SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  12
« INTRODUCTION AU CONTROLE DE GESTION »
I. DEFINITION DU CONTRÔLE DE LA GESTION :
1. DEFINITION DU CONTRÔLE :
Le contrôle a pour mission d’assurer la conformité entre les résultats des
activités et les objectifs de l’organisation.
Le contrôle a deux rôles :
• Actif : Dans la mesure où des actions de correction sont prises avant que
les conséquences de certaines décisions aient pu se faire sentir.
• Réactif : Lorsque les résultats sont connues et définitifs et que la
correction ne peut porter que sur de nouvelles opérations.
2. DEFINITION DU CONTROLE DE GESTION :
Le contrôle de gestion est défini comme le processus par lequel le
dirigeant s’assure que les ressources sont obtenues et utilisées avec
efficacité et efficience pour réaliser les objectifs de l’organisation.
D’une manière générale, le contrôle de gestion est un processus destiné
à motiver les responsables et à les inciter à exécuter des activités
contribuant à l’atteinte des objectifs de l’organisation.
3. PROCESSUS DU CONTROLE DE GESTION :
Le caractère dynamique du contrôle de gestion souligne les étapes
suivantes :
i. Fixation des objectifs.
ii. Planification budgets.
iii. Mise en œuvre.
iv. Suivi des réalisations.
v. Analyse des résultats.
vi. Prises d’actions correctives.
Le processus de contrôle de gestion s’inscrit dans la stratégie de
l’entreprise, cette stratégie est définie en fonction des objectifs
fondamentaux de l’entreprise, en fonction des opportunités et des
www.coursdefsjes.com
contraintes de l’environnement, des moyens, des potentiels, et des
contraintes externes.
4. OBJECTIFS DU CONTROLE DE GESTION :
Le contrôle de gestion ne peut se comprendre que dans une entreprise
finalisée qui a des buts et dans laquelle un processus de fixation d’objectifs
a été mis en place au niveau des individus.
5. INCITATION DU CONTROLE DE GESTION :
Le contrôle de gestion incite à :
• Accroître la motivation des responsables à travers un système de
sanction/récompense de nature financière ou autre.
• Créer davantage de convergence de buts dans les organisations.
6. LA FONCTION DU CONTROLE DE GESTION :
La fonction du contrôle de gestion est mal connue. Cette fonction
essentiel dans l’organigramme des petites entreprises car elle offre aux
décideurs les moyens de comprendre la réalité, de s’y adapter et de se
préparer au futur.
7. LE SYSTEME DU CONTROLE DE GESTION :
Le contrôle de gestion apparaît comme un système de régulation des
comportements des individus et des groupes dont les actions influencent la
vie et les choix de l’organisation. Il s’appuie sur :
• Des objectifs précis à atteindre sur la période après avoir évalué les
conséquences des choix.
• Les ressources déjà mobilisées ou à mobiliser sur cette période :
techniques, humaines, financières, …
• Les performances visées ou résultant des actions lancées.
Le contrôle de gestion ajuste :
• Les ressources aux objectifs en décomposant les objectifs en sous
objectifs pour affecter les ressources.
• Les ressources aux performances en tentant de résoudre le problème
de productivité de qualité …
• Les performances aux objectifs pour apprécier l’efficacité des actions.
8. OUTILS DU CONTROLE DE GESTION :
Le contrôle de gestion englobe de nombreux outils de gestion :
• L’analyse des coûts.
• L’analyse des écarts.
• L’analyse des budgets et des plans.
• L’élaboration du tableau de bord.
• L’analyse de la valeur.
• Le contrôle de la qualité.
• L’analyse et la répartition du surplus …
9. AVANTAGES DU CONTROLE DE GESTION :
Le contrôle de gestion apporte une meilleure compréhension :
• Aux problèmes que l’entreprise rencontre ou qu’elle est susceptible de
rencontrer en préparant les informations nécessaires à son pilotage et en
évaluant les risques en courus.
• Aux comportements des acteurs pour mieux les influencer par la mise en
place d’un ensemble cohérent de règles de conduite et de normes afin de
limiter les risques de non performance.
II. LA PLACE DU CONTROLE DE GESTION DANS
L’ORGANIGRAMME :
Il existe deux cas :
• Une position fonctionnelle.
• Une position d’état-major.
1. UNE POSITION FONCTIONNELLE :
Le contrôleur de gestion est rattaché à une direction fonctionnelle
administrative :
La mission du contrôleur de gestion est la comptabilité générale et ne
coïncide pas avec la définition actuelle du contrôle de gestion.
2. UNE POSITION D’ETAT-MAJOR :
Le contrôle de gestion occupe une place de « staff » ou d’état-major
disposant non pas d’une autorité hiérarchique mais d’une autorité de
spécialité.
Le contrôleur de gestion intervient :
• Dans le processus de planification stratégique.
• Dans le processus de mobilisation et d’animation des acteurs.
• Dans la prise de décision s à long terme : choix d’investissements,
partenariat.
3. L’ORGANISATION DE SERVICE DU CONTROLE DE GESTION :
Les Tableaux de Bord : sont des documents de synthèse où sont
rassemblés des indicateurs permettant d’évaluer les paramètres de mesure.
Reporting : est lié au système de fixation des objectifs. Le système de
planification fixe des objectifs spécifiques à chaque manager pour une
période de temps donné. Il a pour mission principale l’information de la
hiérarchie sur l’état et l’évolution des unités décentralisées. Il permet de
rendre compte des résultats des activités déléguées.
4. APPROCHES DE PLACEMENT DU CONTROLE DE GESTION :
a. UNE APPROCHE CLASSIQUE :
Selon cette approche, l’entreprise doit être régulée de manière interne
par la maîtrise des problèmes organisationnels et de gestion, et de manière
externe par la maîtrise de l’adaptation à l’environnement. La fonction du
contrôle de gestion a la responsabilité de concevoir et de faire vivre ce
système d’information et d’alerte. Le contrôle de gestion espère disposer
d’une information suffisante pour associer le résultat à son responsable.
b. UNE APPROCHE DECENTRALISATRICE :
Selon cette approche, la décentralisation est nécessaire pour s’adapter
réagir vite et mieux motiver.
5. LA MISSION DU CONTROLE DE GESTION ET LA TAILLE DE
L’ORGANISATION :
Dans les PME, le contrôle de gestion est assuré en même temps que
d’autres fonctions comme la comptabilité, les finances, l’administration ou
l’informatique.
Dans les grandes organisations, la fonction est plus élargie et spécialisée.
III. LE CONTROLEUR DE GESTION :
1. LA MISSION DU CONTROLEUR DE GESTION :
Le contrôleur de gestion est un responsable du système d’information de
gestion de l’entreprise. Il devient alors :
• Le récepteur du système d’information et a pour tâches :
 La définition et la qualification des centres de responsabilité.
 La construction du réseau analytique d’information.
 L’établissement des standards et leur révision.
 La construction de l’articulation budgétaire.
 L’élaboration des tableaux de bord et des indicateurs de
performances.
• Le gestionnaire du système d’information et assure la
coordination et la circulation des informations.
• L’animateur du système d’information et remplit des
missions :
 D’information et de communication auprès des décideurs de
l’entreprise.
 De conseil auprès des responsables de centre.
 De participation à la gestion des conflits entre les unités.
2. LE PROFIL DU CONTROLEUR DE GESTION :
Puisque les profils demandés dans les annonces sont longue et utopique,
certaines qualités peuvent être raisonnablement exigées et appréciées :
• Qualités professionnelles : Jeunesse, disposition de 3 à 5 années
d’expérience.
• Bonne culture technologique : Compréhension des processus
productifs et distributifs.
• Capacité d’observation : Construction d’un réseau analytique,
identification des facteurs de coût.
• Empathie : La capacité d’un individu à se mettre à la place d’un
autre, l’imagination des effets et des comportements liés à
l’introduction d’un indicateur de performance pour un acteur.
