SlideShare une entreprise Scribd logo
Université 20-Aout-1955 Skikda
Faculté de Technologie
Département de Pétrochimie et de Génie des Procédés

Cours: Environnement de la Pétrochimie
2ème Année Licence Raffinage & Pétrochimie

Cours : 2
Obtention, Conversion et séparation
des aromatiques
Enseignant : S. BOUSBA
Année universitaire 2012/2013
Les aromatiques sont une famille d’hydrocarbures présents dans les
pétroles bruts. Les intermédiaires aromatiques les plus recherchés
sont le benzène, le toluène et les xylènes (BTX).
Les hydrocarbures aromatiques sont obtenus principalement par les
procédés de reformage catalytique ou vapocraquage, qui fournissent

une « essence aromatique ».
La production et la séparation des aromatiques se passent dans des
unités industrielles appelés

complexe aromatique. Le complexe

aromatique est très souvent localisé sur les mêmes sites industriels
que les raffineries.
La répartition en 2008 des différentes sources d’aromatiques pour
les besoins de la chimie était la suivante :
– 72 % issus du procédé de reformage catalytique ;
– 24 % issus des essences de pyrolyse (vapocraquage) ;
– 4 % issus du charbon.
1- Les Aromatiques de reformage :

Le reformage catalytique est utilisé par les raffineurs pour améliorer
l’indice d’octane de l’essence par fabrication d’aromatiques. Ce procédé
produit une coupe riche en hydrocarbures aromatiques appelée
reformat à partir duquel on peut extraire puis séparer les

aromatiques.
La teneur en aromatiques d’un reformat varie selon la composition de la
charge appelée naphta ainsi que selon la sévérité du procédé de
reformage. Le reformage catalytique à haute sévérité (tel le procédé
Aromizing) est nettement préféré au reformage catalytique à basse

sévérité qui fournit une essence contenant une plus grande quantité de
composés non aromatiques.
1- Les Aromatiques de vapocraquage :

La deuxième source d’aromatiques est l’essence de pyrolyse issue du
vapocraquage de naphta ou de gazoles. Le vapocraquage, dont le rôle
principal est la production d’oléfines courtes telles que l’éthylène et le
propylène, produit en effet généralement également une fraction plus

lourde dont l’intervalle de distillation est proche de celui d’une
essence, fraction appelée essence de pyrolyse. Cette essence est riche
en BTX et plus particulièrement en benzène.
17 % C8

52 % C8

18 % C8

11 % C8

41 % C8
24 % C8

24

% C8

14 % C8

Dans le tableau 1, on constate que les deux principales sources d’aromatiques ont
des compositions très différentes, de sorte que selon les besoins du
marché, l’une ou l’autre sera employée. S’il convient de produire essentiellement
du benzène, l’essence de pyrolyse est en principe mieux adaptée ; si au
contraire, on recherche les xylènes, l’utilisation d’un reformat est nettement
La production mondiale du benzène en 2008 est estimée à 39,7
millions de tonnes, celle de toluène de 19,7 millions de tonnes et
39,2 millions de tonnes pour les xylènes dont 33,0 de paraxylène
et 3,6 d’orthoxylène.
1- Le Benzène :
Les principaux débouchés du benzène sont :

a- l’éthylbenzène (53 %) : obtenu par alkylation du benzène
par l’éthylène :

Catalyseur : AlCl3-HCl
T= 20-100°C P= 2-8 atm
1- Le Benzène :
a- l’éthylbenzène (53 %) : → styrène
-90% de la quantité d’éthylbenzène produite est conversé par
déshydrogénation vers le styrène (vinylbenzène) qui utilisé dans
la polymérisation pour obtenir le polystyrène.
Catalyseur : oxydes de Fe, Cr, Si, Co, Zn ou leurs mélanges
T= 600-700°C P= inférieure à Patm.
1- Le Benzène :
b- le cumène (isopropylbenzène) (20 %) :
Obtenu par alkylation du benzène avec le propylène, qui par
oxydation fournira le phénol et l’acétone ;
Catalyseur : Acide Sulfurique H2SO4, phase liquide
T= 50°C P= 05 atm.
1- Le Benzène :
b- le cumène (isopropylbenzène) (20 %) :
La majorité de la production du Cuméne est utilisé pour la
production du phénol et d’acétone (en deux étapes).
Etape 1 : oxydation à l’air pour obtenir le cumène hydroperoxyde
Catalyseur : sel métallique
T=100-130°C
P=2-3
atm
1- Le Benzène :
b- le cumène (isopropylbenzène) (20 %) :
Etape 2 : décomposition du peroxyde en Phénol et acétone.

Catalyseur : Acide
T=80°C P légèrement < Patm

Acétone
Phénol
1- Le Benzène :
c- le cyclohexane (12 %) :
Obtenu par hydrogénation du benzène :
Catalyseur : Ni/Al2O3 ou Ni/Pd
T=160-220°C
P= 25-30 atm

Cyclohexane
1- Le Benzène :
d- le Nitrobenzène :
obtenu par une réaction en phase liquide avec l’acide nitrique
concentré en présence de l’acide sulfurique concentré :

Acide Nitrique

Benzène

Acide Sulfurique

Ion nitronium

Nitrobenzène
2- Le Toluène :
La demande sur le toluène est moins importante que celle sur le
benzène et les Xylènes, donc la majorité du toluène est
transformé en benzène par hydrodésalkylation ou en Xylènes par
dismutation.

a- Obtention du Benzène par hydrodésalkylation :

Catalyseur : Ni/Al2O3
T=700°C
P= 40 atm
2- Le Toluène C7 :
b- Obtention du mélange (Xylènes+Benzène) par dismutation :
Catalyseur : mélange MoO3-CoO sur Al2O3
T=450-530°C
P= 20 atm
Equilibre : 58% de converssion

Toluène

Benzène

Mélange (o-m-p) Xylènes
3- les Xylènes (coupe C8) :
a- Le paraxylène :
Pour le mélange de Xylènes, le paraxylène PX est l’isomère le plus
demandé (80% des xylènes sont finalement consommés sous forme
de PX), cela bien que sa présence est minoritaire (≈ 20 %) dans la
coupe C8-aromatiques.
Le paraxylène et la source du diméthyltéréphtalate (DMT) et
surtout de l’acide téréphtalique pur (PTA) obtenu par oxydation du
pX, qui est à l’origine des fibres polyesters utilisés pour les
vêtements et les résines et films de polyéthylène-téréphtalate
(PET).
3- les Xylènes (coupe C8) :
a- Le paraxylène :
Catalyseur : NaBr ou HBr dans l’acide Acétique
T= 200°C
P= 20 atm

