Votre idee meme geniale ne suffit pas

332 vues

Publié le

investissements , projets , idée de projet , ...

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
332
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Votre idee meme geniale ne suffit pas

  1. 1. VOTRE IDEE MEME GENIALE NE SUFFIT PAS. FAITES- EN UN PROJET SOLIDE ET A SUCCES ASSURE La psychologie contemporaine n’est pas arrivée à identifier la personnalité type de l’entrepreneur .Cela ne doit pas exister, tellement les cas des expériences passées sont divers. Mais à tous les entrepreneurs est reconnu un dénominateur commun : la seule chose qui comptait avant le lancement de leurs projets, c’était la passion et la soif d’aventure et de réussite. Un projet commercial ou d’entreprise ne peut s’ériger que sur trois premières fondations absolument indispensables : un promoteur décidé, un concept solide et une préparation rigoureuse. Car une idée même géniale n’est pas promise au succès assuré. Pour mettre toutes les chances de votre coté, respecter les règles suivantes ; réunies à travers des témoignages d’entrepreneurs et de consultants ayant accompagné des projets industriels et commerciaux. REGLE N 0 1 : Créer une entreprise ou un commerce avec le maximum de chances de réussite, résulte d’une démarche à petits pas .D’une bonne idée, il faudra des tirer des scénarios, puis procéder à des tests, valider le projet sur le terrain et enfin seulement créer .Certains ont réfléchi pendant un an avant de trouver le déclic. Dans le commerce par exemple, la plupart des entrepreneurs ont tendance à se préoccuper de trouver un local avant de penser au commerce qu’ils vont ouvrir. Cette démarche improvisée mène les commerce ou les entreprises à la fermeture 2 à3 ans après leurs lancements .Il faut une bonne phase de maturation pour formaliser le concept et évaluer avec le maximum de précisions le marché. Ne mettez pas les charrues avant les bœufs. Pour les commerces : Recenser dans votre zone de chalandise, tous les concurrents, puis évaluer la clientèle potentielle en
  2. 2. observant les flux des passants durant 2 à 3 jours. Pour les sociétés, dans votre plan d’affaires , pensez à ne pas consommer tout vos moyens financiers .Conserver une réserve minimale en cas de problèmes et anticiper les problèmes qui peuvent arriver et être prêt à affronter les imprévus. REGLE N0 2 : La majorité des promoteurs de projets négligent l’étude de marché , alors qu’il suffit parfois d’une technique très simple pour en mener une . Etudier le terrain .Pour les produits à lancer sur sur le marché par exemple, il faut observer et suivre l’ écoulement de leurs substituts dans un secteur donné , recueillir les prix pratiqués, et interroger quelques clients et leur producteurs de leurs qualités. Une bonne étude de marché , outre l’évaluation de l’activité, doit intégrer les éléments suivants : Une bonne vision de tous les segments possibles du marché, une appréciation de la valeur ajoutée, et la connaissance chiffrée du marché réel et potentiel. Il convient d’y ajouter une analyse des comportements d’achat pour chaque segment de clientèle. Même effectuée de maniéré approximative et superficielles, cette approche permet de quantifier en volume et en valeur le marché qu’il est possible d’acquérir. REGLE NO 3 : Le plus difficile à contrôler ou à maitriser est le déclenchement d’achat chez la clientèle cible. Beaucoup de clients sont subjugués par la notoriété et l’image de marque du fabriquant, plus que par la qualité et le service rendu par le produit .Pour d’autres c’est l’inverse. Mais une petite étude sur un échantillon réduit de 10 à 20 clients potentiels, peut suffire à identifier les principales causes du déclenchement d’achat. REGLE N O 4 : Ne sous-estimer pas la réglementation. Les lois en vigueur peuvent dépasser le stade de tracasserie, pour s’avérer de vrais obstacles. Renseignez vous au maximum sur les multiples textes qui régissent le secteur d’activité dans
  3. 3. lequel vous souhaitez vous lancer. REGLE N O 5 : Soignez la rédaction du business plan. Grand ou petit projet, le business plan doit permettre d’exposer la logique commerciale du projet en répondant à la triple question : combien allons-nous gagner, grâce à quels produits et services, et par quels moyens de marketing. Même si votre plan de développement repose vos économies, l’élaboration d’un business plan vous fera réfléchir et préciser certains points que vous n’aviez pas forcément imaginés au départ. REGLE N O 6 : Établissez des hypothèses pessimistes. Trop de créateurs d’entreprises surestiment leurs prévisions et sous-évaluent le temps réel qu’ils mettront pour atteindre leur seuil de rentabilité. Sans compter que les administrations publics ne leurs facilitent pas toujours la tache. Leurs inerties et leurs exigences se traduit souvent par des conséquences négatives directes sur la trésorerie. REGLE NO 7 : Démarrez avec suffisamment de fonds propres, pour minimiser les risques de fragilisations.. C'est-à-dire qu’il faut disposer d’assez d’argent pour tenir les premiers mois. Parce que l’on risque toujours de mettre plus de temps que prévu à décrocher les premiers clients et à se faire payer. Et même si tout cela marche, il faudra financer la croissance. REGLE N O 8 : Pour votre recherche de financements bancaires, préparer des dossiers solides, notamment les fiches techniques des produits à lancer, le chiffrage
  4. 4. du marché potentiel et réel, la concurrence, vos capacités financières, ainsi que les hypothèques dont vous disposez .Dans le cas des projets industriels, l’étude technico-économique fiable et l’accord de l’ANDI faciliteront l’accès aux financements. Sadek KHEDDACHE Consultant en management, innovation et développement d’entreprises. Article publié en 2004 sur PME Magazine

×