2014 diapo chap 3 mondialisation

1 119 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 119
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
28
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

2014 diapo chap 3 mondialisation

  1. 1. Quels sont les fondements du commerce international et de l'internationalisation de la production ? Chapitre 3 - TES 4 - 2014/2015 - PhW Manuel Sciences Economiques et Sociales Tle ES éd. 2012 Hatier pages 64 à 89
  2. 2. Science Économique (80 heures) 1. Croissance, fluctuations et crises 1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique ? 1.2 Comment expliquer l'instabilité de la croissance ? 2. Mondialisation finance internationale et intégration européenne 2.1 Quels sont les fondements du commerce international et de l'internationalisation de la production ? 2.2 Comment s'opère le financement de l'économie mondiale ? 2.3 Quelle est la place de l'UE dans l'économie globale ? 3. Économie du développement durable 3.1 La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l'environnement ? 3.2 Quels instruments économiques pour la politique climatique ?
  3. 3. Thèmes et questionnement Notions Indications complémentaires Avantage comparatif, dotation factorielle, libre-échange et protectionnisme, commerce intra-firme, compétitivité prix et hors prix, délocalisation, externalisation, firmes multinationales.. -------------------------- Acquis de première : gains à l'échange, spécialisation, échange marchand En partant d'une présentation stylisée des évolutions du commerce mondial et en faisant référence à la notion d'avantage comparatif introduite en première, on s'interrogera sur les déterminants des échanges internationaux de biens et services et de la spécialisation. On analysera les avantages et les inconvénients des échanges internationaux pour les producteurs comme pour les consommateurs. On présentera à cette occasion les fondements des politiques protectionnistes et on en montrera les risques. En s'appuyant sur des données concernant le commerce intra-firme et sur des exemples d'entreprises multinationales, on abordera la mondialisation de la production. On analysera les choix de localisation des entreprises et leurs stratégies d'internationalisation. On étudiera à cette occasion les principaux déterminants de la division internationale du travail, en insistant sur le rôle des coûts de transport et de communication. On montrera que la différenciation des produits peut être à l'origine et la recherche d'une compétitivité hors prix. On explicitera enfin la complexité des conséquences de cette internationalisation sur les pays d’accueil. On s’interrogera sur les effets d’une variation des cours de change sur l’économie des pays concernés. 2.1 Quels sont les fondements du commerce international et de l'internationalis ation de la production ?
  4. 4. A propos du film “Ma mondialisation” Gilles Perret 2005
  5. 5. 1) Qui sont les fournisseurs et les clients de Bontaz ? Fournisseurs Clients
  6. 6. 2) Quelle est la DIPP (Décomposition internationale des processus productifs) de la firme familiale Bontaz ? Aujourd’hui ce sont les firmes transnationales qui sont les principaux acteurs de la mondialisation et non plus les États. La division internationale du travail s’accompagne donc de plus en plus d’un processus de Décomposition internationale du Processus de production (DIPP) Dans cette nouvelle étape, le processus de production est divisé, réparti, entre les pays en fonction de leurs avantages propres (coût salarial, importance des matières premières, avantages fiscaux etc.), de manière à ce que, au total, l’entreprise fabrique son produit de manière compétitive. Ainsi, dans chaque pays des entreprises (filiales ou sous-traitants) réaliseront chacune une partie plus ou moins complexe du produit (fabrication des consommations intermédiaires), ces parties du produit seront ultérieurement assemblés dans un des pays participant à cette DIPP.
  7. 7. 3) Comment Bontaz s’internationalise ? (transferts ou pas de capitaux ?) pages 78-79
  8. 8. 4) A quelle logique de compétitivité correspond sa mondialisation
  9. 9. Qu'est-ce que la mondialisation ?
  10. 10. Port de Hong-Kong
  11. 11. La mondialisation est-elle un phénomène nouveau ou un processus ancien ? La mondialisation est-elle un phénomène « naturel » ?
