SlideShare une entreprise Scribd logo
TOP
Edition2016
surperformantes
2016
desMagazine
AffairesPourunemeilleureinformationdesprofessionnels
Ledes
ETI
des
S’INVESTIR
POUR MIEUX
INVESTIR
Excellence. Loyauté. Esprit d’entreprise.
Paris Londres Francfort Milan Madrid Zurich New York San Francisco Pékin Singapour Jersey Luxembourg
Chez Ardian, nous cherchons à obtenir les meilleures performances
pour les 60 milliards de dollars que nous gérons ou conseillons
pour nos clients. Notre approche repose sur notre conviction que
le succès, pour être réellement durable, doit profiter à tous, nos
investisseurs,maisaussinospartenaires,nossociétésenportefeuilleet
nos employés. Cela fait toute la différence.
Plus d’informations sur www.ardian.com
Au30septembre2016,Ardiangèreet/ouconseille60milliardsdedollarsd’actifs.
100
50
Dossier ETI superformantes
L
a dernière étude réalisée par
EY sur la l’impact du capital-
transmission sur les PME a
le mérite de mesurer les effets d’une
ouverture du capital d’une PME à des
investisseurs privés.
Premier enseignement : la création
de valeur trouve majoritairement
sa source dans le développement
économique des entreprises.
En moyenne, la progression de la
valeur du capital des entreprises entre
la date d’entrée et de sortie des fonds
provient à 74% de la progression des
résultats (excédent brut d’exploitation).
Ainsi au sein des entreprises
accompagnées par les fonds de capital-
transmission / LBO, la création de
valeur s’explique majoritairement par
leur développement économique et
non par le remboursement de la dette
financière. Dans le détail, la croissance
d’excédent brut d’exploitation (EBE)
dégagé par les entreprises est générée
à 63% par la croissance organique et à
29% par la croissance externe.
Autre enseignement, la croissance
est prioritaire pour les investisseurs
et l’amélioration de la structure de
coûts des entreprises soutenues n’a
contribué qu’à hauteur de 8% à cette
performance.
Deuxième enseignement : Le LBO
favorise le changement de taille
des entreprises et donne les moyens
d’investir dans l’avenir.
Ainsi, 40% de la croissance organique
provient de la hausse des ventes sur
le périmètre historique, 38% de
l’acquisition de nouveaux marchés à
l’export, et 22% d’une extension de
l’offre de produits ou de services. Le
capital-transmission / LBO renforce
donc le modèle économique des
entreprises sur les marchés existants
et le développe à l’international.
Les effectifs cumulés des entreprises
étudiées ont augmenté de 39% (en net
des entrées et des sorties de personnel)
durant la période de détention par les
fonds, qui a été en moyenne de 5 ans
et 8 mois, soit une croissance moyenne
de +6,0% par an. 4 nouveaux emplois
sur 10 ont été créés sur le périmètre
historique et 6 via des opérations de
croissance externe après déduction
des cessions de filiales opérées dans
la période. Le capital-transmission
/ LBO permet aux entreprises de
franchir de nouveaux paliers en terme
de taille, tant sur le plan de l’activité
que des effectifs. A noter et c’est
important que les entreprises du panel
ont massivement continué à investir
dans leur projet de développement.
Dans plus de 9 cas sur 10 elles ont
augmenté (59%) ou maintenu (37%)
leur niveau d’investissement corporel
(Capital Expenditure), et la totalité
d’entre elles ont accru (62%) ou
stabilisé (38%) leurs dépenses en
recherche et développement. Les fonds
continuent à investir dans le potentiel
de croissance des entreprises qu’ils
financent. C’est d’autant plus naturel
que ce potentiel de croissance est la clé
de la valorisation de l’entreprise à sa
revente.
Le poids de la dette dans la
performance de l’investissement est
marginal
Le désendettement financier a peu
pesé dans la création de valeur (avec
seulement 17% de la variation totale
de la valeur des fonds propres). En
effet, les fonds de LBO privilégient
le réinvestissement des profits dans
des projets de croissance, plutôt que
dans des distributions de dividendes
ou le remboursement de la dette. De
facto, le financement de la croissance
des entreprises améliore leur capacité
à assumer leurs obligations financières
et allège le poids relatif de leur dette.
Grâce à la croissance des entreprises
accompagnées, le poids moyen de
la dette financière des entreprises de
l’échantillon a été réduit de près de
moitié (-42%) sur la période. Ainsi la
dette financière rapportée à l’excédent
brut d’exploitation global (EBE) est
passée de 4,4x l’EBE en début de
période de détention à 2,5x l’EBE
en fin de période. Une évolution qui
s’explique avant tout par la croissance
delatailledesentreprisesétudiées.Pour
Laurent Majubert, associé responsable
de l’étude chez EY : « Cette étude
sur les PME et ETI françaises est
cohérente avec les constats réalisés par
EY depuis maintenant 10 ans, dans
le cadre d’études plus larges réalisées
dans les différents pays européens.
L’analyse des cessions démontre,
année après année, que la croissance
opérationnelle reste le principal
levier de création de valeur par les
fonds, alors que le désendettement
financier y contribue de manière assez
modeste ». ■
Le LBO stimule la croissance économique
des PME et des ETI
La dernière étude d’EY montre que la capital-transmission permet aux entreprises de
changer de taille. D’ailleurs, en moyenne la croissance des effectifs des sociétés sous
LBO est de 39% sur un peu plus de cinq ans.
Partenaire de croissance des entrepreneurs,
UI Gestion accompagne les entreprises
dans leurs projets de développement
et de transmission.
UI Gestion - 22, avenue Franklin Roosevelt - 75008 Paris
Tél. : 01 42 56 66 00 / Fax : 01 42 56 66 01
contact@uigestion.fr
www.uigestion.fr
Investisseur utile et impliqué
52
Dossier ETI superformantes
Les partenaires privilégiés des 100 ETI françaises surperformantes en 2015
Les partenaires privilégiés des 100 ETI françaises surperformantes en 2014
Les partenaires privilégiés des 100 ETI françaises surperformantes en 2013
Noms Nombre Participations en forte croissance
1 Ardian 9 investissements Anios, Bio7, Trescal, Synerlab, Newrest, Solina, CLS, Serma
2 Siparex 8 investissements Labellemontagne, Flash Europe, Le Noble Age, Malherbe, Synchrone T, Safe
3 Equistone CPE 5 investissements Unither Pharmaceuticals, Sogetrel, Meilleurtaux, Finaxy Group, Charles & Alice
4 Mbo Partenaires 4 investissements Edouard Denis, Raphael Michel, Camusat, Kaporal
5 BPIfrance 4 investissements Synchrone Technologies, PGS, Paprex, Tockeim
6 Bridgepoint 3 investissements Acteon, Efront, Balt
7 LBO France 3 investissements Alvest, CMR Group, Materne
8 Apax Partners 3 investissements Unilabs, Texa, Europe Snack, Amplitude
9 Cobepa 3 investissements Exclusive Networks, Babilou, Socotec
10 Montagu PE 3 investissements Nemera, Arkopharma, Saint Hubert
Noms Nombre Participations en forte croissance
1 Siparex 20 investissements Sipas, Le Noble Age, Malherbe, Rave, Ausy…
2 Ardian 14 investissements Anios, Bio7, Trescal, Siaci, Trescal, Solina…
3 Eurazeo/
Eurazeo PME 8 investissements Asmodée, Moncler, Colisée, Peters Surgical, Cap Vert, Flash Europe…
4 Equistone CPE 7 investissements
Unither Pharmaceuticals, Sogetrel, Meilleurtaux, Finaxy Group,
Charles & Alice, Adista, Camusat
5 UI Gestion 4 investissements Amaviva, Gault & Fremont, Sogal, Domidep
6 Mbo Partenaires 3 investissements Emagine, CFDP, Alkos-Cosmogen
7 Apax Partners 3 investissements Unilabs, Europe Snack, Amplitude
8 Cobepa 3 investissements Exclusive Networks, Babilou, Socotec
9 NiXEN Partners 3 investissements Babeau-Seguin, Vulcain, Weave
10 Qualium
Investissement 2 investissements Sogal, IMV Technologies
Noms Nombre Participations en forte croissance
1 Ardian 9 investissements Trescal, Synerlab, Diana, Newrest, Arkadin, Novark, Solina, CLS, Charlois
2 Siparex 9 investissements Rave, Marietton, Vulcain, Labellemontagne, Bouvard, Flash Europe, Le Noble Age...
3 Mbo Partenaires 5 investissements Edouard Denis, Kaporal, SMP, Raphael Michel
4 Equistone CPE 3 investissements Unither Pharmaceuticals, Sogetrel, Charles & Alice
5 Apax Partners 3 investissements Unilabs, Infopro, Inseec
6 LBO France 3 investissements Averys, MediPôle-Partenaires, Alvest
7 NiXEN Partners 2 investissements Ludendo, Ceva
8 Qualium
Investissement 2 investissements Poult, Mériguet
9 Bridgepoint 2 investissements MediPôle-Partenaires, Flexitallic
10 21 Partners 2 investissements Averys, Sud Robinetterie
üü g
Source:MagazinedesAffairesSource:MagazinedesAffairesSource:MagazinedesAffaires
Mayer Brown est un cabinet d’avocats international présent sur
les principales places financières dans le monde.
Avec plus de 1500 avocats dans le monde, le cabinet dispose d’une plate-
forme internationale de tout premier plan. Mayer Brown est ainsi en mesure
d’assister ses clients sur des opérations de dimension internationale et de leur
offrir un accès privilégié à l’expertise locale de ses avocats.
Mayer Brown est l’un des cabinets les plus
ancrés et des plus solides de la place.
Legal 500 EMEA
”
”20AvenueHoche,75008Paris,France | +33153534343 | www.mayerbrown.com
54
Dossier ETI superformantes
MdA : Les derniers chiffres de l'Afic
montrent le capital investissement
regagne du terrain en France avec
plus de 1000 PME soutenues au
premier semestre 2016. Comment
interprétez-vous ces chiffres ?
Olivier Millet : En effet, au 1er
semestre 2016 le capital-investissement
français a franchi un nouveau palier
avec plus de 1.000 entreprises financées.
Des start-up, PME et ETI ont reçu 5,5
milliards d’euros de capitaux sur cette
période pour donner vie à leurs projets
de croissance. C’est 47% de plus que
l’an passé sur la même période ! Ces
excellents chiffres traduisent la montée
en puissance progressive du capital-
investissement français comme nouvelle
forme d’actionnariat professionnel qui
finance et accompagne les entreprises.
C’est une très bonne nouvelle pour
l’économie française, car cela traduit
la dynamique des PME et ETI qui
portent une grande partie de la
croissance française. C’est également le
signe de la confiance des entrepreneurs
vis-à-vis du capital-investissement, où
des actionnaires, pour un mandat en
moyenne de 5 à 6 ans, deviennent les
co-constructeurs de la croissance des
entreprises.
MdA : Vous disiez il y a un an que nos
PME sont deux fois plus nombreuses
que les PME allemandes ou anglaises
mais aussi deux fois plus petites.
Pensez-vous que nos PME peuvent
rattraper leur retard et à quel horizon
de temps ?
Olivier Millet : Oui je pense que la
France a tous les talents pour faire
croître en taille ses PME. Elle dispose
tout d’abord du talent entrepreneu-
rial. Les managers français évoluent
dans un environnement économique,
réglementaire, fiscal, extrêmement
complexe, spécifique à la France, dont
on peut souhaiter qu’il évolue vers un
allégement et une plus grande stabilité.
Malgré cela, force est de constater que
nous disposons de managers de très
grande qualité qui ont de l’ambition
pour leur entreprise et qui réussissent.
La France a également la chance
d’avoir une industrie du capital-inves-
tissement qui s’est construite au cours
de ces 30 dernières années. Elle a at-
teint un stade de maturité, fait preuve
d’un haut niveau de professionna-
lisme, et apporte une grande diversité
avec près de 300 sociétés de capital-in-
vestissement pour servir tous les types
d’entreprises. Nous sommes donc bien
armés pour rattraper notre retard et
construire de nouveaux champions,
pour autant que la confiance dans l’en-
treprise, insufflée par les politiques se
poursuive.
MdA : Nous sortons la 37ème édition
du Guide des ETI surperformantes
mettant à l'honneur les ETI
surperformantes. A notre grande
surprise, il y a trois ans, nous avions
découvert que plus de la moitié de ces
ETI avaient à leur capital un fonds
d'investissement. Les deux dernières
éditions confirment largement
cette tendance. Quelle signification
donnez-vous à ces chiffres ?
Olivier Millet : Vous avez raison de le
signaler ! On ne le dit pas assez, mais
nous réinvestissons plusieurs fois dans
les entreprises. Comme le montrent à
nouveau les chiffres du 1er semestre
2016, 6 entreprises sur 10 accompa-
gnées par le capital-investissement
français ont bénéficié de réinvestis-
sements, qui ont représenté 45% des
montants alloués. De surcroît la rota-
tion du marché se fait en grande partie
auprès de fonds de capital-investisse-
ment qui repartent pour une nouvelle
étape de 5 à 6 ans aux côtés des diri-
geants. Nous contribuons à construire
des entreprises plus grandes et plus
fortes qui ont bien compris l’impor-
tance et l’intérêt d’avoir un actionna-
riat stable, pour mener à bien leurs
projets de transformation et mieux
faire face à la concurrence mondiale. ■
3 Questions à : Olivier Millet
Président de l'Afic
Nous contribuons à construire des
entreprises plus grandes et plus fortes qui
ont bien compris l’importance et l’intérêt
d’avoir un actionnariat stable, pour mener
à bien leurs projets de transformation et
mieux faire face à la concurrence
mondiale
‘‘
’’
McDermott Will & Emery conducts its practice through separate legal entities in each of the countries where it has offices. This communication may be considered
attorney advertising. Previous results are not a guarantee of future outcome.
www.mwe.com
Au-delà d’une vision commune, l’esprit d’entreprendre.
McDermott Will & Emery est l’un des plus importants cabinets d’avocats internationaux. Il
compte plus de 1100 avocats répartis au sein de 20 bureaux dans le monde entier. Afin de
répondre aux exigences d’une clientèle internationale exerçant des activités en France, le
bureau de Paris de McDermott se concentre sur les transactions transfrontalières, en offrant
aux clients des conseils dans les grands domaines d’expertise de McDermott, à savoir les
fusions & acquisitions, le private equity, la fiscalité, le droit de la concurrence, le droit public, le
droit social, le contentieux, la propriété intellectuelle, l’arbitrage international et l’Afrique.
23 rue de l’Université 75007 Paris - Tél: +33 1 81 69 15 00
56
Dossier ETI superformantes
Société Taux de croissance
CA 2015
en M€
Nature de l'actionnariat
1 Capcom 97% 95 Omnes Capital, Management
2 Almaviva 81% 222 UI Gestion, GIMV, SRS, Management
3 Elsan 70% 1 200 CVC Capital Partners
4 Critéo 60% 1 193 Groupe coté, Index Ventures
5 Trigo 55% 207 Ardian, Management
6 Asmodée 55% 270 Eurazeo
7 Meilleurtaux 50% 120 Equistone CP, Management
8 Texa 48% 181 Naxicap Partners, Management
9 Colisée 45% 264 Eurazeo PME, Management
10 Sipas 43% 60 Siparex, Management
11 Wavestone 43% 233 Groupe coté
12 Solina Group 40% 303 Ardian, Management
13 Sogetrel 40% 259 Quilvest, Management
14 Grands Frais 39% 776 Siparex, Management
15 Peters Surgical 36% 63 Eurazeo PME, Management
16 Soitec 36% 232 CDC, BPIFrance
17 ProwebCE 32% 122 Edrip, IRIS
18 Exclusive Group 31% 840 Cobepa, Management
19 Sogal 30% 87 UI Gestion, Qualium, Management
20 Groupe Delpharm 30% 380 Groupe familial
21 La Maison Bleue 30% 100 Towerbrook, BPIFrance
22 Nemera 30% 82 Montagu PE, Management
23 Amaris France 30% 103 Management
24 Sia Partners 30% 115 Management
25 Esker 27% 59 Ardian, Management
26 Evolis 27% 77 Ardian, Management
27 Moncler 27% 880 Eurazeo
28 Showroomprivé 26,6% 443 Groupe coté
29 Efront 25% 90 Bridgepoint, coté
30 Oeneo 24% 211 Groupe familial
Source : Magazine des Affaires
Classement des 100 ETI françaises surperformantes
Sur 4800 ETI françaises, 200 sont dites surperformantes (c'est-à-dire que leur CA croît
de plus de 7% sur l'année). Sur ces 200 pépites, 72% étaient soutenues dans leur
croissancepardesfondsd'investissement.AprèsSofteam(2014)etExclusiveNetworks
(2015), notre Lauréat 2016 la société Capcom qui affichait 97% de croissance.
Pour l’instinct,
un conseil externe
est la bonne
solution.
Pour la raison,
la croissance
est entre
vos mains.
58
Dossier ETI superformantes
Société Taux de croissance
CA 2015
en M€
Nature de l'actionnariat
31 MGI Coutier 24% 860 Groupe coté
32 Le Belier 23% 319 Groupe coté
33 Trigano 22,5% 1317 Groupe coté
34 Adista 22,5% 66,6 Equistone CP, Management
35 Jacquet Metal Service 22,3% 1 377 Groupe coté (Jsa)
36 Orolia 22% 98 Eurazeo PME, Management
37 Fromagerie Guilloteau 22% 69 Idia, Management
38 Legallais 22% 220 Gimv, Management
39 Naturex 21,8% 398 Groupe coté (SGD, Caravelle…)
40 Vignal 21% 83 Eurazeo PME, Management
41 Cap Vert 20% 96 Eurazeo PME, Management
42 Gault & Frémont 20% 51,4 UI Gestion, Management
43 Invivo 20% 1500 Eurazeo
44 Pellenc 20% 212 Somfi Participations
45 Paprec 20% 900 Bpifrance, Management
46 Guerbet 19,5% 489 Groupe coté (Famille Guerbet)
47 Le Noble Age 19,3% 424 Groupe coté, Siparex
48 Scopelec 19% 304 Coorpérative
