SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  10
Télécharger pour lire hors ligne
Henri Bouquin, Le Contrôle de Gestion, 5
ème
édition, 2001, PUF.
Note de lectures de Christophe Faurie
1 Préliminaire
Cette note de lecture a été rédigée en 2003, dans le cadre de la mise au point d’un cours de
sociologie des organisations pour les contrôleurs de gestion (orienté conduite du changement) du
DESS 202 de l’Université Dauphine, DESS diirigé par le professeur Henri Bouquin, auteur du livre.
Cette note lui a par ailleurs été envoyée, pour vérification.
2 Le contrôle de gestion
2.1 Le modèle classique (Taylor / Sloan)
Il est basé sur la notion de centre de compétence indépendant, à qui est délégué des objectifs et des
ressources.
Le moyen de le piloter est le budget : celui-ci est négocié entre le responsable du centre et le
management du groupe. Une fois négocié, il est supposé guider les actes des managers
1
.
Le contrôle d’exécution dicte aux niveaux inférieurs ce qu’ils doivent faire (taylorisme).
Faiblesses du modèle :
Une
modélisation
simpliste
Le système marche d’autant mieux que l’entreprise est faite de composants
indépendants, eux-mêmes organisés de manière hiérarchique, qui fonctionnent en
régime « nominal » et dans un environnement certain, causes et conséquences
étant immédiatement liées dans l’espace et le temps.
En fait, chaque phase du cycle de vie d’un composant du portefeuille d’activité de
l’entreprise (au sens matrice BCG du terme) devrait faire l’objet d’un traitement
spécifique
2
.
Notamment :
limitations
théoriques
cf. calcul des prix de transfert, en l’absence d’un marché réel
3
, évaluation
« objective » de la performance d’un centre de profit.
Qui entraîne
des effets
la construction de budget tend à encourager les managers à « cacher leur jeu »,
afin de faire triompher leur intérêt à court terme, qui est contraire à celui de
1
l’hypothèse de Taylor étant que la motivation humaine est l’argent
2
Remarque : si l’entreprise est faite de divisions indépendantes, il n’y a aucun intérêt économique à rassembler
toutes ces sous-entreprises indépendantes dans un même conglomérat, qui ne leur apporte rien sinon des
charges supplémentaires, le modèle « idéal » de ce type de contrôle de gestion ne semble pas viable.
3
à mon avis, la notion de « valeur » n’a aucun sens intrinsèque, sinon la différence entre ce qu’un client est prêt à
payer et les coûts encourus (cf. la « valeur » des tableaux de Van Gogh, qui était nulle de son vivant).
pervers l’entreprise, etc.
Notamment : la
négociation
budgétaire est un
Yalta
vise à répartir les ressources de l’entreprise entre ses composants, et ce en
fonction de leur pouvoir d’influence, mais non à créer de nouvelles richesses ou à
en réduire les coûts
2.2 3 (ou 4 ?) types de contrôle
ils sont interdépendants.
contrôle stratégique Finalise
contrôle de gestion. « gestion des interactions entre la stratégie et les opérations courantes ». « assurer la
cohérence d’ensemble du contrôle d’entreprise ».
contrôle d’exécution
à ceci il faudrait peut-être ajouter le « contrôle invisible » qui est le contrôle effectué par la culture de
l’entreprise (qui est le fruit de multiples autres cultures et peut comprendre des sous-cultures).
2.3 La mission du contrôle de gestion4
Mission
fondamentale
faire aller management et intérêts de l’entreprise dans la même direction
« installer et maintenir autour des managers les conditions leur permettant d’identifier
les objectifs pertinents et de maximiser les chances de les atteindre tant qu’ils restent
pertinents (donc de les modifier en temps utiles s’ils ne sont pas pertinents) »
5
.
Les 3 rôles du
contrôle de
gestion
« intégrateur des logiques multiples du management » : efficacité, efficience,
développement des compétences (atouts) de la société
ou aussi : compétitivité, rentabilité – création de valeur -, pérennité.
4
Remarque : est-il sûr que le « modèle classique » ait été conçu avec ces idées en tête ? N’est-ce l’amorce d’un
renouveau ?
5
Une question : est-ce que cette définition ne part pas d’une conception d’un manager isolé ? Ne faudrait-il pas la
faire évoluer pour tenir compte du fait que la performance de l’entreprise est de plus en plus une performance de
groupe face à des événements imprévus ?
Par exemple un responsable commercial d’une entreprise industrielle doit arriver à faire évoluer la demande de
son client de façon à ce qu’elle puisse être satisfaite rentablement par ses usines, ce qui demande non
seulement de connaître plus que son métier mais aussi d’arriver en peu de temps à un compromis opérationnel
avec l’ensemble de l’entreprise. Dans ces conditions ne faut-il pas faire plus qu’entourer le manager des bons
outils, notamment l’aider à développer des réflexes d’équipe ?
2.4 La nature du contrôle de gestion
Langage « une des missions les plus importantes du contrôle de gestion est de coordonner les spécialités
différentes et les horizons de temps différents en les conduisant à partager une représentation
commune de l’entreprise et de ses finalités. Les doter d’un langage commun est une condition
clé pour l’obtention de cette représentation commune. »
Pivot Le contrôle de gestion doit intégrer les trois horizons de l’entreprise (2.6) et être le pivot
des différents types de contrôle de l’entreprise (2.5).
Gestion des
paradoxes
Les sources de paradoxes sont multiples. Notamment :
1) Poussé à l’extrême chacun des 3 rôles ci-dessus (2.3) est incompatible avec les
autres, seul le compromis est possible. Le contrôle de gestion est donc un art de
l’équilibre entre intérêts conflictuels.
2) Les différents horizons, les différents niveaux de contrôle ont des exigences
apparemment contradictoires
3) Chaque nouvelle mesure crée des « déséquilibres », effets pervers qu’il faut corriger
à leur tour.
 Le danger : l’entreprise peut refuser un exercice qu’elle juge impossible. Le contrôle
de gestion « est alors guetté par le dogmatisme : celui des nouveaux concepteurs
d’outils qui omettent de dire que les outils sont des langages, des représentations et
pas des vérités ou celui des soft managers qui ont oublié de tester leurs recettes. »
2.5 3 étapes du contrôle de gestion
Finalisation Facteurs clés de
succès
comprendre la stratégie de l’entreprise de manière à mettre en
place le contrôle de gestion qui lui correspond. En fait, peu de
personnes morales ou physiques savent réellement ce qu’est
leur stratégie, ce qu’elle veulent faire (une stratégie semble
généralement émerger comme une rationalisation a posteriori
des actes de l’individu ou du groupe). Celle-ci « émerge » de
leur confrontation avec leur environnement. Par contre, elles
savent généralement ce qui est important qu’elles réussissent
pour atteindre leur objectif implicite : ce sont les Facteurs clés
de succès.
Le contrôle de gestion doit donc se caler sur ces FCS.
 Faute de finalité bien comprise, le contrôle risque de tomber
dans la ritualisation (application de procédures = contrôle),
l’application des règles étant supposée assurer le bon
fonctionnement de l’entreprise.
style de direction « style de direction clair apte à proposer aux responsables non
seulement les autorités nécessaires à l’exercice effectif de
leurs missions, mais un « jeu » qu’ils jugeront susceptible de
leur procurer des avantages réels. »
Pilotage Règles
d’organisation
(structures, critères
de gestion des
unités, indicateurs de
performance)
Postévaluatio
n
Outils d’aide à la
décision et de suivi,
qui font fonctionner le
système
Le contrôle de gestion doit être « un système de vigilance » qui
est en permanence sur le qui-vive en ce qui concerne :
la cohérence entre « stratégie et quotidien »,
« les incertitudes essentielles auxquelles il faudra réagir pour
assurer la bonne gestion des FCS »,
« détecter les dérives lorsqu’elles commencent à se produire,
et non pas seulement quand elles se traduisent dans les
comptes »
mais qui permet aussi « l’émergence de stratégies » en
informant la direction de l’entreprise de nouvelles tendances.
2.6 Les horizons du contrôle de gestion
Stratégie Direction à long terme (« mission »).
Court terme année
Gestion courante Jour ou semaine
Le contrôle de gestion doit intégrer ces trois niveaux et être le pivot des différents contrôles de
l’entreprise.
2.7 Principes méthodologiques
L’acteur
autonome : base
du contrôle de
gestion
Contrairement au contrôle d’exécution, programmatique, le contrôle de gestion
travaille avec des « acteurs autonomes », « la reconnaissance d’acteurs
autonomes implique qu’ils soient à même d’exercer leurs initiatives, notamment
devant des situations que les plans ou les procédures ne prévoient pas ».
