SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  42
Télécharger pour lire hors ligne
Fabrice AIMETTI - 28.04.2022
GroupedeBalint
Introduction
DrMichaelBalint
• Né en 1896 à Budapest,
fi
ls de médecin généraliste (GP : General Practitioners)


• Psychanalyste formé à Berlin et Budapest, émigré à Londres.


• A travaillé à la Tavistock Clinic, fondée en 1920, le 1er centre de thérapie
psychanalytique anglais,.
Prémisses
• Dès 1949, Michael et sa 3è femme, Enid, démarrent des « séminaires » de formation er de
recherche pour les médecins généralistes après la seconde guerre mondiale pour que les
médecins généralistes puissent faire face au lourd fardeau sociétal des traumatismes et de
leurs impacts sur les patients et les familles.


• Ils réalisent alors qu’ils font aussi des recherches sur la relation médecin-patient. Il s’agissait
d’analyser, entre praticiens, la relation entre le médecin et son patient. Michael était
convaincu de l’importance que prend la qualité de cette  relation dans l’évolution de la
maladie, au point de la nommer « le médicament-médecin ».


• Son épouse, Enid Balint, a ensuite étendu cette pratique aux assistantes sociales du planning
familial auprès desquelles elle intervenait.


• 1957 : publication du livre « Le médecin, son patient et la maladie » (The Doctor, his Patient and
the Illness), en grande partie à partir des notes de séances.
Transfert-Sympathie-Antipathie-Empathie
• Ce que la théorie psychanalytique nomme « transfert » est un déplacement d’a
ff
ects (du plaisir au
déplaisir), de représentations, de désirs, d’attentes, de mécanismes de défense, plus ou moins
inconscients, que tout sujet a construit en lien avec sa propre histoire. Ce transfert est présent
dans toute relation, y compris avec la boulangère ou le voisin.


• L’étymologie grecque du mot sympathie (pathie : passion, apparentée à pathos : sou
ff
rance,
a
ff
ection), renvoie à retrouver dans l’autre une communauté de sentiments ou d’impressions
(sym).


• Celle du mot antipathie insiste sur ce qui vient en opposition. Carl Rogers a repris le concept
d’empathie, dont l’étymologie (en) signi
fi
e dedans. Il précisait toutefois qu’il ne s’agit pas pour
autant de se mettre à la place de l’autre, mais de faire « comme si » pour tenter de comprendre
quelque chose à ce qui le travaille.


• Le sujet parle aussi de lui lorsqu’il parle de l’autre. Il porte sa part de responsabilité dans ce qui se
joue au sein de la relation, et sa lecture des situations est toujours subjective.
Analysedelapratique
• L’analyse de la pratique propose aux praticiens de partager des situations qui les interrogent
particulièrement ou qui les mettent en di
ffi
culté. Face à l’autre, le praticien peut être pris dans de
l’insupportable, dans de la colère, dans du rejet, ou au contraire dans un mouvement de trop
grande empathie et de proximité. Lorsqu’ils sont trop prégnants, ces éprouvés l’empêchent de
conserver ou de retrouver une posture professionnelle et, comme il est dit, à « une juste
distance ». Il s’agit bien pour le professionnel de tenter de repérer, en quoi et où, il est pris, voire
englué dans cette relation spéci
fi
que, avec celui qu’il a en charge d’accompagner, d’aider, de
soigner. Deux questions, insistantes et récurrentes, peuvent s’énoncer ainsi : « En quel point
sensible cet autre vient-il me toucher ? », puis : « Comment agir et ne pas réagir » ?


• Lorsque, en tant que praticien, on parvient à saisir ce que l’autre nous fait vivre, lorsque l’on
parvient à démêler, à se « détoxiquer », à séparer ce qui nous appartient en propre et ce qui
appartient à l’autre, il devient possible de s’en dégager su
ffi
samment, de se protéger, de pouvoir
conserver ou retrouver une posture professionnelle et de pouvoir mieux accompagner cet autre.
pourretrouverunepostureprofessionnelle
LegroupeBalintn’estpas:
• Un groupe de psychothérapie


• Un groupe de rencontre


• Un groupe de concertation traditionnel sur les situations


• Un groupe de discussion sur un sujet


• Un lieu pour des conseils prescrits ou un enseignement didactique
Caractéristiquesd’unGroupeBalint
• Généralement un nombre
fi
xe de participants


• Généralement deux copilotes


• Se concentre sur la relation médecin-patient
Caractéristiquesd’unGroupeBalint
• La puissance du groupe se développe dans le temps


• Les membres présentent une situation en cours (patient ou client)


• Se concentre sur les aspects de la relation qui sont moins ou pas conscientisés
Règlesdebase
• Parler à d’autres de ce qui encombre, de ce qui fait sou
ff
rir, de situations dans lesquelles on est
empêtré, pour lesquelles on ne sait plus comment faire, est une prise de risque. Il y faut de la
sécurité.


• Un groupe d’analyse de la pratique est composé de pairs, c’est-à-dire qu’il exclut tout
professionnel ayant une fonction hiérarchique et évaluative. C’est la condition impérative pour
que soient garanties la liberté et la sécurité de la parole.


• Le travail d’analyse nécessite un engagement rigoureux de chaque participant (Implication
personnelle, régularité de sa présence), que chacun se rende disponible pour une écoute de
l’autre, et pour une écoute de lui-même.


• Deux règles facilitent l’émergence de la parole et en garantissent la sécurité : (1) le non-
jugement, (2) la con
fi
dentialité.
Cadre
posé au préalable
Con
fi
dentialité
Respect,


Tour de parole
Pas de
jugement,


critique
Éviter les
conseils
Legroupeseréunit
Copilote
Copilote
Legroupeseréunit
Copilote
Copilote
Qui a une
situation ?
Lesprésentationssontspontanées
• L’un des participants fait donc le récit, sans préparation, d’une situation
professionnelle, concrète, précise, qu’il est en train de vivre, pour laquelle il attend
l’aide du groupe, au moins pour mieux comprendre ce qui se passe.


• Personne ne l’interrompt.


• Pas de notes cliniques


• Pas de préparation, car cela permet qu’émergent les émotions sous-jacentes, des
associations, d’éventuelles répétitions, l’insistance de certains signi
fi
ants. La suite
du travail pourra éventuellement leur donner sens.