2
Acide téréphtalique

Méthanol

Diméthyltéréphtalate DMT
3- les Xylènes (coupe C8) :
b- L’orthoxylène :
L’orthoxylène, présent dans la coupe C8-aromatiques en quantité
voisine de celle du pX, constitue également un isomère
relativement recherché (9%) car il conduit à l’anhydride phtalique,
matière de base pour l’obtention de plastifiants.
Catalyseur : Cobalt dans l’acide Acétique
T= 150°C
P= 1 atm

Orthoxylène
Anhydride Phtalique
3- les Xylènes (coupe C8) :
c- Le méthaxylène :
Le métaxylène constitue l’isomère majoritaire de la coupe C8aromatiques (≈ 40 %), mais il est de bien moindre intérêt. Il est
donc préférentiellement transformé par isomérisation catalytique
en p-xylène.

d- Ethylbenzène :
Enfin, l’éthylbenzène présent dans la coupe C8-aromatiques ne
sera qu’exceptionnellement produit au sein du complexe aromatique
(97 % de l’éthylbenzène est produit par alkylation du benzène) qui
sera ensuite utilisé pour la synthèse du styrène.
Le complexe aromatiques comprend cinq étapes principales :
( pour la séparation, purification et conversion des essences
aromatiques pour l’obtention des BTX)
1

Etape 1 : La génération d’une essence aromatique par reformage
catalytique de naphta et/ou par hydrogénations sélectives des essences
de pyrolyse.
2

Etape 2 : Une séparation des coupes C7– /C8+ par distillation, afin
d’obtenir une coupe contenant essentiellement des composés à six ou
sept atomes de carbone dont le benzène et le toluène et une coupe C8aromatiques, qui sont ensuite traitées séparément.
3

Etape 3 : Extraction des aromatiques de la coupe légère, suivie de la
production du benzène et du toluène par fractionnement (distillation).
* l’étape d’extraction permet l’élimination des composés non
aromatiques du complexe.
* Dans le cas où l’on souhaite maximiser la production de benzène, une
conversion du toluène en benzène par hydrodésalkylation est possible.
4
Etape 4 : Valorisation des xylènes essentiellement en paraxylène, selon un
procédé dit de « boucle C8-aromatiques », incluant les étapes suivants :

1- Séparation élimination des lourds dans la « colonne des xylènes »;
2- Extraction du paraxylène;
3- Isomérisation des xylènes.
4
Etape 4 : En général, l’extrait est riche en paraxylène.
Le raffinat, riche en métaxylène (mX), orthoxylène (oX) et éthylbenzène
(EB), est ensuite traité dans une unité d’isomérisation catalytique qui
redonne un mélange d’aromatiques en C8 , dans lequel la quantité
d’éthylbenzène amoindrie (conversion de l’éthylbenzène), et d’où il faut à
nouveau séparer les produits recherchés, c’est-à-dire le paraxylène.
4
Etape 4 :
Ce mélange est à nouveau envoyé dans l’unité d’extraction du paraxylène.
On crée de cette manière une véritable « boucle C8-aromatiques » qui permet
en définitive d’épuiser la totalité des isomères non recherchés.
5

Etape 5 : Augmentation de l’offre en paraxylène d’un complexe aromatique :
la valorisation du toluène et/ou de la coupe C9+aromatiques (composés
aromatiques lourds à 9 atomes de carbones et plus, par exemple
éthylméthylbenzène, triméthylbenzène, méthylpropylbenzène) au sein
d’unités de dismutation et/ou de transalkylation est réalisée.
Différentes techniques de séparation sont employées au sein du
complexe aromatique. Ces techniques sont utilisées :
– Soit pour isoler certaines coupes ; par exemple la séparation de la
coupe C8-aromatiques des composés plus lourds.
– Soit pour produire des composés aromatiques à haute pureté ; par
exemple, le toluène ou le paraxylène.
Les principales techniques sont la distillation, l’extraction par
solvant (E.L.L), la cristallisation, l’adsorption et la distillation
extractive.
1- Extraction liquide-liquide (E.L.L) :
But : Séparation des composés aromatiques des composés
non aromatiques par l’utilisation d’un solvant.
Principe :
Reformat (charge)
(paraffines + naphtènes+BTX)

Extrait

E.L.L

Raffinat
(paraffines + naphtènes)

Contre courant

Solvant

(solvant riche en BTX)

Les composés aromatiques dissous dans le solvant constituent
l’extrait. Les fractions paraffiniques ou naphténiques insolubles
dans le solvant sont dénommées raffinat.
- Le procédé est mis en œuvre dans une colonne d’extraction à
l’intérieur de laquelle on fait circuler les deux phases liquides à
contre-courant en favorisant leur contact par des plateaux ou des
garnissages.
1- Extraction liquide-liquide (E.L.L) :
Propriétés du solvant:
1- Une miscibilité importante (dans notre cas avec les
aromatiques), pour minimiser la quantité utilisée.
2- Une très bonne sélectivité (non soluble dans les paraffines et les
naphtènes) pour avoir un extrait de grande pureté.
3- Le solvant doit avoir une densité aussi différente que possible de
celle de la charge.
4- Le solvant doit avoir une température d’ébullition suffisamment
différente de celle des produits aromatiques et une bonne stabilité
thermique, pour permettre la régénération du solvant. En
pratique, tous les solvants ont une température d’ébullition de 40 °C
au moins supérieure à celle des hydrocarbures aromatiques à
récupérer.
5- Enfin, le solvant doit avoir un faible cout, une faible toxicité, et
doit être non corrosif.
1- Extraction liquide-liquide (E.L.L) :
Le procédé Sulfolane de Shell/UOP est le procédé le plus utilisé, il
réalise la séparation des composés aromatiques au moyen de
Sulfolane à environ 1 % en masse d’eau. UOP à délivré depuis 1962,
139 Licences pour ce procédé.
1- Distillation Extractive :
La distillation extractive est un procédé liquide-vapeur adapté aux

coupes contenant des composés de familles différentes ayant des

volatilités proches. Cette opération utilise un solvant, afin
d’effectuer une séparation de nature chimique.
Le solvant crée ou augmente les différences de volatilités entre les
composés à séparer. Cette méthode s’appliquait généralement à la
production, à un haut niveau de pureté, d’un seul constituant d’une

coupe relativement étroite (exemple du benzène de la coupe C6).
Elle est maintenant étendue à l’extraction des BTX d’un reformat
complet.
1- Distillation Extractive :
Dans la distillation extractive le solvant doit être :
 Totalement miscible avec les hydrocarbures pour empêcher la
formation de deux phases liquides (la miscibilité avec les
aromatiques est plus importante);
 Avoir une température d’ébullition plus élevée que celles des
constituants de la charge.
Les principaux agents extractifs employés industriellement ont tout
d’abord été l’aniline, le furfural, le nitrobenzène, le phénol (Shell),
puis ultérieurement :
– la n-méthylpyrrolidone NMP (Lurgi) ;
– la n-formylmorpholine NFM (Uhde) ;
– le diméthylformamide DMF (IFP) ;
– le diméthylacétamide DMAC (Toray) ;
1- Distillation Extractive :

