SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  53
Télécharger pour lire hors ligne
FORMATION CONTINUE
DES MAÎTRES D’ARMES
RHÔNE ALPINS
11 ET 12 SEPTEMBRE 2010
GAVIN GUILLAUME
CTR LYONNAIS
OBJECTIFS
 Connaître les bases physiologiques de l’effort.
 Pratiquer un entraînement construit à partir des
bases physiologiques de l’effort.
 Réfléchir sur la planification annuelle de
l’entraînement pour les minimes.
 Débattre sur le modèle de performance du
fleuret.
I-AVANT-PROPOS
 Pourquoi utiliser des connaissances
scientifiques pour préparer les sportifs ?
 Chaque discipline sollicite des efforts différents
(Volume, intensité, complexité, spécificité).
Ex : sprint 100 vs water polo
 Par conséquent l’entraînement sera différent.
I-AVANT-PROPOS
 Quels sont les domaines scientifiques exploités ?
 Psychologie (ex : concentration au tir à l’arc)
 Physiologie (ex : micro nutrition au marathon)
 Biomécanique (ex : mécanique des forces en saut en hauteur)
 Informatique (ex : statistiques au basket)
 Neurosciences (ex : apprentissage par observation à la gym)
I-AVANT-PROPOS
 Quels sont les avantages et les limites.
 Avantages :
 Cibler l’entraînement en connaissant mieux les facteurs de
performance.
 Suivre les progrès de l’athlète.
 Limites :
 Déshumaniser la performance sportive.
 Oublier la part tactique et créative dans la performance.
I-AVANT-PROPOS
Courbe des records du monde masculins du marathon de 1965 à 2010.
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LE MUSCLE
 Rappel : le fonctionnement du muscle.
 Plusieurs faisceaux
 Plusieurs fibres musculaires (20 à 40).
 2 types de fibres : I ou II (rapide ou lente).
 Des milliers de myofibrilles.
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LE MUSCLE
 Rappel : le fonctionnement du muscle.
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LE MUSCLE
 Rappel : le fonctionnement du muscle.
 Filaments fins : actine .
 Filaments épais avec tête : myosine.
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LE MUSCLE
 Rappel : le fonctionnement du muscle
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 Qu’est ce que l’Adénosine Triphosphate ?
 Molécule découverte en 1929 par Lohmann.
ATP  ADP + P + Energie
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 Comment produire de l’ATP ?
 3 filières énergétiques
 Anaérobie alactique (sans O2)
 Anaérobie lactique (sans O2)
 Aérobie
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 Chaque filière se caractérise par :
 le délai d’apport optimum,
 L’énergie potentielle totale susceptible d’être utilisée,
 Sa puissance métabolique ou quantité maximale
d’énergie fournie par unité de temps,
 Son endurance (% de sa puissance) fournie pendant le
plus long temps possible,
 Ses facteurs limitants,
 La durée nécessaire pour reconstituer les réserves de
départ ou pour éliminer les déchets produits.
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 Courbe d’Howald (1974)
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 Sources d’énergie de la production d’ATP :
 Au repos : hydrates de carbone, graisses
 Exercice musculaire modéré : davantage hydrates de
carbone
 Exercice intense : uniquement hydrates de carbone
 60 à 70% de l’énergie totale dépensée par le corps
humain est dégradée sous forme de chaleur, l’énergie
restante est utilisée pour l’activité musculaire et pour
les opérations cellulaires (croissance, développement
de la masse musculaire…).
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 Vitesse de dégradation des substrats
(mol/min/kg)
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 La filière anaérobie alactique ou système
ATP-CP.
ADP + PCr  ATP + C
Source
d’énergie
Production
d’ATP
Délai de
production
Capacité Puissance
Immédiate 1 PCr = 1 ATP Nul
Très faible
20 à 60 kJ
65 kJ (SHN)
Très élevée
250 à 530 kJ
750 kJ (SHN)
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 La filière anaérobie alactique ou système
ATP-CP.
 Au cours d’exercices intenses, la concentration de
PCr peut être réduite à moins de 30% des taux de
repos.
 Conséquence : la rapidité de la resynthèse est donc
primordiale, notamment dans les exercices
intermittents (ex : escrime).
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 La filière anaérobie alactique ou système
ATP-CP.
 Pour Casey et al, 1996 : la performance dans des