• L’exposant parle environ 5 minutes
Processusdugroupe
Copilote
Copilote
Moi, j’ai une
situation
Processusdugroupe
Copilote
Copilote
Exposant
Sophie
est une femme non-
voyante de 79 ans
TEMPS 1. LE RÉCIT
Écoutedelasituationparlenarrateur
• Que se passe-t-il pour le narrateur ? On sait que la parole doit avoir une adresse
pour que le sujet s’approprie son propre récit. De plus, par le fait de le partager avec
le groupe, le narrateur peut commencer à prendre un peu de distance par rapport à
son vécu.


• L’écoute de chacun se centre en priorité sur le praticien qui est en train de parler, et
le groupe exerce alors ce que Winnicott a nommé la « fonction contenante » , ou
versant passif de l'accueil des ressentis du narrateur qui sont perceptibles dans son
récit (comme un récipient qui contient, sans déborder ou se briser... ou rejeter….).
Processusdugroupe
Copilote
Copilote
Exposant
Qu’est-ce que cela me
fait d’entendre cela ?
TEMPS 2. RETOUR DES RÉSONANCES, DES ASSOCIATIONS
Processusdugroupe
Copilote
Copilote
Exposant
Laissons l’exposant
écouter simplement pendant
que nous résonnons sur la
situation amenée
Fonctionsdesmembresdugroupe
De participer et de partager sur la situations leurs :


• Ré
fl
exions, images


• Rêves, associations


• Hypothèses


• Faire la di
ff
érence entre leur propre vécu et celui de l’exposant


• Encourager une compréhension empathique du groupe
Résonancesurlasituationparlesparticipants
• Le narrateur se met en retrait, à l’écoute. Le copilote n’intervient pas, sauf pour éventuellement
rappeler le cadre et ses règles. Pas d’échanges.


• Les paroles du narrateur, son récit, ont résonné en chacun.


• Chaque participant est invité à exprimer ce qu’il a entendu, senti, éprouvé, imaginé, lors de son
écoute du récit. Qu’est-ce qu’il a perçu ou cru percevoir du vécu, des ressentis, des
questionnements du narrateur ou de la narratrice ? Qu’est-ce qui l’a touché particulièrement ?
Quelles sont également ses résonances, associations éventuelles, en lien avec une situation qu’il
a lui-même vécu ou qu’il aurait pu vivre ? (Sans développer cette situation).


• Inviter chaque participant à prendre la parole suite au récit du narrateur, permet de faire
émerger des ressentis et des points de vue di
ff
érents. C’est cela la richesse d’un groupe. Il
ressort des évaluations réalisées par les participants que ce temps est estimé comme
particulièrement intéressant.
Résonancesurlasituationparlesparticipants
• Le groupe assume alors ce que Winnicott nomme « la fonction conteneur » ou
versant actif de l’écoute, à l’égard du narrateur. Mettre des mots sur les a
ff
ects, sur
les ressentis que l’on a cru percevoir, c’est les symboliser sous la forme d’émotions
partageables.


• Que se passe-t-il pour le narrateur ? En écoutant ce que renvoient les autres
participants, il peut repérer, mais aussi démêler, ce qui appartient au patient et ce
qui lui appartient en propre. Il peut ainsi prendre un peu de distance à l’égard de ses
propres ressentis et penser à nouveau, avec les autres. Pouvoir agir et non pas
réagir, c’est tout l’enjeu de l’acte éducatif.
Processusdugroupe
Copilote
Copilote
J’imagine
Sophie comme
étant …
Exposant
Processusdugroupe
Copilote
Copilote
Si j’étais le
médecin, je me
sentirais…
Exposant
Processusdugroupe
Copilote
Copilote
Cette
image m’est tout
d’un coup venue
que…
Exposant
Positionnementdunarrateur
• Lorsque chaque participant s’est exprimé, le copilote invite le narrateur à prendre la
parole, pour se positionner par rapport à ce qui lui a été renvoyé. Il peut s’y
reconnaître ou pas, compléter, préciser, prolonger, rebondir.
Processusdugroupe
Copilote
Copilote
Qu’est-ce que
l’exposant a peut-être
envie d’ajouter ?
Exposant
Processusdugroupe
Copilote
Copilote
Exposant
Laissons l’exposant
écouter simplement pendant
que nous travaillons sur la
situation amenée
Processusdugroupe
Copilote
Copilote
Exposant
Laissons l’exposant
écouter simplement pendant
que nous travaillons sur la
situation amenée
TEMPS 3. TISSAGE DES HYPOTHÈSES
Tissagedeshypothèses
• C’est le temps du tissage, des hypothèses de compréhension de la situation dans ses di
ff
érentes
dimensions, et des propositions d’action.


• La pensée rationnelle est sollicitée dans une recherche de compréhension de la situation évoquée,
dans ses di
ff
érentes dimensions, sans oublier le contexte institutionnel. Tout le groupe (y compris le
narrateur et le copilote) tente de remettre du sens dans ce qui se présentait comme une énigme ou du
non-sens.


• Prendre le temps pour comprendre est important, car nous avons tous tendance à apporter trop vite
des réponses lorsqu’une question est posée... « Nous devons nous mé
fi
er de nos certitudes », avançait
Gaston Bachelard. Quand on comprend trop vite et trop bien, on est sûr de n'avoir rien compris. Nous
sommes toujours trop rapides à dégainer nos théories, trop pressés de formuler un diagnostic, à faire
rentrer l’autre dans des grilles préconstruites. Des questions, des informations et des hypothèses de
compréhension vont traverser le groupe, rebondir, se compléter, sans ordre préétabli.
Tissagedeshypothèses
• Dans la même institution, certains participants possèdent aussi des informations concernant ce patient, lesquelles
peuvent venir éclairer ce qui se passe. De même, chacun peut exprimer la manière dont il vit la relation avec le
patient dont il est question, car l’on sait que, par l’e
ff
et de son transfert, cet autre met parfois en jeu des choses
très di
ff
érentes avec les praticiens.