Section concentration

1Section
de
lavage
ou
d’absorption (entre l’alimentation
de la colonne et le point
d’introduction du solvant), dans
laquelle le constituant le moins
volatil est absorbé par le solvant ;

Section lavage

Section d’épuisement

2- Section de concentration, en
tête, dans laquelle le constituant
le plus volatil est débarrassé des
traces de solvant ;
3- Section d’épuisement, en
bas, dans laquelle le solvant est
bien
séparé du constituant le plus
volatil.

La fraction aromatique est injectée au milieu de la colonne de
distillation extractive. Le solvant est quant à lui injecté quelques
plateaux sous la tête de la colonne. Les composés non aromatiques
sont soutirés en tête de colonne.
1- Distillation Extractive :

Les composés aromatiques sont quant à eux soutirés en fond avec le
solvant. Les aromatiques sont ensuite produits par évaporation à
partir du mélange dans la colonne de stripage. Le solvant est ensuite
recyclé du fond de la colonne de stripage, à la tête de la colonne de
distillation extractive.
1- Distillation Extractive :

NB : Le procédé le plus répandu actuellement est le
procédé
Morphylane
d’Uhde
qui
utilise
la
n-formylmorpholine NFM comme solvant. Uhde à délivré
55 Licences pour ce procédé avec une capacité totale de
6 millions de tonnes par an.
L’extraction par solvant (ELL) ou distillation extractive et
distillation classique fournissent le benzène et le toluène purs, ainsi
qu’une coupe C8-aromatiques (oX, mX, pX, EB) et également une
coupe C9 aromatiques.
La séparation et la purification des divers éléments de la coupe
aromatiques soulèvent un certain nombre de difficultés,
températures d’ébullition sont en effet très proches les unes
autres, ce qui rend difficile voire impossible la séparation
isomères par distillation.

C8Les
des
des

Le Paraxylène est le produit cible (recherché) dans la coupe C8
aromatiques, Industriellement le pX est obtenu (séparé) par deux
techniques :
1- L’Adsorption;
2- La Cristallisation.
1- Séparation par adsorption sélective sur solide:
La rétention du pX se passe sur des solides (adsorbants)

nanoporeux cristallins (1nm = 10-9 m =10 A°). Les solides adsorbants
utilisés industriellement sont les zéolithes. Pratiquement il s’agit de
retenir préférentiellement (selon la taille de la molécule) sur un
solide le pX contenu dans une coupe C8-aromatiques et ensuite de le
récupérer.
1- Séparation par adsorption sélective sur solide:
1- Séparation par adsorption sélective sur solide:
Cette technologie offre divers avantages, en particulier des taux de
récupération

nettement

plus

élevés.

Celui-ci

est

en

effet

typiquement supérieur à 96 % comparé à 60-65 % en cristallisation
pour une charge contenant des xylènes à l’équilibre.
La séparation du pX par adsorption sur tamis moléculaire est le

procédé le plus utilisé dans les unités récemment construites.
1- Séparation par adsorption sélective sur solide:

Sur le plan industriel, il existe actuellement deux technologies
principales, commercialisées par :
– UOP sous le nom de Parex, 93 unités dans le monde.
– Axens sous le nom d’Eluxyl, 19 unités dans le monde.
2- Séparation par cristallisation:
Principe:
Charge

F
Mélange
liquide de
(m,P)X

Mélange
liquide de
(m,P)X
Mélange
liquide de
(m,P)X

p-X
solide

p-X
solide
p-X
solide
m-X
solide

Equilibre liquide-solide du système m-xylène, p-xylène
2- Séparation par cristallisation:
Cas pratique:
Pratiquement on refroidis la charge (mélange xylènes et EB ) à une

température légèrement supérieure à celle de l’eutectique.
On

sépare

les

cristaux

par

centrifugation

ou

filtration.

Théoriquement purs, ils sont en réalité mouillés par la liqueur mère
(liquide) qui est une solution riche en mX.
Afin de purifier ce pX impur, on le fond de nouveau à un niveau de
température intermédiaire entre celle de l’eutectique initial et celle
de la charge : (– 20 à – 30 °C).

Les cristaux séparés sont alors mouillés par une solution riche en pX
et leur pureté est de l’ordre de 99 % en masse et plus.
3- Utilisation de l’adsorption et de la cristallisation:
-La cristallisation est actuellement considérée pour les charges très
riches en paraxylène (plus de 80 %) issues des unités de
dismutation du toluène;
-l’adsorption est préférée lorsque la charge contient des xylènes à
l’équilibre (environ 20 % à 23 % en masse de paraxylène);
- Actuellement, à peu près 75% de la production mondiale de
paraxylène est obtenu par adsorption, les 25% restants étant

séparés par cristallisation.
Animation obtention, conversion et séparation des aromatiques

Contenu connexe

Tendances

Méthode de dépollution des sols et des eaux
Méthode de dépollution des sols et des eauxMéthode de dépollution des sols et des eaux
Méthode de dépollution des sols et des eaux
selim Haouari
 
Cours de techniques d'analyse
Cours de techniques d'analyseCours de techniques d'analyse
Cours de techniques d'analyse
Faiza Hamini
 
Kaab imene Ecotoxicologie.pdf
Kaab imene Ecotoxicologie.pdfKaab imene Ecotoxicologie.pdf
Kaab imene Ecotoxicologie.pdf
kaabimene
 
Cours Hydrocarbures
Cours HydrocarburesCours Hydrocarbures
Cours Hydrocarburesatire
 
Chapitre 4 Transition Energétique- Cours Energie et développement durable» ma...
Chapitre 4 Transition Energétique- Cours Energie et développement durable» ma...Chapitre 4 Transition Energétique- Cours Energie et développement durable» ma...
Chapitre 4 Transition Energétique- Cours Energie et développement durable» ma...
Isam Shahrour
 
l'analyse chimique du fromage
l'analyse chimique du fromage l'analyse chimique du fromage
l'analyse chimique du fromage
Omar EL Shabassy
 
PPT SPECTROSCOPIE.pptx
PPT SPECTROSCOPIE.pptxPPT SPECTROSCOPIE.pptx
PPT SPECTROSCOPIE.pptx
HafsaElMessaoudi1
 