• Dialogue : Discussion avec les acteurs des différentes fonctions.
• Pédagogie : La présentation des tableaux de bord sous forme
synoptique, précision des travaux de calcul de coût.
• Discrétion : Confidentialité concernant le système d’information et
le traitement des éléments.
Dans la pratique, on peut identifier quelques qualités très déterminantes
des rôles assignés aux contrôleurs de gestion :
• Maîtriser le cœur du métier en termes d’informations.
• Posséder les capacités relationnelles adéquates à l’animation des
procédures et à l’assistance du manager.
• Contribuer à transformer l’entreprise.
Aujourd’hui, le contrôleur de gestion a pour rôle le contrôle au service de
la stratégie. On parle du contrôleur de gestion stratégique qui garantie
l’allocation rationnelle des ressources et la création de valeur qui se trouve
au fond de la stratégie de l’entreprise.
Le contrôleur de gestion stratégique a une fonction de couplage de
l’organisation avec l’environnement et de s’assurer que la stratégie choisie
est mise en œuvre d’une façon pertinente dans le but de réaliser les
finalités de l’entreprise. Donc, le contrôleur de gestion stratégique a pour
métier la gestion prévisionnelle
IV. LES DIFFICULTES DU CONTROLE DE GESTION :
1. PRINCIPAUX CRITERES DE REUSSITE DU CONTROLE DE
GESTION :
L’efficacité du contrôle de gestion, dans une entreprise, exige de :
• Connaître le fonctionnement interne de l’organisation.
• Anticiper sur l’évolution de son environnement en intégrant les
dimensions spatiales et temporelles.
• Evaluer toutes les combinaisons possibles entre ses ressources
actuelles et ses ressources potentielles en vue d’atteindre les objectifs
stratégiques.
• Formaliser certaines pratiques pour favoriser le suivi, l’évaluation et les
corrections.
• Disposer d’un langage concret, d’un cadre contractuel et d’une
discipline d’exécution pour que chaque utilisateur comprenne ce qui lui
est demandé et ce que font les autres.
• S’Appuyer sur les hommes de terrain et œuvrer pour que le
changement quotidien qu’il impulse évite les freins culturels et favorise
le fonctionnement en réseau et en équipe.
2. LES OBSTACLES A LA MISE EN ŒUVRE DU CONTROLE DE
GESTION :
Le contrôleur de gestion se heurte fréquemment à :
• La tentation de la direction générale :
o De vouloir piloter toutes les dimensions de la stratégie.
o De demander au contrôle de gestion de tout contrôler.
• Des structures arbitraires de l’organisation en centre de responsabilité
dont les échanges :
o Reposent sur des relations bilatérales introduisant des marges de
manœuvre et des gaspillages.
o Rendent mal compte des transversalités et ignorent l’effet réseau.
o Rendent impossible l’affectation d’une marge ou d’un
dysfonctionnement sur une opération à laquelle ont participé plusieurs
entité.
• Des conditions d’exercice insatisfaisantes, des impératifs
contradictoires :
o Les objectifs ne sont pas clairement définis.
o L’activité ne se répète pas suffisamment pour capitaliser une
expérience.
o Les prévisions et la mesure de rat de nombreux rat sont peu fiables.
o Il faut orienter les pratiques tout en laissant de l’autonomie aux
acteurs.
o Il n’est pas aisé d’isoler le lieu et l’instant de la décision de définir la
meilleure solution.*
3. LES DIFFICULTES POUR APPREHENDER LA PERFORMANCE
DE L’ORGANISATION :
Le contrôle de gestion éprouve une grande difficulté à mettre en place les
indicateurs pertinents pour compter la performance dans toutes ses
dimensions.
Mesurer la performance intrinsèque impose une réflexion collective
préalable pour définir ce qu’on entend par performance et conduit à :
• Pratiquer des comparaisons entre des périodes déterminées ou des
concurrents.
• Utiliser un ensemble stable d’indicateurs synthétiques de performance
avec une pondération et des caractéristiques quantifiables.
Il convient de ne pas confondre :
• Les performances apparentes et les performances réelles.
• Les performances individuelles et celles d’une équipe de l’organisation.
• Les performances à un instant donné et son évolution dans le temps.
V. AUTRES FORMES DE CONTROLE :
1. LES CONTROLES A POSTERIORI :
Le contrôle assimilé à une vérification, intervient lorsque la tâche est
accomplie. Il consiste à vérifier que les résultats sont conformes aux
objectifs ou aux standards.
Le contrôle budgétaire grâce auquel ou mesure périodiquement les
écarts entre les prévisions et les réalisations, aide aussi à s’assurer que les
performances obtenus ne s’éloignent pas des chiffres initialement fixés
dans les plans.
Dans les programmes et les budgets de même les contrôles
statistiques de conformité se classent parmi ce type d’outils.
Une telle forme de contrôle après l’action convient bien aux opérations
qui se répètent fréquemment. Elle s’applique aussi aux opérations non
répétitives, à des projets uniques à partir du moment où le déroulement des
tâches est prévu avec précision.
Le contrôle de la stratégie convient à la tactique lorsqu’il s’agit d’en
apprécier les résultats.
2. LE CONTROLE DE GESTION ET LES AUTRES FORMES DE
CONTROLE :
Le contrôle de gestion coexiste et en interaction avec d’autres
mécanismes de régulation :
• Contrôle interne.
• Audit interne.
• Contrôle d’exécution.
• Audit opérationnel.
• Contrôle STR.
• Etc.
L’audit vient du mot anglais « to audit » ce qui signifie : vérifier, contrôler
et surveiller. Avec le temps, ce mot a pris le sens de diagnostic, de conseil
et d’apport de service divers aux organigrammes. Ainsi, l’audit recouvre un
champ très large d’activités.
3. CONTROLE D’AUDIT INTERNE :
a. CONTROLE INTERNE :
Le contrôle interne est un processus plus global mis en œuvre et
supervisé par la direction générale pour conserver la maîtrise de
l’organigramme. Il est ainsi chargé de mettre en place toutes les sécurités
nécessaires à fin que :
• Les décisions prises pour assurer les meilleures performances à
l’organisation soient correctement appliquées.
• Les comportements de tous ses membres soient conformes aux
procédures formalisées ou aux principes admis, aux lois et
réglementation en vigueur, et aillent bien dans le sens des objectifs
stratégiques.
• La protection du patrimoine et la qualité de l’information soient garanties.
• Les conditions pour la flexibilité et la réaction soient réunies en
permanence pour assurer la qualité maximale aux prestations fournies en
interne comme en externe.
b. AUDIT INTERNE :
L’audit interne contrôle le processus de contrôle interne, c’est-à-dire le
processus qui conditionne la qualité des prestations de l’organigramme. Il
s’interroge sur son efficience et sa fiabilité, sur son aptitude à détecter et
corriger les dysfonctionnements, à couvrir la totalité des opérations et à
assurer leur cohérence.
Il est réalisé pour le compte des dirigeants par un service audit interne
spécifique qui ne communiquent leurs informations qu’à leurs dirigeants. Un
auditeur interne a pour mission :
• D’analyser les procédures de contrôle en place, leur application, leur
adéquation aux objectifs.
• D’observer et écouter le personnel.
• De relever les incohérences et les faiblesses de la pratique.
• De s’appuyer sur un questionnaire de contrôle interne.
• De tester le mode d’application des procédures et leur efficacité.
L’audit interne des états comptables et financiers est le plus fréquent.
CONCLUSION
Le contrôleur de gestion doit être un conseiller ou un animateur afin de
transmettre rapidement aux responsables et aux opérationnels les
informations utiles à leurs décisions et à leurs engagements dans des
actions correctives.
Les responsables et les contrôleurs de gestion doivent travailler en
concertation pour faire du contrôle de gestion comme un instrument utile et
motivant et non pas comme un système de contrôle et de pénalisation.
Introduction au contrôle de gestion