49 Fintrax 19% 212 Eurazeo
50 LNA 19% 425 Siparex, Management
51 Groupe Gorge 18,6 265 Groupe coté
52 Ouveo 18,5% 610 Ardian, Management
53 OVH 18% 250 Familial
54 Webhelp 18% 575 Dirigeants, KKR
55 Sword 17,5% 138 Ardian, Management
56 RAVE 17% 126 Siparex, Management
57 Trescal 16,8% 217 Ardian, Management
58 1000Mercis 16,6% 52 Ardian, Management
59 Acteon 16% 138 Bridgepoint, Management
60 Clasquin 16% 234 Groupe coté
61 Vulcain Ingénierie 16% 52,8 Nixen Partners
62 Ausy 15,5% 394 Siparex, Management
63 Legallais 15% 223 Siparex, Management
64 Edouard Denis 15% 180 Mbo Partenaires
L’expert du capital accompagnement en
Agroalimentaire et Agro-industries
Extrait du portefeuille IDIA Capital Investissement
100, boulevard du Montparnasse - 75682 PARIS Cedex 15
Tél. +33 (0)1 43 23 24 24
www.ca-idia.com
SNACKING FRUITS ET LÉGUMES LÉGUMES, LAIT ET BOISSONS SANTÉ ANIMALE
CAFÉS ET BOISSONS AUX
FRUITS
EXPORTATION
DE VINS
NUTRITION ET SANTÉ
ANIMALES
DISTRIBUTION
DE BOISSONS
DISTRIBUTION AUTOMATIQUE
(CAFÉ…)
COOPÉRATIVE, POLYCULTURE,
ÉLEVAGE...
TRANSFORMATION DE
CÉRÉALES
CRUS BOURGEOIS
DE MARGAUX
SUCRE ET AMIDON SÉLECTION
GÉNÉTIQUE
TRANSFORMATION
D’OLÉAGINEUX
SEMENCES ET PRODUITS
CÉRÉALIERS
TRANSPORT
FRIGORIFIQUE
PÂTES JAUNES, CRÊPES... BISCUITERIE, PÂTES
ET SEMOULE
PRODUCTION ET
NÉGOCE DE VINS
Source : Magazine des Affaires
Classement des 100 ETI françaises surperformantes
616160
Dossier ETI superformantesDossier ETI superformantes
Société Taux de croissance
CA 2015
en M€
Nature de l'actionnariat
65 Groupe Aqualande 15% 100 Coopérative agricole
66 Labellemontagne 14,3% 75 Siparex, Management
67 Charles et Alice 14% 76 Equistone CPE
68 Maped 14% 192 Siparex, Management
69 Domidep 14% 179 UI Gestion, Management
70 Environnement Sa 13,7% 71 Ardian, Management
71 ECM 13,6% 51 Siparex, Management
72 Amplitude 13,6% 80,7 Apax Partners
73 Delfingen Industry 13,5% 172 Familial
74 HR Path 13,5% 50-75 Ardian, Management
75 CLS 13,1% 109 Ardian, Management
76 Aubay 12,5% 135 groupe coté, Management
77 LDLC 12,2% 320 Groupe coté
78 Actia Group 12,2% 381 Groupe coté
79 Mauffrey 12% 196 Siparex, Management
80 Believe Digital 12% 94 Siparex, Management
81 Bouvard 12% 217 Siparex, Management
82 Ceva 12% 857 Temasek, Sagard, Management
83 Bastide LCM 12% 191 groupe coté
84 Ligier 11,6% 98 Siparex, Management
85 Artelia 11% 405 Salariés, CM CIC Capital Privé
86 SQLI 11% 179 Groupe coté
87 Babeau Seguin 10,6% 127,1 Nixen Partners
88 Virbac 10,3% 852 Groupe coté (Famille Dick)
89 IMV Technologies 10% 77 Qualium, Management
90 Interparfums 10% 327 Groupe coté
91 Emagine 10% 100 Mbo Partenaires
92 Coquelle 10% 65 Siparex, Management
93 Demeco 10% 82 Siparex, Management
94 Babilou 10% 220 Cobepa, SG CP, Raise
95 Metal Trading 10% 63,8 Personnes Physiques
96 Siaci 10% 238 Ardian, Management
97 Finaxy Group 10% 447 Equistone CPE, Management
98 Camusat 10% 175 Equistone CPE, Management
99 Mecaplast 9% 282 Equistone CPE, Management
100 Alkos Cosmogen 9% 51 Mbo Partenaires
9% Mbo partenairesSource : Magazine des Affaires
Classement des 100 ETI françaises surperformantes
lamartineconseil.com
S O C I É T É D ’ A V O C A T S
Au service des acteurs
du capital investissement
62
Dossier ETI superformantes
a cédé
a cédé
ont acquis
a recomposé
son actionnariat et
refinancé sa dette
Omnes Capital,
Parquest Capital et
Vivalto ont cédé
à IK Investment Partners à Apax Partners
auprès de
Bridgepoint & Eurazeo
à CDCIC, Mubadala et MACSF
32, rue de Lisbonne - 75008 Paris, France
www.natixispartners.com
Juin 2016
Septembre 2016
Mai 2016 Mai 2016
Février 2016Avril 2016 Janvier 2016
Conseil de l’Acquéreur
Conseil du Vendeur Conseil de l’Acquéreur
Conseil des AcquéreursConseil du Groupe Conseil des Vendeurs
Conseil du Vendeur
auprès d’Equistone
a acquis
SELECTION DETRANSACTIONS REALISEES EN 2016
a cédé
à Ardian
Juillet 2016
Conseil de l’Acquéreur
et le management
ont acquis
CONSEIL EN FUSIONS-ACQUISITIONS
Natixis Partners, anciennement Leonardo & Co. France, est l’entité de Natixis dédiée au Conseil en Fusions-
Acquisitions pour les transaction Midcap et Private Equity. Elle dispose d’une équipe Debt Advisory et d’un
réseau international de plus de 45 bureaux dans le monde avec des équipes M&A locales aux Etats-Unis (Peter
J. Solomon Company), en Espagne, en Italie et en Asie. La banque d’affaires, dirigée par une équipe d’associés
qui travaillent ensemble depuis plus de 10 ans, a conseillé plus de 150 transactions sur les 5 dernières années.
a cédé
à Naxicap Partners
Juillet 2016
Conseil du Vendeur
Depuis la
création du Réseau
Qualium PME, nous
avons identifié plus de
30 cibles de croissance
externe
‘‘
’’
Quel est l'apport réel des fonds dans le développement
international des ETI ? L'exemple du Réseau Qualium PME
Pour 7 ETI sur 10, la croissance externe est le principal levier de croissance. Quand il
s'agit d'aller à l'international, l'expérience des fonds fait souvent la différence car elle
permet d'identifier les bonnes cibles et de les intégrer. Jean Eichenlaub a accepté de
revenir sur l'apport du réseau international de Qualium Investissement.
des ETI de 1 000 à 5 000
salariés ont réalisé une ou
des opérations de croissance
externe dans les cinq
dernières années.
45%
des ETI qui ont déjà réalisé
une opération de croissance
externe au cours des cinq
dernières années prévoient
d’en refaire une dans les deux
prochaines années.
43%
MDA : Qu'apporte concrètement
le réseau Qualium PME dans la
croissance de sociétés telles qu'IMV
Technologies, Sogal ou Poult ?
Jean Eichenlaub : Les partenaires de
Qualium Investissement apportent
au départ leur connaissance de la
région et leur carnet d’adresses. Ils
aident principalement les entreprises
à mieux connaitre les particularités
de l’organisation locale et les arcanes
de leur administration, notamment
pour les appels d’offres. Ils organisent
des roadshows pour rencontrer des
clients potentiels, et/ou identifient
des cibles de croissance externe (plus
de 30 depuis la création), voire des
partenaires locaux pour création de
structures locales, de JV, etc. Par
exemple, pour Mériguet : création de
la filiale EDM Brésil ; création d’une
filiale au Qatar.
MDA : Quelles sont les
destinations privilégiées des
participations de Qualium
Investissement ?
Jean Eichenlaub : Compte tenu
des investissements dans des PME
françaises, le chiffre d’affaires des
sociétés du portefeuille de Qualium
Investissement est encore à près des
2/3 français, 25% dans le reste de
l’Europe et le solde se répartissant
dans les autres pays du monde.
La stratégie à l’export des sociétés
est éminemment dépendante de
leur activité et leur développement
à l’international est avant tout
pragmatique (ex. Mériguet,
société ayant une clientèle « haut
de gamme» ne peut pas avoir une
stratégie de développement dans
les mêmes pays que Sogal dont
les produits sur-mesure sont plus
difficilement exportables vers des
pays très lointains…). Les PME du
portefeuillesontengénéralarméespour
développer leur activité à l’export dans
les pays européens, soit par croissance
organique, soit par croissance externe
(ex. Poult/Banketgroep au Pays-Bas,
Invicta/CarminettiMonteGrappa
en Italie, etc.). En revanche,
elles n’ont pas toujours les
compétences en interne pour
se développer dans des pays
plus lointains, d’où la création
du Réseau Qualium PME pour
les aider (si elles le souhaitent)
au Moyen Orient, en Russie,
en Amérique Latine et en
Asie. Certains de ces pays sont
actuellement en situation
délicate sur le plan économique
(embargo russe, difficultés
au Brésil, etc.), mais la présence de
nos partenaires sur place permet de
pérenniser les relations locales et aux
sociétés d’être « prêtes » dès que ces
régions s’ouvriront de nouveau ou
retrouveront la croissance. ■
Jean Eichenlaub
Président de Qualium Investissement
656564
Dossier ETI superformantesDossier ETI superformantes
La croissance de son PIB devrait
atteindre cette année 1,6 % selon
la Banque fédérale allemande
(Bundesbank). La situation
économique actuelle et l’évolution de
la conjoncture sont encourageantes.
L’introduction en janvier 2015 d’un
salaire minimum (8,50 euros de
l’heure) soutient la consommation
interne. Le positionnement de
l’Allemagne est tel que le pays
bénéficiera à terme de la reprise de
la croissance en zone Euro, même si
celle-ci se fait encore attendre. Par
ailleurs, l’accueil et l’intégration des
réfugiés en Allemagne constituent un
immense défi sur le plan politique et
social mais aussi un relai de croissance
pour l’économie allemande confrontée
au vieillissement de sa population
active.
Pourquoi une entreprise française
devrait-elle investir en Allemagne
aujourd’hui ?
L’Allemagne bénéficie d’un
environnement des affaires favorable,
à la fois stable et sûr. Elle dispose
d’avantages structurels qui favorisent
les investissements étrangers sur son
territoire tels qu’une main d’œuvre
qualifiée (des ingénieurs dans les
domaines de la chimie, pharmacie,
automobile, mécanique notamment),
une position géographique au
cœur de l’Europe et d’excellentes
infrastructures. Enfin, c’est le marché
de consommateurs le plus important
en Europe avec plus de 80 millions
d’habitants.
Que conseillez-vous aux entreprises
françaisesquisouhaitents'implanter
en Allemagne ?
Il faut bien s’informer sur le pays
et ses pratiques avant de s’engager
dans toute forme d’investissement.
Ce pays est certes voisin, mais
possède de nombreuses particularités
: il est primordial de connaitre les
réglementations juridiques et fiscales,
les conditions d'une éventuelle
activité entrepreneuriale, les façons de
travailler ainsi que
les attentes de vos partenaires et
clients. Il existe des spécificités
marquées au niveau de l’organisation
des acteurs économiques, provenant
de l’histoire du pays et des différences
profondément ancrées dans la
perception collective des citoyens
allemands. ■
L' Allemagne, une destination prisée par les ETI
françaises
L’Allemagne s’affiche depuis plusieurs années comme le leader économique de
l’Europe, plus particulièrement depuis les crises des sub-primes et de la dette
souveraine. Malgré ces crises ainsi que le défi permanent de l’intégration des nouveaux
Länder, l’Allemagne enregistre un taux de chômage de seulement 4,6 %. Par ailleurs,
la balance commerciale excédentaire atteint presque 300 milliards d’euros en 2015 et
l’équilibre de ses finances publiques témoignent de la vigueur de son économie.
Tableau des indicateurs clés
“Doing Business” Guide - Allemagne
1 Aperçu global du pays
LʼAllemagne est le 1er partenaire commercial de la France et la 2ème destination des investissem
LʼALLEMAGNE EN QUELQUES CHIFFRES
Système politique
 Nature du régime : République
fédérale. Démocratie
parlementaire
 Chef de lʼEtat : Joachim Gauck
(18 mars 2012)
 Chef du Gouvernement,
Chancelière : Angela Merkel
(17 décembre 2013)
Données générales
 Capitale : Berlin
 Langue officielle : Allemand
 Monnaie : Euro (EUR)
 Région : Union Européenne
 Classification : Haut revenu -
Membre OCDE
2 Risque et climat des affaires
3 Indicateurs clés
4 5
 la 4ème économie mondiale
 la 1ère économie européenne
 le 2ème plus grand exportateur au monde de biens indu
 le 1er pays pour les investisseurs étrangers en Europe
Indicateurs (2015) Allemagne France
Rang du pays (PIB) 4 6
PIB (en Mds$) 3 371 2 423
Croissance du PIB (2015) 1,6% 1,0%
PIB /hab. (en $) 41 267 37 728
Population (en M) 82 64
Population urbaine 75% 79%
Rang du pays (population) 16 22
Stock d'IDE entrants (en Mds$) 744 729
Rang du pays (IDE entrants) 7 8
IDH* [0 – 1] 0,910 0,88
Part de la population connectée à Internet 86% 84%
Dette publique (du PIB) 71,4% 96,5%
Facilité de faire des affaires [1 – 189] 15 27
Risque souverain Standard & Poor's [ AAA – CC ] AAA
Rating Coface et risque de défaillance entreprises [ A1– D ] A1
Rating Coface environnement des affaires [ A1– D ] A1
Sources :
April 2015
E
0%
1%
2%
3%
4%
5%
( p) :
Prévisio
Sources : F
Diplomatie
▲1er pa
1ère p
▲Tissu
▲March
popul
▲Stabil
▼Popu
▼Manq
▼Coût
*IDH : Indice de Développement Humain se fonde sur trois critères majeurs : l'espérance de vie à la naissance, le niveau
d'éducation et le niveau de vie.
Sources : Eurostat, FMI, Banque mondiale, PNUD, CNUCED, COFACE
MdA : Vous accompagnez les PME/
ETI françaises dans leur croissance à
l'international depuis 20 ans. Diriez-
vous que la culture internationale
des PME s'est accélérée ces dernières
années ?
A.L. : Je ne dirai pas qu’elle s’est
accélérée mais qu’elle a plutôt fait
preuve d’une mutation… Ces
dernières années et notamment
depuis 2008, beaucoup d’entreprises
ont été confrontées à la crise et à une
croissance faible. Dans ce monde
instable, certaines ont eu tendance à
se replier sur elles-mêmes et d’autres,
plus « courageuses », ont pu saisir des
opportunités à l’international… Les
gagnantes sont incontestablement
cette 2ème catégorie…D’autre part,
le terme « PME » est devenu trop
générique. Il y a les start-ups qui sont
de plus en plus nombreuses et qui sont
de suite globales et internationales…
Les PME recouvrent une réalité très
divergente selon le secteur d’activité
et la taille. Enfin, les ETI (Entreprises
de Taille Intermédiaire) qui étaient,
pour la plupart, déjà internationales,
ont continué leur développement
notamment au travers d’opérations de
croissanceexterne,souventdansdespays
matures (Etats-Unis, Europe…) pour
gagner rapidement des parts de marché.
Mais globalement, l’accélération du
phénomène d’internationalisation par
croissance externe vient du constat
partagé par tous que la croissance en
France dans les années qui viennent sera
faible et que la croissance des entreprises
de taille moyenne ou intermédiaire
passera par la croissance externe, en
particulier à l’étranger.
MdA : Quelles sont les zones
géographiques qui ont les faveur des
dirigeants en 2015-2016 ?
A.L. : Ces dernières années, on a pu
constater un recentrage vers les pays
les plus « sûrs » : ceux disposant d’une
bonne croissance et d’un marché
important en nombre d’habitants…
Les Etats-Unis restent incontournables
ainsi que l’Allemagne et le Royaume-
Uni en Europe. L’Espagne a également
fait son grand retour car la croissance
y est forte depuis 2 ans. Parmi les pays
émergents, le Chine et l’Inde restent
deux locomotives importantes. Le
Brésil pourrait, quant à lui, revenir dans
la course en 2017 avec une croissance
positive et surtout un formidable
potentiel…
MdA : En pratique, quelles sont les
erreurs à éviter lors d'une opération
de croissance externe ?
A.L. : Il est vrai que réaliser une
opération de croissance externe à
l’international relève de la gageure !
En effet, il vous faudra surmonter de
nombreux écueils :
âLe manque de temps du dirigeant :
une opération de croissance externe,
de surcroît à l’international, exige
beaucoup d’investissement en temps
avec de nombreux déplacements
pour rencontrer la cible et discuter
les contours de l’opération… C’est
un élément important à prendre en
compte ;
âL’impréparation du dirigeant :
acquérir une cible à l’étranger demande
de la préparation en amont. Il faut
séduire la cible et lui démontrer en quoi
l’acquisition va pouvoir lui apporter
de la valeur ajoutée. C’est un travail
nécessairepourquelesdiscussionssoient
fluides et constructives… Cela nécessite
également une réflexion en amont sur
sa propre stratégie et la cohérence de
celle-ci avec l’acquisition envisagée. Il
en va de même pour appréhender la
valorisation de la cible, qui diffère selon
le contexte économique ;
âSous-estimer l’approche culturelle:
afin de réussir une opération de
croissance externe à l’international, il est
important de bien connaître la culture
du pays de la cible et de s’immerger
dans les nombreuses différences qui
peuvent faire échouer une opération ;
âNe pas s’entourer de conseils : on
ne saurait enfin finir cette rapide liste
sans parler du rôle des conseils (avocats,
conseils M&A, fiscalistes, spécialistes
en Transaction Services, etc.)… Il est
important d’avoir la bonne équipe pour
mener à bien une opération dans les
temps, et de rappeler que les conseils
jouent un rôle essentiel : un deal n’est
pas un long fleuve tranquille et leur
capacité à résoudre les problèmes est clé
dans ce type d’opérations. ■
3 Questions à : André Lenquette
Directeur Général de Pramex International
Ces dernières années, on a pu
constater un recentrage vers les pays
les plus « sûrs »
‘‘
’’
Par Guillaume Truchon-Bartès, Pramex International
676766
Dossier ETI superformantesDossier ETI superformantes
10 BONNES RAISONS DE SʼIMPLANTER EN ALLEMAGNE
 Suite aux élargissements successifs de 2004, 2007
et 2013, lʼAllemagne se situe désormais au cœur de
lʼEurope et du vaste marché de lʼUnion Européenne.