• Des questions se posent, s’entrecroisent. Ce sont par exemple : À quoi sert à l’autre de faire vivre cela au
narrateur ? Quels sont ses symptômes, ses résistances, ses mécanismes de défense ? Qu’est-ce que l’on connaît de
son histoire de vie, de son contexte familial, social, scolaire, professionnel ? Qu’est-ce qu’il peut vivre lui- même,
ressentir, vouloir prouver, redouter ? En fonction des informations qui ont été partagées, qu’est-ce qu’il trans
f
ère,
répète, joue et rejoue de ses modes relationnels avec le narrateur et/ou avec d’autres ? Qu’est-ce qu’il attend du
narrateur, d’autres praticiens, de l’institution, ou qu’est-ce qu’il refuse ou fuit ? Sachant que l’on ne construit rien
sur du négatif, quels sont ses points forts, ce qu’il aime, ce qu’il réussit, et donc ce sur quoi on va pouvoir
s’appuyer ? Qu’est-ce qui a déjà été tenté et quels en ont été les e
ff
ets ?


• Le copilote a pour tâche de soutenir les échanges et éventuellement de relancer la parole par ses propres
questions ou hypothèses.
Tissagedeshypothèses
• Chacun peut avancer des hypothèses de compréhension de la situation, tenter de
repérer les logiques en jeu (celle du praticien, celle de l’autre dont il parle, celle de la
famille, celle de l’institution, celle des di
ff
érents contextes dans lesquels vit le
patient, etc.). Les hypothèses formulées ne peuvent toutefois prétendre à la Vérité.
Personne n’est à la place de l’autre. Ce sont des « petits délires » comme disait
Freud, ou « des petits mythes » selon l’expression de Lacan, parce que l’on n’est pas
dans la tête de l’autre, on n’a pas la maîtrise sur lui, mais ces hypothèses permettent
pourtant de continuer à travailler. Seule la suite des évènements con
fi
rmera ou
in
fi
rmera ce qui a été avancé.
Tissagedeshypothèses
• Certains parlent « d’intelligence collective ». Il est facile d’objecter que cette « intelligence
» n’est « collective » que par ce qui est produit en
fi
n de séance, car il s’agit plutôt avant
tout d’un tricotage entre des compréhensions multiples, des manières di
ff
érentes de se
positionner. Dans un groupe, les histoires de vie de chacun, les expériences
professionnelles et les formations sont di
ff
érentes, à la seule condition d’être
compatibles. Le savoir de chacun est à l’œuvre, dans ses trois dimensions : le savoir sur
soi, à partir de son expérience de vie, le savoir d’expérience, construit parfois dans des
contextes très divers, et le savoir théorique, qui peut avoir des sources di
ff
érentes mais
compatibles. Chacun doit donc s’autoriser à s’y référer et à les partager. Une alliance de
travail s’établit entre l’intervenant et le groupe. La richesse d’un groupe correspond à la
variété et à la pluralité de ces savoirs, et à ce qui va être partagé.
Tissagedeshypothèses
• En réponse à la question : « Comment agir pour faire évoluer cette situation ? », une
meilleure compréhension de la situation dans ses di
ff
érentes dimensions, permet,
sans forçage, d’avancer des propositions d’action, si toutefois la situation s’y prête,
ou d’envisager un réajustement de la posture professionnelle et des attentes à
l’égard de cet autre que l’on accompagne, en prenant en compte le point où il en est.
Processusdugroupe
Copilote
Copilote
Où en est l’exposant ?
Exposant
Conclusion
• En conclusion de la séance, le narrateur est invité à dire où il en est, à énoncer ce
qu’il estime possible de tenter. Lui seul peut en estimer la pertinence, compte tenu
de lui-même mais aussi de son contexte de travail, de l’équipe à laquelle il
appartient.


• En
fi
n de séance, la situation reste en suspens, ouverte vers ce qui va survenir, et
chacun peut prolonger son travail de pensée.


• Ce n’est que dans un après-coup que l’on pourra éventuellement constater les e
ff
ets
de ce qui aura été tenté.
Conclusion
• Si, avec l’aide du groupe, le narrateur peut repérer son propre transfert, ce qui le
touche personnellement et précisément, ce qui le renvoie éventuellement à sa
propre histoire, en quoi et où il est pris, voire englué dans une relation, il n’est pas
obligé de le partager. Il lui reviendra de le travailler ailleurs, s’il en ressent le besoin
et le désir, mais la plupart du temps, ce simple repérage, et d’autant plus lorsqu’il se
répète à travers d’autres situations, constitue une aide pour lui-même. Ceci n’a
surtout pas à être interprété dans le groupe qui n’a pas à être le lieu d’une
« psychanalyse sauvage ».
LescopilotesBalint
• Créer et maintenir un espace sécurisé


• Structurer et tenir le groupe sur la durée


• Protéger l’exposant et les membres du groupe de toute intrusion


• Encourager la ré
fl
exion, l’empathie et la solidarité


• Assister le développement du groupe


• Débriefer avec le copilote après chaque groupe
Fonctionsd’ungroupeBalint
• Fournir un endroit sécurisé pour des ré
fl
exions émotionnelles sur les situations
problématiques


• Aider l’exposant à envisager d’autres conceptions, interprétations de la situation


• Examiner les angles morts et les hypothèses


• Aider les membres du groupe à se sentir moins isolé, moins honteux


• O
ff
rir une voie vers de nouveaux types d’apprentissage


• Aider les membres à grandir et à se développer
Fonctionsd’ungroupeBalint
• Fournir un endroit sécurisé pour des ré
fl
exions émotionnelles sur les situations
problématiques


• Aider l’exposant à envisager d’autres conceptions, interprétations de la situation


• Examiner les angles morts et les hypothèses


• Aider les membres du groupe à se sentir moins isolé, moins honteux


• O
ff
rir une voie vers de nouveaux types d’apprentissage


• Aider les membres à grandir et à se développer
Béné
f
icespourlespraticiens
• Explorer des situations problématiques ou di
ffi
ciles


• Renforcer les compétences en matière de relation patient-médecin, qui sont d’une
importance cruciale


• Ecouter et apprendre à partir des situations des autres


• Se connecter aux autres


• Expérimenter la puissance du groupe


• Se rappeler ce qui compte dans notre travail


• Éviter le burnout, l’engagement trop important avec les autres et augmenter la résilience
Transfertpositif
• Lors de la construction d’un groupe, le transfert positif à l’égard du copilote génère
souvent des attentes. Certains participants placent celui-ci, pour reprendre un
concept de Lacan, en « sujet supposé savoir ». Ils attendent des réponses, un savoir,
à la fois théorique et sur ce qu’il convient de faire dans telle ou telle situation. Le
copilote devra travailler à se destituer progressivement de cette place à laquelle il
est assigné, pour restituer son propre savoir au groupe.
Références
• https://slideplayer.com/slide/12878882/