  12. 12. On peut définir le processus de mondialisation comme « l’émergence d’un vaste marché mondial des biens, des services, des capitaux et de la force de travail, s’affranchissant de plus en plus des frontières politiques des Etats, et accentuant les interdépendances entre les pays » S. d’Agostino, La mondialisation, Ed. Bréal, 2002
  13. 13. Pour l'O.C.D.E. "Ce terme recouvre trois étapes: la première -l'internationalisation- est liée au développement des flux d'exportation. - La deuxième, la transnationalité, à celui des flux d'investissement et des implantations à l'étranger. - La troisième -la globalisation- correspond à la mise en place de réseaux mondiaux de production d'information".
  14. 14. Mondialisation ⬈ des échanges Globalisation financière extension d'un modèle culturel Un vecteur principal : les firmes multi-nationales
  15. 15. I- L'ouverture internationale A-Le développement des échanges internationaux 1° des économies de plus en plus ouvertes
  16. 16. page 66
  17. 17. Source : Alternatives économiques
  18. 18. Taux de croissance des exportations mondiales de marchandises sur un an, en % Source : Alternatives économiques
  19. 19. L'ouverture internationale : le cas de la France Le taux d'ouverture mesure le poids des échanges extérieurs dans l'ensemble du PIB. Il se calcule de la façon suivante : (importations+exportations)/2 PIB =
  20. 20. I- L'ouverture internationale A-Le développement des échanges internationaux 2° des échanges de plus en plus complexes
  21. 21. Où ? Avec Qui ? Quoi ? Doc 2 : question 3 Doc 3 : questions 1 et 2 Doc 4 : questions 1 et 2
  22. 22. Source OMC Site : Alternatives économiques
  23. 23. Part dans les exportations mondiales de marchandises et de services en 2011 (en %) Source OMC
  24. 24. Part dans les exportations mondiales de marchandises et de services en 2011 (Source OMC Site : Alternatives économiques
  25. 25. Page 67
  26. 26. http://education.francetv.fr/carte-interactive/les-principaux-flux-commerciaux-dans-le-monde-o18173
  27. 27. Page 67
  28. 28. Les filiales et sous-traitants des firmes transnationales (FTN) dans les exportations mondiales de marchandises en 2010, en milliards de dollars Source OMC Site : Alternatives économiques
  29. 29. La situation de la France…
  30. 30. Solde FAB-CAF de la balance commerciale (biens Les échanges extérieurs de la France Solde FAB-CAF de la balance commerciale (biens)
  31. 31. Les échanges de la France
  32. 32. Vers qui la France exporte t-elle ?
  33. 33. À qui la France achète t-elle ?
  34. 34. I- L'ouverture internationale A-Le développement des échanges internationaux 3° comment mesurer les échanges ? Rappel de cours de 1ère dans le polycopié !
  35. 35. Importations Exportations Sortie de devises Entrée de devises
  36. 36. Balance commerciale + - Entrée de devises Sortie de devises Exportations Importations
  37. 37. Balance des paiements Compte des transactions courantes Compte de capital Compte Financier Il enregistre les échanges de biens, de services, de revenus, de transferts courants Il enregistre les transferts en capital c'est-à-dire les remises de dette, les acquisitions et cessions de brevet, de droits d’auteur et de franchises. Il enregistre les IDE, les investissements de portefeuille et autres investissements et les avoirs de réserves.