efforts successifs est davantage liée au niveau de
resynthèse de CP qu’au niveau d’acide lactique.
 Il y a une très forte relation entre la baisse de la
créatine phosphate et la déclin de la force au cours
des exercices intenses (ex : fente) (Cooke et al,
1997).
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 La filière anaérobie alactique ou système
ATP-CP.
 Resynthèse de PCr d’après Cazorla :
 70 % en 30 secondes
 84 % en 2 min
 100 % en 8 min
 Si la circulation est coupée, la resynthèse de PCr est
coupée aussi. (Harris, 1976).
 Plus la VO2 max est élevée, plus la resynthèse de PCr
est rapide, (Takaishi 1995).
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 La filière anaérobie alactique ou système
ATP-CP.
 Substrats énergétiques d’un effort maximal de 6s,
Gaitanos et al (1993).
 O2 = 7.5 %
 ATP = 5.5 %
 PCr = 46 %
 Glycolyse = 41 %
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 La filière anaérobie alactique ou système
ATP-CP.
 La dégradation des phosphagènes est supérieure chez
un bon sprinteur que chez un débutant.
 Conséquence : la dégradation des phosphagènes est
un facteur déterminant dans la performance de
vitesse.
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 Méthodes de développement de la filière
anaérobie alactique (Hanon, 2008).
Système Buts Méthodes Intensité Durée Nombre de
répétitions
Séries Récupération
Capacité
anaérobie
alactique
-Améliorer la
possibilité
d’utilisation
de PCr.
- Augmenter
les stocks de
PCr.
Par répétition 95 à 100 %
des
possibilités
maximales
1) 7 à 10 s
2)12 à 20
s
Au total 4 à
10
1 à 3 Passive
1)2 min
2)5 à 10 min
Puissance
anaérobie
alactique
-Augmenter
le nombre de
fibres IIb.
-Augmenter
les enzymes
du système
An Al.
1)Par répétition
2)Musculation
100 % 4 à 7 s 9 à 15 2 à 3 Longue et
passive
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 La filière aérobie.
 But : apporter le + grand débit de production d’ATP
d’origine aérobie.
 Les réactions chimiques ont lieu dans les
mitochondries.
 Solliciter au moins 2/3 de la masse musculaire.
 Facteur limitant : transport et consommation du O2.
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 La filière aérobie.
 Les substrats :
 Hémoglobine
 Myoglobine
 Ces réserves jouent un rôle important dans les
exercices par intervalles et surtout dans
l’intermittent court.
 Hydrates de carbone
 Graisses
 Protéines
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 Quels sont les effets d’un entraînement
aérobie ?
 Entraînement en endurance (effort long et continu)
 de la FC aux intensités testées,
 du volume sanguin,
 du volume éjection systolique,
 des capillaires musculaires * 3.
 Entraînement intermittent (effort court et répétés)
 Idem +
 Enzymes oxydatives des fibres type II
 Enzymes glycolytiques
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 Quel intérêt pour les sports discontinus ?
 Il y a une corrélation entre VO2max et la distance
parcourue en match et le nombre de sprints réalisés
chez les footballeurs.
 8 semaines de développement aérobie :
 + 20% de distance parcourue,
 100 % de sprints en plus.
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 Quel intérêt pour les sports discontinus ?
 Améliorer la vitesse de récupération de la créatine
phosphate,
 Augmenter l’utilisation par les muscles squelettiques du
lactate produit,
 Diminuer la production d’acide lactique à une intensité
sous maximale donnée,
 Améliorer la sortie du lactacte en dehors de la fibre
musculaire,
 Améliorer la capacité tampon du muscle.
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 Méthodes de développement de la filière aérobie
(Hanon, 2008).
Système Buts Méthodes Intensité Durée
Nombre de
répétitions
Série Récupération
Capacité
aérobie
Améliorer la
capillarisatio
n, le VES, les
seuils aérobie
et anaérobie,
le taux de
glycogène
stocké, la
lipolyse
1)Endurance
fondamentale
2)Longue durée
3)Longue
distance
continue
1)60 à 70 %
PMA
2)70 à 80
PMA
3)85 à 95
PMA
1)> 60
min
2)40‘à 60’
3)20’ à 40’
Séance totale
Puissance
aérobie
A méliorer la
capillarisatio
n, le système
enzymatique
oxydatif, le
transport de
l’O2
Travail
discontinu
sollicitant le
système
aérobie au
maximum
95 à 105 %
PMA
Des
intervalles
de 3’ à 6’
50 ’’ à 90’’
10’’ à 15’’
3 à 10
10 à 30
1 à 3
Durée < ou = à
celle de l’exercice
