Etude Routiere Maghreb Fr

1 925 vues

Publié le

Le Plan d’Action Régional de Transport (PART) 2007-2013 est une tentative pour intensifier la coopération avec et dans la région Méditerranée dans le domaine du transport.

Le PART comprend un ensemble de 34 actions dans différents secteurs du transport et vise notamment la réforme réglementaire (institutionnelle) ainsi que la planification du réseau d’infrastructure et sa mise en œuvre.

Le but de cette étude est de fournir l’état réel du Transport Ferroviaire et Routier et d’en fournir des recommandations concernant la manière dont les actions peuvent être à l\'avenir implémentées dans les pays Méditerranéens avec l\'aide de la Commission Européenne ; en particulier en : i) harmonisant le fret routier international (Actions 10 - 11) ; et ii) améliorant l\'interopérabilité du transport ferroviaire par le biais de la réforme structurelle

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 925
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
107
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Etude Routiere Maghreb Fr

  1. 1. <p><strong>Page 1: </strong>Rapport sur l’état des lieux de la mise en œuvre des actions du PART relatives au transport routier dans les pays MEDA du Maghreb-&gt; Etude Routière Janvier 2010 Ce projet est fondé par l’Union Européenne </p><p><strong>Page 2: </strong>Rapport sur l’état des lieux de la mise en œuvre des actions du PART relatives au transport routier dans les pays MEDA du Maghreb-&gt; Etude Routière Janvier 2010 Vers un système de transport intégré Euro-méditerranéen </p><p><strong>Page 3: </strong> Etude EuroMed sur le Transport Routier dans les Pays du Maghreb Algérie – Maroc - Tunisie Rapport sur l’état d’avancement de la mise en œuvre des actions du Plan d’Action Régional de Transport (PART) 2007- 2013 &amp; Recommandations pour davantage d’implémentation Ce projet est financé par l'Union Européenne </p><p><strong>Page 4: </strong> Page | 2 Sommaire 1 Introduction-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;7 2 ALGERIE -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 14 2-&gt;1 Présentation du secteur des transports -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 14 2-&gt;2 Les acteurs du secteur du transport -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 14 2-&gt;3 L'adhésion aux accords de la CEE – ONU (UNECE) -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 14 2-&gt;4 Le parc de véhicules-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 15 2-&gt;5 Les résultats des réformes et corridor Fret -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 15 2-&gt;6 La securite routiere-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 16 3 LE MAROC-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 18 3-&gt;1 Présentation du secteur des transports -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 18 3-&gt;2 Les acteurs du secteur du transport -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 18 3-&gt;3 L'adhésion aux accords de la CEE – ONU (UNECE) -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 19 3-&gt;4 Le parc de véhicules-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 19 3-&gt;5 Le transport routier de passagers -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 20 3-&gt;6 Le transport routier de marchandises -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 21 3-&gt;6-&gt;1 Le transport de marchandises dangereuses-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 22 3-&gt;6-&gt;2 Sécurité routière -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 23 4 TUNISIE -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 25 4-&gt;1 Présentation du secteur des transports -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 25 4-&gt;2 Les Acteurs du Secteur du Transport -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 25 4-&gt;3 L'adhésion aux accords de la CEE – ONU (UNECE) -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 26 4-&gt;4 Les réformes engagées -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 26 4-&gt;5 Le transport routier de passagers -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 27 4-&gt;5-&gt;1 Le Transport Routier Urbain -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 27 4-&gt;5-&gt;2 Le transport routier interurbain -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 28 4-&gt;6 Le Transport routier de marchandises -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 29 4-&gt;6-&gt;1 Le transport international routier de marchandises -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 31 4-&gt;6-&gt;2 Le transport de marchandises dangereuses-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 32 4-&gt;7 La schritte routière -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 32 5 RECOMMANDATIONS -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 35 6 ANNEXES-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 39 </p><p><strong>Page 5: </strong> Page | 3 Figures FIGURE 1: VUE GENERALE DU FORUM ET DES GROUPES DE TRAVAIL EUROMED TRANSPORT -&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt;-&gt; 8 </p><p><strong>Page 6: </strong> Page | 4 Abréviations &amp; Définitions ADR Accord européen organisant le transport international routier des produits dangereux AETR Accord européen organisant les période de travail et de repos des chauffeurs professionnels AGA Algérienne de Gestion des Autortoutes AGR Accord européen sur les grandes routes du trafic international AGTC Accord européen sur les grandes lignes de transport international combiné et les installations connexes ANA Agence Nationale des Autoroutes ATP Accord relatif aux Transports internationaux de denrées périssables et aux engins spéciaux à utiliser pour ces transports CMR Accord européen normalisant les contrats de transport des marchandises CEE-ONUCommission Economique de l'Organisation des Nations Unis pour l'Europe CTI Comité des Transports Intérieurs DEPC Direction des Etudes, de la Planification et de la Coordination DRCR Direction des Routes et de la Circulation Routière DSRT Direction de la Sécurité des Transports Routiers DTP Directions des Travaux Publics DTR Directions des Transports Routiers FNTR Fédération Nationale des Transports Routiers M Million MDCI Ministère du Développement Economique et de la Coopération Internationale MEHAT Ministère de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire MET Ministère de l’Equipement et de Transport MF Ministère des Finances MIDL Ministére de l’Interieur et du Developpement Local ONT Office National du Transport PART Plan d’Action Régional de Transport PIB Produit Intérieur Brut </p><p><strong>Page 7: </strong> Page | 5 PTAC Poids Total Autorisé en Charge PTC Poids Total en Charge réel RATC Régies Autonomes de Transport en Commun SA Société Anonyme SARL Société A Responsabilité Limitée SNC Société en Nom Collectif SNTL Société Nationale des Transports et de la Logistique SNTRI Société Nationale du Transport Interurbain STT Société de Transport de Tunis TIR Accord européen organisant le transit douanier international TVA Taxes sur la Valeur Ajoutée UE Union Européenne </p><p><strong>Page 8: </strong> Page | 6 INTRODUCTION </p><p><strong>Page 9: </strong> Page | 7 1 Introduction La première Conférence Ministérielle Euro-méditerranéenne sur le Transport a eu lieu à Marrakech en décembre 2005-&gt; Lors de cette conférence, le Forum Euro-Méditerranéen sur le Transport a été appelé à élaborer un Plan d’Action Régional de Transport (PART) qui spécifie les priorités à court et moyen termes pour faire avancer les recommandations du “Livre Bleu vers un système de transport Euro-Méditerranéen intégré” de 2005 et du rapport du Groupe de Haut Niveau sur “l’Extension des axes principaux de transport Euro-méditerranéens vers les régions et les pays voisins“ datant de 2005-&gt; Cette extension actuellement encours de développement comme le présumé être Réseau Trans-Méditerranéen de Transport (RTM-T)-&gt; Le &quot;PART 2007-2013&quot; a été approuvé et adopté lors de la Conférence de Haut Niveau sur &quot;l’Extension des Principaux Axes de Transport Trans-Européens vers la Région Méditerranéenne&quot; qui s’est tenue à Lisbonne le 3 décembre 2007-&gt; Ce plan essaye d’intensifier la coopération entre les pays de l’UE et ses partenaires Méditerranéens et parmi ces mêmes pays dans le domaine du transport afin d’accélérer l’intégration économique et politique pour une plus grande stabilité et une meilleure prospérité dans la Région Méditerranéenne-&gt; Le plan couvre une période de six ans entre 2007 et 2013 et comprend une série d’actions dans différents secteurs du transport (maritime, routier, ferroviaire et aviation civile) et cible essentiellement la réforme réglementaire (institutionnelle) et la planification et la mise en œuvre du réseau d’infrastructure-&gt; Le PART comprend les actions suivantes pour le transport routier Action 10 prévoit de constituer un Groupe de Travail Méditerranéen pour évaluer l’adhésion aux accords de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Europe (CEE-ONU) et identifier des mesures pour leur mise en œuvre (Action 10A)-&gt; Le Groupe de Travail est également appelé à produire des recommandations pour la libéralisation progressive et l’harmonisation du transport international routier des marchandises (Action 10B)-&gt; Action 11 concerne les réformes réglementaires dans le secteur du transport routier et notamment l’amélioration des dispositions législatives sur le permis de conduire et les tests pour les chauffeurs, les systèmes d’agrément des opérateurs et les tests de contrôle du bon état de marche des véhicules-&gt; Les actions 10 et 11 devraient être mises en œuvre à court terme, i-&gt;e-&gt; d’ici fin 2009-&gt; Ainsi, un Sous-groupe chargé des Questions Réglementaires en matière de Transport Routier et Ferroviaire a été constitué sous le Groupe de Travail chargé de &quot;l’infrastructure et les Questions Réglementaires&quot; Le schéma suivant montre la structure institutionnelle du Forum et des Groupes de Travail EuroMed Transport-&gt; </p><p><strong>Page 10: </strong> Page | 8 Sous les auspices de la co-présidence de l’Union pour la Méditerranée Conférence Ministérielle Euro-Méditerranéenne pour le Transport Forum EUROMED TRANSPORT Action PART Supervision 32 – Coordination GT : Action 3 Etablissement d’un Secrétariat Permanent : Action 34 (Appuyé par : Contrat Principal &amp; Contrat CETMO) GT Infrastructure &amp; GT Aviation GT GNSS GT Affaires Questions maritimes, Ports et Réglementaires Actions PART : Actions PART : Navigation de courte Actions PART : Questions Marché de l’aviation : Introduction du distance Horizontales: 14 GNSS: 27 1, 17, 22, 23, 25, 28 Sécurité et sûreté Actions PART : Infrastructure : aériennes: 15, 16 Réforme du secteur 18, 19, 20, 33 de la navigation : 27 Finance: 29, 30, 31 (Soutenu par : (Soutenu par: (Soutenu par : Projet Aviation) Projet GNSS – METIS) Contrat principal &amp; Contrat CETMO) SG Réglementation SG Autoroutes de la mer routière et ferroviaire Actions PART: Améliorer l’efficacité des ports : 2, 3, 4, 5 Actions PART : Projet pilote Autoroutes de la mer: Transport routier: 21 10, 11, 26 (Soutenu par: Ferroviaire: Projet MEDA autoroutes de la mer) 12, 13 SG sur la sûreté maritime Actions PART: (Soutenu par: Réforme réglementaire de la sécurité et Contrat principal) sûreté maritime : 7, 8, 9 (Soutenu par : Projet Safemed ) Figure 1: Vue générale du Forum et des Groupes de Travail EuroMed Transport </p><p><strong>Page 11: </strong> Page | 9 L’objectif de cette étude est de définir la situation réelle des thèmes abordés par les actions 10 et 11 du PART et de produire des recommandations pour la mise en œuvre des actions dans l’avenir-&gt; 1-&gt;1 Transport routier – Attentes par rapport à l’Action 10A L’Action 10 A veut évaluer le niveau d’adhésion de chaque pays partenaire à un certain nombre de conventions CEE-ONU clés et veut également identifier les mesures pour la mise en œuvre de ces conventions-&gt; En gardant à l’esprit l’approche régionale du Forum EuroMed Transport et ses projets, l’adhésion des partenaires Méditerranéens aux conventions clés CEE-ONU pourrait favoriser l’intégration régionale du secteur du transport routier-&gt; Ceci assurerait la création d’un terrain plus équilibré et plus équitable pour le secteur de transport routier-&gt; L’adhésion à de telles conventions constitue un premier pas vers la libéralisation progressive du marché dans la région-&gt; En mettant en œuvre les conventions CEE-ONU clés, les pays partenaires seraient en mesure d’harmoniser les paramètres techniques et institutionnels réduisant ainsi les coûts du transport routier international-&gt; L’utilisation de documents normalisés et des cadres juridiques permet de réduire les délais d’attente sur les frontières et permet aux transporteurs de marchandises de travailler au niveau international et de réduire les coûts pour l’économie en général-&gt; L’on s’attend à ce qu’une fois placées sur le même pied d’égalité, les sociétés de transport routier dans les différents pays commenceront à observer les règles de la concurrence et les coûts baisseront alors que la qualité du service sera améliorée-&gt; Mais tout d’abord, plusieurs aspects d’ordre légal, institutionnel et technique doivent être harmonisés-&gt; L’Adhésion aux conventions CEE-ONU permettra également une telle harmonisation-&gt; La section suivante décrit des caractéristiques importantes de certaines conventions CEE-ONU clés en matière de transport-&gt; L’objectif de la CEE-ONU consiste à contribuer à l’intégration paneuropéenne à travers l’alignement des réglementations dans des domaines clés-&gt; Le transport est l’un des neuf domaines d’intervention de la CEE- ONU-&gt; Les autres domaines sont l’énergie, l’environnement, le commerce, l’économie, les statistiques et la gestion des terres-&gt; Le travail de la division de transport de la CEE-ONU (UNECE TEM = Autoroutes trans-européennes) se fait à travers la conclusion de conventions et d’accords internationaux auxquels adhèrent les pays membres et sont par conséquent tenus de les appliquer-&gt; Pour les pays de la Méditerranée de l’Est, l’organe de référence est l’ESCWA (Commission Economique et Sociale pour l’Asie Occidentale)-&gt; La division transport de l’ESCWA opère de manière similaire à celle de la CEE- ONU mais jusque là, en ce qui concerne la sécurité routière, les conventions et les accords de la CEE-ONU constituent la référence-&gt; L’approche de l’UE en matière de sécurité routière se base sur les principes de la CEE-ONU et de l’ESCWA et peuvent donc être utilisés par les pays partenaires en tant que référence lors de l’élaboration de la législation nationale pour des domaines spécifiques tels que le permis de conduire, les tests pour les chauffeurs, les systèmes d’agrément des opérateurs et le contrôle du bon état de marche des véhicules-&gt; Les conventions CEE-ONU relatives au transport concernent 1-&gt; Les réseaux d’infrastructure ; 2-&gt; Le trafic routier et la sécurité ; 3-&gt; Les normes des véhicules ; 4-&gt; Instruments juridiques divers ; 5-&gt; Navigation intérieure ; 6-&gt; Facilitation du passage transfrontalier ; </p><p><strong>Page 12: </strong> Page | 10 7-&gt; Produits dangereux-&gt; Par conséquent, les conventions CEE-ONU sont identifiées comme étant des conventions clés 1-&gt; Accord AGR de 1975 2-&gt; Infrastructure du Transport Combiné, accord AGTC de 1991 3-&gt; Convention sur le Trafic Routier de 1968 4-&gt; Convention sur les signes et les signalisations routières 5-&gt; Poids et mesures de 1950 6-&gt; Accord sur la délivrance et la validité des permis de conduire de 1975 7-&gt; Inspection technique des véhicules de 1958 et mise à jour en 1997 8-&gt; Accord sur les règlements techniques mondiaux applicables aux véhicules de 1998 9-&gt; Accord AETR de 1970 10-&gt; Convention ADR de 1957 11-&gt; Convention TIR de 1975 12-&gt; Convention CMR de 1956 1-&gt; Accord Européen sur les grandes routes de trafic international (AGR) La convention AGR de 1975 est un accord sur les &quot;grandes routes de trafic international&quot; qui a pour but de mettre en place et de signaler de manière appropriée un réseau routier international-&gt; Suite à cet accord, les routes internationales sont censées devenir conformes aux critères spécifiques de qualité y compris la sûreté du trafic, la protection de l’environnement, la fluidité du trafic et le confort pour les usagers de la route-&gt; Les routes internationales doivent être classées en tant qu’autoroutes, routes rapides et routes ordinaires-&gt; La Turquie est le seul partenaire Euro-Méditerranéen qui a ratifié cette convention-&gt; L’adhésion à cet accord garantirait le fait que les pays partenaires planifient leur réseau routier selon les normes internationales en matière de sécurité et de sûreté-&gt; 2-&gt; Accord Européen sur les grandes lignes de transport international combiné et les installations connexes (AGTC) L’Accord AGTC de 1991 couvre les lignes de transport combiné et les installations connexes-&gt; Son objectif consiste à établir un réseau qui peut être utilisé pour le transport intermodal, i-&gt;e-&gt; pour le transport présentant plus qu’un seul mode-&gt; Il comprend donc les lignes ferroviaires, les terminaux de transport combiné, les points transfrontaliers, les relais des écartements des voies, les ports et les liaisons de transbordeurs-&gt; A l’exception de la Turquie, aucun partenaire méditerranéen n’a adhéré à cet accord-&gt; 3-&gt; Convention sur le trafic routier La convention sur le trafic routier de 1968 a pour but global la facilitation du trafic routier international et de garantir sa sécurité-&gt; La convention prescrit des règles pour le mouvement et l’organisation du trafic, des directives pour les numéros d’enregistrement, les signaux et les marques d’identification pour les véhicules ainsi que des règles pour les conditions techniques et les permis de conduire-&gt; Les parties contractantes sont appelées à &quot;prendre les mesures appropriées pour s’assurer que les règles routières dans leur territoires sont conformes, quant au fond, aux dispositions de la convention” Seuls Israël, le Maroc et la Tunisie ont adhéré à cette convention-&gt; </p><p><strong>Page 13: </strong> Page | 11 4-&gt; Convention sur la signalisation routière La convention sur la signalisation routière, connue également sous le nom de convention de Vienne, vise à uniformiser la signalisation routière, les signaux et les symboles ainsi que le marquage des routes afin de faciliter le trafic routier international et d’améliorer la sécurité routière-&gt; Seuls le Maroc, la Syrie et la Tunisie ont adhéré à cette convention-&gt; 5-&gt; Poids et dimensions Cette convention de 1950 concerne les dimensions et les poids des véhicules qui roulent sur les routes internationales-&gt; Aucun des partenaires Méditerranéens n’a adhéré à cette convention-&gt; 6-&gt; Accord sur les exigences minimales pour la délivrance et la validité des permis de conduire Cette convention de 1975 définit des exigences minimales pour la délivrance et la validité des permis de conduire-&gt; Ces critères minimums incluent les critères d’éligibilité pour l’examinateur et l’examen (pratique et théorique) ainsi que les normes minimales de bonne condition physique et mentale pour le candidat au permis de conduire-&gt; Seul le Maroc a adhéré à cet accord-&gt; 7-&gt; Inspection technique des véhicules Le premier accord sur les critères communs de l’inspection technique des véhicules a été signé en 1958 puis mis à jour en 1997-&gt; L’objectif de l’accord est d’uniformiser les procédures de l’inspection technique des véhicules permettant ainsi la reconnaissance réciproque dans les différents pays-&gt; Aucun des partenaires Méditerranéens n’a ratifié cet accord-&gt; 8-&gt; Accord concernant l’établissement de règlements techniques mondiaux applicables aux véhicules à roues L’objectif de cet accord daté de 1998 est &quot;d’établir à l’échelle mondiale un processus à travers lequel les parties contractantes puissent développer conjointement des règlements techniques mondiaux garantissant un degré élevé de sécurité, de protection de l’environnement, de rendement énergétique et de protection contre le vol aux véhicules à roues…“-&gt; Cet accord a été ratifié par la Tunisie et par la Turquie-&gt; 9-&gt; Accord AETR Cet accord concerne le travail des équipages des véhicules effectuant des transports internationaux par route-&gt; Il a été établi en 1970 et amendé la dernière fois en 2006 dans le but d’y introduire le tachygraphe numérique pour le suivi des horaires de travail-&gt; La Turquie est signataire de cet accord-&gt; </p><p><strong>Page 14: </strong> Page | 12 10-&gt; Convention ADR La convention ADR de 1957 concerne le transport international routier des produits dangereux par camions-&gt; A travers le Conseil Economique et Social des Nations Unies, la CEE-ONU est également responsable de l’harmonisation à l’échelle mondiale de toutes les dispositions régissant le transport des produits dangereux via tous les modes de transport-&gt; La Tunisie et le Maroc sont signataires de cet accord alors que la Syrie et la Turquie sont en cours d’adhésion-&gt; 11-&gt; Convention TIR La convention TIR de 1975 est un système international de transit douanier-&gt; Ce système est le seul au monde qui permet aux marchandises de transiter d’un pays d’origine à un pays de destination en lots fermés avec une reconnaissance du contrôle douanier tout le long de la chaîne d’approvisionnement-&gt; Ceci permet de minimiser les charges administratives et financières-&gt; Les taxes et les droits de douane sont couverts par une garantie internationale-&gt; Tous les pays partenaires, à l’exception de l’Egypte et des Territoires Palestiniens, sont signataires de la convention TIR-&gt; 12-&gt; Convention CMR Le contrat pour le transport international de marchandises par route par l’agrément (CMR) de 1956 est le règlement standard pour les contrats de transport de marchandises-&gt; Cette convention a été signée par la Jordanie, le Liban, le Maroc, la Syrie, la Tunisie et la Turquie-&gt; 13-&gt; Convention E-CMR La convention E-CMR de 2008 est un protocole additionnel à la convention CMR-&gt; Elle définit le cadre légal et les normes pour l’utilisation des moyens électroniques d’enregistrement et de stockage des données relatives aux lettres de voitures rendant le transfert des informations plus rapide et plus efficace qu’il ne l’est par les systèmes sur support papier-&gt; Aucun partenaire Méditerranéen n’a adhéré à cette convention-&gt; </p><p><strong>Page 15: </strong> Page | 13 ALGERIE </p><p><strong>Page 16: </strong> Page | 14 2 ALGERIE 2-&gt;1 Présentation du secteur des transports Les indicateurs du secteur du transport