Contenu connexe

Tendances

Les tableaux de bord & les indicateurs de performance
Les tableaux de bord & les indicateurs de performanceLes tableaux de bord & les indicateurs de performance
Les tableaux de bord & les indicateurs de performance
Ahmed Mesellem
 
Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02
Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02
Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02
Abdellatif Jim
 
Mail hem doc participants [mode de compatibilité]
Mail hem doc participants [mode de compatibilité]Mail hem doc participants [mode de compatibilité]
Mail hem doc participants [mode de compatibilité]
Issam Eddine Karim
 
La pratique du contrôle de gestion
La pratique du contrôle de gestionLa pratique du contrôle de gestion
La pratique du contrôle de gestion
OULAAJEB YOUSSEF
 
La gestion budgétaire des ventes
La gestion budgétaire des ventes La gestion budgétaire des ventes
La gestion budgétaire des ventes
Hajar EL GUERI
 
Gouvernance d`entreprise
Gouvernance d`entrepriseGouvernance d`entreprise
Gouvernance d`entreprise
Yan Huang
 

Tendances (20)

Gestion budgétaire
Gestion budgétaire Gestion budgétaire
Gestion budgétaire
 
Les tableaux de bord & les indicateurs de performance
Les tableaux de bord & les indicateurs de performanceLes tableaux de bord & les indicateurs de performance
Les tableaux de bord & les indicateurs de performance
 
Systèmes d’information / Contrôle de gestion
Systèmes d’information /  Contrôle de gestionSystèmes d’information /  Contrôle de gestion
Systèmes d’information / Contrôle de gestion
 
L'audit comptable et financier
L'audit comptable et financierL'audit comptable et financier
L'audit comptable et financier
 
Tableau de bord
Tableau de bordTableau de bord
Tableau de bord
 
Cours de controle de gestion approfondi www.coursdefsjes.com
Cours de controle de gestion approfondi www.coursdefsjes.comCours de controle de gestion approfondi www.coursdefsjes.com
Cours de controle de gestion approfondi www.coursdefsjes.com
 
Le controle interne-pratique
Le controle interne-pratiqueLe controle interne-pratique
Le controle interne-pratique
 
diapo pour soutenance
diapo pour soutenance diapo pour soutenance
diapo pour soutenance
 
Cours tableau de bord CG
Cours tableau de bord CGCours tableau de bord CG
Cours tableau de bord CG
 
Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02
Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02
Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02
 
Pilotage Social et Management des Ressources Humaines
Pilotage Social et Management des Ressources HumainesPilotage Social et Management des Ressources Humaines
Pilotage Social et Management des Ressources Humaines
 
Audit RH : Évaluation et amélioration de la performance
Audit RH : Évaluation et amélioration de la performanceAudit RH : Évaluation et amélioration de la performance
Audit RH : Évaluation et amélioration de la performance
 
Mail hem doc participants [mode de compatibilité]
Mail hem doc participants [mode de compatibilité]Mail hem doc participants [mode de compatibilité]
Mail hem doc participants [mode de compatibilité]
 
Rapport de stage complet sur la planification et la gestion budgetaire d'une ...
Rapport de stage complet sur la planification et la gestion budgetaire d'une ...Rapport de stage complet sur la planification et la gestion budgetaire d'une ...
Rapport de stage complet sur la planification et la gestion budgetaire d'une ...
 
La pratique du contrôle de gestion
La pratique du contrôle de gestionLa pratique du contrôle de gestion
La pratique du contrôle de gestion
 
La gestion budgétaire des ventes
La gestion budgétaire des ventes La gestion budgétaire des ventes
La gestion budgétaire des ventes
 
Partie 1 audit comptable et financier
Partie 1 audit comptable et financierPartie 1 audit comptable et financier
Partie 1 audit comptable et financier
 
Gouvernance d`entreprise
Gouvernance d`entrepriseGouvernance d`entreprise
Gouvernance d`entreprise
 
exercices corrigés état de flux de trésorerie.pdf
exercices corrigés état de flux de trésorerie.pdfexercices corrigés état de flux de trésorerie.pdf
exercices corrigés état de flux de trésorerie.pdf
 
Audit-audit-interne
Audit-audit-interneAudit-audit-interne
Audit-audit-interne
 

Similaire à Introduction au contrôle de gestion

01 définition et conception du contrôle de gestion
01  définition et conception du contrôle de gestion01  définition et conception du contrôle de gestion
01 définition et conception du contrôle de gestion
OULAAJEB YOUSSEF
 
Introduction et section 1 cg
Introduction et section 1 cgIntroduction et section 1 cg
Introduction et section 1 cg
Just Liliaa Khati
 
Contrôle interne organisation type
Contrôle interne organisation typeContrôle interne organisation type
Contrôle interne organisation type
RACHID MABROUKI
 
H2009-1-1886534.32-931-02-Seance1.ppt
H2009-1-1886534.32-931-02-Seance1.pptH2009-1-1886534.32-931-02-Seance1.ppt
H2009-1-1886534.32-931-02-Seance1.ppt
toutou0071
 
[Transformation des organisations] pilotage de la performance
[Transformation des organisations] pilotage de la performance[Transformation des organisations] pilotage de la performance
[Transformation des organisations] pilotage de la performance
onepoint x weave
 
[Transformation des organisations] pilotage de la performance
[Transformation des organisations] pilotage de la performance[Transformation des organisations] pilotage de la performance
[Transformation des organisations] pilotage de la performance
onepoint x weave
 
SAGESSE_Présentation-Paris1_Julien-Benini.pdf
SAGESSE_Présentation-Paris1_Julien-Benini.pdfSAGESSE_Présentation-Paris1_Julien-Benini.pdf
SAGESSE_Présentation-Paris1_Julien-Benini.pdf
Ghazali10
 
Management audit controle
Management audit controleManagement audit controle
Management audit controle
maxilopezo
 

Similaire à Introduction au contrôle de gestion (20)

Apport controle
Apport controleApport controle
Apport controle
 
01 définition et conception du contrôle de gestion
01  définition et conception du contrôle de gestion01  définition et conception du contrôle de gestion
01 définition et conception du contrôle de gestion
 
Introduction et section 1 cg
Introduction et section 1 cgIntroduction et section 1 cg
Introduction et section 1 cg
 
3.Partie _ Cours gestion de l'entreprise
3.Partie _ Cours gestion de l'entreprise3.Partie _ Cours gestion de l'entreprise
3.Partie _ Cours gestion de l'entreprise
 
Processus managerial (1)
Processus managerial (1)Processus managerial (1)
Processus managerial (1)
 
Contrôle interne organisation type
Contrôle interne organisation typeContrôle interne organisation type
Contrôle interne organisation type
 
Cours cg lp 2018 2019 part i
Cours cg lp 2018 2019 part iCours cg lp 2018 2019 part i
Cours cg lp 2018 2019 part i
 
Chapitre I_Le management.pptx
Chapitre I_Le management.pptxChapitre I_Le management.pptx
Chapitre I_Le management.pptx
 
H2009-1-1886534.32-931-02-Seance1.ppt
H2009-1-1886534.32-931-02-Seance1.pptH2009-1-1886534.32-931-02-Seance1.ppt
H2009-1-1886534.32-931-02-Seance1.ppt
 
Le controle de gestion sociale et le bilan
Le controle de gestion sociale et le bilanLe controle de gestion sociale et le bilan
Le controle de gestion sociale et le bilan
 
Gestion d'entreprise (1): Docteur Ammar Samout
Gestion d'entreprise (1): Docteur Ammar SamoutGestion d'entreprise (1): Docteur Ammar Samout
Gestion d'entreprise (1): Docteur Ammar Samout
 
Cg strat1 casa
Cg strat1 casaCg strat1 casa
Cg strat1 casa
 
[Transformation des organisations] pilotage de la performance
[Transformation des organisations] pilotage de la performance[Transformation des organisations] pilotage de la performance
[Transformation des organisations] pilotage de la performance
 
[Transformation des organisations] pilotage de la performance
[Transformation des organisations] pilotage de la performance[Transformation des organisations] pilotage de la performance
[Transformation des organisations] pilotage de la performance
 
ISA-NORME ISO 9001 VERSION 2015.pptx
ISA-NORME ISO 9001 VERSION 2015.pptxISA-NORME ISO 9001 VERSION 2015.pptx
ISA-NORME ISO 9001 VERSION 2015.pptx
 