• http://www.psychasoc.com/Textes/L-analyse-de-pratique-questionner-les-
dispositifs?print


•

Contenu connexe

Similaire à Groupe de Balint

Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmierDiaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmiericsday
 
Formation à la fresque des émotions #noussommesvivants
Formation à la fresque des émotions #noussommesvivantsFormation à la fresque des émotions #noussommesvivants
Formation à la fresque des émotions #noussommesvivantsnous sommes vivants
 
communication interpersonnelle 2022.pptx
communication interpersonnelle 2022.pptxcommunication interpersonnelle 2022.pptx
communication interpersonnelle 2022.pptxpythagore2
 
les bases de la communication interpersonnelle
les bases de la communication interpersonnelleles bases de la communication interpersonnelle
les bases de la communication interpersonnelleSami Lamqaddam
 
L'analyse des pratiques essai de definition
L'analyse des pratiques essai de definitionL'analyse des pratiques essai de definition
L'analyse des pratiques essai de definitionDidier Potin
 
Art thérapie en soins palliatifs
Art thérapie en soins palliatifsArt thérapie en soins palliatifs
Art thérapie en soins palliatifsChristelle Moreau
 
Entretien psychiatrique.pptx
Entretien psychiatrique.pptxEntretien psychiatrique.pptx
Entretien psychiatrique.pptxKElOmari1
 
Decrire son-experience-subjective
Decrire son-experience-subjectiveDecrire son-experience-subjective
Decrire son-experience-subjectiveIset de Bizerte
 
Clindoeil processwork
Clindoeil processworkClindoeil processwork
Clindoeil processworkAlain Ducass
 
Maturité Émotionnelle
Maturité ÉmotionnelleMaturité Émotionnelle
Maturité ÉmotionnelleAlain Ducass
 
Recueil de textes en counseling
Recueil de textes en counselingRecueil de textes en counseling
Recueil de textes en counselingLouis Cournoyer
 
Palo Alto et la méthode PEARL par Teresa Garcia
Palo Alto et la méthode PEARL par Teresa GarciaPalo Alto et la méthode PEARL par Teresa Garcia
Palo Alto et la méthode PEARL par Teresa GarciaLACT
 
2ème Journées des Pratiques Narratives Francophones
2ème Journées des Pratiques Narratives Francophones2ème Journées des Pratiques Narratives Francophones
2ème Journées des Pratiques Narratives FrancophonesFabrice Aimetti
 
Clindoeil processwork
Clindoeil processworkClindoeil processwork
Clindoeil processworkAlain Ducass
 
Présentation Journée Agile Liège 2014
Présentation Journée Agile Liège 2014Présentation Journée Agile Liège 2014
Présentation Journée Agile Liège 2014Bruno Sbille
 
La gestion-de-conflit-prof
La gestion-de-conflit-profLa gestion-de-conflit-prof
La gestion-de-conflit-profAHMED ENNAJI
 
Conference Salon Care 2008
Conference Salon Care 2008Conference Salon Care 2008
Conference Salon Care 2008Thierry Durbec
 

Similaire à Groupe de Balint (20)

Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmierDiaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
 
Formation à la fresque des émotions #noussommesvivants
Formation à la fresque des émotions #noussommesvivantsFormation à la fresque des émotions #noussommesvivants
Formation à la fresque des émotions #noussommesvivants
 
communication interpersonnelle 2022.pptx
communication interpersonnelle 2022.pptxcommunication interpersonnelle 2022.pptx
communication interpersonnelle 2022.pptx
 
les bases de la communication interpersonnelle
les bases de la communication interpersonnelleles bases de la communication interpersonnelle
les bases de la communication interpersonnelle
 
L'analyse des pratiques essai de definition
L'analyse des pratiques essai de definitionL'analyse des pratiques essai de definition
L'analyse des pratiques essai de definition
 
Art thérapie en soins palliatifs
Art thérapie en soins palliatifsArt thérapie en soins palliatifs
Art thérapie en soins palliatifs
 
Doc 83
Doc 83Doc 83
Doc 83
 
Entretien psychiatrique.pptx
Entretien psychiatrique.pptxEntretien psychiatrique.pptx
Entretien psychiatrique.pptx
 
Communication non-violente et médiation
Communication non-violente et médiationCommunication non-violente et médiation
Communication non-violente et médiation
 
Decrire son-experience-subjective
Decrire son-experience-subjectiveDecrire son-experience-subjective
Decrire son-experience-subjective
 
Clindoeil processwork
Clindoeil processworkClindoeil processwork
Clindoeil processwork
 
Maturité Émotionnelle
Maturité ÉmotionnelleMaturité Émotionnelle
Maturité Émotionnelle
 
Recueil de textes en counseling
Recueil de textes en counselingRecueil de textes en counseling
Recueil de textes en counseling
 
Palo Alto et la méthode PEARL par Teresa Garcia
Palo Alto et la méthode PEARL par Teresa GarciaPalo Alto et la méthode PEARL par Teresa Garcia
Palo Alto et la méthode PEARL par Teresa Garcia
 
2ème Journées des Pratiques Narratives Francophones
2ème Journées des Pratiques Narratives Francophones2ème Journées des Pratiques Narratives Francophones
2ème Journées des Pratiques Narratives Francophones
 
Clindoeil processwork
Clindoeil processworkClindoeil processwork
Clindoeil processwork
 
Atelier JFK 2009 Lainé
Atelier JFK 2009 LainéAtelier JFK 2009 Lainé
Atelier JFK 2009 Lainé
 
Présentation Journée Agile Liège 2014
Présentation Journée Agile Liège 2014Présentation Journée Agile Liège 2014
Présentation Journée Agile Liège 2014
 
La gestion-de-conflit-prof
La gestion-de-conflit-profLa gestion-de-conflit-prof
La gestion-de-conflit-prof
 
Conference Salon Care 2008
Conference Salon Care 2008Conference Salon Care 2008
Conference Salon Care 2008
 

Plus de Fabrice Aimetti

Guide Comment faire du Product Discovery ?
Guide Comment faire du Product Discovery ?Guide Comment faire du Product Discovery ?
Guide Comment faire du Product Discovery ?Fabrice Aimetti
 
8 different ways to organize your product backlog_FR.pdf
8 different ways to organize your product backlog_FR.pdf8 different ways to organize your product backlog_FR.pdf
8 different ways to organize your product backlog_FR.pdfFabrice Aimetti
 