 Elle sʼillustre comme tremplin à lʼinternational. On y
trouve par exemple pas moins de 160 salons
internationaux qui rassemblent 10 millions de
visiteurs par an.
 Plus généralement, la position centrale de
lʼAllemagne sur le continent lui confère le rôle de
passerelle pour approcher les marchés de lʼEurope
de lʼEst.
 4ème économie mondiale en 2015
 1ère économie dʼEurope en 2015
 Moteur de la reprise européenne
 15ème place mondiale en termes de facilité à faire des
affaires
Source : World Bank, Doing Business rankings.
Une force économique remarquable
Une position géographique
centrale en Europe
Le plus grand marché dʼEurope
Une main dʼoeuvre qualifiée et
compétitive
 81% des Allemands ont lʼéquivalent du baccalauréat
ou une formation professionnelle. LʼAllemagne
dispose de plus de 400 universités et universités de
sciences appliquées. Ainsi, ce sont plus de 85 000
personnes qui ont terminé leurs études dʼingénieurs
en 2013.
 Le système allemand propose une éducation duale
efficace avec une formation théorique conjuguée à
un enseignement pratique.
 Enfin, le coût du travail reste maîtrisé en Allemagne.
Les charges patronales sont beaucoup moins
élevées quʼen France et sont, de surcroît,
plafonnées, rendant la main-dʼœuvre qualifiée très
compétitive.
1
2
 LʼAllemagne est le pays le plus peuplé dʼEurope avec
plus de 80 millions dʼhabitants.
 Par ailleurs, cette grande puissance revendique le PIB
européen le plus élevé.
 La population allemande dispose dʼun pouvoir dʼachat
conséquent qui représente un potentiel important pour
des investisseurs.
3
4
Des infrastructures efficaces et
fiables
 LʼAllemagne est dotée dʼun réseau dʼinfrastructures
complet et de qualité. Au total, elle compte
21 aéroports internationaux, 23 ports maritimes,
7 731 km de voies fluviales, 230 702 km de réseau
routier et 37 679 km de voies ferroviaires.
 Par ailleurs, l'Allemagne domine le commerce de la
logistique. La qualité des réseaux d'énergie et de
communication couplée à la densité des infrastructures
de transport assurent un acheminement des
marchandises en temps voulu et ouvrent la voie vers le
succès.
5
 Evalué à plus de 160 000, le nombre de Français
présents en Allemagne est un atout pour une PME
recherchant le profil bilingue adéquat.
 Les expatriés français sont principalement installés à
Munich, Francfort-sur-le-Main, Cologne et Berlin
ainsi que dans les zones frontalières.
Une forte communauté française
6
Sources : Chambre de commerce française dʼAllemagne ; France Diplomatie ; German Trade and Invest, Invest in Germany ; Eurostat 2015 ; Banque Mondiale
 LʼAllemagne occupe la 1ère place en Europe en matière
de recherche. La R&D est un secteur prioritaire dans
lequel elle investit plus de 3% de son PIB.
 Les PME (petites et moyennes entreprises) sont la
pierre angulaire de la force industrielle allemande. Au
nombre de 3,7 millions, elles contribuent au savoir-faire
et à lʼinnovation en Allemagne.
 De ce fait, le pays revendique un savoir-faire plus que
compétitif qui lui permet dʼêtre une grande puissance
industrielle.
 La loi fondamentale allemande est source de liberté et
de stabilité. Elle représente les bases de la démocratie
allemande et se traduit par une culture non-
interventionniste qui laisse dʼavantage de liberté aux
acteurs économiques.
 LʼAllemagne offre un environnement propice aux
affaires et favorise lʼesprit dʼentreprise. Elle se classe à
la 14ème place mondiale en ce qui concerne la facilité
de faire des affaires.
Un système de taxes avantageux
 De profondes réformes ont permis de diminuer
significativement l'impôt et les taxes auxquelles sont
soumises les sociétés en Allemagne. LʼAllemagne est
dorénavant un pays compétitif sur le plan fiscal
Un savoir-faire industriel basé sur
lʼinnovation Un système politique stable et un
climat des affaires favorable
7
10
10 BONNES RAISONS DE SʼIMPLANTER EN ALLEMAGNE
0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35%
France
Italie
Allemagne
Royaume-Uni
Taux d'imposition pour les sociétés en %
 Les Allemands se démarquent en Europe et dans le
monde pour leur productivité et ce même dans les
tâches à haute valeur ajoutée.
 LʼAllemagne a un rapport coût-travail parmi les
meilleurs dʼEurope.
 Par ailleurs, lʼenvironnement du droit du travail est très
souple en Allemagne. Il existe de nombreux contrats
de travail plus flexibles : CDD, mini-jobs, alternance,
stages, etc.
Une productivité élevée
8
9
10 bonnes raisons de s'implanter en 		 Allemagne 10 bonnes raisons de s'implanter en 		 Allemagne
696968
Dossier ETI superformantesDossier ETI superformantes
La plupart des observateurs attendent
une croissance toujours supérieure
à 2 % en 2016. La volatilité récente
des marchés financiers aux États-
Unis traduit plutôt les incertitudes
sur l’économie mondiale et, sur le
plan interne, le coût toujours faible de
l’énergie et des taux d’intérêts encore
bas devraient continuer à soutenir la
consommation et les investissements.
Et, malgré toute l’attention médiatique
portée sur les élections présidentielles
de novembre, le contexte politique
a finalement aujourd’hui assez peu
d’impact sur l’économie.
Desopportunitéspourlesentreprises
françaises
Nouscontinuonsàobserverdesvolumes
importants d’implantations aux États-
Unis par des entreprises françaises
attirées par la taille et le dynamisme
du pays, et qui s’y installent en y créant
une filiale ou bien en rachetant un
acteur local pour être immédiatement
« américain ».
Le flux d’implantation des startup
françaises aux Etats-Unis s’est
accéléré depuis 18 mois
Le flux d’implantation des start-up
françaises aux Etats-Unis s’est
également accéléré depuis 18 mois
et nombre d’entre-elles lèvent des
fonds en France spécifiquement pour
financer une implantation outre-
Atlantique et se rapprocher d’un
écosystème très puissant qui facilite
ensuite leur développement. Malgré
l’attractivité du marché et l’apparente
facilité à s’implanter aux États-Unis,
nous conseillons de n’envisager une
implantation qu’avec des moyens
humains et financiers suffisants pour
être en mesure de gérer l’environnement
réglementaire complexe, les risques
juridiques, les recrutements, etc. Les
perspectives de gains aux États-Unis
sont élevées mais les risques sont aussi
bien réels. ■
Le contexte économique actuel aux États-Unis reste globalement très favorable. La taille
de l’économie américaine est aujourd’hui 10 % supérieure à son niveau d’avant la crise
financière, alors que l’Europe vient tout juste de revenir à son niveau de 2008. Le taux
chômage s’est stabilisé à 5 % et, depuis quelques mois, les salaires recommencent
à augmenter, ce qui contribue à soutenir la consommation. Certains secteurs sont
particulièrement porteurs, comme notamment les services, la santé, l’aéronautique
civile, les produits agro-alimentaire naturels, et bien sûr les nouvelles technologies
et les start-up qui, continuent à lever des fonds en venture-capital considérables aux
Etats-Unis : plus de 60 milliards de dollars en 2015.
Par Nicolas Ferry, Pramex International
Les Etats-Unis :
La destination préférée des ETI françaises
Tableau des indicateurs clés
“Doing Business” Guide – États-Unis
1 Aperçu global du pays
Les États-Unis ont l'économie la plus importante et la plus puissante du monde. Ils sont leaders sur la scène internationale
en matière dʼIDE, à la fois en tant que premier émetteur et premier bénéficiaire.
Sʼimplanter aux États-Unis
▲Vaste marché intérieur représentant 40 %
de la consommation mondiale
▲Forts clusters régionaux, forte compétitivité
▲Attrait de la zone dollar
▲Flexibilité du marché du travail, main-
dʼœuvre qualifiée
▼Faiblesses structurelles : sous-
investissements en infrastructures
▼Coût de la santé
▼Risque juridique
LES ÉTATS-UNIS EN QUELQUES CHIFFRES
Système politique
 Nature du régime : Fédération
dʼÉtats. République
démocratique
 Président des États-Unis
dʼAmérique : Barack Obama,
(2008-2016)
 Vice-Président : Joe Bidden
(20 janvier 2009)
 Secrétaire dʼÉtat : John Kerry
(1er février 2013)
Données générales
 Capitale : Washington
 Langue officielle : Anglais
 Monnaie : Dollar Américain
(USD)
 Taux de change (17/05/16) :
1 USD = 0,88 EUR
 Région : Amérique du Nord
 Classification : Haut revenu -
Membre OCDE
2 Risque et climat des affaires
3 Indicateurs clés
4 5
4
 la 1ère puissance agricole
 le 1er premier importateur mondial de marchandises
 le 2ème exportateur mondial de marchandises
 le 1er importateur et exportateur mondial de services commerciaux
Indicateurs (2015) États-Unis France
Rang du pays (PIB) 1 6
PIB (en Md$) 17 968 2 423
Croissance du PIB (2015) 2,7 % 1,0 %
PIB /hab. (en $) 55 904 37 728
Population (en M) 321 64
Population urbaine 81 % 79 %
Rang du pays (population) 3 22
Stock d'IDE entrants (en Md$) 5 409 729
Rang du pays (IDE entrants) 1 8
IDH* [0 – 1] 0,91 0,88
Part de la population connectée à Internet 87 % 84 %
Dette publique (du PIB) 111,4 % 96,5 %
Facilité de faire des affaires [1 – 189] 7 27
Sources : FMI, Banque Mondiale,Pnud, Coface, UNCTADz, France Diplomatie
Risque souverain Standard & Poor's [ AAA – CC ] AA+
Rating Coface et risque de défaillance entreprises [ A1– D ] A1
Rating Coface environnement des affaires [ A1– D ] A1
*IDH : Indice de Développement Humain se fonde sur trois critères majeurs : l'espérance de vie à la naissance, le niveau d'éducation et le
niveau de vie.
Sources : FMI, Banque mondiale, PNUD, CNUCED, COFACE
0
1
2
3
4
2013 2014 2015 (p) 2016 (p) 2017 (p) 2018 (p) 2019 (p)
United States France World
Sources : International Monetary Fund, World EconomicOutlook Database, April 2015
v
Evolution de la croissance du PIB
entre 2013 et 2019 (estimations)
“Doing Business” Guide – États-Unis
1 Aperçu global du pays
Les États-Unis ont l'économie la plus importante et la plus puissante du monde. Ils sont leaders sur la scène internationale
en matière dʼIDE, à la fois en tant que premier émetteur et premier bénéficiaire.
Sʼimplanter aux États-Unis
▲Vaste marché intérieur représentant 40 %
de la consommation mondiale
▲Forts clusters régionaux, forte compétitivité
▲Attrait de la zone dollar
▲Flexibilité du marché du travail, main-
dʼœuvre qualifiée
▼Faiblesses structurelles : sous-
investissements en infrastructures
▼Coût de la santé
▼Risque juridique
LES ÉTATS-UNIS EN QUELQUES CHIFFRES
Système politique
 Nature du régime : Fédération
dʼÉtats. République
démocratique
 Président des États-Unis
dʼAmérique : Barack Obama,
(2008-2016)
 Vice-Président : Joe Bidden
(20 janvier 2009)
 Secrétaire dʼÉtat : John Kerry
(1er février 2013)
Données générales
 Capitale : Washington
 Langue officielle : Anglais
 Monnaie : Dollar Américain
(USD)
 Taux de change (17/05/16) :
1 USD = 0,88 EUR
 Région : Amérique du Nord
 Classification : Haut revenu -
Membre OCDE
2 Risque et climat des affaires
3 Indicateurs clés
4 5
4
 la 1ère puissance agricole
 le 1er premier importateur mondial de marchandises
 le 2ème exportateur mondial de marchandises
 le 1er importateur et exportateur mondial de services commerciaux
Indicateurs (2015) États-Unis France
Rang du pays (PIB) 1 6
PIB (en Md$) 17 968 2 423
Croissance du PIB (2015) 2,7 % 1,0 %
PIB /hab. (en $) 55 904 37 728
Population (en M) 321 64
Population urbaine 81 % 79 %
Rang du pays (population) 3 22
Stock d'IDE entrants (en Md$) 5 409 729
Rang du pays (IDE entrants) 1 8
IDH* [0 – 1] 0,91 0,88
Part de la population connectée à Internet 87 % 84 %
Dette publique (du PIB) 111,4 % 96,5 %
Facilité de faire des affaires [1 – 189] 7 27
Sources : FMI, Banque Mondiale,Pnud, Coface, UNCTADz, France Diplomatie
Risque souverain Standard & Poor's [ AAA – CC ] AA+
Rating Coface et risque de défaillance entreprises [ A1– D ] A1
Rating Coface environnement des affaires [ A1– D ] A1
*IDH : Indice de Développement Humain se fonde sur trois critères majeurs : l'espérance de vie à la naissance, le niveau d'éducation et le
niveau de vie.
Sources : FMI, Banque mondiale, PNUD, CNUCED, COFACE
0
1
2
3
4
2013 2014 2015 (p) 2016 (p) 2017 (p) 2018 (p) 2019 (p)
United States France World
Sources : International Monetary Fund, World EconomicOutlook Database, April 2015
v
Evolution de la croissance du PIB
entre 2013 et 2019 (estimations)
717170
Dossier ETI superformantesDossier ETI superformantes
“Doing Business” Guide – États-Unis
10 BONNES RAISONS DE SʼIMPLANTER AUX ÉTATS-UNIS
 1er importateur mondial (marchandises et services).
 Réglementation douanière accessible et relativement
transparente, droits de douane limités en moyenne à 4 %.
 Accès au continent américain (zone de libre échange
ALENA avec le Canada et le Mexique).
 Proximité géographique et des échanges de plus en plus
significatifs avec lʼAmérique du Sud.
 1ère puissance économique au monde.
 De nombreux secteurs sont dominés par des
entreprises américaines.
 30 % des 2 000 premières entreprises mondiales sont
américaines.
 Les signes de reprise sont très positifs et la
consommation atteint de nouveau un niveau historique
dans un marché de plus de 300 millions de personnes.
 1er émetteur et 1er bénéficiaire dʼIDE.
1er marché mondial
Un esprit entrepreneurial omniprésent
1
2
 Le pays des start-up par excellence.
 Lʼesprit dʼentreprendre est fortement valorisé.
 Le Business est toujours au centre des conversations
des Américains.
 Culture « high risk, high gain ».
3
4
5
Une ouverture aux échanges inégalée
5
 Lʼinnovation est le principal moteur de lʼéconomie
américaine : informatique, médecine, aérospatial, etc.
 En particulier pour les technologies de l'information et
de la communication, dont la Silicon Valley, au sud
de San Francisco, est le fer de lance.
 La Californie représente à elle seule 25 %
des brevets déposés aux États-Unis.
 Le Nord-Est du pays et le Midwest sʼaffichent
également comme des plateformes technologiques
incontournables.
Un pays à la pointe de la technologie
Un marché du travail dynamique
 Flexibilité du marché du travail.
 Forte mobilité géographique en fonction des opportunités
professionnelles.
 Une main-dʼœuvre qualifiée et des cadres formés dans les
meilleures universités au monde.
Indice de lʼAttractivité des Pays pour les IDE
Source : A.T. Kearney Foreign Direct Investment (FDI) Confidence Index® 2015
1,40 1,60 1,80 2,00 2,20
10. Australie
9. Mexique
8. France
7. Japon
6. Bresil
5. Allemagne
4. Canada
3. Royaume Uni
2. Chine
1. Etats-Unis
“Doing Business” Guide – États-Unis
7
8
9
10
10 BONNES RAISONS DE SʼIMPLANTER AUX ÉTATS-UNIS
6
Source : World Bank 2015
6
Devenir “Américain” pour mieux
aborder le marché
 Une implantation aux États-Unis crédibilise les démarches
commerciales vis-à-vis des clients et partenaires
américains.
 La propension au « Buy American » impose une présence
locale, notamment dans de nombreux secteurs industriels.
 Une présence locale est indispensable pour espérer avoir
accès aux ressources financières des banques et des
investisseurs.
Une présence française importante
 1er pays dʼimplantation des entreprises françaises : près de
3 000 filiales actives aux Etats-Unis représentant
170 milliards de dollars de chiffre dʼaffaires et employant
550 000 personnes.
 Des dizaines de nouvelles sociétés françaises sʼimplantent
chaque année aux États-Unis par création de filiale ou via
une acquisition.
 Une perception positive des Américains pour les produits
français ainsi que les technologies et innovations.
Des effets indirects positifs en France
 Permet dʼaccompagner ses clients européens sur le
premier marché mondial.
 Effet dʼimage dʼune implantation aux Etats-Unis, visibilité
accrue notamment pour les recrutements.
Des modalités dʼimplantation
relativement simples
 Pas de restrictions dʼinvestissements pour des entreprises
étrangères (sauf secteurs de la défense).
 Processus de création de filiale simple et rapide.
 Des règles complexes pour lʼimmigration des personnes
mais différents types de visas possibles selon les
situations.
 Les États-Unis sont répertoriés comme étant la 7ème région
la plus favorable pour travailler dans le monde.
Des risques significatifs mais
maîtrisables
 Un risque juridique élevé (procès, responsabilité des
produits, etc.) mais qui se gère avec lʼaide de
professionnels locaux hautement qualifiés : avocats,
compagnies dʼassurances, etc.
 Un investissement et des dépenses de fonctionnement
locales souvent significatives qui nécessitent un strict suivi
budgétaire.Classement « Ease of Doing Business »
des principales économies mondiales
Pays (classés par PNB)
Rang mondial
(facilité des affaires)
Etats-Unis 7ème
Chine (hors Hong Kong) 90
Japon 29
Allemagne 14
Royaume-Uni 8
France 31
10 bonnes raisons de s'implanter aux 		 états-Unis 10 bonnes raisons de s'implanter aux 		 états-Unis