Exposé biomasse
Exposé biomasseExposé biomasse
Exposé biomasse
amal_R
 
Transport et stockage de pétrole
Transport et stockage de pétrole Transport et stockage de pétrole
Transport et stockage de pétrole
selim Haouari
 
Conception d'une station d'epuration
Conception d'une station d'epurationConception d'une station d'epuration
Conception d'une station d'epurationchanel86
 
Chap5. Equilibres de phases
Chap5. Equilibres de phasesChap5. Equilibres de phases
Chap5. Equilibres de phases
Omar Benchiheub
 
Téchnologie de lait ppt
Téchnologie de lait pptTéchnologie de lait ppt
Téchnologie de lait ppt
Mî Rã
 
Binaires solide liquide + correction
Binaires solide liquide + correctionBinaires solide liquide + correction
Binaires solide liquide + correction
Mouna Souissi
 
Dépistages toxicologiques - Tout savoir sur les tests
Dépistages toxicologiques - Tout savoir sur les testsDépistages toxicologiques - Tout savoir sur les tests
Dépistages toxicologiques - Tout savoir sur les tests
François PARANT
 
Animation principes et objectifs de la pétrochimie
Animation principes et objectifs de la pétrochimieAnimation principes et objectifs de la pétrochimie
Animation principes et objectifs de la pétrochimieTarik Taleb Bendiab
 
Extraction liquide liquide
Extraction  liquide liquideExtraction  liquide liquide
Extraction liquide liquide
LAMINE Lamine
 
BTS diététique Enzymologie
BTS diététique EnzymologieBTS diététique Enzymologie
BTS diététique Enzymologie
FranckRencurel
 
Digesteur/Biogaz méthanisation
Digesteur/Biogaz méthanisation Digesteur/Biogaz méthanisation
Digesteur/Biogaz méthanisation
EL MEHDI HAMDANI
 
Les piles électrochimiques
Les piles électrochimiquesLes piles électrochimiques
Les piles électrochimiques
Maurice Maeck
 
écosystème marin
écosystème marinécosystème marin
écosystème marin
FSTT
 

Tendances (20)

Méthode de dépollution des sols et des eaux
Méthode de dépollution des sols et des eauxMéthode de dépollution des sols et des eaux
Méthode de dépollution des sols et des eaux
 
Cours de techniques d'analyse
Cours de techniques d'analyseCours de techniques d'analyse
Cours de techniques d'analyse
 
Kaab imene Ecotoxicologie.pdf
Kaab imene Ecotoxicologie.pdfKaab imene Ecotoxicologie.pdf
Kaab imene Ecotoxicologie.pdf
 
Cours Hydrocarbures
Cours HydrocarburesCours Hydrocarbures
Cours Hydrocarbures
 
Chapitre 4 Transition Energétique- Cours Energie et développement durable» ma...
Chapitre 4 Transition Energétique- Cours Energie et développement durable» ma...Chapitre 4 Transition Energétique- Cours Energie et développement durable» ma...
Chapitre 4 Transition Energétique- Cours Energie et développement durable» ma...
 
l'analyse chimique du fromage
l'analyse chimique du fromage l'analyse chimique du fromage
l'analyse chimique du fromage
 
PPT SPECTROSCOPIE.pptx
PPT SPECTROSCOPIE.pptxPPT SPECTROSCOPIE.pptx
PPT SPECTROSCOPIE.pptx
 
Exposé biomasse
Exposé biomasseExposé biomasse
Exposé biomasse
 
Transport et stockage de pétrole
Transport et stockage de pétrole Transport et stockage de pétrole
Transport et stockage de pétrole
 
Conception d'une station d'epuration
Conception d'une station d'epurationConception d'une station d'epuration
Conception d'une station d'epuration
 
Chap5. Equilibres de phases
Chap5. Equilibres de phasesChap5. Equilibres de phases
Chap5. Equilibres de phases
 
Téchnologie de lait ppt
Téchnologie de lait pptTéchnologie de lait ppt
Téchnologie de lait ppt
 
Binaires solide liquide + correction
Binaires solide liquide + correctionBinaires solide liquide + correction
Binaires solide liquide + correction
 
Dépistages toxicologiques - Tout savoir sur les tests
Dépistages toxicologiques - Tout savoir sur les testsDépistages toxicologiques - Tout savoir sur les tests
Dépistages toxicologiques - Tout savoir sur les tests
 
Animation principes et objectifs de la pétrochimie
Animation principes et objectifs de la pétrochimieAnimation principes et objectifs de la pétrochimie
Animation principes et objectifs de la pétrochimie
 
Extraction liquide liquide
Extraction  liquide liquideExtraction  liquide liquide
Extraction liquide liquide
 
BTS diététique Enzymologie
BTS diététique EnzymologieBTS diététique Enzymologie
BTS diététique Enzymologie
 
Digesteur/Biogaz méthanisation
Digesteur/Biogaz méthanisation Digesteur/Biogaz méthanisation
Digesteur/Biogaz méthanisation
 
Les piles électrochimiques
Les piles électrochimiquesLes piles électrochimiques
Les piles électrochimiques
 
écosystème marin
écosystème marinécosystème marin
écosystème marin
 

En vedette

Metabolisme des lipides
Metabolisme des lipidesMetabolisme des lipides
Metabolisme des lipideskillua zoldyck
 
Brochure Meca-19102016-bd
Brochure Meca-19102016-bdBrochure Meca-19102016-bd
Brochure Meca-19102016-bdCamille Volant
 
Protection des métaux contre la corrosion
Protection des métaux contre la corrosionProtection des métaux contre la corrosion
Protection des métaux contre la corrosion
CHTAOU Karim
 
L’oxydation
L’oxydationL’oxydation
L’oxydation
Missipssa BENATMANE
 
Presentación TT Javier Calvo
Presentación TT Javier CalvoPresentación TT Javier Calvo
Presentación TT Javier Calvo
eiciUV
 
Sergiocastillolaclo2008
Sergiocastillolaclo2008Sergiocastillolaclo2008
Sergiocastillolaclo2008
Sergio Luis Castillo Valerio
 
OA
OAOA
Oracle Forms
Oracle FormsOracle Forms
Oracle Forms
henryjzbl
 
Characteristics Of Cell And Lead Acid Battery
Characteristics Of Cell And Lead Acid BatteryCharacteristics Of Cell And Lead Acid Battery
Characteristics Of Cell And Lead Acid Battery
Deepakreddy suram
 
Chromium and insulin sensitivity
Chromium and insulin sensitivityChromium and insulin sensitivity
Chromium and insulin sensitivity
fpgg
 
