SlideShare une entreprise Scribd logo
Chapitre I – Programmation opératoire
2
I.1 Introduction
Le bloc opératoire est un endroit hautement stratégique pour les établissements
hospitaliers, le fait qu’il implique les ressources humaines telles que les chirurgiens,
anesthésistes, infirmiers spécialisés ainsi que différentes ressources matérielles
Dans ce premier chapitre nous parlons de la programmation opératoire et de
l’ordonnancement des blocs opératoires.
I.2 Système d’Information Hospitalière
Le SIH est un cas particulier de système d'information. Le système d'information
d’un établissement de santé "[...] peut être défini comme l'ensemble des informations,
de leurs règles de circulation et de traitement nécessaires à son fonctionnement
quotidien, à ses modes de gestion et d'évaluation ainsi qu'à son processus de décision
stratégique ." Le SIH est une des composantes du système d'information de santé.
« Le système d'information hospitalier est inséré dans l'organisation "hôpital" en
perpétuelle évolution; il est capable, selon des règles et modes opératoires prédéfinis,
d'acquérir des données, de les évaluer, de les traiter par des outils informatiques ou
organisationnels, de distribuer des informations contenant une forte valeur ajoutée à
tous les partenaires internes ou externes de l'établissement, collaborant à une œuvre
commune orientée vers un but spécifique, à savoir la prise en charge d'un patient et le
rétablissement de celui-ci1. »
I.2.1 Définition d’un hôpital
Un hôpital est un lieu destiné à prendre en charge des personnes atteintes
de pathologies et des traumatismes trop complexes pour pouvoir être traités à domicile
ou dans le cabinet de médecin. Dans la plupart des pays développés, par rapport au
domicile et au cabinet du médecin, le centre hospitalier présente l'avantage d'avoir :
 une surveillance 24 heures sur 24 et sept jours sur sept par du
personnel hospitalier médical et paramédical (infirmier ou infirmières, aide-
soignant(e)s, etc.) ;
 des compétences (médecins spécialistes) et du matériel (plateau technique) pour
effectuer les examens et les soins, donc en général des blocs opératoires.
Chapitre I – Programmation opératoire
3
I.2.2Bloc opératoire
I.2.2.1 Définition
Un bloc opératoire est une partie très spécifique de l'hôpital. Il constitue un
élément essentiel du plateau technique d’un hôpital. C'est dans cette structure que se
déroulent les opérations chirurgicales. C'est un espace propre et sécurisé auquel seuls les
professionnels de santé ont accès. Généralement placé au centre d'un hôpital ou d'un
service, le bloc opératoire est accessible aux chirurgiens, aux médecins, aux
anesthésistes, aux infirmiers, aux aides-soignants, aux radiologues et aux brancardiers.
Les blocs opératoires sont soumis à une règlementation stricte et à de nombreux
contrôles afin de réduire au maximum les risques d'infection ou de contamination.
On peut distinguer deux types de blocs opératoires : mono et pluridisciplinaires.
Un bloc opératoire mono disciplinaire est dédié aux activités chirurgicales d’un service
donné (Ophtalmologie, Orthopédie, ORL, etc.). Ce type de blocs est généralement
caractérisé par un niveau de standardisation faible. Cependant, de nos jours les
établissements hospitaliers tendent de plus en plus vers la mutualisation des ressources
et optent pour des blocs pluridisciplinaires capables de traiter des patients émanant des
différents services.
I.2.2.2 Description des blocs opératoires
Revel et al. [2003] : « Le bloc opératoire est à l’interface de nombreuses activités
: chirurgie, obstétrique, anesthésie, explorations fonctionnelles, radiologie et biologie ».
Le bloc opératoire, consistant en salles d’opération et en salles de réveil (dites aussi
Salles de Surveillance Post-Interventionnelle, SSPI), Le bloc opératoire représente un
univers dans lequel les interventions sont réalisées [Cuviller, 1997a, 1997b].
Les salles opératoires sont les salles où les interventions chirurgicales, proprement
dites, sont réalisées. Elles doivent être équipées du matériel chirurgical et anesthésique
nécessaire pour le bon déroulement de l’intervention chirurgicale. La salle de réveil
contient des lits pour accueillir les patients opérés en phase de réveil, et des dispositifs
médicaux permettant de contrôler et de suivre l’état du patient.
Chapitre I – Programmation opératoire
4
Figure I.1 : intervention entre le bloc et les autres services
I.2.3 Gestion du bloc opératoire
La gestion des blocs opératoires devrait pouvoir évoluer rapidement vers des
centres de responsabilité dans les établissements publics». Une organisation plus
efficiente des blocs opératoires est nécessaire pour mieux utiliser les moyens humains et
techniques disponibles et améliorer leur productivité. Figure I.1 montre l’interrelation
entre le bloc opératoire et les autres services.
I.2.3.1 Processus opératoire
Afin de montrer l’interaction du bloc opératoire avec le reste des secteurs de
l’hôpital, nous présentons les différentes phases du processus opératoire. Ce dernier
peut être décomposé en trois grandes phases :
 La phase pré-opératoire : s’étend de la prise en charge du patient jusqu’à son
transfert au bloc opératoire pour l’intervention. Durant cette phase, le patient
subit des consultations chirurgicales et anesthésiques. Pendant cette phase, une
date « provisoire » d’intervention est proposée au patient. Cette date peut être
modifiable ou non selon la politique du bloc opératoire.
 La phase per-opératoire : correspond au séjour du patient dans le bloc
opératoire. Elle couvre la période où le patient entre au bloc jusqu’à ce qu’il
Chapitre I – Programmation opératoire
5
quitte la salle de réveil. Le jour de l’intervention, le patient est d’abord
transporté par des brancardiers depuis sa chambre à l'hôpital jusqu’à la salle
opératoire, il sera ensuite anesthésié et finalement opéré par une équipe
chirurgicale. Notons que diverses activités de stérilisation et de préparation des
consommables sont réalisées juste avant et après l’intervention. Une fois
d’intervention chirurgicale terminée, le patient est transféré à la salle de réveil.
Il y séjourne jusqu’au moment où l'anesthésiste l’autorise à retourner dans sa
chambre ou il est transféré dans l’unité de soins intensifs et de réanimation.
 La phase post-opératoire : à partir de la salle de réveil, le patient est transféré
soit vers sa chambre soit vers l’unité des soins intensifs et réanimation si son état
présente des complications. Cette phase recouvre l’ensemble des soins
nécessaires suite à l’intervention. Pour une description plus détaillée des
différentes phases du processus opératoire ainsi que des différentes ressources
(humaines et matérielles) impliquées dans la réalisation de chacune de ces
phases, nous faisons référence aux travaux de Chaabane (Chaabane, 2004).
D’après la description du processus opératoire, on voit bien que le bloc
opératoire représente aussi une interface entre plusieurs autres secteurs de
l’hôpital, tel que les services d’hospitalisation, l’unité des soins intensifs, les
activités de stérilisation, de brancardage et de logistique (approvisionnement en
consommables et en matériels divers).
I.2.4 Programmation opératoire
Le bloc opératoire constitue non seulement le secteur le plus important et le plus
coûteux dans la majorité des hôpitaux, mais il est également le service le plus complexe
à gérer et à planifier, étant donnés les nombreux aléas, le nombre élevé d’acteurs, la
difficulté de standardisation et de coordination des interventions chirurgicales.
À fin de gérer et coordonner les différentes activités du bloc opératoire,
les établissements hospitaliers utilisent un outil de gestion appelée « programmation
opératoire » (Kharraja, 2003 ; Jebali, 2004 ; Chaabane, 2004).
Donc, la programmation opératoire appelée est un moyen pour la gestion des
blocs opératoires [Kharraja 2003]. Elle consiste à construire un planning prévisionnel
des interventions chirurgicales à réaliser pendant une période à partir des demandes des
Chapitre I – Programmation opératoire
6
patients. Dans le même ordre d’idées, et/ou aussi à partir des demandes émanant des
services chirurgicaux et de prescripteurs externes; la période est période généralement
une semaine.
Plus précisément, le programme opératoire est une sorte d’agenda précisant pour
chaque salle opératoire les patients qui y seront opérés, leur ordre et leurs heures de
passage. L’horizon temporel peut aller d’une journée jusqu’à plusieurs semaines. Les
interventions programmées peuvent émaner d’un ou plusieurs services chirurgicaux
selon le type de bloc mono ou pluridisciplinaire. Les demandes d’intervention
peuvent être connues un ou plusieurs mois à l’avance comme dans l’heure qui précède
l’établissement du programme opératoire selon la politique adoptée au bloc.
De façon générale, nous pouvons dire que l’activité de planification opératoire
consiste à organiser au mieux l’activité des différentes salles d’opération de sorte à
utiliser les blocs opératoires le plus efficacement possible (minimisation des périodes de
temps mort et du recours aux heures supplémentaires), à minimiser les coûts
d’utilisation, à satisfaire les besoins des chirurgiens, à satisfaire les besoins des patients,
à satisfaire les besoins des autres membres de l’équipe opératoire (personnel infirmier et
anesthésistes), à utiliser efficacement les salles de réveil et à atteindre un faible niveau
d’annulation.
Donc on peut dire que le programme opératoire représente non seulement un
outil de gestion interne au bloc opératoire, mais aussi une source d’informations pour
d’autres activités de l’hôpital, tel que les services d’hospitalisation, les activités de
stérilisation, de brancardage, etc….
I.2.4.1 Eléments du programme opératoire
Les éléments importants pour un programme opératoire sont [HAM 94]:
 Nombre de salles d’opérations.
 Nombre des équipements chirurgicaux spécialisés.
 Disponibilité des plages horaires réservées aux chirurgiens.
 Modèle de la programmation opératoire dans un hôpital.
 Durées opératoires estimées.
 Temps normal d’ouverture et fermeture des blocs opératoires.
 Disponibilité d’anesthésistes.
Chapitre I – Programmation opératoire
7
 Limitation des salles liées aux équipements chirurgicaux.
 Heure de départ assignée au chirurgien.
La programmation opératoire consiste à construire un planning prévisionnel des
interventions chirurgicales à réaliser pendant une période, généralement une semaine, à
partir des demandes émanant des services chirurgicaux et de prescripteurs externes [FEI
06].
Comme présenté dans [Magerlein et Martin, 1978], la programmation opératoire
se décompose de deux sous-problèmes séquentiels :
I.2.4.2 Planification à l’avance (« advance scheduling »)
Qui consiste à affecter une date d’opération aux patients dans l’avenir. A partir de
d’un planning prévisionnel et de la disponibilité du personnel on définit des durées
d’ouverture des salles d’opérations du bloc. C’est la deuxième étape de gestion, qui
permet d’obtenir les plages horaires d’ouverture des salles.
Considérant le planning prévisionnel des interventions, les plages horaires
d’ouverture des salles, le planning d’occupation des lits et les agendas des chirurgiens,
on effectue la planification du bloc, troisième phase du processus de gestion. A la fin de
celle-ci, le planning du bloc est généré.
Le planning du bloc devra être validé par les chirurgiens, les médecins
anesthésistes réanimateurs et le responsable du bloc opératoire [Bricard 2001]. D’après
Margerlein et Martin [1978], le problème de la planification à l’avance peut se séparer
en deux catégories de problèmes selon le nombre et le type de contraintes de ressources
prises en compte :
Dans une catégorie, nous ne prenons en compte que la durée d’ouverture des
salles d’opération; dans l’autre catégorie, nous prenons en compte la durée d’ouverture
des salles d’opération ainsi que la disponibilité des lits d’hospitalisation. De plus,
d’autres chercheurs subdivisent la planification à l’avance, selon les techniques utilisées
pour affecter des plages horaires aux chirurgiens, en deux types : « les plages horaires
réservées» et « premier arrivé premier servi » ;
Chapitre I – Programmation opératoire
8
I.2.4.3 Ordonnancement d’affectation (« allocation scheduling»)
Qui consiste à déterminer l’ordre des interventions dans les salles opératoires dans
un bloc opératoire pour une journée.
D’après Margerlein et Martin [1978], nous pouvons aussi diviser
l’ordonnancement d’interventions en deux catégories : dans une première catégorie,
nous visons à estimer au mieux la durée d’opération des interventions afin de diminuer
le risque de non faisabilité du programme opératoire; dans l’autre catégorie, les
interventions sont ordonnancées dans les salles d’opération pour une journée.
Hamilton et Breslawki [1994] listent les dix éléments les plus importants à tenir
en compte dans l’élaboration d’un programme opératoire : nombre des salles
d’opération; nombre des équipements chirurgicaux spécialisés; disponibilité des plages
horaires réservées aux chirurgiens; politique de la programmation opératoire dans un
hôpital ; durées opératoires estimées; temps normal d’ouverture et fermeture des blocs
opératoires; disponibilité d’anesthésistes; limitation des salles liées aux équipements
chirurgicaux; heure de départ assignée aux chirurgiens; les heures supplémentaires
possibles des salles d’opération.
Blake et Carter [1997a, 1997b] ont rajouté un troisième sous-problème ;
l’ordonnancement des ressources extérieures. Celles-ci représentent toutes les
ressources nécessaires pour les interventions mais fournies par des fournisseurs externes
à l’hôpital, comme les équipements chirurgicaux et les autres matériels médicaux. Selon
leur définition, l’ordonnancement des ressources extérieures vise à identifier et réserver
toutes les ressources extérieures aux blocs opératoires pour assurer leurs services aux
patients.
I.2.5 Modèles de programmation opératoire
La construction du programme opératoire est donc très complexe et son processus
est très variable d’un hôpital à un autre. Toutefois, trois modèles ont pu être dégagés
[Marcon 2003a] : la programmation par allocation préalable de plages horaires (« block
scheduling »), la programmation ouverte (« open scheduling »), et la programmation par
allocation et ajustement de plages (« modified block scheduling »). [Patterson,
1996][Kharraja, 2003].
Chapitre I – Programmation opératoire
9