en Algérie se présentent comme suit : ƒ Sa part avec le secteur de la communication s'élève à 9,7% du PIB-&gt; ƒ Il absorbe 10% des investissements du pays-&gt; L’infrastructure est diversifiée et quantitativement importante : ƒ Plus de 80 000 km de routes dont 71% sont goudronnées parmi lesquelles, on récence 25 500 km de routes principales-&gt; ƒ Un réseau ferroviaire de 3 973 km dont 75% écartement normal-&gt; ƒ 10 ports de commerce dont 4 sont destinés aux hydrocarbures-&gt; ƒ 54 plateformes aéroportuaires dont 12 aéroports de classe internationale-&gt; ƒ 2 gazoducs Est et Ouest vers l'Europe (GME et TransMed) d'environ 3 000 km et un réseau d'oléoducs de transport de carburant et de GPL destinés à la consommation intérieure de longueur totale d'environ 2 400 km-&gt; 2-&gt;2 Les acteurs du secteur des transports Le principal acteur du secteur des transports est l'Etat qui intervient par l'intermédiaire du Ministère du Transport et du Ministère des Travaux Publics-&gt; Mais, de nombreux autres ministères interviennent à un titre ou un autre dans le secteur : Intérieur, Finances, Aménagement du Territoire et Environnement-&gt; Les infrastructures routières relèvent de la responsabilité du Ministère des Travaux Publics-&gt; Dans ses attributions, le Ministère planifie, programme, normalise, anime et contrôle l'ensemble du réseau autoroutier et routier national, le fait construire, l’exploite, l’entretient, et gère les financements budgétaires affectés à ces objets-&gt; Dans le domaine routier, le Ministère est organisé en une administration centrale ainsi que de Directions des Travaux Publics (DTP) déconcentrées dans chacune des 48 Wilayas, en charge de l'entretien et du développement des routes nationales-&gt; Le Ministère assure aussi la tutelle de l'Agence Nationale des Autoroutes (ANA), qui se charge de la maîtrise d'ouvrage de la réalisation de l'autoroute Est-Ouest-&gt; Il assure également la tutelle de l'Algérienne de Gestion des Autoroutes (AGA), entreprise créée en mai 2005 et devant prendre en charge l'exploitation et l'entretien des autoroutes-&gt; La maîtrise d'ouvrage concernant le développement et l'entretien des chemins des wilayas est à la charge de ces dernières et celle des chemins communaux ainsi que des voiries urbaines, est du ressort des communes-&gt; La maîtrise d'œuvre est assurée dans les deux cas par les DTP-&gt; Quant aux différents services de transport routier, le Ministère du Transport assure la tutelle technique et administrative-&gt; Comme pour l'infrastructure routière, la gestion du secteur de transport routier s'effectue moyennant une administration centrale et des représentations régionales sous forme de directions des transports pour chaque Wilaya-&gt; 2-&gt;3 L'adhésion aux accords de la CEE–ONU (UNECE) L'Algérie est signataire des conventions 1 : ƒ Trafic routier (1949), 1 Source UNEC </p><p><strong>Page 17: </strong> Page | 15 ƒ Importation temporaire de véhicules routiers privés, ƒ TIR (1975), ƒ Importation temporaire d'avions et de navires, ƒ Importation temporaire de voitures de commerce, ƒ Douanière des conteneurs-&gt; L'Algérie est aussi signataire de la convention des transports et de transit des voyageurs et des marchandises par route entre les pays du Maghreb-&gt; Cette convention fixe les règles d'accès, de séjour et de transit des véhicules-&gt; Une convention de transport des produits dangereux est aussi signée entre les pays du Maghreb qui classifie les produits selon les normes internationales et fixe les conditions et les procédures de transport entre ces pays-&gt; 2-&gt;4 Le parc de véhicules L'Algérie a connu une forte croissance durant les dix dernières années de son parc routier-&gt; En effet ce parc comptait en 2007 environ 3,7 Millions de véhicules et a augmenté de 35% pendant la période 1998-2007 contre 14% pendant la période 1989-1998-&gt; Il est prévu un parc de 5,5 Millions de véhicules en 2009 Les voitures particulières détiennent la part la plus importante avec environ 61% de la totalité du parc-&gt; Les véhicules utilitaires de transport de marchandises (camionnette, camion, tracteur routier, tracteur agricole et remorque) occupent la deuxième place avec environ 37% et les véhicules de transport collectif de personnes ne représentent qu'environ 1,7% du parc-&gt; 2-&gt;5 Les résultats des réformes et corridor Fret En matière d'opérateurs de transport, les moyens disponibles au niveau du pays sont constitués comme suit : ƒ pour le transport routier collectif de personnes : un parc global de 12 410 véhicules, dont 90% détenu par 11 364 opérateurs privés et 10% détenu par 17 opérateurs publics; ƒ pour le transport routier individuel de personnes : un parc global de 57 178 véhicules de taxis; ƒ pour le transport routier de marchandises : un parc global de 272 000 véhicules détenus par 185 360 opérateurs dont 19,5% pour le secteur public et 80,5% pour le secteur privé-&gt; Le parc détenu au titre du compte propre représente près de 60%-&gt; Il est à noter que le transport routier est confronté à plusieurs contraintes d'ordre organisationnel et infrastructurel, à savoir : ƒ l'existence d'opérateurs disposant d'un seul véhicule, opérant par des méthodes de travail artisanales sans perspectives de développement à moyen et long termes; ƒ la non qualification associée à une méconnaissance totale de la réglementation de la majorité des opérateurs de transport et de leur personnel dans leur domaine d'activité; ƒ l'inadaptation et l'inadéquation du matériel et des équipements utilisés à la nature des prestations fournies; ƒ l'insuffisance des infrastructures d'accueil tant pour les voyageurs que pour les marchandises souvent dépourvues des aménagements et de commodités nécessaires à leur bon fonctionnement, ce qui se traduit par des difficultés d'organisation de l'activité des transports routiers et une mauvaise prise en charge des usagers; </p><p><strong>Page 18: </strong> Page | 16 ƒ l'absence de ressources et de compétences permettant aux collectivités locales la prise en charge des missions qui leur sont dévolues en matière d'organisation des transports (plan de transport, plans de circulation, gestion des réseaux de transport urbain) et de la réalisation des infrastructures d'accueil; ƒ la détérioration de la notion de service public sous l'effet conjugué de la recherche de la rentabilité et du désengagement progressif de l'Etat en termes de financement et d'encadrement de l'activité-&gt; Ceci a notamment entraîné, dans les grandes agglomérations, la dislocation des réseaux des transports urbains (atomisation de l'offre, rupture de charges, etc-&gt;)-&gt; 2-&gt;6 La sécurité routière L'Algérie comme la Tunisie et le Maroc connait les mêmes problèmes liés à la sécurité routière-&gt; Le nombre d'accidents en Algérie est de 39 010 ayant causé 4 117 morts et 61 139 blessés-&gt; Le nombre de tués par million d'habitants est de 119 taux relativement très élevé par rapport à la moyenne européenne-&gt; Les accidents de la circulation représentent une perte économique de l'ordre de 0,3% du PIB-&gt; Le pays a adopté la loi n° 09-03 du 22 juillet 2009 modifiant et complétant la loi n° 1-17 du 19 août 2001 relative à l'organisation, la sécurité et la police de la circulation routière-&gt; Cette loi a introduit le permis à points et a instauré le permis probatoire-&gt; Elle prévoit le durcissement des peines d'emprisonnement et des amendes pour les délits notamment pour les conducteurs de poids lourds-&gt; Des campagnes de sensibilisation et une augmentation des contrôles sont prévus pour réduire le nombre des accidents-&gt; Le parc national