Modèle de développement mexicain
Décembre 2015
Nicolas Foucras, PhD
Professeur à l’université TEC de Monterrey (Mexique)
n...
MODELE DE DEVELOPPEMENT
MEXICAIN
• PARTIE 1 MEXIQUE: LE PUMA LATINO-AMERICAIN
• PARTIE 2 LES GRANDS DÉFIS DU MODELE
MEXICA...
PARTIE 1
MEXIQUE: LA PUMA LATINO-
AMÉRICAIN
Ouverture précipitée du Mexique
à l’économie internationale (Ortiz Mena)
• Facteurs internes:
– Crise 1982
– Changements a...
• Années 1990: formation d’un policy network
hermétique en charge des décisions (alliance entre
élites économico-financièr...
Panorama MACRO-ECONOMIQUE satisfaisant
• 12e économie mondiale (9e en 2002)
• 10e exportateur (2,5% part mondiale) et 10e
...
• Forte baisse de l’inflation officielle depuis 1994 (↓
Taux d’intérêt officielle)
• Taux de change relativement stable de...
Pour EUA et FMI: Mexique =
« exemple d’intégration Sud-Nord »
Valeur du commerce exterieur mexicain:
le plus important d’AL
Fuente CEPAL 2013
Inflation et tendance au nivellement des
prix sur ceux de EUA
Fuente: OCDE
Balance commerciale favorable avec les EUA même si les
exportations vers les EUA sont surtout le fait de chaînes
productiv...
Les importants déficits des EUA
Proportion du Mexique dans les importations des EUA ont
augmenté et occupe la 2e place mais menace chinoise
(Chine concurr...
Réception d’IDE 13e rang mondial en 2014
2013: 38MM USD (12e place) du fait vente Grupo
Modelo a AB inBev
IDE principalement des EUA
IDE chinois a représenté 0,2% du total de l’AL
Vs 60% pour le Brésil (periode 2010-2013)
Intensité technologique incorporée aux exportations (2012):
45,6% de biens manufacturés de “moyenne calificaction et inten...
Détail des exportations mexicaines
(milliards de dollars US)
Source: SECRETARÍA DE ECONOMÍA, MÉXICO, 2013
Exportations
Source: R Haussmann, Cesar Hidalgo - Observatorio de Complejidad Electrónico, Laboratorio de
Difusión de MIT ...
Partenaires (INEGI 2015)
Exprotations
• EUA: 80%
• Canada: 3%
• Chine: 1.3%
• Espagne: 1.2%
• Bresil: 1.2%
=> Dépendance v...
IDE au Mexique: attractivité diminue au
profit de l’Asie et autres pays d’AL (Brésil
et Chili)
Mexique = 8e puissance automobile
(2012)
Production automobile est principalement
destinée au marché extérieur
Source: SECRETARÍA DE ECONOMÍA, MÉXICO, 2013
Transfert des emplois dans l’industrie
automobile des EUA et Canada vers
Mexique
Accords de libre commerce et de
complémentarité économique du Mexique
• 1992: chili
• 1994: ALENA
• 2000: UE
(“balance”)
•...
Inverstissement acumulé Chine 2005-2013
• Commerce Chine-
Mexique (CEPAL 2014):
– 2e Importations
– 4e exportations
• Chin...
• 3 ALE de la Chine:
– Chili (2005)
– Pérou (2008)
– Costa Rica (2011; clause de
protection industrie
naissante)
– Négocia...
L’alliance du Pacifique (2011)
• Tous ont un ALE avec EUA,
Chine (sauf Mexique) et
TPP (sauf Colombie)
• Déclaration Lima ...
Trans-pacific Partnership (TPP)
PARTIE 2
LES GRANDS DÉFIS DU MODELE
MEXICAIN
Les acteurs de l’économie globale occupent une place
privilégiée au sein de l’espace politique national/local:
• Agences d...
• Les Organisations internationales, comme l’OCDE
et FMI, qui ont eu un grand impact sur les réformes
(tranquilliser les i...
Les indicateurs macro-économiques (modèle) dépendent
de facteurs externes
Déconnexion de l’Etat vis-à-vis du tissu socio-
...
La dimension macro de l’ouverture tend à
occulter dangereusement les réalités
sectorielles, la brêche sociale croissante, ...