Intensité 30 à
70% PMA
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 Quelle méthode de développement de la VO2max
faut-il privilégier ?
 Travail continu
ou
 Travail discontinu court ou long
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 Quelle méthode de développement de la VO2max
faut-il privilégier ?
L’intérêt de l’intermittent réside dans le fait
d’augmenter la durée de travail et donc du temps passé
à VO2max.
Essen (1978)
100 % VMA en continu : 7 min = 15/15 à 100% VMA : 60 min
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 Quelle méthode de développement de la VO2max
faut-il privilégier ?
 Gorostiaga et al (1991)
 Une augmentation de VO2max plus importante après 24
heures d’IT 30:30 à 100% VO2max qu’après exercices
continus de 40 min à 70% VO2max.
 Tabata et al (1996)
 IT (court et intense) augmente VO2max et capacité
anaérobie.
 Travail continu augmente seulement VO2max.
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 Quelle méthode de développement de la VO2max
faut-il privilégier ? (Conclusion)
 Quand le but est d’améliorer la « santé » avec un impact
modéré sur VO2max et négligeable sur le système
anaérobie, choisir une forme de développement :
 Qui sollicite une masse musculaire importante,
 Mécaniquement non traumatisantes (sports portés : vélo),
 Proposer des footings ou sorties vélos de 20 à 60 min à 75/80% de
VO2max.
 Quand le but est de développer VO2max ou PMA, choisir
une forme de développement :
 De type intermittent,
 Proche de l’activité de compétition (même groupes musculaires).
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : LES FILIERES
ENERGETIQUES
 Qu’est ce que la Puissance Maximale Aérobie ?
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : L’ECHAUFFEMENT
 Quel intérêt de s’échauffer ?
 Augmentation du rythme cardiaque.
 Vasodilatation.
 Augmentation du nombre de cycle ventilatoire.
 Limiter la dette d’oxygène.
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : L’ECHAUFFEMENT
 Quel intérêt de s’échauffer ?
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : EN ESCRIME
En escrime ??
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : EN ESCRIME
 H. LESEUR : 4 facteurs de performance.
Technique
Physique
Mental
Tactique
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : EN ESCRIME
 H. LESEUR : 4 facteurs de performance.
Physique
Physiologie
Biomécanique
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : EN ESCRIME
 Les évolutions récentes.
 Evolution de la pratique avec les nouvelles normes
(T 2005).
 Diminution de l’intensité physique au profit de la
technique.
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : EN ESCRIME
 3 armes = 3 sollicitations différentes.
 Sabre : dominante vitesse
 Fleuret : dominante endurance / vitesse
 Epée : dominante endurance
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : EN ESCRIME
 Fleuret : dominante endurance / vitesse.
 Efforts intermittents (Allez ! / Halte ! / Allez !).
 5 secondes à 40 secondes.
 Intensité moyenne  VO2max.
 Pic d’intensité lors des actions offensives et
défensives (1 à 5 secondes).
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : EN ESCRIME
 Au fleuret : filières énergétiques.
 Effort supra maximal : filière anaérobie alactique.
 Effort sous maximal : filière anaérobie.
II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE
L’EFFORT : EN ESCRIME
 Au fleuret : conséquences pratiques
 Développement de la VO2max
 Effort intermittent :
30 : 30
30 : 15
15 : 15
60 : 30
 Développement de filière anaérobie alactique
 Effort supra max :
1’’ à 7’’
15’’ à 30’’
III- L’ENTRAÎNEMENT A PARTIR DES
BASES PHYSIOLOGIQUES
 Echauffement : 10 min
 Fondamentaux :
3 séries de travail intermittent = 6 min ; R = 6 min
 Leçons individuelles :
VO2max
Filière anaérobie alactique
 Assauts :
VO2max
IV- LA PLANIFICATION DE
L’ENTRAINEMENT
 La notion de charge.
 Charge interne vs Charge externe
 Système VICS :
 Volume
 Intensité
 Complexité
 Spécificité
IV- LA PLANIFICATION DE
L’ENTRAINEMENT
 La notion d’adaptation
IV- LA PLANIFICATION DE
L’ENTRAINEMENT
 La notion d’adaptation
IV- LA PLANIFICATION DE
L’ENTRAINEMENT
 La notion d’adaptation.
IV- LA PLANIFICATION DE
L’ENTRAINEMENT
 La planification.
 Notion de périodisation
 cycle,
 mésocycle,
 macrocycle,
 microcycle,
 Séance.
 Notion de programmation