 Le contrôle de gestion, donc, privilégie l’influence, le conseil.
Repérer les
acteurs
Il « identifie les acteurs de la mise en œuvre stratégique pour organiser une
régulation et une interaction cohérentes ».
La notion clé de
responsabilité
Il attire l’attention des managers sur leurs responsabilités réelles (ce qui compte
le plus dans leur rôle à un instant donné).
En particulier, le contrôle de gestion doit intervenir sur la cause des coûts et non
uniquement sur leurs conséquences. Il doit donc amener les concepteurs à
mesurer les coûts de leurs décisions.
À noter aussi que de demander aux managers de répondre uniquement de l’effet
des causes qu’ils peuvent influencer, peut priver l’entreprise de leur créativité.
La notion clé de
motivation et de
compétence ?
Il doit comprendre que « au delà des tentatives techniques, il reste vrai que le
plus cohérent des systèmes de management ne remplace jamais la ressource
majeure et permanente que constitue un personnel mobilisé et conscient des
politiques de l’entreprise. »
Influencer et non
imposer
Il joue sur la connaissance des comportements pour les orienter
Le principe du contrôle de gestion est la gestion des paradoxes : le contrôle de
gestion n’applique donc pas des techniques « a priori », mais cherche à
influencer positivement la culture d’entreprise.
Accompagner le
manager
« Il aide les managers à résoudre quatre grands problèmes : communiquer des
valeurs, fixer des limites aux choix acceptables, disposer de suivi avec feedback
automatique quand cela est possible mais aussi de systèmes interactifs »
L’aider à rester sur
le qui-vive
Il analyse les écarts entre le prévu et le réel, et incite le managers à chercher
quelles actions il doit en déduire.
Le contrôle de gestion et la structure de gestion. Il s’assure :
Que la structure est contrôlable
6
Que les composants qui constituent le « système
de vigilance » de l’entreprise fonctionnent
correctement et sont en interaction.
6
Les études que j’ai menées il y a 20 ans sur le contrôle des systèmes me font douter que l’on puisse réellement
rendre totalement contrôlable quoi que ce soit : les meilleurs spécialistes ne savaient même pas contrôler la
plupart des systèmes ayant une entrée et une sortie… Et le nombre « d’entrées » et de « sorties » d’une
entreprise est vraisemblablement indéfinissable.
2.8 Critères de réussite de la mise en place d’un contrôle de gestion
Une approche
progressive
« chercher d’abord à identifier les points clés des décisions courantes et mettre en
place des tableaux de bord, ensuite prévoir à court terme et budgéter, enfin instaurer
progressivement un système de management stratégique »
mais « il ne saurait concevoir (ces tableaux de bord) en faisant l’économie d’une
analyse stratégique et organisationnelle ».
Faire la
démonstration
de son intérêt
« la réussite en matière de contrôle de gestion est fortement liée à la
reconnaissance, par les opérationnels, de la réalité des services que peut leur offrir le
système de contrôle de gestion »
2.9 Le contrôleur de gestion
Son action n’est pas assimilable au contrôle de gestion. D’ailleurs, « le processus de contrôle de
gestion est l’affaire des managers »
7
.
Architecte C’est « l’architecte et l’animateur » du processus de contrôle de gestion, « du
processus de vigilance ».
Garant de la
doctrine de
contrôle de gestion
Il est important qu’il y ait « une centralisation de la méthodologie », ainsi qu’une
« rigoureuse définition des langages utilisés » (doctrine de contrôle de gestion
centralisée).
Rôle opérationnel « « attirer l’attention » sur des écarts ou des incohérences, à donner son
opinion » sur les orientations souhaitables, à « aider à choisir », voire à contester
les choix envisagés par les opérationnels ».
Ses fonctions hors
contrôle de gestion
« comptabilité, gestion financière, informatique,… »
Les domaines qui
le concernent
Loin d’être simplement un financier ou un comptable, il doit être « porteur de la diversité
des logiques (techniques, financières, commerciale, humaine, etc.) qui font la
performance ».
Les sources de
son pouvoir
Son pouvoir est plus d’influence que direct.
Pour réussir « il semble que ce qui importe le plus ne soit pas l’existence de tel
ou tel lien de subordination mais bien plus la reconnaissance d’une compétence
adaptée aux caractéristiques de l’entreprise ».
7
après tout, si les managers vont d’eux mêmes dans la bonne direction, il n’y a pas besoin de contrôleurs de
gestion (« management control »).
Critères de succès Se faire accepter des opérationnels
Que l’on tienne compte de ses opinions, de manière à ce qu’il puisse jouer son
rôle (cf. plus haut).
3 L’avenir du contrôle de gestion ?
Le modèle classique de contrôle de gestion a donc des limites sévères, mais comment le faire
évoluer ?
3.1 Processus
La notion de processus (ensemble d’activités tournées vers le client), introduit un nouveau modèle en
représentant l’entreprise non sous forme hiérarchique, mais sous forme de système
8
.
3.2 Le modèle Z
La Théorie Z de Ouchi, est basé sur le modèle culturel japonais : « le contrôle par le clan », « c’est le
contrôle par la culture d’entreprise par la solidarité, c’est-à-dire par l’informel, l’ « invisible » ».
« ainsi la bureaucratie sanctionnerait l’échec du marché, et la culture d’entreprise l’échec de la
bureaucratie »
9
.
Mais ce modèle prometteur n’a pas débouché sur une méthodologie pratique de contrôle de gestion.
3.3 Remarque finale
Il semble cependant, que ces deux tentatives montrent la voie à suivre, à l’avenir :
• Nécessité d’une vision systémique de l’entreprise ;
• Développement nécessaire d’une maîtrise de moyens de « contrôles invisibles ».
8
Je ne suis pas très à l’aise avec la notion de processus. Pour pouvoir en parler, il faut que l’activité de
l’organisation soit relativement stabilisée. Ce qui est de moins en moins le cas : cf. l’exemple très général du
travail du responsable de compte de l’entreprise industrielle, qui exige une improvisation d’équipe de tous les
instants et semble montrer que définir sous forme de procédure le processus de vente est complexe, pour le
moins.
9
Ouchi semble s’appuyer sur Durkheim. Mais Durkheim me paraît avoir dit différemment de Ouchi : si j’ai bien
compris : le groupe primitif humain est réglé par une culture qu’il partage (« mécanique »), mais lorsque la société
s’étend, ce mécanisme n’est plus possible. La division des tâches crée une solidarité de fait (« organique »). Mais
la société peut alors rentrer dans une 3
ème
phase : l’éloignement peut briser le minimum de conscience commune
existant entre individus (anomie). Il reste à rétablir ce minimum vital (construire une morale).
3 L’avenir du contrôle de gestion ?
Le modèle classique de contrôle de gestion a donc des limites sévères, mais comment le faire
évoluer ?
3.1 Processus
La notion de processus (ensemble d’activités tournées vers le client), introduit un nouveau modèle en
représentant l’entreprise non sous forme hiérarchique, mais sous forme de système
8
.
3.2 Le modèle Z
La Théorie Z de Ouchi, est basé sur le modèle culturel japonais : « le contrôle par le clan », « c’est le
contrôle par la culture d’entreprise par la solidarité, c’est-à-dire par l’informel, l’ « invisible » ».
« ainsi la bureaucratie sanctionnerait l’échec du marché, et la culture d’entreprise l’échec de la
bureaucratie »
9
.
Mais ce modèle prometteur n’a pas débouché sur une méthodologie pratique de contrôle de gestion.
3.3 Remarque finale
Il semble cependant, que ces deux tentatives montrent la voie à suivre, à l’avenir :
• Nécessité d’une vision systémique de l’entreprise ;
• Développement nécessaire d’une maîtrise de moyens de « contrôles invisibles ».
8
Je ne suis pas très à l’aise avec la notion de processus. Pour pouvoir en parler, il faut que l’activité de
l’organisation soit relativement stabilisée. Ce qui est de moins en moins le cas : cf. l’exemple très général du
travail du responsable de compte de l’entreprise industrielle, qui exige une improvisation d’équipe de tous les
instants et semble montrer que définir sous forme de procédure le processus de vente est complexe, pour le
moins.
9
Ouchi semble s’appuyer sur Durkheim. Mais Durkheim me paraît avoir dit différemment de Ouchi : si j’ai bien
compris : le groupe primitif humain est réglé par une culture qu’il partage (« mécanique »), mais lorsque la société
s’étend, ce mécanisme n’est plus possible. La division des tâches crée une solidarité de fait (« organique »). Mais
la société peut alors rentrer dans une 3
ème
phase : l’éloignement peut briser le minimum de conscience commune
existant entre individus (anomie). Il reste à rétablir ce minimum vital (construire une morale).

