SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  33
Télécharger pour lire hors ligne
Baudouin Michel
Baudouin.michel@uliege.be
Bruxelles
30 novembre 2018
La chaîne de valeur riz au mali
Les flux dans la chaîne de valeur
La chaîne de valeur riz au mali
• La production annuelle de riz au Mali est passée
de moins de 20.000 t au début des années 1980 à
près de 1 million t au début des années 2000 et à
plus de 2,5 millions t à partir de 2010.
• Cependant, les importations (essentiellement en
provenance de Myamar, de Thaïlande, d’Inde et
du Pakistan) restent nécessaires pour satisfaire
une demande elle aussi en forte croissance, en
particulier en milieu urbain
La chaîne de valeur riz au mali
L’ANALYSE FONCTIONNELLE
L’analyse fonctionnelle :
Les systèmes de production
Les principaux systèmes de production qui sont :
• système des grands et petits
périmètres irrigués, en
maitrise totale de l’eau (25% de la
superficie rizicole) ;
• systèmes de riziculture de
submersion contrôlée
et de bas-fonds, en
maitrise partielle (45%) ;
• systèmes de riziculture
fluviale de submersion libre (12 %) ;
• systèmes de riziculture pluviale (18%).
• Les régions de Mopti (27% de la
superficie rizicole) , Ségou (26%), Sikasso (16%)et Tombouctou (15%)
regroupent plus de 4/5 des superficies agricoles
Surfaces cultivées et rendements
Dans le cadre de la présente analyse fonctionnelle, financière,
économique et environnementale, les données suivantes ont été
harmonisées et utilisées de manière conjointe et ce, selon les différents
systèmes de productions :
Données du secteur du
riz utilisé dans l'analyse
(Statistiques agricoles)
Année 2012
Surfaces
cultivées
(ha)
Rendeme
nt (t/ha)
Maitrise totale 136.891 8
Submersion contrôlée 77.465 2
Submersion libre 353.099 1
Bas fond 195.048 1,5
Pluviale (Nerica) 67.905 3
Total ou moyenne 830.408 2,5
Source : auteurs
L’analyse fonctionnelle :
Les rendements
• Exploitations familiales localisées géographiquement en fonction du
système de production utilisé car fonction de cette localisation.
Production de riz paddy.
• Collecteurs font le lien entre bord champs (lieux de production du
riz paddy) et petits centres ruraux.
• Transformateurs achètent le riz paddy aux collecteurs dans petits
centres ruraux. Transformation du riz paddy en riz blanc.
• Grossistes / semi-grossistes rassemblent le riz blanc (riz local et riz
importé) pour le commercialiser.
• Détaillants / commerçants vendent le riz Blanc aux consommateurs.
• Consommateurs consomment du riz Blanc local et du riz importé.
L’analyse fonctionnelle :
Les circuits
• Aujourd’hui les Maliens consomment plus de 80
kg de riz par habitant par an.
• La part du riz dans la consommation totale de
céréales est en augmentation : actuellement elle
est d’environ 35%. Cela est dû à sa facilité de
préparation par rapport aux autres céréales, à
l’urbanisation et au changement des modes de
consommation dans le pays en général et dans
les villes en particulier (développement des
gargotes, journée continue…).
L’analyse fonctionnelle :
La consommation
• Les emplois sont nombreux dans la fourniture
d’intrants (2000 fournisseurs), la
transformation et en particulier le décorticage
(3500 décortiqueuses), l’étuvage (30.000
femmes) et la commercialisation.
L’analyse fonctionnelle :
L’emploi
• Bonne coordination horizontale au niveau des producteurs,
• Coordination verticale embryonnaire, voire inexistante, entraînant
un manque de confiance entre acteurs dans les transactions
commerciales et financières et une augmentation certaine des
couts de transaction.
• Filière dynamique en expansion, compétitive, accroissant à moyen
et long terme sa productivité et réagissant de manière positive aux
incitants du marché (augmentation de la consommation) et de
l’offre (subvention et fourniture d’intrants, subvention des
infrastructures),
• Marchés régionaux cloisonnés aux bassins de production entraînant
des positions oligopolistiques régionales préjudiciables aux
producteurs,
• Grossistes importateurs avec position dominante entraînant la
réalisation de profits exceptionnels liés à leur rente de situation.
L’analyse fonctionnelle :
Organisation et dynamique des marchés
L’ANALYSE ÉCONOMIQUE
• La contribution de la filière RIZ au PIB est
significative : 5% en valeur du PIB national.
• La filière riz contribue pour environ 10 % en
valeur au PIB agricole, significative et avec une
tendance à la hausse.
Contribution de la chaîne de valeur
riz au PIB
L’analyse économique:
Contribution au PIB
Répartition de la valeur ajoutée entre les étapes de la filière*
.
Valeur ajoutée producteur bord champ *
• FCFA par kilo
• Pluvial 46-47 F/kg
• Submersion 12-52 F/kg
• Irrigué 47-55 F/kg
• FCFA par hectare
• Pluvial
• 89.000 F/ha
• Submersion
• 13.000-62.000 F/ha
• Irrigué
• 197.000-208-000 F/ha
* Fourchettes liées au bassin de production (Sikasso, Ségou) et au type de riz (Gambaka, étuvé)
L’analyse économique:
Formation des prix et revenus
• Parts de la valeur ajoutée des producteurs entre 40 et 50%.
• L’ensemble des acteurs de la filière considèrent que la
répartition de la valeur ajoutée est « raisonnablement »
équitable et équilibrée en faveur des producteurs.
• Dispersion géographique de la production et l’absence
d’arbitrage et d’harmonisation des marchés qui restent
« cloisonnés » et limités aux bassins géographiques de
production entraînent des variations significatives de la part de
la valeur ajoutée revenant aux producteurs et des situations
potentiellement monopolistiques locales.
 Décloisonnement des marchés et une meilleure fluidité de
l’offre au niveau des producteurs permettraient une amélioration
de la part des producteurs dans la valeur ajoutée
L’analyse économique:
Formation des prix et revenus
• Part significative de la production basée sur un système de
production en maîtrise totale ou partielle de l’eau.
• Concurrence apparaît avec les autres usages de l’eau 
calcul du prix « économique » de l’eau ainsi qu’une large
analyse de sensibilité est nécessaire et prioritaire pour
améliorer l’efficience économique de l’eau et maitriser les
risques liés aux usages alternatifs à l’irrigation.
• Déconcentration des interventions vers un
décloisonnement géographique et une extension
horizontale des interventions futures.
• Réel risque « prix » au niveau international.
• Risque phytosanitaire.
• Risque lié à la diminution éventuelle du soutien étatique.
L’analyse économique:
Les risques
• La production de riz est fortement compétitive aux prix
internationaux (coût en ressources domestiques <1).
• Importation de riz en moyenne 16% du riz disponible
au niveau national, soit 0,65% du PIB. Impact négatif
sur la balance commerciale
• Les exportations sont marginales de l’ordre de 0,135%
du PIB (600 tonnes), mais sans doute sous-estimée
(exportations informelles).
• Le potentiel d’exportations vers les pays voisins est réel
et confirmé
L’analyse économique:
Economie internationale et balance
commerciale
• Filière riz est fortement soutenue par les fonds publics mais
difficiles à consolider car soutiens directs et indirects.
• Dépenses ciblant le secteur riz, 61% des dépenses de soutien sont
affectées aux infrastructures agricoles et rurales soutenant la
production de riz (dont les infrastructures hydro-agricoles) et 31%
sont affectés aux intrants.
• Soutien à la filière riz = 15 milliards de FCFA /an pour une pression