Alternativas Evolucion Para Forms Report
Alternativas Evolucion Para Forms ReportAlternativas Evolucion Para Forms Report
Alternativas Evolucion Para Forms Report
aitorvasco
 
Oas leydy.mafe
Oas leydy.mafeOas leydy.mafe
Oas leydy.mafe
mafetosc4no
 
Nouveau microsoft word document
Nouveau microsoft word documentNouveau microsoft word document
Nouveau microsoft word document
karimfpk
 
Alternativas evolución para Forms Reports
Alternativas evolución para Forms ReportsAlternativas evolución para Forms Reports
Alternativas evolución para Forms Reports
avanttic Consultoría Tecnológica
 
40 cfr 261.4(b)(6) The RCRA Exclusion From Hazardous Waste for Trivalent Chro...
40 cfr 261.4(b)(6) The RCRA Exclusion From Hazardous Waste for Trivalent Chro...40 cfr 261.4(b)(6) The RCRA Exclusion From Hazardous Waste for Trivalent Chro...
40 cfr 261.4(b)(6) The RCRA Exclusion From Hazardous Waste for Trivalent Chro...
Daniels Training Services
 
Evaluacion de objetos de aprendizaje
Evaluacion de objetos de aprendizajeEvaluacion de objetos de aprendizaje
Evaluacion de objetos de aprendizaje
Grial - University of Salamanca
 
final report.edit
final report.editfinal report.edit
final report.edit
Megha Ganguly
 
Objetos De Aprendizaje Nuevo Concepto Instruccional
Objetos De Aprendizaje Nuevo Concepto InstruccionalObjetos De Aprendizaje Nuevo Concepto Instruccional
Objetos De Aprendizaje Nuevo Concepto Instruccional
ivylebron
 
10 major industrial applications of sulfuric acid
10 major industrial applications of sulfuric acid10 major industrial applications of sulfuric acid
10 major industrial applications of sulfuric acid
rita martin
 
A SHORT REVIEW ON ALUMINIUM ANODIZING: AN ECO-FRIENDLY METAL FINISHING PROCESS
A SHORT REVIEW ON ALUMINIUM ANODIZING: AN ECO-FRIENDLY METAL FINISHING PROCESSA SHORT REVIEW ON ALUMINIUM ANODIZING: AN ECO-FRIENDLY METAL FINISHING PROCESS
A SHORT REVIEW ON ALUMINIUM ANODIZING: AN ECO-FRIENDLY METAL FINISHING PROCESS
Journal For Research
 

En vedette (20)

Metabolisme des lipides
Metabolisme des lipidesMetabolisme des lipides
Metabolisme des lipides
 
Brochure Meca-19102016-bd
Brochure Meca-19102016-bdBrochure Meca-19102016-bd
Brochure Meca-19102016-bd
 
Protection des métaux contre la corrosion
Protection des métaux contre la corrosionProtection des métaux contre la corrosion
Protection des métaux contre la corrosion
 
L’oxydation
L’oxydationL’oxydation
L’oxydation
 
Presentación TT Javier Calvo
Presentación TT Javier CalvoPresentación TT Javier Calvo
Presentación TT Javier Calvo
 
Sergiocastillolaclo2008
Sergiocastillolaclo2008Sergiocastillolaclo2008
Sergiocastillolaclo2008
 
OA
OAOA
OA
 
Oracle Forms
Oracle FormsOracle Forms
Oracle Forms
 
Characteristics Of Cell And Lead Acid Battery
Characteristics Of Cell And Lead Acid BatteryCharacteristics Of Cell And Lead Acid Battery
Characteristics Of Cell And Lead Acid Battery
 
Chromium and insulin sensitivity
Chromium and insulin sensitivityChromium and insulin sensitivity
Chromium and insulin sensitivity
 
Alternativas Evolucion Para Forms Report
Alternativas Evolucion Para Forms ReportAlternativas Evolucion Para Forms Report
Alternativas Evolucion Para Forms Report
 
Oas leydy.mafe
Oas leydy.mafeOas leydy.mafe
Oas leydy.mafe
 
Nouveau microsoft word document
Nouveau microsoft word documentNouveau microsoft word document
Nouveau microsoft word document
 
Alternativas evolución para Forms Reports
Alternativas evolución para Forms ReportsAlternativas evolución para Forms Reports
Alternativas evolución para Forms Reports
 
40 cfr 261.4(b)(6) The RCRA Exclusion From Hazardous Waste for Trivalent Chro...
40 cfr 261.4(b)(6) The RCRA Exclusion From Hazardous Waste for Trivalent Chro...40 cfr 261.4(b)(6) The RCRA Exclusion From Hazardous Waste for Trivalent Chro...
40 cfr 261.4(b)(6) The RCRA Exclusion From Hazardous Waste for Trivalent Chro...
 
Evaluacion de objetos de aprendizaje
Evaluacion de objetos de aprendizajeEvaluacion de objetos de aprendizaje
Evaluacion de objetos de aprendizaje
 
final report.edit
final report.editfinal report.edit
final report.edit
 
Objetos De Aprendizaje Nuevo Concepto Instruccional
Objetos De Aprendizaje Nuevo Concepto InstruccionalObjetos De Aprendizaje Nuevo Concepto Instruccional
Objetos De Aprendizaje Nuevo Concepto Instruccional
 
10 major industrial applications of sulfuric acid
10 major industrial applications of sulfuric acid10 major industrial applications of sulfuric acid
10 major industrial applications of sulfuric acid
 
A SHORT REVIEW ON ALUMINIUM ANODIZING: AN ECO-FRIENDLY METAL FINISHING PROCESS
A SHORT REVIEW ON ALUMINIUM ANODIZING: AN ECO-FRIENDLY METAL FINISHING PROCESSA SHORT REVIEW ON ALUMINIUM ANODIZING: AN ECO-FRIENDLY METAL FINISHING PROCESS
A SHORT REVIEW ON ALUMINIUM ANODIZING: AN ECO-FRIENDLY METAL FINISHING PROCESS
 

Plus de Tarik Taleb Bendiab

Cours 4 dessin de graphs 2eme annees
Cours 4   dessin de graphs 2eme anneesCours 4   dessin de graphs 2eme annees
Cours 4 dessin de graphs 2eme anneesTarik Taleb Bendiab
 
Cours 2 calcul numerique 2eme annees
Cours 2   calcul numerique 2eme anneesCours 2   calcul numerique 2eme annees
Cours 2 calcul numerique 2eme anneesTarik Taleb Bendiab
 
Cours 1 bases de matlab 2eme annees
Cours 1   bases de matlab 2eme anneesCours 1   bases de matlab 2eme annees
Cours 1 bases de matlab 2eme anneesTarik Taleb Bendiab
 