Du 7-eyed model au 10-eyed model pour la supervision
Du 7-eyed model au 10-eyed model pour la supervisionDu 7-eyed model au 10-eyed model pour la supervision
Du 7-eyed model au 10-eyed model pour la supervisionFabrice Aimetti
 
Dites "NON" en tant que Product Manager !
Dites "NON" en tant que Product Manager !Dites "NON" en tant que Product Manager !
Dites "NON" en tant que Product Manager !Fabrice Aimetti
 
Contrat relatif au Programme de Mentorat
Contrat relatif au Programme de MentoratContrat relatif au Programme de Mentorat
Contrat relatif au Programme de MentoratFabrice Aimetti
 
L'aide-mémoire du Mentorat / Mentoring_Cheat_Sheets
L'aide-mémoire du Mentorat / Mentoring_Cheat_SheetsL'aide-mémoire du Mentorat / Mentoring_Cheat_Sheets
L'aide-mémoire du Mentorat / Mentoring_Cheat_SheetsFabrice Aimetti
 
L'aide-mémoire du Mentoré / Mentee Cheat Sheet
L'aide-mémoire du Mentoré / Mentee Cheat SheetL'aide-mémoire du Mentoré / Mentee Cheat Sheet
L'aide-mémoire du Mentoré / Mentee Cheat SheetFabrice Aimetti
 
La fabrique narrative marcela polanco
La fabrique narrative marcela polancoLa fabrique narrative marcela polanco
La fabrique narrative marcela polancoFabrice Aimetti
 
Beata Jardin de vie (Rwanda)
Beata Jardin de vie (Rwanda)Beata Jardin de vie (Rwanda)
Beata Jardin de vie (Rwanda)Fabrice Aimetti
 
Arrêtez de promettre des miracles
Arrêtez de promettre des miraclesArrêtez de promettre des miracles
Arrêtez de promettre des miraclesFabrice Aimetti
 
20191126 conf-au-dela-de-la-prison
20191126 conf-au-dela-de-la-prison20191126 conf-au-dela-de-la-prison
20191126 conf-au-dela-de-la-prisonFabrice Aimetti
 
20190627 intro-clean-language slideshare
20190627 intro-clean-language slideshare20190627 intro-clean-language slideshare
20190627 intro-clean-language slideshareFabrice Aimetti
 
Agile self assessment card game by Ben Linders
Agile self assessment card game by Ben LindersAgile self assessment card game by Ben Linders
Agile self assessment card game by Ben LindersFabrice Aimetti
 
Les 4 étapes du processus de la CNV
Les 4 étapes du processus de la CNVLes 4 étapes du processus de la CNV
Les 4 étapes du processus de la CNVFabrice Aimetti
 
Le jeu du prénom en mode multitâche
Le jeu du prénom en mode multitâcheLe jeu du prénom en mode multitâche
Le jeu du prénom en mode multitâcheFabrice Aimetti
 
Schlitz mapping changebattlefield_fr
Schlitz mapping changebattlefield_frSchlitz mapping changebattlefield_fr
Schlitz mapping changebattlefield_frFabrice Aimetti
 
Na01 moen norman_fullpaper_fr
Na01 moen norman_fullpaper_frNa01 moen norman_fullpaper_fr
Na01 moen norman_fullpaper_frFabrice Aimetti
 

Plus de Fabrice Aimetti (20)

Guide Comment faire du Product Discovery ?
Guide Comment faire du Product Discovery ?Guide Comment faire du Product Discovery ?
Guide Comment faire du Product Discovery ?
 
8 different ways to organize your product backlog_FR.pdf
8 different ways to organize your product backlog_FR.pdf8 different ways to organize your product backlog_FR.pdf
8 different ways to organize your product backlog_FR.pdf
 
Du 7-eyed model au 10-eyed model pour la supervision
Du 7-eyed model au 10-eyed model pour la supervisionDu 7-eyed model au 10-eyed model pour la supervision
Du 7-eyed model au 10-eyed model pour la supervision
 
Dites "NON" en tant que Product Manager !
Dites "NON" en tant que Product Manager !Dites "NON" en tant que Product Manager !
Dites "NON" en tant que Product Manager !
 
Contrat relatif au Programme de Mentorat
Contrat relatif au Programme de MentoratContrat relatif au Programme de Mentorat
Contrat relatif au Programme de Mentorat
 
L'aide-mémoire du Mentorat / Mentoring_Cheat_Sheets
L'aide-mémoire du Mentorat / Mentoring_Cheat_SheetsL'aide-mémoire du Mentorat / Mentoring_Cheat_Sheets
L'aide-mémoire du Mentorat / Mentoring_Cheat_Sheets
 
L'aide-mémoire du Mentoré / Mentee Cheat Sheet
L'aide-mémoire du Mentoré / Mentee Cheat SheetL'aide-mémoire du Mentoré / Mentee Cheat Sheet
L'aide-mémoire du Mentoré / Mentee Cheat Sheet
 
La fabrique narrative marcela polanco
La fabrique narrative marcela polancoLa fabrique narrative marcela polanco
La fabrique narrative marcela polanco
 
Beata Jardin de vie (Rwanda)
Beata Jardin de vie (Rwanda)Beata Jardin de vie (Rwanda)
Beata Jardin de vie (Rwanda)
 
Bibliographie narrative
Bibliographie narrativeBibliographie narrative
Bibliographie narrative
 
Arrêtez de promettre des miracles
Arrêtez de promettre des miraclesArrêtez de promettre des miracles
Arrêtez de promettre des miracles
 
20191126 conf-au-dela-de-la-prison
20191126 conf-au-dela-de-la-prison20191126 conf-au-dela-de-la-prison
20191126 conf-au-dela-de-la-prison
 
20190627 intro-clean-language slideshare
20190627 intro-clean-language slideshare20190627 intro-clean-language slideshare
20190627 intro-clean-language slideshare
 
Agile self assessment card game by Ben Linders
Agile self assessment card game by Ben LindersAgile self assessment card game by Ben Linders
Agile self assessment card game by Ben Linders
 
Les 4 étapes du processus de la CNV
Les 4 étapes du processus de la CNVLes 4 étapes du processus de la CNV
Les 4 étapes du processus de la CNV
 
Le jeu du prénom en mode multitâche
Le jeu du prénom en mode multitâcheLe jeu du prénom en mode multitâche
Le jeu du prénom en mode multitâche
 