Contenu connexe

Similaire à Classement des Entreprises de Taille Intermédiaire surperformantes 2016

Eurazeo PME Rapport annuel
Eurazeo PME Rapport annuelEurazeo PME Rapport annuel
Eurazeo PME Rapport annuel
Eurazeo
 
Rapport Intégré Eurazeo PME 2014
Rapport Intégré Eurazeo PME 2014Rapport Intégré Eurazeo PME 2014
Rapport Intégré Eurazeo PME 2014
Sophie Botzke
 
Extrait Livre Blanc "L'Innovation au coeur des mutations de la gestion d'actifs"
Extrait Livre Blanc "L'Innovation au coeur des mutations de la gestion d'actifs"Extrait Livre Blanc "L'Innovation au coeur des mutations de la gestion d'actifs"
Extrait Livre Blanc "L'Innovation au coeur des mutations de la gestion d'actifs"
FINANCE INNOVATION
 
Presentation cr 2016
Presentation cr 2016Presentation cr 2016
Presentation cr 2016
Dominique SCALIA
 
5e observatoire des start up des cleantech green univers - Comment les start-...
5e observatoire des start up des cleantech green univers - Comment les start-...5e observatoire des start up des cleantech green univers - Comment les start-...
5e observatoire des start up des cleantech green univers - Comment les start-...
GreenUnivers.com
 
20070102 Capital Risque
20070102 Capital Risque20070102 Capital Risque
20070102 Capital Risque
capsium
 
Startup barometre et-performance-economique-sociale-startup-numeriques-2014 ...
Startup barometre et-performance-economique-sociale-startup-numeriques-2014  ...Startup barometre et-performance-economique-sociale-startup-numeriques-2014  ...
Startup barometre et-performance-economique-sociale-startup-numeriques-2014 ...
Christophe Monnier
 
Ey panorama-des-entreprises-d-avenir
Ey panorama-des-entreprises-d-avenirEy panorama-des-entreprises-d-avenir
Ey panorama-des-entreprises-d-avenir
Jean Christophe Pernet
 
Etude Pwc : l'entreprise familiale, un modèle durable
Etude Pwc : l'entreprise familiale, un modèle durableEtude Pwc : l'entreprise familiale, un modèle durable
Etude Pwc : l'entreprise familiale, un modèle durable
Ginger
 
Afic etudes 2016 creation de valeur synthese presse v finale
Afic etudes 2016 creation de valeur synthese presse v finaleAfic etudes 2016 creation de valeur synthese presse v finale
Afic etudes 2016 creation de valeur synthese presse v finale
Groupe SFC, cabinet d'expertise comptable
 
PME-ETI et Start Up...si éloignée que cela ?
PME-ETI et Start Up...si éloignée que cela ?PME-ETI et Start Up...si éloignée que cela ?
PME-ETI et Start Up...si éloignée que cela ?
KPMG_Nord
 
baromètre French Tech 2017
baromètre French Tech 2017baromètre French Tech 2017
baromètre French Tech 2017
Gaudefroy Ariane
 
Barometre sur la collaboration grands groupes et startups. / FrenchTech
Barometre sur la collaboration grands groupes et startups. / FrenchTechBarometre sur la collaboration grands groupes et startups. / FrenchTech
Barometre sur la collaboration grands groupes et startups. / FrenchTech
Richard Menneveux
 
Etude PwC/FBN France "Family Business Survey" (2014)
Etude PwC/FBN France "Family Business Survey" (2014)Etude PwC/FBN France "Family Business Survey" (2014)
Etude PwC/FBN France "Family Business Survey" (2014)
PwC France
 
Bpifrance étude ETI 2020
Bpifrance étude ETI 2020Bpifrance étude ETI 2020
Bpifrance étude ETI 2020
Bpifrance
 
Baromètre EY / France Digitale 2016 - La performance économique et sociale de...
Baromètre EY / France Digitale 2016 - La performance économique et sociale de...Baromètre EY / France Digitale 2016 - La performance économique et sociale de...
Baromètre EY / France Digitale 2016 - La performance économique et sociale de...
France Digitale
 
Enquête ETI 2016
Enquête ETI 2016Enquête ETI 2016
Enquête ETI 2016
Bpifrance
 
Baromètre ey du capital risque 1er semestre 2014
Baromètre ey du capital risque   1er semestre 2014Baromètre ey du capital risque   1er semestre 2014
Baromètre ey du capital risque 1er semestre 2014
Franck Sebag
 
Les Ateliers de L'Observatoire 2014
Les Ateliers de L'Observatoire 2014Les Ateliers de L'Observatoire 2014
Les Ateliers de L'Observatoire 2014
BPCE
 
Panorama des candidats start-up de l'édition 2015 du Prix de l'Entrepreneur d...
Panorama des candidats start-up de l'édition 2015 du Prix de l'Entrepreneur d...Panorama des candidats start-up de l'édition 2015 du Prix de l'Entrepreneur d...
Panorama des candidats start-up de l'édition 2015 du Prix de l'Entrepreneur d...
EY
 

Similaire à Classement des Entreprises de Taille Intermédiaire surperformantes 2016 (20)

Eurazeo PME Rapport annuel
Eurazeo PME Rapport annuelEurazeo PME Rapport annuel
Eurazeo PME Rapport annuel
 
Rapport Intégré Eurazeo PME 2014
Rapport Intégré Eurazeo PME 2014Rapport Intégré Eurazeo PME 2014
Rapport Intégré Eurazeo PME 2014
 
Extrait Livre Blanc "L'Innovation au coeur des mutations de la gestion d'actifs"
Extrait Livre Blanc "L'Innovation au coeur des mutations de la gestion d'actifs"Extrait Livre Blanc "L'Innovation au coeur des mutations de la gestion d'actifs"
Extrait Livre Blanc "L'Innovation au coeur des mutations de la gestion d'actifs"
 
Presentation cr 2016
Presentation cr 2016Presentation cr 2016
Presentation cr 2016
 
5e observatoire des start up des cleantech green univers - Comment les start-...
5e observatoire des start up des cleantech green univers - Comment les start-...5e observatoire des start up des cleantech green univers - Comment les start-...
5e observatoire des start up des cleantech green univers - Comment les start-...
 
20070102 Capital Risque
20070102 Capital Risque20070102 Capital Risque
20070102 Capital Risque
 
Startup barometre et-performance-economique-sociale-startup-numeriques-2014 ...
Startup barometre et-performance-economique-sociale-startup-numeriques-2014  ...Startup barometre et-performance-economique-sociale-startup-numeriques-2014  ...
Startup barometre et-performance-economique-sociale-startup-numeriques-2014 ...
 