  38. 38. doc 3 p. 93
  39. 39. I- L'ouverture internationale B-Les causes de l'ouverture internationale 1° La révolution des transports
  40. 40. Page 68
  41. 41. I- L'ouverture internationale B-Les causes de l'ouverture internationale 2° L'organisation internationale des échanges
  42. 42. Les règles du GATT et de l’OMC • réduction des droits de douane • Lutte contre le protectionnisme (quantitatif et qualitatif) • Multilatéralisme • “clause de la nation la plus favorisée”
  43. 43. I- L'ouverture internationale B-Les causes de l'ouverture internationale 3° Les avantages comparatifs et la division internationale du travail
  44. 44. David Ricardo (1772-1823) 1817 : "Principes de l'économie politique et de l'impôt"
  45. 45. consacre son capital et son industrie à tel emploi qui lui paraît le plus utile. Les vues de l’intérêt individuel s’accordent parfaitement avec le bien universel de toute la société. C’est ainsi qu’en encourageant l’ industrie, en récompensant le talent, et en tirant tout le parti possible des bienfaits de la nature, on parvient à une meilleure distribution et à plus d’économie dans le travail. En même temps, l’accroissement de la masse générale des produits répand partout le bien-être ; l’échange lie entre elles toutes les nations du monde civilisé par les noeuds communs de l’intérêt, par des relations amicales et en fait une seule et grande société C’est ce principe qui veut qu’on fasse du vin en France et au Portugal, qu’on cultive du blé en Pologne et aux États-Unis et qu’on fasse de la quincaillerie et d’autres articles en Angleterre.❞
  46. 46. Qu’est-ce que l’avantage comparatif ? http://dessinemoileco.com/
  47. 47. Portugal Angleterr e Coût de deux unités (1 par pays) Portugal Angleterre Coût de deux unités après spécialisation Vin 80 120 Drap 90 100 Coût de production 170 220 ❝Prenons le Portugal et l’Angleterre, chaque pays fabriquant du drap (du tissu de laine) et du vin. Au Portugal, on fabrique une unité de drap avec 90 hommes et une unité de vin avec 80 hommes. En Angleterre, on fabrique une unité de drap avec 100 hommes et une unité de vin avec 120 hommes. Pour produire une unité de drap et une unité de vin, le Portugal a besoin de 170 hommes et la Grande-Bretagne de 220. ❞
  48. 48. Portugal Angleterr e Coût de deux unités (1 par pays) Portugal Angleterre Coût de deux unités après spécialisation Vin 80 120 200 Drap 90 100 190 Coût de production 170 220 390 ❝Dans ce cas, on pourrait penser que le Portugal n’a pas intérêt à échanger avec l’Angleterre. Il n’en est rien : en se spécialisant, c’est à dire en ne fabriquant plus qu’un seul des deux produits et en important l’autre grâce à la vente de celui qui est produit, chaque pays disposera après l’échange d’une quantité supérieure de produits.❞
  49. 49. Portugal Angleterr e Coût de deux unités (1 par pays) Portugal Angleterre Coût de deux unités après spécialisation Vin 80 120 200 80 - 160 Drap 90 100 190 - 100 200 Coût de production 170 220 390 160 200 360 ❝L’Angleterre consacrera ses 220 hommes à produire du drap car c’est dans cette production qu’elle a le plus petit désavantage relatif et elle en produira 2,2 unités. Le Portugal consacrera ses 170 hommes à fabriquer du vin car c’est dans cette production qu’il a le plus grand avantage comparatif et en produira 2,1 unités. ❞
  50. 50. En échangeant leur production, grâce à la mise en place du libre-échange, sur la base par exemple d’un prix international de une unité de drap contre une unité de vin, le Portugal pourra obtenir 1 unité de drap et 1,1 unité de vin. L’Angleterre pourra obtenir 1,2 unité de drap et 1 unité de vin. On voit bien que, globalement, on y gagne puisqu’avec la même quantité de travail, on produit plus de vin et plus de drap. On voit bien aussi que les deux pays gagnent à l’échange, même le Portugal qui avait l’avantage dans les deux productions : le Portugal augmentera la quantité de vin dont il dispose de 10% (en passant de 1 unité à 1.1) sans diminuer sa quantité de drap (1 unité).
  51. 51. voir aussi p.69
  52. 52. Grâce à la recherche de l'avantage comparatif; il y a un “gain à l'échange” (cf pg de 1ère) il faut établir le libre-échange et spécialiser la production des pays, ce qui enrichira tout le monde. (jeu à somme non nulle) p.69
  53. 53. On peut continuer à soutenir l’idée que c’est bien la différence qui fonde l’échange : c’est parce que nous ne produisons pas exactement la même chose que nous avons intérêt à échanger. Cependant, on observe que la plupart des échanges internationaux sont aujourd’hui des échanges de produits similaires intra-branches (une branche regroupe l’ensemble des entreprises ou des établissements d’entreprise fabriquant le même produit). Où est l’avantage dans ce cas ?