algérien connaît une forte croissance passant de 3 Millions en 2006 à 5,5 Millions en 2009-&gt; </p><p><strong>Page 19: </strong> Page | 17 MAROC </p><p><strong>Page 20: </strong> Page | 18 3 MAROC 3-&gt;1 Présentation du secteur des transports Le secteur des transports assure en moyenne 7% du PIB-&gt; Il emploie directement 6% de la population active et contribue à hauteur de 16% environ des recettes budgétaires de l'Etat et consomme 40% de la consommation nationale d'énergie-&gt; Il absorbe, selon les années entre 20 et 25% du budget général de l'investissement de l'Etat-&gt; Par ailleurs, les infrastructures de transport au Maroc sont assez développées et se présentent comme suit : ƒ Un réseau de transport routier qui présente les caractéristiques suivantes : - Il assure 90% de la mobilité des personnes et 75% du flux des marchandises hors phosphates; - Il assure la circulation de près de 50 Millions de véhicules–km par jour; - Il s'étend sur 57 000 km dont 32 100 et près de 800 km d'autoroutes comprenant 6 000 ouvrages dont 56% de ponts et 36% de dalots-&gt; ƒ Un réseau de chemins de fer, long de près de 2 000 km assurant le transport annuel de plus de 35 millions de tonnes de marchandises et 25 Millions de voyageurs-&gt; ƒ 27 cités portuaires et 30 ports auxquels s'ajoute le port de Tanger-Med qui sont répartis sur les 3 500 km de littoral sur l'océan Atlantique et la Mer Méditerranéenne et assurant un trafic annuel de près de 60 Millions de tonnes de marchandises et le transport des Millions de personnes-&gt; ƒ 15 aéroports à vocation nationale et internationale qui assurent annuellement le transport de 7 Millions de voyageurs et 51 Millions de tonnes de fret sachant que les 3 aéroports de Casablanca, Marrakech et Agadir assurent à eux seuls plus de 90% du trafic-&gt; 3-&gt;2 Les acteurs du secteur du transport Le secteur des transports est caractérisé par l'existence de plusieurs intervenants aussi bien publics que privés-&gt; Il est géré par le Ministère de l'Equipement et du Transport (MET) qui est le principal organe de l'administration et d'élaboration de la règlementation-&gt; Le secteur de transport routier au Maroc est organisé et géré par le Ministère à travers les départements suivants : ƒ La Direction des Routes et de la Circulation Routière (DRCR) qui est chargée de la maintenance et de l'extension du réseau routier-&gt; Elle a pour mission de planifier, de définir les spécifications et les normes, de fournir et d'allouer des fonds, de passer des contrats, de surveiller les travaux et de payer les sommes dues aux entrepreneurs-&gt; Sa mission est soutenue par le FSR-&gt; ƒ La Direction des Transports Routiers (DTR) qui est chargée de l'administration des activités des transports routiers-&gt; Elle comporte deux divisions une des études et de la règlementation et une division des transports-&gt; ƒ La Direction de la Sécurité des Transports Routiers (DSRT) qui est en charge de la sécurité des transports routiers, de la sécurité du véhicule et de sa conduite (permis de conduire) ;elle administre le contrôle technique des véhicules et la formation des conducteurs-&gt; ƒ La Direction des Etudes, de la Planification et de la Coordination (DEPC) qui est chargée du système de l'information du secteur des transports, de la planification du développement du secteur et de la coordination des modes-&gt; </p><p><strong>Page 21: </strong> Page | 19 3-&gt;3 L'adhésion aux accords de la CEE–ONU (UNECE) Le Maroc est signataire des conventions 2 : ƒ Sur le trafic routier, ƒ Sur la signalisation routière, ƒ Des règlements techniques mondiaux des véhicules, ƒ CMR (1956), ƒ TIR (1959 et 1975), ƒ Marchandises dangereuses (ADR), ƒ Produits périssables (ATP), ƒ lieu et validité du permis de conduire, ƒ importation temporaire des véhicules routiers privés, ƒ Convention douanière des conteneurs-&gt; Le Maroc est aussi signataire de la convention des transports et de transit des voyageurs et de marchandises entre les pays du Maghreb-&gt; Une convention de transport des produits dangereux est aussi signée entre les pays du Maghreb et qui classifie les produits selon une nomenclature internationale et fixe les conditions et les procédures de transport entre ces pays-&gt; 3-&gt;4 Le parc de véhicules Le parc national de véhicules routiers s'élève à environ 2,5 millions d'unités dont 73% de véhicules légers de tourisme et 26% de véhicules utilitaires avec près de 75% de véhicules ayant plus de dix ans-&gt; Les régions du Grand Casablanca et de Rabat – Zammour Zaer détiennent à elles seules, plus de 52% du parc national avec 46% de véhicules utilitaires et 55% de voitures de tourisme-&gt; Tous les véhicules automobiles ou remorqués doivent être soumis à une visite technique périodique-&gt; Il est délivré un certificat de visite s'il est constaté que le véhicule est en bon état de marche, qu'il ne représente aucun vice mécanique ou usure anormale que ses freins fonctionnent normalement, qu'il est pourvu des accessoires règlementaires et qu'il satisfait aux conditions imposées garantissant la sécurité de la circulation-&gt; Pour les véhicules assurant des transports en commun de voyageurs, ces visites périodiques porteront, en outre, sur le respect des prescriptions particulières concernant ces véhicules et imposées pour assurer la commodité de la sécurité du transport des voyageurs-&gt; Les visites techniques sont obligatoires pour : ƒ Les véhicules remorqués d'un PTC supérieure à 1 tonne (la visite est annuelle)-&gt; ƒ Les véhicules destinés au transport en commun public et privé de personnes (la visite est semestrielle)-&gt; ƒ Les véhicules destinés à l'enseignement de la conduite (la visite est semestrielle)-&gt; ƒ Les véhicules automobiles loués sans chauffeur (la visite est semestrielle)-&gt; ƒ Tous les autres véhicules ayant plus de 5 ans d'âge (la visite est annuelle)-&gt; ƒ Les véhicules automobiles utilitaires d'un PTC supérieure à 2 tonnes (la visite est annuelle)-&gt; 2 Source : UNECE : Transport – Division – Légal instruments </p><p><strong>Page 22: </strong> Page | 20 Au Maroc, le contrôle des véhicules automobiles sur route s'effectue par les agents de contrôle relevant de la Sûreté Nationale (en agglomération), de la Gendarmerie Royale (hors agglomération) et du Ministère de L'Equipement et des Transports (transport professionnel)-&gt; En cas d'interception d'un véhicule présentant des doutes quant à son état mécanique (état mécanique défectueux), l'agent de contrôle dresse un procès verbal faisant état du véhicule-&gt; Ce procès verbal est transmis par la suite aux services compétents du Ministère de l'Equipement et des Transports qui décident de la suite à réserver à la question-&gt; Dans certains cas, le propriétaire du véhicule est invité à soumettre son véhicule à une visite technique auprès d'un centre de visite technique agréé-&gt; 3-&gt;5 Le transport routier de passagers L'organisation actuelle du transport routier de voyageurs est dominée et accaparée par le secteur informel ne permettant aucunement d'assurer une qualité de service fiable-&gt; Ce type de transport est assuré en effet par : ƒ 8 régies autonomes de transport en commun (RATC) gérées par les collectivités locales et qui sont régulièrement en déficit-&gt; ƒ Un nombre important de sociétés privées de transport urbain-&gt; ƒ Un nombre importants de grands taxis qui ont pris une part importante du marché en raison du déficit en transport publics (part de plus de 30% à Casablanca)-&gt; Le nombre d’entreprises de transport interurbain de voyageurs est de 1 478 : Nombre de véhicules Total Transporteurs 1à2 1 229 (83,2%) 