1
Quelles compétences
pour la transition
numérique ?
03 JUIN
AMPHITHÉÂTRE RICHELIEU
Sorbonne
Evolutions des besoins en com...
2
Les métiers de l’IT
Après plusieurs années de stabilité, de nettes ruptures sont apparues :
• Concernant les projets de ...
2
Les métiers de l’IT
Après plusieurs années de stabilité, de nettes ruptures sont apparues :
• Concernant les projets de ...
4
Question : Comment régler
le problème de la
« dette technique » ?
On peut :
• D’une part progressivement réduire la dett...
5
Eviter que la dette technique ne s’accroisse
On retrouve ici les activités d’un architecte d’entreprise, en particulier ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Besoin compétences-iconomie-et-question

382 vues

Publié le

Compétences nécessaires à l'iconomie, volet business et volet IT
Question sur la dette technique

Publié dans : Logiciels
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
382
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Besoin compétences-iconomie-et-question

  1. 1. 1 Quelles compétences pour la transition numérique ? 03 JUIN AMPHITHÉÂTRE RICHELIEU Sorbonne Evolutions des besoins en compétences IT dans l’iconomie Exposé de René Mandel dans le cadre de la table ronde Les compétences dont aura besoin l’économie numérique, dénommée l’iconomie, résultent d’une double évolution, rapide et durable : • Du côté des métiers de l’IT, un chamboulement technologique avec de nouvelles solutions qui chalengent les traditionnelles, en particulier avec l’émergence à un stade industriel du monde de l’open source, • Du côté du business lui-même, avec l’invasion de l’IT dans toutes les faces des modèles, et, par voie de conséquence, dans tous les métiers. Le Club Urba-EA, réunissant les architectes d’entreprise et les urbanistes de systèmes d’information est à la charnière de ces 2 évolutions. Il est clair que la place des « jeunes » comme acteurs du changement dans ces 2 révolutions sera déterminante, que ce soit au sein des grands comptes ou dans les DSI, voire avec les start-up dont le rythme de création est impressionnant. Revenons sur les 2 révolutions :
  2. 2. 2 Les métiers de l’IT Après plusieurs années de stabilité, de nettes ruptures sont apparues : • Concernant les projets de développement, avec les méthodes « agiles », le rapprochement du développement et de la « production » (DevOps), • Concernant la modélisation des données avec le monde NoSql et diverses formes de structuration alternatives ou complémentaires au modèle relationnel (bases de données orientées colonnes, bases orientées document, « search », données immuables, …), • Concernant les infrastructures avec le monde Hadoop, • Concernant les data center avec les offres Cloud qui cassent les prix et les carcans. Ce rythme d’innovations est dû au processus Darwinien qui s’est mis en route dans l’écosystème de ces solutions,,, majoritairement open source, et industrialisées au sein des Gafa. Il est clair que ce rythme est très rapide et s’est accéléré depuis la création d’internet. Ce bouleversement ne signifie pas que tout le savoir-faire traditionnel est devenu inutile. Par exemple, sur le cœur du SI, sur son noyau le plus stable, au-delà des besoins éphémères, l’exigence de modélisation demeure. Simplement la coexistence entre plusieurs cultures, depuis la conception jusqu’à la réalisation et l’opération, crée une complexité supplémentaire. En outre les pratiques traditionnelles ne peuvent évoluer rapidement, car elles sont encadrées par des méthodologies lourdes, conçues bien avant cette révolution technologique, dans une époque où les interfaces étaient figés, les échanges applicatifs majoritairement par lots, … Cette inertie est renforcée par les pratiques de référencement, de certification, par exemple dans le domaine de l’Enterprise Architecture qui est un marché de consulting international, ou dans celui de la modélisation des SI, ou de l’optimisation des processus… Dans ce contexte, les « anciens », au vu des accélérations actuelles, sont souvent perplexes, dubitatifs, dépressifs… et n’acceptent pas naturellement la remise en cause d’une partie de leur savoir-faire. Le changement passe par les « jeunes » qui n’ont pas à s’embarrasser des anciennes pratiques.