fiscale moyenne = 5 à 7 milliards de FCFA /an  balance nette
positive en faveur de la filière riz
• Par ailleurs, l’Etat exonère les importateurs des droits et taxes à
l’importation pour réduire le risque de pénurie. Or l’état des stocks
de riz importé ne semble pas justifier ces mesures d’exonération.
Elles n’ont de plus pas d’effet sur le prix du riz au consommateur.
Elles procurent des profits exceptionnels et une rente de situation à
quelques gros-sistes importateurs qui constituent un oligopole.
L’analyse économique:
Finances publiques
• La contribution de la chaîne de valeur au PIB et au PIB
agricole est significative et en augmentation.
• Malgré quelques distorsions de marché, liées à la
position oligopolistique des principaux grossistes
importateurs, et aux interventions étatiques, la chaîne
de valeur est économiquement viable sur le marché
international. Le Mali possède un avantage comparatif
conséquent non seulement pour substituer la totalité
de ses importations de riz mais également pour
exporter vers les pays voisins déficitaires (Guinée,
Mauritanie).
L’analyse économique:
Croissance économique
L’ANALYSE SOCIALE
L’analyse sociale
Conditions de travail
• En amélioration (attractivité, liberté d’association…)
• Mais sous-rémunération du travail salarié; vulnérabilité des travailleurs
non protégés en cas de maladie et accident.
Droit à la terre et à l’eau
• Absence de consultation des populations lors de l’octroi de terres à des
investisseurs étrangers à l’Office du Niger.
Genre
• Evolutions positives en matière d’accès aux intrants et de participation aux
décisions des Organisations Paysannes.
• Mais exclusion des femmes de certaines activités (transport,
commercialisation), marginalisation pour les décisions économiques
(production, commercialisation), faible autonomie pour décider de
l’utilisation des ressources du ménage, persistance de la pauvreté des
femmes.
L’analyse sociale
Sécurité alimentaire et nutritionnelle
• Contribution forte (disponibilité, diversité, accessibilité).
• Mais non autosuffisance en riz, dépendance financière de
l’extérieur (exode rural des jeunes, extraction minière),
détérioration du pouvoir d’achat des consommateurs, sous-
alimentation des couches les plus vulnérables (ruraux et
ménages pauvres).
Capital social et infrastructures
• Développement d’infrastructures sociales dans la vallée du
fleuve Niger (école, santé, eau, énergie).
• Mais nombre encore élevé de ménages pauvres privés de
soins et marginalisation des communautés dans les
processus de décision touchant leurs moyens d’existence.
L’analyse sociale
L’ANALYSE ENVIRONNEMENTALE
• Les phases de transformation, de transport et distribution
n’ont pas d’impact significatif sur l’environnement.
• L’essentiel des impacts est engendré pendant la phase de
production.
• La riziculture au Mali étant peu mécanisée, les
consommations d’intrants et les émissions directes
provenant des rizières sont les principales sources
d’impact:
– émissions de méthane (changement climatique),
– émissions de métaux lourds (toxicité humaine et des eaux),
– émission azotées et de phosphates liées aux fertilisants
(polluants respiratoires inorganiques, acidification et
eutrophisation).
L’analyse environnementale
• L’impact potentiel sur l’épuisement des
ressources est directement lié à :
– l’utilisation des sols,
– la consommation d’eau (fleuve et pluie) et
l’utilisation des fertilisants et herbicides d’origine
minérale.
• L’épuisement des ressources peut être
amplifié par les pratiques culturales à faible
rendement (submersion libre et contrôlée).
L’analyse environnementale:
Epuisement des ressources
• Les émissions de PO4 provenant de l’utilisation
des fertilisants sont responsables à 85% de
l’eutrophisation des eaux douces.
• Les émissions de NH3 peuvent conduire à une
acidification et une eutrophisation terrestre.
• L’utilisation des herbicides peut conduire à une
écotoxicité des eaux douces.
• Et, enfin les émissions directes de méthane
provenant des rizières ont un impact potentiel
sur le changement climatique qui peut détruire la
qualité des écosystèmes.
L’analyse environnementale:
Impact sur les écosystèmes
• L’utilisation des herbicides engendre des
émissions de métaux lourds qui peuvent
potentiellement avoir un effet cancérigène.
• L’utilisation des fertilisants azotés engendre
des émissions de NH3 qui peuvent provoquer
des maladies respiratoires liées aux polluants
respiratoires inorganiques
L’analyse environnementale:
Effet sur la santé humaine
L’analyse environnementale:
Différences entre système de production
Indicateurs d’impacts environnementaux pour les principaux systèmes de culture (par
tonne de riz)
• Par tonne de riz produite, le système à maîtrise totale de l’eau a le
plus faible impact sur l’environnement pour la plupart des
indicateurs. Ceci est dû essentiellement à des rendements élevés
(en comparaison aux autres systèmes) et à une meilleure maîtrise
de l’eau et des calendriers culturaux qui sont mieux maitrisés.
• A l’opposé, le système de submersion fluviale libre a les impacts
environnementaux les plus élevés à cause de son faible rendement.
Le système pluvial a des scores environnementaux qui sont très
proches de la maitrise totale de l’eau.
• Le système pluvial présente un potentiel très intéressant pour
répondre aux deux défis environnementaux majeurs que sont la
gestion de l’eau et l’adaptation au changement climatique.
L’analyse environnementale:
Différences entre système de production
CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS
• La chaîne de valeur riz au Mali contribue significativement à
la croissance économique et de manière assez inclusive.
Cependant elle est confrontée à plusieurs contraintes qui
limitent sa durabilité dans les domaines économique, social
et environnemental
Recommandations pour améliorer la durabilité économique
• Appui à une réelle coordination verticale (interprofession)
• Meilleure cohérence des politiques publiques de soutien
• Arrêter les exonérations de droits et taxes à l’importation
Conclusions et recommandations
Recommandations pour améliorer la durabilité sociale:
• le domaine le plus « critique » où il parait nécessaire d’agir est
celui de l’accès à la terre. En effet, malgré l’existence de
nouveaux textes législatifs fonciers, la réalité de l’insécurité
des ménages/exploitations agricoles familiales demeure. La
situation des producteurs reste très fragile avec les règles de
gestion du patrimoine foncier dans la zone de l’Office du Niger.
• rendre les milieux plus attractifs et plus favorables à la chaîne
de valeur par des investissements publics et d’infrastructures.
• apporter une attention plus particulière aux groupes les plus
défavorisés (femmes, jeunes) et de sensibiliser les populations
au travail des enfants en lien avec les opportunités de
scolarisation.
Conclusions et recommandations
Recommandations pour améliorer la durabilité
environnementale:
• les impacts négatifs identifiés en phase de
production peuvent être réduits en amont par
des politiques d’achats (d’intrants agricoles
respectueux de l’environnement) et une
meilleure gestion de l’eau (drainage et aérations).
• Une meilleure maîtrise des opérations post-
récolte et un équipement de transformation
adapté (mini-rizerie) permettraient de réduire les
pertes pendant l’étape de la transformation.
Conclusions et recommandations