1. Industrie
Contrairement à ce qui avait été prévu l’investissement
étranger est peu efficace en terme de consolidation
nationale:
• I...
Concentration de l’IED en terme d’emplois: proche
de la frontière et près des centres de transports
internationaux
Ville de Mexico concentre
l’investissement suivi de Monterrey
Production de véhicules légers
Source: PROMEXICO, 2012
• Pas lié au tissu économique local (absence de
synergie/collaboration par manque de synergie avec le
tissu socio-économiq...
« Les exportations mexicaines dans le monde
entier bénéficient à l’économie des États-Unis
du fait de l’important pourcent...
• Difficulté pour internaliser la Valeur ajoutée (VA)
i.e. opérer une industrialisation/développement
vertical et intégral...
Décomposition du cout des secteurs “équipement électrique et
machinerie” + “équipement de transport” en fonction origine
n...
• L’investissement en R&D reste faible
(considéré comme « non rationnel » puisque
réalisé ailleurs le long de la chaîne; 0...
Investissement public en R&D par rapport au
PIB (2012) est peu justifié dans le cas mexicain
Source: OCDE 2013
• La concurrence d’autres pays à bas coûts pour recevoir
l’IDE et avoir accès au marché des EUA est croissante (EUA
ont né...
Les législations fiscale, environnementale et du
travail vis-à-vis des acteurs transnationaux sont
flexibles (Rentrées fi...
• Le modèle basé sur l’exportation (IDE) n’a pas empêché
de résoudre la question de l’emploi; en ce qui concerne celui
cré...
Schéma de Sous primarisation de l’économie
(spécialisation dans l’exportation de produits basés
sur les bas couts de produ...
Dans l’industrie manufacturière: ↑productivité du travail de
10% sur la période 2008-2014 mais ↓les salaires de 1%
(Indice...
Rémunération dans l’industrie manufacturière aux EUA Vs
Mexique (base 100 en 1993): stagnation au Mexique (malgré
une haus...
Niveau de rémunération en Chine > Mexique dans le
secteur manufacturier (expliqué par le niveau de
productivité)
Croissance des rémunérations dans l’industrie
manufacturière entre différents pays en
développement (base 100 en 2005)
Sou...
Salaires minimums dans quelques pays d’AL
Salario minino AL (en USD) (fuente: Banxico y
OIT, 2014)
México 112
Guatemala 20...
Evolution du salaire minimum en AL
(2003-2012)
Source: OIT 2013
Indice de salaire minimum réel annuel et
productivité de l’économie en général
(1991-2013; Indice 1991 = 100)
Source: OCDE...
L’évolution de la productivité au Mexique a
même été négative sur la période 2000-2011
Source: OCDE 2013
• L’IDE maintient la monnaie nationale surévaluée en
relation à la brèche de productivité/salariale
croissante avec les EU...
• Du fait de l’asymétrie initiale au début de l’ALENA, la
recherche de bons indicateurs macroéconomiques a
encouragé l’aut...
2. Secteur agricole
L’agriculture est divisée en 2 (perte de la stratégie
intégrale du modèle antérieur) (Vega Canovas 2010):
1. Agriculture d...
2. Agriculture traditionnelle (< 5 hectares)
• Grande majorité des individus vivant dans le monde
rural
• A vécu sous une ...
• Non accès au crédit et disparition des banques de
développement
• Relation avec consommateur a disparu
(supermarché)
• V...
• Perte massive d’emplois (impossible de
concurrencer agriculture des USA et Canada) =>
migration ou croissance anarchique...
Perte de souveraineté alimentaire qui
accentue la vulnérabilité nationale (CNC, 2011)
Mexique importe:
• 42% aliments (FAO...
Concentration géographique de la
richesse
Source: INEGI 2011
Forte inégalité au Mexique et qui tend à
s’accroitre à la différence du Chili
Fuente: OCDE, 2011”Mientras la desigualdad c...
Croissance pour
2014
Taille de l’économie informelle dans
quelques pays latino-américains
• Surtout les jeunes: l’unique manière d’accéder
rapidement au marché du travail
• Les anciens: beaucoup n’ont pas de pens...
Merci!