Contenu connexe

Tendances

Gestion de tresorerie_m.naciri_mfi17+m2_daf
Gestion de tresorerie_m.naciri_mfi17+m2_dafGestion de tresorerie_m.naciri_mfi17+m2_daf
Gestion de tresorerie_m.naciri_mfi17+m2_dafezanjean
 
audit comptable et financier
audit comptable et financieraudit comptable et financier
audit comptable et financierSamira RIFKI
 
Marketing.operationnel S5 ENCG
Marketing.operationnel S5 ENCGMarketing.operationnel S5 ENCG
Marketing.operationnel S5 ENCGISMAIEL KUN
 
Exposé audit interne et controle interne
Exposé audit interne et controle interneExposé audit interne et controle interne
Exposé audit interne et controle internePasteur_Tunis
 
Code général de la normalisation comptable
Code général de la normalisation comptableCode général de la normalisation comptable
Code général de la normalisation comptablebouchra elabbadi
 
Guide pratique de l'audit oec maroc
Guide pratique de l'audit   oec marocGuide pratique de l'audit   oec maroc
Guide pratique de l'audit oec marocbissa bissa
 
Powerpoint management thème i icemba 2016
Powerpoint management thème i icemba  2016Powerpoint management thème i icemba  2016
Powerpoint management thème i icemba 2016sciafrique
 
Le controle interne-pratique
Le controle interne-pratiqueLe controle interne-pratique
Le controle interne-pratiqueHervé Boullanger
 
Introduction gestion des risques
Introduction gestion des risquesIntroduction gestion des risques
Introduction gestion des risquesJérémy Morvan
 
Le champ d'application de l'audit
Le champ d'application de l'auditLe champ d'application de l'audit
Le champ d'application de l'auditAsmae OULMADOU
 