Contenu connexe

Tendances

Qualite du lait
Qualite du laitQualite du lait
Qualite du lait
elevageboc
 
Corn Silage Production (Animal Nutrition)
Corn Silage Production (Animal Nutrition)Corn Silage Production (Animal Nutrition)
Corn Silage Production (Animal Nutrition)
Osama Zahid
 
ग्रामीण मुर्गीपालन गाइड
ग्रामीण मुर्गीपालन गाइडग्रामीण मुर्गीपालन गाइड
ग्रामीण मुर्गीपालन गाइड
Growel Agrovet Private Limited
 

Tendances (20)

Rapport de stage Amgala(une société de fabrication de pate alimentaires et fa...
Rapport de stage Amgala(une société de fabrication de pate alimentaires et fa...Rapport de stage Amgala(une société de fabrication de pate alimentaires et fa...
Rapport de stage Amgala(une société de fabrication de pate alimentaires et fa...
 
Presentation haccp.pptx
Presentation haccp.pptxPresentation haccp.pptx
Presentation haccp.pptx
 
Qualite du lait
Qualite du laitQualite du lait
Qualite du lait
 
Dairy farm project
Dairy farm projectDairy farm project
Dairy farm project
 
Dairy Cattle Husbandry
Dairy Cattle HusbandryDairy Cattle Husbandry
Dairy Cattle Husbandry
 
Mycotoxins in feed grains and ingredients
Mycotoxins in feed grains and ingredientsMycotoxins in feed grains and ingredients
Mycotoxins in feed grains and ingredients
 
Le guide des metiers du Cuir
Le guide des metiers du CuirLe guide des metiers du Cuir
Le guide des metiers du Cuir
 
Le système HACCP
Le système HACCPLe système HACCP
Le système HACCP
 
La panela.
La panela.La panela.
La panela.
 