Ey panorama-des-entreprises-d-avenir
Ey panorama-des-entreprises-d-avenirEy panorama-des-entreprises-d-avenir
Ey panorama-des-entreprises-d-avenir
 
Etude Pwc : l'entreprise familiale, un modèle durable
Etude Pwc : l'entreprise familiale, un modèle durableEtude Pwc : l'entreprise familiale, un modèle durable
Etude Pwc : l'entreprise familiale, un modèle durable
 
Afic etudes 2016 creation de valeur synthese presse v finale
Afic etudes 2016 creation de valeur synthese presse v finaleAfic etudes 2016 creation de valeur synthese presse v finale
Afic etudes 2016 creation de valeur synthese presse v finale
 
PME-ETI et Start Up...si éloignée que cela ?
PME-ETI et Start Up...si éloignée que cela ?PME-ETI et Start Up...si éloignée que cela ?
PME-ETI et Start Up...si éloignée que cela ?
 
baromètre French Tech 2017
baromètre French Tech 2017baromètre French Tech 2017
baromètre French Tech 2017
 
Barometre sur la collaboration grands groupes et startups. / FrenchTech
Barometre sur la collaboration grands groupes et startups. / FrenchTechBarometre sur la collaboration grands groupes et startups. / FrenchTech
Barometre sur la collaboration grands groupes et startups. / FrenchTech
 
Etude PwC/FBN France "Family Business Survey" (2014)
Etude PwC/FBN France "Family Business Survey" (2014)Etude PwC/FBN France "Family Business Survey" (2014)
Etude PwC/FBN France "Family Business Survey" (2014)
 
Bpifrance étude ETI 2020
Bpifrance étude ETI 2020Bpifrance étude ETI 2020
Bpifrance étude ETI 2020
 
Baromètre EY / France Digitale 2016 - La performance économique et sociale de...
Baromètre EY / France Digitale 2016 - La performance économique et sociale de...Baromètre EY / France Digitale 2016 - La performance économique et sociale de...
Baromètre EY / France Digitale 2016 - La performance économique et sociale de...
 
Enquête ETI 2016
Enquête ETI 2016Enquête ETI 2016
Enquête ETI 2016
 
Baromètre ey du capital risque 1er semestre 2014
Baromètre ey du capital risque   1er semestre 2014Baromètre ey du capital risque   1er semestre 2014
Baromètre ey du capital risque 1er semestre 2014
 
Les Ateliers de L'Observatoire 2014
Les Ateliers de L'Observatoire 2014Les Ateliers de L'Observatoire 2014
Les Ateliers de L'Observatoire 2014
 
Panorama des candidats start-up de l'édition 2015 du Prix de l'Entrepreneur d...
Panorama des candidats start-up de l'édition 2015 du Prix de l'Entrepreneur d...Panorama des candidats start-up de l'édition 2015 du Prix de l'Entrepreneur d...
Panorama des candidats start-up de l'édition 2015 du Prix de l'Entrepreneur d...
 

Plus de Almaviva Santé

Magazine Almaviva Santé numéro 16 hiver 2024
Magazine Almaviva Santé numéro 16 hiver 2024Magazine Almaviva Santé numéro 16 hiver 2024
Magazine Almaviva Santé numéro 16 hiver 2024
Almaviva Santé
 
Magazine Almaviva Santé été 2023
Magazine Almaviva Santé été 2023Magazine Almaviva Santé été 2023
Magazine Almaviva Santé été 2023
Almaviva Santé
 
Magazine Almaviva Santé été 2022
Magazine Almaviva Santé été 2022Magazine Almaviva Santé été 2022
Magazine Almaviva Santé été 2022
Almaviva Santé
 
Magazine Almaviva Santé Janvier 2021
Magazine Almaviva Santé Janvier 2021Magazine Almaviva Santé Janvier 2021
Magazine Almaviva Santé Janvier 2021
Almaviva Santé
 
Magazine Almaviva Santé Janvier 2020
Magazine Almaviva Santé Janvier 2020Magazine Almaviva Santé Janvier 2020
Magazine Almaviva Santé Janvier 2020
Almaviva Santé
 
MAGAZINE ALMAVIVA SANTE - SEPTEMBRE 2019
MAGAZINE ALMAVIVA SANTE - SEPTEMBRE 2019MAGAZINE ALMAVIVA SANTE - SEPTEMBRE 2019
MAGAZINE ALMAVIVA SANTE - SEPTEMBRE 2019
Almaviva Santé
 
Magazine Almaviva Santé - Janvier 2019
Magazine Almaviva Santé - Janvier 2019Magazine Almaviva Santé - Janvier 2019
Magazine Almaviva Santé - Janvier 2019
Almaviva Santé
 
Almaviva Santé Magazine n°4
Almaviva Santé Magazine n°4Almaviva Santé Magazine n°4
Almaviva Santé Magazine n°4
Almaviva Santé
 
Hors série Almaviva Santé - Juin 2017
Hors série Almaviva Santé - Juin 2017Hors série Almaviva Santé - Juin 2017
Hors série Almaviva Santé - Juin 2017
Almaviva Santé
 
Almaviva Santé Magazine n°3
Almaviva Santé Magazine n°3Almaviva Santé Magazine n°3
Almaviva Santé Magazine n°3
Almaviva Santé
 
Programme de la Semaine de la Sécurité des Patients 2016 à la Clinique Arago
Programme de la Semaine de la Sécurité des Patients 2016 à la Clinique AragoProgramme de la Semaine de la Sécurité des Patients 2016 à la Clinique Arago
Programme de la Semaine de la Sécurité des Patients 2016 à la Clinique Arago
Almaviva Santé
 
Almaviva Santé Magazine n°2
Almaviva Santé Magazine n°2Almaviva Santé Magazine n°2
Almaviva Santé Magazine n°2
Almaviva Santé
 
Epu chantecler 2014
Epu chantecler 2014Epu chantecler 2014
Epu chantecler 2014
Almaviva Santé
 
EPU 8
EPU 8EPU 8
EPU 6
EPU 6EPU 6
EPU 5
EPU 5EPU 5
EPU 4
EPU 4EPU 4
EPU 3
EPU 3EPU 3
EPU
EPUEPU
Clinique de vitrolles
Clinique de vitrollesClinique de vitrolles
Clinique de vitrolles
Almaviva Santé
 

Plus de Almaviva Santé (20)

Magazine Almaviva Santé numéro 16 hiver 2024
Magazine Almaviva Santé numéro 16 hiver 2024Magazine Almaviva Santé numéro 16 hiver 2024
Magazine Almaviva Santé numéro 16 hiver 2024
 
Magazine Almaviva Santé été 2023
Magazine Almaviva Santé été 2023Magazine Almaviva Santé été 2023
Magazine Almaviva Santé été 2023
 
Magazine Almaviva Santé été 2022
Magazine Almaviva Santé été 2022Magazine Almaviva Santé été 2022
Magazine Almaviva Santé été 2022
 
Magazine Almaviva Santé Janvier 2021
Magazine Almaviva Santé Janvier 2021Magazine Almaviva Santé Janvier 2021
Magazine Almaviva Santé Janvier 2021
 
Magazine Almaviva Santé Janvier 2020
Magazine Almaviva Santé Janvier 2020Magazine Almaviva Santé Janvier 2020
Magazine Almaviva Santé Janvier 2020
 
MAGAZINE ALMAVIVA SANTE - SEPTEMBRE 2019
MAGAZINE ALMAVIVA SANTE - SEPTEMBRE 2019MAGAZINE ALMAVIVA SANTE - SEPTEMBRE 2019
MAGAZINE ALMAVIVA SANTE - SEPTEMBRE 2019
 
Magazine Almaviva Santé - Janvier 2019
Magazine Almaviva Santé - Janvier 2019Magazine Almaviva Santé - Janvier 2019
Magazine Almaviva Santé - Janvier 2019
 
Almaviva Santé Magazine n°4
Almaviva Santé Magazine n°4Almaviva Santé Magazine n°4
Almaviva Santé Magazine n°4
 
Hors série Almaviva Santé - Juin 2017
Hors série Almaviva Santé - Juin 2017Hors série Almaviva Santé - Juin 2017
Hors série Almaviva Santé - Juin 2017
 
Almaviva Santé Magazine n°3
Almaviva Santé Magazine n°3Almaviva Santé Magazine n°3
Almaviva Santé Magazine n°3
 
Programme de la Semaine de la Sécurité des Patients 2016 à la Clinique Arago
Programme de la Semaine de la Sécurité des Patients 2016 à la Clinique AragoProgramme de la Semaine de la Sécurité des Patients 2016 à la Clinique Arago
Programme de la Semaine de la Sécurité des Patients 2016 à la Clinique Arago
 
Almaviva Santé Magazine n°2
Almaviva Santé Magazine n°2Almaviva Santé Magazine n°2
Almaviva Santé Magazine n°2
 
Epu chantecler 2014
Epu chantecler 2014Epu chantecler 2014
Epu chantecler 2014
 
EPU 8
EPU 8EPU 8
EPU 8
 
EPU 6
EPU 6EPU 6
EPU 6
 
EPU 5
EPU 5EPU 5
EPU 5
 
EPU 4
EPU 4EPU 4
EPU 4
 
EPU 3
EPU 3EPU 3
EPU 3
 
EPU
EPUEPU
EPU
 
Clinique de vitrolles
Clinique de vitrollesClinique de vitrolles
Clinique de vitrolles
 

