Mettre en oeuvre sa veille informationnelle sur internet

972 vues

Publié le

Principes de mise en oeuvre de la veille informationnelle sur internet. Fiches pratiques.

Publié dans : Internet
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
972
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
280
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mettre en oeuvre sa veille informationnelle sur internet

  1. 1. LA VEILLE SELON L’AFNOR « ACTIVITÉ CONTINUE ET EN GRANDE PARTIE ITÉRATIVE VISANT À UNE SURVEILLANCE ACTIVE DE L’ENVIRONNEMENT TECHNOLOGIQUE, COMMERCIAL, ETC., POUR EN ANTICIPER LES ÉVOLUTIONS. » Source : Norme AFNOR XP X 50-053 – 1998 L ’ ’ ’ , . L , ’ ’ . LA VEILLE INFORMATIONNELLE « Une veille informationnelle est l’ensemble des stratégies mises en place pour rester informé, en y consacrant le moins de temps possible et en utilisant des processus de signalement automatisés. » Source : JP Lardy – Urfist de Lyon E ’ , ’ ’ . L’ ’ , , , . . E ’ . PAR MÉTHODE • Veille active • Veille passive • Veille offensive PAR TEMPS DE LA VEILLE • Veille ponctuelle • Veille périodique • Veille permanente PAR DOMAINES D’INTÉRÊT • Veille stratégique • Veille sociétale • Veille sectorielle • Veille concurrentielle • Veille commerciale • Veille fournisseurs • Veille juridique et réglementaire • Veille image • Veille technologique INTRODUCTION Veille concurentielle Veille technologique Veille environnementale Veille commerciale Veille commerciale ENTRANTS POTENTIELS FOURNISSEURS CLIENTS CONCURRENTS DU SECTEUR SUBSTITUTS O R G A N I S E R S A V E I L L E S U R I N T E R N E T | 0 1 . 2 0 1 5 | 1
  2. 2. NotesLES FONCTIONS DE LA VEILLE • Anticiper • Informer • Analyser et synthétiser • Mettre en forme • Animer et communiquer LES ÉTAPES DE LA VEILLE VEILLE VS CURATION La eille est une tec ni ue de rec erc e documentaire et de traitement de l’information a ant pour but la prise de décision stratégi ue d’une entreprise. La curation de contenus est une prati ue ui consiste sélection- ner, éditorialiser et partager les contenus les plus pertinents du eb sur un su et donné. Source : Wikipédia Animer et communiquer Anti ciper Infor m er Mettre e n forme Analyser et synthétiser > Stockage et partage de l'information mise en forme > Identi cation et cadrage des besoins > Identi cation des sources pertinentes > Récupération et sélection des informations CIBLAGE SOURCING COLLECTE ANALYSE > Traitement des informations collectées DIFFUSION O R G A N I S E R S A V E I L L E S U R I N T E R N E T | 0 1 . 2 0 1 5 | INTRODUCTION 1
  3. 3. DÉFINITION DES BESOINS DANS CETTE ÉTAPE, L’OBJECTIF EST DE DÉFINIR LES THÈMES QUI FERONT L’OBJET D’UNE SURVEILLANCE. ILS SERONT HIÉRARCHISÉS ET CETTE ACTIVITÉ SE CONCRÉTISERA PAR LA CRÉATION D’UN TABLEAU DE BORD DE SUIVI ET D’UNE GRILLE DE VEILLE. LE CONTEXTE ORGANISER SA VEILLE Il s’agit surtout ici de définir les périmètres de sur eillance pour c acun des ob ectifs identi és. Les ob ectifs sont tout d’abord déclinés en thèmes correspondant au su ets sur les uels la sur eillance doit se focaliser. En nombre limité, ces t émati ues seront hiérarchisées pour re éter l’intensité de leur intér t dans le processus de eille. Ensuite, et en relation a ec c acun des t mes, un premier eu de sources d’information sera sélectionné. Cette étape concrétise les premiers péri- m tres sur eiller. Ils constituent une premi re étape dans la création du tableau de bord de suivi nécessaire la gestion de la eille. O R G A N I S E R S A V E I L L E S U R I N T E R N E T | 0 1 . 2 0 1 5 | Pourquoi ? Quels sont mes besoins d’information ? Quelles sont les ressources existantes ? Pour quels enjeux ? À qui la veille est-elle destinée ? 2 CIBLAGE