Pates alimentaires
Pates alimentairesPates alimentaires
Pates alimentaires
 
Rice grains, rice tips, rice bran & rice polish in animal nutrition
Rice grains, rice tips, rice bran & rice polish in animal nutritionRice grains, rice tips, rice bran & rice polish in animal nutrition
Rice grains, rice tips, rice bran & rice polish in animal nutrition
 
Corn Silage Production (Animal Nutrition)
Corn Silage Production (Animal Nutrition)Corn Silage Production (Animal Nutrition)
Corn Silage Production (Animal Nutrition)
 
GAL2023 - Situation laitière 2022-2023 : la production laitière dans le tourb...
GAL2023 - Situation laitière 2022-2023 : la production laitière dans le tourb...GAL2023 - Situation laitière 2022-2023 : la production laitière dans le tourb...
GAL2023 - Situation laitière 2022-2023 : la production laitière dans le tourb...
 
Vérification HACCP.pptx
Vérification HACCP.pptxVérification HACCP.pptx
Vérification HACCP.pptx
 
ग्रामीण मुर्गीपालन गाइड
ग्रामीण मुर्गीपालन गाइडग्रामीण मुर्गीपालन गाइड
ग्रामीण मुर्गीपालन गाइड
 
Haccp az gt
Haccp az gtHaccp az gt
Haccp az gt
 
business plan
business planbusiness plan
business plan
 
Manuel haccp restauration collective
Manuel haccp restauration collectiveManuel haccp restauration collective
Manuel haccp restauration collective
 
Téchnologie de lait ppt
Téchnologie de lait pptTéchnologie de lait ppt
Téchnologie de lait ppt
 
GAV2023 - Quelles perspectives de production de viandes bovines selon les dyn...
GAV2023 - Quelles perspectives de production de viandes bovines selon les dyn...GAV2023 - Quelles perspectives de production de viandes bovines selon les dyn...
GAV2023 - Quelles perspectives de production de viandes bovines selon les dyn...
 

Similaire à La chaîne de valeur riz au mali

Dix ans après Maputo. Note APESS. Eléments de bilan du soutien public à l’él...
Dix ans après Maputo. Note APESS. Eléments de bilan du soutien public à l’él...Dix ans après Maputo. Note APESS. Eléments de bilan du soutien public à l’él...
Dix ans après Maputo. Note APESS. Eléments de bilan du soutien public à l’él...
APESS. Association pour la Promotion de l'Elevage au Sahel et en Savane
 
Briefing 58; - Mariam Yinusa: Soutenir l’industrialisation du secteur agroali...
Briefing 58; - Mariam Yinusa: Soutenir l’industrialisation du secteur agroali...Briefing 58; - Mariam Yinusa: Soutenir l’industrialisation du secteur agroali...
Briefing 58; - Mariam Yinusa: Soutenir l’industrialisation du secteur agroali...
Brussels Briefings (brusselsbriefings.net)
 
Obser 2année agroalimentaire tanger
Obser 2année agroalimentaire tangerObser 2année agroalimentaire tanger
Obser 2année agroalimentaire tanger
almaghribi1
 

Similaire à La chaîne de valeur riz au mali (20)

Environnement international des marchés
Environnement international des marchésEnvironnement international des marchés
Environnement international des marchés
 
Th4_Transmission des prix internationaux du riz sur les marchés africains
Th4_Transmission des prix internationaux du riz sur les marchés africains Th4_Transmission des prix internationaux du riz sur les marchés africains
Th4_Transmission des prix internationaux du riz sur les marchés africains
 
Résultats économiques de la production du riz des grands périmètres irrigués ...
Résultats économiques de la production du riz des grands périmètres irrigués ...Résultats économiques de la production du riz des grands périmètres irrigués ...
Résultats économiques de la production du riz des grands périmètres irrigués ...
 
Redynamisation de la production laitière à travers l’innovation dans la condu...
Redynamisation de la production laitière à travers l’innovation dans la condu...Redynamisation de la production laitière à travers l’innovation dans la condu...
Redynamisation de la production laitière à travers l’innovation dans la condu...
 
Note d’analyse de l’impact des politiques commerciales régionales sur la fili...
Note d’analyse de l’impact des politiques commerciales régionales sur la fili...Note d’analyse de l’impact des politiques commerciales régionales sur la fili...
Note d’analyse de l’impact des politiques commerciales régionales sur la fili...
 
l’état des lieux de la filière lait
l’état des lieux de la filière laitl’état des lieux de la filière lait
l’état des lieux de la filière lait
 
[FR] David Little: Vue d’ensemble de l’importance du secteur piscicole: enjeu...
[FR] David Little: Vue d’ensemble de l’importance du secteur piscicole: enjeu...[FR] David Little: Vue d’ensemble de l’importance du secteur piscicole: enjeu...
[FR] David Little: Vue d’ensemble de l’importance du secteur piscicole: enjeu...
 
[SPACE 2022] Prospectives et regards croisés sur le devenir du lait dans le G...
[SPACE 2022] Prospectives et regards croisés sur le devenir du lait dans le G...[SPACE 2022] Prospectives et regards croisés sur le devenir du lait dans le G...
[SPACE 2022] Prospectives et regards croisés sur le devenir du lait dans le G...
 
marché du lait.pptx
marché du lait.pptxmarché du lait.pptx
marché du lait.pptx
 
L’agriculture Solidaire dans le cadre du Plan Maroc Vert/ Priorités Nationales
L’agriculture Solidaire dans le cadre du Plan Maroc Vert/ Priorités Nationales L’agriculture Solidaire dans le cadre du Plan Maroc Vert/ Priorités Nationales
L’agriculture Solidaire dans le cadre du Plan Maroc Vert/ Priorités Nationales
 