Modèle de développement du Mexique
Modèle de développement du Mexique
Modèle de développement du Mexique
Modèle de développement du Mexique
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Modèle de développement du Mexique

484 vues

Publié le

Analyse du modèle de développement mexicain

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
484
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Modèle de développement du Mexique

  1. 1. Modèle de développement mexicain Décembre 2015 Nicolas Foucras, PhD Professeur à l’université TEC de Monterrey (Mexique) nicolas.foucras@itesm.mx
  2. 2. MODELE DE DEVELOPPEMENT MEXICAIN • PARTIE 1 MEXIQUE: LE PUMA LATINO-AMERICAIN • PARTIE 2 LES GRANDS DÉFIS DU MODELE MEXICAIN – INDUSTRIE – AGRICULTURE
  3. 3. PARTIE 1 MEXIQUE: LA PUMA LATINO- AMÉRICAIN
  4. 4. Ouverture précipitée du Mexique à l’économie internationale (Ortiz Mena) • Facteurs internes: – Crise 1982 – Changements au sein de l’élite politique du PRI (Rousseau) • Facteurs externes: – FMI – EUA: conserver/consolider compétitivité (chaine de valeur) et sécurité énergétique • 1986: GATT • 1994: ALENA • 1995: OCDE
  5. 5. • Années 1990: formation d’un policy network hermétique en charge des décisions (alliance entre élites économico-financière et politique; « pacte élitiste » remplace « pacte post-revolutionnaire »; Giacalone 2001; Bizberg 2012) Passe d’un régime corporatiste (et modèle de développement autonome) à un régime élitiste • Mise en place d’un modèle néolibéral sous forte influence du Consensus de Washington Modèle basé sur les exportations de produits à bas coûts de production
  6. 6. Panorama MACRO-ECONOMIQUE satisfaisant • 12e économie mondiale (9e en 2002) • 10e exportateur (2,5% part mondiale) et 10e importateur (2,6%) • 2e Captation d’IDE qui s’établie en AL (OCDE 2012); Mexique + Brésil ± 70% IDE haut niveau technologique en AL (CEPAL 2012) • Indice d’ouverture le plus important d’AL après le Chili; Alba Vega y Labazee 2010) • Importants excédents commerciaux vis-à-vis des EUA
  7. 7. • Forte baisse de l’inflation officielle depuis 1994 (↓ Taux d’intérêt officielle) • Taux de change relativement stable depuis dévaluation en 1995 • Secteurs succès: tourisme, électronique, aérospatial, automobile, agroalimentaire, etc. • Destin collé à celui des EUA => tranquillise investisseurs et permet un accès facile aux finances internationales
  8. 8. Pour EUA et FMI: Mexique = « exemple d’intégration Sud-Nord »
  9. 9. Valeur du commerce exterieur mexicain: le plus important d’AL Fuente CEPAL 2013
  10. 10. Inflation et tendance au nivellement des prix sur ceux de EUA Fuente: OCDE
  11. 11. Balance commerciale favorable avec les EUA même si les exportations vers les EUA sont surtout le fait de chaînes productives des EUA et de pétrole Fuente: Mexico´s Central Bank and the Ministry of Economy **2011 latest data avilable
  12. 12. Les importants déficits des EUA
  13. 13. Proportion du Mexique dans les importations des EUA ont augmenté et occupe la 2e place mais menace chinoise (Chine concurrence le Mexique même produits) (FMI 2013) Entrée Chine au sein de l’OMC
  14. 14. Réception d’IDE 13e rang mondial en 2014 2013: 38MM USD (12e place) du fait vente Grupo Modelo a AB inBev
  15. 15. IDE principalement des EUA
  16. 16. IDE chinois a représenté 0,2% du total de l’AL Vs 60% pour le Brésil (periode 2010-2013)
  17. 17. Intensité technologique incorporée aux exportations (2012): 45,6% de biens manufacturés de “moyenne calificaction et intensité technologique” (Vs 15,1% pour le Brésil) Productos primarios, piedras preciosas y oro no monetario Manufacturas de baja calificación e intensidad tecnológica Manufacturas basadas en recursos y mano de obra Manufacturas de media calificación e intensidad tecnológica Manufacturas de alta calificación e intensidad tecnológica México 31% 5,8% 5,3% 45,6% 12,3% Corea Sur 23,2% 6% 22,2% 45,9% 2,7% Brasil 72,3% 4,6% 7,8% 15,1% 0,2% Colombia 89,2% 4,6% 2,8% 3,3% 0,1% Chile 91,6% 3,2% 1,4% 3,6% 0,2% Perú 91,4% 5,9% 1,1% 1,5% 0,1% Turquía 30,8% 30,3% 14,8% 23% 1,1% Malasia 55,9% 9,6% 5,3% 17,8% 11,4% Source: élaboration propre avec chiffres de la CNUCED, Conseil Privé de Compétitivité, 2014
  18. 18. Détail des exportations mexicaines (milliards de dollars US) Source: SECRETARÍA DE ECONOMÍA, MÉXICO, 2013