  4. 4. GÉRER SA VEILLE Le tableau de bord de sui i permet une s nt se des sur eillances e ectuées, recensant le nom des sources, les URLs, l’ob ectif, les destinataires, etc. O R G A N I S E R S A V E I L L E S U R I N T E R N E T | 0 1 . 2 0 1 5 | LISTER DÉFINIR PLANIFIER RÉVISER Lister les sources, canau d’information et points d’acc s utiliser. Pour commencer lister os sources actuelles bookmarks na igateurs, réseau sociau , . Répertorier os abonnements ne sletters, re ues, presses, mailing,.. . Dé nir les é uations de rec erc e re u te selon le t pe d’outil utilisé. Rec erc er des mots-clés pour c a ue t me a n d’obtenir une grille de eille c e sui ante . Créer et tester les re u tes formulation des uestions sur les di ers outils de rec erc e et les a uster. Déterminer un calendrier de sui i des sources. Les sources comme par e emple les sites eb ne sont pas mis our en permanence dates pré isionnelles annoncées ou déterminer . Ré ision périodi ue des ob ectifs de eille. Il est nécessaire d’a uster réguli rement les ob ectifs de la eille et le dispositif mis en place pour répondre par e emple l’é olution de la stratégie de l’entreprise ou de l’é olution éditoriale des sources. TYPES DE SOURCE NOM/URL OBJECTIFS DESTINATAIRES REQUÊTES FRÉQUENCE D’INTERROGATION HEURE/JOUR/SEMAINE/MOIS ACTUALISATION ... ... fichiers sites revues contacts ... TABLEAU DE BORD DE SUIVI CIBLAGE2
  5. 5. CIBLAGE O R G A N I S E R S A V E I L L E S U R I N T E R N E T | 0 1 . 2 0 1 5 | LISTER LES PREMIÈRES SOURCES D’INFORMATIONS Il est courant de classer l’information selon trois t pes • Il a d’abord l’information ue l’on uali e de «blanche». C’est la plus courante. Elle est accessible facilement compris par le grand public. Elle peut nécessiter un enregistrement. C’est le domaine de la veille informationnelle. Exemples : presse, sites web accessible par les moteurs de recherches classiques. Extranet,… • Sou ent méconnue, informelle et di cilement accessible sans une re- c erc e approfondie, il a l’information «grise». Elle ne rel e pas en général de la eille informationnelle mais plus de l’intelligence économi ue. Exemples : Pages web hors périmètre des moteurs de recherche, documents publiés par inadvertance, discussions,... • En n les informations dont la di usion est restreinte, a ec aut enti cation et sécurisation forte dé nissent l’information «noire». L’ac uisition non autorisée de ce t pe d’information rel e de l’espionnage. DÉFINIR LES STRATÉGIES DE RECHERCHE En relation a ec les t émati ues identi ées, le c oi des mots-clés est la problémati ue centrale. L’utilisation con ointe d’outils de t pe dictionnaires, t ésaurus, glossaire, tables, inde , permettra de créer la grille de eille. Cette derni re facilite les éc anges entre le eilleur et les destinataires de la eille. Elle doit tre actualisée réguli rement ou e ceptionnellement lors ue l’actualité l’e ige. Cette grille indi ue les t mes su ets, catégories sur eiller ainsi ue les mots-clés associés. Exemple de grille de veille : Pour aller plus loin, il peut tre utile de représenter les conne ions sémanti ues entre di érentes idées, et les liens iérar- c i ues entre di érents concepts gr ce au outils de mind mapping. Exemple de hiérarchisation : Source wikipedia DÉFINITION DES REQUÊTES Outils de recherche yGénéralistes Google, Bing, a oo ySpécialisés Blogs, réseau sociau , actualités, personnes, images, c iers, bookmaking yMétamoteurs yTemps réel ttp ne s. ebplanete.net ttp ne smap. p ttp emm.ne sbrief.eu Ne s- Brief clusteredition fr rs. tml yPortails, sites internet, catalogues, bases de données, répertoires Annuaires, BNF, Ale a, ois, IA, yBases de données bibliograp i ues, Open access et autres arc i es. yListe de moteurs de rec erc e ttp en. ikipedia.org iki List of searc engines EN y ttp fr. ikipedia.org iki Liste de moteurs de rec erc e FR yIl est possible de créer son propre moteur de rec erc e ttps .google.com cse ttp .eurekster.com