MMX2021 - Afrique du Nord : focus sur l'Algérie
MMX2021 - Afrique du Nord : focus sur l'AlgérieMMX2021 - Afrique du Nord : focus sur l'Algérie
MMX2021 - Afrique du Nord : focus sur l'Algérie
 
Emploi rural au Sénégal
Emploi rural au SénégalEmploi rural au Sénégal
Emploi rural au Sénégal
 
Fiche d'opportunite sectorielle agriculture et agrobusiness decembre 2018
Fiche d'opportunite sectorielle agriculture et agrobusiness decembre 2018Fiche d'opportunite sectorielle agriculture et agrobusiness decembre 2018
Fiche d'opportunite sectorielle agriculture et agrobusiness decembre 2018
 
Dynamique du marché des denrées de base: Suivi des prix des denrées de base d...
Dynamique du marché des denrées de base: Suivi des prix des denrées de base d...Dynamique du marché des denrées de base: Suivi des prix des denrées de base d...
Dynamique du marché des denrées de base: Suivi des prix des denrées de base d...
 
Chaine de valeur de manioc et sécurité alimentaire en Afrique centrale
Chaine de valeur de manioc et sécurité alimentaire en Afrique centraleChaine de valeur de manioc et sécurité alimentaire en Afrique centrale
Chaine de valeur de manioc et sécurité alimentaire en Afrique centrale
 
Etat Des Lieux de la Filiere des Legumineuses Alimentaires au Maroc
Etat Des Lieux de la Filiere des Legumineuses Alimentaires au MarocEtat Des Lieux de la Filiere des Legumineuses Alimentaires au Maroc
Etat Des Lieux de la Filiere des Legumineuses Alimentaires au Maroc
 
L’autosuffisance de l’Afrique en riz : opportunités et défis à l’échelle du ...
L’autosuffisance de l’Afrique en riz : opportunités et défis à l’échelledu ...L’autosuffisance de l’Afrique en riz : opportunités et défis à l’échelledu ...
L’autosuffisance de l’Afrique en riz : opportunités et défis à l’échelle du ...
 
Dix ans après Maputo. Note APESS. Eléments de bilan du soutien public à l’él...
Dix ans après Maputo. Note APESS. Eléments de bilan du soutien public à l’él...Dix ans après Maputo. Note APESS. Eléments de bilan du soutien public à l’él...
Dix ans après Maputo. Note APESS. Eléments de bilan du soutien public à l’él...
 
Briefing 58; - Mariam Yinusa: Soutenir l’industrialisation du secteur agroali...
Briefing 58; - Mariam Yinusa: Soutenir l’industrialisation du secteur agroali...Briefing 58; - Mariam Yinusa: Soutenir l’industrialisation du secteur agroali...
Briefing 58; - Mariam Yinusa: Soutenir l’industrialisation du secteur agroali...
 
Obser 2année agroalimentaire tanger
Obser 2année agroalimentaire tangerObser 2année agroalimentaire tanger
Obser 2année agroalimentaire tanger
 

Plus de Francois Stepman

‘How is the African insurance industry responding to climate change?’
‘How is the African insurance industry responding to climate change?’‘How is the African insurance industry responding to climate change?’
‘How is the African insurance industry responding to climate change?’
Francois Stepman
 
Climate and the African Financial Sector
Climate and the African Financial SectorClimate and the African Financial Sector
Climate and the African Financial Sector
Francois Stepman
 

Plus de Francois Stepman (20)

Project summary iNASHR ICARDA - Laura.pdf
Project summary iNASHR ICARDA - Laura.pdfProject summary iNASHR ICARDA - Laura.pdf
Project summary iNASHR ICARDA - Laura.pdf
 
West Africa Scene Setting African Continental Master Plan (CMP) for electrici...
West Africa Scene Setting African Continental Master Plan (CMP) for electrici...West Africa Scene Setting African Continental Master Plan (CMP) for electrici...
West Africa Scene Setting African Continental Master Plan (CMP) for electrici...
 
Scaling up renewable energy investments in West Africa
Scaling up renewable energy investments in West AfricaScaling up renewable energy investments in West Africa
Scaling up renewable energy investments in West Africa
 
Advances of the AU-EU FNSSA Partnership towards Food Systems Transformation
Advances of the AU-EU FNSSA Partnership towards Food Systems TransformationAdvances of the AU-EU FNSSA Partnership towards Food Systems Transformation
Advances of the AU-EU FNSSA Partnership towards Food Systems Transformation
 
Research needs for sustainable food systems – concepts and priorities
Research needs for sustainable food systems – concepts and prioritiesResearch needs for sustainable food systems – concepts and priorities
Research needs for sustainable food systems – concepts and priorities
 
The Scientific Advice Mechanism (SAM) of the EC: its principles and working p...
The Scientific Advice Mechanism (SAM) of the EC: its principles and working p...The Scientific Advice Mechanism (SAM) of the EC: its principles and working p...
The Scientific Advice Mechanism (SAM) of the EC: its principles and working p...
 
Transformation: An introductory guide to fundamental change for researchers a...
Transformation: An introductory guide to fundamental change for researchers a...Transformation: An introductory guide to fundamental change for researchers a...
Transformation: An introductory guide to fundamental change for researchers a...
 
The ESA-WB partnership powered by in partnership with Pushing the sustainab...
The ESA-WB partnership  powered by in partnership with  Pushing the sustainab...The ESA-WB partnership  powered by in partnership with  Pushing the sustainab...
The ESA-WB partnership powered by in partnership with Pushing the sustainab...
 