  3. 3. 2 Les métiers de l’IT Après plusieurs années de stabilité, de nettes ruptures sont apparues : • Concernant les projets de développement, avec les méthodes « agiles », le rapprochement du développement et de la « production » (DevOps), • Concernant la modélisation des données avec le monde NoSql et diverses formes de structuration alternatives ou complémentaires au modèle relationnel (bases de données orientées colonnes, bases orientées document, « search », données immuables, …), • Concernant les infrastructures avec le monde Hadoop, • Concernant les data center avec les offres Cloud qui cassent les prix et les carcans. Ce rythme d’innovations est dû au processus Darwinien qui s’est mis en route dans l’écosystème de ces solutions,,, majoritairement open source, et industrialisées au sein des Gafa. Il est clair que ce rythme est très rapide et s’est accéléré depuis la création d’internet. Ce bouleversement ne signifie pas que tout le savoir-faire traditionnel est devenu inutile. Par exemple, sur le cœur du SI, sur son noyau le plus stable, au-delà des besoins éphémères, l’exigence de modélisation demeure. Simplement la coexistence entre plusieurs cultures, depuis la conception jusqu’à la réalisation et l’opération, crée une complexité supplémentaire. En outre les pratiques traditionnelles ne peuvent évoluer rapidement, car elles sont encadrées par des méthodologies lourdes, conçues bien avant cette révolution technologique, dans une époque où les interfaces étaient figés, les échanges applicatifs majoritairement par lots, … Cette inertie est renforcée par les pratiques de référencement, de certification, par exemple dans le domaine de l’Enterprise Architecture qui est un marché de consulting international, ou dans celui de la modélisation des SI, ou de l’optimisation des processus… Dans ce contexte, les « anciens », au vu des accélérations actuelles, sont souvent perplexes, dubitatifs, dépressifs… et n’acceptent pas naturellement la remise en cause d’une partie de leur savoir-faire. Le changement passe par les « jeunes » qui n’ont pas à s’embarrasser des anciennes pratiques.
  4. 4. 4 Question : Comment régler le problème de la « dette technique » ? On peut : • D’une part progressivement réduire la dette technique • D’autre part éviter qu’elle ne s’accroisse. Réduire la dette technique La dette technique est due : • A un empilement applicatif et d’architectures • A des incohérences sur les informations communes et transverses • A, toutes choses étant égales par ailleurs, à une complexification « naturelle » du SI Les travaux de réduction de la dette technique relèvent donc d’une approche d’urbanisme des SI, sans qu’il ne soit forcément nécessaire de faire un big bang, ou de recourir à des méthodologies lourdes. On peut s’inspire de la « Trame des Activités d’EA (voir : http://www.urba-ea.org/) On pourra par exemple mettre en place une gestion du patrimoine applicatif (voir : http://www.it- expertise.com/les-cles-de-la-gestion-du-patrimoine-applicatif-decider-et-agir/). Pour les données, l’approche classique et outillée : le Master Data Management (voir : http://www.it- expertise.com/a-a-partager-le-master-data-management-au-service-de-lorganisation/). On peut aussi réduire progressivement les incohérences et l’asynchronisme entre les « silos » applicatif, par la mise en œuvre de « puits de données » (voir : http://www.value-architecture.com/2014/03/a-la- decouverte-des-puits-de-donnees.html et http://fr.slideshare.net/RenMANDEL/principe-du-puits). Toutes ces approches sont complémentaires. En ce qui concerne la complexification du SI, la solution habituelle est de lutter contre cette dérive par une gouvernance, car le sujet ne résulte pas exclusivement des choix applicatifs ou techniques. Il faut aussi être conscient du fait qu’il y a une complexification « naturelle » du SI, qui échappe en partie à la gouvernance, mais ceci est un sujet de recherche (voir : http://fr.slideshare.net/RenMANDEL/focus- composants).
  5. 5. 5 Eviter que la dette technique ne s’accroisse On retrouve ici les activités d’un architecte d’entreprise, en particulier sa participation aux projets. L’évolution du patrimoine doit être facilitée, pour éviter un cloisonnement entre silos, et entre anciens et nouveaux systèmes. Il doit être possible de supprimer progressivement d’anciens composants (nécrose), et d’insérer en douceur de nouveaux composants (couveuse), grâce à une « architecture agile » (voir par exemple le principe des composants « Janus » : http://fr.slideshare.net/RenMANDEL/urba-ea- topopuitsv4extrait) René MANDEL le 8/6/2015

×