I.2.5.1 Programmation par allocation préalable de plages « block
scheduling »
La programmation par allocation préalable des plages horaires est une
programmation opératoire correspondant à une affectation d’une salle d’opération
durant une période fixée à un et un seul chirurgien. La problématique à traiter pour ce
type de programmation opératoire se compose de deux parties :
 L’allocation préalable de plages horaires à chaque chirurgien (ou unités
chirurgicales) selon leurs disponibilités et préférences [Magerlein et Martin,
1978] [Przasnyski, 1986] [Kennedy, 1992] et [Blake et Carter, 1997a, 1997b] ;
 Remplissage des plages horaires : planification et l’ordonnancement des
interventions selon le chirurgien dans leurs plages horaires réservées.
Durant cette période, seuls les chirurgiens en question peuvent planifier et
ordonnancer leurs interventions dans les plages horaires des salles qui leurs ont été
affectées.
Dès que ces plages horaires sont affectées à un chirurgien pour une période
donnée, elles ne peuvent plus être modifiées excepté lors des négociations et des
redéploiements des plages horaires par la direction de l’établissement hospitalier (par
exemple tous les trois mois ou annuellement). La Figure I.2 présente un exemple de
planning d’affectation de plages horaires de lundi à mardi pour deux salles d'opération
et cinq chirurgiens.
Figure I.2 : Exemple de planning des lundis et mardis pour les 2 salles d’opération du bloc
opératoire (block scheduling)
Chapitre I – Programmation opératoire
10
Ce type de programmation opératoire devient de plus en plus courant dans les
hôpitaux. Il a ses avantages et inconvénients. Dès que les plages horaires ont été
établies, la planification des interventions est plus aisée que dans les autres types de
programmation opératoire et de plus, il n’y a aucun risque pour qu’un chirurgien doive
opérer deux patients en même temps dans deux salles d’opération différentes. Par
ailleurs, les inconvénients sont :
1. La difficulté de construction du plan directeur d’allocation préalable de plages
horaires. Le placement et la taille des plages horaires sont en effet les facteurs
déterminants de la qualité d’allocation des plages horaires. Des plages
surdimensionnées apporteront du confort pour les chirurgiens mais conduiront à
une performance médiocre et des plages juste sou sous dimensionnées risquent, en
cas d’aléas, de provoquer des tensions entre chirurgiens lors du changement de
plages ;
2. La rigidité du programme impose aux chirurgiens une activité à volume constant.
Au risque de voir s’écrouler les performances productives du bloc, il est de la «
responsabilité » des chirurgiens de remplir de façon optimale les plages qui leur sont
réservées et de respecter les durées d’interventions prévues ; 3. La perte de flexibilité
de la planification car les plages horaires ne peuvent pas être modifiées. Donc il peut
arriver que certains chirurgiens doivent refuser des interventions alors que d’autres ne
remplissent pas leurs plages horaires.
I.2.5.2 Programmation ouverte– « open scheduling »
Contrairement à la stratégie du « block scheduling », la programmation ouverte
est une programmation opératoire consistant à construire les plannings d’allocation des
interventions pour une période de planification sans tenir compte des préférences des
chirurgiens .La figure I.3 nous montre un exemple sur cette définition.
Deux approches [Kharraja, 2003] sont appliquées dans les hôpitaux pratiquant ce
type de programmation pour gérer le planning d’allocation des interventions dans un
hôpital :
La règle du FCFS (« First Come First Served », premier arrivé premier servi)
[Patterson, 1996] et la négociation entre les acteurs.
Chapitre I – Programmation opératoire
11
Figure I.3 : Un exemple de planning des lundis et mardis pour les 2 salles d’opération du bloc
opératoire (open scheduling)
I.2.5.3 Stratégies d’ordonnancement :
a. Premier arrivé premier servi - FCFS
Cette approche d’allocation des interventions se fait de manière chronologique
durant toute la période de construction du planning. Ils’ agit d’un « agenda collectif »
[Kharraja, 2003] qui doit être connecté à un système d’information qui collecte les
données sur les durées des interventions réalisées par type et par chirurgien et qui
servira à estimer les durées d’opération des interventions à réaliser.
Cet agenda peut être géré par les secrétariats des différents services chirurgicaux.
Dans le cas du placement d’une intervention occasionnant un dépassement d’horaire, le
responsable du bloc doit être directement alerté, ce qui déclenchera un processus de
régulation dont l’objectif serait l’obtention d’une solution de résolution négociée.
Cette technique présente l’avantage d’être extrêmement simple à mettre en œuvre.
Cette simplification de la construction du planning apporte toutefois des inconvénients.
L’inconvénient majeur est que cette méthode favorise les services chirurgicaux
qui ont une activité planifiée sur du moyen et long terme, par exemple l’ophtalmologie,
la chirurgie plastique ce qui va déranger les autres chirurgiens qui ne peuvent pas
prédire leur agenda à moyen terme. De plus, comme le souligne Kontak-Forsyth et
Grant [1995], cette pratique engendre un fort taux de déprogrammation, une sous-
Chapitre I – Programmation opératoire
12
utilisation des ressources, des dépassements horaires importants et engendre de fortes
tensions entre les chirurgiens ou les services de chirurgie.
b. Négociation entre les acteurs
Compte tenu des inconvénients de la stratégie de FCFS, le programme peut
s’élaborer normalement sous la direction du responsable du bloc opératoire suivant un
processus de négociation entre les différents acteurs.
Kharraja [2003] présente un modèle de processus de construction du programme
opératoire selon son étude effectuée au CHU (Centre Hospitalier Universitaire) de la
Croix Rousse (Lyon).
I.2.5.4 Programmation par allocation et ajustement de plages – « modified
block scheduling »
Le modèle de programmation par allocation et ajustement de plages est une
combinaison des stratégies de « block scheduling » et d’« open scheduling ». Cette
stratégie s’appuie globalement sur les principes de « block scheduling » mais en offrant
plus de flexibilité du fait de sa prise en compte de plusieurs facteurs :
1. Des plages horaires libres pour résorber d’éventuels dépassements horaires ou
surcharge de travail. Généralement, ces plages sont affectées comme pour l’«
open scheduling » par la négociation entre les chirurgiens et le responsable du
bloc ;
2. La possibilité pour un chirurgien de céder une plage horaire (ou une partie)
inutilisée à d’autres chirurgiens. Donc si les chirurgiens ou les unités
chirurgicales n’utilisent pas suffisamment leurs plages horaires réservées dans
une période convenue, par exemple 48 – 72 heures, ils n’ont plus de priorité sur
ces plages horaires et le responsable du bloc peut alors les ajuster pour en faire
bénéficier d’autres chirurgiens ou unités chirurgicales [Malhorta, 2001].
I.2.6 Problématique d’Ordonnancement
Dans les parties précédentes, nous avons présenté le contexte des établissements
hospitaliers, surtout celui des blocs opératoires. Etant donné que le bloc opératoire
constitue le secteur le plus coûteux de l’hôpital, nous allons dans cette recherche tenter
d’améliorer le fonctionnement de ce secteur.
Chapitre I – Programmation opératoire
13
En fait, il y a plusieurs manières d’y arriver, comme la reconfiguration des blocs
opératoires, l’amélioration des systèmes d’information, ou encore l’amélioration des
programmes opératoires. Nous allons nous concentrer sur la gestion de la
programmation opératoire. Comme nous avons dit, la typologie des problèmes
concernant la programmation opératoire est variée et il est impossible de traiter tous les
problèmes concernés. Nous allons donc nous préoccuper des deux politiques de la
programmation opératoire les plus courantes : La programmation par allocation
préalable de plages, « block scheduling », et la programmation ouverte, « open
scheduling ».
Du fait de la difficulté de ces problèmes, nous allons les décomposer en deux
étapes :
1 Etape de planification qui consiste à affecter une date d’opération aux patients
(interventions) dans l’avenir, où nous ne considérons que les ressources les plus
critiques dans le bloc opératoire, à savoir les plages horaires dans les salles
d’opération ;
2 Etape d’ordonnancement définit la dernière étape de gestion. A partir du
planning du bloc, il détermine l’ordre de passage des interventions dans chaque
salle d’opérations dans un bloc opératoire pour une journée. Dans cette étape,
nous élaborons un planning plus détaillé en prenant en compte le fait qu’un
chirurgien ne peut pas effectuer plusieurs opérations en même temps et intégrons
les ressources moins critiques telles que le nombre des lits dans la salle de réveil.
En général, la structure de notre problématique peut être décrite comme ci-
dessous :
a. Problème du « block scheduling »
Premièrement, un modèle mathématique va être construit pour le problème de
planification des interventions sur une semaine. L’objectif de ce problème de
planification est la minimisation du coût des heures de sous-utilisation et des heures
Supplémentaires sous la contrainte de la durée d’ouverture de chaque plage
horaire réservée à un chirurgien. Selon la taille du problème, celui-ci sera résolu par une
approche approximative ou exacte. Dès que le problème de la planification est résolu,
Chapitre I – Programmation opératoire
14
nous obtenons un ensemble d’interventions pour chaque plage horaire réservée dans la
période de planification.
Ensuite, nous allons résoudre le problème d’ordonnancement pour une journée où
la contrainte relative à la disponibilité des lits dans la salle de réveil devra être prise en
compte. C’est un problème à deux étages : des salles d’opération dans le premier étage
et des lits de réveil dans le deuxième étage. L’objectif de ce problème
d’ordonnancement est la minimisation du coût total des heures dans la salle d’opération
et des heures en SSPI.
b. Problème de l’« open scheduling »
Nous allons aussi résoudre le problème d’« Open Scheduling » en deux étapes.
Tout d’abord, un modèle mathématique est construit pour affecter sur une semaine les
interventions aux salles d’opération. L’objectif est le même que celui du problème du «
Block scheduling » : la minimisation des coûts des heures de sous-utilisation et des
heures supplémentaires mais avec comme contrainte la capacité en nombre d’heures de
travail du chirurgien ou en nombre de gestes.
Ensuite, nous allons résoudre le problème de l’ordonnancement. Ce problème est
plus complexe que celui du « Block scheduling » car au lieu de ne traiter que le
problème de l’ordonnancement des interventions pour un seul chirurgien, nous devons
prendre en compte les interventions de tous les chirurgiens et toutes les salles
d’opération disponibles pour ce jour-là.
L’objectif d’optimisation dans le domaine de la programmation opératoire
 Faciliter l’organisation des différents acteurs et optimiser les moyens matériels
et humains
 Acteurs et modalités des réunions de validations
 Programmer des heures pour les interventions urgentes
 Mettre en adéquation avec les unités de soins
I.3 Ordonnancement du bloc opératoire
Étant donné un ensemble d’interventions planifiées pour un jour donné,
l’ordonnancement consiste à fixer l’ordre et l’heure de passage des patients programmés
ainsi que les différentes ressources mobilisées. Les interventions planifiées peuvent être
Chapitre I – Programmation opératoire
15
préalablement affectées à des salles opératoires spécifiques ; cette affectation peut être
remise en cause ou non, selon l’approche d’ordonnancement utilisée.
Les ressources considérées sont essentiellement les salles opératoires et les lits de
la salle de réveil. Cependant, certains travaux prennent en compte d’autres ressources
telles que : les brancardiers, les équipes de nettoyage, les chirurgiens, les infirmiers, et
la salle de soins intensifs.
On distingue deux grandes catégories de travaux : la première catégorie suppose
que le patient peut commencer son réveil dans la salle opératoire si jamais la salle de
réveil est occupée, ce qui peut bloquer la salle opératoire (contrainte de blocage) ; la
deuxième catégorie impose que le réveil commence dans la salle de réveil (contrainte de
non-attente, ou no-wait).
L’objectif de l’ordonnancement est généralement de minimiser le makespan
(Cmax, heure d’achèvement de la dernière opération) de la salle de réveil ou/et des
salles opératoires. Cet objectif est équivalent à minimiser les dépassements horaires
dans les salles opératoires et/ou dans la salle de réveil.
Le problème d’ordonnancement est généralement vu comme un flow-shop à deux
étages avec : Le premier étage représente les salles opératoires avec les chirurgiens
comme ressources principales ; le deuxième étage représente la salle de réveil avec les
infirmiers comme principale ressource. L’objectif est de minimiser le makespan de la
salle de réveil ainsi que le nombre des infirmiers dans cette dernière. Kharraja et al.
(2002) considèrent le problème comme un flow-shop hybride avec contrainte de
blocage ; le patient reste en salle opératoire tant qu’un lit de réveil n’est pas disponible.
I.3.1 Description du problème d’ordonnancement Problème à traiter
N patients (interventions) à ordonnancer dans M1 plages horaires spécialisées
pour le « block scheduling » (salles d’opération identiques pour l’« open scheduling »)
et M2 lits de réveil identiques en SSPI. La figure I.4.
Facteur à optimiser.
Objectif : minimisation du coût total du programme opératoire.
Chapitre I – Programmation opératoire
16
Le patient reste dans la
salle d’opération où il a
été opéré et commence à
s’y réveiller quand il n’y a
aucun lit disponible en
SSPI
Mini cout total
d’opération
Figure I.4 : la description du problème d’ordonnancement
I.4 Conclusion
nous constatons que la programmation opératoire est un problème important dans
un établissement hospitalier mais aussi très complexe concernant les éléments qu’il
implique et les contraintes qu’un programme opératoire réalisé doit respecter, ce dernier
a fait l’objet de nombreux travaux de recherches ; des approches complètes et
complémentaires ont été proposées pour apporter une aide à la programmation
opératoire . Dans la pratique hospitalière, différentes stratégies de programmation
opératoire sont utilisées et aucune n’est vraiment meilleure qu’une autre.