Classement des Entreprises de Taille Intermédiaire surperformantes 2016

  • 1. TOP Edition2016 surperformantes 2016 desMagazine AffairesPourunemeilleureinformationdesprofessionnels Ledes ETI des S’INVESTIR POUR MIEUX INVESTIR Excellence. Loyauté. Esprit d’entreprise. Paris Londres Francfort Milan Madrid Zurich New York San Francisco Pékin Singapour Jersey Luxembourg Chez Ardian, nous cherchons à obtenir les meilleures performances pour les 60 milliards de dollars que nous gérons ou conseillons pour nos clients. Notre approche repose sur notre conviction que le succès, pour être réellement durable, doit profiter à tous, nos investisseurs,maisaussinospartenaires,nossociétésenportefeuilleet nos employés. Cela fait toute la différence. Plus d’informations sur www.ardian.com Au30septembre2016,Ardiangèreet/ouconseille60milliardsdedollarsd’actifs. 100
  • 2. 50 Dossier ETI superformantes L a dernière étude réalisée par EY sur la l’impact du capital- transmission sur les PME a le mérite de mesurer les effets d’une ouverture du capital d’une PME à des investisseurs privés. Premier enseignement : la création de valeur trouve majoritairement sa source dans le développement économique des entreprises. En moyenne, la progression de la valeur du capital des entreprises entre la date d’entrée et de sortie des fonds provient à 74% de la progression des résultats (excédent brut d’exploitation). Ainsi au sein des entreprises accompagnées par les fonds de capital- transmission / LBO, la création de valeur s’explique majoritairement par leur développement économique et non par le remboursement de la dette financière. Dans le détail, la croissance d’excédent brut d’exploitation (EBE) dégagé par les entreprises est générée à 63% par la croissance organique et à 29% par la croissance externe. Autre enseignement, la croissance est prioritaire pour les investisseurs et l’amélioration de la structure de coûts des entreprises soutenues n’a contribué qu’à hauteur de 8% à cette performance. Deuxième enseignement : Le LBO favorise le changement de taille des entreprises et donne les moyens d’investir dans l’avenir. Ainsi, 40% de la croissance organique provient de la hausse des ventes sur le périmètre historique, 38% de l’acquisition de nouveaux marchés à l’export, et 22% d’une extension de l’offre de produits ou de services. Le capital-transmission / LBO renforce donc le modèle économique des entreprises sur les marchés existants et le développe à l’international. Les effectifs cumulés des entreprises étudiées ont augmenté de 39% (en net des entrées et des sorties de personnel) durant la période de détention par les fonds, qui a été en moyenne de 5 ans et 8 mois, soit une croissance moyenne de +6,0% par an. 4 nouveaux emplois sur 10 ont été créés sur le périmètre historique et 6 via des opérations de croissance externe après déduction des cessions de filiales opérées dans la période. Le capital-transmission / LBO permet aux entreprises de franchir de nouveaux paliers en terme de taille, tant sur le plan de l’activité que des effectifs. A noter et c’est important que les entreprises du panel ont massivement continué à investir dans leur projet de développement. Dans plus de 9 cas sur 10 elles ont augmenté (59%) ou maintenu (37%) leur niveau d’investissement corporel (Capital Expenditure), et la totalité d’entre elles ont accru (62%) ou stabilisé (38%) leurs dépenses en recherche et développement. Les fonds continuent à investir dans le potentiel de croissance des entreprises qu’ils financent. C’est d’autant plus naturel que ce potentiel de croissance est la clé de la valorisation de l’entreprise à sa revente. Le poids de la dette dans la performance de l’investissement est marginal Le désendettement financier a peu pesé dans la création de valeur (avec seulement 17% de la variation totale de la valeur des fonds propres). En effet, les fonds de LBO privilégient le réinvestissement des profits dans des projets de croissance, plutôt que dans des distributions de dividendes ou le remboursement de la dette. De facto, le financement de la croissance des entreprises améliore leur capacité à assumer leurs obligations financières et allège le poids relatif de leur dette. Grâce à la croissance des entreprises accompagnées, le poids moyen de la dette financière des entreprises de l’échantillon a été réduit de près de moitié (-42%) sur la période. Ainsi la dette financière rapportée à l’excédent brut d’exploitation global (EBE) est passée de 4,4x l’EBE en début de période de détention à 2,5x l’EBE en fin de période. Une évolution qui s’explique avant tout par la croissance delatailledesentreprisesétudiées.Pour Laurent Majubert, associé responsable de l’étude chez EY : « Cette étude sur les PME et ETI françaises est cohérente avec les constats réalisés par EY depuis maintenant 10 ans, dans le cadre d’études plus larges réalisées dans les différents pays européens. L’analyse des cessions démontre, année après année, que la croissance opérationnelle reste le principal levier de création de valeur par les fonds, alors que le désendettement financier y contribue de manière assez modeste ». ■ Le LBO stimule la croissance économique des PME et des ETI La dernière étude d’EY montre que la capital-transmission permet aux entreprises de changer de taille. D’ailleurs, en moyenne la croissance des effectifs des sociétés sous LBO est de 39% sur un peu plus de cinq ans. Partenaire de croissance des entrepreneurs, UI Gestion accompagne les entreprises dans leurs projets de développement et de transmission. UI Gestion - 22, avenue Franklin Roosevelt - 75008 Paris Tél. : 01 42 56 66 00 / Fax : 01 42 56 66 01 contact@uigestion.fr www.uigestion.fr Investisseur utile et impliqué
  • 3. 52 Dossier ETI superformantes Les partenaires privilégiés des 100 ETI françaises surperformantes en 2015 Les partenaires privilégiés des 100 ETI françaises surperformantes en 2014 Les partenaires privilégiés des 100 ETI françaises surperformantes en 2013 Noms Nombre Participations en forte croissance 1 Ardian 9 investissements Anios, Bio7, Trescal, Synerlab, Newrest, Solina, CLS, Serma 2 Siparex 8 investissements Labellemontagne, Flash Europe, Le Noble Age, Malherbe, Synchrone T, Safe 3 Equistone CPE 5 investissements Unither Pharmaceuticals, Sogetrel, Meilleurtaux, Finaxy Group, Charles & Alice 4 Mbo Partenaires 4 investissements Edouard Denis, Raphael Michel, Camusat, Kaporal 5 BPIfrance 4 investissements Synchrone Technologies, PGS, Paprex, Tockeim 6 Bridgepoint 3 investissements Acteon, Efront, Balt 7 LBO France 3 investissements Alvest, CMR Group, Materne 8 Apax Partners 3 investissements Unilabs, Texa, Europe Snack, Amplitude 9 Cobepa 3 investissements Exclusive Networks, Babilou, Socotec 10 Montagu PE 3 investissements Nemera, Arkopharma, Saint Hubert Noms Nombre Participations en forte croissance 1 Siparex 20 investissements Sipas, Le Noble Age, Malherbe, Rave, Ausy… 2 Ardian 14 investissements Anios, Bio7, Trescal, Siaci, Trescal, Solina… 3 Eurazeo/ Eurazeo PME 8 investissements Asmodée, Moncler, Colisée, Peters Surgical, Cap Vert, Flash Europe… 4 Equistone CPE 7 investissements Unither Pharmaceuticals, Sogetrel, Meilleurtaux, Finaxy Group, Charles & Alice, Adista, Camusat 5 UI Gestion 4 investissements Amaviva, Gault & Fremont, Sogal, Domidep 6 Mbo Partenaires 3 investissements Emagine, CFDP, Alkos-Cosmogen 7 Apax Partners 3 investissements Unilabs, Europe Snack, Amplitude 8 Cobepa 3 investissements Exclusive Networks, Babilou, Socotec 9 NiXEN Partners 3 investissements Babeau-Seguin, Vulcain, Weave 10 Qualium Investissement 2 investissements Sogal, IMV Technologies Noms Nombre Participations en forte croissance 1 Ardian 9 investissements Trescal, Synerlab, Diana, Newrest, Arkadin, Novark, Solina, CLS, Charlois 2 Siparex 9 investissements Rave, Marietton, Vulcain, Labellemontagne, Bouvard, Flash Europe, Le Noble Age... 3 Mbo Partenaires 5 investissements Edouard Denis, Kaporal, SMP, Raphael Michel 4 Equistone CPE 3 investissements Unither Pharmaceuticals, Sogetrel, Charles & Alice 5 Apax Partners 3 investissements Unilabs, Infopro, Inseec 6 LBO France 3 investissements Averys, MediPôle-Partenaires, Alvest 7 NiXEN Partners 2 investissements Ludendo, Ceva 8 Qualium Investissement 2 investissements Poult, Mériguet 9 Bridgepoint 2 investissements MediPôle-Partenaires, Flexitallic 10 21 Partners 2 investissements Averys, Sud Robinetterie üü g Source:MagazinedesAffairesSource:MagazinedesAffairesSource:MagazinedesAffaires Mayer Brown est un cabinet d’avocats international présent sur les principales places financières dans le monde. Avec plus de 1500 avocats dans le monde, le cabinet dispose d’une plate- forme internationale de tout premier plan. Mayer Brown est ainsi en mesure d’assister ses clients sur des opérations de dimension internationale et de leur offrir un accès privilégié à l’expertise locale de ses avocats. Mayer Brown est l’un des cabinets les plus ancrés et des plus solides de la place. Legal 500 EMEA ” ”20AvenueHoche,75008Paris,France | +33153534343 | www.mayerbrown.com
  • 4. 54 Dossier ETI superformantes MdA : Les derniers chiffres de l'Afic montrent le capital investissement regagne du terrain en France avec plus de 1000 PME soutenues au premier semestre 2016. Comment interprétez-vous ces chiffres ? Olivier Millet : En effet, au 1er semestre 2016 le capital-investissement français a franchi un nouveau palier avec plus de 1.000 entreprises financées. Des start-up, PME et ETI ont reçu 5,5 milliards d’euros de capitaux sur cette période pour donner vie à leurs projets de croissance. C’est 47% de plus que l’an passé sur la même période ! Ces excellents chiffres traduisent la montée en puissance progressive du capital- investissement français comme nouvelle forme d’actionnariat professionnel qui finance et accompagne les entreprises. C’est une très bonne nouvelle pour l’économie française, car cela traduit la dynamique des PME et ETI qui portent une grande partie de la croissance française. C’est également le signe de la confiance des entrepreneurs vis-à-vis du capital-investissement, où des actionnaires, pour un mandat en moyenne de 5 à 6 ans, deviennent les co-constructeurs de la croissance des entreprises. MdA : Vous disiez il y a un an que nos PME sont deux fois plus nombreuses que les PME allemandes ou anglaises mais aussi deux fois plus petites. Pensez-vous que nos PME peuvent rattraper leur retard et à quel horizon de temps ? Olivier Millet : Oui je pense que la France a tous les talents pour faire croître en taille ses PME. Elle dispose tout d’abord du talent entrepreneu- rial. Les managers français évoluent dans un environnement économique, réglementaire, fiscal, extrêmement complexe, spécifique à la France, dont on peut souhaiter qu’il évolue vers un allégement et une plus grande stabilité. Malgré cela, force est de constater que nous disposons de managers de très grande qualité qui ont de l’ambition pour leur entreprise et qui réussissent. La France a également la chance d’avoir une industrie du capital-inves- tissement qui s’est construite au cours de ces 30 dernières années. Elle a at- teint un stade de maturité, fait preuve d’un haut niveau de professionna- lisme, et apporte une grande diversité avec près de 300 sociétés de capital-in- vestissement pour servir tous les types d’entreprises. Nous sommes donc bien armés pour rattraper notre retard et construire de nouveaux champions, pour autant que la confiance dans l’en- treprise, insufflée par les politiques se poursuive. MdA : Nous sortons la 37ème édition du Guide des ETI surperformantes mettant à l'honneur les ETI surperformantes. A notre grande surprise, il y a trois ans, nous avions découvert que plus de la moitié de ces ETI avaient à leur capital un fonds d'investissement. Les deux dernières éditions confirment largement cette tendance. Quelle signification donnez-vous à ces chiffres ? Olivier Millet : Vous avez raison de le signaler ! On ne le dit pas assez, mais nous réinvestissons plusieurs fois dans les entreprises. Comme le montrent à nouveau les chiffres du 1er semestre 2016, 6 entreprises sur 10 accompa- gnées par le capital-investissement français ont bénéficié de réinvestis- sements, qui ont représenté 45% des montants alloués. De surcroît la rota- tion du marché se fait en grande partie auprès de fonds de capital-investisse- ment qui repartent pour une nouvelle étape de 5 à 6 ans aux côtés des diri- geants. Nous contribuons à construire des entreprises plus grandes et plus fortes qui ont bien compris l’impor- tance et l’intérêt d’avoir un actionna- riat stable, pour mener à bien leurs projets de transformation et mieux faire face à la concurrence mondiale. ■ 3 Questions à : Olivier Millet Président de l'Afic Nous contribuons à construire des entreprises plus grandes et plus fortes qui ont bien compris l’importance et l’intérêt d’avoir un actionnariat stable, pour mener à bien leurs projets de transformation et mieux faire face à la concurrence mondiale ‘‘ ’’ McDermott Will & Emery conducts its practice through separate legal entities in each of the countries where it has offices. This communication may be considered attorney advertising. Previous results are not a guarantee of future outcome. www.mwe.com Au-delà d’une vision commune, l’esprit d’entreprendre. McDermott Will & Emery est l’un des plus importants cabinets d’avocats internationaux. Il compte plus de 1100 avocats répartis au sein de 20 bureaux dans le monde entier. Afin de répondre aux exigences d’une clientèle internationale exerçant des activités en France, le bureau de Paris de McDermott se concentre sur les transactions transfrontalières, en offrant aux clients des conseils dans les grands domaines d’expertise de McDermott, à savoir les fusions & acquisitions, le private equity, la fiscalité, le droit de la concurrence, le droit public, le droit social, le contentieux, la propriété intellectuelle, l’arbitrage international et l’Afrique. 23 rue de l’Université 75007 Paris - Tél: +33 1 81 69 15 00
  • 5. 56 Dossier ETI superformantes Société Taux de croissance CA 2015 en M€ Nature de l'actionnariat 1 Capcom 97% 95 Omnes Capital, Management 2 Almaviva 81% 222 UI Gestion, GIMV, SRS, Management 3 Elsan 70% 1 200 CVC Capital Partners 4 Critéo 60% 1 193 Groupe coté, Index Ventures 5 Trigo 55% 207 Ardian, Management 6 Asmodée 55% 270 Eurazeo 7 Meilleurtaux 50% 120 Equistone CP, Management 8 Texa 48% 181 Naxicap Partners, Management 9 Colisée 45% 264 Eurazeo PME, Management 10 Sipas 43% 60 Siparex, Management 11 Wavestone 43% 233 Groupe coté 12 Solina Group 40% 303 Ardian, Management 13 Sogetrel 40% 259 Quilvest, Management 14 Grands Frais 39% 776 Siparex, Management 15 Peters Surgical 36% 63 Eurazeo PME, Management 16 Soitec 36% 232 CDC, BPIFrance 17 ProwebCE 32% 122 Edrip, IRIS 18 Exclusive Group 31% 840 Cobepa, Management 19 Sogal 30% 87 UI Gestion, Qualium, Management 20 Groupe Delpharm 30% 380 Groupe familial 21 La Maison Bleue 30% 100 Towerbrook, BPIFrance 22 Nemera 30% 82 Montagu PE, Management 23 Amaris France 30% 103 Management 24 Sia Partners 30% 115 Management 25 Esker 27% 59 Ardian, Management 26 Evolis 27% 77 Ardian, Management 27 Moncler 27% 880 Eurazeo 28 Showroomprivé 26,6% 443 Groupe coté 29 Efront 25% 90 Bridgepoint, coté 30 Oeneo 24% 211 Groupe familial Source : Magazine des Affaires Classement des 100 ETI françaises surperformantes Sur 4800 ETI françaises, 200 sont dites surperformantes (c'est-à-dire que leur CA croît de plus de 7% sur l'année). Sur ces 200 pépites, 72% étaient soutenues dans leur croissancepardesfondsd'investissement.AprèsSofteam(2014)etExclusiveNetworks (2015), notre Lauréat 2016 la société Capcom qui affichait 97% de croissance. Pour l’instinct, un conseil externe est la bonne solution. Pour la raison, la croissance est entre vos mains.