Plus de Tarik Taleb Bendiab (9)

Tp 1 introduction à matlab
Tp 1 introduction à matlabTp 1 introduction à matlab
Tp 1 introduction à matlab
 
Tp 1 introduction à matlab
Tp 1 introduction à matlabTp 1 introduction à matlab
Tp 1 introduction à matlab
 
Tp 2 vecteur et matrice
Tp 2 vecteur et matriceTp 2 vecteur et matrice
Tp 2 vecteur et matrice
 
Cours 4 dessin de graphs 2eme annees
Cours 4   dessin de graphs 2eme anneesCours 4   dessin de graphs 2eme annees
Cours 4 dessin de graphs 2eme annees
 
Cours 2 calcul numerique 2eme annees
Cours 2   calcul numerique 2eme anneesCours 2   calcul numerique 2eme annees
Cours 2 calcul numerique 2eme annees
 
Cours 1 bases de matlab 2eme annees
Cours 1   bases de matlab 2eme anneesCours 1   bases de matlab 2eme annees
Cours 1 bases de matlab 2eme annees
 
Cours 1 -_bases_d_informatique
Cours 1 -_bases_d_informatiqueCours 1 -_bases_d_informatique
Cours 1 -_bases_d_informatique
 
Cours3 forage
Cours3 forageCours3 forage
Cours3 forage
 
Cours2 exploration petroliere
Cours2 exploration petroliereCours2 exploration petroliere
Cours2 exploration petroliere
 