Contenu connexe

Tendances

Cours orl 2ème année. powet pointe
Cours orl  2ème  année. powet pointeCours orl  2ème  année. powet pointe
Cours orl 2ème année. powet pointe
SANOU OURY
 
Gestion UNITE DE SOINS-Chnitef abdelhaq
Gestion UNITE DE SOINS-Chnitef abdelhaqGestion UNITE DE SOINS-Chnitef abdelhaq
Gestion UNITE DE SOINS-Chnitef abdelhaq
abdelhaq chnitef
 
Surveillance d'un patient sous plâtre (rôle de l'aide-soignant)
Surveillance d'un patient sous plâtre (rôle de l'aide-soignant)Surveillance d'un patient sous plâtre (rôle de l'aide-soignant)
Surveillance d'un patient sous plâtre (rôle de l'aide-soignant)
Dr. Yassine BEZZIANE
 
L'assurance obligatoire au Maroc
L'assurance obligatoire au MarocL'assurance obligatoire au Maroc
L'assurance obligatoire au Maroc
PEGAHealth
 
1 examen clinique en salle de travail
1 examen clinique en salle de travail1 examen clinique en salle de travail
1 examen clinique en salle de travail
Idrissou Fmsb
 
Bassin obstetrical [enregistrement automatique]
Bassin obstetrical [enregistrement automatique]Bassin obstetrical [enregistrement automatique]
Bassin obstetrical [enregistrement automatique]
benkourdel mohamed
 
Peh présentation dhsa
Peh présentation dhsaPeh présentation dhsa
Peh présentation dhsa
moha coursante
 
Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)
Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)
Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)
SANAA TOUZAMI
 
Gestion de stock : Croissant Rouge Algérien "Comité Medea"
Gestion de stock : Croissant Rouge Algérien "Comité Medea" Gestion de stock : Croissant Rouge Algérien "Comité Medea"
Gestion de stock : Croissant Rouge Algérien "Comité Medea"
Islem Soualhi
 
Processus et techniques d'inventaire
Processus et techniques d'inventaire Processus et techniques d'inventaire
Processus et techniques d'inventaire Marwoua Ben Salem
 
Code du travail Marocain
Code du travail MarocainCode du travail Marocain
Code du travail Marocain
Omar Kadiri
 
Certificat Universitaire en Gestion Hospitalière
Certificat Universitaire en Gestion HospitalièreCertificat Universitaire en Gestion Hospitalière
Certificat Universitaire en Gestion HospitalièreANTARES CONSULTING
 
Hygiène hospitalière
Hygiène hospitalièreHygiène hospitalière
Hygiène hospitalière
Dr Taoufik Djerboua
 