  19. 19. Exportations Source: R Haussmann, Cesar Hidalgo - Observatorio de Complejidad Electrónico, Laboratorio de Difusión de MIT y el Centro para Desarrollo Internacional de la Universidad de Harvard, 2012
  20. 20. Partenaires (INEGI 2015) Exprotations • EUA: 80% • Canada: 3% • Chine: 1.3% • Espagne: 1.2% • Bresil: 1.2% => Dépendance vis-à-vis des dynamiques politico-économiques des EUA Vulnérabilité Cette dépendance a amené à une perte de crédibilité vis-à-vis des pays du BRICS (Ojeda 2010) Importations • EUA: 48% • Chine: 17% • Japon: 4.4% • Allemagne: 3.8% • Coree du Sud: 3.4% • Canada: 2.3%
  21. 21. IDE au Mexique: attractivité diminue au profit de l’Asie et autres pays d’AL (Brésil et Chili)
  22. 22. Mexique = 8e puissance automobile (2012)
  23. 23. Production automobile est principalement destinée au marché extérieur Source: SECRETARÍA DE ECONOMÍA, MÉXICO, 2013
  24. 24. Transfert des emplois dans l’industrie automobile des EUA et Canada vers Mexique
  25. 25. Accords de libre commerce et de complémentarité économique du Mexique • 1992: chili • 1994: ALENA • 2000: UE (“balance”) • 2002: Mercosur (automobile) • 2005: Japon • 2011: AP • 2015: TPP 2014: voyage du Président Peña Nieto en Chine; accords: • Banque ICBC pour financer IDE chinois au Mexique • Investissement dans le secteur pétrolier au Mexique • Accès à l’agriculture d’exportation mexicaine en Chine • Tourisme; etc.
  26. 26. Inverstissement acumulé Chine 2005-2013 • Commerce Chine- Mexique (CEPAL 2014): – 2e Importations – 4e exportations • Chine = “moteur du développement” pour de nombreux pays AL (exportations commodities): Brésil, Chili, Pérou, etc.) ≠Mexique: moteur reste EUA Fuente: Alessandro Bruno en base a datos del FMI 2014
  27. 27. • 3 ALE de la Chine: – Chili (2005) – Pérou (2008) – Costa Rica (2011; clause de protection industrie naissante) – Négociations avec Colombie depuis 2012
  28. 28. L’alliance du Pacifique (2011) • Tous ont un ALE avec EUA, Chine (sauf Mexique) et TPP (sauf Colombie) • Déclaration Lima 2011 • Pumas LA • 200 millions d’habitants • 55% des exportations d’AL et 40% PIB (plus basés sur modèle d’exportation que Mercosur) • 2 états membres de l’OCDE • Faciliter insertion dans la dynamique intégrationniste du Pacifique • Limité à un ALE
  29. 29. Trans-pacific Partnership (TPP)
  30. 30. PARTIE 2 LES GRANDS DÉFIS DU MODELE MEXICAIN
  31. 31. Les acteurs de l’économie globale occupent une place privilégiée au sein de l’espace politique national/local: • Agences d’évaluation (S&P; Fitch; Moody’s): déterminent l’accès aux finances internationales; nécessaire considérant les difficultés de prélèvement fiscal: – Evasion fiscale et non participation des investisseurs étrangers bien souvent exonérés – Poids de l’économie informelle (30% PIB) – Réforme de PEMEX (40% des rentrées fiscales) – Non confiance dans l’autorité publique…
  32. 32. • Les Organisations internationales, comme l’OCDE et FMI, qui ont eu un grand impact sur les réformes (tranquilliser les investisseurs) • L’investissement étranger (productif et financier): son comportement détermine les indicateurs macro-économiques et donc le succès de la stratégie de développement basé sur: – Croissance macro (part importante dans le PIB) – Volume des exportations – Stabilité de la monnaie
  33. 33. Les indicateurs macro-économiques (modèle) dépendent de facteurs externes Déconnexion de l’Etat vis-à-vis du tissu socio- économique national et de ses problèmes … de plus, problèmes sont perçus comme sous-produit du bon fonctionnement du marché => orientation des ressources vers les secteurs compétitifs: financiers, humains, infrastructure, eau, … (Perez Baltodano) Etat: – « Courroie de transmission » d’intérêts économiques transnationaux – Développé une stratégie bicéphale globale Vs locale (Leonard et Losch 2010)
  34. 34. La dimension macro de l’ouverture tend à occulter dangereusement les réalités sectorielles, la brêche sociale croissante, la violence sociale et la capacité de contrôle du destin (Leonard et Losch) Les conséquences de l’ouverture incontrôlée ont affaibli la stabilité du modèle de développement national (Stiglitz)
  35. 35. 1. Industrie
