besoins (besoins instinctifs en rapport avec le milieu, et besoins spécifiquement humains, concernant les devoirs qui lui sont propres), pour :  Eviter le mécontentement : conditions de travail et rémunération  Provoquer la satisfaction : élargir et enrichir les tâches des postes de travail alors que la rationalisation et simplification tayloristes en appauvrissent le contenu.
  • 28. 28 Rennsis Likert et le principe de la relation intégré (1903 - 1981) Chacun doit se sentir important et nécessaire au sein de l'entreprise car personne ne peut travailler efficacement s'il n’a pas conscience d'être utile. Likert a définit quatre styles de commandement qui caractérisent différents aspects du comportement des dirigeants. 1) Style autoritaire exploiteur : les subordonnés sont contraints par un système de sanctions, de pénalisation opérant d’en haut. 2) Style autoritaire paternaliste : les subordonnés sont contraints par un système de sanctions/récompenses. Seules quelques décisions mineures sont déléguées aux niveaux inférieurs. 3) Style consultatif : les subordonnés sont consultés mais ne prennent pas les décisions. Les objectifs sont fixés après discussion avec les subordonnés. Et les opérations opératoires sont prises aux niveaux inférieurs de l’organisation. 4) Style participatif : la direction fait participer les employés à des groupes de travail capables de prendre des décisions, et fixe des objectifs à atteindre. Ce style a été préconisé par Likert L’organisation performante repose sur 3 éléments : (1) la qualité des rapports de coopération entre les membres de l’organisation, (2) la prise de décision et contrôle par les groupes, (3) la fixation à l’intérieur des groupes d’objectifs globaux et personnels ambitieux.
  • 29. 29 Les travaux de Douglas McGregor (1906-1964), The Human Side of Entreprise, NY: McGraw-Hill. La manière dont une organisation est dirigée dépend d'hypothèses implicites sur la nature humaine et le comportement des hommes: Théorie X et Y. Théorie X Théorie Y L’homme n’aime pas spontanément Travailler Le travail peut être une source de satisfaction Il faut contraindre les hommes pour les faire travailler L’homme peut se diriger lui-même. S’il accepte les objectifs fixés, il n’est pas besoin de le contraindre pour lui faire exécuter sa tâche L’homme préfère être dirigé et évite les Responsabilités L’homme peut accepter et même rechercher des responsabilités La meilleure récompense est la satisfaction des besoins sociaux On peut mieux utiliser les capacités créatrices de l’homme en facilitant l’expression de son potentiel d’innovation Compte tenu de ces suppositions, le rôle de la direction consiste à contraindre et surveiller les employés Compte tenu de ces suppositions, le rôle de la direction consiste à révéler le potentiel des employés et à les aider à utiliser ce potentiel en vue de réaliser des objectifs collectifs
  • 30. 30 III- la vision du management selon le processus décisionnel L’école de la décision analyse l’organisation comme un lieu de décision et un processus de prise de décision. Pour comprendre une décision dans une organisation, il est nécessaire d’analyser les processus, c’est-à-dire les étapes qui ont conduit à ce choix avec les comportements des acteurs, les influences et les pouvoirs qui s’exercent. Contrairement à la vision classique, les décisions ne correspondent pas nécessairement à l’optimisation des variables économiques car de nombreux biais entrent dans les processus de choix. Ceci est d’autant plus vrai que les décideurs n’ont qu’une rationalité limitée et choisissent dans un environnement incertain (tous les paramètres ne sont pas connus) et non complètement formalisable (les enchaînements de cause à effet ne sont pas totalement connus). C'est dans cet esprit que s'inscrivent essentiellement les travaux de H. SIMON.
  • 31. 31 Herbert Simon (1916 - 2001). Prix Nobel d'Économie en 1978». “The New Science of Management Decision, New York, Harper & Row». 1960. H. Simon a analysé à partir de 1950 les processus décisionnel dans les organisations et a formalisé un concept essentiel : la rationalité limitée. En fait, face à un problème donnée, le décideur ne cherche pas forcément la solution optimale, il s’arrête souvent à la première solution qu’il juge satisfaisante. La rationalité est donc limitée par trois facteurs : (1) l’information disponible, (2) les capacités d'analyse du décideur sont limitées, (3) le décideur est influencé par des émotions et des événements extérieurs (professionnels ou privés), étrangers à la décision qu'il doit prendre rationnellement. H Simon, déduit ainsi l’existence de deux grands types de décisions dans l’entreprise: Les décisions programmées :, qui ont un caractère habituel, répétitif. Comme la paie des salaires, la facturation des commandes…. Ces décisions peuvent faire l’objet d’applications informatiques. Les décisions non programmées : qui ont un caractère non structuré et qui sont très importantes pour la vie de l’entreprise. Comme la décision d’implantation à l’étranger. Il opposa à la "rationalité absolue", la rationalité " procédurale " qui va consister à une succession de décisions itératives, qui cherchent, en fonction des erreurs passées, à s'approcher de la moins mauvaise solution possible.