THÈMES MOTS-CLÉS La politique fiscale du gouvernement Fiscalité, TVA, impôts, ISF, prime pour l’emploi, taxe, redevance, cotisations sociales La situation en Géorgie Accord de Moscou, Ossétie, Présidents Saakachvili, sommet exceptionnel à Bruxelles... ORDINATEUR UTILISATEUR MATÉRIEL Unité centrale Périphérique de sortie Périphérique de saisie Microprocesseur Mémoire Applications Systhème d’exploitation BIOS Explorateur web Messagerie Éditeur de texte Disque dur Écran Haut-parleur LOGICIELSouris Clavier À partir des mots-clés sélectionnés, des questions doivent tre formulées pour une mise en uvre sur les divers outils de recherche. 3
  6. 6. LA SYNTAXE DE RECHERCHE La syntaxe varie selon les outils et les requ tes doivent tre a ustées en créant des formulations multiples adaptées. Ils ont généralement les éléments suivants en commun Opérateurs booléens AND, OR, AND NOT BUT NOT NOT ET OU SAUF Les caractères spéciaux Parenthèses combine les mots-clés , guillemets expression exacte , troncature avec , ou - pour inclure ou exclure Orthographe Ma uscule, minuscule, accents et signes, singulier pluriel et l’ordre des mots PLANIFIER LA SURVEILLANCE DES SOURCES A n de compléter le tableau de suivi, il est nécessaire d’identi er la périodicité de publications ou la fréquence de mise our. O R G A N I S E R S A V E I L L E S U R I N T E R N E T | 0 1 . 2 0 1 5 | Réseaux sociaux Sites web, blog Presse webociauxx web Presse papier S FRÉQUENCE DE PUBLICATION ÉLEVÉE FRÉQUENCE DE PUBLICATION FAIBLE DIFFUSION RESTREINTE DIFFUSION IMPORTANTE SMS et IM Newsletters Presse spécialisée Notes CIBLAGE3
  7. 7. SOURCING et COLLECTE O R G A N I S E R S A V E I L L E S U R I N T E R N E T | 0 1 . 2 0 1 5 | QUALIFIER SES SOURCES LA PERTINENCE DES SOURCES D’INFORMATIONS La pertinence d’une source dépend avant tout des ob ectifs poursuivis. Les critères in uen ant le degré de pertinence sont Sa nature Sites institutionnels, presse en ligne, annuaires et portails documentaires, blogs, forums, bases de données, réseaux sociaux Les publics visés Grand public, professionnels, spécialistes, Son rayon de diffusion Local, régional, national, international. LA QUALIFICATION D’autres critères in uencent la qualité des sources. Tout d’abord les éditeurs et les auteurs, quelle est leur réputation, leur crédibilité, leur visibilité ou leur in uence dans la thématique surveillée Ensuite l’information est-elle exacte, traitée avec ob ectivité, est-elle actualisée et récente Et en n l’information est-elle traitée de manière super cielle ou plus en en profondeur L’ÉVALUATION DES SOURCES Les sources étant maintenant pertinentes et de qualité, il s’agit de véri er qu’elles couvrent bien tous les besoins détectés lors du ciblage thèmes, fréquence de publication, langues, aire géographique tout en s’assurant qu’une source ne soit pas dominante et que tous les points de vues sur les problématiques traiter soient représentés. COLLECTER L’INFORMATION Maintenant que les sources sont connues l’extraction ou la récupération des informations peut commencer. La collecte s’e ectue selon deux modalités complémentaires nommées « pull » et « push » LE “PULL” L’information est périodiquement recherchée et extraite par l’utilisateur : • moteurs de recherche, • revue de presse, • historique de recherche, • signets web et navigateur. LE “PUSH” L’information est poussée diffusée automatiquement vers l’utilisateur : • Suivi des mots-clés, en fonction des équations de recherche requ tes soumises un service d’alerte ou des ux d’information . • Abonnement des ux d’information, en fonction de préférences et de critères préétablis par l’utilisateur pro ls . • Surveillance des pages ou des sites Internet. LES DIFFÉRENTS FLUX D’INFORMATION • Bases de données presse, publica- tions, brevets, appels d’o res, etc. gratuites ou payantes, avec ou sans interface web • Moteurs méta moteurs de recherche sur Internet • Sites web ou parties de sites, ou pages web spéci ques , forums de discussion • Listes de di usion et newsletters électroniques • Flux RSS • Notes 4