Exposé.pptx
Exposé.pptxExposé.pptx
Exposé.pptx
 
Cours de-controle-de-gestion-approfondi www.coursdefsjes.com
Cours de-controle-de-gestion-approfondi www.coursdefsjes.comCours de-controle-de-gestion-approfondi www.coursdefsjes.com
Cours de-controle-de-gestion-approfondi www.coursdefsjes.com
 
SAGESSE_Présentation-Paris1_Julien-Benini.pdf
SAGESSE_Présentation-Paris1_Julien-Benini.pdfSAGESSE_Présentation-Paris1_Julien-Benini.pdf
SAGESSE_Présentation-Paris1_Julien-Benini.pdf
 
Management audit controle
Management audit controleManagement audit controle
Management audit controle
 
Plan d'action pour le management de la qualite
Plan d'action pour le management de la qualitePlan d'action pour le management de la qualite
Plan d'action pour le management de la qualite
 

Plus de cours fsjes

avis de concours irat format pdf disponible sur scribd
avis de concours irat format pdf disponible sur scribdavis de concours irat format pdf disponible sur scribd
avis de concours irat format pdf disponible sur scribd
cours fsjes
 
résumé grh Telechargeable sur www.coursdefsjes.com
résumé grh Telechargeable sur www.coursdefsjes.comrésumé grh Telechargeable sur www.coursdefsjes.com
résumé grh Telechargeable sur www.coursdefsjes.com
cours fsjes
 
Responsabilité sociale des entreprises - Cours RSE
Responsabilité sociale des entreprises - Cours RSEResponsabilité sociale des entreprises - Cours RSE
Responsabilité sociale des entreprises - Cours RSE
cours fsjes
 
L’Economie numérique : Les TIC dans les PME marocaines et leurs impacts
L’Economie numérique : Les TIC dans les PME marocaines et leurs impactsL’Economie numérique : Les TIC dans les PME marocaines et leurs impacts
L’Economie numérique : Les TIC dans les PME marocaines et leurs impacts
cours fsjes
 

Plus de cours fsjes (20)

avis de concours irat format pdf disponible sur scribd
avis de concours irat format pdf disponible sur scribdavis de concours irat format pdf disponible sur scribd
avis de concours irat format pdf disponible sur scribd
 
résumé grh Telechargeable sur www.coursdefsjes.com
résumé grh Telechargeable sur www.coursdefsjes.comrésumé grh Telechargeable sur www.coursdefsjes.com
résumé grh Telechargeable sur www.coursdefsjes.com
 
Guide-pratique-à-la-préparation-des-concours---www_coursdefsjes_com.pdf
Guide-pratique-à-la-préparation-des-concours---www_coursdefsjes_com.pdfGuide-pratique-à-la-préparation-des-concours---www_coursdefsjes_com.pdf
Guide-pratique-à-la-préparation-des-concours---www_coursdefsjes_com.pdf
 
TD2 Microéconomie I s1 pr. El Moussaoui hicham
TD2 Microéconomie I s1 pr. El Moussaoui hichamTD2 Microéconomie I s1 pr. El Moussaoui hicham
TD2 Microéconomie I s1 pr. El Moussaoui hicham
 
Examen de Comptabilité Générale I - FEG Beni Mellal
Examen de Comptabilité Générale I - FEG Beni MellalExamen de Comptabilité Générale I - FEG Beni Mellal
Examen de Comptabilité Générale I - FEG Beni Mellal
 
Travaux dirigés en comptabilité analytique.pdf
Travaux dirigés en comptabilité analytique.pdfTravaux dirigés en comptabilité analytique.pdf
Travaux dirigés en comptabilité analytique.pdf
 
GPEC dans le secteur d’éducation public
GPEC dans le secteur d’éducation public GPEC dans le secteur d’éducation public
GPEC dans le secteur d’éducation public
 
Responsabilité sociale des entreprises - Cours RSE
Responsabilité sociale des entreprises - Cours RSEResponsabilité sociale des entreprises - Cours RSE
Responsabilité sociale des entreprises - Cours RSE
 
L’Economie numérique : Les TIC dans les PME marocaines et leurs impacts
L’Economie numérique : Les TIC dans les PME marocaines et leurs impactsL’Economie numérique : Les TIC dans les PME marocaines et leurs impacts
L’Economie numérique : Les TIC dans les PME marocaines et leurs impacts
 
Grammaire francais - www.coursdefsjes.com
Grammaire francais - www.coursdefsjes.comGrammaire francais - www.coursdefsjes.com
Grammaire francais - www.coursdefsjes.com
 
Droit s3 : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
Droit s3   : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.comDroit s3   : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
Droit s3 : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
 
Gestion f abdelah : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
Gestion f abdelah   : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.comGestion f abdelah   : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
Gestion f abdelah : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
 
Pere riche-pere-pauvre : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
Pere riche-pere-pauvre  : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.comPere riche-pere-pauvre  : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
Pere riche-pere-pauvre : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
 
Audit et-controle-interne - www.coursdefsjes.com
Audit et-controle-interne - www.coursdefsjes.comAudit et-controle-interne - www.coursdefsjes.com
Audit et-controle-interne - www.coursdefsjes.com
 
+360 phrase francais : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
+360 phrase francais  : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com+360 phrase francais  : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
+360 phrase francais : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
 
Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
Téléchargeable sur www.coursdefsjes.comTéléchargeable sur www.coursdefsjes.com
Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
 
Audit public : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
Audit public  : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.comAudit public  : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
Audit public : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
 
Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
 Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
 
5 bilan fonctionnel et financier : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
5 bilan fonctionnel et financier  : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com5 bilan fonctionnel et financier  : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
5 bilan fonctionnel et financier : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
 
Comptabilite approfondie : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
Comptabilite approfondie  : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.comComptabilite approfondie  : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
Comptabilite approfondie : Téléchargeable sur www.coursdefsjes.com
 