Rapport de stage controle de gestion
Rapport de stage controle de gestionRapport de stage controle de gestion
Rapport de stage controle de gestionabdeloahed hamdi
 
L'audit comptable et financier
L'audit comptable et financierL'audit comptable et financier
L'audit comptable et financierSamira RIFKI
 
Audit stratégique
Audit stratégique Audit stratégique
Audit stratégique Safa Aoun
 
Audit opérationnel - Évaluation des procédures du cycle achats/fournisseurs a...
Audit opérationnel - Évaluation des procédures du cycle achats/fournisseurs a...Audit opérationnel - Évaluation des procédures du cycle achats/fournisseurs a...
Audit opérationnel - Évaluation des procédures du cycle achats/fournisseurs a...Miriam drissi kaitouni
 
Role du Controle interne dans la mission d'audit
Role du Controle interne dans la mission d'auditRole du Controle interne dans la mission d'audit
Role du Controle interne dans la mission d'auditAymen Foudhaili
 
Les Sociétés de Bourse
Les Sociétés de BourseLes Sociétés de Bourse
Les Sociétés de BourseWalid Aitisha
 

Tendances (20)

Guide d'entretien
Guide d'entretienGuide d'entretien
Guide d'entretien
 
Gestion de tresorerie_m.naciri_mfi17+m2_daf
Gestion de tresorerie_m.naciri_mfi17+m2_dafGestion de tresorerie_m.naciri_mfi17+m2_daf
Gestion de tresorerie_m.naciri_mfi17+m2_daf
 
audit comptable et financier
audit comptable et financieraudit comptable et financier
audit comptable et financier
 
Marketing.operationnel S5 ENCG
Marketing.operationnel S5 ENCGMarketing.operationnel S5 ENCG
Marketing.operationnel S5 ENCG
 
Exposé audit interne et controle interne
Exposé audit interne et controle interneExposé audit interne et controle interne
Exposé audit interne et controle interne
 
Code général de la normalisation comptable
Code général de la normalisation comptableCode général de la normalisation comptable
Code général de la normalisation comptable
 
Guide pratique de l'audit oec maroc
Guide pratique de l'audit   oec marocGuide pratique de l'audit   oec maroc
Guide pratique de l'audit oec maroc
 
Powerpoint management thème i icemba 2016
Powerpoint management thème i icemba  2016Powerpoint management thème i icemba  2016
Powerpoint management thème i icemba 2016
 
Le controle interne-pratique
Le controle interne-pratiqueLe controle interne-pratique
Le controle interne-pratique
 
Introduction gestion des risques
Introduction gestion des risquesIntroduction gestion des risques
Introduction gestion des risques
 
Performance et gouvernance de l'entreprise
Performance et gouvernance de l'entreprise Performance et gouvernance de l'entreprise
Performance et gouvernance de l'entreprise
 
Le champ d'application de l'audit
Le champ d'application de l'auditLe champ d'application de l'audit
Le champ d'application de l'audit
 
Rapport de stage controle de gestion
Rapport de stage controle de gestionRapport de stage controle de gestion
Rapport de stage controle de gestion
 
L'audit comptable et financier
L'audit comptable et financierL'audit comptable et financier
L'audit comptable et financier
 
Controle interne
Controle interneControle interne
Controle interne
 
Audit stratégique
Audit stratégique Audit stratégique
Audit stratégique
 
controle de gestion.pptx
controle de gestion.pptxcontrole de gestion.pptx
controle de gestion.pptx
 
Audit opérationnel - Évaluation des procédures du cycle achats/fournisseurs a...
Audit opérationnel - Évaluation des procédures du cycle achats/fournisseurs a...Audit opérationnel - Évaluation des procédures du cycle achats/fournisseurs a...
Audit opérationnel - Évaluation des procédures du cycle achats/fournisseurs a...
 
Role du Controle interne dans la mission d'audit
Role du Controle interne dans la mission d'auditRole du Controle interne dans la mission d'audit
Role du Controle interne dans la mission d'audit
 
Les Sociétés de Bourse
Les Sociétés de BourseLes Sociétés de Bourse
Les Sociétés de Bourse
 

Similaire à Contrôle de gestion - résumé

Scéance introductive 1 introduction au management
Scéance introductive 1 introduction au managementScéance introductive 1 introduction au management
Scéance introductive 1 introduction au managementAmjad Soltani
 
La Gouvernance d'Entreprise, Note de synthèse, n°26, Mai 2007
La Gouvernance d'Entreprise, Note de synthèse, n°26, Mai 2007La Gouvernance d'Entreprise, Note de synthèse, n°26, Mai 2007
La Gouvernance d'Entreprise, Note de synthèse, n°26, Mai 2007Daniel Dufourt
 
Ch.ii approches du managementt
Ch.ii approches du managementtCh.ii approches du managementt
Ch.ii approches du managementtAmjad Soltani
 
Ch.ii approches du managementt (1)
Ch.ii approches du managementt (1)Ch.ii approches du managementt (1)
Ch.ii approches du managementt (1)Amjad Soltani
 
H2009-1-1886534.32-931-02-Seance1.ppt
H2009-1-1886534.32-931-02-Seance1.pptH2009-1-1886534.32-931-02-Seance1.ppt
H2009-1-1886534.32-931-02-Seance1.ppttoutou0071
 
powerpoint de la séance3.4de Leadership & Management
powerpoint de la séance3.4de Leadership & Managementpowerpoint de la séance3.4de Leadership & Management
powerpoint de la séance3.4de Leadership & Managementsciafrique
 
Processus managerial (1)
Processus managerial (1)Processus managerial (1)
Processus managerial (1)Mariem Chaaben
 
ENSAM Ph DOLLET atelier MDT
ENSAM Ph DOLLET atelier MDTENSAM Ph DOLLET atelier MDT
ENSAM Ph DOLLET atelier MDTPhilippe DOLLET
 
Philosophie et Management: La question philosophique de la gouvernance dans l...
Philosophie et Management: La question philosophique de la gouvernance dans l...Philosophie et Management: La question philosophique de la gouvernance dans l...
Philosophie et Management: La question philosophique de la gouvernance dans l...Pierre De Nayer
 
Management agile - Entre contrôle et lâcher prise
Management agile - Entre contrôle et lâcher priseManagement agile - Entre contrôle et lâcher prise
Management agile - Entre contrôle et lâcher priseChristophe Keromen
 
theorie financiere chap1.pdf
theorie financiere chap1.pdftheorie financiere chap1.pdf
theorie financiere chap1.pdfOmri6
 
