Michel puech

4 846 vues

Publié le

Intervention Michel Puech : "Zone A Défendre ou Territoire A Aménager ?", Rencontres Nationales de l'Ingénierie Publique, Climat et territoires: De l'intention à la réalisation, Toulouse, 11-12 juin 2015

Publié dans : Environnement
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 846
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3 434
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Michel puech

  1. 1. 1    Toulouse, 11 juin 2015 ZAD ou territoire à aménager ? made on a PC with LibreOffice
  2. 2. 2 présentations philosophie de la technologie, technoéthique analyse des systèmes de valeur contemporains → questions de « soutenabilité » dans la modernité
  3. 3. 3 questions la planète est devenue une « zone à défendre » ? notamment à cause du problème climatique ce qui tombe bien parce que le système de valeurs des « zones à défendre » est en pleine puissance mais est-ce une mission d'« aménagement du territoire » et comment la remplir ? ou est-ce une contestation de l'aménagement du territoire (tel qu'il existe) et comment y répondre ?
  4. 4. 4 « zadiste », un mot, des valeurs des problèmes de mots... « zadiste » dans le dictionnaire en 2015 « aménagement du territoire » est-il aussi usité en français ? « climatosceptique » dans le dictionnaire en 2015 et pas son contraire, qui n'existe pas « climato-croyant » ? « climato-conscient » , « climato-concerné » ?
  5. 5. 5 « zadiste », un mot, des valeurs ...un problème de valeurs pas un problème de notoriété, mais un problème de valeurs : une valorisation orientée le zadiste « s'oppose à un projet d'aménagement qui porterait préjudice à l'environnement »  = il est lucide et courageux, même si le dommage environnemental reste au conditionnel le climatosceptique « met en doute les théories les plus répandues concernant le réchauffement climatique »  = il a un puissant esprit critique, comme celui qui caractérise les grands génies scientifiques, d'abord minoritaires
  6. 6. 6 « zadiste », un mot, des valeurs un échec massif 1992 Rio ↔ 2009 Copenhague : ce sont les choses qui commandent, pas les humains, et encore moins leurs valeurs nous avons échoué à prendre les commandes de la planète 1) notre intelligence n'a pas été fabriquée par l’évolution naturelle pour traiter des questions écologiques globales comme celle du climat 2) notre intelligence collective n'a pas été capable de créer les institutions pour traiter des questions écologiques globales comme celle du climat bilan : des valeurs collectives qui ne vont plus de soi notamment les valeurs de base de l'ingénierie publique le progrès, le développement, la prospérité économique, la légitimité institutionnelle, l'efficacité des moyens, l'organisation centralisée de l'action publique... Jamieson Dale, Reason in a dark time: why the struggle against climate change failed -- and what it means for our future, Oxford University Press, 2014
  7. 7. 7 mon hypothèse un paradoxe il est devenu plus facile de réaliser techniquement de grands équipements collectifs que de les rendre sociétalement acceptables application à la question climatique : la grande action collective nécessaire est engluée par son manque d'acceptabilité sociétale paradoxe de l'acceptabilité
  8. 8. 8 mon hypothèse une défaillance : éthique pas seulement l'échec factuel, mais un échec « moral » (Jamieson 2014 + Gardiner 2011)  un constat d'humilité vertu défaillante + une attitude de courage vertu défaillante aussi le savoir-faire défaillant n'est pas technique, il est sociétal dans ce sociétal, il n'est ni politique ni communicationnel, il est éthique = il porte sur la compréhension, l’acceptation et la pratique de valeurs Gardiner Stephen, A perfect moral storm: the ethical tragedy of climate change, Oxford University Press, 2011
  9. 9. 9 la crise des biens communs volet aménagement des espaces collectifs dans le dossier ouvert dès les années 1960-1970 une « tragédie des biens communs » à l’origine de l'alerte sur le soutenable, il y a... un demi-siècle  un problème essentiellement technique et une solution essentiellement politique, institutionnelle  aggravation : de la tragédie des biens communs (Hardin 1968) à la tragédie morale du climat (Gardiner 2011, Jamieson 2014)  un problème qui n'est plus essentiellement technique et une solution qui n'est plus essentiellement politique, institutionnelle Hardin Garrett, "The tragedy of the commons", Science, 13 décembre 1968, vol. 162, no 3859, p. 1243-1248 http://www.sciencemag.org/content/162 /3859/1243