Contenu connexe

Tendances

Entrenamiento y preparacion fisica en el futbol
Entrenamiento y preparacion fisica en el futbolEntrenamiento y preparacion fisica en el futbol
Entrenamiento y preparacion fisica en el futbol
322619
 
Plan annuel nov 09
Plan annuel nov 09Plan annuel nov 09
Plan annuel nov 09
BAHIUSMA
 
Grands principes de la musculation
Grands principes de la musculationGrands principes de la musculation
Grands principes de la musculation
cenlaser
 
Porteros mesociclo competitivo 2
Porteros mesociclo competitivo 2Porteros mesociclo competitivo 2
Porteros mesociclo competitivo 2
WILLY FDEZ
 
metodos de treino da forca reactiva (especific
metodos de treino da forca reactiva (especificmetodos de treino da forca reactiva (especific
metodos de treino da forca reactiva (especific
Silas Paixao
 
Semana 1 septiembre
Semana 1 septiembreSemana 1 septiembre
Semana 1 septiembre
WILLY FDEZ
 

Tendances (20)

Entrenamiento y preparacion fisica en el futbol
Entrenamiento y preparacion fisica en el futbolEntrenamiento y preparacion fisica en el futbol
Entrenamiento y preparacion fisica en el futbol
 
Periodização Tática - Exercícios
Periodização Tática - ExercíciosPeriodização Tática - Exercícios
Periodização Tática - Exercícios
 
2019 핸드볼 지도자 아카데미_운동 제어B
2019 핸드볼 지도자 아카데미_운동 제어B2019 핸드볼 지도자 아카데미_운동 제어B
2019 핸드볼 지도자 아카데미_운동 제어B
 
Basketball: Re-Conditioning After Injury
Basketball: Re-Conditioning After InjuryBasketball: Re-Conditioning After Injury
Basketball: Re-Conditioning After Injury
 
La rééducation du genou du sportif : Rééducation ou Réathlètisation ? - Jean-...
La rééducation du genou du sportif : Rééducation ou Réathlètisation ? - Jean-...La rééducation du genou du sportif : Rééducation ou Réathlètisation ? - Jean-...
La rééducation du genou du sportif : Rééducation ou Réathlètisation ? - Jean-...
 
Plan annuel nov 09
Plan annuel nov 09Plan annuel nov 09
Plan annuel nov 09
 
Manual natação profissional, 102 páginas
Manual natação profissional, 102 páginas Manual natação profissional, 102 páginas
Manual natação profissional, 102 páginas
 
Apresentação1
Apresentação1Apresentação1
Apresentação1
 
Pretemporada
PretemporadaPretemporada
Pretemporada
 
Exercício de igualdade e superioridade em Futsal
Exercício de igualdade e superioridade em FutsalExercício de igualdade e superioridade em Futsal
Exercício de igualdade e superioridade em Futsal
 
Ginástica acrobática
Ginástica acrobáticaGinástica acrobática
Ginástica acrobática
 
Puro entrenamiento. Zona Media.
Puro entrenamiento. Zona Media.Puro entrenamiento. Zona Media.
Puro entrenamiento. Zona Media.
 
Grands principes de la musculation
Grands principes de la musculationGrands principes de la musculation
Grands principes de la musculation
 
Porteros mesociclo competitivo 2
Porteros mesociclo competitivo 2Porteros mesociclo competitivo 2
Porteros mesociclo competitivo 2
 
metodos de treino da forca reactiva (especific
metodos de treino da forca reactiva (especificmetodos de treino da forca reactiva (especific
metodos de treino da forca reactiva (especific
 
Exemple de cycle N3, seconde.
Exemple de cycle N3, seconde. Exemple de cycle N3, seconde.
Exemple de cycle N3, seconde.
 
Semana 1 septiembre
Semana 1 septiembreSemana 1 septiembre
Semana 1 septiembre
 
Programação, Periodização e Planificação do Treino de Futebol
Programação, Periodização e Planificação do Treino de FutebolProgramação, Periodização e Planificação do Treino de Futebol
Programação, Periodização e Planificação do Treino de Futebol
 
Pagine da calcio programmazione allenamento allievi
Pagine da calcio programmazione allenamento allieviPagine da calcio programmazione allenamento allievi
Pagine da calcio programmazione allenamento allievi
 
#TecumsehTalks - Anjo Coppus Presentation Part 1 and 2 (Tactical Periodizatio...
#TecumsehTalks - Anjo Coppus Presentation Part 1 and 2 (Tactical Periodizatio...#TecumsehTalks - Anjo Coppus Presentation Part 1 and 2 (Tactical Periodizatio...
#TecumsehTalks - Anjo Coppus Presentation Part 1 and 2 (Tactical Periodizatio...
 