  54. 54. p.69 document 3
  55. 55. la théorie H.O.S (Hecksher-Ohlin-Samuelson) analyse l’échange international à partir des dotations en facteurs. Les pays ont des dotations différentes en facteurs de production (capital, travail) et ils vont avoir tendance à exporter des produits incorporant le facteur dont ils disposent en abondance (et qui est donc peu coûteux. Ainsi, les pays ayant une main d’oeuvre abondante vont exporter des produits utilisant celle-ci avec un coût faible
  56. 56. Plutôt que de produire l'ensemble de ce dont il a besoin, un pays peut se procurer certains biens ou services grâce à l'échange international, en vendant une partie de sa production à l'étranger. Cela suppose qu'il produise dans certains secteurs plus qu'il n'a besoin et qu'en contrepartie il produise moins ou pas du tout dans d'autres secteurs. Les pays qui participent au commerce international peuvent ainsi chacun se spécialiser dans une ou plusieurs productions, c'est ce que l'on appelle la Division internationale du travail (DIT)
  57. 57. Division Internationale du Travail (DIT) : Processus au cours duquel les pays se sont spécialisés et, du coup, se répartissent les différentes fabrications : ils ne produisent pas tous la même chose et, de ce fait, échangent entre eux leur production. On parle parfois de "nouvelle division internationale du travail" pour désigner la spécialisation actuelle des pays : les nouveaux pays industrialisés, asiatiques surtout, produisent aujourd'hui des produits manufacturés, y compris des produits haut de gamme. Les pays développés fabriquent surtout les produits technologiques et les services dont la production nécessite de hautes qualifications. Les pays les plus pauvres restent cantonnés dans les produits primaires à faible valeur ajoutée.
  58. 58. On distingue aussi une DIT (traditionnelle) de complémentarité et une DIT (plus récente) de concurrence. Dans la DIT de complémentarité, jusqu'aux années 1970, les pays développés du Nord importent des produits de base des PED (du Sud) et exportent des produits manufacturés entre eux et vers le Sud. Elle correspond à un partage des productions de type colonial. Depuis les années 1970, on assiste au développement d'une DIT de concurrence entre pays industrialisés qui exportent et échangent des produits manufacturés similaires, auxquels s'adjoignent les pays émergents (essentiellement les NPI asiatiques). Les échanges intra-branches (des voitures contre d'autres voitures) se développent au détriment des échanges inter-branches.
  59. 59. Aujourd’hui ce sont les firmes transnationales qui sont les principaux acteurs de la mondialisation et non plus les États. La division internationale du travail s’accompagne donc de plus en plus d’un processus de Décomposition internationale du Processus de production (DIPP). Dans cette nouvelle étape, le processus de production est divisé, réparti, entre les pays en fonction de leurs avantages propres (coût salarial, importance des matières premières, avantages fiscaux etc.), de manière à ce que, au total, l’entreprise fabrique son produit de manière compétitive. Ainsi, dans chaque pays des entreprises (filiales ou sous-traitants) réaliseront chacune une partie plus ou moins complexe du produit (fabrication des consommations intermédiaires), ces parties du produit seront ultérieurement assemblés dans un des pays participant à cette DIPP.
  60. 60. II- Libre échange ou protectionnisme ?
  61. 61. Le Figaro le 22/10/2012
  62. 62. Le Figaro le 22/10/2012
  63. 63. II- Libre échange ou protectionnisme ? A - Quels sont les avantages et les inconvénients du libre échange ? 1° Les avantages du libre échange
  64. 64. Libre-échange : théorie économique qui prône la libre circulation des marchandises des hommes et des capitaux et la suppression de toutes les entraves aux échanges.