Expos emanagement leadership
Expos emanagement leadershipExpos emanagement leadership
Expos emanagement leadershipdiva1990
 
Exposé texte bourguignon
Exposé   texte bourguignonExposé   texte bourguignon
Exposé texte bourguignoncarolinelegoff
 
Gestion dentreprise-chapitre-4-2 sfc-section-b
Gestion dentreprise-chapitre-4-2 sfc-section-bGestion dentreprise-chapitre-4-2 sfc-section-b
Gestion dentreprise-chapitre-4-2 sfc-section-bkhaledmarzouki3
 

Similaire à Contrôle de gestion - résumé (20)

Scéance introductive 1 introduction au management
Scéance introductive 1 introduction au managementScéance introductive 1 introduction au management
Scéance introductive 1 introduction au management
 
La Gouvernance d'Entreprise, Note de synthèse, n°26, Mai 2007
La Gouvernance d'Entreprise, Note de synthèse, n°26, Mai 2007La Gouvernance d'Entreprise, Note de synthèse, n°26, Mai 2007
La Gouvernance d'Entreprise, Note de synthèse, n°26, Mai 2007
 
La théorie des droits de propriéte
La théorie des droits de propriéteLa théorie des droits de propriéte
La théorie des droits de propriéte
 
Ch.ii approches du managementt
Ch.ii approches du managementtCh.ii approches du managementt
Ch.ii approches du managementt
 
Ch.ii approches du managementt (1)
Ch.ii approches du managementt (1)Ch.ii approches du managementt (1)
Ch.ii approches du managementt (1)
 
H2009-1-1886534.32-931-02-Seance1.ppt
H2009-1-1886534.32-931-02-Seance1.pptH2009-1-1886534.32-931-02-Seance1.ppt
H2009-1-1886534.32-931-02-Seance1.ppt
 
powerpoint de la séance3.4de Leadership & Management
powerpoint de la séance3.4de Leadership & Managementpowerpoint de la séance3.4de Leadership & Management
powerpoint de la séance3.4de Leadership & Management
 
Processus managerial (1)
Processus managerial (1)Processus managerial (1)
Processus managerial (1)
 
Apport controle
Apport controleApport controle
Apport controle
 
ENSAM Ph DOLLET atelier MDT
ENSAM Ph DOLLET atelier MDTENSAM Ph DOLLET atelier MDT
ENSAM Ph DOLLET atelier MDT
 
Philosophie et Management: La question philosophique de la gouvernance dans l...
Philosophie et Management: La question philosophique de la gouvernance dans l...Philosophie et Management: La question philosophique de la gouvernance dans l...
Philosophie et Management: La question philosophique de la gouvernance dans l...
 
Management agile - Entre contrôle et lâcher prise
Management agile - Entre contrôle et lâcher priseManagement agile - Entre contrôle et lâcher prise
Management agile - Entre contrôle et lâcher prise
 
Chap 1.4
Chap 1.4Chap 1.4
Chap 1.4
 
Les grands principes_du_management
Les grands principes_du_managementLes grands principes_du_management
Les grands principes_du_management
 
theorie financiere chap1.pdf
theorie financiere chap1.pdftheorie financiere chap1.pdf
theorie financiere chap1.pdf
 
Article de Charreaux.pdf
Article de Charreaux.pdfArticle de Charreaux.pdf
Article de Charreaux.pdf
 
Expos emanagement leadership
Expos emanagement leadershipExpos emanagement leadership
Expos emanagement leadership
 
Exposé texte bourguignon
Exposé   texte bourguignonExposé   texte bourguignon
Exposé texte bourguignon
 
Gestion dentreprise-chapitre-4-2 sfc-section-b
Gestion dentreprise-chapitre-4-2 sfc-section-bGestion dentreprise-chapitre-4-2 sfc-section-b
Gestion dentreprise-chapitre-4-2 sfc-section-b
 
La Gouvernance
La GouvernanceLa Gouvernance
La Gouvernance
 

Plus de Faurie Christophe

Indicateurs et contrôle de gestion
Indicateurs et contrôle de gestionIndicateurs et contrôle de gestion
Indicateurs et contrôle de gestionFaurie Christophe
 
Compétitivité : comparaison France Allemagne
Compétitivité : comparaison France AllemagneCompétitivité : comparaison France Allemagne
Compétitivité : comparaison France AllemagneFaurie Christophe
 
Liberating Leadership - Isaac Getz
Liberating Leadership - Isaac GetzLiberating Leadership - Isaac Getz
Liberating Leadership - Isaac GetzFaurie Christophe
 
IA et Big Data : mythes et réalité
IA et Big Data : mythes et réalitéIA et Big Data : mythes et réalité
IA et Big Data : mythes et réalitéFaurie Christophe
 
Professionnel sous injonction paradoxale !
Professionnel sous injonction paradoxale !Professionnel sous injonction paradoxale !
Professionnel sous injonction paradoxale !Faurie Christophe
 
L’humanisme de hyacinthe dubreuil
L’humanisme de hyacinthe dubreuilL’humanisme de hyacinthe dubreuil
L’humanisme de hyacinthe dubreuilFaurie Christophe
 
Compte rendu j'ai pensé à tout...
Compte rendu j'ai pensé à tout...Compte rendu j'ai pensé à tout...
Compte rendu j'ai pensé à tout...Faurie Christophe
 
Aide mémoire de marketing b to b
Aide mémoire de marketing b to bAide mémoire de marketing b to b
Aide mémoire de marketing b to bFaurie Christophe
 
Marketing B to B pour praticien
Marketing B to B pour praticienMarketing B to B pour praticien
Marketing B to B pour praticienFaurie Christophe
 
Rapport sur la transformation de l'entreprise - Méthode Münchhausen
Rapport sur la transformation de l'entreprise - Méthode MünchhausenRapport sur la transformation de l'entreprise - Méthode Münchhausen
Rapport sur la transformation de l'entreprise - Méthode MünchhausenFaurie Christophe
 
ERP et conduite du changement
ERP et conduite du changementERP et conduite du changement
ERP et conduite du changementFaurie Christophe
 

Plus de Faurie Christophe (18)

Ecrire un business plan
Ecrire un business planEcrire un business plan
Ecrire un business plan
 