En vedette (6)

Programme de préparation des sportifs de haut niveau MJS Maroc
Programme de préparation des sportifs de haut niveau MJS MarocProgramme de préparation des sportifs de haut niveau MJS Maroc
Programme de préparation des sportifs de haut niveau MJS Maroc
 
Starcraft ii
Starcraft iiStarcraft ii
Starcraft ii
 
Power point escrime
Power point escrimePower point escrime
Power point escrime
 
15 Common Myths you were taught to believe about Cars
15 Common Myths you were taught to believe about Cars15 Common Myths you were taught to believe about Cars
15 Common Myths you were taught to believe about Cars
 
Projet gerland escrime
Projet gerland escrimeProjet gerland escrime
Projet gerland escrime
 
How to Become a Thought Leader in Your Niche
How to Become a Thought Leader in Your NicheHow to Become a Thought Leader in Your Niche
How to Become a Thought Leader in Your Niche
 

Similaire à Formation continue des maîtres d’armes rhône alpins

Cazorla bases bioenergetiques cours masters bordeaux
Cazorla bases bioenergetiques   cours masters bordeauxCazorla bases bioenergetiques   cours masters bordeaux
Cazorla bases bioenergetiques cours masters bordeaux
jlgotelli
 

Similaire à Formation continue des maîtres d’armes rhône alpins (20)

Les sources energétiques de la resynthese de l'atp a  la contraction muscul...
Les sources energétiques   de la resynthese de l'atp a  la contraction muscul...Les sources energétiques   de la resynthese de l'atp a  la contraction muscul...
Les sources energétiques de la resynthese de l'atp a  la contraction muscul...
 
Entraînement polarisé
Entraînement polariséEntraînement polarisé
Entraînement polarisé
 
L'entraînement cardiovasculaire
L'entraînement cardiovasculaireL'entraînement cardiovasculaire
L'entraînement cardiovasculaire
 
Atelier JFK2009 Burtin
Atelier JFK2009 BurtinAtelier JFK2009 Burtin
Atelier JFK2009 Burtin
 
02_-_Preparation_Physique.pptx
02_-_Preparation_Physique.pptx02_-_Preparation_Physique.pptx
02_-_Preparation_Physique.pptx
 
HANDBALL - Analyse de l'activité
HANDBALL - Analyse de l'activitéHANDBALL - Analyse de l'activité
HANDBALL - Analyse de l'activité
 
Physiologie de l'effort.
Physiologie de l'effort.Physiologie de l'effort.
Physiologie de l'effort.
 
Comment améliorer la qualité de la force
Comment améliorer la qualité de la forceComment améliorer la qualité de la force
Comment améliorer la qualité de la force
 
Cazorla bases bioenergetiques cours masters bordeaux
Cazorla bases bioenergetiques   cours masters bordeauxCazorla bases bioenergetiques   cours masters bordeaux
Cazorla bases bioenergetiques cours masters bordeaux
 
L'ENTRAINEMENT DES MUSCLES RESPIRATOIRES
L'ENTRAINEMENT DES MUSCLES RESPIRATOIRESL'ENTRAINEMENT DES MUSCLES RESPIRATOIRES
L'ENTRAINEMENT DES MUSCLES RESPIRATOIRES
 
Course a pied et physiologie
Course a pied et physiologieCourse a pied et physiologie
Course a pied et physiologie
 
intégration tissulaire 2020 final
intégration tissulaire  2020  finalintégration tissulaire  2020  final
intégration tissulaire 2020 final
 
Entraînement combiné force_endurance
Entraînement combiné force_enduranceEntraînement combiné force_endurance
Entraînement combiné force_endurance
 
Vo2 et vma de la théorie à la pratique
Vo2 et vma   de la théorie à la pratiqueVo2 et vma   de la théorie à la pratique
Vo2 et vma de la théorie à la pratique
 
Dopage sous controle
Dopage sous controleDopage sous controle
Dopage sous controle
 
Périodisation pour la perte de poids v2 (canfitpro)
Périodisation pour la perte de poids v2 (canfitpro)Périodisation pour la perte de poids v2 (canfitpro)
Périodisation pour la perte de poids v2 (canfitpro)
 
Cas concrets planification rugby à 7
Cas concrets planification rugby à 7Cas concrets planification rugby à 7
Cas concrets planification rugby à 7
 
Plan entrainement Marathon !
Plan entrainement Marathon !Plan entrainement Marathon !
Plan entrainement Marathon !
 