  • 32. 32 IV- La vision du management selon la théorie des systèmes. L.Von Bertalanffy (1973), Théorie générale des systèmes, Paris, Dunod. Une entreprise est une structure organisée, ouverte sur l’extérieur et réunissant plusieurs éléments différents fonctionnant en interaction pour atteindre un objectif commun, avec des procédures de régulation. L’approche systémique conduit à identifier et à formaliser cinq éléments caractéristiques :  Les éléments différenciés sont les fonctions de l’entreprise et les services de l’entreprise qui ont des objectifs, des moyens, des procédures et des structures spécifiques mais qui doivent pourtant travailler ensemble  La frontière du système avec l’environnement est constituée par la structure de l’entreprise  L’environnement correspond aux partenaires avec lesquels l’organisation travaille,  L’objectif générique pour l’organisation est la survie à long terme avec des objectifs économiques et sociaux transitoires,  Les procédures de régulation correspondent aux décisions et aux actions menées par l’organisation pour recentrer le fonctionnement en fonction des objectifs.
  • 33. 33 V- La vision du management selon la théorie de la contingence. Contrairement aux écoles classiques qui cherchent le ‘‘seul bon modèle applicable à toutes les organisations’’ (le one best way), l’organisation est soumise à des facteurs de contingence c’est-à-dire des caractéristiques évolutives qui influencent ses décisions et ses actions. Au-delà de l’analyse en termes de système complexe ouvert, l’organisation est analysée comme contingente, c’est-à-dire comme une réponse parmi d’autres à un problème qui n’a pas de solutions toute faite, optimale et répétitive. Joan Woodward (1916-1971). Industrial Organization, London, Oxford University Press. 1965 Son analyse d’une centaine d’entreprise avait pour objectif de déterminer les paramètres qui expliquent les structures adoptées (nombre de niveaux hiérarchique, décentralisation, etc.). En effet, seules les technologies utilisées dans le système de production (petite ou grande série, processus continu ou discontinu) expliquent les différences structurelles constatées entre les entreprises. Donc la technologie est un facteur de contingence.
  • 34. 34 T.Burns, G.M.Stalker, (1965), The Management of Innovation, Londres, Tavistock- Institute. La structure varie en fonction de la stabilité de l’environnement liée au degré de changement dans la technologie de production (facteur interne pour Woodward) et le marché du produit de la firme. D’où deux types extrêmes de structures: Organiques : faible degré de formalisation, une grande flexibilité, adaptées aux environnements les plus instables Mécanistes : très centralisées, formalisées et hiérarchisées et aux règles contraignantes, adaptées aux environnements les plus stables. P.R.Lawrence & J.W. Lorsch (1973), Adapter les structures de l’entreprise, intégration ou différenciation, Paris, Edition d’Organisation). Prix Nobel d’économie, LAWRANCE a proposé les bases d’une nouvelle théorie, qui au lieu de privilégier des solutions idéales, avancent plutôt une théorie contingentielle qui recherche des solutions sur mesure et adoptées au contexte situationnel de chaque entreprise.
  • 35. 35 Ces principales conclusions : 1- Il n y pas de structure idéale, plusieurs modèles peuvent êtres performants selon le contexte (stratégie, technologie…) un même modèle peut être performant ou non performant. 2- L’efficacité de l’organisation dépend de sa capacité à s’adapter à son environnement, l’entreprise devra être d’autant plus souple et décentralisée, que son environnement est incertain et évolutif. Henry Mintzber, (1982), Structure et dynamique des organisations, Paris, Editions d’organisations. Il a essayé de faire une synthèse de tous les facteurs de contingence et les intégrer pour proposer des structures organisationnelles adéquates. Les principaux facteurs de contingence propres à l’organisation sont l’âge, la taille, la technologie utilisée, le style de pouvoir, la stratégie. Les facteurs de contingence de l’environnement sont sa variabilité, sa complexité, sa turbulence, son incertitude.
  • 36. 36 VI- La vision du management selon l’approche de processus Le management est une activité qui se compose de sous-activités fondamentales qui forment un processus unique: Planification, Organisation, Impulsion et contrôle.  Planification : Il s’agit de fixer les objectifs à atteindre en définissant les tâches à accomplir (quand et comment). Les plans ne sont pas rigides mais adaptables en fonction des évolutions.  Organisation:  Décomposer le travail en tâches opératoires  Regrouper les tâches opératoires en postes de travail  Assembler les postes de travail en unités viables et liées les unes des autres  Clarifier les exigences des postes de travail  Choisir les individus et leur attribuer l’emploi qui convient  Utiliser et décider l’autorité qui convient  Fournir des équipements personnels et autres ressources Adapter l’organisation à la lumière des résultats du contrôle
  • 37. 37  Impulsion  Faire participer tous ceux qui subissent l’effet d’une décision ou d’un acte  Pousser sans cesse les autres à faire de leur mieux  Organiser des communications efficaces  Aider les individus à se développer et à atteindre tout leur potentiel  Récompenser par la reconnaissance du travail bien fait et par une rémunération en conséquence  Satisfaire les besoins des employés  Revoir les efforts d’impulsion à la lumière des résultats du contrôle  Contrôle  Comparer les résultats aux plans  Apprécier les résultats au regard des normes de réalisation  Concevoir des moyens efficaces de mesure des activités  Montrer les écarts  Suggérer des actions correctrices  Adapter le contrôle à la lumière des résultats du contrôle