Animation obtention, conversion et séparation des aromatiques

  • 1. Université 20-Aout-1955 Skikda Faculté de Technologie Département de Pétrochimie et de Génie des Procédés Cours: Environnement de la Pétrochimie 2ème Année Licence Raffinage & Pétrochimie Cours : 2 Obtention, Conversion et séparation des aromatiques Enseignant : S. BOUSBA Année universitaire 2012/2013
  • 2. Les aromatiques sont une famille d’hydrocarbures présents dans les pétroles bruts. Les intermédiaires aromatiques les plus recherchés sont le benzène, le toluène et les xylènes (BTX).
  • 3. Les hydrocarbures aromatiques sont obtenus principalement par les procédés de reformage catalytique ou vapocraquage, qui fournissent une « essence aromatique ». La production et la séparation des aromatiques se passent dans des unités industrielles appelés complexe aromatique. Le complexe aromatique est très souvent localisé sur les mêmes sites industriels que les raffineries.
  • 4. La répartition en 2008 des différentes sources d’aromatiques pour les besoins de la chimie était la suivante : – 72 % issus du procédé de reformage catalytique ; – 24 % issus des essences de pyrolyse (vapocraquage) ; – 4 % issus du charbon.
  • 5. 1- Les Aromatiques de reformage : Le reformage catalytique est utilisé par les raffineurs pour améliorer l’indice d’octane de l’essence par fabrication d’aromatiques. Ce procédé produit une coupe riche en hydrocarbures aromatiques appelée reformat à partir duquel on peut extraire puis séparer les aromatiques. La teneur en aromatiques d’un reformat varie selon la composition de la charge appelée naphta ainsi que selon la sévérité du procédé de reformage. Le reformage catalytique à haute sévérité (tel le procédé Aromizing) est nettement préféré au reformage catalytique à basse sévérité qui fournit une essence contenant une plus grande quantité de composés non aromatiques.
  • 6. 1- Les Aromatiques de vapocraquage : La deuxième source d’aromatiques est l’essence de pyrolyse issue du vapocraquage de naphta ou de gazoles. Le vapocraquage, dont le rôle principal est la production d’oléfines courtes telles que l’éthylène et le propylène, produit en effet généralement également une fraction plus lourde dont l’intervalle de distillation est proche de celui d’une essence, fraction appelée essence de pyrolyse. Cette essence est riche en BTX et plus particulièrement en benzène.
  • 7. 17 % C8 52 % C8 18 % C8 11 % C8 41 % C8 24 % C8 24 % C8 14 % C8 Dans le tableau 1, on constate que les deux principales sources d’aromatiques ont des compositions très différentes, de sorte que selon les besoins du marché, l’une ou l’autre sera employée. S’il convient de produire essentiellement du benzène, l’essence de pyrolyse est en principe mieux adaptée ; si au contraire, on recherche les xylènes, l’utilisation d’un reformat est nettement
  • 8. La production mondiale du benzène en 2008 est estimée à 39,7 millions de tonnes, celle de toluène de 19,7 millions de tonnes et 39,2 millions de tonnes pour les xylènes dont 33,0 de paraxylène et 3,6 d’orthoxylène.
  • 9. 1- Le Benzène : Les principaux débouchés du benzène sont : a- l’éthylbenzène (53 %) : obtenu par alkylation du benzène par l’éthylène : Catalyseur : AlCl3-HCl T= 20-100°C P= 2-8 atm
  • 10. 1- Le Benzène : a- l’éthylbenzène (53 %) : → styrène -90% de la quantité d’éthylbenzène produite est conversé par déshydrogénation vers le styrène (vinylbenzène) qui utilisé dans la polymérisation pour obtenir le polystyrène. Catalyseur : oxydes de Fe, Cr, Si, Co, Zn ou leurs mélanges T= 600-700°C P= inférieure à Patm.
  • 11. 1- Le Benzène : b- le cumène (isopropylbenzène) (20 %) : Obtenu par alkylation du benzène avec le propylène, qui par oxydation fournira le phénol et l’acétone ; Catalyseur : Acide Sulfurique H2SO4, phase liquide T= 50°C P= 05 atm.
  • 12. 1- Le Benzène : b- le cumène (isopropylbenzène) (20 %) : La majorité de la production du Cuméne est utilisé pour la production du phénol et d’acétone (en deux étapes). Etape 1 : oxydation à l’air pour obtenir le cumène hydroperoxyde Catalyseur : sel métallique T=100-130°C P=2-3 atm
  • 13. 1- Le Benzène : b- le cumène (isopropylbenzène) (20 %) : Etape 2 : décomposition du peroxyde en Phénol et acétone. Catalyseur : Acide T=80°C P légèrement < Patm Acétone Phénol
  • 14. 1- Le Benzène : c- le cyclohexane (12 %) : Obtenu par hydrogénation du benzène : Catalyseur : Ni/Al2O3 ou Ni/Pd T=160-220°C P= 25-30 atm Cyclohexane
  • 15. 1- Le Benzène : d- le Nitrobenzène : obtenu par une réaction en phase liquide avec l’acide nitrique concentré en présence de l’acide sulfurique concentré : Acide Nitrique Benzène Acide Sulfurique Ion nitronium Nitrobenzène
  • 16. 2- Le Toluène : La demande sur le toluène est moins importante que celle sur le benzène et les Xylènes, donc la majorité du toluène est transformé en benzène par hydrodésalkylation ou en Xylènes par dismutation. a- Obtention du Benzène par hydrodésalkylation : Catalyseur : Ni/Al2O3 T=700°C P= 40 atm
  • 17. 2- Le Toluène C7 : b- Obtention du mélange (Xylènes+Benzène) par dismutation : Catalyseur : mélange MoO3-CoO sur Al2O3 T=450-530°C P= 20 atm Equilibre : 58% de converssion Toluène Benzène Mélange (o-m-p) Xylènes
  • 18. 3- les Xylènes (coupe C8) : a- Le paraxylène : Pour le mélange de Xylènes, le paraxylène PX est l’isomère le plus demandé (80% des xylènes sont finalement consommés sous forme de PX), cela bien que sa présence est minoritaire (≈ 20 %) dans la coupe C8-aromatiques. Le paraxylène et la source du diméthyltéréphtalate (DMT) et surtout de l’acide téréphtalique pur (PTA) obtenu par oxydation du pX, qui est à l’origine des fibres polyesters utilisés pour les vêtements et les résines et films de polyéthylène-téréphtalate (PET).
  • 19. 3- les Xylènes (coupe C8) : a- Le paraxylène : Catalyseur : NaBr ou HBr dans l’acide Acétique T= 200°C P= 20 atm 2 Acide téréphtalique Méthanol Diméthyltéréphtalate DMT
  • 20. 3- les Xylènes (coupe C8) : b- L’orthoxylène : L’orthoxylène, présent dans la coupe C8-aromatiques en quantité voisine de celle du pX, constitue également un isomère relativement recherché (9%) car il conduit à l’anhydride phtalique, matière de base pour l’obtention de plastifiants. Catalyseur : Cobalt dans l’acide Acétique T= 150°C P= 1 atm Orthoxylène Anhydride Phtalique
  • 21. 3- les Xylènes (coupe C8) : c- Le méthaxylène : Le métaxylène constitue l’isomère majoritaire de la coupe C8aromatiques (≈ 40 %), mais il est de bien moindre intérêt. Il est donc préférentiellement transformé par isomérisation catalytique en p-xylène. d- Ethylbenzène : Enfin, l’éthylbenzène présent dans la coupe C8-aromatiques ne sera qu’exceptionnellement produit au sein du complexe aromatique (97 % de l’éthylbenzène est produit par alkylation du benzène) qui sera ensuite utilisé pour la synthèse du styrène.
  • 22.
  • 23. Le complexe aromatiques comprend cinq étapes principales : ( pour la séparation, purification et conversion des essences aromatiques pour l’obtention des BTX)
  • 24. 1 Etape 1 : La génération d’une essence aromatique par reformage catalytique de naphta et/ou par hydrogénations sélectives des essences de pyrolyse.
  • 25. 2 Etape 2 : Une séparation des coupes C7– /C8+ par distillation, afin d’obtenir une coupe contenant essentiellement des composés à six ou sept atomes de carbone dont le benzène et le toluène et une coupe C8aromatiques, qui sont ensuite traitées séparément.
  • 26. 3 Etape 3 : Extraction des aromatiques de la coupe légère, suivie de la production du benzène et du toluène par fractionnement (distillation). * l’étape d’extraction permet l’élimination des composés non aromatiques du complexe. * Dans le cas où l’on souhaite maximiser la production de benzène, une conversion du toluène en benzène par hydrodésalkylation est possible.
  • 27. 4 Etape 4 : Valorisation des xylènes essentiellement en paraxylène, selon un procédé dit de « boucle C8-aromatiques », incluant les étapes suivants : 1- Séparation élimination des lourds dans la « colonne des xylènes »; 2- Extraction du paraxylène; 3- Isomérisation des xylènes.
  • 28. 4 Etape 4 : En général, l’extrait est riche en paraxylène. Le raffinat, riche en métaxylène (mX), orthoxylène (oX) et éthylbenzène (EB), est ensuite traité dans une unité d’isomérisation catalytique qui redonne un mélange d’aromatiques en C8 , dans lequel la quantité d’éthylbenzène amoindrie (conversion de l’éthylbenzène), et d’où il faut à nouveau séparer les produits recherchés, c’est-à-dire le paraxylène.