Le corps humain
Le corps humainLe corps humain
Le corps humain
jlealleon
 
Hemorragies3trimestre
Hemorragies3trimestreHemorragies3trimestre
Hemorragies3trimestrelaamlove
 
Log 2 1-slidshare
Log 2 1-slidshareLog 2 1-slidshare
Log 2 1-slidshare
ENSAM Casablanca
 

Tendances (20)

Cours orl 2ème année. powet pointe
Cours orl  2ème  année. powet pointeCours orl  2ème  année. powet pointe
Cours orl 2ème année. powet pointe
 
Gestion UNITE DE SOINS-Chnitef abdelhaq
Gestion UNITE DE SOINS-Chnitef abdelhaqGestion UNITE DE SOINS-Chnitef abdelhaq
Gestion UNITE DE SOINS-Chnitef abdelhaq
 
Surveillance d'un patient sous plâtre (rôle de l'aide-soignant)
Surveillance d'un patient sous plâtre (rôle de l'aide-soignant)Surveillance d'un patient sous plâtre (rôle de l'aide-soignant)
Surveillance d'un patient sous plâtre (rôle de l'aide-soignant)
 
L'assurance obligatoire au Maroc
L'assurance obligatoire au MarocL'assurance obligatoire au Maroc
L'assurance obligatoire au Maroc
 
Gestion hospitaliere
Gestion hospitaliereGestion hospitaliere
Gestion hospitaliere
 
1 examen clinique en salle de travail
1 examen clinique en salle de travail1 examen clinique en salle de travail
1 examen clinique en salle de travail
 
Bassin obstetrical [enregistrement automatique]
Bassin obstetrical [enregistrement automatique]Bassin obstetrical [enregistrement automatique]
Bassin obstetrical [enregistrement automatique]
 
1 er pas epi info 7
1 er  pas epi info 71 er  pas epi info 7
1 er pas epi info 7
 
Peh présentation dhsa
Peh présentation dhsaPeh présentation dhsa
Peh présentation dhsa
 
Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)
Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)
Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)
 
Gestion de stock : Croissant Rouge Algérien "Comité Medea"
Gestion de stock : Croissant Rouge Algérien "Comité Medea" Gestion de stock : Croissant Rouge Algérien "Comité Medea"
Gestion de stock : Croissant Rouge Algérien "Comité Medea"
 
Gestion hospitaliere
Gestion hospitaliereGestion hospitaliere
Gestion hospitaliere
 
la gestion de stocks
la gestion de stocks la gestion de stocks
la gestion de stocks
 
Processus et techniques d'inventaire
Processus et techniques d'inventaire Processus et techniques d'inventaire
Processus et techniques d'inventaire
 
Code du travail Marocain
Code du travail MarocainCode du travail Marocain
Code du travail Marocain
 
Certificat Universitaire en Gestion Hospitalière
Certificat Universitaire en Gestion HospitalièreCertificat Universitaire en Gestion Hospitalière
Certificat Universitaire en Gestion Hospitalière
 
Hygiène hospitalière
Hygiène hospitalièreHygiène hospitalière
Hygiène hospitalière
 
Le corps humain
Le corps humainLe corps humain
Le corps humain
 
Hemorragies3trimestre
Hemorragies3trimestreHemorragies3trimestre
Hemorragies3trimestre
 
Log 2 1-slidshare
Log 2 1-slidshareLog 2 1-slidshare
Log 2 1-slidshare
 

En vedette

Chap2 ordonnancement
Chap2 ordonnancementChap2 ordonnancement
Chap2 ordonnancement
michel martiz
 
Infirmière de Bloc Opératoire - Chirurgie Biliaire - Rôle de l'IBODE
Infirmière de Bloc Opératoire - Chirurgie Biliaire - Rôle de l'IBODEInfirmière de Bloc Opératoire - Chirurgie Biliaire - Rôle de l'IBODE
Infirmière de Bloc Opératoire - Chirurgie Biliaire - Rôle de l'IBODE
Centre Hepato-Biliaire / AP-HP Hopital Paul Brousse
 
IBODE et Chirurgie biliaire - les temps opératoires
IBODE et Chirurgie biliaire - les temps opératoiresIBODE et Chirurgie biliaire - les temps opératoires
IBODE et Chirurgie biliaire - les temps opératoires
Centre Hepato-Biliaire / AP-HP Hopital Paul Brousse
 
IBODE et Chirurgie Biliaire - Rappels anatomiques et Indications
IBODE et Chirurgie Biliaire - Rappels anatomiques et IndicationsIBODE et Chirurgie Biliaire - Rappels anatomiques et Indications
IBODE et Chirurgie Biliaire - Rappels anatomiques et Indications
Centre Hepato-Biliaire / AP-HP Hopital Paul Brousse
 
Charte de fonctionnement des équipes anesthésiques et chirurgicales
Charte de fonctionnement des équipes anesthésiques et chirurgicalesCharte de fonctionnement des équipes anesthésiques et chirurgicales
Charte de fonctionnement des équipes anesthésiques et chirurgicales
pquentin
 
De l'amour dans le management ?
De l'amour dans le management ?De l'amour dans le management ?
De l'amour dans le management ?
Benoit de SAULCE LATOUR
 
Químiiica del sol
Químiiica del solQuímiiica del sol
Químiiica del solPractiques2
 
Présentation du Progiciel ProPlus.Net:La solution de suivi de production à co...
Présentation du Progiciel ProPlus.Net:La solution de suivi de production à co...Présentation du Progiciel ProPlus.Net:La solution de suivi de production à co...
Présentation du Progiciel ProPlus.Net:La solution de suivi de production à co...
Link Software International
 
00. programa typpv2012
00. programa typpv201200. programa typpv2012
00. programa typpv2012
Carla Melisa Nicolato
 
Communauté onepoint - Architecture
Communauté onepoint - ArchitectureCommunauté onepoint - Architecture
Communauté onepoint - Architecture
GroupeONEPOINT
 
Guia oficial optimizacion motores busqueda SEO
Guia oficial optimizacion motores busqueda SEOGuia oficial optimizacion motores busqueda SEO
Guia oficial optimizacion motores busqueda SEO
CeHis Ltda
 
Generos
GenerosGeneros
Ticsensayo
TicsensayoTicsensayo
C 584 de 2009
C 584 de 2009C 584 de 2009
C 584 de 2009
Elena Tapias
 
Taller (videos)
Taller (videos)Taller (videos)
Taller (videos)
francy
 
Inauguració nova escola de música de sitges al escaan cat ok1
Inauguració nova escola de música de sitges al escaan cat ok1Inauguració nova escola de música de sitges al escaan cat ok1
Inauguració nova escola de música de sitges al escaan cat ok1
VideoPressMedia
 
Twoack 07
Twoack 07Twoack 07
Twoack 07
Nazih Azzouni
 
40 propositions pour simplifier la vie des francais
40 propositions pour simplifier la vie des francais40 propositions pour simplifier la vie des francais
40 propositions pour simplifier la vie des francais
CharenteLibre
 
Actividades de contextualización 5.
Actividades de contextualización 5.Actividades de contextualización 5.
Actividades de contextualización 5.
Pedro José Urgilés Martínez
 
Actividad 03 de sistematizacion
Actividad 03 de sistematizacionActividad 03 de sistematizacion
Actividad 03 de sistematizacion
Jesus Acuña
 

En vedette (20)

Chap2 ordonnancement
Chap2 ordonnancementChap2 ordonnancement
Chap2 ordonnancement
 
Infirmière de Bloc Opératoire - Chirurgie Biliaire - Rôle de l'IBODE
Infirmière de Bloc Opératoire - Chirurgie Biliaire - Rôle de l'IBODEInfirmière de Bloc Opératoire - Chirurgie Biliaire - Rôle de l'IBODE
Infirmière de Bloc Opératoire - Chirurgie Biliaire - Rôle de l'IBODE
 
IBODE et Chirurgie biliaire - les temps opératoires
IBODE et Chirurgie biliaire - les temps opératoiresIBODE et Chirurgie biliaire - les temps opératoires
IBODE et Chirurgie biliaire - les temps opératoires
 
IBODE et Chirurgie Biliaire - Rappels anatomiques et Indications
IBODE et Chirurgie Biliaire - Rappels anatomiques et IndicationsIBODE et Chirurgie Biliaire - Rappels anatomiques et Indications
IBODE et Chirurgie Biliaire - Rappels anatomiques et Indications
 
Charte de fonctionnement des équipes anesthésiques et chirurgicales
Charte de fonctionnement des équipes anesthésiques et chirurgicalesCharte de fonctionnement des équipes anesthésiques et chirurgicales
Charte de fonctionnement des équipes anesthésiques et chirurgicales
 
De l'amour dans le management ?
De l'amour dans le management ?De l'amour dans le management ?
De l'amour dans le management ?
 
Químiiica del sol
Químiiica del solQuímiiica del sol
Químiiica del sol
 
Présentation du Progiciel ProPlus.Net:La solution de suivi de production à co...
Présentation du Progiciel ProPlus.Net:La solution de suivi de production à co...Présentation du Progiciel ProPlus.Net:La solution de suivi de production à co...
Présentation du Progiciel ProPlus.Net:La solution de suivi de production à co...
 
00. programa typpv2012
00. programa typpv201200. programa typpv2012
00. programa typpv2012
 
Communauté onepoint - Architecture
Communauté onepoint - ArchitectureCommunauté onepoint - Architecture
Communauté onepoint - Architecture
 
Guia oficial optimizacion motores busqueda SEO
Guia oficial optimizacion motores busqueda SEOGuia oficial optimizacion motores busqueda SEO
Guia oficial optimizacion motores busqueda SEO
 
Generos
GenerosGeneros
Generos
 
Ticsensayo
TicsensayoTicsensayo
Ticsensayo
 
C 584 de 2009
C 584 de 2009C 584 de 2009
C 584 de 2009
 
Taller (videos)
Taller (videos)Taller (videos)
Taller (videos)
 
Inauguració nova escola de música de sitges al escaan cat ok1
Inauguració nova escola de música de sitges al escaan cat ok1Inauguració nova escola de música de sitges al escaan cat ok1
Inauguració nova escola de música de sitges al escaan cat ok1
 
Twoack 07
Twoack 07Twoack 07
Twoack 07
 
40 propositions pour simplifier la vie des francais
40 propositions pour simplifier la vie des francais40 propositions pour simplifier la vie des francais
40 propositions pour simplifier la vie des francais
 
Actividades de contextualización 5.
Actividades de contextualización 5.Actividades de contextualización 5.
Actividades de contextualización 5.
 