  8. 8. FLUX RSS ET LA SYNDICATION DES CONTENUS La première fonction des ux ou ls RSS Really Simple syndication est d’agréger des ux d’actualités d’un site web. Ils sont identi ables par le logo Exemple : La page web http://www.lemonde.fr/rss/ récapitule tous les flux RSS du journal le monde. Il est possible de s’y abonner (en cliquant sur le symbole) et d’en suivre l’actualité. Pour faciliter la lecture, chaque article présent dans un flux ne reprend que le titre, une courte description, la date et un lien vers l’article complet. Les flux sont mis à jour en permanence. Ce procédé est la syndication de contenu. Il rend disponible une partie d’un site web pour une utilisation sur d’autres sites. Pour lire ces flux d’actualités, il est nécessaire d’utiliser un agrégateur de flux. Les outils de surveillance Suivre les modi cations de pages de sites actualités d’un concurrent, y ebsite watcher >Flux RSS ou monitoring de page tre averti lorsque des mots-clés sont cités dans l’actualité yGoogle Alerts yTalk alker Alerts Suivre l’actualité avec les lecteurs et agrégateurs de ux RSS presses, institu- tions, yNetvibes yFeedly O R G A N I S E R S A V E I L L E S U R I N T E R N E T | 0 1 . 2 0 1 5 | SITES WEB PAGES RSS MAILINGLIST FORUMS NEWS MICRO BLOGGING RÉSEAU X SOCIAUX MOTEURS DERECHERCHE META MOTEURS OPEN ARCHIVES O PEN DATA R BLOGS SOURCING et COLLECTE 4
  9. 9. ANAL SE et TRAITEMENT O R G A N I S E R S A V E I L L E S U R I N T E R N E T | 0 1 . 2 0 1 5 | ÉVALUER ET VÉRIFIER ENRICHIR TRAITEMENT L’automatisation de la collecte peu selon les cas fournir de grandes quantités d’informations. Il peut tre nécessaire d’e ectuer des traitements pour atteindre les ob ectifs de la veille ou faciliter la t che des destinataires de cette veille. Il s’agit selon les cas d’évaluer, d’enrichir ou de synthétiser les éléments du corpus produit en amont. Cette étape optionnelle fait généralement intervenir un expert et est di cilement automatisable. ANALYSE À c té de l’analyse humaine réalisée par des experts, il existe de nombreux outils permettant des analyses automatisées. SUIVRE des indicateurs quantitatifs comme la fréquence de certains mots-clés, ou le nombre d’articles issus d’une m me source ou écrit par un m me auteur. DÉTECTER des thématiques, sources, acteurs émergents. wordle.net infomous.com EXTRAIRE du sens du corpus gr ce au textmining. Ces outils permettent d’acquérir de connaissances partir des données textuelles qui ont été collectées. Ils sont couplés un outil de visualisation hypertexte et graphiques a n d’explorer et d’analyser les résultats. ÉTABLIR et surveiller des réseaux d’acteurs ou l’évolution de l’usage de mots-clés. carrot2.org RÉVISERRÉRÉVIVISESERR TRIER CLASSER VÉRIFIER COMMENTER RELIER • Inclure ou exclure des informations voire des sources en fonction de leur pertinence dédoublonnage, obsolescence,... • Classer les informations selon des critères conformes au plan de veille date, auteur, catégorie,... • La qualité des informations obtenues • Recouper ou déterminer • A outer des commentaires sur l’information elle m me • Relier les informations entre elles précédence, citation,... • Agréger plusieurs contenus 5
  10. 10. En n il existe des outils d’analyse straté- gique qui peuvent tre alimentés par le ux d’information de la veille. Ils sont la frontière de la veille et de l’intelligence économique. Ce sont La matrice MOFF (SWOT en anglais) O R G A N I S E R S A V E I L L E S U R I N T E R N E T | 0 1 . 2 0 1 5 | ENTRANTS POTENTIELS FOURNISSEURS CLIENTS CONCURRENTS DU SECTEUR SUBSTITUTS g FORCES FAIBLESSES OPPORTUNITÉS MENACES ENTRANTS ECONOMIQUE LA FIRME ET SON MARCHÉ POLITIQUE SOCIO-CULTUREL ECOLOGIQUE TECHNOLOGIQUELÉGAL L’analyse de PESTEL Le modèle des cinq forces de PORTER ANAL SE et TRAITEMENT 5 Notes