  36. 36. Contrairement à ce qui avait été prévu l’investissement étranger est peu efficace en terme de consolidation nationale: • Investissement surtout financier => vision court terme • Concentration géographique dans les zones connectés au marché des EUA • Pour l’attirer: forte concurrence entre pays et entre Etats du Mexique => race to the bottom (Stiglitz) • Peu de participation au prélèvement fiscal • Rapatriement des bénéfices (Homeland Invest Act) => non réinvestis • Dans secteur manufacturier: activités simples => peu de qualification (maquiladoras)
  37. 37. Concentration de l’IED en terme d’emplois: proche de la frontière et près des centres de transports internationaux
  38. 38. Ville de Mexico concentre l’investissement suivi de Monterrey
  39. 39. Production de véhicules légers Source: PROMEXICO, 2012
  40. 40. • Pas lié au tissu économique local (absence de synergie/collaboration par manque de synergie avec le tissu socio-économique) =>Pas de transfert de technologie et know-how • Le contenu national des exportations est de 28,5% contre 45,5% pour la Chine (3% pour les maquiladoras) =>Biens intermédiaires transformés au Mexique sont importés (Talon d’Achille du modèle) (voir Hills) (Diario oficial 2013, Delgado y Cypher 2007) • Secteur automobile: contenu national est plus important cependant se sont des entreprises étrangères (Martinez et Gonzalez 2015) • 85% des importations chinoises sont utilisées par les maquiladoras pour exportations => Les gains de productivité dans les secteurs d’exportation ne sont pas transférés au reste de l’économie
  41. 41. « Les exportations mexicaines dans le monde entier bénéficient à l’économie des États-Unis du fait de l’important pourcentage de contenu étatsunien. En faisant une illustration plus claire, pour chaque dollar que gagne le Mexique dans ses exportations, il dépense 50 centimes en produits états-uniens » (Hills 2014)
  42. 42. • Difficulté pour internaliser la Valeur ajoutée (VA) i.e. opérer une industrialisation/développement vertical et intégral Non-consolidation des chaînes de valeur sur le territoire national et un fort démantèlement des structures de la période ISI (Cypher 2009; Minzer et Solis 2014) EUA font leur possible pour assurer la préservation de la VA sur leur territoire (incluant pétrole ou aliments) Perte de la VA au niveau de la production nationale (Delgado et Cypher 2007; Minzer et Solis 2014) Instabilité de la présence de l’IDE au Mexique (peu d’attache/d’engagement de l’IDE envers le développement national) (Ojeda 2010)
  43. 43. Décomposition du cout des secteurs “équipement électrique et machinerie” + “équipement de transport” en fonction origine nationale et étrangère 1990 Vs 2011 (en %) Source: CEPAL 2013
  44. 44. • L’investissement en R&D reste faible (considéré comme « non rationnel » puisque réalisé ailleurs le long de la chaîne; 0,47% du PIB Vs 1,09% pour le Brésil; affecte compétitivité) => Brèche de productivité/salariale est croissante avec d’autres pays émergents et EU (OCDE 2013)
  45. 45. Investissement public en R&D par rapport au PIB (2012) est peu justifié dans le cas mexicain Source: OCDE 2013
  46. 46. • La concurrence d’autres pays à bas coûts pour recevoir l’IDE et avoir accès au marché des EUA est croissante (EUA ont négociés de nombreux accords commerciaux depuis l’échec de l’ALCA et l’adhésion de la Chine à l’OMC)  L’IDE/ALENA a spécialisé le Mexique sur l’exportation de produits vers les EUA qui sont aujourd’hui en concurrence directe avec ceux de Chine et autres pays asiatiques (50% des biens sont en concurrences avec des biens chinois contre 10% pour le Chili et 25% Brasil) (BID 2010)  Le Mexique est inséré dans un race to the bottom (dérégulation) afin de maintenir l’attractivité par rapport à d’autres pays émergents (Barreda Martin 2013)
  47. 47. Les législations fiscale, environnementale et du travail vis-à-vis des acteurs transnationaux sont flexibles (Rentrées fiscales réduites du fait de l’évasion fiscale [exemption d’impôts]) (Giacalone 2010) Le salaire minimum reste très faible: Non convergence des salaires au niveau ALENA; par contre nivellement par le haut des prix de nombreux produits/services et croissance des attentes en terme de consommation (attentes suivent le style de vie aux EUA)  Croissance économie informelle (60% PEA INEGI 2012), violence, migration, etc.