EO based information for food security policy and decision support
EO based information for food  security policy and decision  supportEO based information for food  security policy and decision  support
EO based information for food security policy and decision support
 
Space for Climate Adaptation and Food Security
Space for Climate Adaptation and Food SecuritySpace for Climate Adaptation and Food Security
Space for Climate Adaptation and Food Security
 
Machine learning for the environment: monitoring the pulse of our Planet with...
Machine learning for the environment: monitoring the pulse of our Planet with...Machine learning for the environment: monitoring the pulse of our Planet with...
Machine learning for the environment: monitoring the pulse of our Planet with...
 
‘How is the African insurance industry responding to climate change?’
‘How is the African insurance industry responding to climate change?’‘How is the African insurance industry responding to climate change?’
‘How is the African insurance industry responding to climate change?’
 
How are African banks coping with Climate Change
How are African banks coping with Climate ChangeHow are African banks coping with Climate Change
How are African banks coping with Climate Change
 
Climate and the African Financial Sector
Climate and the African Financial SectorClimate and the African Financial Sector
Climate and the African Financial Sector
 
Transforming Research into Programs and Policies: How to Use the Research-to-...
Transforming Research into Programs and Policies: How to Use the Research-to-...Transforming Research into Programs and Policies: How to Use the Research-to-...
Transforming Research into Programs and Policies: How to Use the Research-to-...
 
Capturing Attention How To Use The Research Translation Toolkit’s Communicati...
Capturing Attention How To Use The Research Translation Toolkit’s Communicati...Capturing Attention How To Use The Research Translation Toolkit’s Communicati...
Capturing Attention How To Use The Research Translation Toolkit’s Communicati...
 
Generative Artificial Intelligence 3/14/2023 Johannes Schunter Head of Knowle...
Generative Artificial Intelligence 3/14/2023 Johannes Schunter Head of Knowle...Generative Artificial Intelligence 3/14/2023 Johannes Schunter Head of Knowle...
Generative Artificial Intelligence 3/14/2023 Johannes Schunter Head of Knowle...
 
How to Use the Research Translation Toolkit’s Stakeholder Analysis Section
How to Use the Research Translation Toolkit’s Stakeholder Analysis SectionHow to Use the Research Translation Toolkit’s Stakeholder Analysis Section
How to Use the Research Translation Toolkit’s Stakeholder Analysis Section
 
Exploring USAIDs Research Translation Toolkit
Exploring USAIDs Research Translation ToolkitExploring USAIDs Research Translation Toolkit
Exploring USAIDs Research Translation Toolkit
 
Overview of the AU-EU Innovation Agenda & Results of the Public Consultation
Overview of the AU-EU Innovation Agenda & Results of the Public ConsultationOverview of the AU-EU Innovation Agenda & Results of the Public Consultation
Overview of the AU-EU Innovation Agenda & Results of the Public Consultation
 