  11. 11. O R G A N I S E R S A V E I L L E S U R I N T E R N E T | 0 1 . 2 0 1 5 | LA DIFFUSION Les supports de di usion peuvent prendre de multiples formes • Des outils eb CMS, Intranet, Extranet, Site web, RSE, • L’e-mailing Alertes, Newsletters HTML ou PDF, • Des outils de microblogging Twitter, Tumblr,.. • Des plateformes de curation Scoop.it, Pearltree, • Pour chacun d’entre eux, plusieurs moyens de di usion existent qui vont de la publi- cation de pages web aux sms en passant par les ux RSS eux-m mes ou le courrier électronique avec ou sans pièce ointe . COMMENT CHOISIR ? Plusieurs facteurs in uencent le choix de ces canaux de di usion • Le degré de con dentialité • Le nombre et la qualité des destinataires Dirigeants, Responsables, Employés • Veille temps réel ou di érée • La richesse des contenus images, son, vidéo, PJ, La mise en forme désirée des résultats de la veille newsletters, cartographies des connaissances, benchmark, avis, notes d’étonnement, revue de presse, bibliogra- phie, a également un impact. En n la fréquence de transmission en permanence, périodique ou la demande sera déterminante. PRÉPARER LA DIFFUSION Après avoir sélectionné les outils de di usion il reste • Finaliser la mise en forme des informa- tions lors d’une étape de maquettage. Il s’agit de créer des modèles de docu- ments qui permettront la mise en forme des contenus. Cette dernière pourra éventuellement tre automatisée. • Mettre en place des outils de surveil- lance des usages. Pour un site web, par exemple, l’utilisation de script Google Analytics permet de mesurer le nombre de pages vues, le temps des sessions, l’origine, etc. DIFFUSION Microblogging Sites web, blog curation Microblogging FRÉQUENCE DE DIFFUSION ÉLEVÉE FRÉQUENCE DE PUBLICATION FAIBLE DIFFUSION RESTREINTE DIFFUSION ÉLARGIE SMS Intranet et extranet E-mailing @ 6
  12. 12. FINALISER LES WORKFLOW Le work ow décrit le circuit de valida- tion, les t ches accomplir entre les di érents acteurs du processus de veille. Il indique également les délais et les modes de validation. Son ob ectif est de fournir chacun les informations nécessaires pour la réali- sation de ses t ches. Exemple : Dans le cas d’un processus de publication en ligne, il est nécessaire de modéliser les tâches de l’ensemble de la chaîne édito- riale qui va de la définition du modèle de document à l’automatisation de leur mise en forme en passant par la création du contenu. PRÉPARER LA DIFFUSION Après une étape de test qui validera les automatismes et les mises en forme, la di usion devra tre surveillée et adaptée continuellement aux ob ectifs de la veille. En n, l’usage, les choix de mode de di usion, leurs formes et les contenus peuvent ne pas satisfaire les destinataires pour des raisons de culture information- nelle. Le facteur humain entravera alors le déploiement de la veille. La mise en oeuvre d’une sensibilisation aux intér ts de la di usion de l’information voire une incitation atténuera ce phénomène. O R G A N I S E R S A V E I L L E S U R I N T E R N E T | 0 1 . 2 0 1 5 | Notes DIFFUSION 6
  13. 13. S NTH SE O R G A N I S E R S A V E I L L E S U R I N T E R N E T | 0 1 . 2 0 1 5 | SÉLECTION DES INFORMATIONS TRAITEMENT DIFFUSION CIBLAGES Création de la grille de veille et du tableau de bord de suivi. DÉDOUBLONNER CLASSER FILTRER ALERTES SMS MAILING FLUX RSS NOTES DE SYNTHÈSE TABLEAU DE BORD BLOG ANALYSES (Statistiques, Textmining,...) EXPERTISE SOURCING Bouquet de sources (moteurs, sites web, bases de données,...) quali ées et pertinentes COLLECTE Récupération et extraction de contenus FLUX D’INFORMATION (RSS,...) DÉFINITION DES BESOINS DE VEILLE 7

×