Dernier

ilide.info-cours-recherche-d-emploi-pr_aa839df7439dd234c803551c86e0197c.pdf
ilide.info-cours-recherche-d-emploi-pr_aa839df7439dd234c803551c86e0197c.pdfilide.info-cours-recherche-d-emploi-pr_aa839df7439dd234c803551c86e0197c.pdf
ilide.info-cours-recherche-d-emploi-pr_aa839df7439dd234c803551c86e0197c.pdf
ssuser6041d32
 

Dernier (14)

Saint Damien, missionnaire auprès des lépreux de Molokai, Hawaï.pptx
Saint Damien, missionnaire auprès des lépreux de Molokai, Hawaï.pptxSaint Damien, missionnaire auprès des lépreux de Molokai, Hawaï.pptx
Saint Damien, missionnaire auprès des lépreux de Molokai, Hawaï.pptx
 
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre françaiseNathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
 
CALENDRIER ET COMPTE RENDU REUNION DIRECTION
CALENDRIER ET COMPTE RENDU REUNION DIRECTIONCALENDRIER ET COMPTE RENDU REUNION DIRECTION
CALENDRIER ET COMPTE RENDU REUNION DIRECTION
 
Àma Gloria.pptx Un film tourné au Cap Vert et en France
Àma Gloria.pptx   Un film tourné au Cap Vert et en FranceÀma Gloria.pptx   Un film tourné au Cap Vert et en France
Àma Gloria.pptx Un film tourné au Cap Vert et en France
 
ilide.info-cours-recherche-d-emploi-pr_aa839df7439dd234c803551c86e0197c.pdf
ilide.info-cours-recherche-d-emploi-pr_aa839df7439dd234c803551c86e0197c.pdfilide.info-cours-recherche-d-emploi-pr_aa839df7439dd234c803551c86e0197c.pdf
ilide.info-cours-recherche-d-emploi-pr_aa839df7439dd234c803551c86e0197c.pdf
 
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
 
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciation
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciationFiche de vocabulaire pour faire une appréciation
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciation
 
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptxGHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
 
Chapitre3-Classififcation des structures de chaussu00E9e.pptx
Chapitre3-Classififcation des structures de  chaussu00E9e.pptxChapitre3-Classififcation des structures de  chaussu00E9e.pptx
Chapitre3-Classififcation des structures de chaussu00E9e.pptx
 
Neuvaine de la Pentecôte avec des textes de saint Jean Eudes
Neuvaine de la Pentecôte avec des textes de saint Jean EudesNeuvaine de la Pentecôte avec des textes de saint Jean Eudes
Neuvaine de la Pentecôte avec des textes de saint Jean Eudes
 
complement de agri cours irrigation.pptx
complement de agri cours irrigation.pptxcomplement de agri cours irrigation.pptx
complement de agri cours irrigation.pptx
 
Un petit coin etwinning- Au fil des cultures urbaines
Un petit coin  etwinning- Au fil des cultures urbainesUn petit coin  etwinning- Au fil des cultures urbaines
Un petit coin etwinning- Au fil des cultures urbaines
 
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptxGHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
 
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigées
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigéesTexte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigées
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigées
 