3à5 171 (11,5%) 6à9 50 (3,4%) Plus de 9 28 (1,9%) Total 1 478 (100%) ƒ Le nombre total des déplacements interurbains de voyageurs sur le territoire marocain est estimé à 1 027 797 voyageurs par jour tous modes de transport terrestres confondus-&gt; ƒ Les déplacements assurés par le transport public par autocars représentent 35,4% du nombre total des déplacements soit environ 364 000 voyageurs par jour-&gt; </p><p><strong>Page 23: </strong> Page | 21 Nombre de passagers par jour Pourcentage Véhicules privés 434 819 42,3% Autocars 363 692 35,4% Transport mixte 20 800 2% Grands Taxis 155 199 15,1% Train 53 287 5,2% TOTAL 1 027 797 100% 3-&gt;6 Le transport routier de marchandises Depuis sa création en 1963 l'Office National du Transport assurait le monopole d'affréteur unique et de régulateur dans le domaine des transports terrestres de marchandises et la gestion du parc automobile de l’Etat-&gt; Cette fonction d'intermédiation entre les transporteurs et les chargeurs était rémunérée par une commission que percevait l'ONT ce qui constituait un surcoût pour les entreprises capables de démarcher directement les clients-&gt; La réforme du transport routier des marchandises a démarré le 13 mars 2003 et visait : ƒ La libéralisation du secteur et l'instauration des règles de l'économie du marché-&gt; ƒ La consécration du professionnalisme dans le secteur par l'introduction des critères qualitatifs pour l'accès aux métiers de transport de marchandises pour compte d'autrui-&gt; ƒ L'application des standards de fonctionnement comparables à ceux de l'Union Européenne-&gt; Cette réforme a été mise en œuvre par l'adoption d'une nouvelle loi n° 16-99 qui a modifié le dahir de 1963 relatif aux transports par véhicules automobiles sur routes-&gt; Les textes d'application ont concerné le transport routier de marchandises pour compte d'autrui ou pour compte propre (décret n° 2-&gt;03-&gt;169 du 26 mars 2003 et l'arrêt du Ministre de l'Equipement et du Transport n° 2-&gt;03-&gt;169 du 26 mars 2003 relatif à l'application du décret et les contrats types de transport (Arrêté du Ministre de l'Equipement et du Transport n° 1744-03 du 23 septembre 2003) Parmi les principales dispositions introduites par la loi n° 16-99, il y a lieu de citer l'évaluation de l'agrément et mise en place de conditions techniques et qualitatives pour l'accès aux métiers de transport routier de marchandises-&gt; Ainsi, toute personne physique ou morale qui désire exploiter des services de transport de marchandises pour compte d'autrui au moyen d'un véhicule d'un PTAC égal ou supérieur à 3,5 tonnes, de commissaire de transport routier de marchandises et de loueur de véhicules automobiles de transport routier de marchandises, doit s'inscrire au registre spécial de la profession et satisfaire aux conditions d'accès à la profession : Honorabilité (bonne réputation) : Le responsable légal de l'entreprise doit justifier d'une bonne moralité pour prétendre à l'exploitation des services de transport routier de marchandises-&gt; -&gt; Capacité financière (assise financière) : Cette condition témoigne de la capacité de l'entreprise à offrir des services de transport dans le respect des normes de qualité et de sécurité, à maintenir en bon état son parc de véhicules et à s'acquitter convenablement de ses obligations vis-à-vis de son personnel, de ses créanciers et de ses clients-&gt; </p><p><strong>Page 24: </strong> Page | 22 Aptitude professionnelle (compétence technique) : Cette condition témoigne du niveau d'encadrement de l'activité de transport, de la gestion de l'entreprise et de la maîtrise par l'entreprise des techniques de base nécessaires pour l'exploitation des services de transport-&gt; Elle concerne la personne chargée de la direction permanente et effective de l'activité de transport ou de location de véhicules automobiles-&gt; L'inscription au registre spécial de la profession nécessite la nationalité marocaine et la satisfaction des conditions d'accès relatives à l'honorabilité, la capacité financière et l'aptitude professionnelle-&gt; La durée d'inscription est illimitée mais l'entreprise peut être radiée du registre si l'une des conditions requises n'est plus vérifiée-&gt; L'ONT a été transformé en Société Nationale des Transports et de la Logistique (SNTL)-&gt; La SNTL a pour objet d'assurer, dans un cadre concurrentiel, le service de commissionnaire des transports de marchandises sur les plans national et international, en orientant son action vers le développement et la diversification de son activité couvrant toute la chaîne logistique-&gt; Son action vise particulièrement : ƒ La suppression de l'agrément routier des marchandises-&gt; ƒ La suppression du monopole d'affrètement pratiquait pour l'ONT-&gt; ƒ La création de deux nouveaux métiers : commissionnaires et loueurs de véhicules de transport de marchandises-&gt; ƒ L'intégration dans le secteur organisé de propriétaires des véhicules de 8 tours et moins-&gt; Des mesures d'accompagnement de cette réforme ont été menées à travers : ƒ L'élaboration d'un contrat-programme entre le Ministère et la Fédération du Transport pour la période 2003-2006 visant la modernisation et la restructuration du transport routier de marchandises et d'une convention de formation ayant conduit à l'ouverture de trois centres de formation-&gt; ƒ L'établissement et la publication des coûts de référence moyens du transport routier de marchandises pour compte d'autrui, selon les différents types de véhicules exploités-&gt; ƒ La mise en œuvre de cette réforme a augmenté l'enregistrement des véhicules aussi bien pour compte d'autrui que pour compte propre-&gt; ƒ La création de nouvelles entreprises de transport de marchandises, de commissionnaires et de loueurs de véhicules-&gt; L'année 2008 a vu la poursuite du programme de renforcement du parc de la SNTL, la poursuite de la politique de rénovation de son réseau d'agences commerciales et le démarrage du chantier relatif à la construction du premier centre logistique à valeur ajoutée à Mohammedia sur un terrain de 28 ha et ce malgré une conjoncture difficile marquée par la concurrence très farouche et une baisse conséquente des prix de transport routier de marchandises-&gt; 3-&gt;6-&gt;1 Le transport de marchandises dangereuses Le Maroc a ratifié le 11 juin 2001 l'accord européen relatif au transport international des marchandises dangereuses par route ADR qui a été publié par le Dahir n° 1-&gt;96-&gt;03 du 19 juin 2003-&gt; Les dispositions de l'ADR s'appliquent aux véhicules marocains comme aux véhicules étrangers, effectuant respectueusement un transport de matières dangereuses à destination ou en provenance de l'étranger-&gt; Pour rendre applicable les dispositions de l'ADR au niveau du transport national un nouveau projet de loi a été élaboré pour mettre à jour le cadre législatif et réglementaire en vigueur en harmonie avec les normes et standards internationaux, accroître la sécurité des personnes, des biens et de l'environnement et qui maîtrise tous les maillons de la chaîne du transport des marchandises dangereuses par la définition d’obligations claires pour chaque intervenant et des sanctions à prendre en cas d'infractions constatées-&gt; </p><p><strong>Page 25: </strong> Page | 23 3-&gt;6-&gt;2 Sécurité routière Le Maroc compte 51 559 accidents en 2005 sur l'ensemble du réseau ayant causé 80 881 victimes dont 3 617 morts et 77 264 blessés 3-&gt; Les accidents en rase campagne représentent 25% du total des accidents mais ils sont les plus mortels avec plus de 52%-&gt; Le mois d'août enregistre le plus d'accidents (5 187 causant 440 tués) suivi