Xplane fr
Xplane frXplane fr
Xplane fr
 
Twenty ways to_split_fr
Twenty ways to_split_frTwenty ways to_split_fr
Twenty ways to_split_fr
 
Schlitz mapping changebattlefield_fr
Schlitz mapping changebattlefield_frSchlitz mapping changebattlefield_fr
Schlitz mapping changebattlefield_fr
 
Na01 moen norman_fullpaper_fr
Na01 moen norman_fullpaper_frNa01 moen norman_fullpaper_fr
Na01 moen norman_fullpaper_fr
 

Dernier

Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfBibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfAtelier Canopé 37 - Tours
 
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfLa Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfbdp12
 
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfBibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfAtelier Canopé 37 - Tours
 
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avrilCalendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avrilfrizzole
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24BenotGeorges3
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Atelier Canopé 37 - Tours
 
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxPrésentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxJCAC
 
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècleAux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècleAmar LAKEL, PhD
 
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...Unidad de Espiritualidad Eudista
 
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-Majida Antonios, M.Ed.
 
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneChana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneTxaruka
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film françaisTxaruka
 

Dernier (13)

Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfBibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
 
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfLa Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
 
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfBibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
 
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avrilCalendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avril
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
 
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
 
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxPrésentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
 
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècleAux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
 
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...
 
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-
 
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneChana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film français
 