White working class
White working classWhite working class
White working class
 
Indicateurs et contrôle de gestion
Indicateurs et contrôle de gestionIndicateurs et contrôle de gestion
Indicateurs et contrôle de gestion
 
Compétitivité : comparaison France Allemagne
Compétitivité : comparaison France AllemagneCompétitivité : comparaison France Allemagne
Compétitivité : comparaison France Allemagne
 
Liberating Leadership - Isaac Getz
Liberating Leadership - Isaac GetzLiberating Leadership - Isaac Getz
Liberating Leadership - Isaac Getz
 
Target costing
Target costingTarget costing
Target costing
 
Produire en France
Produire en FranceProduire en France
Produire en France
 
IA et Big Data : mythes et réalité
IA et Big Data : mythes et réalitéIA et Big Data : mythes et réalité
IA et Big Data : mythes et réalité
 
Préparer un changement
Préparer un changementPréparer un changement
Préparer un changement
 
Professionnel sous injonction paradoxale !
Professionnel sous injonction paradoxale !Professionnel sous injonction paradoxale !
Professionnel sous injonction paradoxale !
 
L’humanisme de hyacinthe dubreuil
L’humanisme de hyacinthe dubreuilL’humanisme de hyacinthe dubreuil
L’humanisme de hyacinthe dubreuil
 
Compte rendu j'ai pensé à tout...
Compte rendu j'ai pensé à tout...Compte rendu j'ai pensé à tout...
Compte rendu j'ai pensé à tout...
 
Aide mémoire de marketing b to b
Aide mémoire de marketing b to bAide mémoire de marketing b to b
Aide mémoire de marketing b to b
 
Marketing B to B pour praticien
Marketing B to B pour praticienMarketing B to B pour praticien
Marketing B to B pour praticien
 
Le changement par l'exemple
Le changement par l'exempleLe changement par l'exemple
Le changement par l'exemple
 
Le manuel du leader
Le manuel du leaderLe manuel du leader
Le manuel du leader
 
Rapport sur la transformation de l'entreprise - Méthode Münchhausen
Rapport sur la transformation de l'entreprise - Méthode MünchhausenRapport sur la transformation de l'entreprise - Méthode Münchhausen
Rapport sur la transformation de l'entreprise - Méthode Münchhausen
 
ERP et conduite du changement
ERP et conduite du changementERP et conduite du changement
ERP et conduite du changement
 