Actividad 03 de sistematizacion
Actividad 03 de sistematizacionActividad 03 de sistematizacion
Actividad 03 de sistematizacion
 

Similaire à Chap1 programation operatoire

Français médical et infirmier: "Intervenir au bloc opératoire" - Exercices 01...
Français médical et infirmier: "Intervenir au bloc opératoire" - Exercices 01...Français médical et infirmier: "Intervenir au bloc opératoire" - Exercices 01...
Français médical et infirmier: "Intervenir au bloc opératoire" - Exercices 01...
Filip Vermeulen
 
Rapport IGAS et IGF sur le développement de l'hospitalisation ambulatoire
Rapport IGAS et IGF sur le développement de l'hospitalisation ambulatoireRapport IGAS et IGF sur le développement de l'hospitalisation ambulatoire
Rapport IGAS et IGF sur le développement de l'hospitalisation ambulatoire
Société Tripalio
 
Uml examen
Uml  examenUml  examen
Uml examen
Majid CHADAD
 
Gestion unite de soins chnitef abdelhaq-hsr-rabat
Gestion unite de soins chnitef abdelhaq-hsr-rabatGestion unite de soins chnitef abdelhaq-hsr-rabat
Gestion unite de soins chnitef abdelhaq-hsr-rabat
abdelhaq chnitef
 
Optimisation flux de patients au bloc opératoire
Optimisation flux de patients au bloc opératoireOptimisation flux de patients au bloc opératoire
Optimisation flux de patients au bloc opératoire
Thierry Dufresne
 
Resah-Editions_Guide-Tierce-Maintenance.pdf
Resah-Editions_Guide-Tierce-Maintenance.pdfResah-Editions_Guide-Tierce-Maintenance.pdf
Resah-Editions_Guide-Tierce-Maintenance.pdf
AbdelahElArabi
 
Rencontres régionales HAS 2012 (Lille) - Chirurgie ambulatoire, vecteur de qu...
Rencontres régionales HAS 2012 (Lille) - Chirurgie ambulatoire, vecteur de qu...Rencontres régionales HAS 2012 (Lille) - Chirurgie ambulatoire, vecteur de qu...
Rencontres régionales HAS 2012 (Lille) - Chirurgie ambulatoire, vecteur de qu...
Haute Autorité de Santé
 
Protocole d’accord de méthode relatif à la deuxième phase de déclinaison des ...
Protocole d’accord de méthode relatif à la deuxième phase de déclinaison des ...Protocole d’accord de méthode relatif à la deuxième phase de déclinaison des ...
Protocole d’accord de méthode relatif à la deuxième phase de déclinaison des ...
Réseau Pro Santé
 
Entre sécurité du circuit du médicament et autonomie du patient.
Entre sécurité du circuit du médicament et autonomie du patient.Entre sécurité du circuit du médicament et autonomie du patient.
Entre sécurité du circuit du médicament et autonomie du patient.
Réseau Pro Santé
 
Hope toulouse
Hope toulouseHope toulouse
Hope toulouse
Amalia Franco Vidal
 
Hope toulouse
Hope toulouseHope toulouse
Hope toulouse
Amalia Franco Vidal
 
Vademecum du M.A.R.
Vademecum du M.A.R.Vademecum du M.A.R.
Vademecum du M.A.R.
samirsharshar
 
« La liste de vérification pour une chirurgie sécuritaire : plus qu’une bonne...
« La liste de vérification pour une chirurgie sécuritaire : plus qu’une bonne...« La liste de vérification pour une chirurgie sécuritaire : plus qu’une bonne...
« La liste de vérification pour une chirurgie sécuritaire : plus qu’une bonne...
Canadian Patient Safety Institute
 
Idcc 2046 avenant emploi aide soignant
Idcc 2046 avenant emploi aide soignantIdcc 2046 avenant emploi aide soignant
Idcc 2046 avenant emploi aide soignant
Léo Guittet
 
Atelier Urologie
Atelier UrologieAtelier Urologie
Atelier Urologie
jpp conseil et management
 
Dispositifs implantables : cheminement d'une prothèse de paroi - AFC mai 2019
Dispositifs implantables : cheminement d'une prothèse de paroi - AFC mai 2019Dispositifs implantables : cheminement d'une prothèse de paroi - AFC mai 2019
Dispositifs implantables : cheminement d'une prothèse de paroi - AFC mai 2019
Association Française de Chirurgie
 
Ensemble Modernisons L’hôpital
Ensemble Modernisons L’hôpitalEnsemble Modernisons L’hôpital
Ensemble Modernisons L’hôpital
Anis Ben Brahim
 
Recherche clinique 30 novembre 2013
Recherche clinique 30 novembre 2013Recherche clinique 30 novembre 2013
Recherche clinique 30 novembre 2013Hervé Faltot
 
Comment démarrer un programme périphérique
Comment démarrer un programme périphériqueComment démarrer un programme périphérique
Comment démarrer un programme périphérique
Hervé Faltot
 
Esp 20101203
Esp 20101203Esp 20101203

Similaire à Chap1 programation operatoire (20)

Français médical et infirmier: "Intervenir au bloc opératoire" - Exercices 01...
Français médical et infirmier: "Intervenir au bloc opératoire" - Exercices 01...Français médical et infirmier: "Intervenir au bloc opératoire" - Exercices 01...
Français médical et infirmier: "Intervenir au bloc opératoire" - Exercices 01...
 
Rapport IGAS et IGF sur le développement de l'hospitalisation ambulatoire
Rapport IGAS et IGF sur le développement de l'hospitalisation ambulatoireRapport IGAS et IGF sur le développement de l'hospitalisation ambulatoire
Rapport IGAS et IGF sur le développement de l'hospitalisation ambulatoire
 
Uml examen
Uml  examenUml  examen
Uml examen
 
Gestion unite de soins chnitef abdelhaq-hsr-rabat
Gestion unite de soins chnitef abdelhaq-hsr-rabatGestion unite de soins chnitef abdelhaq-hsr-rabat
Gestion unite de soins chnitef abdelhaq-hsr-rabat
 
Optimisation flux de patients au bloc opératoire
Optimisation flux de patients au bloc opératoireOptimisation flux de patients au bloc opératoire
Optimisation flux de patients au bloc opératoire
 
Resah-Editions_Guide-Tierce-Maintenance.pdf
Resah-Editions_Guide-Tierce-Maintenance.pdfResah-Editions_Guide-Tierce-Maintenance.pdf
Resah-Editions_Guide-Tierce-Maintenance.pdf
 
Rencontres régionales HAS 2012 (Lille) - Chirurgie ambulatoire, vecteur de qu...
Rencontres régionales HAS 2012 (Lille) - Chirurgie ambulatoire, vecteur de qu...Rencontres régionales HAS 2012 (Lille) - Chirurgie ambulatoire, vecteur de qu...
Rencontres régionales HAS 2012 (Lille) - Chirurgie ambulatoire, vecteur de qu...
 
Protocole d’accord de méthode relatif à la deuxième phase de déclinaison des ...
Protocole d’accord de méthode relatif à la deuxième phase de déclinaison des ...Protocole d’accord de méthode relatif à la deuxième phase de déclinaison des ...
Protocole d’accord de méthode relatif à la deuxième phase de déclinaison des ...
 
Entre sécurité du circuit du médicament et autonomie du patient.
Entre sécurité du circuit du médicament et autonomie du patient.Entre sécurité du circuit du médicament et autonomie du patient.
Entre sécurité du circuit du médicament et autonomie du patient.
 
Hope toulouse
Hope toulouseHope toulouse
Hope toulouse
 
Hope toulouse
Hope toulouseHope toulouse
Hope toulouse
 
Vademecum du M.A.R.
Vademecum du M.A.R.Vademecum du M.A.R.
Vademecum du M.A.R.
 
« La liste de vérification pour une chirurgie sécuritaire : plus qu’une bonne...
« La liste de vérification pour une chirurgie sécuritaire : plus qu’une bonne...« La liste de vérification pour une chirurgie sécuritaire : plus qu’une bonne...
« La liste de vérification pour une chirurgie sécuritaire : plus qu’une bonne...
 
Idcc 2046 avenant emploi aide soignant
Idcc 2046 avenant emploi aide soignantIdcc 2046 avenant emploi aide soignant
Idcc 2046 avenant emploi aide soignant
 
Atelier Urologie
Atelier UrologieAtelier Urologie
Atelier Urologie
 
Dispositifs implantables : cheminement d'une prothèse de paroi - AFC mai 2019
Dispositifs implantables : cheminement d'une prothèse de paroi - AFC mai 2019Dispositifs implantables : cheminement d'une prothèse de paroi - AFC mai 2019
Dispositifs implantables : cheminement d'une prothèse de paroi - AFC mai 2019
 
Ensemble Modernisons L’hôpital
Ensemble Modernisons L’hôpitalEnsemble Modernisons L’hôpital
Ensemble Modernisons L’hôpital
 
Recherche clinique 30 novembre 2013
Recherche clinique 30 novembre 2013Recherche clinique 30 novembre 2013
Recherche clinique 30 novembre 2013
 
Comment démarrer un programme périphérique
Comment démarrer un programme périphériqueComment démarrer un programme périphérique
Comment démarrer un programme périphérique
 
Esp 20101203
Esp 20101203Esp 20101203
Esp 20101203
 

Plus de michel martiz

احكام تجويد القرآن الكريم
احكام تجويد القرآن الكريم احكام تجويد القرآن الكريم
احكام تجويد القرآن الكريم
michel martiz
 