  48. 48. • Le modèle basé sur l’exportation (IDE) n’a pas empêché de résoudre la question de l’emploi; en ce qui concerne celui créé par l’IDE ses caractéristiques sont: – Précaire et très peu de mobilité sociale (postes élevés occupés par expatriés) – Peu qualifiés ce qui ne favorise pas l’éducation (peu d’appui), ni convergence des salaires et productivité – Basse productivité (activités basics) – Faibles salaires (écart grandissant avec les salaires aux EUA malgré le nivellement des prix à la consommation) – Peu de création d’emploi (2,2M pour l’industrie manufacturière d’exportation [675.000 pour le secteur automobile] Vs 50M de PEA; malgré ce constat, l’IDE attire une grande partie des efforts de politique publique; INDEX 2015 y CIA 2015)
  49. 49. Schéma de Sous primarisation de l’économie (spécialisation dans l’exportation de produits basés sur les bas couts de production) : Recherche de bas coûts par IDE freine législations ou non respect (environnement, fiscale, travail….); accentué par la concurrence actuelle Mexique est une « plateforme d’exportation low cost » pour l’IDE (depuis 1994 80% des autos sont destinés à l’export contre 10% pour la Chine; WardsAuto Infobank 2013)
  50. 50. Dans l’industrie manufacturière: ↑productivité du travail de 10% sur la période 2008-2014 mais ↓les salaires de 1% (Indice 2008=100) Source: INEGI 2015
  51. 51. Rémunération dans l’industrie manufacturière aux EUA Vs Mexique (base 100 en 1993): stagnation au Mexique (malgré une hausse des prix des biens de première nécessité i.e. alimentation, santé et logement) Source: INEGI
  52. 52. Niveau de rémunération en Chine > Mexique dans le secteur manufacturier (expliqué par le niveau de productivité)
  53. 53. Croissance des rémunérations dans l’industrie manufacturière entre différents pays en développement (base 100 en 2005) Source: OCDE et OIT
  54. 54. Salaires minimums dans quelques pays d’AL Salario minino AL (en USD) (fuente: Banxico y OIT, 2014) México 112 Guatemala 205 (2013) El Salvador 208 (2013) Haití 90 (2013) Perú 267 Colombia 318 Uruguay 358 Paraguay 411 Ecuador 340 Bolivia 208 Brasil 324 Chile 372 Argentina 450 Fuente: OCDE 2015
  55. 55. Evolution du salaire minimum en AL (2003-2012) Source: OIT 2013
  56. 56. Indice de salaire minimum réel annuel et productivité de l’économie en général (1991-2013; Indice 1991 = 100) Source: OCDE, 2014
  57. 57. L’évolution de la productivité au Mexique a même été négative sur la période 2000-2011 Source: OCDE 2013
  58. 58. • L’IDE maintient la monnaie nationale surévaluée en relation à la brèche de productivité/salariale croissante avec les EUA (correcte pour l’IDE mais pas pour le reste de l’économie) Il est difficile d’opérer une dévaluation du fait de: – Dépendance de l’IDE vis-à-vis des importations d’inputs – Forte présence d’investissement financier étranger – Perte de souveraineté alimentaire et énergétique – Niveau de la dette
  59. 59. • Du fait de l’asymétrie initiale au début de l’ALENA, la recherche de bons indicateurs macroéconomiques a encouragé l’autorité publique à opter pour une action publique bicéphale (Leonard et Losch 2012): – Les plus gros efforts consolident les dynamiques de l’ALENA/de l’IDE (financement d’actions structurelles productives) – Les programmes plus modestes en terme de ressources se contentent de préserver la stabilité sociale (action conjoncturelle d’assistanat); dirigés vers l’économie locale • Politique industrielle ne considère pas la consolidation/inclusion des petites structures économiques locales et très employeuses => se réfugient dans l’informalité => Perte de la stratégie intégrale du modèle et apparition d’énormes vides politiques au niveau de l’espace socio-territorial (Leonard et Losch 2009) => rend difficile démocratisation (Cameron et Wise)