  65. 65. page 70-71
  66. 66. pages 70-71
  67. 67. Avantages pour les producteuArvsantages pour les consommateurs Les prix bas stimulent la consommation : élargissement des marchés ➜ économie d’échelle La concurrence incite les entreprises à renforcer leur compétitivité (prix et hors-prix) ce qui leur permet de mieux exporter La concurrence incite les entreprises à innover et à proposer de nouveaux produits Les prix bas favorisent la consommation et le pouvoir d’achat Les consommateurs profitent de produits diversifiés Amélioration de la qualité des produits consommés
  68. 68. Arguments économiques Arguments Sociaux Arguments politiques efforts de recherche et d’Ivt➜ amélioration de la compétitivité effet de “grand marché ➜ économies d’échelle amélioration du pouvoir d’achat les investissements à l’étranger (IDE) stimulent le développement le Libre échange est créateur d’emplois aussi bien au Nord qu’au Sud (Transfert d’activités) On ne fait pas la guerre avec ceux avec qui on fait du commerce… (cf. Montesquieu “le doux commerce”)
  69. 69. page 89
  70. 70. II- Libre échange ou protectionnisme ? A - Quels sont les avantages et les inconvénients du libre échange ? 2° Les inconvénients du libre échange
  71. 71. pages 72-73
  72. 72. pages 72-73
  73. 73. II- Libre échange ou protectionnisme ? B - Les protectionnismes 1° Les différentes modalités du protectionnisme
  74. 74. Protectionnisme : Ensemble de mesures visant à protéger la production d’un pays contre la concurrence étrangère
  75. 75. Diverses formes • Protectionnisme tarifaire • droits de douane • subventions • Protectionnisme qualitatif et non tarifaire • normes d'hygiène • normes de sécurité • “néo-protectionnisme” • droits compensateurs • mesures anti-dumping • règle du “contenu local” (ex de la Chine) • accords d'autolimitation
  76. 76. Questions... la sous-évaluation de la monnaie peut-elle être considérée comme une forme de protectionnisme ? une politique de promotion des produits nationaux peut-elle être considérée comme une forme de protectionnisme ?
  77. 77. II- Libre échange ou protectionnisme ? B - Les protectionnismes 2° Protectionnisme défensif et offensif
  78. 78. 2 formes de protectionnisme Protectionnisme défensif Protectionnisme offensif (ou "éducateur")
  79. 79. Friedrich List (1789-1846). Système national d’économie politique, 1840. Favorable à l’union douanière entre les États allemands (Zollverein), il estime que le libre échange sert avant tout les intérêts de la Grande-Bretagne. Il est partisan d’un protectionnisme éducateur permettant aux « industries dans l’enfance » de se développer avant de se lancer dans l’insertion dans l’échange international. Cette thèse a connu un très fort retentissement et inspire encore aujourd’hui les stratégies de certains pays (Corée du Sud)
  80. 80. ❝C’est seulement chez les peuples qui possèdent toutes les qualités, toutes les ressources morales et matérielles requises pour établir chez eux une industrie manufacturière et pour parvenir ainsi au plus haut degré de civilisation, de prospérité, de puissance politique mais que la concurrence d’une industrie étrangère déjà fort avancée arrêterait dans leur progrès. et chez eux seulement, que les restrictions commerciales en vue de créer et soutenir une industrie manufacturière est légitime.❞ Friedrich LIST Système national d’économie politique,
  81. 81. Les lois Méline (1880-1914), du nom du Ministre de l’Agriculture Français qui les a instituées, illustrent parfaitement, le protectionnisme défensif. Un tarif douanier dissuadant les importations de céréales étrangères et protégeant les paysans qui constituent à l’époque une catégorie sociale nombreuse et une base électorale importante.
  82. 82. Construire ( à deux) un plan détaillé pour l’énoncé suivant… Quels sont les avantages et les inconvénients du protectionnisme ? Quels sont les avantages et les inconvénients du libre-échange ? OU vous avez le temps, vous pouvez rédiger l’introduction
  83. 83. III- Les stratégies internationales des entreprises A - Firmes transnationales et développement des échanges internationaux 1° Qu'est-ce qu'une firme transationale ?
  84. 84. Qu'est-ce qu'une firme transnationale ? Ces firmes sont composées d’une maison mère qui contrôle au moins une filiale implantée à l’étranger. La CNUCED évalue le degré de transnationalisation des firmes par un indicateur égale à la moyenne de la part des actifs que possèdent les firmes à l’étranger, de la part des ventes qu’elles réalisent à l’étranger et de la part des effectifs qu’elles emploient à l’étranger.
  85. 85. FMN Comment ? Pourquoi ?
  86. 86. La multinationalisation est le plus souvent le résultat d’Investissements Directs à l’Étranger (IDE) qui se traduisent par la création ou le rachat d’entreprises (par fusion ou absorption) à l’étranger.