Preparation physique du chien de sport
Preparation physique du chien de sportPreparation physique du chien de sport
Preparation physique du chien de sport
 
Physiologie hommes femmes dr jeremie bertin
Physiologie hommes femmes   dr jeremie bertinPhysiologie hommes femmes   dr jeremie bertin
Physiologie hommes femmes dr jeremie bertin
 

Formation continue des maîtres d’armes rhône alpins

  • 1. FORMATION CONTINUE DES MAÎTRES D’ARMES RHÔNE ALPINS 11 ET 12 SEPTEMBRE 2010 GAVIN GUILLAUME CTR LYONNAIS
  • 2. OBJECTIFS  Connaître les bases physiologiques de l’effort.  Pratiquer un entraînement construit à partir des bases physiologiques de l’effort.  Réfléchir sur la planification annuelle de l’entraînement pour les minimes.  Débattre sur le modèle de performance du fleuret.
  • 3. I-AVANT-PROPOS  Pourquoi utiliser des connaissances scientifiques pour préparer les sportifs ?  Chaque discipline sollicite des efforts différents (Volume, intensité, complexité, spécificité). Ex : sprint 100 vs water polo  Par conséquent l’entraînement sera différent.
  • 4. I-AVANT-PROPOS  Quels sont les domaines scientifiques exploités ?  Psychologie (ex : concentration au tir à l’arc)  Physiologie (ex : micro nutrition au marathon)  Biomécanique (ex : mécanique des forces en saut en hauteur)  Informatique (ex : statistiques au basket)  Neurosciences (ex : apprentissage par observation à la gym)
  • 5. I-AVANT-PROPOS  Quels sont les avantages et les limites.  Avantages :  Cibler l’entraînement en connaissant mieux les facteurs de performance.  Suivre les progrès de l’athlète.  Limites :  Déshumaniser la performance sportive.  Oublier la part tactique et créative dans la performance.
  • 6. I-AVANT-PROPOS Courbe des records du monde masculins du marathon de 1965 à 2010.
  • 7. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LE MUSCLE  Rappel : le fonctionnement du muscle.  Plusieurs faisceaux  Plusieurs fibres musculaires (20 à 40).  2 types de fibres : I ou II (rapide ou lente).  Des milliers de myofibrilles.
  • 8. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LE MUSCLE  Rappel : le fonctionnement du muscle.
  • 9. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LE MUSCLE  Rappel : le fonctionnement du muscle.  Filaments fins : actine .  Filaments épais avec tête : myosine.
  • 10. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LE MUSCLE  Rappel : le fonctionnement du muscle
  • 11. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  Qu’est ce que l’Adénosine Triphosphate ?  Molécule découverte en 1929 par Lohmann. ATP  ADP + P + Energie
  • 12. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  Comment produire de l’ATP ?  3 filières énergétiques  Anaérobie alactique (sans O2)  Anaérobie lactique (sans O2)  Aérobie
  • 13. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  Chaque filière se caractérise par :  le délai d’apport optimum,  L’énergie potentielle totale susceptible d’être utilisée,  Sa puissance métabolique ou quantité maximale d’énergie fournie par unité de temps,  Son endurance (% de sa puissance) fournie pendant le plus long temps possible,  Ses facteurs limitants,  La durée nécessaire pour reconstituer les réserves de départ ou pour éliminer les déchets produits.
  • 14. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES
  • 15. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  Courbe d’Howald (1974)
  • 16. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  Sources d’énergie de la production d’ATP :  Au repos : hydrates de carbone, graisses  Exercice musculaire modéré : davantage hydrates de carbone  Exercice intense : uniquement hydrates de carbone  60 à 70% de l’énergie totale dépensée par le corps humain est dégradée sous forme de chaleur, l’énergie restante est utilisée pour l’activité musculaire et pour les opérations cellulaires (croissance, développement de la masse musculaire…).
  • 17. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  Vitesse de dégradation des substrats (mol/min/kg)
  • 18. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  La filière anaérobie alactique ou système ATP-CP. ADP + PCr  ATP + C Source d’énergie Production d’ATP Délai de production Capacité Puissance Immédiate 1 PCr = 1 ATP Nul Très faible 20 à 60 kJ 65 kJ (SHN) Très élevée 250 à 530 kJ 750 kJ (SHN)
  • 19. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  La filière anaérobie alactique ou système ATP-CP.  Au cours d’exercices intenses, la concentration de PCr peut être réduite à moins de 30% des taux de repos.  Conséquence : la rapidité de la resynthèse est donc primordiale, notamment dans les exercices intermittents (ex : escrime).