  60. 60. 2. Secteur agricole
  61. 61. L’agriculture est divisée en 2 (perte de la stratégie intégrale du modèle antérieur) (Vega Canovas 2010): 1. Agriculture d’exportation et compétitive (l’agro-industrie transnationale) • Agro-industrie nationale/transnationale orientée vers l’exportation • Accès au crédit facile • Capacité d’organisation et entrepreneuriale Présente dans les négociations commerciales • Bénéficie de politiques publiques d’appui pour son insertion aux chaines de l’ALENA • Liée aux chaines productives agroalimentaires, industrielles et energétiques del EUA
  62. 62. 2. Agriculture traditionnelle (< 5 hectares) • Grande majorité des individus vivant dans le monde rural • A vécu sous une tutelle gouvernementale prolongée (a servi d’outil politique) • Non compétitive au niveau ALENA (surtout depuis l’ouverture du mais et haricot à la libre concurrence en 2008): 3% des 4.5M producteurs grains non capables d’être compétitifs (UNTA 2012) • ↓ prix du fait des subventions aux EUA (↓20% depuis 1994) => ↓ revenus (70% des agriculteurs sous le seuil de pauvreté)
  63. 63. • Non accès au crédit et disparition des banques de développement • Relation avec consommateur a disparu (supermarché) • Victimes de la rupture des chaines productives => Valeur ajoutée revient aux EUA (Ex.: bière et viande bovine) • Mexique importe grains à prix bas • Perte de la souveraineté alimentaire (le pays est donc condamné à maintenir un niveau de monnaie stable avec dollar)
  64. 64. • Perte massive d’emplois (impossible de concurrencer agriculture des USA et Canada) => migration ou croissance anarchique des villes, destruction tissu familial, perte identité locale, schéma d’assistance, Economie informelle, Criminalité… • Migration et remesas (parfois 80% des revenus) qui maintiennent les campagnes dans un schéma d’assistance (seulement 1% des remesas servent pour monter une activité entrepreneuriale) • Activité agricole = 22% revenus (Leonard y Losch 2009) Vs 25% pour les remesas
  65. 65. Perte de souveraineté alimentaire qui accentue la vulnérabilité nationale (CNC, 2011) Mexique importe: • 42% aliments (FAO recommande max 25%) • 95% soja • 72% riz (1994: 60% et 17% dans 1980s) 1er importateur • 65% blé (1994: 34%) • 33% mais (1994: 17%); 2008 ↑119% (INEGI) et exporte à bas prix; 2e importateur • 55% coton • 40% Porc (1994: 3.1%) • 13.2% Volaille (1994: 3.1%) • 19.2% Bœuf (1994: 1.1%) • 1er importateur lait en poudre... Sorgo • 80% agroexportations entre mains entreprises étrangères
  66. 66. Concentration géographique de la richesse Source: INEGI 2011
  67. 67. Forte inégalité au Mexique et qui tend à s’accroitre à la différence du Chili Fuente: OCDE, 2011”Mientras la desigualdad creció en México desde mediados de los 80s hasta finales del 2000, Chile la ha reducido considerablemente”
  68. 68. Croissance pour 2014
  69. 69. Taille de l’économie informelle dans quelques pays latino-américains
  70. 70. • Surtout les jeunes: l’unique manière d’accéder rapidement au marché du travail • Les anciens: beaucoup n’ont pas de pensions et sont donc obligés de continuer à travailler
  71. 71. Merci!

×