du mois de juillet (4 743 causant 335 tués) et de juin (4 393 causant 286 tués)-&gt; Les accidents de circulation représentent une perte économique de l'ordre de 2,5% du PIB selon une estimation de la Banque Mondiale-&gt; Le nombre de tués par million d'habitants est de 114 taux relativement élevé par rapport à la France 4 75 et par rapport à la moyenne des pays scandinaves (inférieur à 50) malgré un taux de motorisation relativement moins élevé que la moyenne européenne-&gt; Le vieillissement du parc automobile (plus de 80% des véhicules ont plus de 10 ans), le comportement des conducteurs qui ne respectent pas le code de la route expliquent en grande partie le nombre considérable des victimes de la circulation qu'enregistre le Maroc-&gt; Différentes actions ont été entreprises afin de réformer le cadre juridique et règlementaire relatif à la sécurité routière notamment par l'adoption du Décret du 17 janvier 2005 relatif à la police de circulation et du roulage et qui a instauré : ƒ L'obligation d'utiliser la ceinture de sécurité (siège avant et arrière) pour les véhicules automobiles dont le poids total en charge autorisé est inférieure à 3,5 tonnes-&gt; ƒ L'interdiction d'utiliser le téléphone portable tenu en main pendant la conduite-&gt; ƒ L'interdiction de faire occuper les places avant des véhicules par les enfants de moins de 10 ans-&gt; ƒ L'obligation d'équiper les véhicules de transport public de voyageurs, dont le nombre de places est supérieur à 15 et les véhicules de transport de marchandises de PTCA supérieur ou égal à 8 tonnes par des dispositifs de sécurité (ABS et ralentisseur, limitateur de vitesse)-&gt; Le contrôle et les sanctions ont été renforcés par l'augmentation du nombre d'agents de contrôle routier dotés des équipements nécessaires (radars et stations de pesage) pour réduire les causes principales des accidents qui sont les excès de vitesse, la surcharge technique, l'état mécanique défectueux des véhicules, le défaut de port de ceinture de sécurité et le dépassement non autorisé… La formation des conducteurs a connu l'entrée en vigueur de l'automatisation de l'examen théorique du permis de conduite et l'acquisition de simulateur de conduite-&gt; L'information, la sensibilisation et l'éducation routière à travers des campagnes de communication reste des éléments clefs pour réduire les accidents de circulation-&gt; 3 Les transports au Maroc et l’intégration physique régionale – Jilali Chafik - 2007 4 La sécurité routière en France : Jean Chapelon – juin 2009 </p><p><strong>Page 26: </strong> Page | 24 TUNISIE </p><p><strong>Page 27: </strong> Page | 25 4 TUNISIE 4-&gt;1 Présentation du secteur des transports Les indicateurs du secteur du transport en Tunisie se présentent comme suit : ƒ Sa part dans le Produit Intérieur Brut (PIB) est de 6%-&gt; ƒ Sa valeur ajoutée est de 1-&gt;67 Milliards € soit 31% de celle des activités des services-&gt; ƒ Il emploie 120 000 personnes soit 3,9% de la population active-&gt; ƒ Il absorbe 15% des investissements du pays avec plus de 50% de ces investissements sont réalisés par le privé-&gt; ƒ Le taux de croissance annuel moyen est de 5,5% durant la période 2002-2008-&gt; L'infrastructure de transport se compose de : ƒ 7 aéroports internationaux offrant une capacité de 13,8 Millions de passagers et qui seront renforcés par un 8è aéroport de 5 millions de passagers avant la fin de 2009-&gt; ƒ 7 ports de commerce assurant actuellement le transit de 30 Millions de tonnes de fret par an et 1,3 million de passagers et de croisiéristes-&gt; ƒ 2 165 km de réseau ferré-&gt; ƒ Environ 22 000 km de routes classées et 400 km d'autoroutes-&gt; 4-&gt;2 Les Acteurs du Secteur du Transport La gestion du secteur des transports est assurée par le Ministère du Transport qui a pour mission de doter le pays d'un système de transport, global, économique et sûr, et d'en contrôler le bon fonctionnement et d'en faire un facteur essentiel de développement économique et social-&gt; Les autres départements ministériels intervenants dans le secteur sont notamment : </p><p><strong>Page 28: </strong> Page | 26 ƒ Le Ministère de l'Equipement, de l'Habitat et de l'Aménagement du Territoire (MEHAT), responsable de la gestion administrative et technique des infrastructures routières ainsi que de la mise en œuvre de la politique de l'Etat dans le domaine de l'aménagement du territoire-&gt; ƒ Le Ministère du Développement Economique et de la Coopération Internationale (MDCI) en charge en particulier de l'élaboration des plans quinquennaux de développement et donc de la planification des investissements du secteur et de la recherche des financements extérieurs-&gt; ƒ Le Ministère des Finances (MF) qui se charge essentiellement de la fiscalité du transport et du financement du secteur-&gt; ƒ Le Ministère de l'Intérieur et du Développement Local (MIDL) responsable notamment de la gestion de la circulation routière-&gt; 4-&gt;3 L'adhésion aux accords de la CEE–ONU (UNECE) La Tunisie est signataire des conventions 5 : ƒ Sur le trafic routier, ƒ Sur la signalisation routière, ƒ Régulations techniques des véhicules, ƒ CMR (1956) et le protocole CMR (1978), ƒ TIR (1975), ƒ Marchandises dangereuses (ADR), ƒ Produits périssables (ATP), ƒ Harmonisation des contrôles frontaliers des marchandises, ƒ Conventions domaine des conteneurs, ƒ Importations temporaire de véhicules privés routiers-&gt; La Tunisie est aussi signataire de la convention des transports des voyageurs et des marchandises et de transit par route entre les pays du Maghreb-&gt; Cette convention fixe les règles d'accès, de séjour et la transit des véhicules-&gt; Une convention de transport des produits dangereux est aussi signée entre les pays du Maghreb qui classifie les produits selon les normes internationales et fixe les conditions et les procédures de transport entre ces pays-&gt; 4-&gt;4 Les réformes engagées Le parc national des véhicules a atteint en 2007 environ 1,3 Millions d'unités contre 0,4 Million d'unités en 1988 soit une évolution annuelle de l'ordre de 7%-&gt; L'immatriculation des véhicules est passée d'une moyenne annuelle de 38 000 immatriculations pendant la période 1988-1997 à une moyenne annuelle de 55 000 immatriculations pendant la période 1998-2007-&gt; Le Ministère du Transport estime que 75% du parc enregistré est affectivement en circulation-&gt; Cette estimation découle du recoupement des données relatives aux immatriculations, aux visites techniques et la comptabilité publique (vignettes et taxe unique de compensation)-&gt; 5 Source : UNCE – Transport Division – Légal instruments </p><p><strong>Page 29: </strong> Page | 27 La structure du parc est dominée pour la voiture particulière avec 59%, le véhicule utilitaire léger avec 25%, le véhicule utilitaire lourd (camions, tracteurs routiers, tracteur agricole, remorque et semi-remorque) avec 13% et le véhicule de transport collectif (autobus, minibus) avec 1%-&gt; Le code de la route tunisien (loi n° 99-71 du 26 juillet 1999) stipule dans son article 61 que toute automobile, remorque ou semi-remorque ne peut être mise en circulation que si elle répond à des règles techniques relatives à son identification, ses poids, ses bandages, son gabarit et ses dimensions, aux conditions de son chargement, de son équipement et de son aménagement, aux conditions de son attelage et à la définition des niveaux de pollution et de bruit-&gt; Le Décret n° 2000-147 du 24 janvier 2000 fixe les règles techniques d'équipement et d'aménagement des véhicules-&gt; Le Décret n° 2000 fixe la périodicité et les procédures de la visite technique des véhicules