  • 6. 58 Dossier ETI superformantes Société Taux de croissance CA 2015 en M€ Nature de l'actionnariat 31 MGI Coutier 24% 860 Groupe coté 32 Le Belier 23% 319 Groupe coté 33 Trigano 22,5% 1317 Groupe coté 34 Adista 22,5% 66,6 Equistone CP, Management 35 Jacquet Metal Service 22,3% 1 377 Groupe coté (Jsa) 36 Orolia 22% 98 Eurazeo PME, Management 37 Fromagerie Guilloteau 22% 69 Idia, Management 38 Legallais 22% 220 Gimv, Management 39 Naturex 21,8% 398 Groupe coté (SGD, Caravelle…) 40 Vignal 21% 83 Eurazeo PME, Management 41 Cap Vert 20% 96 Eurazeo PME, Management 42 Gault & Frémont 20% 51,4 UI Gestion, Management 43 Invivo 20% 1500 Eurazeo 44 Pellenc 20% 212 Somfi Participations 45 Paprec 20% 900 Bpifrance, Management 46 Guerbet 19,5% 489 Groupe coté (Famille Guerbet) 47 Le Noble Age 19,3% 424 Groupe coté, Siparex 48 Scopelec 19% 304 Coorpérative 49 Fintrax 19% 212 Eurazeo 50 LNA 19% 425 Siparex, Management 51 Groupe Gorge 18,6 265 Groupe coté 52 Ouveo 18,5% 610 Ardian, Management 53 OVH 18% 250 Familial 54 Webhelp 18% 575 Dirigeants, KKR 55 Sword 17,5% 138 Ardian, Management 56 RAVE 17% 126 Siparex, Management 57 Trescal 16,8% 217 Ardian, Management 58 1000Mercis 16,6% 52 Ardian, Management 59 Acteon 16% 138 Bridgepoint, Management 60 Clasquin 16% 234 Groupe coté 61 Vulcain Ingénierie 16% 52,8 Nixen Partners 62 Ausy 15,5% 394 Siparex, Management 63 Legallais 15% 223 Siparex, Management 64 Edouard Denis 15% 180 Mbo Partenaires L’expert du capital accompagnement en Agroalimentaire et Agro-industries Extrait du portefeuille IDIA Capital Investissement 100, boulevard du Montparnasse - 75682 PARIS Cedex 15 Tél. +33 (0)1 43 23 24 24 www.ca-idia.com SNACKING FRUITS ET LÉGUMES LÉGUMES, LAIT ET BOISSONS SANTÉ ANIMALE CAFÉS ET BOISSONS AUX FRUITS EXPORTATION DE VINS NUTRITION ET SANTÉ ANIMALES DISTRIBUTION DE BOISSONS DISTRIBUTION AUTOMATIQUE (CAFÉ…) COOPÉRATIVE, POLYCULTURE, ÉLEVAGE... TRANSFORMATION DE CÉRÉALES CRUS BOURGEOIS DE MARGAUX SUCRE ET AMIDON SÉLECTION GÉNÉTIQUE TRANSFORMATION D’OLÉAGINEUX SEMENCES ET PRODUITS CÉRÉALIERS TRANSPORT FRIGORIFIQUE PÂTES JAUNES, CRÊPES... BISCUITERIE, PÂTES ET SEMOULE PRODUCTION ET NÉGOCE DE VINS Source : Magazine des Affaires Classement des 100 ETI françaises surperformantes
  • 7. 616160 Dossier ETI superformantesDossier ETI superformantes Société Taux de croissance CA 2015 en M€ Nature de l'actionnariat 65 Groupe Aqualande 15% 100 Coopérative agricole 66 Labellemontagne 14,3% 75 Siparex, Management 67 Charles et Alice 14% 76 Equistone CPE 68 Maped 14% 192 Siparex, Management 69 Domidep 14% 179 UI Gestion, Management 70 Environnement Sa 13,7% 71 Ardian, Management 71 ECM 13,6% 51 Siparex, Management 72 Amplitude 13,6% 80,7 Apax Partners 73 Delfingen Industry 13,5% 172 Familial 74 HR Path 13,5% 50-75 Ardian, Management 75 CLS 13,1% 109 Ardian, Management 76 Aubay 12,5% 135 groupe coté, Management 77 LDLC 12,2% 320 Groupe coté 78 Actia Group 12,2% 381 Groupe coté 79 Mauffrey 12% 196 Siparex, Management 80 Believe Digital 12% 94 Siparex, Management 81 Bouvard 12% 217 Siparex, Management 82 Ceva 12% 857 Temasek, Sagard, Management 83 Bastide LCM 12% 191 groupe coté 84 Ligier 11,6% 98 Siparex, Management 85 Artelia 11% 405 Salariés, CM CIC Capital Privé 86 SQLI 11% 179 Groupe coté 87 Babeau Seguin 10,6% 127,1 Nixen Partners 88 Virbac 10,3% 852 Groupe coté (Famille Dick) 89 IMV Technologies 10% 77 Qualium, Management 90 Interparfums 10% 327 Groupe coté 91 Emagine 10% 100 Mbo Partenaires 92 Coquelle 10% 65 Siparex, Management 93 Demeco 10% 82 Siparex, Management 94 Babilou 10% 220 Cobepa, SG CP, Raise 95 Metal Trading 10% 63,8 Personnes Physiques 96 Siaci 10% 238 Ardian, Management 97 Finaxy Group 10% 447 Equistone CPE, Management 98 Camusat 10% 175 Equistone CPE, Management 99 Mecaplast 9% 282 Equistone CPE, Management 100 Alkos Cosmogen 9% 51 Mbo Partenaires 9% Mbo partenairesSource : Magazine des Affaires Classement des 100 ETI françaises surperformantes lamartineconseil.com S O C I É T É D ’ A V O C A T S Au service des acteurs du capital investissement
  • 8. 62 Dossier ETI superformantes a cédé a cédé ont acquis a recomposé son actionnariat et refinancé sa dette Omnes Capital, Parquest Capital et Vivalto ont cédé à IK Investment Partners à Apax Partners auprès de Bridgepoint & Eurazeo à CDCIC, Mubadala et MACSF 32, rue de Lisbonne - 75008 Paris, France www.natixispartners.com Juin 2016 Septembre 2016 Mai 2016 Mai 2016 Février 2016Avril 2016 Janvier 2016 Conseil de l’Acquéreur Conseil du Vendeur Conseil de l’Acquéreur Conseil des AcquéreursConseil du Groupe Conseil des Vendeurs Conseil du Vendeur auprès d’Equistone a acquis SELECTION DETRANSACTIONS REALISEES EN 2016 a cédé à Ardian Juillet 2016 Conseil de l’Acquéreur et le management ont acquis CONSEIL EN FUSIONS-ACQUISITIONS Natixis Partners, anciennement Leonardo & Co. France, est l’entité de Natixis dédiée au Conseil en Fusions- Acquisitions pour les transaction Midcap et Private Equity. Elle dispose d’une équipe Debt Advisory et d’un réseau international de plus de 45 bureaux dans le monde avec des équipes M&A locales aux Etats-Unis (Peter J. Solomon Company), en Espagne, en Italie et en Asie. La banque d’affaires, dirigée par une équipe d’associés qui travaillent ensemble depuis plus de 10 ans, a conseillé plus de 150 transactions sur les 5 dernières années. a cédé à Naxicap Partners Juillet 2016 Conseil du Vendeur Depuis la création du Réseau Qualium PME, nous avons identifié plus de 30 cibles de croissance externe ‘‘ ’’ Quel est l'apport réel des fonds dans le développement international des ETI ? L'exemple du Réseau Qualium PME Pour 7 ETI sur 10, la croissance externe est le principal levier de croissance. Quand il s'agit d'aller à l'international, l'expérience des fonds fait souvent la différence car elle permet d'identifier les bonnes cibles et de les intégrer. Jean Eichenlaub a accepté de revenir sur l'apport du réseau international de Qualium Investissement. des ETI de 1 000 à 5 000 salariés ont réalisé une ou des opérations de croissance externe dans les cinq dernières années. 45% des ETI qui ont déjà réalisé une opération de croissance externe au cours des cinq dernières années prévoient d’en refaire une dans les deux prochaines années. 43% MDA : Qu'apporte concrètement le réseau Qualium PME dans la croissance de sociétés telles qu'IMV Technologies, Sogal ou Poult ? Jean Eichenlaub : Les partenaires de Qualium Investissement apportent au départ leur connaissance de la région et leur carnet d’adresses. Ils aident principalement les entreprises à mieux connaitre les particularités de l’organisation locale et les arcanes de leur administration, notamment pour les appels d’offres. Ils organisent des roadshows pour rencontrer des clients potentiels, et/ou identifient des cibles de croissance externe (plus de 30 depuis la création), voire des partenaires locaux pour création de structures locales, de JV, etc. Par exemple, pour Mériguet : création de la filiale EDM Brésil ; création d’une filiale au Qatar. MDA : Quelles sont les destinations privilégiées des participations de Qualium Investissement ? Jean Eichenlaub : Compte tenu des investissements dans des PME françaises, le chiffre d’affaires des sociétés du portefeuille de Qualium Investissement est encore à près des 2/3 français, 25% dans le reste de l’Europe et le solde se répartissant dans les autres pays du monde. La stratégie à l’export des sociétés est éminemment dépendante de leur activité et leur développement à l’international est avant tout pragmatique (ex. Mériguet, société ayant une clientèle « haut de gamme» ne peut pas avoir une stratégie de développement dans les mêmes pays que Sogal dont les produits sur-mesure sont plus difficilement exportables vers des pays très lointains…). Les PME du portefeuillesontengénéralarméespour développer leur activité à l’export dans les pays européens, soit par croissance organique, soit par croissance externe (ex. Poult/Banketgroep au Pays-Bas, Invicta/CarminettiMonteGrappa en Italie, etc.). En revanche, elles n’ont pas toujours les compétences en interne pour se développer dans des pays plus lointains, d’où la création du Réseau Qualium PME pour les aider (si elles le souhaitent) au Moyen Orient, en Russie, en Amérique Latine et en Asie. Certains de ces pays sont actuellement en situation délicate sur le plan économique (embargo russe, difficultés au Brésil, etc.), mais la présence de nos partenaires sur place permet de pérenniser les relations locales et aux sociétés d’être « prêtes » dès que ces régions s’ouvriront de nouveau ou retrouveront la croissance. ■ Jean Eichenlaub Président de Qualium Investissement
  • 9. 656564 Dossier ETI superformantesDossier ETI superformantes La croissance de son PIB devrait atteindre cette année 1,6 % selon la Banque fédérale allemande (Bundesbank). La situation économique actuelle et l’évolution de la conjoncture sont encourageantes. L’introduction en janvier 2015 d’un salaire minimum (8,50 euros de l’heure) soutient la consommation interne. Le positionnement de l’Allemagne est tel que le pays bénéficiera à terme de la reprise de la croissance en zone Euro, même si celle-ci se fait encore attendre. Par ailleurs, l’accueil et l’intégration des réfugiés en Allemagne constituent un immense défi sur le plan politique et social mais aussi un relai de croissance pour l’économie allemande confrontée au vieillissement de sa population active. Pourquoi une entreprise française devrait-elle investir en Allemagne aujourd’hui ? L’Allemagne bénéficie d’un environnement des affaires favorable, à la fois stable et sûr. Elle dispose d’avantages structurels qui favorisent les investissements étrangers sur son territoire tels qu’une main d’œuvre qualifiée (des ingénieurs dans les domaines de la chimie, pharmacie, automobile, mécanique notamment), une position géographique au cœur de l’Europe et d’excellentes infrastructures. Enfin, c’est le marché de consommateurs le plus important en Europe avec plus de 80 millions d’habitants. Que conseillez-vous aux entreprises françaisesquisouhaitents'implanter en Allemagne ? Il faut bien s’informer sur le pays et ses pratiques avant de s’engager dans toute forme d’investissement. Ce pays est certes voisin, mais possède de nombreuses particularités : il est primordial de connaitre les réglementations juridiques et fiscales, les conditions d'une éventuelle activité entrepreneuriale, les façons de travailler ainsi que les attentes de vos partenaires et clients. Il existe des spécificités marquées au niveau de l’organisation des acteurs économiques, provenant de l’histoire du pays et des différences profondément ancrées dans la perception collective des citoyens allemands. ■ L' Allemagne, une destination prisée par les ETI françaises L’Allemagne s’affiche depuis plusieurs années comme le leader économique de l’Europe, plus particulièrement depuis les crises des sub-primes et de la dette souveraine. Malgré ces crises ainsi que le défi permanent de l’intégration des nouveaux Länder, l’Allemagne enregistre un taux de chômage de seulement 4,6 %. Par ailleurs, la balance commerciale excédentaire atteint presque 300 milliards d’euros en 2015 et l’équilibre de ses finances publiques témoignent de la vigueur de son économie. Tableau des indicateurs clés “Doing Business” Guide - Allemagne 1 Aperçu global du pays LʼAllemagne est le 1er partenaire commercial de la France et la 2ème destination des investissem LʼALLEMAGNE EN QUELQUES CHIFFRES Système politique  Nature du régime : République fédérale. Démocratie parlementaire  Chef de lʼEtat : Joachim Gauck (18 mars 2012)  Chef du Gouvernement, Chancelière : Angela Merkel (17 décembre 2013) Données générales  Capitale : Berlin  Langue officielle : Allemand  Monnaie : Euro (EUR)  Région : Union Européenne  Classification : Haut revenu - Membre OCDE 2 Risque et climat des affaires 3 Indicateurs clés 4 5  la 4ème économie mondiale  la 1ère économie européenne  le 2ème plus grand exportateur au monde de biens indu  le 1er pays pour les investisseurs étrangers en Europe Indicateurs (2015) Allemagne France Rang du pays (PIB) 4 6 PIB (en Mds$) 3 371 2 423 Croissance du PIB (2015) 1,6% 1,0% PIB /hab. (en $) 41 267 37 728 Population (en M) 82 64 Population urbaine 75% 79% Rang du pays (population) 16 22 Stock d'IDE entrants (en Mds$) 744 729 Rang du pays (IDE entrants) 7 8 IDH* [0 – 1] 0,910 0,88 Part de la population connectée à Internet 86% 84% Dette publique (du PIB) 71,4% 96,5% Facilité de faire des affaires [1 – 189] 15 27 Risque souverain Standard & Poor's [ AAA – CC ] AAA Rating Coface et risque de défaillance entreprises [ A1– D ] A1 Rating Coface environnement des affaires [ A1– D ] A1 Sources : April 2015 E 0% 1% 2% 3% 4% 5% ( p) : Prévisio Sources : F Diplomatie ▲1er pa 1ère p ▲Tissu ▲March popul ▲Stabil ▼Popu ▼Manq ▼Coût *IDH : Indice de Développement Humain se fonde sur trois critères majeurs : l'espérance de vie à la naissance, le niveau d'éducation et le niveau de vie. Sources : Eurostat, FMI, Banque mondiale, PNUD, CNUCED, COFACE MdA : Vous accompagnez les PME/ ETI françaises dans leur croissance à l'international depuis 20 ans. Diriez- vous que la culture internationale des PME s'est accélérée ces dernières années ? A.L. : Je ne dirai pas qu’elle s’est accélérée mais qu’elle a plutôt fait preuve d’une mutation… Ces dernières années et notamment depuis 2008, beaucoup d’entreprises ont été confrontées à la crise et à une croissance faible. Dans ce monde instable, certaines ont eu tendance à se replier sur elles-mêmes et d’autres, plus « courageuses », ont pu saisir des opportunités à l’international… Les gagnantes sont incontestablement cette 2ème catégorie…D’autre part, le terme « PME » est devenu trop générique. Il y a les start-ups qui sont de plus en plus nombreuses et qui sont de suite globales et internationales… Les PME recouvrent une réalité très divergente selon le secteur d’activité et la taille. Enfin, les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) qui étaient, pour la plupart, déjà internationales, ont continué leur développement notamment au travers d’opérations de croissanceexterne,souventdansdespays matures (Etats-Unis, Europe…) pour gagner rapidement des parts de marché. Mais globalement, l’accélération du phénomène d’internationalisation par croissance externe vient du constat partagé par tous que la croissance en France dans les années qui viennent sera faible et que la croissance des entreprises de taille moyenne ou intermédiaire passera par la croissance externe, en particulier à l’étranger. MdA : Quelles sont les zones géographiques qui ont les faveur des dirigeants en 2015-2016 ? A.L. : Ces dernières années, on a pu constater un recentrage vers les pays les plus « sûrs » : ceux disposant d’une bonne croissance et d’un marché important en nombre d’habitants… Les Etats-Unis restent incontournables ainsi que l’Allemagne et le Royaume- Uni en Europe. L’Espagne a également fait son grand retour car la croissance y est forte depuis 2 ans. Parmi les pays émergents, le Chine et l’Inde restent deux locomotives importantes. Le Brésil pourrait, quant à lui, revenir dans la course en 2017 avec une croissance positive et surtout un formidable potentiel… MdA : En pratique, quelles sont les erreurs à éviter lors d'une opération de croissance externe ? A.L. : Il est vrai que réaliser une opération de croissance externe à l’international relève de la gageure ! En effet, il vous faudra surmonter de nombreux écueils : âLe manque de temps du dirigeant : une opération de croissance externe, de surcroît à l’international, exige beaucoup d’investissement en temps avec de nombreux déplacements pour rencontrer la cible et discuter les contours de l’opération… C’est un élément important à prendre en compte ; âL’impréparation du dirigeant : acquérir une cible à l’étranger demande de la préparation en amont. Il faut séduire la cible et lui démontrer en quoi l’acquisition va pouvoir lui apporter de la valeur ajoutée. C’est un travail nécessairepourquelesdiscussionssoient fluides et constructives… Cela nécessite également une réflexion en amont sur sa propre stratégie et la cohérence de celle-ci avec l’acquisition envisagée. Il en va de même pour appréhender la valorisation de la cible, qui diffère selon le contexte économique ; âSous-estimer l’approche culturelle: afin de réussir une opération de croissance externe à l’international, il est important de bien connaître la culture du pays de la cible et de s’immerger dans les nombreuses différences qui peuvent faire échouer une opération ; âNe pas s’entourer de conseils : on ne saurait enfin finir cette rapide liste sans parler du rôle des conseils (avocats, conseils M&A, fiscalistes, spécialistes en Transaction Services, etc.)… Il est important d’avoir la bonne équipe pour mener à bien une opération dans les temps, et de rappeler que les conseils jouent un rôle essentiel : un deal n’est pas un long fleuve tranquille et leur capacité à résoudre les problèmes est clé dans ce type d’opérations. ■ 3 Questions à : André Lenquette Directeur Général de Pramex International Ces dernières années, on a pu constater un recentrage vers les pays les plus « sûrs » ‘‘ ’’ Par Guillaume Truchon-Bartès, Pramex International