  • 20. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  La filière anaérobie alactique ou système ATP-CP.  Pour Casey et al, 1996 : la performance dans des efforts successifs est davantage liée au niveau de resynthèse de CP qu’au niveau d’acide lactique.  Il y a une très forte relation entre la baisse de la créatine phosphate et la déclin de la force au cours des exercices intenses (ex : fente) (Cooke et al, 1997).
  • 21. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  La filière anaérobie alactique ou système ATP-CP.  Resynthèse de PCr d’après Cazorla :  70 % en 30 secondes  84 % en 2 min  100 % en 8 min  Si la circulation est coupée, la resynthèse de PCr est coupée aussi. (Harris, 1976).  Plus la VO2 max est élevée, plus la resynthèse de PCr est rapide, (Takaishi 1995).
  • 22. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  La filière anaérobie alactique ou système ATP-CP.  Substrats énergétiques d’un effort maximal de 6s, Gaitanos et al (1993).  O2 = 7.5 %  ATP = 5.5 %  PCr = 46 %  Glycolyse = 41 %
  • 23. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  La filière anaérobie alactique ou système ATP-CP.  La dégradation des phosphagènes est supérieure chez un bon sprinteur que chez un débutant.  Conséquence : la dégradation des phosphagènes est un facteur déterminant dans la performance de vitesse.
  • 24. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  Méthodes de développement de la filière anaérobie alactique (Hanon, 2008). Système Buts Méthodes Intensité Durée Nombre de répétitions Séries Récupération Capacité anaérobie alactique -Améliorer la possibilité d’utilisation de PCr. - Augmenter les stocks de PCr. Par répétition 95 à 100 % des possibilités maximales 1) 7 à 10 s 2)12 à 20 s Au total 4 à 10 1 à 3 Passive 1)2 min 2)5 à 10 min Puissance anaérobie alactique -Augmenter le nombre de fibres IIb. -Augmenter les enzymes du système An Al. 1)Par répétition 2)Musculation 100 % 4 à 7 s 9 à 15 2 à 3 Longue et passive
  • 25. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  La filière aérobie.  But : apporter le + grand débit de production d’ATP d’origine aérobie.  Les réactions chimiques ont lieu dans les mitochondries.  Solliciter au moins 2/3 de la masse musculaire.  Facteur limitant : transport et consommation du O2.
  • 26. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  La filière aérobie.  Les substrats :  Hémoglobine  Myoglobine  Ces réserves jouent un rôle important dans les exercices par intervalles et surtout dans l’intermittent court.  Hydrates de carbone  Graisses  Protéines
  • 28. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  Quels sont les effets d’un entraînement aérobie ?  Entraînement en endurance (effort long et continu)  de la FC aux intensités testées,  du volume sanguin,  du volume éjection systolique,  des capillaires musculaires * 3.  Entraînement intermittent (effort court et répétés)  Idem +  Enzymes oxydatives des fibres type II  Enzymes glycolytiques
  • 29. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  Quel intérêt pour les sports discontinus ?  Il y a une corrélation entre VO2max et la distance parcourue en match et le nombre de sprints réalisés chez les footballeurs.  8 semaines de développement aérobie :  + 20% de distance parcourue,  100 % de sprints en plus.
  • 30. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  Quel intérêt pour les sports discontinus ?  Améliorer la vitesse de récupération de la créatine phosphate,  Augmenter l’utilisation par les muscles squelettiques du lactate produit,  Diminuer la production d’acide lactique à une intensité sous maximale donnée,  Améliorer la sortie du lactacte en dehors de la fibre musculaire,  Améliorer la capacité tampon du muscle.
  • 31. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  Méthodes de développement de la filière aérobie (Hanon, 2008). Système Buts Méthodes Intensité Durée Nombre de répétitions Série Récupération Capacité aérobie Améliorer la capillarisatio n, le VES, les seuils aérobie et anaérobie, le taux de glycogène stocké, la lipolyse 1)Endurance fondamentale 2)Longue durée 3)Longue distance continue 1)60 à 70 % PMA 2)70 à 80 PMA 3)85 à 95 PMA 1)> 60 min 2)40‘à 60’ 3)20’ à 40’ Séance totale Puissance aérobie A méliorer la capillarisatio n, le système enzymatique oxydatif, le transport de l’O2 Travail discontinu sollicitant le système aérobie au maximum 95 à 105 % PMA Des intervalles de 3’ à 6’ 50 ’’ à 90’’ 10’’ à 15’’ 3 à 10 10 à 30 1 à 3 Durée < ou = à celle de l’exercice Intensité 30 à 70% PMA