كتاب اقباط مسلمون قبل محمد صلى الله عليه و سلم
كتاب اقباط مسلمون قبل محمد صلى الله عليه و سلمكتاب اقباط مسلمون قبل محمد صلى الله عليه و سلم
كتاب اقباط مسلمون قبل محمد صلى الله عليه و سلم
michel martiz
 
فن ادارة الوقت
فن ادارة الوقتفن ادارة الوقت
فن ادارة الوقت
michel martiz
 
Fasting
FastingFasting
Fasting
michel martiz
 
Conclusion
ConclusionConclusion
Conclusion
michel martiz
 
bibliographie de memoire (ordonnancemt..)
bibliographie de memoire (ordonnancemt..)bibliographie de memoire (ordonnancemt..)
bibliographie de memoire (ordonnancemt..)
michel martiz
 
chap3 conception et implementation
chap3 conception et implementation chap3 conception et implementation
chap3 conception et implementation
michel martiz
 

Plus de michel martiz (8)

احكام تجويد القرآن الكريم
احكام تجويد القرآن الكريم احكام تجويد القرآن الكريم
احكام تجويد القرآن الكريم
 
كتاب اقباط مسلمون قبل محمد صلى الله عليه و سلم
كتاب اقباط مسلمون قبل محمد صلى الله عليه و سلمكتاب اقباط مسلمون قبل محمد صلى الله عليه و سلم
كتاب اقباط مسلمون قبل محمد صلى الله عليه و سلم
 
فن ادارة الوقت
فن ادارة الوقتفن ادارة الوقت
فن ادارة الوقت
 
Fasting
FastingFasting
Fasting
 
Conclusion
ConclusionConclusion
Conclusion
 
bibliographie de memoire (ordonnancemt..)
bibliographie de memoire (ordonnancemt..)bibliographie de memoire (ordonnancemt..)
bibliographie de memoire (ordonnancemt..)
 
Liste de figures
Liste de figuresListe de figures
Liste de figures
 
chap3 conception et implementation
chap3 conception et implementation chap3 conception et implementation
chap3 conception et implementation
 

Dernier

Iris van Herpen. pptx
Iris         van        Herpen.      pptxIris         van        Herpen.      pptx
Iris van Herpen. pptx
Txaruka
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
BenotGeorges3
 
Iris van Herpen. pptx
Iris         van         Herpen.      pptxIris         van         Herpen.      pptx
Iris van Herpen. pptx
Txaruka
 
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
Billy DEYLORD
 
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
cristionobedi
 
Iris van Herpen. pptx
Iris            van        Herpen.     pptxIris            van        Herpen.     pptx
Iris van Herpen. pptx
Txaruka
 
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
M2i Formation
 
Burkina Faso library newsletter May 2024
Burkina Faso library newsletter May 2024Burkina Faso library newsletter May 2024
Burkina Faso library newsletter May 2024
Friends of African Village Libraries
 

Dernier (8)

Iris van Herpen. pptx
Iris         van        Herpen.      pptxIris         van        Herpen.      pptx
Iris van Herpen. pptx
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
 
Iris van Herpen. pptx
Iris         van         Herpen.      pptxIris         van         Herpen.      pptx
Iris van Herpen. pptx
 
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
 
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
 
Iris van Herpen. pptx
Iris            van        Herpen.     pptxIris            van        Herpen.     pptx
Iris van Herpen. pptx
 
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
 
Burkina Faso library newsletter May 2024
Burkina Faso library newsletter May 2024Burkina Faso library newsletter May 2024
Burkina Faso library newsletter May 2024
 