Introduction au contrôle de gestion

  • 1. « INTRODUCTION AU CONTROLE DE GESTION » I. DEFINITION DU CONTRÔLE DE LA GESTION : 1. DEFINITION DU CONTRÔLE : Le contrôle a pour mission d’assurer la conformité entre les résultats des activités et les objectifs de l’organisation. Le contrôle a deux rôles : • Actif : Dans la mesure où des actions de correction sont prises avant que les conséquences de certaines décisions aient pu se faire sentir. • Réactif : Lorsque les résultats sont connues et définitifs et que la correction ne peut porter que sur de nouvelles opérations. 2. DEFINITION DU CONTROLE DE GESTION : Le contrôle de gestion est défini comme le processus par lequel le dirigeant s’assure que les ressources sont obtenues et utilisées avec efficacité et efficience pour réaliser les objectifs de l’organisation. D’une manière générale, le contrôle de gestion est un processus destiné à motiver les responsables et à les inciter à exécuter des activités contribuant à l’atteinte des objectifs de l’organisation. 3. PROCESSUS DU CONTROLE DE GESTION : Le caractère dynamique du contrôle de gestion souligne les étapes suivantes : i. Fixation des objectifs. ii. Planification budgets. iii. Mise en œuvre. iv. Suivi des réalisations. v. Analyse des résultats. vi. Prises d’actions correctives. Le processus de contrôle de gestion s’inscrit dans la stratégie de l’entreprise, cette stratégie est définie en fonction des objectifs fondamentaux de l’entreprise, en fonction des opportunités et des www.coursdefsjes.com
  • 2. contraintes de l’environnement, des moyens, des potentiels, et des contraintes externes. 4. OBJECTIFS DU CONTROLE DE GESTION : Le contrôle de gestion ne peut se comprendre que dans une entreprise finalisée qui a des buts et dans laquelle un processus de fixation d’objectifs a été mis en place au niveau des individus. 5. INCITATION DU CONTROLE DE GESTION : Le contrôle de gestion incite à : • Accroître la motivation des responsables à travers un système de sanction/récompense de nature financière ou autre. • Créer davantage de convergence de buts dans les organisations. 6. LA FONCTION DU CONTROLE DE GESTION : La fonction du contrôle de gestion est mal connue. Cette fonction essentiel dans l’organigramme des petites entreprises car elle offre aux décideurs les moyens de comprendre la réalité, de s’y adapter et de se préparer au futur. 7. LE SYSTEME DU CONTROLE DE GESTION : Le contrôle de gestion apparaît comme un système de régulation des comportements des individus et des groupes dont les actions influencent la vie et les choix de l’organisation. Il s’appuie sur : • Des objectifs précis à atteindre sur la période après avoir évalué les conséquences des choix. • Les ressources déjà mobilisées ou à mobiliser sur cette période : techniques, humaines, financières, … • Les performances visées ou résultant des actions lancées. Le contrôle de gestion ajuste : • Les ressources aux objectifs en décomposant les objectifs en sous objectifs pour affecter les ressources. • Les ressources aux performances en tentant de résoudre le problème de productivité de qualité … • Les performances aux objectifs pour apprécier l’efficacité des actions.
  • 3. 8. OUTILS DU CONTROLE DE GESTION : Le contrôle de gestion englobe de nombreux outils de gestion : • L’analyse des coûts. • L’analyse des écarts. • L’analyse des budgets et des plans. • L’élaboration du tableau de bord. • L’analyse de la valeur. • Le contrôle de la qualité. • L’analyse et la répartition du surplus … 9. AVANTAGES DU CONTROLE DE GESTION : Le contrôle de gestion apporte une meilleure compréhension : • Aux problèmes que l’entreprise rencontre ou qu’elle est susceptible de rencontrer en préparant les informations nécessaires à son pilotage et en évaluant les risques en courus. • Aux comportements des acteurs pour mieux les influencer par la mise en place d’un ensemble cohérent de règles de conduite et de normes afin de limiter les risques de non performance. II. LA PLACE DU CONTROLE DE GESTION DANS L’ORGANIGRAMME : Il existe deux cas : • Une position fonctionnelle. • Une position d’état-major. 1. UNE POSITION FONCTIONNELLE : Le contrôleur de gestion est rattaché à une direction fonctionnelle administrative :
  • 4. La mission du contrôleur de gestion est la comptabilité générale et ne coïncide pas avec la définition actuelle du contrôle de gestion. 2. UNE POSITION D’ETAT-MAJOR : Le contrôle de gestion occupe une place de « staff » ou d’état-major disposant non pas d’une autorité hiérarchique mais d’une autorité de spécialité. Le contrôleur de gestion intervient : • Dans le processus de planification stratégique. • Dans le processus de mobilisation et d’animation des acteurs.
  • 5. • Dans la prise de décision s à long terme : choix d’investissements, partenariat. 3. L’ORGANISATION DE SERVICE DU CONTROLE DE GESTION : Les Tableaux de Bord : sont des documents de synthèse où sont rassemblés des indicateurs permettant d’évaluer les paramètres de mesure. Reporting : est lié au système de fixation des objectifs. Le système de planification fixe des objectifs spécifiques à chaque manager pour une période de temps donné. Il a pour mission principale l’information de la hiérarchie sur l’état et l’évolution des unités décentralisées. Il permet de rendre compte des résultats des activités déléguées. 4. APPROCHES DE PLACEMENT DU CONTROLE DE GESTION : a. UNE APPROCHE CLASSIQUE : Selon cette approche, l’entreprise doit être régulée de manière interne par la maîtrise des problèmes organisationnels et de gestion, et de manière externe par la maîtrise de l’adaptation à l’environnement. La fonction du contrôle de gestion a la responsabilité de concevoir et de faire vivre ce système d’information et d’alerte. Le contrôle de gestion espère disposer d’une information suffisante pour associer le résultat à son responsable. b. UNE APPROCHE DECENTRALISATRICE : Selon cette approche, la décentralisation est nécessaire pour s’adapter réagir vite et mieux motiver.
  • 6. 5. LA MISSION DU CONTROLE DE GESTION ET LA TAILLE DE L’ORGANISATION : Dans les PME, le contrôle de gestion est assuré en même temps que d’autres fonctions comme la comptabilité, les finances, l’administration ou l’informatique. Dans les grandes organisations, la fonction est plus élargie et spécialisée. III. LE CONTROLEUR DE GESTION : 1. LA MISSION DU CONTROLEUR DE GESTION : Le contrôleur de gestion est un responsable du système d’information de gestion de l’entreprise. Il devient alors : • Le récepteur du système d’information et a pour tâches :  La définition et la qualification des centres de responsabilité.  La construction du réseau analytique d’information.  L’établissement des standards et leur révision.  La construction de l’articulation budgétaire.  L’élaboration des tableaux de bord et des indicateurs de performances. • Le gestionnaire du système d’information et assure la coordination et la circulation des informations. • L’animateur du système d’information et remplit des missions :  D’information et de communication auprès des décideurs de l’entreprise.  De conseil auprès des responsables de centre.  De participation à la gestion des conflits entre les unités. 2. LE PROFIL DU CONTROLEUR DE GESTION : Puisque les profils demandés dans les annonces sont longue et utopique, certaines qualités peuvent être raisonnablement exigées et appréciées :