Contrôle de gestion - résumé

  • 1. Henri Bouquin, Le Contrôle de Gestion, 5 ème édition, 2001, PUF. Note de lectures de Christophe Faurie 1 Préliminaire Cette note de lecture a été rédigée en 2003, dans le cadre de la mise au point d’un cours de sociologie des organisations pour les contrôleurs de gestion (orienté conduite du changement) du DESS 202 de l’Université Dauphine, DESS diirigé par le professeur Henri Bouquin, auteur du livre. Cette note lui a par ailleurs été envoyée, pour vérification. 2 Le contrôle de gestion 2.1 Le modèle classique (Taylor / Sloan) Il est basé sur la notion de centre de compétence indépendant, à qui est délégué des objectifs et des ressources. Le moyen de le piloter est le budget : celui-ci est négocié entre le responsable du centre et le management du groupe. Une fois négocié, il est supposé guider les actes des managers 1 . Le contrôle d’exécution dicte aux niveaux inférieurs ce qu’ils doivent faire (taylorisme). Faiblesses du modèle : Une modélisation simpliste Le système marche d’autant mieux que l’entreprise est faite de composants indépendants, eux-mêmes organisés de manière hiérarchique, qui fonctionnent en régime « nominal » et dans un environnement certain, causes et conséquences étant immédiatement liées dans l’espace et le temps. En fait, chaque phase du cycle de vie d’un composant du portefeuille d’activité de l’entreprise (au sens matrice BCG du terme) devrait faire l’objet d’un traitement spécifique 2 . Notamment : limitations théoriques cf. calcul des prix de transfert, en l’absence d’un marché réel 3 , évaluation « objective » de la performance d’un centre de profit. Qui entraîne des effets la construction de budget tend à encourager les managers à « cacher leur jeu », afin de faire triompher leur intérêt à court terme, qui est contraire à celui de 1 l’hypothèse de Taylor étant que la motivation humaine est l’argent 2 Remarque : si l’entreprise est faite de divisions indépendantes, il n’y a aucun intérêt économique à rassembler toutes ces sous-entreprises indépendantes dans un même conglomérat, qui ne leur apporte rien sinon des charges supplémentaires, le modèle « idéal » de ce type de contrôle de gestion ne semble pas viable. 3 à mon avis, la notion de « valeur » n’a aucun sens intrinsèque, sinon la différence entre ce qu’un client est prêt à payer et les coûts encourus (cf. la « valeur » des tableaux de Van Gogh, qui était nulle de son vivant).
  • 2. pervers l’entreprise, etc. Notamment : la négociation budgétaire est un Yalta vise à répartir les ressources de l’entreprise entre ses composants, et ce en fonction de leur pouvoir d’influence, mais non à créer de nouvelles richesses ou à en réduire les coûts 2.2 3 (ou 4 ?) types de contrôle ils sont interdépendants. contrôle stratégique Finalise contrôle de gestion. « gestion des interactions entre la stratégie et les opérations courantes ». « assurer la cohérence d’ensemble du contrôle d’entreprise ». contrôle d’exécution à ceci il faudrait peut-être ajouter le « contrôle invisible » qui est le contrôle effectué par la culture de l’entreprise (qui est le fruit de multiples autres cultures et peut comprendre des sous-cultures). 2.3 La mission du contrôle de gestion4 Mission fondamentale faire aller management et intérêts de l’entreprise dans la même direction « installer et maintenir autour des managers les conditions leur permettant d’identifier les objectifs pertinents et de maximiser les chances de les atteindre tant qu’ils restent pertinents (donc de les modifier en temps utiles s’ils ne sont pas pertinents) » 5 . Les 3 rôles du contrôle de gestion « intégrateur des logiques multiples du management » : efficacité, efficience, développement des compétences (atouts) de la société ou aussi : compétitivité, rentabilité – création de valeur -, pérennité. 4 Remarque : est-il sûr que le « modèle classique » ait été conçu avec ces idées en tête ? N’est-ce l’amorce d’un renouveau ? 5 Une question : est-ce que cette définition ne part pas d’une conception d’un manager isolé ? Ne faudrait-il pas la faire évoluer pour tenir compte du fait que la performance de l’entreprise est de plus en plus une performance de groupe face à des événements imprévus ? Par exemple un responsable commercial d’une entreprise industrielle doit arriver à faire évoluer la demande de son client de façon à ce qu’elle puisse être satisfaite rentablement par ses usines, ce qui demande non seulement de connaître plus que son métier mais aussi d’arriver en peu de temps à un compromis opérationnel avec l’ensemble de l’entreprise. Dans ces conditions ne faut-il pas faire plus qu’entourer le manager des bons outils, notamment l’aider à développer des réflexes d’équipe ?
  • 3. 2.4 La nature du contrôle de gestion Langage « une des missions les plus importantes du contrôle de gestion est de coordonner les spécialités différentes et les horizons de temps différents en les conduisant à partager une représentation commune de l’entreprise et de ses finalités. Les doter d’un langage commun est une condition clé pour l’obtention de cette représentation commune. » Pivot Le contrôle de gestion doit intégrer les trois horizons de l’entreprise (2.6) et être le pivot des différents types de contrôle de l’entreprise (2.5). Gestion des paradoxes Les sources de paradoxes sont multiples. Notamment : 1) Poussé à l’extrême chacun des 3 rôles ci-dessus (2.3) est incompatible avec les autres, seul le compromis est possible. Le contrôle de gestion est donc un art de l’équilibre entre intérêts conflictuels. 2) Les différents horizons, les différents niveaux de contrôle ont des exigences apparemment contradictoires 3) Chaque nouvelle mesure crée des « déséquilibres », effets pervers qu’il faut corriger à leur tour.  Le danger : l’entreprise peut refuser un exercice qu’elle juge impossible. Le contrôle de gestion « est alors guetté par le dogmatisme : celui des nouveaux concepteurs d’outils qui omettent de dire que les outils sont des langages, des représentations et pas des vérités ou celui des soft managers qui ont oublié de tester leurs recettes. » 2.5 3 étapes du contrôle de gestion Finalisation Facteurs clés de succès comprendre la stratégie de l’entreprise de manière à mettre en place le contrôle de gestion qui lui correspond. En fait, peu de personnes morales ou physiques savent réellement ce qu’est leur stratégie, ce qu’elle veulent faire (une stratégie semble généralement émerger comme une rationalisation a posteriori des actes de l’individu ou du groupe). Celle-ci « émerge » de leur confrontation avec leur environnement. Par contre, elles savent généralement ce qui est important qu’elles réussissent pour atteindre leur objectif implicite : ce sont les Facteurs clés de succès. Le contrôle de gestion doit donc se caler sur ces FCS.  Faute de finalité bien comprise, le contrôle risque de tomber dans la ritualisation (application de procédures = contrôle), l’application des règles étant supposée assurer le bon fonctionnement de l’entreprise.
  • 4. style de direction « style de direction clair apte à proposer aux responsables non seulement les autorités nécessaires à l’exercice effectif de leurs missions, mais un « jeu » qu’ils jugeront susceptible de leur procurer des avantages réels. » Pilotage Règles d’organisation (structures, critères de gestion des unités, indicateurs de performance) Postévaluatio n Outils d’aide à la décision et de suivi, qui font fonctionner le système Le contrôle de gestion doit être « un système de vigilance » qui est en permanence sur le qui-vive en ce qui concerne : la cohérence entre « stratégie et quotidien », « les incertitudes essentielles auxquelles il faudra réagir pour assurer la bonne gestion des FCS », « détecter les dérives lorsqu’elles commencent à se produire, et non pas seulement quand elles se traduisent dans les comptes » mais qui permet aussi « l’émergence de stratégies » en informant la direction de l’entreprise de nouvelles tendances. 2.6 Les horizons du contrôle de gestion Stratégie Direction à long terme (« mission »). Court terme année Gestion courante Jour ou semaine Le contrôle de gestion doit intégrer ces trois niveaux et être le pivot des différents contrôles de l’entreprise.