Chap1 programation operatoire

  • 1. Chapitre I – Programmation opératoire 2 I.1 Introduction Le bloc opératoire est un endroit hautement stratégique pour les établissements hospitaliers, le fait qu’il implique les ressources humaines telles que les chirurgiens, anesthésistes, infirmiers spécialisés ainsi que différentes ressources matérielles Dans ce premier chapitre nous parlons de la programmation opératoire et de l’ordonnancement des blocs opératoires. I.2 Système d’Information Hospitalière Le SIH est un cas particulier de système d'information. Le système d'information d’un établissement de santé "[...] peut être défini comme l'ensemble des informations, de leurs règles de circulation et de traitement nécessaires à son fonctionnement quotidien, à ses modes de gestion et d'évaluation ainsi qu'à son processus de décision stratégique ." Le SIH est une des composantes du système d'information de santé. « Le système d'information hospitalier est inséré dans l'organisation "hôpital" en perpétuelle évolution; il est capable, selon des règles et modes opératoires prédéfinis, d'acquérir des données, de les évaluer, de les traiter par des outils informatiques ou organisationnels, de distribuer des informations contenant une forte valeur ajoutée à tous les partenaires internes ou externes de l'établissement, collaborant à une œuvre commune orientée vers un but spécifique, à savoir la prise en charge d'un patient et le rétablissement de celui-ci1. » I.2.1 Définition d’un hôpital Un hôpital est un lieu destiné à prendre en charge des personnes atteintes de pathologies et des traumatismes trop complexes pour pouvoir être traités à domicile ou dans le cabinet de médecin. Dans la plupart des pays développés, par rapport au domicile et au cabinet du médecin, le centre hospitalier présente l'avantage d'avoir :  une surveillance 24 heures sur 24 et sept jours sur sept par du personnel hospitalier médical et paramédical (infirmier ou infirmières, aide- soignant(e)s, etc.) ;  des compétences (médecins spécialistes) et du matériel (plateau technique) pour effectuer les examens et les soins, donc en général des blocs opératoires.
  • 2. Chapitre I – Programmation opératoire 3 I.2.2Bloc opératoire I.2.2.1 Définition Un bloc opératoire est une partie très spécifique de l'hôpital. Il constitue un élément essentiel du plateau technique d’un hôpital. C'est dans cette structure que se déroulent les opérations chirurgicales. C'est un espace propre et sécurisé auquel seuls les professionnels de santé ont accès. Généralement placé au centre d'un hôpital ou d'un service, le bloc opératoire est accessible aux chirurgiens, aux médecins, aux anesthésistes, aux infirmiers, aux aides-soignants, aux radiologues et aux brancardiers. Les blocs opératoires sont soumis à une règlementation stricte et à de nombreux contrôles afin de réduire au maximum les risques d'infection ou de contamination. On peut distinguer deux types de blocs opératoires : mono et pluridisciplinaires. Un bloc opératoire mono disciplinaire est dédié aux activités chirurgicales d’un service donné (Ophtalmologie, Orthopédie, ORL, etc.). Ce type de blocs est généralement caractérisé par un niveau de standardisation faible. Cependant, de nos jours les établissements hospitaliers tendent de plus en plus vers la mutualisation des ressources et optent pour des blocs pluridisciplinaires capables de traiter des patients émanant des différents services. I.2.2.2 Description des blocs opératoires Revel et al. [2003] : « Le bloc opératoire est à l’interface de nombreuses activités : chirurgie, obstétrique, anesthésie, explorations fonctionnelles, radiologie et biologie ». Le bloc opératoire, consistant en salles d’opération et en salles de réveil (dites aussi Salles de Surveillance Post-Interventionnelle, SSPI), Le bloc opératoire représente un univers dans lequel les interventions sont réalisées [Cuviller, 1997a, 1997b]. Les salles opératoires sont les salles où les interventions chirurgicales, proprement dites, sont réalisées. Elles doivent être équipées du matériel chirurgical et anesthésique nécessaire pour le bon déroulement de l’intervention chirurgicale. La salle de réveil contient des lits pour accueillir les patients opérés en phase de réveil, et des dispositifs médicaux permettant de contrôler et de suivre l’état du patient.
  • 3. Chapitre I – Programmation opératoire 4 Figure I.1 : intervention entre le bloc et les autres services I.2.3 Gestion du bloc opératoire La gestion des blocs opératoires devrait pouvoir évoluer rapidement vers des centres de responsabilité dans les établissements publics». Une organisation plus efficiente des blocs opératoires est nécessaire pour mieux utiliser les moyens humains et techniques disponibles et améliorer leur productivité. Figure I.1 montre l’interrelation entre le bloc opératoire et les autres services. I.2.3.1 Processus opératoire Afin de montrer l’interaction du bloc opératoire avec le reste des secteurs de l’hôpital, nous présentons les différentes phases du processus opératoire. Ce dernier peut être décomposé en trois grandes phases :  La phase pré-opératoire : s’étend de la prise en charge du patient jusqu’à son transfert au bloc opératoire pour l’intervention. Durant cette phase, le patient subit des consultations chirurgicales et anesthésiques. Pendant cette phase, une date « provisoire » d’intervention est proposée au patient. Cette date peut être modifiable ou non selon la politique du bloc opératoire.  La phase per-opératoire : correspond au séjour du patient dans le bloc opératoire. Elle couvre la période où le patient entre au bloc jusqu’à ce qu’il
  • 4. Chapitre I – Programmation opératoire 5 quitte la salle de réveil. Le jour de l’intervention, le patient est d’abord transporté par des brancardiers depuis sa chambre à l'hôpital jusqu’à la salle opératoire, il sera ensuite anesthésié et finalement opéré par une équipe chirurgicale. Notons que diverses activités de stérilisation et de préparation des consommables sont réalisées juste avant et après l’intervention. Une fois d’intervention chirurgicale terminée, le patient est transféré à la salle de réveil. Il y séjourne jusqu’au moment où l'anesthésiste l’autorise à retourner dans sa chambre ou il est transféré dans l’unité de soins intensifs et de réanimation.  La phase post-opératoire : à partir de la salle de réveil, le patient est transféré soit vers sa chambre soit vers l’unité des soins intensifs et réanimation si son état présente des complications. Cette phase recouvre l’ensemble des soins nécessaires suite à l’intervention. Pour une description plus détaillée des différentes phases du processus opératoire ainsi que des différentes ressources (humaines et matérielles) impliquées dans la réalisation de chacune de ces phases, nous faisons référence aux travaux de Chaabane (Chaabane, 2004). D’après la description du processus opératoire, on voit bien que le bloc opératoire représente aussi une interface entre plusieurs autres secteurs de l’hôpital, tel que les services d’hospitalisation, l’unité des soins intensifs, les activités de stérilisation, de brancardage et de logistique (approvisionnement en consommables et en matériels divers). I.2.4 Programmation opératoire Le bloc opératoire constitue non seulement le secteur le plus important et le plus coûteux dans la majorité des hôpitaux, mais il est également le service le plus complexe à gérer et à planifier, étant donnés les nombreux aléas, le nombre élevé d’acteurs, la difficulté de standardisation et de coordination des interventions chirurgicales. À fin de gérer et coordonner les différentes activités du bloc opératoire, les établissements hospitaliers utilisent un outil de gestion appelée « programmation opératoire » (Kharraja, 2003 ; Jebali, 2004 ; Chaabane, 2004). Donc, la programmation opératoire appelée est un moyen pour la gestion des blocs opératoires [Kharraja 2003]. Elle consiste à construire un planning prévisionnel des interventions chirurgicales à réaliser pendant une période à partir des demandes des
  • 5. Chapitre I – Programmation opératoire 6 patients. Dans le même ordre d’idées, et/ou aussi à partir des demandes émanant des services chirurgicaux et de prescripteurs externes; la période est période généralement une semaine. Plus précisément, le programme opératoire est une sorte d’agenda précisant pour chaque salle opératoire les patients qui y seront opérés, leur ordre et leurs heures de passage. L’horizon temporel peut aller d’une journée jusqu’à plusieurs semaines. Les interventions programmées peuvent émaner d’un ou plusieurs services chirurgicaux selon le type de bloc mono ou pluridisciplinaire. Les demandes d’intervention peuvent être connues un ou plusieurs mois à l’avance comme dans l’heure qui précède l’établissement du programme opératoire selon la politique adoptée au bloc. De façon générale, nous pouvons dire que l’activité de planification opératoire consiste à organiser au mieux l’activité des différentes salles d’opération de sorte à utiliser les blocs opératoires le plus efficacement possible (minimisation des périodes de temps mort et du recours aux heures supplémentaires), à minimiser les coûts d’utilisation, à satisfaire les besoins des chirurgiens, à satisfaire les besoins des patients, à satisfaire les besoins des autres membres de l’équipe opératoire (personnel infirmier et anesthésistes), à utiliser efficacement les salles de réveil et à atteindre un faible niveau d’annulation. Donc on peut dire que le programme opératoire représente non seulement un outil de gestion interne au bloc opératoire, mais aussi une source d’informations pour d’autres activités de l’hôpital, tel que les services d’hospitalisation, les activités de stérilisation, de brancardage, etc…. I.2.4.1 Eléments du programme opératoire Les éléments importants pour un programme opératoire sont [HAM 94]:  Nombre de salles d’opérations.  Nombre des équipements chirurgicaux spécialisés.  Disponibilité des plages horaires réservées aux chirurgiens.  Modèle de la programmation opératoire dans un hôpital.  Durées opératoires estimées.  Temps normal d’ouverture et fermeture des blocs opératoires.  Disponibilité d’anesthésistes.
  • 6. Chapitre I – Programmation opératoire 7  Limitation des salles liées aux équipements chirurgicaux.  Heure de départ assignée au chirurgien. La programmation opératoire consiste à construire un planning prévisionnel des interventions chirurgicales à réaliser pendant une période, généralement une semaine, à partir des demandes émanant des services chirurgicaux et de prescripteurs externes [FEI 06]. Comme présenté dans [Magerlein et Martin, 1978], la programmation opératoire se décompose de deux sous-problèmes séquentiels : I.2.4.2 Planification à l’avance (« advance scheduling ») Qui consiste à affecter une date d’opération aux patients dans l’avenir. A partir de d’un planning prévisionnel et de la disponibilité du personnel on définit des durées d’ouverture des salles d’opérations du bloc. C’est la deuxième étape de gestion, qui permet d’obtenir les plages horaires d’ouverture des salles. Considérant le planning prévisionnel des interventions, les plages horaires d’ouverture des salles, le planning d’occupation des lits et les agendas des chirurgiens, on effectue la planification du bloc, troisième phase du processus de gestion. A la fin de celle-ci, le planning du bloc est généré. Le planning du bloc devra être validé par les chirurgiens, les médecins anesthésistes réanimateurs et le responsable du bloc opératoire [Bricard 2001]. D’après Margerlein et Martin [1978], le problème de la planification à l’avance peut se séparer en deux catégories de problèmes selon le nombre et le type de contraintes de ressources prises en compte : Dans une catégorie, nous ne prenons en compte que la durée d’ouverture des salles d’opération; dans l’autre catégorie, nous prenons en compte la durée d’ouverture des salles d’opération ainsi que la disponibilité des lits d’hospitalisation. De plus, d’autres chercheurs subdivisent la planification à l’avance, selon les techniques utilisées pour affecter des plages horaires aux chirurgiens, en deux types : « les plages horaires réservées» et « premier arrivé premier servi » ;
  • 7. Chapitre I – Programmation opératoire 8 I.2.4.3 Ordonnancement d’affectation (« allocation scheduling») Qui consiste à déterminer l’ordre des interventions dans les salles opératoires dans un bloc opératoire pour une journée. D’après Margerlein et Martin [1978], nous pouvons aussi diviser l’ordonnancement d’interventions en deux catégories : dans une première catégorie, nous visons à estimer au mieux la durée d’opération des interventions afin de diminuer le risque de non faisabilité du programme opératoire; dans l’autre catégorie, les interventions sont ordonnancées dans les salles d’opération pour une journée. Hamilton et Breslawki [1994] listent les dix éléments les plus importants à tenir en compte dans l’élaboration d’un programme opératoire : nombre des salles d’opération; nombre des équipements chirurgicaux spécialisés; disponibilité des plages horaires réservées aux chirurgiens; politique de la programmation opératoire dans un hôpital ; durées opératoires estimées; temps normal d’ouverture et fermeture des blocs opératoires; disponibilité d’anesthésistes; limitation des salles liées aux équipements chirurgicaux; heure de départ assignée aux chirurgiens; les heures supplémentaires possibles des salles d’opération. Blake et Carter [1997a, 1997b] ont rajouté un troisième sous-problème ; l’ordonnancement des ressources extérieures. Celles-ci représentent toutes les ressources nécessaires pour les interventions mais fournies par des fournisseurs externes à l’hôpital, comme les équipements chirurgicaux et les autres matériels médicaux. Selon leur définition, l’ordonnancement des ressources extérieures vise à identifier et réserver toutes les ressources extérieures aux blocs opératoires pour assurer leurs services aux patients. I.2.5 Modèles de programmation opératoire La construction du programme opératoire est donc très complexe et son processus est très variable d’un hôpital à un autre. Toutefois, trois modèles ont pu être dégagés [Marcon 2003a] : la programmation par allocation préalable de plages horaires (« block scheduling »), la programmation ouverte (« open scheduling »), et la programmation par allocation et ajustement de plages (« modified block scheduling »). [Patterson, 1996][Kharraja, 2003].