ainsi que les conditions de délivrance des certificats de visite technique et les indications qu'ils doivent porter-&gt; Le contrôle technique régulier des véhicules se fait dans les autres cas par des visites techniques-&gt; La périodicité de la visite technique est fixée selon le type de véhicule-&gt; A titre d'exemples les tracteurs routiers doivent faire l'objet d'une visite technique deux ans après leur première mise en circulation et par la suite d'une visite technique périodique qui doit être renouvelée tous les deux ans-&gt; Après dix ans de la première mise en circulation, la périodicité de la visite technique est de 6 mois-&gt; L'Agence Technique des Transports Terrestres créée en 1998 a pour mission : ƒ Le contrôle technique des véhicules-&gt; ƒ L'immatriculation, la réception et l'homologation des véhicules-&gt; ƒ Les tâches opérationnelles relatives aux permis de conduire-&gt; ƒ La gestion des centres d'examen de permis de conduire ainsi que l'enseignement de la conduite automobile-&gt; ƒ Le concours pour former les moniteurs et les examinateurs de permis de conduire-&gt; ƒ La gestion et la délivrance des réseaux d'exploitation du transport public-&gt; ƒ La création et l'entretien des gares routières-&gt; La législation nationale prescrit des contrôles techniques inopinés sur la route dans le cadre de campagnes organisées à cet effet ou par les agents de la police et de la Garde Nationale ainsi que par les agents habilités à cet effet et assermentés qui peuvent dans la limite de leurs compétences ordonner des visites techniques occasionnelles s'ils interceptent sur la voie publique, un véhicule présentant un défaut apparent non réparable séance tenante et sur place-&gt; 4-&gt;5 Le transport routier de passagers 4-&gt;5-&gt;1 Le Transport Routier Urbain Le transport urbain routier est réalisé principalement par 13 sociétés publiques-&gt; Le nombre total de voyageurs urbains évolue en moyenne de 3% et s'élève à 720 Millions de voyageurs en 2008-&gt; La Société de Transport de Tunis (STT), exploite plus de 200 lignes sur un réseau de 6 550 km avec un parc de 1 150 autobus couvrant les 4 gouvernorats du Grand Tunis desservant ainsi une population de 2 Millions d'habitants-&gt; </p><p><strong>Page 30: </strong> Page | 28 Les 12 sociétés régionales de transport de voyageurs couvrent 20 gouvernorats(le reste du territoire tunisien) totalisant un parc de 2 170 véhicules et employant un effectif de 6 785 personnes-&gt; 80% de ce parc est affecté au transport urbain sur un réseau de 30 000 km-&gt; Le transport scolaire domine l'activité des sociétés de transport urbain puisqu'il avoisine pour l'ensemble des sociétés régionales 75% et pour la STT 45%-&gt; Les tarifs scolaires ne représentent que 8 à 10% des coûts et l'Etat intervient pour compenser le manque à gagner dû aux tarifs réduits et le concours budgétaire de l'Etat aux entreprises publiques de transports collectifs urbains s'élève à 200 MD soit 120 M€ par an-&gt; Les compensations scolaires dépendent plus des contraintes budgétaires que du niveau, du volume et de l'évolution des services-&gt; L'ouverture du transport urbain à l'initiative privée a été entamée en 1989 et quatre sociétés privées ont été créées exploitant 38 lignes pour 168 autobus et employant 787 personnes et transportant 15,2 Millions de passagers soit 4,6% des passagers de la STT transportés par autobus-&gt; Cette expérience de l'ouverture du transport urbain sur le privé, bien qu'elle soit limitée, a permis de diversifier les services puisque ces entreprises offrent exclusivement des places assises et a permis de drainer une partie des usagers de la voiture particulière-&gt; Les transports collectifs urbains connaissent une diminution de leur part au profit de la voiture particulière-&gt; Cette part est passée de 65% en 1977 à moins de 35% en 2008 ce qui augmente les coûts externes liés à la consommation d'énergie, à la pollution, à la congestion et à la perte du temps-&gt; Le transport urbain est une activité de service public et sa pérennité dépend de la recherche des sources de financement qui permettront un développement de cette activité-&gt; La participation des bénéficiaires indirects et des collectivités locales peuvent soulager le budget de l'Etat et diversifier ces sources de financement-&gt; Les villes sont desservies aussi par un parc de taxis individuels qui s'élèvent à 23230 voitures dont environ 55% opérant dans l'agglomération du Grand Tunis-&gt; C'est un service de transport de voyageurs à la demande, sans obligation d'horaire fixe ni d'itinéraires prédéterminés, effectué à l'intérieur d'un périmètre de transport urbain au moyen d'une voiture offrant 5 places assises (y compris celle d'un conducteur) et équipée d'un taximètre permettant de déterminer le prix du voyage-&gt; Des taxis collectifs assurent un service de transport à la demande suivant un itinéraire fixe et sans obligation d'horaires, effectué à l'intérieur d'un périmètre de transport urbain au moyen d'une voiture offrant entre 5 à 9 places assises (y compris celle du conducteur) et dont le tarif est fixé à la place et calculé en fonction de la distance parcourue-&gt; Ce service est assuré par un parc de 730 voitures dont environ 65% opérant dans la région du Sahel-&gt; 4-&gt;5-&gt;2 Le transport routier interurbain Le transport routier assure 95% des déplacements interurbains contre 5% pour le ferroviaire-&gt; Ces déplacements interurbains sont assurés à hauteur de 65% par les voitures particulières, 10% pour les autocars de la Société Nationale du Transport Interurbain et des Sociétés Régionales (20% de leur activité) et 20% par les voitures de louage qui assurent un service de transport de voyageurs à la demande, sans obligation d'horaire et suivant un itinéraire fixe reliant deux ou plusieurs périmètres de transport urbain au </p><p><strong>Page 31: </strong> Page | 29 moyen d'une voiture offrant entre 5 à 9 places assises (y compris celle du conducteur) et dont le tarif est fixé à la place et calculé en fonction de la distance parcourue-&gt; Le parc de ces voitures s'élève à 8 489 voitures-&gt; Les zones rurales sont desservies par un service de transport de voyageurs à la demande sans obligation d'horaire et suivant un itinéraire fixe à l'intérieur d'une zone rurale au moyen d'une voiture offrant entre 5 à 9 places (y compris celle du conducteur) et le tarif est fixé à la place et calculé en fonction de la distance parcourue-&gt; Ce service est assuré par un parc de 9 631 voitures-&gt; Le transport interurbain par autocars qui était jusque là un monopole public (SNTRI et Sociétés Régionales) a été ouvert à une entreprise privée en 2004 qui exploite 5 lignes avec un parc de 18 autocars-&gt; Quant à la SNTRI qui assure les dessertes de longs parcours, notamment entre la capitale et les chefs lieux de gouvernorats exploite 46 lignes dont une ligne internationale entre Tunis et Tripoli-&gt; Son parc roulant est de 164 autocars confort et emploie 587 personnes-&gt; La libération du transport interurbain par autocars reste très limitée puisque l'activité de l'opérateur privé ne représente que 3%-&gt; Le secteur représente une très grande opportunité d'investissement-&gt; Afin de faire jouer les économies d'échelles les propriétaires de voitures de louages et de transport rural ont intérêt à se regrouper au sein de sociétés utilisant des minibus et des autocars-&gt; Le transport routier interurbain de passagers en passagers/kilomètre s'élève à 22 milliards de voyageurs/kilomètre en 2008 se répartissant comme suit : ƒ Transport public collectif (bus) : 17% ƒ Transport par voitures

×