  • 10. 676766 Dossier ETI superformantesDossier ETI superformantes 10 BONNES RAISONS DE SʼIMPLANTER EN ALLEMAGNE  Suite aux élargissements successifs de 2004, 2007 et 2013, lʼAllemagne se situe désormais au cœur de lʼEurope et du vaste marché de lʼUnion Européenne.  Elle sʼillustre comme tremplin à lʼinternational. On y trouve par exemple pas moins de 160 salons internationaux qui rassemblent 10 millions de visiteurs par an.  Plus généralement, la position centrale de lʼAllemagne sur le continent lui confère le rôle de passerelle pour approcher les marchés de lʼEurope de lʼEst.  4ème économie mondiale en 2015  1ère économie dʼEurope en 2015  Moteur de la reprise européenne  15ème place mondiale en termes de facilité à faire des affaires Source : World Bank, Doing Business rankings. Une force économique remarquable Une position géographique centrale en Europe Le plus grand marché dʼEurope Une main dʼoeuvre qualifiée et compétitive  81% des Allemands ont lʼéquivalent du baccalauréat ou une formation professionnelle. LʼAllemagne dispose de plus de 400 universités et universités de sciences appliquées. Ainsi, ce sont plus de 85 000 personnes qui ont terminé leurs études dʼingénieurs en 2013.  Le système allemand propose une éducation duale efficace avec une formation théorique conjuguée à un enseignement pratique.  Enfin, le coût du travail reste maîtrisé en Allemagne. Les charges patronales sont beaucoup moins élevées quʼen France et sont, de surcroît, plafonnées, rendant la main-dʼœuvre qualifiée très compétitive. 1 2  LʼAllemagne est le pays le plus peuplé dʼEurope avec plus de 80 millions dʼhabitants.  Par ailleurs, cette grande puissance revendique le PIB européen le plus élevé.  La population allemande dispose dʼun pouvoir dʼachat conséquent qui représente un potentiel important pour des investisseurs. 3 4 Des infrastructures efficaces et fiables  LʼAllemagne est dotée dʼun réseau dʼinfrastructures complet et de qualité. Au total, elle compte 21 aéroports internationaux, 23 ports maritimes, 7 731 km de voies fluviales, 230 702 km de réseau routier et 37 679 km de voies ferroviaires.  Par ailleurs, l'Allemagne domine le commerce de la logistique. La qualité des réseaux d'énergie et de communication couplée à la densité des infrastructures de transport assurent un acheminement des marchandises en temps voulu et ouvrent la voie vers le succès. 5  Evalué à plus de 160 000, le nombre de Français présents en Allemagne est un atout pour une PME recherchant le profil bilingue adéquat.  Les expatriés français sont principalement installés à Munich, Francfort-sur-le-Main, Cologne et Berlin ainsi que dans les zones frontalières. Une forte communauté française 6 Sources : Chambre de commerce française dʼAllemagne ; France Diplomatie ; German Trade and Invest, Invest in Germany ; Eurostat 2015 ; Banque Mondiale  LʼAllemagne occupe la 1ère place en Europe en matière de recherche. La R&D est un secteur prioritaire dans lequel elle investit plus de 3% de son PIB.  Les PME (petites et moyennes entreprises) sont la pierre angulaire de la force industrielle allemande. Au nombre de 3,7 millions, elles contribuent au savoir-faire et à lʼinnovation en Allemagne.  De ce fait, le pays revendique un savoir-faire plus que compétitif qui lui permet dʼêtre une grande puissance industrielle.  La loi fondamentale allemande est source de liberté et de stabilité. Elle représente les bases de la démocratie allemande et se traduit par une culture non- interventionniste qui laisse dʼavantage de liberté aux acteurs économiques.  LʼAllemagne offre un environnement propice aux affaires et favorise lʼesprit dʼentreprise. Elle se classe à la 14ème place mondiale en ce qui concerne la facilité de faire des affaires. Un système de taxes avantageux  De profondes réformes ont permis de diminuer significativement l'impôt et les taxes auxquelles sont soumises les sociétés en Allemagne. LʼAllemagne est dorénavant un pays compétitif sur le plan fiscal Un savoir-faire industriel basé sur lʼinnovation Un système politique stable et un climat des affaires favorable 7 10 10 BONNES RAISONS DE SʼIMPLANTER EN ALLEMAGNE 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% France Italie Allemagne Royaume-Uni Taux d'imposition pour les sociétés en %  Les Allemands se démarquent en Europe et dans le monde pour leur productivité et ce même dans les tâches à haute valeur ajoutée.  LʼAllemagne a un rapport coût-travail parmi les meilleurs dʼEurope.  Par ailleurs, lʼenvironnement du droit du travail est très souple en Allemagne. Il existe de nombreux contrats de travail plus flexibles : CDD, mini-jobs, alternance, stages, etc. Une productivité élevée 8 9 10 bonnes raisons de s'implanter en Allemagne 10 bonnes raisons de s'implanter en Allemagne
  • 11. 696968 Dossier ETI superformantesDossier ETI superformantes La plupart des observateurs attendent une croissance toujours supérieure à 2 % en 2016. La volatilité récente des marchés financiers aux États- Unis traduit plutôt les incertitudes sur l’économie mondiale et, sur le plan interne, le coût toujours faible de l’énergie et des taux d’intérêts encore bas devraient continuer à soutenir la consommation et les investissements. Et, malgré toute l’attention médiatique portée sur les élections présidentielles de novembre, le contexte politique a finalement aujourd’hui assez peu d’impact sur l’économie. Desopportunitéspourlesentreprises françaises Nouscontinuonsàobserverdesvolumes importants d’implantations aux États- Unis par des entreprises françaises attirées par la taille et le dynamisme du pays, et qui s’y installent en y créant une filiale ou bien en rachetant un acteur local pour être immédiatement « américain ». Le flux d’implantation des startup françaises aux Etats-Unis s’est accéléré depuis 18 mois Le flux d’implantation des start-up françaises aux Etats-Unis s’est également accéléré depuis 18 mois et nombre d’entre-elles lèvent des fonds en France spécifiquement pour financer une implantation outre- Atlantique et se rapprocher d’un écosystème très puissant qui facilite ensuite leur développement. Malgré l’attractivité du marché et l’apparente facilité à s’implanter aux États-Unis, nous conseillons de n’envisager une implantation qu’avec des moyens humains et financiers suffisants pour être en mesure de gérer l’environnement réglementaire complexe, les risques juridiques, les recrutements, etc. Les perspectives de gains aux États-Unis sont élevées mais les risques sont aussi bien réels. ■ Le contexte économique actuel aux États-Unis reste globalement très favorable. La taille de l’économie américaine est aujourd’hui 10 % supérieure à son niveau d’avant la crise financière, alors que l’Europe vient tout juste de revenir à son niveau de 2008. Le taux chômage s’est stabilisé à 5 % et, depuis quelques mois, les salaires recommencent à augmenter, ce qui contribue à soutenir la consommation. Certains secteurs sont particulièrement porteurs, comme notamment les services, la santé, l’aéronautique civile, les produits agro-alimentaire naturels, et bien sûr les nouvelles technologies et les start-up qui, continuent à lever des fonds en venture-capital considérables aux Etats-Unis : plus de 60 milliards de dollars en 2015. Par Nicolas Ferry, Pramex International Les Etats-Unis : La destination préférée des ETI françaises Tableau des indicateurs clés “Doing Business” Guide – États-Unis 1 Aperçu global du pays Les États-Unis ont l'économie la plus importante et la plus puissante du monde. Ils sont leaders sur la scène internationale en matière dʼIDE, à la fois en tant que premier émetteur et premier bénéficiaire. Sʼimplanter aux États-Unis ▲Vaste marché intérieur représentant 40 % de la consommation mondiale ▲Forts clusters régionaux, forte compétitivité ▲Attrait de la zone dollar ▲Flexibilité du marché du travail, main- dʼœuvre qualifiée ▼Faiblesses structurelles : sous- investissements en infrastructures ▼Coût de la santé ▼Risque juridique LES ÉTATS-UNIS EN QUELQUES CHIFFRES Système politique  Nature du régime : Fédération dʼÉtats. République démocratique  Président des États-Unis dʼAmérique : Barack Obama, (2008-2016)  Vice-Président : Joe Bidden (20 janvier 2009)  Secrétaire dʼÉtat : John Kerry (1er février 2013) Données générales  Capitale : Washington  Langue officielle : Anglais  Monnaie : Dollar Américain (USD)  Taux de change (17/05/16) : 1 USD = 0,88 EUR  Région : Amérique du Nord  Classification : Haut revenu - Membre OCDE 2 Risque et climat des affaires 3 Indicateurs clés 4 5 4  la 1ère puissance agricole  le 1er premier importateur mondial de marchandises  le 2ème exportateur mondial de marchandises  le 1er importateur et exportateur mondial de services commerciaux Indicateurs (2015) États-Unis France Rang du pays (PIB) 1 6 PIB (en Md$) 17 968 2 423 Croissance du PIB (2015) 2,7 % 1,0 % PIB /hab. (en $) 55 904 37 728 Population (en M) 321 64 Population urbaine 81 % 79 % Rang du pays (population) 3 22 Stock d'IDE entrants (en Md$) 5 409 729 Rang du pays (IDE entrants) 1 8 IDH* [0 – 1] 0,91 0,88 Part de la population connectée à Internet 87 % 84 % Dette publique (du PIB) 111,4 % 96,5 % Facilité de faire des affaires [1 – 189] 7 27 Sources : FMI, Banque Mondiale,Pnud, Coface, UNCTADz, France Diplomatie Risque souverain Standard & Poor's [ AAA – CC ] AA+ Rating Coface et risque de défaillance entreprises [ A1– D ] A1 Rating Coface environnement des affaires [ A1– D ] A1 *IDH : Indice de Développement Humain se fonde sur trois critères majeurs : l'espérance de vie à la naissance, le niveau d'éducation et le niveau de vie. Sources : FMI, Banque mondiale, PNUD, CNUCED, COFACE 0 1 2 3 4 2013 2014 2015 (p) 2016 (p) 2017 (p) 2018 (p) 2019 (p) United States France World Sources : International Monetary Fund, World EconomicOutlook Database, April 2015 v Evolution de la croissance du PIB entre 2013 et 2019 (estimations) “Doing Business” Guide – États-Unis 1 Aperçu global du pays Les États-Unis ont l'économie la plus importante et la plus puissante du monde. Ils sont leaders sur la scène internationale en matière dʼIDE, à la fois en tant que premier émetteur et premier bénéficiaire. Sʼimplanter aux États-Unis ▲Vaste marché intérieur représentant 40 % de la consommation mondiale ▲Forts clusters régionaux, forte compétitivité ▲Attrait de la zone dollar ▲Flexibilité du marché du travail, main- dʼœuvre qualifiée ▼Faiblesses structurelles : sous- investissements en infrastructures ▼Coût de la santé ▼Risque juridique LES ÉTATS-UNIS EN QUELQUES CHIFFRES Système politique  Nature du régime : Fédération dʼÉtats. République démocratique  Président des États-Unis dʼAmérique : Barack Obama, (2008-2016)  Vice-Président : Joe Bidden (20 janvier 2009)  Secrétaire dʼÉtat : John Kerry (1er février 2013) Données générales  Capitale : Washington  Langue officielle : Anglais  Monnaie : Dollar Américain (USD)  Taux de change (17/05/16) : 1 USD = 0,88 EUR  Région : Amérique du Nord  Classification : Haut revenu - Membre OCDE 2 Risque et climat des affaires 3 Indicateurs clés 4 5 4  la 1ère puissance agricole  le 1er premier importateur mondial de marchandises  le 2ème exportateur mondial de marchandises  le 1er importateur et exportateur mondial de services commerciaux Indicateurs (2015) États-Unis France Rang du pays (PIB) 1 6 PIB (en Md$) 17 968 2 423 Croissance du PIB (2015) 2,7 % 1,0 % PIB /hab. (en $) 55 904 37 728 Population (en M) 321 64 Population urbaine 81 % 79 % Rang du pays (population) 3 22 Stock d'IDE entrants (en Md$) 5 409 729 Rang du pays (IDE entrants) 1 8 IDH* [0 – 1] 0,91 0,88 Part de la population connectée à Internet 87 % 84 % Dette publique (du PIB) 111,4 % 96,5 % Facilité de faire des affaires [1 – 189] 7 27 Sources : FMI, Banque Mondiale,Pnud, Coface, UNCTADz, France Diplomatie Risque souverain Standard & Poor's [ AAA – CC ] AA+ Rating Coface et risque de défaillance entreprises [ A1– D ] A1 Rating Coface environnement des affaires [ A1– D ] A1 *IDH : Indice de Développement Humain se fonde sur trois critères majeurs : l'espérance de vie à la naissance, le niveau d'éducation et le niveau de vie. Sources : FMI, Banque mondiale, PNUD, CNUCED, COFACE 0 1 2 3 4 2013 2014 2015 (p) 2016 (p) 2017 (p) 2018 (p) 2019 (p) United States France World Sources : International Monetary Fund, World EconomicOutlook Database, April 2015 v Evolution de la croissance du PIB entre 2013 et 2019 (estimations)
  • 12. 717170 Dossier ETI superformantesDossier ETI superformantes “Doing Business” Guide – États-Unis 10 BONNES RAISONS DE SʼIMPLANTER AUX ÉTATS-UNIS  1er importateur mondial (marchandises et services).  Réglementation douanière accessible et relativement transparente, droits de douane limités en moyenne à 4 %.  Accès au continent américain (zone de libre échange ALENA avec le Canada et le Mexique).  Proximité géographique et des échanges de plus en plus significatifs avec lʼAmérique du Sud.  1ère puissance économique au monde.  De nombreux secteurs sont dominés par des entreprises américaines.  30 % des 2 000 premières entreprises mondiales sont américaines.  Les signes de reprise sont très positifs et la consommation atteint de nouveau un niveau historique dans un marché de plus de 300 millions de personnes.  1er émetteur et 1er bénéficiaire dʼIDE. 1er marché mondial Un esprit entrepreneurial omniprésent 1 2  Le pays des start-up par excellence.  Lʼesprit dʼentreprendre est fortement valorisé.  Le Business est toujours au centre des conversations des Américains.  Culture « high risk, high gain ». 3 4 5 Une ouverture aux échanges inégalée 5  Lʼinnovation est le principal moteur de lʼéconomie américaine : informatique, médecine, aérospatial, etc.  En particulier pour les technologies de l'information et de la communication, dont la Silicon Valley, au sud de San Francisco, est le fer de lance.  La Californie représente à elle seule 25 % des brevets déposés aux États-Unis.  Le Nord-Est du pays et le Midwest sʼaffichent également comme des plateformes technologiques incontournables. Un pays à la pointe de la technologie Un marché du travail dynamique  Flexibilité du marché du travail.  Forte mobilité géographique en fonction des opportunités professionnelles.  Une main-dʼœuvre qualifiée et des cadres formés dans les meilleures universités au monde. Indice de lʼAttractivité des Pays pour les IDE Source : A.T. Kearney Foreign Direct Investment (FDI) Confidence Index® 2015 1,40 1,60 1,80 2,00 2,20 10. Australie 9. Mexique 8. France 7. Japon 6. Bresil 5. Allemagne 4. Canada 3. Royaume Uni 2. Chine 1. Etats-Unis “Doing Business” Guide – États-Unis 7 8 9 10 10 BONNES RAISONS DE SʼIMPLANTER AUX ÉTATS-UNIS 6 Source : World Bank 2015 6 Devenir “Américain” pour mieux aborder le marché  Une implantation aux États-Unis crédibilise les démarches commerciales vis-à-vis des clients et partenaires américains.  La propension au « Buy American » impose une présence locale, notamment dans de nombreux secteurs industriels.  Une présence locale est indispensable pour espérer avoir accès aux ressources financières des banques et des investisseurs. Une présence française importante  1er pays dʼimplantation des entreprises françaises : près de 3 000 filiales actives aux Etats-Unis représentant 170 milliards de dollars de chiffre dʼaffaires et employant 550 000 personnes.  Des dizaines de nouvelles sociétés françaises sʼimplantent chaque année aux États-Unis par création de filiale ou via une acquisition.  Une perception positive des Américains pour les produits français ainsi que les technologies et innovations. Des effets indirects positifs en France  Permet dʼaccompagner ses clients européens sur le premier marché mondial.  Effet dʼimage dʼune implantation aux Etats-Unis, visibilité accrue notamment pour les recrutements. Des modalités dʼimplantation relativement simples  Pas de restrictions dʼinvestissements pour des entreprises étrangères (sauf secteurs de la défense).  Processus de création de filiale simple et rapide.  Des règles complexes pour lʼimmigration des personnes mais différents types de visas possibles selon les situations.  Les États-Unis sont répertoriés comme étant la 7ème région la plus favorable pour travailler dans le monde. Des risques significatifs mais maîtrisables  Un risque juridique élevé (procès, responsabilité des produits, etc.) mais qui se gère avec lʼaide de professionnels locaux hautement qualifiés : avocats, compagnies dʼassurances, etc.  Un investissement et des dépenses de fonctionnement locales souvent significatives qui nécessitent un strict suivi budgétaire.Classement « Ease of Doing Business » des principales économies mondiales Pays (classés par PNB) Rang mondial (facilité des affaires) Etats-Unis 7ème Chine (hors Hong Kong) 90 Japon 29 Allemagne 14 Royaume-Uni 8 France 31 10 bonnes raisons de s'implanter aux états-Unis 10 bonnes raisons de s'implanter aux états-Unis