  • 8. Chapitre I – Programmation opératoire 9 I.2.5.1 Programmation par allocation préalable de plages « block scheduling » La programmation par allocation préalable des plages horaires est une programmation opératoire correspondant à une affectation d’une salle d’opération durant une période fixée à un et un seul chirurgien. La problématique à traiter pour ce type de programmation opératoire se compose de deux parties :  L’allocation préalable de plages horaires à chaque chirurgien (ou unités chirurgicales) selon leurs disponibilités et préférences [Magerlein et Martin, 1978] [Przasnyski, 1986] [Kennedy, 1992] et [Blake et Carter, 1997a, 1997b] ;  Remplissage des plages horaires : planification et l’ordonnancement des interventions selon le chirurgien dans leurs plages horaires réservées. Durant cette période, seuls les chirurgiens en question peuvent planifier et ordonnancer leurs interventions dans les plages horaires des salles qui leurs ont été affectées. Dès que ces plages horaires sont affectées à un chirurgien pour une période donnée, elles ne peuvent plus être modifiées excepté lors des négociations et des redéploiements des plages horaires par la direction de l’établissement hospitalier (par exemple tous les trois mois ou annuellement). La Figure I.2 présente un exemple de planning d’affectation de plages horaires de lundi à mardi pour deux salles d'opération et cinq chirurgiens. Figure I.2 : Exemple de planning des lundis et mardis pour les 2 salles d’opération du bloc opératoire (block scheduling)
  • 9. Chapitre I – Programmation opératoire 10 Ce type de programmation opératoire devient de plus en plus courant dans les hôpitaux. Il a ses avantages et inconvénients. Dès que les plages horaires ont été établies, la planification des interventions est plus aisée que dans les autres types de programmation opératoire et de plus, il n’y a aucun risque pour qu’un chirurgien doive opérer deux patients en même temps dans deux salles d’opération différentes. Par ailleurs, les inconvénients sont : 1. La difficulté de construction du plan directeur d’allocation préalable de plages horaires. Le placement et la taille des plages horaires sont en effet les facteurs déterminants de la qualité d’allocation des plages horaires. Des plages surdimensionnées apporteront du confort pour les chirurgiens mais conduiront à une performance médiocre et des plages juste sou sous dimensionnées risquent, en cas d’aléas, de provoquer des tensions entre chirurgiens lors du changement de plages ; 2. La rigidité du programme impose aux chirurgiens une activité à volume constant. Au risque de voir s’écrouler les performances productives du bloc, il est de la « responsabilité » des chirurgiens de remplir de façon optimale les plages qui leur sont réservées et de respecter les durées d’interventions prévues ; 3. La perte de flexibilité de la planification car les plages horaires ne peuvent pas être modifiées. Donc il peut arriver que certains chirurgiens doivent refuser des interventions alors que d’autres ne remplissent pas leurs plages horaires. I.2.5.2 Programmation ouverte– « open scheduling » Contrairement à la stratégie du « block scheduling », la programmation ouverte est une programmation opératoire consistant à construire les plannings d’allocation des interventions pour une période de planification sans tenir compte des préférences des chirurgiens .La figure I.3 nous montre un exemple sur cette définition. Deux approches [Kharraja, 2003] sont appliquées dans les hôpitaux pratiquant ce type de programmation pour gérer le planning d’allocation des interventions dans un hôpital : La règle du FCFS (« First Come First Served », premier arrivé premier servi) [Patterson, 1996] et la négociation entre les acteurs.
  • 10. Chapitre I – Programmation opératoire 11 Figure I.3 : Un exemple de planning des lundis et mardis pour les 2 salles d’opération du bloc opératoire (open scheduling) I.2.5.3 Stratégies d’ordonnancement : a. Premier arrivé premier servi - FCFS Cette approche d’allocation des interventions se fait de manière chronologique durant toute la période de construction du planning. Ils’ agit d’un « agenda collectif » [Kharraja, 2003] qui doit être connecté à un système d’information qui collecte les données sur les durées des interventions réalisées par type et par chirurgien et qui servira à estimer les durées d’opération des interventions à réaliser. Cet agenda peut être géré par les secrétariats des différents services chirurgicaux. Dans le cas du placement d’une intervention occasionnant un dépassement d’horaire, le responsable du bloc doit être directement alerté, ce qui déclenchera un processus de régulation dont l’objectif serait l’obtention d’une solution de résolution négociée. Cette technique présente l’avantage d’être extrêmement simple à mettre en œuvre. Cette simplification de la construction du planning apporte toutefois des inconvénients. L’inconvénient majeur est que cette méthode favorise les services chirurgicaux qui ont une activité planifiée sur du moyen et long terme, par exemple l’ophtalmologie, la chirurgie plastique ce qui va déranger les autres chirurgiens qui ne peuvent pas prédire leur agenda à moyen terme. De plus, comme le souligne Kontak-Forsyth et Grant [1995], cette pratique engendre un fort taux de déprogrammation, une sous-
  • 11. Chapitre I – Programmation opératoire 12 utilisation des ressources, des dépassements horaires importants et engendre de fortes tensions entre les chirurgiens ou les services de chirurgie. b. Négociation entre les acteurs Compte tenu des inconvénients de la stratégie de FCFS, le programme peut s’élaborer normalement sous la direction du responsable du bloc opératoire suivant un processus de négociation entre les différents acteurs. Kharraja [2003] présente un modèle de processus de construction du programme opératoire selon son étude effectuée au CHU (Centre Hospitalier Universitaire) de la Croix Rousse (Lyon). I.2.5.4 Programmation par allocation et ajustement de plages – « modified block scheduling » Le modèle de programmation par allocation et ajustement de plages est une combinaison des stratégies de « block scheduling » et d’« open scheduling ». Cette stratégie s’appuie globalement sur les principes de « block scheduling » mais en offrant plus de flexibilité du fait de sa prise en compte de plusieurs facteurs : 1. Des plages horaires libres pour résorber d’éventuels dépassements horaires ou surcharge de travail. Généralement, ces plages sont affectées comme pour l’« open scheduling » par la négociation entre les chirurgiens et le responsable du bloc ; 2. La possibilité pour un chirurgien de céder une plage horaire (ou une partie) inutilisée à d’autres chirurgiens. Donc si les chirurgiens ou les unités chirurgicales n’utilisent pas suffisamment leurs plages horaires réservées dans une période convenue, par exemple 48 – 72 heures, ils n’ont plus de priorité sur ces plages horaires et le responsable du bloc peut alors les ajuster pour en faire bénéficier d’autres chirurgiens ou unités chirurgicales [Malhorta, 2001]. I.2.6 Problématique d’Ordonnancement Dans les parties précédentes, nous avons présenté le contexte des établissements hospitaliers, surtout celui des blocs opératoires. Etant donné que le bloc opératoire constitue le secteur le plus coûteux de l’hôpital, nous allons dans cette recherche tenter d’améliorer le fonctionnement de ce secteur.
  • 12. Chapitre I – Programmation opératoire 13 En fait, il y a plusieurs manières d’y arriver, comme la reconfiguration des blocs opératoires, l’amélioration des systèmes d’information, ou encore l’amélioration des programmes opératoires. Nous allons nous concentrer sur la gestion de la programmation opératoire. Comme nous avons dit, la typologie des problèmes concernant la programmation opératoire est variée et il est impossible de traiter tous les problèmes concernés. Nous allons donc nous préoccuper des deux politiques de la programmation opératoire les plus courantes : La programmation par allocation préalable de plages, « block scheduling », et la programmation ouverte, « open scheduling ». Du fait de la difficulté de ces problèmes, nous allons les décomposer en deux étapes : 1 Etape de planification qui consiste à affecter une date d’opération aux patients (interventions) dans l’avenir, où nous ne considérons que les ressources les plus critiques dans le bloc opératoire, à savoir les plages horaires dans les salles d’opération ; 2 Etape d’ordonnancement définit la dernière étape de gestion. A partir du planning du bloc, il détermine l’ordre de passage des interventions dans chaque salle d’opérations dans un bloc opératoire pour une journée. Dans cette étape, nous élaborons un planning plus détaillé en prenant en compte le fait qu’un chirurgien ne peut pas effectuer plusieurs opérations en même temps et intégrons les ressources moins critiques telles que le nombre des lits dans la salle de réveil. En général, la structure de notre problématique peut être décrite comme ci- dessous : a. Problème du « block scheduling » Premièrement, un modèle mathématique va être construit pour le problème de planification des interventions sur une semaine. L’objectif de ce problème de planification est la minimisation du coût des heures de sous-utilisation et des heures Supplémentaires sous la contrainte de la durée d’ouverture de chaque plage horaire réservée à un chirurgien. Selon la taille du problème, celui-ci sera résolu par une approche approximative ou exacte. Dès que le problème de la planification est résolu,
  • 13. Chapitre I – Programmation opératoire 14 nous obtenons un ensemble d’interventions pour chaque plage horaire réservée dans la période de planification. Ensuite, nous allons résoudre le problème d’ordonnancement pour une journée où la contrainte relative à la disponibilité des lits dans la salle de réveil devra être prise en compte. C’est un problème à deux étages : des salles d’opération dans le premier étage et des lits de réveil dans le deuxième étage. L’objectif de ce problème d’ordonnancement est la minimisation du coût total des heures dans la salle d’opération et des heures en SSPI. b. Problème de l’« open scheduling » Nous allons aussi résoudre le problème d’« Open Scheduling » en deux étapes. Tout d’abord, un modèle mathématique est construit pour affecter sur une semaine les interventions aux salles d’opération. L’objectif est le même que celui du problème du « Block scheduling » : la minimisation des coûts des heures de sous-utilisation et des heures supplémentaires mais avec comme contrainte la capacité en nombre d’heures de travail du chirurgien ou en nombre de gestes. Ensuite, nous allons résoudre le problème de l’ordonnancement. Ce problème est plus complexe que celui du « Block scheduling » car au lieu de ne traiter que le problème de l’ordonnancement des interventions pour un seul chirurgien, nous devons prendre en compte les interventions de tous les chirurgiens et toutes les salles d’opération disponibles pour ce jour-là. L’objectif d’optimisation dans le domaine de la programmation opératoire  Faciliter l’organisation des différents acteurs et optimiser les moyens matériels et humains  Acteurs et modalités des réunions de validations  Programmer des heures pour les interventions urgentes  Mettre en adéquation avec les unités de soins I.3 Ordonnancement du bloc opératoire Étant donné un ensemble d’interventions planifiées pour un jour donné, l’ordonnancement consiste à fixer l’ordre et l’heure de passage des patients programmés ainsi que les différentes ressources mobilisées. Les interventions planifiées peuvent être
  • 14. Chapitre I – Programmation opératoire 15 préalablement affectées à des salles opératoires spécifiques ; cette affectation peut être remise en cause ou non, selon l’approche d’ordonnancement utilisée. Les ressources considérées sont essentiellement les salles opératoires et les lits de la salle de réveil. Cependant, certains travaux prennent en compte d’autres ressources telles que : les brancardiers, les équipes de nettoyage, les chirurgiens, les infirmiers, et la salle de soins intensifs. On distingue deux grandes catégories de travaux : la première catégorie suppose que le patient peut commencer son réveil dans la salle opératoire si jamais la salle de réveil est occupée, ce qui peut bloquer la salle opératoire (contrainte de blocage) ; la deuxième catégorie impose que le réveil commence dans la salle de réveil (contrainte de non-attente, ou no-wait). L’objectif de l’ordonnancement est généralement de minimiser le makespan (Cmax, heure d’achèvement de la dernière opération) de la salle de réveil ou/et des salles opératoires. Cet objectif est équivalent à minimiser les dépassements horaires dans les salles opératoires et/ou dans la salle de réveil. Le problème d’ordonnancement est généralement vu comme un flow-shop à deux étages avec : Le premier étage représente les salles opératoires avec les chirurgiens comme ressources principales ; le deuxième étage représente la salle de réveil avec les infirmiers comme principale ressource. L’objectif est de minimiser le makespan de la salle de réveil ainsi que le nombre des infirmiers dans cette dernière. Kharraja et al. (2002) considèrent le problème comme un flow-shop hybride avec contrainte de blocage ; le patient reste en salle opératoire tant qu’un lit de réveil n’est pas disponible. I.3.1 Description du problème d’ordonnancement Problème à traiter N patients (interventions) à ordonnancer dans M1 plages horaires spécialisées pour le « block scheduling » (salles d’opération identiques pour l’« open scheduling ») et M2 lits de réveil identiques en SSPI. La figure I.4. Facteur à optimiser. Objectif : minimisation du coût total du programme opératoire.
  • 15. Chapitre I – Programmation opératoire 16 Le patient reste dans la salle d’opération où il a été opéré et commence à s’y réveiller quand il n’y a aucun lit disponible en SSPI Mini cout total d’opération Figure I.4 : la description du problème d’ordonnancement I.4 Conclusion nous constatons que la programmation opératoire est un problème important dans un établissement hospitalier mais aussi très complexe concernant les éléments qu’il implique et les contraintes qu’un programme opératoire réalisé doit respecter, ce dernier a fait l’objet de nombreux travaux de recherches ; des approches complètes et complémentaires ont été proposées pour apporter une aide à la programmation opératoire . Dans la pratique hospitalière, différentes stratégies de programmation opératoire sont utilisées et aucune n’est vraiment meilleure qu’une autre.