La chaîne de valeur riz au mali

  • 2. Les flux dans la chaîne de valeur La chaîne de valeur riz au mali
  • 3. • La production annuelle de riz au Mali est passée de moins de 20.000 t au début des années 1980 à près de 1 million t au début des années 2000 et à plus de 2,5 millions t à partir de 2010. • Cependant, les importations (essentiellement en provenance de Myamar, de Thaïlande, d’Inde et du Pakistan) restent nécessaires pour satisfaire une demande elle aussi en forte croissance, en particulier en milieu urbain La chaîne de valeur riz au mali
  • 5. L’analyse fonctionnelle : Les systèmes de production Les principaux systèmes de production qui sont : • système des grands et petits périmètres irrigués, en maitrise totale de l’eau (25% de la superficie rizicole) ; • systèmes de riziculture de submersion contrôlée et de bas-fonds, en maitrise partielle (45%) ; • systèmes de riziculture fluviale de submersion libre (12 %) ; • systèmes de riziculture pluviale (18%). • Les régions de Mopti (27% de la superficie rizicole) , Ségou (26%), Sikasso (16%)et Tombouctou (15%) regroupent plus de 4/5 des superficies agricoles
  • 6. Surfaces cultivées et rendements Dans le cadre de la présente analyse fonctionnelle, financière, économique et environnementale, les données suivantes ont été harmonisées et utilisées de manière conjointe et ce, selon les différents systèmes de productions : Données du secteur du riz utilisé dans l'analyse (Statistiques agricoles) Année 2012 Surfaces cultivées (ha) Rendeme nt (t/ha) Maitrise totale 136.891 8 Submersion contrôlée 77.465 2 Submersion libre 353.099 1 Bas fond 195.048 1,5 Pluviale (Nerica) 67.905 3 Total ou moyenne 830.408 2,5 Source : auteurs L’analyse fonctionnelle : Les rendements
  • 7. • Exploitations familiales localisées géographiquement en fonction du système de production utilisé car fonction de cette localisation. Production de riz paddy. • Collecteurs font le lien entre bord champs (lieux de production du riz paddy) et petits centres ruraux. • Transformateurs achètent le riz paddy aux collecteurs dans petits centres ruraux. Transformation du riz paddy en riz blanc. • Grossistes / semi-grossistes rassemblent le riz blanc (riz local et riz importé) pour le commercialiser. • Détaillants / commerçants vendent le riz Blanc aux consommateurs. • Consommateurs consomment du riz Blanc local et du riz importé. L’analyse fonctionnelle : Les circuits
  • 8. • Aujourd’hui les Maliens consomment plus de 80 kg de riz par habitant par an. • La part du riz dans la consommation totale de céréales est en augmentation : actuellement elle est d’environ 35%. Cela est dû à sa facilité de préparation par rapport aux autres céréales, à l’urbanisation et au changement des modes de consommation dans le pays en général et dans les villes en particulier (développement des gargotes, journée continue…). L’analyse fonctionnelle : La consommation
  • 9. • Les emplois sont nombreux dans la fourniture d’intrants (2000 fournisseurs), la transformation et en particulier le décorticage (3500 décortiqueuses), l’étuvage (30.000 femmes) et la commercialisation. L’analyse fonctionnelle : L’emploi
  • 10. • Bonne coordination horizontale au niveau des producteurs, • Coordination verticale embryonnaire, voire inexistante, entraînant un manque de confiance entre acteurs dans les transactions commerciales et financières et une augmentation certaine des couts de transaction. • Filière dynamique en expansion, compétitive, accroissant à moyen et long terme sa productivité et réagissant de manière positive aux incitants du marché (augmentation de la consommation) et de l’offre (subvention et fourniture d’intrants, subvention des infrastructures), • Marchés régionaux cloisonnés aux bassins de production entraînant des positions oligopolistiques régionales préjudiciables aux producteurs, • Grossistes importateurs avec position dominante entraînant la réalisation de profits exceptionnels liés à leur rente de situation. L’analyse fonctionnelle : Organisation et dynamique des marchés
  • 12. • La contribution de la filière RIZ au PIB est significative : 5% en valeur du PIB national. • La filière riz contribue pour environ 10 % en valeur au PIB agricole, significative et avec une tendance à la hausse. Contribution de la chaîne de valeur riz au PIB L’analyse économique: Contribution au PIB
  • 13. Répartition de la valeur ajoutée entre les étapes de la filière* . Valeur ajoutée producteur bord champ * • FCFA par kilo • Pluvial 46-47 F/kg • Submersion 12-52 F/kg • Irrigué 47-55 F/kg • FCFA par hectare • Pluvial • 89.000 F/ha • Submersion • 13.000-62.000 F/ha • Irrigué • 197.000-208-000 F/ha * Fourchettes liées au bassin de production (Sikasso, Ségou) et au type de riz (Gambaka, étuvé) L’analyse économique: Formation des prix et revenus
  • 14. • Parts de la valeur ajoutée des producteurs entre 40 et 50%. • L’ensemble des acteurs de la filière considèrent que la répartition de la valeur ajoutée est « raisonnablement » équitable et équilibrée en faveur des producteurs. • Dispersion géographique de la production et l’absence d’arbitrage et d’harmonisation des marchés qui restent « cloisonnés » et limités aux bassins géographiques de production entraînent des variations significatives de la part de la valeur ajoutée revenant aux producteurs et des situations potentiellement monopolistiques locales.  Décloisonnement des marchés et une meilleure fluidité de l’offre au niveau des producteurs permettraient une amélioration de la part des producteurs dans la valeur ajoutée L’analyse économique: Formation des prix et revenus
  • 15. • Part significative de la production basée sur un système de production en maîtrise totale ou partielle de l’eau. • Concurrence apparaît avec les autres usages de l’eau  calcul du prix « économique » de l’eau ainsi qu’une large analyse de sensibilité est nécessaire et prioritaire pour améliorer l’efficience économique de l’eau et maitriser les risques liés aux usages alternatifs à l’irrigation. • Déconcentration des interventions vers un décloisonnement géographique et une extension horizontale des interventions futures. • Réel risque « prix » au niveau international. • Risque phytosanitaire. • Risque lié à la diminution éventuelle du soutien étatique. L’analyse économique: Les risques
  • 16. • La production de riz est fortement compétitive aux prix internationaux (coût en ressources domestiques <1). • Importation de riz en moyenne 16% du riz disponible au niveau national, soit 0,65% du PIB. Impact négatif sur la balance commerciale • Les exportations sont marginales de l’ordre de 0,135% du PIB (600 tonnes), mais sans doute sous-estimée (exportations informelles). • Le potentiel d’exportations vers les pays voisins est réel et confirmé L’analyse économique: Economie internationale et balance commerciale