  • 7. • Qualités professionnelles : Jeunesse, disposition de 3 à 5 années d’expérience. • Bonne culture technologique : Compréhension des processus productifs et distributifs. • Capacité d’observation : Construction d’un réseau analytique, identification des facteurs de coût. • Empathie : La capacité d’un individu à se mettre à la place d’un autre, l’imagination des effets et des comportements liés à l’introduction d’un indicateur de performance pour un acteur. • Dialogue : Discussion avec les acteurs des différentes fonctions. • Pédagogie : La présentation des tableaux de bord sous forme synoptique, précision des travaux de calcul de coût. • Discrétion : Confidentialité concernant le système d’information et le traitement des éléments. Dans la pratique, on peut identifier quelques qualités très déterminantes des rôles assignés aux contrôleurs de gestion : • Maîtriser le cœur du métier en termes d’informations. • Posséder les capacités relationnelles adéquates à l’animation des procédures et à l’assistance du manager. • Contribuer à transformer l’entreprise. Aujourd’hui, le contrôleur de gestion a pour rôle le contrôle au service de la stratégie. On parle du contrôleur de gestion stratégique qui garantie l’allocation rationnelle des ressources et la création de valeur qui se trouve au fond de la stratégie de l’entreprise. Le contrôleur de gestion stratégique a une fonction de couplage de l’organisation avec l’environnement et de s’assurer que la stratégie choisie est mise en œuvre d’une façon pertinente dans le but de réaliser les finalités de l’entreprise. Donc, le contrôleur de gestion stratégique a pour métier la gestion prévisionnelle IV. LES DIFFICULTES DU CONTROLE DE GESTION : 1. PRINCIPAUX CRITERES DE REUSSITE DU CONTROLE DE GESTION : L’efficacité du contrôle de gestion, dans une entreprise, exige de :
  • 8. • Connaître le fonctionnement interne de l’organisation. • Anticiper sur l’évolution de son environnement en intégrant les dimensions spatiales et temporelles. • Evaluer toutes les combinaisons possibles entre ses ressources actuelles et ses ressources potentielles en vue d’atteindre les objectifs stratégiques. • Formaliser certaines pratiques pour favoriser le suivi, l’évaluation et les corrections. • Disposer d’un langage concret, d’un cadre contractuel et d’une discipline d’exécution pour que chaque utilisateur comprenne ce qui lui est demandé et ce que font les autres. • S’Appuyer sur les hommes de terrain et œuvrer pour que le changement quotidien qu’il impulse évite les freins culturels et favorise le fonctionnement en réseau et en équipe. 2. LES OBSTACLES A LA MISE EN ŒUVRE DU CONTROLE DE GESTION : Le contrôleur de gestion se heurte fréquemment à : • La tentation de la direction générale : o De vouloir piloter toutes les dimensions de la stratégie. o De demander au contrôle de gestion de tout contrôler. • Des structures arbitraires de l’organisation en centre de responsabilité dont les échanges : o Reposent sur des relations bilatérales introduisant des marges de manœuvre et des gaspillages. o Rendent mal compte des transversalités et ignorent l’effet réseau. o Rendent impossible l’affectation d’une marge ou d’un dysfonctionnement sur une opération à laquelle ont participé plusieurs entité. • Des conditions d’exercice insatisfaisantes, des impératifs contradictoires : o Les objectifs ne sont pas clairement définis.
  • 9. o L’activité ne se répète pas suffisamment pour capitaliser une expérience. o Les prévisions et la mesure de rat de nombreux rat sont peu fiables. o Il faut orienter les pratiques tout en laissant de l’autonomie aux acteurs. o Il n’est pas aisé d’isoler le lieu et l’instant de la décision de définir la meilleure solution.* 3. LES DIFFICULTES POUR APPREHENDER LA PERFORMANCE DE L’ORGANISATION : Le contrôle de gestion éprouve une grande difficulté à mettre en place les indicateurs pertinents pour compter la performance dans toutes ses dimensions. Mesurer la performance intrinsèque impose une réflexion collective préalable pour définir ce qu’on entend par performance et conduit à : • Pratiquer des comparaisons entre des périodes déterminées ou des concurrents. • Utiliser un ensemble stable d’indicateurs synthétiques de performance avec une pondération et des caractéristiques quantifiables. Il convient de ne pas confondre : • Les performances apparentes et les performances réelles. • Les performances individuelles et celles d’une équipe de l’organisation. • Les performances à un instant donné et son évolution dans le temps. V. AUTRES FORMES DE CONTROLE : 1. LES CONTROLES A POSTERIORI : Le contrôle assimilé à une vérification, intervient lorsque la tâche est accomplie. Il consiste à vérifier que les résultats sont conformes aux objectifs ou aux standards. Le contrôle budgétaire grâce auquel ou mesure périodiquement les écarts entre les prévisions et les réalisations, aide aussi à s’assurer que les
  • 10. performances obtenus ne s’éloignent pas des chiffres initialement fixés dans les plans. Dans les programmes et les budgets de même les contrôles statistiques de conformité se classent parmi ce type d’outils. Une telle forme de contrôle après l’action convient bien aux opérations qui se répètent fréquemment. Elle s’applique aussi aux opérations non répétitives, à des projets uniques à partir du moment où le déroulement des tâches est prévu avec précision. Le contrôle de la stratégie convient à la tactique lorsqu’il s’agit d’en apprécier les résultats. 2. LE CONTROLE DE GESTION ET LES AUTRES FORMES DE CONTROLE : Le contrôle de gestion coexiste et en interaction avec d’autres mécanismes de régulation : • Contrôle interne. • Audit interne. • Contrôle d’exécution. • Audit opérationnel. • Contrôle STR. • Etc. L’audit vient du mot anglais « to audit » ce qui signifie : vérifier, contrôler et surveiller. Avec le temps, ce mot a pris le sens de diagnostic, de conseil et d’apport de service divers aux organigrammes. Ainsi, l’audit recouvre un champ très large d’activités. 3. CONTROLE D’AUDIT INTERNE : a. CONTROLE INTERNE : Le contrôle interne est un processus plus global mis en œuvre et supervisé par la direction générale pour conserver la maîtrise de l’organigramme. Il est ainsi chargé de mettre en place toutes les sécurités nécessaires à fin que : • Les décisions prises pour assurer les meilleures performances à l’organisation soient correctement appliquées.
  • 11. • Les comportements de tous ses membres soient conformes aux procédures formalisées ou aux principes admis, aux lois et réglementation en vigueur, et aillent bien dans le sens des objectifs stratégiques. • La protection du patrimoine et la qualité de l’information soient garanties. • Les conditions pour la flexibilité et la réaction soient réunies en permanence pour assurer la qualité maximale aux prestations fournies en interne comme en externe. b. AUDIT INTERNE : L’audit interne contrôle le processus de contrôle interne, c’est-à-dire le processus qui conditionne la qualité des prestations de l’organigramme. Il s’interroge sur son efficience et sa fiabilité, sur son aptitude à détecter et corriger les dysfonctionnements, à couvrir la totalité des opérations et à assurer leur cohérence. Il est réalisé pour le compte des dirigeants par un service audit interne spécifique qui ne communiquent leurs informations qu’à leurs dirigeants. Un auditeur interne a pour mission : • D’analyser les procédures de contrôle en place, leur application, leur adéquation aux objectifs. • D’observer et écouter le personnel. • De relever les incohérences et les faiblesses de la pratique. • De s’appuyer sur un questionnaire de contrôle interne. • De tester le mode d’application des procédures et leur efficacité. L’audit interne des états comptables et financiers est le plus fréquent. CONCLUSION Le contrôleur de gestion doit être un conseiller ou un animateur afin de transmettre rapidement aux responsables et aux opérationnels les informations utiles à leurs décisions et à leurs engagements dans des actions correctives. Les responsables et les contrôleurs de gestion doivent travailler en concertation pour faire du contrôle de gestion comme un instrument utile et motivant et non pas comme un système de contrôle et de pénalisation.