  • 29. 4 Etape 4 : Ce mélange est à nouveau envoyé dans l’unité d’extraction du paraxylène. On crée de cette manière une véritable « boucle C8-aromatiques » qui permet en définitive d’épuiser la totalité des isomères non recherchés.
  • 30. 5 Etape 5 : Augmentation de l’offre en paraxylène d’un complexe aromatique : la valorisation du toluène et/ou de la coupe C9+aromatiques (composés aromatiques lourds à 9 atomes de carbones et plus, par exemple éthylméthylbenzène, triméthylbenzène, méthylpropylbenzène) au sein d’unités de dismutation et/ou de transalkylation est réalisée.
  • 31.
  • 32. Différentes techniques de séparation sont employées au sein du complexe aromatique. Ces techniques sont utilisées : – Soit pour isoler certaines coupes ; par exemple la séparation de la coupe C8-aromatiques des composés plus lourds. – Soit pour produire des composés aromatiques à haute pureté ; par exemple, le toluène ou le paraxylène. Les principales techniques sont la distillation, l’extraction par solvant (E.L.L), la cristallisation, l’adsorption et la distillation extractive.
  • 33. 1- Extraction liquide-liquide (E.L.L) : But : Séparation des composés aromatiques des composés non aromatiques par l’utilisation d’un solvant. Principe : Reformat (charge) (paraffines + naphtènes+BTX) Extrait E.L.L Raffinat (paraffines + naphtènes) Contre courant Solvant (solvant riche en BTX) Les composés aromatiques dissous dans le solvant constituent l’extrait. Les fractions paraffiniques ou naphténiques insolubles dans le solvant sont dénommées raffinat. - Le procédé est mis en œuvre dans une colonne d’extraction à l’intérieur de laquelle on fait circuler les deux phases liquides à contre-courant en favorisant leur contact par des plateaux ou des garnissages.
  • 34. 1- Extraction liquide-liquide (E.L.L) : Propriétés du solvant: 1- Une miscibilité importante (dans notre cas avec les aromatiques), pour minimiser la quantité utilisée. 2- Une très bonne sélectivité (non soluble dans les paraffines et les naphtènes) pour avoir un extrait de grande pureté. 3- Le solvant doit avoir une densité aussi différente que possible de celle de la charge. 4- Le solvant doit avoir une température d’ébullition suffisamment différente de celle des produits aromatiques et une bonne stabilité thermique, pour permettre la régénération du solvant. En pratique, tous les solvants ont une température d’ébullition de 40 °C au moins supérieure à celle des hydrocarbures aromatiques à récupérer. 5- Enfin, le solvant doit avoir un faible cout, une faible toxicité, et doit être non corrosif.
  • 35. 1- Extraction liquide-liquide (E.L.L) : Le procédé Sulfolane de Shell/UOP est le procédé le plus utilisé, il réalise la séparation des composés aromatiques au moyen de Sulfolane à environ 1 % en masse d’eau. UOP à délivré depuis 1962, 139 Licences pour ce procédé.
  • 36. 1- Distillation Extractive : La distillation extractive est un procédé liquide-vapeur adapté aux coupes contenant des composés de familles différentes ayant des volatilités proches. Cette opération utilise un solvant, afin d’effectuer une séparation de nature chimique. Le solvant crée ou augmente les différences de volatilités entre les composés à séparer. Cette méthode s’appliquait généralement à la production, à un haut niveau de pureté, d’un seul constituant d’une coupe relativement étroite (exemple du benzène de la coupe C6). Elle est maintenant étendue à l’extraction des BTX d’un reformat complet.
  • 37. 1- Distillation Extractive : Dans la distillation extractive le solvant doit être :  Totalement miscible avec les hydrocarbures pour empêcher la formation de deux phases liquides (la miscibilité avec les aromatiques est plus importante);  Avoir une température d’ébullition plus élevée que celles des constituants de la charge. Les principaux agents extractifs employés industriellement ont tout d’abord été l’aniline, le furfural, le nitrobenzène, le phénol (Shell), puis ultérieurement : – la n-méthylpyrrolidone NMP (Lurgi) ; – la n-formylmorpholine NFM (Uhde) ; – le diméthylformamide DMF (IFP) ; – le diméthylacétamide DMAC (Toray) ;
  • 38. 1- Distillation Extractive : Section concentration 1Section de lavage ou d’absorption (entre l’alimentation de la colonne et le point d’introduction du solvant), dans laquelle le constituant le moins volatil est absorbé par le solvant ; Section lavage Section d’épuisement 2- Section de concentration, en tête, dans laquelle le constituant le plus volatil est débarrassé des traces de solvant ; 3- Section d’épuisement, en bas, dans laquelle le solvant est bien séparé du constituant le plus volatil. La fraction aromatique est injectée au milieu de la colonne de distillation extractive. Le solvant est quant à lui injecté quelques plateaux sous la tête de la colonne. Les composés non aromatiques sont soutirés en tête de colonne.
  • 39. 1- Distillation Extractive : Les composés aromatiques sont quant à eux soutirés en fond avec le solvant. Les aromatiques sont ensuite produits par évaporation à partir du mélange dans la colonne de stripage. Le solvant est ensuite recyclé du fond de la colonne de stripage, à la tête de la colonne de distillation extractive.
  • 40. 1- Distillation Extractive : NB : Le procédé le plus répandu actuellement est le procédé Morphylane d’Uhde qui utilise la n-formylmorpholine NFM comme solvant. Uhde à délivré 55 Licences pour ce procédé avec une capacité totale de 6 millions de tonnes par an.
  • 41. L’extraction par solvant (ELL) ou distillation extractive et distillation classique fournissent le benzène et le toluène purs, ainsi qu’une coupe C8-aromatiques (oX, mX, pX, EB) et également une coupe C9 aromatiques. La séparation et la purification des divers éléments de la coupe aromatiques soulèvent un certain nombre de difficultés, températures d’ébullition sont en effet très proches les unes autres, ce qui rend difficile voire impossible la séparation isomères par distillation. C8Les des des Le Paraxylène est le produit cible (recherché) dans la coupe C8 aromatiques, Industriellement le pX est obtenu (séparé) par deux techniques : 1- L’Adsorption; 2- La Cristallisation.
  • 42. 1- Séparation par adsorption sélective sur solide: La rétention du pX se passe sur des solides (adsorbants) nanoporeux cristallins (1nm = 10-9 m =10 A°). Les solides adsorbants utilisés industriellement sont les zéolithes. Pratiquement il s’agit de retenir préférentiellement (selon la taille de la molécule) sur un solide le pX contenu dans une coupe C8-aromatiques et ensuite de le récupérer.
  • 43.
  • 44. 1- Séparation par adsorption sélective sur solide:
  • 45. 1- Séparation par adsorption sélective sur solide: Cette technologie offre divers avantages, en particulier des taux de récupération nettement plus élevés. Celui-ci est en effet typiquement supérieur à 96 % comparé à 60-65 % en cristallisation pour une charge contenant des xylènes à l’équilibre. La séparation du pX par adsorption sur tamis moléculaire est le procédé le plus utilisé dans les unités récemment construites.
  • 46. 1- Séparation par adsorption sélective sur solide: Sur le plan industriel, il existe actuellement deux technologies principales, commercialisées par : – UOP sous le nom de Parex, 93 unités dans le monde. – Axens sous le nom d’Eluxyl, 19 unités dans le monde.
  • 47. 2- Séparation par cristallisation: Principe: Charge F Mélange liquide de (m,P)X Mélange liquide de (m,P)X Mélange liquide de (m,P)X p-X solide p-X solide p-X solide m-X solide Equilibre liquide-solide du système m-xylène, p-xylène
  • 48. 2- Séparation par cristallisation: Cas pratique: Pratiquement on refroidis la charge (mélange xylènes et EB ) à une température légèrement supérieure à celle de l’eutectique. On sépare les cristaux par centrifugation ou filtration. Théoriquement purs, ils sont en réalité mouillés par la liqueur mère (liquide) qui est une solution riche en mX. Afin de purifier ce pX impur, on le fond de nouveau à un niveau de température intermédiaire entre celle de l’eutectique initial et celle de la charge : (– 20 à – 30 °C). Les cristaux séparés sont alors mouillés par une solution riche en pX et leur pureté est de l’ordre de 99 % en masse et plus.
  • 49. 3- Utilisation de l’adsorption et de la cristallisation: -La cristallisation est actuellement considérée pour les charges très riches en paraxylène (plus de 80 %) issues des unités de dismutation du toluène; -l’adsorption est préférée lorsque la charge contient des xylènes à l’équilibre (environ 20 % à 23 % en masse de paraxylène); - Actuellement, à peu près 75% de la production mondiale de paraxylène est obtenu par adsorption, les 25% restants étant séparés par cristallisation.