Groupe de Balint

  • 1. Fabrice AIMETTI - 28.04.2022 GroupedeBalint Introduction
  • 2. DrMichaelBalint • Né en 1896 à Budapest, fi ls de médecin généraliste (GP : General Practitioners) • Psychanalyste formé à Berlin et Budapest, émigré à Londres. • A travaillé à la Tavistock Clinic, fondée en 1920, le 1er centre de thérapie psychanalytique anglais,.
  • 3. Prémisses • Dès 1949, Michael et sa 3è femme, Enid, démarrent des « séminaires » de formation er de recherche pour les médecins généralistes après la seconde guerre mondiale pour que les médecins généralistes puissent faire face au lourd fardeau sociétal des traumatismes et de leurs impacts sur les patients et les familles. • Ils réalisent alors qu’ils font aussi des recherches sur la relation médecin-patient. Il s’agissait d’analyser, entre praticiens, la relation entre le médecin et son patient. Michael était convaincu de l’importance que prend la qualité de cette  relation dans l’évolution de la maladie, au point de la nommer « le médicament-médecin ». • Son épouse, Enid Balint, a ensuite étendu cette pratique aux assistantes sociales du planning familial auprès desquelles elle intervenait. • 1957 : publication du livre « Le médecin, son patient et la maladie » (The Doctor, his Patient and the Illness), en grande partie à partir des notes de séances.
  • 4. Transfert-Sympathie-Antipathie-Empathie • Ce que la théorie psychanalytique nomme « transfert » est un déplacement d’a ff ects (du plaisir au déplaisir), de représentations, de désirs, d’attentes, de mécanismes de défense, plus ou moins inconscients, que tout sujet a construit en lien avec sa propre histoire. Ce transfert est présent dans toute relation, y compris avec la boulangère ou le voisin. • L’étymologie grecque du mot sympathie (pathie : passion, apparentée à pathos : sou ff rance, a ff ection), renvoie à retrouver dans l’autre une communauté de sentiments ou d’impressions (sym). • Celle du mot antipathie insiste sur ce qui vient en opposition. Carl Rogers a repris le concept d’empathie, dont l’étymologie (en) signi fi e dedans. Il précisait toutefois qu’il ne s’agit pas pour autant de se mettre à la place de l’autre, mais de faire « comme si » pour tenter de comprendre quelque chose à ce qui le travaille. • Le sujet parle aussi de lui lorsqu’il parle de l’autre. Il porte sa part de responsabilité dans ce qui se joue au sein de la relation, et sa lecture des situations est toujours subjective.
  • 5. Analysedelapratique • L’analyse de la pratique propose aux praticiens de partager des situations qui les interrogent particulièrement ou qui les mettent en di ffi culté. Face à l’autre, le praticien peut être pris dans de l’insupportable, dans de la colère, dans du rejet, ou au contraire dans un mouvement de trop grande empathie et de proximité. Lorsqu’ils sont trop prégnants, ces éprouvés l’empêchent de conserver ou de retrouver une posture professionnelle et, comme il est dit, à « une juste distance ». Il s’agit bien pour le professionnel de tenter de repérer, en quoi et où, il est pris, voire englué dans cette relation spéci fi que, avec celui qu’il a en charge d’accompagner, d’aider, de soigner. Deux questions, insistantes et récurrentes, peuvent s’énoncer ainsi : « En quel point sensible cet autre vient-il me toucher ? », puis : « Comment agir et ne pas réagir » ? • Lorsque, en tant que praticien, on parvient à saisir ce que l’autre nous fait vivre, lorsque l’on parvient à démêler, à se « détoxiquer », à séparer ce qui nous appartient en propre et ce qui appartient à l’autre, il devient possible de s’en dégager su ffi samment, de se protéger, de pouvoir conserver ou retrouver une posture professionnelle et de pouvoir mieux accompagner cet autre. pourretrouverunepostureprofessionnelle
  • 6. LegroupeBalintn’estpas: • Un groupe de psychothérapie • Un groupe de rencontre • Un groupe de concertation traditionnel sur les situations • Un groupe de discussion sur un sujet • Un lieu pour des conseils prescrits ou un enseignement didactique
  • 7. Caractéristiquesd’unGroupeBalint • Généralement un nombre fi xe de participants • Généralement deux copilotes • Se concentre sur la relation médecin-patient
  • 8. Caractéristiquesd’unGroupeBalint • La puissance du groupe se développe dans le temps • Les membres présentent une situation en cours (patient ou client) • Se concentre sur les aspects de la relation qui sont moins ou pas conscientisés
  • 9. Règlesdebase • Parler à d’autres de ce qui encombre, de ce qui fait sou ff rir, de situations dans lesquelles on est empêtré, pour lesquelles on ne sait plus comment faire, est une prise de risque. Il y faut de la sécurité. • Un groupe d’analyse de la pratique est composé de pairs, c’est-à-dire qu’il exclut tout professionnel ayant une fonction hiérarchique et évaluative. C’est la condition impérative pour que soient garanties la liberté et la sécurité de la parole. • Le travail d’analyse nécessite un engagement rigoureux de chaque participant (Implication personnelle, régularité de sa présence), que chacun se rende disponible pour une écoute de l’autre, et pour une écoute de lui-même. • Deux règles facilitent l’émergence de la parole et en garantissent la sécurité : (1) le non- jugement, (2) la con fi dentialité.
  • 10. Cadre posé au préalable Con fi dentialité Respect, Tour de parole Pas de jugement, 
 critique Éviter les conseils
  • 13. Lesprésentationssontspontanées • L’un des participants fait donc le récit, sans préparation, d’une situation professionnelle, concrète, précise, qu’il est en train de vivre, pour laquelle il attend l’aide du groupe, au moins pour mieux comprendre ce qui se passe. • Personne ne l’interrompt. • Pas de notes cliniques • Pas de préparation, car cela permet qu’émergent les émotions sous-jacentes, des associations, d’éventuelles répétitions, l’insistance de certains signi fi ants. La suite du travail pourra éventuellement leur donner sens. • L’exposant parle environ 5 minutes
  • 15. Processusdugroupe Copilote Copilote Exposant Sophie est une femme non- voyante de 79 ans TEMPS 1. LE RÉCIT
  • 16. Écoutedelasituationparlenarrateur • Que se passe-t-il pour le narrateur ? On sait que la parole doit avoir une adresse pour que le sujet s’approprie son propre récit. De plus, par le fait de le partager avec le groupe, le narrateur peut commencer à prendre un peu de distance par rapport à son vécu. • L’écoute de chacun se centre en priorité sur le praticien qui est en train de parler, et le groupe exerce alors ce que Winnicott a nommé la « fonction contenante » , ou versant passif de l'accueil des ressentis du narrateur qui sont perceptibles dans son récit (comme un récipient qui contient, sans déborder ou se briser... ou rejeter….).
  • 17. Processusdugroupe Copilote Copilote Exposant Qu’est-ce que cela me fait d’entendre cela ? TEMPS 2. RETOUR DES RÉSONANCES, DES ASSOCIATIONS
  • 19. Fonctionsdesmembresdugroupe De participer et de partager sur la situations leurs : • Ré fl exions, images • Rêves, associations • Hypothèses • Faire la di ff érence entre leur propre vécu et celui de l’exposant • Encourager une compréhension empathique du groupe
  • 20. Résonancesurlasituationparlesparticipants • Le narrateur se met en retrait, à l’écoute. Le copilote n’intervient pas, sauf pour éventuellement rappeler le cadre et ses règles. Pas d’échanges. • Les paroles du narrateur, son récit, ont résonné en chacun. • Chaque participant est invité à exprimer ce qu’il a entendu, senti, éprouvé, imaginé, lors de son écoute du récit. Qu’est-ce qu’il a perçu ou cru percevoir du vécu, des ressentis, des questionnements du narrateur ou de la narratrice ? Qu’est-ce qui l’a touché particulièrement ? Quelles sont également ses résonances, associations éventuelles, en lien avec une situation qu’il a lui-même vécu ou qu’il aurait pu vivre ? (Sans développer cette situation). • Inviter chaque participant à prendre la parole suite au récit du narrateur, permet de faire émerger des ressentis et des points de vue di ff érents. C’est cela la richesse d’un groupe. Il ressort des évaluations réalisées par les participants que ce temps est estimé comme particulièrement intéressant.
  • 21. Résonancesurlasituationparlesparticipants • Le groupe assume alors ce que Winnicott nomme « la fonction conteneur » ou versant actif de l’écoute, à l’égard du narrateur. Mettre des mots sur les a ff ects, sur les ressentis que l’on a cru percevoir, c’est les symboliser sous la forme d’émotions partageables. • Que se passe-t-il pour le narrateur ? En écoutant ce que renvoient les autres participants, il peut repérer, mais aussi démêler, ce qui appartient au patient et ce qui lui appartient en propre. Il peut ainsi prendre un peu de distance à l’égard de ses propres ressentis et penser à nouveau, avec les autres. Pouvoir agir et non pas réagir, c’est tout l’enjeu de l’acte éducatif.