  • 5. 2.7 Principes méthodologiques L’acteur autonome : base du contrôle de gestion Contrairement au contrôle d’exécution, programmatique, le contrôle de gestion travaille avec des « acteurs autonomes », « la reconnaissance d’acteurs autonomes implique qu’ils soient à même d’exercer leurs initiatives, notamment devant des situations que les plans ou les procédures ne prévoient pas ».  Le contrôle de gestion, donc, privilégie l’influence, le conseil. Repérer les acteurs Il « identifie les acteurs de la mise en œuvre stratégique pour organiser une régulation et une interaction cohérentes ». La notion clé de responsabilité Il attire l’attention des managers sur leurs responsabilités réelles (ce qui compte le plus dans leur rôle à un instant donné). En particulier, le contrôle de gestion doit intervenir sur la cause des coûts et non uniquement sur leurs conséquences. Il doit donc amener les concepteurs à mesurer les coûts de leurs décisions. À noter aussi que de demander aux managers de répondre uniquement de l’effet des causes qu’ils peuvent influencer, peut priver l’entreprise de leur créativité. La notion clé de motivation et de compétence ? Il doit comprendre que « au delà des tentatives techniques, il reste vrai que le plus cohérent des systèmes de management ne remplace jamais la ressource majeure et permanente que constitue un personnel mobilisé et conscient des politiques de l’entreprise. » Influencer et non imposer Il joue sur la connaissance des comportements pour les orienter Le principe du contrôle de gestion est la gestion des paradoxes : le contrôle de gestion n’applique donc pas des techniques « a priori », mais cherche à influencer positivement la culture d’entreprise. Accompagner le manager « Il aide les managers à résoudre quatre grands problèmes : communiquer des valeurs, fixer des limites aux choix acceptables, disposer de suivi avec feedback automatique quand cela est possible mais aussi de systèmes interactifs » L’aider à rester sur le qui-vive Il analyse les écarts entre le prévu et le réel, et incite le managers à chercher quelles actions il doit en déduire. Le contrôle de gestion et la structure de gestion. Il s’assure : Que la structure est contrôlable 6
  • 6. Que les composants qui constituent le « système de vigilance » de l’entreprise fonctionnent correctement et sont en interaction. 6 Les études que j’ai menées il y a 20 ans sur le contrôle des systèmes me font douter que l’on puisse réellement rendre totalement contrôlable quoi que ce soit : les meilleurs spécialistes ne savaient même pas contrôler la plupart des systèmes ayant une entrée et une sortie… Et le nombre « d’entrées » et de « sorties » d’une entreprise est vraisemblablement indéfinissable.
  • 7. 2.8 Critères de réussite de la mise en place d’un contrôle de gestion Une approche progressive « chercher d’abord à identifier les points clés des décisions courantes et mettre en place des tableaux de bord, ensuite prévoir à court terme et budgéter, enfin instaurer progressivement un système de management stratégique » mais « il ne saurait concevoir (ces tableaux de bord) en faisant l’économie d’une analyse stratégique et organisationnelle ». Faire la démonstration de son intérêt « la réussite en matière de contrôle de gestion est fortement liée à la reconnaissance, par les opérationnels, de la réalité des services que peut leur offrir le système de contrôle de gestion » 2.9 Le contrôleur de gestion Son action n’est pas assimilable au contrôle de gestion. D’ailleurs, « le processus de contrôle de gestion est l’affaire des managers » 7 . Architecte C’est « l’architecte et l’animateur » du processus de contrôle de gestion, « du processus de vigilance ». Garant de la doctrine de contrôle de gestion Il est important qu’il y ait « une centralisation de la méthodologie », ainsi qu’une « rigoureuse définition des langages utilisés » (doctrine de contrôle de gestion centralisée). Rôle opérationnel « « attirer l’attention » sur des écarts ou des incohérences, à donner son opinion » sur les orientations souhaitables, à « aider à choisir », voire à contester les choix envisagés par les opérationnels ». Ses fonctions hors contrôle de gestion « comptabilité, gestion financière, informatique,… » Les domaines qui le concernent Loin d’être simplement un financier ou un comptable, il doit être « porteur de la diversité des logiques (techniques, financières, commerciale, humaine, etc.) qui font la performance ». Les sources de son pouvoir Son pouvoir est plus d’influence que direct. Pour réussir « il semble que ce qui importe le plus ne soit pas l’existence de tel ou tel lien de subordination mais bien plus la reconnaissance d’une compétence adaptée aux caractéristiques de l’entreprise ». 7 après tout, si les managers vont d’eux mêmes dans la bonne direction, il n’y a pas besoin de contrôleurs de gestion (« management control »).
  • 8. Critères de succès Se faire accepter des opérationnels Que l’on tienne compte de ses opinions, de manière à ce qu’il puisse jouer son rôle (cf. plus haut).
  • 9. 3 L’avenir du contrôle de gestion ? Le modèle classique de contrôle de gestion a donc des limites sévères, mais comment le faire évoluer ? 3.1 Processus La notion de processus (ensemble d’activités tournées vers le client), introduit un nouveau modèle en représentant l’entreprise non sous forme hiérarchique, mais sous forme de système 8 . 3.2 Le modèle Z La Théorie Z de Ouchi, est basé sur le modèle culturel japonais : « le contrôle par le clan », « c’est le contrôle par la culture d’entreprise par la solidarité, c’est-à-dire par l’informel, l’ « invisible » ». « ainsi la bureaucratie sanctionnerait l’échec du marché, et la culture d’entreprise l’échec de la bureaucratie » 9 . Mais ce modèle prometteur n’a pas débouché sur une méthodologie pratique de contrôle de gestion. 3.3 Remarque finale Il semble cependant, que ces deux tentatives montrent la voie à suivre, à l’avenir : • Nécessité d’une vision systémique de l’entreprise ; • Développement nécessaire d’une maîtrise de moyens de « contrôles invisibles ». 8 Je ne suis pas très à l’aise avec la notion de processus. Pour pouvoir en parler, il faut que l’activité de l’organisation soit relativement stabilisée. Ce qui est de moins en moins le cas : cf. l’exemple très général du travail du responsable de compte de l’entreprise industrielle, qui exige une improvisation d’équipe de tous les instants et semble montrer que définir sous forme de procédure le processus de vente est complexe, pour le moins. 9 Ouchi semble s’appuyer sur Durkheim. Mais Durkheim me paraît avoir dit différemment de Ouchi : si j’ai bien compris : le groupe primitif humain est réglé par une culture qu’il partage (« mécanique »), mais lorsque la société s’étend, ce mécanisme n’est plus possible. La division des tâches crée une solidarité de fait (« organique »). Mais la société peut alors rentrer dans une 3 ème phase : l’éloignement peut briser le minimum de conscience commune existant entre individus (anomie). Il reste à rétablir ce minimum vital (construire une morale).
  • 10. 3 L’avenir du contrôle de gestion ? Le modèle classique de contrôle de gestion a donc des limites sévères, mais comment le faire évoluer ? 3.1 Processus La notion de processus (ensemble d’activités tournées vers le client), introduit un nouveau modèle en représentant l’entreprise non sous forme hiérarchique, mais sous forme de système 8 . 3.2 Le modèle Z La Théorie Z de Ouchi, est basé sur le modèle culturel japonais : « le contrôle par le clan », « c’est le contrôle par la culture d’entreprise par la solidarité, c’est-à-dire par l’informel, l’ « invisible » ». « ainsi la bureaucratie sanctionnerait l’échec du marché, et la culture d’entreprise l’échec de la bureaucratie » 9 . Mais ce modèle prometteur n’a pas débouché sur une méthodologie pratique de contrôle de gestion. 3.3 Remarque finale Il semble cependant, que ces deux tentatives montrent la voie à suivre, à l’avenir : • Nécessité d’une vision systémique de l’entreprise ; • Développement nécessaire d’une maîtrise de moyens de « contrôles invisibles ». 8 Je ne suis pas très à l’aise avec la notion de processus. Pour pouvoir en parler, il faut que l’activité de l’organisation soit relativement stabilisée. Ce qui est de moins en moins le cas : cf. l’exemple très général du travail du responsable de compte de l’entreprise industrielle, qui exige une improvisation d’équipe de tous les instants et semble montrer que définir sous forme de procédure le processus de vente est complexe, pour le moins. 9 Ouchi semble s’appuyer sur Durkheim. Mais Durkheim me paraît avoir dit différemment de Ouchi : si j’ai bien compris : le groupe primitif humain est réglé par une culture qu’il partage (« mécanique »), mais lorsque la société s’étend, ce mécanisme n’est plus possible. La division des tâches crée une solidarité de fait (« organique »). Mais la société peut alors rentrer dans une 3 ème phase : l’éloignement peut briser le minimum de conscience commune existant entre individus (anomie). Il reste à rétablir ce minimum vital (construire une morale).