  87. 87. page 76
  88. 88. pages 78-79
  89. 89. Il y aurait aujourd'hui 80 000 FTN dans le monde, disposant de 900 000 filiales. 40 000 firmes dans le monde réalisent plus de la moitié de leur chiffre d'affaires hors de leur pays d'origine Environ un tiers des échanges mondiaux sont des échanges intra-firmes c’est-à-dire d’une filiale à une autre. Si on ajoute aux échanges intra-firme les échanges où l'un au moins des co-contractants est une firme transnationale, ce sont 92% des échanges mondiaux qui sont concernés.
  90. 90. Pourquoi les firmes deviennent-elles multinationales ?
  91. 91. Pourquoi les firmes deviennent-elles multinationales ? pages 78-79
  92. 92. 2 logiques Stratégie de rationalisation Stratégie de marché
  93. 93. 2 logiques - coûts salariaux - coûts des matières 1eres - coûts de transport - fiscalité - … - connaissance du marché - adaptation au marché local - contournement des barrières douanières - proximité avec la Logique d’offre (coûts) Logique de la demande
  94. 94. Pourquoi les firmes deviennent-elles multinationales ? • Stratégie d'approvisionnement • filiales relais • filiales ateliers • …
  95. 95. III- Les stratégies internationales des entreprises A - Firmes transnationales et développement des échanges internationaux 2° Firmes transnationales et DIPP
  96. 96. pages 76-77
  97. 97. la Décomposition Internationale des Processus de production signifie que les différentes étapes d’un processus de production sont réparties dans différents pays sous l’action des FTN qui tirent avantage des caractéristiques des différents lieux de production et de des différents contrats.
  98. 98. III- Les stratégies internationales des entreprises B - Firmes transnationales et stratégie mondiale 1° Qu'est-ce que la compétitivité ?
  99. 99. http://dessinemoileco.com/ Qu’est-ce que la compétitivité ? Et comment Qu’est-ce que la compétitivité ? Et comment l’améliorer ?
  100. 100. Page 78
  101. 101. III- Les stratégies internationales des entreprises B - Firmes transnationales et stratégie mondiale 2° Améliorer la compétitivité prix grâce aux investissements directs à l'étranger (IDE)
  102. 102. Les Investissements Directs à l'Etranger sont les sommes d'argent investies (ou reçues) par un pays vers (ou en provenance de) l'étranger, dans le but soit de créer ou développer une firme nouvelle localement, soit de prendre partiellement ou totalement le contrôle d'une firme locale existante par une prise de participation au capital via des mécanismes financiers de fusions acquisitions parfois complexes. On considère généralement que le seuil de 10% de prise de capital d'une entreprise permet de définir un IDE : cela signifie que si le flux de capitaux entre deux pays a comme résultat une prise de participation de 10% il sera classé dans la balance des paiements des deux pays comme IDE entrant ou sortant selon le pays, (si c’est moins de 10% c’est un investissement de portefeuille).
  103. 103. L'internationalisation permet d'augmenter la compétitivité-prix en profitant des différences internationales des coûts des facteurs de production et en permettant de contourner les barrières protectionnistes. Délocalisations
  104. 104. page 78
  105. 105. Externalisation = Sous-traitance Sous-traitance De capacité De spécialité “Faire faire….”
  106. 106. III- Les stratégies internationales des entreprises B - Firmes transnationales et stratégie mondiale 3° Améliorer la compétitivité hors-prix grâce à la différenciation des produits
  107. 107. •La différenciation des produits permet à l'entreprise d'apparaître comme la seule fabriquant ce produit et donc de détenir un monopole (provisoire) • La stratégie de différenciation des produits impose des investissements en recherche-développement importants La stratégie fondée sur la compétitivité hors-prix suppose aussi des investissements importants sur la publicité et l’image de marque
  108. 108. III- Les stratégies internationales des entreprises C - Firmes transnationales et nations 1° Firmes transnationales, délocalisations et emploi dans les pays développés
  109. 109. on parle de délocalisation quand une entreprise décide de fermer un de ses établissements de production dans un pays pour aller en ouvrir un autre à peu près équivalent dans un autre pays
  110. 110. conséquences • montée du chômage (emplois peu qualifiés) • pression à la baisse sur le coût du travail • risque de “dumping social” • effets indirects sur la demande
  111. 111. III- Les stratégies internationales des entreprises C - Firmes transnationales et nations 2° IDE et développement dans les pays en développement
  112. 112. pages 80-81

×