  10. 10. 10 la dimension globale, nouvelle dimension éthique notre équipement intellectuel (philosophique et surtout éthique) est dangereusement en retard sur le développement scientifique et technologique nous savons et nous savons-faire beaucoup mais nous ne savons pas très bien ce que nous voulons vraiment ou ce que nous devrions faire la globalisation est un défi concernant nos valeurs, pas nos structures institutionnelles (politiques ou économiques) les structures institutionnelles existantes sont même au contraire des obstacles, notamment les Etats-nations idem les pseudo-institutions internationales qu'ils contrôlent (et paralysent) à 100% Singer Peter, One world: the ethics of globalization, Yale University Press, 2002
  11. 11. 11 la dimension globale, nouvelle dimension éthique  reprendre les dossiers « globaux » dans un esprit « Zone à Défendre » lancer un Occupy the Earth des Indignados un We are the 99 % de la soutenabilité étudier et capter la logique des nouveaux mouvements sociaux ils sont dimensionnés pour le global Castells Manuel, Networks of outrage and hope: social movements in the Internet age, Malden, MA, Polity, 2012 Rifkin Jeremy, The empathic civilization: the race to global consciousness in a world in crisis, Cambridge, Polity Press, 2011 / Une nouvelle conscience pour un monde en crise vers une civilisation de l’empathie, traduit par Françoise Chemla et Paul Chemla, Arles, Actes Sud, 2012
  12. 12. 12 empowerment climatique une défaillance éthique à l'origine du délitement sociétal : la désappropriation ← logiques de gouvernement par la délégation y compris la délégation du « vernaculaire » : la gestion de l'oikos (éco-), son habitation, sa santé, l'éducation, etc. Ivan ILLICH, années 1970  logiques de réappropriation portées par le numérique : l'empowerment numérique désintermédiation et retrait de délégation
  13. 13. 13 empowerment climatique application au climat : une réappropriation « citoyenne » et « participative » ? c'est encore une tentative politique (= institutionnelle), la dernière peut-être plutôt : réappropriation non-institutionnelle = post-politique au niveau des systèmes de valeur, dans un rapport d'authenticité personnelle prendre la mesure du fait que la question climatique « change tout » Klein Naomi, This changes everything: capitalism vs. the climate, Simon & Schuster, 2015 / Tout peut changer, Arles ; Montréal, Actes Sud, 2015  un empowerment climatique,  intégré dans un empowerment écologique,  de même niveau que et utilisant les moyens de l'empowerment numérique
  14. 14. 14 la reconquête en 3 points 1) prise de conscience faire évoluer le référentiel de valeur « occidental » de : efficacité, croissance, arrogance écologique (= domination matérielle) vers : des « vertus » comme l'humilité (Jamieson 2014) et le sens de l’harmonie besoin d'un travail constructif des intellectuels et des relais culturels malheureusement ils sont en partie englués dans un « logiciel sociologique/politique » des années 1970 → cercle vicieux avec des institutions (privées – entreprises – et publiques) qui ont elles aussi du mal à sortir de l'ère industrielle Hershock Peter D, Valuing diversity: Buddhist reflection on realizing a more equitable global future, Albany, State University of New York Press, 2012
  15. 15. 15 la reconquête en 3 points 2) acceptabilité des valeurs renoncer au confrontationnel idéologique, ne pas chercher de victoire idéologique (= domination idéologique) le problème est « qu'est-ce qu'on fait ? » et non pas « qui a raison ? », encore moins « qui est-ce qui commande ? » assumer le pluralisme et chercher des consensus pragmatiques approchés dé-politiser → vers des alternatives constructives dans l'espace post-politique = la phase post-indignation du collaboratif (des émergences, horizontales) et pas du « participatif » (vertical)
  16. 16. 16 la reconquête en 3 points 3) authenticité des actions devenir sensible à la contre-productivité du « bidon » = greenwashing, climate-washing, virtue-washing devenir sensible à la différence éthique qualitative entre discours et action et même entre prise de conscience et action effective la grande majorité des fumeurs sait que fumer est très dangereux pour la santé et « veut » arrêter mais ... juste ils ne le font pas des micro-actions, collaboratives, produisant des effets d'émergence bilan : une éthique pragmatique depuis les micro-ZAD de sa vie quotidienne jusqu'à la macro-ZAD qu'est notre planète
  17. 17. 17 plus cette présentation et de nombreux autres documents : http://michel.puech.free.fr contact : michel.puech@paris-sorbonne.fr

×