  • 17. • Filière riz est fortement soutenue par les fonds publics mais difficiles à consolider car soutiens directs et indirects. • Dépenses ciblant le secteur riz, 61% des dépenses de soutien sont affectées aux infrastructures agricoles et rurales soutenant la production de riz (dont les infrastructures hydro-agricoles) et 31% sont affectés aux intrants. • Soutien à la filière riz = 15 milliards de FCFA /an pour une pression fiscale moyenne = 5 à 7 milliards de FCFA /an  balance nette positive en faveur de la filière riz • Par ailleurs, l’Etat exonère les importateurs des droits et taxes à l’importation pour réduire le risque de pénurie. Or l’état des stocks de riz importé ne semble pas justifier ces mesures d’exonération. Elles n’ont de plus pas d’effet sur le prix du riz au consommateur. Elles procurent des profits exceptionnels et une rente de situation à quelques gros-sistes importateurs qui constituent un oligopole. L’analyse économique: Finances publiques
  • 18. • La contribution de la chaîne de valeur au PIB et au PIB agricole est significative et en augmentation. • Malgré quelques distorsions de marché, liées à la position oligopolistique des principaux grossistes importateurs, et aux interventions étatiques, la chaîne de valeur est économiquement viable sur le marché international. Le Mali possède un avantage comparatif conséquent non seulement pour substituer la totalité de ses importations de riz mais également pour exporter vers les pays voisins déficitaires (Guinée, Mauritanie). L’analyse économique: Croissance économique
  • 21. Conditions de travail • En amélioration (attractivité, liberté d’association…) • Mais sous-rémunération du travail salarié; vulnérabilité des travailleurs non protégés en cas de maladie et accident. Droit à la terre et à l’eau • Absence de consultation des populations lors de l’octroi de terres à des investisseurs étrangers à l’Office du Niger. Genre • Evolutions positives en matière d’accès aux intrants et de participation aux décisions des Organisations Paysannes. • Mais exclusion des femmes de certaines activités (transport, commercialisation), marginalisation pour les décisions économiques (production, commercialisation), faible autonomie pour décider de l’utilisation des ressources du ménage, persistance de la pauvreté des femmes. L’analyse sociale
  • 22. Sécurité alimentaire et nutritionnelle • Contribution forte (disponibilité, diversité, accessibilité). • Mais non autosuffisance en riz, dépendance financière de l’extérieur (exode rural des jeunes, extraction minière), détérioration du pouvoir d’achat des consommateurs, sous- alimentation des couches les plus vulnérables (ruraux et ménages pauvres). Capital social et infrastructures • Développement d’infrastructures sociales dans la vallée du fleuve Niger (école, santé, eau, énergie). • Mais nombre encore élevé de ménages pauvres privés de soins et marginalisation des communautés dans les processus de décision touchant leurs moyens d’existence. L’analyse sociale
  • 24. • Les phases de transformation, de transport et distribution n’ont pas d’impact significatif sur l’environnement. • L’essentiel des impacts est engendré pendant la phase de production. • La riziculture au Mali étant peu mécanisée, les consommations d’intrants et les émissions directes provenant des rizières sont les principales sources d’impact: – émissions de méthane (changement climatique), – émissions de métaux lourds (toxicité humaine et des eaux), – émission azotées et de phosphates liées aux fertilisants (polluants respiratoires inorganiques, acidification et eutrophisation). L’analyse environnementale
  • 25. • L’impact potentiel sur l’épuisement des ressources est directement lié à : – l’utilisation des sols, – la consommation d’eau (fleuve et pluie) et l’utilisation des fertilisants et herbicides d’origine minérale. • L’épuisement des ressources peut être amplifié par les pratiques culturales à faible rendement (submersion libre et contrôlée). L’analyse environnementale: Epuisement des ressources
  • 26. • Les émissions de PO4 provenant de l’utilisation des fertilisants sont responsables à 85% de l’eutrophisation des eaux douces. • Les émissions de NH3 peuvent conduire à une acidification et une eutrophisation terrestre. • L’utilisation des herbicides peut conduire à une écotoxicité des eaux douces. • Et, enfin les émissions directes de méthane provenant des rizières ont un impact potentiel sur le changement climatique qui peut détruire la qualité des écosystèmes. L’analyse environnementale: Impact sur les écosystèmes
  • 27. • L’utilisation des herbicides engendre des émissions de métaux lourds qui peuvent potentiellement avoir un effet cancérigène. • L’utilisation des fertilisants azotés engendre des émissions de NH3 qui peuvent provoquer des maladies respiratoires liées aux polluants respiratoires inorganiques L’analyse environnementale: Effet sur la santé humaine
  • 28. L’analyse environnementale: Différences entre système de production Indicateurs d’impacts environnementaux pour les principaux systèmes de culture (par tonne de riz)
  • 29. • Par tonne de riz produite, le système à maîtrise totale de l’eau a le plus faible impact sur l’environnement pour la plupart des indicateurs. Ceci est dû essentiellement à des rendements élevés (en comparaison aux autres systèmes) et à une meilleure maîtrise de l’eau et des calendriers culturaux qui sont mieux maitrisés. • A l’opposé, le système de submersion fluviale libre a les impacts environnementaux les plus élevés à cause de son faible rendement. Le système pluvial a des scores environnementaux qui sont très proches de la maitrise totale de l’eau. • Le système pluvial présente un potentiel très intéressant pour répondre aux deux défis environnementaux majeurs que sont la gestion de l’eau et l’adaptation au changement climatique. L’analyse environnementale: Différences entre système de production
  • 31. • La chaîne de valeur riz au Mali contribue significativement à la croissance économique et de manière assez inclusive. Cependant elle est confrontée à plusieurs contraintes qui limitent sa durabilité dans les domaines économique, social et environnemental Recommandations pour améliorer la durabilité économique • Appui à une réelle coordination verticale (interprofession) • Meilleure cohérence des politiques publiques de soutien • Arrêter les exonérations de droits et taxes à l’importation Conclusions et recommandations
  • 32. Recommandations pour améliorer la durabilité sociale: • le domaine le plus « critique » où il parait nécessaire d’agir est celui de l’accès à la terre. En effet, malgré l’existence de nouveaux textes législatifs fonciers, la réalité de l’insécurité des ménages/exploitations agricoles familiales demeure. La situation des producteurs reste très fragile avec les règles de gestion du patrimoine foncier dans la zone de l’Office du Niger. • rendre les milieux plus attractifs et plus favorables à la chaîne de valeur par des investissements publics et d’infrastructures. • apporter une attention plus particulière aux groupes les plus défavorisés (femmes, jeunes) et de sensibiliser les populations au travail des enfants en lien avec les opportunités de scolarisation. Conclusions et recommandations
  • 33. Recommandations pour améliorer la durabilité environnementale: • les impacts négatifs identifiés en phase de production peuvent être réduits en amont par des politiques d’achats (d’intrants agricoles respectueux de l’environnement) et une meilleure gestion de l’eau (drainage et aérations). • Une meilleure maîtrise des opérations post- récolte et un équipement de transformation adapté (mini-rizerie) permettraient de réduire les pertes pendant l’étape de la transformation. Conclusions et recommandations