  • 25. Positionnementdunarrateur • Lorsque chaque participant s’est exprimé, le copilote invite le narrateur à prendre la parole, pour se positionner par rapport à ce qui lui a été renvoyé. Il peut s’y reconnaître ou pas, compléter, préciser, prolonger, rebondir.
  • 27. Processusdugroupe Copilote Copilote Exposant Laissons l’exposant écouter simplement pendant que nous travaillons sur la situation amenée
  • 28. Processusdugroupe Copilote Copilote Exposant Laissons l’exposant écouter simplement pendant que nous travaillons sur la situation amenée TEMPS 3. TISSAGE DES HYPOTHÈSES
  • 29. Tissagedeshypothèses • C’est le temps du tissage, des hypothèses de compréhension de la situation dans ses di ff érentes dimensions, et des propositions d’action. • La pensée rationnelle est sollicitée dans une recherche de compréhension de la situation évoquée, dans ses di ff érentes dimensions, sans oublier le contexte institutionnel. Tout le groupe (y compris le narrateur et le copilote) tente de remettre du sens dans ce qui se présentait comme une énigme ou du non-sens. • Prendre le temps pour comprendre est important, car nous avons tous tendance à apporter trop vite des réponses lorsqu’une question est posée... « Nous devons nous mé fi er de nos certitudes », avançait Gaston Bachelard. Quand on comprend trop vite et trop bien, on est sûr de n'avoir rien compris. Nous sommes toujours trop rapides à dégainer nos théories, trop pressés de formuler un diagnostic, à faire rentrer l’autre dans des grilles préconstruites. Des questions, des informations et des hypothèses de compréhension vont traverser le groupe, rebondir, se compléter, sans ordre préétabli.
  • 30. Tissagedeshypothèses • Dans la même institution, certains participants possèdent aussi des informations concernant ce patient, lesquelles peuvent venir éclairer ce qui se passe. De même, chacun peut exprimer la manière dont il vit la relation avec le patient dont il est question, car l’on sait que, par l’e ff et de son transfert, cet autre met parfois en jeu des choses très di ff érentes avec les praticiens. • Des questions se posent, s’entrecroisent. Ce sont par exemple : À quoi sert à l’autre de faire vivre cela au narrateur ? Quels sont ses symptômes, ses résistances, ses mécanismes de défense ? Qu’est-ce que l’on connaît de son histoire de vie, de son contexte familial, social, scolaire, professionnel ? Qu’est-ce qu’il peut vivre lui- même, ressentir, vouloir prouver, redouter ? En fonction des informations qui ont été partagées, qu’est-ce qu’il trans f ère, répète, joue et rejoue de ses modes relationnels avec le narrateur et/ou avec d’autres ? Qu’est-ce qu’il attend du narrateur, d’autres praticiens, de l’institution, ou qu’est-ce qu’il refuse ou fuit ? Sachant que l’on ne construit rien sur du négatif, quels sont ses points forts, ce qu’il aime, ce qu’il réussit, et donc ce sur quoi on va pouvoir s’appuyer ? Qu’est-ce qui a déjà été tenté et quels en ont été les e ff ets ? • Le copilote a pour tâche de soutenir les échanges et éventuellement de relancer la parole par ses propres questions ou hypothèses.
  • 31. Tissagedeshypothèses • Chacun peut avancer des hypothèses de compréhension de la situation, tenter de repérer les logiques en jeu (celle du praticien, celle de l’autre dont il parle, celle de la famille, celle de l’institution, celle des di ff érents contextes dans lesquels vit le patient, etc.). Les hypothèses formulées ne peuvent toutefois prétendre à la Vérité. Personne n’est à la place de l’autre. Ce sont des « petits délires » comme disait Freud, ou « des petits mythes » selon l’expression de Lacan, parce que l’on n’est pas dans la tête de l’autre, on n’a pas la maîtrise sur lui, mais ces hypothèses permettent pourtant de continuer à travailler. Seule la suite des évènements con fi rmera ou in fi rmera ce qui a été avancé.
  • 32. Tissagedeshypothèses • Certains parlent « d’intelligence collective ». Il est facile d’objecter que cette « intelligence » n’est « collective » que par ce qui est produit en fi n de séance, car il s’agit plutôt avant tout d’un tricotage entre des compréhensions multiples, des manières di ff érentes de se positionner. Dans un groupe, les histoires de vie de chacun, les expériences professionnelles et les formations sont di ff érentes, à la seule condition d’être compatibles. Le savoir de chacun est à l’œuvre, dans ses trois dimensions : le savoir sur soi, à partir de son expérience de vie, le savoir d’expérience, construit parfois dans des contextes très divers, et le savoir théorique, qui peut avoir des sources di ff érentes mais compatibles. Chacun doit donc s’autoriser à s’y référer et à les partager. Une alliance de travail s’établit entre l’intervenant et le groupe. La richesse d’un groupe correspond à la variété et à la pluralité de ces savoirs, et à ce qui va être partagé.
  • 33. Tissagedeshypothèses • En réponse à la question : « Comment agir pour faire évoluer cette situation ? », une meilleure compréhension de la situation dans ses di ff érentes dimensions, permet, sans forçage, d’avancer des propositions d’action, si toutefois la situation s’y prête, ou d’envisager un réajustement de la posture professionnelle et des attentes à l’égard de cet autre que l’on accompagne, en prenant en compte le point où il en est.
  • 35. Conclusion • En conclusion de la séance, le narrateur est invité à dire où il en est, à énoncer ce qu’il estime possible de tenter. Lui seul peut en estimer la pertinence, compte tenu de lui-même mais aussi de son contexte de travail, de l’équipe à laquelle il appartient. • En fi n de séance, la situation reste en suspens, ouverte vers ce qui va survenir, et chacun peut prolonger son travail de pensée. • Ce n’est que dans un après-coup que l’on pourra éventuellement constater les e ff ets de ce qui aura été tenté.
  • 36. Conclusion • Si, avec l’aide du groupe, le narrateur peut repérer son propre transfert, ce qui le touche personnellement et précisément, ce qui le renvoie éventuellement à sa propre histoire, en quoi et où il est pris, voire englué dans une relation, il n’est pas obligé de le partager. Il lui reviendra de le travailler ailleurs, s’il en ressent le besoin et le désir, mais la plupart du temps, ce simple repérage, et d’autant plus lorsqu’il se répète à travers d’autres situations, constitue une aide pour lui-même. Ceci n’a surtout pas à être interprété dans le groupe qui n’a pas à être le lieu d’une « psychanalyse sauvage ».
  • 37. LescopilotesBalint • Créer et maintenir un espace sécurisé • Structurer et tenir le groupe sur la durée • Protéger l’exposant et les membres du groupe de toute intrusion • Encourager la ré fl exion, l’empathie et la solidarité • Assister le développement du groupe • Débriefer avec le copilote après chaque groupe
  • 38. Fonctionsd’ungroupeBalint • Fournir un endroit sécurisé pour des ré fl exions émotionnelles sur les situations problématiques • Aider l’exposant à envisager d’autres conceptions, interprétations de la situation • Examiner les angles morts et les hypothèses • Aider les membres du groupe à se sentir moins isolé, moins honteux • O ff rir une voie vers de nouveaux types d’apprentissage • Aider les membres à grandir et à se développer
  • 39. Fonctionsd’ungroupeBalint • Fournir un endroit sécurisé pour des ré fl exions émotionnelles sur les situations problématiques • Aider l’exposant à envisager d’autres conceptions, interprétations de la situation • Examiner les angles morts et les hypothèses • Aider les membres du groupe à se sentir moins isolé, moins honteux • O ff rir une voie vers de nouveaux types d’apprentissage • Aider les membres à grandir et à se développer
  • 40. Béné f icespourlespraticiens • Explorer des situations problématiques ou di ffi ciles • Renforcer les compétences en matière de relation patient-médecin, qui sont d’une importance cruciale • Ecouter et apprendre à partir des situations des autres • Se connecter aux autres • Expérimenter la puissance du groupe • Se rappeler ce qui compte dans notre travail • Éviter le burnout, l’engagement trop important avec les autres et augmenter la résilience
  • 41. Transfertpositif • Lors de la construction d’un groupe, le transfert positif à l’égard du copilote génère souvent des attentes. Certains participants placent celui-ci, pour reprendre un concept de Lacan, en « sujet supposé savoir ». Ils attendent des réponses, un savoir, à la fois théorique et sur ce qu’il convient de faire dans telle ou telle situation. Le copilote devra travailler à se destituer progressivement de cette place à laquelle il est assigné, pour restituer son propre savoir au groupe.