  • 32. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  Quelle méthode de développement de la VO2max faut-il privilégier ?  Travail continu ou  Travail discontinu court ou long
  • 33. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  Quelle méthode de développement de la VO2max faut-il privilégier ? L’intérêt de l’intermittent réside dans le fait d’augmenter la durée de travail et donc du temps passé à VO2max. Essen (1978) 100 % VMA en continu : 7 min = 15/15 à 100% VMA : 60 min
  • 34. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  Quelle méthode de développement de la VO2max faut-il privilégier ?  Gorostiaga et al (1991)  Une augmentation de VO2max plus importante après 24 heures d’IT 30:30 à 100% VO2max qu’après exercices continus de 40 min à 70% VO2max.  Tabata et al (1996)  IT (court et intense) augmente VO2max et capacité anaérobie.  Travail continu augmente seulement VO2max.
  • 35. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  Quelle méthode de développement de la VO2max faut-il privilégier ? (Conclusion)  Quand le but est d’améliorer la « santé » avec un impact modéré sur VO2max et négligeable sur le système anaérobie, choisir une forme de développement :  Qui sollicite une masse musculaire importante,  Mécaniquement non traumatisantes (sports portés : vélo),  Proposer des footings ou sorties vélos de 20 à 60 min à 75/80% de VO2max.  Quand le but est de développer VO2max ou PMA, choisir une forme de développement :  De type intermittent,  Proche de l’activité de compétition (même groupes musculaires).
  • 36. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES
  • 37. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : LES FILIERES ENERGETIQUES  Qu’est ce que la Puissance Maximale Aérobie ?
  • 38. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : L’ECHAUFFEMENT  Quel intérêt de s’échauffer ?  Augmentation du rythme cardiaque.  Vasodilatation.  Augmentation du nombre de cycle ventilatoire.  Limiter la dette d’oxygène.
  • 39. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : L’ECHAUFFEMENT  Quel intérêt de s’échauffer ?
  • 40. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : EN ESCRIME En escrime ??
  • 41. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : EN ESCRIME  H. LESEUR : 4 facteurs de performance. Technique Physique Mental Tactique
  • 42. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : EN ESCRIME  H. LESEUR : 4 facteurs de performance. Physique Physiologie Biomécanique
  • 43. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : EN ESCRIME  Les évolutions récentes.  Evolution de la pratique avec les nouvelles normes (T 2005).  Diminution de l’intensité physique au profit de la technique.
  • 44. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : EN ESCRIME  3 armes = 3 sollicitations différentes.  Sabre : dominante vitesse  Fleuret : dominante endurance / vitesse  Epée : dominante endurance
  • 45. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : EN ESCRIME  Fleuret : dominante endurance / vitesse.  Efforts intermittents (Allez ! / Halte ! / Allez !).  5 secondes à 40 secondes.  Intensité moyenne  VO2max.  Pic d’intensité lors des actions offensives et défensives (1 à 5 secondes).
  • 46. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : EN ESCRIME  Au fleuret : filières énergétiques.  Effort supra maximal : filière anaérobie alactique.  Effort sous maximal : filière anaérobie.
  • 47. II-LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’EFFORT : EN ESCRIME  Au fleuret : conséquences pratiques  Développement de la VO2max  Effort intermittent : 30 : 30 30 : 15 15 : 15 60 : 30  Développement de filière anaérobie alactique  Effort supra max : 1’’ à 7’’ 15’’ à 30’’
  • 48. III- L’ENTRAÎNEMENT A PARTIR DES BASES PHYSIOLOGIQUES  Echauffement : 10 min  Fondamentaux : 3 séries de travail intermittent = 6 min ; R = 6 min  Leçons individuelles : VO2max Filière anaérobie alactique  Assauts : VO2max
  • 49. IV- LA PLANIFICATION DE L’ENTRAINEMENT  La notion de charge.  Charge interne vs Charge externe  Système VICS :  Volume  Intensité  Complexité  Spécificité
  • 50. IV- LA PLANIFICATION DE L’ENTRAINEMENT  La notion d’adaptation
  • 51. IV- LA PLANIFICATION DE L’ENTRAINEMENT  La notion d’adaptation
  • 52. IV- LA PLANIFICATION DE L’ENTRAINEMENT  La notion d’adaptation.
  • 53. IV- LA PLANIFICATION DE L’ENTRAINEMENT  La planification.  Notion de périodisation  cycle,  mésocycle,  macrocycle,  microcycle,  Séance.  Notion de programmation